• Schimanski - mit politisch korrektem Vorspann
    https://www.ardmediathek.de/sendung/tatort-schimanski-oder-restauriert-in-hd/Y3JpZDovL3dkci5kZS90YXRvcnRzY2hpbWFuc2tpcmVzdGF1cmllcnRoZA


    Lors ce que la télé allemande nous offre les polars « cults » avec le personnage archi-macho Horst Schimanski il faut prévenir les jeunes avant le début du générique qu’il y aura des « paroles et attitudes discriminatoires ». Les patrons et patronnes de télé sont vraiment sympas avec vous !

    Tatort Schimanski | restauriert in HD
    Horst Schimanski und Christian Thanner ermitteln wieder in Duisburg. Zum 40. Sendejubiläum zeigt der WDR in HD abgetastete und digital restaurierte Folgen der Kultreihe mit Götz George in der Rolle als Tatort-Ermittler Schimanski.

    #télévision #histoire #Allemagne

  • Polish concert for troops defending border to feature #Las_Ketchup and #Lou_Bega

    Poland’s defence ministry and state broadcaster #TVP will this weekend hold a concert to show support for troops defending the eastern border, where tens of thousands of mostly Middle Eastern migrants have been seeking to cross from Belarus.

    As well as a number of domestic stars, the event will also feature international performers including Spanish girl group Las Ketchup – famous for their 2002 hit “The Ketchup Song” – and German singer Lou Bega, best known for “Mambo No. 5”.

    The concert, titled “#Murem_za_polskim_mundurem” (roughly: Support for the Polish uniformed services), will take place on Sunday at an air base in the town of #Mińsk_Mazowiecki, around 40 kilometres to the east of Warsaw.

    It will be broadcast on the main channel of TVP, which, like other state media, is under government influence. The “great concert of support for the defenders of the Polish borders” will feature “European stars”, declared TVP’s CEO, Jacek Kurski.

    As well as Las Ketchup and Lou Bega, performers at the event include #No_Mercy (known for 1996 hit “Where Do You Go?), #Loona, German Eurodance project #Captain_Jack (known for their eponymous 1995 single), and former #Ace_of_Base lead singer #Jenny_Berggren.

    The concert will also feature “undisputed stars of the Polish stage”, including #Edyta_Górniak, #Jan_Pietrzak, #Halina_Frąckowiak and #Viki_Gabor, says TVP. Gabor is known to international audiences as the winner of the Junior Eurovision Song Contest in 2019.

    One opposition MP, however, was left unimpressed by the plans, noting that a number of migrants and refugees have died at the border while trying to cross in increasingly harsh weather conditions. Human Rights Watch recently accused both Poland and Belarus of “abusing” migrants.

    “A concert when people are dying at the border,” tweeted Maciej Gdula of The Left. “Only Jacek Kurski could come up with something like that.”

    https://notesfrompoland.com/2021/12/03/polish-concert-for-troops-defending-border-to-feature-las-ketchup-a

    #propagande #art #concert #Pologne #asile #migrations #réfugiés #frontières #télévision #musique #indécence

    –—

    ajouté à la métaliste de #campagnes de #dissuasion à l’#émigration (même si cet événement est un peu différent, car il est organisé en soutien aux troupes qui « gardent la frontière ») :
    https://seenthis.net/messages/763551

  • As Americans cut the cord, Europeans sign up for more pay-TV | The Economist (11/09/2021)
    https://www.economist.com/business/2021/09/11/as-americans-cut-the-cord-europeans-sign-up-for-more-pay-tv

    Why has American media’s mega-trend missed Europe? One reason is price. America’s cable industry may look competitive: the largest player, Comcast, has only a quarter of the market. But it is highly regionalised, so most homes have few options, says Richard Broughton of Ampere. The result is an average monthly cable bill of nearly $100. British homes pay less than half as much. Tax loopholes have made pay-tv an even better deal in parts of Europe. Take-up in France rocketed from 30% to 90% between 2004 and 2014, after the government imposed a lower rate of vat on television services than on telecoms, unintentionally giving phone firms an incentive to throw in a cheap tv package and pay the lower rate of tax. The loophole has been closed, but subscriptions remain high.

    A second factor is content. American cable tv is running out of shows as studios move their best ones to their own streaming platforms. In Europe, where some streamers have yet to launch, pay-tv firms retain the rights to many of the most popular titles. Britons seeking the third season of WarnerMedia’s “Succession”, for instance, must go to Sky, a Comcast-owned satellite firm, since Warner’s hbo Max has yet to stream outside the Americas.

    The last reason Europe still favours cable is that American streamers have forged partnerships with European pay-tv firms rather than competing with them. In the race for subscribers, the quickest way for streamers to bulk up in Europe has been to join forces with satellite and cable incumbents. They are the ones with access to consumers and the ability to handle local marketing and ad sales. In Spain, Vodafone offers bundled subscriptions to Netflix, Disney+ and others. Next year Viacomcbs’s Paramount+ will launch in six European countries on Sky’s platform.

    Will cord-cutting eventually cross the Atlantic? As long as Hollywood studios continue to license their programming to local players, consumers will have every reason to stick with pay-tv. For the studios themselves those deals are lucrative, points out Mr Broughton: “Doing a Disney and cancelling all those contracts, then replacing them with your direct-to-consumer service, leaves you with a bit of a gap in your financials.”

    In the long run, though, studios would rather bring viewers onto their own platforms, as in America. In that scenario, pay-tv firms may be left with little to offer but sport, alongside streaming bundles of the sort offered by France’s Orange or Britain’s Virgin Media. Warner plans a gradual European roll-out of hbo Max over the next few years. By the time the fourth season of “Succession” is out, audiences may be watching it online.

    #svod #streaming #télévision #audiovisuel

  • En France, un prêtre condamné pour atteinte sexuelle sur mineur officie la messe en direct sur France 2
    https://soirmag.lesoir.be/404739/article/2021-11-05/en-france-un-pretre-condamne-pour-atteinte-sexuelle-sur-mineur-offici

    Scandale en France : un prêtre condamné pour atteinte sexuelle sur mineur a célébré la messe en directe sur France 2. Il avait été condamné à 10 mois de prison avec sursis en 2007.

    C’est un nouveau scandale qui secoue la France. Le dimanche 24 octobre, comme à son habitude, France 2 diffuse la messe dans le cadre son émission « Le Jour du Seigneur ». Parmi les trois prêtres officiant la messe, A., un homme condamné pour atteinte sexuelle sur mineur à 10 mois de prison avec sursis en 2007, rapportent nos confrères de Libération.


    Les faits se sont déroulés dans la paroisse de Notre-Dame du Perpétuel Secours à Asnières-sur-Seine, non loin de Paris. La veille, les équipes avaient répété pendant trois heures la messe, afin d’éviter le moindre couac. Pourtant, alors que tout était au point au niveau de la technique, c’est ailleurs que le scandale s’est produit. Directement devant l’autel. Ce sont des catholiques du diocèse de Nancy qui ont réalisé que l’un des trois prêtres était cet homme, déjà condamné.

    Le tout à peine, quelques semaines après la publication du rapport de la Ciase sur la pédocriminalité dans l’Église. Il s’agit de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, qui révèle, entre-autres, que plus de 3.500 Français auraient été victimes d’abus.

    #culture_du_viol #catholicisme #eglise #religion #prêtres #viol #déni #pédophilie #violophilie #élites #victimes #diocèses #victimes #justice #CIASE #LP #France #Télévision

  • Voici ce qu’il se passe réellement avant et pendant une émission de “débat” - FRUSTRATION
    https://www.frustrationmagazine.fr/emission-debat-coulisses

    Pourquoi de telles énormités sociales dans l’organisation d’une émission de débats ou d’idées ? D’abord parce que plus personne ou presque ne réfléchit à ce que cela signifie d’organiser des débats télévisés sur des sujets de société. On enseigne aux étudiants en école de journalisme de rechercher des gens qui ont une “hauteur de vue”, sous-entendu bac+5, sous-entendu bien nés et qui ne subiront pas ce qu’ils prônent. On ne va quand même pas faire venir un smicard pour parler du niveau des salaires ? Non mais sans blague.

  • Enthüllungen eines Insiders - Scharpings Propaganda im Kosovo-Krieg - NDR
    https://daserste.ndr.de/panorama/archiv/2000/Enthuellungen-eines-Insiders-Scharpings-Propaganda-im-Kosovo-Krieg,erst

    Le mensonge qui a justifié le déclenchement de la guerre du Kosovo : Le ministre de la défense allemand, le social-démocrate Rudolf Scharping, présente le plan de nettoyage éthnique serbe « fer de cheval » qui est en réalite une fabrication de son ministère. Le ministre des affaires étrangéres au sein de ce gouvernement fédéral, le vert Joseph Fischer s’en servait comme lui afin de justifier le soutien de fait des fascistes croates.

    Ce mensonge complète la liste des prétextes de guerre fallacieux comme l’incident de Gleiwitz, les incidents du golfe du Tonkin et les « weapons of mass destruction » de Saddam Hussein.

    Il s’agit d’une émanation du phantôme génocidaire serbe évoqué à maintes reprises par les amis de l’OTAN tel que l’ancien journal de gauche L’Ibération.

    Je constate qu’en 2000 les journalistes des radios et télévisions publiques allemandes pouvaient encore critiquer la politique officielle alors que vingt ans plus tard il ne publient que des commentaires à propos des échecs militaires afin de justifier les dépenses militaires en constante hausse

    Das Erste | Panorama | 18.05.2000 | 21:00 Uhr, Bericht von Mathis Feldhoff und Volker Steinhoff

    Anmoderation

    PATRICIA SCHLESINGER:

    Wer eine Wahl gewinnen will, muss Stärke beweisen. Ein amerikanischer Präsident erfindet einen Krieg, einen Angriff auf ein kleines Balkanland. Medienwirksam und rührend emotional wird die fingierte Attacke von seinen Soldaten niedergeschlagen. Dafür rennt in einem Filmstudio eine Schauspielerin als Flüchtling verkleidet durch die Kulisse eines zerstörten Dorfes. Das ist Hollywood, Szenen aus einem Kinofilm, „Wag the Dog“ heißt er. In der Realität, erst recht bei uns, ist das natürlich undenkbar. Wenn sich Deutschland an einem Krieg beteiligt, muss das moralisch gerechtfertigt, die Notwendigkeit politisch begründet werden. Dass der Verteidigungsminister bei der Legitimation für den Kosovo-Krieg übertrieben hat, dass moralischer Eifer und erhöhter Legitimationsdruck der rot-grünen Regierung dabei eine Rolle spielten, das haben wir alle gewusst. Aber nun redet erstmals ein General vor der Kamera und spricht von einer größeren Manipulationskampagne. Demnach hat Rudolf Scharping Fakten bewusst falsch wiedergegeben und Drohkulissen entworfen, die nicht der realen Gefahr entsprachen, nur um die mediale Heimatfront ruhigzustellen. Bis vor kurzem hätte ich das auch noch für Hollywood-Klamauk gehalten.

    Mathis Feldhoff und Volker Steinhoff über den ganz bewussten Umgang mit der Wahrheit.

    KOMMENTAR:

    Früher galt er als langweilig. Im Kosovo-Krieg bewies er Statur: Verteidigungsminister Rudolf Scharping. Sein immer wieder beschworenes Kriegsargument für die pazifistische Basis: die Abwendung einer humanitären Katastrophe.

    Inzwischen hat Scharping sein Tagebuch aus den Kriegstagen veröffentlicht.

    Originaltext Rudolf Scharping:

    „7. April. Es ist abscheulich. Diese Lumpen und Verbrecher bringen wahllos Menschen um, rauben ihre Opfer aus, vertreiben sie oder vergewaltigen die Frauen. Umso unverantwortlicher, dass einige öffentlich immer wieder einen Stopp oder eine Pause der Luftangriffe fordern.“

    KOMMENTAR:

    Für Scharping ist von Anfang an alles klar: im Kosovo droht die humanitäre Katastrophe. Und Scharping hat dafür Beweise, angeblich jedenfalls.

    Seine Behauptung vor Kriegsbeginn: Das „Massaker“ von Rugovo.

    Ende Januar 1999, knapp zwei Monate vor Kriegsbeginn, gehen diese Leichenbilder um die Welt. Allgemeines Entsetzen. 23 Tote Albaner, nebeneinander. Für Scharping ist damit klar: ein Massaker der Serben. Im Tagebuch notiert er:

    Originaltext Rudolf Scharping:

    „Auf dem Flug zum NATO-Gipfel in Washington hatten mir Mitarbeiter die Bilder von getöteten Kosovo-Albanern gezeigt. Beim Anschauen der Fotos Übelkeit. Ist Entsetzen steigerbar? Später bitte ich meine Mitarbeiter, die Bilder für eine der Pressekonferenzen vorzubereiten.“

    KOMMENTAR:

    Dort präsentiert der Minister dann seine Beweise. Und tatsächlich: Viele Leichen nebeneinander, wie nach einem Massaker. Scharping ist sich anhand seiner Bilder ganz sicher, was am 29. Januar in dem kleinen Örtchen Rugovo passiert ist.

    0-Ton

    RUDOLF SCHARPING:

    (Verteidigungsminister)

    „Wir haben sehr gut recherchiert und uns Bildmaterial besorgt, das OSZE-Mitarbeiter am Morgen gemacht haben zwischen sieben und acht Uhr.“

    KOMMENTAR:

    Fernsehbilder von genau diesem Morgen. Tatsächlich: ein OSZE-Mann, mit grüner Jacke, Henning Hensch, ein deutscher Polizeibeamter, erster internationaler Ermittler vor Ort.

    0-Ton

    HENNING HENSCH:

    (OSZE-Ermittler)

    „Es war nicht so. Die Leichen haben da zwar gelegen, aber sie sind dort hingebracht worden von den serbischen Sicherheitsbehörden, nachdem die eigentliche Tatortaufnahme - und das hängt wieder zusammen mit diesem Ermittlungsrichter - abgeschlossen war, nachdem beschlossen war: wir bringen die Leichen jetzt weg.“

    KOMMENTAR:

    Der Beweis durch Fernsehbilder: Zuerst liegen die Leichen verteilt im Ort, wie nach einem Gefecht. Keine Zivilisten, sondern UCK-Kämpfer.

    Nach diesen Aufnahmen dann werden die Leichen zusammengetragen und fotografiert. Und genau diese Fotos hält Minister Scharping für Beweise eines Massakers. Tatsachen, die dem Experten für Sicherheitspolitik, Professor Lutz, genau bekannt sind. Und er kennt die Bedeutung der Massaker für die damalige Diskussion.

    0-Ton

    PROF. DIETER LUTZ:

    (Inst. F. Friedensforschung und Sicherheitspolitik)

    „Die Massaker waren, wenn Sie so wollen, der berühmte Tropfen, die Wende zum Krieg, der berühmte Tropfen, der das Fass zum Überlaufen gebracht hat. In der damals moralisierenden Argumentation sehr verständlich. In der Folgezeit sind dann auch nicht zufälligerweise die Massaker immer gleichgesetzt worden mit Auschwitz.“

    KOMMENTAR:

    Die Behauptung zum Kriegsbeginn: Die humanitäre Katastrophe.

    Am 24. März beginnt die NATO DEN Krieg gegen die Serben. Scharping liefert die Begründung.

    0-Ton

    RUDOLF SCHARPING:

    (25.3.1999)

    „Meine Damen und Herren, ich will zunächst einmal zwei Punkte unterstreichen: 1. Die militärischen Aktivitäten der NATO dienen einem politischen Ziel, nämlich die Abwendung einer humanitären Katastrophe bzw. die Verhinderung ihres weiteren Anwachsens.“

    KOMMENTAR:

    Eine humanitäre Katastrophe? Jetzt kommt heraus, wie die Lage wirklich war kurz vor Kriegsbeginn.

    0-Ton

    PROF. DIETER LUTZ:

    „Also es gibt insbesondere zwei Lageanalysen, die in diesem Zusammenhang erwähnt werden müssen. Das eine ist der Lagebericht des Auswärtigen Amtes vom 19. März, also fünf Tage vor Kriegsbeginn. Und das Zweite ist die Lageanalyse des Bundesverteidigungsministeriums vom 23. März, also unmittelbar ein Tag vor Kriegsbeginn. Und beide Lageanalysen gehen davon aus, dass keine humanitäre Katastrophe unmittelbar bevorsteht.“

    KOMMENTAR:

    PANORAMA liegen diese Dokumente vor. In dem Lagebericht des Verteidigungsministeriums heißt es am Tag vor dem Kriegsbeginn: Die Serben seien zwar in einer großangelegten Operation noch gar nicht fähig. Bisher gebe es nur örtlich und zeitlich begrenzte Operationen gegen die UCK. Und nach dem internen Bericht des Auswärtigen Amtes hätten die Serben die Zivilbevölkerung vor ihren Angriffen gewarnt. Nach Abzug der serbischen Sicherheitskräfte kehre die Bevölkerung dann meist in die Ortschaften zurück. Es gebe keine Massenflucht in die Wälder, auch keine Vorsorgungskatastrophe.

    0-Ton

    PROF. DIETER LUTZ:

    „Äußerst bestürzt ist man sogar, wenn man liest, dass einzelne UCK-Kommandeure sogar die eigene Bevölkerung am Verlassen der Dörfer hindert, damit es Opfer gibt, damit die NATO mit Luftschlägen eingreift. Dieses alles finden Sie in den Lageanalysen.“

    KOMMENTAR:

    Die „humanitäre Katastrophe“, der Grund für die deutsche Beteiligung am Krieg, findet sich also in den internen Berichten der deutschen Regierung nicht wieder. Dennoch: das Bombardement beginnt.

    Nach Kriegsbeginn: Der Hufeisenplan als Rechtfertigung.

    Kurz nach Kriegsbeginn ist sie dann wirklich da, die Katastrophe: Riesige Flüchtlingsströme, Folter und Mord. Und zu allem Überfluss: Milosevic gibt nicht auf. Langsam wächst die öffentliche Kritik: Wären Verhandlungen nicht doch besser als Krieg?

    Scharping steht politisch mit dem Rücken an der Wand. Da scheint die Rettung zu kommen:

    Originaltext Rudolf Scharping:

    „31. März. Mich elektrisiert ein Hinweis, dass offenbar Beweise dafür vorliegen, dass das jugoslawische Vorgehen einem seit langem feststehenden Operationsplan folgt.“

    KOMMENTAR:

    Ein Hinweis, wenn auch aus dubiosen Quellen. Keine zwei Wochen später präsentiert Scharping stolz einen kompletten Plan: den Hufeisenplan. Milosevic wollte demnach die Albaner von Anfang an vertreiben. Das offene Ende des Hufeisens ist links unten, nach Albanien gerichtet: einziger Fluchtweg für die Bevölkerung. Für Scharping der Beweis: Die Serben planten schon immer die ethnische Säuberung, die deutsche Kriegsbeteiligung also gerechtfertigt. Stolz notiert er in seinem Tagebuch:

    Originaltext Rudolf Scharping:

    „7. April. Die Auswertung des Operationsplanes ‚Hufeisen‘ liegt vor. Endlich haben wir den Beweis dafür, dass schon im Dezember 1998 eine systematische Säuberung des Kosovo und die Vertreibung der Kosovo-Albaner geplant worden war, mit allen Einzelheiten und unter Nennung aller dafür einzusetzenden jugoslawischen Einheiten.“

    KOMMENTAR:

    Gab es diesen Hufeisenplan tatsächlich?

    Wien, Sitz der OSZE. Von hier wurde die Beobachtung des Kosovo geleitet. Zuständig für die militärische Beratung damals: General a.D. Heinz Loquai aus Deutschland. Heute sein erstes Fernsehinterview:

    0-Ton

    HEINZ LOQUAI:

    (General a.D.)

    „Man hat mir im Verteidigungsministerium bei einem ausführlichen Gespräch über den Hufeisenplan gesagt, es lag kein Plan vor, sondern was vorlag, war eine Beschreibung der Operationen der serbischen Polizei und des serbischen Militärs in einem Bürgerkrieg.“

    INTERVIEWER:

    „Wo ist diese Grafik entstanden?“

    HEINZ LOQUAI:

    „Diese Grafiken sind entstanden im deutschen Verteidigungsministerium, das hat man mir jedenfalls gesagt.“

    KOMMENTAR:

    Der schlimme Verdacht: Der Hufeisenplan wurde gar nicht in Belgrad, sondern in Bonn geschrieben. Und für diesen Verdacht spricht ein weiteres Dokument, das PANORAMA vorliegt. Es stammt aus dem Verteidigungsministerium: das Ausgangspapier des angeblich genau bekannten Hufeisenplans. Doch dort heißt es ausdrücklich, der Plan sei „in seinen Details nicht bekannt“. Das Fazit des Generals ist vernichtend.

    0-Ton

    HEINZ LOQUAI:

    „Ich kann nur sagen, dass der Verteidigungsminister bei dem, was er über den Hufeisenplan sagt, nicht die Wahrheit sagt.“

    KOMMENTAR:

    Doch Scharping bleibt dabei, behauptet immer wieder, dass es diesen Hufeisenplan tatsächlich gebe.

    0-Ton

    RUDOLF SCHARPING:

    (5.4.2000)

    „Ich habe gesagt, es gibt diesen Plan, und es gibt eine Fülle von Kenntnissen darüber, dass dieser Plan existiert. Und diese Kenntnisse sind alle durch die Realität bewiesen.“

    KOMMENTAR:

    Aber vorlegen kann er ihn bis heute nicht. Dennoch: die Kritiker seien „böswillig und ahnungslos“.

    0-Ton

    HEINZ LOQUAI:

    „Ahnungslos war ich nicht. Ich habe sehr viele Berichte des Verteidigungsministeriums eingesehen. Ich habe alle OSZE-Berichte gehabt, und ich habe dieses sehr, sehr ausführliche und offene Gespräch im Verteidigungsministerium über den Hufeisenplan gehabt. Also ahnungslos war ich nicht.“

    KOMMENTAR:

    Der General hat inzwischen eine Studie verfasst. Gern hätte er aus all diesen internen Berichten zitiert, etwa denen der deutschen Botschaft in Belgrad.

    0-Ton

    HEINZ LOQUAI:

    „Ich hatte gebeten, für meine Studie die Berichte der Botschaft in Belgrad verwenden zu können, sie zitieren zu dürfen. Dieser Bitte wurde nicht entsprochen, weil, wie man sagte, diese Berichte politisch zur Zeit zu sensitiv sind. Wenn man die Berichte der Experten zum Beispiel dem Bundestag präsentiert hätte, hätte der Bundestag ein anderes Bild gehabt, als er es tatsächlich hatte zur Zeit des Kriegsbeginns. Und ich weiß nicht, ob dann die Abstimmungen so eindeutig verlaufen wären.“

    KOMMENTAR:

    Trotz allem: sicher ist eines: Die Serben haben zahllose Verbrechen im Kosovo begangen. Umso drängender die Frage: Warum reichten Scharping die Fakten nicht aus? Die Antwort nicht nur auf diese Frage wollte er PANORAMA nicht geben.

    0-Ton

    PROF. DIETER LUTZ:

    (Inst. f. Friedensforschung und Sicherheitspolitik)

    „Sieht man das Geschehen und auch die Aussagen von Scharping in der Gesamtschau, so muss man festhalten, dass er immer übertrieben hat, immer auch am Rande dessen war, was die Wahrheit ist, bis hin zu Falschaussagen, wenn wir den Hufeisenplan nehmen. Und ich glaube, es lässt sich damit erklären, dass er versucht hat, durch diese Übertreibungen und Überhöhungen sich selber unantastbar zu machen.“

    Abmoderation

    PATRICIA SCHLESINGER:

    Die Pressestelle des Verteidigungsministers war heute schwer beschäftigt. Mit einem Pauschal-Dementi versuchte sie , die Vorwürfe, die in unserem Film erhoben werden, zu entkräften. Sie seien schlichtweg falsch und widersprächen den Tatsachen, hieß es in einer Presseerklärung. Wer so tönt, muss sich die Frage gefallen lassen: Warum wollten Sie unsere Fragen nicht vor der Kamera beantworten, Herr Scharping?

    Hufeisenplan
    https://de.m.wikipedia.org/wiki/Hufeisenplan

    Hufeisenplan, Operationsplan Hufeisen (im angeblichen Original: Potkova-Plan) war die Bezeichnung eines angeblichen militärstrategischen Plans zur systematischen Vertreibung der Kosovo-Albaner aus dem Kosovo, der der jugoslawischen Regierung zugeschrieben wurde. Er diente als zusätzliche nachträgliche Begründung der Militärintervention im Kosovo-Konflikt. Seine tatsächliche Existenz konnte bislang nicht bewiesen werden.

    #histoire #médias #télévision #Allemagne #impérialisme #Serbie #Croatie #Oustachis #guerre

  • « France », portrait mordant d’un monde médiatique sans scrupules
    https://www.rts.ch/info/culture/cinema/12444395-france-portrait-mordant-dun-monde-mediatique-sans-scrupules.html

    Dans le nouveau film de Bruno Dumont, Léa Seydoux incarne une journaliste vedette d’une chaîne d’info en continu qui ne lâche rien pour arriver à ses fins. Avec « France », le réalisateur pointe les écueils d’un monde médiatique en quête de sensationnalisme.
    Journaliste star du paysage audiovisuel hexagonal travaillant pour une chaîne d’info en continu, France de Meurs (Léa Seydoux) ne recule devant aucun reportage traficoté pour assurer son audience et asseoir sa célébrité.

    >> A voir, la bande-annonce du film
    https://www.youtube.com/watch?v=416RC8btwd4

    Mère absente d’un fils collé à ses écrans, épouse d’un écrivain arrogant (Benjamin Biolay) avec qui elle ne partage plus grand-chose, France passe surtout ses journées avec son assistante personnelle, Lou (Blanche Gardin), qui lui voue un culte sans bornes. Mais un jour, France décide de tout plaquer pour se retrouver elle-même et s’extraire de son image.

    Une satire des médias
    Débutant par une conférence de presse à l’Elysée hilarante qui bidouille avec délice les interventions de Macron face à France de Meurs, le film s’affiche d’emblée comme une satire féroce des médias, de la télévision et des réseaux sociaux.

    Alternant avec une aisance remarquable le comique et le pathétique, Léa Seydoux est impériale alors que Blanche Gardin s’amuse, et nous amuse, à débiter des répliques sans aucune censure morale ou verbale comme son fameux « le pire, c’est le mieux ».

    « France », à voir actuellement sur les écrans, se veut une réflexion sur les contradictions d’un métier qui, selon le réalisateur, résume notre société. « Les journalistes sont des spécimens très intéressants de la modernité », a-t-il expliqué récemment à Cannes où le film était présenté en sélection officielle. « Le journaliste a une mission héroïque de vérité et est embarqué dans une industrie qui a besoin de rendement. C’est un conflit absolument irrésolu et qu’on ne peut pas résoudre ».

    « Je ne tape pas sur les médias », estime Bruno Dumont
    Bruno Dumont, cinéaste volontiers burlesque, dont les derniers films ressemblaient à des ovnis, comme son oeuvre en deux parties sur Jeanne d’Arc, livre cette fois un cinéma un peu plus grand public, dont la bande originale est signée Christophe, mort en avril 2020. Mais il assure toujours se méfier des solutions de facilité et des leçons de morale.

    « Je ne tape pas sur les médias, je ne suis pas débile », souligne le réalisateur qui entend par contre pointer le « dilemme » dans lequel se retrouveraient les journalistes, « une espèce de culpabilité » entre l’activité « très noble du journalisme » et ce qui est « corrompu par l’industrie ».

    Fustigeant sans détour la superficialité des images qui préfèrent le sensationnalisme à l’information, Bruno Dumont rapproche volontairement la facture globale de « France » à la laideur visuelle de ce monde d’élite parisianno-médiatique (on se pince devant le kitsch décoratif de l’appartement des de Meurs). Un film d’un cynisme dévastateur.

    #journalisme #information #presse à papiers #sensationnalisme #satire #médias #télévision #réseaux_sociaux #corruption #propagande #manipulation #presse #merdias #médias #propagande #journulliste #journullistes #médiacrates #france #mass_merdias #enfumage #esj #académie_esj

  • « Les chaînes Bolloré au service de la propagande chrétienne évangélique. » !

    La chaîne C8 provoque la polémique en diffusant un film contre le droit à l’avortement en prime time
    https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2021/08/16/le-chaine-c8-provoque-la-polemique-en-diffusant-un-film-contre-le-droit-a-l-

    La diffusion par la chaîne C8, lundi 16 août, en prime time, d’Unplanned, une fiction américaine relatant le revirement d’une ancienne cadre du planning familial devenue militante anti-avortement, provoque l’indignation des associations féministes. Produite par un studio chrétien évangélique, la fiction avait rencontré un succès inattendu lors de sa sortie aux Etats-Unis au printemps 2019 mais suscité aussi de vives critiques quant à sa véracité, particulièrement d’une scène d’avortement fantaisiste montrant un fœtus se débattre.

    « C’est un choix politique que de programmer ce film contraire au droit à l’avortement, dans un contexte où les femmes ont très peu d’informations sur les questions d’avortement et où les anti-choix sont très présents sur les réseaux sociaux », s’insurge auprès de l’Agence France-Presse Sarah Durocher, co-présidente du réseau associatif Planning familial.

    Le film « est assez terrifiant sur la culpabilisation des femmes, sur l’avortement », qu’il décrit comme une « entreprise » juteuse pour les plannings familiaux américains, explique la militante féministe. C’est « manipulateur » et « n’a rien à voir » avec le fonctionnement des associations en France qui « dénoncent au quotidien des difficultés d’accès à l’avortement ».

    Une pétition lancée par la fondatrice du site Grossesse imprévue contre la diffusion du film sur C8 avait recueilli plus de 18 000 signatures, lundi matin. Elle demande au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) d’obliger C8 à instaurer « une contextualisation de ce programme », en rappelant notamment « que le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est ancré dans la loi française ».

    Le régulateur de l’audiovisuel a rappelé sur Twitter que « les chaînes déterminent librement le choix de leurs programmes » et qu’à ce titre « il n’intervient pas dans la programmation des chaînes ». « Après diffusion, il est possible d’alerter le CSA au sujet d’un éventuel manquement à la loi ou à une obligation », ajoute-t-il.

    Propagande contre l’IVG, coproduite par un fidèle de Trump

    Unplanned se présente ouvertement comme un film de propagande contre l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le scénario est basé sur l’autobiographie éponyme d’Abby Johnson, l’une des jeunes dirigeantes de Planned Parenthood, l’équivalent américain du Planning familial, au Texas. Dans son récit, elle assure avoir basculé dans le camp des anti-IVG après avoir assisté à l’avortement d’un fœtus de treize semaines.

    Le film a été coproduit par Mike Lindell (qui y fait une courte apparition). Ce magnat de l’oreiller fidèle de Donald Trump, ancien toxicomane et chrétien « born again », est aujourd’hui à la pointe du combat appelant à l’annulation de l’élection du président américain Joe Biden en novembre 2020, selon lui entachée par des fraudes qu’il a jusqu’ici été incapable de documenter.

    Aux Etats-Unis, la plupart des chaînes américaines, à l’exception de l’ultraconservatrice Fox News et de la chrétienne évangélique CBN, avaient refusé en 2019 de diffuser de la publicité pour le film. Le long-métrage, qui avait construit son succès sur la mobilisation des réseaux chrétiens évangéliques et anti-IVG de la Bible Belt du Centre et du Sud des Etats-Unis, n’avait quasiment pas été distribué dans les grandes métropoles des Côtes ouest et est.

    Sur le Web francophone, l’extrait du film censé montrer la « souffrance du fœtus » avait déjà été diffusé de manière virale sur les réseaux sociaux par des militants anti-IVG en 2019. La vidéo avait été vue des centaines de milliers de fois. En réalité, un fœtus est insensible avant vingt-quatre semaines. Ses terminaisons nerveuses ne sont pas suffisamment formées dans le cortex.

    En France, le délit d’entrave à l’IVG réprime la désinformation sur le sujet. Les peines peuvent aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende pour « la diffusion ou la transmission d’allégations ou d’indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une IVG ».

    La chaîne C8 appartient au groupe Canal+, détenu par Vivendi, dont le premier actionnaire est Vincent Bolloré. Dimanche 15 août, elle a consacré douze heures de programmation à des programmes catholiques, une première pour une chaîne généraliste privée en France à l’exception de la chaîne catholique KTO. Sous la direction de l’entrepreneur breton, la chaîne d’information CNews a déjà pris un virage ultraconservateur provoquant plusieurs signalements au CSA. En juin, une enquête avait ainsi été ouverte contre un général à la retraite qui avait proféré des propos antisémites à l’antenne.

  • 40 Jahre #MTV : Pop und Trash für die Jugend
    https://taz.de/40-Jahre-MTV/!5786270

    Die Tödliche Doris - Naturkatastrophenballet (1984)
    https://www.youtube.com/watch?v=G-oakbI_oCA


    Ce clip vidéo indèpendant ne passait pas sur MTV mais la chaîne de télévision commerciale a aidé à créer le marche des magnétoscopes indispensables pour la création des vidéos des Einstürzende Neubauten et Die Tödliche Doris.

    Erst war MTV Plattform der Musikindustrie, später Sender kreativer Realityshows. Dann kam das Internet. Erinnerungen an die globale Popkulturmaschine.
    Das Jackass-Team bei einem vergleichsweise harmlosen Stunt für das Intro des ersten Jackass-Films

    Das Jackass-Team bei einem vergleichsweise harmlosen Stunt für das Intro des ersten Jackass-Films Foto: Cinema Publishers Collecti/imago

    Am 1. August 1981 ging ein Spartensender im US-amerikanischen Kabelfernsehen auf Sendung, also genau vor 40 Jahren. Die Besonderheit von „MTV – Music Television“: Dort wurden ausschließlich Musikvideos gezeigt, rund um die Uhr.

    Das neue Medium kam so gut beim jungen Publikum an, dass MTV schnell zu der wichtigsten Plattform der Musikindustrie aufstieg. Plötzlich wurden Musikvideos extra für die Ausstrahlung auf MTV produziert. Weltstars wie Madonna oder Michael Jackson wurden durch den Sender berühmt. In den 1990er Jahren entwickelte sich das Programm weg von der Musik: Es wurden subversive Zeichentricksendungen wie „Beavis and Butthead“ gezeigt oder das „Celebrity Deathmatch“, eine Show, in der Knetfigurversionen von Prominenten sich gegenseitig die Eingeweide herausreißen – Formate, die heute als Kultklassiker gelten. Die frühen 2000er Jahre waren die Ära der MTV-Realityshows. Noch heute kann man in Dutzenden Ländern regionale Ableger von MTV empfangen.

    MTV Germany gründete sich 1997 und machte damit dem Musiksender Viva Konkurrenz. Als der deutsche Ableger ins Pay-TV verlegt wurde, protestierten Fans in sozialen Medien. Mit dem Aufstieg von Internet-Videoportalen wie Youtube hat MTV Stück für Stück seine Bedeutung verloren. Auch nach der Rückkehr des deutschen Senders ins Free-TV sanken die Quoten deutlich. Trotzdem lebt MTV in der kollektiven Erinnerung weiter. Als der Sender, der quasi im Alleingang eine globale Popkultur erschaffen hat – bevor es das Internet gab.

    Emeli Glaser

    Für-alle-Pop wie dicker Magerquark aufs Brot

    Es muss etwa im Jahr 2002 gewesen sein, als ich endlich das Fern­seher­chen in mein Jugendzimmer gestellt bekam. Es war kaum breiter als ein Fuß lang. Das ist mein Moment in der Popgeschichte, ab dem ich Musikstücke mit bewegten Bildern assoziiere. Ich empfing vier Musiksender – und einen davon starrte ich immer an. Deswegen kommen mir bis heute Bilder, wenn ich einen der Songs der frühen 2000er im Radio oder im Club höre. Es beginnt mit Kellys und Nellys Vorortschnulze „Dilemma“, mit Ben und Gims tiefsinnigem „Engel“ (Steadycam) und Grönemeyers „Mensch“ (Eisbär).

    Damit ich den kleinen Röhrenfernseher bekam, musste einiges passieren. Erstens musste ein Kabel von der Satellitenschüssel bis zu meinem Zimmer an der ganzen Hauswand entlang gelegt werden. Zweitens musste meine Familie sich vom Gedanken, meinen Medienkonsum kontrollieren zu können, verabschieden. Für mehrere Jahre verschwand ich in die absolute Passivität des Linear-Fernseh-Guckers. Ohne richtige Interessen, ohne wirklichen Geschmack – höchstens mal träge auf einen anderen Sender umschaltend, wenn „Behind Blue Eyes“ von Limp Bizkit kam. Den Rest der Zeit ließ ich mir den Für-alle-Pop wie dicken Magerquark aufs Brot schmieren, bis ich Bauchschmerzen hatte, ohne satt zu sein.

    Zum Glück ging das nicht lange so. Mitten in die Dekade platzte Youtube und damit die Möglichkeit, wieder auszusuchen, zu entdecken, ein Spezial­interesse zu entwickeln. Ungefähr zur selben Zeit bekam das Fernsehkabel an der Hauswand einen Schaden und der kleine Fernseher musste gehen. Ich hab nicht für ihn gekämpft. Was er wohl heute macht?

    Peter Weissenburger

    Raus aus dem Schulalltag, hinein ins US-Trash-TV

    Vier Stunden am Stück „Spongebob Schwamm­kopf“, so sieht das fast tägliche Abendprogramm von MTV Deutschland aktuell aus. Ich möchte weinen. Wo sind Heidi und Spencer, Tila Tequila und Flavor Flav, Ozzy Osbourne und Paris Hilton? Ersetzt durch einen gelben sprechenden Schwamm.

    Zu meiner Teenagerzeit sah das anders aus, da war das nachmittägliche und abendliche MTV-Gucken eine willkommene Ablenkung. Raus aus dem langweiligen Schulalltag, hinein ins US-amerikanische Trash-TV. Meine Lieblinge waren die Datingshows, das Angebot hier war enorm: Die erste bisexuelle Datingshow („A Shot at Love with Tila Tequila“) oder eine Show, in der Eltern eine neue Part­ne­r:in suchen, weil sie den oder die aktuelle nicht mögen („Parental Control“) oder eine, in der Ex-Partner:innen wieder miteinander anbandeln, während sie von ihren aktuellen Part­ne­r:in­nen beobachtet werden („X-Effect“). Shows, in denen entweder die Mutter („Date my Mom“), zwei Frauen oder Männer gleichzeitig („Dismissed“) oder fünf Personen direkt hintereinander („Next“) gedatet wurden.

    Mit jeder neu aufkommenden Show wurde das Konzept noch abstruser und dadurch unterhaltsamer – die Maßstäbe, was und wie Dating-Reality-TV sein kann, hat MTV auf jeden Fall hoch angesetzt. Und ganz nebenbei habe ich vermutlich mehr Englisch gelernt als im Schulunterricht.

    Dass mittlerweile auf dem deutschen Kanal stattdessen eine Zeichentrickserie läuft, ist vielleicht auch egal. In Zeiten von Youtube, Netflix und sich weiter entwickelndem deutschen Privatfernsehen ist MTV zumindest in Hinsicht auf tra­shige Datingshows obsolet geworden.

    Carolina Schwarz

    „Jackass“: Sich trotz aller Alternativlosigkeit spüren

    Wieso lässt sich jemand die Arschbacken zusammenpiercen? Oder eine Billardkugel aus mehreren Metern Höhe auf den Genitalbereich fallen? Oder von aufgebrachten Stieren niederrennen? Oder von einem Baby­krokodil in die Brustwarzen beißen? Warum stellt sich jemand in ein volles Dixiklo, während dieses kopfüber ausgeleert wird?

    „Poo Cocktail“ heißt diese letzte Übung und konnte im Jahr 2000 in der ersten Folge der MTV-Show „Jackass“ bewundert werden. Auch alle anderen Übungen kündigen Johnny Knoxville und seine Freunde immer in masochistisch-angstlustvollem Ton an, bevor das Unheil folgt. Die Stuntmänner, damals in ihren Zwanzigern, leuchten die Grenzen der Schmerzempfindlichkeit und des Ekels aus, wobei es um soziale Konvention oder moralische Standards schon längst nicht mehr geht, sondern darum, wie viel sie und ihre Zu­schaue­r:in­nen ertragen können. Am Ende waren es drei Staffeln mit insgesamt 25 Episoden und vier Filme.

    Die Leute haben sich das also angeschaut, womit wir zum anfänglichen Warum kommen, wobei das Motiv der Kon­su­men­t:in­nen noch interessanter erscheint als das der Macher. Beide sind zwischen Margaret Thatchers Diktum „There is no alternative“ und den einstürzenden Twin Towers aufgewachsen. Neben der Langeweile einer Dorf- oder gesättigten Mittelschichtsjugend, in der man für nichts mehr kämpfen kann, könnte also der fantasielose und verstopfte politische Zeitgeist Quelle dieser popkulturellen Barbarei gewesen sein. Ein willkommenes Angebot, sich trotz aller Alternativlosigkeit wenigstens einmal zu spüren.

    Volkan Ağar

    Naturkatastrophenkonzert, 1983 Die Tödliche Doris
    https://www.youtube.com/watch?v=GncLrX3R7oo

    #musique #télévision #culture #histoire #capitalisme #vidéo #clip-vidéo

  • TF1-M6 : une injustifiable concentration | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/180521/tf1-m6-une-injustifiable-concentration?onglet=full

    Le projet de fusion des groupes TF1 et M6 constitue une atteinte grave aux règles anti-concentration et au pluralisme. Il est aussi le révélateur du laxisme de la puissance publique, qui abandonne le secteur audiovisuel aux puissances d’argent et à la droite radicale.

    #Médias #Télévision #Concentration #Politique

  • #Pierre_Lescure, directeur-fondateur de #Canal_plus

    Journaliste curieux de tout, homme de #radio et de #télévision, enfant du #jazz et père des #Enfants_du_rock, Pierre Lescure naît en 1945. Issu d’une famille communiste, il grandit avec deux parents journalistes.

    Au lycée il fait des journaux, et admet lui-même qu’il n’a « jamais rêvé d’être pompier, mais journaliste. » Il découvre la radio avec #Jean-Michel_Desjeunes et entre à ce qui s’appellera bientôt #RTL. Il continue à naviguer dans les différents médias radio et télé : #Antenne_2, #Radio_Monte_Carlo, #Europe_1. Avec son équipe, il invente progressivement « l’#infotainement » : « tout était bon pour vendre le mieux possible l’info, dès lors que l’information dans son sérieux n’est jamais en dessous de 51% ».

    Lors de la création de Canal + au début des années 80, #André_Rousselet lui propose de rejoindre la chaîne en patron d’antenne. Voyant dans le projet une ambition de devenir le #HBO français, Lescure accepte en seulement 20 minutes d’entretien. Il a carte blanche pour créer ce qui sera appelé à postériori « l’#esprit_canal ». Il appelle #Alain_Chabat, #Antoine_de_Caunes, #Michel_Denisot et d’autres de ses amis pour le rejoindre. Il leur transmet son enthousiasme pour la création d’un nouveau ton. Il se définit lui-même comme un « accélérateur », ce qui donne en version non cryptée : « On accélérait la naissance et le déploiement des hommes et des femmes avec qui on avait envie de bosser, et c’était notre plus grand orgueil, notre plus grande fierté. »

    https://www.arteradio.com/son/61664888/pierre_lescure_directeur_fondateur_de_canal

    https://download.www.arte.tv/permanent/arteradio/sites/default/files/sons//04pierre_lescure_hq_fr.mp3

    • À 76 ans, il a son rond de serviette dans l’émission « des popotes » d’Anne-Elisabeth Lemoine sur France 5.
      https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/video-pierre-lescure-paye-8000-euros-dans-c-a-vous-il-parle-sans-tabou_449029

      « Vous gagnez combien quand vous faites C à vous, Pierre Lescure ? ». Le principal intéressé a alors répondu en toute transparence : « C à vous, je crois que c’est un contrat de 8 000 euros par mois ».

      8 000 boules par mois croit-il ! À la louche quoi ! l’argent n’est pas un problème pour ce petit vieux, il en a fait gagner, aussi, à beaucoup d’actionnaires.

      Je préfère les freaks, les losers magnifiques, les mecs héroïques et foireux en même temps.
      https://www.arteradio.com/son/61666149/jb_born_bad_guillot_la_revanche_des_perdants
      https://download.www.arte.tv/permanent/arteradio/sites/default/files/sons//07transmissionjbguillot_hq_fr.mp3


      https://shop.bornbadrecords.net

    • Tous les mois, « Transmission » propose un tête-à-tête d’une heure avec des parcours singuliers, défricheurs et inspirants (Brigitte Fontaine, Marsu (Bérurier Noir), Patrice Leconte, Pierre Lescure, Lio...) pour réconcilier boomers et millennials. Une production ARTE Radio.

      La programmation est pas antipathique mais le ratio de femmes (2 sur 10 pour les invité·es et 2 sur 7 pour les intervieweur·euses) ou de personnes racisées (0/10 et 0/7) est pas fameux si l’ambition est vraiment de réconcilier boomers et millennials.

    • « On veut la juste moitié du gâteau » : à Arte, mobilisation pour une parité pleine et entière
      https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/05/14/on-veut-la-juste-moitie-du-gateau-mobilisation-a-arte-pour-une-parite-pleine
      Une pétition lancée par un groupe anonyme de collaboratrices, et soutenue par bon nombre de salariés, réclame la nomination de deux femmes, sur quatre membres, au sein du comité de gérance de la chaîne.

      La revendication est amicale, mais ferme, voire sans appel. Alors que deux postes stratégiques se libèrent au sommet des instances du groupement économique d’intérêt européen (GEIE) d’Arte, le siège social de la chaîne franco-allemande installé à Strasbourg, il est hors de question que ces deux fonctions ne reviennent pas à deux femmes. C’est en tout cas ainsi qu’un groupe anonyme de collaboratrices de la chaîne voient les choses, de même qu’un nombre conséquent de salariés qui se sont ralliés à leur panache paritaire. Leur raisonnement est élémentaire : puisque le comité de gérance qui accueillera bientôt ces nouveaux membres, l’un à la direction de la gestion, l’autre à la direction des programmes, est composé de quatre personnes dont deux hommes déjà en poste, deux directrices doivent s’installer à leurs côtés. « On veut la juste moitié du gâteau », résume une pétitionnaire.

      Le sujet a commencé à monter en février, lorsque sept collègues (dont certaines investies de responsabilités, et qui ne réclament aucune promotion pour elles-mêmes) ont résumé la problématique dans une lettre ouverte largement distribuée en interne. Signée par 442 salariés, dont 110 hommes (le GEIE compte 470 équivalents temps plein, Arte France, 250), la missive a été approuvée par les élus au comité social et économique, qui s’en sont fait l’écho lors de réunions du CSE et en assemblée générale, avant d’être directement transmise aux dirigeants de la chaîne.62,5 % de l’effectif global.
      Un funambule sur son fil

      « Bruno Patino a répondu à plusieurs reprises qu’il trouvait notre démarche légitime », reconnaissent trois des initiatrices de la démarche. Heureuse nouvelle, puisque le président d’Arte France, également président du GEIE depuis janvier et, à ce titre, membre du comité de gérance, doit procéder à l’une des deux nominations, à la direction des programmes. L’Allemand Peter Weber, vice-président du GEIE, a, lui, la responsabilité de proposer un nom pour la direction de la gestion. « On sait que Peter Weber cherche une femme », assure l’une des autrices de la lettre, qui y voit un premier acquis. Reste l’autre poste, pour lequel Bruno Patino est scruté comme un funambule sur son fil. « Il risque de nommer un homme, et d’estimer atteindre la parité en nommant des femmes à des postes d’adjointes », croit savoir une revendicatrice. L’identité des personnes pressenties sera connue fin mai, soit quelques jours avant l’assemblée générale du 9 juin censée approuver les nominations, pour une prise de fonction au premier janvier 2022.

      #parité #boysclub

  • "Il était une fois..." l’ #éducation_scientifique populaire, avec #Albert_Barillé

    Eviter les caries, se laver les mains, se faire vacciner... vous faites peut-être partie des millions d’enfants qui ont eu accès aux bases de l’éducation à l’anatomie et à la santé grâce à « Il était une fois la vie », et grâce à son créateur visionnaire : Albert Barillé.

    [...]

    Albert Barillé : « Les gens responsables se doivent d’alimenter de façon utile les jeunes cervelles où tant de cases restent à remplir. Et si de plus nous parvenons à rassembler autour du poste les parents et enfants, et contribuer au dialogue entre eux, alors mon vœu sera exaucé. »

    #Michel_Legrand à la musique, #Roger_Carel à la voix (du personnage Maestro)

    https://www.franceculture.fr/medias/il-etait-une-fois-leducation-scientifique-populaire-avec-albert-barill

    https://www.dailymotion.com/video/x80rdes

    #télévision #c'était_mieux_avant #vieux_cons #éducation_populaire

    • mais tellement… imaginons si là yavait des épisodes qui expliquent ludiquement comment foncitonne le Covid, comment restent en suspens les particules dans l’air, quand mettre le masque,comment le fait de l’enlever juste un peu dans une pièce fermée fait qu’on choppe quand même le truc si présent dans la pièce, etc, etc.

  • Audrey Pulvar jugée coupable d’anticolonialisme indigéniste racialiste sur LCI | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/ecrans/audrey-pulvar-jugee-coupable-danticolonialisme-indigeniste-racialiste-sur-l

    Face à l’inexorable progression du “racialisme” jusque dans les rangs du PS, LCI et ses éditorialistes ne ménagent pas leurs efforts pour combattre le racisme des victimes du racisme. Ils y ont consacré un dimanche entier. Source : Ma vie au poste

    • Samuel Gontier
      Publié le 30/03/21

      Face à l’inexorable progression du “racialisme” jusque dans les rangs du PS, LCI et ses éditorialistes ne ménagent pas leurs efforts pour combattre le racisme des victimes du racisme. Ils y ont consacré un dimanche entier.

      « Racisme : Pulvar a-t-elle dérapé ? » titre LCI dimanche à 13h40. Puis, à 13h50, « Racisme : Pulvar met le feu à la campagne ». À 15h35, « Réunions non mixtes : la polémique Pulvar ». À 19h25, « Réunions non mixtes : Pulvar fait polémique ». À 20h07, « Réunions non mixtes : Pulvar va trop loin ? » À 23h35, alors que LCI titre à nouveau « Réunions non mixtes : Pulvar fait polémique », le présentateur Emmanuel Ostian s’étonne : « Pourquoi on a autant de débats autour de ces questions de racialisation ? » Euh… je ne sais pas. Il faudrait demander à LCI pourquoi elle consacre la moitié de son temps d’antenne à « une déclaration d’Audrey Pulvar qui n’est pas passée inaperçue » sur LCI.

      Emmanuel Ostian rappelle le contenu de la déclaration : « Que des personnes discriminées sentent la nécessité de se réunir entre elles pour en discuter, ça ne me choque pas profondément. […] S’il se trouve que vient à cet atelier [à destination des personnes noires et métisses] une femme blanche, un homme blanc, il n’est pas question de la ou le jeter dehors. En revanche, on peut lui demander de se taire, d’être spectateur ou spectatrice silencieux. » Puis le présentateur lit la réaction de Marine Le Pen : « Le parquet doit engager des pousuites pour provocation à la discrimination raciale contre Mme Pulvar. Il faut mettre fin à cette escalade raciste de la part d’une partie de l’extrême gauche. » Ça y est, le PS est d’extrême gauche. Du coup, l’extrême gauche est d’extrême extrême gauche. À 13h30, le présentateur Philippe Ballard offre déjà la priorité à la présidente du RN : « Les réactions sont nombreuses, à l’image de Marine Le Pen. »

      Puis Philippe Ballard donne la parole à Jean-Didier Berger, maire Libres ! de Clamart, pour qui les propos d’Audrey Pulvar sont « totalement inacceptables. — C’est quoi, c’est du communautarisme, c’est une américanisation de la société française ? » Une wokisation islamo-gauchiste ? L’allié de Valérie Pécresse pourfend « la gauche antirépublicaine, indigéniste, anticolonialiste… » La gauche colonialiste, c’était quand même mieux. Le présentateur relève : « Vous demandez des poursuites, à l’image de Marine Le Pen. — Ces propos semblent tomber sous le coup de la loi, nous verrons quelles sont les poursuites engagées. » À combien d’années de prison Audrey Pulvar sera condamnée.

      En plateau, Najwa El Haïté, du parti Territoires de progrès, confie : « Ce qui m’a frappée en lisant la presse, c’est qu’ont été retenues les réactions de la droite et de l’extrême droite, comme si la droite et l’extrême droite avaient le monopole de l’égalité des droits et de la défense de l’universalisme. » Et de l’antiracisme. « Alors qu’il y a d’autres élus comme Laurent Saint-Martin, Aurore Bergé, et mon parti, qui se sont soulevés par rapport à ces propos abjects. » Il ne faudrait pas oublier d’associer ces deux députés LREM et ce parti satellite de LREM à la droite et à l’extrême droite. « Le combat pour l’universalisme dépasse les appartenances politiques. On le voit aux réactions sur les réseaux sociaux. » Où Aurore Bergé rejoint Marine Le Pen et Jean-Didier Berger.

      Jannick Alimi, du Parisien, rappelle l’envergure de l’offensive islamo-gauchiste : les propos abjects d’Audrey Pulvar font suite à ceux de la présidente de l’Unef, à la subvention d’une mosquée antirépublicaine par la municipalité de Strasbourg, à la dénonciation de professeurs Sciences Po Grenoble. La République est en danger.

      Judith Waintraub, du Figaro, est au bout de sa vie. « Quand on entend ce genre de choses, on se dit : combien de temps on va perdre encore à ces conneries ? » Euh… je ne sais pas. Aussi longtemps que le décidera LCI ? « C’est intellectuellement usant. » Et pourtant, il en faut pour user Judith Waintraub intellectuellement. « La France a vraiment d’autres soucis et malheureusement, on n’a pas le choix… » On est obligé de parler du racisme des antiracistes du matin au soir. « Parce que c’est une guerre de position. Dès que vous abandonnez un centimètre carré de terrain, les indigénistes, les décolonialistes, les racialistes avancent. » Ils ont déjà conquis La France insoumise, les Verts, et maintenant ils s’attaquent au PS. « Ça commence comme ça, par dire : si on fait des réunions pour les victimes de violences racistes, y aura pas de Blancs. Après, c’est les “safe spaces”, après, c’est la remise de diplômes séparés selon les ethnies… » Après, c’est les plateaux de LCI… Oups, pardon, c’est déjà fait, les Blancs sont déjà séparés des racisés, sans doute partis organiser un débat non mixte sur CNews. « Ça oblige à perdre son temps, à répéter des évidences, tous les jours. » Alors qu’on a bien autre chose à faire que de traiter de racistes les victimes de racisme. « C’est pas nous qui sommes obsédés de ça, c’est que ça ne s’arrête pas. » De nous obséder.

      Jean-Didier Berger réapparaît. « Ils essaient d’introduire tout un environnement de pensée, que ça soit des repas sans viande jusqu’aux réunions de victimes sans qu’un homme blanc puisse participer. » Sans parler des repas sans viande blanche. « Ça veut dire qu’un homme ne pourrait pas avoir un combat féministe. Ça n’a aucun sens. » En effet, ça n’a aucun sens de dire que ça veut dire ça. « Cette vision racialisée va de La France insoumise jusqu’aux écologistes en passant par Mme Pulvar. Il faut faire absolument barrage à ces idées, ces candidats. » Organiser un front républicain qui irait de l’Action française à LREM en passant par le RN et LR, instaurer un cordon sanitaire pour exclure LFI, EELV et le PS du jeu électoral.

      Le soir, après avoir cité Marine Le Pen, Emmanuel Ostian relaie un autre avis. « Jean-Luc Mélenchon défend : “Audrey Pulvar n’est pas raciste, elle a juste compris ce qu’est un groupe de parole.” C’est très, très polarisé. » Sauf sur le plateau de LCI. « La gauche est en train de mourir de ces questions, se désole Maurice Szafran, de Challenges. La réaction de Marine Le Pen n’a aucune importance, elle est classique, c’est son rôle. La droite républicaine dit la même chose. Très bien, chacun fait son boulot. Mais qu’est-ce qui se passe à gauche ? » La gauche ne fait pas son boulot, pourquoi ne s’aligne-t-elle pas sur la droite républicaine et l’extrême droite ?

      « Pour vous, c’est grave, relance Emmanuel Ostian. — La gauche est en train de crever de cette histoire, c’est plus que grave, alerte Maurice Szafran. Ce qu’elle dit est absolument incroyable pour toute la gauche démocratique, la gauche républicaine. Est-ce qu’elle se souvient que des Blancs américains se sont battus auprès des Noirs, de Martin Luther King, sont allés en taule, même chose en Afrique du Sud ?… » Elle a réclamé des prisons non mixtes, Audrey Pulvar ? Ça m’avait échappé. « Et elle vient dire que dans une réunion, le seul droit qu’ont des militants blancs c’est d’écouter et de se taire. » Dans une réunion de victimes du racisme, oublie-t-il de préciser. « C’est d’une gravité absolument terrible. La gauche française va mourir de cette histoire. » La gauche mourra de ne pas s’aligner sur la droite et l’extrême droite.

      Soazig Quéméner, de Marianne, approuve. « Je suis d’accord avec ce que vient de dire… — Tout le monde va être d’accord », note Emmanuel Ostian. Ça va être une réunion d’opinions non mixtes. « Elle pose un énorme problème politique à sa patronne, Anne Hidalgo. Le travail qu’elle réalise sur sa stature présidentielle, c’est justement de s’écarter des Verts en disant qu’ils n’étaient pas suffisamment républicains. » C’est-à-dire trop islamo-gauchistes, voire complices du terrorisme. « Elle essaie d’être très présente sur une ligne très républicaine. » La même que celle de Marine Le Pen, c’est vous dire. « Là, Audrey Pulvar vient de se mettre dans le camp des autres. » Brrr, les « autres », ça fait froid dans le dos.

      Guillaume Roquette, du Figaro, est perplexe. « Comment se fait-il qu’une femme comme Audrey Pulvar en soit arrivée là ? Dans une autre vie, elle était journaliste. J’ai travaillé avec elle pendant trois ans comme éditorialiste sur France Inter. À l’époque, j’étais le directeur de Valeurs actuelles. Certes, elle était déjà de gauche, c’est pas très original quand on est à France Inter, mais elle acceptait le débat. Et là, elle en vient à dire ces choses qui sont folles. » Elle n’accepte plus le débat. « Comment peut-elle avoir connu cette dérive ? » Elle a dû céder à la pression des universitaires islamo-gauchistes. « C’est une recherche obsessionnelle des opprimés. » Ne pourrait-elle, comme les gens raisonnables, prendre fait et cause pour les dominants ?

      Frédéric Delpech, journaliste de LCI, intervient : « Je partage à peu près tout ce qui a été dit. » Ça se confirme, la non-mixité des opinions est de rigueur dans ce débat. « Mais ce qui est étonnant, c’est le soutien apporté à Audrey Pulvar par Ségolène Royal ou même par Christophe Castaner. » Quoi ?!? Ségolène Royal et Chistophe Castaner, des racialistes décolonialistes ? Judith Waintraub avait raison, les indigénistes avancent dès qu’elle s’arrête de parler. « Le patron des députés LREM a dit : “Certes, ce sont des propos maladroits mais ce type de réunion est parfois nécessaire pour libérer une parole, pour ceux qui se sentent victimes.” Ça veut dire qu’Audrey Pulvar n’est pas complètement isolée. C’est assez surprenant. » L’hydre islamo-gauchiste étend partout ses tentacules.

      « Vous avez raison, opine Maurice Szafran. Ce qu’oublie Castaner, c’est que le scandale aujourd’hui n’est pas sur la question des réunions racisées. Ça, c’était le scandale d’avant. » Ah bon ? Je n’arrive plus à suivre tous ces scandales racisés. « Là, on a franchi un cap, le nouveau scandale, c’est cette idée absolument délirante que si des Blancs viennent à une réunion racisée, ils ont le droit de se taire. » Je comprends mieux : le scandale n’est plus sur la question des réunions racisées mais sur celle des réunions racisées avec des non-racisés. « C’est totalement dingue. » À s’y perdre, j’en conviens.

      « On écoute Ségolène Royal », propose Emmanuel Ostian. « Les réunions de victimes peuvent parfaitement décider de se tenir entre victimes, victimes de violences conjugales, de discriminations homophobes, de discriminations racistes, plaide l’ancienne ambassadrice des pôles. Les victimes ont besoin de se réunir et de parler entre elles, c’est parfaitement légitime. Le procès qui lui est fait en racisme [à Audrey Pulvar] est parfaitement détestable. » Frédéric Delpech avait raison, Ségolène Royal a rejoint l’extrême gauche. « C’est le propre du racisme, réagit Guillaume Rooquette, c’est d’essentialiser. » Ségolène Royal est raciste, au contraire de l’éditorialiste du Figaro. « Imaginez qu’on dise le contraire : des Noirs peuvent assister aux réunions mais ils ont pas le droit de prendre la parole. » Des réunions non mixtes de Blancs victimes du racisme ? « Ce serait des hurlements. » Si elles existaient. « On est en train d’organiser la guerre de tous contre tous. C’est une forme d’apartheid d’un nouveau type. » Les racisés excluent les Blancs pour mieux les opprimer.

      « À treize mois de la présidentielle, reprend Emmanuel Ostian, le fait que ce débat soit de plus en plus présent dans le débat public n’est pas un peu inquiétant ? » Un débat présent dans le débat, ça ne peut qu’intéresser LCI. « On pouvait considérer en lisant les sondages que les candidats de gauche n’avaient aucune chance, estime Maurice Szafran. On est certain aujourd’hui qu’ils n’ont absolument aucune chance à la prochaine présidentielle. » Puisqu’ils sont incapables de s’aligner sur l’extrême droite. « Ce que vient de dire Audrey Pulvar, c’est le contraire absolu de ce qu’a déclaré Anne Hidalgo la semaine dernière, de ce qu’Olivier Faure a déclaré. C’est une gauche totalement folle qui confirme que Manuel Valls avait totalement raison quand il a émis le thème des deux gauches irréconciliables. » La gauche de droite et la gauche folle.

      Soazig Quéméner se lamente : « L’Unef, ils ne savent plus dire que ça aux étudiants qui sont dans la précarité. » Leurs nombreuses actions de solidarité en faveur des étudiants servent de couverture à la promotion des réunions non mixtes. « Le seul sujet, c’est ça aujourd’hui. » Sur LCI, oui. Emmanuel Ostian admet : « Y a un effet de loupe. » Ce n’est plus une loupe, c’est un télescope. « Si ça a autant d’écho, avance Guillaume Roquette, ça révèle quelque chose de grave qui est la maladie mortelle de la gauche aujourd’hui. » On va devoir se résoudre à des réunions de droite non mixtes. Le présentateur termine par la revue de presse. « Sans surprise, le grand titre du Figaro demain : “Le nouveau racialisme fracture la gauche.” » J’ignorais que LCI éditait un quotidien.

      #télévision

  • Garantir une #liberté_académique effective

    Ce billet est consacré à la notion de liberté académique. Auparavant, nous traitons succinctement de trois sujets d’actualité.

    #Maccarthysme — Depuis le 16 février, nous vivons une de ces séquences maccarthystes qui ont fait le quotidien des Bolsonaro, Trump, Johnson et autres Orbán [1], et qui se répètent désormais dans le nôtre. L’attaque de l’exécutif contre les scientifiques a été déclenchée à l’approche des élections régionales par Mme #Vidal, possiblement tête de liste à Nice. Cet épisode politicien consternant ouvre la campagne des présidentielles pour le chef de l’État ainsi que pour les autres ministres chargés de chasser sur les terres lexicales de l’#extrême_droite. La charge consiste à désigner comme non scientifiques certains domaines de la #recherche et à les associer au #terrorisme, par un nom chimérique construit sur le modèle de l’adjectif « #judéo-bolchévique », de sinistre mémoire. La #menace est réelle. Mais elle ne vient pas des travaux insufflés par une libido politique, qui innervent aujourd’hui un grand nombre de disciplines des sciences dures et humaines, elle vient de la #stratégie_politique qui accuse la recherche et l’#Université d’être politisées tout en leur enjoignant ailleurs de légitimer les choix « sociétaux » des politiques [2] ou de répondre dans l’urgence à une crise par des appels à projet [3]. Elle s’entend dans ce lexique confusionniste et moraliste qui prétend dire ce qu’est la #science sans en passer par la #méthode_scientifique. Elle se reconnaît à la fiction du débat qui occupe l’#espace_médiatique par #tribunes de #presse et, bien pire, sur les plateaux des chaînes de #télévision singeant le modèle de Fox News et des médias ultraconservateurs états-uniens.

    La menace nous appelle donc à forger de solides réseaux de #solidarité pour les affronter et à nous réarmer intellectuellement, pour réinstituer l’Université.

    #Zéro_Covid — Nous avons à nouveau demandé au Président de la République, au Premier Ministre et au Ministre de la santé de recevoir une délégation de chercheurs pour proposer une série de mesures de sécurisation sanitaire composant une stratégie globale Zéro Covid (https://rogueesr.fr/zero-covid), conformément à la tribune (https://rogueesr.fr/zero-covid) signée, déjà, par plus de mille chercheuses et chercheurs.

    #Hcéres — Dans ce contexte, il peut être pertinent de revenir sur le fonctionnement du Hcéres, instance symptomatique s’il en est des menaces institutionnelles qui pèsent sur la liberté académique. Le collège du Hcéres réuni le 1er mars a entériné le recrutement de M. #Larrouturou comme directeur du département d’évaluation des organismes nationaux de recherche. M. Larrouturou était, avant sa démission le soir de l’adoption de la LPR, à la tête de la Direction générale de la recherche et de l’innovation (DGRI). À ce titre, il a organisé la nomination de M. #Coulhon à la présidence du collège du Hcéres. À qui en douterait encore, ce renvoi d’ascenseur confirme l’imbrication des différentes bureaucraties de la recherche et leur entre-soi conduisant au #conflit_d’intérêt permanent.

    Certains militants d’une fausse liberté académique, dans une tribune récemment publiée, ont par ailleurs présenté le département d’évaluation de la recherche comme l’instance légitime pour une mission de contrôle politique des facultés. Il est donc intéressant de relever que ce département demeurera dirigé par un conférencier occasionnel de l’#Action_Française, le mouvement de #Charles_Maurras à qui l’on doit le mythe de l’Université inféodée aux quatre États confédérés (Juifs, Protestants, Francs-Maçons, « Métèques ») [4].

    Enfin, trois membres d’instances nationales de La République en Marche apparaissent dorénavant dans l’organigramme du Hcéres, confortant les craintes de constitution d’un ministère Bis en charge de la reprise en main de la recherche.

    Garantir une liberté académique effective — Vous trouverez ici la première partie de notre synthèse : Réinstituer la liberté académique : https://rogueesr.fr/liberte-academique.

    –---

    [1] À ce sujet, on pourra lire l’actualité récente en Angleterre, frappante de similitude :

    - Government to appoint “free-speech champion” for English universities : https://www.theguardian.com/world/2021/feb/14/government-to-appoint-free-speech-champion-for-universities-heritage-hi
    - A political scientist defends white identity policies : https://www.newyorker.com/news/q-and-a/a-political-scientist-defends-white-identity-politics-eric-kaufmann-white
    - Gavin Williamson using “misleading” research to justify campus free-speech law : https://www.theguardian.com/education/2021/feb/27/gavin-williamson-using-misleading-research-to-justify-campus-free-speec

    [2] Le CNRS célèbre ses 80 ans : http://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/le-cnrs-celebre-ses-80-ans

    [3] Face aux attentats : un an de mobilisation au CNRS : https://www.cnrs.fr/fr/face-aux-attentats-un-de-mobilisation-au-cnrs

    [4] Les convictions politiques de la personne en question n’auraient pas vocation à apparaître sur la place publique s’il n’était pas précisément question de lui confier une mission de contrôle politique des universités. D’autre part, nous nous refusons à mentionner des liens vers des pages pointant vers des sites d’extrême-droite. Les lecteurs soucieux de vérification les trouveront sans peine.

    https://rogueesr.fr/2021/03/03
    #libertés_académiques

    –—

    ajouté au fil de discussion autour des propos tenus par Vidal :
    https://seenthis.net/messages/902062

    • La #résistance s’organise à #Sorbonne_Univresité

      Les paniques identitaires n’ont pas leur place à @Sorbonne_Univ_ !

      Le 07 et 08 Janvier se tiendra en Sorbonne le colloque « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ».
      Nous nous opposons à l’accueil des idées réactionnaires au sein de notre université

      Avec Solidaires Étu SU, l’ASU, la BAFFE et le NPA Jussieu-ENS, nous dénonçons l’accueil de ce pseudo colloque portant sur la "cancel culture" et la lutte contre les discriminations qui menacerait "le monde éducatif, où elle y a déjà causé quelques dégâts" d’après sa description.

      Nous demandons à ce que @Sorbonne_Univ_ se désolidarise de la tenue d’un tel colloque dans l’un de ses campus !
      Nous soulignons également la présence du ministre Blanquer qui préfère à l’éducation nationale crédibiliser les fantasmes identitaires !

      https://twitter.com/UNEFsorbonneU/status/1479104625533804551

      #résistance

    • Ceci n’est pas un colloque universitaire - communiqué

      Du 7 au 8 Janvier, l’association loi 1901 "Le Collège de Philosophie" présidé par l’un de nos collègues de la Faculté des Lettres (Pierre-Henri Tavoillot) organise un colloque intitulé « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ». Utilisant pernicieusement le crédit de l’université qui l’héberge - l’université est un lieu de liberté d’expression, cette réunion partisane se présente comme un colloque "d’échanges scientifiques" visant à « étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, "wokisme", ou "cancel culture" et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique » (sic). Les conclusions de ce "colloque" sont déjà connues, puisqu’elles sont dans son titre : la "cancel culture" (terme utilisé par les conservateurs américains et amalgamé ici avec la pensée décoloniale, courant intellectuel anti-raciste) venue des États-Unis aurait détruit les sciences et la culture, et il faudrait les reconstruire. Par un grossier retournement de la réalité, ce pseudo-colloque universitaire implémente exactement ce qu’il entend dénoncer : le camouflage d’une idéologie sous couvert de recherche universitaire, aidé par la localisation de cette réunion politique dans une université !

      La liberté d’expression est la règle à l’université, et il est donc possible d’y organiser des réunions politiques. Une réunion de La France Insoumise ou d’En Marche qui y aurait lieu n’entraînerait aucun doute sur l’absence de caractère universitaire d’une telle réunion. Par contre, un "colloque" organisé par "le Collège de Philosophie" (qui n’a aucune reconnaissance universitaire) utilise la tutelle du lieu pour déguiser des propos idéologiques en "recherche" ou "échanges scientifiques".

      SUD Éducation appelle les collègues de toute catégorie professionnelle et les étudiant.e.s à ne pas tomber dans le panneau de ce colloque idéologique pseudo-scientifique
      1. Un parti pris idéologique revendiqué, indigne d’un vrai colloque scientifique

      Sans prendre en compte la réalité du racisme, du sexisme, des oppressions coloniales, ce colloque s’oppose à leur étude sociologique ou historique. Le constat est fait dès la présentation du colloque : un "ordre moral" serait introduit (comment ? par qui ?) qui serait "incompatible" avec le système éducatif. On parle d’ailleurs de "wokisme" ou de "cancel culture" dont les définitions sont absentes, ce qui peut laisser penser que les organisateurs et organisatrices ne les connaissent pas elles-mêmes ou choisissent délibérément de les garder dans le flou (rendant ainsi plus facile leur caricature et leur condamnation). On peut remarquer que le terme "pensée décoloniale", présenté comme synonyme de ces termes, est au contraire revendiqué par des courants anti-racistes, ce qui confirme la connaissance rigoureuse que les organisateurs du colloque semblent avoir des courants de pensée dont ils entendent discuter.
      Et surtout, dans ce "colloque", aucune trace de la disputatio, une des règles de base de la recherche et de son intégrité. Aucun-e représentant-e des études décoloniales n’intervient dans cet évènement. Ceci n’est donc pas un colloque universitaire mais un colloque politique et idéologique.

      2. Une réunion politique et publicitaire

      Les intervenant.e.s de ce colloque ne sont pas neutres. Une discussion sérieuse autour de questions scientifiques impliquerait la présence d’intervenant.e.s varié.e.s et la possibilité d’un débat contradictoire. Toutefois, beaucoup des intervenant.e.s invité.e.s sont connu.e.s plutôt pour leur opposition médiatique aux questions de l’antiracisme et du féminisme, que pour leur travaux de recherche sur ces questions : Mathieu Bock-Côté et ses aspirations identitaires décrites dans "L’empire du politiquement correct", qui remplace désormais Éric Zemmour sur CNEWS, Jacques Julliard qui ironise sur une gauche qui aurait abandonné la nation et l’identité nationale au profit de la diversité (voir les conclusions "L’esprit du peuple"), Nathalie Heinich dont on peut supposer qu’elle parlera "des enjeux épistémologiques de la post-vérité" plutôt en tant que signataire de la tribune "Non au séparatisme islamiste" du Figaro (mars 2018) qu’en tant que sociologue de l’art, pour prendre des exemples connus... De plus que vient faire une table ronde de "témoins" du "néoracisme", invitant entre autres Pascal Bruckner, essayiste, dans un colloque universitaire ? La présence du romancier fait résonner ses propos manichéen sur la lutte contre l’islamophobie, la comparant à une "chasse aux sorcières", ou ses accusations contre Rokhaya Diallo, mettant en cause son militantisme comme ayant entraîné les attentats meurtriers contre Charlie Hebdo en 2015. Face à des intervenant.e.s aussi politisé.e.s et venu.e.s défendre leurs écrits politiques au regard du programme, où est la contradiction ? Remarquons que le ministre de l’Éducation Nationale semble avoir le temps de sonner le départ de ces deux jours de réunion, alors que la situation des établissements scolaires est catastrophique.

      3. Un évènement de propagande de la "pensée" réactionnaire

      En conséquence, nous appelons nos collègues et les étudiant.e.s de Sorbonne Université a être vigilant.e.s vis-à-vis du déguisement universitaire d’une idéologie réactionnaire en vogue actuellement. Ce "colloque" ne peut être considéré comme indépendant des attaques médiatiques et politiciennes envers des collègues, accusé.e.s d’"islamogauchisme" par les ministres de l’ESR et de l’Éducation Nationale, ainsi que des personnalités politiques dans la droite ligne de l’extrême-droite qui en d’autres temps accusait l’Université d’être sous l’emprise judéo-maçonnique (voir la Une de Paris Soir du samedi 31 Novembre 1940). Nous pensons que ce colloque pseudo-scientifique vise à légitimer ces attaques, et à censurer toute pensée universitaire critique des dominations. Dans le respect des traditions universitaires, nous appelons au contraire à défendre les libertés pédagogiques et de recherche et l’indépendance de nos collègues face à l’ingérence des tutelles politiques nationales ou régionales. Ce n’est que dans de telles conditions que la recherche et les idées nouvelles peuvent s’épanouir !

      https://sud-su.fr/spip.php?article36

    • Communiqué FERC Sup Sorbonne Université - Ceci est-il un colloque universitaire ?

      Les 7 et 8 janvier 2022 se tiendra dans un amphithéâtre de la Sorbonne un événement intitulé « Après la déconstruction : reconstruire les sciences et la culture ».

      Cette réunion se présente comme un colloque "d’échanges scientifiques" visant à "étudier les tenants et aboutissants de la pensée décoloniale, "wokisme", ou "cancel culture" et comment elle s’introduit dans le système éducatif pour y imposer une morale au détriment de l’esprit critique".

      Ce colloque va être ouvert par Blanquer le ministre de l’Éducation nationale qui affirmait il y a un an, sans jamais être revenu sur ses dires que « Notre société a été beaucoup trop perméable à des courants de pensée « Ce qu’on appelle l’islamo-gauchisme fait des ravages », « Il fait des ravages à l’université, il fait des ravages quand l’UNEF cède à ce type de chose, il fait des ravages quand dans les rangs de la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s’affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire ».

      Ce colloque pourrait-il être instrumentalisé en meeting politique qui s’inscrirait dans la droite ligne des discours de Blanquer et Vidal ? Blanquer, comme Vidal, prétendent que l’islamogauchisme (terme maintenant remplacé par celui de wokisme) « gangrène l’université ». Or, cette parole ministérielle, pendant une année de campagne présidentielle, et en pleine pandémie qui étouffe encore un peu plus les personnels de l’éducation nationale et l’hôpital, dans un colloque universitaire soulève des questions bien légitimes.

      En outre, cet événement est organisé sur le site de Sorbonne Université. Dès lors, la responsabilité et l’image de notre université sont engagées.

      La plupart des intervenants de cette manifestation sont signataires du « manifeste des 100 » qui appelait à la dénonciation des "islamo-gauchistes". Un certain nombre sont également membres de l’« Observatoire du décolonialisme », dont l’activité principale semble aussi être de dénoncer des collègues sur internet. Cet événement qui aura lieu les 7 et 8 janvier reprend les mêmes thèmes, en évitant soigneusement le terme d’« islamo-gauchisme » (devenu trop sulfureux ?) mais en ciblant les études décoloniales, sans laisser place au débat contradictoire. Ainsi, le colloque annoncé pourrait paraître comme une opération politique à laquelle participeront des personnes qui appellent régulièrement à la dénonciation et à la censure de collègues sur le site de l’« Observatoire du décolonialisme ».

      Il y a pourtant moins d’un an, l’ancien président de Sorbonne Université, Jean Chambaz avait pris position très clairement au sujet de l’"islamo-gauchisme", à contre-courant des déclarations de la ministre Mme Vidal : "Il y a une orientation de ce gouvernement qui va draguer des secteurs de l’opinion publique dans des endroits assez nauséabonds" "L’islamo-gauchisme est un terme absolument peu précis, issu des milieux de la droite extrême, repris par certains députés LR qui voudraient interdire l’enseignement de certaines disciplines à l’université. On se croirait dans l’ancienne Union soviétique. Ça me fait davantage penser aux slogans du 20e siècle dénonçant le judéo-bolchévisme." Selon l’ancien président de Sorbonne Université, le mal qui "gangrène" la société n’est pas cet "islamo-gauchisme" mal défini et qui est agité, selon lui, comme un chiffon rouge. "On accole deux mots qui font peur pour ne pas définir une réalité. Mais qu’est-ce que ça veut dire ? martèle-t-il. Qu’est-ce qui gangrène la société ? C’est la discrimination, c’est la ghettoïsation, c’est l’inégalité sociale dans l’accès au travail, dans l’accès à l’éducation, à la culture, et l’échec des politiques publiques dans ce domaine depuis cinquante ans.".

      Nous ne demandons pas l’annulation de cette manifestation qui doit être reconnue comme telle. Mais il ne peut y avoir d’appel à la délation et de chasse à certains collègues. Ce que nous attendons de la nouvelle présidente de l’université, c’est un engagement lié à votre fonction qui vous charge d’une mission de protection des personnels de l’université.

      Pour mémoire, début 2021, comme 2000 personnes qui avaient signé cette réponse au manifeste des 100, votre prédécesseur M.Chambaz avait accordé la protection fonctionnelle aux collègues qui en avaient fait la demande après avoir été mis en cause publiquement dans cette chasse aux sorcières.

      Ce que nous attendons donc de la présidence de l’université, c’est qu’elle donne l’assurance à nos collègues :

      - qu’il sera accordé systématiquement le bénéfice de la protection fonctionnelle à toutes celles et tous ceux qui seront mis-es en cause publiquement dans l’exercice de leurs missions d’enseignement et de recherche,
      - et qu’il sera donné pour consigne à la direction des affaires juridiques de l’université d’effectuer un signalement auprès du ministère de l’intérieur pour toute dénonciation calomnieuse publiée sur internet ou ailleurs, sur simple demande de la personne concernée.

      https://www.ferc-cgt.org/communqiue-ferc-sup-sorbonne-universite-ceci-est-il-un-colloque-universita

  • En Ethiopie, la France partagée entre business et défense des droits humains

    Pillages, possibles crimes de #guerre, destructions de sites historiques : les témoignages en provenance du #Tigré, province en guerre depuis le 4 novembre, sont très inquiétants. La France reste pourtant discrète, et espère préserver ses chances sur un marché prometteur.

    L’ambassadeur a un échange « constructif » avec le ministre de l’éducation, l’ambassadeur a un échange « productif » avec le conseiller spécial du premier ministre sur les questions économiques, l’ambassadeur est « très honoré » de recevoir le ministre de l’énergie pour évoquer la participation française à plusieurs grands projets… Sur les réseaux sociaux de l’ambassade de France à Addis-Abeba, c’est #business_as_usual.

    Pour qui suit au quotidien le calvaire des habitants du Tigré – région où l’armée éthiopienne et ses alliés sont en guerre depuis le 4 novembre –, les photos de ces rencontres policées dans la capitale, où l’on discute #qaffaires, lovés dans de confortables canapés, semblent prises dans un monde parallèle.

    Loin, très loin, d’un Tigré littéralement à feu et à sang, où plus de deux millions de personnes ont dû fuir leur habitation, où l’on manque d’eau, d’électricité, de nourriture et de médicaments, où il est probable que la famine soit utilisée comme arme de guerre par les belligérants et où les humanitaires peinent toujours à accéder alors que 2,3 millions de personnes auraient besoin d’aide, selon les évaluations des ONG.

    Les affrontements y opposent le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) à l’armée fédérale éthiopienne, soutenue par des milices nationalistes amhara et des troupes érythréennes.

    « Nous recevons des rapports concordants à propos de violences ciblant certains groupes ethniques, d’assassinats, de pillages massifs, de viols, de retours forcés de réfugiés et de possibles crimes de guerre », a indiqué le 15 janvier le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell, qui a annoncé par la même occasion la suspension de 88 millions d’euros d’aide destinée au gouvernement éthiopien.

    Dès le 13 novembre, la haute-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Michelle Bachelet évoquait elle aussi de possibles crimes de guerre et appelait à la mise en place d’une commission d’enquête indépendante pour le vérifier. À la veille de sa prise de fonction, le nouveau secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est lui aussi inquiété publiquement de la situation.

    Une voix manque cependant à ce concert d’alertes : celle de la France. Le Quai d’Orsay n’a produit qu’un seul communiqué concernant le Tigré, le 23 novembre 2020. Il tient en quatre phrases convenues sur la dégradation de la situation humanitaire et la condamnation des « violences à caractère ethnique ». Exploit diplomatique, le mot « guerre » n’y apparaît pas ; celui de « crimes de guerre » encore moins. Il ne comporte ni interpellation des belligérants – qui ne sont d’ailleurs même pas cités –, ni appel à une enquête indépendante sur d’éventuelles violations des droits humains. Les mêmes éléments de langage étaient repris trois jours plus tard à l’occasion de la visite en France du ministre des affaires étrangères éthiopien Demeke Mekonnen.

    « Gênant, au minimum »

    Cette étrange pudeur française commence à interroger, voire à agacer certains alliés européens ainsi que nombre de chercheurs spécialisés sur l’Éthiopie – qui s’emploient, depuis deux mois et demi, à récolter les bribes d’informations qui parviennent du Tigré malgré la coupure des communications par les autorités.

    « J’ai des échanges réguliers avec l’#ambassade_de_France à Addis-Abeba depuis novembre. Je les ai questionnés sur leur position vis-à-vis du gouvernement éthiopien, et je les ai sentis très embarrassés », raconte le chercheur indépendant René Lefort, pour qui la #complaisance française vis-à-vis du gouvernement d’Abiy Ahmed Ali est incompréhensible : « Je crois qu’ils ne comprennent pas ce qu’est ce pays et ce qui s’y passe. »

    Au-delà des questions morales posées par le fait d’apporter un soutien tacite à un gouvernement qui a couvert ou laissé faire des violations des droits humains au Tigré, le soutien à #Abiy_Ahmed est une erreur d’analyse politique selon René Lefort : « Les Français parient tout sur lui, alors que son autorité personnelle est faible et que sa ligne politique n’est soutenue que par une minorité d’Éthiopiens. »

    La réserve française est en tout cas interprétée par l’armée fédérale éthiopienne et ses alliés comme un soutien de Paris. Le sociologue Mehdi Labzae était au Tigré, dans la région d’Humera, jusqu’à la mi-décembre : « Dans les zones conquises par les nationalistes amhara, se présenter comme Français facilite les relations avec les combattants, qui considèrent le gouvernement français comme un allié. Les déclarations françaises, ou leur absence, laissent penser que la réciproque est vraie », relève le chercheur, post-doctorant à la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH). « Avec un ambassadeur à Addis qui fait comme si de rien n’était… Je trouve cela gênant, au minimum. »

    Selon une source diplomatique étrangère, la France ne se contente pas de rester discrète sur la situation au Tigré ; elle freine également les velléités des membres de l’Union européenne qui voudraient dénoncer plus ouvertement l’attitude des autorités éthiopiennes et de leurs alliés érythréens. Une attitude « parfois frustrante », déplore cette source.

    Interrogée par Mediapart sur cette « frustration » de certains alliés européens, l’ambassade de France à Addis-Abeba nous a renvoyé vers le Quai d’Orsay, qui n’a pas répondu sur ce point (voir boîte noire).

    Refus de répondre sur la création d’une commission d’enquête

    À ses partenaires européens, mais aussi aux chercheurs et humanitaires avec qui ils échangent, les services diplomatiques français expliquent que les accusations d’exactions visant l’armée éthiopienne et ses alliés ne « sont pas confirmées ». Il en va de même concernant la présence de troupes érythréennes sur place – cette présence a pourtant été confirmée à la fois par les autorités de transition du Tigré et par un général de l’armée éthiopienne.

    Une position difficilement tenable. D’abord parce que le gouvernement éthiopien empêche, en bloquant les communications avec le Tigré et en limitant l’accès des humanitaires, la récolte de telles preuves. Ensuite parce que, malgré ce blocus, les faisceaux d’indices s’accumulent : « Nous avons des informations qui nous viennent des ONG, d’équipes des Nations unies qui parlent off the record, de citoyens européens qui se trouvent toujours au Tigré ; nous avons aussi des listes de victimes, et de plus en plus de photos et vidéos », autant d’informations auxquelles l’ambassade de France a eu accès, explique un diplomate en poste à Addis-Abeba.

    La position française est difficilement tenable, enfin, parce que si elle tenait tant aux faits, la France ne se contenterait pas de refuser de condamner les crimes tant qu’ils ne sont pas « confirmés » : elle plaiderait pour la création d’une commission d’enquête indépendante qui permettrait, enfin, de les établir et de pointer les responsabilités respectives du TPLF, de l’armée éthiopienne et de ses alliés.

    Paris est dans une position idéale pour le faire, puisque la France vient d’être élue pour siéger au Conseil des droits de l’homme des Nations unies durant trois ans. Elle pourrait donc, aux côtés d’autres États membres, demander une session extraordinaire du Conseil sur l’Éthiopie (l’accord d’un tiers des 47 États qui composent le Conseil est nécessaire) qui déciderait de la création d’une commission d’enquête sur le Tigré.

    Or, interrogé par Mediapart sur son soutien à la création d’une telle commission, le Quai d’Orsay n’a pas souhaité répondre (voir boîte noire). Il assure avoir « appelé à plusieurs reprises les autorités éthiopiennes à faire la lumière sur les allégations de crimes et autres violations des droits de l’homme », sans toutefois préciser par quel canal.

    Hypothétique médiation

    Lors d’entrevues en privé, des diplomates de l’ambassade et du Quai d’Orsay assurent que cette absence de #dénonciation publique est volontaire et stratégique. Elle viserait à ne pas froisser le gouvernement éthiopien publiquement afin de « maintenir un canal de communication » pour mieux le convaincre en privé et, éventuellement, jouer un rôle de médiateur pour trouver une issue au conflit.

    « Des diplomates français m’ont dit, en résumé : “On reste discrets parce que si un jour il y a une #médiation à faire, le gouvernement pourrait se tourner vers nous” », indique René Lefort. Une analyse « totalement erronée », selon le chercheur : « Non seulement [le premier ministre] Abiy Ahmed Ali ne veut absolument pas d’une médiation, mais surtout, même s’il en acceptait le principe, je ne vois pas pourquoi il irait chercher la France plutôt que les États-Unis, l’Union européenne ou encore l’ONU. » Accessoirement, même si le gouvernement éthiopien souhaitait que la France soit médiatrice, il n’est pas dit que son principal adversaire, le TPLF, accepte le principe d’une médiation par un État qui a passé les derniers mois à multiplier les signes d’amitié envers Addis-Abeba et pourrait donc difficilement prétendre à la neutralité.

    Un (quasi-) #silence public pour mieux faire avancer les dossiers en privé : l’hypothèse est également avancée par l’ancien ambassadeur français en Éthiopie Stéphane Gompertz. « Il est possible que nous privilégions l’action en coulisses, qui peut être parfois plus efficace que de grandes déclarations. C’est d’ailleurs généralement l’option privilégiée par la #diplomatie française. » À l’appui de cette idée, l’ancien ambassadeur – qui fut aussi directeur Afrique au Quai d’Orsay – évoque des tractations discrètes mais couronnées de succès menées en 2005 afin de faire libérer des figures d’opposition.

    Si telle est la stratégie française actuellement, ses résultats sont pour l’instant peu concrets. Le quasi-silence français semble en réalité avoir d’autres explications : ne pas gâcher l’#amitié entre Emmanuel Macron et le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali et, surtout, ne pas compromettre les #intérêts_commerciaux français dans un pays vu comme économiquement prometteur et politiquement stratégique.

    Lune de miel

    Lors de sa nomination en 2018, le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali fait figure d’homme de paix et de chantre de la démocratie. Ses efforts de réconciliation avec l’Érythrée voisine lui valent le prix Nobel de la paix ; ses réformes sur la liberté de la presse ou la libération de prisonniers politiques lui attirent l’estime de nombreux chefs d’État étrangers.

    Est-ce une affaire de style ? Le fait qu’ils soient tous les deux jeunes, étiquetés comme libéraux, revendiquant une certaine manière de casser les codes ? Emmanuel Macron et Abiy Ahmed semblent en tout cas particulièrement s’apprécier. L’anecdote veut que lors d’une visite de #Macron à Addis-Abeba en 2019, Abiy Ahmed ait tenu à conduire lui-même la voiture amenant le président français à un dîner officiel.

    Lorsque le premier ministre éthiopien a pris ses fonctions, « les Allemands, les Français, l’UE, tout le monde a mis le paquet sur les aides, tout le monde s’est aligné sur lui. Sauf que, le temps passant, le malaise a grandi et la lune de miel a tourné au vinaigre, analyse une source dans les milieux économiques à Addis-Abeba. Les autres États ont rapidement déchanté. Pas les Français, pour qui la lune de miel a continué. »

    De fait, la transformation du Prix Nobel en chef de guerre ne semble pas avoir altéré sa belle entente avec le président français. Deux semaines après le début des hostilités au Tigré, et alors qu’Abiy Ahmed s’apprêtait à lancer un assaut « sans pitié » sur la ville de Mekele et ses 400 000 habitants, #Emmanuel_Macron qualifiait le premier ministre éthiopien de « role model ». Quelques semaines plus tard, toujours engagé dans ce conflit, Abiy Ahmed Ali trouvait le temps de souhaiter un prompt rétablissement à son « bon ami » Macron, atteint du Covid.

    Pour cette source, le facteur économique et commercial est essentiel : « Les Français sont restés très positifs parce qu’ils se positionnent clairement sur le secteur économique en Éthiopie : ils n’ont pas d’intérêt politique fort, ça n’est pas leur zone d’influence. Mais les #intérêts_économiques, eux, sont importants et sont grandissants. C’est potentiellement un #marché énorme. »

    Marché jugé prometteur

    Pour le conquérir, Paris a employé les grands moyens. En mars 2019, Emmanuel Macron s’est rendu en Éthiopie avec le ministère des affaires étrangères #Jean-Yves_le_Drian et sept patrons français pour y signer une flopée d’#accords visant à « promouvoir l’#attractivité de l’Éthiopie auprès des #investisseurs_français ».

    Les entreprises françaises intéressées par ce marché en voie de #libéralisation ne sont pas des moindres : #Orange (qui compte bien profiter de la privatisation de la compagnie nationale #Ethio_Telecom), le groupe #Castel (qui à travers sa filiale #BGI détient déjà 55 % des parts du marché de la #bière), #Bollore_Logistics ou encore #Canal+, qui compte développer une offre de #télévision locale.

    Les #intérêts_commerciaux français sont nombreux et variés. La #modernisation du #réseau_électrique éthiopien ? #Alstom (36 millions d’euros en 2011). La fabrication des #turbines de l’immense #barrage_hydroélectrique de la Renaissance ? Alstom encore (250 millions d’euros en 2013), qui désormais lorgne sur des projets ferroviaires. Le #bus « à haut niveau de service » qui desservira la capitale éthiopienne ? Les Français de #Razel-Bec (la filiale travaux publics du groupe #Fayat), qui ont remporté le marché en 2020.

    Peu après sa prise de poste, en octobre, l’ambassadeur français #Rémi_Maréchaux se félicitait : « Le nombre d’#entreprises_françaises en Éthiopie a doublé en cinq ans. Nous sommes prêts à travailler ensemble pour davantage d’investissements français. »

    #Contrats_militaires

    Dernier domaine stratégique pour les Français : la #coopération_militaire et les ventes d’#armes. Le dossier était en haut de la pile lors de la visite d’Emmanuel Macron en 2019. La ministre #Florence_Parly, qui était également du voyage, a signé un #accord_de_défense avec son homologue éthiopienne ainsi qu’une lettre d’intention « pour la mise en place d’une composante navale éthiopienne avec l’accompagnement de la France ».

    Une aubaine pour les fabricants d’armes et d’#équipements_militaires français, qui n’ont pas tardé, selon la presse spécialisée, à se manifester pour décrocher des contrats. Parmi eux, #Airbus, qui aimerait vendre des #hélicoptères de combat à l’Éthiopie. Le groupe a pu compter pour défendre ses intérêts sur l’attaché de défense de l’ambassade française à Addis-Abeba (jusque septembre 2020) #Stéphane_Richou, lui-même ancien commandant d’un régiment d’hélicoptères de combat.

    L’#armée de l’air éthiopienne a validé l’offre d’Airbus pour l’acquisition de 18 #hélicoptères_militaires et deux avions-cargos en octobre 2020, mais cherchait toujours des financements. Le déclenchement de la guerre au Tigré – où ces hélicoptères pourraient être utilisés – a-t-il conduit Airbus ainsi que le ministère des armées à reporter, voire annuler cette vente ?

    Ni Airbus ni le ministère n’ont souhaité nous répondre à ce sujet.

    Les affaires se poursuivent en tout cas entre la filiale civile d’Airbus et le gouvernement éthiopien : le 9 novembre, #Ethiopian_Airlines réceptionnait deux Airbus A350-900 pour sa flotte. Le 20 novembre encore, l’ambassadeur français à Addis-Abeba se félicitait d’une rencontre avec le PDG de la compagnie aérienne éthiopienne et ajoutait « Airbus » en hashtag.

    https://twitter.com/RemiMarechaux/status/1329829800031252481

    Quant à la coopération militaire France-Éthiopie, elle semble se poursuivre normalement si l’on en juge cette offre d’emploi de professeur de français à destination de militaires et policiers éthiopiens émise en décembre par la Direction de la coopération de sécurité et de défense du Quai d’Orsay (un contrat d’un an à pourvoir au 1er octobre 2021).

    Interrogé le 19 janvier sur le projet de création d’une #marine_éthiopienne, sur d’éventuelles livraisons d’armes récentes à l’Éthiopie et, plus généralement, sur la coopération militaire avec l’Éthiopie et le fait de savoir si l’évolution de la situation au Tigré était susceptible de la remettre en question, le ministère des armées a fait savoir 48 heures plus tard qu’il ne pourrait pas répondre « étant donné [les] délais ». Mediapart a proposé au ministère de lui accorder un délai supplémentaire pour fournir ses réponses. Le ministère n’a plus donné suite.

    Trop tard ?

    Le ministère des affaires étrangères, lui, n’a répondu à aucune des cinq questions précises que lui avait soumises Mediapart sur la présence de troupes érythréennes, les possibles crimes de guerres commis au Tigré et la coopération militaire avec l’Éthiopie notamment (voir boîte noire).

    Sa réponse condamne toutefois en des termes plus précis que par le passé les exactions commises au Tigré. La France est « profondément préoccupée » par la situation humanitaire sur place, « ainsi que par les allégations de violations des droits de l’homme », indique le Quai d’Orsay, avant d’appeler à la cessation des hostilités et au respect du droit international humanitaire par « toutes les parties au conflit ». Mais est-ce suffisant, et surtout n’est-ce pas trop tard ?

    Les dernières informations en provenance du Tigré évoquent des massacres qui auraient fait plusieurs centaines de morts. Plusieurs vidéos portent sur de possibles tueries dans la ville et l’église d’Aksoum, de la fin novembre à début décembre. Selon l’organisation belge Europe External Programme with Africa (EEPA) ainsi qu’un témoin interrogé par Le Monde, les troupes érythréennes y auraient tué plus de 750 personnes. Dans une interview mise en ligne le 17 janvier, une femme qui se dit témoin direct de ces tueries explique en amharique que « la ville entière, du dépôt de bus au parc, était recouverte de corps ».

    Les attaques et destructions concernent également des sites historiques inestimables ou jugés sacrés. La mosquée de Negash (site d’établissement des premiers musulmans éthiopiens, du temps du prophète Mahomet), datant du VIIe siècle, a été partiellement détruite et pillée. Le plus vieux monastère d’Éthiopie, le monastère orthodoxe de Debre Damo (VIe siècle), a également été attaqué.

    Enfin, Mediapart a pu consulter un témoignage de première main concernant un massacre commis dans l’église Maryam Dengelat – creusée dans la roche entre le VIe et le XIVe siècle par les premiers chrétiens d’Éthiopie –, qui estime que 80 personnes ont été tuées par l’armée érythréenne, parmi lesquelles des prêtres, des personnes âgées et des enfants. Ce témoignage fournit une liste comportant les noms de 35 victimes.

    « Si ces informations étaient confirmées, cela commencerait à ressembler à une stratégie d’anéantissement, non seulement du TPLF, mais du Tigré en tant qu’identité historique et territoriale », commente le chercheur Éloi Ficquet, de l’EHESS.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/210121/en-ethiopie-la-france-partagee-entre-business-et-defense-des-droits-humain
    #Ethiopie #France #armement #commerce_d'armes #vente_d'armes

  • Néfastes effets de l’idéologie politico-médiatique, par François Brune (Le Monde diplomatique, mai 1993)
    https://www.monde-diplomatique.fr/1993/05/BRUNE/45324

    L’exagération médiatique des « contraintes » qui interdiraient d’agir et la fabrication d’une réalité télévisée sans rapport avec la vie des téléspectateurs ont accéléré la dépolitisation de l’opinion. Comment réagir quand l’occultation de l’essentiel et l’amplification de l’accessoire conjuguent leurs effets narcotiques ?


    Faire l’opinion - P.Champagne. éd.de minuit
    http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Faire_l_opinion-3118-1-1-0-1.html

    Les sondeurs et la #télévision ne sont pas deux acteurs de plus dans le jeu politique. Ils contribuent à mettre en place un système politico-médiatico-sondagier dans lequel ils jouent un rôle de premier plan. Omniprésents, les sondeurs revendiquent officiellement le monopole de la connaissance scientifique de la « volonté populaire » et proposent officieusement aux partis politiques les moyens pour la manipuler. Par ailleurs, la médiatisation de la politique et notamment des manifestations de rue, et leur accompagnement par les sondages et les baromètres de notoriété, ont contribué à redéfinir ce qu’on met aujourd’hui sous l’expression « faire de la politique ».

    https://www.acrimed.org/-Sondologie-et-sondomanie-Sondages-en-tous-genres-


    Sondologie et sondomanie : Sondages en tous genres
    #sophisme #idéologie_spectaculaire

  • Petite chronique du paysage médiatique où l’on voit les grandes chaînes « nationales » de #désinformation nous mettre inlassablement en tête de gondoles les « french neocons ».

    Guerre à la Turquie, mort aux vieux et gloire aux écoles sauvées du Covid
    https://www.telerama.fr/ecrans/guerre-a-la-turquie-mort-aux-vieux-et-gloire-aux-ecoles-sauvees-du-covid-67

    Sur CNews, Guillaume Bigot préconise l’abandon de l’État de droit et l’entrée en guerre contre la Turquie. Sur LCI, un trio de toutologues fait assaut d’expertises parmi lesquelles brillent les éclairs de génie de Luc Ferry. Sur BFMTV, Christophe Barbier réclame le sacrifice des personnes vulnérables au Covid et un médecin star assure que les enfants ne transmettent pas le virus.

    Merci à Samuel Gontier pour son grand sens de l’abnégation, son sens de l’humour fort aiguisé et son moral en acier suédois : sa « vie au poste » est une mission de salubrité publique.

    #décryptage #télévision #fact-checking

    • Mise à jour mardi 3 novembre, 13h30. Comme annoncé par BFMTV, la rentrée scolaire se passe bien : ce matin, plusieurs lycées ont été bloqués par leurs élèves qui réclament un véritable protocole sanitaire pour éviter les contaminations. Mais, comme le prédisait Martin Blachier, il n’y a aucune raison de s’inquiéter : les forces de l’ordre sont intervenues pour isoler les foyers (de contestation). Au lycée Colbert, à Paris, les élèves ont été matraqués et gazés tandis que deux journalistes, Clément Lanot et Taha Bouhafs, étaient eux aussi gazés (par un policier non masqué) et menacés d’être écrasés. C’est dire à quel point on peut être rassuré.

  • Quand un animateur de talk show pousse au crime en surfant sur la vague du « sentiment d’insécurite » :

    Sur C8, le virage ultra-sécuritaire de Cyril Hanouna
    https://www.telerama.fr/ecrans/sur-c8-le-virage-ultra-securitaire-de-cyril-hanouna-6707262.php

    “Hyperviolence”, “crise d’autorité”, “laxisme de la justice”… En septembre, les émissions de Cyril Hanouna ont contribué à nourrir le “sentiment d’insécurité” martelé par une partie de la classe politique, déjà entrée en campagne pour l’élection présidentielle de 2022. Retour sur cette rentrée à droite toute !

    Au printemps, Cyril Hanouna avait cru rendre service à la France confinée en multipliant les fake news et en flirtant avec le complotisme lors de l’épidémie de Covid-19. En cette rentrée, l’animateur-producteur a décidé de mettre le paquet sur les questions de sécurité, priorité du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et obsession de l’ensemble de la droite, à dix-huit mois de l’élection présidentielle.
    L’insécurité prise par le sentiment, “Valeurs actuelles” coupable d’excès de zèle
    Samuel Gontier 10 minutes à lire

    « Montée de la violence en France : doit-on avoir peur ? », interroge ainsi l’animateur dès le 3 septembre dans Balance ton post !, sur C8. « 68 % des Français se sentent en insécurité. Agressions, rixes ou encore homicides, certains estiment qu’il y a une hausse de la violence en France. » Il fait référence au « Baromètre sécurité des Français » publié par Odoxa en juillet, mais sans préciser que la statistique a surtout bondi cette année à cause… de la pandémie. L’info est pourtant facilement vérifiable sur le site de l’institut : « L’insécurité sanitaire s’ajoute au sentiment d’insécurité physique : une deuxième vague de l’épidémie est le risque le plus redouté (66 %) devant la sécurité quotidienne (35 %) et le risque terroriste (29 %). » Peu importe : Cyril Hanouna semble avoir déjà tranché la question au doigt mouillé et affirme qu’« on voit des choses qu’on ne voyait pas avant ». « On nous aurait raconté ça y a dix ou vingt ans, on se serait dit c’est pas possible ! », assure-t-il, comme un écho aux mots de Gérald Darmanin, qui dénonçait fin juillet « l’ensauvagement d’une partie de la société » dans une rhétorique empruntée à l’extrême droite.
    Les “top tweets” comme seul horizon

    Sur l’écran géant derrière Cyril Hanouna s’affiche alors une liste d’agressions médiatisées entre début juillet et début août. « Un été de violences », lit-on. Une formule qui rappelle « l’été meurtrier » de Marine Le Pen et l’« été Orange mécanique » de Xavier Bertrand, tous deux aussi déjà bien lancés dans la course pour l’Élysée. Usant d’un mimétisme troublant avec le discours de la droite radicale, le chroniqueur Yann Moix s’alarme d’une « gratuité de la violence » inédite et prédit « la guerre civile ». Ses consœurs Agathe Auproux et Rokhaya Diallo tentent bien de relativiser, appellent à une contextualisation des chiffres, incriminent la diffusion d’images violentes sur les réseaux sociaux, qui amplifient le sentiment d’insécurité... Peine perdue. Cyril Hanouna préfère faire son fond de commerce du bruit des réseaux sociaux. Les yeux rivés à Twitter, les « top tweets » comme seul horizon.

    Les sommaires de l’émission Balance ton post ! du mois de septembre (lancée d’abord en version quotidienne avant de revenir à sa case hebdo du jeudi soir, faute d’audience) ont ressemblé à un répertoire de brutalités en tout genre, illustré dès que possible par des vidéos violentes postées sur les réseaux, passées et repassées avec supplément de musique angoissante. Au menu du vendredi 4 septembre : les agressions de maires, « nouveau fléau ». Le lundi 7 : l’interpellation filmée du rappeur Ademo, du duo PNL, par des policiers, « une histoire qui a rapidement affolé les réseaux sociaux », puis le témoignage de Raul, ancien de la BAC, « violemment agressé par une bande de douze jeunes ». Le lendemain : celui de Boubacar, un jeune homme brutalement arrêté par des policiers en juin 2019. Le jeudi 10, en prime time : celui de Véronique et Marie, veuve et fille du chauffeur de bus bayonnais Philippe Monguillot, mort des suites d’une agression cet été. Deux mois à peine après la tragédie, leur parole est emplie de chagrin, mais posée, dans l’attente que justice se fasse. « Je vous trouve très mesurées, réagit Cyril Hanouna, ému aux larmes. Moi j’aurais dit : “Je veux qu’ils prennent perpét, et vite.” Le fait que vous soyez aussi patientes, que vous disiez “on a confiance en la justice, on va la laisser faire son travail”, je pense que neuf personnes sur dix qui nous regardent ce soir n’ont pas votre indulgence », subodore l’animateur, qui a sans doute vu ça sur Twitter. Avant de prendre à son compte une rhétorique souvent portée par les élus d’extrême droite : « Vous avez le bon comportement, mais c’est vrai qu’on a envie que ces sauvages soient punis, et tout de suite ! »
    La justice forcément “laxiste”…

    Une vieille antienne de la droite revient d’émission en émission, serinée en chœur par une bonne partie des chroniqueurs : la justice est laxiste, il faut urgemment durcir les peines et leur application. Et ce n’est pas Bruno Pomart, ancien du Raid qui fait désormais des allers-retours entre les plateaux de CNews et ceux de C8 (belle synergie de groupe), qui dira le contraire. Consulté par Cyril Hanouna comme une boule de cristal sur toute question ayant à voir de près ou de loin avec la sécurité, l’ancien policier défend sa corporation mieux qu’un syndicaliste et fustige assidûment la Justice, réelle coupable du chaos décrit à longueur d’émissions. Lors du prime time du 17 septembre, Cyril Hanouna a une révélation : « Dans tous les débats qu’on fait dans Balance ton post !, on se rend compte à chaque fois que le problème c’est moins la police que la justice, le gros problème en France. Je vous le dis, je le redis. » Sans blague.
    Duel d’anthologie sur LCI, journal de haut vol sur TF1
    Samuel Gontier 10 minutes à lire

    Dans ces parodies de débat où la répétition vaut pour vérité et où le populisme pénal domine, la douleur légitime des victimes a elle souvent valeur d’argument. « 55 % des Français sont pour la peine de mort. Êtes vous d’accord ? », sonde Cyril Hanouna. Pour en débattre en tout équilibre, il a bien sûr convié Jean Messiha, membre du bureau du Rassemblement national, qui promet un référendum sur le rétablissement de la peine capitale en cas de victoire de Marine Le Pen en 2022, Claudine Verplanken, militante anti-peine de mort fiancée à un Américain en attente de son exécution, et Mustafa Kocakurt, le père d’Enis, enlevé et violé par Francis Evrard en 2007, à l’âge de 5 ans. Dévasté par le crime que son fils Enis (présent dans le public et filmé en gros plan à plusieurs reprises) a subi, Mustafa Kocakurt se dit favorable à la peine de mort, ne voyant « pas d’autre solution ». « Je ne trouve pas tellement juste de vous mettre dans la position de trouver la règle commune qui doit régir ce genre de situations, ose la chroniqueuse Raquel Garrido, membre de La France insoumise et avocate. Vous êtes personnellement affecté. Ce que vous doit la société, c’est de prendre en charge ça. »
    … et la peine de mort, forcément la solution ?

    Cyril Hanouna l’interrompt, agacé. « Là, on a envie que ça bouge, que ça ne se reproduise plus ! » Elle tente d’arguer qu’il n’existe pas d’étude prouvant l’efficacité de la peine capitale, mais est de nouveau rabrouée et coupée par l’animateur, qui en rajoute dans la démagogie compassionnelle. « C’est un multirécidiviste qui est dehors ! Comment vous voulez qu’il réagisse, le papa ? » Jean Messiha, lui, voit bien comment faire fructifier cette incurable affliction. « L’impunité judiciaire est une lointaine conséquence de l’abolition de la peine de mort », entonne-t-il, après avoir souligné que « ce que le peuple a fait, il peut le défaire ».

    Ce discours ultra-droitier s’immisce même désormais dans l’émission de pur divertissement Touche pas à mon poste. Le lundi 21 septembre, Gilles Verdez pousse un coup de gueule contre un reportage diffusé la veille dans Sept à huit, sur TF1, sur le centre de détention semi-ouvert de Mauzac, en Dordogne, où la majorité des détenus ont commis des infractions sexuelles. « Évidemment que les prisonniers qui nous regardent – ils sont nombreux – ont droit à une vie en prison tout à fait décente. Mais là, c’était des détenus qui sont à 85 % des agresseurs sexuels, qui ont tous été condamnés, mais ils se font des petits gâteaux, ils ont la clé de leur cellule en journée, ils se préparent des biscuits, ils font des randonnées, parfois même ils incriminent les enfants, aucun ne regrette ses actes ! Moi je pense aux parents des victimes et je suis extrêmement choqué par ce qui a été diffusé. » « Y en a plein sur Twitter qui ont dit : “c’est le Club Med” », renchérit Cyril Hanouna. Et la chroniqueuse Kelly Vedovelli d’asséner naturellement, avant de se reprendre : « Si on me demandait mon avis, ce serait peine de mort pour les gens qui agressent sexuellement. » Il risque décidément d’être long et pénible, le chemin jusqu’à avril 2022…

    Marie-Hélène Soenen

    Les différents articles en accès libre mis en lien dans cet article :

    https://www.telerama.fr/television/les-audiences-de-cyril-hanouna-degringolent-la-mesinformation-en-temps-de-c

    https://www.telerama.fr/television/linsecurite-prise-par-le-sentiment-valeurs-actuelles-coupable-dexces-de-zel

    #télévision #talk-show #fakenews #balance_ton_poste (ça c’est fait)...