• De l’explicabilité des systèmes : les enjeux de l’explication des décisions automatisées
    http://www.internetactu.net/2019/11/14/de-lexplicabilite-des-systemes-les-enjeux-de-lexplication-des-decision

    Etymologiquement, expliquer, c’est déployer, déplier, c’est-à-dire soulever les ambiguïtés qui se cachent dans l’ombre des plis. C’est donc également « ouvrir » (avec tout le sens que « l’ouverture » – open – a acquis dans le monde numérique), défaire, dépaqueter, c’est-à-dire non seulement enlever les paquets, dérouler les difficultés, mais aussi montrer les noeuds qu’ils forment et comprendre pourquoi ils se forment. Expliquer, c’est clarifier. Mais clarifier comment ? Pour qui ? Que faut-il expliquer (et donc (...)

    #algorithme #éthique #terms #technologisme #domination #AlgorithmWatch #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_

  • “Explainable AI” doesn’t work for online services – now there’s proof
    https://algorithmwatch.org/en/story/explainable-ai-doesnt-work-for-online-services-now-theres-proof

    New regulation, such as the GDPR, encourages the adoption of “explainable artificial intelligence.” Two researchers claim to have proof of the impossibility for online services to provide trusted explanations. Most algorithms labelled “artificial intelligence” automatically identify relationships in large data sets, unbeknownst to the humans who program them. No one at Facebook decides on what advertisements are displayed on your newsfeed. Instead, an algorithm learned that, based on about 900 (...)

    #algorithme #éthique #technologisme #domination #terms #AlgorithmWatch

  • La Cour suprême américaine prête à mettre fin aux rêves des #Dreamers ?

    La justice américaine doit décider si le gouvernement Trump peut supprimer un programme gouvernemental qui protège 700 000 jeunes immigrés entrés illégalement aux États-Unis alors qu’ils étaient enfants.

    https://www.courrierinternational.com/article/justice-la-cour-supreme-americaine-prete-mettre-fin-aux-reves
    #terminologie #migrations #mots #vocabulaire #réfugiés #asile

    Un nouveau mot, @sinehebdo : #Dreamers !

  • Indonesia protests: Land bill at center of unrest
    https://news.mongabay.com/2019/11/proposed-new-law-on-land-use-at-center-of-indonesia-protests

    Among a variety of pro-democracy demands, the protesters want lawmakers to scrap a controversial bill governing land use in the country.
    The bill defines new crimes critics say could be used to imprison indigenous and other rural citizens for defending their lands against incursions by private companies.
    It also sets a two-year deadline by which citizens must register their lands with the government, or else watch them pass into state control. Activists say the provision would deal a “knockout blow” to the nation’s indigenous rights movement.

    #Indonésie #protestation #terres #ressources_naturelles #exploitation #peuples_autochtones

  • Jeux vidéo, cinéma, médias, réseaux sociaux : comment la Chine étend sa censure en Occident
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/11/10/jeux-video-cinema-medias-reseaux-sociaux-comment-la-chine-etend-sa-censure-e

    Les censeurs de Pékin ont accru leurs exigences depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Et trouvent du répondant dans de nombreuses firmes occidentales. C’est un exemple récent parmi des dizaines d’autres. Le 8 octobre, Blizzard, l’éditeur américain de jeux vidéo à l’origine du très populaire Hearthstone, a annoncé avoir sanctionné Chung Ng Wai, un joueur professionnel, pour avoir affiché son soutien aux manifestants hongkongais dans une interview. Blizzard lui a interdit alors toute participation à un (...)

    #Apple #Disney #Blizzard #Google #Pixar #Tencent #Ubisoft #Instagram #Messenger #TikTok #Baidu #Facebook #Netflix #WhatsApp #Dragonfly #jeu #SocialNetwork #journalisme #domination #censure #lobbying #sport #surveillance #RSF (...)

    ##web

  • Radical chic: #Avant-garde fashion design in the Soviet 1920s | The Charnel-House
    https://thecharnelhouse.org/2014/07/05/radical-chic-avant-garde-fashion-design-in-the-soviet-1920s

    Ref­er­ence was made in passing to of­fi­cial “mes­sages” about waist-to-hip ra­tios passed down from the 1930s, but it seemed just leap out of the blue. Not en­tirely sure what she’s talk­ing about.

    It would be in­ter­est­ing to know what she made of the really av­ant-garde fash­ion ex­per­i­ments of the 1920s, however, with Var­vara Stepan­ova’s col­or­ful tex­tile pat­terns, Li­ubov Pop­ova’s sportswear, Vladi­mir Tat­lin’s work out­fits, and Vera Mukh­ina’s gen­er­al ward­robe ad­vice.

    These designs were ex­pli­citly in­ten­ded for mass pro­duc­tion and con­sump­tion, cloth­ing the masses. It was part of the fu­sion of art with life, de­signed to make the world more beau­ti­ful. Pop­ova once re­por­ted:

    No artist­ic suc­cess has giv­en me such sat­is­fac­tion as the sight of a peas­ant or a work­er buy­ing a length of ma­ter­i­al de­signed by me.

    I’ve re­cently come across a num­ber of im­ages of av­ant-garde fash­ion design in the So­viet 1920s. Quite dif­fer­ent from the chic styles pre­ferred in bour­geois France at the time, out­side of per­haps the mod­ish cu­bism of Sophia Delaunay. So I’m post­ing them here. En­joy.

    #Mode #design #textile #avant-garde_soviétique #urss #union_soviétique

  • EXCLUSIVE: This Is How the U.S. Military’s Massive Facial Recognition System Works
    https://onezero.medium.com/exclusive-this-is-how-the-u-s-militarys-massive-facial-recognition-s

    Over the last 15 years, the United States military has developed a new addition to its arsenal. The weapon is deployed around the world, largely invisible, and grows more powerful by the day.

    That weapon is a vast database, packed with millions of images of faces, irises, fingerprints, and DNA data — a biometric dragnet of anyone who has come in contact with the U.S. military abroad. The 7.4 million identities in the database range from suspected terrorists in active military zones to allied soldiers training with U.S. forces.

    “Denying our adversaries anonymity allows us to focus our lethality. It’s like ripping the camouflage netting off the enemy ammunition dump,” wrote Glenn Krizay, director of the Defense Forensics and Biometrics Agency, in notes obtained by OneZero. The Defense Forensics and Biometrics Agency (DFBA) is tasked with overseeing the database, known officially as the Automated Biometric Information System (ABIS).

    DFBA and its ABIS database have received little scrutiny or press given the central role they play in U.S. military’s intelligence operations. But a newly obtained presentation and notes written by the DFBA’s director, Krizay, reveals how the organization functions and how biometric identification has been used to identify non-U.S. citizens on the battlefield thousands of times in the first half of 2019 alone. ABIS also allows military branches to flag individuals of interest, putting them on a so-called “Biometrically Enabled Watch List” (BEWL). Once flagged, these individuals can be identified through surveillance systems on battlefields, near borders around the world, and on military bases.

    “It allows us to decide and act with greater focus, and if needed, lethality.”

    The presentation also sheds light on how military, state, and local law enforcement biometrics systems are linked. According to Krizay’s presentation, ABIS is connected to the FBI’s biometric database, which is in turn connected to databases used by state and local law enforcement. Ultimately, that means that the U.S. military can readily search against biometric data of U.S. citizens and cataloged non-citizens. The DFBA is also currently working to connect its data to the Department of Homeland Security’s biometric database. The network will ultimately amount to a global surveillance system. In his notes, Krizay outlines a potential scenario in which data from a suspect in Detroit would be run against data collected from “some mountaintop in Asia.”

    The documents, which are embedded in full below, were obtained through a Freedom of Information Act request. These documents were presented earlier this year at a closed-door defense biometrics conference known as the Identity Management Symposium.

    ABIS is the result of a massive investment into biometrics by the U.S. military. According to federal procurement records analyzed by OneZero, the U.S. military has invested more than $345 million in biometric database technology in the last 10 years. Leidos, a defense contractor that primarily focuses on information technology, currently manages the database in question. Ideal Innovations Incorporated operates a subsection of the database designed to manage activity in Afghanistan, according to documents obtained by OneZero through a separate FOIA request.

    These contracts, combined with revelations surrounding the military’s massive biometric database initiatives, paint an alarming picture: A large and quickly growing network of surveillance systems operated by the U.S. military and present anywhere the U.S. has deployed troops, vacuuming up biometric data on millions of unsuspecting individuals.

    The military’s biometrics program, launched in 2004, initially focused on the collection and analysis of fingerprints. “In a war without borders, uniforms, or defined lines of battle, knowing who is an enemy is essential,” John D. Woodward, Jr., head of the DoD’s biometrics department, wrote in a 2004 brief.

    That year, the Department of Defense contracted Lockheed Martin to start building a biometrics database for an initial fee of $5 million. Progress was slow: by 2009, the DoD Inspector General reported that the biometrics system was still deeply flawed. The department indicated that it was only able to successfully retrieve five positive matches from 150 biometric searches. A later contract with defense industry giant Northrop resulted in similarly disappointing results with reports of “system instability, inconsistent processing times, system congestion, transaction errors, and a 48-hour outage.”

    By 2016, the DoD had begun to make serious investments in biometric data collection. That year, the Defense Department deputy secretary Robert O. Work designated biometric identification as a critical capability for nearly everything the department does: fighting, intelligence gathering, law enforcement, security, business, and counter-terrorism. Military leaders began to speak of biometric technology as a “game changer,” and directives from the DoD not only encouraged the use of the technology by analysts, but also by soldiers on the ground. Troops were instructed to collect biometric data whenever possible.

    The same year, a defense company named Leidos, which had acquired a large portion of Lockheed’s government IT business, secured a $150 million contract to build and deploy what is now known as the DoD ABIS system.

    Between 2008 and 2017, the DoD added more than 213,000 individuals to the BEWL, a subset of DoD’s ABIS database, according to a Government Accountability Office report. During that same period, the Department of Defense arrested or killed more than 1,700 people around the world on the basis of biometric and forensic matches, the GAO report says.

    Krizay’s presentation indicates that the United States used biometric matching to identify 4,467 people on the BEWL list in the first two quarters of 2019. The presentation slide breaks down the numbers: 2,728 of those matches were of opposing forces carried out in the “theater,” or area of where U.S. troops are commanded.
    Presentation slides from Glenn Krizay, director of the Defense Forensics and Biometrics Agency. June 2019. Presentation in full below.

    DFBA claims that it has data on 7.4 million unique identities within its ABIS database, a majority of those sourced from military operations in Afghanistan and Iraq, according to the agency’s website.

    That number is constantly growing. The documents suggest the DoD can collect biometric data from detainees, voter enrollments, military enlistments in partner countries, employment vetting, or information given to the military.

    “Almost every operation provides the opportunity to collect biometrics,” a 2014 document on military biometrics says. “While quality is desired over quantity, maximizing enrollments in the database will likely identify more persons of interest.”
    A graphic from a 2014 procedural document outlining military use of biometrics.

    ABIS also enables different operations and missions to create their own biometric watchlists. These databases can be be plugged into custom-built military mobile devices used to scan fingerprints, irises, and match faces against databases, according to a 2014 document outlining biometric procedures across the branches of the armed forces.
    Presentation slides from Glenn Krizay, director of the Defense Forensics and Biometrics Agency. June 2019. Presentation in full below.

    “Fusion of an established identity and information we know about allows us to decide and act with greater focus, and if needed, lethality,” Krizay wrote in his presentation.

    But much is still unknown about how the DFBA and defense agencies use facial recognition and biometric data. A FOIA request which would return information about these systems was denied in part by the U.S. Army.

    “Public release would be tantamount to providing uncontrolled foreign access,” the response letter said.

    In his presentation notes for the Annual Identity Management Symposium, Krizay hints at the future of DFBA and ABIS.

    “We will still need to reveal adversary agent networks, identify and track proxy forces, protect our rear areas and lines of communication, account for enemy prisoners of war, and identify high value individuals,” he wrote.

    The presentation suggests that the department hopes to incorporate biometrics widely into security measures.

    “We’ve already shown we can’t secure our personnel systems,” he wrote. “If Wikileaks can obtain over a half a million of our reports, what can the likes of China or Russia do?”

    DFBA also plans to better integrate ABIS with other similar databases across the government. Despite DFBA being pitched as the central point of digital biometrics for the military, the department is still unable to share information with the Department of Homeland Security’s biometrics system because of formatting issues. In 2021, the DoD is expected to grant a contract for a new version of its biometrics program, one that brings identification software to the cloud and adds even more capabilities.

    “If Wikileaks can obtain over a half a million of our reports, what can the likes of China or Russia do?”

    Meanwhile, critics of facial recognition and biometric technology both in and out of government worry about the accuracy of the technology and how it is being used, especially in regards to bias inherent in much of machine learning, as well as privacy violations.

    The U.S. Commerce Departments’ National Institute of Standards and Technology (NIST) tests have shown that black females are 10 times more likely to be misidentified than white males. When applied in combat scenarios, such discrepancies can have lethal consequences for individuals misidentified by automated systems.

    “It’s unlikely that we will ever achieve a point where every single demographic is identical in performance across the board, whether that’s age, race or sex,” Charles Romine, director of the Information Technology Lab at NIST, told the House Homeland Security Committee in June 2019. “We want to know just exactly how much the difference is.”

    Executives at Leidos, the contractor that built ABIS, do not share similar concerns about the accuracy of their data. “Interestingly, the latest U.S. National Institute of Standards and Technology (NIST) tests show that the top-performing algorithms actually work better with black faces than with white faces,” Leidos Vice President John Mears wrote on the Leidos website.

    It’s not clear which tests Mears is referring to on the NIST website, but when contacted regarding that quote, NIST did not support his claim.

    “As a broad blanket statement it is not correct,” a NIST spokesperson told OneZero, adding that a report studying demographics in facial recognition is currently underway.

    Leidos declined to comment for this story, and referred all questions to the DoD when asked how it vetted for bias in its facial recognition algorithms.

    This technical challenge is not slowing down the adoption of biometrics. It’s unclear how many identities have been added to ABIS since Krizay’s presentation, or since DFBA last updated its website. Every indicator suggests the military is only growing its capability of collecting more and more data.

    As that data is further connected to sources like the Department of Homeland Security, the U.S. military’s surveillance system grows stronger.

    “We are not wandering in the dark,” Krizay wrote in his presentation. “We know who people are and more of what they have done.”

    #militaire #guerre #vie_privée #USA #technologie #reconnaissance_faciale

  • #Pour_Sama

    #Waad_al-Kateab est une jeune femme syrienne qui vit à Alep lorsque la guerre éclate en 2011. Sous les bombardements, la vie continue. Waad tombe amoureuse, se marie avec Hamza et donne naissance à sa fille, Sama. Elle filme au quotidien les #pertes, les #espoirs et la #solidarité du peuple d’Alep. Son mari médecin sauve des centaines de vies dans un hôpital de fortune. Le couple est déchiré entre la protection de leur enfant et leur combat pour la #liberté.


    https://www.youtube.com/watch?v=WGp7C79Pvzg

    #film #documentaire #film_documentaire #Alep #guerre #vie #bombardements #hôpital #Syrie #révolution #résistance #ville #ville_en_guerre #témoignage #siège

  • Airbnb en crise après une enquête sur un vaste réseau d’arnaqueurs
    https://www.numerama.com/politique/567763-airbnb-en-crise-apres-une-enquete-sur-un-vaste-reseau-darnaqueurs.h

    Une journaliste de Vice avait loué un appartement pour quelques jours à Chicago. Elle est tombée dans un vaste réseau d’arnaque. Sur Airbnb, on compte plus de 7 millions de profils de locataires disponibles. Certains logements sont de jolies trouvailles… d’autres un peu moins. La journaliste Allie Conti en a fait l’amère expérience. Dans un long récit publié sur Vice le 31 octobre, elle raconte comment elle a accidentellement trouvé un réseau d’arnaqueurs sur la plateforme. Du problème de plomberie au (...)

    #Airbnb #manipulation #terms

    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/04/airbnb.jpg

  • I Accidentally Uncovered a Nationwide Scam on Airbnb
    https://www.vice.com/amp/en_us/article/43k7z3/nationwide-fake-host-scam-on-airbnb

    While searching for the person who grifted me in Chicago, I discovered just how easy it is for users of the short-term rental platform to get exploited. The call came about 10 minutes before we were set to check into the Airbnb. I was sitting at a brewery just around the corner from the rental on North Wood Street in Chicago when the man on the other end of the line said that our planned visit wouldn’t be possible. A previous guest had flushed something down the toilet, which had left the (...)

    #Airbnb #manipulation #terms

  • Refugee stories could do more harm than good

    The pressure of storytelling can leave refugees feeling tokenised and disempowered.

    Ever since I was forced to leave Syria five years ago, I have been sharing my personal story in the hope of raising awareness about the human rights violations in my home country. My experience of storytelling has been both positive and disappointing. On the one hand, it has enabled me to make connections with several supportive individuals who made me feel welcome. But on the other hand, the way that refugees are expected to share and curate their stories can do more harm than good.

    Last year, I was approached by a prominent TV news network to discuss US airstrikes in Syria. I saw the invitation as an opportunity to share my academic perspective as the topic was closely related to what I was researching as part of my doctoral degree at the time. The interview proceeded with personal questions focused on my life in Syria. As I was not being asked about the airstrikes, I requested to share my view and they agreed.

    A few days later, the reporter emailed with me the news clip of their coverage of the strikes. The clip started with a brief summary of what happened. I was then featured for a few seconds, half in tears and conspicuously traumatised while mentioning the loss of my brother and father. The clip then continued with a white Australian observer who gave his “objective” and scholarly analysis of the situation. While the journalist apologised for the “heavy editing”, this humiliating experience taught me that despite my background as a citizen journalist and an academic, for some I will forever be a traumatised Syrian refugee whose primary role is to evoke sympathy and tears.

    Many organisations that work with refugees and asylum seekers also fall into this trap. While most of these organisations are well-meaning and do not directly coerce refugees to share their stories, there is often an expectation that refugees owe the wider public their stories. Thus, the expectation of sharing one’s story can transform into an obligation. I realised this when I politely declined an invitation to share my story from an institution that supported me in the past. Instead of the usual understanding response, a senior staff member at the institution said he was “very disappointed” that I could not save a few minutes of my time to help with their outreach work given what they have done for me.

    Although refugees are free to choose the content of their stories, there is an expectation that they should include some details about their past in order to “move the audience” and inspire sympathy. In preparation for refugee events, some organisers send a list of prompt questions to refugee speakers about their life in their home country, their reasons for leaving, the challenges they have faced and how they have overcome them. There is an implicit narrative logic to the questions: ‘tragedy’ to ‘success’, ‘hell’ to ‘paradise’.

    “The curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify.”

    Some might claim that sharing refugee stories helps to raise awareness about important issues and generate positive social change by inspiring people and helping them better relate to the experiences of refugees and asylum seekers. Of course, personal stories contribute to achieving these goals. However, the curated form of storytelling prevalent nowadays tends to marginalise or oversimplify the complex context surrounding these stories.

    While many refugees inspire others with their perseverance and resilience, their trauma and their stories should not be packaged in order to inspire. Refugees are not objects or vehicles of inspiration and sympathy. By repeatedly requesting refugees to share stories of why they have sought refuge, we essentialise their identities. People with disabilities face similar objectification when people treat their very existence and ability to lead their lives as inspiring.

    The whole paradigm of using stories to raise awareness and change hearts and minds warrants further research. In my experience, the main audience of refugee narratives are people who support refugees already and tend to perceive these stories as a powerful demonstration of resilience and contribution to society. But we should be aware that the fetishisation of success stories can ignore the painful reality that for many refugees, surviving and adapting to a new life outside of their home country is often overwhelming, difficult and painful.

    “Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories.”

    It is critical that refugees and the institutions that work closely with them are cognisant of the potential risks of sharing painful details of refugee stories. Because many refugees may feel obliged to accept requests of their supporters, being aware of the power imbalance is critical. People also need to recognise that refugees and asylum seekers have agency, and respect their right to determine how and when they share their stories. Empowering refugees does not have to come through emphasising their heartbreaking stories. Resisting the urge to ask refugees about their past life in their home country can be difficult, especially given their unique first-hand accounts. And while many refugees do not mind sharing their perspectives, we need to be careful not to trigger painful memories.

    Once they are resettled, most refugees try to move on with their lives, focus on their families, establish new careers and contribute to the society that has taken them in. How many stories do we hear about the challenges of young people adapting to a completely new education system? The difficulty of finding employment? The joy of discovery in a new country? If we are genuinely interested in supporting refugees, then we should focus on stories about their present and future, not just their past.

    https://www.opendemocracy.net/en/refugee-stories-could-do-more-harm-good
    #témoignage #storytelling #réfugiés #migrations #empowerment #disempowerment #personnification #humiliation #victimisation #obligation #émotions #narrative #dépolitisation #essentialisation #histoires #risques #présent #passé

    ping @karine4

  • Letters to the world from Moria hotspot

    The first letter :

    “Put yourself in our shoes! We are not safe in Moria. We didn’t escape from our homelands to stay hidden and trapped. We didn’t pass the borders and played with our lifes to live in fear and danger.

    Put yourself in our shoes! Can you live in a place , that you can not walk alone even when you just want to go the toilette. Can you live in a place, where there are hundreds of unaccompanied minors that no one can stop attempting suicides. That no one stops them from drinking.

    No one can go out after 9:00 pm because the thieves will steal anything you have and if you don’t give them what they want, they will hurt you. We should go to the police? We went alot and they just tell that we should find the thief by ourselves. They say: ‘We can not do anything for you.’ In a camp of 14.000 refugees you won’t see anyone to protect us anywhere even at midnight. Two days ago there was a big fight, but util it finished no one came for help. Many tents burned. When the people went to complain, no one cared and and even the police told us: ‘This is your own problem.’

    In this situation the first thing that comes to my mind to tell you is, we didn’t come here to Europe for money, and not for becoming a European citizen. It was just to breathe a day in peace.

    Instead, hundreds of minors here became addicted, but no one cares.

    Five human beings burned, but no one cares.

    Thousands of children didn’t undergo vaccination, but no one cares.

    I am writing to you to share and I am hoping for change…”

    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/23/letter-to-the-world-1-from-moria-hotspot

    Les 3 autres sur le site infomobile :
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-2
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-3
    http://infomobile.w2eu.net/2019/10/27/letter-to-the-world-from-moria-no-4

    Et la traduction en italien des lettres sur le site Meltingpot :
    https://www.meltingpot.org/Lettera-al-mondo-dal-campo-profughi-di-Moria-sull-isola.html

    #Moria #lettre #lettres #asile #migrations #hotspot #réfugiés #Grèce #îles #témoignage

  • Drone registration made compulsory as UK scheme launches
    https://www.theguardian.com/technology/2019/nov/05/drone-registration-made-compulsory-as-uk-scheme-launches

    Users must sit online test and pay annual fee of £9 to join register or face £1,000 fine Drone users in the UK must now sit an online test and pay a £9 annual fee or face a £1,000 fine after the launch of a mandatory national registration scheme on Tuesday. Owners are obliged to identify and label all drones by 30 November, and operators must pass a test about legal and safe usage before they can fly them. The Civil Aviation Authority estimates that about 130,000 people will have to pay and (...)

    #drone #terms

    https://i.guim.co.uk/img/media/c7a135809453ced44d39f5575ca15c7428c3adc3/50_0_1290_774/master/1290.jpg

  • How to Downsize a Transport Network : The Chinese Wheelbarrow | LOW←TECH MAGAZINE
    https://solar.lowtechmagazine.com/2011/12/the-chinese-wheelbarrow.html

    The use of wheelbarrows in combination with specially designed narrow pathways made land transportation in China considerably more efficient than in Europe for a period of almost 1,500 years. Today, critcism on the omnipresent automobile is often ridiculed by saying that we cannot go back to horses and carts, without realizing that the combination of horses and carts is far from evident and not as low-tech as it seems. History clearly shows that an extensive road infrastructure is a very vulnerable thing.

    Europe was also left with a deteriorating road network after the demise of the Roman Empire, though the Europeans could buy some time. Because it was sturdier (using piles of stone and concrete rather than the early form of asphalt applied by the Chinese), the Roman road infrastructure remained relatively useful until about the 11th century AD, after which it was largely abandoned. But even before that time, the destruction of bridges and road facilities by the barbarians - or by the locals in order to defend themselves against the barbarians - gradually dimished its usefulness. Lack of maintenance and the plundering of paving stone did the rest. Moreover, the appearance of new towns and capitals (such as Paris) required new routes that did not always coincide with the existing Roman roads.

    Contrary to the Chinese, the Europeans did not develop a new vehicle and appropriate infrastructure of paths to make up for the loss of the Ancient highways. New roads appeared during the economic revival of the late Middle Ages, but these were not paved or hardened in any other way. This made them at best inefficient in good weather and nearly impassable when (and after) it rained. Furthermore, because of the absence of foundations, soil erosion caused by heavy rains could wash entire roads away. As a result, the use of carts and wagons all but disappeared in medieval Europe, while nothing else came in place. For people, the options of land transportation again became limited to walking or - only for the rich - horseback riding.

    #merci @stephane https://seenthis.net/messages/809252

    #Chine #transport #histoire #technologie

  • #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/031119/metoo-dans-le-cinema-l-actrice-adele-haenel-brise-un-nouveau-tabou?onglet=

    3 novembre 2019 Par Marine Turchi

    L’actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’« attouchements » et de « harcèlement sexuel » lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. Son récit est conforté par de nombreux documents et témoignages. Mediapart retrace son long cheminement, de la « prise de parole impossible » au « silence devenu insupportable ». Le cinéaste conteste « catégoriquement » les faits.

    #viol #harcèlement_sexuel #meetoo

  • Turkish activists debut exhibit featuring remainings of Turkey’s purge victims

    #Purge_Museum, “#Tenkil_Müzesi” in Turkish, an initiative that collects and exhibits items belonging to the victims of Turkey’s massive crackdown on the Gülen movement, opened for a ten-day run in Brussels on Friday evening.

    Turkish President Recep Tayyip Erdoğan and his government labeled the movement an “enemy of the state” after a police investigation into corruption implicated Erdoğan’s close circle in late 2013. Overall the objects depict the horror and cruelty of detention and restrictions and a longing for loved ones in prison, the dangers of fleeing Turkey and new beginnings in a strange country.

    From a bloodied pair of shoes to ripped T-shirts, to broken glasses, here is a look at some of the Tenkil Museum’s more than 3,000 artifacts—and the heavy stories they carry.

    This shirt, skirt and pill containers belonged to Halime Gülsu, a Turkish teacher who died in a Mersin prison due to deprivation of the medication she took for lupus erythematosus. According to main opposition Republican People’s Party (CHP) deputy Sezgin Tanrıkulu, Gülsu was not given her medicines during 15 days of detention and afterwards in a Tarsus Prison cell that she shared with 21 people. Due to health problems she was taken to Mersin City Hospital on April 25. But she was sent back to prison, where she went into a coma and died. Halime Gülsu was among a group of women who were detained for organizing aid activities for the families of people dismissed from their civil service jobs following a coup attempt on July 15, 2016.

    https://twitter.com/tenkilmuzesi/status/1190564245114621953?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E11

    These broken glasses belonged to Gökhan Açıkkollu, a purged history teacher who died of a heart attack while under detention in 2016. In a video footage released by the Bold Media, Açıkkollu is seen in a one-person cell with four other inmates in the basement of an İstanbul police department building. At around four in the morning on Aug. 5, he starts showing signs of discomfort. He approaches the bars and calls out to police officers for a few minutes, but no one shows up. After he returns to his bed, spasms begin a few minutes later, which wakes up the other detainees in the cell. It takes four more minutes until detention ward officers take him out of the cell, at which point he no longer shows signs of life.

    https://twitter.com/sinan_ozcerit/status/1190334896755089408?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E11

    These T-shirts and a pair of shoes belonged to Ahmet Turan Özcerit, a UK-educated computer science professor who died of liver cancer in February 2018. Özcerit obtained his master and PhD diplomas from the UK’s Sussex University before he started working at Sakarya University’s Faculty of Computer and Information Science. He was an associate professor at Sakarya University when the government dismissed him from the office over ties to the Gulen movement on Sep 1, 2016.

    When he was dismissed he had already been jailed. While under pretrial detention, Özcerit was diagnosed with cancer in his liver and intestines. His son Sinan Özcerit has regularly shared updates regarding his father’s time in prison and about the academic’s ultimate release from prison to a hospital.

    https://twitter.com/tenkilmuzesi/status/1190664777900662785?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E11

    Some 500,000 people were subjected to prosecution after the abortive putsch, according to the Justice Ministry, and there are still over 30,000 Gülen followers in prison. More than 700 children under the age of 6 are accompanying their mothers in prison and live in poor conditions.

    Several international reports indicate that incidents of torture and ill treatment have been on the rise since the 2016 failed coup in Turkish detention centers.

    The solution for thousands of Gülen movement members is to flee Turkey, where they face imprisonment or social stigmatization, narrowing their opportunities to maintain a decent life.

    https://turkeypurge.com/turkish-activists-debuts-exhibit-featuring-remainings-of-turkeys-purge-
    #Turquie #exposition #purge #victimes #Bruxelles #objets

  • Sidewalk Labs document reveals company’s early vision for data collection, tax powers, criminal justice
    https://www.theglobeandmail.com/business/article-sidewalk-labs-document-reveals-companys-early-plans-for-dat

    A confidential Sidewalk Labs document from 2016 lays out the founding vision of the Google-affiliated development company, which included having the power to levy its own property taxes, track and predict people’s movements and control some public services. The document, which The Globe and Mail has seen, also describes how people living in a Sidewalk community would interact with and have access to the space around them – an experience based, in part, on how much data they’re willing to (...)

    #SidewalkLabs #Alphabet #Google #fiscalité #technologisme #justice #BigData #data #discrimination (...)

    ##fiscalité ##urbanisme

  • #Irak : l’aviation française a détruit plusieurs « caches et tunnels » de Daesh
    https://www.rtl.fr/actu/international/irak-aviation-francaise-detruit-plusieurs-caches-tunnels-daesh-7799372803

    L’annonce a été faite vendredi 1er novembre sur Twitter par la ministre des Armées, Florence Parly, qui a rappelé la « détermination » de la Paris à poursuivre la lutte antijihadiste au Levant.

    French Warplanes Conduct Airstrikes in Northeast Iraq - News From Antiwar.com
    https://news.antiwar.com/2019/11/01/french-warplanes-conduct-airstrikes-in-northeast-iraq

    Anti-ISIS coalition members are keen to emphasize that the recent death of Abu Bakr al-Baghdadi doesn’t mean the end of the war. With concern about ISIS revenge attacks, especially in France, such attacks may be provoking more violence abroad.

    #France #terrorisme

  • Vandana Shiva : « La démocratie a été piratée par les milliardaires »
    https://usbeketrica.com/article/vandana-shiva-democratie-piratee-milliardaires

    Ce principe de socialisation des pertes et de privatisation des profits atteint aujourd’hui un point où il n’est même plus question de responsabilité limitée mais de responsabilité zéro. Tous les programmes d’économies, d’austérité ou d’ajustements structurels consistent simplement à s’approprier les communs d’une société. Le système de santé, d’éducation, les infrastructures de transport… Tout ça n’est en rien différent de la colonisation.

    # Vandana-Shiva #démocratie-représentative #GAFAM #technologie #communs

  • Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide
    Pour l’abolition de toute reproduction artificielle de l’humain
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?996-Appel-contre-l-eugenisme-et-l

    (NB : « reproduction artificielle de l’humain » = FIV, DPI, GPA, machinations génétiques, gamètes et utérus artificiels, clonage, etc.)

    Cet appel a été publié dans le journal « La Décroissance » d’octobre 2019, à l’occasion de la révision de la loi dite « de bioéthique », légalisant de nouvelles extensions de la production et de la modification artificielles de l’humain.

    Les signataires (Les Amis de Bartleby, les Chimpanzés gascons, Hors-Sol, Lieux communs, Pièces et main d’œuvre, Resistenze al Nanomondo) invitent les lecteurs à diffuser cet appel et à débattre des moyens de s’opposer à ces progrès nécrotechnologiques.

    Versione in Italiano : https://www.resistenzealnanomondo.o...
    Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide

    Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux.
    Ce crime, né du cerveau des biologistes [1] et commis avec les moyens de la médecine et de la génétique, se présente sous les dehors d’un bienfait et d’une émancipation pour l’humanité. Bienfait pour les victimes de stérilité (organique ou due à l’empoisonnement chimique et industriel du milieu), pour les femmes seules et les couples de même sexe naturellement inféconds. (...)

    #Anthropologie, #Déclaration, #Libéralisme, #Lieux_Communs, #Politique, #Progressisme, #Prospective, #Scientisme, #Technoscience, #Totalitarisme, #PMA

    • J’aimerai vraiment pouvoir déconstruire le rapport mercantile et normatif / capacitiste contenu dans une partie de la procréation assistée et plus encore dans la procréation dite artificielle. Mais quand un texte commence par une phrase comme « Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux. » c’est juste, vraiment, décemment, politiquement, pas possible. C’est une outrance qui dépolitise totalement le propos en le mettant sous le joug d’un chantage non-dit d’une condamnation morale obligatoire.
      Sans moi.
      Et de plus en plus perturbée par la présence de tels textes par ici...

  • La #révolte contre l’extraction des #gaz_de_schiste en #Ardèche : L’attachement au #territoire comme enjeu politique

    Décembre 2010. On fête la fin de l’année dans les foyers ardéchois. On ne songe pas que la spéculation et les tensions sur le marché de l’énergie, qui sont à l’origine des projets d’exploitation des gaz de schistes un peu partout dans le monde, puissent avoir des conséquences directes dans ce coin préservé autour de Villeneuve de Berg. Et pourtant, c’est bien sûr l’Ardèche que la compagnie Schuepbach a jeté son dévolu, en signant en mars 2010 un Permis exclusif de recherche (PER) avec le ministre de l’Environnement de l’époque, Jean-Louis Borloo, sans aucune forme de concertation, à l’insu de la population locale. Ce n’est que l’un des 61 PER signés à cette époque, principalement répartis dans le Sud-Est de la France et le Bassin Parisien. Même si des mouvements similaires se sont développés, notamment au Québec, il est difficile de retrouver l’élément déclencheur du soulèvement contre ce permis d’exploration en Ardèche, dont l’ampleur ne pouvait être présagée.

    Les premiers à s’être mobilisés et qui, d’ailleurs ne s’attendaient pas à se retrouver si nombreux, se sont vite sentis « dépassés » par la force du mouvement |1|. Beaucoup se sont levés d’un seul bloc pour exprimer un refus radical de tels projets. Très vite, les réunions d’information font salles combles et des collectifs naissent dans chaque village. Le non au gaz de schiste emporte l’adhésion du plus grand nombre, au-delà de clivages politiques traditionnels. La révolte s’organise : autocollants, t-shirts, affiches, mais aussi échange de réflexions et construction collective. Christophe Tourre, du collectif 07, se plaît à rappeler le dicton « En Cévennes, les révoltes peuvent être comme les crues : elles peuvent être soudaines et terribles |2| ». Cette mobilisation « explosive », selon les termes des militants, réanime le passé de révolte des Cévennes, des camisards aux maquisards. Le 26 février 2011, plus de 15 000 personnes se rassemblent dans une grande manifestation à Villeneuve-de-Berg, relayée par la presse nationale : du jamais vu, même lors de la réforme des retraites de 2010, dernière illustration en date des grands rassemblements dans la région. Il faut dire que de nombreuses personnes venues de la France entière et des collectifs découvrent l’existence des permis en France.

    Pourtant, dans de nombreuses régions concernées par des permis d’exploration similaires, la mobilisation n’a pas été aussi fulgurante et massive. Il faut comprendre l’émotion, la colère qui a entraîné les débuts de cette mobilisation. Le fait de ne pas avoir été consulté ni prévenu, dans une région traditionnellement méfiante face au pouvoir central, y est sans doute pour quelque chose et a été vécu comme un dénigrement et une violence injuste de la part des gouvernants. Mais toutes les agressions ne mènent pas à la révolte : la crise et le chômage ébranlent les bases de notre modèle social de manière fatale, les inégalités explosent, sans que des mouvements sociaux puissent véritablement s’en saisir. On note souvent la faiblesse numérique du mouvement des Indignés ou des militants contre le nucléaire en France, malgré l’opinion plutôt favorable à leur égard. Mais pour les militants interrogés, le gaz de schiste apparaît comme « la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ». Il faut lever la tête et se révolter. Quitte à inventer un moyen pacifique de bloquer des camions. Car cette fois-ci, c’est la vie du territoire qui est en jeu.

    Cet élan nous a interpellés, nous chercheurs en sciences humaines et sociales (géographie-tourisme, architecture- aménagement, philosophie) qui travaillons autour des questions de territoire et d’habiter. Nous avons voulu comprendre ce qui a fait l’ampleur de cette révolte et ce dont elle témoigne à plus long terme. Sous le nom de l’équipe Echolocate |3| (Lucinda Groueff, Brice Julien, Claire Revol) nous nous sommes rendus en Ardèche en août 2011 en tant qu’observateurs pour mieux comprendre les ressorts de la mobilisation ardéchoise contre les gaz de schistes.

    L’ampleur de cette mobilisation et le constat d’une affection certaine portée à ce territoire par ses habitants, nous a motivés pour mobiliser nos outils professionnels et approfondir des intuitions. L’équipe s’affranchit d’un cadre scientifique préétabli pour expérimenter une approche hybride et sensible, laissant place à l’affect et à la rencontre. Ainsi nous proposons un regard sur la mobilisation ardéchoise qui entremêle références en sciences sociales et expériences individuelles. Nous avons mené des entretiens filmés avec des habitants – parfois militants – et des explorations du territoire également enregistrées. Nous travaillons à la réalisation de textes et d’un web-documentaire pour éclairer ces événements à l’aide des connaissances de nos disciplines et nos passions. L’approche filmique nous permet de nous saisir et de témoigner des dimensions émotionnelles de la mobilisation chez les habitants. Le croisement de méthodologies diverses témoigne d’une volonté de comprendre, en tant que citoyens, au-delà du seul cadre de la démarche scientifique.

    Une chose nous a frappés, c’est que cette révolte, cette lutte, n’est pas identifiée par ses protagonistes comme un conflit social où se distinguent des rapports sociaux, et où l’on combat pour des idées abstraites : il s’ancre dans un territoire et il est une lutte pour le territoire. « Dans les raisons qui font que cela a fonctionné, il y a le fait que les gens se sont sentis agressés par rapport à quelque chose dont ils sont très proches : leur terre, leur territoire |4| », analyse Michel Mariton, porte-parole du collectif 07, et président de l’Association Viginature qui avait mené d’autres combats environnementaux sur la commune de Lagorce. « C’est une agression contre la vie au pays » |5| inédite, nous dit Jean-Louis Chopy (également porte-parole du collectif 07). Ce constat se retrouvera chez plusieurs personnes interrogées : c’est l’attachement au territoire qui est le moteur de la révolte. Mais la défense du territoire n’est pas ici comprise dans un sens identitaire où le « nous » se retrouve face au « eux » des personnes ou des acteurs jugés extérieurs. De même, se défendre contre l’exploitation des gaz de schistes n’est pas s’exempter de risques environnementaux qui sont la conséquence de modes de vie que tous partagent. Autrement dit, il est impossible de considérer ce mouvement comme la seule expression du syndrome NIMBY (Not In My BackYard – j’accepte l’extraction des gaz de schistes pour subvenir à mes besoins en énergie mais pas chez moi) ou d’un attachement au territoire seulement conservateur.

    L’attachement au territoire qui impulse ce mouvement permet d’envisager le territoire |6|, dans sa globalité, comme un bien commun à soigner et à prendre en charge, en particulier pour ce qui est de ses ressources naturelles (eau) et de l’énergie. Ainsi, la mobilisation forge une légitimité pour les habitants à organiser ce qui relève de ces ressources communes, l’appropria
    tion du territoire de vie par ses habitants pouvant être porteuse d’une dimension révolutionnaire, comme le décrit le géographe marxiste David Harvey s’inspirant du droit à la ville de Henri Lefebvre |7|. Ce qui mobilise dans une telle lutte, au-delà de motifs idéaux (le combat environnemental, les valeurs démocratiques), c’est une appropriation du territoire qui repose sur un attachement.
    L’« explosion » du mouvement et sa structuration

    La construction du collectif 07

    Une véritable « explosion ». C’est ainsi que l’on nous a décrits le début de ce mouvement. Au départ, il y a des personnes d’horizons divers, tous militants, mais il est bien difficile de discerner qui a tiré la sonnette d’alarme en premier. « L’alerte a été l’envoi d’un article de Cap 21, de Corinne Lepage, qui faisait le compte rendu de la situation à l’échelle internationale |8| » se souvient Jean-Louis Chopy, l’un des porte-parole du collectif 07 contre les gaz de schiste, qui est aussi président de la Frapna Ardèche |9|. Pour Guillaume Vermorel, également investi dans le collectif 07, c’est par les réseaux militants d’Europe Écologie Les Verts que l’information est parvenue. Pour Claude Pradal, maire de Villeneuve de Berg, c’est un article paru dans la revue Sciences et avenir. Si différentes forces politiques, syndicales et associatives étaient en présence, toutes se sont accordées pour que le mouvement soit une fédération citoyenne, car cette forme particulière semblait être la seule qui puisse lui convenir. L’information se diffuse d’abord sur internet et dans ces réseaux militants. Puis une première réunion d’information a lieu le 26 janvier 2011 à Saint-Sernin (07), rassemblant plus de 800 personnes. Des réunions d’information sont organisées dans chaque village, et touchent beaucoup de personnes (selon le collectif 07, environ 20 000).

    Au départ, c’est surtout la technique de la fracturation hydraulique et ses effets qui sont expliqués à l’aide de power-points. Puis des extraits du film Gazland de Josh Fox, enquêtant sur les effets néfastes sur la santé et l’environnement de l’exploitation des gaz de schiste aux États-Unis depuis dix ans, et dont les images chocs éveillent les consciences. Une version courte de vingt minutes est ensuite créée, avec des sous-titres et des doublages pour faciliter la compréhension des personnes qui ne lisent pas assez vite ou qui sont loin des écrans dans les salles, souvent combles. L’information se relaie rapidement, des pancartes et des banderoles fleurissent au bord des routes. Sur internet, de nombreux blogs |10| apparaissent ainsi que des vidéos explicatives sur la fracturation hydraulique, les textes juridiques et leur application administrative. En particulier les vidéos de Guillaume Vermorel, l’un des porte-parole du mouvement, enseignant dans le domaine des énergies renouvelables, donc technicien et pédagogue, sont très regardées. Des collectifs se créent au rythme des réunions, dans chaque village. Il faut insister sur le fait que les initiateurs du mouvement ont été surpris de l’ampleur du mouvement et que l’organisation du mouvement s’est faite petit à petit, en essayant de trouver une forme qui puisse contenir cette prolifération de collectifs et les maintenir rassemblés : cette organisation est issue de la discussion collective des militants, à partir de la « base ».

    Ces collectifs locaux se regroupent donc au sein d’un collectif plus large, le « collectif 07 stop au gaz de schiste », qui adopte dès le départ un fonctionnement horizontal : il n’y a pas de leader du mouvement mais un simple porte-parolat, et les décisions ne sont pas prises par des dirigeants, elles sont discutées collectivement. Chaque collectif, association ou parti politique qui s’inscrit dans le collectif 07 est représenté par deux personnes dans chaque réunion mensuelle. Les collectifs de chaque village adhèrent, ainsi que des partis politiques et des associations. Le mot d’ordre est d’emblée « stop au gaz de schiste. Ni ici, ni ailleurs. Ni aujourd’hui, ni demain ». En effet, le collectif 07 ne réclame pas seulement l’abrogation des permis qui concerne son territoire mais de tous les permis en France. Il s’oppose sans distinction à toute forme d’exploitation des hydrocarbures de roche-mère qui nécessiteraient la stimulation de la roche lors de leurs extractions, et pour lesquels on retrouve les mêmes risques quel que soit le nom de la technique utilisée. Au-delà du simple « non au gaz de schiste », il se porte en faveur d’un débat participatif sur la question énergétique (débat qui reste inédit au niveau national) et de l’encouragement des énergies renouvelables. La solidarité avec les autres territoires, au niveau national ou international, fait aussi partie de ce positionnement |11|. Dès le début, des liens sont créés avec des collectifs qui agissent en France, notamment à travers la coordination nationale des collectifs, et avec des collectifs à travers le monde, en particulier avec le Québec, qui connaît aussi une forte mobilisation contre l’exploitation des gaz de schiste. Un réseau de collectifs émerge aussi au niveau de la région Rhône-Alpes. Il s’agit avant tout de connaître la situation dans d’autres régions, et parfois d’élaborer des actions communes.

    Le rôle principal du collectif 07 est de centraliser les informations pour mutualiser les moyens. À cet effet, un site internet est créé, géré par Christophe Tourre. Celui-ci contient des documents pédagogiques et explicatifs, les communiqués du collectif 07, des articles, des revues de presse locale, nationale et internationale, l’annonce des événements à venir dans les agendas… Il émerge directement du fonctionnement du collectif 07. La liste de diffusion, auquel chacun peut souscrire, permet de livrer les dernières informations ou de faire passer des alertes. C’est cette information efficace qui a permis au collectif 07 de rassembler environ 20 000 personnes lors d’une grande manifestation à Villeneuve de Berg, un mois seulement après la première réunion d’information, le 26 février 2011. Cette réussite montre l’ampleur et la force du mouvement, car un tel rassemblement était inédit dans la région, si l’on compare avec des mouvements bien suivis comme celui contre la réforme des retraites en 2010. Nous chercherons à comprendre plus loin ce qui fédère au-delà des clivages politiques traditionnels.

    L’activité du collectif n’est pas seulement celle des réseaux du web, même si Internet a un rôle important dans la recherche d’informations, la centralisation et la diffusion : le mouvement s’ancre dans le territoire. Aux banderoles s’ajoutent d’autres supports de communication : les collectifs créent des t-shirts, des badges, des autocollants, des tracts, des affiches… qui sont fortement visibles et très vite diffusés. On croise fréquemment des voitures qui arborent ces symboles de la lutte et qui invitent à s’informer. Le collectif crée son identité visuelle : logo avec le masque à gaz, et les couleurs reprises sur tous les supports : noir (qui rappelle les hydrocarbures) et bleu, car le cœur de la bataille, au-delà du problème énergétique, est la préservation de la ressource en eau. Et surtout, il correspond à une dynamique collective : des réunions des collectifs locaux (dans chaque village) se déroulent à un rythme souvent hebdomadaire, recréant ce que les aînés avaient connu sous le nom de veillées. Chacun peut s’investir dans la vie du collectif local, alors que le collectif 07 regroupe des référents pour les prises de décisions communes, en particulier pour la trésorerie qui a nécessité la création d’une association de gestion. Le collectif 07 tient une permanence physique et téléphonique dans un local à Largentière, qui est un li
    eu d’information et de diffusion des tracts et autres supports d’information.

    Au niveau du collectif 07, les compétences diverses sont convoquées au sein de commissions qui travaillent sur des dossiers et mutualisent les informations. Les référents, qui sont de simples membres des collectifs, s’investissent s’ils ont le temps et les connaissances nécessaires. Ce sont des personnes qui ont des compétences proches d’un niveau expert, qui font avant tout un travail de recherche d’informations spécialisées et de synthèse, et qui transmettent des informations qui peuvent avoir un rôle dans la stratégie du mouvement. C’est ainsi qu’une contre-expertise a pu s’organiser, par exemple avec la commission scientifique, qui regroupe des géologues, hydrologues, chimiste, et autres personnes susceptibles de comprendre les documents techniques. Il en est de même pour la commission juridique, composée de juristes, qui élabore la stratégie juridique et décrypte les procédures administratives, tout en assurant la veille auprès des administrations pour obtenir les dernières informations relatives aux permis. La commission communication élabore les supports d’information. Il y a également des commissions action, finance, réunions publiques et permanences qui gèrent la vie des collectifs.

    Enfin, la commission vigilance-information-alerte (VIA) et Pyramides |12| ont formé des militants pour bloquer les camions s’ils arrivaient. Cette idée a émergé très vite car dès le départ les militants ont perçu que la lutte traditionnelle, telle la manifestation ou la pétition, ne suffirait pas à protéger le territoire de manière effective. Après quelques fausses alertes et canulars, il a fallu organiser un système fiable et efficace reposant sur un maillage du territoire par des référents et des pyramides d’appel pour vérifier l’information et lancer l’alerte. Le blocage des camions (qu’ils soient de prospection ou qu’ils transportent les foreuses) est l’arme brandie par le collectif pour empêcher les forages. Même s’ils sont autorisés par le parlement et le gouvernement, les forces de l’ordre ne pourraient être envoyées sans frais face à un blocage fortement soutenu par la population. En effet, si le mouvement est par principe non violent, cela ne le rend pas pour autant moins déterminé. La non-violence est l’une de ses principales forces, car elle est en cohérence avec sa dimension citoyenne : il s’agit de peser dans l’exercice du pouvoir par les institutions, être en mesure d’avoir un poids politique. Le mouvement acquiert une certaine légitimité politique, car il a un fort ancrage dans la population, sans pour autant être porté par une structure sociale reconnue, telle le syndicat. Comment s’est constituée cette légitimité politique ?

    Le choix d’un mouvement citoyen

    Le fonctionnement du collectif 07 a été décidé au fil de sa construction, mais il est le fruit d’une réflexion, d’une stratégie délibérée de la part de ses créateurs : il s’agit de permettre l’adhésion et l’investissement du plus grand nombre dans une expérience collective forte, en testant les difficultés de la « démocratie horizontale |13| » qui implique des modes de fonctionnement nouveaux, décentralisés. Dans la démocratie horizontale, la décision ne s’effectue pas par des chefs nommés, même s’ils sont représentatifs, elle est discutée par tous. Aucune organisation membre (par exemple un parti ou un syndicat) ne peut faire valoir son pouvoir face aux autres organisations, le mouvement n’est pas hiérarchisé. Les difficultés inhérentes à ce type d’organisation (lenteur de la prise de décision dans les cas d’urgence, longueur des débats) sont contrebalancées par la robustesse d’un mouvement qui n’a pas de chef, qui accueille et rassemble des personnes de sensibilités diverses réunies autour d’une même cause. Ce qui est perdu en efficacité (la discussion et la prise de décision collective, le consensus réclament du temps) est gagné en audience auprès de la population, car une confiance s’établit. Cela court-circuite la communication des instances pyramidales et centralisées que sont l’État et les grands groupes pétroliers.

    Il est intéressant de voir comment ce mouvement s’est construit par rapport aux instances traditionnelles du pouvoir. Le mouvement est animé par une grande méfiance des membres du collectif à l’égard de la réponse politique, en particulier celle du pouvoir législatif et du gouvernement. La communication de ce dernier est systématiquement décryptée et remise en question. Chaque annonce gouvernementale est perçue comme une tentative de démobiliser la population plutôt que d’apporter une réponse à ses préoccupations, et de gagner du temps pour élaborer une contre-attaque |14|. Dès le départ, c’est le déni démocratique qui soulève les foules, autant que les risques environnementaux : le premier communiqué du collectif 07, datant du 23 février 2011, critique la réponse politique du pouvoir exécutif qui se limite à la création d’une commission d’enquête. En effet, le 4 février 2011, la ministre de l’Environnement, Madame Kosciusko-Morizet, a confié au Conseil général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies et du Conseil général de l’Environnement la mission d’éclairer le gouvernement sur « les enjeux du développement potentiel de ces éventuelles ressources, sur l’encadrement environnemental approprié à cet éventuel développement et sur les actions prioritaires à conduire |15| ». Le collectif 07 dénonce la posture des grands corps des Mines et des Ponts et Chaussées, mandatés pour mener la commission d’enquête par la ministre, et qui « ont l’habitude de travailler dans l’opacité la plus grande |16| » sans que les citoyens et les membres de la société civile, ou les élus locaux soient consultés. Il dénonce également la création de cette commission qui intervient après la délivrance des permis et sans remettre en question leur délivrance : « Des explications techniques des uns et des autres ne suffiront pas à faire taire notre colère. Vous avez court-circuité le débat au début du projet. Nous ne sommes pas dupes et imaginons très bien la conclusion de la mission |17| ».

    Par la suite, le projet de loi présenté par le gouvernement début avril 2011, qui prévoyait d’interdire la seule technique de la fracturation hydraulique a été analysé comme une réponse inadaptée au problème et une tentative de « noyer le poisson » ou d’« emberlificoter |18| » la population, alors qu’une loi est censée être porteuse d’une légitimité et d’une justice. Il est vrai que le gouvernement communique sur le fait qu’il a résolu le problème, en faisant voter une loi contre la fracturation hydraulique, technique utilisée pour les forages de roche-mère, alors qu’un article autorise les explorations scientifiques et que le terme de fracturation hydraulique n’est pas juridiquement défini. Seuls les indu
    striels déclarant qu’ils utilisent la fracturation hydraulique se verront retirer leurs permis. Après promulgation de la loi le 14 juillet et remise des rapports des industriels précisant les techniques qu’ils comptaient employer deux mois après, seuls trois permis sont abrogés sur les soixante-quatre qui sont recensés sur toute la France, ceux précisément localisés dans les zones de plus forte contestation, dans les Cévennes. Il est bien difficile de ne pas voir une stratégie politique visant à étouffer la contestation sous l’application de la loi, alors que la plupart des médias titrent sur la fin des permis gaz de schiste. Face à la complexité des rouages du pouvoir, et du poids des lobbies, le collectif 07 privilégie la bataille sur le terrain à la bataille juridique : c’est ainsi que le système VIA devient de plus en plus important pour le mouvement, avec un objectif simple : être en mesure de bloquer les camions physiquement. L’attente créée par la loi a permis de jeter un certain flou et de démobiliser quelque peu les Ardéchois. Mais le succès des mobilisations de l’automne (par exemple, le 23 octobre 2011, on compte 6 000 participants à Barjac, encore concerné par un permis), impulsées par l’annonce de Total qui compte faire un recours administratif contre l’abrogation de son permis, témoigne que le mouvement perdure. La population se méfie des propos rassurants des dirigeants grâce à l’audience qu’a su créer le collectif 07, qui pousse à la réflexion sur les instances du pouvoir et de son exercice.

    D’autre part, si la mobilisation s’est construite contre le gouvernement et tous les représentants des instances du pouvoir central, elle n’est pas l’émanation de l’opposition dans le jeu politique traditionnel. La mobilisation s’est construite en fédérant des sensibilités diverses, pas forcément « de gauche ». Si ce mouvement n’a pas été pris en charge par les instances traditionnelles de la démocratie (partis, syndicats), c’est aussi parce qu’il est le reflet d’une crise démocratique aux multiples facettes. On pourrait dire qu’il est traduction française de mouvements comme les Indignés, qui remettent en question le pouvoir représentatif et sa perméabilité aux lobbies financiers. C’est pour cela que le collectif s’est positionné comme étant apolitique, car il ne se reconnaît pas dans le fonctionnement traditionnel des partis. Il cherche à rassembler au-delà des étiquettes. De nombreux militants n’ont d’ailleurs jamais fait partie de mouvements auparavant. L’idée d’un mouvement citoyen était donc la condition pour rassembler un grand nombre de personnes dans la mobilisation et de permettre à chacun d’être acteur du mouvement. La plupart des personnes interrogées disent avoir consacré beaucoup de temps au mouvement, ce fort investissement étant souvent motivé non seulement par la cause mais aussi par l’émulation collective. Les participants disent avoir éprouvé une certaine joie, celle d’être ensemble et de travailler à une cause commune, d’apprendre sur le monde et de développer leurs propres capacités d’initiative.

    Toutefois, les collectifs ne se méfient pas de tous les pouvoirs politiques : ils travaillent en partenariat avec les élus locaux, y compris ceux de droite (même si ceux-ci ont parfois bien du mal à expliquer leur positionnement). Les conseillers régionaux et généraux ont apporté leur soutien, y compris lors des débats sur la loi. Ils apportent une aide financière pour les collectifs, en particulier en finançant la création d’un poste pour un animateur-administrateur du mouvement en automne 2011 à la faveur d’une coordination régionale des collectifs. Les élus locaux se trouvent ainsi renforcés dans leur position politique locale, après avoir été contrariés de ne pas avoir été consultés pour de tels projets, alors qu’ils travaillent à l’avenir de leurs communes, et que certaines responsabilités comme l’approvisionnement en eau potable leur échoient pleinement. Ce sont les premiers à avoir pris des arrêtés contre les forages et, alors que la compagnie Schuepbach les attaque au tribunal administratif pour excès de pouvoir, le collectif 07 organise une manifestation à Villeneuve de Berg, le 7 avril 2011, intitulée « touche pas à mon maire ! » pour les soutenir, avec grand succès. Les élus se regroupent dans un « collectif des maires » de toutes orientations politiques confondues, représenté par Hervé Ozil, maire de Lagorce, qui adhère au collectif 07. Les élus sont solidaires du mouvement, et les conflits communaux quotidiens étant mis entre parenthèses, ils sont soutenus par la population.

    À la faveur de la lutte contre les gaz de schiste, un rapport beaucoup plus direct et coopératif se crée entre la population et les élus locaux. L’attachement et la défense du territoire apparaissent comme un argument plus fort que les idéaux et les débats des partis politiques ; ils sont aussi plus tangibles : dans ce sens, la mobilisation permet de renforcer l’idée du politique comme soin de la cité, du territoire en commun. Claude Pradal, maire de Villeneuve de Berg, constate que la mobilisation apporte à la vie politique de la commune, non dans le sens de débats clivant mais dans la volonté de résoudre un problème ensemble : « ça a soudé les gens, ils avaient un objectif commun et c’est ça qui est important. Ils savent que ceux qui sont à la tête des collectifs sont de toutes sensibilités, le problème c’est le gaz de schiste |19| ». À la méfiance des représentants du pouvoir d’État central répond donc un pouvoir politique local fondé sur la coopération.
    Une convergence portée par l’attachement au territoire comme bien commun

    L’impulsion de la mobilisation. Un rassemblement pour le territoire

    Après avoir décrit les principales caractéristiques et rapidement retracé l’historique du mouvement, il est important de s’intéresser aux enjeux qui ont permis au mouvement de naître, d’emporter l’adhésion d’individus et de créer une dynamique de rassemblement au-delà de groupes traditionnellement constitués et de réseaux militants établis. La piste que nous proposons renvoie à l’attachement au territoire, cet attachement, dont il faut définir les contours et la traduction quotidienne, permettant d’entrevoir une nouvelle donne politique dans le rapport de la population à son territoire.

    En cherchant les raisons d’une telle ferveur citoyenne s’exprimant dans le combat contre les gaz de schiste en Ardèche, de nombreuses personnes interrogées ont vu dans l’histoire de la région un terreau pour la mobilisation actuelle. L’histoire protestante |20| en est souvent évoquée comme le socle, de même que la résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Mais il est difficile de soutenir que c’est cet esprit résistant qui se serait transmis jusqu’aux générations actuelles et dont la révolte contre les gaz de schiste serait une résurgence. En effet, l’Ardèche a connu un fort exode rural dans la seconde moitié du XXe siècle, avant d’accueillir de nombreux néoruraux. L’attachement à l’Ardèche n’est pas lié à une origine commune, des « racines », mais il est lié à cette vie que l’on y construit par ses choix. En effet, rester ou venir s’installer en Ardèche est souvent l’objet d’un choix délibéré et déterminé étant donné la rareté des emplois, et les personnes qui s’y installent le font souvent parce qu’elles apprécient particulièrement ce cadre de vie et ce paysage. De ce point de vue, les références historiques du passé de révolte, de même que certains événements-clés (Mai 68, le Larzac, etc.) constituent une aide à la mobilisation et une justification par les valeurs de résistance qui sont évoquées.

    Pourtant, il ne faudrait pas penser non plus que l’on aurait affaire à une population soudée et univoque, à une communauté unie déjà constituée. Le mouvement est hétérogène : il rassemble des individus ne partageant parfois ni les mêmes convictions, ni les mêmes réseaux. Comment le mouvement a-t-il pu rassembler au-delà de clivages pourtant bien ancrés et qui peuvent donner lieu à des conflits (entre chasseurs et écologistes par exemple, ou entre agriculteurs et riverains) ? Il semble là encore que c’est le fait d’habiter un espace commun, de partager le même « coin » qui permette d’aller au-delà de ces clivages et de rassembler. Ainsi, le mouvement est le résultat d’une convergence autour de la défense du territoire habité, qui fonde ainsi le sentiment subjectif d’appartenance au collectif.

    Cette défense du territoire peut-elle s’apparenter à un simple phénomène NIMBY, comme on le trouve dans d’autres territoires offrant une certaine qualité de vie ? Il est vrai que l’Ardèche est souvent décrite par les personnes interrogées comme une sorte de « paradis vert », un coin « préservé » de la pollution, et que les forages sont perçus comme une destruction de ce cadre privilégié, d’autant plus pour des personnes ayant consenti à des efforts pour venir s’installer. Les conflits environnementaux sont une traduction de cette défense du territoire. Par exemple, de 1985 à 1990, le combat contre l’installation d’une ligne à haute tension en Basse Ardèche avait porté ses fruits, et est à l’origine de l’association Viginature, très active dans le combat contre les gaz de schistes. De même de 2002 à 2007 des militants écologistes ont réussi à s’opposer à un projet de centre de stockage de déchets ultimes sur la commune de Rochecolombe. Plutôt que de considérer cette réaction comme un simple égoïsme, il faut voir la dynamique collective potentielle que permet la prise de conscience d’un territoire à protéger. Les luttes sociales, par exemple pour les droits sociaux (vacances, salaires, retraites, etc.), se sont toujours appuyées sur la volonté d’améliorer et de transformer la situation d’un groupe précis à une époque donnée. Au-delà d’une simple défense de son propre pré carré, il faut donc comprendre ce que permet d’envisager cette mobilisation en défendant le territoire comme un bien commun. Ce qui suppose d’approfondir, ce qui sera l’objet de notre travail, les tenants et les aboutissants de cet attachement au territoire.

    Les biens communs comme enjeux politiques

    Avant d’être un combat pour des idées, le combat contre les gaz de schiste est donc un combat pour le territoire, et l’attachement à ce territoire en est le ressort puissant. Est-ce que ce ressort pourrait être mobilisé pour réaliser un changement politique dans la gestion des biens communs |21| et la nécessité d’une gestion décentralisée de la politique énergétique ? C’est ce que nous voudrions essayer de mesurer.

    En effet, la perspective de l’exploitation des gaz de schiste met bien en avant la fragilité des ressources naturelles communes et de leur appropriation. En particulier pour la question de l’eau. La perspective de voir les nappes phréatiques polluées, bien commun par excellence, par une industrie qui nécessite beaucoup d’eau par ailleurs, a été un déclencheur de la mobilisation, dans une région karstique où l’eau est rare. Un bien commun, selon la définition de Ricardo Petrella |22|, est caractérisé par le fait que l’on ne peut le substituer à une autre ressource, ce qui est bien le cas de l’eau, à la différence des hydrocarbures. Il faut donc le partager et fixer ses modalités d’utilisation, ce qui peut provoquer des conflits d’usage. Mais au-delà d’un bien à partager, c’est un bien engageant une responsabilité collective, c’est-à-dire pour lequel les habitants se sentent convoqués et investis d’une tâche. L’énergie au sens large peut aussi figurer comme un bien commun dont la responsabilité est collective. Les citoyens expriment leur légitimité à discuter à l’échelle locale des projets pour le moment décidés à l’échelle nationale. Ce qui suppose d’aller au-delà de la simple décentralisation pour développer une gestion coopérative du pouvoir. La transition énergétique ne peut se passer de cette impulsion citoyenne, et pas seulement dans sa dimension éducative (les bonnes pratiques) : il s’agit de contraindre au changement des puissances économiques habituées à composer avec le régime démocratique représentatif.

    Pour l’instant, seuls des signaux de cette nouvelle donne politique sont visibles et se sont mis en place à la faveur de la mobilisation. Nous voulons chercher à en prendre une mesure plus précise. Les pouvoirs locaux ont compris qu’il fallait saisir cette opportunité pour la transition énergétique. Le 18 novembre 2011, le Conseil général de l’Ardèche a organisé des Assises départementales de l’énergie pour faire un premier tour d’horizon de la question. D’autres projets territoriaux comme le projet Prospective énergétique sur les territoires ruraux ardéchois (PETRA) visent l’appropriation de la question énergétique par la population locale. Tout l’enjeu consiste donc à maintenir la fédération que recouvre le collectif 07 pour de tels projets. Et au-delà de la question de l’énergie, il s’agit de la question globale de la gestion des biens communs, en particulier de l’eau. Puisque le rassemblement se construit sur l’attachement au territoire, celui-ci doit être mobilisé dans les projets pour que les citoyens soient associés aux prises de décisions de leurs gouvernants.

    http://mouvements.info/la-revolte-contre-lextraction-des-gaz-de-schiste-en-ardeche-lattachemen
    #résistance #lutte #France #biens_communs #commons #collectif_07