• Cambodia at risk of being last in line for vaccines - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/01/cambodia-at-risk-of-being-last-in-line-for-vaccines

    With an exceptionally weak healthcare system, feeble bureaucracy and faltering finances, Cambodian hopes for entering a post-pandemic era in 2021 are fast diminishing as richer states buy up limited vaccines for their own citizens.“No one knows anything at all” about when the vaccine rollout will begin, a source with knowledge of the Cambodian government’s planning who spoke to Asia Times on condition of anonymity said.
    “Cambodia is really still in ‘will we get it’ mode rather than ‘vaccine preparation’ mode,” the source said, adding that sentiment in Phnom Penh is that it’s a “long way off” before vaccines start to arrive in the country.
    The government has been mainly mum on the matter since stating in December that it would only accept vaccines approved by the World Health Organization (WHO), which currently includes only those produced by Pfizer-BioNTech, a German-US partnership.
    The most pessimistic of projections among sources tracking the government’s response is that inoculation of the majority of Cambodia’s 16.7 million population won’t take place until late 2022, if not mid-2023.
    The Economist Intelligence Unit recently forecast that vaccines won’t be widely available in Cambodia until at least April 2022, a prediction that noted the emerging stark contrast in vaccine access between rich and poor nations. Because Cambodia is “largely dependent” on the WHO-backed global health initiative COVAX to access vaccines, which currently only guarantees inoculations for a fifth of a country’s population, “it may take time for COVAX to increase this, and Cambodia only has limited fiscal resources to purchase vaccines independently,” Imogen Page-Jarrett, an EIU research analyst, said.
    “We therefore do not expect Cambodia to immunize 60% of its population until sometime between June 2022 and June 2023,” she added.Phnom Penh’s attention is for now diverted by the more pressing issue of preventing further viral outbreaks, a major concern since the more-virulent variant of Covid-19, first detected in the UK, was found last week in neighboring Vietnam and Thailand.
    New restrictions on border crossings have been imposed by Cambodia on both countries.Cambodia has officially not recorded any Covid-19 fatalities, although fears were raised after community outbreaks emerged in November. At the time of writing, credibly or not, there have only been 383 documented coronavirus cases nationwide. There are now also concerns about whether returning migrant workers from Thailand, several of whom have tested positive for Covid-19 in recent days, will spark another viral wave and community spread when they return to their home villages, sources say. Earlier images of mass vaccinations in Europe in December appeared to signal the beginning of the pandemic’s end, with many Cambodians sensing that it might be over within a matter of months. Although there have been few social distancing restrictions imposed in Cambodia, its economy is reeling from the pandemic. Unemployment rates reached near record-highs in 2020 whilst the true number of Cambodians pushed back into poverty will only be clear in the coming months. The Asian Development Bank in August reported that 8% of the population could be thrust back into poverty because of the pandemic

    #Covid-19#migrant#migration#cambodge#thailande#retour#travailleurmigrant#test#pauvrete#vaccination#systemesante

  • Fleeing lockdown, Americans are flock to Mexico City - where the coronavirus is surging - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/01/02/world/americas/virus-mexico-visitors.html

    At first, life in lockdown was OK, between working from home, exercising with his roommate, and devouring everything on Netflix.But as the coronavirus pandemic wore endlessly on, Rob George began to find the confinement in his West Hollywood home unbearable.“There were weeks where I just wouldn’t leave my house, just working all day — my mental health was definitely suffering,” said Mr. George, 31, who manages business operations for a technology start-up. So when a Mexican friend said he was traveling to Mexico City in November, Mr. George decided to tag along. Now, he’s calling the Mexican capital home — part of an increasing number of foreigners, mainly Americans, who are heading to Mexico, for a short trip or a longer stay to escape restrictions at home.They are drawn partly by the prospect of bringing a little normalcy to their lives in a place where coronavirus restrictions have been more relaxed than at home, even as cases of Covid-19 shatter records. Some of them are staying, at least for a while, and taking advantage of the six-month tourist visa Americans are granted on arrival.
    But while coming to this country may be a relief for many foreigners, particularly those fleeing colder weather, some Mexicans find the move irresponsible amid a pandemic, especially as the virus overwhelms Mexico City and its hospitals. Others say the problem lies with Mexican authorities, who waited too long to enact strict lockdown measures, making places like Mexico City enticing to outsiders.“If it was less attractive, fewer people would come,” said Xavier Tello, a Mexico City health policy analyst. “But what we’re creating is a vicious cycle, where we’re receiving more people, who are potentially infectious or infected from elsewhere, and they keep mixing with people that are potentially infectious or infected here in Mexico City.”In November, more than half a million Americans came to Mexico — of those, almost 50,000 arrived at Mexico City’s airport, according to official figures, less than half the number of U.S. visitors who arrived in November last year, but a surge from the paltry 4,000 that came in April, when much of Mexico was shut down. Since then, numbers have ticked up steadily: between June and August, U.S. visitors more than doubled.
    It’s unclear how many are tourists and how many are relocating, at least temporarily. Some may be Mexicans who also have American passports, and are visiting family. But walking the streets of Mexico City’s trendier neighborhoods these days, it can sometimes seem like English has become the official language.“A lot of people are either coming down here and visiting to test it out, or have just full-on relocated,” said Cara Araneta, a former New Yorker who has lived on and off in Mexico City for two years, and came back to the capital in June. The surge, however, comes as Mexico City enters a critical phase of the pandemic; hospitals are so stretched that many sick people are staying home as their relatives struggle to buy them oxygen. The U.S. Centers for Disease Control and Prevention advised Americans to avoid all travel to Mexico.
    The capital’s health care system “is basically overwhelmed,” said Mr. Tello, via WhatsApp message. “The worst is yet to come.”In mid-December, authorities escalated Mexico City’s alert system to the highest level — red — which requires an immediate shutdown of all but essential businesses. But the lockdown came weeks after numbers became critical, even by the government’s own figures, leaving stores thronged with Christmas shoppers and restaurants filled with diners.With its leafy streets and quaint cafes, the upscale Mexico City neighborhoods of Roma and Condesa have attracted expatriates escaping sky-high rents in New York or Los Angeles for years. But with an increasing number of young people now working from home, the so-called axis of cool has become even more attractive, even as Mexico City residents confront a public health crisis.
    As in much of the world, the most affluent are often the least affected. In Roma Norte, the contrast has been vivid: On one corner recently, working-class Mexicans lined up to buy oxygen tanks for their relatives, while just blocks away well-off young people queued up for croissants.Mexico City is hardly the only Mexican destination seeing a surge of foreign visitors, particularly Americans, who — with the pandemic raging in the United States — are barred from traveling to many countries. While some Latin American nations have at times shut their borders completely, Mexico has imposed few restrictions: Mexico was the third most visited country in 2020, up from seventh last year, according to the Mexican government, citing preliminary statistics from the World Tourism Organization.
    Much of this travel has been concentrated in the country’s popular beach resorts where coronavirus restrictions can be even more relaxed. Los Cabos had nearly 100,000 Americans arrive in November, while Cancun had 236,000 U.S. visitors, only 18 percent fewer than in 2019. The nearby resort town of Tulum made headlines for hosting an art and music festival in November that saw hundreds of revelers dancing maskless inside underground caves.

    #Covid-19#migrant#migration#mexique#etatsunis#sante#systemesante#tourisme#economie#restrictionsanitaire

  • ’The US isn’t an option anymore’: why California’s immigrants are heading back to Mexico | California | The Guardian
    http://www.theguardian.com/us-news/2020/dec/31/california-immigration-mexico-coronavirus-us
    https://i.guim.co.uk/img/media/51b3a5c35c1749fad7ddbfe8878668cb108a6ae6/0_144_5000_3000/master/5000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    California’s most vulnerable immigrants have faced unprecedented challenges this year, with some weighing whether it’s worth staying in the United States altogether.Ten months of a pandemic that has disproportionately sickened immigrants and devastated some of the industries that rely on immigrant labor, combined with years of anti-immigrant policies by the Trump administration have exacerbated insecurities for undocumented people and immigrants working low-wage jobs across California.
    For immigrants at the bottom of the economic ladder, it’s never been easy in the US, said Luz Gallegos, the executive director of the immigrant advocacy group Training Occupational Development Educating Communities Legal Center (Todec).“But California was also always a place where my family – my parents and grandparents – believed they could build a better life,” said Gallegos who was born into a family of immigrant activists and organizers. “It was always a place with potential.”“There’s been so much fear and trauma – just layers of trauma,” she said. Workers at mega-farms and massive warehouses across California’s Inland Empire and Central Valley– many of whom have continued to toil through the most severe stretches of the pandemic despite coronavirus outbreaks at many facilities – have been coming to Gallegos for advice on what to do when they get sick.
    One family she spoke with recently asked her if there was a community clinic they could go to for Covid treatment, instead of the county hospital. As green card applicants, they were worried that if they sought government healthcare they could be denied permanent residency due to the Trump administration’s so-called “public charge” rule, which allowed the government to deny residency to immigrants who rely on public benefits. Gallegos said she tried to explain that going to a county hospital wouldn’t disqualify them – and moreover, a federal court had recently blocked the rule from being implemented. “I told them, you should think about your health first. You’ll have no use for a green card if you’re not alive,” Gallegos said.
    But they couldn’t stand the uncertainty. So, the grandmother, mom and two young children instead relocated across the southern border. The kids, both US citizens, are still able to cross the border to attend school.“It’s not even that the country is not welcoming any more, it’s just not an option any more,” said Gallegos. “I hear that all the time from people here, and from friends and family in other countries.” Javier Lua Figureo moved back to his home town in Michoacán, Mexico, three years ago, after living and working in California for a dozen years. Since the pandemic hit, several of his friends and family members have followed his lead, he said.“Things aren’t perfect in Mexico,” Figureo said in Spanish. But at least there’s access to healthcare, and some unemployment benefits for those who need it, he added. “In comparison to what it was in the US, the situation for us in Mexico right now is much better.” Although California’s coronavirus case tracking data doesn’t track immigration status, studies and surveys have found that the pandemic has taken a disproportionate toll on the state’s immigrant population. Or, as researchers at UC Berkeley put it: “Even though the virus is blind to people’s citizenship or visa status, immigrants can be especially vulnerable to infection, serious illness, financial hardship, and hateful discrimination.”
    Immigrants are more likely to work on the frontlines of the pandemic, as healthcare workers, grocery store clerks, delivery drivers and farmers, where their chances of contracting the virus are especially high. A third of all physicians are immigrants, and so are at least half the nation’s farm workers. An estimated 75% of farmworkers in California are undocumented immigrants. Even before the Trump administration implemented its anti-immigrant policies, and even before the pandemic hit, non-citizens had less access to healthcare and health insurance, as well as safety net programs like food stamps and unemployment. In May and June, they didn’t get the $2,000 stimulus check that most Americans with a social security number received.A $125m fund to send a one-time cash grant of $500 offered to workers without legal status dried up quickly, and was a drop in the bucket. The state’s governor, Gavin Newsom, vetoed a bill that would have provided low-income immigrants $600 for groceries. “It feels like discrimination,” said Pedro, who is 41 and works at a cauliflower farm in Riverside county, east of Los Angeles. In March, he lost work, and couldn’t make rent. And as California faces a surge in coronavirus cases, he said still doesn’t know what he’d do if he or his wife contracted Covid-19 – they don’t have health insurance, and without legal documents, they don’t feel safe going to the county-run free testing sites. Meanwhile, it unnerves him to see border patrol agents about town. “I’m scared to even go out to buy things for my daughters,” he said, in Purépecha. The Guardian is not using Pedro’s last name to protect him and his undocumented family members.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#mexique#californie#sante#discrimination#systemesante#assurancemaladie#economie#revenu

  • La crise sanitaire aggrave les troubles psy des jeunes migrants
    https://theconversation.com/la-crise-sanitaire-aggrave-les-troubles-psy-des-jeunes-migrants-152

    Dans un contexte aussi fragile, la crise sanitaire liée à la Covid-19 a révélé au grand jour les carences du système : si, à la suite de la fermeture de nombreux squats et foyers, beaucoup de jeunes migrants ont été logés dans des hôtels ou des auberges de jeunesse à l’occasion des confinements, nombreux sont ceux qui ont été livrés à eux-mêmes.
    Leur prise en charge sociale et sanitaire n’a pas été pensée dans ces lieux d’accueil précaires et beaucoup ont vu leur situation de santé mentale se détériorer encore depuis mars 2020. Les situations les plus critiques en matière de santé mentale sont sans doute dans les Centres de rétention administrative (CRA). Selon le rapport 2019 de l’ONG Terre d’Asile, sont enfermés dans ces lieux de confinement, en vue d’une expulsion du sol national, des dizaines de milliers de migrants (54 000 en 2019, dont 29 000 en outremer), y compris de nombreux jeunes non reconnus comme mineurs, parfois en cours de scolarisation.La difficulté d’accès aux soins, notamment psychiatriques, dans les CRA a été dénoncée avec véhémence dans un rapport du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) en février 2019, suivi, à quelques mois d’écart, d’un rapport tout aussi alarmant du Défenseur des droits.
    La rupture de la continuité des soins au cours de leur rétention administrative est particulièrement délétère pour les jeunes migrants souffrant de pathologies mentales graves. Pour les autres, non seulement la prise en charge médicale est quasi-inexistante mais la pratique de l’isolement à des fins répressives aggrave souvent un état déjà à risque.
    La déclaration d’état d’urgence n’a pas amélioré le sort des jeunes migrants en rétention. En effet, les CRA ont été maintenus ouverts pendant les périodes de confinement et sont devenus de facto le lieu de placement d’un grand nombre d’étrangers en situation irrégulière sortant de prison, alors que la fermeture des frontières rendait improbables la reconduite et les expulsions.Un tel choix a eu pour conséquence l’augmentation de la pression démographique (+23 % en un an) sur ces lieux qui ne n’ont pas été conçus pour accueillir des personnes psychologiquement aussi vulnérables et pour des périodes aussi prolongées. De par leur nature de lieu de privation de liberté et leur vocation de transition vers la reconduction aux frontières, les CRA sont de toute évidence des espaces anxiogènes où il n’est pas simple de distinguer les logiques de soins de celles de contrôle et de répression, et où la consultation psychiatrique revêt bien d’autres enjeux que des enjeux thérapeutiques. Car le médecin qui apporte un soin et prend en charge psychologiquement peut aussi, en rédigeant un certificat médical circonstancié, contribuer à engager une levée de rétention, en cas de péril imminent.
    Les placements en CRA de personnes atteintes de pathologies psychologiques et/ou psychiatriques sont en constante hausse, tout comme les actes de détresse (automutilations et tentatives de suicide) qui ont conduit, depuis 2017, cinq personnes à la mort en rétention.La prise en charge effective de la santé mentale des jeunes migrants se heurte aujourd’hui en France aux contradictions internes au système. Si les dispositifs sanitaires existent et sont en théorie ouverts à tous, sans condition de nationalité ni de régularité administrative, l’état d’incertitude et de précarité des jeunes migrants, en situation irrégulière ou non, en fait un population spécialement vulnérable et exposée.
    Sans doute une plus forte articulation entre la stratégie nationale de prévention et lutte contre la pauvreté et des actions ciblées visant à favoriser l’intégration et la stabilité via le logement, l’éducation et l’emploi serait-elle à même de créer les conditions pour une véritable prévention des risques psychologiques et une meilleure santé mentale.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#santementale#psychiatrie#systemesante#cra#precarite#vulnerabilite#incertitude

  • LA’s Covid ’tsunami’ : inside the new center of America’s raging pandemic | Los Angeles | The Guardian
    http://www.theguardian.com/us-news/2020/dec/26/los-angeles-coronavirus-surge-hospitals
    https://i.guim.co.uk/img/media/2943816f67cd46a13bf0ba465afef8ead9043300/106_0_4588_2753/master/4588.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    In March, LA and California issued some of the earliest shutdowns in the nation, which helped slow the spread and saved hospitals from becoming overwhelmed. But with the US government failing to provide a second round of stimulus amid mass unemployment, officials rushed to reopen in early summer – a move that had devastating consequences in LA.Large sectors of the economy reopened, but the economic crisis – and many restrictions – persisted, leading to severe fatigue among residents at the same time that Covid surged due to holiday travel and gatherings.
    The response from local officials has been a confusing partial lockdown. Officials have issued emotional pleas for people to stay home but have allowed LA’s malls to remain open, leading to packed stores and infections among employees. The county shut down all dining but has allowed Hollywood to continue film shoots.
    The data suggests the public health messaging is not working – and that LA’s essential workers are paying the price.“It’s just been really hard to reinforce what kind of dire situation we are in now,” said Dr Kirsten Bibbins-Domingo, a UC San Francisco epidemiologist. “Ten months into the pandemic, individuals and businesses are hurting financially, and that is a drive for people to continue to be out.”LA’s affordable housing crisis, which forces many to live in crowded conditions, also makes the region vulnerable to spread, said Bibbins-Domingo. Her research found that early lockdowns did not protect Latinos or people without high school degrees, probably because they were forced to work.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#californie#losangeles#sanfrancisco#latino#sante#systemesante#minorite#inegalite#economie#travailleurmigrant

  • Les responsables de l’OIM et du HCR soulignent que la COVID-19 met en évidence le besoin urgent d’une couverture sanitaire universelle | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/les-responsables-de-loim-et-du-hcr-soulignent-que-la-covid-19-met-en-evidence-l

    À l’approche de la Journée internationale de la couverture sanitaire universelle, alors que le monde s’efforce d’endiguer la COVID-19, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, et le Directeur général de l’OIM, António Vitorino, ont souligné que les services de santé doivent être accessibles à tous, y compris aux migrants, aux réfugiés, aux déplacés internes et aux personnes apatrides, si nous voulons bâtir des systèmes solides qui nous protègent tous. Tandis que le monde se prépare à distribuer les vaccins contre la COVID-19, l’OIM et le HCR demandent instamment aux dirigeants mondiaux de saisir cette opportunité et de s’assurer que les réfugiés et les migrants soient inclus dans les plans gouvernementaux d’allocation et de distribution des vaccins et dans les services de santé essentiels. En ces temps de pandémie et au-delà, les deux organisations s’engagent à continuer de renforcer leur collaboration et sont prêtes à soutenir les gouvernements dans leurs efforts visant à faire de la santé pour tous une réalité, au travers d’une couverture sanitaire universelle.« L’accès à la santé est un droit fondamental, mais trop souvent encore, ceux qui en ont le plus besoin - notamment les migrants et les personnes déplacées de force - sont laissés pour compte », a déclaré le Directeur général de l’OIM, António Vitorino. « Si 2020 nous a appris quelque chose, c’est que la mauvaise santé est un problème universel qui ne fait pas de distinction en fonction de la nationalité ; ainsi, pour être réellement efficace, notre couverture sanitaire ne doit pas non plus faire de distinction, y compris dans les efforts à venir de vaccination contre la COVID-19 ».
    Les migrants et les personnes déplacées de force sont souvent confrontés à de mauvaises conditions de vie et de travail, sont victimes de discrimination ou d’exploitation, ou ne bénéficient pas de protection sociale. Pourtant, à ce jour, l’OIM estime que moins d’un pays sur deux (43 %) offre un accès aux services de santé à tous les migrants, quel que soit leur statut juridique. Depuis des décennies, dans plus de 100 pays et en étroite coordination avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires, l’OIM œuvre avec les gouvernements et les communautés en vue d’élargir l’accès équitable des migrants à des services de santé de qualité sans charge financière et de faire en sorte que les déplacés internes aient également accès aux services de santé de base.

    #Covid-19#migrant#migration#refugie#personnedeplacee#sante#accessante#cmu#vaccin#oim#hcr#discrimination#violence#systemesante

  • Pandémie de Covid-19 : à Dubaï, l’échappée belle des réfractaires au confinement
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/12/11/dubai-l-echappee-belle-des-refractaires-au-confinement_6062972_3210.html

    « Ciao la France ! », s’exclame Charles, sur un ton goguenard, en piochant dans un plateau de pastèque. « De toute façon, avec le Covid, il n’y a rien à faire, ajoute le jeune homme, qui travaille dans l’immobilier. On a le droit de signer chez le notaire, mais pas le droit de faire de visite. Alors à quoi bon aller au travail ? » Justine, salariée du secteur automobile, confesse le même ras-le-bol à l’égard des restrictions en place en France. « On ne peut plus rien faire, dit-elle, on est comme des enfants privés de dessert. » Leur gâterie de substitution, c’est donc Dubaï, un refuge, une bulle à l’écart de l’épidémie… ou presque. Les EAU, fédération de sept micro-monarchies, sont épargnés par la deuxième vague qui déferle sur l’Europe et les Etats-Unis. Après un raidissement à la fin de l’été, la courbe de l’infection s’est stabilisée début octobre, avec une moyenne de 1 300 cas par jour pour près de 10 millions d’habitants. Le nombre quotidien de décès, qui avait culminé à 13 en mai, ne dépasse plus la barre des 5. C’est le résultat d’une politique de dépistage massive, d’une discipline collective sans faille et d’un secteur hospitalier de pointe.
    A Abou Dhabi, la capitale politique des EAU, la quatorzaine reste de rigueur pour tous les nouveaux arrivants. Rien de tel à Dubaï, l’empire du « fun ». Après avoir sacrifié au rite du test PCR à leur descente d’avion, les visiteurs peuvent se précipiter dans les attractions qui font la renommée de la ville : restaurants extravagants, malls labyrinthiques et tours vertigineuses, comme la Burj Khalifa, la plus haute du monde. Seuls bémols à l’impératif hédoniste local : l’obligation du masque en ville, une jauge maximale de huit personnes par table, et l’interdiction de danser et de consommer au comptoir. Ces contraintes sanitaires light visent à faire redémarrer le tourisme et le commerce de détail, les deux vaches à lait de l’émirat. D’autres mesures ont été adoptées dans cette perspective, comme l’autorisation du concubinage pour les étrangers et l’assouplissement des règles régissant l’achat d’alcool. Dans l’attente des fêtes de Noël, pic de fréquentation traditionnel, cette politique attire une clientèle d’Européens ravis d’échapper aux rigueurs du confinement, dont de nombreux Français.

    #Covid-19#migrant#migration#emiratsarabes#sante#tourisme#depistage#systemesante

  • Samoa records its first Covid-19 case – imported from Australia | World news | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2020/nov/27/samoa-records-its-first-covid-19-case-imported-from-australia
    https://i.guim.co.uk/img/media/d31fc551ef61f8aa022dee1f9a515e7032ac1f12/219_0_1488_893/master/1488.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Samoa has confirmed its first case of coronavirus – a case imported from Australia – after nearly 11 months keeping Covid from its shores.The positive case was detected in a 70-year-old Samoan citizen who travelled to Apia from Melbourne, landing in the capital on a repatriation flight on 13 November.“We confirm that there is one positive case after we tested all 274 passengers in quarantine yesterday, in view of the end of their quarantine period tomorrow,” the chief executive of Samoa’s ministry of health, Leausa Dr Take Naseri told a press conference on Friday.
    Earlier in the week, there’d been significant confusion over whether Samoa had recorded a case of Covid-19.A sailor who had been on the same flight back to Samoa had initially tested positive, but this was later inconclusive.
    “The sailor on his left nostril tested positive and on his right one tested negative,” Samoa’s prime minister Tuila’epa Sailele Malielegaoi declared on television.Naseri said the 70-year-old positive case and his wife have been moved to a dedicated Covid-19 isolation ward at the Tupua Tamasese Meaole II Hospital.“His wife tested negative. He has an underlying condition, but at this time, he has no symptoms, no fever, cough, and displays no symptoms like pneumonia and flu.”
    The hotel in Apia, Samoa, where the country’s first case of Covid-19 has been confirmed. The patient, a 70-year-old male Samoan citizen, has been moved to isolation.Naseri said healthcare staff, hotel employees, and airport workers had been placed on high alert over potential interactions with passengers currently quarantined.Samoa has now moved to alert level 1 on its national risk matrix, with the public asked to practice social distancing and wear face masks.After months keeping the virus from the archipelago’s shores, the confirmation of a positive case has engendered a sense of disquiet, if not panic, in the Samoan capital. Security guards outside government buildings are asking people to wear masks, and dispensing hand sanitise – lifestyle changes familiar around the world for months now, but new to Samoans.Like many Pacific nations, Samoa quickly shut its borders as the pandemic began to spread, leveraging its geographic isolation to keep the virus out.Many Pacific nations have fragile public health systems, and populations with significant levels of comorbidities. There remain fears an unchecked outbreak could quickly overwhelm any medical response.But the isolation has devastated Pacific economies, leading to calls from business leaders, particularly in tourism-dependent countries, to relax restrictions. Governments, too, have been torn between the imperative to repatriate thousands of citizens stranded abroad, and keeping their islands free from the virus.

    #Covid-19#migration#samoa#australie#pacifique#insularite#sante#systemesante#santepublique#rapatriement

  • L’accès aux soins des étrangers en France, méthodiquement raboté par le gouvernement
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/26/l-acces-aux-soins-des-etrangers-en-france-methodiquement-rabote-par-le-gouve

    Deux régimes cohabitent : les personnes légalement présentes en France, qu’elles soient titulaires d’un titre de séjour ou en attente d’en obtenir un car demandeuses d’asile, sont couvertes, comme tout le monde, par l’assurance-maladie. Les sans-papiers bénéficient, eux, sous conditions de ressources et après trois mois de présence irrégulière en France, de l’aide médicale d’Etat (AME), une couverture dont le panier de soins est réduit.
    Pour les titulaires d’un titre de séjour, la loi de finances entrée en vigueur le 1er janvier 2020 divise par deux la durée du maintien de leur assurance-maladie au-delà de la date d’expiration de ce titre, la faisant passer de douze à six mois. Cette restriction était passée plutôt inaperçue grâce à l’état d’urgence sanitaire décrété le 17 mars et qui a automatiquement prolongé de six mois la durée des titres de séjour devant expirer entre le 12 mars et le 12 juin. C’est maintenant qu’elle commence à frapper : « En pratique, 800 000 personnes sont touchées », estime Delphine Fanget, chargée de plaidoyer de Médecins du monde. « D’autant que les titres de séjour sont, eux aussi, de plus en plus courts et qu’il est très difficile d’obtenir un rendez-vous en préfecture pour leur renouvellement. On organise l’insécurité avec une politique de découragement et d’usure administrative », juge-t-elle.
    Un décret en apparence très technique, daté du 30 octobre, crée un troisième délai d’expiration de l’assurance-maladie, raccourci à deux mois pour les personnes dont le titre de séjour a expiré et qui sont enjointes à quitter le territoire de manière définitive. « Le régime de couverture par l’assurance-maladie devient complexe, illisible pour les professionnels de santé », constate Didier Maille, coordinateur juridique du Comité pour la santé des exilés (Comede).Il n’est plus possible, par exemple, de déposer une demande d’ouverture de droits à l’AME par Internet ou l’entremise d’une association. Le même décret du 30 octobre oblige désormais tout primo-demandeur – excepté s’il est déjà hospitalisé, s’il est mineur ou s’il consulte auprès d’une permanence d’accès aux soins de santé – à se présenter lui-même au guichet de la caisse primaire d’assurance-maladie, une démarche compliquée pour des personnes précaires, à l’hébergement instable. « On crée une usine à non-recours, où les gens qui auraient droit à l’AME ou à l’assurance-maladie sont découragés de la demander, selon Didier Maille. En période de pandémie, ce n’est pas malin de retarder des soins. »
    En outre, le passage de l’assurance-maladie vers l’AME est plus difficile car certains soins dits non urgents ne sont accessibles aux titulaires de l’AME qu’après neuf mois d’affiliation. « Le message est clair : les étrangers ne doivent pas venir se faire soigner en France, résume Didier Maille, et les réformes de l’ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn, visent à segmenter les différents droits aux soins, à rebours du souhait de tous les gouvernements précédents de simplifier le système. Cela a aussi un impact sur les hôpitaux et les professionnels de santé, qui auront de plus en plus de mal à se faire
    Les complexités administratives ont pour but affiché de décourager la fraude, l’immigration dite médicale, et de faire des économies. Le coût global de l’AME s’élevait, en 2018, à 904 millions d’euros au bénéfice de 318 106 personnes – dont la moitié en Ile-de-France –, et à 933 millions d’euros en 2019, sans compter les 200 millions d’euros de la couverture maladie des demandeurs d’asile. Selon un rapport de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS) d’octobre 2019, chaque dispositif qui referme l’accès à l’AME, en diminuant, par exemple, le panier de soins accessibles, permet certes des économies dans son budget mais fait exploser, ailleurs, la facture des soins urgents, intégralement payés par les hôpitaux avec peu de chances de les voir remboursés par la Sécurité sociale.
    Ainsi, en 2011, avait été créé un droit d’entrée de 30 euros à la charge de tout bénéficiaire de l’AME, ce qui, dès l’année suivante, a certes provoqué une baisse de 2,5 % des dépenses de l’AME elle-même, « plus que compensée, note l’IGAS, par une forte hausse de 33,3 % de la dépense de soins urgents » dont l’accès est gratuit et parce que certaines pathologies s’étaient aggravées entre-temps. Ce droit de timbre a été supprimé dès août 2012, au début du quinquennat de François Hollande. Ainsi, l’AME, outil de santé publique, et son « milliard le plus scruté de la dépense publique », selon les associations d’aide aux étrangers, reste un sujet inflammable du débat politique

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#droit#systemesante#politiquemigratoire#etranger#accessante#AME

  • Covid-19 : en Calabre, des hôpitaux en souffrance
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/23/covid-19-en-calabre-des-hopitaux-en-souffrance_6060779_3244.html

    Miné par un endettement très lourd et de lourds soupçons d’infiltration mafieuse, le système sanitaire calabrais – en Italie, la santé est du ressort des régions – a été placé sous tutelle d’un commissaire extraordinaire depuis 2010. Depuis, en dix ans, aucun des problèmes structurels auxquels la région est confrontée n’a connu ne serait-ce qu’un commencement de réponse. En 2007, un contrat avait été signé entre l’Etat et la région prévoyant la construction de cinq hôpitaux, afin de résoudre le problème du sous-équipement. Par la suite, ce nombre a été réduit à trois. Finalement, treize ans après cet accord, rien n’a été fait. Pire, plusieurs structures ont été démantelées. A une trentaine de kilomètres de Reggio Calabria, la plaine de Palmi, qui rassemble plus de 160 000 habitants, est une des parties les plus délaissées de la région. Dans cette zone, les quatre petits hôpitaux qui existaient encore, au début des années 2000, ont été « rétrogradés » en « maisons de santé », et le chantier de grand hôpital prévu par le contrat Etat-région de 2007 n’a pas encore commencé. « Depuis plus de dix ans que les commissaires extraordinaires gèrent la région, ils n’ont fait que fermer des structures, et encourager les départs de personnes qui n’ont pas été remplacées », accuse l’écrivain Mimmo Gangemi, ancien cadre technique de l’agence de santé de Palmi, qui a assisté ces dernières années au lent démantèlement du système.
    Depuis plusieurs semaines, le poste de commissaire est vacant, et le feuilleton de la nomination du nouveau responsable a provoqué dans tout le pays un mélange d’amusement et de consternation. Début novembre, Saverio Cotticelli, qui occupait le poste depuis 2018, a été démis de ses fonctions après une désastreuse prestation à la télévision, dans laquelle il s’est montré incapable de dire quelles étaient les disponibilités de la région en matière de soins intensifs, et semblait découvrir en direct qu’il aurait dû élaborer un plan d’urgence contre le coronavirus. Son successeur annoncé, Giuseppe Zuccatelli, a dû renoncer après quelques jours, pour avoir déclaré au printemps que les masques ne servaient à rien. Quant au troisième candidat pressenti, Eugenio Gaudio, ancien recteur de l’université romaine de la Sapienza, il a vite jeté l’éponge, affirmant que sa femme « ne voulait pas aller s’installer à Catanzaro [le siège de la capitale régionale] ». Comme si le tableau n’était pas assez sombre, le président du conseil régional, Domenico Tallini (Forza Italia, droite modérée), a été arrêté jeudi 19 novembre pour des soupçons de malversations en lien avec la puissante ’Ndrangheta, la Mafia calabraise.
    Face à cette situation ubuesque en pleine urgence sanitaire, le gouvernement a appelé au secours le chirurgien Gino Strada, fondateur de l’ONG Emergency, pour installer des hôpitaux de campagne dans la région. Comme dans un pays en guerre. Habitué depuis des années à fonctionner avec des bouts de ficelle, le personnel sanitaire calabrais déploie pourtant, face à la crise, des trésors d’invention. A Gioia Tauro, dans la plaine de Palmi, un complexe de quarante lits pour les malades du Covid a été déployé en quelques jours, avec le soutien de la Croix-Rouge italienne, mais les personnels manquent de tout. « Les commissaires nous coupent toutes les ressources depuis des années, mais ils se gardent bien de mettre un terme aux vrais gaspillages, aux factures payées plusieurs fois ou aux dépenses aberrantes, comme ce local administratif de 3 000 mètres carrés, à Palmi, où travaillent à peine 20 personnes, pour un loyer annuel de plus de 200 000 euros versé à un propriétaire jouissant de grosses protections », confie sur le parking désert un habitant résigné, sous couvert d’anonymat. Depuis des années, les Calabrais, comme des millions d’autres habitants du sud du pays, ont pris l’habitude, en cas de maladies graves, de prendre l’avion pour se faire soigner dans les structures ultramodernes de Lombardie, de Vénétie ou d’Emilie-Romagne. Ce tourisme médical interne, en constante augmentation, a un coût exorbitant pour les régions les plus pauvres du pays, et procure un surcroît de ressources aux plus riches – les indemnités versées par les régions du Sud à celles du Nord sont estimées à 5 milliards d’euros par an –, alimentant encore le déséquilibre. Mais, en temps de pandémie, les frontières intérieures du pays se referment, si bien que les habitants se trouvent livrés à eux-mêmes, conscients du fait que les hôpitaux locaux auront à peine les moyens de les soigner

    #Covid-19#migrant#migration#italie#calabre#lombardie#venetie#emilieromagne#sante#systemesante#tourismemedical#frontiere#inegalite#economie

  • Le vaccin russe Spoutnik-V arrive en Europe, et il entrera par la Hongrie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/17/covid-19-la-hongrie-s-apprete-a-importer-des-doses-de-vaccin-russe-spoutnik-

    Alors que le pays a été largement épargné par la première vague de Covid-19 au printemps, grâce aux mesures de confinement prises très tôt, la situation hongroise est désormais bien plus inquiétante face à la deuxième vague. Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le pays se positionnait en troisième position continentale, lundi 16 novembre, au vu de son taux de mortalité pour 100 000 habitants, derrière la République tchèque et la Belgique. Et si le taux de contamination est plus faible qu’ailleurs, c’est surtout parce qu’il est très difficile de se faire tester en Hongrie. Alors que les pays voisins ont pris des mesures dès octobre, « chez nous, la deuxième vague est arrivée en septembre, mais le gouvernement n’a pris aucune mesure au départ », dénonce ainsi Zoltan Szabad, président de l’Union médicale hongroise, principal syndicat de médecins du pays.
    En septembre et en octobre, M. Orban a maintenu l’ouverture au public des matchs de football alors même qu’ils se jouaient à huis clos dans la plupart de l’Europe. Et il avait ensuite expliqué qu’il était hors de question de stopper l’économie, comme en mars et avril. Mais la situation est vite devenue inquiétante dans plusieurs hôpitaux, notamment à Györ, dans l’ouest du pays. « Le Covid est partout et Orban ne fait rien », s’inquiétait même une conseillère du premier ministre, début novembre. « Nous avons reçu des informations inquiétantes de plusieurs hôpitaux, mais, en Hongrie, un médecin n’a pas le droit de parler à la presse », rappelle M. Szabad. Filmer les hôpitaux est même interdit depuis que plusieurs scandales ont montré l’état déplorable de certains établissements.
    Le gouvernement hongrois a libéré des lits et acheté des milliers de respirateurs, mais le véritable problème est le manque de personnel, comme dans beaucoup de pays de la région. Les hôpitaux ont subi une hémorragie des professionnels de santé, partis mieux gagner leur vie en Europe de l’Ouest. « Le nombre de médecins et d’infirmières est limité », a ainsi convenu M. Orban, le 13 novembre. De larges augmentations de salaires, réclamées depuis des années, ont été subitement accordées. Avant que M. Orban se résolve à ordonner un reconfinement, entré en vigueur le 11 novembre. « Nous l’attendions avec impatience », indique M. Szabad.

    #Covid-19#migrant#migration#hongrie#systemesante#sante#personnelmedical#travailleurmigrant#ue#crise

  • Paris : sans masques, sans tests, sans douches, les migrants à la rue font « comme ils peuvent » face au Covid-19 - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/28320/paris-sans-masques-sans-tests-sans-douches-les-migrants-a-la-rue-font-

    Paris : sans masques, sans tests, sans douches, les migrants à la rue font « comme ils peuvent » face au Covid-19. Le camp de Saint-Denis, en banlieue parisienne, compte près de 2 000 personnes, incapables de se confiner faute d’un dispositif généralisé de mise à l’abri. Inquiets par la situation sanitaire, Médecins du monde souligne toutefois que la maladie n’y sévit pas de manière dramatique : aucun cas grave n’a pour l’heure été détecté.
    Impossible de savoir combien de malades sont actuellement atteints du Covid-19 parmi les quelque 2 000 personnes du camp informel de Saint-Denis, en banlieue parisienne."Il y a sûrement beaucoup de cas positifs, comme partout ailleurs", explique Louis Barda, coordinateur santé à Paris pour l’ONG Médecins du monde (MdM). « Je ne vois pas pourquoi le campement de Saint-Denis serait épargné ». Mais faute de tests pratiqués à grande échelle, le nombre de personnes contaminées reste une inconnue.
    Pour l’ONG médicale - la seule présente dans le camp aujourd’hui -, réaliser des dépistages sur site n’est pourtant pas une priorité. D’abord parce qu’elle n’a ni les moyens, ni les capacités matérielles de le faire. « Notre ONG a un rôle de veille sanitaire. Nous n’avons pas de partenariat avec des labos, nous n’avons pas le matériel pour pratiquer des tests PCR. C’est au gouvernement de prendre les choses en main ». Ensuite, parce que les chiffres n’auraient aucune valeur en soi. « Entre le temps du test et le temps des résultats, l’impossibilité de retrouver les cas contacts, la difficulté à isoler les gens malades, quelle serait la valeur des résultats ? Les chiffres n’auraient pas de pertinence », souligne Louis Barda. Malgré tout, les personnes souffrantes sont « évidemment » prises en charge, à condition qu’elles se fassent connaître. « Nous n’entrons pas dans le campement pour y repérer des gens qui seraient potentiellement malades du Covid. Les patients sont pris en charge quand ils se présentent d’eux-mêmes à la clinique mobile ». En cas de suspicion, d’apparition de symptômes, une mise à l’abri se déclenche. « Nous les dirigeons vers ce qu’on appelle des ’centres Covid’ », indique le coordinateur de MdM. Mais là encore, tout se complique : il y a ceux qui refusent de s’y rendre « parce qu’ils ne veulent pas s’éloigner de leurs proches » et ceux qui ne restent pas dans les centres et qui disparaissent au bout de quelques heures. « Nous faisons ce que nous pouvons. Nous leur rappelons les consignes : mettre des masques, respecter les gestes barrières, se laver fréquemment les mains. Mais comment voulez-vous qu’ils respectent ces règles quand ils n’ont rien. Ils font comme ils peuvent ».MdM rappelle que la distribution de masques dans le camp est impossible. « Pour protéger efficacement, il faudrait qu’ils changent de masque toutes les quatre heures ». Face à une population de 2 000 personnes, il faudrait constituer des stocks de plus de 7 000 masques par jour. « Irréalisable », tranche Louis Barda.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#camp#depistage#systemesante#sansdomicile#refugie#demandeurdasile#dubline#priseencharge

  • Que doivent faire les migrants à la rue qui présentent des symptômes du Covid-19 ? - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/28326/que-doivent-faire-les-migrants-a-la-rue-qui-presentent-des-symptomes-d

    Que doivent faire les migrants à la rue qui présentent des symptômes du Covid-19 ? Fièvre, toux, difficultés respiratoires… Les symptômes du Covid peuvent conduire à des formes graves de la maladie qui nécessitent une prise en charge urgente. Pour les personnes vivants à la rue, savoir où faire un test et à qui demander de l’aide peut s’avérer compliqué. InfoMigrants fait le point.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#depistage#droit#priseencharge#systemesante#sansdomicile

  • Protecting citizens from COVID while granting refugee access, can be done: UNHCR | | UN News
    https://news.un.org/en/story/2020/11/1076892

    Opening a virtual session of UNHCR’s annual Dialogue on Protection challenges, Assistant High Commissioner for Protection, Gillian Triggs, warned that “measures restricting access to asylum must not be allowed to become entrenched under the guise of public health”, Instead, she urged States to maintain access for asylum seekers and to safeguard the rights of refugees, together with displaced and Stateless people. Ms. Triggs also spoke of the deep and hard-hitting impact on refugees of the coronavirus, including restrictions impeding access to asylum, spiraling gender-based violence, risks of unsafe returns, and the loss of livelihoods.Participants – consisting of displaced people, non-governmental organizations and Government speakers from Asia, Africa, the Middle East and Europe – discussed how compassion and initiative could help ensure that asylum claims were considered during the pandemic, and protection services adapted to reach people in need during lockdowns.They also pointed to how the pandemic presented greater challenges for the protection of refugees, internally displaced and Stateless people, maintaining the need for solidarity and greater support. “The pandemic has threatened the social and economic rights of the most vulnerable in society – among them refugees and those forcibly displaced who, all too often, depend on the informal economy”, said the UN official. “They are among the first to suffer the economic impacts of a lockdown”.
    Moreover, UNHCR operations also report increasing incidents of discrimination, stigmatization and xenophobia against refugees and displaced people, “exacerbating tensions with local communities”, he added.
    UNHCR has been advocating for the urgent inclusion of refugees, displaced and Stateless people in the full range of responses to the pandemic, from public health to national social safety nets. “The virus does not distinguish between legal status or nationality”, Ms. Triggs reminded. “Access to health services should not depend on citizenship or restrictive visa conditions”.
    She upheld that “a realistic and practical opportunity for protection” lies in social inclusion and in non-discriminatory access to education, health and employment. To illustrate the difficulties that refugees and internally displaced people face in the context of the pandemic, UNHCR also launched an interactive report called Space, shelter and scarce resources – coping with COVID-19, which highlights how acutely vulnerable displaced populations must contend with the pandemic

    #Covid-19#migrant#migration#sante#vulneralibite#systemesante#accessanté#stigmatisation#discrimination#refugie#personnedeplacee#unhcr

  • En état de crise permanent, le CHU de Guadeloupe se bat pour éviter une « médecine de catastrophe »
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/04/en-etat-de-crise-permanent-le-chu-de-guadeloupe-se-bat-pour-eviter-une-medec

    A la fin du premier confinement, déclaré en mars alors que le nouveau coronavirus circulait au ralenti dans le département d’outre-mer, le bilan était limité à treize morts à l’hôpital et dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Dès le milieu de l’été, le nombre de contaminations repart pourtant à la hausse au sein d’une population dans laquelle 100 000 personnes (sur 400 000 habitants) sont considérées comme vulnérables – diabétiques, en surpoids ou atteintes d’une autre maladie chronique. De nouveaux foyers épidémiques apparaissent, en provenance, selon les recherches de l’Agence régionale de santé (ARS), de la partie néerlandaise de l’île de Saint-Martin – le territoire est partagé entre les Pays-Bas et la France depuis 1648.« Sint Maarten [nom de la partie néerlandaise] avait laissé les lieux festifs ouverts avec des entrées de touristes venant du continent américain, indique aujourd’hui Valérie Denux, directrice de l’ARS. On a été très clairement réensemencés par ces clusters, puisque des personnes y sont allées et ont continué à faire la fête en rentrant en Guadeloupe. »
    En plein été, tout juste nommé le 22 juillet, le préfet, Alexandre Rochatte, constate une remontée des indicateurs, mais ne dispose pas du cadre juridique pour imposer de nouvelles mesures de restrictions des déplacements : l’état d’urgence sanitaire est, à cette période, suspendu sur le territoire national. Une attestation de dépistage négatif est bien demandée aux voyageurs arrivant de l’Hexagone, mais ne concerne pas les vols entre les îles françaises des Caraïbes – la faible capacité d’analyse des tests PCR y imposerait de trop longs délais de résultats.

    #Covid-19#migration#migrant#france#metropole#caraibe#saintmartin#sante#systemesanté#sante#cluster#test#frontiere

  • How Africa fought the pandemic — and what coronavirus has taught the world | Financial Times
    https://www.ft.com/content/c0badd91-a395-4644-a734-316e71d60bf7

    Genomic analysis would later reveal that almost all infections brought into Africa came not from China but from Europe, what Mr Nkengasong calls an “amphibious attack”. It is a reversal of the normal patterns of infectious disease in which Africa is so often the epicentre. This time, the threat was coming from the north. Looking back at the initial months of the pandemic, when it was overwhelming sophisticated health systems in Italy, Spain and Britain, Mr Nkengasong recalls the shock he felt. “We watched with total fright and awe what was happening in Europe. We knew we had no chance if that happened here on that scale.”

    #Covid-19#migrant#migration#afrique#monde#sante#systemesante#politiquesante#pandemie

  • Jabeer Butt: Racism and covid-19—a matter of life and death - The BMJ
    https://blogs.bmj.com/bmj/2020/10/28/jabeer-butt-racism-and-covid-19-a-matter-of-life-and-death

    The omission of racism from the government’s new report on covid-19’s health inequalities marks its latest failure to tackle this important issue, says Jabeer Butt. Last week the UK government’s Race Disparity Unit published its first quarterly report on covid-19 health inequalities. Much of the interviews and reporting that accompanied the report’s publication have focused on comments made at the launch of the report, suggesting that racism does not explain the disproportionate impact of covid-19 on Britain’s Black, Asian, and minority ethnic (BAME) communities. This conclusion does not appear in the 62 pages of the report, where neither racism nor racial inequality is mentioned at all, but is rather how Raghib Ali, one of the government’s new expert advisers, chose to present the findings at the media launch.
    Some might say that the report’s focus on “ethnic disparities” means I am being churlish in suggesting the government’s report has not investigated the impact of racism. But the report’s failure to address at all whether racism has played a part in the pandemic is telling, as are the remarks of government adviser Raghib Ali that structural racism does not seem to explain ethnic disparities in the burden of covid-19 on communities. The report concludes that “a range of socioeconomic and geographical factors such as occupational exposure, population density, household composition, and pre-existing health conditions may contribute to the higher infection and mortality rates for ethnic minority groups.” Using the data from this report, a strong argument can be made that all these factors demonstrate the impact of structural racism.
    The report uses multiple datasets to show that there is a higher risk of infection and higher risk of death as a result of infection among BAME communities. While it suggests that the “relative risk” of dying for “Black and South Asian” groups is reduced “when taking into account socioeconomic and geographical factors,” it is silent as to why these communities are at greater risk of experiencing the “deprivation” that is “a good marker of many of these factors.” It is worth here reminding ourselves of the findings of Sir Michael Marmot’s 2020 review of health inequalities over the past 10 years. Marmot’s review noted the toll of austerity, from “…a rise in homelessness, to people with insufficient money to lead a healthy life and resorting to foodbanks in large numbers, to ignored communities with poor conditions and little reason for hope. And these outcomes, on the whole, are even worse for minority ethnic population groups…”

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#sante#systemesante#inegalite#minorite#diaspora#race#BAME

  • Flambée de l’épidémie de Covid-19 en Polynésie française
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/10/27/flambee-de-l-epidemie-de-covid-19-en-polynesie-francaise_6057517_3244.html

    Dans cette collectivité d’outre-mer aux compétences partagées entre la France et le gouvernement local, le président, Edouard Fritch, et le haut-commissaire, Dominique Sorain, ne veulent pas d’un nouveau confinement. La Polynésie a déjà été confinée pendant plusieurs mois, et même placée sous couvre-feu, au début de l’épidémie. La restauration et surtout le tourisme sont en grande difficulté.Même au marché de Papeete, pourtant fréquenté par la clientèle locale, les commerçants souffrent de la baisse d’activité. « Les gens n’ont plus de travail et plus d’argent, alors certains jours, je ne vends rien, pas un bouquet, alors que je suis là seize heures par jour, mais je viens quand même, on ne sait jamais », se désespère Léa Haerea, une vendeuse qui n’a jamais vu une telle crise en cinq décennies. Une crise amplifiée par l’absence de caisse de chômage en Polynésie.
    A ses côtés, une autre fleuriste, Mareva Teuira, dénonce la gestion de l’épidémie : « Il ne fallait pas ouvrir les frontières aux touristes et aux remplaçants des fonctionnaires et des gendarmes, on aurait pu garder les mêmes, et c’est eux qui ont amené le virus. » La Polynésie a rouvert ses frontières le 15 juillet pour sauver son tourisme, et l’épidémie a commencé à se répandre deux semaines plus tard. Ce choix a accentué la défiance envers les élus, qui concentrent les reproches de cette commerçante : « Le premier cas de Covid à Tahiti, c’est une députée, et il y a quinze jours, c’est le président Fritch qui a ramené le virus de France, sans compter tous les élus venus voter à Papeete pour les sénatoriales, qui ont dispersé le virus dans les îles : pour moi, les politiques sont les premiers responsables. »
    Quelques jours après les sénatoriales organisées à Tahiti, plusieurs élus municipaux ont en effet été testés positifs au virus dans de petites îles jusqu’ici épargnées. Les îles et atolls isolés des cinq archipels polynésiens sont la principale crainte du ministère de la santé local. Beaucoup ne disposent que d’un infirmier pour tout professionnel de santé. Les cas sérieux doivent être évacués par avion vers Tahiti, l’île la plus habitée, la seule équipée d’un hôpital moderne. L’autre inquiétude porte sur les comorbidités : l’hypertension artérielle, le diabète et l’obésité sont des facteurs de risque très répandus parmi les Polynésiens.

    #Covid-19#migration#migrant#france#polynésie#sante#archipel#systemesante#frontiere#tourisme#economie#politique

  • Covid-19: Increased risk among ethnic minorities is largely due to poverty and social disparities, review finds - bmj.m4099.full.pdf
    https://www.bmj.com/content/bmj/371/bmj.m4099.full.pdf

    Covid-19: Increased risk among ethnic minorities is largely due topoverty and social disparities, review findsGareth IacobucciMost of the increased risk of infection and death fromcovid-19 among people from ethnic minorities isexplained by factors such as occupation, wherepeople live, their household composition, andpre-existing health conditions, a government reviewhas concluded.1But the first quarterly report from the government’sRace Disparity Unit (RDU), based in the CabinetOffice, notes that a part of the excess risk“remainsunexplained”in some groups such as black men, andit said that further work was needed to understandwhich factors may be causing the disparities.The report summarises progress towards tacklingcovid-19 health inequalities since Public HealthEngland published a review on 2 June setting out thedisparities in risks and outcomes.2Since then theRDU has been working with the equalities minister,Kemi Badenoch, across government, with the Officefor National Statistics, and with academics toexamine what is driving these disparities and how totackle them.Raghib Ali, one of the government’s new expertadvisers on covid and ethnicity, said there was“goodevidence”that most excess risk among ethnicminorities was explained by risk factors other thanethnicity

    #Covid-19#migrant#migration#angleterre#sante#minorite#race#ethnicite#inegalite#systemesante

  • L’escalade du conflit et les déplacements massifs obligent à intensifier les actions au Sahel central | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/lescalade-du-conflit-et-les-deplacements-massifs-obligent-intensifier-les-actio

    L’OIM a intensifié ses opérations afin de fournir une aide vitale aux personnes touchées et déplacées, tout en s’efforçant d’atténuer les facteurs de conflit par des activités de consolidation de la paix et de résolution des conflits, et de renforcer les efforts de développement, notamment par des initiatives de réduction des risques de catastrophes et des moyens de subsistance.
    Cela s’ajoute à la réponse régionale de l’Organisation à la COVID-19 qui vise à freiner la transmission de la maladie, à limiter les effets humanitaires et socioéconomiques de la pandémie et à aider les communautés touchées à se préparer à un relèvement à plus long terme. Pour cela, les activités se concentrent sur le renforcement des systèmes de santé, la formation au niveau communautaire et national, les campagnes de sensibilisation, la distribution d’équipements de protection individuelle et le soutien aux laboratoires ainsi que les dépistages sanitaires aux frontières et autres endroits stratégiques.
    À l’heure actuelle, les besoins de financement globaux de l’OIM pour son intervention au Sahel central ne sont financés qu’à hauteur de 34 pour cent. L’Organisation a besoin de 58 millions de dollars pour répondre aux besoins de deux millions de personnes ciblées par l’intervention. De même, les plans globaux d’intervention humanitaire des Nations Unies pour l’aide au Sahel central cette année n’ont été financés qu’à hauteur de 39 pour cent.

    #covid-19#migrant#migration#afrique#sahel#personnedeplacee#humanitaire#sante#oim#vulnerabilite#systemesante#sensibilisation#pandemie#frontiere

  • Covid-19 is still worsening health inequality. Why hasn’t anything been done? | Gurch Randhawa | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/oct/06/covid-19-still-worsening-health-inequality
    https://i.guim.co.uk/img/media/b2fe54b5ef7afd4d35b28c9281b4db4de7fd7cd6/123_90_1833_1100/master/1833.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The first wave of Covid-19 threw the UK’s existing health inequalities into stark relief. Black people were most likely to be diagnosed with Covid-19, and people from a Bangladeshi background were twice as likely to die from the virus compared with white British people. The Public Health England (PHE) review has only confirmed what we all knew anecdotally: Covid-19 hit the black and minority ethnic (BAME) population very hard, both in the community and among healthcare staff.
    Now infection rates are creeping up again, and weekly data shows ethnic minority communities are once again being disproportionately affected by the virus. And yet nothing appears to have been done to reinforce their protection: there is silence from the government as to how and when it will implement PHE’s review recommendations.
    We need urgent action to tackle the structural inequalities affecting these communities. If we fail, we risk sleepwalking into a nightmare version of Groundhog Day, witnessing another significant and disproportionate rise of Covid-19 related deaths among ethnic minority communities.
    Health inequality goes back a long way. We’ve known for a long time that some BAME doctors, nurses and healthcare assistants in the NHS receive poorer treatment than their colleagues. This is a well-documented phenomenon backed by decades of research. During the first wave, ethnic minority staff had worse access to PPE, more trying shift patterns and greater exposure to Covid-19 patients. The recent surveys of staff by the British Medical Association and Royal College of Nursing lend credence to the fact that BAME staff continue to suffer from a lack of PPE. Too little was done to combat this in the years before the virus struck, and now we’re seeing the consequences of this neglect.
    It is not just failed policy initiatives we have an abundance of, it’s laws too. In theory the UK has some of the most progressive laws on equality in the world. We have the Equality Act 2010, the public sector equality duty and equality impact tools, but none were evident in the government’s Covid-19 action plan, published in March. Had they been applied, the government may well have taken a more sophisticated and tailored approach towards public health, rather than the “protect the NHS” position that was adopted.
    The original government action plan didn’t appear to focus very much on preventing people getting the virus. The government response of “people will get ill, we need to protect NHS” translated into political messages of “take it on the chin”, and “we need herd immunity”. It was a medical approach, not a public health approach, and it ignored existing inequalities and specific community sensitivities. Inevitably those on lower incomes, in more crowded housing and with long-term health issues suffered the most. This explains the high and disproportionate death toll in many ethnic minority communities.

    #Covid-19#migration#migrant#grandebretagne#sante#inegalite#minorite#race#BAME#NHS#systemesante

  • No lost generation : can poor countries avoid the Covid trap ? | Kristalina Georgieva | Business | The Guardian
    https://www.theguardian.com/business/2020/sep/29/covid-pandemic-imf-kristalina-georgieva
    https://i.guim.co.uk/img/media/bd9b0a0f48ea95280aa2c3f594fe75e0192cd936/0_317_4928_2956/master/4928.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Just as people with weak immune systems are more vulnerable to the virus, so low-income countries with weak fundamentals are more prone to its economic effects. More than half of these countries were already at high risk of – or actually in – debt distress before the crisis began.The pandemic has exacerbated this with a poisonous cocktail of external shocks: sharply falling exports and commodity prices, collapsing trade, evaporating tourism and less capital inflows. Remittances, which are the main source of income for many poor families, have been hit hard – by almost 20% in countries such as Bangladesh.It is urgent that we act now to prevent “scarring” – long-term loss of human and economic capacity – in the poorest countries. Most importantly, we must secure access to opportunities – education, jobs, financing to start businesses – for the generation of young people upon whom the future of these countries depends. What needs to be done?
    First, governments must prioritise health for a durable exit from the pandemic. Saving lives and saving livelihoods are two sides of the same coin. Given that lockdowns are difficult to sustain, this means combining investments in treatment capacity with targeted measures such as social distancing and contact tracing, and with an emphasis on the most vulnerable, including elderly people. Vietnam and Cambodia are examples of where this is happening.
    Second, economic measures – especially fiscal ones – should be even more focused. The quality and effectiveness of domestic resource mobilisation and spending are at a premium. For example, protecting education is critical to avoid permanent damage to young people’s prospects. And there must be zero-tolerance of corruption. The crisis has exposed structural weaknesses in social protection systems and offers an opportunity to build stronger systems that can reach vulnerable populations.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#transfert#paysendeveloppement#vulnerabilite#systemesante#protection#economie#FMI

  • Madrid, de nouveau épicentre du Covid-19, limite la liberté de mouvement de 850 000 personnes
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/19/madrid-de-nouveau-epicentre-du-covid-19-limite-la-liberte-de-mouvement-de-85

    A compter de lundi, les rassemblements de plus de six personnes sont interdits dans toute la région, forte de 6,6 millions d’habitants, et la liberté de mouvement est sérieusement restreinte dans 37 quartiers de Madrid et de sa proche banlieue, représentant plus de 850 000 personnes. A Vallecas, Carabanchel, Villaverde et d’autres quartiers populaires concernés, les habitants n’ont le droit de quitter le périmètre fixé par les autorités que pour se rendre au travail, chez le médecin ou accompagner leur enfant à l’école, afin de freiner la propagation de l’épidémie dans le reste de la capitale.Ils peuvent certes sortir de chez eux, dans les limites de leur « zone sanitaire », mais les parcs et jardins sont fermés afin d’éviter les rassemblements entre voisins et amis, puisque « la majorité des cas de contagion ont lieu lors des réunions privées », a souligné Mme Ayuso. Les commerces, bars, restaurants, et même les salles de jeux et de paris peuvent ouvrir, mais doivent fermer à 22 heures et ne fonctionner qu’à 50 % de leur capacité.
    Ces quartiers « représentent 13 % de la population mais 25 % des cas », a souligné Mme Ayuso pour justifier ce confinement sélectif, qui a suscité des crispations. S’il s’agit des zones les plus touchées par la deuxième vague de Covid-19, celles où ont été recensés plus de 1 000 cas pour 100 000 habitants ces quatorze derniers jours, ce sont aussi les plus pauvres, où les conditions de vie sont les plus précaires, où se logent de grandes familles dans de petits appartements où cohabitent souvent plusieurs générations.
    « C’est une ségrégation de classe. Inefficace et injuste », a écrit sur Twitter Iñigo Errejon, le leader de la gauche alternative Más Madrid. La crainte est aussi que cette mesure ne soit trop tardive et trop timide, étant donné l’ampleur qu’a prise la deuxième vague à Madrid, région dense, à forte mobilité, déjà qualifiée de « bombe radioactive virale » par le président de la région limitrophe de Castille-La Manche, Emiliano Garcia-Page, le 3 septembre.Le taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants sur sept jours) y est de 323, le double par rapport à Paris. En une semaine, Madrid a recensé près de 21 000 cas, 369 nouvelles hospitalisations et 144 décès, portant à 9 000 morts le bilan de la pandémie dans la région – 16 000 si on y ajoute les cas suspects recensés dans les maisons de retraite. Et la pression ne cesse de s’accroître de nouveau sur le système de santé, avec plus de 3 300 personnes hospitalisées pour Covid dans la région, soit un taux d’occupation des lits disponibles de 21 %. Près de 400 autres se trouvent en soins intensifs (41 % des capacités). Certains hôpitaux se trouvent déjà au bord de la saturation, tout comme les centres de santé de ville.

    #Covid-19#migration#migrant#espagne#madrid#politique#sante#confinement#segregation#systemesante#zonearisque

  • Israel returns to virus lockdown as cases mount
    https://apnews.com/ff70d10700ebe2ed7becc3b2a9e08bc7

    Under the new lockdown, nearly all businesses open to the public will be closed. People must remain within 1 kilometer (0.6 miles) of home, but there are several exceptions, including shopping for food or medicine, going to work in a business that’s closed to the public, attending protests and even seeking essential pet care.Israel has reported a total of more than 175,000 cases since the outbreak began, including at least 1,169 deaths. It is now reporting around 5,000 new cases a day, one of the highest per capita infection rates in the world.Israel was among the first countries to impose sweeping lockdowns this spring, sealing its borders, forcing most businesses to close and largely confining people to their homes. That succeeded in bringing the number of new cases down to only a few dozen per day in May.But then the economy abruptly reopened, and a new government was sworn in that was paralyzed by infighting. In recent months authorities have announced various restrictions only to see them ignored or reversed even as new cases soared to record levels.
    The occupied West Bank has followed a similar trajectory, with a spring lockdown largely containing its outbreak followed by a rise of cases that forced the Palestinian Authority to impose a 10-day lockdown in July. The PA has reported more than 30,000 cases in the West Bank and around 240 deaths.The Gaza Strip, which has been under an Israeli-Egyptian blockade since the Islamic militant group Hamas seized power from rival Palestinian forces in 2007, was initially insulated from the pandemic. But authorities detected community spread last month, and there are now more than 1,700 active cases in the impoverished territory of 2 million, straining its already fragile health system. At least 16 people have died.

    #Covid-19#migrant#migration#israel#gaza#sante#religion#systemesante#frontière#reconfinement

  • Comment le coronavirus a poussé des centaines de Subsahariens à quitter l’Algérie pour la Tunisie
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/03/comment-le-coronavirus-a-pousse-des-centaines-de-subsahariens-a-quitter-l-al

    A l’instar de plusieurs centaines de Subsahariens, principalement de nationalité nigériane, ivoirienne ou malienne, Souleymane et ses camarades ont quitté l’Algérie pour fuir la crise économique et sanitaire. Une poussée migratoire moins remarquée que celle qui a entraîné des milliers de jeunes Tunisiens vers les côtes européennes cet été, mais qui a donné du souci aux villes sinistrées de l’ouest du pays. A Kasserine notamment, l’arrivée de ces exilés de la crise a fait craindre un emballement de l’épidémie. Souleymane et ses camarades, parce qu’ils ont été parmi les premiers à passer la frontière, ont été immédiatement pris en charge par la police, placés en quatorzaine et soumis à des tests PCR pour dépister d’éventuelles contaminations au coronavirus. Mais « nous avons été très vite saturés au niveau des centres de quarantaine », se souvient le directeur régional de la santé, Abdelghani Chaabani. « Au pic des arrivées, renchérit Dalèle Mhamdi, médecin et chargée de la cellule de crise locale, nous avions 80 personnes à confiner pour seulement 40 lits de disponibles et beaucoup de personnes étaient testées positives. » Les malades ont dû être réunis dans un centre éloigné de la ville, non loin de la zone militaire du mont Chaâmbi, tristement connu depuis plusieurs années pour être le théâtre d’affrontements entre militaires et djihadistes.
    « A “l’abattoir” »

    Le confinement a payé : à Kasserine, on dénombrait cinq cas importés de Djerba en mars, et seulement 34 à la fin août, dont 9 locaux. Mais, si l’épidémie semble sous contrôle, l’état des infrastructures inquiète dans cette ville sinistrée. « Tout le monde sait ici que l’hôpital n’a pas les moyens, confie Shady Rehbi, un Kasserinois chargé de protection de l’enfance à l’Unicef et ex-conseiller municipal. Certains le surnomment même “l’abattoir” tellement il est synonyme d’une mauvaise prise en charge. » Un nouveau service des urgences est en cours de construction mais, en attendant, la plupart des cas sévères de Covid-19 sont transférés dans les hôpitaux des régions côtières comme Sousse et Monastir. Dans le hall de celui de Kasserine, une sorte de sas fabriqué par les étudiants d’une école d’ingénieurs pour filtrer les patients et prendre leur température est déjà cassé et laissé à l’abandon.Si Souleymane a été, de son propre aveu, « bien traité », tous les migrants n’ont pas bénéficié du même accueil. « Il y avait dix à vingt personnes qui arrivaient chaque jour, raconte Hatem Labbaoui, président du comité local du Croissant-Rouge à Kasserine Nord. Au début, nous avons tout fait pour leur assurer le minimum mais, très vite, nous avons été débordés. Pour les demandeurs d’asile, certaines ONG internationales nous ont fourni des tentes. Mais comment voulez-vous forcer à confiner quelqu’un sous une tente par une telle chaleur ? Sans compter les trajets à faire vers Chaâmbi, en dehors de la ville, où l’eau a été coupée plusieurs fois. »

    #Covid-19#migrant#migration#tunisie#afrique#sante#systemesante#immigration