• Die Wahrheit: Sauteure Hamsterfahrten - taz.de
    https://taz.de/Die-Wahrheit/!5827795

    Das aktuelle Mittel gegen das animalische Artensterben: Tiertaxis ganz auf Staatskosten. Die Lachse klatschen begeistert in die Flossen.

    Dass der Mensch Tieren – materiell, ideell, gastronomisch – unter die Arme, Flossen oder Flügel greift, um ihren Bestand zu stützen, hat fast so lange Tradition wie die Vernichtung anderer oder manchmal gar derselben Tierarten: Vogelhäuser, Krötentunnel, Katzenklos, Fischtreppen, Wildbrücken, Hasenbrote, Eichhörnchennotdienste, Wolfsberatungen, you name it.

    Der letzte Schrei in Sachen Tierdienstleistung ist nun seit vorigem Jahr das sogenannte Lachs-Taxi, von dem unter anderem kürzlich die „Tagesthemen“ im Fernsehen berichteten. Damit werden die Lachse wegen der dürrebedingt gesunkenen Wasserspiegel ihrer Wanderflüsse gratis aus dem kalifornischen Hinterland an den nördlichen Pazifik gefahren. Da können sie dann ablaichen.

    Die Lachse dürfen zwischen der lokalen Taxifirma Central Valley Cab („Call 744901 – Valley Cab is safe and fun!“), Uber und dem staatseigenen Fahrdienst Salmon Shuttle wählen. Apropos wählen: In der Praxis ist es dann doch meistens so, dass Angestellte der zuständigen Fischereibehörde den Fahrdienst für die Fische rufen müssen, da nur die wenigsten über Mobiltelefone verfügen und diese mit ihren labbrigen Vorderflossen obendrein auch schlecht bedienen können.

    Die luxuriösen Fahrzeuge sind mit Rücksitzaquarien ausgestattet, damit die feuchten Passagiere die Polster nicht durch Nässe und fischigen Geruch ruinieren. Doch zur Not, wenn zum Beispiel ein Lachs unerwartet ein freies Taxi am Straßenrand heranwinkt, tut es auch mal behelfsmäßig ein rasch zu installierender Plastiküberzug aus dem Kofferraum. Für all das zahlt – ungewöhnlich für die USA – der Staat.

    Feldhamster gegen Mähdrescher
    Noch großzügiger verhält sich Deutschland. Ab sofort greift der Bund für die jüngst eingeführten „Hamsterfahrten“ tief ins Staatssäckel, um vor jeder Ernte die Feldhamster vor den Mähdreschern in Sicherheit zu bringen. Die eigens zur Rettung des vom Aussterben bedrohten Tieres konzipierten, kaum schuhkartongroßen Hamster­mo­bi­le kosten das klamme Land zwischen fünf und acht Milliarden Euro im Jahr.

    Das ist kein Pappenstiel in Zeiten, da die Inflation wächst und der deutsche Michel darbt. Die geländegängigen Vehikel sind simpel zu bedienen, damit sie von den Hamstern selbst gefahren werden können – hier haben die Ingenieure von Daimler ausgezeichnete Arbeit geleistet. Unter keinen Umständen würden die misstrauischen Nager sich von Fremden fahren lassen, deren Vorfahren sie noch beinah ausgerottet haben – „arglos wie ein Lachs“ ist unter Hamstern ein geflügeltes Wort.

    Endlich scheint der Mensch zu begreifen, dass wir momentan das größte Artensterben seit dem Ende der Dinosaurier erleben. Nun steuert er mit aller Macht dagegen, wenngleich mit den Mitteln, denen er vertraut und die er schätzt. Und das sind nun mal die Mittel des Verkehrs. Auf der ganzen Welt entstehen Krakenautobahnen, Hirschkäferdraisinen, Pandabusse und Pinguinfähren, auf denen sich die Vögel nach dem Verschwinden großer Eismassen in der Antarktis zu neuen Lebensräumen transportieren lassen.

    Störche wiederum werden per Luftbrücke aus ihren Winterquartieren in Krisengebieten ausgeflogen. Es ist eine Win-win-Situation, denn die Fluglinien müssen ihre wertvollen Start- und Landeslots nicht für unökonomische Geisterflüge verpulvern, und für die gefiederten Fluggäste gibt es unterwegs noch eine warme Froschmahlzeit. Da staunt so manche im Elend von Afghanistan zurückgelassene Ortskraft.

    Zugvögel im Bordbistro
    Die meisten Zugvögel fahren jedoch lieber mit dem Zug. Auf der neuen Vogelschnellfahrstrecke von Skandinavien über Bebra und Gibraltar bis ins tropische Zentralafrika können die Piepmätze das gefährliche Teilstück durch die Sahara nun sicher bei Wurmragout und Korn im Bordbistro der Deutschen Vogelbahn überbrücken. Der feuchte Traum der FDP wird wahr: Allein mithilfe innovativer Technik dreht Homo Sapiens dem Klimawandel und der Umweltzerstörung eine lange Nase, ohne auf irgendetwas zu verzichten. Munter raucht der Schlot, auf dem der Uhu nistet.

    Doch auch im Kleinen engagieren sich zahllose Helfer für den Artenschutz. Das kann buchstäblich Handarbeit bedeuten, wie für die vielen emsigen Bienenträger, die die Bienen in winzig kleinen Sänften an Pestizidwolken und überdüngten Äckern vorbei- und auf die von den amtlichen Bienen-Scouts ausgekundschafteten Klee- und Blumeninseln tragen.

    Einige der Träger absolvieren hier ihr Freiwilliges Ökologisches Jahr, doch leider werden auch nicht wenige ALG-II-Empfänger im Rahmen von sogenannten Eingliederungsmaßnahmen zur quasi unbezahlten Fron herangezogen. So etwas sollte nicht passieren. Tier- und Menschenwohl dürfen keinesfalls gegeneinander ausgespielt werden.

    #Parodie #Taxi #Tierschutz

  • Ad Tech Could Be the Next Internet Bubble | WIRED
    https://www.wired.com/story/ad-tech-could-be-the-next-internet-bubble

    We live in an age of manipulation. An extensive network of commercial surveillance tracks our every move and a fair number of our thoughts. That data is fed into sophisticated artificial intelligence and used by advertisers to hit us with just the right sales pitch, at just the right time, to get us to buy a toothbrush or sign up for a meal kit or donate to a campaign. The technique is called behavioral advertising, and it raises the frightening prospect that we’ve been made the subjects of a highly personalized form of mind control.

    Or maybe that fear is precisely backwards. The real trouble with digital advertising, argues former Google employee Tim Hwang—and the more immediate danger to our way of life—is that it doesn’t work.

    Hwang’s new book, Subprime Attention Crisis, lays out the case that the new ad business is built on a fiction. Microtargeting is far less accurate, and far less persuasive, than it’s made out to be, he says, and yet it remains the foundation of the modern internet: the source of wealth for some of the world’s biggest, most important companies, and the mechanism by which almost every “free” website or app makes money. If that shaky foundation ever were to crumble, there’s no telling how much of the wider economy would go down with it.

    Hwang draws an extended analogy between the pre-2007 housing bubble and today’s market for digital advertising. In the years leading up to the Great Recession, American lenders went wild, issuing mortgages to people who (in retrospect) were unlikely to pay them off. Those loans—the infamous “subprime” mortgages—were then packaged into complex financial instruments that hid the shakiness of the underlying assets. Investment banks and other financial institutions bought into those securities without quite knowing what was in them. When the housing market sagged, it triggered a panic that tanked the global economy.

    Just as housing played an outsized role in pre-crash financial markets, so does advertising in the digital economy. Google earns more than 80 percent of its revenue from advertising; Facebook, around 99 percent. Advertising also makes up a fast-growing share of Amazon’s revenue. The global market for digital advertising was $325 billion last year and is projected to grow to $525 billion by 2024. All that wealth is used to fund myriad other ventures—including cutting-edge research into AI and clean energy—that might wither away if the advertising spigot were turned off.

    If the financial market of the aughts was dangerously opaque, so, too, is modern internet advertising. In the early days of online ads, a brand would strike a deal with a website owner to host a paid banner. The onscreen space for that image, known as the ad inventory, would be sold by the publisher directly. (The magazine you’re reading right now made the first such transaction, back in 1994.) Today, the process has grown far more complicated, and humans are barely involved. “As they do in modern-day capital markets, machines dominate the modern-day ecosystem of advertising on the web,” Hwang writes. Now, whenever you load a website, scroll on social media, or hit Enter on a Google search, hundreds or thousands of companies compete in a cascade of auctions to show you their ad. The process, known as “programmatic” advertising, occurs in milliseconds, tens of billions of times each day. Only automated software can manage it.

    It’s fair to wonder why, if programmatic advertising is such a bum deal, so many brands continue to pour money into it. The reasons are manifold and overlapping. To begin, most of the people responsible for ad spending have no idea where their ads are actually running, let alone how they’re performing, and certainly have not brushed up on the latest research papers. That’s especially true for the small and medium-size businesses that make up the bulk of Google and Facebook advertising customers. I spoke recently with the owner of a successful online audio equipment store who had recently learned, thanks to a chance encounter with an expert, that 90 percent of his programmatic ad budget was being wasted on fraudulent clicks. Most other merchants simply never find out what happens after they send an ad out into the world.

    So if Hwang is right that digital advertising is a bubble, then the pop would have to come from advertisers abandoning the platforms en masse, leading to a loss of investor confidence and a panicked stock sell-off. After months of watching Google and Facebook stock prices soar, even amid a pandemic-induced economic downturn and a high-profile Facebook advertiser boycott, it’s hard to imagine such a thing. But then, that’s probably what they said about tulips.

    This is not something to be cheered. However much targeted advertising may have skewed the internet—prioritizing attention-grabbiness over quality, as Hwang suggests—that doesn’t mean we ought to let the system collapse on its own. We might hope instead for what Hwang calls a “controlled demolition” of the business model, in which it unravels gradually enough for us to manage the consequences.

    It’s a strange thing, the internet economy. The product that generates all the money doesn’t work very well, and when it does work, people tend to hate it. The question is which problem should be solved.

    #Tim_Hwang #Publicité #Economie_attention

  • Nonfiction Book Review: Subprime Attention Crisis: Advertising and the Time Bomb at the Heart of the Internet by Tim Hwang. FSG Originals x Logic, $15 trade paper (176p) ISBN 978-0-374-53865-1
    https://www.publishersweekly.com/978-0-374-53865-1

    Hwang, a research fellow at Georgetown University’s Center for Security and Emerging Technology, rebukes the current economic model of the internet in his bracing debut. Claiming that programmatic digital advertising (“the money machine that has fueled the meteoric rise of the most prominent tech giants and content creators of the modern era”) is built on fraudulent metrics, Hwang compares the current situation to the 2008 subprime mortgage crisis and the 1929 stock market crash. Marketing agencies and companies such as Facebook and Google, which make their profits on ad sales, have “systemic incentives to oversell the value and price of advertising inventory,” Hwang writes. He notes that younger (and more valuable) demographic groups are unlikely to click on ads, and describes how techniques such as “click farming” and “domain spoofing” exploit ad buyers. In addition to a familiar call for tighter industry regulation, Hwang makes the more radical argument that “a well-considered and structured implosion” of the programmatic advertising model would pave the way for a better internet that’s not funded by the commodification of user attention. Using apt analogies and accessible terminology, Hwang makes a persuasive case that the internet bubble is bound to burst. This wake-up call rings loud and clear. (Oct.)

    #Tim_Hwanf #Economie_attention #Krach_attention #Publicité

  • #Tish_Still : La vérité sur les meurtres de transgenres
    https://tradfem.wordpress.com/2022/01/11/la-verite-sur-les-meurtres-de-transgenres

    http://tradfem.files.wordpress.com/2022/01/veillee.webp?w=1024
    En tant que mère d’un fils qui s’identifie comme faisant partie de la communauté transgenre*, la perspective d’une épidémie de meurtres de transgenres a un poids supplémentaire : la vie de mon fils est-elle en danger ? Devrais-je être folle d’inquiétude lorsqu’il se rend au travail, et encore plus lorsqu’il sort à un concert le week-end ? Il suffit de dire que ce n’est pas une question que je peux me permettre de prendre à la légère.
    Les faits sont toujours importants, mais ils prennent une importance particulière lorsqu’ils sont utilisés pour affirmer que votre enfant pourrait être assassiné. J’ai donc décidé de me plonger dans les recherches utilisées pour étayer ces affirmations. Pour moi, c’était un enjeu personnel.
    Le gouvernement ne publie pas de données sur le nombre de personnes transgenres au Royaume-Uni, bien qu’en 2018 il ait estimé « provisoirement » que ce chiffre se situait entre « environ 200 000-500 000 personnes ». Quelle proportion de ce nombre doit avoir été tuée pour justifier les avertissements lancés d’aujourd’hui sur l’épidémie de meurtres de transgenres ? 10 ? 100 ? 1,000 ?
    Pour le savoir, j’ai analysé les données recueillies par l’organisation transgenriste Transgender Europe , qui a reçu plus d’un million de dollars de la Fondation Arcus , basée aux États-Unis et qui s’intéresse de près aux questions transgenres. En plus d’avoir donné près de 150 000 dollars au lobby Stonewall , la Fondation Arcus a remis, en 2015, 312 000 dollars à Transgender Europe , spécifiquement pour fournir des données mondiales fiables sur les meurtres de transgenres. Le site web qu’elle a créé propose une carte interactive et des liens vers des documents nommant les victimes transgenres.

    Version originale : https://unherd.com/2022/01/the-truth-about-trans-murders
    Traduction : TRADFEM

  • Ce que TikTok sait de nous
    https://www.courrierinternational.com/article/courrier-ados-ce-que-tiktok-sait-de-nous

    Aujourd’hui, “nos téléphones savent où nous sommes, à quelle vitesse nous nous déplaçons, quelles applications nous utilisons. Ils suivent notre navigation sur Internet. Ils connaissent même nos empreintes digitales ou la forme de notre iris.” Quels capteurs et composants d’un téléphone collectent des informations, pour quoi faire, et quand faut-il être prudent ?

    #RéseauxSociaux #TikTok #EMI #SNT #Smartphone

  • Stop au viol et aux violences sexuelles en Ethiopie ! - Amnesty International Belgique
    https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/petitions/article/stop-viol-violences-sexuelles-ethiopie

    Dans la région du #Tigré, en #Éthiopie, depuis le début du conflit qui a éclaté en novembre 2020, les graves atteintes aux droits humains se succèdent et se multiplient. Malgré les restrictions d’accès et la coupure totale des communications, Amnesty a été en mesure de mener des enquêtes sur les #crimes_sexuels et les #humiliations perpétrés à l’encontre de #femmes et de #filles tigréennes et d’alerter sur la situation dramatique dans cette région.

    #viols_de_guerre

  • Une statue à la mémoire de Tiananmen déboulonnée à Hong Kong

    Une statue rendant #hommage aux victimes de la répression de Tiananmen a été retirée de l’#Université_de_Hong_Kong jeudi, après 24 ans de présence sur les lieux, ont indiqué les responsables de l’université.

    « La décision concernant la vieille statue a été prise sur la base d’un avis juridique externe et d’une évaluation des risques pour le meilleur intérêt de l’université », a déclaré l’institution dans un communiqué, alors que les groupes et les lieux commémorant la répression du 4 juin 1989 sont devenus la cible de la draconienne loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin.

    #Hong_Kong a longtemps été le seul endroit en #Chine où la #commémoration des événements de Tiananmen de 1989 était tolérée. Chaque année, les étudiants de #HKU nettoyaient la statue installée sur leur campus en 1997 pour honorer les victimes de ces événements.

    Mais Pékin a imprimé sa marque autoritaire sur l’ex-colonie britannique après les grandes et parfois violentes manifestations de 2019, en imposant une loi sur la sécurité nationale qui interdit, entre autres, la commémoration de Tiananmen.

    Loi datant de l’époque coloniale

    En octobre, les responsables de l’Université de Hong Kong avaient ordonné le retrait de la #sculpture représentant un enchevêtrement de 50 corps déformés par la douleur, en citant déjà des #risques_juridiques, sans citer lesquels. La statue a été mise à l’abri des regards mercredi soir avant d’être déboulonnée jeudi matin pour être entreposée ailleurs.

    Dans son communiqué, l’institution assure que personne n’avait obtenu l’autorisation formelle d’exposer cette statue et cite une ordonnance criminelle datant de l’époque coloniale pour justifier son retrait.

    Alors que des ouvriers s’affairaient autour de la statue dans la nuit, son auteur, le Danois #Jens_Galschiot, a trouvé « étrange » et « choquant » que l’université s’en prenne à la sculpture qui, selon lui, reste une propriété privée. Il dit avoir tenté de contacter l’université et avoir offert de reprendre son oeuvre. « Cette sculpture coûte vraiment cher. Donc s’ils la détruisent, alors bien sûr, on va les poursuivre », a-t-il ajouté.

    https://www.rts.ch/info/monde/12742458-une-statue-a-la-memoire-de-tiananmen-deboulonnee-a-hong-kong.html

    #statue #mémoire #Hong-Kong #Tienanmen

    ping @cede

  • Influence, les armes de la com

    L’ascension et la chute du défunt magnat de la com politique #Timothy_Bell, qui a promu tour à tour Margaret Thatcher et #Jacob_Zuma, Pinochet et #Asma_el-Assad. Une vertigineuse incursion dans la géopolitique de la #désinformation.

    Anobli pour ses hauts faits de communicant politique après des débuts fracassants en 1979 auprès de Margaret Thatcher, Timothy Bell (1941-2019) aura travaillé quarante ans à "vendre" aussi, avec un succès inégal, le dauphin de Pinochet, le dernier président du régime sud-africain d’apartheid #Frederik_De_Klerk, l’épouse du dictateur syrien Asma el-Assad ou le projet américain de "nation building" en Irak. Mais en 2017, les basses œuvres de sa multinationale, Bell Pottinger, rappelée en Afrique du Sud pour redorer le blason des corrupteurs frères #Gupta et de leur homme de paille, le président #Jacob_Zuma, sont exposées en pleine lumière. Vingt ans après avoir attisé en 1994 les rivalités entre le mouvement zoulou #Inkatha et l’#ANC de Mandela, au prix de sanglants affrontements, sir Bell a tenté cette fois d’orchestrer la colère des déshérités noirs contre les propriétaires blancs. Le scandale entraîne sa chute et celle de ses clients.

    "Les gens qui réussissent"
    Recueillant l’effarant testament du vieux mercenaire déchu, Richard Poplak et Diana Neille confrontent sa parole à une fascinante pléiade d’anciens alliés, clients et adversaires. Si Lord Bell, refusant de s’avouer vaincu, déroule un an plus tard avec une forfanterie de façade ses précédents faits d’armes ("J’éprouve une sympathie innée pour les gens qui réussissent"), un autre spin doctor dévalué, Nigel Oakes, expose sa vision quasi mystique de la manipulation “scientifique” des masses. Ébloui dans les années 1980 par les performances du KGB russe, “trente ans en avance sur tout le monde”, il est le fondateur de la société SCL, dont la filiale Cambridge Analytica a siphonné en 2016 les données de millions d’utilisateurs de Facebook dans le but de faire élire Donald Trump. Face à ces “vieux hommes blancs riches” (dont Frederik De Klerk), deux des tombeuses sud-africaines de Bell Pottinger, la pétulante ex-députée Phumzile Van Damme et la journaliste Marianne Thamm, apportent une touche d’espoir combatif. Tissées avec un art consommé du cadre et du montage, les voix de cette vingtaine de témoins de première main racontent l’émergence et l’essor d’un des secteurs commerciaux les plus lucratifs de notre temps, souvent légal, toujours occulte : la subversion de la démocratie. Une incursion vertigineuse dans la géopolitique mondiale de la désinformation.

    https://www.arte.tv/fr/videos/083969-000-A/influence-les-armes-de-la-com

    #film #film_documentaire #documentaire
    #Bell_Pottinger #Pottinger #Tim_Bell #Margareth_Thatcher #relations_publiques #Saatchi_&_Saatchi #publicité #Phumzile_Van_Damme #Afrique_du_Sud #Cambridge_Analytica #communication_stratégique #Rupert_Murdoch #médias #UK #Angleterre #Pinochet #moralité #influence #communication #com #Zuma #De_Klerk

  • Où sont les milliards de #Kadhafi ?

    Que sont devenus les milliards de dollars que le colonel Kadhafi, peu de temps avant sa chute, a mis à l’abri en Afrique du Sud ? Digne des meilleurs thrillers, une enquête au long cours sur les traces d’un trésor insaisissable.

    Le 20 octobre 2011, après des mois d’affrontements entre ses soutiens et les forces rebelles, Mouammar Kadhafi, qui dirigeait la Libye d’une main de fer depuis plus de quatre décennies, est capturé et abattu. Avant d’être renversé, le dictateur avait pris soin de transférer à l’étranger une grande partie de sa faramineuse fortune, constituée avec les réserves pétrolières du pays. C’est en négociant, pour le compte du gouvernement de transition, un contrat d’armement avec l’Afrique du Sud qu’Erik Goaied, un consultant tunisien, a vent d’une cargaison de 12,5 milliards de dollars libyens arrivée à l’aéroport de Johannesburg fin 2010. Mais où sont passés les conteneurs remplis de billets ? Et pourquoi Kadhafi les a-t-il envoyés ici ? George Darmanovic, un influent agent des services secrets sud-africains, affirme que l’ANC, le parti au pouvoir, dont le leader libyen a soutenu financièrement les dirigeants depuis Mandela jusqu’à Jacob Zuma, aurait fait main basse sur une grande partie de l’argent. Épaulé par Johan Erasmus, un marchand d’armes ayant fait carrière dans le renseignement au temps de l’apartheid, et Fanie Fondse, un ex-membre des forces spéciales, Erik Goaied se met en tête de récupérer le magot. Son entreprise se complique lorsque Darmanovic est assassiné en pleine rue et que le gouvernement libyen le met sur la touche, en confiant l’opération à l’homme d’affaires Taha Buishi. Ce dernier entre en contact avec Tito Maleka, le chef des services de renseignements occultes de l’ANC, qui fait lui-même appel à Jackie Mphafudi, un proche du président Zuma. Alléchées par la commission de 10 % promise par la Libye, les deux équipes se lancent dans une chasse au trésor acharnée…

    https://www.arte.tv/fr/videos/088469-000-A/ou-sont-les-milliards-de-kadhafi
    #film #film_documentaire #documentaire #armes #Afrique_du_Sud #argent #Libye #George_Darmanovic #Jocob_Zuma #Zuma #Erik_Goaied #ANC #Johan_Erasmus #argent_liquide #Fanie_Fondse #Taha_Buishi #Tito_Maleka #Aziz_Pahad #Nelson_Mandela #Thabo_Mbeki #conférence_de_Polokwane #Mathews_Phosa #Brian_Crook #Jackie_Mphafudi #Bashir_Saleh

    déjà signalé par @simplicissimus
    https://seenthis.net/messages/912048

  • L’Ukraine se dit prête à tirer sur des migrants qui tenteraient de traverser sa frontière avec la Biélorussie

    Pour éviter un afflux de migrants venus de la Biélorussie voisine à ses frontières, l’Ukraine entend user de la manière forte. Le ministre ukrainien de l’Intérieur a affirmé vendredi que le pays n’hésiterait pas à faire « usage de tous les moyens de protection mis à notre disposition par la loi, y compris les armes à feu ».

    L’Ukraine met en garde les migrants piégés en Biélorussie. Kiev ne laissera pas les exilés rentrer sur son territoire et se défendra pour les repousser.

    « Si la vie et la santé des garde-frontières [ukrainiens] sont menacées, nous ferons usage de tous les moyens de protection mis à notre disposition par la loi, y compris les armes à feu », a déclaré vendredi 19 novembre le ministre de l’Intérieur #Denys_Monastyrsky devant le Parlement. En clair, les autorités ukrainiennes n’hésiteront pas à tirer à #balles_réelles sur les migrants.

    Depuis cet été, des milliers de personnes, principalement originaires du Moyen Orient, ont afflué aux portes de l’Union européenne (UE), notamment aux frontières polonaises et lituaniennes. Lundi 8 novembre, une foule plus compacte s’est massée près de la Pologne, provoquant d’importantes tensions entre Minsk, soutenue par Moscou, et Bruxelles qui accuse le régime de Loukachenko d’avoir orchestré cet afflux migratoire en réponse aux sanctions imposées par les Vingt-Sept après la répression en 2020 d’un mouvement d’opposition historique.

    Les migrants qui tentent d’entrer en Pologne sont renvoyés manu militari côté biélorusse, les refoulements étaient désormais inscrits dans la loi.

    L’Ukraine, frontalière de la Biélorussie et de plusieurs États de l’UE, craint que ces exilés empruntent une autre route et essayent de rallier le Vieux continent en passant par le pays. « Nous n’excluons pas la possibilité que la Russie décide d’intentionnellement envoyer un grand nombre de migrants illégaux vers notre territoire à travers la Biélorussie », a jugé le ministre ukrainien de l’Intérieur, dans ce même discours, retransmis à la télévision.

    « Nous nous préparons à cette situation », a-t-il affirmé, ajoutant néanmoins que la situation actuelle à la frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie, longue de 890 km, était « sous contrôle et stable ».

    La semaine dernière, Kiev a annoncé le doublement des effectifs des garde-frontières dans la région de #Volyn, à la frontière ouest de la Biélorussie, en déployant 200 soldats supplémentaires dans la zone.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/36619/lukraine-se-dit-prete-a-tirer-sur-des-migrants-qui-tenteraient-de-trav

    #migrations #réfugiés #frontières #asile #Ukraine #Biélorussie #Pologne #Lituanie #tirs #menaces #militarisation_des_frontières

  • Apps.education.fr Accueil
    https://apps.education.fr

    Des outils pour travailler à distance

    Pour vous accompagner au quotidien et répondre aux besoins du travail à distance pendant le confinement, nous mettons à votre disposition la version Beta d’apps.education.fr. Cette version expérimentale est issue d’un projet qui a vocation à être pérennisé à l’échelon national. Vous y trouverez les outils essentiels et communs à tous les métiers de l’Éducation nationale. Les utilisateurs sont propriétaires de leurs données et sont, de fait, en charge de leur gestion. Nous vous souhaitons une bonne utilisation.

    #apps #tice

  • Pentest Insights: Choosing a Tool for #traffic_analysis and Interception
    https://hownot2code.com/2021/11/11/pentest-insights-choosing-a-tool-for-traffic-analysis-and-interception

    GUEST POST Author David Balaban Traffic analysis is a very important stage of penetration testing. In packets transmitted over the network, you can find many interesting things, for example, passwords for accessing various resources and other valuable data. To intercept and analyze traffic, sniffers are used, which humanity has invented a great many. Today I will … Continue reading Pentest Insights: Choosing a Tool for Traffic Analysis and Interception

    #Tips_and_tricks #bugs #information_security #safety #security
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • Missing Girl Is Rescued After Using Hand Signal From TikTok - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/11/08/us/tiktok-hand-signal-abduction.html

    Un signal de détresse qui peut se réaliser en direct ou en vidéo afin de prévenir d’une situation de danger. Devenu viral sur TikTok, il est reconnu par un automobiliste qui fait arrêter un kidnapper.

    A girl reported missing from Asheville, N.C., and in distress in the passenger seat of a car traveling through Kentucky appeared to be waving through the window to passing cars on Thursday.

    But one person in a nearby car recognized the signal from TikTok, and knew it was no ordinary wave.

    The girl, 16, was using a new distress signal, tucking her thumb into her palm before closing her fingers over it, according to the Laurel County Sheriff’s Office. The signal, created by the Canadian Women’s Foundation for people to indicate that they are at risk of abuse and need help, has spread largely through TikTok in the past year.

    #TikTok #Signal_detresse #Féminisme

  • Using Static Analysis Online [Compiler Explorer]
    https://hownot2code.com/2021/11/10/using-static-analysis-online-compiler-explorer

    Do you want to try a static analyzer but you don’t feel like installing it and figuring the things out? That’s OK 😊 This #Video will tell you how to do it online and most importantly for free. By the way, this website allows you to check if your code compiles 😉 Code from video. … Continue reading Using Static Analysis Online [Compiler Explorer]

    #Tips_and_tricks #bugs #coding #CompilerExplorer #development #programming #static_code_analysis #technology #tools #tutorial
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • « Je me souviens du ticket de métro », Philippe Garnier
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/11/07/je-me-souviens-du-ticket-de-metro_6101243_3232.html

    Lorsqu’un objet quotidien s’éloigne, on le voit soudain dans son étrangeté. Sur le point de disparaître, il connaît – ou non – un instant de transfiguration. Je me souviens du ticket de métro. Chaque jour, il plongeait dans le lecteur magnétique et en ressortait avant l’ouverture du portillon. Son trajet instantané préfigurait la longue traversée du sous-sol. C’était une petite clé en carton, une clé aussitôt périmée qui venait ensuite hanter le fond d’une poche en compagnie de clés métalliques et durables. On aurait pu y voir aussi un bulletin de vote miniature, un bulletin grâce auquel nous votions obligatoirement pour notre trajet, qu’il soit libre ou contraint.

    Que ces comparaisons lui servent de tombeau.

    Dans les transports en commun d’Ile-de-France, le ticket est en voie de disparition. Il survivra quelque temps, vendu à l’unité, mais la carte à puce est vouée à le remplacer. Au fil des décennies, ce bout de carton a évolué. Il a changé de couleur et de typographie. Il est apparu en 1900 rose, crème ou bistre, selon la ligne et le statut social du voyageur, avec un décor parisien en fond d’impression. Plus tard, le tarif de première classe ayant disparu, il a revêtu différentes teintes plus égalitaires – havane, jaune orangé, jade et mauve – avant de finir blanc avec une bande brun foncé. Il a porté des mentions diverses – « Métropolitain parisien », avec la consigne « A la sortie, jeter dans la boîte » – et s’est même intitulé « carte hebdomadaire de travail » en 1941. L’étonnant, c’est la modestie et la sobriété de ces messages. Rien de comparable aux billets de banque avec leur mission symbolique et régalienne.

    Surtout, l’existence du ticket est devenue de moins en moins « matérielle ». Au départ, simple rectangle de papier, il était systématiquement poinçonné. Trois mille cinq cents fois par jour en moyenne, un employé de la RATP en prélevait une part infime, de la taille d’un confetti. Cette perforation nous paraît aujourd’hui frénétique et un peu folle. Pourtant, elle témoigne d’une époque où les moyens de surveillance étaient moins développés qu’aujourd’hui. La « prise de corps » était sans doute plus radicale, y compris pour le ticket, mais la menace d’un contrôle global, encore absente.

    Fini l’anonymat des vagabondages en sous-sol

    Le passage, commenté par le philosophe Gilles Deleuze, des sociétés de surveillance aux sociétés de contrôle s’est traduit par ces détails à peine perceptibles. Tout s’est ensuite déroulé à bas bruit, les gestes, les poinçons et les percussions du monde mécanique faisant place au feulement discret de la lecture magnétique, ponctué de quelques signaux sonores. Aujourd’hui, plus les données sont numérisées et centralisées, moins on en ressent physiquement les effets et moins on nous demande d’initiatives ou de gestes individuels. Le ticket aura suivi cette pente avant de disparaître.

    Le téléphone portable deviendra l’organisateur de nos trajets souterrains. Ce support unique favorise l’agrégation de données universelles. Légale ou non, bienveillante ou non, l’intrusion aura lieu. Fini l’anonymat des vagabondages en sous-sol. Nos trajets seront connus des opérateurs, ainsi que le temps que nous passons dans le métro, y compris, comme autrefois l’écrivain argentin Julio Cortázar (1914-1984), pour nous y égarer et chercher notre double. L’ingénu papier fera place à d’invisibles microconducteurs. Une puce suffira à nous identifier. Elle pourvoit déjà à nos voyages immobiles sur les écrans. Elle exerce sur nous un tel ascendant qu’un jour peut-être nous ne prendrons le métro que sur son injonction.

    La dématérialisation du ticket en annonce d’autres. Les changements de support ne sont ni neutres ni stables. Bientôt peut-être, le même capteur saura si nous avons fraudé et si, de façon plus globale, nous sommes des consommateurs solvables et en bonne santé. Tout semble converger vers ce QR code central dont la pandémie de Covid-19 nous a rapprochés. D’autres disparitions du papier se profilent. Les jours de la monnaie fiduciaire sont peut-être comptés. Quant au bulletin de vote déposé dans l’urne – sorte de ticket périodique de l’élu et du citoyen –, nul ne peut miser sur sa survie à long terme.

    Le ticket de métro est-il pour autant le rempart de nos libertés ? Pour le croire, il faudrait voir une petite fin du monde dans le moindre changement de code-barres. On passerait à coup sûr à côté des véritables dangers. De plus, ces rectangles de carton magnétisé portent un lourd héritage. Ils viennent d’une époque d’étroite surveillance où la paperasse tamponnée circonscrivait – elle la circonscrit encore – l’activité humaine. Laissez-passer, permis, coupons, mandats, cartes d’assuré, d’identité ou de résident, affichage public, mais aussi billets de banque et tickets en tous genres… Pendant des siècles, les édifices politiques, économiques et policiers ont reposé sur un frêle et écrasant édifice de papier. « Les chaînes de l’humanité torturée sont en papiers de ministères », disait l’écrivain praguois Franz Kafka (1883-1924). Tel est pourtant le paradoxe du ticket : si son apparition, il y a plus d’un siècle, a pu être vécue comme un carcan, cela n’enlève rien à la tendresse qu’on peut lui porter aujourd’hui.

    Pense-bête et marque-page

    Ce bout de carton rayonne désormais par sa fragilité. Sur son espace étroit, on notait parfois un numéro de téléphone ou une adresse accompagnée d’un minuscule dessin griffonné. Le pense-bête disparaissait pendant des mois, des années. Il resurgissait dans un livre, comme marque-page, ou sous un pied de table. Retrouver une couleur ancienne, un jaune des années 1980, par exemple, m’est toujours apparu comme un heureux présage. A la fin du Salaire de la peur (1953), d’Henri-Georges Clouzot, Jo, personnage interprété par Charles Vanel, meurt dans son camion en brandissant son porte-bonheur : un ticket de métro offert par son ami Mario (Yves Montand) à la station Pigalle. C’est peut-être à cela que devraient servir les derniers tickets : après avoir accompagné la part la plus routinière de nos vies, ils seraient brandis comme des laissez-passer dans les circonstances les plus extrêmes, qu’elles soient heureuses ou tragiques.

    #Paris

  • France Bleu Touraine sur Twitter : "Indre-et-Loire : la voiture d’un couple touchée par la balle d’un chasseur, bouleversé par sa maladresse
    https://twitter.com/FBTouraine/status/1456310915817738242

    #titraille_ratée (c’est le titre Twitter qui est moche. Celui sur le site est plus compréhensible)

    L’article pour une fois est centrée sur la victime (ironie)

    le chasseur tremblait comme une feuille. Il était très secoué
    Je n’en ai pas dormi de la nuit
    Il est bouleversé.

    Heureusement, il est soutenu, et il était invité dès le lendemain, pour ne pas se laisser entrainer dans une spirale négative, comme on dit :

    « J’ai été invité à une chasse le lendemain mais je n’ai pas voulu y aller. Je ne sais pas si je vais avoir envie d’y retourner ... Peut-être pour tirer à plomb, du petit gibier, mais à balles, je ne sais pas. »

    Incidemment, on apprend que la balle a perforé la carrosserie à proximité du réservoir, et que la cible visée était de l’autre côté de la route, par rapport aux chasseurs. Tu as des chasseurs, ils visent des cibles de l’autre côté de la route. Et tout le contenu émotif de l’article tourne autour du chasseur. Les cibles n’ont droit qu’à du contenu factuel et dépassionné.

    Les points vraiment choquants ont été graissés. Mais il n’en reste pas moins que l’empathie est réclamée pour le chasseur, présenté comme la victime d’un ricochet odieux.

  • Earning Trust in Public #cloud Services
    https://hownot2code.com/2021/11/04/earning-trust-in-public-cloud-services

    GUEST POST Author David Balaban Public cloud Infrastructure should be secured. Who is to ensure it? How to control cloud service providers? What indicates the cloud service is provided by a trusted party? This article reviews the above as well as some other #security concerns. Businesses are opting for the cloud more and more. The ongoing … Continue reading Earning Trust in Public Cloud Services

    #Tips_and_tricks #cloud_services #information_security
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • How to Use Mass Suppression in PVS-Studio for C#?
    https://hownot2code.com/2021/11/03/how-to-use-mass-suppression-in-pvs-studio-for-c-2

    Have you just run the analyzer and now you have no idea what to do with all this abundance of warnings? 📜 Nothing to worry about – we made a special mechanism that can help you deal with them 💪🏻 In this #Video, you’ll learn about the inner workings of mass warnings suppression mechanism in … Continue reading How to Use Mass Suppression in PVS-Studio for C#?

    #Bugs_in_C#_projects #Development_in_C# #Tips_and_tricks #bugs #C# #coding #masssuppression #programming #static_code_analysis #tutorial
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • Fortnite maker believes Facebook and Google broke the Internet. This is Epic’s plan to fix it. - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/video-games/2021/09/28/epic-fortnite-metaverse-facebook

    Epic CEO Tim Sweeney and other executives detail their plan for the metaverse and how it differs from Facebook’s vision

    Sur la vision d’un hypothétique « metaverse », qui fusionnerait réseaux sociaux, jeux vidéo et web, et pour lequel Epic serait le mieux placé pour le mettre en place.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #epic_games #metaverse #facebook #tim_sweeney #mark_zuckerberg #google #apple #unreal_engine

  • Les #immigrés rapportent davantage à l’Etat que ce qu’ils ne coûtent, selon l’OCDE – Libération
    https://www.liberation.fr/societe/les-immigres-rapportent-davantage-a-letat-que-ce-quils-ne-coutent-selon-l
    https://www.liberation.fr/resizer/6iI4ptOQoVvrlxrn5i9MSUCsN2w=/1200x630/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/7ZSB6BRVI5AVLOKKWL3WIR3RUQ.jpg

    D’ailleurs, le rapport détaille que « les gains les plus importants en matière de contribution budgétaire […] ont été relevés dans des pays qui ont attiré d’importants flux de migrants de travail, en particulier des migrants hautement qualifiés ». « La contribution est positive, mais ça pourrait être beaucoup plus positif », affirme Jean-Christophe Dumont. « La politique d’intégration, ce n’est pas une dépense, il faut voir ça comme un investissement. Avec un retour sur investissement. »

  • Do Not Confuse Web Application #firewall and Next-Generation Firewall
    https://hownot2code.com/2021/10/28/do-not-confuse-web-application-firewall-and-next-generation-firewall

    GUEST POST Author David Balaban Some information security specialists confuse the concepts of #WAF and #ngfw. Moreover, even some representatives of companies manufacturing products positioned as NGFW commit this fault. “We have an NGFW, do we need a WAF?” or “Why do we need WAF?” are very common questions. This calls for figuring out the … Continue reading Do Not Confuse Web Application Firewall and Next-Generation Firewall

    #Tips_and_tricks #HTTP #OWASP #OWASP_API
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • How to Use Mass Suppression in PVS-Studio for #java?
    https://hownot2code.com/2021/10/27/how-to-use-mass-suppression-in-pvs-studio-for-java

    Have you just run the analyzer and now you have no idea what to do with all this abundance of warnings? 📜 Nothing to worry about – we made a special mechanism that can help you deal with them 💪🏻 In this #Video, you’ll learn about the inner workings of mass warnings suppression mechanism in … Continue reading How to Use Mass Suppression in PVS-Studio for Java?

    #Tips_and_tricks #bugs #coding #development #masssuppression
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G