• #Ouganda : Libération immédiate pour les 9 journalistes et défenseurs arrêtés | Les Amis de la Terre
    https://www.amisdelaterre.org/communique-presse/ouganda-liberation-immediate-pour-les-9-journalistes-et-defenseurs-ar

    Trois #journalistes et six défenseuses et défenseurs de l’#environnement viennent d’être arrêtés par la police de Hoima, en Ouganda. Ils étaient venus dénoncer la destruction d’une des plus grandes réserves forestières du pays et les risques posés par le développement pétrolier dans l’ouest de l’Ouganda.[...]

    Ces arrestations interviennent alors que #Total et son partenaire #CNOOC accélèrent la mise en place du projet d’extraction pétrolière et la construction d’un oléoduc géant dans la région

    #écolo #déforestation #extraction #répression #intimidation

  • Face aux nouveaux inquisiteurs
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1023-Face-aux-nouveaux-inquisiteurs

    Entretien réalisé courant mai 2020 et paru dans la revue « La Décroissance » n° 171 de juillet - août, p. 18, à l’occasion du dossier « La décroissance c’est la liberté ». Chapô : Le collectif « #Lieux_Communs » se revendique d’une étude militante des travaux de Cornelius Castoriadis. Il a publié ces dernières années de nombreux textes et brochures – disponibles sous format papier dans des librairies indépendantes en défendant notamment les idées de « démocratie directe », d’ « égalité des revenus » et de « (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / Lieux Communs, #Politique, #Avant-gardisme, #Gauchisme, #Entretien, #Totalitarisme, #Décence_commune, (...)

    #Pseudo-subversion

  • « Clowns », « Khmers verts »... Manuel de décryptage du discours #anti-écolo
    http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/924/_clowns___khmers_verts__manuel_de_dcryptage_du_discours_anti_colo

    Grattez le vert et vous aurez donc du brun… ou du rouge. Car l’argument fonctionne aussi avec le #communisme. Ici, ce n’est pas tant la politique de l’URSS en la matière qui est convoquée qu’une resucée du combat très années 1970 des « nouveaux philosophes », emmenés par Bernard-Henri Lévy et André Glucksmann, contre le #totalitarisme rouge – soviétique ou chinois. Dans Le Nouvel Ordre écologique, Luc Ferry affirme que l’« #écologie profonde » d’Arne Næss « plonge certaines de ses racines dans le #nazisme et pousse ses branches jusque dans les sphères les plus extrêmes du gauchisme culturel ». Vingt-sept ans plus tard, l’ancien ministre n’en démord pas. Dans Le Figaro, où il tient un billet hebdomadaire, Luc Ferry s’est déchaîné tout l’été contre les écologistes. En juillet : « Après la chute du communisme, la haine du #libéralisme devait absolument trouver un nouveau cheval. […] Il fallait d’urgence trouver autre chose pour continuer le combat. Miracle ! L’écologisme fit rapidement figure de candidat idéal. » Puis, en août, à propos des théoriciens de l’effondrement : « C’est désormais l’écologisme radical qui, sous les couleurs de “l’effondrisme” (quel mot ridicule !), prend le relais de leur anticapitalisme, c’est lui qui poursuit l’idéal antilibéral du gauchisme et du tiers-mondisme défunts. » C’est ce qu’on appelle être fidèle à ses idées.

    • Mais vous l’aurez compris, avant même de parler de nazisme ou de haine des hommes, le discours anti-écologie se nourrit d’abord d’un inépuisable carburant : la mauvaise foi.

      Et la diffamation aussi, peut-être ...

      On peut ne pas toujours être d’accord avec le discours de Greta Thunberg, les attaques ad personam de Michel Onfray à son encontre sont abjectes. De plus, cette petite crapule autoproclamée philosophe évite bien sûr d’aborder la problématique de fond.

  • « Jihad », de Gilles Kepel
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?989-Jihad-de-Gilles-Kepel

    Compte-rendu de Daniel Saint-James, récemment décédé, sans doute écrit après 2011. Ce livre de Kepel a été publié en 2000 chez Gallimard dans la collection Folio. Kepel passe pour un spécialiste chevronné du monde musulman. Il est vrai que, de lignée arménienne, il parle semble-t-il pas mal de langues des peuples convertis à cette religion, ce qui lui donne une certaine supériorité sur nombre de ceux qui écrivent sur cette question. Son point de vue s’inscrit dans une certaine mouvance de la sociologie (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Histoire, #Géopolitique, #Relativisme, #Islamogauchisme, #Guerre, #Immigration, #Totalitarisme, (...)

    #Compte-rendu

  • « Jihad », de Gilles Kepel
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?989-Djihad-de-Gilles-Kepel

    Compte-rendu de Daniel Saint-James, récemment décédé, sans doute écrit après 2011. Ce livre de Kepel a été publié en 2000 chez Gallimard dans la collection Folio. Kepel passe pour un spécialiste chevronné du monde musulman. Il est vrai que, de lignée arménienne, il parle semble-t-il pas mal de langues des peuples convertis à cette religion, ce qui lui donne une certaine supériorité sur nombre de ceux qui écrivent sur cette question. Son point de vue s’inscrit dans une certaine mouvance de la sociologie (...) #Saint-James_Daniel

    / #Saint-James_Daniel, #Histoire, #Géopolitique, #Relativisme, #Islamogauchisme, #Guerre, #Immigration, #Totalitarisme, (...)

    #Compte-rendu

  • Marges de #Marx
    https://laviedesidees.fr/Marges-de-Marx.html

    À propos de : Kolja Lindner et les Éditions de l’Asymétrie, Le dernier Marx, Toulouse, Éditions de l’Asymétrie. Dans ses derniers textes, Marx rompt avec la #Philosophie de l’histoire, et s’intéresse de près à d’autres formes d’exploitation : la domination coloniale, mais aussi l’émancipation des femmes ou la préservation de la nature.

    #colonialisme #environnement
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200610_marx.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200610_marx.docx

    • Au-delà du marxisme

      Le résultat le plus éclatant de ces recherches, c’est la rupture qu’y opère Marx avec la philosophie de l’histoire progressiste et eurocentrée qui se dégage encore d’un texte tel que la « Préface » à la Contribution à la critique de l’économie politique. Ce texte projette en effet sur toutes les sociétés un modèle de développement occidental dans lequel les modes de production (« asiatique, antique, féodal, bourgeois ») s’enchaînent en même temps que s’accroissent les forces productives et se succèdent comme autant d’étapes nécessaires vers le communisme. Par contraste, les notes sur Morgan ou Kovaleski, dans lesquelles Marx souligne la vitalité des « sociétés gentilices » (organisées en clans), témoignent d’une nette reconnaissance de la pluralité historique, c’est-à-dire de l’existence de trajectoires de développement hétérogènes quant à leurs rythmes et à leurs directions. Mais c’est surtout le cas de la commune russe qui pousse Marx sur la voie d’une nouvelle conception de l’histoire, indissociablement multilinéaire et connectée.

      Au principe de cette percée théorique, on trouve le problème politique suivant : la commune rurale peut-elle servir de point d’appui à un développement spécifiquement russe vers le communisme, comme le pensent les populistes, ou est-elle amenée à disparaître face à l’expansion du capitalisme, comme le soutiennent les marxistes ? Dans sa réponse à Zassoulitch, Marx se range du côté des populistes, mais attire leur attention sur le « dualisme inhérent à la ‘‘commune agricole’’ ». D’un côté, elle se caractérise par la permanence de formes d’appropriation collective de la terre. De l’autre elle est travaillée par l’émergence de la propriété privée. Or, l’issue du conflit qui oppose ces deux tendances ne saurait être déduite, ni d’une loi historique générale, ni d’une causalité économique unilinéaire. Elle dépend à la fois de l’énergie politique que parviendra à déployer la paysannerie et du « milieu historique » dans lequel la commune est plongée, c’est-à-dire de sa contemporanéité avec le capitalisme occidental et le mouvement ouvrier. Ainsi, s’il y a bien pour le dernier Marx une tendance dominante dans l’histoire, celle qu’incarne l’expansion mondiale du capital, celui-ci ne s’impose pas de manière uniforme et implacable à l’ensemble de la planète. Les formations sociales qu’il rencontre sur sa route lui résistent et se réinventent à son contact, de sorte que le changement historique répond à ce que Lindner appelle une « contingence structurée ».

      De la prise en compte de ces rencontres entre différentes trajectoires historiques, il résulte une transformation de la critique marxienne. Cette critique ne porte en effet plus seulement sur l’exploitation salariale, mais aussi sur la domination coloniale. Or, dans la mesure où le colonialisme tend à dissoudre les rapports égalitaires qui règnent selon Marx dans les sociétés non-capitalistes, il n’est pas étonnant de le voir souligner la position relativement privilégiée qu’occuperaient les femmes dans ces sociétés, ce qui le mène à s’exprimer en faveur de l’abolition de la famille moderne. Et cet élargissement de la critique à la domination coloniale et masculine entraîne à son tour une transformation de la méthode de la critique. À lire conjointement l’introduction générale de Kolja Lindner et l’essai d’Urs Lindner sur les échos de la Commune de Paris dans la pensée de Marx, il semble en effet que celui-ci se soit réconcilié à la fin de sa vie avec la réflexion normative. Comme si, conscient de l’intersection des formes de domination et de la pluralisation des acteurs.trices historiques qu’elle entraîne (le prolétariat, mais aussi la paysannerie, les femmes et les colonisé.es), il se risquait enfin à dire ce que le communisme doit être : une société décentralisée et profondément égalitaire, non seulement du point de vue de l’accès aux moyens de production et aux produits du travail, mais aussi au niveau des processus collectifs de décision. Sur le plan de la philosophie politique, Marx s’affirmerait donc comme un théoricien de la « démocratie radicale ». Une démocratie qu’il ne se contente cependant pas de défendre sur le plan des principes, mais dont il relève la diffusion dans l’espace et la permanence dans le temps : des villages Iroquois aux faubourgs parisiens, de l’Inde précoloniale aux communautés formées par les paysan.es russes. D’où la conclusion saisissante des brouillons de la « Lettre à Zassoulitch », où le communisme apparaît comme « un retour des sociétés modernes au type archaïque de la propriété commune ».

      #propriété_privée #propriété_commune #commune #communisme

    • Marx et les marges du monde, Alain Greshhttps://blog.mondediplo.net/2011-08-08-Marx-et-les-marges-du-monde

      Certainement, Marx n’était pas un philosophe de la différence au sens post-moderne du terme, car la critique d’une entité supérieure, le capital, était au centre de son entreprise intellectuelle. Mais cette centralité ne signifiait pas l’exclusivité. La théorie sociale du Marx de la maturité tournait autour du concept de “totalité” qui n’offrait pas seulement l’avantage de laisser une grande place aux particularités et aux différences, mais aussi, dans certains cas, faisait de ces particularités – race, ethnie, ou nationalité – des éléments déterminants de la totalité. Kevin B. Anderson.

      #Différence #Totalité

  • « En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1015-En-prenant-des-mesures-contre-le

    Suite de la seconde émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 3 avril 2020 et mis en ligne le mardi 14 sur Radio Libertaire (89.4). Première partie disponible ici (.../...) « Il y a une connexion entre des pôles totalitaires dans la société » C : Cela fait penser au mouvement « Extinction rébellion » qui était très en vogue avant le confinement et ça me rappelle aussi les déclarations de Nicolas Hulot à propos (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Géopolitique, #Avant-gardisme, #Pandémie_2019-2020, #Gauchisme, #Écologisme, #Islamogauchisme, #Entretien, #Totalitarisme, (...)

    #Pseudo-subversion

  • « En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1014-En-prenant-des-mesures-contre-le

    Retranscription de la seconde émission « Offensive Sonore » consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 3 avril 2020 et mis en ligne le mardi 14 sur Radio Libertaire (89.4).

    Les corrections importantes ont été placées entre crochets.

    La base de la discussion était le brouillon, envoyé le 25 mars, du texte en question dont seules les deux premières parties étaient en ligne au moment de l’émission.

    Par ailleurs, pour éviter l’utilisation de Skype (Microsoft) ou de Watsapp (Facebook), le logiciel libre Jitsi Meet a été utilisé, Jami , également logiciel libre, ayant, malgré notre préférence a priori, présenté sur le coup une moindre qualité sonore et un inconfort d’enregistrement.

    #Lieux_Communs, #Politique, #Pandémie_2019-2020, #Entretien, #Totalitarisme, #Banlieue, #Psycho-sociologie, #Émeutes, Décence (...)

    #Décence_commune

  • « Une épidémie est ce moment où se révèlent les gens qui adhèrent ou non à l’intérêt collectif » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1013-Une-epidemie-est-ce-moment-ou-se

    Suite de l’émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 1er avril 2020 et mis en ligne le vendredi 10 sur Radio Libertaire (89.4). Voir la première partie (.../...) « Il y a au moins deux catégories visibles de la société qui se considèrent à part de notre monde commun et cela va rester dans les esprits » C : Tu dis à moment dans le texte que les clivages entre bourgeoisie et quartiers vont s’accentuer, (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Pandémie_2019-2020, #Entretien, #Totalitarisme, #Banlieue, #Psycho-sociologie, #Émeutes, Décence (...)

    #Décence_commune

  • Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie III
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1010-Premieres-remarques-sur-la-crise

    Voir la partie précédente : La question de la réaction sociale (…/…) 3 – Les mesures oligarchiques La deuxième strate d’analyse est bien entendu celle qui concerne les milieux oligarchiques, dont l’État. Ils sont un agrégat d’intérêts communs regroupant les sommets des pyramides médiatiques, économiques, politiques, policières, judiciaires, diplomatiques, dans une moindre mesure scientifiques et militaires, soit un ensemble hétérogène traversée de fractures. Il ne s’agit donc plus d’une « classe (...) #Analyses

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Prospective, #Pandémie_2019-2020, #Écologisme, #Article, #Empire, #Oligarchie, #Démocratie_directe, (...)

    #Totalitarisme

  • La #démocratie à l’épreuve du #coronavirus

    « Au printemps de 1832, quoique depuis trois mois le choléra eût glacé les esprits et jeté sur leur agitation je ne sais quel morne apaisement, Paris était dès longtemps prêt pour une commotion. Ainsi que nous l’avons dit, la grande ville ressemble à une pièce de canon ; quand elle est chargée, il suffit d’une étincelle qui tombe, le coup part. En juin 1832, l’étincelle fut la mort du général Lamarque. »

    Victor Hugo, Les Misérables

    Les épidémies n’emportent pas seulement les corps, elles mettent les sociétés en tension et les Etats en danger. Les effets de choix politiques de longue durée s’y révèlent, comme la déconstruction obstinée du service public de la santé, mais aussi de l’appareil de production industrielle (notamment de matériel de santé), qui laisse de nombreux pays, dont la France, singulièrement démunis face au virus[1]. Les institutions s’y trouvent mises à l’épreuve, et souvent le fossé entre les principes qu’elles professent et la réalité de leur pratique s’y donne à voir dans toute sa froide réalité. C’est le cas de la démocratie, mot fétiche s’il en est[2]. La démocratie telle que nous la connaissons, fondée sur l’élection de gouvernants supposés agir en faveur du peuple, est censée être le meilleur système politique, le mieux à même de protéger ses citoyens, de les consulter sur les décisions fondamentales, et de leur accorder une importance égale. Le coronavirus vient brutalement mettre cette supériorité démocratique en doute. Face à la pandémie, les Etats dits démocratiques, notamment la France, ne gèrent ni mieux, ni de manière plus démocratique, que les Etats dits autoritaires, en premier lieu la Chine. Alors que depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, et plus encore depuis la chute de l’URSS, les régimes démocratiques dominent la scène internationale, leurs difficultés à faire face à la pandémie affaiblit leurs prétentions hégémoniques. C’est d’autant plus vrai que l’inefficacité des démocraties n’a pas eu comme contrepartie un plus grand investissement démocratique : si les Etats démocratiques n’ont pas mieux affronté la crise, ce n’est pas parce qu’elles auraient passé plus de temps à consulter les citoyens, ou à construire des politiques plus égalitaires. Au contraire, non seulement les réponses des démocraties n’ont pas été plus efficaces, mais elles n’ont pas non plus été significativement plus démocratiques que celles de régimes autoritaires. De même qu’en 1832 l’épidémie de choléra avait révélé l’incurie de la monarchie de Juillet – et l’existence au cœur des villes d’une classe, le prolétariat, que la bourgeoisie laissait mourir dans sa misère – et failli emporter le régime par une insurrection, la pandémie actuelle révèle alors le vide des promesses démocratiques de nos régimes, mettant en danger l’idée démocratique elle-même.

    Une reconfiguration des espaces politiques

    La pandémie de Covid-19 distord notre horizon politique. Son caractère mondial nous rend inhabituellement attentifs à sa progression dans différents pays, aux réponses des différents gouvernements – et, par un jeu d’écho, à la manière dont notre propre pays est vu à l’extérieur. Mais le confinement restreint aussi drastiquement, dans la pratique, le champ de la réalité sociale vécue, nous poussant à nous investir exclusivement dans le foyer, l’immeuble, notre cercle familial et amical. A cette hyper-attention au très proche et au très lointain correspond une désagrégation soudaine de toute une série de niveaux intermédiaires. Alors que la France connaît depuis le 5 décembre un mouvement historique de contestation, les engagements se sont brutalement effrités. Le 5 mars, des dizaines de milliers de travailleur.es et d’usager.es des universités et de la recherche ont manifesté dans toute la France ; le 6 et 7 mars une coordination nationale des facs et labos en lutte a rassemblée 500 délégué.es venu.es de toute la France ; les 7 et 8 mars des manifestations féministes déterminées et massives ont battu le pavé… Tout ceci semble avoir entièrement disparu des préoccupations, notamment médiatiques, alors que les causes de ces mobilisations sont toujours présentes – comme en témoigne l’enfumage de Macron, promettant 5 milliards à la recherche sur 10 ans, une augmentation en-dessous des augmentations des années précédentes, et distribuée sous forme de primes, de contrats précaires et de financements de projets, prenant le contrepied de ce que les chercheur.es demandent[3]. La mascarade des élections municipales n’a pas intéressé grand monde, et les résultats n’ont fait l’objet d’aucun commentaire, ou si peu – contrairement au scandale sanitaire de leur maintien obstiné[4]. Les partis politiques eux-mêmes semblent s’être murés dans le silence, et il faut tendre l’oreille pour entendre les syndicats, alors même que la continuité du travail est au cœur de la stratégie économique de crise du gouvernement.

    Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’existerait désormais pour nous que le plus local et l’échelle internationale. Mais l’espace entre les deux est occupé par un seul acteur, massif autant que martial : l’Etat, et en particulier le pouvoir exécutif. Privés de nos collectifs et de nos solidarités, nous, individus, sommes laissés seuls face à l’Etat, qui nous protège et nous soigne dans les hôpitaux[5], qui contrôle nos activités par la police, et surtout qui parle, par la bouche de ses chefs, nous disant comment nous comporter, et nous grondant si l’on ne réagit pas assez vite ou assez bien à ses consignes, dont le contenu change quotidiennement. Mais jusque dans son omniprésence et dans la mise en scène frénétique de son activité, cet Etat révèle aussi ses faiblesses. Il ne peut même pas assurer des conditions minimales de sécurité à ses soignants, en fournissant masques et gel désinfectant. Mettre en œuvre le confinement de la population pose des problèmes logistiques massifs qui n’ont pas été anticipés. L’Etat se trouve d’autant plus en tension que toutes ses actions, tous ses discours, sont attendus, examinés, scrutés. Puisque lui seul occupe l’espace national, tous les regards sont sur lui, dans les médias professionnels comme sur les réseaux sociaux. Les représentants oscillent alors en permanence entre recherche de publicité, au risque de montrer leur incompétence et l’impuissance de l’Etat, et culte du secret, au nom de la raison d’Etat, mais surtout pour masquer le fait qu’ils naviguent à vue. Pour prendre un seul exemple, de multiples réunions ont lieu, avec l’armée, avec des scientifiques, il faut montrer qu’elles ont lieu, mais il ne faut pas dire aux citoyens ce qui s’y dit, ou bien plus tard, trop tard, quand les décisions ont déjà été prises. Cette centralité de l’Etat rend les dirigeants nerveux, et donc dangereux pour leurs citoyens. Ils prennent des mesures incohérentes, suspendent les libertés publiques, le code du travail, tout ce qui dans le droit pourrait encadrer leur action. Ils délaissent entièrement les cadres internationaux de discussion : l’ONU, l’Union européenne, toutes ces institutions supposément centrales dans la gouvernance contemporaine, et qui auraient toutes raisons de l’être face à une pandémie internationale, semblent simplement muettes, ou inaudibles. Chaque Etat européen décide de ses mesures dans son coin, comme si chacun avait, comme la Grande-Bretagne, fait son exit. La seule institution européenne que l’on entend, c’est la Banque centrale, qui active la planche à billets : lorsqu’il s’agit de la santé des entreprises, la coordination est possible ; mais qu’il s’agisse de la vie des habitants, et alors l’Etat reprend, seul, sa souveraineté la plus absolue.

    L’absence de réponse démocratique au virus

    Dans la gestion de cette crise, on peinerait à distinguer entre les réponses des Etats démocratiques et des régimes autoritaires, venant affaiblir encore un peu plus cette distinction si cruciale pour les dirigeants des démocraties occidentales. Dans les pays qui ont choisi des solutions dures de confinement généralisé, on trouve autant la plus grande puissance autoritaire mondiale, la Chine, que des démocraties européennes, qui plus est dirigées par des gouvernements socio-démocrates ou socio-libéraux : l’Italie, la France, l’Espagne. D’autres pays ont plutôt été, au moins dans un premier temps, dans un laisser-faire complet, comme les grandes démocraties libérales que sont les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne, mais aussi des régimes plus autoritaires, comme l’Iran. D’autres pays ont pris des mesures de tests massifs et de quarantaine stricte des malades, des démocraties comme Taiwan et la Corée du Sud, mais aussi la bien moins démocratique Singapour. Les réponses ont été variées, mais enjambent largement les typologies classiques entre régimes. Et une chose est certaine : les démocraties ne se sont pas montrées particulièrement plus efficaces, plus attentives à la santé de leur population, plus honnêtes dans leur communication ou plus soucieuses de la vérité que les régimes autoritaires. Pire : au moment même où Donald Trump ou Boris Johnson semblaient prêts à sacrifier des centaines de milliers de leurs citoyens et mettre en péril la sécurité sanitaire internationale, la Chine prétendait avoir vaincu l’épidémie et envoyait dans le monde entier des experts, des respirateurs et des stocks de masques. C’est un pan central des discours de légitimation des démocraties qui s’effondre. Alors que les démocraties étaient censées se caractériser par un plus grand attachement aux principes à la fois politiques et moraux d’ouverture, de transparence, de solidarité, tout autant que par leur efficacité à prendre soin de leurs citoyens, la pandémie vient révéler qu’il n’en est rien. Dans la crise, les Etats dits démocratiques agissent avant tout comme des Etats, ni pires ni meilleurs que des dictatures, et non comme des démocraties.

    Que voudrait dire, pour des Etats, agir en démocratie face à une pandémie ? Cela nécessiterait, a minima, que les citoyens soient réellement informés des choix possibles, qu’un débat public contradictoire puisse avoir lieu, que le pouvoir puisse être contesté dans ses décisions, voire que les citoyens soient associés au processus[6]. Là est le sens d’une démocratie comme pouvoir du peuple, pouvoir de l’ensemble des citoyens : aucune loi, aucun acte du gouvernement, ne doit être étranger au contrôle des citoyens, et quand c’est possible à leur participation directe. Il ne s’agit bien sûr pas d’éliminer, face à une crise sanitaire, la nécessité de prendre des décisions rapides et scientifiquement fondées : mais le moins que l’on puisse dire est que les dirigeants élus ont été d’une rare incompétence. Il n’est pas dit que le premier venu (ho boulomenos, n’importe qui, cette expression qui venait désigner, à Athènes, un citoyen pris au hasard), correctement informé par des scientifiques, aurait vraiment fait pire. En ce premier sens du mot démocratie, qu’on peut qualifier de politique, la démocratie comme pouvoir de l’ensemble des citoyens, les Etats dits démocratiques n’ont pas affronté la crise en utilisant des moyens démocratiques, mais les moyens, banals, qu’ils ont en commun avec tous les Etats, y compris les plus autoritaires. Par le secret, parfois le mensonge, sans contrôle ni des corps intermédiaires ni des citoyens, en prenant les décisions à quelques-uns, et en utilisant l’urgence bien réelle pour se faire attribuer des pouvoirs démesurés.

    L’Etat contre les pauvres

    Mais l’idée de démocratie comme pouvoir de l’ensemble des citoyens n’épuise pas les sens du mot. Il est un autre ensemble de significations qui donnent au mot un sens social : le demos, le peuple, vient aussi désigner la classe la plus nombreuse, c’est-à-dire les travailleurs, les pauvres, par opposition aux privilégiés, aux riches. Une démocratie est un régime qui agit en faveur des dominés, car il donne le pouvoir à la majorité, mais aussi parce qu’il vise la création d’une société plus égalitaire. Or, de ce point de vue, la gestion du gouvernement français apparaît comme encore plus radicalement anti-démocratique. Alors que les entreprises sont massivement soutenues, que les personnes exerçant un métier d’encadrement sont invitées à faire du télétravail, que les bourgeois des villes ont pu tranquillement s’installer dans leurs résidences secondaires et leurs maisons de famille, le message adressé par le gouvernement aux travailleurs, et en particulier aux ouvriers, a été clair : l’économie doit continuer, et pour cela nous sommes prêts à vous faire prendre tous les risques. La ministre du Travail a osé accuser de « défaitisme » les entreprises du BTP qui voulaient mettre en pause les chantiers non prioritaires. Les transports publics continuent de charrier quotidiennement, sans véritable mesure de protection pour ces mêmes conducteurs qui étaient l’objet du plus bas mépris par le gouvernement il y a quelques semaines, des millions de caissier.es, de travailleur.ses du nettoyage, d’ouvrier.es, de livreur.es, de postier.es, d’éboueur.es, et bien sûr de soignant.es. Les effets des dominations de classe, mais aussi de race (beaucoup de ces métiers voient une surreprésentation de racisé.es) et de genre (les métiers plus féminins du soin sont sursollicités, sans parler du poids de la garde des enfants en l’absence d’école, qui retombe massivement sur les femmes), se trouvent alors démultipliés.

    Le virus n’a que faire de notre classe, de notre race ou de notre genre, mais les modalités de sa gestion par le pouvoir restaure et amplifie l’ensemble des inégalités sociales. Les plus grandes capacités des riches, des hommes, des Blancs, à mobiliser des ressources leur permettant de s’extraire du travail, des transports publics, du soin des enfants ou des aîné.es, des courses dans des supermarchés bondés, tout en continuant à bénéficier du travail des pauvres, des femmes, des racisé.e.s va se transformer, face au virus, en plus grande chance d’échapper à la pandémie. Le seul filet de sécurité égalisateur est alors le service public de la santé, où les cas graves sont traités indépendamment de ces considérations – ce même service public que les gouvernements successifs n’ont eu de cesse de casser. Mais en dehors de ce maillon essentiel, tout dans la gestion de la crise renforce le poids des structures de domination. C’est visible dans le choix de continuer à mettre les pauvres au travail, mais aussi dans la gestion policière du confinement[7]. Dans les quartiers bourgeois désertés, non seulement les supermarchés restent ouverts, et relativement peu fréquentés, mais la présence policière est quasiment nulle. On croise des joggers, des employé.es de commerces faisant une pause, des SDF, des livreurs attendant une course… Au contraire, les quartiers populaires des grandes agglomérations sont l’objet d’un contrôle policier tatillon, d’autant plus insupportable que c’est là qu’il y a des problèmes d’approvisionnement, de promiscuité dans les marchés et supermarchés et de concentration de la population dans les rues – puisque c’est là que la densité d’habitations est la plus forte, les appartements les plus exigus et la proportion la plus faible de privilégiés pouvant télétravailler ou partir à la campagne. C’est là qu’ont lieu les contrôles, là que vont tomber les amendes, là que vont être prises les images montrant comment l’Etat fait bien régner l’ordre. Car au contrôle policier s’ajoute le mépris de médias relayant avec complaisance des images de bousculades dans ces quartiers, des commentateurs fustigeant l’irresponsabilité des pauvres et bien sûr des gouvernants faisant porter la responsabilité morale du confinement aux gens soi-disant indisciplinés, pour mieux camoufler leur culpabilité directe dans l’étendue de la catastrophe.

    Que restera-t-il des démocraties ?

    Les personnes, certainement majoritaires parmi les dirigeants, qui n’en ont cure de la démocratie et de ses valeurs égalitaires, ne voient peut-être pas le problème. Mais il faut prendre la mesure de ce basculement : le fait que les démocraties auto-proclamées ne se soient pas montrées plus efficaces qu’un régime autoritaire face à l’épidémie fait peser un danger véritable sur l’idée démocratique. Que le président élu des Etats-Unis envoie des centaines de milliers d’Américains au casse-pipe quand le secrétaire général du Parti communiste chinois envoie dans le monde entier experts et matériel, après avoir vaincu l’épidémie dans son pays, cela n’a rien d’anodin. On pourra sourire au retournement bienvenu de l’histoire, voire le saluer, par anti-impérialisme ; ce serait sous-estimer le danger réel que ce retournement fait peser sur la démocratie, non pas comme régime fondé sur l’élection des dirigeants, mais comme idée d’un pouvoir exercé par le peuple et pour le peuple. Le fait que les démocraties aient fait si peu de cas de l’avis des citoyens, comme le fait qu’elles aient si souvent, comme en France, pris des décisions qui mettent en danger les pauvres, les dominés, et protègent les entreprises et les riches, affaiblit encore le sens du mot démocratie. La démocratie, comme idée et comme pratique, a besoin que les gens y participent, y adhèrent, y croient. Et pour cela, il faut que la démocratie ait une substance, bien au-delà de l’élection ponctuelle des gouvernants, surtout quand le niveau de désagrégation des partis politiques permet à des Trump ou des Macron d’arriver au pouvoir. Si un virus suffit à éliminer toute spécificité des régimes démocratiques, toute valeur des principes démocratiques, il n’y a aucune raison que les gens y accordent de l’importance, surtout quand des régimes autoritaires se montrent plus efficaces dans la protection de la santé de leurs sujets. Le coronavirus ne met pas en danger la démocratie ; mais nos dirigeants, face au coronavirus, sont en train de sacrifier la démocratie pour dissimuler leur incompétence et se maintenir au pouvoir. Organiser entre nous la solidarité, se battre pour les services publics est plus que jamais nécessaire[8]. Mais face au danger que représentent nos dirigeants pour nos santés autant que pour l’idée démocratique, ce n’est pas suffisant. Nous ne pouvons remettre ces questions à l’après, à la fin de l’épidémie. Il faut, dès maintenant, rappeler les gouvernants à l’ordre, le seul ordre qui vaille en démocratie : celui du peuple[9].

    [1] Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent, La casse du siècle : A propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’agir, 2019. Frédéric Lordon, « Coronakrach », 11 mars 2020. Auriane Guilbaud, « Il n’est pas possible d’embaucher des milliers de soignants en un claquement de doigts », Le Monde, 13 mars 2020.

    [2] Je me permets de renvoyer ici au livre Démocratie, paru en février 2020 chez Anamosa.

    [3] https://universiteouverte.org/2020/03/19/5-milliards-des-effets-dannonce-mais-toujours-pas-de-moyens-pour-

    [4] Rémi Lefebvre, Nicolas Bué et Fabien Desage, « Le premier tour des municipales n’a pas eu lieu », Libération, 18 mars 2020. Laurent Le Gall, « Le coronavirus révélateur d’une démocratie grippée », Libération, 19 mars 2020.

    [5] Même si les services publics ne sont en fait pas une émanation de l’Etat, mais bien du public qu’ils servent, comme le rappellent Pierre Dardot et Christian Laval, « L’épreuve politique de la pandémie », Médiapart, 19 mars 2020

    [6] Yves Sintomer, « Face au coronavirus, les politiques n’ont pas eu le cran de poser le débat », Le Monde, 18 mars 2020

    [7] Sur les liens entre gestion policière de l’épidémie et contrôle social, voir « Contagion sociale Guerre de classe microbiologique en Chine », Chuang, février 2020, traduit par Des nouvelles du front

    [8] Michèle Riot-Sarcey et Jean-Louis Laville, « Le monde d’après-demain », Libération, 17 mars 2020. « Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité ! »

    [9] Merci à Aurélien Angel, Elisabeth Callot et Célia Keren pour leurs commentaires sur une première version de ce texte.

    https://samuelhayat.wordpress.com/2020/03/23/la-democratie-a-lepreuve-du-coronavirus

    #épidémie #service_public #production_industrielle #santé #autoritarisme #promesses_démocratiques #pandémie #Etat #banque_centrale #légitimité #échelles_géographiques #géographie_politique #incompétence #secret #mensonge #urgence #inégalités #travail #économie #classes_sociales #ouvriers #télétravail #BTP #transports_publics #domination #effets_de_domination #genre #inégalités_sociales #structures_de_domination #police #présence_policière #quartiers_populaires #amendes #contrôle_policier #responsabilité #irresponsabilité #culpabilité #mise_en_danger #incompétence #dictature #totalitarisme

    –----

    Petite citation choisie pour @davduf :

    Mais en dehors de ce maillon essentiel, tout dans la gestion de la crise renforce le poids des structures de domination. C’est visible dans le choix de continuer à mettre les pauvres au travail, mais aussi dans la gestion policière du confinement[7]. Dans les quartiers bourgeois désertés, non seulement les supermarchés restent ouverts, et relativement peu fréquentés, mais la présence policière est quasiment nulle. On croise des joggers, des employé.es de commerces faisant une pause, des SDF, des livreurs attendant une course… Au contraire, les quartiers populaires des grandes agglomérations sont l’objet d’un contrôle policier tatillon, d’autant plus insupportable que c’est là qu’il y a des problèmes d’approvisionnement, de promiscuité dans les marchés et supermarchés et de concentration de la population dans les rues – puisque c’est là que la densité d’habitations est la plus forte, les appartements les plus exigus et la proportion la plus faible de privilégiés pouvant télétravailler ou partir à la campagne. C’est là qu’ont lieu les contrôles, là que vont tomber les amendes, là que vont être prises les images montrant comment l’Etat fait bien régner l’ordre. Car au contrôle policier s’ajoute le mépris de médias relayant avec complaisance des images de bousculades dans ces quartiers, des commentateurs fustigeant l’irresponsabilité des pauvres et bien sûr des gouvernants faisant porter la responsabilité morale du confinement aux gens soi-disant indisciplinés, pour mieux camoufler leur culpabilité directe dans l’étendue de la catastrophe.

  • Surviving the Virus: An Anarchist #Guide

    Capitalism in Crisis—Rising Totalitarianism—Strategies of Resistance

    The pandemic is not going to pass in the next few weeks. Even if strict confinement measures succeed in cutting the number of infections down to what it was a month ago, the virus could resume spreading exponentially again as soon as the measures are suspended. The current situation is likely to continue for months—sudden curfews, inconsistent quarantines, increasingly desperate conditions—though it will almost certainly shift form at some point when the tensions within it boil over. To prepare for that moment, let’s protect ourselves and each other from the threat posed by the virus, think through the questions about risk and safety that the pandemic poses, and confront the disastrous consequences of a social order that was never designed to preserve our well-being in the first place.

    Surviving the Virus

    Longstanding anarchist forms of organization and security have a lot to offer when it comes to surviving the pandemic and the panic it is causing.
    Form an Affinity Group

    The prospect of quarantine tells us a lot about how we were already living. Those who live in close-knit families or joyous collective houses are in a much better situation than those in broken marriages and those who have big empty houses all to themselves. This is a good reminder of what really matters in life. Despite the models of safety that are represented by the bourgeois dream of nuclear family home ownership and the US foreign policy that reflects it, togetherness and care are much more important than the kind of security that depends on fencing out the whole world.

    “Social distancing” must not mean total isolation. We won’t be safer if our society is reduced to a bunch of atomized individuals. That would neither protect us from the virus nor from the stress of this situation nor from the power grabs that capitalists and state authorities are preparing to carry out. As much as the elderly are at risk from the virus, for example, older people are already dangerously isolated in this society; cutting them off from all contact with others will not preserve their physical or mental health. All of us need to be embedded in tight-knit groups in a way that maximizes both our safety and our collective capacity to enjoy life and take action.

    Choose a group of people you trust—ideally people you share day to day life with, all of whom share similar risk factors and levels of risk tolerance. For the purposes of surviving the virus, this is your affinity group, the basic building block of decentralized anarchist organization. You don’t necessarily need to live in the same building with them; the important thing is that you can cut down your risk factors to those you all share and feel comfortable with. If your group is too small, you’ll be isolated—and that will especially be a problem if you get sick. If your group is too big, you’ll face needless risk of infection.

    Talk with each other until you arrive at a set of shared expectations as to how you will engage with the risk of contagion. This could be anything from total physical isolation to remembering to use hand sanitizer after touching surfaces in public. Within your group, as long as no one has the virus, you can still hug, kiss, make food together, touch the same surfaces—as long as you agree about the level of risk you are collectively ready to tolerate and communicate about it when a new risk factor arises.

    This is what anarchists call security culture—the practice of establishing a set of shared expectations to minimize risk. When we’re dealing with police repression and the surveillance of the state, we protect ourselves by sharing information on a need-to-know basis. When we’re dealing with a virus, we protect ourselves by controlling the vectors along which contagions can spread.

    It’s never possible to avoid risk altogether. The point is to determine how much risk you are comfortable with and conduct yourself in such a way that if something goes wrong, you won’t have any regrets, knowing you have taken all the precautions you deemed necessary. Sharing your life with an affinity group, you get the best parts of both caution and conviviality.

    For resources on how to continue organizing via secure digital platforms with other comrades despite “social distancing,” read this: https://www.systemli.org/en/2020/03/15/solidarity-as-infrastructure.html.

    Form a Network

    Of course, your affinity group alone won’t suffice to meet all your needs. What if you need resources that none of you can safely access? What if you all get sick? You need to be connected to other affinity groups in a network of mutual aid, so that if any group in the network gets overwhelmed, the others can come to their aid. Participating in a network like this, you can circulate resources and support without all needing to expose yourselves to the same level of risk. The idea is that when people from different groups within the network interact, they employ much stricter safety measures, so as to minimize additional risk.

    The phrase “mutual aid” has been thrown around a lot lately, even by politicians. In its proper sense, mutual aid does not describe a program that provides unidirectional assistance for others the way a charity organization does. Rather, it is the decentralized practice of reciprocal care via which participants in a network make sure that everyone gets what they need, so that everyone has reason to be invested in everyone else’s well-being. This is not a matter of tit-for-tat exchange, but rather an interchange of care and resources that creates the sort of redundancy and resilience that can sustain a community through difficult times. Mutual aid networks thrive best when it is possible to build up reciprocal trust with others over a long period of time. You don’t have to know or even like everyone else in the network, but everyone has to give enough to the network that together, your efforts create a sense of abundance.

    The framework of reciprocity might seem to lend itself to social stratification, in which people from similar social classes with similar access to resources gravitate to each other in order to get the best return on the investment of their own resources. But groups from different backgrounds can have access to a wide range of different kinds of resources. In these times, financial wealth may prove much less valuable than experience with plumbing, the ability to speak a particular dialect, or social ties in a community you never thought you’d find yourself depending on. Everyone has good cause to extend their networks of mutual aid as far and wide as possible.

    The fundamental idea here is that it is our bonds with others that keep us safe, not our protection from them or our power over them. Preppers who have focused on building up a private stockpile of food, gear, and weapons are putting the pieces in place for an each-against-all apocalypse. If you put all your energy into individual solutions, leaving everyone around you to fight for survival on their own, your only hope is to outgun the competition. And even if you do—when there’s no one else to turn those guns on, you’ll be the last one left, and that gun will be the last tool at your disposal.
    How We Relate to Risk

    The appearance of a new potentially lethal contagion compels all of us to think about how we relate to risk. What’s worth risking our lives for?

    On reflection, most of us will conclude that—all other things being equal—risking our lives just to keep playing our role in capitalism is not worth it. On the other hand, it might be worth it to risk our lives to protect each other, to care for each other, to defend our freedom and the possibility of living in an egalitarian society.

    Just as being completely isolated is not safer for the elderly, trying to avoid risk entirely won’t keep us safe. If we keep strictly to ourselves while our loved ones get sick, our neighbors die, and the police state takes away every last vestige of our autonomy, we will not be safer. There are many different kinds of risk. The time is probably coming when we will have to rethink what risks we are prepared to take in order to live with dignity.

    This brings us to the question of how to survive all the needless tragedies that governments and the global economy are heaping upon us in the context of the pandemic—not to mention all the needless tragedies they were already creating. Fortunately, the same structures that can enable us to survive the virus together can also equip us to stand up to them.

    Surviving the Crisis

    Let’s be clear: totalitarianism is no longer a threat situated in the future. The measures being implemented around the world are totalitarian in every sense of the word. We are seeing unilateral government decrees imposing total travel bans, 24-hour-a-day curfews, veritable martial law, and other dictatorial measures.

    This is not to say that we should not be implementing measures to protect each other from the spread of the virus. It is simply to acknowledge that the measures that various governments are implementing are based in authoritarian means and an authoritarian logic. Think about how much more resources are being poured into the military, the police, the banks, and the stock market than into public health care and resources to help people survive this crisis. It’s still easier to get arrested for loitering than to get a test for the virus.

    Just as the virus shows us the truth about how we were already living—about our relationships and our homes—it also shows us that we were already living in an authoritarian society. The arrival of the pandemic just makes it formal. France is putting 100,000 police on the streets, 20,000 more than were deployed at the high point of the gilets jaunes protests. Refugees in need of asylum are being turned away along the borders between the US and Mexico and between Greece and Turkey. In Italy and Spain, gangs of police attack joggers in empty streets.
    https://vimeo.com/398582259

    In Germany, the police in Hamburg have taken advantage of the situation to evict a self-organized refugee tent that had been standing for several years. Despite the quarantine, the police in Berlin are still threatening to evict an anarchist collective bar. Elsewhere, police dressed in full pandemic stormtrooper regalia raided a refugee center.

    Worst of all, all this is occurring with the tacit consent of the general population. The authorities can do virtually anything in the name of protecting our health—right up to killing us.

    As the situation intensifies, we will likely see the police and the military employing increasingly lethal force. In many parts of the world, they are the only ones who are able to gather freely in large numbers. When police comprise the only social body that is able to gather en masse, there is no word other than “police state” to describe the form of society we live in.

    There have been signs that things were heading in this direction for decades. Capitalism used to depend on keeping a massive number of workers available to perform industrial labor—consequently, it was not possible to treat life as cheaply as it is treated today. As capitalist globalization and automation have diminished dependence on workers, the global workforce has shifted steadily into the service sector, doing work that is not essential to the functioning of the economy and therefore less secure and well-paid, while governments have become increasingly dependent on militarized police violence to control unrest and anger.

    If the pandemic goes on long enough, we will probably see more automation—self-driving cars pose less threat of infection to the bourgeoisie than Uber drivers—and the displaced workers will be divided up between the repression industries (police, military, private security, private military contractors) and precarious workers who are forced to take on great risk to make a few pennies. We’re accelerating into a future in which a digitally connected privileged class performs virtual labor in isolation while a massive police state protects them from an expendable underclass that takes most of the risks.

    Already, billionaire Jeff Bezos has added 100,000 jobs to Amazon, anticipating that his company will drive local stores everywhere out of business. Likewise, Bezos won’t give his Whole Foods employees paid leave despite the constant risk they face in the service sector—though he is giving them a $2 raise through April. In short, he still considers their lives worthless, but he admits that their deaths should be better paid.

    In this context, there is bound to be revolt. It is likely that we will see some social reforms aimed at placating the population—at least temporary ones to mitigate the impact of the pandemic—but that they will arrive alongside the ever-increasing violence of a state that no one can imagine doing without, insofar as it is misunderstood as the protector of our health.

    In fact, the state itself is the most dangerous thing to us, as it enforces the drastically uneven distribution of resources that compels us to face such imbalanced distributions of risk. If we want to survive, we can’t just demand more equitable policies—we also have to delegitimize and undermine the power of the state.
    Strategies of Resistance

    Towards that end, we’ll conclude with a few strategies for resistance that are already getting off the ground.
    Rent Strikes

    In San Francisco, the housing collective Station 40 has led the way by unilaterally declaring a rent strike in response to the crisis:

    “The urgency of the moment demands decisive and collective action. We are doing this to protect and care for ourselves and our community. Now more than ever, we refuse debt and we refuse to be exploited. We will not shoulder this burden for the capitalists. Five years ago, we defeated our landlord’s attempt to evict us. We won because of the the solidarity of our neighbors and our friends around the world. We are once again calling on that network. Our collective feels prepared for the shelter-in-place that begins at midnight throughout the bay area. The most meaningful act of solidarity for us in this moment is for everyone to go on strike together. We will have your back, as we know you will have ours. Rest, pray, take care of each other.”

    For millions of people who will not be able to pay their bills, this makes a virtue of necessity. Countless millions who live from one paycheck to the next have lost their jobs and income already and have no way to pay April’s rent. The best way to support them is for all of us to go on strike, rendering it impossible for the authorities to target everyone who does not pay. Banks and landlords should not be able to continue profiting on renters and mortgages when there is no way to earn money. That’s just common sense.

    This idea has already been circulating in many different forms. In Melbourne, Australia, the local branch of the Industrial Workers of the World is promoting a COVID-19 Rent Strike Pledge. Rose Caucus is calling for people to suspend rent, mortgage, and utility payments during the outbreak. In Washington state, Seattle Rent Strike is calling for the same. Chicago tenants are threatening a rent strike alongside people in Austin, St. Louis, and Texas. In Canada, there is organizing in Toronto, Kingston, and Montreal. Others have circulated documents calling for a rent and mortgage strike.

    For a rent strike to succeed on a countrywide level, at least one of these initiatives will have to gain enough momentum that large numbers of people will be certain they will not be left high and dry if they commit to participating. Yet rather than waiting for a single mass organization to coordinate a massive strike from above, it is best for these efforts to begin at the grassroots level. Centralized organizations often compromise early in the process of a struggle, undercutting the autonomous efforts that give such movements power. The best thing we could do to come out of this experience stronger would be to build networks that can defend themselves regardless of decisions from on high.

    Labor and Transit Strikes

    Hundreds of workers at the Atlantic shipyards in Saint-Nazaire went on strike yesterday. In Finland, bus drivers refused to take payments from riders in order to increase their safety from contagion and protest against the risks they are being exposed to, showing in the process that public transit could be free.

    If ever there was a good time for the embattled and precarious working class to show strength through strikes and work stoppages, this is it. For once, much of the general population will be sympathetic, as the interruption of business as usual can also diminish the risk of the virus spreading. Rather than seeking to improve the individual circumstances of particular employees through wage increases, we believe the most important thing is to build networks that can interrupt business as usual, disrupt the system as whole, and point towards the revolutionary introduction of alternative ways of living and relating. At this point, it is easier to imagine the abolition of capitalism than to imagine that even under these circumstances, it could be reformed to serve all of our needs in a just and equitable manner.
    Prison Revolts

    Revolts in Brazilian and Italian prisons have already resulted in several escapes, including mass escapes. The courage of these prisoners should remind us of all the targeted populations that are kept out of public view, who will suffer the most during catastrophes like this.

    It can also inspire us: rather than obeying orders and remaining in hiding as the entire world is converted into a matrix of prison cells, we can act collectively to break out.

    https://fr.crimethinc.com/2020/03/18/surviving-the-virus-an-anarchist-guide-capitalism-in-crisis-rising-to
    #anarchisme #coronavirus #résistance #totalitarisme #capitalisme #solidarité #réseau
    via @mobileborders

  • Coronavirus

    Raoul Vaneigem

    https://lavoiedujaguar.net/Coronavirus

    Contester le danger du coronavirus relève à coup sûr de l’absurdité. En revanche, n’est-il pas tout aussi absurde qu’une perturbation du cours habituel des maladies fasse l’objet d’une pareille exploitation émotionnelle et rameute cette incompétence arrogante qui bouta jadis hors de France le nuage de Tchernobyl ? Certes, nous savons avec quelle facilité le spectre de l’apocalypse sort de sa boîte pour s’emparer du premier cataclysme venu, rafistoler l’imagerie du déluge universel et enfoncer le soc de la culpabilité dans le sol stérile de Sodome et Gomorrhe.

    La malédiction divine secondait utilement le pouvoir. Du moins jusqu’au tremblement de terre de Lisbonne en 1755, lorsque le marquis de Pombal, ami de Voltaire, tire parti du séisme pour massacrer les jésuites, reconstruire la ville selon ses conceptions et liquider allègrement ses rivaux politiques à coups de procès « proto-staliniens ». On ne fera pas l’injure à Pombal, si odieux qu’il soit, de comparer son coup d’éclat dictatorial aux misérables mesures que le totalitarisme démocratique applique mondialement à l’épidémie de coronavirus.

    Quel cynisme que d’imputer à la propagation du fléau la déplorable insuffisance des moyens médicaux mis en œuvre ! Cela fait des décennies que le bien public est mis à mal (...)

    #coronavirus #apocalypse #Vaneigem #Tchernobyl #totalitarisme #bien_public #catastrophisme #capitalisme #vache_folle #dénaturation #peste_émotionnelle #Espagne #réflexion

  • Huile de palme à la Mède : plainte contre le #greenwashing de #Total - Greenpeace France
    https://www.greenpeace.fr/espace-presse/huile-de-palme-a-la-mede-plainte-contre-le-greenwashing-de-total

    Le site industriel de Total à La Mède fabrique des #agrocarburants principalement à partir d’huile de palme et est autorisé à importer 650 000 tonnes d’huiles par an. Cela entraîne un bond non négligeable de la consommation d’huile de palme en France, ce qui est problématique quand on sait que la production d’huile de palme est l’une des principales causes de #déforestation en Asie du Sud-Est [1]. La #monoculture du #palmier_à_huile contribue à la perte de la #biodiversité, à la destruction de milieux naturels remarquables et à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre par la déforestation induite [2].

    #climat #mensonges

  • De la haine nécessaire à la clôture totalitaire du sens
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1002-de-la-haine-necessaire-a-la-cloture-totalitaire

    Article paru dans la revue Topique, 2013, n°122, pp. 29-44. (Source) Résumé : Quelle place donner à l’« aptitude à la haine » freudienne, dans ce trajet individuel et collectif qui peut conduire de la différenciation identificatoire/identitaire nécessaire au repli et à l’aliénation ? La haine dans ses aspects destructeurs et constructeurs fait que la psyché rejette ce qu’elle n’est pas elle-même, et que l’institution sociale tend à se clore sur elle-même. Deux ordres d’effets psychiques et sociaux de la (...) Démarches personnelles - Psychè

    / Stephanatos G., #Psychanalyse, #Politique, #Totalitarisme, #Article, #Amour, #Guerre, Mortalité / (...)

    #Démarches_personnelles_-_Psychè #Stephanatos_G. #Mortalité_/_finitude
    https://www.cairn.info/revue-topique-2013-1-page-29.htm#

  • Le numérique carbure au charbon, par Sébastien Broca (Le Monde diplomatique, mars 2020)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/BROCA/61553

    Partenariats des géants de la Silicon Valley avec l’industrie pétrolière, consommation massive d’énergie et de ressources : contrairement à ce qu’on a longtemps affirmé, l’économie numérique n’est ni « immatérielle » ni « verte ». Elle produit des dommages écologiques importants, dont les conséquences sont très inégalement réparties à la surface du globe. C’est l’histoire d’un ingénieur de Microsoft que son employeur envoie à Atyraou, sur le plus grand site pétrolier du Kazakhstan, exploité par Chevron en (...)

    #Apple #Chevron #Exxon_Mobil #Google #Microsoft #Total #British_Petroleum_(BP) #Amazon #GoogleCloud #AWS #algorithme #domotique #écologie #minerais #BigData #CloudComputing #comportement #InternetOfThings #surveillance #travail (...)

    ##British_Petroleum__BP_ ##Greenpeace

  • Oil is the New Data
    https://logicmag.io/nature/oil-is-the-new-data

    Big Tech is forging a lucrative partnership with Big Oil, building a new carbon cloud that just might kill us all. I remember being nervous when I flew into Atyrau, Kazakhstan. Before boarding the flight, one of the business managers who organized the trip sent me a message with precise instructions on how to navigate the local airport : Once you land, get into the bus on the right side of the driver. This side opens to the terminal. Pass through immigration, pick up your luggage, and (...)

    #Apple #Chevron #Exxon_Mobil #Microsoft #Oracle #Total #algorithme #écologie #minerais #BigData #CloudComputing #Amazon #GoogleCloud #AWS #comportement #InternetOfThings #surveillance (...)

    ##travail
    https://images.ctfassets.net/e529ilab8frl/2JLIy42sPCr5MEuBgBd2Rc/bdbbe0654528219fce577feb516ab5ae/zerocool.jpg

  • #Cartographie de la galaxie des Frères Musulmans en France (Version 1)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?980-Cartographie-de-la-galaxie-des

    Ci-dessous une #Cartographie_de_la_galaxie_des_Frères_Musulmans_en_France, issue d’une collaboration, qui fait suite à notre cartographie de l’islamo-gauchisme en France. Comme elle, elle s’inscrit dans nos travaux antérieurs sur l’extrême-droite musulmane qu’est l’islamisme (voir le mot-clef « #Islam »). On lira par exemple : L’islamisme d’État En Marche… Ce que nous appelons extrême droite Page de ressources contre l’islam et son monde Islamisme, #Totalitarisme, impérialisme L’horizon impérial Cette (...) Cartographie de la galaxie des Frères Musulmans en France

    / Cartographie, #Lieux_Communs, #Politique, #Extrêmes-droites, Islam, #Multiculturalisme, #Immigration, (...)

  • #Russie : #Arctique, la nouvelle frontière

    La fonte de la #banquise et le dégel des terres offrent des perspectives de navigation permanente sur l’océan Arctique, dernière grande réserve mondiale d’hydrocarbures. La région attise les convoitises territoriales des grandes compagnies pétrolières et des Etats riverains, - le Groenland, les Etats-Unis, la Norvège - quitte à se disputer le tracé des frontières…

    La Russie montre sa toute puissance militaire pour exploiter un sous-sol riche en hydrocarbures et minerais rares. Construction de ports maritimes en eau profonde, développement d’énormes complexes destinés à l’exploitation et au transport du gaz naturel et de pétrole. Éternels oubliés des enjeux environnementaux et géostratégiques, les peuples indigènes voient leurs conditions de vie totalement bouleversées par cette conquête de l’Arctique. Voyage entre un ancien monde préservé et un nouveau monde industriel en train d’émerger.

    https://www.arte.tv/fr/videos/086954-000-A/russie-arctique-la-nouvelle-frontiere
    #film
    #film_documentaire #géographie_politique

    #transport_maritime #Russie #pétrole #énergie #Sibérie #gaz #minerai #extractivisme #cobalt #nickel #passage_du_Nord-Est #changement_climatique #climat #Baie_d'Huston #hydrocarbures #Yamal #Total #Novatec #Chine #ports #Christophe_de_Margerie #infrastructures #aéroports #investissements #conquête_territoriale #conquête_économique #peuples_autochtones #Nénètses #Nenets #terre #sédentarisation #nomadisme #armée #présence_militaire #force_spéciale_arctique #marine_militaire #militarisation_de_l'arctique #bases_navales #Grand_Nord #économie_polaire #USA #Etats-Unis #Alaska #ressources #Canada #Norvège #OTAN #tourisme #Groenland #croisières #tourisme_de_masse #tourisme

    ping @reka @simplicissimus

  • Climat : la longue marche ?
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?997-Climat-la-longue-marche

    Tribune publiée dans la revue « La décroissance » n°165, décembre 2019 - janvier 2020, aux côtés de celle des Amis de Bartleby que nous reproduisons à sa suite tant les deux textes nous semblent complémentaires. Lutter contre le nucléaire, la création d’un centre commercial, d’une rocade ou de tout autre grand projet nuisible en multipliant les comités de défense locaux, cela nous paraît une stratégie essentielle de l’écologie #Politique. Mais marcher vaguement « pour le climat », à l’instar des (...) #Analyses

    / #Lieux_Communs, Politique, #Prospective, #Écologisme, #Avant-gardisme, #Article, #Totalitarisme, #Oligarchie, #Pseudo-subversion, (...)

    #Récupération
    https://lesamisdebartleby.wordpress.com/2019/12/11/une-tribune-dans-la-decroissance

  • Unité et différences dans les insurrections de France et du Chili

    Raoul Vaneigem

    https://lavoiedujaguar.net/Unite-et-differences-dans-les-insurrections-de-France-et-du-Chili

    Lettre de Raoul Vaneigem aux insurgées et aux insurgés du Chili, pour faire suite à une demande de précision sur la notion de « bien public » (31 janvier 2020), suivie de « Réponse et nouvelles du Chili ».

    La France a occupé et continue d’occuper dans l’imaginaire des révolutions une place particulière. Elle est le pays où pour la première fois dans l’histoire une révolution a brisé l’immobilisme et l’obscurantisme qu’imposait la prépondérance d’une économie essentiellement fondée sur l’agriculture. Sa victoire n’a pas signifié le triomphe de la liberté, elle a seulement marqué la victoire d’une économie de libre-échange qui, très vite, a étouffé les aspirations à une vraie liberté.

    La vraie liberté, c’est la liberté vécue. Les philosophes des Lumières en avaient pris conscience. Les Diderot, d’Holbach, Rousseau, Voltaire en avaient gravé l’évidence dans la mémoire universelle, et avant eux les principaux penseurs de la Renaissance, Montaigne, La Boétie, Rabelais, Castellion (à qui l’on doit le propos « Tuer un homme, ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme »).

    Bien que présente dans nombre de pays d’Europe, la lutte pour la liberté revêt en France une singulière acuité. Dès les XIe et XIIe siècles les insurrections communalistes se multiplient et s’intensifient. Elles ont pour but de libérer les villes de l’autorité tyrannique de la classe aristocratique, dont les revenus viennent principalement des paysans, des serfs qui travaillent leurs terres. (...)

    #Vaneigem #insurrections #unité #différences #bien_public #France #Chili #Gilets_jaunes #communalisme #révolution #Mai68 #émancipation #totalitarisme #Résistance #acquis #autogestion #radicalité #liberté

  • Total en Ouganda: le tribunal judiciaire se déclare incompétent - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/300120/total-en-ouganda-le-tribunal-judiciaire-se-declare-incompetent
    #survie

    La sauvegarde des droits humains relève-t-elle du commerce ? C’est ce que semble indiquer la décision rendue jeudi 30 janvier par le tribunal judiciaire de Nanterre (autrefois appelé TGI). Dans cette affaire portée contre le géant pétrolier Total, plusieurs ONG – les Amis de la Terre France, Survie, AFIEGO, CRED, NAPE/Amis de la Terre Ouganda et NAVODA – reprochaient à la multinationale de ne pas se plier à ses nouvelles obligations légales créées par la loi sur le devoir de vigilance des multinationales de 2017.

    Très exactement, les associations demandaient à Total de réviser son plan de vigilance et de revoir sa mise en œuvre effective concernant un méga-projet pétrolier dont il est l’opérateur principal en Ouganda. Total y travaille sur un vaste projet d’extraction de pétrole – plus de 400 puits sur six champs situés dans un parc national protégé – et le plus grand oléoduc « chauffé » du monde – 1 445 kilomètres pour apporter le pétrole jusqu’à l’océan Indien via la Tanzanie.

    Interrogé en mai 2019 sur le risque environnemental d’opérer dans cette réserve, le groupe Total assurait pouvoir laisser à son départ « un environnement dans un meilleur état que celui qu’il a trouvé ». « Les opérations couvriront moins de 0,1 % de la superficie du parc », ajoutait Total.

    L’Ouganda n’a estimé que récemment, en 2006, ses #réserves_pétrolières. Celles-ci s’élèvent à 1,7 milliard de barils au moins, ce qui pourrait classer le pays aux alentours de la 30e place des producteurs mondiaux. Ces réserves se trouvent cependant dans le parc national de Murchison Falls, grand de 4 000 km2.

    La loi relative au devoir de vigilance permet d’obliger une entreprise à respecter ses obligations, le cas échéant, sous astreinte. « Total pourrait ainsi être contraint de revoir son plan de vigilance afin de réellement prendre en compte les impacts des activités du groupe pétrolier sur les populations locales et l’environnement, estimaient les ONG en 2019. Le juge pourrait aussi exiger la mise en œuvre effective de mesures urgentes pour prévenir des violations ou des dommages imminents. »

    Mais c’est finalement une tout autre décision qui a été rendue jeudi. Le tribunal judiciaire s’est en effet rangé à la position défendue par Total à l’audience le 12 décembre dernier, à savoir que seul le tribunal correctionnel est compétent.

    Dans sa décision, le tribunal indique en effet que « la société #TOTAL SA soulève une exception d’incompétence au profit du tribunal de commerce de Nanterre. Elle considère que les actions relatives au plan de vigilance des sociétés commerciales se rattachant directement à la gestion d’une société commerciale, relèvent de la compétence exclusive du tribunal de commerce ». Total « considère que l’élaboration et l’adoption du plan de vigilance constituent des actes de gestion fondamentaux pour la société », ajoute le tribunal.

    Ce dernier a donc renvoyé l’affaire au tribunal de commerce. Au grand dam des associations, qui craignent notamment que la justice commerciale soit plus favorable aux entreprises. Pour Juliette Renaud, responsable de campagne sur la régulation des multinationales aux Amis de la Terre, « il ne s’agit pas ici d’une question relevant simplement de la gestion de l’entreprise comme l’a argumenté Total : il est absurde que des représentants d’#entreprises élus par leurs pairs soient les plus à même de juger d’une situation si grave où des vies et des #écosystèmes entiers sont menacés ! ».

    [...]

    Et de fait, sur place, la situation n’a pas été facile pour les militants depuis le dépôt de la plainte. De retour en #Ouganda après avoir témoigné en France le 12 décembre, Jealousy Mugisha, leader d’une des communautés ougandaises affectées par le #méga-projet #pétrolier, a été arrêté à l’aéroport et retenu près de 9 heures par les autorités avant d’être libéré. Jealousy Mugisha avait déjà subi de fortes #intimidations la semaine précédant sa venue en France, l’obligeant à se cacher à #Kampala pendant une semaine.

    Le 23 décembre, des hommes inconnus ont tenté de s’introduire une première fois chez Fred Mwesigwa, agriculteur et second témoin ougandais au procès, et une nouvelle fois la nuit suivante, en forçant les portes métalliques et les structures en bois de sa maison. N’étant pas parvenu à forcer les portes, ces hommes ont enfermé Fred Mwesigwa chez lui avec des cadenas. Après ces agressions, il a pu se réfugier dans un lieu tenu secret.

    [...]

    À cette heure, on ne sait même pas combien l’exploitation pétrolière est susceptible de rapporter à l’Ouganda, dont le PIB s’élevait en 2018 à 28,36 milliards de dollars (730 dollars par habitants) – à mettre en regard de la capitalisation boursière de Total, évaluée à 130 milliards d’euros environ début 2019. Le gouvernement ougandais affirme que 80 % des gains iront au pays, mais les ONG sont échaudées par un épisode précédent, lorsque les entreprises ont refusé de payer les taxes normalement dues à l’occasion de rachats de titres.

    Enfin, le #parc_national de #Murchison_Falls compte des espèces protégées et est classé en zone humide d’importance internationale, précieuse pour la conservation des oiseaux, connue pour abriter des espèces rares, vulnérables et menacées. Le parc dans son ensemble abrite plus de 500 espèces d’animaux – différentes antilopes, lions, éléphants, hippopotames, phacochères – dont certaines menacées, comme la girafe de Rothschild.