• #technique #écosocialisme #benjamin
    Walter Benjamin, qui propose par ailleurs une nouvelle conception de la technique comme « maîtrise des relations entre la nature et l’humanité », dit dans ses Thèses sur le concept d’histoire :
    « Marx a dit que les révolutions sont la locomotive de l’histoire mondiale. Peut-être que les choses se présentent autrement. Il se peut que les révolutions soient l’acte par lequel l’humanité qui voyage dans le train tire les freins d’urgence »

    in Walter Benjamin, précurseur de l’écosocialisme, de Michael Löwy (https://journals.openedition.org/chrhc/4909), lequel vient de faire paraître un La révolution est le frein d’urgence. Essais sur Walter Benjamin (http://www.lyber-eclat.net/livres/la-revolution-est-le-frein-durgence) (préface : https://blogs.mediapart.fr/michael-lowy/blog/280119/la-revolution-est-le-frein-d-urgence-essais-sur-walter-benjamin). Voir aussi, pour une approche biographique de Walter Benjamin, les trois premiers tomes du Manifeste incertain de Frédéric Pajak (http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/manifeste-incertain-1-frederic-pajak-9782882502797)


  • #SF #futurs #prospective #technique #effondrement
    « L’imaginaire collectif semble peiner à concevoir un développement humain en dehors d’une extension continue de la technosphère. On conçoit facilement que les questions qui seraient alors soulevées pourraient être désagréables ou perturbantes. »

    « La thématique montante de l’anthropocène et, a fortiori, celle de l’effondrement peuvent laisser l’impression qu’il n’y a plus guère d’espoir hormis gérer les conséquences de la dégradation écologique généralisée que l’humanité a enclenchée. L’angoisse et la peur sont rarement les réactions les plus propices à l’émancipation.[...] L’émancipation suppose en tout cas de ne pas penser que l’horizon futur est bouché et une pré-condition est toujours d’avoir à disposition des visions alternatives. »

    https://yannickrumpala.wordpress.com/2019/03/13/redonner-de-la-perspective-au-futur



  • Les outils en pierre sculptée, également appelés noyaux Levallois, étaient utilisés en Asie de l’Est plus tôt que prévu (80 000 à 170 000 ans au lieude 30 000 ans) et vraisemblablement sans apport extérieur .

    Une étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs, y compris de l’Université de Washington, a montré que les outils en pierre sculptée, également appelés noyaux Levallois, étaient utilisés en Asie il y a 80 000 à 170 000 ans. Développés en Afrique et en Europe occidentale il y a déjà 300 000 ans, les noyaux sont le signe d’une fabrication d’outils plus avancée - le "multi-outil" du monde préhistorique - mais, jusqu’à présent, ils n’auraient pas émergé en Asie de l’Est que vers 30 000 à 40 000 ans.

    Avec cette découverte - et l’absence de fossiles humains liant les outils aux populations migrantes - les chercheurs pensent que la technologie a été développée de manière indépendante par les Asiatiques, preuve de compétences similaires évoluant dans différentes parties du monde antique.

    "Autrefois, on pensait que les noyaux Levallois étaient arrivés en Chine avec des humains modernes", a déclaré Ben Marwick, professeur agrégé d’anthropologie à l’UW et l’un des auteurs correspondants du journal. "Notre travail révèle la complexité et l’adaptabilité des gens de là-bas, équivalentes à celles du reste du monde. Cela montre la diversité de l’expérience humaine."

    Les noyaux en forme de Levallois - le "couteau suisse des outils préhistoriques", a déclaré Marwick - sont efficaces et durables, indispensables pour une société de chasseurs-cueilleurs dans lesquels une pointe de lance cassée pourrait signifier une mort certaine aux griffes d’un prédateur. (...)

    Présentant une surface à facettes distincte, créée par une suite d’étapes, les flocons Levallois sont des « flans » polyvalents, utilisés pour lancer, trancher, gratter ou creuser. Le processus de taille représente une approche plus sophistiquée de la fabrication d’outils que les pierres simples et ovales des périodes antérieures.

    Les artefacts Levallois examinés dans cette étude ont été mis au jour dans la grotte de Guanyindong dans la province de Guizhou dans les années 1960 et 1970. Des recherches antérieures utilisant des datations en série d’uranium ont estimé une vaste tranche d’âge du site archéologique - entre 50 000 et 240 000 ans - mais cette technique antérieure était centrée sur les fossiles trouvés loin des artefacts en pierre, a déclaré Marwick. L’analyse des sédiments entourant les artefacts fournit des indices plus précis quant au moment où les artefacts auraient été utilisés.

    Marwick et d’autres membres de l’équipe, issus d’universités chinoises et australiennes, ont utilisé la luminescence stimulée optiquement (OSL) pour dater les artefacts. L’OSL peut déterminer l’âge en déterminant à quel moment un échantillon de sédiment, jusqu’à un grain de sable, a été exposé au soleil - et donc combien de temps un artefact a pu être enfoui dans des couches de sédiment.
    (...)
    Les chercheurs ont analysé plus de 2 200 artefacts trouvés dans la grotte de Guanyindong, ramenant à 45 le nombre de noyaux et de flocons de style Levallois. Parmi ceux qui auraient plus de 130 000 à 180 000 ans, l’équipe a également pu identifier l’environnement dans lequel les outils ont été utilisés : une forêt ouverte sur un paysage rocheux, dans "une zone de forêt pluviale réduite par rapport à aujourd’hui", notent les auteurs.

    En Afrique et en Europe, ces types d’outils en pierre se trouvent souvent sur des sites archéologiques datant de 300 000 à 200 000 ans. Il s’agit de la technologie Mode III, qui fait partie d’une vaste séquence évolutive précédée de la technologie de la hache à main (mode II) et de la technologie des outils à lame (mode IV). Les archéologues pensaient que les technologies de mode IV étaient arrivées en Chine par migration occidentale, mais ces nouvelles découvertes suggèrent qu’elles auraient pu être inventées localement. À l’époque, les gens fabriquaient des outils dans la grotte de Guanyindong et les Denisovans - contemporains relatifs des Néandertaliens ailleurs dans le monde - parcouraient l’Asie de l’Est. Mais alors que des centaines de fossiles d’humains archaïques et d’objets connexes, datant d’il y a plus de 3 millions d’années, ont été découverts en Afrique et en Europe, les archives archéologiques en Asie de l’Est sont plus rares.

    C’est en partie la raison pour laquelle il existe un stéréotype, à savoir que les peuples anciens de la région étaient en retard en termes de développement technologique, a déclaré Marwick.

    "Nos travaux montrent que les peuples anciens étaient tout aussi capables d’innovation que n’importe où ailleurs. Les innovations technologiques en Asie de l’Est peuvent être développées chez nous, et ne viennent pas toujours de l’Ouest", a-t-il déclaré.

    L’émergence indépendante de la technique Levallois à différents moments et endroits du monde n’est pas unique en termes d’innovations préhistoriques. La construction de pyramides, par exemple, est apparue dans au moins trois sociétés distinctes : les Égyptiens, les Aztèques et les Mayas. La construction de bateaux a débuté en fonction de la géographie et dépendait des matériaux disponibles dans la communauté. Et bien sûr, l’écriture s’est développée sous diverses formes avec des alphabets et des caractères distincts.

    Dans l’évolution des outils, les noyaux Levallois représentent une étape intermédiaire. Les processus de fabrication ultérieurs ont donné des lames plus raffinées constituées de roches et de minéraux plus résistants à la desquamation, ainsi que des composites associant par exemple une pointe de lance à des lames le long du bord. L’apparition ultérieure de lames indique une nouvelle augmentation de la complexité et du nombre d’étapes nécessaires à la fabrication des outils.

    "L’apparition de la stratégie Levallois représente une forte augmentation de la complexité de la technologie, car de nombreuses étapes doivent être remplies pour obtenir le produit final, par rapport aux technologies précédentes", a déclaré Marwick.

    #Préhistoire #technique #industrie_lithique #Levallois #Asie #Evolution

    Yue Hu, Ben Marwick, Jia-Fu Zhang, Xue Rui, Ya-Mei Hou, Jian-Ping Yue, Wen-Rong Chen, Wei-Wen Huang, Bo Li. Late Middle Pleistocene Levallois stone-tool technology in southwest China. Nature, 2018; DOI: 10.1038/s41586-018-0710-1

    The ‘Swiss Army knife of prehistoric tools’ found in Asia, independent of ancient African or European influence | UW News
    http://www.washington.edu/news/2018/11/19/the-swiss-army-knife-of-prehistoric-tools-found-in-asia-independent-of-a

    The map shows where Levallois artifacts have been found. The oldest, dating to 337,000 years ago, have been found in Europe and Africa. The star on the map marks the site of Guanyindong Cave, where new research published in the journal Nature shows that this technology was used 80,000 to 170,000 years ago in Asia, much earlier than previously thought.Marwick et al


  • Gilets jaunes : ne croyez pas la télé !
    André Gunthert 2 décembre 2018 - 9 h 06 min

    Les préoccupations de décompte du nombre de manifestants sont totalement obsolètes. Car l’occupation spatiale des gilets n’a rien à voir avec le regroupement en bataillon d’une foule sur une avenue. Si la métaphore guerrière pouvait venir à l’esprit, c’était plutôt dans sa dimension tactique. Malgré ou plutôt à cause des blocages policiers, la signature visuelle des gilets jaunes se déplaçait sans cesse, en petits groupes mobiles, inscrivant sa souveraineté sur le territoire parisien, franchissant la Seine sans souci des itinéraires balisés, et venant interrompre la circulation à la vitesse de l’éclair, malaisément suivie par le cordon policier.

    Qu’on était loin de l’obéissance syndicale, incarnée par le respect du tracé préfectoral Bastille-Répu, et par la pression des rangées de CRS venues intimider les manifestants. Grâce à cette mobilité tactique, hier, ce qui sautait aux yeux, c’est que les gilets jaunes avaient pris Paris.

    #giletsjaunes #médias #police #tactiques #répression #syndicats #gilets_jaunes #harcèlement #cortègedetête #province #campagne #nasse #techniques_policières #répression #précariat #salariat

    http://imagesociale.fr/6807?subscribe=error#blog_subscription-3

    • Comme mes amis photographes sur Facebook, aimantés par le pittoresque des situations d’affrontement et par la rassurante identification d’une figure connue – l’apocalypse sur fond d’incendie –, l’information privilégiait le schéma des violences émeutières, aplatissant l’intelligence et la nouveauté du mouvement par l’imposition du filtre de la casse. Pas étonnant qu’une mobilisation qui refuse toute médiation soit si mal traitée par les médiateurs professionnels, qui sont en réalité aussi dépassés que la police par les caractères inédits de l’action.


  • QUAND ON VIENDRA DE NOS CAMPAGNES POUR DESCENDRE SUR LA CAPITALE...
    Un rapide point de vue (libertaire) de province pour répondre à l’appel à témoignage pour saisir le mouvement des gilets jaunes

    Pour ce qui est du comportement des flics, nous avons fait un point à chaud après la manifestation avec des militants libertaires parisiens que nous avons rejoint. C’était drôle et à la fois agaçant d’entendre les réactions aigries et incrédules de beaucoup vis-à-vis du mouvement des gilets jaunes et surtout de la manif parisienne sur les Champs.
    Après les pleurnichages sur le fait que les gilets jaunes n’étaient pas là quand il fallait descendre dans la rue pour la Loi travail, les retraites, les services publics,... nous avons eu le droit au « de toute façon, les flics ont laissé faire ».

    C’est sur que les flics ne pouvaient pas charcuter au corps à corps monsieur tout le monde comme dans les manifs gauchistes, le risque de radicalisation de cette foule lambda est trop grand. Mais, surtout, c’est encore moins possible quand ce n’est pas un cortège de tête classique, collé à l’avant de manifestations qui sont désormais d’immenses nasses dès le point de départ et qui suivent un itinéraire convenu et sécurisé à l’avance.
    Là on ne marchait pas dans les clous et beaucoup de forces policières étaient immobilisées pour défendre les périmètres de sécurité autour des lieux de pouvoir. Le reste des troupes était insuffisant pour couvrir les grandes zones où des manifestants occupaient les rues et faisaient preuve de beaucoup de mobilité et d’audace. Je pense que les effectifs policiers dans ces zones ont été complètement débordés, dépassés et même parfois nassés.
    Le matériel lourd était de sortie pourtant, trois camions à eau, hélicoptère, énormément de lacrymogène et beaucoup de grenades diverses et flashball. Mais les manifestants n’étaient pas dans un cortège couloir/cul-de-sac où les flics n’ont qu’à rentrer brutalement dans une masse tassée et bloquée. Les gens résistaient et répliquaient jusqu’à la dernière extrémité mais se dérobaient au maximum face aux charges et préféraient, au moment du contact physique, partir vers d’autres rues et contourner sans cesse les flics pour arriver dans leur dos ou sur leur flancs. Cette technique de harcèlement a été payante, c’est bien plus efficace, on use réellement les policiers qui courent partout pour rien et on laisse beaucoup moins de monde sur le carreau.

    https://paris-luttes.info/quand-on-viendra-de-nos-campagnes-11153

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #harcèlement #cortègedetête #province #campagne #nasse #techniques_policières #répression #précariat #salariat


  • « Partout, un monde fumant » (Sylvain Tesson, France Inter)
    https://www.franceinter.fr/culture/partout-un-monde-fumant-sylvain-tesson-effraye-par-l-usure-du-monde

    Jamais autant qu’en ces journées où j’ai vu défiler sous mes yeux l’#enlaidissement du monde et l’#appauvrissement de l’homme, jamais n’ai-je autant entendu parler de l’avenir radieux des lendemains, des promesses qu’ils recelaient, des saluts qu’ils réservaient. 
    […]
    Et ce rapport m’effraie, entre le monstrueux accroissement des affronts faits à la Terre et l’#abandon des esprits à des #promesses messianiques. 
    Comme s’il y avait un lien proportionnel entre la fantastique #dégradation du présent, du réel, et le mouvement conjoint d’oubli du passé et de supplication adressée à l’avenir. 
    Or, cette confiance dans les trois avènements que je viens de citer : le dieu #religieux, les promesses #politiques, les prouesses #techniques. Ces trois #messianismes, je les tiens pour des écrans de fumée qui nous épargnent de mieux nous conduire ici et maintenant, de ménager ce dont nous disposons, de conserver ce qui tient encore bon. 


  • Et si l’on allait du côté des branchés ? Que diriez vous d’une une promenade dans les #usages_sociaux du #numérique à travers un dossier de huit articles : #réseaux_sociaux, pétitions, buzz, school shooting...

    http://sms.hypotheses.org/3340

    #web, #numérique, #internet, #usages_sociaux, #pétition, #buzz, #usages, #TIC, #communication, #information, #technique, #technologie


  • A military technique for falling asleep in two minutes (https://www...
    https://diasp.eu/p/7669076

    A military technique for falling asleep in two minutes

    It was developed to ensure soldiers stayed alert and didn’t make mistakes due to tiredness Article word count: 484

    HN Discussion: https://news.ycombinator.com/item?id=17905574 Posted by pmoriarty (karma: 27785) Post stats: Points: 113 - Comments: 48 - 2018-09-03T23:44:15Z

    #HackerNews #asleep #falling #for #military #minutes #technique #two

    Article content:

    While some people manage to nod off as soon as their head hits the pillow at night, others toss and turn all night as they struggle to drift off. 

    If you’re used to lying in bed awake at night, brain whirring at a million miles an hour, unable to get the sweet, sweet slumber you crave, then good news.

    A secret military technique that is said to help anyone fall (...)


  • Et un peu de technique... comment faisait-on de la fibre végétale à l’Âge du Bronze ?

    The first plant bast fibre technology : identifying splicing in archaeological textiles.
    25/07/2018

    Une nouvelle étude publiée cette semaine dans la revue Archaeological and Anthropological Sciences a identifié que la première technologie de fibre végétale utilisée pour faire du fil au début de l’âge du bronze en Grande-Bretagne et en Europe et au Proche-Orient était épissée.

    Dans l’épissage, des bandes de fibres végétales (lin, ortie, tilleul et autres espèces) sont assemblées individuellement, souvent après avoir été arrachées de la tige directement et sans ou avec un minimum de rouissage - le processus d’introduction d’humidité pour ramollir les fibres .

    Selon l’auteur principal, Dr Margarita Gleba, chercheuse à l’Institut McDonald pour la recherche archéologique de l’Université de Cambridge, « la technologie d’épissage est fondamentalement différente de la filature à repousser. Le passage de l’épissage - la technologie originale de la fibre de bast - à la filature a eu lieu beaucoup plus tard que prévu.

    L’épissage a déjà été identifié dans les textiles suisses, pré-dynastiques égyptiens et néolithiques, mais la nouvelle étude montre que ce type particulier de technologie de filetage peut avoir été omniprésente dans le Vieux Monde pendant la préhistoire.

    " L’innovation technologique des fibres libériennes de la filature - un processus dans lequel les fibres rouillées et bien traitées sont tirées d’une masse de fibres peluchées habituellement disposées sur une quenouille, et tordues en continu à l’aide d’une broche tournante - semble coïncider avec l’urbanisation et la croissance démographique, ainsi que la mobilité humaine accrue à travers la Méditerranée au cours de la première moitié du 1er millénaire avant notre ère . "

    « De tels mouvements nécessitaient beaucoup plus de navires, plus grands et plus rapides, qui dépendaient en grande partie de l’énergie éolienne et donc des voiles.La technologie du rouissage et de la filature aurait permis de traiter plus rapidement de grandes quantités de matériel végétal et de fabriquer des voiles.

    Parmi les découvertes analysées pour cette étude, on trouve des fragments de textiles carbonisés de Over Barrow dans le Cambridgeshire, datés de l’âge du Bronze ancien (vers 1887-1696 av. Le site a été excavé par l’unité archéologique de Cambridge.

    Dr. Susanna Harris de l’Université de Glasgow, co-auteur de l’article et expert dans les textiles britanniques de l’âge du bronze : "Nous pouvons maintenant démontrer que cette technologie était également présente en Grande-Bretagne, c’est excitant parce que nous pensons que le passé est familier. [Mais] cela montre que la vie était très différente à l’âge du bronze . "

    « Des sites comme Over Barrow à Cambridgeshire contenaient une sépulture avec des restes de textiles empilés, qui ont été préparés à l’aide de bandes de fibres végétales, épissées dans des fils, puis tissées dans des textiles.

    "On a toujours supposé que les textiles étaient fabriqués selon des pratiques historiques bien connues de filature, mais nous pouvons maintenant montrer que les gens traitaient les plantes différemment, utilisant peut-être des orties ou des plantes de lin pour fabriquer ces beaux textiles tissés."

    #Âge_du_Bronze #technique #fil #Univeristé_de_Cambridge #Gleba #Harris

    https://link.springer.com/article/10.1007/s12520-018-0677-8

    DOI https://doi.org/10.1007/s12520-018-0677-8


  • « Dans le dernier numéro de Socialter, Alain Damasio s’est prêté au jeu du grand entretien. Pouvoir des imaginaires, dangers de la technique [n’importe quoi, on dirait une introduction à un interview de Finkielkraut, la vision de la technique de Damasio est bien plus riche que ça], ambiguïté de la science-fiction, ZAD... Une conversation riche et fouillée, à cheval entre littérature, philosophie et militantisme. »

    http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/682/alain_damasio__qrendre_dsirable_autre_chose_que_le_transhumanismeq

    #philosophie #technique #Internet

    • [...]

      Un exemple ?

      Je prends généralement le GPS comme exemple. Tu arrives à Marseille, tu ne connais rien, tu veux aller à un endroit, le GPS t’y amène. Quand tu fais ça, en réalité, tu ne mémorises rien. Tout est fluidifié, sans efforts, sans tensions, mais tu ne remarques pas qu’à tel endroit il y avait un café bleu, qu’ici tu as longé la mer, qui était de tel côté, que là-bas il y avait les calanques… A contrario, sans GPS, tu habites la ville, tu en fais l’expérience, car tu es obligé de prendre des repères. Ces repères te permettent de faire émerger la ville en toi, de la reconstituer, et c’est une richesse, une puissance. Je pense aussi à Miguel Benasayag qui a dit quelque chose de très beau à propos du portable. On n’est plus jamais seul, on est dans un continuum de connexions et de relations avec nos proches, mais si l’on n’est pas capable de couper par moments, alors on tombe dans la régression vers le stade du bébé où il n’y a plus de distinction entre la mère et l’enfant. On est dans une sorte de fusion relationnelle avec nos proches, mais ça ne permet pas de faire monter le désir qui naît de l’absence, de créer ce moment où tu n’as plus de rapports avec tes proches et tu les fais monter en toi. Quand tu es dans le continuum, tu as le pouvoir toucher tes proches tout le temps, mais tu perds la capacité qu’ils ont de vivre en toi, d’exister en toi et de sentir à quel point ils sont importants.

      [...]


  • Une civilisation du végétal inconnue en Asie du sud-est ?
    Homo Sapiens aurait-il développé une civilisation fondée sur le végétal plutôt que sur la pierre et l’os au cours du paléolithique final (qui se situe entre 11000 et 5000 ans à Laang Spean, Cambodge) ?

    L’hypothèse est plus qu’ intéressante. Il ne manque plus qu’à la prouver par une découverte. Suite, on l’espère, après la mission d’un mois en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

    https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/prehistoire-civilisation-vegetal-inconnue-asie-sud-71339

    Une interview du professeur Hubert Forestier (en anglais et en français) :
    https://kaltim.hypotheses.org/861

    #préhistoire #Hubert_Forestier #Muséum_national_d’Histoire_naturelle #CNRS #Asie #industrie_lithique #technique #paléolithique


  • Les panneaux muraux des “Catégories de mots“ appartenant à “La #grammaire en couleurs©“, de C. et M. Laurent

    De la pratique d’une grammaire inductive à la maîtrise de l’orthographe grammaticale et de la langue. Faire faire de la grammaire autrement, en accordant aux apprenants la confiance qu’ils méritent.

    Parallèlement à notre expérience personnelle de praticien, différentes études montrent que les insuffisances en orthographe grammaticale vont la plupart du temps de pair avec des connaissances grammaticales bien trop floues.

    Conformément à cette réalité, notre thèse est que la compréhension du système orthographique français et sa maîtrise à l’écrit doivent passer par l’acquisition préalable des notions de grammaire nécessaires.

    Encore faut-il, au plan de la conduite de la classe ou des cours, que l’enseignant dispose d’outils pertinents permettant de faire construire les savoirs et savoir-faire nécessaires.


    https://www.uneeducationpourdemain.org/les-panneaux-muraux-de-la-grammaire-en-couleurs-de-christian
    #pédagogie #écriture #grammaire_en_couleurs #technique_d'apprentissage

    • Ecrire dans l’#enseignement supérieur - Des apports de la recherche aux outils pédagogiques

      Consacré à la formation à l’écrit dans l’enseignement supérieur, cet ouvrage répond à des attentes très actuelles : si l’on sait aujourd’hui que les étudiants ont besoin de développer encore leurs compétences écrites, les enseignants n’ont pas toujours la formation requise pour satisfaire ces besoins. Il vise à mettre en perspective les avancées de la recherche dans le champ foisonnant des littéracies universitaires - champ qui réunit des spécialistes à l’échelle internationale - et la formation à l’écrit dans le cadre des activités pédagogiques au niveau supérieur.
      Il s’agit donc de lier systématiquement les dimensions « recherche » et « terrain » . Les démarches pédagogiques proposées ont en commun de favoriser l’implication des étudiants en mettant en oeuvre une approche inductive de la connaissance. L’ouvrage est construit en deux parties. Composée de cinq chapitres, la première partie porte sur des aspects complémentaires du travail sur l’écrit et propose une réflexion didactique et des outils pédagogiques pour la classe : - Chapitre 1 : Les défis de l’enseignement supérieur et l’état des recherches sur les littéracies universitaires - Chapitre 2 : Travailler le texte : ponctuation, anaphores et collocations - Chapitre 3 : Travailler la cohérence du texte - Chapitre 4 : Ecriture créative et construction de connaissances à l’université - Chapitre 5 : Ecrire en tant qu’apprenti chercheur Proche du format « manuel » , la seconde partie de l’ouvrage présente de manière complète et détaillée un scénario pédagogique centré sur un aspect particulier de l’enseignement de l’écrit : l’orthographe et la grammaire.
      Ainsi, le praticien trouvera dans cette partie toute la matière nécessaire à une mise en oeuvre pédagogique effective dans sa classe.


      http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100756800
      #enseignement_supérieur
      #livre

    • En fait, @bce_106_6, c’est des méthodes qui sont très intéressantes.
      J’ai vu les résultats de la première méthode mise en place par Gattegno qui s’appelle « #silent_way », utilisée par l’association Camarada à Genève. Notamment une méthode intéressante pour l’apprentissage des langues étrangères pour un public peu ou pas du tout alphabétisé :

      Une approche collective et des parcours personnalisés

      Dans la mesure des places disponibles, il est proposé à chacune un programme à la carte de 3, 6 ou 9 heures par semaine, selon ses besoins, sa disponibilité et sa situation personnelle.

      Les cours de français, organisés en 4 niveaux (2x3h/sem), posent les bases de la communication orale et écrite. L’accent est mis sur la capacité à communiquer : comprendre et s’exprimer. L’approche gattegno permet une entrée dans l’apprentissage de la langue par la phonétique. La prononciation est au cœur du processus, car une bonne discrimination auditive permet aussi d’écrire avec plus de précision.
      L’approche Gattegno

      Aux rectangles de couleurs sont associés les différents sons ; pour le français : 17 sons voyelles et 20 sons consonnes. Ils sont ensuite associés aux différentes manières de les lire et de les écrire pour constituer les mots (niveau 1), puis les phrases (niveau 2), puis les textes (niveau 3) selon les référentiels de compétences du C9. L’approche gattegno offre un code de communication commun bien adapté à la diversité de nos apprenantes (langues maternelles et niveaux de scolarité).

      http://www.camarada.ch/formation-et-integration/sub-page

      Expliquer les concepts qui sous-tendent le Silent Way

      Le Silent Way est généralement défini comme une méthode d’enseignement des langues étrangères dans laquelle les enseignants sont silencieux la plupart du temps et utilisent des réglettes et des tableaux comme leurs principaux instruments d’enseignement. Bien que les enseignants Silent Way utilisent les réglettes et les tableaux la plupart du temps, il peut y avoir de l’enseignement Silent Way sans ces outils, de même qu’il peut y avoir des enseignants qui utilisent les outils conseillés mais qui ne suivent pas vraiment le Silent Way

      La confusion se produit lorsque l’on comprend le Silent Way comme une méthode d’enseignement plutôt que comme une approche de l’enseignement.

      Une méthode se réfère à « un plan d’ensemble pour la présentation ordonnée du matériel de la langue, dont aucune partie ne contredit (et tout est fondé sur) l’approche choisie. Une approche est axiomatique, une méthode est une procédure. » (E. Anthony, « Approach, method and technique, » English Language Teaching)

      Une approche se réfère à « un ensemble d’hypothèses corrélatives qui traitent de la nature de la langue et de la nature de l’enseignement et de l’apprentissage de la langue. Une approche est axiomatique… Elle établit un point de vue, une philosophie… » (Anthony). Caleb Gattegno utilisa la même approche de l’enseignement pour les mathématiques, la lecture et l’écriture, les langues et d’autres sujets scolaires. Je considère que la caractéristique commune à toutes ces approches est ce que Gattegno a appelé « La subordination de l’enseignement à l’apprentissage. » Le Silent Way est le nom qu’on donne à la subordination de l’enseignement à l’apprentissage lorsqu’elle est appliquée aux langues étrangères. La subordination de l’enseignement à l’apprentissage signifie qu’on focalise son enseignement sur des besoins de l’apprenant. Gattegno avait coutume de dire « J’enseigne aux personnes et elles apprennent la langue. » Ceci signifie que l’enseignant et l’élève se concentrent sur des choses différentes pendant la leçon. C’est la tâche des élèves de gérer leur apprentissage ; c’est le travail de l’enseignant de travailler sur les élèves en présentant la langue de telles façons qu’elles forcent la prise de conscience et la présence à l’instant.

      Dans une classe Silent Way, la subordination de l’enseignement à l’apprentissage peut être mise en ouvre selon la séquence suivante :

      L’élève fait une expérience avec la langue. Il produit une phrase, une construction grammaticale, une combinaison de sons.
      L’enseignant donne un feed-back au sujet de l’expérience en indiquant la présence d’une erreur ou d’une imperfection. Ce feed-back représente l’expérience ou essai de l’enseignant. Notez que le feed-back n’inclut jamais la correction de la faute mais uniquement une indication d’où elle se trouve.
      L’élève fait une expérience supplémentaire en essayant de se corriger, ce qui fournit un feed-back à l’enseignant.
      L’enseignant déduit de la phrase produite si son essai était approprié ou utile.
      Le cycle continue jusqu’à ce que la production de l’élève soit adéquate, correcte et vraie.

      https://www.uneeducationpourdemain.org/expliquer-les-concepts-qui-sous-tendent-le-silent-way



  • Les plus anciens outils en bois de Néandertal trouvés en Espagne.
    28 mars 2018

    Aranbaltza est un complexe archéologique formé par au moins trois sites en plein air. Entre 2014 et 2015, une fouille expérimentale réalisée à Aranbaltza III a révélé la présence d’une séquence sédimentaire de sable et d’argile formée dans des milieux de plaines inondables, au sein de laquelle six unités sédimentaires ont été identifiées.

    Cette séquence a été formée entre 137-50 ka, et comprend plusieurs horizons archéologiques, attestant de la présence à long terme des communautés néandertaliennes dans cette région. Un de ces horizons, correspondant à l’unité 4, a donné deux outils en bois. Un de ces outils est un outil pointu biseauté qui a été façonné à travers une séquence opérationnelle complexe impliquant la mise en forme des branches, l’écorçage des écorces, l’enlèvement des rameaux, la mise en forme, le polissage, l’exposition thermique et le hachage. Une analyse de l’utilisation-usure de l’outil montre qu’il a des traces liées au creusement du sol, de sorte qu’il a été interprété comme représentant un bâton d’excavation . C’est la première fois qu’un tel outil a été identifié dans un contexte européen du Paléolithique moyen tardif ; il représente également l’un des premiers outils en bois du Paléolithique moyen bien conservés dans le sud de l’Europe. Cet artefact représente l’un des rares exemples de préservation d’outils en bois pour le Paléolithique européen, permettant d’explorer plus avant le rôle joué par les technologies du bois dans les communautés néandertaliennes.

    A Middle Palaeolithic wooden digging stick from Aranbaltza III, Spain
    http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0195044
    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?id=10.1371/journal.pone.0195044.g006&size=inline

    #Préhistoire #outil #outil_en_bois #technique #Néandertal #Espagne #CENIEH #Joseba_Rios-Garaizar


  • Signs of symbolic behavior emerged at the dawn of our species in Africa
    http://www.sciencemag.org/news/2018/03/signs-symbolic-behavior-emerged-dawn-our-species-africa
    et
    Long-distance stone transport and pigment use in the earliest Middle Stone Age
    http://science.sciencemag.org/content/early/2018/03/14/science.aao2646

    Scientists Discover Evidence of Early Human Innovation, Pushing Back Evolutionary Timeline
    https://newsdesk.si.edu/releases/scientists-discover-evidence-early-human-innovation-pushing-back-evolut

    https://youtu.be/NXD0fgaZxpk

    Il y a plus de 320 000 ans dans la vallée du Rift en Afrique, certains innovateurs ont adopté une nouvelle technologie : ils ont évité les haches sans manche en forme de palme que leurs ancêtres avaient utilisées pendant plus d’un million d’années en faveur d’une nouvelle boîte à outils.

    À l’instar des nouvelles générations de téléphones cellulaires, les lames et pointes MSA (Middle Stone Age) étaient plus petites et plus précises que les vieux haches et grattoirs Acheuléens. Ces outilleurs, dans le bassin d’Olorgesailie au Kenya, ont choisi comme matière première de l’obsidienne noire brillante et du chert blanc et vert, des roches qu’ils devaient obtenir de sources lointaines ou par le biais de réseaux commerciaux. Ils ciselaient aussi des roches rouges et noires, probablement utilisées comme crayons de couleur pour colorer leurs corps ou leurs lances, signe précoce d’un comportement symbolique.

    Le psychologue évolutionniste Robin Dunbar de l’Université d’Oxford explique que "cela indique un changement de vitesse dans le comportement, la fabrication d’outils et la culture matérielle".

    Bien que d’autres sites aient fourni des outils du Middle Stone Aga, la nouvelle chronologie datée de manière sécurisée remet la transition en arrière d’au moins 20 000 ans, ce qui correspondant à l’émergence de notre espèce Homo sapiens.

    En analysant les artéfacts au fil du temps sur un site, les articles montrent également que ces comportements se sont développés à mesure que les changements climatiques s’intensifiaient, soutenant l’idée que la variabilité environnementale favorisait l’innovation .

    Une équipe dirigée par les paléoanthropologues Rick Potts du Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution et Alison Brooks de l’Université George Washington, tous deux à Washington, D.C., ont recueilli des artefacts de sédiments s’étendant sur 1,2 million d’années à Olorgesailie. Malheureusement, l’érosion ancienne a détruit des couches entre 499 000 et 320 000 ans, effaçant le temps où le Middle Stone Age a probablement été inventé. Mais en regardant plus de 20 000 fossiles d’animaux associés à des dizaines de milliers de pierres outils, et de multiples indices de l’environnement ancien, l’équipe fournit une image détaillée de la vie avant et après la transition vers le MSA. Ils fixent le timing avec ce que le géochronologue Michael Storey du Muséum d’Histoire Naturelle du Danemark à Copenhague appelle des rencontres « très impressionnantes ».

    Il y a environ 900 000 ans , la présence d’une calotte montre que l’ancêtre humain H. erectus vivait à Olorgesailie et utilisait de grosses haches et grattoirs acheuléens pour boucher la viande. Il y a environ 800 000 ans, le climat a commencé à fluctuer plus intensément de l’état humide à l’état sec, et l’environnement est devenu plus aride et herbeux.

    Il y a environ 615 000 ans , les premiers humains ont commencé à fabriquer de plus petits outils acheuléens qu’ils pouvaient transporter plus loin, et à choisir plus soigneusement le basalte comme matière première, changeant peut-être ainsi les tactiques de chasse dans un environnement changeant.

    La dernière hache sur le site remonte à 499 000 ans avant la lacune. Au moment où le dossier archéologique a recommencé il y a 320 000 ans , les outils acheuléens avaient disparu et le bassin avait changé de façon spectaculaire. Le cycle humide-sec était encore plus extrême. Plus de 80% des espèces de mammifères avaient disparu et de nouvelles espèces d’éléphants, de cochons, de renards et de springboks s’étaient rassemblées dans les cours d’eau bordés d’arbres.

    Les outils du MSA - lames et pointes relativement sophistiquées qui auraient été emmenées sur les lances- étaient abondants. Le site n’a généré aucun fossile humain dans cette période clé, les chercheurs ne peuvent donc pas savoir avec certitude qui étaient les nouveaux outilleurs.

    Mais d’autres découvertes offrent un important indice. Pendant des années, les archéologues avaient pensé que les outils MSA étaient trop vieux pour être fabriqués par notre espèce. Puis, l’année dernière, des fossiles ressemblant à H. sapiens ont été trouvés près des outils MSA et datés il y a près de 300 000 ans à Jebel Irhoud au Maroc - un timing qui correspond à la chronologie d’Olorgesailie. Les caractéristiques des outils MSA suggèrent également qu’ils étaient l’œuvre d’êtres humains sophistiqués. Les outilleurs étaient très sélectifs sur leurs matières premières, en important de l’obsidienne jusqu’à 90 kilomètres. Ces connexions lointaines sont une « marque de l’organisation sociale humaine, et un marqueur important dans les sociétés de cueilleurs » , dont les membres peuvent se déplacer vers des endroits éloignés dans les moments difficiles.

    Les outils sont également plus petits, plus précis et de forme plus uniforme que les outils acheuléens. Ils représentent un jalon dans la pensée abstraite : Une hache conserve la forme du bloc de roche d’origine, mais la création d’une lame à partir d’un noyau déjà préparé oblige les outilleurs à en visualiser la forme à l’avance.

    L’équipe a également trouvé des morceaux de roche noire et des morceaux d’ocre rouge qui avaient été perforés par des ciseaux de pierre tranchants. Ils proposent que les deux soient utilisés comme pigments pour créer des marques d’identité individuelle ou de groupe, suggérant un degré élevé d’organisation sociale.

    (...)

    Mais ces fabricants d’outils MSA n’avaient pas développé l’ensemble complet de comportements sophistiqués. « C’est au bas de l’échelle du comportement moderne ». « Nous ne parlons pas de Salvador Dalí. »

    #préhistoire #Afrique #outils #technique #Université_George_Washingtonty #Smithsonian_Washington #Rick_Potts #Alison_Brooks


  • JADE, Grandes haches alpines du Néolithique européen Ve et IVe millénaires av. J-C.
    Vidéo - Canal-U.

    Je publie rarement des articles ou des liens vers des vidéos sur le Néolithique. Celui-ci me paraissait intéressant pour la mise en évidence d ’inégalité sociales , d’ élites et ce, sur plusieurs milliers de kilomètres en Europe .

    Pendant tout le Ve millénaire et partie du IVe millénaire av. J.-C., l’Europe néolithique est touchée par la circulation de grandes haches polies en jades (jadéitite, omphacitite et éclogite). L’extension de ce réseau d’échange atteint 3 500 km d’ouest en est et plus de 2 000 km du nord au sud. En 2003, des chercheurs du CNRS identifient l’origine de ces haches en roches précieuses dans les Alpes italiennes, en particulier dans le massif du Mont Viso entre 1 700 et 2 400 m d’altitude. Ce film documentaire retrace la découverte des carrières alpines et les conditions de production de ces haches exceptionnelles lors d’expéditions saisonnières. Les raisons profondes de cet intérêt particulier pour les jades alpins pendant le Néolithique sont à chercher dans les inégalités sociales et les rituels religieux, pour le contrôle d’objets sacrés réservés aux élites. C’est certainement la raison pour laquelle ces objets extraordinaires ont atteint la Bretagne à l’ouest, l’Irlande, l’Ecosse et le Danemark au nord, la Bulgarie et le nord de la Grèce à l’est, la Sicile au sud, dans un système de croyances religieuses partagées à l’échelle de l’Europe actuelle.

    https://www.canal-u.tv/video/cerimes/jade_grandes_haches_alpines_du_neolithique_europeen.9202

    #Préhistoire #Néolithique #inégalités_sociales #technique #Europe #réseaux #Petrequin #CERIMES (Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur), #CRAVA (Centre de Recherche Archéologique de la Vallée de l’Ain)


  • Découverte de retouches osseuses d’environ 115 000 ans à Lingjing, Henan, Chine

    12 mars 2018

    Discovery of circa 115,000-year-old bone retouchers at Lingjing, Henan, China
    http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0194318

    Les résultats archéozoologiques, technologiques, fonctionnels et morphométriques mettent en évidence que les marteaux mous utilisés à Lingjing reflètent trois stratégies comportementales distinctes .

    – Le premier comportait l’utilisation de gros flocons d’os résultant de la boucherie de grands herbivores qui étaient utilisés comme tels pour retoucher ou réaffûter les outils de pierre, probablement pendant le traitement des carcasses. Ces objets ont été rapidement jetés après leur utilisation.
    – La seconde impliquait la fracture de l’os patiné provenant d’herbivores de taille moyenne pour obtenir des éclats allongés et, dans certains cas, leur mise en forme par percussion pour obtenir des artefacts sub-rectangulaires. Les traces observées sur ces objets indiquent une utilisation intensive et éventuellement récurrente, ce qui implique leur conservation dans le temps.
    – La dernière correspond à l’utilisation occasionnelle de bois comme marteau doux, qui peut également avoir rempli d’autres fonctions.

    Ce qui précède met en évidence différentes logiques de production et d’utilisation des retouches osseuses. Le premier type de retoucher satisfait un besoin immédiat. La seconde implique une planification à long terme, et la modification de l’ébauche pour imposer une forme à l’outil, afin d’améliorer son ergonomie, sa transportabilité et son efficacité. Le troisième est probablement un outil polyvalent parfois utilisé comme un marteau doux opportun.

    Ces résultats ont des implications pour le débat en cours sur la nature et le caractère distinctif du Paléolithique chinois.

    La plupart des industries lithiques chinoises datées entre 300 ka et 40 ka se caractérisent par la persistance du trocart, l’utilisation de matières premières locales de mauvaise qualité, la rareté des noyaux préparés et leur réduction par percussion directe à percussion dure, percussion bipolaire et la technique block-on-block, l’absence de preuves pour la percussion douce du marteau, la rareté des flocons retouchés et l’absence de tendances temporelles évidentes. Ce schéma contraste avec les innovations techniques pénécontemporaines (sélection des matières premières, débitage Levallois, utilisation du marteau mou, modelage systématique des outils de pierre par retouche) signalant l’émergence du Paléolithique moyen dans le reste de l’Eurasie.

    Le débat :

    L’absence de technologies du Paléolithique moyen dans de vastes régions de la Chine est considérée par certains comme la conséquence de conditions environnementales relativement stables, l’absence d’événements de remplacement de population à grande échelle, l’exploitation des ressources à faible intensité, la mobilité élevée des groupes, la production d’outils périssables en bambou et une préférence pour les technologies d’outils en pierre simples mais flexibles. En conséquence, un certain nombre de chercheurs ont fait valoir que le terme Paléolithique moyen n’a pas de signification réelle dans la plupart de l’Asie de l’Est et devrait être restreint aux assemblages situés dans les zones périphériques, à savoir, le Ningxia La région autonome, la province de Jilin et la Mongolie intérieure, où les diagnostics paléolithiques moyens sont présents dans les assemblages lithiques.
    D’autres utilisent ce terme de façon conventionnelle pour désigner des occupations de l’ordre de 300 ka à 40 ka BP ou des vestiges d’Homo sapiens archaïques. Enfin, certains soutiennent que des technologies innovantes sont présentes dans les assemblages chinois de cette période et que leur attribution au Paléolithique moyen est donc pleinement justifiée.

    La première implication évidente de nos résultats pour le débat ci-dessus est que des marteaux mous ont été utilisés pour le tranchage au début du Pléistocène tardif de l’Asie de l’Est, et cela en dehors des régions où la technique de Levallois est documentée. Les trois types de marteaux mous identifiés à Lingjing démontrent une bonne connaissance des propriétés des matériaux osseux à des fins de taille. La mise en forme et la curation probable d’un type d’outil suggèrent que ces outils représentaient un élément intégral de la boîte à outils utilisée par les hominidés de Lingjing. Ceci est également soutenu par l’analyse des traces d’utilisation. D’après les résultats expérimentaux, la morphologie globale brute des scores et des fosses indique que les trois types de marteaux tendres ont été utilisés pour tracer des matières premières lithiques grossières comme le quartz ou le quartzite, qui représentent plus de 99% des lithiques taillées dans la couche 11. Les retouches d’os étaient donc essentielles dans les activités de taille et il est très probable que les spécimens seront identifiés au cours de la réévaluation en cours de l’assemblage faunique de Lingjing. Il est également très probable que les marteaux mous faits d’os ou de bois de cervidé représentent une caractéristique méconnue des peuplements du début du Pléistocène supérieur ou de la Chine ancienne. Les traces de leur utilisation présentent certaines similitudes avec les modifications osseuses produites par d’autres agents et ces traces n’ont pas été systématiquement recherchées lors de l’analyse taphonomique de la plupart des assemblages osseux chinois datés de cette période.

    Une implication plus large de nos résultats concerne la nature des adaptations culturelles du Pléistocène précoce de l’Asie de l’Est. La complexité comportementale révélée par les marteaux mous de Lingjing suggère que la simplicité apparente de cette technologie lithique et celle d’autres sites contemporains peuvent être illusoires puisque les lithiques ne représentent qu’un aspect des adaptations culturelles passées. La découverte d’outils osseux complète efficacement ce que nous savons de ces systèmes techniques et met en évidence les consistances comportementales cela ne pouvait pas être déduit d’autres mandataires culturels. Ces consistances donnent une nouvelle dimension au débat autour de l’existence du Paléolithique moyen dans cette région du monde. L’attribution de sites est-asiatiques au Paléolithique moyen est généralement basée soit sur leur chronologie, soit sur l’apparition de traits culturels appartenant à la technologie lithique comme le débitage de Levallois. Cette approche suppose que les traits choisis représentent des caractéristiques évolutives applicables à des régions du monde différentes de celles dans lesquelles elles ont été identifiées à l’origine. Une approche alternative, que nous souhaitons promouvoir ici, consiste à identifier les caractères originaux des trajectoires culturelles régionales à partir d’une variété d’aspects de la culture matérielle passée, et à comprendre les implications comportementales et cognitives qu’ils ont pu avoir pour les populations hominiennes passées.

    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0194318.g001

    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0194318.g002
    Fig 2. Retoucher 6L1326 from Lingjing. White bracket indicates the area where impact scars are present. Scales = 1 cm

    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0194318.g008
    Fig 8. Retoucher 9L0151 from Lingjing. White bracket indicates the area where impact scars are present. Scale = 1 cm.

    #Préhistoire #technique #Luc_Doyon #CNRScientifique_UMR_5199_PACEA_Université_de_Bordeaux #Francesco_d’Errico #Zhanyang_Li #Hao_Li #115000BP




  • Encore du nouveau en ce qui concerne le peuplement de l’Amérique du Nord.

    L’étude des pointes de lance donne une nouvelle explication de la façon dont les premiers humains se sont installés en Amérique du Nord.

    Spear point study offers new explanation of how early humans settled North America

    https://today.tamu.edu/2018/04/02/spear-point-study-offers-new-explanation-of-how-early-humans-settled-nor
    Heather Smith and Ted Goebel, Center for the Study of the First Americans, part of the Department of Anthropology at Texas A&M.

    Après la route de la côte, les premiers colons auraient exploré la route de l’intérieur mais du sud vers le nord et non l’inverse comme on le pensait précédemment.

    Although during the late Ice Age there were two possible routes for the first Americans to follow on their migration from the Bering Land Bridge area southward to temperate North America, it now looks like only the Pacific coastal route was used, while the interior Canadian route may not have been fully explored until millennia later, and when it was, primarily from the south

    This is tangible evidence of a connection between people in the Arctic and the Mid-continent 12,000 years ago, a connection which may be either genetic or social, but ultimately, speaks volumes of the capability and adaptability of early cultures in North America

    #Préhistoire #Clovis #12000BP #technique #Peuplement #Amérique_du_Nord #Smith #Goebel #Texas_A&M


    • Mon père était gamin dans les années 1930 dans un village en bordure de la forêt de Chaux dans le Jura. Il avait quelques images (moins des doigts d’une main) d’interaction avec les charbonniers. Il en ressortait surtout l’image d’hommes des bois, voire de véritables sauvages, complètement en marge de la société rurale. Au sens plein du terme, profondément étrangers.

    • Dans la montagne de Lure (04), c’était les immigrants piémontais qui étaient charbonniers. Ici la marge est un petit peu moins évidente, le patois de la région mélange provençal et patois du piémont.


  • The Tyranny of Convenience - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/02/16/opinion/sunday/tyranny-convenience.html

    I don’t want to suggest that convenience is a force for evil. Making things easier isn’t wicked. On the contrary, it often opens up possibilities that once seemed too onerous to contemplate, and it typically makes life less arduous, especially for those most vulnerable to life’s drudgeries.

    But we err in presuming convenience is always good, for it has a complex relationship with other ideals that we hold dear. Though understood and promoted as an instrument of liberation, convenience has a dark side. With its promise of smooth, effortless efficiency, it threatens to erase the sort of struggles and challenges that help give meaning to life. Created to free us, it can become a constraint on what we are willing to do, and thus in a subtle way it can enslave us.

    It would be perverse to embrace inconvenience as a general rule. But when we let convenience decide everything, we surrender too much.

    #commodité #techniques #dépendance #asservissement #liberté


  • Les comportements modernes d’« Homo sapiens » apparus plus tôt que ce qu’on croyait.
    (15 mars 2018)

    Pas moins de trois articles sur cette nouvelle étude. Si la découverte de techniques habituellement utilisées il y a 200 000 ans, ont été datées d’il y a 320 000 ans et constitue donc une découverte importante, celle de leurs transports et surtout de leurs échanges via un réseau me semble plus extraordinaire encore (le Smithsonian parle de " preuves de l’ échange précoce de ressources "). (non encore lu... donc avis à suivre) .

    L’article de vulgarisation :
    http://www.ledevoir.com/societe/science/522875/sapiens-et-outils

    Les trois articles :

    Sur le transport à longue distance de pierre et de pigment (Long-distance stone transport and pigment use in the earliest Middle Stone Age) :
    http://science.sciencemag.org/content/early/2018/03/14/science.aao2646?variant=full-text&sso=1&sso_redirect_count=1&oau
    (#paywall).

    Des signes de comportement symbolique ont émergé à l’aube de notre espèce en Afrique (Signs of symbolic behavior emerged at the dawn of our species in Africa) : ici, l’article parle de " roches qu’ils devaient obtenir de sources lointaines ou par le biais de réseaux commerciaux" .
    https://www.sciencemag.org/news/2018/03/signs-symbolic-behavior-emerged-dawn-our-species-africa
    https://youtu.be/NXD0fgaZxpk

    La modification de l’environnement à cette époque :
    Environmental dynamics during the onset of the Middle Stone Age in eastern Africa
    http://science.sciencemag.org/content/early/2018/03/14/science.aao2200
    (#paywall)

    #préhistoire #technique #échanges #320_000 #Alison_S._Brooks #George_Washington_University Bassin_d’Olorgesailie #Kenya #Afrique


  • Il y a un mois je publiais un article sur Gran Dolina et la couche TD6 https://seenthis.net/messages/663680. Voici la suite où l’on découvre que la dispersion humaine à eu lieu il y a moins de 1 millions d’année en Europe du Sud.
    note : ce post mentionne 2 articles, le second étant publié dans la revue Quaternary Geochronology.

    Geochronologists from the Centro Nacional de Investigación sobre la Evolución Humana (CENIEH) have led a study published in the journal Quaternary Geochronology about the chronology of the archaeological site of Gran Dolina, situated in the Sierra de Atapuerca (Burgos), whose results confirm a pulse of human dispersion in southern Europe around one million years ago..

    Belle image des niveaux TD4, TD5 et TD6. Le p’tit bonhomme sur le TD6 c’est Antecessor ;-)

    Les échantillons des niveaux TD4 à TD6 ont été analysés en utilisant le paléomagnétisme, une méthodologie de plus en plus utilisée pour établir des datations absolues étant donné sa grande polyvalence et son registre chronologique extrêmement large, car le champ magnétique reste captif dans les sédiments. . De nos jours, il existe un registre connu couvrant une période de plus de 180 millions d’années jusqu’à présent, de sorte que, comme l’affirme Álvarez, "c’est un outil très puissant pour la chronologie.

    Le deuxième article :

    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1871101417301723?via%3Dihub
    https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S1871101417301723-gr1.sml

    #Préhistoire #Gran_Dolina #Sierra_de_Atapuerca #Burgos #1MA_BP #Espagne #technique #début_Pléistocène #pléistocène_moyen