• EXCLUSIF. #Steve : le JDD a eu accès à 148 #témoignages sur l’opération policière controversée
    https://www.lejdd.fr/Societe/exclusif-steve-le-jdd-a-eu-acces-a-148-temoignages-sur-loperation-policiere-co

    Parmi les 148 témoins, tous ceux qui reviennent sur le début de la charge soulignent qu’à aucun moment ils n’ont entendu la #police prévenir qui que ce soit avant que les grenades lacrymogènes ne s’abattent au milieu de la foule réunie sur le quai. « La musique est coupée un court instant, le public proteste gentiment, comme ça se fait à tout concert. Puis un petit Bérurier Noir [groupe de rock alternatif des années 1980] se fait entendre, sur une tonalité très basse, raconte l’un d’entre eux, qui situe son récit vers 4h15. Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus. » Dix minutes après, un DJ occupé à ranger le matériel du sound system voisin rapporte comment, alors qu’il sort de son camion avec des amis, les forces de l’ordre les ont « bombard[és] ».

    « Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, raconte un autre. J’imagine qu’ils ne comprenaient pas plus que nous ce qui était en train de se passer. Je précise que j’ai vu des projectiles envoyés sur les forces de l’ordre. Mais bien après leur intervention musclée. » Tous décrivent alors « une scène de panique », des gens « affolés », « perdus », « terrifiés ».

    • « EXCLUSIF. Steve : le JDD a eu accès à 148 témoignages sur l’opération policière controversée

      Le soir de la Fête de la musique à Nantes, Steve Maia Caniço a perdu la vie à la suite d’une opération policière controversée. Si le rapport de l’IGPN nie les conséquences de la charge des forces de l’ordre, voire son existence même, le JDD a eu accès à 148 témoignages recueillis par l’association locale Média’Son qui apportent une autre vision de la fin de soirée. Peu déclarent connaître Steve Maia Caniço. Certains n’ont couché que quelques mots, rageurs ou douloureux. D’autres se sont plus longuement épanchés. Beaucoup, précis et méticuleux, décrivent une nuit de confusion et de grande brutalité.

      Violence et stupeur. Cette nuit du 21 juin, pour la Fête de la ­musique à Nantes, Sébastien s’est vu mourir noyé. Ce soir-là, ce peintre en bâtiment de 32 ans se laisse convaincre par un ami d’aller écouter la musique des sound sytems électros et technos installés sur le quai Wilson comme chaque année. "C’était sympa, j’ai rencontré des gens pas vus depuis longtemps, raconte-t-il. On s’est assis pour discuter." Sans garde-corps à ce niveau des berges, la Loire est laissée à bonne distance. Tout le monde le sait, ­Sébastien craint l’eau : il ne sait pas nager. Mais, à cet instant, il n’y songe pas. Les copains éclusent quelques bières, parlent du son "vraiment cool", de ce qu’ils deviennent, de l’anniversaire de la mère de Sébastien organisé le lendemain. "Et là ça a pété, on n’a rien compris. On s’est retrouvés dans un nuage de gaz, mes yeux se sont mis à brûler, des gens couraient dans tous le sens."
      « C’était une putain de bavure. Il faut porter plainte »
      Désorienté, le trentenaire perd ses amis. "J’ai eu deux peurs, se souvient-il. Tomber par terre et arriver esquinté aux 60 ans de ma mère ; ou tomber dans la Loire et me noyer." Les yeux clos, il avance à tâtons, dans la nuit, les cris et la lacrymo. "Sauf que je pars dans le mauvais sens. En fait, là où y avait moins de gaz, c’était vers la Loire." À "2 mètres" de l’eau, ses jambes butent sur un corps penché au-dessus du fleuve. À quatre pattes, un homme hurle qu’il y a des gens dans l’eau, qu’il faut les sortir de là. "Il était en train de les diriger, il m’a demandé de venir l’aider, souffle ­Sébastien. Mais moi je ne sais pas nager, j’avais un peu picolé."

      Terrifié, il recule doucement pour fuir la Loire et ses puissants courants, contre lesquels se débattent au moins trois personnes. "Je me suis senti lâche et inutile, murmure-t-il. J’étais seul. C’était le premier contact de ma vie avec la police. J’arrête pas d’y penser. Des amis m’ont rassuré, m’ont dit que si j’avais marché un peu plus vite je tombais dans l’eau. C’était une putain de bavure. Il faut porter plainte. Mais j’ai même pas pensé à Steve, je ne connaissais pas l’histoire.

      "Je me suis juste senti en danger."

      Quatre-vingt-neuf personnes ont porté plainte
      Pour cette Fête de la musique, une dizaine de sound systems étaient autorisés à cracher leurs basses sur le quai Wilson jusqu’à 4 heures du matin. Tous se sont pliés à l’horaire, sauf le dixième, le plus à l’ouest, tout près d’un bâtiment surnommé "le Bunker". Un peu après l’heure dite, il a osé une dernière chanson. D’après le rapport administratif de l’IGPN*, qui nie les conséquences de la charge policière, voire son existence même, et grâce aux différents témoignages recueillis puis aux vidéos révélées par Libération et Nantes révoltée, on estime que l’opération policière a débuté vers 4h30 pour se terminer à 4h52. Durant cette petite demi-heure, 33 grenades lacrymogènes, 10 de désencerclement et 12 tirs de lanceurs de balles de défense (LBD) sont lâchés sur la foule. Une dizaine de fêtards au moins tombent à l’eau. Le corps de Steve Maia Caniço, disparu cette nuit-là, sera retrouvé dans la Loire plus d’un mois après.
      Au lendemain de cette funeste soirée, l’association locale Média’Son, qui joue les intermédiaires entre les autorités et les organisateurs de free-parties du coin, a lancé un appel à témoignages. Elle en a recueilli 148, livrés par autant de personnes présentes ce soir-là. Quatre-vingt-neuf d’entre eux, dont Sébastien, ont déposé une plainte collective le 3 juillet pour "mise en danger de la vie d’autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique". Le JDD a eu accès en exclusivité à l’ensemble de ces témoignages écrits la semaine du 23 juin, et rencontré plusieurs de leurs auteurs. Une trentaine de pages noircies de récits personnels, bruts, à chaud. Peu déclarent connaître Steve Maia Caniço. Certains n’ont couché que quelques mots, rageurs ou douloureux. D’autres se sont plus longuement épanchés. Beaucoup, précis et méticuleux, décrivent une nuit de confusion et de grande brutalité.

      Pas de haine contre les policiers

      Les plaignants ont entre 17 et 34 ans. Hommes ou femmes, lycéens, étudiants ou travailleurs, ils ont subi un choc qui n’a guère été pris en compte depuis. L’habituelle "cellule psychologique", dégainée par les pouvoirs publics à chaque événement traumatisant ou presque, n’a même pas été évoquée à Nantes. Pourtant, ce sont plusieurs centaines de personnes simplement venues faire la fête sur les bords de Loire, loin des logements, là où les pulsations de basses ne dérangent pas, qui ont été gazées en pleine nuit.
      À la lecture des témoignages, on note qu’aucun d’entre eux n’exprime de haine contre les policiers, ni d’opinion politique. Pas une insulte n’est proférée. Seules cinq personnes parlent de "flics" ; les autres préfèrent les termes de "policiers", "forces de l’ordre" ou "CRS". "Leur rôle est d’assurer la sécurité, non d’orchestrer le chaos", écrit un premier. "Ils ont tout gâché au lieu de communiquer", commente un deuxième.

      « Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus »

      Parmi les 148 témoins, tous ceux qui reviennent sur le début de la charge soulignent qu’à aucun moment ils n’ont entendu la police prévenir qui que ce soit avant que les grenades lacrymogènes ne s’abattent au milieu de la foule réunie sur le quai. "La musique est coupée un court instant, le public proteste gentiment, comme ça se fait à tout concert. Puis un petit Bérurier Noir [groupe de rock alternatif des années 1980] se fait entendre, sur une tonalité très basse, raconte l’un d’entre eux, qui situe son récit vers 4h15. Et là, sans sommation, des gaz partout. À la fois d’au-dessous et d’au-dessus." Dix minutes après, un DJ occupé à ranger le matériel du sound system voisin rapporte comment, alors qu’il sort de son camion avec des amis, les forces de l’ordre les ont "bombard[és]".

      "Les gens ont commencé à courir dans tous les sens, raconte un autre. J’imagine qu’ils ne comprenaient pas plus que nous ce qui était en train de se passer. Je précise que j’ai vu des projectiles envoyés sur les forces de l’ordre. Mais bien après leur intervention musclée." Tous décrivent alors "une scène de panique", des gens "affolés", "perdus", "terrifiés".

      Nuage chimique quai Wilson

      Très vite, le vent d’effroi et de ­lacrymogène gagne l’est du quai, là où les enceintes sont éteintes depuis une bonne vingtaine de minutes. Un garçon est en train d’aider la protection civile, venue secourir "une personne en état d’ébriété et inconsciente" : "On s’est fait gazer et nous avons dû nous-mêmes transporter le jeune homme dans le camion de la protection civile alors que le gaz nous brûlait la gorge. C’était irrationnel et dangereux."

      À partir de là, le nuage chimique a déjà recouvert le quai Wilson. Selon le rapport controversé de l’IGPN, il est 4h37. Soit l’heure, d’après la police des polices, de la première salve de grenades lacrymogènes. Mais, au vu des vidéos amateur tournées sur place, il semble plutôt qu’il soit au plus tard 4 h 32, ­version confirmée par les témoignages consultés par le JDD. Selon ces derniers, la police ­commence à "charger depuis la route [en amont du fleuve] vers le quai, laissant comme seule échappatoire la Loire", comme s’ils étaient « du bétail". "Je me suis fait violemment repousser par les forces de l’ordre en direction de la Loire, affirme un participant présent du côté du Bunker. Je me suis aussi fait tirer dessus avec des ­ grenades de ­désencerclement directement dans les pieds et me suis fait traiter de “sale gaucho”." Plusieurs personnes écrivent avoir vomi sous l’effet des gaz et les témoignages d’yeux, gorges et bronches brûlés sont légion.

      « Je me suis réveillé dans la lacrymo. Sans savoir par où partir, déstabilisé, seul »

      D’autres récits effarants, situés dans le même intervalle de temps, semblent confirmer la dangerosité de l’opération policière. La fête bat son plein depuis 15 heures de l’après-midi. Cela fait donc, pour les plus motivés, près de neuf heures de "teuf", la tête dans les caissons de basses. À 4h30, corps et esprits, enivrés ou non, sont exténués. Aux abords du Bunker "au moment du conflit", un jeune homme explique que "des personnes dormaient encore sur le quai", que "certains se sont réveillés en panique et ont couru dans le nuage de lacrymogène sans savoir où aller".
      Depuis des semaines, les proches de Steve assurent qu’ils ont laissé leur copain fatigué dormir près du sound system d’où est parti l’assaut. Ils sont persuadés qu’il a ainsi été surpris par les gaz dans son sommeil puis a chuté dans le fleuve. "Je me suis réveillé dans la lacrymo, écrit un fêtard. Sans savoir par où partir, déstabilisé, seul."

      Vingt minutes dans la Loire

      "C’est au moment où le nuage nous a envahis qu’on a vu des gens tomber dans la Loire", déclare une jeune fille, la voix tremblante. "C’était le gros bordel, les flics qui passent en plein milieu de la piste de danse en te dévisageant, c’est incroyable, renchérit un autre. Là, j’ai vu des gens tomber dans l’eau." Parmi les 89 plaignants, deux ont chuté dans la Loire. L’un, fuyant les gaz lacrymogènes, perd l’équilibre et se fait emporter par le courant. Plus loin, il réussit à s’accrocher à une corde fixée au quai. À cet instant, l’autre tombe à la renverse et, dans sa chute, se luxe l’épaule. Le premier voyant le second se débattre dans l’eau sans parvenir à nager le saisit par le col pour l’aider à se maintenir. Ils passeront une vingtaine de minutes dans la Loire avant d’être secourus.

      Dix-huit des 148 ­témoins soutiennent avoir vu des gens tomber dans le fleuve. Aux alentours de 4h40, une femme prise dans les gaz s’approche du bord pour mieux respirer. "Soudain, j’aperçois une personne dans la Loire, elle avait du mal à nager et s’éloignait de la berge, expose-t-elle. Avec un petit groupe de personnes, nous lui parlions afin qu’elle reste éveillée et nous lui éclairions la berge pour qu’elle s’en approche." Les pompiers, sur un bateau à proximité, sont prévenus. Mais elle conclut, inquiète : "Je n’ai pas pu voir dans ce chaos et cette confusion si la personne avait été repêchée…"

      « Quand on est allés voir la police pour leur dire qu’il y avait des gens à l’eau, on s’est fait envoyer balader »

      Certains jurent avoir appelé les forces de l’ordre à la rescousse. "Quand on est allés voir la police pour leur dire qu’il y avait des gens à l’eau, on s’est fait envoyer balader : ’Cassez-vous ou on vous embarque !’", s’étrangle un témoin. Un autre, rencontré par le JDD, précise son souvenir. "On était une dizaine près de l’eau, on suivait un mec qui se débattait dans la flotte, relate-t-il. On est allés voir les flics pour qu’ils nous aident, ils ont répondu texto : ’C’est pas notre boulot, c’est celui des pompiers.’" Un troisième explique pour sa part avoir vu quelqu’un "prévenir les CRS qu’une personne était tombée à l’eau". Selon lui, ces derniers sont "venus avec des lampes de poche l’espace de dix secondes. Ils n’étaient même pas au bon endroit et ils sont repartis sans rien faire, vers leur fourgon."

      "À partir de là, il faut imaginer des centaines de personnes qui hurlent en courant dans tous les sens, des bruits de ’plouf’ dans l’eau, du gaz partout, des détonations de grenades, des flics qui frappent des gens, égrène au téléphone l’un des 89 plaignants, encore choqué. C’était le chaos." Un témoin, rencontré depuis à Nantes, confesse sans finasser : "On est tous pompettes, on est contents d’être là et les gars nous chargent pour une putain de dernière musique. Alors, ouais, les plus énervés, comme moi, on a foncé. Je le cache pas, on a lancé des bouteilles." Dix policiers porteront d’ailleurs plainte pour ces violences.

      « Deux tireurs visaient la tête des gens avec leur LBD »

      L’organisateur d’un sound system placé à 100 mètres du Bunker sent la tension monter. Il traverse les gaz pour exhorter les fêtards qui lancent les projectiles contre les forces de l’ordre à tout arrêter. C’est la police qui lui répond finalement, d’un coup de matraque. De son côté, une jeune fille raconte avoir été heurtée par le bouclier d’un CRS, qui lui a cassé une dent. Des témoignages évoquent des tirs de LBD. "Deux tireurs visaient la tête des gens avec leur LBD, précise l’un d’eux. Ils visaient des personnes qui étaient acculées face à la Loire."

      Au moment de coucher son récit sur le papier, un participant n’en revient toujours pas. "C’est encore douloureux dans mon esprit, j’ai vu des attaques violentes et gratuites dans ma vie, mais celle-ci était parfaitement infondée, écrit-il. Des matraques sur des gamins en tee-shirt, c’était terrifiant d’incompréhension, surréaliste. “Disproportionné” n’est même pas le terme adéquat."

      Provocations et coups de matraque

      Un "teufeur" se retrouve près des rochers qui séparent la route du quai longeant le fleuve. Il reçoit ce qu’il ­décrit comme "un coup de Taser dans le dos". Selon lui, ce n’est pas pour le faire partir mais pour le provoquer : lorsqu’il se retourne, l’homme en uniforme, pistolet à impulsions électriques dans la main, lui lance : "Vas-y, viens, vas-y !" "Il m’a incité à lui rentrer dedans", croit-il. Il préfère battre en retraite et aider une personne à terre. Un policier lui assène alors un coup de matraque qu’il esquive en sautant dans les rochers.

      Résultat : cheville brisée, certificat à l’appui. Il a indiqué à l’avocate des 89, Marianne Rostan, qu’il comptait porter plainte cette semaine. Plâtré depuis un mois, il n’a pas encore eu l’occasion de le faire. Cela porterait à 90 le nombre des plaignants figurant à la procédure. Parmi eux se trouve un lycéen de 17 ans. D’abord gazé au spray lacrymogène, il a reçu des coups de matraque sur la main, lui fracturant l’index droit et lui valant vingt et un jours d’ITT.

      "J’avais du sang partout sur le crâne et j’étais à moitié sonné"

      L’un des récits les plus violents concerne ce jeune plaignant qui parle du moment où il s’extirpe du nuage de gaz. Lui ne se retrouve pas devant la Loire mais face à une rangée de policiers casqués. "Un CRS m’a mis un coup de matraque sur le dessus du crâne, je suis tombé par terre et ai reçu plusieurs coups", détaille-t‑il, assurant que c’est lui, le garçon frappé au sol qu’on aperçoit sur l’une des vidéos amateur. Le jeune homme réussit finalement à se relever. Rebelote et coup de bouclier. De sa fuite, il n’a "pas vraiment de souvenirs", sinon que ses amis se sont occupés de lui. "J’avais du sang partout sur le crâne et j’étais à moitié sonné", retrace-t-il.

      Alors que la situation se calme, un peu avant 5 heures, "sur le chemin du retour" un "teufeur" demande à un CRS "quelles sont les raisons" de l’intervention. Pas de réponse. Le jeune homme s’aventure à renouveler sa question. Spray de lacrymogène dans un œil, "à moins de 30 centimètres". Désorienté, il s’assoit un instant. "Un CRS me dit alors de dégager de là. Mais je ne le vois pas, il me pousse. J’ouvre les yeux, il me gaze (par chance) l’autre œil." Bousculé, il reçoit en prime un coup de matraque. Un ami venu le chercher en prend un derrière le genou. "Le lendemain, visage complètement brûlé et très douloureux pendant plusieurs jours, déplore-t-il. Pas très présentable pour aller travailler." Un jeune résume le sentiment général. "On était juste des objets à défoncer."

      Un dernier témoignage interpelle tout particulièrement. C’est celui d’une DJ qui, vers 4h30, avec son collectif, ­s’apprête à ranger son matériel. Elle est positionnée de l’autre côté du ­Bunker. "Les forces de l’ordre et la foule se dirigeaient littéralement sur nous", rapporte-t-elle. Une situation qu’elle juge "complètement incompréhensible" : "Quelques minutes avant la fin de la soirée, la police elle-même est venue nous féliciter pour le bon déroulement de la soirée."
      * Également chargée de l’enquête judiciaire.

  • VIET-NAM ! Ken Burns et Lynn Novick. Sur Arte Jusqu’au 11 Septembre (Bon choix de date).
    https://www.arte.tv/fr/videos/057385-001-A/vietnam-1-9

    https://www.youtube.com/watch?v=uP7AaINpl6U

    Indochine la fin 1/9
    Insurrection 2/9
    Le bourbier 3/9
    Le doute 4/9
    Révoltes 5/9
    Fantômes 6/9
    Mer de feu 7/9
    Guerre civile 8/9
    L’effondrement 9/9

    Ken Burns et Lynn Novick font revivre de manière inédite la guerre du Viêtnam au plus près de ceux qui l’ont vécue, Vietnamiens et Américains, dans une fresque documentaire digne d’Apocalypse Now ou de Voyage au bout de l’enfer. En neuf épisodes, les réalisateurs retracent ces trente années de soulèvements et de destructions, qui firent plus de trois millions de morts, à travers les récits intimes de près d’une centaine de témoins. Simple militaire ou dirigeant politique, journaliste ou activiste, déserteur, diplomate ou sœur d’un soldat défunt, tous ont fait, observé ou subi cette tragédie aux dimensions épiques, mère de toutes les guerres modernes. Au fil d’une narration où le rythme s’accélère d’épisode en épisode, une foule d’archives inédites, fruit de dix ans de recherche, associée à de célèbres photos, des films amateurs ou des enregistrements sonores dévoilant les coulisses de la Maison-Blanche, racontent l’histoire de la fin du colonialisme, de la montée en puissance de la guerre froide et de la victoire d’un peuple de paysans contre la machine de guerre la plus dévastatrice au monde. Ou l’histoire d’un conflit qui a divisé l’Amérique et l’opinion mondiale pour toujours.

    #Histoire #guerre #documentaire #Photographie #Musique #Rock_an_roll #archives #USA #Témoignages #Nikon_F1 #Leica_M4 #Reporters

    • Half Full - Venomous Concept
      https://www.youtube.com/watch?v=CtWpQ2lJEVI

      Holiday in Cambodia - The Dead Kennedys
      https://www.youtube.com/watch?v=N7HNJVnn9Ms&list=RD-KTsXHXMkJA&index=4

      So you been to school
      For a year or two
      And you know you’ve seen it all
      In daddy’s car
      Thinkin’ you’ll go far
      Back east your type don’t crawl

      Play ethnicky jazz
      To parade your snazz
      On your five grand stereo
      Braggin’ that you know
      How the niggers feel cold
      And the slums got so much soul

      It’s time to taste what you most fear
      Right guard will not help you here
      Brace yourself, my dear

      It’s a holiday in Cambodia
      It’s tough, kid, but its life
      It’s a holiday in Cambodia
      Don’t forget to pack a wife

      You’re a star-belly sneech
      You suck like a leach
      You want everyone to act like you
      Kiss ass while you bitch
      So you can get rich
      But your boss gets richer off you

      Well you’ll work harder
      With a gun in your back
      For a bowl of rice a day
      Slave for soldiers
      ’Till you starve
      Then your head is skewered on a stake

      Now you can go where people are one
      Now you can go where they get things done
      What you need, my son.

      Is a holiday in Cambodia
      Where people dress in black
      A holiday in Cambodia
      Where you’ll kiss ass or crack

      Pol pot, pol pot, pol pot, pol pot, etc.

      And it’s a holiday in Cambodia
      Where you’ll do what you’re told
      A holiday in Cambodia
      Where the slums got so much soul

  • « Pôle #Emploi_et son schéma nous renvoient à notre inutilité, à notre absence de lien aux autres »
    https://www.bastamag.net/Pole-emploi-chomeur-chomage-calcul-indemnites-recherche-CV

    7h45 : petite séance d’exercice à jeun. 9h15 : c’est parti pour une recherche efficace... Vous vous souvenez de ce schéma infantilisant d’un Pôle emploi régional, décrivant la « journée type » du chômeur efficace ? Ce témoignage de James, demandeur d’emploi pourtant diplômé, met à bas la théorie du temps optimisé imaginé par les « coachs » de pôle emploi. Et illustre la réalité crue de la solitude d’un chômeur et de la quête sans fin d’un boulot. Je suis au chômage depuis plusieurs mois maintenant, après avoir (...) #Témoignages

    / Emploi , #Fractures_sociales, A la une

  • Ce que les lecteurs apprécient dans Passerelle Eco
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2283

    Votre soutien prend parfois la forme de gentils mots dans vos courriers. En voici quelques extraits... avec en prime, également reçus par la poste, une carte postale tissée de paille. Parfois ces témoignages portent sur les articles et sur le contenu des savoir faire et des expériences partagées, parfois ils sont inspirés par les pages centrales de l’écovillage global, le réseau de mise en relation des éco-acteurs et porteurs d’initiatives. « Je trouve votre revue d’une grande qualité, tant sur la (...) Revue & Livres

    / #Témoignages_de_soutien_des_lecteurs

    #Revue_&_Livres

  • Série info : « Nous, migrants » | Les MFP

    https://www.lesmediasfrancophones.org/nos-series-et-emissions-speciales/serie-info-nous-migrants

    Série info : « Nous, migrants »

    La réalité des flux migratoires est diverse, mais leur moteur est toujours la perspective d’une meilleure vie. Avec ce que cela implique de déracinement et d’efforts d’adaptation. En vingt portraits sensibles, les rédactions des Médias Francophones Publics vous invitent à découvrir une partie de cette réalité. Une série inédite à suivre en intégralité tout l’été sur France Inter, La 1ère RTBF, La 1ère RTS, RFI et ICI Radio-Canada Première.

    #migrations #témoignages #karen_akoka

  • « J’ai du mal à imaginer ce qu’il faut de courage et de force à ceux qui ont été abîmés par le travail pour participer à ce procès »
    https://www.bastamag.net/Proces-France-Telecom-Orange-suicides-travail-management-stress

    Jusqu’au 12 juillet, se tient à Paris le procès d’anciens hauts dirigeants de la multinationale France Télécom, devenue Orange, accusés de harcèlement moral par une centaine de parties civiles. Mardi 11 juin, Fanny Jedlicki, docteure en sociologie, est venue témoigner à la barre. Elle est revenue sur le rapport du cabinet d’expertise Technologia auquel elle a participé en 2009/2010, et qui a mis en évidence une souffrance massive de milliers de salariés. Nous publions ici une partie de sa déposition. (...)

    #Témoignages

    / #Syndicalisme, #Conditions_de_travail, #Justice

  • Les naufragés. L’odyssée des migrants africains

    Les naufragés réunit les #témoignages de plusieurs dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants originaires d’#Afrique_de_l’Ouest, arrivés en Europe après la chute de Mouammar Kadhafi en #Libye.


    http://www.karthala.com/terrains-du-siecle/3236-les-naufrages-l-odyssee-des-migrants-africains.html
    #livre #migrations #asile #réfugiés #Etienne_Dubuis

  • La Présidence et le Gouvernement utilisent-ils des #armes chimiques contre le peuple et les policiers ? - News/Actualités-Vigi Ministère de l’Intérieur
    https://vigimi.fr/f/actualites-fr/entry/la-presidence-et-le-gouvernement-des-armes-chimiques-contre-ses-citoyens-et-s

    Les multiples informations scientifiques collectées relatives à la #dangerosité certaine et prouvée de l’agent CS sous toutes ses formes (aérosol de cristaux de CS dilués dans un solvant lui aussi identifié comme dangereux, grenade à poudre de cristaux secs de CS, munition combinée explosif et poudre de CS, etc.) doivent être communiquées à nos collègues et aux citoyens afin que chacun prenne ses responsabilités et puisse aussi vite que possible procéder aux examens qui s’imposent.

    Si l’on ajoute le nombre de nos collègues à celui des citoyens qui ont été exposés à ces gaz dans toute la France depuis novembre 2018, cela représente plus de 200,000 citoyens ce qui peut représenter une véritable catastrophe sanitaire.

    Nous demandons que soient clarifiées nos devoirs et nos responsabilités concernant l’usage de ces munitions et nos droits en matière de santé, de soin, de suivi médical régulier, de reconnaissance d’invalidité éventuelle et d’indemnisation.

  • Je suis gendarme et j’ai décidé de parler… | Le Club de Mediapart

    https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/160419/je-suis-gendarme-et-j-ai-decide-de-parler

    Dans les jours qui viennent de s’écouler, des gradés de la police ou de la gendarmerie ont pris publiquement la parole. Alors que le colonel de gendarmerie Michael Di Meo a par exemple reconnu en termes pesés l’existence « de violences policières » contre les GJ, le directeur de la police nationale Eric Morvan n’a pas tardé de justifier l’action des CRS contre les manifestants. La troupe elle, par discipline forcée a gardé jusque là le silence. Pour une des toutes premières fois, nous publions ici l’ITV que nous a adressée un simple gendarme qui porte l’uniforme depuis plus de 17 ans. Comme il nous l’a demandé, nous avons évidemment décidé de respecter totalement son anonymat, pour lui éviter les foudres d’une hiérarchie qui n’accepte pas que la parole puisse prendre la liberté de s’exprimer.

    Ce témoignage que j’ai recueilli me ramène en partie au travail que j’avais effectué pour mon documentaire « dans le secret du Burn out » avant le mouvement des Gilets jaunes, maladie qui touche plus qu’on ne le pense des membres des forces de l’ordre. Le rôle que le pouvoir fait jouer aux forces de polices, toutes catégories confondues, n’est pas pour soigner un corps profondément malade. Ce témoignage nous plonge au coeur du mouvement social des Gilets jaunes qui secoue le pays. Il est question de souveraineté, de relation entre « forces de l’ordre » et peuple, de Nation et de son avenir…

  • Acte XXI des « gilets jaunes » à #Montpellier : un syndicat de police dénonce un « amateurisme »
    https://www.midilibre.fr/2019/04/09/acte-xx-des-gilets-jaunes-a-montpellier-un-syndicat-de-police-denonce-un-a

    Bruno Bartocetti, le représentant régional de dénoncer l’emploi d’un matériel « non homologué par le ministère de l’Intérieur sans cadre juridique », dit-il. À savoir un moto-pompe, façon petit canon à eau maniable à pied et mis à la disposition de quatre agents de la force publique ce samedi, dans le but de réduire au maximum les contacts violents. Et le syndicaliste de poursuivre : « Tout matériel utilisé nécessite une formation spécifique. »

  • Ce colonel de gendarmerie reconnaît des violences policières : « Quand je vois ça, je suis obligé d’aller dans le sens des manifestants »
    Jean-Baptiste Bourgeon et Caroline Petit, BFM TV, le 8 avril 2019
    https://rmc.bfmtv.com/emission/quand-je-vois-ca-je-suis-oblige-d-aller-dans-le-sens-des-manifestants-un-

    Les yeux plongés dans la vidéo particulièrement violente, le colonel de gendarmerie Michael Di Meo, qui commandait ce jour là les gendarmes mobiles dans la capitale, le reconnaît : « Ce sont des violences policières ».

    #Gilets_Jaunes #France, mais à rajouter aussi à la liste de #témoignages et d’#aveux de la #police et de leurs semblables :
    https://seenthis.net/messages/723573

  • « Gilets jaunes », « lycéens » ou simples « passants » : la vie d’après des #éborgnés | Factuel
    https://factuel.afp.com/gjeborgnes

    Ils sont 21 hommes et 2 femmes, âgés de 14 à 59 ans, blessés à Paris, Bordeaux, Toulouse, La Réunion... Souvent, ce sont des « gilets jaunes » revendiqués, parfois des « lycéens » ou de simple « passants », contestant tout lien avec le mouvement.

    Beaucoup rendent le lanceur de balles de défense (LBD) responsable de leur blessure, mais certains pointent aussi du doigt les grenades GLI-F4, celles de désencerclement, les « DMP », voire des grenades lacrymogènes.

    La plupart ont un diagnostic net concernant l’un de leurs yeux : pour 14 d’entre eux, selon les certificats médicaux consultés par l’AFP, la vue est perdue et/ou l’oeil n’est plus. Deux pronostics sont en évolution péjorative, vers la cécité. Dans au moins un cas, enfin, la blessure est moins visible, l’oeil toujours présent, mais seules quelques formes apparaissent.

    Si certains essaient de donner un sens à cet événement, comme Patrice, 49 ans, qui y voit un « passeport pour un combat contre les armes dites non létales », ils sont nombreux à broyer du noir, pour certains prostrés chez eux ou vivant comme des « taupes », dans le noir. « J’aurais préféré prendre dix ans de prison », se désole Alexandre. L’un a même affirmé à l’AFP avoir fait une tentative de suicide.

    #Gilets_jaunes

  • Ces rapports de policiers qui ruinent les versions officielles de leur hiérarchie Pierrick Tillet - 30 Mars 2019 - Le monde du Yéti
    https://yetiblog.org/archives/16390
    https://www.investigaction.net/fr/ces-rapports-de-policiers-qui-ruinent-les-versions-officielles-de-le

    Signe alarmant pour le pouvoir, les policiers de base n’hésitent plus à contredire les versions officielles présentées par les autorités et à faire fuiter leurs rapports dans les médias.

    https://www.youtube.com/watch?v=bIgqwlVHqJg

    On se souvient de la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues lors de l’acte 11 du 26 janvier. La version officielle voulait qu’il ait été touché par les éclats d’une grenade de désencerclement et non par un tir tendu de LBD 40… jusqu’à ce qu’un policier reconnaisse https://www.europe1.fr/societe/le-gilet-jaune-jerome-rodrigues-blesse-a-loeil-un-policier-reconnait-avoir-f dans son rapport avoir bien fait usage de son lanceur de balle de défense sur le lieu et dans le créneau horaire correspondant à la blessure du « Gilet jaune ».

    Lors de « l’accident » survenu à Geneviève Legay lors de l’acte 19 du 23 mars, c’est encore un rapport de police https://www.lexpress.fr/actualite/societe/genevieve-legay-un-rapport-de-police-remet-en-cause-la-version-officielle_2 , mystérieusement parvenu à Mediapart, qui a saccagé la version officielle https://yetiblog.org/archives/16316 défendue par le président de la République et le procureur de Nice, contraignant ce dernier à revenir sur ses déclarations précédentes :

    «  Ce dont on est sûr à la vue des images, pixels par pixels, c’est qu’elle n’a pas été touchée par les forces de police, par un bouclier ou par un homme  » Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, le 25 mars.
    «  Les blessures de Madame Legay résultent de l’action d’un fonctionnaire de police  » Jean-Michel Prêtre, le 29 mars dans une interview à Nice matin. https://www.nicematin.com/faits-divers/le-procureur-de-la-republique-admet-quun-policier-a-provoque-la-chute-de-

    Un mal-être policier de plus en plus criant et ouvertement exprimé
    Cette pagaille dans les déclarations officielles des autorités ne témoigne pas d’un amateurisme approximatif de celles-ci, mais plus gravement d’un mal-être de plus en plus profond chez certains éléments des forces de l’ordre devant les consignes qu’on leur demande d’appliquer. Au point de faire fuiter leurs rapports dans les médias.

    Sans même parler des suicides – plus de vingt depuis le début 2019 – qui reflètent un malaise encore plus profond dans les rangs policiers, on rappellera aussi les actes d’insubordination sur les lieux de manifestations – comme ce CRS frappant son supérieur hiérarchique http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/25/97001-20190225FILWWW00193-gilets-jaunes-un-policier-frappe-son-superieur-a- à Toulouse en plein acte 15 – et on notera les témoignages concordants https://yetiblog.org/archives/16338 rapportant les propos de policiers de base excédés par les ordres reçus après la « bavure » dont fut victime Geneviève Legay :

    «  Les mecs qui nous ont mis les menottes avaient honte ! Les gendarmes étaient dépités, et nous ont dit : “C’est Souchi… on peut rien dire, mais faites le nécessaire, vous avez son nom.”  Tous les flics avec qui on a parlé en GAV [garde à vue] nous ont supplié de faire quelque chose contre Rabbah Souchi :  “On peut rien dire mais vous, vous pouvez” » (un street-medic de Nice le 23 mars).

    #police #violences_policiéres #Femme #remords

  • #Kokopelli...

    ... est-ce que quelqu’un en sait plus sur ces critiques ?

    Nous n’irons plus pointer chez Gaïa. Jours de travails à Kokopelli

    Essentiellement constitué de #témoignages, cet ouvrage est l’aboutissement d’une réflexion collective.

    Il est le fruit de la solidarité entre des jardinières d’Ariège et des travailleuse exploitées au sein d’une asociation « écolo », Kokopelli, dont l’objet est de diffuser des semences.

    http://leseditionsduboutdelaville.com/index.php?id_product=6&controller=product
    #livre #critiques

    Et ça :

    #Dominique_Guillet, fondateur de Kokopelli, complotiste et antisémite

    https://twitter.com/Paris_luttes/status/1098879618113777665

    Dominique Guillet, fondateur de Kokopelli, complotiste et antisémite

    Côté face, Dominique Guillet est le fondateur de Kokopelli, une association faisant la promotion des semences libres. Côté pile, #Xochipelli (son pseudonyme) publie des propos hallucinants sur son blog : complotisme, antisémitisme, #islamophobie... tout y passe, accentuant un peu plus l’image controversée de Kokopelli, déjà pointée du doigt pour ses méthodes.

    https://paris-luttes.info/dominique-guillet-fondateur-de-11695
    #antisémitisme

  • La #Ligue_du_LOL était aussi une machine à broyer des femmes

    Il y a dix ans, être une femme ciblée par la Ligue du LOL revenait à mettre le doigt dans un engrenage bien particulier. Influence, pouvoir, harcèlement et photos intimes volées : de nouveaux #témoignages recueillis par Numerama montrent l’étendue d’un système où des #femmes, volontaires ou non, étaient tour à tour convoitées, dénigrées, moquées, harcelées.

    https://www.numerama.com/politique/463806-la-ligue-du-lol-etait-aussi-une-machine-a-broyer-des-femmes.html

  • « On ne devrait pas mourir en 2019 en France dans le cadre d’un job étudiant »
    https://www.bastamag.net/On-ne-devrait-pas-mourir-en-2019-en-France-dans-le-cadre-d-un-job-etudiant

    Franck Page est décédé alors qu’il livrait une commande pour Uber Eats dans la banlieue bordelaise. En hommage à cet étudiant de 18 ans, sa famille et de nombreux livreurs à vélo se sont joints lors d’une marche blanche le 27 janvier à Bordeaux. L’accident, qui a eu lieu aux abords d’une bretelle de rocade, questionne sur la dangerosité croissante d’un travail déjà décrié pour sa précarité. Un reportage vidéo publié en partenariat avec la société de production associative Spread Media. Franck Page, étudiant (...)

    #Témoignages

    / #Conditions_de_travail, #Luttes_sociales, #Syndicalisme

  • Au-delà des clichés : « Non, il ne suffit pas de traverser la rue pour décrocher un contrat »
    https://www.bastamag.net/Au-dela-des-cliches-Non-il-ne-suffit-pas-de-traverser-la-rue-pour-decroche

    A quoi ressemble la vie, quand on a moins de trente ans et qu’on ne trouve pas de travail ? Neuf récits publiés par les Éditions de l’Atelier livrent quelques réponses, et renversent ce cliché en vogue : « Quand on veut, on peut ! »... « Non, il ne suffit pas de traverser la rue, de se secouer un peu pour décrocher un contrat. Non, il ne suffit pas de quelques judicieuses réformes sociales pour que chacun ait accès à un emploi », répond Patrice Bride, dont l’ouvrage La vie devant nous. Récits de jeunes (...)

    #Témoignages

    / Emploi , #Inégalités, #Protections_sociales, A la une, #Revenus

    #Emploi_

  • Gravement blessés, des manifestants appellent à un « acte XII » pour l’interdiction des grenades et flashballs
    https://www.bastamag.net/Gravements-blesses-des-manifestants-appellent-a-un-acte-XII-pour-l-interdi

    Ils ont perdu une main ou un pied à cause d’une grenade. D’autres ont perdu un œil, suite à un tir de LBD40. Ils garderont un handicap, des cicatrices ou des gênes à vie pour avoir simplement manifesté, en France. Ils se disent « mutilés pour l’exemple » et témoignent dans une vidéo commune. Antoine, Robin, Axelle, Antonio, Thomas... appellent à un Acte XII le 2 février pour demander l’interdiction des grenades et flashballs : « On doit réapprendre à vivre avec nos handicaps, avec tout ce que nos (...)

    #Témoignages

    / #Luttes_sociales, #Justice, #Atteintes_aux_libertés, A la une

  • Un documentaire en 6 épisodes retrace les abus de R. Kelly depuis les années 90.

    The Four Most Revelatory Takeaways From the First Two Episodes of ’Surviving R. Kelly’
    https://www.okayplayer.com/originals/things-learned-from-surviving-r-kelly-doc-aaliyah.html

    Sa fille finit par en dire un mot du coup :

    R. Kelly’s Oldest Daughter Calls Him a Monster in Statement: “I Am Well Aware of Who...He Is”
    https://www.okayplayer.com/news/r-kelly-daughter-statement-buki-abi.html

    #documentaire #témoignages #R_Kelly #abus_sexuel #pédophilie

  • Des « jardins-forêts » comestibles au coeur des villes face au réchauffement et à l’effondrement de la biodiversité
    https://www.bastamag.net/Des-jardins-forets-comestibles-au-coeur-des-villes-face-au-rechauffement-e

    Imaginer des villes où le béton laisserait progressivement la place à des « jardins-forêts comestibles » : c’est le pari lancé à Budapest, grâce à l’autogestion et à des initiatives spontanées. « Dès le premier jour les habitants du voisinage se sont rapidement appropriés le lieu, témoignent Paloma de Linarés, coordinatrice du projet et Vincent Liégey, co-auteur d’Un projet de Décroissance. « Réduire la consommation des espaces urbains pour ouvrir des espaces verts et comestibles permet de réduire notre (...)

    #Témoignages

    / #Alimentation_et_agriculture_biologique, Economie partagée et gratuité, Biodiversité

    #Economie_partagée_et_gratuité #Biodiversité

  • Quatre manifestants en détention provisoire depuis le 8 décembre : leurs familles témoignent
    https://www.bastamag.net/Quatre-manifestants-en-detention-provisoire-depuis-le-8-decembre-leurs-fam

    Ils sont vidéaste, lycéen, boulangère et cordiste. Interpellés lors de la mobilisation des gilets jaunes à Valence le 8 décembre qui convergeait avec la marche pour le climat, Stéphane, Dylan, Maria et Tom sont depuis placés en détention provisoire, accusés de « violences en réunion ». « Ces quatre personnes ont simplement tenté de se protéger et de protéger les personnes présentes de la violence provoquée par les forces de l’ordre ce matin-là » écrivent leurs proches. « On pense que cela n’arrive qu’aux (...)

    #Témoignages

    / #Justice, #Atteintes_aux_libertés, A la une

    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/181213-communique_solidarite_s_trouille.pdf

  • « Gilets jaunes » : paroles d’un peuple divers
    15 DÉCEMBRE 2018 PAR YANN LÉVY / HANS LUCAS (PHOTOS) ET MATHILDE MATHIEU (TEXTE)

    Des « gilets jaunes » ont de nouveau manifesté par dizaines de milliers, ce samedi 15 décembre. « Le mouvement ne doit pas s’arrêter ! » Il y a ceux qui promettent de revenir pour le réveillon, ceux qui se tâtent, qui veulent renouveler les modes d’action. Et puis toujours « la haine » contre Macron. Rencontres au gré des places de Paris.

    _______________________________________________-

    Jordan, 25 ans, agent dans un parc automobile de l’Ain. « Regardez mon solde bancaire : il me reste 70 centimes pour aller jusqu’au 5 janvier et j’ai pas droit au découvert. J’attends un enfant… Ma première revendication, c’est le RIC, le référendum d’initiative citoyenne : que le peuple retrouve le pouvoir de décider au lieu d’une minorité déjà bien aisée. Il faut aussi penser aux SDF, aux handicapés… J’aimerais pouvoir aider davantage mon père malade du cœur et des poumons, invalide, qui touche seulement 800 euros d’allocation. Ce qu’on veut, c’est quelque chose de décent, qu’on arrête surtout de parler de nous “aider”. Pourquoi je me mets à genoux comme les lycéens de Mantes-la-Jolie ? Parce qu’il y a d’autres moyens de canaliser les jeunes sans humilier. Ça me fait penser à des exécutions. »

    Pauline, 46 ans, infirmière de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), syndiquée chez Sud. « Avec certains gilets jaunes, on n’a pas les mêmes références culturelles. Ils chantent la Marseillaise, j’ai plutôt envie de reprendre L’Internationale. En 2017, j’ai voté Poutou [le candidat du NPA à la présidentielle – ndlr]. Mais ici tout le monde discute, y a plein de gens qui venaient jamais aux manifs. C’est plus intéressant que Nuit debout, par exemple : beaucoup plus social, avec des gens davantage de la base. Ma revendication première ? Le Smic à 2 000 euros, des vies décentes pour tous. Moi, je gagne enfin cette somme après 20 ans de carrière, et je suis seule, à Paris, à élever ma gamine. Heureusement que j’ai un logement social… Il faut se battre aussi pour les services publics : on va encore supprimer des centaines de postes par an à l’AP-HP. Même s’il y a un risque de flottement avec Noël, le mouvement doit pas s’arrêter là. »

    Lina, étudiante franco-syrienne de 21 ans en « langues étrangères appliquées » à la fac de Saint-Denis. « S’il y a un essoufflement, c’est les forces de l’ordre qui l’ont provoqué ! Je suis allée à l’Élysée deux fois : y a jamais eu d’agressivité de notre part, mais ils provoquent avec leurs boucliers, ils prennent nos masques contre les lacrymos. Le blocage à la fac, à la base, ça ne m’arrange pas, mais il faut absolument dénoncer l’augmentation des frais d’inscription réservée aux étudiants étrangers. Alors, on a déjà bloqué quelques heures et on veut bloquer à nouveau après les partiels. Et puis, moi aussi je trouve qu’on paye trop de taxes. [Après une enfance en France,] j’ai vécu dix ans en Syrie, avant de revenir fin 2012. Ma famille commerçante paye beaucoup d’impôts… Il faut continuer le mouvement ! Nous devons être là pour les gilets jaunes, et eux pour nous. »

    Damien, 25 ans, maçon dans l’Yonne. « C’est le quatrième samedi que je viens à Paris. J’étais jamais venu avant, j’avais jamais manifesté de ma vie. Je suis un campagnard. Je ne vois pas plus loin que la campagne. D’ailleurs, je fais aussi de l’ensilage, pour aider. En 2017, j’ai voté Marine. Au deuxième tour en 2012 ? Pour celui qui a gagné, là, Hollande. À la base, pour les gilets jaunes, je me suis mobilisé pour les heures supplémentaires : travailler plus pour gagner plus. C’est sorti lundi dans le discours de Macron : le seul truc de bien. Mais on continue pour le pouvoir d’achat ! »

    Didier, 60 ans, fraîchement retraité de chez Safran et venu des Yvelines avec sa compagne Valérie, caissière. « En ce moment, je regarde pour m’expatrier en Espagne. On est trop ponctionnés en France. Pourtant, je ne fais pas partie des plus à plaindre : après 40 ans de maison, j’ai touché une prime de départ et je vais gagner plus de 2 000 euros de retraite. Mais avec les annonces de Macron, je paierai toujours la CSG, alors qu’en Espagne, y en a pas ! Ça fait déjà 150 euros net dans la poche. Et le coût de la vie est 30 % moins cher là-bas : la première fois que tu fais tes courses, tu te dis qu’ils ont oublié quelque chose. On irait au bord de la mer, vers Alicante… En 2017, j’ai voté Fillon [tandis que sa compagne optait pour Asselineau], parce que le seul qui n’a pas fait grimper mes impôts, c’est Sarko. Après 40 ans d’engagement chez Safran [grand groupe de défense – ndlr], au service de la France, c’est pas évident de m’expatrier. Mais je m’y retrouve plus aujourd’hui. »

    Mariam, 20 ans, étudiante en sociologie à Paris et membre du collectif Justice pour Adama (créé après la mort d’Adama Traoré dans une gendarmerie du Val-d’Oise). « On se rallie à la cause des Gilets jaunes, pour combattre l’injustice sociale et contre toutes les violences policières. On ne pourra changer les choses que s’il y a une convergence des luttes. »
    Meïween, 22 ans, en master de droit. « On a tous des opinions politiques différentes. L’essentiel, c’est de se rassembler. La suite ? Il faut soutenir la mobilisation contre Parcoursup (qui est encore un outil de discrimination), celle des lycéens aussi, après que ceux de Mantes-la-Jolie se sont fait mettre à terre et humilier. Mardi, on était à Ivry : des mineurs du lycée Romain-Rolland ont été interpellés [après la découverte d’un tag “Macron démission” notamment dans l’établissement] et ils dénoncent des violences en garde à vue. La proviseure est allée jusqu’à déposer plainte pour “dégradation” ! Non, on ne lâchera pas. J’ai vu qu’un prochain “acte” était prévu sur les Champs-Elysées pour le réveillon, j’irai sûrement. »

    Jean*, 34 ans, venu de Normandie. « J’ai un statut de militaire donc je suis interdit de manifester, je peux pas vous donner mon nom. Appelez-moi Jean, comme Jean Valjean [le personnage des Misérables de Victor Hugo]. Les annonces de Macron, c’était de la poudre de perlimpinpin. Augmenter le Smic via la prime d’activité je veux bien, mais ma femme, par exemple, n’y a pas le droit parce que je gagne trop. Donc faut mettre l’“acte VI” sur Facebook, continuer à gêner les commerces – sans casser, hein, on n’est pas des casseurs. La seule chose que je cautionne pour casser, c’est les banques, parce qu’elles volent aux pauvres. Moi qui suis à découvert tous les mois, mes agios se montent à 300 ou 400 euros par an ! Bref, faut continuer. J’ai jamais participé à des mouvements sociaux avant, mais je sais parfaitement que Mai-68 a commencé en mars. »

    Vincent, Kanak, 53 ans et résident de Seine-et-Marne. « Ce mouvement, ça ne m’évoque pas Mai-68, ça me rappelle plutôt 1985 en Nouvelle-Calédonie, trois ans avant la prise d’otages à la grotte d’Ouvéa [par des indépendantistes]. Quand j’ai vu le ministre Castaner sortir les blindés la semaine dernière, ça m’a fait penser à Pisani en 1985 : trois ans plus tard, ça s’est fini avec des morts. »

    Soumia, 35 ans, éducatrice spécialisée à Paris. « Ce qui me conduit là, c’est le ras-le-bol de toute la pression qu’on reçoit en tant que salariés, comme professionnels du social y compris. Notre métier, c’est d’aider les gens fragilisés mais quand on commence la carrière à 1 320 euros, on se retrouve à être nous-mêmes des personnes fragilisées. Dans le secteur, le manque de moyens est criant. À Paris, je pense à la suppression en cours des contrats “jeunes majeurs” [pour les jeunes pris en charge jusque-là par l’Aide sociale à l’enfance]. On va les laisser sans rien à 18 ans. Bref, je suis là pour la défense des services publics et pour qu’on vive sans peur des fins de mois. »

    Jonas, 40 ans, ancien de la Légion étrangère. « Le meilleur slogan que j’ai vu aujourd’hui c’est : “Vivre debout !” Ça pourrait remplacer la devise française. Si le mouvement s’essouffle ? Certainement pas ! Mais il y a eu beaucoup plus de filtrages, des interpellations préventives, des gens condamnés à de la prison pour la détention de lunettes de piscine. Il s’est surtout transformé : au départ, c’était contre les taxes, c’est devenu un combat pour la dignité, ce n’est même plus une question de classe. On se bat pour la cohésion sociale et la survie du pays. Vous avez vu ? Des généraux et un amiral ont commencé à se manifester contre le “Pacte de Marrakech” [le Pacte mondial des migrations de l’ONU], dans une lettre ouverte au président [en allant jusqu’à dénoncer une “trahison”]. C’est une convention qui a pour objectif de modifier considérablement la société. Je suis pour des référendums citoyens comme en Suisse, parce que la République aujourd’hui nous est confisquée. Par des gens qui criminalisent tout débat sur ces sujets [les migrants], en nous traitant de fachos. Ce que j’ai voté en 2017 ? Je n’ai pas voté en 2017, je refuse de participer à cette mascarade. »

    Alexandre, ancien professeur et Insoumis parisien, 66 ans. « On a reçu un mail des Insoumis : “Venez nombreux !” Mais je n’ai pas encore vu grand monde… Au début, ce mouvement spontané des gilets jaunes, je ne le sentais pas trop, j’hésitais, je le pensais un peu poujadiste, pour dire vite. En fait, il y a toute une série de revendications qui collent bien avec les Insoumis, sur la justice sociale et un système plus démocratique de consultation directe. Pour la suite, je ne sais pas trop comment faire : ça tourne un peu en boucle, les manifs comme ça du samedi. On est un peu coincés par les mouvements violents… Faut trouver des idées. »

    Sarah, 30 ans, en formation d’éducatrice spécialisée à Reims. « Je suis là pour l’urgence sociale et climatique, comme la semaine dernière déjà. Je suis revenue dès hier pour une action contre la Société générale montée par Les amis de la Terre et Action non-violente COP21, contre le financement des énergies fossiles. L’articulation entre ça et les gilets jaunes ? C’est le même fond : la surexploitation des ressources humaines et terriennes. En soi, taxer le carbone est une bonne idée, à condition que des alternatives soient offertes, sinon c’est une prise d’otages. La suite ? Il faut encore trouver d’autres modes d’action, manifestement, sinon on va avoir du mal à passer les vacances. »

    Jannick, 63 ans, ancienne femme de ménage, descendue du Nord avec son compagnon retraité de la SNCF. « Nous on ne souffre pas, mais on est solidaires. Cela dit, je dois toucher 100 euros de retraite depuis décembre dernier [elle a très peu travaillé, ndlr] et j’attends toujours… Et puis, on est en accession à la propriété, avec 14 ans encore à payer. J’aurai fini à 76 ans ! Surtout, j’ai un petit-fils qui vient d’avoir le bac et qui trouve pas de job parce qu’il n’a “pas de formation”… Il suffit donc pas de traverser la rue, comme dit Macron ! En 2017, moi, j’ai voté Le Pen, parce qu’on n’a pas encore essayé, mais on ne parle jamais de politique avec les gilets jaunes : on est tous dans le même bain, et y en a qu’un qu’est visé : Macron. C’est la haine, on le déteste. On en est à notre quatrième manifestation. Avant, la seule fois où j’étais venue à Paris, c’était pour Charlie Hebdo. Mais on n’en a pas fini avec lui : je veux qu’il remette l’ISF, et le référendum citoyen pour avoir la démocratie dans ce pays. Je me demande encore comment il est arrivé là. Enfin, je sais : propulsé par ses amis financiers. »

    https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/gilets-jaunes-paroles-d-un-peuple-divers

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #témoignages