• Your genes determine your sexual orientation, study suggests

    A NEW study comparing the DNA of homosexual and heterosexual men could prove that sexual orientation is rooted in a person’s biology.http://www.news.com.au/technology/science/human-body/your-genes-determine-your-sexual-orientation-study-suggests/news-story/b6398735310fcb4d6bb5d660e31fb91b

    http://www.telegraph.co.uk/science/2017/12/07/genes-linked-homosexuality-discovered-scientists

    Genome-Wide Association Study of Male Sexual Orientation
    https://www.nature.com/articles/s41598-017-15736-4

    Update

    Putative Gay Genes Identified, Questioned

    A genomic interrogation of homosexuality turns up speculative links between genetic elements and sexual orientation, but researchers say the study is too small to be significant. https://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/51120/title/Putative-Gay-Genes-Identified--Questioned

    • Un lien entre génétique et sexualité ? Qui l’eût cru ? Ce qui pose question c’est de savoir quels sont ces liens, leur complexité, etc. Cf. « The Gene » de Siddhartha Mukherjee
      https://seenthis.net/messages/555976

      La manière dont les médias que tu cites traitent la question (leurs titres sont assez différents) est assez révélatrice de ce qu’ils cherchent à produire comme effet. On attend aussi que ce soit un jour titré « découverte du gène de l’hétérosexualité ».

    • Tout à fait, c’est pour ça que je les ai postés, mais j’ai pas eu le temps de commenter. Ça fait partie des sujets que je suis sur le long terme, tu as « une découverte » de ce genre tous les deux ans, avec toujours les même problèmes de traitement médiatique, de biais de recherche etc...

    • Ma référence à « The Gene » de Siddhartha Mukherjee vient du fait que j’ai récemment lu ce très bon livre sur l’histoire de la génétique et qui contient un chapitre sur ce sujet.

      Mais…

      Is There a ‘Gay Gene’ ? Author Siddhartha Mukherjee Explains | KQED Science
      https://ww2.kqed.org/futureofyou/2016/05/16/is-there-a-gay-gene-author-siddhartha-mukherjee-explains

      it’s not one single “gay gene,” that probably multiple genes are involved. I don’t even like that term, “gay gene,” I think it’s very misleading as an idea. It’s a gene that influences sexual preference. Of course, most of this work has been done in males. There’s very, very little evidence in females.

      We know there’s some genetic determinants … that are involved. When people have gone to look for those genetic determinants, the hunt has come up quite not so clear. … The summary is, basically, that thus far we have not found, as I said, I don’t like the word or the phrase, we have not found a “gay gene,” and it’s unlikely that we’ll find one. … Like many phenomena in human identity, there will be multiple genetic determinants interacting with environments, but it’s very important to be clear about these ideas, because otherwise we fall into language that’s all incorrect and wrong, and then you just foster nonsensical controversy.

      et d’un autre côté son livre parle longuement du sujet, sans vraiment convaincre le spécialiste Science et techno du Guardian (qui par ailleurs trouve le reste du bouquin très bien) :

      The Gene by Siddhartha Mukherjee review – intriguing and entertaining, by Robin McKie | The Guardian
      https://www.theguardian.com/books/2016/jun/06/the-gene-an-intimate-history-siddhartha-mukherjee-review

      page after page is devoted to the work of US geneticist Dean Hamer, who in 1992 claimed to have found a “gay gene” that explained homosexuality in men – even though no gay gene has since been found, Mukherjee eventually admits. So why devote umpteen pages to the subject?


  • « La Singularité, ça ne tient pas la route ! » par @hubertguillaud @iactu
    http://internetactu.blog.lemonde.fr/2017/06/25/la-singularite-ca-ne-tient-pas-la-route

    les #IA ne savent pas rêver de moutons électriques.

    sniff

    En fait, le catastrophisme des singularitariens assure surtout leur notoriété. L’inéluctabilité de leur prophétisme fait oublier que bien souvent, le vrai danger vient plutôt de l’inconnu. Le vrai problème, insiste Ganascia, c’est que le scénario de la Singularité, en fait, opacifie le futur en concentrant l’attention vers un seul #scénario au détriment de tous les autres.

    repéré par @laurent (#merci)

    #singularité #disruption #intelligence_artificielle #mythes #science-fiction

    • #Critique_techno sans #catastrophisme

      Bref, « l’observation de la loi de #Moore sur les cinquante dernières années ne garantit nullement sa validité dans le futur ». Comme il le souligne encore « l’examen rétrospectif des études prospectives montre que le futur obéit rarement aux prévisions. Le progrès est convulsif ! Il n’existe pas de déterminisme technologique. » Mais surtout, souligne Ganascia, il y a un paradoxe logique à la Singularité : comment une rupture technologique pourrait-elle se déduire d’une loi reposant sur la régularité du cours de la technologie ?

      (…) Pour la philosophe et historienne Bernadette Bensaude-Vincent, les promesses visent non pas à prédire, mais à rendre inéluctable la trajectoire technologique, à installer un #déterminisme, à faciliter l’acceptation sociale des technologies. *Les schémas à l’oeuvre pour la Singularité semblent se répéter dans les promesses des nanotechnologies, de la biologie de synthèse comme dans celles de la convergence #NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives). Le possible devient un horizon hors de tout horizon temporel : une simple propagande. « La réalisation des promesses dans un avenir proche ou lointain n’est pas primordiale. » Les promesses n’ont pas pour but de refléter le réel, mais d’élargir les possibles, quand bien même ils ne rencontrent jamais de confirmation. « Même si les réalisations se font attendre les concepts ne sont pas remis en question. » Le futur qu’incarne les promesses fonctionne surtout comme un outil de gouvernance pour la compétition économique. Elles permettent de fédérer et mobiliser les infrastructures de recherche et les inscrire dans la culture sociotechnique ambiante. Pour elle, l’avenir est confisqué par la promesse technoscientifique, et la politique reléguée à un seul espace de régulation.

      Pour le sociologue Olivier Glassey, qui pointe dans l’ouvrage combien le social, plus que la technique est devenu l’horizon des technologies de l’information, l’ensemble des discours performatifs sur l’avènement du web social, contribue surtout à instaurer la croyance dans l’inéluctabilité des changements annoncés, que ce soit ceux promouvant l’empowerment ou l’inclusion de tous, comme ceux qui prédisent pouvoir bientôt « capturer techniquement le social ». « Le social n’est plus uniquement l’horizon de la promesse, il est son carburant » : les big data réalisent leurs propres accomplissements !

      Dans l’avant dernier paragraphe @hubertguillaud y a « or » au lieu de « hors » si je comprends bien. Autrement merci de lire tous ces livres pour nous !


  • Contre l’allocation universelle
    Daniel Zamora, Jean-Marie Harribey, Mateo Alaluf, Seth Ackerman


    https://www.luxediteur.com/catalogue/contre-lallocation-universelle

    Depuis la crise de 2008, l’idée d’une allocation universelle suscite un engouement renouvelé, tant en Europe qu’en Amérique. Le projet trouve des appuis à gauche comme à droite et, de l’avis de bien des spécialistes, il pourrait être le fondement des politiques sociales de l’avenir. Plus d’un penseur critique l’a prôné, Philippe Van Parijs, Toni Negri, José Bové ou André Gorz, mais que signifie vraiment cet étonnant consensus ?

    Selon les auteurs de cet essai, l’allocation universelle, sous couvert d’une bienveillante redistribution de la richesse, consacre l’abandon de l’enjeu politique central des cent cinquante dernières années : le conflit entre le capital et le travail. Chacun des textes composant ce livre œuvre au rappel de l’importance décisive de cette question, pour justifier qu’il faille impérativement être contre l’allocation universelle.

    #toread #livres #revenu_garanti #revenu_universel #protection_sociale


  • Du narcissisme de l’art contemporain
    https://www.lechappee.org/du-narcissisme-de-l-art-contemporain

    Aujourd’hui, en art, tout est possible. Ce que fait l’art dit contemporain en qualifiant tout et n’importe quoi d’artistique – une tâche, une boîte de conserve, un corps sanguinolent, des excréments – est une négation radicale des codes et des règles, de la tradition et des critères de jugement qui, pourtant, imprègnent et structurent encore la plupart des consciences. Délivré des idéaux humanistes et de leur dimension progressiste, cet art épouse le projet du libéralisme libertaire, celui d’une classe sociale dominante, et non celui de tous. Celui d’un monde vide, où règnent le cynisme, l’opportunisme et l’égoïsme.

    Les pratiques artistiques qui y sont valorisées visent à bouleverser les comportements et les mentalités dans la jubilation d’une régression narcissique qui transgresse les interdits nécessaires à la construction de soi et à la vie en société. Tous les préceptes civilisationnels sont devenus des objets phobiques et des entraves insupportables à une création adepte de la subjectivité, du relativisme, de la spontanéité et de la jouissance.

    Situés dans la sphère freudo-marxiste, les auteurs de ce livre adoptent une approche qui combine sociologie, psychanalyse et histoire. En analysant, à l’aide de cette méthode, des oeuvres d’art considérées comme majeures, ils éclairent le renversement de valeurs opéré par un capitalisme postmoderne qui célèbre le vide, le banal, l’absurde, le déchet, le scatologique, le pornographique et le morbide.

    #toread #non_lu #alire #art #marché
    Des fois à l’Échappée, ils font un peu flipper avec leur ton derniers « tenants de la morale d’avant l’#apocalypse » mais j’en dirais plus après lecture. (Il y a des chances pour que je sois d’accord avec la critique de ce milieu comme étant un espace d’ultra capitalisme et de libéralisme triomphant, mais peut-être avec d’autres arguments que leur critique de la déraison post-moderne). #asuivre


  • Reena Spaulings https://mitpress.mit.edu/books/reena-spaulings
    http://www.bernadettecorporation.com

    Set in post-9/11 New York City, Reena Spaulings was written by a large collective of writers and artists that bills itself as The Bernadette Corporation. Like most contemporary fiction, Reena Spaulings is about a female twenty-something. Reena is discovered while working as a museum guard and becomes a rich international supermodel. Meanwhile, a bout of terrible weather seizes New York, leaving in its wake a strange form of civil disobedience that stirs its citizens to mount a musical song-and-dance riot called “Battle on Broadway.” Fashioned in the old Hollywood manner by a legion of professional and amateur writers striving to achieve the ultimate blockbuster, the musical ends up being about a nobody who could be anybody becoming a somebody for everybody. The result is generic and perfect — not unlike Reena Spaulings itself, whose many authors create a story in which New York itself strives to become the ultimate collective experiment in which the only thing shared is the lack of uniqueness.

    #livre #art #toread #auteur_collectif


  • What a City is For
    Remaking the Politics of Displacement
    Matt Hern (Author)

    Black Wave
    Michelle Tea

    Desperate to quell her addiction to drugs, disastrous romance, and nineties San Francisco, Michelle heads south for LA. But soon it’s officially announced that the world will end in one year, and life in the sprawling metropolis becomes increasingly weird.

    While living in an abandoned bookstore, dating Matt Dillon, and keeping an eye on the encroaching apocalypse, Michelle begins a new novel, a sprawling and meta-textual exploration to complement her promises of maturity and responsibility. But as she tries to make queer love and art without succumbing to self-destructive vice, the boundaries between storytelling and everyday living begin to blur, and Michelle wonders how much she’ll have to compromise her artistic process if she’s going to properly ride out doomsday.


    #toread #wantlist #unjourr


  • The Revolution Starts at Home

    Confronting Intimate Violence Within Activist Communities
    https://www.akpress.org/revolutionstartsathome.html

    The Revolution Starts at Home is as urgently needed today as when it was first published. This watershed collection breaks the dangerous silence surrounding the “secret” of intimate violence within social justice circles. Just as importantly, it provides practical strategies for dealing with abuse and creating safety without relying on the coercive power of the state. It offers life-saving alternatives for survivors, while building a movement where no one is left behind.
    #activisme #lecture #violence #toread


  • Entanglements – Activism and Technology
    http://twentysix.fibreculturejournal.org
    Past issues of Fibreculture have examined activist philosophies from angles such as social justice and networked organisational forms, communication rights and net neutrality debates, and the push back against precarious new media labour. Our issue extends this work by capturing the complexities associated with the use of technology in activist contexts, and offering insights into how practitioners, scholars, and the makers of digital and networked technologies do and might need to work more collaboratively and pragmatically to address social justice issues.
    http://fibreculturejournal.org/wp-content/pdfs/FC26_FullIssue.pdf
    #toread


  • Rencontre-discussion avec Houria Bouteldja et Isabelle Stengers

    https://www.youtube.com/watch?v=RN3dDXOcnXE

    Ajoutée le 19 août 2016

    Nous sommes très heureuses de vous convier le jeudi 9 juin à 19h à une rencontre-discussion avec #Houria_Bouteldja et #Isabelle_Stengers autour du livre « #Les_blancs_les_juifs_et_nous. Vers une politique de l’amour révolutionnaire. ».

    Que ce soit sur le terrain du pragmatisme politique et philosophique, d’une manière de traiter de la #non-innocence, de l’appel à la création d’une paix qui passe par la #décolonisation_de_la_pensée, d’une critique radicale de la modernité occidentale, les liens entre la pensée de la philosophe et la proposition politique de la militante nous semblent multiples et féconds.

    Durée : 1h24

    #critique_décoloniale #PIR

    • Cette article déjà maintes fois partagé ici est une sorte de réponse directe à Oceanerosemarie https://blogs.mediapart.fr/melusine-2/blog/200616/bouteldja-ses-soeurs-et-nous

      C’est en lisant la tribune de soutien qu’a publiée l’auteure et comédienne Océanerosemarie dans Libération le 30 mai dernier que je me suis décidée à écrire ce texte. Parce qu’il n’est question ni de taire la charge antiféministe à laquelle se livre Bouteldja dans Les Blancs, les Juifs et nous, ni de laisser cette critique aux réactionnaires de droite ou de gauche, qui ne se découvrent des velléités antisexistes que lorsque l’accusation porte sur des racisés.

    • @sombre Stengers est dans les trucs paranormaux depuis pas mal de temps, notamment les OVNI. Elle a donné des interviews à des revues ufologiques, les soutenant face à la « science officielle », est intervenue dans des colloques ufologiques, a préfacé leurs livres, etc. Idem pour les sorciers où elle mêle une critique de la répression anti-sorcières au Moyen-Âge (qui était clairement sexiste) avec des affirmations comme quoi ils/elles auraient eu un savoir valant bien celui de la science.

    • je ne connais pas Stengers et encore moins ce qu’elle dit sur les OVNIS et la chasse aux sorcières. Juste à propos de cette phrase @stephane :

      Idem pour les sorciers où elle mêle une critique de la répression anti-sorcières au Moyen-Âge (qui était clairement sexiste) avec des affirmations comme quoi ils/elles auraient eu un savoir valant bien celui de la science.

      Si c’est une comparaison entre ces domaines à l’époque du Moyen-age et de la Renaissance, ce que tu rapporte de ce qu’elle dit me semble possible. La connaissance médicale des sorcières à la Renaissance était plus avancé que celles des scientifiques. Les sorcières avaient une connaissance avancé en herboristerie, en contraception, en avortements, en accouchements et en hygiène.
      Du coté de la science pendant ce temps c’était le règne de la théorie des humeurs, lecture des urines, saignées à répétition. Pendant longtemps la science n’était pas plus rationnelle que la sorcellerie.
      Dans d’autres domaines comme l’astronomie, c’est pas impossible qu’il y ait des sorcières de l’époque qui en savaient aussi long que les scientifiques accrédités.

      Par contre si Stengers ne précise pas ce contexte historique et parle des connaissances scientifiques aujourd’hui, je suis d’accord avec toi pour dire que ses propos sont délirants.

    • Comme il était prévisible, la ligne de rupture entre, d’une part,

      les tenants d’un PIR-pire-que-tout face à qui tous les coups sont non seulement permis mais nécessaires et vertueux, à commencer par l’exhitition d’inintelligence, et, autant que possible, le discrédit à l’emporte-pièce,

      et celleux, tout de même moins bruyants, qui considèrent qu’il y a bien là quelque chose à lire ou à entendre, et que les difficultés à lire ou à entendre une pensée décoloniale ne tiennent pas aux éventuelles critiques que pourraient mériter leurs locuteurs ou autrices une fois leur propos un minimum entendu , mais d’abord au fait qu’il s’agit d’un discours qui cherche une rupture radicale avec ce monde blanc dont nous sommes, qui se moque bien de ce que cela nous plaise ou non, et d’une critique qui entend en finir avec lui. Ce qui a toutes les chances de nous déplaire de prime abord, en effet, car si nous, blancs, prétendions vouloir « en finir avec le vieux monde », ça n’a jamais été que depuis notre seule position provinciale mais hégémonique de petits mâles occidentaux, et en toute innocence de ce cet occident, son racisme et son patriarcat faisaient de nous-mêmes ;

      cette ligne se donne clairement à voir dans les commentaires.

      Comme l’évoque un des intervenants de la vidéo, on aurait pu s’attendre à ce que, par exemple, le travail fait depuis des années par le féminisme radical ait fourni à certains des outils intellectuels ne serait-ce que pour comprendre que des objets comme l’antiracisme politique et la critique décoloniale ne s’abordent pas sans accepter de se confronter aux difficultés liées au fait que de telles critiques assument pleinement de rompre avec le discours dominant et d’y bousculer les catégories, y compris celles qui y ont été imposées par d’autres luttes : tout comme le fait justement le féminisme radical - et que prétendre se satisfaire de les juger platement l’un comme l’autre à l’aune de semblables catégories (racistes ! homophobes ! et tutti quanti) revient tout de même à venir jouer les matamores, tout en donnant à voir comment l’on s’est soigneusement tenu à l’abri du risque de jamais devoir approcher sa cible .

      Il semble que ce ne soit hélas pas le cas.

      Mais on peut aussi bien espérer que le fait qu’ il n’y a guère qu’en France , et parmi celleux, de l’Agrif aux libertaires en passant par tout le reste, qui n’ont de cesse de jeter assez de discrédit sur cet antiracisme politique en prétendant bruyamment n’y lire qu’extravagances, ignorance, haines diverses, variées et multiples, outrances nègres, arabes, musulmanes ou réactionnaires, que le travail de problématisation du racisme porté, entre autres, par le PIR, soit fallacieusement présenté comme quelque chose de complètement « nouveau » et « inédit » : il se trouve qu’il a été et est formulé ailleurs, dans d’autres contextes, depuis des décennies, tandis que l’antiracisme moral et bien français se félicite toujours, et plus que jamais, de ne jamais rien vouloir savoir d’autre en la matière que son propre universalisme blanc et abstrait...
      que ce fait donc, désormais de plus en plus visible, finisse par rendre à quelques uns le vacarme de leur propre provincialisme et de son autistique arrogance également insupportables.

      J’ai l’air de m’être énervé, et c’est le cas, un petit peu. Marre de lire partout des réactions du niveau de celles de Guénolé ou de Marianne.

      C’est d’un convenu.

      Quant à mépriser et dénigrer, s’il vous plaît, soyez donc un peu originaux, inventifs. Donnez vous au moins la peine de produire un dernier petit quelque chose, avant de disparaître. Parce qu’une chose me semble certaine désormais : l’ancien antiracisme que j’ai connu et défendu moi aussi : blanc, élaboré sans les racisé-e-s, son confort et son inefficacité, ne reviendront plus sur le devant de la scène : ni demain, ni dans vingt ans, ni plus tard. Désormais, on n’a d’autre choix que d’accepter d’y voir plus clair - ce qui, j’en conviens, peut faire mal aux yeux au début.
      Et je m’en réjouis.

    • Isabelle Stengers
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Stengers

      Licenciée en chimie de l’université libre de Bruxelles (ULB), lectrice de Whitehead, de Simondon et de Starhawk, collaboratrice régulière de la revue Multitudes1, Isabelle Stengers enseigne la philosophie des sciences à l’ULB2. Elle est aussi membre du comité d’orientation de la revue d’écologie politique Cosmopolitiques3.

      Isabelle Stengers se fait connaître dès son premier ouvrage, La Nouvelle Alliance (1979), coécrit avec le prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, consacré notamment à la question du temps et de l’irréversibilité.

      Elle s’intéresse ensuite, en faisant appel entre autres aux théories de Michel Foucault et de Gilles Deleuze, à la critique de la prétention autoritaire de la science moderne3. Stengers souligne ainsi l’omniprésence de l’argument d’autorité dans la science, ainsi lorsqu’on fait appel aux « experts » pour trancher le débat, comme s’il n’y avait pas de réel différend politique à la source du débat lui-même. Il est important de noter qu’elle ne fait aucunement partie de la mouvance déconstructionniste, pour qui la science ne serait qu’un ensemble de conventions verbales.

      Puis elle travaille sur la critique de la psychanalyse et, notamment, de la répression, par cette dernière, de l’hypnose, rencontrant par ce biais Léon Chertok. Elle est aussi amenée à contribuer au corpus Le Livre noir de la psychanalyse, où elle rencontre un autre auteur de cet ouvrage, l’ethnopsychiatre Tobie Nathan, avec qui elle rédige ensuite un exposé de ses idées sur la psychothérapie.

      Elle se consacre depuis une quinzaine d’années à une réflexion autour de l’idée d’une écologie des pratiques, d’inspiration constructiviste. En témoignent les sept volumes des Cosmopolitiques, publiés aux Empêcheurs de penser en rond/La Découverte, mais aussi ses livres consacrés à la psychanalyse (La Volonté de faire science, 1992), à l’hypnose (L’Hypnose entre science et magie, 2002), à l’économie et à la politique (La Sorcellerie capitaliste, avec Philippe Pignarre, 2005), ou encore à la philosophie (Penser avec Whitehead, 2006).

      En 1990, elle est à l’origine, avec Philippe Pignarre, de la création de la maison d’édition Les Empêcheurs de penser en rond3.

    • @stephane les ovnis, tu es sur ? Tu as des références, ça ne me dit rien du tout. C’est une philosophe des sciences essentiellement et une engagée politique sur les questions des « sans ». Quand à la vidéo, pas le temps encore de la voir, un peu comme tout ce que je pointe sur seenthis en ce moment ça va dans la catégorie #toread

    • @supergeante de ce que j’ai vu elle dit que la question des ovnis révèle un comportement typique de la science universitaire (issue du clergé et d’un étatisme forcené) : mépriser et essayer d’étouffer tout discours, y compris ceux se revendiquant de la pratique et de l’expérience (et non d’une déduction logique hasardeuse), ne provenant pas de son propre réseau de confiance et de légitimation.

      Pour les OVNI, on peut retenir que certains cas ont par la suite été expliqué par la révélation (tardive) des programmes secrets de développement des avions furtifs américains (F117, U-2 etc.) sur la fameuse zone 51. Les habitants voyaient des avions bizarre, reflétant la lumière à très haute altitude ou avec des lumières inhabituelle dans la nuit, mais les autorité (locales et de surcroît fédérales) leur assuraient que rien n’étaient apparu sur les radars (bah oui ils étaient furtifs...).

      Ce qui est « marrant » c’est que les travaux universitaires (qui se sont approprié le terme « science » au cours des XIXe et XXe siècles) ont été caractérisés pendant très longtemps par leur dogmatisme et leur enfermement doctrinal au mépris du pragmatisme et de l’expérimentation.

      Un des meilleurs exemples est précisément la médecine universitaire (longtemps interdite aux femmes, comme les autres activités universitaires) qui pendant plusieurs siècles a défendue la pratique de la saignée et essayé de réduire à néant les pratiques populaires de médecine (bien plus efficaces et pragmatique) en demandant aux rois un monopole professionnel et en désignant les guérisseuses comme des sorcières devant être brûlées (avec l’appuie du clergé qui souhaitait se débarrasser de ce qu’il nommait le paganisme). Aujourd’hui les sciences économiques illustrent bien cet égarement théorique qui caractérise ce milieu qui se gargarise de son indépendance d’esprit bien qu’il doive énormément aux pouvoirs en place dont il est issu.

      Hasard de Seenthis, une discussion à propos du livre Caliban et la Sorcière de Silvia Federici a repris de l’activité : https://seenthis.net/messages/422612

      Je recommande aussi la lecture de cet essai qui fit date :

      Sorcières, sages-femmes et infirmières. Une histoirE des femmes soignantes ; de Barbara Ehrenreich et Deirdre English
      https://www.cambourakis.com/spip.php?article550

    • @martin5 : merci. Je me sens moins seul. Ce que tu exprimes dans ton post résume les intuitions que je pouvais avoir par rapport au Parti des Indigènes de la République et à ses détracteurs. Mais comme je ne suis pas un grand « penseur », sûrement à cause de mon manque de culture universitaire, de mes difficultés à énoncer clairement et de façon concise mon analyse des faits, et sûrement aussi par manque de temps ou pure paresse, tout ce que tu as écrit et qui restait au stade intuitif et informulé chez moi, j’y adhère. Voilà.

    • @aude_v

      Ce
      n’est peut-être pas d’aujourd’hui que les racisé-e-s élaborent leurs
      stratégies anti-racistes... Il y a dans ton propos, @martin5, un côté
      « progrès linéaire », étonnamment. Tu aurais fourni cette analyse sur des
      mouvements que je connais mieux et dans lesquels je suis impliquée que
      j’aurais trouvé ça un peu condescendant et ignorant de décennies de
      luttes.

      Est ce ce passage

      Parce qu’une chose me semble certaine désormais : l’ancien antiracisme que j’ai connu et défendu moi aussi : blanc, élaboré sans les racisé-e-s, son confort et son inefficacité, ne reviendront plus sur le devant de la scène : ni demain, ni dans vingt ans, ni plus tard. Désormais, on n’a d’autre choix que d’accepter d’y voir plus clair - ce qui, j’en conviens, peut faire mal aux yeux au début.

      qui te donne cette impression de conception en termes de « progrès linéaire » ? Je voulais justement dire qu’au contraire, c’est une rupture radicale (autonomie, notion de #champ_politique_blanc...) qui avait lieu depuis un peu plus d’une décennie et il me semble que ça n’est pas ignorer, minorer ou faire injure aux luttes antiracistes de la fin du xxeme siècle que de le dire.

      Je m’excuse pour le ton très condescendant. C’est un travers très profondément installé chez moi, qui se trouve encore accentué sitôt que la discussion devient conflictuelle (ce qui était le cas de ce commentaire).

      Je postais juste un lien vers cette vidéo parce que j’ai trouvé cette discussion profondément stimulante et qu’elle n’était pas encore référencée ici. La manière dont Isabelle Stengers, dont je découvre justement avec intérêt le travail de critique depuis quelques mois, y rapproche les méfaits de l’impérialisme sur les européens et sur le reste du monde m’a particulièrement interpellé, (sur ce sujet comme tant d’autres, je découvre tardivement l’eau tiède) comme le fait que cela puisse fournir une base de discussion avec quelqu’un comme Houria Bouteldja.

    • La Chronique
      La Fabrique, le 13 septembre 2016
      https://seenthis.net/messages/524238

      Des vieux staliniens du Monde diplomatique aux totos de Montreuil, des bien pensants du Nouvel Observateur aux ex-gauchistes de Libération, tous sont tombés d’accord : le livre d’Houria Bouteldja, Les Blancs, les Juifs et nous, est raciste, identitaire, homophobe, ignorant de l’histoire, balayé par des torrents essentialistes et religieux et – l’adjectif qui tue – antisémite. Il est inutile de faire remarquer que toutes ces critiques sont étayées par des phrases tronquées et sorties de leur contexte, que par bêtise ou mauvaise foi l’ironie du livre est prise au premier degré, que le mot « race » est absurdement pris au sens biologique, bref que toutes ces lectures sont truquées. Inutile parce que la religion de ces gens-là est faite : Houria Bouteldja est intolérable – comme femme, comme militante d’un mouvement qui fait entendre des vérités désagréables, et comme arabe, ce qui est vraiment un comble. On s’étonne que nous ayons publié ce livre, et même on nous en fait reproche, violemment parfois. Nous considérons au contraire qu’il a bien sa place chez nous, dans un catalogue consacré aux voies diverses menant à l’émancipation des opprimés.

      #Houria_Bouteldja


  • Interview fleuve (et très intéressante) avec Mourad de La Rumeur
    http://sous-culture.com/mourad-la-rumeur

    (…) Ce qu’on voulait démontrer, c’est que tu pouvais tout à fait venir avec un instru assez doux et y poser un propos assez dur. Et tu peux même utiliser dans des textes, des termes doux mais pour développer une idée derrière qui était dure. C’est ça qu’on voulait mettre en avant. Les voix devaient toujours être au-dessus alors que d’autres faisaient le contraire, ils mettaient la musique en avant. Quand je dis que le texte était important : par rapport à notre passif, en tant que fils d’immigrés, on avait quand même des comptes à rendre à nos parents qui s’étaient démenés pour qu’on puisse avoir une éducation et qu’on ait un avenir. Nous voulions absolument, même si nous ne faisions pas écouter ça à nos parents, qu’ils n’aient pas honte si jamais ils tombaient là-dessus, qu’ils ne disent pas : « c’est quoi ces texte, tu insultes qui ? ». Il fallait que ça reste beau. Par rapport à leur sacrifice, on était tenus d’avoir la meilleure des vies qu’eux avaient voulue pour nous et c’est pour cela qu’on a tous plus ou moins fait des études. J’ai un cursus un peu particulier. J’ai fait un BEP de compta, un bac G2 comptabilité puis je suis parti à la fac pour passer mon DEUG de science éco. Après la réalité économique m’a très vite rattrapé et il a fallu travailler. Le bon côté de la fac c’est que ça pousse à aller chercher l’info et à ne pas tout prendre pour argent comptant. À toi de te débrouiller pour emprunter tes propres circuits d’information, pour ouvrir des bouquins. On nous a souvent taxés de rappeurs intellos mais encore une fois, c’était vraiment un dû envers nos parents. Perso je ne pouvais pas me permettre d’arriver avec des textes légers qui n’ont ni queue ni tête. Il fallait que mon père puisse se défendre face à ses amis qui lui diraient sur un ton moqueur : « Et j’ai appris que ton fils faisait du rap ! ». Il fallait qu’il puisse lui répondre : « Écoute ce que fait mon fils, c’est bien écrit, c’est intelligent ». Je voulais que mon père puisse dire ça. Pour lui le hip-hop était une « musique de sauvage ». Comme tous les pères, il voulait que son fils travaille, fasse ce qu’il faut pour un meilleur avenir, qu’il soit à l’aise économiquement et surtout qu’il évite tous les problème. Seule ma mère était un peu au courant au début mais j’esquivais le sujet. Par exemple, quand j’allais en Province pour un concert, je disais à mes parents que j’allais passer un week-end chez Philippe ou chez un autre pote, « On va s’amuser, on va jouer à la console ». C’est à partir du troisième volet que mon père a commencé à vraiment être au courant. Puis avec « L’Ombre sur le Mesure », la signature chez EMI et les déplacements nombreux, les clips diffusés dans l’alternative de M6, on ne pouvait plus rien cacher. Tout ça pour dire qu’on était tous d’accord pour ne pas rendre nos parents honteux et c’était une des choses qui faisait que La Rumeur était La Rumeur.

    via @ldcoppola cc @opironet


    • https://en.wikipedia.org/wiki/Nancy_Fraser

      Reflecting on Sheryl Sandberg’s 2013 book Lean In, Fraser explained:

      “For me, feminism is not simply a matter of getting a smattering of individual women into positions of power and privilege within existing social hierarchies. It is rather about overcoming those hierarchies. This requires challenging the structural sources of gender domination in capitalist society — above all, the institutionalized separation of two supposedly distinct kinds of activity: on the one hand, so-called “productive” labor, historically associated with men and remunerated by wages; on the other hand, “caring” activities, often historically unpaid and still performed mainly by women. In my view, this gendered, hierarchical division between “production” and “reproduction” is a defining structure of capitalist society and a deep source of the gender asymmetries hard-wired in it. There can be no “emancipation of women” so long as this structure remains intact.”


    • Elle permet de dire au fils d’ouvrier que s’il en est réduit à faire le boulot de son père, ce n’est pas de la faute du système injuste mais de la sienne parce qu’il n’a pas assez travaillé. L’école n’a que des codes bourgeois. Seuls les fils de bourgeois peuvent s’en sortir, au besoin avec des heures de cours particuliers. Regardez la crispation en France autour de la suppression du cours de latin. A quoi le latin peut-il encore servir ? Si on veut l’étymologie d’un mot, il y a Wikipédia. Si on veut l’apprendre, on peut commencer à 18 ans et être très bon en l’espace de deux ans. Les maths ? Sinus et cosinus ne m’ont jamais servi dans la vie. On nous dit que cela sert à former le jugement. Que dalle ! C’est une école de papa pour faire de bons fils à papa. Cela ne marche pas en banlieue.

      Faudrais pensé à dire a ce prof phallosophe que les filles peuvent aussi suivre une scolarité...

      La soif de liberté, elle s’exprime à 40 ans quand on a une nana et des marmots, qu’on en a ras-le-bol et qu’on a envie de se casser.

      Pauves nanas qui se coltine ce mec. C’est hallucinant cette manière de parler de couille-à-couille comme si les femmes était de toute façon trop occupé à laver les traces de pisse sur les chiottes pour avoir le temps de lire ce papier.

      Il y a une seule et unique mention de femmes dans ce texte :

      On hérite de la faille du père ou de la mère.

      #masculinisme #phallosophe #androcentrisme

    • Aussi sur le latin il dit n’importe quoi ce phallosophe. Ma sœur qui bosse en zep. M’expliquait justement que la latin et le grec etait tres prisé et important dans le collège ou elle travail car c’est justement une matière utile pour les autres cours et que c’est une matiere qui etait encore proposer en Zep. Elle ne le sera plus alors que dans des collèges et lycées bourgeois elle le sera encore. La Suppretion du latin est d’abord un problème pour les Zep et non un probleme pour les Bourges contrairement à ce qu’il dit. Pour ce phallosophe des jeunes de cités (enfin les garçons jeunes vu qu’il parle uniquement aux mâles) ne peuvent pas suivre des cours de latin, ne peuvent pas y trouver un intérêt, n’en ont aucune utilité... Ca me semble assez condescendant sans parlé de son complex de sauveur blanc qui insiste lourdement pour qu’on sache a quel point lui se sacrifie pour aller enseigner des trucs mais pas le latin dans les Zep.

    • Oui en plus ce mec est utilitariste, il croi que les « jeunes » dont il parlent n’aurons jamais à se servir d’un Sinus et Cosinus car il ne les imagine pas autrement qu’au chomage ou dans un job sans qualification. Comme si les jeunes filles et garçons des Zep ne pouvaient pas avoir l’utilité du latin, des sinus et cosinus, ni acceder à des profession dans laquelle se savoir est utile.
      Il y a aussi un coté très clientéliste à prétendre que l’utilisation de fesse-bouc rendrait les jeunes plus intelligents que leurs ainé·e·s. Tout ca bien sur sans définir ce qu’il appel l’intelligence. Et comme si d’une génération à l’autre l’intelligence humaine fluctuait.

    • Les DRH en raffolent. Des banques comme HSBC, Barclays, la Société Générale le sollicitent d’ailleurs régulièrement. Cespedes a aussi animé le Salon du zen, l’université d’été du Medef, le congrès des kinés (« Vous êtes les artisans du bonheur »), celui des horticulteurs (« Jardins de sens, jardins de vie »), une conférence pour les experts-comptables, a traité de l’« empowerment au féminin » pour McDonald’s, de « l’optimisme » chez Caprice des Dieux… Il est même intervenu devant des agents de la DGSE sur « l’ambition patriote ». Chaque conférence rapporte environ 5 000 € bruts à sa société, et il en assure une cinquantaine par an. Il s’offre même le luxe de décliner l’offre de La Française des Jeux, qui voulait qu’il coache ses « grands gagnants » : « Je n’ai pas envie d’être un gourou », explique-t-il.

      http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/livres/articles/le-business-des-philosophes/25284





  • Albert O. Hirschman
    Deux siècles de rhétorique réactionnaire

    Avec sa coutumière subtilité, Albert O. Hirschman dresse les contours de l’univers complexe et souvent trompeur du discours par lequel depuis deux siècles on a combattu les réformes politiques et sociales. Il tire ses exemples des penseurs et hommes politiques qui se sont opposés aux idées libérales de la Révolution française et à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, puis à la démocratisation et au suffrage universel, enfin au XXe siècle à la création de l’Etat-providence.

    A chaque étape, trois grands arguments sont immanquablement invoqués. En premier lieu, la thèse de l’effet pervers : toute tentative de modifier l’ordre existant produit des effets strictement inverses au but recherché. Ensuite l’inanité : les programmes de changement politique et social sont incapables de modifier le statu quo en quoi que ce soit. La mise en péril enfin : les réformes sont à proscrire parce qu’elles compromettraient des acquis précieux et obtenus à grand-peine. Les trois thématiques se retrouvent dans l’oeuvre d’auteurs aussi divers que Burke, Maistre, Tocqueville, Spencer, Pareto, Le Bon, Stigler, Lampedusa, etc. Surprise ! vers la fin du livre, il est démontré comment les « hommes de progrès » usent souvent d’arguments en relation étroite, quoique indirecte, avec ceux de leurs adversaires.

    A l’intention de ceux qui aspirent à l’authentique dialogue qui caractérise une société vraiment démocratique, Albert O. Hirschman dénonce ces deux types de formes de pensée comme autant de mécanismes rendant tout débat impossible. Ce faisant, il offre une contribution inédite aux idées démocratiques. Comme le souligne Stanley Hoffmann, voici un livre « d’une intelligence admirable, original et provocateur, où se retrouvent l’agilité intellectuelle et l’engagement au service des idées de progrès que l’on connaît à Hirschman. [...] Le lecteur éprouve le sentiment de se trouver en présence d’un esprit brillant et d’un auteur au mieux de sa forme ».

    Albert O. Hirschman est professeur émérite en sciences sociales à l’Institute for advanced study de Princeton. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment publié en France Les Passions et les intérêts ; Bonheur privé, action publique ; Un certain penchant à l’autosubversion et Défection et prise de parole.

    #toread




  • Portrait of the Artist as a Dying Class
    Scott Timberg argues that we’ve lost the scaffolding of middle-class jobs—record-store clerk, critic, roadie—that made creative scenes thrive.
    http://inthesetimes.com/article/17522/portrait_of_the_dying_creative_class


    http://yalebooks.com/book.asp?isbn=9780300195880

    The story of print journalism’s demise is hardly new, but Timberg’s LA-based perspective brings architecture, film and music into the conversation, exposing the fallacy of the East Coast conviction that Hollywood is the place where all the money is hiding. Movie studios today are as risk-averse and profit-minded as the big New York publishing houses, throwing their muscle behind one or two stars and proven projects (sequels and remakes) rather than nurturing a deep bench of talent. (…)

    But Timberg looks more narrowly at those whose living, both financially and philosophically, depends on creativity, whether or not they are highly educated or technically “white collar.” He includes a host of support staff: technicians and roadies, promoters and bartenders, critics and publishers, and record-store and bookstore autodidacts (he devotes a whole chapter to these passionate, vanishing “clerks.”) People in this class could once survive, not lavishly but respectably, leading a decent middle-class life, with even some upward mobility.

    Timberg describes the career of a record-store clerk whose passion eventually led him to jobs as a radio DJ and a music consultant for TV. His retail job offered a “ladder into the industry” that no longer exists. Today, in almost all creative industries, the rungs of that ladder have been replaced with unpaid internships, typically out of reach to all but the children of the bourgeoisie. We were told the Internet would render physical locations unimportant and destroy hierarchies, flinging open the gates to a wider range of players. To an extent that Timberg doesn’t really acknowledge, that has proven somewhat true: Every scene in the world now has numerous points of access, and any misfit can find her tribe online. But it’s one thing to find fellow fans; it’s another to find paying work. It turns out that working as unfettered freelancers—one-man brands with laptops for offices—doesn’t pay the rent, even if we forgo health insurance.

    #travail #art #presse #creation #classes_moyennes


  • Exil nazi : la promesse de l’Orient
    Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux responsables nazis ont réussi à échapper à la justice internationale. Beaucoup sont partis pour l’Amérique du Sud. Mais il existe une autre destination, restée dans l’ombre jusqu’à aujourd’hui : le Moyen-Orient.
    http://www.rtbf.be/tv/thematique/documentaire/detail_retour-aux-sources-exil-nazi-la-promesse-de-l-orient-inedit?id=8247939
    http://www.rtbf.be/video/detail_exil-nazi?id=1918051

    @nidal @alaingresh : vous connaissez ce documentaire sur les réseaux d’exfiltration nazis egyptiens et syriens ? - Je suis assez ignare sur le sujet, au delà du Mufti de Jerusalem et de ses liens avec le IIIe reich. J’imagine que le sujet est hautement instrumentalisé de part et d’autre, au mépris des faits...

    #télé #documentaire #histoire #nazisme #egypte #syrie #Johann_von_Leers #Walther_Rauff #vatican #nasser #reseaux_odessa #armée #antisémitisme

    • je n’ai pas vu le documentaire, mais il est vrai que d’anciens responsables nazis ont été importés en Egypte et en Syrie (comme ils ont été importés par la CIA, notamment les réseaux Gehlen, pour lutter contre l’URSS). Il me semble que j’ai lu, mais c’est à vérifier, que c’est aussi la CIA qui, après le coup d’Etat des officiers libres en 1952, ont introduit ces personnages en Egypte. Ce qui n’excuse évidemment rien… Pour la question du Mufti, il faut lire l’excellent livre de Gilbert Achcar, les Arabes et la Shoah qui revient sur son rôle mais aussi sur sa place dans l’histoire palestinienne qui n’est pas celle que le sionisme lui attribue.


  • Slaves: The Capital that Made Capitalism
    http://www.publicseminar.org/2014/04/slavery-the-capital-that-made-capitalism

    Racialized chattel slaves were the capital that made capitalism. While most theories of capitalism set slavery apart, as something utterly distinct, because under slavery, workers do not labor for a wage, new historical research reveals that for centuries, a single economic system encompassed both the plantation and the factory.

    #histoire #esclavage #classes_sociale #travail #capitalisme #idees #livres

    Des livres à lire :
    – Sweetness and Power: The Place of Sugar in Modern History by Sidney W. Mintz
    – Good Wives, Nasty Wenches, and Anxious Patriarchs: Gender, Race, and Power in Colonial Virginia by Kathleen M. Brown
    – Saltwater Slavery: A Middle Passage from Africa to American Diaspora by Stephanie E. Smallwood
    – Soul by Soul: Life Inside the Antebellum Slave Market by Walter Johnson
    – The Half Has Never Been Told: Slavery and the Making of American Capitalism by Edward E. Baptist
    – Complicity: How the North Promoted, Prolonged, and Profited from Slavery by A. Farrow, J. Lang, and J. Frank


  • « Née il y a moins de cinq ans, la monnaie numérique bitcoin a vu son cours multiplié par cent en 2013, avant de reperdre 60% de sa valeur en quelques semaines. L’économiste Nicolas Houy revient sur les forces et les faiblesses de ce système de paiement dans lequel certains ne voient qu’un nouveau moyen de spéculer, quand d’autres en attendent une révolution monétaire. »

    https://lejournal.cnrs.fr/billets/que-vaut-le-bitcoin

    Bon résumé, avec notamment deux points importants, la qualification du #bitcoin comme OFNI (Objet Financier Non Identifié, pour éviter le débat stérile « est-ce vraiment une monnaie ? ») et le rappel que le protocole Bitcoin permet de faire bien d’autres choses que de la monnaie.



  • Comment le cerveau répond à la violence | Actualité | LeFigaro.fr - Santé
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/03/20/22128-comment-cerveau-repond-violence

    Raffa

    Comment le cerveau répond à la violence | Actualité | LeFigaro.fr - Santé - http://sante.lefigaro.fr/actuali...

    12 minutes ago

    from Bookmarklet

    Comment

    Like

    « La neurobiologie explique pourquoi les victimes ne crient pas pour alerter ou semblent parfois peu affectées par une agression. » - Raffa


  • Oblivion (2013) : Tom Cruise et ses drones de dames
    http://www.lecinemaestpolitique.fr/oblivion-2013-tom-cruise-et-ses-drones-de-dames

    Comme à son habitude, la critique française autorisée a totalement ignoré la dimension politique de ce blockbuster sorti l’an dernier sur nos écrans. Télérama n’y voit qu’un « gloubiboulga d’action comme les autres » puisque, de toute façon, « une superproduction avec Tom Cruise ne doit pas être un film de SF original »[1]. De leur côté, Libération […]

    #Cinéma #Tous_les_articles