• Tasmania is burning. The climate disaster future has arrived while those in power laugh at us | #Richard_Flanagan | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/05/tasmania-is-burning-the-climate-disaster-future-has-arrived-while-those

    #Australie : la #Tasmanie brûle. L’#avenir du désastre climatique est arrivé et les membres du #pouvoir se moquent de nous - Le conseil du PECO
    https://ecopeco.org/2019/02/05/australie-la-tasmanie-brule-lavenir-du-desastre-climatique-est-arrive-et-le

    (Traduction approximative et parfois farfelue)

    Il y a deux ans, le trésorier de l’époque, Scott Morrison [actuel premier ministre], a ramassé un gros morceau de #charbon. Peut-être a-t-il pensé que c’était une bonne blague pour l’Australie aux dépens de quelques individus étranges, comme les Verts et la communauté scientifique mondiale. Ou peut-être que Morrison ne pensait vraiment pas. La plus grande erreur des journalistes est peut-être de penser que les personnes au centre sont plus nombreuses qu’elles ne le paraissent. Le problème avec des gens comme Morrison, la véritable #terreur, est qu’ils peuvent être beaucoup moins.

    « C’est du charbon », commença Morrison. « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, ne vous faites pas de mal, vous ne vous ferez pas de mal. »

    Presque bégayant dans son excitation, manquant de pronoms, il bavardait sans ponctuation. Si le style était grammaticalement joycéen, l’effet, à l’instar de son précédent chef-d’œuvre, « Où diable êtes-vous ? », Était mémorable.

    Il agita le morceau de charbon comme s’il s’agissait de l’Armée sacrée elle-même. Il le balança très haut et le rabaissa si bas que ce fut un instant comme si un Barnaby Joyeux écœuré pouvait le lécher. Comme ils ont ri ! Les rangs du parti libéral se sont rassemblés autour et derrière, comment ils ont tous ri et ont ri ce jour-là.

    Ces visages déformés avec une drôle de gaieté sont les masques #grotesques d’un grand #crime historique, se moquant non seulement de leurs adversaires politiques, mais se moquant de l’avenir avec ce pur mépris du pouvoir, nous rappelant au-delà du prochain cycle de nouvelles, de s’inquiéter au-delà du prochain cercle protégé. #outrage, de voir passé le prochain #mensonge. C’est l’image de notre #époque : le pouvoir se moque de nous.

    La plus grande fierté de Scott Morrison est qu’il les a arrêtés lorsque les #barbares étaient à la porte. Mais maintenant, la vérité est claire : les barbares n’ont jamais été à la porte. Ils ont toujours été ici , dans le palais, au pouvoir et ils nous ont aveuglés avec leur mensonge que les ennemis qui détruiraient notre monde étaient les misérables et les impuissants qui cherchaient #asile ici. Et tout au long de notre véritable ennemi, c’est eux : ceux qui ont brandi des morceaux de charbon devant leur trône, qui ont ri et qui se sont moqués ne vous feront pas de mal.

    #climat


    • Autant je cherchais une carte des premières nations nord-américaines lors de la colonisation du continent par les Européens, autant cette carte est quand même un peu chelou et ça m’est apparu en allant voir plus loin que l’Amérique du Nord puisque l’Australie (sauf la #Tasmanie, malgré l’existence de peuples autochtones) et. la NZ sont intégrées au projet, qui déborde aussi en Amérique latine.

      C’est un work in progress, certes, mais au moment de cartogaphier les autres régions du monde elle va se heurter à la difficulté d’essentialiser des peuples. En Asie du SE, les scientifiques ont établi le caractère changeant des identités, la dynamique très forte (notamment d’adaptations aux changements environnementaux ou économiques) qui fait qu’une réalité à un temps T n’était pas valable un siècle plus tôt. Bref, cette carte est-elle un représentation des revendications territoriales contemporaines de peuples encore organisés et vécus comme tels aujourd’hui ? Le disclaimer précise que non et cela invisibiliserait tous les peuples qui sont éteints depuis. Si non, ces cartes méritent d’être datées plutôt que de supposer des peuples autochtones figés, éternels...


  • The Obsessive Search for the Tasmanian Tiger | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2018/07/02/the-obsessive-search-for-the-tasmanian-tiger?mbid=contentmarketing_facebo

    Tasmania, which is sometimes said to hang beneath Australia like a green jewel, shares the country’s colonial history. The first English settlers arrived in 1803 and soon began spreading across the island, whose human and animal inhabitants had lived in isolation for more than ten thousand years. Conflict was almost immediate. The year that the Orchard farmhouse was built, the Tasmanian government paid out fifty-eight bounties to trappers and hunters who presented the bodies of thylacines, which were wanted for preying on the settlers’ sheep. By then, the number of dead tigers, like the number of live ones, was steeply declining. In 1907, the state treasury paid out for forty-two carcasses. In 1908, it paid for seventeen. The following year, there were two, and then none the year after, or the year after that, or ever again.

    By 1917, when Tasmania put a pair of tigers on its coat of arms, the real thing was rarely seen.

    Like the dodo and the great auk, the tiger found a curious immortality as a global icon of extinction, more renowned for the tragedy of its death than for its life, about which little is known. In the words of the Tasmanian novelist Richard Flanagan, it became “a lost object of awe, one more symbol of our feckless ignorance and stupidity.”

    But then something unexpected happened. Long after the accepted date of extinction, Tasmanians kept reporting that they’d seen the animal. There were hundreds of officially recorded sightings, plus many more that remained unofficial, spanning decades.

    Expeditions to find the rumored survivors were mounted—some by the government, some by private explorers, one by the World Wildlife Fund. They were hindered by the limits of technology, the sheer scale of the Tasmanian wilderness, and the fact that Tasmania’s other major carnivore, the devil, is nature’s near-perfect destroyer of evidence, known to quickly consume every bit of whatever carcasses it finds, down to the hair and the bones.

    #Tasmanie #biodiversité #extinction

    • Many scientists believe that even now, in this age of environmental crisis and ever-increasing technological capability, more animals are discovered each year than go extinct, often dying off without us even realizing they lived. We have no way to define extinction—or existence—other than through the limits of our own perception. For many years, an animal was considered extinct a half century after the last confirmed sighting. The new standard, adopted in 1994, is that there should be “no reasonable doubt that the last individual has died,” leaving us to debate which doubts are reasonable. Because the death of a species is not a simple narrative unfolding conveniently before human eyes, it’s likely that at least some thylacines did survive beyond their official end at the Hobart Zoo, perhaps even for generations.

      Tiger enthusiasts are quick to bring up Lazarus species—animals that were considered lost but then found—which in Australia include the mountain pygmy possum (known from fossils dating from the Pleistocene and long thought to be extinct, it was found in a ski lodge in 1966); the Adelaide pygmy blue-tongue skink (rediscovered in a snake’s stomach in 1992); and the bridled nailtail wallaby, which was resurrected in 1973, after a fence-builder read about its extinction in a magazine article and told researchers that he knew where some lived. In 2013, a photographer captured seventeen seconds of footage of the night parrot, whose continued existence had been rumored but unproven for almost a century. Sean Dooley, the editor of the magazine BirdLife, called the rediscovery “the bird-watching equivalent of finding Elvis flipping burgers in an outback roadhouse.”

    • This is the dream that the explorer Abel Tasman was chasing when he sailed east from Mauritius on behalf of the Dutch East India Company, in 1642. (Mauritius, an island in the Indian Ocean, had become a popular stopover for Dutch sailors, who restocked their larders with a large and easily hunted bird that lived there, the dodo.) Almost seven weeks later, his crew sighted land, which they took for part of a continent, never discovering that it was an island. Onshore, they initially met no people, although they heard music in the forest and saw widely spaced notches carved into trees, which led Tasman to speculate, in his published journal, that giants lived there—a notion that may have inspired Jonathan Swift’s Brobdingnagians. Tasman also wrote that a search party “saw the footing of wild Beasts having Claws like a Tyger.”

      Aboriginal Tasmanians, who had lived on the land for roughly thirty-five thousand years, were dying in large numbers, succumbing to new diseases introduced from Europe and attacks by colonists who wanted to raise livestock on the open land where they, and the thylacine, hunted. In 1830, just twenty-seven years after colonization, Tasmania’s lieutenant-governor called on the military, and every able-bodied male, to join a human chain that would stretch across the settled areas of the island and sweep the native people into exile. The operation, which used up more than half the colony’s annual budget, became known as the Black Line, for the people it targeted. That same year, a wool venture in the northwest offered the first bounties for dead thylacines, and the government of the island began offering them for living Aboriginal people—later to be amended to include the dead as well.

    • Éteindre une espèce, c’est souvent involontaire. (Conduire sa voiture, manger de la viande, jeter du plastique...). Découvrir une espece, c’est volontaire (financer une mission scientifique, s’intéresser aux sciences, choisir un métier sans débouchés en SVT...). Donc c’est incomparable.

    • L’article mentionne à plusieurs reprises des vies brisées par la passion pour cette quête : des mecs que leur compagne quitte parce qu’elles en ont marre de voir l’argent du ménage passer en caméras ou que leur mec soit toujours en vadrouille et ne parle que de ça. Très peu de femmes dans le reportage et la seule dont j’ai le souvenir est mesurée, elle a un propos d’ONG.

      Ça tourne mal pour eux mais n’est-ce pas genré, de pouvoir avoir une passion et la vivre comme ça ? Dans l’image que j’ai de la société à travers des reportages comme ça ou mes observations perso, les femmes ne peuvent pas se permettre d’avoir des passions et de les vivre, c’est un énième privilège masculin. Je pensais à ça en plaignant (ma première réaction) ces types qui compliquent leur vie avec la recherche de ce tigre (marsupial).


  • La #découverte de l’ #Australie et de la #Nouvelle-Zélande - #Persée
    https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1970_num_23_90_2553

    Cet #article extrait des #Cahiers_d'Outre-Mer de #Christian_Huetz_de_Lemps en #1970 nous informe de l’importance #géographique des #découvertes de #Tasman dans le #Pacifique_Sud. Ainsi l’ #explorateur est envoyé à la recherche de la séparation entre la #Nouvelle_Guinée et l’Australie, mais en même temps chargé de nouvelles découvertes à la recherche d’ #or et d’ #argent sur ces #territoires inexplorés.

    Tasman décida alors de remonter un peu au Nord et de suivre en gros le 44’ parallèle. Le 24 novembre apparut une terre élevée que l’on contourna, observa et dénomma Terre de Van Diemen : il s’agissait du Sud-Ouest de la #Tasmanie. Continuant vers l’Est, le 13 décembre 1642 les #Hollandais virent une haute terre qu’ils entreprirent de longer vers le Nord : c’était l’île Sud de la Nouvelle-Zélande qu’ils nommèrent île des Etats. Dans la baie Golden, Tasman essaya de prendre contact avec les indigènes dont les nombreuses pirogues suivaient les évolutions des Européens, mais le seul résultat fut la perte de quatre hommes et d’une chaloupe, attaqués par surprise dans cette « baie des Assassins ». L’expédition suivit ensuite la côte de l’île Nord de la Nouvelle-Zélande, toucha aux #Tonga, aux #Fidji et gagna la côte Est de la Nouvelle-Guinée avant de rentrer à #Batavia. Le résultat de l’entreprise fut jugé médiocre dans la mesure où elle n’ouvrait guère de perspectives commerciales.

    Cependant cette entreprise peut être considérée comme fructueuse pour le #géographe car les explorations de Tasman consignées dans son journal de bord sont celles d’un grand #découvreur. L’intérêt géographique de ses découvertes a bien été reconnu plus tard par ses concitoyens hollandais qui ont reconnu l’apport d’ #informations que leur a fourni l’explorateur en incorporant dans leurs #cartes ses découvertes.


  • Alors qu’il était sur le point de disparaitre, le diable de Tasmanie développe une résistance à son cancer

    http://www.gurumed.org/2016/09/01/alors-quil-tait-sur-le-point-de-disparaitre-le-diable-de-tasmanie-dveloppe-

    En un peu plus de 20 ans, la maladie “Devil Facial Tumour Disease” (DFTD) a ravagé la population de diables de Tasmanie sur l’île australienne, ce qui a entrainé une réduction globale de 80 % de l’espèce. Le cancer transmissible se distingue par des tumeurs faciales rouges et suintantes, fatales dans presque 100 % des cas, 6 mois après avoir contracté la maladie.

    Sur la base de modèles statistiques, les populations de diable sur la bordure Est de l’île, où les chercheurs ont d’abord détecté la maladie en 1996, devraient déjà être éteintes, mais cela n’a pas eu lieu. De petites populations s’accrochent encore à la vie, parce que, comme de nouvelles preuves le suggèrent, les diables de Tasmanie pourraient développer une résistance à leur mortel cancer.

    En 2015, des chercheurs ont annoncé qu’ils avaient détecté une deuxième souche, génétiquement distincte de DFTD, désignée DFT2 (la plus ancienne souche étant DFT1) chez 8 diables de Tasmanie au sud-est de l’île. L’étude publiée cette semaine ne porte que sur DFT1 et les chercheurs s’efforcent actuellement d’en apprendre plus sur DFT2. Étonnamment, l’émergence d’une deuxième souche pourrait donner lieu à un certain optimisme.
    Selon le coauteur de l’étude, le généticien évolutionniste Andrew Storfer, de l’université d’Etat de Washington :

    L’émergence de l’évolution de la deuxième tumeur est curieuse. Les chance que cela se produise en 20 ans semble très éloignée.

    Qu’un tel un évènement, aussi rare, se produisent deux fois, de façon indépendante dans une espèce et dans un laps de temps aussi court, est une indication que les diables ont pu rencontrer cet ennemi dans le passé. Storfer souligne que c’est une hypothèse, une supposition qui devra être testée.

    Selon Storfer :

    Peut-être qu’ils sont juste sujets aux cancers transmissibles comme celui-ci.Peut-être qu’ils sont déjà passés par là et, bien que dévastateur, ils le feront à nouveau.


  • Patrimoine mondial : l’Unesco refuse de déclasser des forêts australiennes

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/24/patrimoine-mondial-l-unesco-refuse-de-declasser-des-forets-australiennes_444

    Le comité du patrimoine mondial de l’Unesco, réuni à Doha, a refusé de déclasser partiellement des forêts de Tasmanie comme le demandait l’Australie, une décision de bon sens, se sont félicitées mardi 24 juin les associations australiennes de protection de la nature.
    Cette décision est un camouflet pour le premier ministre conservateur australien, Tony Abbott, qui souhaitait déclasser 74 000 hectares sur 120 000 inscrits au patrimoine mondial en 2013 sous le gouvernement travailliste. C’était la première fois qu’un pays développé avait déposé une telle demande.



  • Tasmania Wants To Use 100 Percent Renewable Energy By 2020 | ThinkProgress
    http://thinkprogress.org/climate/2013/11/26/2996241/tasmania-renewable-energy-plan

    Tasmania has given the climate community something to smile about after months of frowning toward Australia. Since being elected in September, Prime Minister Tony Abbott has been waging an anti-climate crusade. He’s abandoned the country’s long-held emissions reduction target, taken steps towards repealing the carbon emissions trading scheme, and started an international row with the likes of Al Gore and U.N. climate chief Christiana Figueres over climate change’s role in this year’s intense, early season bushfires.

    Amidst all that, Abbott also found time to slash funding for renewable energy. Now Tasmania, Australia’s island state off the southeastern edge of the continent, has taken it’s own initiative in the face of Abbott’s many setbacks and released a climate change strategy aimed at achieving 100 percent renewable power usage by 2020.

    Tasmania’s new plan — known as the Climate Smart Tasmania plan — includes energy reduction targets across multiple sectors with an interim 2020 target to reduce carbon emissions to 35 percent below 1990 levels.

    #climat #Tasmanie #Australie