• Balade décentralisée : « Cartographions la surveillance »
    https://agenda.collectifs.net/events/274b13e8-d6fe-4972-9d6c-4a213f2ae6b9

    Ce samedi 30 janvier venez cartographier la surveillance à Bruxelles lors d’une balade décentralisée organisé par Technopolice Bruxelles. INSCRIPTION VIA —> https://cryptpad.fr/sheet/#/2/sheet/edit/5w4zHBFd4UHjZnJHlm6mhpdo/embed Nous nous baladerons en petit groupe de 4 personnes à travers les rues de Saint-Josse-ten-Noode pour identifier les caméras de surveillance. Ce sera aussi l’occasion de localiser les panneaux publicitaires et le mobilier anti-SDF. Toutes les informations récoltées seront (...)

    #CCTV #vidéo-surveillance #surveillance #urbanisme #Technopolice #cartographie

  • D’énormes camions marchant à l’énergie électrique dite renouvelable pour des mines c’est vert ?!
    https://ricochets.cc/D-enormes-camions-marchant-a-l-energie-electrique-dite-renouvelable-pour-d

    La civilisation industrielle semble prête à tous les subterfuges, même les plus stupides, pour perdurer. Et beaucoup de personnes semblent prêts à les croire ou à laisser courir. UN MONDE DE PLUS EN PLUS VERT Vous serez tous très heureux d’apprendre que le secteur minier est de plus en plus vert. En effet, de plus en plus d’entreprises minières recourent à des centrales de production d’énergie dite « renouvelable » ou « verte » ou « propre » pour alimenter — une partie — de leurs exploitations. Car si (...) #Les_Articles

    / #Technologie, #Catastrophes_climatiques_et_destructions_écologiques

    https://www.partage-le.com/2021/01/20/un-monde-de-plus-en-plus-vert-par-nicolas-casaux

  • How the Pandemic Turned Refugees Into ‘Guinea Pigs’ for Surveillance Tech

    An interview with Dr. Petra Molnar, who spent 2020 investigating the use of drones, facial recognition, and lidar on refugees

    The coronavirus pandemic unleashed a new era in surveillance technology, and arguably no group has felt this more acutely than refugees. Even before the pandemic, refugees were subjected to contact tracing, drone and LIDAR tracking, and facial recognition en masse. Since the pandemic, it’s only gotten worse. For a microcosm of how bad the pandemic has been for refugees — both in terms of civil liberties and suffering under the virus — look no further than Greece.

    Greek refugee camps are among the largest in Europe, and they are overpopulated, with scarce access to water, food, and basic necessities, and under constant surveillance. Researchers say that many of the surveillance techniques and technologies — especially experimental, rudimentary, and low-cost ones — used to corral refugees around the world were often tested in these camps first.

    “Certain communities already marginalized, disenfranchised are being used as guinea pigs, but the concern is that all of these technologies will be rolled out against the broader population and normalized,” says Petra Molnar, Associate Director of the Refugee Law Lab, York University.

    Molnar traveled to the Greek refugee camps on Lesbos in 2020 as part of a fact-finding project with the advocacy group European Digital Rights (EDRi). She arrived right after the Moria camp — the largest in Europe at the time — burned down and forced the relocation of thousands of refugees. Since her visit, she has been concerned about the rise of authoritarian technology and how it might be used against the powerless.

    With the pandemic still raging and states more desperate than ever to contain it, it seemed a good time to discuss the uses and implications of surveillance in the refugee camps. Molnar, who is still in Greece and plans to continue visiting the camps once the nation’s second lockdown lifts, spoke to OneZero about the kinds of surveillance technology she saw deployed there, and what the future holds — particularly with the European Border and Coast Guard Agency, Molnar says, adding “that they’ve been using Greece as a testing ground for all sorts of aerial surveillance technology.”

    This interview has been edited and condensed for clarity.

    OneZero: What kinds of surveillance practices and technologies did you see in the camps?

    Petra Molnar: I went to Lesbos in September, right after the Moria camp burned down and thousands of people were displaced and sent to a new camp. We were essentially witnessing the birth of the Kara Tepes camp, a new containment center, and talked to the people about surveillance, and also how this particular tragedy was being used as a new excuse to bring more technology, more surveillance. The [Greek] government is… basically weaponizing Covid to use it as an excuse to lock the camps down and make it impossible to do any research.

    When you are in Lesbos, it is very clear that it is a testing ground, in the sense that the use of tech is quite rudimentary — we are not talking about thermal cameras, iris scans, anything like that, but there’s an increase in the appetite of the Greek government to explore the use of it, particularly when they try to control large groups of people and also large groups coming from the Aegean. It’s very early days for a lot of these technologies, but everything points to the fact that Greece is Europe’s testing ground.

    They are talking about bringing biometric control to the camps, but we know for example that the Hellenic Coast Guard has a drone that they have been using for self-promotion, propaganda, and they’ve now been using it to follow specific people as they are leaving and entering the camp. I’m not sure if the use of drones was restricted to following refugees once they left the camps, but with the lockdown, it was impossible to verify. [OneZero had access to a local source who confirmed that drones are also being used inside the camps to monitor refugees during lockdown.]

    Also, people can come and go to buy things at stores, but they have to sign in and out at the gate, and we don’t know how they are going to use such data and for what purposes.

    Surveillance has been used on refugees long before the pandemic — in what ways have refugees been treated as guinea pigs for the policies and technologies we’re seeing deployed more widely now? And what are some of the worst examples of authoritarian technologies being deployed against refugees in Europe?

    The most egregious examples that we’ve been seeing are that ill-fated pilot projects — A.I. lie detectors and risk scorings which were essentially trying to use facial recognition and facial expressions’ micro-targeting to determine whether a person was more likely than others to lie at the border. Luckily, that technology was debunked and also generated a lot of debate around the ethics and human rights implications of using something like that.

    Technologies such as voice printing have been used in Germany to try to track a person’s country of origin or their ethnicity, facial recognition made its way into the new Migration’s Pact, and Greece is thinking about automating the triage of refugees, so there’s an appetite at the EU level and globally to use this tech. I think 2021 will be very interesting as more resources are being diverted to these types of tech.

    We saw, right when the pandemic started, that migration data used for population modeling became kind of co-opted and used to try and model flows of Covid. And this is very problematic because they are assuming that the mobile population, people on the move, and refugees are more likely to be bringing in Covid and diseases — but the numbers don’t bear out. We are also seeing the gathering of vast amounts of data for all these databases that Europe is using or will be using for a variety of border enforcement and policing in general.

    The concern is that fear’s being weaponized around the pandemic and technologies such as mobile tracking and data collection are being used as ways to control people. It is also broader, it deals with a kind of discourse around migration, on limiting people’s rights to move. Our concern is that it’ll open the door to further, broader rollout of this kind of tech against the general population.

    What are some of the most invasive technologies you’ve seen? And are you worried these authoritarian technologies will continue to expand, and not just in refugee camps?

    In Greece, the most invasive technologies being used now would probably be drones and unpiloted surveillance technologies, because it’s a really easy way to dehumanize that kind of area where people are crossing, coming from Turkey, trying to claim asylum. There’s also the appetite to try facial recognition technology.

    It shows just how dangerous these technologies can be both because they facilitate pushbacks, border enforcement, and throwing people away, and it really plays into this kind of idea of instead of humane responses you’d hope to happen when you see a boat in distress in the Aegean or the Mediterranean, now entities are turning towards drones and the whole kind of surveillance apparatus. It highlights how the humanity in this process has been lost.

    And the normalization of it all. Now it is so normal to use drones — everything is about policing Europe’s shore, Greece being a shield, to normalize the use of invasive surveillance tech. A lot of us are worried with talks of expanding the scope of action, mandate, and powers of Frontex [the European Border and Coast Guard Agency] and its utter lack of accountability — it is crystal clear that entities like Frontex are going to do Europe’s dirty work.

    There’s a particular framing applied when governments and companies talk about migrants and refugees, often linking them to ISIS and using careless terms and phrases to discuss serious issues. Our concern is that this kind of use of technology is going to become more advanced and more efficient.

    What is happening with regard to contact tracing apps — have there been cases where the technology was forced on refugees?

    I’ve heard about the possibility of refugees being tracked through their phones, but I couldn’t confirm. I prefer not to interact with the state through my phone, but that’s a privilege I have, a choice I can make. If you’re living in a refugee camp your options are much more constrained. Often people in the camps feel they are compelled to give access to their phones, to give their phone numbers, etc. And then there are concerns that tracking is being done. It’s really hard to track the tracking; it is not clear what’s being done.

    Aside from contact tracing, there’s the concern with the Wi-Fi connection provided in the camps. There’s often just one connection or one specific place where Wi-Fi works and people need to be connected to their families, spouses, friends, or get access to information through their phones, sometimes their only lifeline. It’s a difficult situation because, on the one hand, people are worried about privacy and surveillance, but on the other, you want to call your family, your spouse, and you can only do that through Wi-Fi and people feel they need to be connected. They have to rely on what’s available, but there’s a concern that because it’s provided by the authorities, no one knows exactly what’s being collected and how they are being watched and surveilled.

    How do we fight this surveillance creep?

    That’s the hard question. I think one of the ways that we can fight some of this is knowledge. Knowing what is happening, sharing resources among different communities, having a broader understanding of the systemic way this is playing out, and using such knowledge generated by the community itself to push for regulation and governance when it comes to these particular uses of technologies.

    We call for a moratorium or abolition of all high-risk technology in and around the border because right now we don’t have a governance mechanism in place or integrated regional or international way to regulate these uses of tech.

    Meanwhile, we have in the EU a General Data Protection Law, a very strong tool to protect data and data sharing, but it doesn’t really touch on surveillance, automation, A.I., so the law is really far behind.

    One of the ways to fight A.I. is to make policymakers understand the real harm that these technologies have. We are talking about ways that discrimination and inequality are reinforced by this kind of tech, and how damaging they are to people.

    We are trying to highlight this systemic approach to see it as an interconnected system in which all of these technologies play a part in this increasingly draconian way that migration management is being done.

    https://onezero.medium.com/how-the-pandemic-turned-refugees-into-guinea-pigs-for-surveillance-t

    #réfugiés #cobaye #surveillance #technologie #pandémie #covid-19 #coroanvirus #LIDAR #drones #reconnaissance_faciale #Grèce #camps_de_réfugiés #Lesbos #Moria #European_Digital_Rights (#EDRi) #surveillance_aérienne #complexe_militaro-industriel #Kara_Tepes #weaponization #biométrie #IA #intelligence_artificielle #détecteurs_de_mensonges #empreinte_vocale #tri #catégorisation #donneés #base_de_données #contrôle #technologies_autoritaires #déshumanisation #normalisation #Frontex #wifi #internet #smartphone #frontières

    ping @isskein @karine4

    ping @etraces

  • Un couteau suisse sanitaire pour voyager au temps du covid-19
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/01/22/un-couteau-suisse-sanitaire-pour-voyager-au-temps-du-covid-19_6067251_450005

    Alors que la campagne globale de vaccination vient de commencer, le secteur du tourisme et du transport rêve d’un retour à la normalité. Au printemps 2020 déjà, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Chine, les gouvernements envisageaient la création de certificats immunitaires qui seraient attribués aux personnes ayant déjà eu le Covid-19 pour leur permettre de se déplacer.Testée fin 2020 lors de deux vols sur Cathay Pacific Airways et United Airlines, cette solution sera adoptée d’ici à fin janvier par six autres compagnies.Avec l’arrivée des vaccins, le débat a repris de plus belle. Mais, si l’idée d’un passeport attestant la vaccination contre le Covid-19 est soutenue par la Commission européenne et certains Etats membres dont l’économie repose sur le tourisme (la Grèce, Malte…), le gouvernement français, lui, est « très réticent ». Le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune, estime même que la question n’a pas besoin d’être abordée au programme du prochain conseil européen.Un passeport vaccinal au format numérique, c’est en tout cas la solution technologique qu’a mise au point la fondation genevoise à but non lucratif The Commons Project. Née il y a deux ans, avec l’ambition de « créer des plateformes digitales pour le bien commun », elle a lancé, en décembre 2020, en partenariat avec le Forum économique mondial (FEM), une nouvelle application pour téléphones Android et iOS, CommonPass, qui pourrait aider à résoudre l’épineuse équation des déplacements au temps du Covid-19.
    Sur le papier, le concept est simple. L’utilisateur télécharge gratuitement l’application sur son téléphone. Celle-ci lui indique les règles sanitaires en vigueur dans le pays où il souhaite se rendre. Si un vaccin ou un test est requis, il est invité à se rendre dans un centre de santé partenaire (CommonPass en compte à ce jour 350 aux Etats-Unis) qui enverra directement les résultats sur le téléphone du patient. Grâce à un QR code, ceux-ci seront accessibles aux autorités – aéroportuaires, par exemple. Testée fin 2020 lors de deux vols sur Cathay Pacific Airways et United Airlines, cette solution sera adoptée d’ici à fin janvier par six compagnies aériennes sur certaines destinations.A la différence des autres applications existantes (Apple Health App, IBM Digital Health Pass), l’équipe de CommonPass se targue d’avoir conçu une architecture « où il n’y a rien à hacker ». Ce point est loin d’être anodin. Car, comme pour les applications de traçage, il faut pouvoir garantir aux utilisateurs que leurs données seront protégées. C’est d’ailleurs cette dimension que souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS), contactée par Le Monde : « Au-delà des considérations scientifiques, il existe des aspects éthiques, juridiques et de droits de l’homme liés à la confidentialité des données personnelles et au secret médical. »
    Inspirée des « cartes jaunes » (ces certificats internationaux de vaccination ou de prophylaxie) mises au point par l’OMS à la fin des années 1960, qui concernaient le choléra, la peste, la vérole et la fièvre jaune, l’équipe de CommonPass a eu l’idée de l’appliquer au Covid-19 dès avril 2020. En Afrique de l’Est, la fermeture des frontières pour cause de pandémie avait entraîné des dizaines de kilomètres d’embouteillages de camions, pénalisant les pays sans accès à la mer, qui devenaient tributaires des livraisons de nourriture et de médicaments en provenance des grands ports. « Seuls les chauffeurs dont le test était négatif pouvaient traverser la frontière », explique Thomas Crampton, responsable marketing et communication de la fondation. Mais ces tests prenaient du temps, les chauffeurs attendaient ensemble, il arrivait qu’ils se transmettent le virus. A ce moment-là, on s’est dit qu’il faudrait un genre de “passe santé” pour pouvoir traverser les frontières. »Dans un premier temps, l’équipe de la fondation a l’idée d’intégrer la variable Covid-19 dans une application existante, destinée au suivi régional des marchandises. En juillet, elle organise une première réunion pour préparer le projet. Plus de cinquante pays sont à la table : des ministres de la santé, des compagnies aériennes, d’autant plus enthousiastes que le projet est à but non lucratif. Payant pour les compagnies aériennes, le service restera gratuit pour les utilisateurs, et le modèle économique, sans actionnaires. « On ne fait pas ça pour devenir une licorne [une start-up valorisée à plus de 1 milliard de dollars] mais pour aider le monde à résoudre le problème du Covid », résume Thomas Crampton.
    Paul Meyer, spécialiste de technologie de la santé, s’est entouré de cadors pour le projet de sa fondation, lancée en 2019 grâce à une bourse de la Fondation Rockefeller. Parmi les cofondateurs, l’épidémiologiste américain Brad Perkins, qui fut pendant vingt ans chef de l’innovation des centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), la plus haute institution sanitaire aux Etats-Unis – il a notamment travaillé sur l’anthrax et le virus Ebola. Ainsi qu’Alan Warren, un ingénieur qui a travaillé douze ans au développement de Google Docs et Drive. Conçue pour supporter 100 millions d’utilisateurs simultanément, Common­Pass est désormais soutenue par une large coalition d’acteurs de la santé et de la technologie.

    #Covid-19#migration#migrant#passeportvaccinal#sante#circulation#frontiere#technologie

  • Appli Source App Drôme pour achats de produits locaux en circuit court : fuite en avant dans le numérique et le sans contact ?
    https://ricochets.cc/Appli-Source-App-Drome-pour-achats-de-produits-locaux-en-circuit-court-fui

    En premier lieu, on serait tenté de croire qu’une application pour smartphone destinée à faciliter la consommation locale chez les producteurs est une bonne chose. Le journal Le Crestois a d’ailleurs publié en rubrique "Mmag’" le 25 décembre 2020 un article enthousiaste sur "Source App", un article qui d’ailleurs ressemble plutôt à une "publication-commerciale"... L’écologie, la consommation locale et une application "en mode startup" sur des smartphones sont-elles compatibles ?? Cette appli « Source (...) #Les_Articles

    / #Technologie, #Drôme, #Agriculture, Résistances au capitalisme et à la civilisation (...)

    #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle
    https://fr.ulule.com/jaimesourceapp/news
    https://reporterre.net/Nous-entrons-dans-un-isolement-ou-nous-confondons-la-connexion-avec-le-l
    https://www.greenpeace.fr/la-pollution-numerique
    https://lareleveetlapeste.fr/ne-laissons-pas-sinstaller-le-monde-sans-contact
    https://mrmondialisation.org/etude-un-seul-jour-sans-viande-a-plus-deffets-que-de-manger-100-lo

  • « La collapsologie ou l’écologie mutilée » | Racine de moins un
    https://sniadecki.wordpress.com/2021/01/19/rmu-garcia-collapsologie

    Je vous propose d’écouter l’intervention de Renaud Garcia, professeur de philosophie dans un lycée à Marseille en été 2020. Il présente le contenu de son livre intitulé La collapsologie ou l’écologie mutilée publié en octobre 2020 aux éditions l’Echappée. Renaud Garcia fait dans cet ouvrage une critique de la collapsologie au nom d’une écologie radicale, c’est-à-dire qui n’oublie pas la critique de la société capitaliste et industrielle. Durée : 53 min. Source : Radio Zinzine

    https://ia801502.us.archive.org/28/items/rmu-066-collapsologie-ecologie-mutilee/RMU_066-CollapsologieEcologieMutilee.mp3

  • Control Facebook and mend broken societies... If only it were that simple
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2021/jan/17/control-facebook-and-mend-broken-societies-if-only-it-were-that-simple

    Social media is not to blame for all our ills. We must delve deeper into our culture London is full of Pops. From the area around City Hall to parts of the Olympic Park, there are dozens of “privately owned public spaces”. Places that appear to be public but are owned by a private corporations and have their own regulations – many, for instance, ban the homeless or protesters – and their own forms of policing. Owners are not obliged to make public the rules by which they control their space. (...)

    #manipulation #technologisme #censure #modération #SocialNetwork

    https://i.guim.co.uk/img/media/6d3c534f3aed983be4e56c77499afd4ddf573fa1/0_126_3612_2167/master/3612.jpg

  • Et si les ROBOTS prenaient le CONTRÔLE ?
    https://ricochets.cc/Covid-Macron-Et-si-les-ROBOTS-prenaient-le-CONTROLE.html

    Sans aucun doute, le 21e siècle sera l’avènement de la robotique ou ne le sera pas. Comme vous l’avez surement remarqué, les objets connectés et robotisés ont envahis nos sociétés, mais les problématiques philosophiques, juridiques et sociétales générées par cette poussée technologique sont abyssales. Et Pourtant, depuis longtemps, la science fiction nous a alerté sur notre incapacité de rivaliser, à l’avenir, avec cette nouvelle forme d’intelligence. A travers son œuvre, le célèbre écrivain prophétique Isaac Asimov, ira même jusqu’à établir des lois, nécessaires selon lui, afin de protéger l’intégrité de l’être humain face à ces nouvelles créatures froide et synthétiques obéissant aux algorithmes. Cette vidéo sera divisé en 2 partie : 1/Dans un premier temps nous aborderont l’histoire de la robotique. Des (...)

    #Les_Articles #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle #Technologie #Autoritarisme,_régime_policier,_démocrature... #Fichage_et_surveillance #Médias_et_expressions #Vidéos,_films...
    https://www.youtube.com/c/VéritéAlternative
    https://ricochets.cc/IMG/distant/html/watchvIanLMz55a3-6e18ca4.html

  • Une révolution numérique de la géographie ? Le cas de la géomatique.
    Thierry Joliveau

    Résumé : Technoscience plutôt que « simple » ingénierie technique, la relation de la géomatique à la géographie est complexe, contradictoire et, à certains moments conflictuels. Elle a rapidement mobilisé une dimension critique pour comprendre les enjeux sociaux, politiques, culturels, épistémologiques de l’adoption de ces outils informatiques par les géographes.

    Mots-clés : #technoscience, #géomatique, #SIG, #géolocalisation, #géonumérique

    > Revue Histoire de la recherche contemporaine
    > https://journals.openedition.org/hrc/4062

  • The Capitol siege and facial recognition technology.
    https://slate.com/technology/2021/01/facial-recognition-technology-capitol-siege.html

    In a recent New Yorker article about the Capitol siege, Ronan Farrow described how investigators used a bevy of online data and facial recognition technology to confirm the identity of Larry Rendall Brock Jr., an Air Force Academy graduate and combat veteran from Texas. Brock was photographed inside the Capitol carrying zip ties, presumably to be used to restrain someone. (He claimed to Farrow that he merely picked them up off the floor and forgot about them. Brock was arrested Sunday and (...)

    #Clearview #algorithme #CCTV #biométrie #technologisme #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #extrême-droite #surveillance #voix (...)

    ##AINow

  • Musk, Bezos, Zuckerberg :
    https://ricochets.cc/Musk-Bezos-Zuckerberg.html

    Elon Musk est désormais l’homme le plus riche du monde devant Jeff Bezos. Leurs fortunes cumulées ont augmenté de 217 milliards de dollars pendant la crise sanitaire. Avec Mark Zuckerberg, ils sont les principaux visages d’une nouvelle révolution industrielle sur fond de big data, d’intelligence artificielle et de robotique. Pour ces seigneurs 3.0, il ne s’agit pas seulement de conquérir le monde. Ils s’intéressent aussi à la colonisation spatiale et aux implants cérébraux. A notre intimité, notre temps, nos horizons philosophiques… Ils ont une certaine idée de ce que le monde doit être et sont bien décidés à nous y embarquer. Et si nous n’avions pas envie ? Et si nous rêvions d’autre chose ? Et si leurs rêves à eux étaient en fait nos pires cauchemars ? “Science sans conscience n’est que ruine de (...)

    #Les_Articles #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle #Technologie #Médias_et_expressions #Vidéos,_films...
    https://www.youtube.com/c/LeBiaisVert
    https://ricochets.cc/IMG/distant/html/watchvGW4kTs3026-21cdc68.html

  • Le progrès, ce n’est pas aller en avant dans une voie destructrice et sans issue
    https://ricochets.cc/Le-progres-ce-n-est-pas-aller-en-avant-dans-une-voie-destructrice-et-sans-

    L’expression progrès est utilisée à toutes les sauces, souvent contradictoires. « Le progrès » sert aux puissants, macronistes en tête, pour justifier sans débat ni explication le système existant, pour dénigrer toute contestation écologiste ferme ou faire passer toutes les réformes ultra-libérales et/ou technologiques (5G, véhicules autonomes...). « Le progrès » est un donc un puissant outil de propagande autoritaire pour la civilisation industrielle et ses adeptes, ça vaut donc le coup de s’y intéresser de (...) #Les_Articles

    / #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, #Technologie

    https://www.partage-le.com/2018/10/28/le-mensonge-du-progres-par-nicolas-casaux

  • Alain Damasio : « On vit dans un laboratoire en temps réel »
    https://www.humanite.fr/alain-damasio-vit-dans-un-laboratoire-en-temps-reel-698374

    Loi sécurité globale, confinement, dépassement du capitalisme, culture du vivant… L’écrivain de science-fiction démarre l’année 2021 avec un grand entretien pour « l’Humanité Dimanche ». Dimanche 27 décembre. L’année 2020 touche à sa fin et le romancier Alain Damasio part en Bretagne pour une session d’écriture. Juste avant, « l’Humanité Dimanche » lui a tenu compagnie pendant deux heures, pour une séance photo au-dessus d’un centre commercial Montparnasse déserté, avant un long entretien plus au chaud, dans la (...)

    #police #technologisme #violence #COVID-19 #santé #surveillance #domination

    ##santé

  • #sciences_critiques

    Sciences Critiques est né d’un constat simple : il n’existait pas, jusqu’à aujourd’hui, de site d’#information dédié exclusivement aux #sciences, traitant tout particulièrement des sciences « en train de se faire », dans les laboratoires comme en-dehors – par opposition aux sciences « déjà faites » que sont les découvertes scientifiques et les innovations technologiques.

    Il n’existait pas de site d’information et de réflexion associant penseurs, journalistes et citoyens, dont les contenus éditoriaux seraient entièrement consacrés au décryptage des controverses scientifiques contemporaines et, plus généralement, à la compréhension du « monde des sciences ».

    Nous nous positionnons en tant que méta-média, désireux, non pas de participer à la compétition médiatique, mais d’offrir, aux passionné-e-s des sciences comme aux curieux-ses, des clés et des repères au travers de contenus originaux et de référence (tribunes libres, enquêtes, dossiers, grands entretiens, etc.).

    Convaincu-e-s que l’élaboration d’une information de qualité nécessite du temps, nous nous inscrivons pleinement dans une démarche de « journalisme lent » (#Slow_Journalism), la seule façon, selon nous, de renouer avec les lettres de noblesse du #journalisme.

    https://sciences-critiques.fr

    • #Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des #technosciences

      Les #techniques promettent abondance et bonheur ; elles définissent la condition humaine d’aujourd’hui. Pourquoi les contester, et à quoi bon ? Les discours technocritiques ne masquent-ils pas des peurs irrationnelles, un conservatisme suranné, voire un propos réactionnaire ? Pourtant, depuis que les sociétés humaines sont entrées dans la spirale de l’industrialisation, des individus et des groupes très divers ont dénoncé les techniques de leur temps et agi pour en enrayer les effets. L’introduction de #machines censées alléger le travail, les macrosystèmes techniques censés émanciper des contraintes de la nature, la multitude des produits technoscientifiques censés apporter #confort et #bien-être ont souvent été contestés et passés au crible de la critique.
      Contre l’immense condescendance de la postérité, Technocritiques est un ouvrage qui prend au sérieux ces discours et ces luttes. Depuis deux siècles, les technocritiques sont foisonnantes et multiformes, elles émanent des philosophes et des romanciers comme des artisans et des ouvriers ; elles se retrouvent en Europe comme dans le reste du monde et nourrissent sans cesse des pratiques alternatives. Toute une tradition de combat et de pensée originale et méconnue s’est ainsi constituée : ce livre d’histoire au présent tente de leur redonner vie tout en pointant les impasses des choix politiques mortifères portés par la foi en une « croissance » aveugle. Et, en filigrane, il montre comment s’est imposé le grand récit chargé de donner sens à la multitude des objets et artefacts qui saturent nos existences.

      https://www.editionsladecouverte.fr/technocritiques-9782707178237
      #livre

    • Édouard PIELY - La nécessaire critique du « système technicien »

      La fuite en avant technologique s’impose à nous dans tous les aspects de notre vie, tant sur le
      plan social et collectif que dans notre sphère plus intime. Au regard des conséquences préoccupantes nous tenterons de proposer quelques pistes de réflexions, des alternatives possibles.

      En faisant référence à plusieurs grands auteurs, il s’agit de faire ensemble un tour d’horizon
      technocritique, afin de mettre en question le progrès technique, la société technicienne, la
      passion de l’efficacité…

      Un panorama efficace de la pensée technocritique depuis deux siècles, de bon repères pour nous aider à creuser nos réflexions paysannes sur la souveraineté technologique.

      https://www.youtube.com/watch?v=G0hFQ-zEH60

  • The Capitol Attack Doesn’t Justify Expanding Surveillance
    https://www.wired.com/story/opinion-the-capitol-attack-doesnt-justify-expanding-surveillance

    The security state that failed to keep DC safe doesn’t need invasive technology to meet this moment—it needs more civilian oversight. They took our Capitol, stormed the halls, pilfered our documents, and shattered the norms of our democracy. The lasting damage from Wednesday’s attack will not come from the mob itself, but from how we respond. Right now, a growing chorus is demanding we use facial recognition, cellphone tower data, and every manner of invasive surveillance to punish the mob. (...)

    #FBI #biométrie #racisme #technologisme #facial #reconnaissance #discrimination #extrême-droite (...)

    ##surveillance

  • Groupe Grothendieck, Avis aux chercheurs, aux professeurs, aux ingénieurs, 2020
    https://sniadecki.wordpress.com/2021/01/08/groupe-grothendieck-technoscience
    et à la base
    https://lundi.am/Avis-aux-chercheurs-aux-professeurs-aux-ingenieurs

    BIEN QU’AUJOURD’HUI le projet technoscientifique insuffle ses directives et sa façon de voir le monde dans nombre de catégories de l’activité humaine, son cœur, sa capacité à agir, se trouve principalement dans la recherche scientifique et plus précisément dans les mastodontes des instituts de recherche dits « publics ». En France ce sont surtout le CNRS et le CEA qui agrègent la plupart des forces pour la bataille technoscientifique.

    La décision d’arrêter au plus vite la recherche et de fermer ces instituts est une priorité sociale et politique. Nous ne pouvons nous réapproprier ces « moyens de production » qui ne sont pas fait pour le peuple mais contre lui. Les pseudo-bienfaits obtenus par la consommation des sous-produits du système ne compensent ni ne règlent les méfaits et les nuisances de ce même système. La satisfaction n’engendre pas automatiquement la liberté.

    Cette décision d’arrêter, elle ne peut venir que d’en bas, des ingénieurs, chercheurs, professeurs, techniciens, c’est-à-dire des personnes qui font réellement tourner la machine, l’entretiennent, la perpétuent et propagent son idéologie. Ni un salaire, ni un statut, ni la jubilation d’une découverte ne peuvent justifier la perpétuation d’une telle barbarie. Voyons ce projet comme quelque chose de massif avec ses routines étatiques et son cheptel humain. Les gestes individuels du « si tout le monde faisait comme moi » n’y changeront pas grand chose parce qu’ils agissent à un niveau inférieur au politique. C’est-à-dire au niveau de l’éthique et cela n’est pas suffisant, pour enrailler le processus d’expansion. C’est au niveau de la communauté des humains, de la société, qu’il faut agir. Les combats se situent donc sur le terrain de l’action effective, des luttes d’idées et de l’organisation en groupes, collectifs, où toutes autres structures ouvertes, combatives et déterminées. Si nous agissons, personne ne peut prédire les issues des combats à venir.

    Groupe Grothendieck, automne 2020.

    L’université désintégrée
    http://www.lemondealenvers.lautre.net/livres/universite_desintegree.html

    Le groupe Grothendieck est composé d’étudiants, d’étudiantes, de démissionnaires de l’Université, de non-experts experts de leur vie, d’anti-tout jamais contents, de fouineuses d’informations, de perturbatrices de conférences guindées, de doctorants (bientôt chômeurs) fans d’Élisée Reclus…
    Il nous fallait un nom. En forme d’hommage, Grothendieck, de par son parcours, ses écrits et ses engagements, nous semblait refléter assez bien ce que nous avions envie de faire, bien loin des mouvements réformistes corporatistes.

    Sommaire

    Introduction : « Welcome in the Alps »

    I Le modèle grenoblois : De la place forte militaire au bassin industriel / Les militaires dans le Triangle de Fer / Une armée de chercheurs au service de l’industrie militaire / Louis Néel, le cerveau du modèle grenoblois / Une « Silicon Valley à la française » ?

    II Les deux campus : La vitrine à l’américaine : le campus de Saint-Martin-d’Hères / La salle des machines du laboratoire grenoblois : la Presqu’île scientifique

    III L’actualité du Triangle de Fer : Chefs et fonctionnement de l’UGA / L’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR) dans le Triangle de Fer / Laboratoires et équipes mortifères à Grenoble

    Conclusion : ce que chercher veut dire : La main invisible de l’armée / Thanatophilie de la recherche publique / Refus total contre refus parcellaire

    Principales institutions citées / Quelques livres pour aller plus loin / Chronologie / Le groupe Grothendieck / Notes

    #technoscience #recherche #critique_techno #armée #pouvoir #liberté #politique #Grothendieck #Alexandre_Grothendieck

    • Hommage ou appropriation, ça se discute. Surtout si c’est pour recycler le compte frelaté de pmo :)

    • Si on parle de cachotteries je n’en sais rien… mais en tout cas le livre explique clairement que le groupe part d’étudiantes et d’étudiants. Et s’est formé suite à la répression d’un rassemblement contre la venue de l’armée sur le campus. En revanche illes indiquent clairement suivre la voie de la méthode d’enquête critique utilisée par PMO, et illes ont fait leur recherche sur le même domaine : l’histoire grenobloise puisque c’est de là qu’illes parlent.

      Pour les étudiants conscientisés, le message envoyé par les instances universitaires est assez clair : « Lʼarmée, au même titre que les autres institutions dʼÉtat, est la bienvenue à la fac et dʼailleurs,nous collaborons volontiers avec elle. » Vers la fin de lʼaprès-midi, le bâtiment offre une brèche dans laquelle sʼengouffre le cortège étudiant et antimilitariste aux cris de « Frontex, dégage ! ». Dans la salle du colloque, la présentation sʼarrête,quelques apostrophes volent de part et dʼautre. Cinq minutes plus tard, une vingtaine de flics accompagnés des cowboys de la BAC prennent tout le monde par surprise et tapent à la volée les étudiants et étudiantes coincés dans la salle. Une sortie par une salle attenante permet de fuir lʼassaut policier, tout le monde court. Une manifestante se fait attraper et frapper au sol par la police. Elle finira sa journée à lʼhôpital, traumatisée plus que blessée par cette violence sauvage. Au total, quatre blessés légers sont à dénombrer du côté des manifestantes et des manifestants.

      Cet évènement est lʼélément déclencheur de lʼécriture de ce livre. Fréquentant le campus depuis de nombreuses années, nous savions quʼil y avait des liens aussi bien historiques quʼéconomiques entre la fac et lʼarmée, mais nous en étions restés à des suppositions. […] La violence subie lors de la première manifestation dénonçant lʼassociation de lʼuniversité avec des institutions policières et militaires, ainsi que le silence méprisant dont a fait preuve la direction de la fac aux communiqués qui ont suivi le colloque, nous ont donné lʼélan pour fouiller et dénoncer les intrications entre la recherche, lʼuniversité, lʼarmée et le tissu industriel à Grenoble.

      Comment caractériser ces liens ? Les historiens étasuniens, forts du contexte national de la Guerre froide et des politiques publiques en matière dʼarmement, ont été les premiers à parler de « complexe militaro-industriel6 ». Le terme connut un énorme succès aux États-Unis et fut complété dʼun troisième terme dans les années 1970 : cʼest le complexe scientifico-militaro-industriel. En France, des auteurs et autrices comme Roger Godement ou Andrée Michel en popularisèrent lʼuti-lisation7. Préférant les allégories aux sigles barbares dont ce petit livre est déjà bien truffé, nous utiliserons lʼexpression « Triangle de Fer »*, développée dans le livre The Valley8, qui désigne les liens quʼentretenaient dans la Silicon Valley des années 1930 lʼUniversité de Stanford, lʼUS Army et les proto-start-up comme Hewlett-Packard, pour lʼappliquer au cas français actuel.

      Le Triangle de Fer, est structuré autour de trois acteurs : lʼarmée, les industriels et lʼUniversité (au sens large : facultés, écoles dʼingénieurs, recherche publique et enseignement public supérieur). Dans ce livre, nous nous attacherons à montrer les relations entre université et armée, et université et industrie dans la région grenobloise. […]

      Quʼon se le dise : aucune révélation top secrète, aucun plan confidentiel dʼun complot militaire, aucun tuyau dʼune source anonyme nʼapparaîtront dans ce livre. Contrairement à lʼépoque de Roger Godement – qui, pour parvenir à un résultat fourni, devait compiler informations livresques souvent en anglais, sources officieuses du sérail militaire, et articles tirés de revues obscures – aujourdʼhui rien nʼest plus simple que de se les procurer. Malgré les secrets dʼÉtat et la discrétion des labos, une partie des informations est accessible au commun des mortels : articles de journaux locaux ou nationaux, sites internet, livres, déclarations radio ou télé, thèses accessibles en ligne... Ils se vantent, ils se répandent en propagande, on en profite ! Pas besoin du chapeau de détective ou de la carte de presse du journaliste dʼinvestigation : un peu de curiosité et de perspicacité suffisent à révéler les histoires et détricoter le fil des servitudes entre organismes, financements et responsabilités. Même sʼil est vrai que la carte de presse dʼun journaliste nous aurait, sans doute, permis de fouiner plus profondément, lʼessentiel a été fait.

      Cette façon de travailler, nous lʼempruntons à lʼ« enquête critique », une méthode initiée par le site Pièces et main dʼœuvre et utilisée par des collectifs de militants depuis pas mal dʼannées dans la région grenobloise. À chaque information collectée, à chaque paragraphe écrit, nous revenions à nos questions de base : Qui commande ? Dans quelle structure ? Avec quels moyens financiers ? Quels moyens matériels ? Quelles forces politiques ? Dans quels buts ? Avec quels soutiens ?Toutefois, ne souhaitant pas reproduire la séparation disciplinaire que lʼon apprend à la fac, ce texte est à la fois un récit de la technopole grenobloise, une critique sociale du désastre, un tract politique véhément contre la recherche scientifique et une réflexion philosophique sur ses conséquences. Nous resterons à un niveau local, celui que nous connaissons le mieux,sans pour autant cesser de faire des va-et-vient avec les enjeux globaux. Car nous partons du présupposé que lʼimplantation du Triangle de Fer est partout présente dans les pays industrialisés. Que la ville de Grenoble soit certifiée « ville verte,propre, apaisée et solidaire » (on en passe) ne change rien à la prégnance du système dans nos vallées, bien au contraire ! Mais sʼil vous prenait lʼenvie de faire de même dans votre ville,il est probable que vous y découvririez le même style de petites pépites.

      Ce travail doit beaucoup aux militants techno-critiques de la région grenobloise et à leur lutte contre les « nécrotech-nologies » (nano et biotechnologies, biologie de synthèse, interactions homme-machine, etc.), et aux travaux de fond quʼils et elles ont mené sur la technopole grenobloise. Nous espérons que la critique produite dans ce livre soit féconde à Grenoble ou ailleurs. En débats quʼelle soulèvera peut-être ; en initiatives du même genre dans dʼautre villes, sur dʼautres campus, par des étudiants et des étudiantes ne se laissant pas duper par les consensus faux et mous de leur directeur et de ses ouailles ; et surtout féconde en combats face à un pouvoir qui montre les crocs contre sa population et tue sans vergogne dans bien des régions du monde. Parce que lʼaction de la cri-tique reste et restera avant tout la critique en action, il nous faudra, nous, vous, servir du texte, de la méthode, pour demander des comptes en haut, et peut-être nous organiser pour que les choses changent, à Grenoble et dans les autres facs. La lutte ne fait que recommencer !

  • La société des boîtes noires s’étend
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/la-societe-des-boites-noires-setend

    La revue de recherche Big Data & Society (@bigdatasoc, blog) publie un numéro spécial sur la « société de la boite noire », revisitant l’ouvrage du professeur de droit américain Frank Pasquale (@frankpasquale), Black Box Society (FYP, 2015), 5 ans après sa publication, pour repenser l’économie politique des Big Data (voir notamment notre article, Peut-on améliorer les critères des crédits ?). Salué comme l’un des premiers livres scientifiques sur les enjeux de la prise de décision algorithmique, (...)

    #algorithme #technologisme #consentement #données

    /assets/images/logo_ia.png

  • Règlement terroriste : le Parlement européen doit s’opposer à la censure sécuritaire
    https://www.laquadrature.net/2021/01/08/reglement-terroriste-le-parlement-europeen-doit-sopposer-a-la-censure-

    Lundi 11 janvier, la commission LIBE (pour Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) du Parlement européen va voter sur le règlement dit « antiterroriste ». Ce texte (disponible ici en anglais, version non consolidée) vise à soumettre l’ensemble des acteurs de l’Internet à des obligations aussi strictes qu’absurdes. La principale obligation sera de permettre aux autorités de n’importe quel État membre de l’Union européenne (que ce soit la police ou un juge) de demander (...)

    #anti-terrorisme #censure #technologisme #SocialNetwork #surveillance #LaQuadratureduNet

  • Nous n’y arriverons pas seuls : l’illusion du colibri
    http://carfree.fr/index.php/2021/01/08/nous-ny-arriverons-pas-seuls-lillusion-du-colibri

    Comment vivre sa vie de manière plus durable ? En plaçant la responsabilité directement sur les individus, l’attention est détournée des nombreuses institutions chargées d’élaborer des mesures et de les concrétiser. Lire la suite...

    #Argumentaires #Fin_de_l'automobile #Réchauffement_climatique #climat #critique #écologie #énergie #individualisme #politique #société #technologie

  • Voices from the Valley - Ben Tarnoff
    https://us.macmillan.com/books/9780374538675

    In Voices from the Valley, the celebrated writers and Logic cofounders Moira Weigel and Ben Tarnoff take an unprecedented dive into the tech industry, conducting unfiltered, in-depth, anonymous interviews with tech workers at all levels, including a data scientist, a start-up founder, a cook who serves their lunch, and a PR wizard. In the process, Weigel and Tarnoff open the conversation about the tech industry at large, a conversation that has previously been dominated by the voices of (...)

    #technologisme #GigEconomy #travail

  • Dégouverner ?
    http://www.internetactu.net/2021/01/06/degouverner

    Si le monde nous semble si incompréhensible, c’est qu’il l’est devenu !, explique l’écrivain Tim Maughan (@timmaughan), auteur notamment d’un roman de science-fiction, Infinite Detail (MCD Books, 2019, non traduit), sur One Zero (@ozm). Des chaînes d’approvisionnement automatisées aux échanges commerciaux à haute fréquence, la complexité rend le monde « inconnaissable » à toute intelligence humaine. Pire souligne-t-il, pour générer toujours plus de croissance, les systèmes automatisés doivent augmenter sans (...)

    #algorithme #technologisme #domination

  • « Je ne suis pas épidémiologiste » - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Je-ne-suis-pas-epidemiologiste

    Cette semaine, trente-cinq personnes sont tirées au sort pour « nourrir le pouvoir exécutif et législatif » dans la conduite de la campagne de vaccination « et d’ajuster les réponses qui doivent être apportées aux Français ». L’annonce, qui a été faite le mois dernier, a suscité beaucoup de sarcasmes : confier à n’importe qui une question aussi technique, mais vous n’y pensez pas ?

    #Aude_Vidal #démocratie #politique #tirage_au_sort #santé #technocratie #acceptabilité

    • Je suis toujours étonnée que celles et ceux que terrifie l’idée de faire appel en politique à des personnes tirées au sort ne nous proposent pas également un dispositif de certification préalable des électeurs et électrices, comme ce fut le cas jusqu’en 1945. Le désaveu de l’autre en politique a une longue histoire… Mais pas besoin, l’idée même de représentation (tu votes mais c’est une personne par essence supérieure à toi ou qui se croit telle qui est élue) est une manière de cadrer les errements populaires, qu’il s’agisse des errements d’électeurs et électrices qui ont décidément trop peu fait d’études ou ceux de personnes qui ont de malheureux intérêts de classe que les riches n’ont, oh non, jamais.

      Cette crainte est aussi une confiance indue dans le personnel politique. Mon député était dentiste et sa seule qualification était de marigoter avec d’autres gens aisés de droite dans un parti qui distribuait les candidatures. Belle compétence. Non, la plupart des élu·es n’ont pas fait Sciences po et l’Ena, ce sont leurs collaborateurs et collaboratrices qui sont formé·es à l’action publique. Ou bien ils et elles apprennent sur le tas. Et l’Assemblée LREM, composée de notables de petites villes qui ne se représenteront pas, est un sacré exemple d’amateurisme politique… et de montée en compétences, pour certain·es.

    • Je suis d’accord avec la plupart des arguments mais dans le cas d’espèce qui nous intéresse, ce tirage au sort est inutile et ridicule. C’est une manœuvre dilatoire du gouvernement pour cacher ses propres errements. D’ailleurs cela fait du mal à l’idée même de tirage au sort. La campagne de vaccination massive à prévoir est une question technique plus que politique et donc oui en l’occurrence il faut des compétences techniques pour y répondre, compétences que ne possèdent a priori pas des gens tirés au sort.

    • Le problème n’est pas que ce soit inutile ou ridicule, c’est surtout que c’est très tardif, alors même que l’on constate que les doses sont livrées, que les congélateurs ne sont pas arrivés...

      La concertation prend du temps, et là, ce temps n’existe pas. Des citoyens lambda, si on avait du temps, seraient tout à fait capables de mettre en œuvre et justifier une politique vaccinale efficace et éclairée.

      Mais on est dans l’urgence, du fait de l’impréparation manifeste. Comme je le disais ailleurs, quand on passe l’été à préparer des lois sur un séparatisme fantasmé sans s’intéresser au contrôle de l’épidémie, c’est qu’on se fout de l’épidémie et qu’on a un autre agenda. Ces gens qui nous gouvernent n’ont pour communication que la fabrication de fumigènes. Et pour politique la mise en coupe réglée de tout ce qui crache du pognon de dingue dans les bonnes poches.

      J’ajoute que comme d’habitude, les écrits d’Aude sont d’une intelligence et d’une sensibilité agréables à lire.

    • La technique, c’est une chose, les choix politiques c’en est une autre.

      En l’espèce, il semblerait qu’il y ait eu déficiences sur les deux plans. Ce n’est pas le rôle du comité citoyen de pallier les déficiences techniques (y a McKinsey pour ça ;-) mais bien de fixer les orientations. De ce point de vue, je ne vois pas comment il pourrait faire moins bien que ce qui a été fait.