• Tian de Caromb
    http://cuisine-libre.fr/tian-de-caromb

    Le tian de faïou (gratin de haricots blancs) est une véritable institution culinaire à Caromb. La veille, mettez les haricots secs à tremper dans de l’eau durant toute une nuit. Le lendemain, préchauffez le #Four à 210°C. Hachez les oignons et le lard. Faites-les revenir dans une poêle avec la graisse d’oie ou de canard. Arrêtez quand les oignons commencent à dorer. Ajoutez alors la viande découpée en morceaux, salez et poivrez. Mettre dans un plat à tian puis enfournez. Laissez cuire pendant trois quart… #Porc, #Haricot_blanc, #Chilis_et_cassoulets, #Tians / #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten, Four

  • Tian d’Apt
    https://cuisine-libre.fr/tian-d-apt

    La simplicité de ce mets est aussi déconcertante que sa saveur. Avant toute chose, il faut frotter d’une gousse d’ail le fond et les bords du tian. C’est une opération indispensable. Ceci fait, on huile ensuite délicatement les mêmes endroits. Puis au fond du tian, on dépose un lit d’oignons émincés, vient ensuite une première couche de pommes de terres elles aussi émincées, salez et poivrez, placez une feuille de laurier et quelques olives, mettre à nouveau une couche dans les mêmes conditions. Lorsque… #Pomme_de terre, #Tians, #Dauphinois / #Sans_viande, #Sans_œuf, #Végétarien, #Sans_lactose, #Sans_gluten, Végétalien (vegan), (...)

    #Végétalien_vegan_ #Four

  • Le 4 juin 1989, l’armée chinoise réprimait par un carnage le vaste mouvement de contestation qui avait fait naître à Pékin l’espoir d’une démocratisation, et dont l’épicentre se trouvait sur la place Tian’anmen, occupée par des dizaines de milliers de protestataires.


    Liste de 202 des victimes de la répression à Pékin le 4 juin 1989, dressée par les Mères de Tian’anmen
    Collectif, Hervé Denès - Préface de Hervé Denès

    http://www.insomniaqueediteur.com/publications/grand-massacre-du-4-juin
    #Tian'anmen #Pékin #l'insomniaque
    source : cira.marseille

  • Tian de haricots de Beaumes de Venise
    https://cuisine-libre.fr/tian-de-haricots-de-beaumes-de-venise

    Le tian de haricots est un mets traditionnel de Beaumes-de-Venise. La veille, mettez les haricots secs à tremper dans de l’eau durant toute une nuit. Le lendemain, faites bouillir les haricots dans l’eau salée. Pendant ce temps faire revenir à la poêle le #Porc découpé en morceau, avec un peu de petit salé haché, l’ail en chemise, trois tomates et deux oignons émincés. À mi-cuisson, égouttez les cavaillonnais, gardez l’eau de cuisson et réservez. Dès que les morceaux de porc sont bien saisis, placez-les…

    #Porc, #Haricot_blanc, #Chilis_et_cassoulets, #cassoulet #Tians / #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten, #Four

  • La guerre et la structure des clans expliquent un événement biologique singulier : le goulot d’étranglement du Néolithique.
    30 mai 2018

    Tian Chen Zeng, Alan J. Aw, Marcus W. Feldman. Cultural hitchhiking and competition between patrilineal kin groups explain the post-Neolithic Y-chromosome bottleneck.

    L’article dans Nature : Nature Communications, 2018 ; 9 (1)
    DOI : 10.1038/s41467-018-04375-6

    L’article sur le site de l’Université de Standford :
    https://news.stanford.edu/2018/05/30/war-clan-structure-explain-odd-biological-event


    Le professeur Feldman entouré des deux jeunes étudiants (première année de sociologie) à l’origine de cette idée.

    Il y a environ 7 000 ans, quelque chose de bizarre semble s’être produit chez les hommes : des études récentes suggèrent que leur diversité génétique - en particulier la diversité de leurs chromosomes Y - s’est effondrée au cours des deux millénaires suivants. L’effondrement était si extrême que c’était comme s’il n’y avait qu’un seul homme à accoupler pour 17 femmes.

    Un coupable culturel.

    Il n’est pas sans précédent que la diversité génétique humaine fasse un plongeon de temps en temps, mais le goulot d’étranglement du chromosome Y, qui a été déduit des modèles génétiques chez les humains modernes, était étrange.

    Tout d’abord, il a été observé uniquement chez les hommes - plus précisément, il a été détecté uniquement à travers des gènes sur le chromosome Y, que les pères transmettent à leurs fils.

    Deuxièmement, le goulot d’étranglement est beaucoup plus récent que d’autres événements biologiquement similaires, laissant entendre que ses origines pourraient avoir quelque chose à voir avec l’évolution des structures sociales. Certes, soulignent les chercheurs, les structures sociales étaient en train de changer. Après le début de l’élevage et de l’élevage il y a environ 12000 ans, les sociétés se sont organisées de plus en plus autour de groupes de parenté étendus, dont beaucoup étaient des clans patrilinéaires - un fait culturel aux conséquences biologiques potentiellement importantes. La clé est de savoir comment les membres du clan sont liés les uns aux autres.

    Alors que les femmes peuvent se marier dans un clan, les hommes de ces clans sont tous liés par des ancêtres masculins et ont donc tendance à avoir les mêmes chromosomes Y. Du point de vue de ces chromosomes au moins, c’est presque comme si tout le monde dans un clan avait le même père. Cela ne s’applique qu’à l’intérieur d’un clan, cependant, et il pourrait encore y avoir une variation considérable entre les clans. Pour expliquer pourquoi même la variation inter-clan aurait pu diminuer pendant le goulot d’étranglement, les chercheurs ont émis l’hypothèse que les guerres, si elles éliminaient à plusieurs reprises des clans entiers au fil du temps, effaceraient aussi un bon nombre de lignées mâles et leurs chromosomes Y uniques.

    La preuve apportée par des modèles mathématiques et des simulations informatiques.

    Pour tester leurs idées, les chercheurs se sont tournés vers des modèles mathématiques et des simulations informatiques dans lesquelles les hommes combattaient - et mouraient - pour les ressources dont leurs clans avaient besoin pour survivre. Comme l’équipe le prévoyait, les guerres entre les clans patrilinéaires ont radicalement réduit la diversité des chromosomes Y au fil du temps, tandis que les conflits entre clans non patrilinéaires - groupes où hommes et femmes pouvaient se déplacer entre clans - ne l’ont pas été. Le modèle de Zeng, Aw et Feldman explique également que parmi les lignées mâles qui ont survécu au goulot d’étranglement du chromosome Y, quelques lignées ont subi des expansions spectaculaires, cohérentes avec le modèle du clan patrilinéaire, mais pas d’autres.

    #préhistoire #Néolithique #guerre #organisation sociale #7000BP #Standford
    #Tian_Chen_Zeng #Alan_Aw #Marcus_Feldman

  • Un satellite océanographique sino-français sera lancé en septembre – french.xinhuanet.com
    http://french.xinhuanet.com/2018-03/31/c_137079111.htm

    Un satellite d’observation océanique développé par la Chine et la France sera lancé en septembre, selon l’Institut des technologies des véhicules de lancement de la Chine.

    Le satellite océanographique sino-français sera lancé à bord d’une fusée #Longue_Marche 2C, développée par l’institut.

    Il s’agit du premier satellite développé conjointement par la Chine et la France. Il surveillera les vents à la surface de la mer et les vagues, et les données seront partagées par les scientifiques des deux pays.

    Le satellite permettra de promouvoir davantage la coopération technologique entre la Chine et la France et de faciliter l’application de l’Accord de Paris sur le changement climatique, selon l’institut.

    • Et à propos de (lancement) de satellites chinois, cette info d’il y a 3 semaines

      La Chine veut lancer des satellites depuis la mer - Sciencesetavenir.fr
      https://www.sciencesetavenir.fr/espace/exploration/la-chine-veut-lancer-des-satellites-depuis-la-mer_121731

      Lancer un satellite depuis une base spatiale située près de l’équateur – à l’instar de la base spatiale européenne de Guyane – permet de bénéficier de l’effet de fronde de la rotation de la Terre : la fusée bénéficie d’emblée d’une vitesse initiale au lancement, ce qui permet d’économiser du carburant et de lancer des satellites plus lourds. Une aubaine géographique dont disposent peu de puissances spatiales. Pour s’en approcher, la Chine a construit l’une de ses quatre bases spatiales (Wenchang) à Hainan, la plus au sud du pays. Mais celle-ci est encore à 19 degrés de latitude nord par rapport à l’équateur. La Chine envisage donc de descendre plus au sud et d’effectuer des lancements depuis une barge installée en mer au plus près de l’équateur, a indiqué le 28 février l’agence de presse chinoise Xinhua.

      Le concept de « lanceur marin » avait d’abord été exploré par les Russes il y a plusieurs décennies, puis avait été concrétisé, au milieu des années 1990, par le consortium Sea-Launch, qui réunissait des sociétés norvégiennes, russes, américaines et ukrainiennes. Jusqu’à sa mise en faillite, en 2009, Sea-Launch a lancé 30 satellites depuis la plate-forme Odyssey située dans l’océan Pacifique. La Chine veut tester à son tour cette solution en 2018. Yang Yiqiang, responsable du programme Longue Marche-11, a indiqué que ce nouveau lanceur léger effectuerait cinq vols en 2018, quatre depuis la terre et un depuis la mer.

      Inaugurée en 2015, cette petite fusée de 20 mètres à propergols solides est capable d’emporter 700 kg en orbite basse. La lancer depuis l’équateur permettrait de la commercialiser à bas prix et de s’imposer sur un marché spatial en plein remaniement. Alors que Sea-Launch utilisait pour base une plate-forme pétrolière remaniée, les Chinois envisagent d’utiliser des cargos hauturiers spécialement aménagés. Reste à maîtriser le vol spatial depuis un milieu hautement instable…

    • http://blogs.esa.int/rocketscience/2018/04/02/splashed-down

      The US air force has confirmed the reentry of the Tiangong-1 spacecraft at about 02:16 CEST this morning over the southern Pacific Ocean. The location of the reentry was, by chance, not too far from the so-called South Pacific Ocean Unpopulated Area. The SPOUA has long been used by many space agencies including ESA, to dispose of end-of-life spacecraft through controlled reentries.

      [...]

  • #Wang_Dan : « L’expansion du modèle chinois est une grande menace pour l’humanité »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/040717/wang-dan-l-expansion-du-modele-chinois-est-une-grande-menace-pour-lhumanit

    Wang Dan. © Reuters Wang Dan, ancien leader étudiant du mouvement de la place #Tiananmen de Pékin en 1989, était de passage à Paris pour donner une série de conférences sur l’impact du mouvement démocratique aujourd’hui. Mediapart a pu le rencontrer pour recueillir son témoignage et son analyse de la #Chine contemporaine.

    #International

  • #Chine : la #mémoire du massacre de #Tiananmen est en voie d’effacement
    https://www.mediapart.fr/journal/international/050617/chine-la-memoire-du-massacre-de-tiananmen-est-en-voie-deffacement

    Place Tiananmen, le 5 juin 1989. © Reuters Vingt-huit ans après le massacre de juin 1989, l’événement est toujours tenu sous le boisseau par les autorités chinoises. Mediapart a rencontré des familles qui se battent encore pour la vérité.

    #International

  • British Government was warned about Tiananmen Square ’bloodshed’ two weeks before Beijing massacre | The Independent
    http://www.independent.co.uk/news/world/asia/tiananmen-square-massacre-warning-british-government-1989-beijing-cen

    The British Government was warned the Chinese People’s Liberation Army were preparing to kill hundreds of student protesters in #Tiananmen Square two weeks before the massacre took place, recently declassified documents suggest.

    A secret diplomatic cable, recently declassified by the National Archives, showed Britain’s envoy to Beijing had warned officials in London of the potential “bloodshed”.

    ...

    At the time, Prime Minister Margaret Thatcher said she was “shocked and appalled by the shootings”.

    #massacre #Chine #diplomatie

  • DIMENTICARE TIANANMEN

    Non ricordo più le cose.
    Non ricordo i carri armati, gli spari, le grida.
    Non ricordo i compagni che cadevano, non ricordo le facce.
    Ricordo la Piazza.
    Si chiamava Tiananmen, mi pare.

    La notte tra il 3 e il 4 giugno 1989 l’esercito muove dalla periferia verso Piazza Tiananmen per reprimere la protesta pacifica di studenti, intellettuali, operai, cittadini comuni che da settimane manifestano per la libertà e la democrazia. In poche ore va in scena un tremendo massacro, rimasto scolpito nella memoria collettiva di tutto il mondo nonostante l’azione di censura e disinformazione messa in atto dal Governo Cinese.


    http://www.beccogiallo.org/shop/edizioni-beccogiallo/27-dimenticare-tiananmen.html
    #livre #BD #bande-dessinée #bande_dessinée #Chine #mémoire #Tian'anmen #Tiananmen #histoire

  • Les #œuvres_complètes de #Zhao_Ziyang, effacé de l’histoire officielle, publiées à Hong Kong
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200716/les-oeuvres-completes-de-zhao-ziyang-efface-de-l-histoire-officielle-publi

    Mort en 2005 après seize ans de résidence surveillée, Zhao Ziyang fut l’un des artisans des réformes à l’origine du miracle économique chinois et l’un des principaux soutiens au mouvement de Tian’anmen. La publication de ces textes rappelle la liberté relative qui existe à Hong Kong par rapport au continent.

    #International #Asie #Chine #édition #Tiananmen

  • Les #œuvres_complètes de #Zhao_Ziyang, effacé de l’histoire officielle, publiées à Hong Kong
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200716/les-oeuvres-completes-de-zhao-ziyang-efface-de-lhistoire-officielle-publie

    Mort en 2005 après seize ans de résidence surveillée, Zhao Ziyang fut l’un des principaux artisans des réformes à l’origine du miracle économique chinois et l’un des principaux soutiens au mouvement de Tian’anmen. La publication de ces textes, pour beaucoup inédits, souligne l’importance de la liberté relative qui existe à Hong Kong par rapport au continent.

    #International #Asie #Chine #édition #Tiananmen

  • Démocratie fissurée : chroniques d’un mauvais élève de la République (2)
    https://reflets.info/democratie-fissuree-chroniques-dun-mauvais-eleve-de-la-republique-2

    La ré-élection de « Tonton » contre #chirac en 1988, est un moment amusant, presque décalé. Le Pen est déjà sorti du bois depuis les Régionales de 86 et notre manière à nous, une bande de potes un peu hasardeuse, de participer à cette mascarade, se fait en couvrant tous les murs de la ville un peu […]

    #France #Politique #Société #1984 #1989 #Béruriers_noir #Juppé #Mitterrand #Négresses_vertes #Neuromancien #OMC #Punk #Robocop #Tian'anmen #URSS

  • Tiananmen, 15 minutes d’apocalypse - ursula gauthier
    http://www.ursulagauthier.fr/tiananmen-15-minutes-dapocalypse

    Ils ont quitté la place #Tiananmen par une petite rue latérale et venaient de rejoindre l’avenue de la Paix céleste (Chang’an en chinois), quand trois chars ont surgi des nuages de fumée et foncé vers eux. Tout ceux qui n’ont pas eu le temps ou la force de sauter les barrières métalliques bordant la chaussée ont été écrasés sous les chenilles. Puis les chars ont continué leur route, laissant au bord du trottoir une scène d’apocalypse.

    L’un de ces étudiants était occupé à photographier la séquence historique de la retraite de son groupe. Il a eu la chance d’échapper au carnage. Malgré l’horreur, il a continué à prendre des photos. Plus tard, il a développé clandestinement sa pellicule et annoté les tirages à la main.

  • #Réassurance, 2015 « pas trop catastrophique », les prix continuent à baisser pour 2016
    http://www.guycarp.com/content/dam/guycarp/en/documents/PressRelease/2016/Guy%20Carpenter%20Reports%20Stable%20Capital%20at%20January%201%202016%20Re

    Guy Carpenter & Company, LLC, a leading global risk and #reinsurance specialist and wholly owned subsidiary of Marsh & McLennan Companies, reports that overall capital levels dedicated to reinsurance have stabilized, showing no growth for the first time in several years. In a highly competitive environment, companies assessed broader opportunities and the rate of incoming capital slowed. However, moderate loss experience kept capacity at abundant levels for the January 1, 2016 renewals. The continued scarcity of costly catastrophe losses and more than adequate capacity led to reinsurance pricing reductions, although there are signs the rate of descent is slowing as compared to 2015.
    […]
    Global Catastrophe Losses
    Globally, significant insured losses from catastrophes reached approximately USD 30.5 billion in 2015, compared to USD 32 billion in 2014. Record-breaking cold weather in the US and Canada, along with winter storms in Europe, were the major natural disasters that occurred during the first quarter of 2015. Tropical cyclone activity in the Pacific also contributed to losses. Heavy rains in the Southern United States and hailstorms in Australia contributed to the bulk of losses in the second quarter, along with an earthquake in Nepal.

    Among man-made disasters, the most significant loss event occurred in the third quarter with the explosion at the Port of #Tianjin in China in August. This landmark event caused significant insured losses in the range of USD 1.6 billion to USD 3.3 billion, and is likely to constitute one of the largest insured man-made losses to date in Asia.

  • Pourquoi Ursula Gauthier, de l’Obs, a dû quitter la Chine et pourquoi on s’en f...
    Ursula Gauthier, celle qui appelle gentiment « minorité remuante » les auteurs d’attentats aveugles 

    Pour lire sans a priori ce qui va suivre, il faut avoir remarqué que l’auteur d’un article sur les USA (un film, un livre, des inondations, le Grand Canyon du Colorado...) n’a jamais à préciser au préalable qu’il se démarque du génocide des Peaux Rouges ou des massacres de l’armée US au Vietnam (ou en plein d’autres endroits, il n’en manque pas).

    De même, il devrait être possible d’écrire sur l’engagement russe en Syrie sans commencer par une longue dénonciation du goulag. Par conséquent, il devrait être admis d’écrire sur un événement précis survenu en Chine sans être obligé de prendre ses distances avec la Révolution culturelle, Mao, le culte de la personnalité, le système politique, médiatique, policier, judiciaire chinois, sans jurer que l’auteur n’y voit pas un modèle dont il souhaiterait l’importation en France.
    Oui, il devrait être permis d’éviter pareil préambule mais, en vérité, il est préférable d’y faire une halte, faute de quoi les menteurs, les tricheurs, les enfumeurs attaquent sur une étiquette, sur une supposée allégeance politique, pour ne pas avoir à contre-argumenter sur le fond.

    Parlons maintenant d’Ursula Gauthier.

    Le 18 septembre 2015, des extrémistes #ouïgours (que le ministre sarko-socialiste Kouchner appela les « Yoghourts ») habitants du Xinjiang, République autonome chinoise « géographiquement plus proche de Kaboul que de Pékin » , armés de couperets et autres armes blanches, ont assassiné une cinquantaine de mineurs #Han travaillant dans une mine de charbon. La chasse policière aux terroristes s’est soldée par la mort de 28 d’entre eux.

    Alors que la Chine est sous le choc, Ursula_Gauthier, correspondante de L’ Obs à Pékin, nie le caractère terroriste du pogrom anti-mineurs puisque, à ses yeux, ce qui s’est passé au Xinjiang n’avait rien de commun avec les attentats parisiens de janvier et novembre : il s’agissait d’une réplique à la politique de la Chine qui brime ses minorités ethniques.

    Le monde entier a exprimé son émotion après les attentats du 13 novembre à Paris. La Chine aussi, mais Ursula Gauthier décèle dans ce pays (et dans lui seul) une « arrière-pensée » . Arrière-pensée qui vise ici à créer « un amalgame entre la lutte contre le terrorisme international et la répression contre la minorité ouïgoure, dans le Xinjiang ».

    Ces partis pris de la journaliste ont indisposé les autorités de Pékin et le visa de presse d’Ursula Gauthier ne lui a pas été renouvelé. Elle doit quitter la Chine.

    L’immuable #ONG pro-américaine #Reporters_sans_frontières dénonce le « lynchage médiatique » et la « campagne de diffamation et d’intimidation » visant la #journaliste. Son patron, #Christophe_Deloire (un Ménard-bis, à croire qu’ils en font l’élevage, à #RSF) demande au gouvernement français « une défense ferme » , etc.

    La plupart des médias hexagonaux se déclarent solidaires de la journaliste de l’Obs, mais se gardent de publier l’article qui a ulcéré Pekin.

    Le magazine Challenge s’étonne de l’adhésion du peuple chinois à la réaction chinoise : http://www.challenges.fr/media/20151228.AFP1401/chine-les-medias-et-le-gouvernement-saluent-l-expulsion-d-une-journaliste

    « Chine : 95% des internautes "soutiennent l’expulsion" de la journaliste française Ursula Gauthier, selon la presse officielle.
Selon un pointage réalisé lundi soir, 202.318 votes sont en faveur de la décision d’expulsion, soit 94,4% du total.
La plupart des internautes chinois n’ont cependant pas pu lire l’article de la journaliste, non traduit intégralement en mandarin et désormais inaccessible dans sa version française sur le web en Chine, où les autorités maintiennent une stricte #censure des contenus en ligne. »

    La plupart des citoyens français ne l’ont pas lu non plus. Il n’est même pas sûr que tous les journalistes qui font corps l’ont lu. Probablement des extraits. Pour combler cette lacune, LGS vous invite donc à lire l’article dans son intégralité :http://tempsreel.nouvelobs.com/attentats-terroristes-a-paris/20151117.OBS9681/apres-les-attentats-la-solidarite-de-la-chine-n-est-pas-sans-ar
    A présent, nous allons en examiner quelques détails ensemble.
    Ursula Gauthier  : « Or, aussi sanglante qu’elle ait été, l’attaque de Baicheng [le 18 septembre 2015] ne ressemble en rien aux attentats du 13 novembre [en France]. Il s’agissait en réalité d’une explosion de rage localisée ». En effet, « Poussé à bout, un petit groupe de Ouïgours armés de hachoirs s’en était pris à une mine de charbon et à ses ouvriers chinois han, probablement pour venger un abus, une injustice, une expropriation ... »

    Traduire « s’en était pris » par « ont massacré plusieurs, dizaines de... » . Comprendre dans le « probablement »  que la journaliste n’en sait rien, mais il importe de nous persuader que les tueurs répondaient à une possible agression antérieure sur laquelle les historiens nous en diront plus un de ces quatre, mais dont il semble établi que les ouvriers saignés à l’arme blanche n’étaient pas responsables.

    Et encore : « Mais pour #Pékin qui refuse de reconnaître sa propre responsabilité dans la montée de l’exaspération de ses minorités, la multiplication récente des incidents sanglants au #Xinjiang ne peut être que l’œuvre d’une organisation #djihadiste internationale. »
    Si vous êtes joueur, remplacez dans la phrase ci-dessus, Pékin par Paris, Xinjiang par #Bataclan et calculez à quelle heure le #RAID va débarquer chez vous, vous plaquer à terre et vous déboiter l’épaule devant vos enfants.

    Et encore : « Le hic, c’est que de nombreux experts doutent que l’ETIM [mouvement terroriste ouïgour] soit ce groupe cohérent et dangereux décrit par la Chine. Certains vont même jusqu’à douter de son existence. Après les attentats du 11 septembre, George Bush, désireux par dessus tout de nouer une alliance avec Pékin, avait accepté d’inscrire l’ETIM sur sa liste des organisations terroristes. Aujourd’hui, il ne figure plus sur cette liste ».
    Notez : de « nombreux experts » (Lesquels ?) doutent de l’existence de ce groupe naguère inscrit sur la liste des organisations terroristes par G. W. Bush dont on connaît la faiblesse, la naïveté et le refus de créer une CIA ou une NSA pour lui ouvrir les yeux.
    Ursula Gauthier invoque aussi comme explication « la #radicalisation de jeunes poussés à bout par la répression impitoyable qui écrase tous les aspects de la vie des Ouïgours : culture, langue, religion, accès à l’éducation, au travail, voire à un simple passeport ». 

    Le problème est que ce genre d’affirmations a déjà été avancé pour le #Tibet et que les observateurs pour qui le goût de la vérité journalistique l’emporte sur la #sinophobie ont démontré qu’elles étaient fausses (Voir mon livre : « Le #dalaï_lama pas si zen » , éditions Max Milo, 2011). Elles entrent en contradiction avec d’autres informations. Par exemple, dans son livre publié chez Denoël, « Les Chinois sont des hommes comme les autres » , Zheng Ruolin, grand ami de la France où il a vécu une vingtaine d’années, révèle que dans le Xinjiang, quand l’assemblée des élus se réunit il faut 5 interprètes pour qu’ils se comprennent. Cinq langues pratiquées, donc.
    L’article d’Ursula Gauthier est un article à charge contre le gouvernement chinois. Et pourquoi pas ? C’est son droit. Il n’a jamais été exigé (et c’est heureux) aux correspondants de presse occidentaux d’adhérer au PCC.

    Cette correspondante de l’Obs a même le droit (tenez-vous bien), de trafiquer un peu la réalité, de manipuler le lecteur, de parer des atours de l’information un texte de propagande que des terroristes ne renieraient pas. En France, on est habitué à ça. Le Grand Soir, Acrimed, Investig’action (pour ne citer qu’eux) en font régulièrement la démonstration.

    Mais dans ce cas précis se posent trois problèmes spécifiques  :

    1- Ursula Gauthier escamote la réalité d’un terrorisme ouïgour. Les autorités chinoises, en butte à une minorité de Ouïgours musulmans contaminés par les propagandistes d’#Al_Qaida à travers leurs centaines de kilomètres de frontière poreuse avec le Pakistan (et une autre, plus courte, avec l’Afghanistan) doivent faire face à un terrorisme réel, sanglant, appuyé depuis l’étranger. Les USA déploient (financent), via la National Endowment for Democracy (#NED) plusieurs programmes en direction du Xinjiang (comme en direction du Tibet d’ailleurs, ces deux régions voisines étant chacune un talon d’Achille de la Chine). La plupart des figures historiques de la CIA ont siégé un jour ou l’autre au Conseil d’administration ou à la direction de la NED, dont John Negroponte, nommé ensuite ambassadeur en Irak occupé, puis, de retour aux USA, big chief de tous les services de renseignements US (à ce titre, c’est lui qui avait la charge de nommer le directeur de la CIA).
    • La responsabilité d’un commando ouïgour est établie dans l’attaque d’un poste de police le 4 août 2008 au moment des jeux Olympiques de Pékin dans le Xinjiang : 16 morts.
    •  Le 28 octobre 2013, un commando ouïgour commet un attentat sur la place #Tian’anmen à Pékin : 5 morts et 40 blessés.
    • Le 1er mars 2014, un commando ouïgour commet un attentat à la gare de Kunming, capitale du Yunnan : 29 tués au couteau et 130 blessés.
    • Le 18 septembre 2015 donc, c’est l’assassinat d’une cinquantaine de mineurs.
    Policiers, touristes et promeneurs, voyageurs, travailleurs, telles sont les catégories de victimes dont on serait étonné d’apprendre qu’elles ont commis un abus, une injustice, une expropriation au Xinjiang avant d’être rassemblées par pas-de-chance sur le lieu de leur mort.

    2- Dans une vidéo, Ursula Gauthier se défend http://www.lemonde.fr/actualite-medias/video/2015/12/28/chine-entretien-avec-la-correspondante-de-l-obs-sur-le-point-d-etre-expulsee
    en disant qu’à aucun moment elle n’a approuvé le terrorisme. Certes, mais à aucun moment elle ne l’a dénoncé, à aucun moment elle n’a exprimé de la compassion envers les victimes, à aucun moment elle n’a eu une once de compréhension pour le gouvernement chinois qui prend des mesures (trop nombreuses, trop tatillonnes, trop brutales ?) pour préserver sa population des attentats et massacres aveugles contre des innocents.

    A aucun moment elle n’a des mots d’amitié pour le peuple chinois, sentiment qu’elle revendique un mois après son article militant, à quelques jours de l’expiration de son visa.

    Comment croire en effet à la sincérité de son amour (tardif et brisé) qu’elle clame dans une vidéo (ci-dessus) sous l’avalanche des reproches et dont les mots sont en contradiction avec le ton de son article, lequel est consacré à trouver, sinon des excuses, tout au moins des « justifications » aux actes sanglants ? Comment parier un yuan sur son objectivité quand pas un mot de son article n’est de nature à irriter les tueurs ?

    Si les mots « terroristes » ou « terrorisme » reviennent 17 fois dans son article, c’est toujours, entre guillemets.
    Et qui se douterait, à la lire, que des combattants Ouïgours ont rejoint #Daesh en Syrie ? 
Pour y retrouver leur langue et la maison dont ils ont été expropriés ? Par horreur de l’autorité, poussés à bout par l’impossibilité d’obtenir un passeport ? C’est cela-même ; évitons, avec l’Obs, de les confondre avec les terroristes qui ravagent la Syrie et qui envoient en Europe leurs métastases.

    3- Si Ursula Gauthier avait écrit sur les attentats terroristes de Paris _ (janvier et novembre) ce qu’elle a écrit sur les attentats au Xinjiang, elle aurait eu à en répondre devant la Justice française et elle aurait été licenciée par son journal, avec l’approbation des médias et dans le silence de RSF.

    Car, rappelons-nous Charlie Hebdo, ce n’est pas si vieux

    Des fous du même métal que les fanatiques ouïgours se sont livrés à un massacre odieux à Charlie Hebdo. Et, dans la France saisie d’effroi et de pitié, pas une seule Ursula Gauthier ne s’est avisée d’écrire ce qu’elle écrit des massacres aveugles en Chine. Pas un seul journaliste n’a mis alors des guillemets à terroristes !

    En janvier 2015, le gouvernement français a demandé qu’une minute de silence soit observée dans les écoles. Les cas de non respect ont été signalés. Ecoutons la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, le 14 janvier 2015, à l’Assemblée nationale (Questions au gouvernement) : http://www.dailymotion.com/video/x2eq7hn_najat-vallaud-belkacem-je-mobilise-la-communaute-educative-pour


      « S’agissant de la minute de silence elle-même c’est une centaine d’incidents qui nous ont été remontés. Les jours qui ont suivi nous avons demandé la même vigilance, et c’est une nouvelle centaine d’évènements et d’incidents qui nous ont été remontés. Parmi eux une quarantaine ont d’ailleurs été transmis aux services de police, de gendarmerie, de justice, parce que pour certains il s’agissait même d’apologie du terrorisme. Nous ne pouvons pas laisser passer cela. »

    La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a publié une circulaire demandant aux procureurs de la République de faire preuve d’une « extrême réactivité » et de « fermeté ». 
    • Un enfant de 8 ans a été conduit au commissariat pour ne pas avoir voulu « être Charlie » et pour avoir parlé de terroristes, mot dont il s’est avéré qu’il ne connaissait pas la signification.
    • Un basketteur professionnel, Akin Akingbala, pivot nigérian de l’équipe de Rouen, a été mis à la porte de son club sportif le 17 février pour un message privé repris sur le réseau social Twitter. Celui-ci, écrit à l’origine par un journaliste britannique, disait en anglais « Je ne suis pas Charlie, je suis Ahmed, le policier mort.... ».
    • Le mensuel Le Monde Diplomatique de Janvier 2015 signale que la répression va de « l’inculpation de jeunes pour des dessins (oui !) à la condamnation à Grenoble à six mois de prison ferme d’un déficient mental »
    • Un homme de 28 ans qui avait crié à l’adresse de policiers : « Ils ont tué Charlie, moi j’ai bien rigolé » , a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu, en Isère. 
    • Le quotidien Ouest France du 14 janvier 2015 nous apprend que « Plus de cinquante procédures pour apologie du terrorisme ont été ouvertes en France depuis l’attentat à Charlie Hebdo il y a une semaine, d’après le ministère de la Justice ».

    Les rigolos, les ivrognes, les bravaches, qui se défoulent avec des plaisanteries de mauvais goût sur le sujet sont jugés sans tarder. Une dizaine de condamnations - plutôt lourdes - sont prononcées dans les jours qui suivent.

    C’était la France traumatisée de janvier 2015, celle qui sentait le Patriot act, celle où un message privé, un mot dans la rue, un article pouvaient vous conduire devant un tribunal.
    Pour Ursula Gauthier , si la Chine « une société qui n’éprouve que peu de sympathie pour le reste du monde » (mais qu’elle adôôôre, découvre-t-elle en bouclant ses valises) s’est associée en novembre à la douleur de la France c’est pour obtenir « en retour le soutien de la communauté internationale dans ses propres démêlés avec sa minorité la plus remuante : les Ouïgours du Xinjiang ». 

    D’où le titre de l’article d’Ursula Gauthier dans l’Obs : « Après les attentats, la solidarité de la Chine n’est pas sans arrière-pensées ».

    A croire que le rassemblement des chefs d’Etat pour Charlie Hebdo à Paris était dépourvu d’arrière-pensées.
    Si la presse française traverse une crise grave, si elle est obligée pour subsister de se vendre à des industriels et à des banquiers, de solliciter des aides financières importantes de l’Etat, la conjoncture n’explique pas tout : la profession est largement discréditée et nous venons de mieux comprendre pourquoi, grâce à Ursula Gauthier. Le péché mortel d’un journaliste est de croire qu’il est intellectuellement supérieur à tous ses lecteurs, que ceux-ci n’ont aucun moyen de vérifier ce qu’il écrit ni de sentir, sous la présentation partielle et partiale des faits, un discours engagé et un coeur froid.

    Et ces silences !
    Comment faire comprendre au lecteur la nervosité de Pékin face aux terroristes islamistes et aux séparatistes si l’on ne lui dit pas que le Xinjiang est la seconde région productrice de pétrole du pays, qu’il fournit un tiers de la consommation nationale en gaz naturel, qu’il est le premier producteur de charbon avec 40% des réserves nationales. On y trouve le plus grand gisement d’uranium du pays. Ajoutez à cela les passages de gazoducs et d’oléoducs et vous en saurez plus sur le Xinjiang.

    Ah, vraiment, il n’est pas besoin d’avoir la nostalgie de la Révolution culturelle, du Grand Timonier, Grand Commandant en Chef et Grand Pilote, de vouloir importer en France le système politique, médiatique, policier, judiciaire, culinaire (je fais référence aux insectes grillés et aux brochettes de scorpions, pas à la Tsingtao) chinois pour se démarquer de cette journaliste et pour ne pas rejoindre la meute qui regrette son expulsion alors qu’il urge surtout de dénoncer ce qu’elle écrit et son manque de probité qui est pointé par une grande partie des Internautes... sur le site de l’#Obs.

    Ah, madame Gauthier, comme vous nous dites bien que vous vous en f... des 50 mineurs massacrés à la machette, 50 #prolos qui travaillaient pour nourrir leur famille, mais qui, aux yeux « d’assassins que craignent les panthères et dont tremble un poignard quand leurs mains l’a touché » (Aragon) présentaient les défauts rédhibitoires qui attisent les haines et qui leur ont été signifiés par des cris : « On est chez nous ! » et « Allahou akbar ! ». Probablement, comme vous diriez.

    PS *. Il y a quelque chose de glaçant dans le raisonnement d’#Ursula_Gauthier pour qui des ouvriers chinois qui extraient du charbon au #Xinjiang sans être originaires de cette région chinoise ne méritent pas plus de compassion (ou alors, qu’elle l’exprime enfin !) que celle que manifestait chez nous l’extrême droite dans les #pogroms meurtriers anti-italien de 1893 à Aigues-Mortes, ou dans le racisme anti-polonais dans le Nord ou dans les récentes exactions corses contre les lieux de culte musulmans.

    Malgré une hostilité envers la Chine que ses articles précédents attestent, Ursula Gauthier aurait sans doute obtenu une fois de plus la prolongation de son visa, si elle ne s’était avisée de tracer les frontières de la Chine, de délivrer des droits du sol, d’insinuer qu’il y a des #Chinois moins Chinois que d’autres (les Han) et qui feraient bien de rester chez eux, de déguiser en patriotes (jusqu’à les absoudre) des terroristes vérolés par le #nationalisme, le #racisme, l’#intégrisme_religieux, la #sauvagerie, le mépris de la vie des autres Chinois.

    Mais, puisqu’elle rentre en France, je conseille à l’Obs (par gentillesse) de ne pas lui commander des articles sur le #terrorisme, calqués sur sa vision pékinoise du problème.
    http://www.legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on

    Maxime Vivas
    Site Le Grand Soir

  • #Tianjin : un écoparc et des écoles sur le site de la catastrophe ?, Chine
    http://www.lesechos.fr/monde/chine/021308244338-tianjin-un-ecoparc-et-des-ecoles-sur-le-site-de-la-catastrophe

    Ce serait achevé en juillet 2016 …
    Si la france s’en était mêlée sûr qu’ils auraient eu droit à un Cancéropole comme celui construit sur le site d’AZF à Toulouse.

    L’écologie c’est bon, vendez en.

  • Tianjin : des milliers de poissons échoués
    http://www.latribune.fr/economie/international/photo-du-jour-tianjin-des-milliers-de-poissons-echoues-499606.html


    Crédits : Reuters

    Une semaine après l’explosition de Tianjin qui a causé la mort de 114 personnes, les phénomènes inquiétants se multiplient dans la ville. Dernier en date, le décès de milliers de poissons venus s’échouer sur les bancs de la rivière Haihe, située à 6 kilomètres de l’explosion.

    L’enquête est en cours, mais les riverains expriment déjà leur inquiétude sur le réseau social chinois Weibo, quand le gouvernement ne le censure pas. Jeudi 20 août, les berges de la rivière Haihe étaient recouvertes de milliers de poissons morts. A proximité du drame, il se pourrait que le cours d’eau soit contaminé par les produits toxiques libérés lors de l’explosion.

    Le cyanure de sodium présumé coupable
    En effet, l’entrepôt de produits chimique d’où sont parties les explosions géantes de la nuit du 12 août contenait 700 tonnes de cyanure de sodium. Ce composant, qui a la forme d’une poudre, libère sous certaines conditions du cyanure d’hydrogène, un gaz asphyxiant et mortel en cas d’exposition prolongée.

    Selon l’agence gouvernementale China Today, le niveau de cyanure de sodium relevé dans la rivière n’a pas atteint un niveau toxique. Cependant les autorités chinoises ont d’ores et déjà admis que les niveaux de cyanure à l’intérieur de la zone d’isolement, délimitée autour des déflagrations, étaient 365 fois supérieur au seuil de tolérance.

    La piste du phénomène cyclique
    Deng Xiowen, directeur de l’enquête menée par le Tianjin Environnemental Monitoring Center, a tenté de justifier cette marée de poissons morts par un phénomène climatique mondialement connu, qui arrive fréquemment dans différentes zones du globe :

    « Durant les étés chauds, particulièrement quand la pollution arrive dans la rivière après d’importantes pluies, les poissons peuvent manquer d’oxygène et ainsi décéder en grand nombre » a-t-il expliqué.

  • L’explosion a Tianjin. Perception et exposition des populations aux dangers industriels.

    Hier soir en Chine a Tianjin, deux explosions (une importante et une gigantesque) on eu lieu dans un entrepôt d’un port ou était empilé des conteneurs identifiés comme dangereux et inflammables.

    Comme l’avais proposé Gunther Anders ce genre d’événement rentre dans les difficulté moderne de la perception ( phénomènes supraliminaires ). Elle est saturée par le nombre d’informations, d’une part, ce qui entraîne souvent un matraquage de la part des médias afin d’en faire prendre l’ampleur. Mais nos émotions aussi. Au delà d’un certain nombre de morts ou de personne que nous apprécions, notre émotion atteint un sommet ou un mur.

    Cette difficulté de perception, allié a un gouvernement dictatorial qui veux absolument contrôlé l’information, se révèle aussi un terrain propice aux théories de conspiration. Beaucoup de théories naîtrons certainement comme on l’a vu antérieurement en se basant sur les premiers témoignage, fait dans l’émotion et avec le peu d’information du moment. Les véritariens qui mettrait tout en doute, doutent en fait fort peux de ces fameux premiers témoignages qui vont dans le sens de leur théories.

    Ces explosions mettent aussi en relief, le choix d’un gouvernement d’exposés en cas de danger certaines populations à un risque d’explosion, comme en France, on trouve des risques équivalent dans des secteurs dit « pauvre » qui en échange d’argents, accueille des risques « mesurés ». Tout le problème est de faire passé dans ces cas là et pour les autres, la statistique de « probabilité », avant celle de « qualité ». L’accident nucléaire de Fukushima avait par ex. très peu de probabilité d’arrivé, mais il est arrivé. Si les populations l’avait choisis on ne pourrait rien dire, mais je ne connais pas d’organisation démocratique réelle qui ait fait ces choix.

    Sous une vidéo une personne indiquait que l’explosion est égale a celle d’une bombe atomique, mais la page wikipédia chinoise (que j’ai regardé dans un traduction google), dit que c’est l’équivalent de 21 tonnes de TNT (d’autres 23 tonnes), ce qui d’après la page TNT équivalent n’est pas une comparaison approprié la moindre bombe nucléaire y compris les premières étant l’équivalent de plus d’un kilotonnes de TNT.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quivalent_en_TNT

    Articles que vous pouvez traduire avec une machine a traduction :
    page wikipédia chinoise : https://zh.wikipedia.org/wiki/2015%E5%B9%B4%E5%A4%A9%E6%B4%A5%E6%BB%A8%E6%B5%B7%E6%96%B0%E5%8C%BA%E7

    Time line : http://news.163.com/special/tianjinbaozha

    Fil du twitter chinois... en partie censuré par le gouvernement comme l’indique Le Monde http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/08/13/explosions-a-tianjin-la-censure-a-l-uvre-sur-les-reseaux-sociaux-chinois_472 :

    http://www.weibo.com/p/1008087bef7c8c2cd3e28667d7cbf6ed9a7c4b?k=%25E5%25A4%25A9%25E6%25B4%25A5%25E5%

    http://www.weibo.com/p/10080866934b3c06f103e0a0573eb5aa76cb5c?k=%25E6%25BB%25A8%25E6%25B5%25B7%25E6%

    article en français :
    Huffingtonpost : http://www.huffingtonpost.fr/2015/08/12/photos-video-explosion-chine-tianjin_n_7978052.html?ncid=fcbklnkfrhpm

    fil twitter : https://twitter.com/search?q=Tianjin&src=tren&lang=fr

    video du drone après explosion : https://www.youtube.com/watch?v=XZa48XG7NNM&feature=youtu.be

    debunk en anglais sur les premières théories : https://www.metabunk.org/tianjin-explosion-conspiracy-theories.t6691

    #Chine #Explosion #Tianjin

  • L’usine d’ #Airbus à #Tianjin, argument de vente pour accroître sa part de marché en #Chine

    La chaîne d’ #assemblage d’Airbus à Tianjin —actuellement objet de négociations avec ses #partenaires #chinois— est depuis plus de cinq ans une vitrine permettant à l’ #avionneur de doper ses ventes sur un marché stratégique et concurrentiel.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gBrutDSnDYCaoN7GPRLQ2P1WoJtA

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 17/02/2014

  • Art et mémoire au Cambodge : une illustration en bande dessinée – par Mathilde Cambournac | Mémoires d’Indochine
    http://indomemoires.hypotheses.org/13565

    La bande dessinée L’année du lièvre, composée pour l’instant de deux tomes parus en 2011 et 2013, narre l’histoire familiale du dessinateur Tian sous le régime des Khmers Rouges. L’auteur est né au Cambodge trois jours après l’évacuation forcée de Phnom Penh, le 17 avril 1975. Sa famille s’organise pour survivre dans le Kampuchéa Démocratique sous le contrôle de l’Angkar, avant de réussir à s’exiler en Thaïlande en 1979, puis en France en 1980.

    #BD #Tian #Cambodge

  • #Chine : au #Xinjiang, #méfiance et #haine séparent #Han et #Ouïghours

    Dans la ville d’origine de « terroristes » accusés par les autorités chinoises d’un récent attentat place #Tiananmen à #Pékin, les clivages ethniques sont bien marqués, à l’image de ce restaurateur qui bannit de son établissement les musulmans ouïghours.

    La « ville des terroristes »...avec un tel phrasé, ça n’aide pas à se détendre ; merci @le_Parisien...

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/chine-au-xinjiang-mefiance-et-haine-separent-han-et-ouighours-21-11-2013-

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 18/11/2013

  • #Chine : #Xi #Jinping met la barre « à droite » en #économie

    Ce qui s’est joué à huis clos ces quatre derniers jours dans les salons du Palais du peuple, place #Tiananmen, va-t-il changer la face de la Chine ?

    Bon éclairage de Brice Pedroletti, correspondant du Monde en Chine.

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2013/11/12/la-conduite-tres-tactique-du-plenum-du-pc-chinois-par-xi-jinping_3512550_321

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 11/11/2013