• Saadallah Wannous. Itinéraire d’un intellectuel arabe libre
    Maher Cherif

    http://orientxxi.info/lu-vu-entendu/saadallah-wannous-itineraire-d-un-intellectuel-arabe-libre,1967

    Saadallah Wannous, né en Syrie en 1941 et décédé en 1997 est reconnu comme l’un des plus grands dramaturges contemporains de langue arabe. L’une de ses pièces, Rituel pour une métamorphose est d’ailleurs entrée au répertoire de la Comédie-Française en 2013, après avoir fait l’objet d’une création au Théâtre du Gymnase à Marseille. Sa conception du rôle du théâtre et plus généralement de celui de l’intellectuel arabe, si elle a évolué au fil du temps, a jusqu’à la fin été celle de la participation à une histoire émancipatrice du monde arabe.

    #théâtre #Syrie

  • Les déchirements du #spectacle_vivant
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/010817/les-dechirements-du-spectacle-vivant

    Pour la première fois depuis des décennies, la France voit des théâtres fermer et des festivals jeter l’éponge, victimes des restrictions budgétaires et de l’indifférence politique de nouveaux élus pour qui spectacle vivant ne rime plus qu’avec divertissement. Face à cela, la plupart des acteurs installés du spectacle vivant font le dos rond et naviguent entre clientélisme et renoncement. Une enquête parue dans le dernier numéro de la Revue du Crieur disponible en librairie et Relay.

    #Culture-Idées #arts_de_la_rue #cirque #danse #musique #théâtre

  • Traduire, mettre en scène, écrire avec #Antoine_Vitez
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/150717/traduire-mettre-en-scene-ecrire-avec-antoine-vitez

    Alors que Le Devoir de traduire, qu’avait édité la Maison Antoine Vitez en 1996, vient de reparaître chez Actes Sud-Papiers dans une édition augmentée, la poète et traductrice de poésie Marie Étienne revient sur la façon dont Antoine Vitez concevait la traduction pour le #théâtre, comment il en apprivoisait l’impossibilité pour la mettre au service de l’œuvre et de la mise en scène.

    #Culture-Idées

  • Les mots et l’utopie – Armand Gatti
    http://www.radiogrenouille.com/actualites-2/sujets/les-mots-et-lutopie-armand-gatti

    Une émission en forme d’hommage pour parler de ce spectacle, mais surtout de l’artiste, de sa pratique politique et poétique et de son héritage. Avec Philippe Foulquié, ancien directeur de la Friche belle de Mai, qui a accueilli le travail d’Armand Gatti ; Aline Soler, productrice radio qui l’a suivi à Marseille puis dans ses travaux ultérieurs, notamment à Neuvic en 2010 ; Richard Martin, fondateur et directeur du théâtre le Toursky, ami d’Armand Gatti ; Jacques Broda, sociologue, ami d’Armand Gatti avec lequel il coopéra pour “ Chants d’amour des alphabets d’Auschwitz ” parcours théâtral conçu en Seine Saint Denis qui servira de point de départ à la création d’Adam quoi à Marseille en 1993. Durée : 1h06. Source : Radio (...)

    http://media.radiogrenouille.com/2017_07_06_emission_speciale_hommage_armand_gatti-antenne.mp3

  • Poetry Lovers’ Page - Rudyard Kipling : Screw-Guns
    https://www.poetryloverspage.com/poets/kipling/screw_guns.html


    Un poème militaire de Rudyard Kipling et sa caricature par Bert Brecht et Kurt Weill

    The Screw Gun
    http://oldbritishguns.com/the-screw-gun

    The Screw Gun was the brainchild of Colonel Cecil Brook le Mesurier of the Royal Artillery in 1877. His proposal was to break the gun down into parts to be carried by pack mules. The maximum practical load at the time for a mule was 200 pounds, so the 400 pound barrel was divided into two parts, to be screwed back together for action. It took at least 5 mules for the barrel, carriage and associated bits, then more mules for ammunition and powder.
    ...
    The gun was used all over Afghanistan and India, and was even present in the Sudan at the Battle of Abu Klea, during the relief of Khartoum. It was also well used in Africa by the West African Frontier Force and the King’s African Rifles.

    RML 2.5 inch Mountain Gun
    https://en.wikipedia.org/wiki/RML_2.5_inch_Mountain_Gun

    https://www.youtube.com/watch?v=UqJmBfgXRUQ

    Smokin’ my pipe on the mountings, sniffin’ the mornin’ cool,
    I walks in my old brown gaiters along o’ my old brown mule,
    With seventy gunners be’ind me, an’ never a beggar forgets
    It’s only the pick of the Army that handles the dear little pets — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns — the screw-guns they all love you!
    So when we call round with a few guns, o’ course you will know what to do — hoo! hoo!
    Jest send in your Chief an’ surrender — it’s worse if you fights or you runs:
    You can go where you please, you can skid up the trees, but you don’t get away from the guns!

    They sends us along where the roads are, but mostly we goes where they ain’t:
    We’d climb up the side of a sign-board an’ trust to the stick o’ the paint:
    We’ve chivied the Naga an’ Looshai, we’ve give the Afreedeeman fits,
    For we fancies ourselves at two thousand, we guns that are built in two bits — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns . . .

    If a man doesn’t work, why, we drills ’im an’ teaches ’im ’ow to behave;
    If a beggar can’t march, why, we kills ’im an’ rattles ’im into ’is grave.
    You’ve got to stand up to our business an’ spring without snatchin’ or fuss.
    D’you say that you sweat with the field-guns? By God, you must lather with us — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns . . .

    The eagles is screamin’ around us, the river’s a-moanin’ below,
    We’re clear o’ the pine an’ the oak-scrub, we’re out on the rocks an’ the snow,
    An’ the wind is as thin as a whip-lash what carries away to the plains
    The rattle an’ stamp o’ the lead-mules — the jinglety-jink o’ the chains — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns . . .

    There’s a wheel on the Horns o’ the Mornin’, an’ a wheel on the edge o’ the Pit,
    An’ a drop into nothin’ beneath you as straight as a beggar can spit:
    With the sweat runnin’ out o’ your shirt-sleeves, an’ the sun off the snow in your face,
    An’ ’arf o’ the men on the drag-ropes to hold the old gun in ’er place — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns . . .

    Smokin’ my pipe on the mountings, sniffin’ the mornin’ cool,
    I climbs in my old brown gaiters along o’ my old brown mule.
    The monkey can say what our road was — the wild-goat ’e knows where we passed.
    Stand easy, you long-eared old darlin’s! Out drag-ropes! With shrapnel! Hold fast — ’Tss! ’Tss!
    For you all love the screw-guns — the screw-guns they all love you!
    So when we take tea with a few guns, o’ course you will know what to do — hoo! hoo!
    Jest send in your Chief an’ surrender — it’s worse if you fights or you runs:
    You may hide in the caves, they’ll be only your graves, but you can’t get away from the guns!

    A propos du texte et de la musique de Screw Guns
    http://www.kiplingsociety.co.uk/rg_screwguns1.htm

    Der Kanonen Song
    https://www.youtube.com/watch?v=7bEKU70_7E8

    John war darunter und Jim war dabei
    Und Georgie ist Sergeant geworden
    Doch die Armee, sie fragt keinen, wer er sei
    Und sie marschierte hinauf nach dem Norden.
    Soldaten wohnen
    Auf den Kanonen
    Vom Cap bis Couch Behar.
    Wenn es mal regnete
    Und es begegnete
    Ihnen ’ne neue Rasse’ne braune oder blasse
    Da machen sie vielleicht daraus ihr Beefsteak Tartar

    Johnny war der Whisky zu warm
    Und Jimmy hatte nie genug Decken
    Aber Georgie nahm beide beim Arm
    Und sagte „Die Armee kann nicht verrecken“.
    Soldaten wohnen
    Auf den Kanonen
    Vom Cap bis Couch Behar.
    Wenn es mal regnete
    Und es begegnete
    Ihnen ’ne neue Rasse’ne braune oder blasse
    Da machen sie vielleicht daraus ihr Beefsteak Tartar

    John ist gestorben und Jim ist tot
    Und Georgie ist verißt und verdorben
    Aber Blut ist immer noch rot
    Und für die Armee wird jetzt wieder geworben!
    Soldaten wohnen
    Auf den KanonenVom Cap bis Couch Behar.
    Wenn es mal regneteUnd es begegnete
    Ihnen ’ne neue Rasse’ne braune oder blasse
    Da machen sie vielleicht daraus ihr Beefsteak Tartar

    L’esprit militaire
    https://en.wikipedia.org/wiki/Non-commissioned_officer#United_Kingdom

    Sergeant Jamie Shannon of the 105 Regiment Royal Artillery stands in the Middle Ward, Edinburgh Castle. As District Gunner, he has just supervised the firing of the One O’Clock gun, which points east over the Mills Mount Battery wall. The rest of the gunners are formed up behind the gun, to the right.

    #Royaume_Uni #Allemagne #histoire #militarisme #colonialisme #impérialisme #théâtre #musique #poésie

  • Le pouvoir s’attaque à l’un des théâtres les plus créatifs de Moscou
    https://www.mediapart.fr/journal/international/020617/le-pouvoir-sattaque-lun-des-theatres-les-plus-creatifs-de-moscou

    Le spectacle « Otmorozki » (« Les Voyous ») au #Centre_Gogol. © Centre Gogol #Kirill_Serebrennikov et son Centre Gogol, une plate-forme théâtrale contemporaine unique à Moscou, sont dans le collimateur de la justice. Les milieux culturels indépendants sont sous le choc. Ils craignent qu’il ne s’agisse d’un signal pour remettre au pas tout ce que la #Russie compte d’espaces de création indépendants, au profit d’un art de plus en plus patriotique et conservateur.

    #International #théâtre

  • #Arthur_Miller en #Chine : les terres de l’imagination
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/060517/arthur-miller-en-chine-les-terres-de-l-imagination

    Parti en Chine au printemps 1983 pour mettre en scène une de ses pièces majeures, Arthur Miller y écrit son journal de bord. Un commis voyageur à Pékin fourmille d’anecdotes sur les répétitions quotidiennes, le #théâtre, la ville, les distances culturelles et politiques. Plus qu’un document littéraire inédit en France, c’est surtout un reportage d’artiste sur un voyage et une civilisation.

    #Culture-Idées #En_attendant_Nadeau

  • Il était une fois l’Internet par la compagnie 13r3p*

    Il était une fois l’Internet est un curieux conte connecté. Il suit
    les aventures de Data, une téméraire porteuse de paquets de données qui
    vit au cœur d’Internet et qui voyage sur les routes de fibre optique à
    la rencontre des mystérieux habitants du réseau...

    Ce spectacle mêle théâtre et technologie, avec l’envie de permettre à
    tous de comprendre le fonctionnement d’Internet et la place que les
    humains y occupent

    Spectacle de théâtre tout public dès 7 ans / 50 min

    Dans la presse
    – Rue89 http://iletaitunefoislinternet.us11.list-manage.com/track/click?u=3e67a17c08db007b4aefb598b&id=4e6ddaa768&e=dc195d6730
    – LeMonde.fr/Binaire <http://iletaitunefoislinternet.us11.list-manage1.com/track/click?u=3e67a17c08db007b4aefb598b&id=ff8841082b&e=dc195d6730

    Prochaines représentations

    – Montrevel-en-Bresse (Ain) : 11 mai - 13h30 & 15h30
    – Saint-Trivier-de-Courte (Ain) : 12 mai - 13h30 & 15h30
    – Médiathèque Jean Levy - Lille - 17 mai - 15h

    Il était une fois l’Internet /est un spectacle de la compagnie 13r3p.
    Le projet inclut également des périphériques pédagogiques (dossier
    pédagogique et jeu de société) et des formations pour adultes
    (développées avec la Gaîté Lyrique et Canopé Île-de-France).

    Contactez-nous pour plus d’informations.

    Informations et invitations

    elodie.darquie@13r3p.com / 07 68 60 12 85

    dossier de diffusion
    iletaitunefoislinternet.fr

    Compagnie 13r3p

    hello@13r3p.com
    07 68 60 12 85
    16 rue Abelard, 59000 Lille
    13r3p.com

  • Le samedi 27 mai 2017, de 10h à 18h, Philippe Pillavoine fera le « Mime Suiveur » à Sorgues (84).

    Philippe Pillavoine a approché l’art du Mime avec le maître Marcel Marceau dans l’École Internationale de Mimodrame de Paris. Pendant trois ans, il a appris à raconter des histoires dans le silence le plus complet. Puis à la sortie de cette scolarité très spéciale, car on y apprend par exemple à marcher dans les nuages, devenu pleinement Artiste Mime, il est allé jouer partout où était le public. Il a commencé bien évidemment dans les théâtres puis est allé au fur et à mesure à la rencontre du « vrai » public… celui de la rue ! Là pour parfaire sa formation et sculpter au mieux son savoir faire, il a approché Mario Gonzalez, professeur de théâtre masqué pendant plus de 35 ans au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Il a ainsi compris grâce aux précieux préceptes comment jouer dans la rue, en lumière naturelle et propose depuis déjà plus de 10 ans son animation de « Mime Suiveur » !

    Plus d’infos : http://www.silencecommunity.artistoides-associes.org/events/event/view/46464/%C2%AB%C2%A0mime-suiveur%C2%A0%C2%BB-a-sorgue

    #artiste #mime #pillavoine #vaucluse #paca #sorgues #marceau #gonzalez #art #théâtre #masque #rue #mimodrame #pantomime #école #animation #événementiel

  • #seenthis_fonctionnalités : Les thèmes privilégiés d’un.e auteur/autrice

    Grâce aux hashtags et aux thèmes automatiques, Seenthis fabrique une liste (pondérée) des thèmes privilégiés d’une personne. Cela apparaît en colonne de droite de la page d’un.e contributeur.trice. Par exemple :

    Country:France / Continent:Europe / City:Paris / #femmes / Country:Grèce / #sexisme / #Grèce / #racisme / Currency:EUR / #Palestine / #travail / Country:Israël / Country :États-Unis / #Israël / Country:Allemagne / #féminisme / Person:Encore / City:Gaza / Country:Suisse / Country:Royaume-Uni / City:Londres / City:Bruxelles / Person:Charlie Hebdo / Country:United States / #santé / Currency:USD / #prostitution / City:This / Person:Alexis Tsipras / #politique / Country:Israel / Country:Russie / #histoire / #viol / City:New York / #migrants / #cartographie / #photographie / Country:Espagne / #écologie / Company:Facebook / #inégalités / #réfugiés / Country:Palestinian Territories / Country:Italie / Person:François Hollande / #journalisme / Country:Japon / Continent:Afrique / #art / #culture_du_viol / Country:Syrie / Country:Iraq / City:Athènes / City:Lille / #France / #austérité / #littérature / Person:Manuel Valls / #Suisse / Person:Tony Blair / #misogynie / #éducation / #audio / #islamophobie / Country:Algérie / #plo / #Internet / ProvinceOrState:Cisjordanie / #asile / City:Bonne / #Union_européenne / #cinéma / PublishedMedium:The New York Times / NaturalFeature:Philippe Val / #sorcières / #livre / #revenu_garanti / City:Die / Country:Afghanistan / Person:Hillary Clinton / #photo / #chômage / Country:Danemark / Person:Mona Chollet / Region:Moyen-Orient / #gauche / City:Lyon / Country:Chine / #capitalisme / Person:Jeremy Corbyn / Country:Belgique / #colonisation / #qui_ca / City:Amsterdam / Organization:Académie française / City:London / #violence / Facility:Palestine Square / Country:Liban / #discrimination / #shameless_autopromo / #médecine / Company:Google / #radio / Country:Pays-Bas / Organization:Hamas / ProvinceOrState:Bretagne / ProvinceOrState :Île-du-Prince-Édouard / #société / City:Munich / #domination / City:Nice / City:Cologne / #Europe / Organization:Sénat / #nourriture / Region:Proche-Orient / Person:Christiane Taubira / Country:Suède / Organization:White House / Person:Donald Trump / Person:Laurence Rossignol / Company:Le Monde / #voile / #historicisation / Continent:America / #childfree / Person:Arnaud Leparmentier / #revenu_de_base / #théâtre / ProvinceOrState:Québec / Person:Philippe Rivière / #imaginaire / City:Strasbourg / Country:Finlande / City:Venise / #migrations / #Etats-Unis / Country:Arabie saoudite / City:Jerusalem / #Gaza / Country:Greece / City:Beyrouth / City:Toulouse / #islam / City:Marseille / Person:Mark Regev / Country:Grande-Bretagne / Person:encore / #Genève / City:Ramallah / #temps / #géographie / #sexe / Person:Osez / Country:South Africa / #patriarcat / Country:Pakistan / City:Bordeaux / #urbanisme / Person:Richard Malka / Person:Frédéric Lordon / Continent:Amérique / Company:The Guardian / #occupation / Person:Alain Juppé / Person:Denis Robert / Region:Méditerranée / PublishedMedium:The Guardian / #science / #BDS / City:Damas / Person:Peter Brook / City:Oslo / City:Dublin / #violences_sexuelles / City:Pomerol / City:Juif / Person:Paul Guers / City:Mayenne / #laïcité / Person:Jean-Luc Mélenchon / #censure / Organization:Tsahal / Person:Daniel Schneidermann / Organization:United Nations / Country:Bolivie / Position:Prime Minister / #domination_masculine / City:Nesle / Person:Virginia Woolf / ProvinceOrState:Maine / City:Montsoreau / Person:Jean-Louis Barrault / Person:Paul Dutron / Person:Lino Ventura / Person:Max Weber / City:La Tour / Company:Charles Oulmont /

    À une époque, on avait un gadget trop mignon : on pouvait balancer ça d’un clic sur Wordle pour obtenir une représentation graphique (ici @odilon) :
    https://www.flickr.com/photos/odilodilon/6684464421

    Flickr

  • Embarras du pouvoir et choix d’ennemis, par Diane Scott
    http://www.vacarme.org/article3021.html

    Des comédiens répètent un spectacle inspiré de Fassbinder à partir de l’actualité politique contemporaine : ils reprennent des scènes, se filment, commentent le texte, jouent des rôles du répertoire du cinéaste allemand. Voilà la situation de départ de Je suis Fassbinder, spectacle créé à Strasbourg en 2016. C’est là la troisième collaboration entre l’auteur et metteur en scène allemand Falk Richter et l’acteur et metteur en scène français Stanislas Nordey, après Das System et My Secret Garden .

    Cahier / #Critiques, #Théâtre

  • Il était une légende vivante, mais peu connu du grand public. Armand Gatti s’est éteint à l’âge de 93 ans. Né en 1924, résistant dès l’âge de seize ans, évadé, parachutiste, journaliste (prix Albert-Londres en 1954), cinéaste et dramaturge, il commence à écrire pour le théâtre en 1961 : il sera mis en scène notamment par Jean Vilar. Il fonde L’Atelier de création populaire en 1982 à Toulouse, puis en 1986 La Parole errante, qui vivra à La Maison de l’Arbre, à Montreuil en Seine Saint Denis (dont la pérennisation est aujourd’hui menacée). Il y a toujours poursuivi un même objectif, qu’il décrit ici : donner la parole aux exclus du langage, à ceux qu’il appelait les « loulous ».

    Mon théâtre, mes films, qu’est-ce que c’est ?
    https://www.monde-diplomatique.fr/1992/02/GATTI/44163 #st

    http://zinc.mondediplo.net/messages/57952 via Le Monde diplomatique

  • Volksbühne Berlin : Soll das Räuberrad bleiben, wenn Frank Castorf geht ? | Berliner Zeitung
    http://mobil.berliner-zeitung.de/kultur/volksbuehne-soll-das-raeuberrad-bleiben--wenn-frank-castorf-g


    Ce symbole pour 25 années de théâtre révolté est voué à la disparition. On remplace Frank Castorf l’éternel rebelle à la tête du théâtre Volksbühne par un pro de la gestion d’événements, le symbole de brigands partira avec Castorf. Quelle belle histoire tragique - mais je me demande en quoi a consisté une révolte financée par l’état avec une subvention annuelle de €4.25 millions.

    Es wäre natürlich schade, wenn das Ding, das dort angewachsen zu sein scheint und aus dem Kontext heraus seine Bestimmung gefunden hat, auf einmal verschwinden würde. Nach nur 25 Jahren. Aber dies war doch genau das Argument, und zwar das einzige Argument derer, die den belgischen Theatermann Chris Dercon so unkritisch willkommen heißen: Es solle endlich mal was anderes her.

    Als Bernd Wilms, besser gesagt, sein Chefdramaturg und Interimsintendant Oliver Reese 2009 die Leitung des Deutschen Theaters abgab, hat sich keiner dagegen verwahrt, dass der protzige Faust-Ständer weichen musste; dieser auf schwere Eisenträger geschweißte blauweiße Neon-Schriftzug „Verweile doch...“ lud geradezu zum Denkmalsturm ein. Sich einfach so hinzupflanzen und ungegründet herumzudominieren, da reagiert der Berliner empfindlich. Also Pustekuchen mit „Verweile doch...“. Heute ist der DT-Vorplatz mit Bänken und Blumen versehen von gastlich-netter Ulrich-Khuon-Atmosphäre geprägt.

    Das Rad aber, so sehr es den Eindruck erweckt, auf dem Sprung zu sein − für ein Denkmal eine geradezu meisterliche Selbstreflexion −, es ist hier nun verwurzelt. Neumann, der im Sommer 2015 starb und leider nichts mehr zu dem Ganzen sagen kann, hat es für Castorfs 1991er „Räuber“-Inszenierung erfunden und aus dem Augenblick heraus den Grundton für eine Ära angeschlagen. Die wird nun sinnloserweise künstlich abgebrochen.

    #Allemagne #Berlin #théâtre

  • Ich bin ein Elefant, Madame
    http://www.literaturatlas.de/~lk2
    A propos de Peter Zadek et la révolte des lycéens en 1968

    So wurden wir, die Klasse FGQ1 (11) des Fachgymnasiums Gesundheit und Soziales an den Berufsbildenden Schulen Osterholz-Scharmbeck, von unserem Deutsch- und Geschichtslehrer Ulrich Schröder dazu angeregt, ein Projekt zum Thema Filmanalyse zu starten. Auf den folgenden Seiten möchten wir nun vorstellen, was wir in den letzten Wochen erarbeitet haben. Unser Objekt dabei war der Film „Ich bin ein Elefant, Madame“ (1969) von Peter Zadek, welcher auf dem Roman „Die Unberatenen“ (1963) von Thomas Valentin beruht. Der Film zeigt eine Schülerrevolte gegen die Lehrer und das Schulsystem im Jahre 1968 und vermittelt einen Eindruck von den damaligen Verhältnissen und Umständen in der Schule. Spannend ist auch, dass der Film in unserer näheren Region gedreht wurde. Drehorte waren u. a. Worpswede und der Bremer Marktplatz, vor allem aber das Alte Gymnasium in Bremen.

    #Allemagne #révolte #film #théâtre #histoire

  • AVIGNON, FABRIQUE DE LA CLASSE DOMINANTE ?

    Un objet propice à faire bouger les lignes de l’esprit et qui sert de placement dans la nuit d’un coffre-fort est une obscénité. Une pièce dénonçant le règne de la bourgeoisie présentée dans des conditions qui la réservent globalement aux vieux Blancs (j’en suis) fortunés (j’espère encore) est une obscénité.

    https://jlsagotduvauroux.wordpress.com/2016/05/18/avignon-fabrique-de-la-classe-dominante/?blogsub=confirmed#blog_subscription-2

    #BLONBA #BLUES #BRECHT #CLASSE_DOMINANTE #DOMINATION_OCCIDENTALE #ESCLAVAGE #FESTIVAL #JEAN_VILAR #MATISSE #OLIVIER_PY #RÉVOLUTION #SAINT_CHAMAND #TARIFS #THÉÂTRE

  • Save the date
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/save-the-date

    En cette journée internationale du Bonheur, nous discutons avec ​ Pauline Desmarets, l’une des interprètes de la pièce « Save The Date », mise en scène par Clémentine Colpin et qui se joue au #théâtre #marni du 22 au 30 mars.

    La pièce interroge la place que notre société laisse à la mélancolie, la tristesse, l’obligation de se divertir, de faire la fête, d’être heureux, ou au moins d’en avoir l’apparence...

    Pour exprimer ces propos, Clémentine Colpin nous invite à un mariage : moment ultime de réjouissances, où notre positivité se doit d’être au top.

    http://www.theatremarni.com/Save-The-Date

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/save-the-date_03416__1.mp3

  • Fleurs de ruines : lieux de création alternatifs dans la Grèce des mémorandums

    À partir de 2010, des dizaines de lieux de création alternatifs commencent à apparaître dans les ruines laissées par le retrait et la faillite de l’État grec. Dans le même temps, des fondations privées aux moyens colossaux ouvrent leurs portes ou sont mises en chantier. À partir de notre expérience propre (la création d’un espace culturel alternatif, l’Atelier de réparation de télévisions, par Fotiní Banou et moi-même en novembre 2012), ce texte a pour objet d’esquisser un tableau du paysage culturel apparu à Athènes dans le contexte de crise, d’offensive néo-libérale et de « résistance créatrice » que connaît le pays depuis 2008.

    #austérité #autogestion #culture #dette #Grèce #invention #mouvements #politique #production #résistances #théâtre #fondations #LVMH

    https://oulaviesauvage.wordpress.com/2017/03/08/fleurs-de-ruines-lieux-de-creation-alternatifs-dans-la-gre

  • #Brecht dialecticien. De l’art de lire Me Ti
    http://revueperiode.net/brecht-dialecticien-de-lart-de-lire-me-ti

    Loin de considérer Me Ti comme un écrit périphérique de Bertolt Brecht, Werner Mittenzwei revient dans ce texte de 1975 sur la place qu’occupe cette œuvre singulière dans le parcours du dramaturge allemand. Me Ti s’inscrit en effet pleinement dans la démarche brechtienne de création de nouvelles manières d’écrire, mais également dans ses réflexions sur la place du lecteur (ou du spectateur). Mittenzwei revient ainsi non seulement sur l’importance de ce philosophe chinois sur le travail de Brecht, mais également sur les influences contemporaines de ce dernier et s’emploie à historiciser ses réflexions esthétiques et politiques. À mi-chemin entre les écrits théoriques et artistiques de Brecht, Me Ti apparaît ainsi comme une œuvre centrale dans le parcours de (...)

    #Uncategorized #théâtre

  • Sur Twitter cette vidéo est diffusée par Just See Real (aka Cyril) qui rappelle la prise de parole de Luc Saint-Eloy et Calixthe Beyala lors des 25 ans des Césars en 2000 :

    https://twitter.com/JustSeeReal/status/836325535701741568

    César 2017 : Alice Diop, Maïmouna Doucouré, Déborah Lukumuena récompensées
    https://www.youtube.com/watch?v=0EdSfCj0jrY

    La 42ème nuit des #César a consacré des #Noirs, des #femmes_noires, pour leur travail et pour leur talent. C’est suffisamment rare pour être souligné. C’est même historique ! Toute arrivée a son départ...

    À la suite de cette prise de parole, #Luc_Saint-Eloy avait été interviewé. Je recopie ici l’interview pour archive :

    http://calixthe.beyala.free.fr/html/entretien%20avec%20Luc%20Saint-Eloy.htm

    [des quotas dans le cinéma ?]

    Entretien avec Luc Saint-Eloy

    directeur artistique de la compagnie du « Théâtre de l’Air Nouveau », metteur en scène, acteur et membre actif du Collectif Egalité.

    « Nous sommes obligés de parler d’oppression, de liberté à retrouver. J’ai personnellement toutes les preuves que ce système nous empêche de fonctionner. »

    Flu : De qui était le texte lu lors de la cérémonie des Césars ?

    Luc Saint-Eloy : De Calixte Beyala et moi-même. Le texte a été écrit très spontanément, le jeudi soir où nous avons appris que nous avions deux invitations pour la cérémonie. Il devait être aux alentours de minuit, nous venions de faire deux courriers avec #Calixte_Beyala et nous étions assez fatigués. Le texte a donc été écrit très rapidement, à deux, pratiquement d’un seul jet. On l’ a revu le samedi après midi avec #Jacques_Martial. On n’a alors corrigé que deux, trois petites choses parce qu’on a pensé que ce texte, qui venait du cœur était déjà assez juste.

    F : Qu’est ce que cela représentait pour vous, de prendre la parole devant ce parterre de personnalités ? C’était un défi ?

    L.S-E : C’était un pari difficile. Nous avions deux invitations qui nous permettaient d’être à l’intérieur du théâtre des Champs Elysées, mais les places étant numérotées et réservées, nous étions installés au deuxième balcon, donc très loin de l’espace scénique. Nous avons plusieurs fois essayé de descendre et d’accéder au rez-de-chaussée. Ce dernier étant réservé aux nominés, aux institutionnels, nous avons été arrêtés à chaque fois. Nous avons alors décidé, vers vingt et une heure quinze de passer par un escalier qui nous faisait arriver vers la porte la plus proche du rez-de-chaussée, où une équipe importante de membres de la sécurité regardaient la cérémonie sur un petit écran. On a attendu patiemment derrière eux, et quand ils s’y attendaient le moins, on est passé en disant que c’était à notre tour de parler. On a ouvert brutalement et rapidement les portes et on est montés directement sur la scène. Evidemment, on ne se sentait pas à l’aise, même si on était sûrs de l’importance de notre démarche. On a eu peur d’être happés juste avant d’arriver sur scène ou d’être coupés au milieu de notre discours et expulsés de l’espace scénique. Donc nous avions quand même une grosse angoisse, qu’il fallait maîtriser, ne pas montrer. C’était donc un pari à gagner, avec souplesse, avec élégance et je crois que nous nous en sommes bien sortis.

    F : Qu’avez vous pensé du parti pris du réalisateur qui a immédiatement filmé les quelques noirs qui étaient dans la salle ?

    L.S-E : Je trouve que le réalisateur a fait preuve d’un grand professionnalisme. Avant de pouvoir prendre la parole, j’ai eu le temps de dire à Alain Chabat, qui présentait la cérémonie, de se rassurer puisque nous ne voulions adresser qu’un message d’espoir. #Alain_Chabat nous a demandé d’attendre que la personne qui était alors sur le plateau finisse son discours avant d’entrer en scène. Je crois que le réalisateur, dans ce court temps d’attente, a reconnu Calixte Beyala et s’est rendu compte que nous allions prendre la parole au nom du #Collectif_Egalité. Il a donc cherché dans la salle où étaient les noirs. Il a fait fort, puisque sur les deux mille personnes qui étaient là, il a réussi à trouver les cinq, six noirs qui étaient présents. Je ne sais pas s’il a voulu cautionner ou non notre discours mais en tout cas on a vu des noirs à l’écran. On a pu voir #Melvin_Van_Peebles, qui est un des plus grands réalisateurs noirs américains, et qui, soit dit en passant, était lui aussi au balcon et non avec le gratin du bas. Personnellement, ce qui m’a le plus touché et scandalisé, à part le fait qu’il n’y ait, une fois de plus, ni acteur ni réalisateur noir nominé, c’est qu’à aucun moment il n’ait été prévu au cours de cette cérémonie de rendre un hommage à #Darling_Légitimus. Son nom n’a même pas été cité lors de la séquence nécrologique qui a eu lieu quelques minutes après notre intervention. Darling avait donné un grand prix d’interprétation à la #France à la Mostra de Venise et pourtant aucun représentant du ministère de la culture n’était présent à son enterrement. J’avais été aussi scandalisé lors de la mort de #Serge_Sommier, qui avait notamment travaillé des années avec #Michel_Drucker, et dont la disparition avait été passée sous silence à la télévision. Donc nous avons donné un prix en notre nom à Darling et je pense définitivement que notre intervention était justifiée et nécessaire.

    F : Comment expliquez vous que le #cinéma_antillais, à la veille de ce XXIème siècle, soit presque inexistant ?

    L.S-E : C’est difficile de répondre en deux minutes à cette question qui est un vrai problème et nécessite un vrai débat. Il existe un cinéma naissant antillo-guyanais. Il existe des scénarios, des projets mais qui ne sont pas suffisamment défendus. Cependant, même lorsqu’ils sont menés à leur terme, ils n’ont pas l’accueil qu’ils mériteraient. J’ai par exemple été l’interprète du dernier film de #Christian_Lara, Sucre Amer, dans lequel je joue le rôle de #Louis_Delgrès. Ce film a été tourné il y a plus de trois ans et n’a toujours pas été distribué. Je sais que Lara a mené un véritable chemin de croix pour réussir à financer son film. Aucune #télévision n’a voulu l’aider, même #Canal+, alors que je pense que le film est original et que le scénario est intelligent et aucunement agressif. Il n’a trouvé des financements qu’auprès du Canada et du Conseil Régional de la #Guadeloupe. J’ai l’impression qu’il existe une véritable volonté de la part des financiers et décideurs français de ne pas nous prendre en considération. Je crois qu’ils ont hérité d’un fonctionnement colonial par rapport aux noirs des #Antilles_françaises et ils continuent à ne pas nous voir comme des êtres normaux. Ils peuvent arriver à considérer talentueux un artiste noir américain, qu’il soit réalisateur, acteur ou technicien et parallèlement, ils sont incapables de reconnaître le talent d’un noir francophone. Je ne sais si c’est à cause de la #traite_négrière ou du #système_colonial, mais ils restent sous la coupe d’un système hérité et ils semblent continuer à croire que nous sommes inexistants ou que nous ne pouvons exister qu’à travers eux. Il existe donc un vrai problème au niveau des mentalités et je crois que, si on ne les fouette pas, si on ne leur montre pas le vrai visage de la France que nous sommes les seuls à connaître, et qui n’a rien à voir avec le discours républicain qu’ils défendent, ils ne nous considèreront jamais comme des gens normaux. Ils vont continuer de plus en plus à nous laisser sur la touche et à ne pas croire qu’il existe des comédiens ou des #réalisateurs_noirs en France. Nous ne savons pas comment faire changer les choses, mais pour l’instant nous avons décidé de nous battre en accusant publiquement, ouvertement la France d’être #raciste.

    F : Est ce qu’il n’y a pas aussi un travail à faire du côté du public noir francophone ? On sait par exemple que #Siméon_d'Euzhan_Palcy n’a pas touché le public antillais visé et qu’il est très dur de mobiliser le public, antillais notamment...

    L.S-E : Il est évident qu’il y a aussi un énorme travail à faire de ce côté là. Mais il ne faut pas oublier que si vous voulez que le public soit au rendez vous, il faut accompagner un spectacle ou un film d’une vraie campagne promotionnelle. Le simple fait que nous n’ayons pas accès aux grands médias diminue largement notre pouvoir de communication. Pour pouvoir parler de marché, il faut avant tout fidéliser un public. Personnellement cela fait dix sept ans que je me sacrifie dans l’univers théâtral, que je me bats pour convaincre les miens qu’il existe un #théâtre qui n’est pas vu et défendu car il n’y a aucune politique pour le défendre. Mais à force d’être au combat, le public sait maintenant qu’il existe des rendez vous théâtraux, même s’ils ne sont pas réguliers. Tant qu’on n’aura pas un espace pour créer et diffuser des spectacles vivants, on ne pourra pas fidéliser le public comme la télévision a réussi à le faire en diffusant des images 24 heures sur 24.

    D’un autre côté, notre cinéma ne peut pas avoir absolument du succès à tous les coups et convaincre tous les publics. On sait que la rencontre avec le public est un évènement que l’on ne peut pas prévoir et dont personne ne connaît la recette. Siméon a été un relatif échec et des conclusions sont immédiatement tirées sur l’absence de marché pour le cinéma antillais. Nous savons que c’est faux, puisque Rue Cases Nègres a fonctionné et pas uniquement grâce au public antillo-guyanais, mais grâce à une véritable campagne promotionnelle. C’est vrai qu’en plus, le public a été séduit par les personnages, sachant que c’était la première fois que l’on montrait de si beaux personnages de noirs et par le sujet du film et sa réalisation. Mais même les plus grands réalisateurs ont des échecs... Je pense que ce qu’il faut surtout souligner c’est que les publics antillo- guyanais et africain n’ont pas encore ce réflexe d’aller voir des films qui pourraient les toucher parce qu’ils ne se posent pas de questions par rapport à leur représentation à l’image. La traite négrière n’est abolie que depuis à peine cent cinquante ans et elle a été remplacée par le système colonial qui nous a enfermés dans encore autre chose. Donc nous sommes encore sous domination. Un public qui est sous domination ne peut pas avoir de vrais réflexes de survie. C’est pourquoi nous tentons de débroussailler tout cela, de faire le ménage pour que nos enfants n’aient plus à évoluer dans le même contexte que nous. Si je me bats ce n’est pas pour moi, c’est avant tout pour que nos enfants bénéficient d’un regard complètement défolklorisé.

    Ce problème de promotion est aussi lié au problème d’information. On peut se demander pourquoi notre intervention aux Césars n’a pas été traitée le soir même sur les chaînes publiques. La marche que nous avions faite en juin 98, et qui avait mobilisé plus de 80 000 personnes, avait été de la même manière passée sous silence. Je ne pense pas que tout cela soit normal....

    F : Comment comptez vous mener votre combat ?

    L.S-E : Il faut changer le regard qui est posé sur nous : dire haut et fort que nous voulons définitivement vivre hors domination, dire haut et fort que nous ne voulons plus nous fâcher avec nous mêmes, comme on nous l’a appris. Lors de notre intervention au cours des Césars, nous avons parlé au nom des peuples noirs, au nom de toutes les communautés visibles, au nom de l’ #Afrique et des #Antilles et c’était une première. Dorénavant nous savons que nous vivons sur le sol français, que l’histoire nous a rendus français, que nos enfants grandissent ici et nous sommes fiers de ce que nous sommes ! Nous sommes fiers de notre passé et c’est pour cela que nous voulons le faire ressurgir pour bâtir le socle qui nous manque. Nous ne voulons pas du socle qu’on a établi pour nous, mais au contraire bâtir nos propres repères. Le combat à mener est dans leurs têtes et dans nos têtes. C’est un véritable #rapport_de_force entre #colonisateurs et #colonisés. Nous sommes obligés de parler d’oppression, de liberté à retrouver. J’ai personnellement toutes les preuves que ce système nous empêche de fonctionner. Je sais les bâtons qu’on a voulu me mettre dans les roues quand j’ai voulu monter une grande fresque historique en juin 98.

    F : Donc votre combat pour la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité et votre combat artistique sont intimement liés..

    L.S-E : Pour l’instant, en France, le domaine sportif est le seul domaine dans lequel ils acceptent que nous existions. Il me semble qu’il faut faire attention car cela me rappelle une période où ils n’avaient besoin que de nos muscles. Je n’ai pas envie que mes enfants ne rêvent à ne devenir que des sportifs, même si je n’ai rien contre les sportifs. Mon combat en tant qu’artisan de la #culture est de trouver une nouvelle manière de nous rebâtir. En tant que créateur, je ne peux m’éloigner de ce qui m’opprime. Il me faut d’abord me libérer. Donc c’est effectivement totalement lié. Il faut se fabriquer de nouvelles ailes pour pouvoir être un oiseau neuf.

    F : Pourriez-vous nous parler de votre compagnie du « Théâtre de l’Air Nouveau » ?

    L.S-E : Je suis directeur artistique de cette compagnie qui a maintenant dix-sept ans. Nous avons à notre actif plus de quinze créations. J’ai toujours dénoncé l’exclusion dont nous sommes victimes, l’exclusion dont le théâtre antillo-guyanais est victime dans le paysage culturel français. Je dénonce leur manière de parler à notre place à chaque fois qu’il s’agit de mettre en scène les rares actes théâtraux qui parlent de notre histoire. J’ai toujours adressé pour chaque création des demandes de subvention au Ministère de la Culture, à la Drac Ile-de-France et à chaque fois ces demandes ont été refusées. Pourtant j’essaie d’expliquer que notre théâtre souffre de ne pas être soutenu. Je ne pleure pas, je ne me plains pas, simplement pendant ce temps je paye des impôts en tant que citoyen français et le Ministère de la Culture m’ignore... Nous sommes à la merci de commissions dans lesquelles pas un de nos auteurs ne figurent. Je pense que les personnes qui sont dans ces commissions ne savent pas nécessairement me lire. Leur approche du théâtre n’est pas la mienne. Je veux définir ma manière de jouer et je ne veux plus que mon théâtre repose sur leurs critères. Mon théâtre est né dans les plantations, dans un système d’oppression. Il descend de l’art du conteur qui a toujours été une forme de résistance à l’oppression et donc de marronage. Le système culturel actuel me marginalise, puisque mes dossiers sont refusés et que je ne peux pas jouer dans les théâtres traditionnels. Donc je commence à me considérer comme un « marron ». N’oublions pas que les marrons ne sont pas partis des îles, mais se sont enfuis dans les mornes où ils se sont organisés comme de véritables sociétés, redescendant parfois pour brûler les plantations. Je suis en train de m’organiser comme un marron, de trouver des idées nouvelles. C’est mon devoir de rappeler les symboles. Ce que j’ai fait lors des Césars est un acte de marronage. Nous sommes entrés dans le temple. Encore une fois, je me tourne vers les enfants qui nous regardent, et je ne veux même pas savoir ce que mon père, qui est toujours proche du rôle de la victime, pense. Je ne veux plus voir ma communauté passive, mais actrice de son devenir.

    F : J’aimerais avoir votre opinion sur la question des quotas.

    L.S-E : Nous sommes dans un pays extrêmement vieux. Les choses ne bougent dans ce pays que lorsque des lois sont votées et appliquées. Nous savons dorénavant qu’il ne faut plus espérer et attendre les bonnes volontés des uns et des autres. Alors je dis oui aux quotas. En disant que nous voulons des quotas, nous créons le débat. Des gens sont pour, d’autres sont contre. J’attends que ceux qui sont contre nous fassent d’autres propositions et nous démontrent que notre démarche est injuste. Mais je pense que les #quotas, pendant une période donnée, permettront à ceux qui ont du talent de le montrer. Ils auront ainsi une chance d’être jugés comme les autres. Pour le moment nous sommes loin d’avoir la possibilité de pouvoir exprimer nos talents. Donc pour pouvoir créer des chances égales, nous voulons des lois. Nous ne pouvons plus faire confiance à un système qui nous a opprimés, un système qui ne veut pas évoluer. Nous ne voulons pas une petite politique volontariste qui ne durera qu’un temps limité. Nous voulons aller jusqu’au bout. Nous voulons des quotas et point final. Nous tirerons des leçons de cette politique après un certain temps mais on aura eu le temps de laisser jaillir nos talents. Nous sommes nombreux à avoir du talent. La France serait-elle le seul pays d’Europe où il y aurait des minorités visibles sans talent ?

    F : L’émergence de la littérature antillaise aurait pu faire croire que les autres arts allaient être reconnus.

    L.S-E : Tout cela est très vicieux. Si la #littérature émerge, c’est parce que de temps en temps on remet des prix aux écrivains antillais. J’ai l’impression que de temps en temps, on nous autorise à être dans tel ou tel secteur. Je ne trouve pas cela normal. Nous devons être dans tous les secteurs et nous n’avons pas besoin de prix, de César ou de #Molière. Il faut simplement que nous puissions nous représenter et ainsi donner des signes de reconnaissance à nos enfants. Le système français est hypocrite. Il n’existe pas de loi contre les noirs, mais cela ne signifie pas que tout aille bien en France. Il ne faut pas attendre que cela éclate en violence dans les rues. J’ai peur de la #violence. Je n’ai pas envie que nos enfants aillent se battre dans les rues. Je veux trouver des solutions avant d’arriver à ces solutions extrêmes. C’est pour cela que nous faisons des propositions afin de construire ensemble une société meilleure. Nous montrons que nous sommes en train de voler au secours des valeurs républicaines. Et je pense que nous devrions en être remerciés. Où sont en effet les chances d’égalité, de fraternité, de justice concernant les populations des communautés visibles ? Nous avons été suffisamment humiliés, bafoués. Je connais des enfants qui veulent se suicider parce qu’ils ont la peau noire. Des directeurs d’écoles briment des enfants surdoués parce qu’ils sont noirs. Des étudiants noirs en DEA vivent l’enfer avec leur directeur de mémoire. Tout cela n’est pas normal et ne doit pas continuer. Nous voulons la parole pour dire tout cela. Nos ancêtres ont gagné leur liberté, en brisant leurs chaînes. Leur liberté s’est arrachée, avec leur sueur, avec leur sang. Le respect s’arrache aussi et nous l’arracherons exactement comme nos ancêtres l’ont fait. Nous arracherons l’honneur et le respect. Point final.

    Propos recueillis par Florence Combaluzier-Kromwel

    [retour édiTARD.41]

    #Alice_Diop, #Maïmouna_Doucouré, #Déborah_Lukumuena #Racisme