• #Pour_Sama

    #Waad_al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Waad tombe amoureuse, se marie avec Hamza et donne naissance à sa fille, Sama. Elle filme au quotidien les #pertes, les #espoirs et la #solidarité du peuple d’Alep. Son mari médecin sauve des centaines de vies dans un hôpital de fortune. Le couple est déchiré entre la protection de leur enfant et leur combat pour la #liberté.


    https://www.youtube.com/watch?v=WGp7C79Pvzg

    #film #documentaire #film_documentaire #Alep #guerre #vie #bombardements #hôpital #Syrie #révolution #résistance #ville #ville_en_guerre #témoignage #siège

  • Refugee stories could do more harm than good

    The pressure of storytelling can leave refugees feeling tokenised and disempowered.

    Ever since I was forced to leave Syria five years ago, I have been sharing my personal story in the hope of raising awareness about the human rights violations in my home country. My experience of storytelling has been both positive and disappointing. On the one hand, it has enabled me to make connections with several supportive individuals who made me feel welcome. But on the other hand, the way that refugees are expected to share and curate their stories can do more harm than good.

    Last year, I was approached by a prominent TV news network to discuss US airstrikes in Syria. I saw the invitation as an opportunity to share my academic perspective as the topic was closely related to what I was researching as part of my doctoral degree at the time. The interview proceeded with personal questions focused on my life in Syria. As I was not being asked about the airstrikes, I requested to share my view and they agreed.

    A few days later, the reporter emailed with me the news clip of their coverage of the strikes. The clip started with a brief summary of what happened. I was then featured for a few seconds, half in tears and conspicuously traumatised while mentioning the loss of my brother and father. The clip then continued with a white Australian observer who gave his “objective” and scholarly analysis of the situation. While the journalist apologised for the “heavy editing”, this humiliating experience taught me that despite my background as a citizen journalist and an academic, for some I will forever be a traumatised Syrian refugee whose primary role is to evoke sympathy and tears.

    Many organisations that work with refugees and asylum seekers also fall into this trap. While most of these organisations are well-meaning and do not directly coerce refugees to share their stories, there is often an expectation that refugees owe the wider public their stories. Thus, the expectation of sharing one’s story can transform into an obligation. I realised this when I politely declined an invitation to share my story from an institution that supported me in the past. Instead of the usual understanding response, a senior staff member at the institution said he was “very disappointed” that I could not save a few minutes of my time to help with their outreach work given what they have done for me.

    Although refugees are free to choose the content of their stories, there is an expectation that they should include some details about their past in order to “move the audience” and inspire sympathy. In preparation for refugee events, some organisers send a list of prompt questions to refugee speakers about their life in their home country, their reasons for leaving, the challenges they have faced and how they have overcome them. There is an implicit narrative logic to the questions: ‘tragedy’ to ‘success’, ‘hell’ to ‘paradise’.

    “The curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify.”

    Some might claim that sharing refugee stories helps to raise awareness about important issues and generate positive social change by inspiring people and helping them better relate to the experiences of refugees and asylum seekers. Of course, personal stories contribute to achieving these goals. However, the curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify the complex context surrounding these stories.

    While many refugees inspire others with their perseverance and resilience, their trauma and their stories should not be packaged in order to inspire. Refugees are not objects or vehicles of inspiration and sympathy. By repeatedly requesting refugees to share stories of why they have sought refuge, we essentialise their identities. People with disabilities face similar objectification when people treat their very existence and ability to lead their lives as inspiring.

    The whole paradigm of using stories to raise awareness and change hearts and minds warrants further research. In my experience, the main audience of refugee narratives are people who support refugees already and tend to perceive these stories as a powerful demonstration of resilience and contribution to society. But we should be aware that the fetishisation of success stories can ignore the painful reality that for many refugees, surviving and adapting to a new life outside of their home country is often overwhelming, difficult and painful.

    “Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories.”

    It is critical that refugees and the institutions that work closely with them are cognisant of the potential risks of sharing painful details of refugee stories. Because many refugees may feel obliged to accept requests of their supporters, being aware of the power imbalance is critical. People also need to recognise that refugees and asylum seekers have agency, and respect their right to determine how and when they share their stories. Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories. Resisting the urge to ask refugees about their past life in their home country can be difficult, especially given their unique first-hand accounts. And while many refugees do not mind sharing their perspectives, we need to be careful not to trigger painful memories.

    Once they are resettled, most refugees try to move on with their lives, focus on their families, establish new careers and contribute to the society that has taken them in. How many stories do we hear about the challenges of young people adapting to a completely new education system? The difficulty of finding employment? The joy of discovery in a new country? If we are genuinely interested in supporting refugees, then we should focus on stories about their present and future, not just their past.

    https://www.opendemocracy.net/en/refugee-stories-could-do-more-harm-good
    #témoignage #storytelling #réfugiés #migrations #empowerment #disempowerment #personnification #humiliation #victimisation #obligation #émotions #narrative #dépolitisation #essentialisation #histoires #risques #présent #passé

    ping @karine4

  • Letters to the world from Moria hotspot

    The first letter :

    “Put yourself in our shoes! We are not safe in Moria. We didn’t escape from our homelands to stay hidden and trapped. We didn’t pass the borders and played with our lifes to live in fear and danger.

    Put yourself in our shoes! Can you live in a place , that you can not walk alone even when you just want to go the toilette. Can you live in a place, where there are hundreds of unaccompanied minors that no one can stop attempting suicides. That no one stops them from drinking.

    No one can go out after 9:00 pm because the thieves will steal anything you have and if you don’t give them what they want, they will hurt you. We should go to the police? We went alot and they just tell that we should find the thief by ourselves. They say: ‘We can not do anything for you.’ In a camp of 14.000 refugees you won’t see anyone to protect us anywhere even at midnight. Two days ago there was a big fight, but util it finished no one came for help. Many tents burned. When the people went to complain, no one cared and and even the police told us: ‘This is your own problem.’

    In this situation the first thing that comes to my mind to tell you is, we didn’t come here to Europe for money, and not for becoming a European citizen. It was just to breathe a day in peace.

    Instead, hundreds of minors here became addicted, but no one cares.

    Five human beings burned, but no one cares.

    Thousands of children didn’t undergo vaccination, but no one cares.

    I am writing to you to share and I am hoping for change…”

    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/23/letter-to-the-world-1-from-moria-hotspot

    Les 3 autres sur le site infomobile :
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-2
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-3
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-4

    Et la traduction en italien des lettres sur le site Meltingpot :
    https://www.meltingpot.org/Lettera-al-mondo-dal-campo-profughi-di-Moria-sull-isola.html

    #Moria #lettre #lettres #asile #migrations #hotspot #réfugiés #Grèce #îles #témoignage

  • #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/metoo-dans-le-cinema-l-actrice-adele-haenel-brise-un-nouveau-tabou?onglet=

    3 novembre 2019 Par Marine Turchi

    L’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Son récit est conforté par de nombreux documents et témoignages. Mediapart retrace son long cheminement, de la « prise de parole impossible » au « silence devenu insupportable ». Le cinéaste conteste « catégoriquement » les faits.

    #viol #harcèlement_sexuel #meetoo

  • [#audio] Je ne savais pas à qui dire tout ça. J’ai bien tenté de faire différemment, mais je n’ai pas réussi, alors j’ai posé ces mots las, là, dans un flow bien plus gris qu’aigri.
    https://archive.org/details/ValdKa


    J’y parle de ce que j’ai appris, ce que j’ai déconstruit, depuis 2003, depuis #Zied_et_Bouna, depuis les #ZaD, depuis #Rémi_Fraisse, depuis les #réseaux_sociaux et les raisons militantes qui font de moi une #photographe et une fille de luttes. Et pourquoi y’a des choix, vraiment, je peux pas...
    On n’aurait qu’à appeler ça Les ZaD, Bouna, Zied, Rémi, Gaspard... et pas que moi.
    (et pardon Diane Dufresne pour le massacre de ta chanson)

    #témoignage #reportage #journalisme #sexisme #feminisme #droit #image

  • Rue des anges
    http://superfeministe.blogspot.com/2019/10/rue-des-anges.html
    (Les images ont des adresses de 3 km et ne s’affichent pas ici.)

    C’est une histoire qui claque sur les #violences_conjugales et les pauvres réponses sociales aux #féminicides. Très bien écrite !

    ’Rue des Anges’ est un témoignage que nous souhaitons diffuser pour ce qu’il montre de la continuité affligeante entre violences domestiques, patriarcales, institutionnelles. C’est une histoire violente (trigger warning : récit d’agression physique violente), c’est une histoire vraie, c’est aussi une histoire de résistance, et de luttes encore à mener pour obtenir le minimum : une police formée qui protège les femmes.

  • Voilées ou non, elles témoignent : « Ni mon père, ni mon frère ne m’ont obligé à le porter »

    Le débat sur le port du voile existe aussi chez les #femmes de la communauté musulmane. Loin de former un bloc homogène, elles revendiquent de multiples #raisons de le porter. Ou de s’en affranchir.

    Pour beaucoup de croyantes, il s’agit d’abord de répondre à une obligation divine, édictée par le Coran. Une obéissance comprise et mûrie spirituellement puisqu’elle vient rappeler « la soumission à Dieu » et « une certaine vision de la pudeur ». Meyem, journaliste indépendante de 26 ans, précise aussi vite : « Mon voile, ni mon père, ni mon frère ne m’ont obligée à le porter ».
    Le voile, un outil d’émancipation ?

    Sans nier qu’il peut exister une contrainte ou une pression sociale dans certaines situations, toutes les femmes interrogées par La Croix revendiquent farouchement ce libre arbitre. Si bien que le voile est devenu pour certaines d’entre elles, un élément consubstantiel de leur identité. « Il me permet de maîtriser mon image, de contrôler ce que je montre ou pas, dans une société où le corps de la femme est souvent considéré comme un objet », confie Amel, 22 ans, étudiante en quatrième année de médecine.

    Le voile, un outil d’émancipation ? Elles sont nombreuses à l’affirmer. Fanta, 20 ans, dénonce un féminisme à double vitesse qui « laisserait aux femmes la liberté de se dénuder mais pas celle de se couvrir ». Cette incompréhension explique la sidération ressentie par cette aide à domicile devant les termes du débat actuel : « Comment un foulard peut-il créer autant de polémiques, alors que chacun est libre tant qu’on n’empiète pas sur la liberté des autres ? Plus les années passent, et plus je me rends compte à quel point il gêne », souffle-t-elle, soucieuse d’affirmer que son voile n’est pas synonyme de repli.

    « Un signe de religiosité orthodoxe »

    D’autres, à l’inverse, ont fait le choix de ne jamais le porter. « On a détourné le slogan “mon corps, mon choix” pour faire la promotion d’un signe de religiosité orthodoxe », s’étrangle Fatiha Agag-Boudjahlat, professeure de collège en Franche-Comté et auteure de Combattre le voilement (Éditions du Cerf, 2019). Elle dénonce une pratique sexiste, dont le refus viendrait lui rappeler, à elle, que malgré sa « foi profonde », elle serait « une moins bonne croyante que les autres ».

    « Quand j’ai enlevé mon foulard, des musulmans que je connaissais m’ont demandé si je continuais à pratiquer. C’est vraiment typique d’un stéréotype qui vient à la fois des musulmans pratiquants et des non-musulmans », déplore pour sa part Huê Trinh Nguyên. Cette ancienne éditrice qui a porté le turban pendant 27 ans, l’a retiré pour des raisons familiales et personnelles. Et s’est aussi forgée la conviction, après deux ans à « lire et relire » le Coran « qu’il n’y est pas du tout écrit que le port du voile est obligatoire, mais seulement qu’il faut couvrir sa poitrine », ranimant ainsi l’insoluble querelle théologique sur son caractère impératif ou facultatif.

    « Encore une fois, ce sont les hommes qui imposent leur vision »

    Bien qu’elle ne se couvre plus la tête, cette fidèle musulmane est profondément indignée par les querelles récentes. « Interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires, je trouve ça scandaleux », lâche-t-elle. Avant de renvoyer dos à dos les détracteurs de ces mères et les salafistes qui interdisent aux femmes les sorties dans les piscines pour les empêcher de se mettre en maillot de bain. « Encore une fois, ce sont les hommes qui imposent leur vision et leur nient le droit de faire ce que bon leur semble », plaide-t-elle.

    Les difficultés viennent avant tout des multiples interprétations données, au sein de la communauté comme en dehors, à ce même morceau de tissu. « Moi j’ai grandi dans un milieu où les femmes se voilent à un certain âge », raconte Samia 39 ans, professeure d’anglais au collège en Seine-Saint-Denis. « Ma mère qui a une soixantaine d’années, se met à le porter, mais partiellement. Elle a une pratique religieuse normale : quand on vieillit, on pense à l’au-delà », philosophe l’enseignante, qui n’exclut pas de se couvrir « un jour ».

    Elle croit, à l’inverse, déceler chez les jeunes générations « un moyen de se faire entendre ». « Quand on est toujours ramené à notre différence, l’exacerber est un moyen de l’affirmer », veut-elle croire. En 2003, 24 % des musulmanes déclaraient porter le voile, elles sont 31 % aujourd’hui, selon une étude de l’Ifop, réalisée en septembre 2019.

    https://www.la-croix.com/Religion/Islam/Voilees-non-elles-temoignent-Encore-fois-sont-hommes-imposent-leur-vision-
    #voile #témoignage

  • Parole de gilets jaunes - 9 - Julie [24 septembre 2019] - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=AkTQ5BqS2C0

    Engagée dès le 17 novembre 2018 dans le mouvement, Julie s’en est retirée après le 10 décembre à cause de l’arrestation de Yannick, son compagnon. Elle raconte ici son vécu de l’emprisonnement, ses visites à la prison et fait part de ses réflexion sur l’état de la France aujourd’hui.

    #video #témoignage #gilets_jaunes #justice

  • Police, jamais sans mon arme

    Oui ! On protège un gouvernement qui n’est pas aimé. Mais c’est notre job. Benoit

    Quelle police offre-t-on à la société ? Quelle est la véritable mission d’un policier ? Protéger les personnes et les biens, enquêter, secourir et réprimer aussi.

    À partir du moment où les manifestants se comportent en combattant, je me transforme en combattant. Et le plus fort gagnera. Je n’ai aucune pitié. Benoit

    Il faut savoir assimiler ces 3 fonctions quand on est policier et ne pas en avoir peur. Arme à la ceinture, symbole de leur pouvoir, Marc, Benoit et Anthony questionnent le sens de leur mission.

    J’ai toujours mon arme avec moi. Je fais mes courses, j’ai mon arme avec moi. Je pars en vacances avec mon arme. C’est comme si je prenais mon téléphone portable, mes lunettes, mes clés de voiture ou ma carte bancaire. Ça fait partie de mon quotidien. Benoit

    L’excitation, l’adrénaline, la déception et la désillusion parfois font partie de leur quotidien.

    L’excitation et l’adrénaline m’empêchent d’avoir peur. J’ai peur après. A posteriori, je me dis : « Là c’était chaud quand même ! ». Benoit

    Comment on peut accepter aujourd’hui pour 1600€ de monter en région parisienne pour se faire cracher à la gueule avec une hiérarchie qui ne vous soutient pas ? Marc

    Avec

    Marc, policier
    Benoit, policier
    Anthony Caillé, policier, secrétaire national de la CGT intérieur.

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/force-de-lordre-14-le-maintien-de-lordre-a-la-francaise

    –------

    #Mantes-la-Jolie, des lycéens à genoux

    On doit éviter les policiers ! Alors que les policiers, normalement, ils ont des yeux, ils voient qu’on est des enfants, qu’on est des élèves. un lycéen

    C’est l’histoire d’une interpellation qui survient en pleine mobilisation lycéenne à Mantes-la-Jolie, dans un climat de haute tension.

    La première infraction, c’est d’abord la violation de liberté individuelle, c’est le fait d’avoir été séquestré dans un enclos pendant plusieurs heures. C’est une séquestration commise par une personne dépositaire de l’autorité publique, à savoir les fonctionnaires de police. C’est une infraction pénale. Maître Alimi

    L’histoire de 151 jeunes interpellés par les forces de l’ordre qui sont restés agenouillés plusieurs heures durant, les mains dans le dos ou sur la tête avant d’être transférés dans différents postes de police des Yvelines. Un événement qui va laisser des traces.

    Nous sommes restés 2/3 heures à terre, les mains sur la tête jusqu’à ce qu’ils nous embarquent dans leur voiture par petits groupes. une lycéenne

    Pour les familles plus que blessées, il s’agit d’une arrestation humiliante et inacceptable.

    L’important c’est de faire comprendre que l’autorité est du côté de la police, pas de la loi et que l’important c’est de le faire comprendre... Ce qui est préoccupant c’est que cette attitude est souvent encouragée par la hiérarchie et couverte aussi par le pouvoir politique. Jean-Marie Delarue

    Pour le commissaire de la ville, il s’agissait d’ « interrompre un processus incontrôlé ». Depuis, l’enquête préliminaire, confiée à I’Inspection Générale de la Police (IGPN), qui avait déjà établi « qu’il n’y avait pas de faute » commise par la police lors de cette arrestation, a été classée sans suite.

    Le recteur d’académie m’a appelé personnellement pour me remercier du travail que j’avais fait pour garantir la sécurité de cet établissement scolaire. C’est ça la vérité ! Arnaud Verhille

    Tous les éléments factuels ne peuvent qu’aboutir au constat que nous avons fait le travail de manière professionnelle avec la volonté de ne blesser aucun jeune pendant les quatre jours d’émeute malgré la violence. Arnaud Verhille

    Mais que s’est-il réellement passé ?

    On a ciblé des lycéens à un moment donné de leur vie, au moment d’une grève, au moment d’un blocus c’est-à-dire le moment où d’adolescent on passe à citoyen. Peut-être que l’État inconsciemment se rend compte que s’il veut diriger plus facilement des populations, et bien il faut taper à la racine et faire peur tout de suite. Maître Alimi

    Avec

    Yessa, Hanane, Myriam et Rachida et les jeunes du Collectif de Défense des Jeunes du Mantois
    Maître Alimi, avocat
    Jean-Marie Delarue, président de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme
    Edouard Durand, juge pour enfants
    Arnaud Verhille, Officier et Commissaire de police de Mantes-la-Jolie
    Geneviève Bernanos du Collectif de Mères solidaires

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/force-de-lordre-34-mantes-la-jolie-des-lyceens-a-genou

    –------------

    "Allô, Place Beauvau ?", davduf lanceur d’alerte

    Mais qu’est-ce que ça veut dire qu’une république qui tire sur ses enfants ? David Dufresne

    Ancien de Best, de Libé, d’I-Télé et de Mediapart, David Dufresne est écrivain, documentariste, explorateur de récits et du web. Mais d’où vient- il ? Des radios libres ? Des fanzines rocks ? Du mouvement punk ? C’est au milieu des années 1980 dans la presse alternative que David Dufresne démarre.

    Ce qui m’intéresse dans le Punk et le Rap, c’est le rapport à la police. David Dufresne

    Préoccupé par les libertés publiques et individuelles, il recense et dénonce sur son compte Twitter jour et nuit les blessés par les forces de l’ordre lors des manifestations des « gilets jaunes ».

    Twitter, en France, c’est un peu le nouveau fil AFP des journalistes... Recenser les violences policières sur mon fil Twitter, c’était une façon de dire : "maintenant les gars ! ça existe vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas". David Dufresne

    Aujourd’hui, on peut raisonnablement dire que l’État a fait le pari de la violence. David Dufresne

    Avec

    David Dufresne, écrivain, documentariste (@davduf)
    Gérard Desportes, écrivain et journaliste
    Mireille Paolini, éditrice aux éditions du Seuil
    Yannick Bourg, écrivain
    Perline, ingénieure informaticienne
    Anita Hugi, réalisatrice et directrice de festival des journées de Soleure en Suisse

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/force-de-lordre-24-allo-place-beauvau-davduf-lanceur-dalerte

    –--------

    Le #maintien_de_l’ordre à la française

    L’histoire du maintien de l’ordre c’est celle d’une disciplinarisation à la fois des forces de l’ordre mais aussi des manifestants des protestataires. Fabien Jobard

    Les manifestations des gilets jaunes nous ont bien rappelé que l’encadrement d’une foule nécessite des compétences, un savoir-faire, né dans notre pays après le drame de la Commune.

    Les manifestations "#loi_travail" et "#gilets_jaunes" ont donné lieu à des dégâts physiques et des dommages corporels qu’on n’avait jamais vu auparavant.

    Depuis cette date la question du contrôle des foules dans la « #légalité_républicaine » ne va cesser de se poser, et progressivement une doctrine à la française va se construire.

    Le préfet Lépine a marqué l’histoire du maintien de l’ordre, notamment en essayant de trouver des moyens alternatifs à la charge dans la foule. Ce qu’il a tenté de faire, c’est montrer le plus de force possible, pour ne pas avoir à s’en servir. Fabien Jobard

    Quelle est l’histoire du maintien de l’ordre à la française ? Quelles sont les évolutions majeures et les césures ? Aujourd’hui les autorités sont-elles plus violentes ou est-ce la perception de cette violence qui évolue ?

    Les forces de l’ordre savent parfaitement bien gérer le maintien de l’ordre ordinaire mais pas quand le pouvoir politique leur demande d’être plus répressif. Patrick Bruneteaux

    Avec :

    Fabien Jobard, directeur de recherches au CNRS, rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP)
    Olivier Filleule, professeur de sociologie politique à l’Institut d’études politiques, historiques et internationales de l’Université de Lausanne (IEPHI) et membre du Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL)
    Patrick Bruneteaux, chercheur en sociologie politique au CNRS et membre du CRPS
    Jean-Marc Berlière, historien, spécialiste de l’histoire des polices en France et professeur émérite à l’université de Bourgogne
    Vanessa Codaccioni, historienne et politologue, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 8
    Cédric Moreau de Bellaing, maître de conférences en sociologie du droit à l’ École Normale Supérieure
    Jean-Marie Delarue, président de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme

    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/force-de-lordre-44-police-jamais-sans-mon-arme

    #audio #police #forces_de_l'ordre #métier #travail #France #témoignage #policier #policiers

    ping @isskein @karine4 @cede @nepthys

  • Haïti : « C’en est assez ! Il faut une rupture avec cette classe dominante qui est dans le mépris total »
    https://www.bastamag.net/Haiti-soulevement-petrochallenge-Caraibes-oligarchie-repression-Nou-pap-do

    Haïti est au bord de l’insurrection. Depuis plus d’un an, le pays est secoué par une vague de contestation contre un pouvoir corrompu, et les mobilisations ont pris de l’ampleur ces dernières semaines. Entretien avec Pascale Solages, activiste haïtienne féministe, au cœur du mouvement. Frédéric Thomas : Que sont les organisations Nèges Mawon (« Noirs marrons ») et Nou pap dòmi (« Nous ne dormons pas »), que vous coordonnez ? Pascale Solages : Nèges Mawon est une organisation féministe qui existe depuis (...) #Témoignages

    / Indignés de tous les pays..., #Luttes_sociales, Démocratie !, #Amériques, #Entretiens

    #Indignés_de_tous_les_pays... #Démocratie_ !

  • Courriers des lecteurs (extraits)
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2007

    Voici de nouvelles citations du courrier des lecteurs et de leurs retours au sujet de la revue. N’hésitez pas à nous faire part par mail ou par courrier postal de vos avis, quels qu’ils soient, sur la revue dans son ensemble, sur ses différentes parties ou sur sa présentation, sur les divers articles ou des propositions pour son évolution... « Merci pour la qualité et la pertinence de vos articles et mon témoignage modeste en soutien de vos actions » Hubert et Sandra « Merci pour votre revue et (...)

    #Témoignages_de_soutien_des_lecteurs

  • « Le pire n’est pas (toujours) certains » parle sans politiquement correct du rôle de l’Europe dans la crise migratoire

    Écriture du texte

    Durant plusieurs mois, l’autrice a parcouru l’Europe, de Thessalonique, en #Grèce, jusqu’au Foyer Oryema de Bobigny. Cette pièce est dédiée à tous les migrants rencontrés et qui ont accepté de lui raconter leurs #histoires. Certains sont devenus ses amis. Le pire n’est pas (toujours) certain met en scène un ensemble de personnages imaginaires construits à partir de vrais #témoignages. Ainsi, le spectateur découvre la Fée Clochette, qui se moque de l’#Europe, l’Europe elle-même, un délégué européen aux affaires migratoires, ou encore Jumala, demandeuse d’asile. Le vrai trajet de l’autrice est imité, transposé sur un personnage de chien qui fit lui aussi la même route que les réfugiés à partir de leur arrivée en Europe par la Grèce.

    #Catherine_Boskowitz explique sur scène s’être inspiré du livre Frères migrants, de Patrick Chamoiseau, mais d’autres ouvrages ont inspiré son écriture. Les écrits d’Hannah Arendt sur l’acte de « penser », Le soulier de Satin, de Paul Claudel, ou encore Passé composé, une nouvelle d’Antonio Tabucchi. Une autre pièce a marqué son propre travail, celle d‘Armand Gatti intitulée Sept possibilités du train 713 en partance d’Auschwitz, qu’elle mit en scène en 2007. En effet, le parallèle avec les camps de déportation de la Seconde Guerre Mondiale se traduit par un lexique similaire : la pièce parle de « Justes » avec les « passeurs » qui organisent des « résistances » en Europe pour permettre aux migrants d’obtenir la liberté et la sécurité. Le texte fait également référence à une histoire croisée entre deux personnages qui ne se connaissent pas et ne se croiseront jamais, puisque l’un est victime de la crise migratoire, l’autre a été victime du nazisme.

    « Je suis l’Europe ! »

    La pièce commence pendant que le public s’assoit. Dans le premier tableau, la salle découvre les personnages en train de coller des bandes adhésives blanches sur le sol et d’écrire dessus. Ces bandes peuvent représenter les frontières empêchant les migrants de se déplacer en Europe en marquant des obstacles sur leurs trajets. Les acteurs se pressent, et quand la salle est enfin installée, l’agitation se fait plus forte avec des bruits stridents qui se transforment peu à peu en bruit de jungle. Les bruitages et la précipitation des personnages qui s’empressent de tout ranger subitement amènent cette première scène d’ouverture à faire penser au démantèlement de Calais, en mettant directement le spectateur dans le bain de l’histoire.

    Un des personnages central de la pièce est celui de l’Europe, jouée par Catherine Boskowitz elle même. Elle la personnifie en femme, habillée en tailleur avec des cornes de Minotaure sur la tête, car « le Minotaure mange les enfants des autres », explique-t-elle. Quand elle arrive sur scène pour la première fois, elle se fait directement alpaguée par la Fée Clochette qui lui courre après et se moque de ses propos. Le personnage de la Fée Clochette n’intervient qu’au début de la pièce, quand elle vient embêter l’Europe. Même si le personnage est drôle, son discours devient tout de suite un peu bateau dès qu’elle essaye d’avoir une analyse de la situation, en affirmant par exemple que « c’est la faute du capitalisme », ne disant rien ni de précis, ni de concret. L’Europe, quant à elle, a un propos bien plus approfondi. Par exemple, elle affirme que si le problème ne trouve pas de solutions, c’est car la mondialisation a transformé les individus en données, dans un monde tourné autour d’individus qui consomment. Dans ce genre de considération, les événements politiques majeurs comme l’élection de Trump ne tombent pas du ciel mais avaient des résonances bien avant en nous. La mise en scène accompagne le discours de cette deuxième séquence par les bruits de données et les personnages qui font mine de travailler avec des statistiques et des chiffres sur un tableau translucide. Dans ce passage, elle déconstruit la manière dont les institutions politiques essayent de se dédouaner de la situation en « os[ant] brouiller les pistes pour nous faire croire que nous sommes impuissants ».

    Mais l’Europe est aussi déclinée dans sa complexité par l’évocation de la lourdeur administrative à laquelle doivent faire face les migrants, ou par d’autres personnages comme celui du délégué européen aux affaires migratoires, qui rencontre Jumala dans un camp, femme exilée arrivée en Grèce et essayant de rejoindre la France. La force de la pièce est incarnée par ses grands personnages comme celui joué par l’autrice, qui rassemble dans son discours tous les schémas mentaux négatifs et xénophobes pouvant être entendu dans la vie quotidienne. Les exprimer sur scène dans la bouche même de l’Europe amène à lire entre les lignes la façon dont les institutions européennes s’occupent de la crise migratoire, tels que : « vous avez laissés vos enfants derrière vous ? Ah mais moi, pour rien au monde je laisserais mes gosses ! ». D’ailleurs, quand on demande à Jumala pourquoi la France, et qu’elle répond « Liberté, égalité, fraternité », des rires se font entendre dans la salle.

    « Ce bateau, je lui avais donné une civilisation » dit un exilé ayant survécu au naufrage de Lampedusa, au début de la pièce .

    D’ailleurs, ce personnage féminin est une autre figure forte de la représentation. Par elle se décline le parallélisme à la Résistance. Par elle, le public découvre l’organisation des passeurs et des réseaux qui font passer les individus d’un pays à un autre. Pendant qu’elle parle de la force dont font part les migrants pour traverser l’Europe, elle interpelle l’administration européenne en côtoyant pendant quelques jours un délégué aux affaires migratoires, qu’elle met face à face avec la réalité, et qui lui aussi incarne les complexité des rapports entre les uns et les autres.

    En sommes, les points abordés sont parfois très intéressants, comme ceux évoqués par l’Europe ou part la relation entre Jumala et le délégué européen, mais l’autrice aurait pu réellement approfondir d’autres aspects de la crise migratoire bien moins connus du grand public, comme les différents réseaux de passeurs. Après le festival des Francophonies à Limoges, la pièce sera à découvrir à Paris en décembre à la MC93.


    https://toutelaculture.com/spectacles/theatre/le-pire-nest-pas-toujours-certains-parle-sans-politiquement-correct-

    #théâtre #art #migrations #frontières #asile #migrations #parcours_migratoires #itinéraires_migratoires
    ping @isskein @reka @karine4

  • Une journée avec les hommes et les femmes de Frontex

    Chaque jour ils surveillent, contrôlent, lisent avec attention vos documents. Les employés de Frontex sont au taquet. L’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes a pour mission principale d’aider les Etats membres de l’Union européenne et de l’espace Schengen à sécuriser leurs frontières extérieures. Elle dispose d’une réserve de réaction rapide de 1500 agents et sera dotée, progressivement jusqu’à 2027, d’un corps permanent de 10.000 agents.

    Les hommes et les femmes qui la composent traquent la moindre anomalie, le moindre document frauduleux. Au moindre doute, tout votre véhicule est fouillé.

    Frontex dirige des opérations maritimes, aériennes et terrestres (en Méditerranée et dans les pays de l’Est notamment). Elles sont menées par des garde-frontières mis à la disposition de l’agence par les Etats membres. Ils sont reconnaissables à leur brassard ou leur dossard bleu clair et sont toujours accompagnés par des agents de l’Etat membre dans lequel a lieu l’opération.

    A l’été 2018 par exemple, dans le cadre de l’opération opération Minerva, Frontex a aidé les autorités espagnoles à contrôler les passagers arrivant du Maroc par ferry. L’agence avait également déployé des experts en documents contrefaits et des agents formés pour repérer les véhicules volés.

    https://ds1.static.rtbf.be/article/image/770xAuto/5/b/b/b8d4c4953a1d60bd9cf28d042fa96f59-1568391909.pngCertains week-ends jusqu’à 100.000 voyageurs et 20.000 véhicules différents sont contrôlés au poste frontière de Medika. D’un côté c’est l’Europe. De l’autre, l’Ukraine. Un point de passage idéal pour a trafiquants en tout genre, drogue, contrebande, contrefaçon. Pour les affronter, une coopération internationale est tout simplement indispensable.

    En matière de lutte contre l’immigration illégale, Frontex coordonne aussi des opérations de renvoi de migrants irréguliers vers leurs pays d’origine (chaque Etat membre restant libre de déterminer quelle personne doit être renvoyée). Elle peut aider les États membres à financer les opérations de retour et à coopérer avec les pays tiers chargés des procédures de réadmission.

    L’Agence européenne assure également une veille permanente de la situation aux frontières extérieures de l’UE et de l’espace Schengen : elle analyse les tendances et collecte des données sur les personnes liées aux filières d’immigration clandestine ou aux activités criminelles transfrontalières (trafics, terrorisme, pêches illégales…). Elle transmet ces informations aux Etats membres et à l’office européen de police Europol.

    Une vocation familiale

    Piotr Wiciejowski a toujours voulu être soldat, il faut dire que c’est une tradition dans la famille. Sauf qu’il a choisi la protection des frontières comme terrain de chasse. Aujourd’hui il coordonne l’agence européenne Frontex à Medyka.

    Dans le même bureau travaillent un Polonais, un Autrichien, un Portugais, un Letton et un Moldave. Tous ont des expériences différentes mais un même objectif : agir rapidement et compter les uns sur les autres.

    « On contrôle les polices d’assurance, les documents de voiture, les passeports, les papiers de voyage, les visas et même les cartes de pêche. » Explique Piotr Wiciejowski.

    La détection des faux documents est une priorité dans la profession et un succès face aux criminels.

    « Notre groupe s’entraîne constamment. Nous avons des spécialistes de la contrefaçon de documents, de la détection des documents de voitures volées, nous partageons les expériences de nos collègues des services de police et des services des frontières d’autres pays de l’Union européenne. » ajoute le garde-frontière.

    En 2018, 1500 faux documents d’identité ont été saisis à la frontière orientale de l’Union européenne. La contrebande est un aussi un défi aux postes frontières. Drogues, alcool sans accise, cigarettes permettent aux organisations criminelles de gagner beaucoup d’argent.

    Un agent témoigne anonymement. « Il s’agit d’un secteur très lucratif pour les groupes criminels, c’est de l’argent facile à gagner, il n’est pas étonnant que des personnes peu scrupuleuses tentent leur chance. Mais nous sommes là pour l’éviter. »

    Les passeurs rivalisent d’imagination pour cacher leur marchandise. Mais les hommes de Frontex ne sont pas dupes et les chiens détecteurs de drogue par exemple, sont très utiles pour dénicher les cargaisons frauduleuses.

    « L’innovation et la créativité de ces groupes criminels n’ont pas de limite » explique le garde.

    Piotr Wiciejowski sait que toutes les voitures doivent être soigneusement contrôlées à la frontière de Medyka. C’est le dernier point de passage pour qu’un véhicule volé ne disparaît complètement des radars. La lutte contre les voleurs de voitures est possible grâce à la coopération internationale. En 2018, près de 1000 voitures volées ont été interceptées aux frontières de l’Union européenne. « Nous venons de saisir une voiture Jaguar en version limitée, d’une valeur marchande supérieure à 400.000 PLN. (Soit 92.313 euros) Lors des contrôles frontaliers en Pologne, il s’est avéré que les numéros d’identification et les papiers de la voiture étaient contrefaits », explique une responsable du bureau polonais.

    Lorsqu’un agent doit vérifier un document ou obtenir des informations rapidement, les employés de Frontex peuvent immédiatement contacter leurs collègues européens. Le temps et la rapidité de réaction sont au détriment des criminels." Si quelqu’un franchit la frontière de notre côté, il peut ensuite arriver facilement à Lisbonne, au Portugal. Nous sommes donc tenus de travailler d’une façon précise et la plus professionnelle possible. Nous sentons la pression sur nous, mais nous la gérons très bien. "

    Lorsqu’ils rentrent dans leur pays, les employés de Frontex ont acquis de nouvelles expériences tout en contribuant à protéger la frontière orientale de l’Union européenne. Une coopération qui joue aussi sur la dissuasion. Les hommes de Frontex veulent aussi donner l’impression aux trafiquants qu’ils ne peuvent leur échapper.

    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_ces-heros-du-quotidien-les-hommes-et-les-femmes-de-frontex?id=10313604
    #Frontex #frontières #contrôles_frontaliers #témoignage #gardes-frontière #travail #asile #migrations #réfugiés

    • Frontex, rempart de l’Europe forteresse !

      À la lecture de l’article paru sur le site de la RTBF du 21 septembre dernier[1], initialement titré “Ces héros du quotidien : les hommes et les femmes de Frontex” et rebaptisé quelques heures plus tard “Une journée avec les hommes et les femmes de Frontex”, nous aurions pu croire qu’il s’agissait d’une campagne de recrutement pour cet organisme européen. “Travailler pour Frontex, c’est agir pour la collectivité” ; “travailler pour Frontex, c’est se réaliser” ; “travailler pour Frontex, c’est faire partie de la grande Europe” semble affirmer ce papier. Mais sous des faux-semblants d’objectivité, cet article nous apparaît clairement partial étant donné l’omission de nombreuses informations.

      Melting-pot nauséabond

      Non, Frontex n’a pas un rôle émancipateur mais est un outil de répression et de blocage des arrivant.e.s et migrant.e.s avant qu’ils.elles ne touchent le sol de l’Union européenne ou de l’Espace Schengen.

      Or, les raisons d’être de Frontex – en réalité, celles que l’autrice a choisi de présenter – s’égrènent tout au long de l’article sous un jour positif. Nous y apprenons que les employé.e.s se dévouent pour nous protéger de la drogue, de la criminalité, des trafics en tout genre… mais aussi de l’immigration “illégale”. Il s’agirait donc de nuisances multiples agrégeables en un tout homogène. Autrement dit, les Européen.ne.s, honnêtes citoyen.ne.s, seraient menacé.e.s et l’objet du malheur viendrait, forcément, de l’extérieur. Cette idée prend appui sur une sémantique très orientée : “sécurité”, “protection”, “affrontement”, “terrain de chasse” (l’Europe serait-elle un terrain de chasse ?!)...

      Paresse intellectuelle et alimentation des peurs constituent donc le ton de cet article. À l’heure où l’extrême droite, véritable menace, gangrène toute l’Europe, nous ne pouvons nous y résoudre. Dès lors, nous formulons une série d’interrogations.

      Quels sont les effets possibles de ce type d’article ? A titre d’illustration, de la perception de menaces à l’armement des agents[2], il n’y a qu’un pas… que la Commission européenne a déjà franchi… et que l’article de la RTBF ne mentionne pas.

      Faut-il, une fois de plus, assimiler l’immigration à une menace ? Faut-il associer l’immigration au trafic de drogue ? À la criminalité ? Faut-il rappeler que les migrant.e.s sont en danger et que les politiques migratoires européennes tuent ? L’Europe, érigée en terre isolée, a déjà laissé périr 30 000 personnes depuis l’année 2000, rien qu’en Méditerranée (selon The Migrants files). Pourtant elles tentaient seulement de fuir des guerres, des traitements iniques et des conditions de vie indignes. Leurs espoirs se heurtent aux murs d’une Europe érigée en forteresse. Cela, l’article ne le mentionne pas non plus. Ne nous y trompons pas : ce ne sont pas “seulement” des personnes qui nous sont étrangères qui décèdent. Nous affirmons que chaque corps qui se noie, chaque vie arrachée s’accompagne de l’amenuisement de notre conscience et de nos valeurs. Voilà bien une menace réelle.

      Angles-morts de l’article

      Le fait que Frontex soit très fort critiqué par des associations ne figure pas non plus dans l’article. Les actions de ces “héros” (comme le titrait au départ la journaliste rédactrice) sont dénoncées par de nombreuses associations (Agir pour la Paix, CNCD, Migreurop, à titre d’illustrations). Beaucoup de critiques venant du monde journalistique ont été faites concernant le manque de transparence de l’agence de contrôle des frontières. Le Guardian, notamment, avait déclaré que Frontex se rendait coupable de violations des droits fondamentaux. Par ailleurs, le journaliste allemand Arne Semsrott et l’espagnole Luisa Izuzquiza, une militante du droit à l’information avaient déposé plainte contre Frontex pour manque de transparence. Nous aurions aimé a minima une solidarité journalistique de la part de la RTBF[3]

      L’article omet également de mentionner ce que Frontex nous coûte. Cette agence, garante de l’Europe forteresse, a investi, depuis l’an 2000… 15 milliards d’euros pour barricader ses frontières qui n’ont pour effet que de garder les personnes migrantes prisonnières à l’intérieur de nos murs physiques et numériques (fichages et contrôles) en complément d’une politique de l’externalisation (Turquie, Maghreb, Libye, collaborant ainsi avec des régimes autoritaires sinon des dictatures) qui représentent un marché lucratif, impossible à mener sans des politiques sécuritaires (et corollaires, racistes).

      Frontex et ses dérives

      Ce sont bien les mesures de nos gouvernements démocratiques qui ont préféré investir des milliards d’euros dans des moyens issus de la haute technologie sécuritaire prônée par Frontex, distillant le principe de la libre circulation des capitaux, au détriment de la sécurité des personnes qui sont forcées de fuir la misère, les changements climatiques ou les dictatures.

      Ainsi, durant la récente période des “vacances”, des centaines de personnes sont mortes en mer, contraintes de fuir dans des embarcations de fortune, faute d’obtenir des moyens légaux de quitter des terres hostiles. Les avions et bateaux de Frontex ont empêché les missions de sauvetage des ONG en criminalisant leurs actions, en les poursuivant pour délit de solidarité ou en les accusant de trafic d’êtres humains. Notons que cette épée de Damoclès poursuit également les hébergeur.se.s aujourd’hui.

      Questionner la déontologie journalistique

      Cet article s’avère donc problématique, et ce, à bien des égards. En plus des questions soulevées précédemment, nous questionnons l’aspect déontologique. La mission du journalisme est d’informer et non de faire du publi-reportage. Faut-il le rappeler ?

      Certes, protéger un territoire des trafics en tout genre, comme la criminalité, est indispensable. Néanmoins, Frontex, comme nous l’avons démontré, c’est avant tout le rempart de l’Europe forteresse.

      Ce reportage unilatéral, partiel et partial est-il digne de l’ambition de la RTBF qui est d’offrir à ses auditeur.trice.s une information de qualité et de référence ? On attend mieux du service public.

      Aucun des médias principaux de la presse écrite de Belgique francophone n’a accepté positivement notre carte blanche selon nos conditions, à savoir qu’elle soit l’objet d’un article à part entière.

      Conclusion

      Le contrôle des murs aux frontières de l’Europe est le problème et non la solution. La hiérarchisation entre les personnes, la catégorisation entre celles et ceux qui ont le droit d’avoir des droits ou non sur le sol européen doit cesser. Les personnes qui risquent leur vie aux frontières doivent être sauvées et accueillies dignement. La solidarité est la seule solution pour faire face aux défis climatiques, démocratiques et économiques à venir.

      https://blogs.mediapart.fr/collectif-citoyen-belge/blog/270919/frontex-rempart-de-l-europe-forteresse
      #journalisme #presse #fact-checking
      ping @karine4

    • Le #Maroc et Frontex renforcent leur coopération

      La capitale polonaise a abrité, jeudi, une séance de travail entre le Maroc et l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) axée sur les moyens de renforcer la coopération et la coordination entre les deux parties afin de relever les défis de la migration clandestine et de la criminalité transfrontalière.
      Lors de cette réunion dirigée par le wali, directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur, Khalid Zerouali, et le directeur exécutif de l’Agence Frontex, Fabrice Leggeri, les débats ont porté sur le rôle central du Maroc dans la lutte contre la migration clandestine et la criminalité transfrontalière, l’évaluation des mécanismes de coordination et les différents aspects de la coopération.
      Dans une déclaration à la MAP, Khalid Zerouali a indiqué que la séance de travail, à laquelle ont participé une importante délégation marocaine et l’ambassadeur du Maroc en Pologne, Abderrahim Atmoun, a été l’occasion de jeter la lumière sur le rôle important et les grands efforts déployés par le Royaume en matière de lutte contre l’immigration clandestine et les autres phénomènes transfrontaliers, et sur la contribution importante du Maroc à la stabilité et à la sécurité régionale et internationale.
      Il a également souligné que les responsables de l’Agence Frontex ont salué les approches pratiques, efficaces et pluridimensionnelles adoptées par le Maroc pour faire face aux flux migratoires sur Hautes orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et le souci du Royaume à consacrer ces efforts non seulement pour lutter contre ce phénomène mais également pour le traiter dans ses dimensions humaines et suivant des méthodes proactives dont l’efficacité a été prouvée.
      Le Maroc a exprimé sa disposition permanente à contribuer à la lutte contre ces phénomènes négatifs, a affirmé Khalid Zerouali, appelant à concevoir de nouvelles solutions pour accompagner le développement de ces phénomènes qui se compliquent de plus en plus à cause des conditions sociales et sécuritaires prévalant dans certaines régions du continent africain.
      Il a, en outre, rappelé que le Maroc ne s’est pas limité à traiter la question de l’immigration illégale en se basant seulement sur une approche purement sécuritaire mais il a également contribué dans sa position de leader à mettre en place une institution chargée d’évaluer, d’analyser et d’étudier les causes de ce genre de migration suivant des approches pratiques afin de trouver les solutions appropriées, et ce rôle a été confié à l’Observatoire africain de la migration basé à Rabat, soulignant l’importance de la Conférence intergouvernementale sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, tenue à Marrakech et qui a constitué un espace pour innover des solutions concrètes pour l’établissement de partenariats à tous les niveaux.
      Pour leur part, les responsables de l’agence européenne, dont le siège est à Varsovie, ont relevé que la coordination et la coopération institutionnelle entre Frontex et le Maroc constituent un modèle et une référence dans la coopération entre les pays du Nord et du Sud pour lutter contre la migration irrégulière et mettre à profit les expériences accumulées par le Maroc pour traiter les questions sécuritaires et faire face aux défis posés par les flux migratoires, la criminalité transfrontalière et le terrorisme.
      Ils ont également souligné que la feuille de route claire et les approches du Maroc ont prouvé leur efficacité et leur efficience pour transcender les entraves en rapport avec la migration clandestine.
      La délégation marocaine a participé à Varsovie à la 24ème Conférence internationale sur la sécurité des frontières, organisée cette semaine par Frontex en présence des représentants de plus de 100 pays et 300 experts internationaux, dont les représentants de plusieurs organisations et institutions internationales œuvrant dans le domaine de la sécurité des frontières.
      La conférence a examiné plusieurs questions portant notamment sur les mécanismes permettant de prévenir, de faire respecter et de lutter contre les problèmes mondiaux liés à la sécurité des frontières, tels le trafic des êtres humains et la falsification des documents et des pièces d’identité.

      Fabrice Leggeri : Le Royaume, un partenaire clé dans la lutte contre la migration clandestine

      Le Maroc est « un partenaire clé, modèle et fiable » dans la coopération avec l’Union européenne et les différents pays du monde dans la lutte contre la migration clandestine et d’autres phénomènes connexes, a affirmé jeudi à Varsovie en Pologne le directeur exécutif de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex), Fabrice Leggeri.
      Le partenariat avec le Maroc a toujours permis de trouver de nombreuses solutions pour lutter contre le phénomène de la migration illégale et ce grâce aux « bonnes expériences » accumulées par le Maroc en matière de lutte contre les phénomènes négatifs, notamment la migration clandestine, la criminalité organisée transfrontalière et le terrorisme, a-t-il souligné dans une déclaration à la MAP en marge d’une séance de travail tenue à Varsovie entre le Maroc et l’Agence Frontex axée sur les questions de migration et de coopération bilatérale.
      Fabrice Leggeri a, par ailleurs, indiqué que cette réunion a été « fructueuse et riche » au niveau des débats constructifs et francs entre les deux parties, et aussi au niveau des propositions avancées par le Maroc en vue de renforcer davantage la coopération bilatérale, ajoutant que la séance de travail a aussi permis d’aborder d’autres questions d’intérêt commun notamment la technologie d’analyse des risques et d’innovation, la coopération entre les garde-côtes et les institutions de sécurité compétentes.
      Le responsable européen a, en outre, souligné que le dialogue et la coopération avec le Maroc ont été toujours une priorité pour l’Union européenne et l’Agence Frontex.

      https://www.libe.ma/Le-Maroc-et-Frontex-renforcent-leur-cooperation_a113092.html

  • « Accroché à ma corde, je pose les pieds à plat sur la paroi. Mes semelles sont en train de fondre ! »
    https://www.bastamag.net/Cordiste-accident-mortel-silo-proces-livre-Eric-Louis-Chroniques-sur-corde

    Cordiste pendant trois ans, Eric Louis a assisté, en juin 2017, à la mort de Quentin Zaraoui-Bruat, enseveli dans un silo de sucre à Bazancourt – accident auquel Basta ! a consacré une enquête. Alors que s’ouvre à Reims le procès de l’affaire, nous publions un extrait du dernier livre d’Eric Louis, Chroniques sur corde. Un récit édifiant de ce métier dangereux. Quand on a enfoui les déchets qui sont enfouissables, recyclé ceux qui sont recyclables, exporté ceux qui sont exportables, il reste les déchets (...) #Témoignages

    / #Ma_vie_au_travail, Santé , #Conditions_de_travail

    #Santé_

  • We’re Sensing Climate Change

    Maybe we need more kinds of climate #data. Maybe we need data that connects climate change to people and places we care about.

    What kind of data might we need to promote action on climate? What kinds of data are “actionable”?

    These are the questions we, the Data Storytelling team of faculty and student interns at Penn, have been wrestling with while we, and probably you too, watch climate trends worsen. Earlier this month, in conjunction with the UN’s Climate Action Summit, the IPCC released its Special Report on the Oceans and Cryosphere in a Changing Climate. The environmental and climate data gathered in this report—like the data presented a year earlier, in the September 2018 Special Report on Global Warming of 1.5 Degrees—have been collected over decades. The data are robust; they show continuing terrible trends: more CO2 in the atmosphere and in the ocean. We’re cooking the planet, and we who listen to the overwhelming majority of scientists have known it for decades now.

    We have the data, but we’re failing to act in ways large enough to slow, stem, and reverse the terrible trends.

    When we hear the words “climate data,” we see biq quant, measurements collected by sophisticated sensing instruments and read and then interpreted by scientists in the field and lab. But maybe there are other measurements that can help spur action. Maybe we need more kinds of climate data. Maybe we need data that connects climate change to people and places we care about.

    This month—inspired by #UniteBehindTheScience, by #FridaysForFuture, by the local organizers and attendees of climate strikes and marches, by the Climate Action Summit, and by the diverse youth activists who insist we must #ActOnClimate—we began a public data storytelling campaign. It challenges the idea that you need a lab coat to collect climate data. Your field site can be your own backyard. Individual, lived experiences of climate change provide valuable companions to the quantifiable science as we continue to struggle to comprehend and to take action on the climate crisis. We’re calling our campaign, #MyClimateStory, and we want to hear yours.

    We introduced the #MyClimateStory initiative on campus at the University of Pennsylvania, as part of the 1.5* Minute Climate Mini-Lectures. Six data storytellers contributed their personal stories and we all talked about how “We’re Sensing Climate Change” in places we love. You can listen to those stories here. And we want you to hear your climate story too! You can contribute it—with text, audio, and video files, as you like, by clicking on the button below. It can be as short or long as you like! Every contribution feeds a growing data storybank, a living archive of climate data filled with local observations of everyday people talking about their favorite places and the changes they’re experiencing.

    https://www.datarefugestories.org/blog/2019/9/23/were-sensing-climate-change
    #storytelling #récit #narration #climat #changement_climatique #témoignage #données #données_sensibles

    #atelier_collapsologie

    voir aussi le hashtag #myclimatestory sur twitter :
    https://twitter.com/hashtag/myclimatestory?src=hashtag_click

  • Journée de lutte
    Paris, 21 septembre 2019

    Maya

    https://lavoiedujaguar.net/Journee-de-lutte-Paris-21-septembre-2019

    Hier nous étions quatre de chez nous à Paris. Partis de bon matin pour éviter les contrôles au péage de Paris, lorsque nous sommes arrivés à ce péage, pas un condé ! on se dit que toutes les infos reçues sont des fausses infos ! ça commence bien ! on continue notre route pour nous garer dans la capitale et nous rendre à la Madeleine au rendez-vous fixé. La lune vue le matin de chez nous en pleine nuit est encore là présente en plein jour à Paris ! joli et rassurant clin d’œil de la nature imperturbable... On avance, des gens se promènent, discutent, pas besoin de gilet pour nous reconnaître, en deux temps trois mouvements les sourires se font sur les visages et les rencontres achoppent, comme on dit. Chacun·e y va de son vécu et de sa pensée. Attendre le bon moment, s’approcher, faire la masse. On nous dit que la Madeleine est bloquée, déjà nassée. En effet on s’approche et on voit les camions blancs bien rangés et la maréchaussée prête à défendre ou plutôt prête à l’attaque. Les voltigeurs d’un seul coup surgissent dans la rue et font des allers et retours pétaradants ! c’est du grand n’importe quoi ! Cette bande de motards invisibles sous leurs costumes pensent peut-être nous impressionner, nous faire peur, ils ne font que du bruit ! (...)

    #Gilets_jaunes #témoignage #manifestation #Paris #répression #réflexion #foule

  • « La France, seul pays où le cortège #Climat a été violemment réprimé »
    https://www.bastamag.net/Marche-climat-21-septembre-gilets-jaunes-black-bloc-repression-forces-de-l

    « Ce soir les titres des médias auraient pu être : "Démonstration de force : gilets jaunes et mouvement climat s’unissent dans la rue". » Mais les forces de l’ordre en ont décidé autrement. C’est l’amer constat tiré par Maxime Combes, militant d’Attac, qui participait à la marche pour le climat et la justice sociale à Paris le 21 septembre. L’une des membres de l’équipe de Basta !, auteure des photos, a également été interpellée et fouillée alors qu’elle fuyait les gaz lacrymogènes. Ce samedi 21 septembre, (...) #Témoignages

    / Climat, #Altermondialisme, #Atteintes_aux_libertés, #Le_défi_du_réchauffement_climatique

    https://www.bastamag.net/IMG/mp4/thomas_clerget_-_ensuite_ca_a_ete_le_chaos._barricades_d_un_cote_charges_e


    https://www.bastamag.net/IMG/mp4/thomas_clerget_-_ensuite_ca_a_ete_le_chaos._barricades_d_un_cote_charges_e

    https://www.bastamag.net/IMG/mp4/thomas_clerget_-_il_y_a_un_cortege_de_tete_imposant_-_en_mode__k-ways_noir

  • Le #Commonscamp : imaginer la ville en commun !

    300 personnes ont participé au premier Commonscamp organisé à #Grenoble, du 22 au 26 août 2018, pendant l’université d’été rebelle et solidaire des mouvements sociaux et citoyens. Cette première édition abordait trois thématiques : les #communs, le #municipalisme et le #droit_à_la_ville. Ce parcours numérique vous propose de revenir sur cette expérience inédite. Découvrez des #témoignages inspirants et rejoignez-nous pour les prochaines éditions !


    https://uneseuleplanete.org/Le-Commonscamp-imaginer-la-ville-en-commun
    #webdoc #commons

  • Une conversation avec #Abdul_Aziz_Muhamat, lauréat du prix Martin Ennals 2019

    En février 2019, Abdul Aziz Muhamat, originaire du Soudan, recevait à 26 ans le prix Martin Ennals qui récompense chaque année les défenseurs des droits humains. Transféré sur l’île de Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) en septembre 2013, en vertu de la politique offshore australienne, Aziz s’est battu dès le début de son incarcération pour faire connaître les souffrances de milliers de réfugiés enfermés comme lui et pour défendre leurs droits à une procédure d’asile et à la liberté. Aziz est un communicateur hors pairs. Il parle presque couramment le français en plus de l’anglais et de l’arabe. Il y a trois mois, la Suisse lui accordait l’asile et le statut de réfugié (1). Il vit maintenant à Genève où vous le croiserez peut-être. Son rêve immédiat est de trouver un logement. Il aimerait aussi poursuivre ses études universitaires interrompues au Soudan. Mais plus que tout, il est déterminé à obtenir la réinstallation des 550 personnes encore bloquées en Papouasie-Nouvelle-Guinée et sur l’île de Nauru (2).

    En revenant sur quelques événements marquants, j’ai cherché à comprendre comment Aziz a réussi à poursuivre son combat pour la liberté des personnes enfermées comme lui, malgré l’isolement et les mauvais traitements.

    Atterrir en enfer

    Aziz est né à Al-Genaïna, un grand village situé dans la région du Darfour à quelques kilomètres de la frontière tchadienne. Son père est un marchand de bétail renommé qui commerce au Tchad et en Libye. A 13 ans il part habiter à Khartoum pour ses études secondaires. En première année d’université il devient activiste politique au sein du mouvement Girifna dont les membres sont pourchassés par le régime en place l’obligeant à fuir le Soudan. Il décide de partir pour l’Indonésie en juillet 2013. Mais il ne peut pas y rester car la procédure auprès du HCR est bien trop longue et son visa ne permet pas l’attente.

    La seule option est la traversée vers l’Australie. Après une première tentative en août 2013 durant laquelle 5 personnes se noient, la deuxième lui permet d’atteindre les côtes après quatre nuits en mer. Malheureusement le bateau est intercepté par la marine australienne au large de Christmas Island. Là on lui explique que les personnes arrivant par bateau ne pourront jamais, quel que soit leur statut, s’installer en Australie. Ils seront donc tous transportés par avion vers Darwin puis vers l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

    “On nous a alignés pour nous informer que le cannibalisme était actif là-bas et qu’il y avait beaucoup de maladies et qu’il fallait absolument éviter de parler aux habitants sans quoi nous serions agressés.”

    Aziz atterrit à Manus en septembre 2013 où déjà plus de 800 requérants d’asile sont détenus (3). Il est enfermé dans le camp de Foxtrot sur la base navale historique de Lombrum. Son dortoir est un immense hangar de 122 lits datant de la seconde guerre mondiale où il fait plus de 40 degrés.

    “ L’endroit était sinistre, loin de tout, nous étions totalement isolés du monde et nous n’avions accès à rien. Ce sentiment m’a donné envie d’agir, il fallait créer un mouvement de solidarité.”

    Sa rencontre avec Behrouz Boochani, un journaliste kurde iranien, lui donne beaucoup d’espoir. Ils décident ensemble de réunir en secret les représentants des différents groupes linguistiques (4) afin d’améliorer la communication entre les détenus et se mettre d’accord sur les revendications à faire, la première étant le démarrage de la procédure d’asile.

    Il constate que tout le monde est très affecté par les conditions de détention. Les gens souffrent d’un sentiment d’abandon et d’un processus de déshumanisation. Ils sont devenus des numéros, appelés selon leurs matricules. On exige d’eux qu’ils fassent la queue en ligne pour tout, ils ne sont informés de rien et ne voient aucunes portes de sortie à leur enfer quotidien. Afin de venir en aide à ses compagnons, Aziz s’intéresse à la psychologie, demande à son psychiatre- en prétextant de fausses raisons – d’emprunter des articles de psychologie. Ses lectures lui donnent des outils pour éviter de sombrer et aussi pour aider les autres. Il devient conseiller et passe des heures à écouter les personnes découragées.

    “Je pressentais que j’allais rester des années là-bas. Il me fallait conserver la mémoire et aider mes camarades plus fragiles. Je voulais qu’ils continuent d’espérer et calmer ceux qui étaient impatients ou dépressifs. Je sentais que j’avais un impact très positif sur eux. Bien sûr, je leur faisaient croire que les choses iraient mieux, que la société civile finiraient par nous entendre mais en réalité je n’en savais rien. ”

    Informer le monde extérieur

    Si Abdul Aziz Muhamat était fumeur peut-être ne serait-il pas parvenu à contacter le monde extérieur aussi rapidement. Chaque semaine les détenus recevaient trois paquets de cigarettes, alors il trouve une idée : corrompre un gardien pour obtenir un téléphone mobile et menacer de le dénoncer en cas de refus. Marché conclu : il parvient à troquer cent paquets de cigarettes en échange d’un téléphone mobile.

    “Le jour où j’ai reçu ce téléphone je me suis enfermé dans les toilettes. En cherchant sur internet, je suis tombé sur l’organisation Refugee Action Coalition à Sydney et j’ai noté le nom de Ian Rintoul. Je lui envoie un mail en lui expliquant ma situation et il me répond tout de suite. Quand je lui ai dit que j’étais enfermé à Manus, il ne m’a pas cru, il a demandé des preuves. Ian Rintoul m’a dit que ce que je faisais était extrêmement dangereux, il avait vraiment peur pour moi. Mais je lui ai dit que notre situation était tellement grave que je prenais le risque. Autour de moi à Manus, personne n’a jamais su que je cachais un téléphone. Ian Rintoul a été d’une grande aide pour moi, il a su utiliser intelligemment les informations que je lui donnais afin de sensibiliser et mobiliser la société civile.”

    Dans le courant du mois de janvier 2014, Aziz et ses compagnons organisent une manifestation exigeant le démarrage de la procédure d’asile. Des rencontres houleuses ont lieu avec le service d’immigration et d’autres intervenants dont l’Organisation internationale des migrations, mais elles n’aboutissent à rien de concret. Par contre ils sont avertis : les personnes qui refusent de rentrer au pays d’origine resteront éternellement sur l’île et surtout ils ne seront jamais réinstallés.

    Ces nouvelles provoquent le désespoir. Un soir de février 2014, la tentative de fuite de quelques requérants met le feu aux poudres. La répression est violente et des habitants locaux en profite pour rentrer dans le camp et attaquer des personnes jusque dans leurs chambres. Reza Barati (iranien) décède de ses blessures alors que 150 autres personnes sont blessées.

    En Australie et dans le monde, les violences à Manus font la une de la presse, les langues se délient, l’incompréhension gagne du terrain, le sort des prisonniers de Manus et Nauru inquiète une frange grandissante de la population. En avril 2014, Aziz recommence son travail pour renforcer les liens entre les personnes et tenter d’unir les différents groupes. Il y parvient et lance en janvier 2015 avec 400 autres personnes, une grève de la faim de 14 jours afin de protester non seulement contre les conditions abjectes et inhumaines de détention mais aussi contre l’absence de procédure d’asile.

    “Le quinzième jour, ils sont venus à 6 heures du matin, ils m’ont arrêté en premier et m’ont envoyé dans une prison appelée “CIS” avec d’autres prisonniers de droit commun dont des auteurs de crimes graves. J’y ai passé un mois. Etonnamment j’ai été très très heureux, j’ai appris leur langue, j’enseignais l’anglais et les autres prisonniers m’appelaient enfin par mon nom. Je garde un excellent souvenir de cette période.”

    Trois mois d’isolement

    Au bout d’un mois, Aziz est immédiatement placé dans un autre lieu et cette fois c’est en isolement complet. Après un mois, il est interrogé par un psychiatre et un psychologue qui le trouvent encore trop…combatif. Leur rapport incite les autorités à décider la prolongation de l’isolement pendant un mois supplémentaire.

    “On ma donné une carte rouge signifiant que j’étais un criminel contre l’Etat et on m’a dit que j’allais être renvoyé au Soudan. Après un mois de prison et deux mois d’isolement complet j’étais très fragile. Mentalement je n’allais pas bien du tout. C’est ce que le psychiatre et le psychologue voulaient voir. Je ne devais pas essayer de me montrer fort. Au contraire je devais sembler résigné, soumis aux règles du centre. Ça a marché, ils ont vraiment eu l’impression que j’étais cassé et ils m’ont libéré le même jour, après m’avoir fait signer un contrat. Bien sûr, dès mon retour au centre, j’ai fait trois entretiens avec ABC, SBS et une autre chaîne en Australie (…) Ils étaient furieux. J’ai été placé sur une liste noir. Les autorités m’ont informé qu’ils feraient en sorte que je sois la dernière personne à quitter Manus.”

    De janvier 2016 à décembre 2017, Aziz parvient à envoyer près de 4000 messages vocaux pour témoigner de son expérience. On peut les écouter dans le podcast passionnant The Messenger produit et raconté par le journaliste Michael Green et qui a remporté de nombreux prix. Le podcast est une immersion totale.

    Manus, purgatoire tropical

    Le 26 avril 2016, la Cour suprême de Papouasie-Nouvelle-Guinée juge illégal et anticonstitutionnel l’accord permettant à l’Australie de placer en détention sur le territoire papouasien des demandeurs d’asile dont elle ne veut pas. Sous pression de la société civile en Australie après des attaques armées contre le camp de Manus en Avril 2017, les autorités australiennes annoncent en octobre 2017 leur fermeture sans proposer de vraies solutions, juste un déplacement des personnes dans d’autres lieux dangereux car ouverts. Le bras de fer durera 24 jours.

    Durant cette période il mène la protestation, coordonne l’aide sociale et l’assistance médicale et facilite les consultations téléphoniques avec des médecins. En novembre 2017, ils sont plus de 600 à être déplacés vers les centres de East Lorengau Refugee Transit Centre, West Lorengau Haus and Hillside Haus.

    En tout, Aziz est resté 5 ans et demi emprisonné à Manus. Pendant longtemps il a caché à sa famille où il se trouvait et il n’est pas le seul. Il pense tous les jours à ceux qui ont résisté avec lui : Behrouz Boochani, kurde iranien, Omar Jack (Soudan), Chaminda Kanapati (Sri Lanka) toujours à Manus, Amir (iranien) réinstallé en 2017 au Canada, Muhamat Darlawi (iranien), réinstallé la semaine dernière aux Etats-Unis et Muhamat Edar (soudanais) qui vient de recevoir sa décision de réinstallation aussi aux Etats-Unis.

    En mai 2019, la victoire de la coalition conservatrice lors des élections législatives australiennes a été une énorme déception pour les 500 personnes encore retenues sur les îles alors que les socialistes s’étaient engagés à accepter l’offre de réinstallation proposée par la Nouvelle-Zélande. Pour eux et pour tous les requérants d’asile et réfugiés dans le monde, Aziz a bien l’intention de poursuivre son travail d’information et de sensibilisation afin d’inciter les Etats à respecter la Convention relative au statut des réfugiés conclue à Genève le 28 juillet 1951.

    Pour conclure sur cette belle rencontre, laissez-moi partager avec vous les conseils d’Aziz sur la manière de survivre psychologiquement dans un camp. On ne sait jamais aujourd’hui, personne n’est à l’abris d’un tel traitement.

    “Dans mon expérience, le seul conseil que je te donne c’est de garder l’espoir. Il faut que tu résistes et en même temps essaye de t’exprimer contre les situations que tu détestes et contre les injustices ou les tortures. Ne penses pas aux conséquences de tes actes, oublie-les. Evite de dire que c’est impossible, il n’y a pas d’impossible, tout est possible, tu as seulement besoin de courage et de motivation et aussi il te faut un sentiment dans ton coeur qui te dirige et te dis que ce que tu fais pour les autres est aussi bon pour toi.”

    https://blogs.letemps.ch/jasmine-caye/2019/09/10/une-conversation-avec-abdul-aziz-muhamat-laureat-du-prix-martin-ennals
    #témoignage #Manus_island #Pacific_solution #Australie #réfugiés #asile #migrations #externalisation
    ping @reka
    via @forumasile

  • « Io, poliziotto, dico : coi migranti Salvini si comporta da criminale »

    Intervista esclusiva a Orlando Amodeo, primo dirigente medico della Ps appena andato in pensione: «Il ministro specula sulle tragedie e costruisce la sua fortuna sulla morte. Impedire di attraccare nei porti o ostacolare il lavoro delle Ong significa fare vittime che nessuno conosce»

    Trent’anni da medico-poliziotto, venticinque passati con la divisa indosso e lo stetoscopio al collo, su e giù dalle navi, dentro e fuori palestre e centri d’accoglienza, più di centamila migranti ai quali ha guardato gli occhi, le mani e la lingua, una vita da giusto che adesso Orlando Amodeo, 61 anni, primo dirigente medico della Polizia di Stato fino a pochi mesi fa, scaglia dritta contro Matteo Salvini, tutta intera.

    L’avete visto mai un poliziotto che dà del criminale al suo ministro dell’Interno e si vergogna di essere italiano? Eccolo qua. L’Italia di oggi la racconta anche la rivolta di un uomo così. «Salvini specula da criminale sulla tragedia, costruisce la sua fortuna sulla morte. A me non importa chi sia, ma non sopporto la sofferenza inutile. Se qualcuno la crea per ricavarne un beneficio politico, non è altro che un criminale», dice con la fermezza a bassa frequenza dell’uomo mite.

    Siamo sul lungomare di Crotone. Il dottor Amodeo è una specie di monumento vivente, da queste parti. Ha cominciato a gestire gli sbarchi nel ’93, nel ’98 ha aperto a Crotone il primo centro d’accoglienza, il Sant’Anna, quando ancora nessuno sapeva come si facesse: «Facevo le mie sei ore e poi tutto il resto del tempo lo passavo lì, gratis. Non mi sono mai neanche segnato un’ora di straordinario». L’hanno spostato a Reggio Calabria nel 2005, ha continuato a occuparsi di sbarchi. Non ha mai imparato a nuotare, ma conosce le grandi navi della rotta turca, le barchette di legno, i gommoni dalla Libia, gli scafisti e i trafficanti, la terrificante calma apparente e coartata di adesso. Ha escogitato quelle che chiama «le invenzioni aggratis»: riciclare i guanti monouso in lattice, dopo averli passati nel sapone e varechina, «perché gonfiati, diventano dei meravigliosi palloncini per i bambini, per farli divertire dopo che sono sbarcati»; ma raccogliere tra gli studi medici «i campioni delle medicine mandate dalle case farmaceutiche, con quelli curavamo i migranti a costo zero».

    Sul lungomare di Crotone, monumento vivente, lo salutano tutti e lui risponde con calore, anche quando non sa chi siano. È abituato: i suoi social, i suoi indirizzi di posta e il suo telefonino strabordano di storie, persone, frammenti di vite intercettate in volo come stelle cadenti. La sua vita aderisce alle storie che racconta: non c’è scarto, non c’è distanza. Una volta, dopo una retata di prostitute nigeriane, i suoi colleghi hanno dovuto convocarlo in piena notte perché tutte le donne fermate avevano il suo numero di telefono, con nome e cognome, nemmeno fosse il più abituale dei clienti: «L’avevo dato a una di loro, sono medico le avevo detto, per qualsiasi cosa».

    Raccoglitore di funghi, coltivatore di pomodori, in casa può presentarsi tutt’ora con cassette di verdura o migranti, dipende. A casa sono abituati. Migranti ne ha ospitati nel suo appartamento e sulle scale che portano a casa: una volta ci stettero in 180 per tre giorni. Altre volte in cinque per mesi. «Era inverno, pioveva: non si può lasciare la gente per strada così senza motivo». In questi giorni capita ci sia a pranzo Tony, che è venuto dalla Nigeria: «Suo zio voleva ammazzarlo per prendergli la terra, dopo aver ammazzato suo padre: tu che avresti fatto? Lui è scappato per non morire, ma per questo governo è solo un migrante economico: un permesso non lo vedrà mai, ma senza lui non può lavorare. Così invio dei soldi giù a sua moglie, ogni settimana, e resto nella legalità».

    Andando sulle navi, il dottor Amodeo ha imparato che soltanto mettendosi in mezzo, fisicamente, facendo da esempio, si persuade qualcun altro: «I finanzieri, i volontari, gli uomini della Capitaneria di porto e i poliziotti magari temono di prendersi la scabbia, hanno paura ad avvicinarsi ai migranti. Poi mi vedono in mezzo a loro, si tranquillizzano, e vengono». « Ana tabib », sono un medico, «è la prima cosa che dico sempre quando salgo su una nave: è arabo, qualcuno mi capisce sempre». Con lo stesso spirito, par di capire, affronta Salvini: «Perché non si possa dire che non lo sapevamo. O che non c’erano altre risposte possibili». Ana Tabib.

    Il dottor Amodeo ha cominciato a battagliare con i politici, e in particolare con il ministero dell’Interno, almeno quindici anni fa. Quando lo vollero trasferire con una bella promozione, perché era diventato troppo ingombrante, «e andai a Roma a pregare che non volevo essere promosso, volevo solo continuare a fare il mio lavoro». O ancora prima, quando il ministero dell’Interno lo chiamò per spedirlo al Maurizio Costanzo Show.

    «Dopo il G8 di Genova gli serviva il “poliziotto buono”, per recuperare d’immagine. Sul Corriere della Sera era uscito un articolo in cui parlavo anche io, allora mi chiamò il dottor Sgalla, delle relazioni esterne del ministero: disse, vai da Costanzo ma prima passi da noi. Io da voi non ci passo, quindi da Costanzo non ci vado, gli risposi». Vinse lui: «Ci andai, da Costanzo, senza passare per il ministero. Alla fine della registrazione nemmeno mi ricordavo cosa avevo detto. La sera, quando riaccesi il telefonino, c’erano quaranta chiamate dal centralino del ministero. Era Sgalla. Disse: è andata bene, può stare in tv quanto vuole. Ma io alla fine della registrazione avevo sudato così tanto che mi son dovuto cambiare pure le mutande».

    Quei filmati circolano ancora in rete. Il colore politico, allora come ora, c’entra fino a un certo punto: «Anche Minniti, quando ha fatto accordi con i libici, l’ho mandato a quel paese, molto banalmente», dice Amodeo di taglio, per semplificare. Sulla sua pagina Facebook, del resto, non risponde a nessuno che tenti una polemica. «Ho presente i fatti, molto banalmente».

    A spiegare i perché, soccorre la vita. Circostanze, racconti, nessuna supposizione. «Tutti esagerano, quando raccontano qualcosa, lo so benissimo. Quando decido di riferirla è perché l’ho constatata di persona, oppure l’ho sentita raccontare identica, da persone diverse, in luoghi e tempi diversi: e allora è vera per forza». Lo sa perché c’era, lo dice perché ha verificato. Le cicatrici dei reni espiantati per pagarsi il viaggio, la disidratazione, le malattie, i morti per annegamento e per asfissia, l’assenza di una alternativa. Le ragioni elementari, quelle che servono a smontare le cattedrali babeliche della politica. «Nel 2014 arrivò qui una imbarcazione dalla Libia, che era stata programmata per affondare: a bordo quattrocento persone, imbarcava acqua sin dalla partenza. In questa nave in cui tutti dovevano morire, c’erano 40-50 eritree. Quando mi hanno visto si sono messe a gridare. Avevo la divisa indosso. Erano passate per Eritrea, Sudan, Libia. Gente in divisa le aveva trattate come cose, per mesi: seviziate, violentate, di tutto. Alla fine, le avevano lasciate andare via soltanto perché erano malate. Malattie come la gonorrea erano state la loro salvezza. Le avevano messe però su una nave destinata ad affondare. “E voi, che lo sapevate, perché avete accettato di partire?”, gli ho chiesto. “Lì saremmo morte in ogni caso, forse qui riusciamo a sopravvivere”. Molto banale: gente che destinata a morire che tenta di sopravvivere, forse. Allora Salvini di cosa parla? Prima gli italiani? Ma che c’entra?».

    «Uno le cose le impara parlando: ma se tu con questa gente non ci parli, non lo sai. Quando chiedevo: perché dal Kashmir venite qua? Mi dicevano: perché c’è una guerra tra musulmani e induisti, il Kashmir è in mezzo. Se sei musulmano ti ammazzano gli indiani, se sei indiano ti ammazzano i pakistani. E allora, chi voleva vivere è scappato dal Kashmir, punto. Non è che ci sia altro. C’era la guerra, sono scappati perché non volevano morire. Però quando parli con loro, poi con i rom kosovari, i curdi, gli eritrei, i somali, gli etiopi, i nigeriani, ti rendi conto che il mondo è pieno di guerre, fame, problemi. E allora impari, ti metti dall’altra parte. Se io fossi stato là e avessi voluto vivere, cosa avrei dovuto fare? Scappare, punto. O ti fai ammazzare o scappi. Questo è».

    Spesso, racconta il dottor Amodeo, i migranti neanche sanno di essere sbarcati in Italia. «Gli viene raccontato che sbarcheranno in Germania, in Belgio, in Svezia. E non ci vogliono neanche stare in Italia: cercano lavoro. E qui non ce n’è, è persino vietato senza un permesso di soggiorno. Altrove danno una casa, una chance. Noi li teniamo qui senza fare niente. Quando sono stato trasferito a Reggio Calabria, vedevo che stavano lì nelle palestre un mese, due mesi. A un certo punto domandai alla Questura: abbiamo fatto tutto come polizia? Tutto, mi risposero. Scoprii proprio allora, per caso, che c’era un treno notturno: partiva da Reggio Calabria alle 21.35, andava al nord. Milano, Torino. Ho chiesto ai migranti: tu dove vuoi andare? Frugavano, e da una cucitura delle mutande tiravano fuori un foglietto. C’era scritto il paese, o la città. Allora, sempre per caso, c’era un sacerdote della Caritas che aveva un pulmino da 20 posti, che passava proprio vicino alla palestra, la sera, e un gruppo di ragazzi che ne aveva un altro: anche loro passavano di là. Alle 19, ora del cambio della guardia, invitavo tutti agli agenti fumare: ci radunavamo su una sola delle quattro vie d’uscita. Sa quanto ci mettono cento persone a uscire da una palestra? La stazione non era poi così lontana. E, sempre per caso, qualcuno aveva suggerito al capostazione di aggiungere un paio di vetture. Insomma ogni quattro giorni svuotavo tutto. Il 99 per cento di loro voleva andare in Germania, Belgio, Francia, in Svezia. In sei-sette anni gliene ho mandati in giro per l’Europa 50-60 mila. Poi se ne è accorto un funzionario, un austriaco, ci hanno imposto le impronte digitali, non s’è potuto fare più. Prima glieli mandavo tutti. Da noi dove stavano, a fare che?».

    «Ma sono le nostre leggi a non funzionare. Siamo noi a renderli un peso. Metti un maschio adulto, con famiglia, a non fare niente, per mesi. Quello i soldi prima o poi li deve mandare a casa: finirà per fare la prima cosa che gli offrono, molto banalmente. Ma sei tu, politico, che hai creato il disagio: e poi ti autoproclami l’eroe chiamato a risolverlo? Fai leva su chi è in crisi e gli dici prima gli italiani? Bravo, molto bravo».

    «Adesso però invece che in Europa, li rimandiamo indietro in Libia. E nemmeno arriviamo a saperlo. Ma accade questo: cento che non partono, sono cento che muoiono. Mohamed, che era venuto dal Ghana anni fa, mi aveva raccontato che si erano fatti una foto alla partenza, e una foto all’arrivo: in Ghana erano 41, qui 19. Il 54 per cento è morto. Ma ora, sono cento su cento. Impedire di attraccare nei porti, ostacolare il lavoro delle Ong, significa fare morti che nessuno conosce. Anche perché adesso i gommoni, per esempio, non hanno bisogno nemmeno di uno scafista, che in fondo era una garanzia che la barca arrivasse. E la gente si riorganizza: i curdi sbarcati a Capo Rizzuto a fine luglio se l’erano comprata quella barca, dovevano solo arrivare qua, avevano già i parenti in Europa. Ma se fossero affondati tu non ne avresti saputo niente. E quante ne affondano di barche così? Chi te lo dice?»
    «Sai di Josefa perché quelli di Open Arms l’hanno soccorsa. Ma se al loro posto ci fosse stata la marina militare, o peggio i libici, tu sapevi che la sua famiglia era annegata? No. Se nel Mediterraneo ci fossero solamente navi militari, le notizie che tu sapresti sono quelle che i militari ti vogliono fare sapere. Di certo, non sapresti che sono morte ad oggi diecimila persone: ti direbbero delle persone soccorse. E ti posso garantire che avremmo detto: abbiamo soccorso tutti. Senza Ong, nessuno ti avrebbe mai detto che una nave italiana stava tornando in Libia, o che i libici sparano alle imbarcazioni se non si fermano: sono segreti di Stato, banalmente. Ecco perché sono sempre stato favorevole alla presenza di civili in mare. Un giorno mi chiama la capitaneria, c’è una nave ferma a venti miglia dalla costa. Vado col rimorchiatore, salgo: a bordo c’erano quattro finanzieri che cercavano di mettere in moto l’imbarcazione. Eravamo io e loro, nessun altro. Sembrava una nave fantasma. Poi sento gridare. E vedo che, sotto, c’era di tutto. 480 persone, in una stiva unica, impossibilitate a uscire. Gli scafisti avevano chiuso tutti i boccaporti con cavi d’acciaio. Mi sono incazzato coi finanzieri: ma scusate, pensate a sto cavolo di motore, mentre questi muoiono soffocati. Poi sono riuscito a entrare. Mi sentivo morire, non c’era aria. Ana Tabib, sono un medico. Mi prendono per mano, mi mi portano da qualcuno. Al buio sento un collo, non c’era battito. Metto una mano su naso e bocca, nessuna reazione. Era una donna, morta asfissiata. I finanzieri sopra continuavano a non voler far uscire nessuno. Con un grimaldello sono riuscito ad aprire qualche fessura. In porto li abbiamo liberati. Se in mare ci fossero stati solo militari, in porto di asfissiati ne avremmo trovati non uno, ma cento. Perché nessuno aveva in mente di farli respirare prima. Perché l’ordine, sacro, era: riportate la nave a terra. E non: fate vivere queste persone. Gli uomini di mare sono grandi uomini ma gli ordini sono ordini».

    Anche vent’anni fa, in tv, Maurizio Costanzo gli chiese: quale è la sua reazione, di fronte a tutto questo? «Mi indigno. Mi indigno sempre», risponde anche adesso Amodeo. «Però le persone che non si indignano io le capisco, perché queste cose non le sanno. La gente sa quello che gli dice la televisione, quindi non sa niente. Se sapesse cosa succede nel mondo, e nel mediterraneo. Non c’è un politico serio che lo spieghi: siamo in una migrazione perpetua, perenne, e bisogna affrontarla politicamente, in un modo serio. Adesso stai tamponando. Non hai risolto niente. E tra vent’anni quando sarai accusato di crimini contro l’umanità, non puoi dire “ah ma io non lo volevo”. La gente deve sapere. E se non lo sanno, bisogna dirlo: in Libia ci sono i lager, uccidono le persone, violentano, torturano. Spesso e volentieri, le persone vengono messe sui camion, portati tra Libia e Algeria e lasciati là. Sai cosa vuol dire se ti lasciano nel deserto? Che scompaiono le tue tracce: dopo due giorni sei morto di sete, e dopo altre 24 ore il deserto ti copre. Magari fra cinquant’anni verrà fuori il tuo scheletro. Non me lo ha detto una sola persona, me lo hanno detto in tanti. Chi è sopravvissuto lo ha detto anche all’Onu. E noi li mandiamo in Libia? Ma che stiamo facendo? Quale è il senso di ammazzare le persone?».

    «Ecco perché non sopporto Salvini, che parla sempre col sorriso. Ha capito che la Lega nord non avrebbe avuto un futuro, fondamentalmente sta imponendo la razza italiana, sa che manda la gente a morire. I miei amici dicono che sono un pazzo. Ma io so che ho avuto la fortuna di stare nel posto giusto, ho usato la mia divisa per aiutare gli altri e ho sempre rispetttato alla lettera le leggi italine. Non mi sento isolato, e neanche appoggiato. Non cerco alleanze, non me ne frega niente. Se qualcuno mi vuol ascoltare mi ascolta. Però oggi mi vergogno di essere italiano. E voglio campare da uomo libero. Comandi Salvini, Di Maio, o chiunque altro».

    http://espresso.repubblica.it/attualita/2018/08/16/news/io-poliziotto-dico-coi-migranti-salvini-si-comporta-da-criminale
    #témoignage #police #migrations #Italie #asile #réfugiés

    Ajouté à la métaliste de témoignages de #forces_de_l'ordre, CRS, gardes-frontière, qui témoignent de leur métier. Pour dénoncer ce qu’ils/elles font et leurs collègues font, ou pas.
    https://seenthis.net/messages/723573

  • #Et_pourtant_elles_dansent

    Marie-Noëlle, Denise, Asyath, Odile, Lizana, Emi­na ou encore Augustine et d’autres, toutes femmes réfugiées en France, se retrouvent à l’association Femmes en Luth à Valence et se sont confiées sur les raisons qui les ont contraintes à quitter leurs pays, souvent pour leur survie, laissant parfois leurs proches et leurs biens derrière elles. Portant le poids d’une culpabilité qui ne les quittera pas, elles évoquent les violences subies, les tortures au tra­vers de leurs témoignages, affichent leur courage et transmettent malgré tout un message de paix. Elles chantent, dansent, peignent et sourient ! Présent dans l’association, Vincent Djinda les a accompa­gnées durant une année.


    https://www.desrondsdanslo.com/EtPourtantEllesDansent.html
    #BD #livre #asile #migrations #réfugiés #procédure_d'asile #France #déqualification #femmes #déracinement #Tchétchénie #viols #viol_comme_arme_de_guerre #torture #violences_domestiques #violences_conjugales #prostitution #Valence #Femmes_en_Luth #guerre #témoignage #audition #récit #preuves #torture

  • À #Grenoble, le quotidien de Moussa, mineur non accompagné

    Ils s’appellent Aliou, Mohammed, Moussa, Ahmed, Fodé… À Grenoble, ils sont plus de 2 000 jeunes, d’origine africaine, à se déclarer mineurs et isolés, mais tous ne sont pas reconnus comme tels par le Département.

    Ces “MNA” (“mineurs non accompagnés”) affrontent le #quotidien sans promesse d’avenir, accompagnés par le tissu associatif grenoblois.

    Sans celui-ci, ils seraient encore plus nombreux à la rue, privés de soins et de nourriture. Nous avons suivi le quotidien d’un de ces jeunes, désemparé par tant de difficultés, mais guidé par son désir d’être scolarisé.

    15 février 2019 - La rencontre

    14h10 : Moussa est assis, les bras enlacés, la tête reposant contre le mur. Emmitouflé dans son anorak rouge des jours de pluie, le jeune homme a le regard perdu. Parfois il s’échappe complètement. Mais il répond, avec un grand sourire, à tous les “bonjour” lancés par les bénévoles, au premier étage des locaux du Secours Catholique à Grenoble.

    Son regard croise le mien – assise sur la table d’en face –, sans sourire. Repart et puis revient. Un sourire. J’engage le dialogue : « Ça va, aujourd’hui ? – Ça va. Mais j’ai la migraine. » Moussa semble connaître tout le monde. Il serre des mains, échange des salutations dans une autre langue avec de jeunes hommes originaires d’Afrique. Il reste assis pendant que d’autres s’agitent, se servent du thé et du café ; c’est le rituel de la permanence de l’association le vendredi après-midi.

    « Tu viens souvent ici ? – Depuis environ deux mois. » Depuis le 26 décembre 2018, très exactement. J’apprends qu’il est guinéen. Contrairement à beaucoup d’autres jeunes venus chercher un logement pour le soir même avec l’aide des bénévoles, Moussa aspire surtout à prendre un moment de calme, dans ce lieu où il a des repères.

    Il fait partie des “chanceux” à disposer d’un point de chute pour plusieurs semaines : un gymnase a été ouvert pour la trêve hivernale quelques jours plus tôt, à Échirolles, grande agglomération de la banlieue grenobloise. La rencontre est brève, Moussa n’est décidément pas bien aujourd’hui. Je souhaite le revoir. « On s’appelle, je te donne mon numéro », conclut-il, mettant fin à la conversation.

    Quelques jours plus tard, nous nous retrouvons dans la rue Sergent-Bobillot, où est situé le Secours Catholique. Je rencontre Moussa tel que je le verrai souvent par la suite : souriant, l’air malicieux, les mains dans les poches, l’allure vigoureuse du haut de son 1m90.

    Il explique qu’il marche beaucoup dans la ville. « Je suis même allé là, tu vois ? » Le bras tendu, il désigne la Bastille, lieu touristique par excellence de la capitale des Alpes, qui domine la ville. « J’y suis allé à pied, pas dans les bulles, ça fait trop peur !

    À Grenoble, ils sont nombreux, comme lui, à tuer le temps. L’expression "MNA", mineur non accompagné, a remplacé en mars 2016 celle de “mineur isolé étranger”, sous l’impulsion du garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas, afin d’être en adéquation avec la directive européenne qui met l’accent sur la protection de l’enfance plutôt que sur le pays d’origine. En effet, les mineurs étrangers ne sont pas soumis aux règles de séjour des étrangers mais relèvent de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), qui est une compétence départementale. Dans l’Isère, le nombre de jeunes se déclarant mineurs et isolés s’élèverait à 2 200 fin 2018, un chiffre multiplié par dix en trois ans. « L’Isère est un département très, très impacté. C’est le plus touché de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec la métropole de Lyon. Il se situe juste après le Grand Paris », précise Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du conseil départemental en charge des affaires familiales et de la protection de l’enfance. Les raisons en sont difficiles à cerner : elles sont géographiques, liées à des réseaux de passeurs ou aux différentes communautés qui s’y rejoignent… 93 % des MNA arrivant à Grenoble sont originaires d’Afrique, dont 82 % de Guinée, du Mali et de Côte d’Ivoire (la moyenne nationale étant établie à 71 % de MNA originaires d’Afrique).

    18 février 2019 – Raconter son parcours

    Un écouteur dans l’oreille, Moussa est en grande discussion. Nous nous sommes donné rendez-vous à la gare de Grenoble. Dans le hall, il a trouvé du wifi pour appeler son cousin, à New York. Ce dernier a également quitté la Guinée, il y a quelques années. À la gare, les voyageurs peuvent croiser des jeunes en petits groupes.

    Plus pour longtemps. « Hier, la police nous a demandé de sortir du hall, on n’a plus le droit de rester si on n’a pas de ticket de transport », annonce Moussa. Dans le hall, une inscription fraîche sur le sol interdit en effet désormais de s’asseoir sur les sièges “sans titre de transport”.

    Le regard du jeune homme se perd à nouveau, son visage si souriant d’ordinaire s’assombrit : « J’ai dormi deux nuits ici à mon arrivée à Grenoble », confie-t-il. Puis sans prévenir, à l’entrée de la gare, au milieu de la foule, Moussa se livre : « Je ne regrette pas d’être venu, mais c’est trop de soucis. Chaque jour, tu t’inquiètes d’où tu vas dormir, tu cherches de quoi manger. C’est ça, la France ? Je suis venu ici en pensant que je pourrais aller à l’école. »

    Chaque jour, tu t’inquiètes d’où tu vas dormir, tu cherches de quoi manger. C’est ça, la France ?

    Lorsque nous nous retrouvons, nous marchons. Et Moussa me raconte des bribes de sa vie. Il a quitté la Guinée début 2018 ; il dit avoir 16 ans et 10 mois. Son périple l’a conduit au Maroc où il a vécu « plusieurs mois d’enfer » dont il ne veut jamais parler.

    Il y reste jusqu’au jour où un passeur l’avertit qu’il partira pour l’Espagne dans la nuit : « On est monté sur un Zodiac à 1 heure du matin. On était tellement nombreux. À 7 heures, on a eu des difficultés, le moteur était gâté. J’ai cru qu’on allait mourir, j’ai toujours eu très peur de la mer. Je ne l’avais jamais touchée pour de vrai et là, on était coincé en plein milieu de la mer Méditerranée. »

    Les mots s’entrechoquent avec le son de la vidéo qu’il a enregistrée avec son téléphone à l’arrivée des secours espagnols : « Ça me fait pleurer de revoir ça. Quand je pense à la souffrance que j’ai vécue pour me retrouver aujourd’hui comme ça, forcément ça me fait pleurer. »

    “Comme ça”, c’est-à-dire sans visibilité d’avenir, errant. Après l’Espagne en novembre 2018, puis Bayonne, Bordeaux, il arrive à Grenoble le 26 décembre. « Au hasard, j’ai pris le premier train qui partait à la gare de Bordeaux. » Le jeune homme donne ces détails sans hésiter ; cette histoire, il l’a déjà racontée à beaucoup d’inconnus, évaluateurs, bénévoles…

    Il passe ses deux premières nuits à la gare et le 28 décembre, un homme s’arrête devant lui pour l’emmener à la Cité administrative, où se trouve la Direction départementale de la cohésion sociale de l’Isère, de l’autre côté de la ville : « C’était un bénévole d’une association, il m’a dit que j’allais être évalué, et je ne savais pas ce que ça voulait dire. »

    Pile ou face : l’évaluation de la #minorité

    L’évaluation de la minorité est un passage obligé pour les mineurs non accompagnés. Depuis le 15 octobre 2018, à Grenoble, cette tâche revient à six évaluateurs embauchés par le Département. Ils doivent déterminer six points majeurs : l’état civil du jeune, ses conditions de vie dans le pays d’origine, la composition de sa famille, les motifs de son départ, son parcours migratoire, ses conditions de vie en France et enfin, ses projets sur le territoire.

    Si la minorité est confirmée, le jeune est placé en foyer ou en famille d’accueil et orienté vers un parcours scolaire jusqu’à sa majorité. Ceux qui ne sont pas “confirmés mineurs” peuvent engager un recours devant le juge des enfants et ne font l’objet d’aucune prise en charge de la part du Département .

    30 % des jeunes évalués sont reconnus mineurs par le Département, et les autres, les 70 % restants, sont remis à la rue le soir même.

    C’est le cas de Moussa. Le 28 décembre 2018, il était reçu à la Cité administrative pour être évalué : « J’étais épuisé par le voyage et les nuits dehors, se souvient-il. Une femme m’a posé plein de questions, sans que je comprenne pourquoi ! C’était comme un interrogatoire de police. » Le jour même, dans l’après-midi, il se voit remettre un papier qui stipule qu’il n’est pas confirmé mineur. Le jeune homme certifie pourtant être né le 30 avril 2002. « On m’a dit : tu n’as pas l’âge que tu prétends. Je n’ai rien compris. »

    Si un arrêté du 17 novembre 2016 fixe une “trame” à suivre pour les évaluateurs afin de mener l’entretien, la procédure est critiquée par les associations grenobloises (il en est de même au niveau national). « Le constat est que 30 % des jeunes [évalués] sont reconnus mineurs par le Département, et les autres, les 70 % restants, sont remis à la rue le soir même », témoigne Stéphane Dezalay, coresponsable du groupe local de la Cimade. Malgré la “trame” officielle, les procédures d’évaluation varient selon le département ; le taux de reconnaissance oscille ainsi entre 9 % et 100 %. « Ces chiffres sont la preuve que chaque pratique d’évaluation diffère d’un département à un autre ; certains utilisent des critères très stricts et vont refuser plus de jeunes, de manière arbitraire », constate Angélique Giannini, coordinatrice de l’association Médecins du monde qui reçoit beaucoup de jeunes.

    « Quand je suis sorti de mon entretien, des bénévoles m’ont emmené directement au Secours Catholique. Depuis, je suis entre ses mains pour survivre, tous les jours… », murmure Moussa avec reconnaissance, un jour où nous prenons une pause sur un banc public.

    À Grenoble, plusieurs associations assurent donc le quotidien de plusieurs centaines de jeunes sur le territoire : la Cimade, le Secours Catholique, Médecins du monde et des associations locales comme Migrants en Isère, l’Amicale du Nid (pour la prévention de la prostitution), 3Amies (pour la scolarisation), l’Arepi (pour le logement)...

    Marie-Noël est depuis plus de vingt ans travailleuse sociale et animatrice au Secours Catholique. C’est elle notamment qui, tous les vendredis après-midi, aide les jeunes à trouver un logement pour la nuit : « Le vendredi soir, c’est la galère car certains foyers ferment le week-end. On doit donc leur trouver une solution pour trois nuits, alors on appelle le 115. Sinon, on fait jouer notre réseau de familles d’accueil aux alentours de Grenoble. »

    UN DÉNI DE PROTECTION
    Depuis 2016, des enjeux politiques et un climat de suspicion croissant se font jour envers les mineurs étrangers sollicitant une protection, ce qui aboutit à une dégradation de la prise en charge de ces jeunes.
    Ces dernières années, les équipes locales du Secours Catholique constatent une défaillance croissante des départements, responsables de l’Aide sociale à l’enfance, qui montrent des réticences à remplir leur mission de protection et d’accompagnement des mineurs non accompagnés (MNA). Dans un contexte de bras de fer entre le gouvernement et les conseils départementaux sur les questions budgétaires, les jeunes étrangers sont un moyen de pression politique, déplore Franck Ozouf, en charge du sujet au Secours Catholique. « Pour ne pas assumer pleinement leur prise en charge, les départements affirment que ce sont des migrants avant d’être des enfants, et que ce n’est donc pas du ressort de la politique de l’enfance mais de la politique migratoire gérée, elle, par l’État. »
    L’obligation d’accueil provisoire d’urgence, impliquant une prise en charge matérielle, éducative et sanitaire du jeune le temps que sa situation (minorité, dangerosité de son environnement) soit évaluée, est de moins en moins respectée. Dans certains départements, comme l’Isère, cette mise à l’abri provisoire n’existe plus ; dans d’autres, elle est réduite au strict minimum sous la forme d’un hébergement précaire.
    Lorsque le jeune est reconnu mineur, il arrive que des conseils départementaux, à l’instar de celui des Bouches-du-Rhône, refusent d’exécuter la prise en charge demandée par le juge des enfants. Enfin, de plus en plus de départements créent des dispositifs dérogatoires pour les MNA, sortant ces derniers du droit commun de la protection de l’enfance au profit d’une prise en charge au rabais. Pour le Secours Catholique, il faut cesser de considérer ces jeunes comme des “migrants à contrôler”, mais réaffirmer leur nécessaire protection au titre des droits de l’enfant afin d’assurer un accueil et une prise en charge adaptés à leur situation de vulnérabilité.

    25 février 2019 : Enfin l’école !

    Moussa est en retard. Il arrive en trombe sur un vélo, son grand sourire aux lèvres. « Bonjour Moussa et bienvenue ! » Régine ne lui tient pas rigueur de son retard et fait avec lui le tour du propriétaire : un étage d’immeuble aménagé en salles de classe dans le quartier Saint-Bruno, quartier populaire de Grenoble.

    Elle est la directrice de l’association 3Amies, créée il y a presque deux ans pour offrir un accompagnement scolaire aux mineurs non accompagnés ayant introduit un recours. Moussa et Régine s’installent dans le bureau de celle-ci.

    Le jeune Guinéen lui raconte son périple. Régine apprend qu’il a quitté l’école il y a plusieurs années, mais estime que son niveau de français est très bon. « Tu as un niveau de sixième par rapport au programme français, mais peut-être as-tu beaucoup plus de connaissances, tu as appris plein d’autres choses ailleurs ! » déclare-t-elle.

    La directrice lui explique le projet de 3Amies : “Accueil, aide et accompagnement”. Moussa ne semble pas tout comprendre mais il est de bonne volonté. Après une heure d’entretien, le jeune homme repart avec un rendez-vous pour le lundi suivant, afin de passer une petite évaluation de niveau, à l’issue de laquelle il sera intégré à un groupe pour aller en cours tous les jours.

    Il remonte sur son vélo, comme grandi : « Je suis trop content. M’éduquer, c’est mon seul objectif, pour parler et écrire très bien. J’ai encore du chemin à faire. » Il pourra rester dans le dispositif jusqu’à la décision de justice.

    « Courage, mon frère. » Moussa pose la main sur l’épaule de Fodé. Derrière lui, l’hôtel de police où son ami guinéen a rendez-vous à 14 heures. Passage obligé où la Police de l’air et des frontières (PAF) vérifie les papiers d’identité de chaque MNA, ce service est le seul habilité à authentifier l’extrait de naissance lorsqu’il y en a un, une pièce utile ensuite pour le juge des enfants. Les jeunes sont normalement convoqués une fois, la PAF devant contrôler les papiers qu’ils possèdent et faire une prise d’empreintes. « Vas-y et je t’attends là », dit Moussa à Fodé.

    Depuis quelques semaines, tous deux sont inséparables. Ils s’épaulent au quotidien. « Fodé m’a accompagné dans mes démarches, à mon arrivée au Secours Catholique. Tous les jeunes ne font pas ça, il y a beaucoup de méfiance. Alors, après, on ne s’est plus quittés, relate Moussa. Dans la vie, il faut marcher avec quelqu’un avec qui vous vous comprenez. » Peut-être parce qu’ils viennent tous deux de Guinée forestière, qu’ils ont connu le Maroc, le Zodiac, l’arrivée difficile en France.

    J’ai laissé ma vie à Dieu, en fait, depuis que je suis ici. Que faire d’autre ?

    Moussa s’assoit sur un banc. Le chant des oiseaux et la chaleur du printemps naissant n’apportent pas de répit au jeune homme. Il souffle, fort, et s’assombrit en regardant des photos sur son smartphone, qu’il sort rarement. Sur le fond d’écran : « Ma maman, que j’ai perdue », soupire-t-il. Au bout de quelques secondes, il lâche : « Voilà, ça fait un an que je n’ai pas vu ma famille, je ne donne pas de nouvelles. Je n’y pense pas, quand tu as faim tu ne penses à rien d’autre. » Moussa invoque Dieu. « J’ai laissé ma vie à Dieu, en fait, depuis que je suis ici. Que faire d’autre ? »

    eux semaines plus tard, Fodé sera fixé sur son sort, convoqué devant le juge pour enfant. « Depuis mon arrivée, le 13 octobre (2018), j’attends ce moment », dit-il. Moussa observe que lui va devoir encore attendre longtemps, car il est arrivé deux mois après Fodé.

    Ce dernier ne se réjouit pas pour autant : « Je ne comprends même plus ce que je fais ici. Je n’ose pas appeler ma maman pour lui raconter ce que je vis ici. » À demi-mot, on comprend que sa présence ici est un choix familial qu’il ne peut pas décevoir…
    « invisibles »

    En marchant, les deux jeunes hommes devisent. Moussa fait référence à la difficulté d’être Africain en France. Il tente de comprendre ce qu’est le racisme et rit d’anecdotes sur ces Français qui se retournent sur leur passage dans les rues. « Même si les gens nous remarquent, on reste invisibles pour eux ».

    Fodé propose d’aller à la bibliothèque, pour se changer les idées. Ils repartiront avec le “Discours sur le colonialisme” d’Aimé Césaire, “De la traite et de l’esclavage des Noirs” d’Abbé Henri Grégoire, et “La fin des colonies françaises » de Bernard Droz...

    1er avril 2019 : Retour à la case départ ?

    Lundi, 7 heures du matin. La fin de la trêve hivernale sonne. Les résidents du gymnase Pablo-Picasso, dont Moussa, sont priés de quitter les lieux immédiatement par des vigiles et policiers municipaux de la ville d’Échirolles.

    Le gymnase est fermé à clef rapidement, malgré la promesse de l’élue à l’action sociale que le lieu serait ouvert durant une semaine supplémentaire. Des militants du droit au logement sont présents, outrés par l’action plutôt brutale. « On m’avait prévenu que ça risquait de se passer comme ça », observe Moussa. « Je suis parti vite, avec mes affaires. »

    Sur les 40 personnes, 15 se retrouveront à la rue dans les jours qui suivront. De retour à Grenoble, Moussa est redirigé le jour même vers un foyer situé à 10 km du centre-ville de Grenoble, épaulé par le Secours Catholique. Cinq jours de répit mais beaucoup de transports : « Je dois prendre deux bus et beaucoup marcher, c’est dans la montagne ! » Sur les flancs du massif de la Chartreuse, exactement.

    Tandis que le périple continue pour Moussa, Fodé reçoit une bonne nouvelle. Trois jours plus tôt, il a été confirmé mineur par le juge des enfants. Il sera bientôt scolarisé dans un lycée professionnel grenoblois. Beaucoup de changements, mais toujours cette amitié : « Malgré les choses qui changent, Moussa et moi on se voit tous les jours », dit-il. Et cela va de soi. Ils font route ensemble, maintenant.

    https://www.secours-catholique.org/actualites/a-grenoble-le-quotidien-de-moussa-mineur-non-accompagne
    #MNA #mineurs_non_accompagnés #asile #migrations #réfugiés #âge #école #scolarisation #France #témoignage

  • Cet été, les vélos sont restés sur le quai du train
    http://carfree.fr/index.php/2019/08/20/cet-ete-les-velos-sont-restes-sur-le-quai-du-train

    Le #Vélo dans le train a viré au cauchemar cet été pour beaucoup d’usagers. On ne compte plus les cas de familles avec enfants et vélos obligées de rester sur Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Transports_publics #sncf #témoignage #tourisme #trains #transports_en_commun #vacances

  • EXCLUSIF. #Steve : le JDD a eu accès à 148 #témoignages sur l’opération policière controversée
    https://www.lejdd.fr/Societe/exclusif-steve-le-jdd-a-eu-acces-a-148-temoignages-sur-loperation-policiere-co

    Parmi les 148 témoins, tous ceux qui reviennent sur le début de la charge soulignent qu’à aucun moment ils n’ont entendu la #police prévenir qui que ce soit avant que les grenades lacrymogènes ne s’abattent au milieu de la foule réunie sur le quai. « La musique est coupée un court instant, le public proteste gentiment, comme ça se fait à tout concert. Puis un petit Bérurier Noir [groupe de rock alternatif des années 1980] se fait entendre, sur une tonalité très basse, raconte l’un d’entre eux, qui situe son récit vers 4h15. Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus. » Dix minutes après, un DJ occupé à ranger le matériel du sound system voisin rapporte comment, alors qu’il sort de son camion avec des amis, les forces de l’ordre les ont « bombard[és] ».

    « Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, raconte un autre. J’imagine qu’ils ne comprenaient pas plus que nous ce qui était en train de se passer. Je précise que j’ai vu des projectiles envoyés sur les forces de l’ordre. Mais bien après leur intervention musclée. » Tous décrivent alors « une scène de panique », des gens « affolés », « perdus », « terrifiés ».

    • « EXCLUSIF. Steve : le JDD a eu accès à 148 témoignages sur l’opération policière controversée

      Le soir de la Fête de la musique à Nantes, Steve Maia Caniço a perdu la vie à la suite d’une opération policière controversée. Si le rapport de l’IGPN nie les conséquences de la charge des forces de l’ordre, voire son existence même, le JDD a eu accès à 148 témoignages recueillis par l’association locale Média’Son qui apportent une autre vision de la fin de soirée. Peu déclarent connaître Steve Maia Caniço. Certains n’ont couché que quelques mots, rageurs ou douloureux. D’autres se sont plus longuement épanchés. Beaucoup, précis et méticuleux, décrivent une nuit de confusion et de grande brutalité.

      Violence et stupeur. Cette nuit du 21 juin, pour la Fête de la ­musique à Nantes, Sébastien s’est vu mourir noyé. Ce soir-là, ce peintre en bâtiment de 32 ans se laisse convaincre par un ami d’aller écouter la musique des sound sytems électros et technos installés sur le quai Wilson comme chaque année. "C’était sympa, j’ai rencontré des gens pas vus depuis longtemps, raconte-t-il. On s’est assis pour discuter." Sans garde-corps à ce niveau des berges, la Loire est laissée à bonne distance. Tout le monde le sait, ­Sébastien craint l’eau : il ne sait pas nager. Mais, à cet instant, il n’y songe pas. Les copains éclusent quelques bières, parlent du son "vraiment cool", de ce qu’ils deviennent, de l’anniversaire de la mère de Sébastien organisé le lendemain. "Et là ça a pété, on n’a rien compris. On s’est retrouvés dans un nuage de gaz, mes yeux se sont mis à brûler, des gens couraient dans tous le sens."
      « C’était une putain de bavure. Il faut porter plainte »
      Désorienté, le trentenaire perd ses amis. "J’ai eu deux peurs, se souvient-il. Tomber par terre et arriver esquinté aux 60 ans de ma mère ; ou tomber dans la Loire et me noyer." Les yeux clos, il avance à tâtons, dans la nuit, les cris et la lacrymo. "Sauf que je pars dans le mauvais sens. En fait, là où y avait moins de gaz, c’était vers la Loire." À "2 mètres" de l’eau, ses jambes butent sur un corps penché au-dessus du fleuve. À quatre pattes, un homme hurle qu’il y a des gens dans l’eau, qu’il faut les sortir de là. "Il était en train de les diriger, il m’a demandé de venir l’aider, souffle ­Sébastien. Mais moi je ne sais pas nager, j’avais un peu picolé."

      Terrifié, il recule doucement pour fuir la Loire et ses puissants courants, contre lesquels se débattent au moins trois personnes. "Je me suis senti lâche et inutile, murmure-t-il. J’étais seul. C’était le premier contact de ma vie avec la police. J’arrête pas d’y penser. Des amis m’ont rassuré, m’ont dit que si j’avais marché un peu plus vite je tombais dans l’eau. C’était une putain de bavure. Il faut porter plainte. Mais j’ai même pas pensé à Steve, je ne connaissais pas l’histoire.

      "Je me suis juste senti en danger."

      Quatre-vingt-neuf personnes ont porté plainte
      Pour cette Fête de la musique, une dizaine de sound systems étaient autorisés à cracher leurs basses sur le quai Wilson jusqu’à 4 heures du matin. Tous se sont pliés à l’horaire, sauf le dixième, le plus à l’ouest, tout près d’un bâtiment surnommé "le Bunker". Un peu après l’heure dite, il a osé une dernière chanson. D’après le rapport administratif de l’IGPN*, qui nie les conséquences de la charge policière, voire son existence même, et grâce aux différents témoignages recueillis puis aux vidéos révélées par Libération et Nantes révoltée, on estime que l’opération policière a débuté vers 4h30 pour se terminer à 4h52. Durant cette petite demi-heure, 33 grenades lacrymogènes, 10 de désencerclement et 12 tirs de lanceurs de balles de défense (LBD) sont lâchés sur la foule. Une dizaine de fêtards au moins tombent à l’eau. Le corps de Steve Maia Caniço, disparu cette nuit-là, sera retrouvé dans la Loire plus d’un mois après.
      Au lendemain de cette funeste soirée, l’association locale Média’Son, qui joue les intermédiaires entre les autorités et les organisateurs de free-parties du coin, a lancé un appel à témoignages. Elle en a recueilli 148, livrés par autant de personnes présentes ce soir-là. Quatre-vingt-neuf d’entre eux, dont Sébastien, ont déposé une plainte collective le 3 juillet pour "mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique". Le JDD a eu accès en exclusivité à l’ensemble de ces témoignages écrits la semaine du 23 juin, et rencontré plusieurs de leurs auteurs. Une trentaine de pages noircies de récits personnels, bruts, à chaud. Peu déclarent connaître Steve Maia Caniço. Certains n’ont couché que quelques mots, rageurs ou douloureux. D’autres se sont plus longuement épanchés. Beaucoup, précis et méticuleux, décrivent une nuit de confusion et de grande brutalité.

      Pas de haine contre les policiers

      Les plaignants ont entre 17 et 34 ans. Hommes ou femmes, lycéens, étudiants ou travailleurs, ils ont subi un choc qui n’a guère été pris en compte depuis. L’habituelle "cellule psychologique", dégainée par les pouvoirs publics à chaque événement traumatisant ou presque, n’a même pas été évoquée à Nantes. Pourtant, ce sont plusieurs centaines de personnes simplement venues faire la fête sur les bords de Loire, loin des logements, là où les pulsations de basses ne dérangent pas, qui ont été gazées en pleine nuit.
      À la lecture des témoignages, on note qu’aucun d’entre eux n’exprime de haine contre les policiers, ni d’opinion politique. Pas une insulte n’est proférée. Seules cinq personnes parlent de "flics" ; les autres préfèrent les termes de "policiers", "forces de l’ordre" ou "CRS". "Leur rôle est d’assurer la sécurité, non d’orchestrer le chaos", écrit un premier. "Ils ont tout gâché au lieu de communiquer", commente un deuxième.

      « Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus »

      Parmi les 148 témoins, tous ceux qui reviennent sur le début de la charge soulignent qu’à aucun moment ils n’ont entendu la police prévenir qui que ce soit avant que les grenades lacrymogènes ne s’abattent au milieu de la foule réunie sur le quai. "La musique est coupée un court instant, le public proteste gentiment, comme ça se fait à tout concert. Puis un petit Bérurier Noir [groupe de rock alternatif des années 1980] se fait entendre, sur une tonalité très basse, raconte l’un d’entre eux, qui situe son récit vers 4h15. Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus." Dix minutes après, un DJ occupé à ranger le matériel du sound system voisin rapporte comment, alors qu’il sort de son camion avec des amis, les forces de l’ordre les ont "bombard[és]".

      "Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, raconte un autre. J’imagine qu’ils ne comprenaient pas plus que nous ce qui était en train de se passer. Je précise que j’ai vu des projectiles envoyés sur les forces de l’ordre. Mais bien après leur intervention musclée." Tous décrivent alors "une scène de panique", des gens "affolés", "perdus", "terrifiés".

      Nuage chimique quai Wilson

      Très vite, le vent d’effroi et de ­lacrymogène gagne l’est du quai, là où les enceintes sont éteintes depuis une bonne vingtaine de minutes. Un garçon est en train d’aider la protection civile, venue secourir "une personne en état d’ébriété et inconsciente" : "On s’est fait gazer et nous avons dû nous-mêmes transporter le jeune homme dans le camion de la protection civile alors que le gaz nous brûlait la gorge. C’était irrationnel et dangereux."

      À partir de là, le nuage chimique a déjà recouvert le quai Wilson. Selon le rapport controversé de l’IGPN, il est 4h37. Soit l’heure, d’après la police des polices, de la première salve de grenades lacrymogènes. Mais, au vu des vidéos amateur tournées sur place, il semble plutôt qu’il soit au plus tard 4 h 32, ­version confirmée par les témoignages consultés par le JDD. Selon ces derniers, la police ­commence à "charger depuis la route [en amont du fleuve] vers le quai, laissant comme seule échappatoire la Loire", comme s’ils étaient « du bétail". "Je me suis fait violemment repousser par les forces de l’ordre en direction de la Loire, affirme un participant présent du côté du Bunker. Je me suis aussi fait tirer dessus avec des ­ grenades de ­désencerclement directement dans les pieds et me suis fait traiter de “sale gaucho”." Plusieurs personnes écrivent avoir vomi sous l’effet des gaz et les témoignages d’yeux, gorges et bronches brûlés sont légion.

      « Je me suis réveillé dans la lacrymo. Sans savoir par où partir, déstabilisé, seul »

      D’autres récits effarants, situés dans le même intervalle de temps, semblent confirmer la dangerosité de l’opération policière. La fête bat son plein depuis 15 heures de l’après-midi. Cela fait donc, pour les plus motivés, près de neuf heures de "teuf", la tête dans les caissons de basses. À 4h30, corps et esprits, enivrés ou non, sont exténués. Aux abords du Bunker "au moment du conflit", un jeune homme explique que "des personnes dormaient encore sur le quai", que "certains se sont réveillés en panique et ont couru dans le nuage de lacrymogène sans savoir où aller".
      Depuis des semaines, les proches de Steve assurent qu’ils ont laissé leur copain fatigué dormir près du sound system d’où est parti l’assaut. Ils sont persuadés qu’il a ainsi été surpris par les gaz dans son sommeil puis a chuté dans le fleuve. "Je me suis réveillé dans la lacrymo, écrit un fêtard. Sans savoir par où partir, déstabilisé, seul."

      Vingt minutes dans la Loire

      "C’est au moment où le nuage nous a envahis qu’on a vu des gens tomber dans la Loire", déclare une jeune fille, la voix tremblante. "C’était le gros bordel, les flics qui passent en plein milieu de la piste de danse en te dévisageant, c’est incroyable, renchérit un autre. Là, j’ai vu des gens tomber dans l’eau." Parmi les 89 plaignants, deux ont chuté dans la Loire. L’un, fuyant les gaz lacrymogènes, perd l’équilibre et se fait emporter par le courant. Plus loin, il réussit à s’accrocher à une corde fixée au quai. À cet instant, l’autre tombe à la renverse et, dans sa chute, se luxe l’épaule. Le premier voyant le second se débattre dans l’eau sans parvenir à nager le saisit par le col pour l’aider à se maintenir. Ils passeront une vingtaine de minutes dans la Loire avant d’être secourus.

      Dix-huit des 148 ­témoins soutiennent avoir vu des gens tomber dans le fleuve. Aux alentours de 4h40, une femme prise dans les gaz s’approche du bord pour mieux respirer. "Soudain, j’aperçois une personne dans la Loire, elle avait du mal à nager et s’éloignait de la berge, expose-t-elle. Avec un petit groupe de personnes, nous lui parlions afin qu’elle reste éveillée et nous lui éclairions la berge pour qu’elle s’en approche." Les pompiers, sur un bateau à proximité, sont prévenus. Mais elle conclut, inquiète : "Je n’ai pas pu voir dans ce chaos et cette confusion si la personne avait été repêchée…"

      « Quand on est allés voir la police pour leur dire qu’il y avait des gens à l’eau, on s’est fait envoyer balader »

      Certains jurent avoir appelé les forces de l’ordre à la rescousse. "Quand on est allés voir la police pour leur dire qu’il y avait des gens à l’eau, on s’est fait envoyer balader : ’Cassez-vous ou on vous embarque !’", s’étrangle un témoin. Un autre, rencontré par le JDD, précise son souvenir. "On était une dizaine près de l’eau, on suivait un mec qui se débattait dans la flotte, relate-t-il. On est allés voir les flics pour qu’ils nous aident, ils ont répondu texto : ’C’est pas notre boulot, c’est celui des pompiers.’" Un troisième explique pour sa part avoir vu quelqu’un "prévenir les CRS qu’une personne était tombée à l’eau". Selon lui, ces derniers sont "venus avec des lampes de poche l’espace de dix secondes. Ils n’étaient même pas au bon endroit et ils sont repartis sans rien faire, vers leur fourgon."

      "À partir de là, il faut imaginer des centaines de personnes qui hurlent en courant dans tous les sens, des bruits de ’plouf’ dans l’eau, du gaz partout, des détonations de grenades, des flics qui frappent des gens, égrène au téléphone l’un des 89 plaignants, encore choqué. C’était le chaos." Un témoin, rencontré depuis à Nantes, confesse sans finasser : "On est tous pompettes, on est contents d’être là et les gars nous chargent pour une putain de dernière musique. Alors, ouais, les plus énervés, comme moi, on a foncé. Je le cache pas, on a lancé des bouteilles." Dix policiers porteront d’ailleurs plainte pour ces violences.

      « Deux tireurs visaient la tête des gens avec leur LBD »

      L’organisateur d’un sound system placé à 100 mètres du Bunker sent la tension monter. Il traverse les gaz pour exhorter les fêtards qui lancent les projectiles contre les forces de l’ordre à tout arrêter. C’est la police qui lui répond finalement, d’un coup de matraque. De son côté, une jeune fille raconte avoir été heurtée par le bouclier d’un CRS, qui lui a cassé une dent. Des témoignages évoquent des tirs de LBD. "Deux tireurs visaient la tête des gens avec leur LBD, précise l’un d’eux. Ils visaient des personnes qui étaient acculées face à la Loire."

      Au moment de coucher son récit sur le papier, un participant n’en revient toujours pas. "C’est encore douloureux dans mon esprit, j’ai vu des attaques violentes et gratuites dans ma vie, mais celle-ci était parfaitement infondée, écrit-il. Des matraques sur des gamins en tee-shirt, c’était terrifiant d’incompréhension, surréaliste. “Disproportionné” n’est même pas le terme adéquat."

      Provocations et coups de matraque

      Un "teufeur" se retrouve près des rochers qui séparent la route du quai longeant le fleuve. Il reçoit ce qu’il ­décrit comme "un coup de Taser dans le dos". Selon lui, ce n’est pas pour le faire partir mais pour le provoquer : lorsqu’il se retourne, l’homme en uniforme, pistolet à impulsions électriques dans la main, lui lance : "Vas-y, viens, vas-y !" "Il m’a incité à lui rentrer dedans", croit-il. Il préfère battre en retraite et aider une personne à terre. Un policier lui assène alors un coup de matraque qu’il esquive en sautant dans les rochers.

      Résultat : cheville brisée, certificat à l’appui. Il a indiqué à l’avocate des 89, Marianne Rostan, qu’il comptait porter plainte cette semaine. Plâtré depuis un mois, il n’a pas encore eu l’occasion de le faire. Cela porterait à 90 le nombre des plaignants figurant à la procédure. Parmi eux se trouve un lycéen de 17 ans. D’abord gazé au spray lacrymogène, il a reçu des coups de matraque sur la main, lui fracturant l’index droit et lui valant vingt et un jours d’ITT.

      "J’avais du sang partout sur le crâne et j’étais à moitié sonné"

      L’un des récits les plus violents concerne ce jeune plaignant qui parle du moment où il s’extirpe du nuage de gaz. Lui ne se retrouve pas devant la Loire mais face à une rangée de policiers casqués. "Un CRS m’a mis un coup de matraque sur le dessus du crâne, je suis tombé par terre et ai reçu plusieurs coups", détaille-t‑il, assurant que c’est lui, le garçon frappé au sol qu’on aperçoit sur l’une des vidéos amateur. Le jeune homme réussit finalement à se relever. Rebelote et coup de bouclier. De sa fuite, il n’a "pas vraiment de souvenirs", sinon que ses amis se sont occupés de lui. "J’avais du sang partout sur le crâne et j’étais à moitié sonné", retrace-t-il.

      Alors que la situation se calme, un peu avant 5 heures, "sur le chemin du retour" un "teufeur" demande à un CRS "quelles sont les raisons" de l’intervention. Pas de réponse. Le jeune homme s’aventure à renouveler sa question. Spray de lacrymogène dans un œil, "à moins de 30 centimètres". Désorienté, il s’assoit un instant. "Un CRS me dit alors de dégager de là. Mais je ne le vois pas, il me pousse. J’ouvre les yeux, il me gaze (par chance) l’autre œil." Bousculé, il reçoit en prime un coup de matraque. Un ami venu le chercher en prend un derrière le genou. "Le lendemain, visage complètement brûlé et très douloureux pendant plusieurs jours, déplore-t-il. Pas très présentable pour aller travailler." Un jeune résume le sentiment général. "On était juste des objets à défoncer."

      Un dernier témoignage interpelle tout particulièrement. C’est celui d’une DJ qui, vers 4h30, avec son collectif, ­s’apprête à ranger son matériel. Elle est positionnée de l’autre côté du ­Bunker. "Les forces de l’ordre et la foule se dirigeaient littéralement sur nous", rapporte-t-elle. Une situation qu’elle juge "complètement incompréhensible" : "Quelques minutes avant la fin de la soirée, la police elle-même est venue nous féliciter pour le bon déroulement de la soirée."
      * Également chargée de l’enquête judiciaire.

  • VIET-NAM ! Ken Burns et Lynn Novick. Sur Arte Jusqu’au 11 Septembre (Bon choix de date).
    https://www.arte.tv/fr/videos/057385-001-A/vietnam-1-9

    https://www.youtube.com/watch?v=uP7AaINpl6U

    Indochine la fin 1/9
    Insurrection 2/9
    Le bourbier 3/9
    Le doute 4/9
    Révoltes 5/9
    Fantômes 6/9
    Mer de feu 7/9
    Guerre civile 8/9
    L’effondrement 9/9

    Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’Apocalypse Now ou de Voyage au bout de l’enfer. En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

    #Histoire #guerre #documentaire #Photographie #Musique #Rock_an_roll #archives #USA #Témoignages #Nikon_F1 #Leica_M4 #Reporters

    • Half Full - Venomous Concept
      https://www.youtube.com/watch?v=CtWpQ2lJEVI

      Holiday in Cambodia - The Dead Kennedys
      https://www.youtube.com/watch?v=N7HNJVnn9Ms&list=RD-KTsXHXMkJA&index=4

      So you been to school
      For a year or two
      And you know you’ve seen it all
      In daddy’s car
      Thinkin’ you’ll go far
      Back east your type don’t crawl

      Play ethnicky jazz
      To parade your snazz
      On your five grand stereo
      Braggin’ that you know
      How the niggers feel cold
      And the slums got so much soul

      It’s time to taste what you most fear
      Right guard will not help you here
      Brace yourself, my dear

      It’s a holiday in Cambodia
      It’s tough, kid, but its life
      It’s a holiday in Cambodia
      Don’t forget to pack a wife

      You’re a star-belly sneech
      You suck like a leach
      You want everyone to act like you
      Kiss ass while you bitch
      So you can get rich
      But your boss gets richer off you

      Well you’ll work harder
      With a gun in your back
      For a bowl of rice a day
      Slave for soldiers
      ’Till you starve
      Then your head is skewered on a stake

      Now you can go where people are one
      Now you can go where they get things done
      What you need, my son.

      Is a holiday in Cambodia
      Where people dress in black
      A holiday in Cambodia
      Where you’ll kiss ass or crack

      Pol pot, pol pot, pol pot, pol pot, etc.

      And it’s a holiday in Cambodia
      Where you’ll do what you’re told
      A holiday in Cambodia
      Where the slums got so much soul