• In China, your car could be talking to the government
    https://www.apnews.com/4a749a4211904784826b45e812cff4ca

    When Shan Junhua bought his white Tesla Model X, he knew it was a fast, beautiful car. What he didn’t know is that Tesla constantly sends information about the precise location of his car to the Chinese government. Tesla is not alone. China has called upon all electric vehicle manufacturers in China to make the same kind of reports — potentially adding to the rich kit of surveillance tools available to the Chinese government as President Xi Jinping steps up the use of technology to track (...)

    #Daimler #Ford #General_Motors_(GM) #Mitsubishi #Nissan #Tesla #Volkswagen #géolocalisation #automobile #surveillance #BMW #NIO (...)

    ##General_Motors__GM_ ##voiture


  • It took seven miles to pull over a Tesla with a seemingly asleep dr...
    https://diasp.eu/p/8120162

    It took seven miles to pull over a Tesla with a seemingly asleep driver

    The driver was arrested for drunk driving. Article word count: 293

    HN Discussion: https://news.ycombinator.com/item?id=18575586 Posted by okket (karma: 34842) Post stats: Points: 92 - Comments: 105 - 2018-12-01T06:42:19Z

    #HackerNews #asleep #driver #miles #over #pull #seemingly #seven #tesla #took #with

    Article content:

    [1]The Tesla Model S.

    The California Highway Patrol on Friday [2]pulled over a Tesla Model S that was traveling down the road—but whose driver appeared to be asleep at the wheel. The vehicle was traveling southbound on Highway 101 in Palo Alto.

    Officers said that they were unable to get the manʼs attention.

    "One of the officers basically ended up going in front of the vehicle and basically (...)


  • Working Through the Pain at TeslaReveal
    https://www.revealnews.org/article/inside-teslas-factory-a-medical-clinic-designed-to-ignore-injured-worker

    Inside Tesla’s factory, a medical clinic designed to ignore injured workers
    By Will Evans / November 5, 2018

    When a worker gets smashed by a car part on Tesla’s factory floor, medical staff are forbidden from calling 911 without permission.

    The electric carmaker’s contract doctors rarely grant it, instead often insisting that seriously injured workers – including one who severed the top of a finger – be sent to the emergency room in a Lyft.

    Injured employees have been systematically sent back to the production line to work through their pain with no modifications, according to former clinic employees, Tesla factory workers and medical records. Some could barely walk.

    The on-site medical clinic serving some 10,000 employees at Tesla Inc.’s California assembly plant has failed to properly care for seriously hurt workers, an investigation by Reveal from The Center for Investigative Reporting has found.

    The clinic’s practices are unsafe and unethical, five former clinic employees said.

    But denying medical care and work restrictions to injured workers is good for one thing: making real injuries disappear.

    “The goal of the clinic was to keep as many patients off of the books as possible,” said Anna Watson, a physician assistant who worked at Tesla’s medical clinic for three weeks in August.

    Watson has nearly 20 years of experience as a medical professional, examining patients, diagnosing ailments and prescribing medications. She’s treated patients at a petroleum refinery, a steel plant, emergency rooms and a trauma center. But she said she’s never seen anything like what’s happening at Tesla.


    Anna Watson was a physician assistant at the medical clinic inside Tesla’s electric car factory in Fremont, Calif. She was fired in August after raising concerns. Credit: Paul Kuroda for Reveal

    “The way they were implementing it was very out of control,” said Watson, who was fired in August after she raised her concerns. “Every company that I’ve worked at is motivated to keep things not recordable. But I’ve never seen anybody do it at the expense of treating the patient.”

    Workers with chest pain, breathing problems or extreme headaches have been dismissed as having issues unrelated to their work, without being fully evaluated or having workplace exposures considered, former employees said. The clinic has turned away temp workers who got hurt on Tesla’s assembly lines, leaving them without on-site care. And medical assistants, who are supposed to have on-site supervision, say they were left on their own at night, unprepared to deal with a stream of night-shift injuries.

    If a work injury requires certain medical equipment – such as stitches or hard braces – then it has to be counted in legally mandated logs. But some employees who needed stitches for a cut instead were given butterfly bandages, said Watson and another former clinic employee. At one point, hard braces were removed from the clinic so they wouldn’t be used, according to Watson and a former medical assistant.

    As Tesla races to revolutionize the automobile industry and build a more sustainable future, it has left its factory workers in the past, still painfully vulnerable to the dangers of manufacturing.

    An investigation by Reveal in April showed that Tesla prioritized style and speed over safety, undercounted injuries and ignored the concerns of its own safety professionals. CEO Elon Musk’s distaste for the color yellow and beeping forklifts eroded factory safety, former safety team members said.

    The new revelations about the on-site clinic show that even as the company forcefully pushed back against Reveal’s reporting, behind the scenes, it doubled down on its efforts to hide serious injuries from the government and public.

    In June, Tesla hired a new company, Access Omnicare, to run its factory health center after the company promised Tesla it could help reduce the number of recordable injuries and emergency room visits, according to records.

    A former high-level Access Omnicare employee said Tesla pressured the clinic’s owner, who then made his staff dismiss injuries as minor or not related to work.

    “It was bullying and pressuring to do things people didn’t believe were correct,” said the former employee, whom Reveal granted anonymity because of the worker’s fear of being blackballed in the industry.

    Dr. Basil Besh, the Fremont, California, hand surgeon who owns Access Omnicare, said the clinic drives down Tesla’s injury count with more accurate diagnoses, not because of pressure from Tesla. Injured workers, he said, don’t always understand what’s best for them.

    “We treat the Tesla employees just the same way we treat our professional athletes,” he said. “If Steph Curry twists his knee on a Thursday night game, that guy’s in the MRI scanner on Friday morning.”

    Yet at one point, Watson said a Tesla lawyer and a company safety official told her and other clinic staff to stop prescribing exercises to injured workers so they wouldn’t have to count the injuries. Recommending stretches to treat an injured back or range-of-motion exercises for an injured shoulder was no longer allowed, she said.

    The next day, she wrote her friend a text message in outrage: “I had to meet with lawyers yesterday to literally learn how not to take care of people.”

    Tesla declined interview requests for this story and said it had no comment in response to detailed questions. But after Reveal pressed the company for answers, Tesla officials took time on their October earnings call to enthusiastically praise the clinic.

    “I’m really super happy with the care they’re giving, and I think the employees are as well,” said Laurie Shelby, Tesla’s vice president for environment, health and safety.

    Musk complained about “unfair accusations” that Tesla undercounts its injuries and promised “first-class health care available right on the spot when people need it.”

    Welcome to the new Tesla clinic
    Back in June, on stage at Tesla’s shareholder meeting, Musk announced a declining injury rate for his electric car factory.

    “This is a super important thing to me because we obviously owe a great debt to the people who are building the car. I really care about this issue,” Musk said to applause.

    It wasn’t long after that that Stephon Nelson joined the company. Working the overnight shift Aug. 13, Nelson got a sudden introduction to Tesla’s new model of care.

    He was bent over putting caulk inside the trunk of a Model X. Something slipped and the hatchback crunched down on his back. Nelson froze up in agonizing pain. He had deep red bruises across his back.

    “I couldn’t walk, I couldn’t sit down. I couldn’t even stand up straight,” said Nelson, who’s 30 and used to play semiprofessional football.

    He asked for an ambulance, but the on-call Tesla doctor said no – he could take a Lyft to the hospital instead.

    “I just felt heartbroken,” Nelson said. “What they was telling us in the orientation, that Tesla is a company that cares about their employees’ safety, it just seemed like it was just a whole reversal.”

    No one was allowed to call 911 without a doctor’s permission, said Watson and two medical assistants who used to work at the clinic under Besh’s direction. Anyone who did so would get in trouble, they said.

    “There was a strong push not to send anybody in an ambulance,” Watson said.


    “I couldn’t walk, I couldn’t sit down. I couldn’t even stand up straight,” Stephon Nelson says of what happened when he injured his back while working on a Tesla Model X. Credit: Paul Kuroda for Reveal

    It’s unclear why there was such a focus on avoiding 911, though some former employees thought it was to save money. Also, 911 logs become public records. And first responders, unlike drivers for ride-hailing services, are required to report severe work injuries to California’s Division of Occupational Safety and Health, the state’s workplace safety agency. Besh said ambulance use is based on “clinical judgment only.”

    The system was especially problematic on the night shift, as the factory continued churning out vehicles around the clock, but there were no doctors or nurses around, former employees said.

    Two medical assistants who used to work there said they often were left on their own – one on duty at a time – and struggled to tend to all the injured. Both had to do things such as take vital signs, which medical assistants aren’t allowed to do without on-site supervision, according to the Medical Board of California. Reveal granted them anonymity because they fear speaking out will hurt their careers. Besh said no one works alone.

    For a severely injured worker lying on the assembly line, it could take 10 to 15 minutes for a medical assistant to arrive and then contact on-call doctors, a medical assistant said. Getting a code for Tesla’s Lyft account was a drawn-out process that could take hours, she said.

    The medical assistants said they were alarmed and uncomfortable with the doctors’ orders to use Lyft because they worried some patients could pass out or need help en route. One worker directed to take a Lyft was light-headed and dizzy. Another had his fingers badly broken, contorted and mangled.

    Besh, who often serves as the on-call doctor, said anyone could call 911 in a life-threatening situation. He said he recommends using Lyft for workers who don’t need advanced life support.

    Besh gave the example of a worker who had the top of his finger cut off. He needed to go to the hospital, but not by ambulance, Besh said. He likened the situation to people at home who get a ride to the hospital instead of calling an ambulance.

    “We right-size the care,” he said. “Obviously, it’s all about the appropriate care given for the appropriate situation.”

    It’s a doctor’s judgment call to use Lyft, but many on the factory floor found it inhumane. In some cases, including the worker with an amputated fingertip, factory supervisors refused to put their employees in a Lyft and instead drove them to the hospital, according to a medical assistant.

    Injured workers sent back to work

    In Nelson’s case, he called his girlfriend to take him to the hospital. But he said his supervisor told him that he had to show up for work the next day or Nelson would get in trouble.

    Nelson needed the job, so he forced himself to come in. He shuffled slowly, hunched over in pain, to his department, he said. When it was clear he couldn’t do the job, he was sent to the Tesla health center, a small clinic on an upper level of the factory.

    Workers too injured to do their regular jobs are supposed to receive job restrictions and a modified assignment that won’t make the injury worse.

    But the health center wouldn’t give Nelson any accommodations. He could go home that day, but he had to report to work full duty the following day, he said.

    By law, work-related injuries must be recorded on injury logs if they require medical treatment beyond first aid, days away from work or job restrictions. The clinic’s practices were designed to avoid those triggers, said Anna Watson, the physician assistant.

    There was a clinic rule, for example, that injured employees could not be given work restrictions, Watson said. No matter what type of injuries workers came in with – burns, lacerations, strains and sprains – clinic staff were under instructions to send them back to work full duty, she said. Watson said she even had to send one back to work with what appeared to be a broken ankle.

    Medical clinics are supposed to treat injuries and keep workers safe, she said, “and none of that’s happening. So at the most acute time of their injury, they don’t have any support, really.”

    A medical assistant who formerly worked at the clinic remembered an employee who was sent back to work even though he couldn’t stand on one of his feet. Another employee passed out face down on the assembly line – then went back to work.

    “You always put back to full duty, no matter what,” said the medical assistant.

    Dr. Basil Besh said patients are given work restrictions when appropriate. He said those hurt at night get first aid and triage, followed by an accurate diagnosis from a physician the next day.

    “There’s always going to be somebody who says, ‘No, I shouldn’t be working,’ ” he said. “But if you look objectively at the totality of the medical examination, that’s not always the case.”

    Four days after Nelson’s injury, Watson herself sent him back to work with no restrictions, according to medical records he provided. Nelson said this happened repeatedly as he hobbled in pain.

    But Watson did what she could to help: She referred him to Access Omnicare’s main clinic, about 5 miles from the auto factory. It was allowed to give work restrictions, Watson said. But most workers aren’t sent there, and it can take a while to get an appointment.

    Eight days after his injury, the outside clinic diagnosed Nelson with a “crushing injury of back,” contusions and “intractable” pain. He finally was given work restrictions that said he shouldn’t be bending, squatting, kneeling, climbing stairs or lifting more than 10 pounds.

    Even after that, the health center at one point sent Nelson back to his department in a wheelchair, he said.

    “And I’m rocking back and forth, just ready to fall out of the wheelchair because I’m in so much pain,” he said.

    In September, Nelson got a warehouse job at another company. It was a pay cut, but he quit Tesla right away. “I feel like it’s really not safe at all,” he said.

    Besh said he couldn’t comment on a specific case without a signed release from the patient. But, he said, “a physician examined that patient and saw that there was not a safety issue.”

    Besh was named chairman of the American Academy of Orthopaedic Surgeons’ Board of Councilors this year. A Tesla spokeswoman set up and monitored his interview with Reveal.

    There’s been a “culture shift” at the health center since Tesla hired him to take over, he said.

    “So culturally, there were folks in the past who were expecting that any time they come to the clinic, they would be taken off of work,” he said. “And when we told them, ‘No, we really want to do what’s best for you’ … it’s taking some time to get buy-in.”

    In the end, Tesla counted Nelson on its injury logs, which is how Reveal identified him. That’s another reason the system didn’t make sense to Watson: Some workers whose injuries were so serious that they eventually would have to be counted still were denied proper care when they needed it most, she said.

    Many more injured workers never were counted, she said. Tesla’s official injury logs, provided to Reveal by a former employee, show 48 injuries in August. Watson reviewed the list for the three weeks she was there and estimated that more than twice as many injuries should have been counted if Tesla had provided appropriate care and counted accurately.

    Other ways Tesla’s clinic avoids treating workers
    The clinic seemed geared toward sending workers away instead of treating them, Watson said. The culture of the clinic, she said, was to discount workers’ complaints and assume they were exaggerating.

    The clinic would look for reasons to dismiss injuries as not work-related, even when they seemed to be, former employees said.

    Watson recalled one worker who had passed out on the job and went to the hospital because of her exposure to fumes in the factory. Even though a work-related loss of consciousness is required to be counted, no such injury was recorded on Tesla’s injury logs.

    Temp workers hurt on the production line also were often rebuffed by the clinic, said former clinic employees. At one point, there was a blanket policy to turn away temps, they said.


    Tracy Lee wears a brace to help with a repetitive stress injury she developed while working at Tesla’s factory. She says the in-house health center sent her away without evaluating her because she wasn’t a permanent employee. Credit: Paul Kuroda for Reveal

    Tracy Lee developed a repetitive stress injury over the summer when a machine broke and she had to lift car parts by hand, she said. Lee said the health center sent her away without evaluating her because she wasn’t a permanent employee.

    “I really think that’s messed up,” said Lee, who later sought medical treatment on her own. “Don’t discriminate just because we’re temps. We’re working for you.”

    By law, Tesla is required to record injuries of temp workers who work under its supervision, no matter where they get treatment. But not all of them were. Lee said her Tesla supervisor knew about the injury. But Lee’s name doesn’t appear on Tesla’s injury logs.

    Besh pushed back on the claims of his former employees.

    He said the clinic didn’t treat some temp workers because Access Omnicare wasn’t a designated health care provider for their staffing agencies. About half of the agencies now are able to use the clinic, and the rest should be early next year, he said.

    Besh said a physician accurately and carefully determines whether an injury is work-related and the clinic is not set up to treat personal medical issues. He said the clinic is fully stocked.

    As for prescribing exercises, Besh said the clinic automatically was giving exercise recommendations to workers who were not injured and simply fixed the error.


    These sample Work Status Reports, posted in Tesla’s health center, show how clinic staff were instructed to handle different situations. The document on the left, labeled “Work Related,” is marked “First Aid Only” and “Return to full duty with no limitations or restrictions,” scenarios that would mean Tesla wouldn’t have to count the injury. Those were the only options, says Anna Watson, a physician assistant who used to work there. One document for contract employees such as temp workers (center) and another for non-occupational injuries (right) both say to refer the patients elsewhere. Credit: Obtained by Reveal

    Clinic source: Tesla pressured doctor
    Access Omnicare’s proposal for running Tesla’s health center states that Tesla’s priorities include reducing recordable injuries and emergency room visits, according to a copy obtained by Reveal.

    It says Access Omnicare’s model, with more accurate diagnoses, reduces “un-necessary use of Emergency Departments and prevents inadvertent over-reporting of OSHA (Occupational Safety and Health Administration) recordability.”

    Even before Access Omnicare took over the on-site health center in June, Tesla sent many injured workers to its main clinic as one of the automaker’s preferred providers.

    Tesla exercised an alarming amount of pressure on the clinic to alter how it treated patients in order to keep injury rates down, said the former high-level Access Omnicare employee.

    “There was a huge, huge push from Tesla to keep things nonrecordable,” said the former employee.

    A Tesla workers’ compensation official routinely would contact the clinic to intervene in individual cases, said the former employee. Tesla would take issue with diagnoses and treatment decisions, arguing that specific workers should be sent back to work full duty or have their injuries labeled as unrelated to work. The clinic gave Tesla what it wanted, the former employee said.

    For example, Bill Casillas’ diagnosis suddenly was changed by Access Omnicare after discussions with Tesla.

    In December, Casillas was working in Tesla’s seat factory. When he touched a forklift, he felt an electric shock jolt him back. Later that shift, it happened again. He said he felt disoriented and found he had urinated on himself.

    Casillas said he hasn’t been the same since. He struggles with pain, tingling and numbness. At 47, he’s unsteady, uses a cane and hasn’t been able to work, he said.

    A doctor at Access Omnicare diagnosed a work-related “injury due to electrical exposure” and gave him severe work restrictions and physical therapy, medical records show.

    Then, nearly two months after his injury, another Access Omnicare physician, Dr. Muhannad Hafi, stepped in and dismissed the injury.

    “I have spoken again with (the workers’ compensation official) at Tesla and he informed that the forklift did not have electric current running. With that said, in my medical opinion, the patient does not have an industrial injury attributed to an electrical current,” he wrote.

    Hafi, who’s no longer with Access Omnicare, didn’t respond to questions. Besh said he can’t discuss patient details.

    The co-worker who was in the forklift during the second shock, Paul Calderon, said he disagrees with the Tesla official but no one asked him. He backed up Casillas’ account and said Tesla “tried to really downplay what happened to him.”

    Hafi’s January report noted that Casillas said he was “miserable,” used a cane and had pain all over his body. But he discharged him back to work full duty, writing, “No further symptoms of concern.”

    A Tesla safety team manager informed Casillas last month that his injury was not counted because it was “determined to not be work-related.” Casillas is still a Tesla employee, but he’s off work because of his injury. His workers’ comp claim was denied based on Hafi’s report, but his lawyer, Sue Borg, is seeking an independent medical evaluation.

    Besh said Tesla does not pressure him to dismiss injuries.

    “What Tesla pressures us on is accurate documentation,” he said. “What they want is their OSHA log to be as accurate as possible, so what they’ll push back on is, ‘Doctor I need more clarity on this report.’ And we do that for them.”

    “They are not in the business of making clinical determinations at all,” he said. “We make those clinical determinations only based on what the patient needs.”

    State regulators not interested
    By late August, Watson, the physician assistant, reached her breaking point. She got into an argument with Besh, who fired her for not deferring to doctors.

    Afterward, she filed a complaint to Cal/OSHA, California’s workplace safety agency.

    “I just see the workers at Tesla as having absolutely no voice,” she said. “I do feel extra responsible to try to speak up for what’s going on there.”

    Watson thought Cal/OSHA would put an immediate stop to the practices she witnessed. But the agency wasn’t interested.

    Cal/OSHA sent her a letter saying it folded her complaint into the investigation it started in April after Reveal’s first story ran. The letter said it had investigated and cited Tesla for a recordkeeping violation.

    But Cal/OSHA already had closed that investigation two weeks before Watson’s complaint. The agency issued a fine of $400 for a single injury it said was not recorded within the required time period. Tesla appealed, calling it an administrative error.

    Reveal had documented many other cases of injuries that Tesla had failed to record. But the agency had only about six months from the date of an injury to fine a company. By the time Cal/OSHA concluded its four-month investigation, the statute of limitations had run out.

    After Reveal reported that the time limitation makes it difficult to hold employers accountable, state legislators passed a bill giving investigators six months from when Cal/OSHA first learns of the violation. It was signed by Gov. Jerry Brown, but it was too late for the Tesla investigation.

    A Cal/OSHA spokeswoman said the investigation found four other “injury recording violations that fell outside of the statute of limitations.” Even if those other violations had been included, the spokeswoman said Cal/OSHA would have had to combine them in a single $400 citation.

    Tesla, meanwhile, inaccurately cites Cal/OSHA’s investigation as vindication.

    “We do get these quite unfair accusations,” Musk said on his October earnings call. “One of them was that we were underreporting injuries. And it’s worth noting that OSHA completed their investigation and concluded that we had not been doing anything of the sort.”

    Watson called Cal/OSHA officials to insist they investigate her complaint. She told them that she had detailed knowledge of a system that undercounted injuries by failing to treat injured workers.

    But Cal/OSHA officials told her that it wasn’t the agency’s responsibility, she said. They suggested contacting another agency, such as the medical board or workers’ compensation regulators.

    As Watson kept pushing and Reveal began asking questions, a Cal/OSHA spokeswoman said her complaint now is being investigated.

    Watson has a new job at an urgent care clinic. She said she just wants someone to make sure that Tesla workers get the care they need.

    “You go to Tesla and you think it’s going to be this innovative, great, wonderful place to be, like this kind of futuristic company,” she said. “And I guess it’s just kind of disappointing that that’s our future, basically, where the worker still doesn’t matter.”

    #USA #Tesla #Arbeit #Krankheit


  • Les dilemmes moraux de l’humanité à l’épreuve de la voiture autonome
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/10/24/les-dilemmes-moraux-de-l-humanite-a-l-epreuve-de-la-voiture-autonome_5374081

    Une étude révèle les préférences de 2,5 millions de personnes contraintes de choisir les victimes d’un accident.

    Peut-on tuer un vieillard pour sauver un enfant ? Toute vie humaine a-t-elle au contraire la même valeur, sans considération d’âge, de genre ou d’état de santé ?

    Ces questions, médecins, assureurs et militaires se les posent depuis longtemps. « Mais jamais dans l’histoire de l’humanité avons-nous autorisé une machine à décider seule qui doit vivre et qui doit mourir, sans supervision humaine, en temps réel. Nous allons franchir cette barrière prochainement, pas sur un lointain champ de bataille, mais dans un des aspects les plus banals de notre vie, le transport quotidien. »

    L’équipe de scientifiques français et américains qui lance cette prophétie vise la voiture autonome, future vedette de l’automobile. Dans la revue Nature du jeudi 25 octobre, ces psychologues, anthropologues et spécialistes de l’intelligence artificielle (IA) poursuivent : « Avant d’autoriser nos voitures à prendre des décisions éthiques, il importe que nous ayons une conversation globale pour exprimer nos préférences aux entreprises qui concevront les algorithmes moraux et aux responsables politiques qui vont les réguler. »

    Les chercheurs avaient déjà ouvert cette grande discussion en 2016 dans la revue Science. Les personnes alors interrogées se prononçaient massivement en faveur d’algorithmes sauvant le maximum de vies. Leur position fléchissait toutefois si eux-mêmes ou un membre de leur famille se trouvait impliqué. L’échantillon qui avait été interrogé rassemblait un peu moins de 2 000 personnes.

    « Sauver les enfants »

    L’article de Nature rend compte d’une entreprise d’une tout autre ampleur. Plus de 2,5 millions de personnes venues de quelque 230 pays ou territoires ont cette fois livré leur choix. Pour recueillir une telle masse d’informations, Edmond Awad et Iyad Rahwan du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Azim Shariff de l’université de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) et Jean-François Bonnefon, de l’Ecole d’économie de Toulouse, ont conçu un site Internet.

    Ils n’y posent pas de simples questions – rapidement vertigineuses – mais placent le participant devant des scénarios. Par exemple, les freins d’une voiture autonome lâchent. A bord, une femme et un enfant. Sur la route, trois personnes âgées traversent au rouge. Faut-il continuer tout droit et écraser les passants ou braquer et tuer les passagers ? Et si un chien s’invite sur la banquette ? Ou si l’on remplace les vieillards par un sans-abri et une femme enceinte ? L’aspect ludique de l’expérience et des relais influents de la planète numérique (YouTube, Reddit) ont assuré le succès de l’opération.

    Les quelque 40 millions de décisions prises par les internautes entre juin 2016 et janvier 2018 livrent de nombreux enseignements. « Sans surprise, trois positions se détachent : épargner le plus grand nombre, privilégier les humains sur les animaux et sauver les enfants », indique Jean-François Bonnefon.

    Sans surprise, mais pas sans poser question. En 2017, une commission d’éthique allemande sur les véhicules automatiques a émis les seules recommandations disponibles sur le sujet. Elle exclut toute préférence basée sur les caractéristiques personnelles, notamment l’âge… « L’opinion n’a pas forcément raison, poursuit le psychologue toulousain. Mais si un gouvernement décide d’imposer un autre choix, il doit être prêt à le défendre, notamment le jour où un enfant sera écrasé. »

    Préférences différentes selon les pays

    Au-delà de ces trois critères communs, six autres facteurs ont été examinés dans l’étude. Le statut social et le respect de la loi comptent : pour être sauvé, mieux vaut être socialement inséré et respecter les feux que sans-abri et traverser n’importe où. De même, mais de manière moins sensible, la probabilité d’être percuté augmente si l’on est obèse et baisse si l’on est une femme. Autant de positions peu sensibles aux variations individuelles.

    Les personnes sondées avaient la possibilité d’indiquer leur profil, ce que 492 921 personnes ont fait. Il apparaît que l’âge, l’éducation, le sexe, les revenus, la religion ou encore les opinions politiques n’expliquent pas leurs choix moraux.

    En revanche, l’origine géographique pèse de façon importante. Les scientifiques ont en effet dressé les profils des 130 pays pour lesquels plus de 100 personnes avaient répondu. Trois groupes émergent. Le premier (Ouest) rassemble l’essentiel des pays occidentaux – mais pas la France – et tout le Commonwealth. Le second (Est) réunit l’Asie et une partie des nations de culture islamique. Enfin le troisième, au Sud, regroupe l’Amérique latine, quelques pays d’Europe centrale mais aussi la France, le Maroc, l’Algérie, la Polynésie… « Mes collègues américains ne voyaient pas le rapport. Moi, notre passé colonial m’a sauté aux yeux », raconte Jean-François Bonnefon.

    Entre ces trois grandes familles, certaines différences marquantes émergent. Ainsi, la préférence accordée aux jeunes est bien moins marquée à l’Est qu’au Sud. Idem pour le statut social : l’Orient y apparaît moins sensible que l’Occident et le Sud. En revanche, malheur à celui qui n’y respecte pas la loi.

    « Ces scénarios seront rares »

    « Une expérience de psychologie sociale à une telle échelle est vraiment rare », salue Grégory Bonnet, enseignant-chercheur à l’université de Caen et coordinateur du projet Ethicaa, sur l’éthique des systèmes autonomes.

    Néanmoins, l’exercice a ses limites. Ainsi, la représentativité des participants est biaisée. Ils sont majoritairement des hommes, près de 70 %, et dans la tranche d’âge 20-30 ans. Les chercheurs ont pu néanmoins « redresser » les résultats dans le cas des Etats-Unis, en tenant compte des données démographiques, sans modifier leurs conclusions.

    Autre réserve : ces scénarios ne refléteraient pas la réalité. Pour Grégory Bonnet, « il n’y a rarement que deux choix possibles sur une route et ces choix ne conduisent pas à des conséquences “blanches ou noires”, c’est-à-dire à la mort des personnes ».

    Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en informatique à Sorbonne Université, renchérit : « Ces scénarios seront rares, car les voitures autonomes sont conçues pour éviter de se mettre en danger. Or là, cela signifierait qu’elles n’ont pas vu certaines choses à temps, ou que des infractions ont été commises… » Il sourit également à l’idée que si les voitures s’interdisaient d’écraser des jeunes, ces derniers pourraient s’amuser à perturber le trafic en passant devant les véhicules

    « Dix ou cent décisions par seconde »

    « La voiture autonome ne prend pas une décision mais dix ou cent par seconde, ajoute Guillaume Devauchelle, directeur de la recherche et du développement chez Valéo. Avant de se trouver devant ce dilemme impossible, sans voie de dégagement possible, elle aura ralenti. Plus profondément, cet article regarde la mobilité de demain avec les yeux d’aujourd’hui. Or, tout le paradigme va changer. Si vous n’êtes pas au volant, le temps n’est plus perdu, la vitesse n’a plus la même valeur. Ces scénarios deviennent absurdes. »

    Autant d’objections que l’équipe franco-américaine connaît. « Quand nous avons commencé, beaucoup nous disaient que de tels dilemmes n’arriveraient jamais, assure Jean-François Bonnefon. Aujourd’hui, beaucoup s’y intéressent et certains travaillent avec nous. »

    Et puis la voiture n’est pas le seul intérêt de l’affaire. « On est parti de là et on en arrive à tracer un arbre phylogénétique moral de l’humanité », s’étonne-t-il. Du reste, le psychologue entend bien profiter de cette base, désormais ouverte à tous, pour fouiller cette carte du monde. Comment se transmettent les influences ? Qu’est-ce qui peut rapprocher Israël et la Jamaïque ? Et d’où vient l’exception française ? « Ça sera dans le prochain article », promet-il.

    • Tiens, c’est marrant, ça s’excite sur le sujet en ce moment. Du côté de la formalisation des dilemmes aussi. J’ai eu à examiner un papier sur le sujet en vue de son acceptation à une conférence il y a peu. Pourtant le titre ne laissait en rien présager qu’il parlait de ça (« The Weak Completion Semantics and Equality », un truc très très technique lié à la programmation logique), mais il se trouve que ça permet de très bien décrire les types de problèmes dont parle l’article du monde. Le résuméde l’article est là, le texte intégral n’est pas encore disponible (je ne connais pas la politique de diffusion des actes de cette conférence [petite rectification : l’article sera disponible en accès ouvert après que la conférence ait eu lieu]) :

      https://easychair.org/smart-program/LPAR-22/2018-11-21.html#talk:84999

    • Déjà abordé ici, en particulier là :
      https://seenthis.net/messages/731438

      Avec ce commentaire de ma part :

      Ce que je cherche c’est un article qui explique que la question est mal posée, et qu’il faut refuser d’y répondre. C’est un piège qui vise à nous faire accepter l’inacceptable en déplaçant la vraie question.

      Si la voiture hésite entre tuer une vieille ou un enfant, c’est qu’elle est mal construite et qu’il faut refuser de la lâcher dans la nature.

      #Tesla #algorithme #voiture #éthique #AI #question #piège #propagande

    • TU fais bien de répéter ton commentaire.
      Difficile de croire qu’on en est encore là - qu’on ose poser la question et qu’on ose y répondre. Donner à une machine le luxe de choisir entre buter un jeune ou un vieux signifie clairement que la machine a été déjà bien trop loin dans ses fonctions - et ses concepteurs bien trop loin dans leur dystopie.

      Je soupçonne même ces questionnements existentiel ô combien artificiels d’être une tentative de néo-colonialisme averti montrant combien les pays « du sud » et « de l’est » (c’est quoi ces termes ??) sont en retrait sur les critère de moralité des pays occidentaux (ou de l’élite capitaliste).

      Flippant.

      Luddites, réveillez-vous !
      Consciences, révoltez-vous !

      PS : source du Monde, l’étude du MIT :
      http://moralmachine.mit.edu


  • Une voiture autonome devrait-elle tuer un jeune ou un papi ? Le MIT dévoile les résultats de son étude éthique
    https://www.numerama.com/vroom/434552-une-voiture-autonome-devrait-elle-tuer-un-jeune-ou-un-papi-le-mit-d

    En 2016, le MIT a lancé un questionnaire nommé « machine morale » pour évaluer les choix éthiques du public si une voiture autonome doit tuer quelqu’un dans un crash inévitable. Deux ans plus tard, les résultats ont fait l’objet d’une étude publiée dans la revue Nature. C’est la version moderne du dilemme du tramway, une expérience de pensée qui vous place devant un choix impossible. Si vous étiez une voiture autonome, quelle décision prendriez-vous si vous ne pouviez pas éviter un accident mortel (...)

    #Tesla #algorithme #voiture #éthique

    //c0.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2017/08/accident-route-secours.jpg


  • The Moral Machine experiment
    https://www.nature.com/articles/s41586-018-0637-6

    With the rapid development of artificial intelligence have come concerns about how machines will make moral decisions, and the major challenge of quantifying societal expectations about the ethical principles that should guide machine behaviour. To address this challenge, we deployed the Moral Machine, an online experimental platform designed to explore the moral dilemmas faced by autonomous vehicles. This platform gathered 40 million decisions in ten languages from millions of people in (...)

    #Tesla #algorithme #voiture #éthique



  • #Tesla : Musk contraint d’abandonner la présidence du Conseil d’administration
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/tesla-musk-contraint-d-abandonner-la-presidence-du-conseil-d-administratio

    Selon un accord à l’amiable conclu avec le gendarme de la bourse américaine (SEC), le fondateur du constructeur de voitures électriques devra également payer 20 millions de dollars d’amende pour avoir induit en erreur les investisseurs.

    Il ne sera plus à la tête du Conseil d’administration et devra payer une amende de 20 millions de dollars. Ce sont les termes de l’accord à l’amiable conclu entre le fondateur de Tesla, #Elon_Musk, et le gendarme de la bourse américaine (SEC), qui l’accuse de fraude, selon un communiqué de la SEC publié samedi. Elon Musk reste néanmoins directeur général du constructeur de voitures électriques, qui traverse une phase délicate au moment où il essaye de livrer un modèle de moyenne gamme et de le fabriquer en masse.

    Selon l’accord, Tesla devra aussi payer 20 millions de dollars d’amende, et nommer deux directeurs indépendants au conseil d’administration, dont l’un prendra la présidence. Le gendarme de la bourse veut ainsi s’assurer que le fantasque patron de Tesla soit mieux supervisé par son conseil d’administration, tout comme sa communication. Elon Musk ne pourra pas se représenter à la présidence du conseil d’administration de l’entreprise pendant trois ans.


  • Tesla workers speak out : ’Anything pro-union is shut down really fast’
    https://www.theguardian.com/technology/2018/sep/10/tesla-workers-union-elon-musk

    Elon Musk has said he is ‘neutral’ about a union but former employees blame their firing on their efforts to organize while current workers say a ‘culture of fear’ persists For two years Dezzimond Vaughn was a well-regarded worker at the Tesla factory in Lathrop, California. Then he became involved in trying to organize a union and suddenly his job was on the line. “They started changing rules without any remorse,” Vaughn, a 31-year-old former Tesla computer-numeric-controlled (CNC) heavy (...)

    #Tesla #travail


  • Gennevilliers : un incendie dans la concession automobile #Tesla L.M. - 19 Aout 2018 - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/gennevilliers-un-incendie-dans-la-concession-automobile-tesla-19-08-2018-

    Le sinistre a ravagé 1000m² de locaux mais n’a pas fait de victimes.
    Il était autour de 2h30 du matin, dans la nuit de samedi à ce dimanche, quand un incendie s’est déclaré dans les locaux de la concession automobile Tesla de Gennevilliers. Les flammes ont ravagé quelque 1 100 m² d’entrepôt sur deux étages avant que le feu puisse être circonscrit par les pompiers dépêchés sur place.

    Six lances dont deux de grande puissance et une sur robot d’extinction auront été nécessaires pour éviter que les flammes ne se propagent à la partie administrative du lieu et aux bâtiments attenants. Le sinistre a été totalement maîtrisé vers 5 heures du matin. Aucune victime n’est à déplorer dans l’incendie, dont on ignore s’il a détruit des véhicules de la predtigieuse marque.

    « Nous saluons la mobilisation des pompiers et travaillons avec les autorités pour déterminer les causes de l’incendie », fait savoir un porte-parole de Tesla.

    #tesla #voiture #incendie #mobilité #robotisation #innovation #batteries #électricité #elon_musk #faillitte #économie #baudruche


  • Les fournisseurs de Tesla s’inquiètent de ne plus être payés Arthur Marcadé - 22 Aout 2018 - le figaro
    http://www.lefigaro.fr/societes/2018/08/22/20005-20180822ARTFIG00276-les-fournisseurs-de-tesla-s-inquietent-de-ne-plus

    Le constructeur de voitures électriques demande à ses fournisseurs des remises sur des factures déjà réglées, ainsi qu’un prolongement de ses délais de paiement, rapporte le Wall Street Journal. De quoi alimenter les doutes des partenaires de Tesla sur sa solidité financière.

    Les chaînes d’assemblage de Tesla semblent produire autant de voitures que d’ennuis pour son fondateur, Elon Musk. Alors qu’il subit la pression des marchés financiers depuis l’annonce de sa potentielle sortie de la Bourse, le constructeur suscite également des doutes chez ses fournisseurs, d’après le Wall Street Journal. Ceux-ci craignent que leur client en vienne à ne plus pouvoir honorer ses factures. Cette inquiétude est née à la suite de demandes de ristournes faites par Tesla, de délais de paiement rallongés ainsi que d’un rythme de production de la Model 3 tel que les commandes peinent à suivre.


    Tesla dans l’œil du cyclone
    Selon un sondage mené par l’OESA, une association d’équipementiers auto, auprès de cadres supérieurs du secteur, 18 des 22 participants estiment que Tesla représente désormais un risque financier pour les entreprises sous-traitantes. Les remises exigées par le constructeur, allant de 9 à 20% sur des factures payées en 2016 ainsi que des délais de paiement doublés de 60 à 120 jours ont suffi à semer le trouble. Dans une série de mails échangés avec ses fournisseurs, Tesla tient des propos jugés inquiétants par ces derniers. « Cette requête est essentielle pour que Tesla puissent poursuivre ses opérations. Ces sommes sont un investissement dans la société visant à faire perdurer la croissance au long terme de Tesla et de ses fournisseurs », peut-on lire. Denis Virag, consultant en construction interrogé par le Wall street Journal, juge que la situation est « ridicule » et que « cela montre que Tesla est désespéré. Ils sont préoccupés par leur profitabilité mais ne tiennent pas compte de celle de leurs fournisseurs ».

    Depuis, de nombreux petits partenaires en ont profité pour dénoncer des défauts de paiement sur des commandes récentes. Tesla a rapidement cherché à éteindre la polémique. « Nous ne sommes pas en retard car nous ne pouvons pas les payer, c’est simplement parce que nous vérifions si les pièces sont correctes », a répondu Elon Musk au journal américain.

    « 7000 voitures, 7 jours »
    L’inquiétude des prestataires vient aussi du rythme de production actuel de l’entreprise et des sommes qu’impliquent ses commandes. La marque a atteint son objectif de produire 7000 Model 3 en sept jours, comme l’annonçait Elon Musk début juillet sur son compte Twitter. Pour autant, elle connaît des difficultés dans la distribution et la logistique de ses voitures. Pire, elle n’enregistre désormais plus assez de commandes, toujours selon le Wall Street Journal. Des milliers de Tesla attendent ainsi leur acquéreur sous le soleil californien. La dette de l’entreprise envers ses partenaires s’élève aujourd’hui à 2,26 milliards de dollars. Le constructeur inquiète aussi les investisseurs, qui doutent de plus en plus de la capacité de Tesla à devenir un jour rentable.

    De leur côté, Musk et son directeur financier Deepak Ahuka ont réagi dans le Wall Street Journal : « La force financière de Tesla se développe actuellement et est encore sur le chemin d’un rapport trimestriel positif et rentable. Nos relations avec nos fournisseurs sont très bonnes », assurent-ils en concluant : « Nous n’allons assurément pas vers la faillite. »

    #tesla #voiture #mobilité #robotisation #innovation #batteries #électricité #elon_musk #faillitte #économie #baudruche


  • Shocked, burnt and bruised: the plight of workers at Tesla’s plants Peoples Dispatch - 10 Juillet 2018
    https://peoplesdispatch.org/2018/07/10/shocked-burnt-and-bruised-the-plight-of-workers-at-teslas-plants

    A third investigation has been opened last week into carmaker Tesla by California’s Division of Occupational Safety and Health (OSHA), which received a complaint from a worker at the company’s automobile assembly plant in Fremont. The details of the complaint will be disclosed by the body only after the completion of the investigation.

    The investigation has been launched only days after the company’s CEO, Elon Musk, announced that he would be launching a new production line at the Fremont plant.

    Over the past years, Tesla’s Fremont plant, which employs over 10,000 workers, has proven to be an extremely dangerous workplace, where employes have been “sliced by machinery, crushed by forklifts, burned in electrical explosions and sprayed with molten metal.”


    In 2014, the rate of work-related recordable injuries – i.e injuries that require medical treatment beyond first aid – was 15% higher than the average rate in the automobile industry. The following year, when the industry average of such injuries came down from 7.3 per 100 workers to 6.7, at the Fremont plant, the rate of injuries increased from 8.4 per 100 workers to 8.8, which was 31% higher than the industry average.

    The figures on the rate of serious injuries – i.e those that require days off from work or restricted duty or transfer to a different task – paint a much darker picture of how dangerous working in Tesla is for its employees. As with recordable injuries, the rate of serious injuries also came down industry-wide in 2015. In the case of Tesla’s plant, however, the rate of serious injuries soared and was 103% higher than the industry average, according to a report by Work Safe, a non-profit organization that specializes in workplace health and safety issues.

    The 2018 annual report of The National Council for Occupational Safety and Health, which identified Tesla as one of the 12 most dangerous workplaces in the US that puts its employees at risk of physical injuries, pointed out that the rate of recordable injuries was 31% higher than the industry average in 2016, while the rate of serious injuries was 83% higher. Last year, another 722 instances of work-related injuries were reported at the Fremont plant, of which 600 were serious injuries.

    While the industry-average for last year is not yet available, Tesla’s Vice President of Environment, Health and Safety claimed on its website, under an article titled “Becoming the Safest Car Factory in the World”, that the recordable injuries last year had declined by 25% compared to the year before.

    “Relying on 2017 injury data to reach any conclusions about safety trends at the plant is premature and could have misleading results,” said Workspace’s report, which pointed to many irregularities in the way in which the injury logs were maintained by the company.

    “I hear coworkers quietly say that they are hurting but they are too afraid to report it for fear of being labeled as a complainer or bad worker.”

    . . . . . . .

    #tesla#voiture #mobilité  #robotisation #innovation #batteries #électricité #accidents_du_travail #pénibilité #danger #elon_musk

    • Une troisième enquête a été ouverte début juillet contre le constructeur automobile Tesla par la Division de la sécurité et de la santé au travail de Californie (OSHA dans son acronyme anglais), à la suite de la plainte d’un ouvrier de l’usine d’assemblage automobile de l’entreprise de Fremont. Les détails de la plainte ne seront divulgués par le service qu’après la fin de l’enquête.

      L’enquête a été entamée quelques jours seulement après l’annonce, par le PDG de l’entreprise Elon Musk, qu’il lancerait une nouvelle ligne de production dans l’usine de Fremont.

      Ces dernières années, l’usine Tesla de Fremont, qui emploie plus de 10 000 ouvriers, s’est avérée être un lieu de travail extrêmement dangereux, où les employés ont été « taillés en pièces par des machines, écrasés par des chariots élévateurs, brûlés dans des explosions électriques et aspergés de métal en fusion ».

      En 2014, le taux de blessures liées au travail rapportées – c’est-à-dire des blessures exigeant un traitement médical au-delà des premiers soins – était de 15% plus élevé que le taux moyen dans l’industrie automobile. L’année suivante, lorsque le taux moyen de ces blessures dans l’industrie est passé de 7.3 à 6.7 pour 100 ouvriers, il a augmenté de 8.4% à 8.8% dans l’usine de Fremont, ce qui était plus élevé de 31% que la moyenne de l’industrie.

      Les chiffres du taux de blessures graves – c’est-à-dire celles qui nécessitent des jours d’arrêt de travail ou un horaire de travail limité ou encore le transfert à un autre poste – brossent un tableau beaucoup plus sombre de la dangerosité du travail chez Tesla pour ses employés. Comme pour les blessures signalées, le taux de blessures graves a aussi diminué dans toute l’industrie en 2015. Dans le cas de l’usine de Tesla, ce taux de blessures graves a explosé pour se situer à 103% de la moyenne de l’industrie, selon un rapport de Work Safe, une organisation à but non lucratif spécialisée dans les questions de santé et de sécurité au travail.

      Le rapport annuel 2018 du Conseil national pour la sécurité et la santé au travail, qui a identifié Tesla comme l’un des 12 lieux de travail les plus dangereux aux États-Unis, qui exposent leurs employés au risque de blessures physiques, a souligné que le taux de blessures signalées était plus élevé de 31% que la moyenne dans l’industrie en 2016, tandis que le taux de blessures graves était plus élevé de 83%. L’an dernier, 722 cas de blessures liées au travail ont été rapportées dans l’usine de Fremont, dont 600 étaient graves.
      . . . . .


  • What It Takes to Become an Intern at #tesla
    https://hackernoon.com/what-it-takes-to-become-an-intern-at-tesla-e1daf5f79b4d?source=rss----3a

    Photo courtesy of TeslaWhat could be more uplifting and exciting than watching rising souls pursue their dream career?!Tesla, the famous electric car company headquartered in Fremont, CA, may be an example of where this is taking place. They currently hire interns from universities all around the country throughout the year. But they do have high standards!In order to find out more about what they are looking for in a new intern, I was able to speak directly with three current interns about their college experiences and what they think allowed them to become an intern at Tesla. These three interns are Jennifer, Chad, and Dillon.JenniferJennifer is a mechanical engineering student at the University of North Dakota, who currently interns in the manufacturing side at Tesla. This is already (...)

    #internships #intern-at-tesla #tech-intern #careers


  • Pénuries de batteries pour la Model 3 de Tesla 28 Juin 2018 - L’Essentiel
    http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/27098663

    L’accélération de la cadence de production de la Model 3 de Tesla, après plusieurs mois de retards, a entraîné une pénurie temporaire de batteries.


    Le PDG de Tesla Elon Musk a fait savoir début juin qu’il était confiant dans la capacité du groupe à produire 5 000 berlines Model 3 d’ici la fin du mois, ce qui a été accueilli avec scepticisme par certains analystes à Wall Street. Yoshio Ito, responsable la division automobile de Panasonic, a déclaré jeudi lors de l’assemblée générale du groupe japonais qu’il y avait eu une « forte amélioration de la production », entraînant des pénuries occasionnelles de batteries.

    Panasonic, qui dispose d’un site de production de batteries au Japon et qui exploite avec Tesla l’usine Gigafactory dans l’état du Nevada, est le fournisseur exclusif des cellules de batteries pour les modèles de voitures en cours de production. Le groupe japonais a également une usine en commun avec Tesla pour produire des cellules et des modules solaires à Buffalo, dans l’État de New York.

    Les batteries sont au cœur du plan de Panasonic visant à un quasi-doublement des revenus de son activité automobile à 2 500 milliards de yens (19,6ámilliards d’euros) d’ici mars 2022, contre 1 800 milliards attendus pour l’exercice en cours. Selon les analystes, le partenariat entre le groupe japonais et le constructeur américain n’est toutefois pas sans risque, comme en témoignent les retards de production de la Model 3 ou encore les accidents de route mettant en cause des Tesla.

    Batteries à l’état solide pas prêtes
    Tesla a en outre annoncé le 12 juin son intention de supprimer des milliers d’emplois à travers le groupe, soit environ 9% de ses effectifs, afin de réduire les coûts et d’améliorer sa rentabilité sans mettre en danger la montée en puissance de la production de sa berline Model 3.

    Les retards de la Model 3 ont conduit Panasonic à abaisser en février les perspectives de son pôle batteries. « Je ne dirais pas que le retard (dans la production de la Model 3 de Tesla) n’a eu aucun impact sur nos activités mais nous sommes en étroite communication avec Tesla et travaillons à améliorer constamment la production », a déclaré Yoshio Ito.

    Soucieux de réduire sa dépendance vis-à-vis de Tesla, Panasonic s’est récemment associé à Toyota Motor pour développer et fournir des batteries de véhicules électriques. Le directeur général de Panasonic, Kazuhiro Tsuga, a déclaré lors de l’AG que les batteries à l’état solide, considérées comme plus stables, ne devraient pas arriver sur le marché automobile avant un moment, même si le groupe reste engagé dans le développement de cette batterie de nouvelle génération.

    « Nous pensons que nous pouvons continuer à améliorer les performances des batteries lithium-ion actuelles au moins jusqu’en 2025 », a-t-il ajouté. « La commercialisation des batteries à l’état solide viendrait après ces progrès ». Le constructeur automobile japonais Toyota entend commercialiser des véhicules équipés de batteries à l’état solide d’ici le début des années 2020.

    #tesla #Panasonic #transport #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation #batteries #électricité #bricolos #elon_musk #pénuries


  • Suivi des accidents Tesla :

    15 Juin 2018 : @Tesla This is what happened to my husband and his car today. No accident,out of the blue, in traffic on Santa Monica Blvd. Thank you to the kind couple who flagged him down and told him to pull over. And thank god my three little girls weren’t in the car with him.
    https://twitter.com/marycmccormack/status/1007831286176571394/video/1

    21 Mai 2018 : Man Dies After Tesla Crashes Into East Bay Pond
    A man died after the Tesla he was driving plunged into a pond along Crow Canyon Road in the East Bay Sunday night, according to the California Highway Patrol. Bob Redell reports.
    (Published Monday, May 21, 2018)

    https://www.nbcbayarea.com/on-air/as-seen-on/Man-Dies-After-Tesla-Crashes-Into-East-Bay-Pond_-CHP_Bay-Area-483210491.

    12 Mai 2018 : Tesla en feu sur l’A2: la batterie serait en cause
    https://www.tdg.ch/suisse/Tesla-en-feu-sur-l-A2-la-batterie-serait-en-cause/story/13942273
    Tessin : Un automobiliste s’est tué jeudi dernier près du tunnel du Monte Ceneri. Selon les pompiers, la batterie de sa Tesla serait à l’origine de l’incendie.


    Les causes de l’incendie d’une Tesla jeudi au Tessin suscitent la controverse. Selon un message des pompiers de Bellinzone sur Facebook, un problème de batterie pourrait être en cause. Le constructeur américain appelle à la prudence. L’enquête en cours n’a pas encore livré ses résultats.
    L’automobiliste allemand de 48 ans a, pour une raison inconnue, percuté la glissière centrale de l’autoroute A2, près du tunnel du Monte Ceneri (TI). Son véhicule s’est alors renversé et a pris feu. Le conducteur a péri sur les lieux de l’accident.

    10 Mai 2018 : Teenagers killed in fire after Tesla crashes, battery bursts into flames

    http://www.abc.net.au/news/2018-05-10/tesla-crash-battery-fire-kills-two-teenagers/9747648

    Safety investigators in the US are investigating a crash in which the battery of a Tesla electric car caught fire, burning two teenagers to death.

    A witness to the crash in Fort Lauderdale, Florida, said the Tesla Model S was being driven fast and spun out of control. It then crashed into a wall and caught fire.

    Police said two 18-year-olds were trapped and died when the car became engulfed in flames.

    Another teenager was thrown from the car and was taken to a hospital, where his condition was unknown.

    The witness said he tried to help the teenagers but the fire was too intense to get them out of the car.

    Lithium-ion batteries like those used by Tesla can catch fire and burn rapidly in a crash, although Tesla has maintained its vehicles catch fire far less often than those powered by petrol.
    1 Mai 2018 : Teen Driver Charged in Fatal Ohio Prom Night Car Crash
    https://www.usnews.com/news/best-states/ohio/articles/2018-05-10/teen-driver-charged-in-fatal-ohio-prom-night-car-crash

    MONROE, Ohio (AP) — Authorities have charged the teen driver in an Ohio prom night car crash that caused a 17-year-old girl’s death.
    Butler County Sheriff Richard Jones said Thursday that Chynna Brandon is charged with one count of vehicular homicide and two counts of vehicular assault. Butler County Prosecutor Michael Gmoser (MOH’-sur) tells the Hamilton-Middletown Journal-News he plans to keep the case in the juvenile court system.

    No records were available immediately Thursday for a phone or attorney for the 17-year-old Brandon.

    Police say four teens were going to the Monroe school prom in southwestern Ohio April 27 when the driver lost control of a 2013 Tesla sedan and crashed into a telephone pole.

    Passenger Kaylie Jackson later died from her injuries. Three other passengers were released from the hospital.

    #Tesla #voiture_autopilotée #voiture_autonome #transport  #voitures_autonomes #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation #batteries #électricité #accidents


  • Tesla va supprimer 9% de ses effectifs RTBF - AFP - 12 juin 2018
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_tesla-va-supprimer-9-de-ses-effectifs?id=9943762

    Le fabricant de voitures électriques américain Tesla a annoncé mardi dans un courriel adressé à ses employés et consulté par l’AFP qu’il prévoyait de supprimer 9% de ses effectifs.

    Ces licenciements n’affecteront pas la montée en cadence de la production du « Model 3 », voiture censée faire de Tesla un groupe automobile de masse, a assuré l’entreprise qui avait annoncé en mai envisager un plan de restructuration sans en donner les grandes lignes.

    Ils vont épargner les équipes de production, affirme Elon Musk, le PDG auteur du document.


    « Tesla a grandi et évolué rapidement lors des dernières années, ce qui s’est traduit par des doublons dans certains rôles et fonctions », explique Elon Musk. Si ces doublons « faisaient sens par le passé, ils sont difficiles à justifier aujourd’hui ».
    Au 31 décembre 2017, Tesla employait 37.543 salariés à temps plein, mais ses effectifs évoluent beaucoup en fonction de ses montées en cadences et de nouveaux modèles à l’instar du Model 3.

    A Wall Street, le titre gagnait 2,91% à 141,78 dollars vers 18H35 GMT, les investisseurs semblant saluer les efforts du groupe, qui brûle beaucoup d’argent depuis sa création il y a 15 ans, pour essayer d’être rentable cette année.

    #Tesla #licenciement #licenciements #USA #voiture_autopilotée #voiture_autonome #transport  #voitures_autonomes #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation 


  • Saint-Gilles : une Tesla aurait démarré toute seule et foncé dans d’autres véhicules garés RTBF - 31 Mai 2018
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_saint-gilles-une-tesla-aurait-demarre-toute-seule-et-fonce-dans-d-autres

    Un accident s’est produit ce mardi en fin de journée à Saint-Gilles : une Tesla Model S aurait démarré toute seule et percuté cinq voitures garées, rapporte Sudpresse.

    C’est dans la rue de Bosnie qu’a eu lieu cet accident hors du commun. Selon une source policière citée par La Capitale, le propriétaire de la Tesla a expliqué qu’il se trouvait hors de la voiture pour fermer la grille de son agence alors que le moteur de la Tesla tournait. La voiture se serait alors mise en route toute seule. La « voiture fantôme » a foncé sur d’autres voitures garées non loin de là avant de finir sa course dans une Dacia qui s’est écrasée contre une façade de maison. 


    A près avoir fait des constats à l’amiable avec les propriétaires de voitures endommagées, le propriétaire de la Tesla a promis qu’il allait demander des comptes à la marque Tesla. Nous avons tenté de contacter la marque, mais elle n’a toujours pas réagi à l’heure d’écrire ces lignes.

    Une Tesla Model S aurait démarré toute seule et encastré 5 autos La Capitale - Par D.H. - 31 Mai 2018
    http://www.lacapitale.be/237894/article/2018-05-31/une-tesla-model-s-aurait-demarre-toute-seule-et-encastre-5-autos


    À Saint-Gilles, une Tesla Model S aurait démarré toute seule et emplafonné cinq voitures en stationnement ce mardi en début de soirée…
    C’est un incroyable accident qui s’est déroulé ce mardi en fin de journée dans la rue de Bosnie, à Saint-Gilles. Une Tesla Model S aurait démarré en trombe toute seule – c’est-à-dire sans son conducteur au volant– et emplafonné cinq véhicules en stationnement . . . .

    #autopilote #voiture_autopilotée #voiture_autonome #transport #Tesla #voitures_autonomes #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation #silicon_valley #intelligence_artificielle et complètement #autonome #Tesla #poubelle


  • Tesla that crashed into police car was in ’autopilot’ mode, California official says
    https://www.theguardian.com/technology/2018/may/29/tesla-crash-autopilot-california-police-car

    If confirmed, it would be the third time a Tesla in autopilot has crashed into a stationary emergency vehicle this year A Tesla car operating in “autopilot” mode crashed into a stationary police car in Laguna Beach, California, leaving the driver injured and the patrol vehicle “totalled”, according to an official. Sgt Jim Cota, the public information officer for the Laguna Beach police department, tweeted photos of the accident, which was reported at 11.07am on Tuesday. The driver of the (...)

    #Tesla #voiture #algorithme


  • Les fans d’Elon Musk ne semblent plus tolérer la moindre critique contre lui pym - 29 Mai 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/monde/9605595-les-fans-d-elon-musk-ne-semblent-plus-tolerer-la-moindre-critique-contre

    Elon Musk, le patron fondateur de Tesla, lance des attaques de plus en plus virulentes contre tout article de presse critique. Une armée d’inconditionnels le soutient activement sur les réseaux sociaux.

    « Qu’est-ce que ça fait quand la mafia Twitter d’Elon Musk est à vos trousses ». Un billet publié par le Daily Beast raconte le sort réservé aux journalistes femmes qui couvrent Elon Musk : elles sont souvent traitées « d’idiotes, de chiennes ou pire ».


    Selon l’auteure, Erin Biba, journaliste scientifique à la BBC, ce ton peu amène serait le fait d’une « armée » de jeunes qui « marchent derrière » Elon Musk. « Honnêtement, je ferais confiance à un chien enragé avant de vous faire confiance », lui avoue ainsi l’un d’eux.
    I’d honestly trust a rabid dog before I trusted you
    — Fred Brittin (@fb80902) 28 mai 2018

    Un autre message, adressé à une consoeur d’Erin Biba, Jessica Huseman, adopte un ton lourd de reproches : « Et si tu la fermais et que tu arrêtais d’importuner Elon ? Chaque minute où tu causes des ennuis est une minute de retard pour la mise sur le marché d’un véhicule totalement autonome. Tu tues littéralement des gens. »

    How about you shut the hell up and stop bothering Elon. Every min you cause trouble is a minute that fully autonomous vehicle is late to market. You’re literally killing people
    — Yav Lee (definitely not a Russian bot) (@ChineseDotard) 23 mai 2018

    La semaine dernière, Elon Musk proposait de créer un site d’évaluation de la crédibilité des journalistes. Il a fait un triomphe auprès de ses supporters.

    #violence #harcèlement #censure #tesla #silicon_valley #google #automobile #voiture #elon_musk #voiture_autonome #innovation #robotisation #transport #voiture_autopilotée #électricité #voitures_autonomes #intelligence_artificielle


  • Google fait la « guerre algorithmique » pour l’armée américaine
    https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/google-fait-la-guerre-algorithmique-pour-l-armee-americaine_121923

    Google met au service de l’armée américaine ses technologies d’intelligence artificielle pour analyser la grande quantité de vidéos produites par ses drones espions. Une collaboration qui soulève un vif mécontentement au sein de la firme. Dans la Silicon Valley, la “peace attitude” vient de prendre un mauvais coup. Une enquête menée par le site américain Gizmodo révèle que Google collabore avec le département de la Défense américaine (DOD) dans un projet d’intelligence artificielle (IA). La nouvelle a (...)

    #Alphabet #Google #Tesla #USDepartmentOfDefense #algorithme #CCTV #drone #reconnaissance #aérien #surveillance #vidéo-surveillance (...)

    ##ProjectMaven


  • California Opens Investigation into Tesla Workplace Conditions (htt...
    https://diasp.eu/p/7038721

    California Opens Investigation into Tesla Workplace Conditions

    HN link: https://news.ycombinator.com/item?id=16869888 Posted by danso (karma: 91424) Post stats: Points: 179 - Comments: 118 - 2018-04-18T18:46:37Z

    #HackerNews #california #conditions #into #investigation #opens #tesla #workplace HackerNewsBot debug: Calculated post rank: 158 - Loop: 101 - Rank min: 100 - Author rank: 86


  • Tesla email reveals company’s effort to silence an alleged victim with cash
    https://www.theguardian.com/technology/2018/apr/12/tesla-media-strategy-discrimination-car-crash

    When a worker alleged discrimination, the company sought to keep him quiet : ‘If there is media attention, there will be no deal’

    Tesla had a clear message to DeWitt Lambert, a black employee alleging racial discrimination : take our money and stay quiet. “In terms of settlement, we are willing to pay Mr. Lambert [redacted], but only if we are to resolve this matter before there is media attention, preferably within the next few hours,” the Tesla general counsel, Todd Maron, wrote to the (...)

    #Tesla #voiture #procès #discrimination


  • Désaccords entre Tesla et les enquêteurs après un accident mortel
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_desaccords-entre-tesla-et-les-enqueteurs-apres-un-accident-mortel?id=989

    Le ton est monté jeudi entre Tesla et l’organisme chargé de faire la lumière sur les causes d’un accident mortel, aboutissant au retrait du constructeur de voitures électriques de l’enquête portant notamment sur son logiciel de conduite semi-automatique Autopilot.

    Cette enquête avait été ouverte par le régulateur des transports américain (NTSB) à la suite de cet accident survenu le 23 mars en Californie. Le conducteur y avait trouvé la mort alors que le logiciel de conduite semi-automatique Autopilot conçu par Tesla était activé. Les batteries de la voiture, disloquée dans le choc, avaient également pris feu.

    Dans des communiqués diffusés jeudi, Tesla et le NTSB se sont renvoyés la responsabilité de cette décision.


    Tesla veut « trop » communiquer
    « Tesla s’est retiré de l’accord avec le NTSB car il requiert que nous ne diffusions pas d’informations publiquement concernant Autopilot et nous considérons que cette exigence a un impact négatif sur la sécurité du public », a indiqué Tesla dans une première déclaration dans la matinée.

    « Nous croyons en la transparence et un accord qui empêche la publication d’informations pendant près d’un an n’est pas acceptable », y a affirmé le constructeur, précisant qu’il continuera néanmoins de collaborer à l’enquête du NTSB.

    Celui-ci a répondu qu’il avait « révoqué » le statut de Tesla comme partie à l’enquête. « Le NTSB a pris cette décision car Tesla a violé l’accord conclu entre les parties en publiant des informations liées à l’enquête avant qu’elles ne soient vérifiées et confirmées par le NTSB ».
    « De telles publications d’informations incomplètes donnent souvent lieu à des spéculations et des conclusions incorrectes sur les causes probables d’un accident ce qui nuit à l’enquête et au public », ajoute-t-on de même source.

    « Il est malheureux que Tesla, de par ses initiatives, n’ait pas respecté l’accord conclu entre les parties », a souligné le président du NTSB Robert Sumwait en précisant que le PDG de Tesla, Elon Musk, avait été informé de cette décision mercredi soir par téléphone et jeudi par courrier.

    Une telle mesure est rare a souligné l’organisme public mais a connu des précédents, notamment lors d’enquêtes sur des accidents d’avions en 2009 et 2014.
    . . . . . . . . .
    « La fonction Autopilot de Tesla présente des défauts » 
    Ce cabinet, Minami Tamaki LLP, a affirmé que, selon ses conclusions préliminaires, d’autres plaintes de conducteurs de Tesla concernant Autopilot ont été recensées et qu’il estime que « la fonction #Autopilot de #Tesla présente des défauts et a vraisemblablement provoqué la #mort de Huang ».

    Le NTSB avait déjà mené une enquête sur un précédent accident mortel d’une Tesla équipée d’Autopilot survenu en 2016 en Floride. Le constructeur avait alors modifié certaines fonctionnalités du système afin de mieux prévenir les utilisateurs de l’approche d’un danger.
    Le NTSB a toutefois souligné jeudi qu’il « continuait d’inciter Tesla à prendre des mesures dans le cadre des recommandations émises dans le cadre de notre enquête sur l’accident de 2016 en Floride » , ce qui pourrait laisser entendre qu’il n’est pas entièrement satisfait des modifications apportées par le constructeur.

    Suite à ces développements, le titre Tesla a perdu près de 2,3% à Wall Street à 294,08 dollars. Il a cédé plus de 14% de sa valeur sur le mois écoulé, en raison de retards de production sur son dernier modèle, le Model 3, et d’inquiétudes sur la santé financière du groupe.

    #autopilote #voiture_autopilotée #voiture_autonome #transport #Tesla #voitures_autonomes #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation #silicon_valley #intelligence_artificielle #Tesla #poubelle


  • Autonome Autos - Tesla zu tödlichem Unfall: Fahrer war selbst schuld
    https://diasp.eu/p/7005409

    Autonome Autos - Tesla zu tödlichem Unfall: Fahrer war selbst schuld

    Unternehmen geht in Offensive: „Der Grund, dass andere Familien nicht im TV sind, ist, dass ihre Angehörigen noch leben“

    https://derstandard.at/2000077818339/Tesla-zu-toedlichem-Unfall-Fahrer-war-selbst-schuld?ref=rss #News


  • Elaine Herzberg : enquête à distance
    https://tcrouzet.com/2018/04/11/elaine-herzberg-enquete-a-distance

    Trois semaines qu’Elaine Herzberg a été tuée par un robot autonome et toujours rien sur elle ou presque dans les médias, rien sur a vie, son intimité, l’endroit où elle se rendait quand elle a traversé 640 North Mille Avenue en poussant son vélo. Un message envoyé à quelques-uns de ses amis Facebook n’a suscité aucune Source : Thierry Crouzet

    • Je recevrais ce genre de correspondance d’un french author :

      Hello, my name is Thierry Crouzet. I’m a French writer. Since I heard about Elaine’s death, I have read everything I could find online about Elaine’s life. I’m angry to see that the press doesn’t really care about her but only about the Uber technology. I would like to write about her, about her life. I want to make a tribute to her, as she is the first human victim of a robot. Today, I’m sending this message to any of Elaine’s friends I can find. If you would like to share your vision of who Elaine was .

      Ma réponse ne serait pas très polie : Go fuck yourself !

      #charognard

    • Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu une ligne du gars, tout de suite je tombe sur son message que je cite plus haut et qui immédiatement me fait vomir.

      Donc c’est sans doute hâtif de ma part, et je n’ai pas l’intention d’aller plus loin dans ma lecture du gars, mais oui, une certaine propension à beaucoup travailler à attirer l’attention sur soi, à s’étudier soi-même, à gérer les informations comme un patrimoine médiatique, à systématiquement vouloir être l’home qui a vu l’home qui a vu l’homme, bref une certaine agitation fébrile, tout ça me fait disqualifier rapidement la manoeuvre surtout, once again , après le passage déjà cité et qui est donc à vomir.

    • Je comprends. C’est effectivement un passage très malaisant, comme on dit, et qui, sans connaître le travail antérieur de Crouzet, me l’a rendu antipathique : la figure de l’Auteur qui attend des réponses, comme si les proches les lui devaient et entravaient, autrement, sa mission supérieure.

      Pire encore (tu n’auras pas été jusque là, ça ne va pas soigner ta nausée), il signale que le silence de la famille vient certainement de ce qu’elle a été achetée par Tesla. En fait, comme il l’indique lui-même, une partie de la famille a accepté une transaction avec la boîte, mais une autre partie a refusé. Et ces réfractaires ne lui ont pas répondu non plus, pour des raisons qu’on ne connaît pas mais sans doute on ne peut plus légitimes : le deuil, la méfiance à l’égard de la presse, la volonté de garder leur énergie pour se battre pour elle...

      Reste que j’étais d’abord tombée sur son premier papier « Qui était Elaine Herzberg », et je l’ai trouvé important parce que de fait il est à peu près le seul à redonner un nom et une histoire à cette femme. Ailleurs, on lit une foule de détails sur la Tesla, et la femme reste toujours anonyme. Elle est "la-femme-qui-a-été-tuée-par-une-voiture-autonome". La bagnole a un nom, pas "la femme".

    • Oui, j’ai un peu parcouru le reste. Je suis déjà très mal à l’aise quand c’est Truman Capote ou Emmanuel Carrère qui produit ce genre de choses, alors imagine un type qui est très très loin d’avoir leur talent littéraire.

      Et j’ai naturellement beaucoup de mal à avaler aussi cette histoire d’enquête à distance, regardez comme je suis fort en utilisant les moyens connectés, ça sent décidément très fort l’ego-trip

    • Ah, Truman Capote ! On est en plein dedans effectivement : détestable et fascinant. C’est toute l’ambiguité de ce genre d’enquête : que ça joue sur un voyeurisme communément partagé, tout en prenant le contrepied salutaire d’autres travers tout aussi graves des médias et de la société. Que ça flatte l’ego de l’auteur en mettant au jour des réalités qui sinon resteraient passées sous silence.

      En fait, c’est un malaise que je ressens souvent en lisant, plus généralement, des #longs_formats et autres machins narratifs : on prend du plaisir à lire (et en amont à écrire) des #histoires (puisque c’est le terme consacré aujourd’hui) de misère, d’oppression, de violence, de folie, d’emprisonnement... On s’informe, certes, on s’indigne, cela nourrit notre rage, mais simultanément, c’est un très bon divertissement (côté écriture comme côté lecture). C’est plus flagrant encore au cinéma.

    • #récupération (un thème sur lequel il faudrait faire une recherche/thèse/texte : C’est un vaste sujet puisque toutes et tous, nous utilisons une immense quantité de données et d’informations que nous glanons ici et là pour construire nos propres narrations, nos propres images, notre propre monde intellectuel en sorte, et les frontières entre copies, plagiats, inspiration, etc... sont souvent très fragiles. Et quand on signe en plus. Et au moment de signer nos créations, un rapide regard en arrière pour essayer d’estimer ce qu’est vraiment la part de nous dans ce qu’on offre publiquement...