• « En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1015-En-prenant-des-mesures-contre-le

    Suite de la seconde émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 3 avril 2020 et mis en ligne le mardi 14 sur Radio Libertaire (89.4). Première partie disponible ici (.../...) « Il y a une connexion entre des pôles totalitaires dans la société » C : Cela fait penser au mouvement « Extinction rébellion » qui était très en vogue avant le confinement et ça me rappelle aussi les déclarations de Nicolas Hulot à propos (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Géopolitique, #Avant-gardisme, #Pandémie_2019-2020, #Gauchisme, #Écologisme, #Islamogauchisme, #Entretien, #Totalitarisme, (...)

    #Pseudo-subversion

  • « En prenant des mesures contre le virus on peut être amenés à prendre des décisions qu’on n’osait pas trancher à cause de la bien-pensance » (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1014-En-prenant-des-mesures-contre-le

    Retranscription de la seconde émission « Offensive Sonore » consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 3 avril 2020 et mis en ligne le mardi 14 sur Radio Libertaire (89.4).

    Les corrections importantes ont été placées entre crochets.

    La base de la discussion était le brouillon, envoyé le 25 mars, du texte en question dont seules les deux premières parties étaient en ligne au moment de l’émission.

    Par ailleurs, pour éviter l’utilisation de Skype (Microsoft) ou de Watsapp (Facebook), le logiciel libre Jitsi Meet a été utilisé, Jami , également logiciel libre, ayant, malgré notre préférence a priori, présenté sur le coup une moindre qualité sonore et un inconfort d’enregistrement.

    #Lieux_Communs, #Politique, #Pandémie_2019-2020, #Entretien, #Totalitarisme, #Banlieue, #Psycho-sociologie, #Émeutes, Décence (...)

    #Décence_commune

  • « Une épidémie est ce moment où se révèlent les gens qui adhèrent ou non à l’intérêt collectif » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1013-Une-epidemie-est-ce-moment-ou-se

    Suite de l’émission consacrée à la discussion du texte « Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie », enregistrée le soir du vendredi 1er avril 2020 et mis en ligne le vendredi 10 sur Radio Libertaire (89.4). Voir la première partie (.../...) « Il y a au moins deux catégories visibles de la société qui se considèrent à part de notre monde commun et cela va rester dans les esprits » C : Tu dis à moment dans le texte que les clivages entre bourgeoisie et quartiers vont s’accentuer, (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Pandémie_2019-2020, #Entretien, #Totalitarisme, #Banlieue, #Psycho-sociologie, #Émeutes, Décence (...)

    #Décence_commune

  • Premières remarques sur la crise ouverte par la pandémie III
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1010-Premieres-remarques-sur-la-crise

    Voir la partie précédente : La question de la réaction sociale (…/…) 3 – Les mesures oligarchiques La deuxième strate d’analyse est bien entendu celle qui concerne les milieux oligarchiques, dont l’État. Ils sont un agrégat d’intérêts communs regroupant les sommets des pyramides médiatiques, économiques, politiques, policières, judiciaires, diplomatiques, dans une moindre mesure scientifiques et militaires, soit un ensemble hétérogène traversée de fractures. Il ne s’agit donc plus d’une « classe (...) #Analyses

    / #Lieux_Communs, #Politique, #Prospective, #Pandémie_2019-2020, #Écologisme, #Article, #Empire, #Oligarchie, #Démocratie_directe, (...)

    #Totalitarisme

  • La #démocratie à l’épreuve du #coronavirus

    « Au printemps de 1832, quoique depuis trois mois le choléra eût glacé les esprits et jeté sur leur agitation je ne sais quel morne apaisement, Paris était dès longtemps prêt pour une commotion. Ainsi que nous l’avons dit, la grande ville ressemble à une pièce de canon ; quand elle est chargée, il suffit d’une étincelle qui tombe, le coup part. En juin 1832, l’étincelle fut la mort du général Lamarque. »

    Victor Hugo, Les Misérables

    Les épidémies n’emportent pas seulement les corps, elles mettent les sociétés en tension et les Etats en danger. Les effets de choix politiques de longue durée s’y révèlent, comme la déconstruction obstinée du service public de la santé, mais aussi de l’appareil de production industrielle (notamment de matériel de santé), qui laisse de nombreux pays, dont la France, singulièrement démunis face au virus[1]. Les institutions s’y trouvent mises à l’épreuve, et souvent le fossé entre les principes qu’elles professent et la réalité de leur pratique s’y donne à voir dans toute sa froide réalité. C’est le cas de la démocratie, mot fétiche s’il en est[2]. La démocratie telle que nous la connaissons, fondée sur l’élection de gouvernants supposés agir en faveur du peuple, est censée être le meilleur système politique, le mieux à même de protéger ses citoyens, de les consulter sur les décisions fondamentales, et de leur accorder une importance égale. Le coronavirus vient brutalement mettre cette supériorité démocratique en doute. Face à la pandémie, les Etats dits démocratiques, notamment la France, ne gèrent ni mieux, ni de manière plus démocratique, que les Etats dits autoritaires, en premier lieu la Chine. Alors que depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, et plus encore depuis la chute de l’URSS, les régimes démocratiques dominent la scène internationale, leurs difficultés à faire face à la pandémie affaiblit leurs prétentions hégémoniques. C’est d’autant plus vrai que l’inefficacité des démocraties n’a pas eu comme contrepartie un plus grand investissement démocratique : si les Etats démocratiques n’ont pas mieux affronté la crise, ce n’est pas parce qu’elles auraient passé plus de temps à consulter les citoyens, ou à construire des politiques plus égalitaires. Au contraire, non seulement les réponses des démocraties n’ont pas été plus efficaces, mais elles n’ont pas non plus été significativement plus démocratiques que celles de régimes autoritaires. De même qu’en 1832 l’épidémie de choléra avait révélé l’incurie de la monarchie de Juillet – et l’existence au cœur des villes d’une classe, le prolétariat, que la bourgeoisie laissait mourir dans sa misère – et failli emporter le régime par une insurrection, la pandémie actuelle révèle alors le vide des promesses démocratiques de nos régimes, mettant en danger l’idée démocratique elle-même.

    Une reconfiguration des espaces politiques

    La pandémie de Covid-19 distord notre horizon politique. Son caractère mondial nous rend inhabituellement attentifs à sa progression dans différents pays, aux réponses des différents gouvernements – et, par un jeu d’écho, à la manière dont notre propre pays est vu à l’extérieur. Mais le confinement restreint aussi drastiquement, dans la pratique, le champ de la réalité sociale vécue, nous poussant à nous investir exclusivement dans le foyer, l’immeuble, notre cercle familial et amical. A cette hyper-attention au très proche et au très lointain correspond une désagrégation soudaine de toute une série de niveaux intermédiaires. Alors que la France connaît depuis le 5 décembre un mouvement historique de contestation, les engagements se sont brutalement effrités. Le 5 mars, des dizaines de milliers de travailleur.es et d’usager.es des universités et de la recherche ont manifesté dans toute la France ; le 6 et 7 mars une coordination nationale des facs et labos en lutte a rassemblée 500 délégué.es venu.es de toute la France ; les 7 et 8 mars des manifestations féministes déterminées et massives ont battu le pavé… Tout ceci semble avoir entièrement disparu des préoccupations, notamment médiatiques, alors que les causes de ces mobilisations sont toujours présentes – comme en témoigne l’enfumage de Macron, promettant 5 milliards à la recherche sur 10 ans, une augmentation en-dessous des augmentations des années précédentes, et distribuée sous forme de primes, de contrats précaires et de financements de projets, prenant le contrepied de ce que les chercheur.es demandent[3]. La mascarade des élections municipales n’a pas intéressé grand monde, et les résultats n’ont fait l’objet d’aucun commentaire, ou si peu – contrairement au scandale sanitaire de leur maintien obstiné[4]. Les partis politiques eux-mêmes semblent s’être murés dans le silence, et il faut tendre l’oreille pour entendre les syndicats, alors même que la continuité du travail est au cœur de la stratégie économique de crise du gouvernement.

    Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’existerait désormais pour nous que le plus local et l’échelle internationale. Mais l’espace entre les deux est occupé par un seul acteur, massif autant que martial : l’Etat, et en particulier le pouvoir exécutif. Privés de nos collectifs et de nos solidarités, nous, individus, sommes laissés seuls face à l’Etat, qui nous protège et nous soigne dans les hôpitaux[5], qui contrôle nos activités par la police, et surtout qui parle, par la bouche de ses chefs, nous disant comment nous comporter, et nous grondant si l’on ne réagit pas assez vite ou assez bien à ses consignes, dont le contenu change quotidiennement. Mais jusque dans son omniprésence et dans la mise en scène frénétique de son activité, cet Etat révèle aussi ses faiblesses. Il ne peut même pas assurer des conditions minimales de sécurité à ses soignants, en fournissant masques et gel désinfectant. Mettre en œuvre le confinement de la population pose des problèmes logistiques massifs qui n’ont pas été anticipés. L’Etat se trouve d’autant plus en tension que toutes ses actions, tous ses discours, sont attendus, examinés, scrutés. Puisque lui seul occupe l’espace national, tous les regards sont sur lui, dans les médias professionnels comme sur les réseaux sociaux. Les représentants oscillent alors en permanence entre recherche de publicité, au risque de montrer leur incompétence et l’impuissance de l’Etat, et culte du secret, au nom de la raison d’Etat, mais surtout pour masquer le fait qu’ils naviguent à vue. Pour prendre un seul exemple, de multiples réunions ont lieu, avec l’armée, avec des scientifiques, il faut montrer qu’elles ont lieu, mais il ne faut pas dire aux citoyens ce qui s’y dit, ou bien plus tard, trop tard, quand les décisions ont déjà été prises. Cette centralité de l’Etat rend les dirigeants nerveux, et donc dangereux pour leurs citoyens. Ils prennent des mesures incohérentes, suspendent les libertés publiques, le code du travail, tout ce qui dans le droit pourrait encadrer leur action. Ils délaissent entièrement les cadres internationaux de discussion : l’ONU, l’Union européenne, toutes ces institutions supposément centrales dans la gouvernance contemporaine, et qui auraient toutes raisons de l’être face à une pandémie internationale, semblent simplement muettes, ou inaudibles. Chaque Etat européen décide de ses mesures dans son coin, comme si chacun avait, comme la Grande-Bretagne, fait son exit. La seule institution européenne que l’on entend, c’est la Banque centrale, qui active la planche à billets : lorsqu’il s’agit de la santé des entreprises, la coordination est possible ; mais qu’il s’agisse de la vie des habitants, et alors l’Etat reprend, seul, sa souveraineté la plus absolue.

    L’absence de réponse démocratique au virus

    Dans la gestion de cette crise, on peinerait à distinguer entre les réponses des Etats démocratiques et des régimes autoritaires, venant affaiblir encore un peu plus cette distinction si cruciale pour les dirigeants des démocraties occidentales. Dans les pays qui ont choisi des solutions dures de confinement généralisé, on trouve autant la plus grande puissance autoritaire mondiale, la Chine, que des démocraties européennes, qui plus est dirigées par des gouvernements socio-démocrates ou socio-libéraux : l’Italie, la France, l’Espagne. D’autres pays ont plutôt été, au moins dans un premier temps, dans un laisser-faire complet, comme les grandes démocraties libérales que sont les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne, mais aussi des régimes plus autoritaires, comme l’Iran. D’autres pays ont pris des mesures de tests massifs et de quarantaine stricte des malades, des démocraties comme Taiwan et la Corée du Sud, mais aussi la bien moins démocratique Singapour. Les réponses ont été variées, mais enjambent largement les typologies classiques entre régimes. Et une chose est certaine : les démocraties ne se sont pas montrées particulièrement plus efficaces, plus attentives à la santé de leur population, plus honnêtes dans leur communication ou plus soucieuses de la vérité que les régimes autoritaires. Pire : au moment même où Donald Trump ou Boris Johnson semblaient prêts à sacrifier des centaines de milliers de leurs citoyens et mettre en péril la sécurité sanitaire internationale, la Chine prétendait avoir vaincu l’épidémie et envoyait dans le monde entier des experts, des respirateurs et des stocks de masques. C’est un pan central des discours de légitimation des démocraties qui s’effondre. Alors que les démocraties étaient censées se caractériser par un plus grand attachement aux principes à la fois politiques et moraux d’ouverture, de transparence, de solidarité, tout autant que par leur efficacité à prendre soin de leurs citoyens, la pandémie vient révéler qu’il n’en est rien. Dans la crise, les Etats dits démocratiques agissent avant tout comme des Etats, ni pires ni meilleurs que des dictatures, et non comme des démocraties.

    Que voudrait dire, pour des Etats, agir en démocratie face à une pandémie ? Cela nécessiterait, a minima, que les citoyens soient réellement informés des choix possibles, qu’un débat public contradictoire puisse avoir lieu, que le pouvoir puisse être contesté dans ses décisions, voire que les citoyens soient associés au processus[6]. Là est le sens d’une démocratie comme pouvoir du peuple, pouvoir de l’ensemble des citoyens : aucune loi, aucun acte du gouvernement, ne doit être étranger au contrôle des citoyens, et quand c’est possible à leur participation directe. Il ne s’agit bien sûr pas d’éliminer, face à une crise sanitaire, la nécessité de prendre des décisions rapides et scientifiquement fondées : mais le moins que l’on puisse dire est que les dirigeants élus ont été d’une rare incompétence. Il n’est pas dit que le premier venu (ho boulomenos, n’importe qui, cette expression qui venait désigner, à Athènes, un citoyen pris au hasard), correctement informé par des scientifiques, aurait vraiment fait pire. En ce premier sens du mot démocratie, qu’on peut qualifier de politique, la démocratie comme pouvoir de l’ensemble des citoyens, les Etats dits démocratiques n’ont pas affronté la crise en utilisant des moyens démocratiques, mais les moyens, banals, qu’ils ont en commun avec tous les Etats, y compris les plus autoritaires. Par le secret, parfois le mensonge, sans contrôle ni des corps intermédiaires ni des citoyens, en prenant les décisions à quelques-uns, et en utilisant l’urgence bien réelle pour se faire attribuer des pouvoirs démesurés.

    L’Etat contre les pauvres

    Mais l’idée de démocratie comme pouvoir de l’ensemble des citoyens n’épuise pas les sens du mot. Il est un autre ensemble de significations qui donnent au mot un sens social : le demos, le peuple, vient aussi désigner la classe la plus nombreuse, c’est-à-dire les travailleurs, les pauvres, par opposition aux privilégiés, aux riches. Une démocratie est un régime qui agit en faveur des dominés, car il donne le pouvoir à la majorité, mais aussi parce qu’il vise la création d’une société plus égalitaire. Or, de ce point de vue, la gestion du gouvernement français apparaît comme encore plus radicalement anti-démocratique. Alors que les entreprises sont massivement soutenues, que les personnes exerçant un métier d’encadrement sont invitées à faire du télétravail, que les bourgeois des villes ont pu tranquillement s’installer dans leurs résidences secondaires et leurs maisons de famille, le message adressé par le gouvernement aux travailleurs, et en particulier aux ouvriers, a été clair : l’économie doit continuer, et pour cela nous sommes prêts à vous faire prendre tous les risques. La ministre du Travail a osé accuser de « défaitisme » les entreprises du BTP qui voulaient mettre en pause les chantiers non prioritaires. Les transports publics continuent de charrier quotidiennement, sans véritable mesure de protection pour ces mêmes conducteurs qui étaient l’objet du plus bas mépris par le gouvernement il y a quelques semaines, des millions de caissier.es, de travailleur.ses du nettoyage, d’ouvrier.es, de livreur.es, de postier.es, d’éboueur.es, et bien sûr de soignant.es. Les effets des dominations de classe, mais aussi de race (beaucoup de ces métiers voient une surreprésentation de racisé.es) et de genre (les métiers plus féminins du soin sont sursollicités, sans parler du poids de la garde des enfants en l’absence d’école, qui retombe massivement sur les femmes), se trouvent alors démultipliés.

    Le virus n’a que faire de notre classe, de notre race ou de notre genre, mais les modalités de sa gestion par le pouvoir restaure et amplifie l’ensemble des inégalités sociales. Les plus grandes capacités des riches, des hommes, des Blancs, à mobiliser des ressources leur permettant de s’extraire du travail, des transports publics, du soin des enfants ou des aîné.es, des courses dans des supermarchés bondés, tout en continuant à bénéficier du travail des pauvres, des femmes, des racisé.e.s va se transformer, face au virus, en plus grande chance d’échapper à la pandémie. Le seul filet de sécurité égalisateur est alors le service public de la santé, où les cas graves sont traités indépendamment de ces considérations – ce même service public que les gouvernements successifs n’ont eu de cesse de casser. Mais en dehors de ce maillon essentiel, tout dans la gestion de la crise renforce le poids des structures de domination. C’est visible dans le choix de continuer à mettre les pauvres au travail, mais aussi dans la gestion policière du confinement[7]. Dans les quartiers bourgeois désertés, non seulement les supermarchés restent ouverts, et relativement peu fréquentés, mais la présence policière est quasiment nulle. On croise des joggers, des employé.es de commerces faisant une pause, des SDF, des livreurs attendant une course… Au contraire, les quartiers populaires des grandes agglomérations sont l’objet d’un contrôle policier tatillon, d’autant plus insupportable que c’est là qu’il y a des problèmes d’approvisionnement, de promiscuité dans les marchés et supermarchés et de concentration de la population dans les rues – puisque c’est là que la densité d’habitations est la plus forte, les appartements les plus exigus et la proportion la plus faible de privilégiés pouvant télétravailler ou partir à la campagne. C’est là qu’ont lieu les contrôles, là que vont tomber les amendes, là que vont être prises les images montrant comment l’Etat fait bien régner l’ordre. Car au contrôle policier s’ajoute le mépris de médias relayant avec complaisance des images de bousculades dans ces quartiers, des commentateurs fustigeant l’irresponsabilité des pauvres et bien sûr des gouvernants faisant porter la responsabilité morale du confinement aux gens soi-disant indisciplinés, pour mieux camoufler leur culpabilité directe dans l’étendue de la catastrophe.

    Que restera-t-il des démocraties ?

    Les personnes, certainement majoritaires parmi les dirigeants, qui n’en ont cure de la démocratie et de ses valeurs égalitaires, ne voient peut-être pas le problème. Mais il faut prendre la mesure de ce basculement : le fait que les démocraties auto-proclamées ne se soient pas montrées plus efficaces qu’un régime autoritaire face à l’épidémie fait peser un danger véritable sur l’idée démocratique. Que le président élu des Etats-Unis envoie des centaines de milliers d’Américains au casse-pipe quand le secrétaire général du Parti communiste chinois envoie dans le monde entier experts et matériel, après avoir vaincu l’épidémie dans son pays, cela n’a rien d’anodin. On pourra sourire au retournement bienvenu de l’histoire, voire le saluer, par anti-impérialisme ; ce serait sous-estimer le danger réel que ce retournement fait peser sur la démocratie, non pas comme régime fondé sur l’élection des dirigeants, mais comme idée d’un pouvoir exercé par le peuple et pour le peuple. Le fait que les démocraties aient fait si peu de cas de l’avis des citoyens, comme le fait qu’elles aient si souvent, comme en France, pris des décisions qui mettent en danger les pauvres, les dominés, et protègent les entreprises et les riches, affaiblit encore le sens du mot démocratie. La démocratie, comme idée et comme pratique, a besoin que les gens y participent, y adhèrent, y croient. Et pour cela, il faut que la démocratie ait une substance, bien au-delà de l’élection ponctuelle des gouvernants, surtout quand le niveau de désagrégation des partis politiques permet à des Trump ou des Macron d’arriver au pouvoir. Si un virus suffit à éliminer toute spécificité des régimes démocratiques, toute valeur des principes démocratiques, il n’y a aucune raison que les gens y accordent de l’importance, surtout quand des régimes autoritaires se montrent plus efficaces dans la protection de la santé de leurs sujets. Le coronavirus ne met pas en danger la démocratie ; mais nos dirigeants, face au coronavirus, sont en train de sacrifier la démocratie pour dissimuler leur incompétence et se maintenir au pouvoir. Organiser entre nous la solidarité, se battre pour les services publics est plus que jamais nécessaire[8]. Mais face au danger que représentent nos dirigeants pour nos santés autant que pour l’idée démocratique, ce n’est pas suffisant. Nous ne pouvons remettre ces questions à l’après, à la fin de l’épidémie. Il faut, dès maintenant, rappeler les gouvernants à l’ordre, le seul ordre qui vaille en démocratie : celui du peuple[9].

    [1] Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent, La casse du siècle : A propos des réformes de l’hôpital public, Raisons d’agir, 2019. Frédéric Lordon, « Coronakrach », 11 mars 2020. Auriane Guilbaud, « Il n’est pas possible d’embaucher des milliers de soignants en un claquement de doigts », Le Monde, 13 mars 2020.

    [2] Je me permets de renvoyer ici au livre Démocratie, paru en février 2020 chez Anamosa.

    [3] https://universiteouverte.org/2020/03/19/5-milliards-des-effets-dannonce-mais-toujours-pas-de-moyens-pour-

    [4] Rémi Lefebvre, Nicolas Bué et Fabien Desage, « Le premier tour des municipales n’a pas eu lieu », Libération, 18 mars 2020. Laurent Le Gall, « Le coronavirus révélateur d’une démocratie grippée », Libération, 19 mars 2020.

    [5] Même si les services publics ne sont en fait pas une émanation de l’Etat, mais bien du public qu’ils servent, comme le rappellent Pierre Dardot et Christian Laval, « L’épreuve politique de la pandémie », Médiapart, 19 mars 2020

    [6] Yves Sintomer, « Face au coronavirus, les politiques n’ont pas eu le cran de poser le débat », Le Monde, 18 mars 2020

    [7] Sur les liens entre gestion policière de l’épidémie et contrôle social, voir « Contagion sociale Guerre de classe microbiologique en Chine », Chuang, février 2020, traduit par Des nouvelles du front

    [8] Michèle Riot-Sarcey et Jean-Louis Laville, « Le monde d’après-demain », Libération, 17 mars 2020. « Face à la pandémie, retournons la « stratégie du choc » en déferlante de solidarité ! »

    [9] Merci à Aurélien Angel, Elisabeth Callot et Célia Keren pour leurs commentaires sur une première version de ce texte.

    https://samuelhayat.wordpress.com/2020/03/23/la-democratie-a-lepreuve-du-coronavirus

    #épidémie #service_public #production_industrielle #santé #autoritarisme #promesses_démocratiques #pandémie #Etat #banque_centrale #légitimité #échelles_géographiques #géographie_politique #incompétence #secret #mensonge #urgence #inégalités #travail #économie #classes_sociales #ouvriers #télétravail #BTP #transports_publics #domination #effets_de_domination #genre #inégalités_sociales #structures_de_domination #police #présence_policière #quartiers_populaires #amendes #contrôle_policier #responsabilité #irresponsabilité #culpabilité #mise_en_danger #incompétence #dictature #totalitarisme

    –----

    Petite citation choisie pour @davduf :

    Mais en dehors de ce maillon essentiel, tout dans la gestion de la crise renforce le poids des structures de domination. C’est visible dans le choix de continuer à mettre les pauvres au travail, mais aussi dans la gestion policière du confinement[7]. Dans les quartiers bourgeois désertés, non seulement les supermarchés restent ouverts, et relativement peu fréquentés, mais la présence policière est quasiment nulle. On croise des joggers, des employé.es de commerces faisant une pause, des SDF, des livreurs attendant une course… Au contraire, les quartiers populaires des grandes agglomérations sont l’objet d’un contrôle policier tatillon, d’autant plus insupportable que c’est là qu’il y a des problèmes d’approvisionnement, de promiscuité dans les marchés et supermarchés et de concentration de la population dans les rues – puisque c’est là que la densité d’habitations est la plus forte, les appartements les plus exigus et la proportion la plus faible de privilégiés pouvant télétravailler ou partir à la campagne. C’est là qu’ont lieu les contrôles, là que vont tomber les amendes, là que vont être prises les images montrant comment l’Etat fait bien régner l’ordre. Car au contrôle policier s’ajoute le mépris de médias relayant avec complaisance des images de bousculades dans ces quartiers, des commentateurs fustigeant l’irresponsabilité des pauvres et bien sûr des gouvernants faisant porter la responsabilité morale du confinement aux gens soi-disant indisciplinés, pour mieux camoufler leur culpabilité directe dans l’étendue de la catastrophe.

  • Surviving the Virus: An Anarchist #Guide

    Capitalism in Crisis—Rising Totalitarianism—Strategies of Resistance

    The pandemic is not going to pass in the next few weeks. Even if strict confinement measures succeed in cutting the number of infections down to what it was a month ago, the virus could resume spreading exponentially again as soon as the measures are suspended. The current situation is likely to continue for months—sudden curfews, inconsistent quarantines, increasingly desperate conditions—though it will almost certainly shift form at some point when the tensions within it boil over. To prepare for that moment, let’s protect ourselves and each other from the threat posed by the virus, think through the questions about risk and safety that the pandemic poses, and confront the disastrous consequences of a social order that was never designed to preserve our well-being in the first place.

    Surviving the Virus

    Longstanding anarchist forms of organization and security have a lot to offer when it comes to surviving the pandemic and the panic it is causing.
    Form an Affinity Group

    The prospect of quarantine tells us a lot about how we were already living. Those who live in close-knit families or joyous collective houses are in a much better situation than those in broken marriages and those who have big empty houses all to themselves. This is a good reminder of what really matters in life. Despite the models of safety that are represented by the bourgeois dream of nuclear family home ownership and the US foreign policy that reflects it, togetherness and care are much more important than the kind of security that depends on fencing out the whole world.

    “Social distancing” must not mean total isolation. We won’t be safer if our society is reduced to a bunch of atomized individuals. That would neither protect us from the virus nor from the stress of this situation nor from the power grabs that capitalists and state authorities are preparing to carry out. As much as the elderly are at risk from the virus, for example, older people are already dangerously isolated in this society; cutting them off from all contact with others will not preserve their physical or mental health. All of us need to be embedded in tight-knit groups in a way that maximizes both our safety and our collective capacity to enjoy life and take action.

    Choose a group of people you trust—ideally people you share day to day life with, all of whom share similar risk factors and levels of risk tolerance. For the purposes of surviving the virus, this is your affinity group, the basic building block of decentralized anarchist organization. You don’t necessarily need to live in the same building with them; the important thing is that you can cut down your risk factors to those you all share and feel comfortable with. If your group is too small, you’ll be isolated—and that will especially be a problem if you get sick. If your group is too big, you’ll face needless risk of infection.

    Talk with each other until you arrive at a set of shared expectations as to how you will engage with the risk of contagion. This could be anything from total physical isolation to remembering to use hand sanitizer after touching surfaces in public. Within your group, as long as no one has the virus, you can still hug, kiss, make food together, touch the same surfaces—as long as you agree about the level of risk you are collectively ready to tolerate and communicate about it when a new risk factor arises.

    This is what anarchists call security culture—the practice of establishing a set of shared expectations to minimize risk. When we’re dealing with police repression and the surveillance of the state, we protect ourselves by sharing information on a need-to-know basis. When we’re dealing with a virus, we protect ourselves by controlling the vectors along which contagions can spread.

    It’s never possible to avoid risk altogether. The point is to determine how much risk you are comfortable with and conduct yourself in such a way that if something goes wrong, you won’t have any regrets, knowing you have taken all the precautions you deemed necessary. Sharing your life with an affinity group, you get the best parts of both caution and conviviality.

    For resources on how to continue organizing via secure digital platforms with other comrades despite “social distancing,” read this: https://www.systemli.org/en/2020/03/15/solidarity-as-infrastructure.html.

    Form a Network

    Of course, your affinity group alone won’t suffice to meet all your needs. What if you need resources that none of you can safely access? What if you all get sick? You need to be connected to other affinity groups in a network of mutual aid, so that if any group in the network gets overwhelmed, the others can come to their aid. Participating in a network like this, you can circulate resources and support without all needing to expose yourselves to the same level of risk. The idea is that when people from different groups within the network interact, they employ much stricter safety measures, so as to minimize additional risk.

    The phrase “mutual aid” has been thrown around a lot lately, even by politicians. In its proper sense, mutual aid does not describe a program that provides unidirectional assistance for others the way a charity organization does. Rather, it is the decentralized practice of reciprocal care via which participants in a network make sure that everyone gets what they need, so that everyone has reason to be invested in everyone else’s well-being. This is not a matter of tit-for-tat exchange, but rather an interchange of care and resources that creates the sort of redundancy and resilience that can sustain a community through difficult times. Mutual aid networks thrive best when it is possible to build up reciprocal trust with others over a long period of time. You don’t have to know or even like everyone else in the network, but everyone has to give enough to the network that together, your efforts create a sense of abundance.

    The framework of reciprocity might seem to lend itself to social stratification, in which people from similar social classes with similar access to resources gravitate to each other in order to get the best return on the investment of their own resources. But groups from different backgrounds can have access to a wide range of different kinds of resources. In these times, financial wealth may prove much less valuable than experience with plumbing, the ability to speak a particular dialect, or social ties in a community you never thought you’d find yourself depending on. Everyone has good cause to extend their networks of mutual aid as far and wide as possible.

    The fundamental idea here is that it is our bonds with others that keep us safe, not our protection from them or our power over them. Preppers who have focused on building up a private stockpile of food, gear, and weapons are putting the pieces in place for an each-against-all apocalypse. If you put all your energy into individual solutions, leaving everyone around you to fight for survival on their own, your only hope is to outgun the competition. And even if you do—when there’s no one else to turn those guns on, you’ll be the last one left, and that gun will be the last tool at your disposal.
    How We Relate to Risk

    The appearance of a new potentially lethal contagion compels all of us to think about how we relate to risk. What’s worth risking our lives for?

    On reflection, most of us will conclude that—all other things being equal—risking our lives just to keep playing our role in capitalism is not worth it. On the other hand, it might be worth it to risk our lives to protect each other, to care for each other, to defend our freedom and the possibility of living in an egalitarian society.

    Just as being completely isolated is not safer for the elderly, trying to avoid risk entirely won’t keep us safe. If we keep strictly to ourselves while our loved ones get sick, our neighbors die, and the police state takes away every last vestige of our autonomy, we will not be safer. There are many different kinds of risk. The time is probably coming when we will have to rethink what risks we are prepared to take in order to live with dignity.

    This brings us to the question of how to survive all the needless tragedies that governments and the global economy are heaping upon us in the context of the pandemic—not to mention all the needless tragedies they were already creating. Fortunately, the same structures that can enable us to survive the virus together can also equip us to stand up to them.

    Surviving the Crisis

    Let’s be clear: totalitarianism is no longer a threat situated in the future. The measures being implemented around the world are totalitarian in every sense of the word. We are seeing unilateral government decrees imposing total travel bans, 24-hour-a-day curfews, veritable martial law, and other dictatorial measures.

    This is not to say that we should not be implementing measures to protect each other from the spread of the virus. It is simply to acknowledge that the measures that various governments are implementing are based in authoritarian means and an authoritarian logic. Think about how much more resources are being poured into the military, the police, the banks, and the stock market than into public health care and resources to help people survive this crisis. It’s still easier to get arrested for loitering than to get a test for the virus.

    Just as the virus shows us the truth about how we were already living—about our relationships and our homes—it also shows us that we were already living in an authoritarian society. The arrival of the pandemic just makes it formal. France is putting 100,000 police on the streets, 20,000 more than were deployed at the high point of the gilets jaunes protests. Refugees in need of asylum are being turned away along the borders between the US and Mexico and between Greece and Turkey. In Italy and Spain, gangs of police attack joggers in empty streets.
    https://vimeo.com/398582259

    In Germany, the police in Hamburg have taken advantage of the situation to evict a self-organized refugee tent that had been standing for several years. Despite the quarantine, the police in Berlin are still threatening to evict an anarchist collective bar. Elsewhere, police dressed in full pandemic stormtrooper regalia raided a refugee center.

    Worst of all, all this is occurring with the tacit consent of the general population. The authorities can do virtually anything in the name of protecting our health—right up to killing us.

    As the situation intensifies, we will likely see the police and the military employing increasingly lethal force. In many parts of the world, they are the only ones who are able to gather freely in large numbers. When police comprise the only social body that is able to gather en masse, there is no word other than “police state” to describe the form of society we live in.

    There have been signs that things were heading in this direction for decades. Capitalism used to depend on keeping a massive number of workers available to perform industrial labor—consequently, it was not possible to treat life as cheaply as it is treated today. As capitalist globalization and automation have diminished dependence on workers, the global workforce has shifted steadily into the service sector, doing work that is not essential to the functioning of the economy and therefore less secure and well-paid, while governments have become increasingly dependent on militarized police violence to control unrest and anger.

    If the pandemic goes on long enough, we will probably see more automation—self-driving cars pose less threat of infection to the bourgeoisie than Uber drivers—and the displaced workers will be divided up between the repression industries (police, military, private security, private military contractors) and precarious workers who are forced to take on great risk to make a few pennies. We’re accelerating into a future in which a digitally connected privileged class performs virtual labor in isolation while a massive police state protects them from an expendable underclass that takes most of the risks.

    Already, billionaire Jeff Bezos has added 100,000 jobs to Amazon, anticipating that his company will drive local stores everywhere out of business. Likewise, Bezos won’t give his Whole Foods employees paid leave despite the constant risk they face in the service sector—though he is giving them a $2 raise through April. In short, he still considers their lives worthless, but he admits that their deaths should be better paid.

    In this context, there is bound to be revolt. It is likely that we will see some social reforms aimed at placating the population—at least temporary ones to mitigate the impact of the pandemic—but that they will arrive alongside the ever-increasing violence of a state that no one can imagine doing without, insofar as it is misunderstood as the protector of our health.

    In fact, the state itself is the most dangerous thing to us, as it enforces the drastically uneven distribution of resources that compels us to face such imbalanced distributions of risk. If we want to survive, we can’t just demand more equitable policies—we also have to delegitimize and undermine the power of the state.
    Strategies of Resistance

    Towards that end, we’ll conclude with a few strategies for resistance that are already getting off the ground.
    Rent Strikes

    In San Francisco, the housing collective Station 40 has led the way by unilaterally declaring a rent strike in response to the crisis:

    “The urgency of the moment demands decisive and collective action. We are doing this to protect and care for ourselves and our community. Now more than ever, we refuse debt and we refuse to be exploited. We will not shoulder this burden for the capitalists. Five years ago, we defeated our landlord’s attempt to evict us. We won because of the the solidarity of our neighbors and our friends around the world. We are once again calling on that network. Our collective feels prepared for the shelter-in-place that begins at midnight throughout the bay area. The most meaningful act of solidarity for us in this moment is for everyone to go on strike together. We will have your back, as we know you will have ours. Rest, pray, take care of each other.”

    For millions of people who will not be able to pay their bills, this makes a virtue of necessity. Countless millions who live from one paycheck to the next have lost their jobs and income already and have no way to pay April’s rent. The best way to support them is for all of us to go on strike, rendering it impossible for the authorities to target everyone who does not pay. Banks and landlords should not be able to continue profiting on renters and mortgages when there is no way to earn money. That’s just common sense.

    This idea has already been circulating in many different forms. In Melbourne, Australia, the local branch of the Industrial Workers of the World is promoting a COVID-19 Rent Strike Pledge. Rose Caucus is calling for people to suspend rent, mortgage, and utility payments during the outbreak. In Washington state, Seattle Rent Strike is calling for the same. Chicago tenants are threatening a rent strike alongside people in Austin, St. Louis, and Texas. In Canada, there is organizing in Toronto, Kingston, and Montreal. Others have circulated documents calling for a rent and mortgage strike.

    For a rent strike to succeed on a countrywide level, at least one of these initiatives will have to gain enough momentum that large numbers of people will be certain they will not be left high and dry if they commit to participating. Yet rather than waiting for a single mass organization to coordinate a massive strike from above, it is best for these efforts to begin at the grassroots level. Centralized organizations often compromise early in the process of a struggle, undercutting the autonomous efforts that give such movements power. The best thing we could do to come out of this experience stronger would be to build networks that can defend themselves regardless of decisions from on high.

    Labor and Transit Strikes

    Hundreds of workers at the Atlantic shipyards in Saint-Nazaire went on strike yesterday. In Finland, bus drivers refused to take payments from riders in order to increase their safety from contagion and protest against the risks they are being exposed to, showing in the process that public transit could be free.

    If ever there was a good time for the embattled and precarious working class to show strength through strikes and work stoppages, this is it. For once, much of the general population will be sympathetic, as the interruption of business as usual can also diminish the risk of the virus spreading. Rather than seeking to improve the individual circumstances of particular employees through wage increases, we believe the most important thing is to build networks that can interrupt business as usual, disrupt the system as whole, and point towards the revolutionary introduction of alternative ways of living and relating. At this point, it is easier to imagine the abolition of capitalism than to imagine that even under these circumstances, it could be reformed to serve all of our needs in a just and equitable manner.
    Prison Revolts

    Revolts in Brazilian and Italian prisons have already resulted in several escapes, including mass escapes. The courage of these prisoners should remind us of all the targeted populations that are kept out of public view, who will suffer the most during catastrophes like this.

    It can also inspire us: rather than obeying orders and remaining in hiding as the entire world is converted into a matrix of prison cells, we can act collectively to break out.

    https://fr.crimethinc.com/2020/03/18/surviving-the-virus-an-anarchist-guide-capitalism-in-crisis-rising-to
    #anarchisme #coronavirus #résistance #totalitarisme #capitalisme #solidarité #réseau
    via @mobileborders

  • Coronavirus

    Raoul Vaneigem

    https://lavoiedujaguar.net/Coronavirus

    Contester le danger du coronavirus relève à coup sûr de l’absurdité. En revanche, n’est-il pas tout aussi absurde qu’une perturbation du cours habituel des maladies fasse l’objet d’une pareille exploitation émotionnelle et rameute cette incompétence arrogante qui bouta jadis hors de France le nuage de Tchernobyl ? Certes, nous savons avec quelle facilité le spectre de l’apocalypse sort de sa boîte pour s’emparer du premier cataclysme venu, rafistoler l’imagerie du déluge universel et enfoncer le soc de la culpabilité dans le sol stérile de Sodome et Gomorrhe.

    La malédiction divine secondait utilement le pouvoir. Du moins jusqu’au tremblement de terre de Lisbonne en 1755, lorsque le marquis de Pombal, ami de Voltaire, tire parti du séisme pour massacrer les jésuites, reconstruire la ville selon ses conceptions et liquider allègrement ses rivaux politiques à coups de procès « proto-staliniens ». On ne fera pas l’injure à Pombal, si odieux qu’il soit, de comparer son coup d’éclat dictatorial aux misérables mesures que le totalitarisme démocratique applique mondialement à l’épidémie de coronavirus.

    Quel cynisme que d’imputer à la propagation du fléau la déplorable insuffisance des moyens médicaux mis en œuvre ! Cela fait des décennies que le bien public est mis à mal (...)

    #coronavirus #apocalypse #Vaneigem #Tchernobyl #totalitarisme #bien_public #catastrophisme #capitalisme #vache_folle #dénaturation #peste_émotionnelle #Espagne #réflexion

  • De la haine nécessaire à la clôture totalitaire du sens
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1002-de-la-haine-necessaire-a-la-cloture-totalitaire

    Article paru dans la revue Topique, 2013, n°122, pp. 29-44. (Source) Résumé : Quelle place donner à l’« aptitude à la haine » freudienne, dans ce trajet individuel et collectif qui peut conduire de la différenciation identificatoire/identitaire nécessaire au repli et à l’aliénation ? La haine dans ses aspects destructeurs et constructeurs fait que la psyché rejette ce qu’elle n’est pas elle-même, et que l’institution sociale tend à se clore sur elle-même. Deux ordres d’effets psychiques et sociaux de la (...) Démarches personnelles - Psychè

    / Stephanatos G., #Psychanalyse, #Politique, #Totalitarisme, #Article, #Amour, #Guerre, Mortalité / (...)

    #Démarches_personnelles_-_Psychè #Stephanatos_G. #Mortalité_/_finitude
    https://www.cairn.info/revue-topique-2013-1-page-29.htm#

  • #Cartographie de la galaxie des Frères Musulmans en France (Version 1)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?980-Cartographie-de-la-galaxie-des

    Ci-dessous une #Cartographie_de_la_galaxie_des_Frères_Musulmans_en_France, issue d’une collaboration, qui fait suite à notre cartographie de l’islamo-gauchisme en France. Comme elle, elle s’inscrit dans nos travaux antérieurs sur l’extrême-droite musulmane qu’est l’islamisme (voir le mot-clef « #Islam »). On lira par exemple : L’islamisme d’État En Marche… Ce que nous appelons extrême droite Page de ressources contre l’islam et son monde Islamisme, #Totalitarisme, impérialisme L’horizon impérial Cette (...) Cartographie de la galaxie des Frères Musulmans en France

    / Cartographie, #Lieux_Communs, #Politique, #Extrêmes-droites, Islam, #Multiculturalisme, #Immigration, (...)

  • Climat : la longue marche ?
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?997-Climat-la-longue-marche

    Tribune publiée dans la revue « La décroissance » n°165, décembre 2019 - janvier 2020, aux côtés de celle des Amis de Bartleby que nous reproduisons à sa suite tant les deux textes nous semblent complémentaires. Lutter contre le nucléaire, la création d’un centre commercial, d’une rocade ou de tout autre grand projet nuisible en multipliant les comités de défense locaux, cela nous paraît une stratégie essentielle de l’écologie #Politique. Mais marcher vaguement « pour le climat », à l’instar des (...) #Analyses

    / #Lieux_Communs, Politique, #Prospective, #Écologisme, #Avant-gardisme, #Article, #Totalitarisme, #Oligarchie, #Pseudo-subversion, (...)

    #Récupération
    https://lesamisdebartleby.wordpress.com/2019/12/11/une-tribune-dans-la-decroissance

  • Unité et différences dans les insurrections de France et du Chili

    Raoul Vaneigem

    https://lavoiedujaguar.net/Unite-et-differences-dans-les-insurrections-de-France-et-du-Chili

    Lettre de Raoul Vaneigem aux insurgées et aux insurgés du Chili, pour faire suite à une demande de précision sur la notion de « bien public » (31 janvier 2020), suivie de « Réponse et nouvelles du Chili ».

    La France a occupé et continue d’occuper dans l’imaginaire des révolutions une place particulière. Elle est le pays où pour la première fois dans l’histoire une révolution a brisé l’immobilisme et l’obscurantisme qu’imposait la prépondérance d’une économie essentiellement fondée sur l’agriculture. Sa victoire n’a pas signifié le triomphe de la liberté, elle a seulement marqué la victoire d’une économie de libre-échange qui, très vite, a étouffé les aspirations à une vraie liberté.

    La vraie liberté, c’est la liberté vécue. Les philosophes des Lumières en avaient pris conscience. Les Diderot, d’Holbach, Rousseau, Voltaire en avaient gravé l’évidence dans la mémoire universelle, et avant eux les principaux penseurs de la Renaissance, Montaigne, La Boétie, Rabelais, Castellion (à qui l’on doit le propos « Tuer un homme, ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme »).

    Bien que présente dans nombre de pays d’Europe, la lutte pour la liberté revêt en France une singulière acuité. Dès les XIe et XIIe siècles les insurrections communalistes se multiplient et s’intensifient. Elles ont pour but de libérer les villes de l’autorité tyrannique de la classe aristocratique, dont les revenus viennent principalement des paysans, des serfs qui travaillent leurs terres. (...)

    #Vaneigem #insurrections #unité #différences #bien_public #France #Chili #Gilets_jaunes #communalisme #révolution #Mai68 #émancipation #totalitarisme #Résistance #acquis #autogestion #radicalité #liberté

  • #Papers_Please

    Papers, Please est un jeu vidéo indépendant d’observation et de réflexion créé par Lucas Pope et sorti en 2013 sur Windows et Mac OS X et 2014 sous Linux. Une version pour PlayStation Vita a été annoncée lors de la Gamescom 2014.

    Le jeu met le joueur dans la peau d’un agent de l’immigration chargé de contrôler les documents des personnes entrant dans l’État fictif d’#Arstotzka. Il se veut une critique des #totalitarismes.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Papers,_Please
    #jeu #jeu_vidéo #migrations #asile #réfugiés #frontières #totalitarisme #contrôles_frontaliers

    Le site du jeu :

    https://papersplea.se

  • Egypt Arrests Senior Editor of Independent News Outlet - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/11/23/world/middleeast/egypt-arrests-senior-editor-of-independent-news-outlet.html

    Egyptian security forces arrested a senior editor of the country’s last significant independent news outlet on Saturday, in a new peak to a six-year-old crackdown on press freedom under President Abdel Fattah el-Sisi.

    The editor in chief of the outlet, the online publication Mada Masr, said Saturday that a few weeks ago, the authorities had also deported another senior editor, who is an American citizen.

    Known for its pioneering investigative journalism and published in both Arabic and English, Mada Masr has remained a critical source of information for intellectuals and activists inside Egypt as well as for researchers and policymakers around the world. Since 2013, almost every other news organization in the country has come under the effective control of the government.

    #égypte #droits_humains #censure #sisi #totalitarisme

    • https://madamasr.com/en/2019/11/23/news/u/update-from-mada-masr-regarding-the-arrest-of-colleague-shady-zalat
      The whereabouts of Mada Masr editor Shady Zalat remain unknown 18 hours after he was detained in the early morning of November 23.

      While security forces told Shady’s wife that he had been being taken to the Giza Security Directorate, Hassan al-Azhari, Mada Masr’s lawyer, was told that Shady was not at the directorate when he visited the premises this morning. We now consider Shady disappeared.

      “Shady’s detention is not legal,” Azhari says. “He hasn’t yet been referred to an investigative authority yet, a delay that is a common practice used by authorities in Egypt in targeting journalists and others.”

      In addition to our deep concern for our colleague’s personal safety and well being, we view his arrest as an existential threat to Mada Masr. It comes in the wake of the largest arrest campaign since President Abdel Fattah al-Sisi formally came to power in 2014, with over 4,000 people detained since anti-government protests broke on September 20, according to rights groups. Activists, university professors, lawyers, journalists and political opposition figures have all been detained in recent weeks.

  • « L’alliance entre le #Gauchisme et l’islamisme prétend éviter la guerre » (2/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?975-L-alliance-entre-le-gauchisme-et-l

    Voir la partie précédente (.../...) C : Justement, là on est en pleine affaire [du rappeur] Médine [amené à psalmodier au Bataclan (ce qui ne s’est finalement pas fait)]. Et chez lui, il y a toujours un double sens aux termes : le mot #Islam veut dire paix mais veut dire soumission ; le mot djihad veut dire jihad contre soi-même, c’est-à-dire une espèce d’émancipation religieuse, et veut dire guerre d’extermination , c’est les deux en même temps… Donc il y a toujours une ambiguïté sur lequel on (...) #Comptes-rendus_d'interventions

    / #Politique, #Lieux_Communs, #Islamogauchisme, #Parti_médiatique, #Entretien, #Totalitarisme, #Extrêmes-droites, #Relativisme, Islam, (...)

    http://lahorde.samizdat.net/2018/03/13/cartographie-de-lextreme-droite-francaise-printemps-2018
    http://www.ikhwan.whoswho

  • « L’alliance entre le gauchisme et l’islamisme prétend éviter la guerre » (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?974-L-alliance-entre-le-gauchisme-et-l

    Retranscription de l’émission ’Offensive Sonore’ consacrée à la cartographie de l’islamo-gauchisme en France, diffusée le vendredi 21/07/2018 sur Radio Libertaire (89.4).

    Les quelques ajouts ont été mis entre crochets et en notes.

    Cyrille : Aujourd’hui, nous faisons une émission un peu spéciale. Il y a peu de temps le site Lieux Communs, en collaboration avec Offensive Sonore, a sorti une cartographie de l’islamo-gauchisme. C’est un thème que l’on a abordé à divers moments, concernant les problèmes de l’islam, de l’islamisme en France et de ses relais à gauche. Là on a sorti une infographie avec pas mal de noms assez connus. On a invité Rimso qui est un ancien du groupe Offensive Libertaire et Sociale et qui n’a pas forcément la même opinion que nous sur ce sujet. On va organiser un petit débat, avec Damien, Quentin de Lieux Communs et moi – donc on va dire deux personnes affiliées Offensive Sonore, trois personnes avec Rimso, et une personne de Lieux Communs. On va parler principalement du phénomène islamo-gauchiste. La première question, s’adresse à Quentin qui a créé (avec moi et un peu Damien) cette cartographie : pourquoi s’attaquer à l’islamo-gauchisme ? Qu’est-ce que l’islamo-gauchisme ? Alors brièvement en fait puisque après on va revenir sur ces questions d’islam, de gauchisme et finir sur la question de l’islamo-gauchisme.

    #Entretien, #Gauchisme, #Guerre, #Islam, #Islamogauchisme, #Lieux Communs, #Politique, #Pseudo-subversion, #Totalitarisme

  • Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide
    Pour l’abolition de toute reproduction artificielle de l’humain
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?996-Appel-contre-l-eugenisme-et-l

    (NB : « reproduction artificielle de l’humain » = FIV, DPI, GPA, machinations génétiques, gamètes et utérus artificiels, clonage, etc.)

    Cet appel a été publié dans le journal « La Décroissance » d’octobre 2019, à l’occasion de la révision de la loi dite « de bioéthique », légalisant de nouvelles extensions de la production et de la modification artificielles de l’humain.

    Les signataires (Les Amis de Bartleby, les Chimpanzés gascons, Hors-Sol, Lieux communs, Pièces et main d’œuvre, Resistenze al Nanomondo) invitent les lecteurs à diffuser cet appel et à débattre des moyens de s’opposer à ces progrès nécrotechnologiques.

    Versione in Italiano : https://www.resistenzealnanomondo.o...
    Appel contre l’eugénisme et l’anthropocide

    Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux.
    Ce crime, né du cerveau des biologistes [1] et commis avec les moyens de la médecine et de la génétique, se présente sous les dehors d’un bienfait et d’une émancipation pour l’humanité. Bienfait pour les victimes de stérilité (organique ou due à l’empoisonnement chimique et industriel du milieu), pour les femmes seules et les couples de même sexe naturellement inféconds. (...)

    #Anthropologie, #Déclaration, #Libéralisme, #Lieux_Communs, #Politique, #Progressisme, #Prospective, #Scientisme, #Technoscience, #Totalitarisme, #PMA

    • J’aimerai vraiment pouvoir déconstruire le rapport mercantile et normatif / capacitiste contenu dans une partie de la procréation assistée et plus encore dans la procréation dite artificielle. Mais quand un texte commence par une phrase comme « Un crime contre l’humanité a lieu sous nos yeux. » c’est juste, vraiment, décemment, politiquement, pas possible. C’est une outrance qui dépolitise totalement le propos en le mettant sous le joug d’un chantage non-dit d’une condamnation morale obligatoire.
      Sans moi.
      Et de plus en plus perturbée par la présence de tels textes par ici...

  • Mireille Delmas-Marty : « La “société de vigilance” risque de faire oublier la devise républicaine »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/10/24/mireille-delmas-marty-la-societe-de-vigilance-risque-de-faire-oublier-la-dev

    La « vigilance » prônée par le président Macron au motif de combattre le terrorisme risque d’entraîner un glissement vers un Etat de « suspicion », s’inquiète la juriste, pour qui se dessine un « culte de la sécurité ». Le monde est dangereux, et nous en sommes de plus en plus conscients, qu’il s’agisse de dangers concernant l’ensemble de la planète comme le changement climatique ou le risque nucléaire, ou menaçant plus particulièrement les êtres humains, comme les crises sociales, le désastre humanitaire (...)

    #algorithme #justice #vidéo-surveillance #reconnaissance #émotions #délation #surveillance (...)

    ##prédiction

  • Doit-on et peut-on défendre les oligarchies libérales ?
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?990-Doit-on-et-peut-on-defendre-les

    Texte paru dans « #Guerre et théorie de la guerre. Écrits politiques 1945-1997, VI », Éditions du Sandre, 2016, pp. 485-501. Ce document est plutôt une ébauche de texte du début des années 80, sans doute non relue par l’auteur, censée faire partie du second tome de « Devant la guerre », jamais paru. Les réserves d’usages quant à son contenu sont donc requise, selon l’expression consacrée. Voir la précision des éditeurs (également auteurs des notes) . Après de telles précautions, on est en droit de se (...) #Crises_économique,_sociale,_politique

    / Castoriadis C., #Politique, #Histoire, #Relativisme, Anéantissement / Génocide, #Article, #Totalitarisme, Guerre, #Oligarchie, (...)

    #Castoriadis_C. #Anéantissement_/_Génocide #Empire

  • The Wall. Growing Up Behind the Iron Curtain

    “I was born at the beginning of it all, on the Red side—the Communist side—of the Iron Curtain.” Through annotated illustrations, journals, maps, and dreamscapes, Peter Sís shows what life was like for a child who loved to draw, proudly wore the red scarf of a Young Pioneer, stood guard at the giant statue of Stalin, and believed whatever he was told to believe. But adolescence brought questions. Cracks began to appear in the Iron Curtain, and news from the West slowly filtered into the country. Sís learned about beat poetry, rock ’n’ roll, blue jeans, and Coca-Cola. He let his hair grow long, secretly read banned books, and joined a rock band. Then came the Prague Spring of 1968, and for a teenager who wanted to see the world and meet the Beatles, this was a magical time. It was short-lived, however, brought to a sudden and brutal end by the Soviet-led invasion. But this brief flowering had provided a glimpse of new possibilities—creativity could be discouraged but not easily killed.

    By joining memory and history, Sís takes us on his extraordinary journey: from infant with paintbrush in hand to young man borne aloft by the wings of his art. This title has Common Core connections.


    https://us.macmillan.com/books/9780374347017
    #livre #mur #guerre_froide #murs #barrières_frontalières #Tchécoslovaquie #dessin #BD #communisme #histoire #totalitarisme

  • Remembering the day the Eritrean press died

    Eritrea’s transformation into a police state started with a ban on independent media 16 years ago today.

    Exactly 16 years ago, on September 18, 2001, Eritrean President Isaias Afwerki and his clique banned seven independent newspapers and imprisoned 11 of the most senior government officials.

    That “#Black_Tuesday” was the start of Eritrea’s transformation into the police state that it is today. Before this happened, despite various challenges, Eritrean independent media briefly had created space for open discussion, even providing a forum for dissident political leaders.

    https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/remembering-day-eritrean-press-died-170918074330130.html
    #Erythrée #liberté_de_la_presse #presse #journalisme #histoire #totalitarisme #dictature #2001 #Etat_policier

  • L’effondrement du marxisme-léninisme
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?981-L-effondrement-du-marxisme

    Article paru dans Le Monde du 24 avril 1990 sous le titre « #Marxisme-léninisme, la pulvérisation », puis repris dans La Montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe IV. Éditions du Seuil, 1996, pages 38-50. Source I — Faillite d’une orthodoxie L’effondrement de l’Empire romain a duré trois siècles. Deux ans ont suffi, sans secours de barbares extérieurs, pour disloquer irréparablement le réseau mondial de pouvoir dirigé depuis Moscou, ses visées à l’hégémonie mondiale, les relations (...) Marxisme-léninisme

    / Castoriadis C., #Article, #Histoire, #Politique, #Scientisme, #Paléo-marxismes, #Totalitarisme, #Organisation_politique, #Revolution, Anéantissement / (...)

    #Castoriadis_C. #Anéantissement_/_Génocide
    http://liege.mpoc.be/doc/ecologiepolitique/precurseurs/Castoriadis_Effondrement%20du%20marxisme%20leninisme_1990.pdf

  • Eritrea in caduta libera sui diritti umani

    L’Eritrea di #Isaias_Afewerki è oggi uno dei peggiori regimi al mondo. Dove la guerra con l’Etiopia è usata per giustificare un servizio militare a tempo indeterminato. E dove avere un passaporto è quasi un miraggio. Gli ultimi attacchi sono stati rivolti agli ospedali cattolici.

    Il rispetto dei diritti umani in Eritrea è solo un ricordo che si perde nei tempi. La lista di violazioni è lunga e gli esempi recenti non mancano. L’ultima mossa del regime di Isaias Afewerki, al potere dal 1991, è stata quella di ordinare la chiusura dei centri sanitari gestiti dalla Chiesa cattolica nel paese, responsabile di una quarantina tra ospedali e scuole in zone rurali che garantiscono sanità e istruzione alle fette più povere della popolazione. Ebbene, qualche giorno fa in questi luoghi si sono presentati militari armati che hanno sfondato porte e cacciato fuori malati, vecchi e bambini. E preteso l’esproprio coatto degli immobili.

    Il 29 aprile, quattro vescovi avevano chiesto di aprire un dialogo con il governo per cercare una soluzione alla crescente povertà e mancanza di futuro per il popolo. Mentre il 13 giugno sono stati arrestati cinque preti ortodossi ultrasettantenni.

    Daniela Kravetz, responsabile dei rapporti tra Nazioni Unite e Africa, ha riportato che il 17 maggio «trenta cristiani sono stati arrestati durante un incontro di preghiera, mentre qualche giorno prima erano finiti in cella 141 fedeli, tra cui donne e bambini». L’Onu chiede ora che «con urgenza il Governo eritreo torni a permettere la libera scelta di espressione religiosa».

    Guerra Eritrea-Etiopia usata come scusa per il servizio militare a tempo indeterminato

    L’ex colonia italiana ha ottenuto di fatto l’indipendenza dall’Etiopia nel 1991, dopo un conflitto durato trent’anni. E nonostante la recente distensione tra Asmara e Addis Abeba, la guerra tra le due nazioni continua a singhiozzo lungo i confini.

    Sono ancora i rapporti con la vicina Etiopia, del resto, ad essere usati dal dittatore Afewerki per giustificare l’imposizione del servizio militare a tempo indeterminato. I ragazzi, infatti, sono arruolati verso i 17 anni e il servizio militare può durare anche trent’anni, con paghe miserabili e strazianti separazioni. Le famiglie si vedono portare via i figli maschi senza conoscerne la destinazione e i ragazzi spesso non tornano più.

    Le città sono prevalentemente abitate da donne, anziani e bambini. E per chi si oppone le alternative sono la prigione, se non la tortura. Uno dei sistemi più usati dai carcerieri è la cosiddetta Pratica del Gesù, che consiste nell’appendere chi si rifiuta di collaborare, con corde legate ai polsi, a due tronchi d’albero, in modo che il corpo assuma la forma di una croce. A volte restano appesi per giorni, con le guardie che di tanto in tanto inumidiscono le labbra con l’acqua.

    Eritrea: storia di un popolo a cui è vietato viaggiare

    l passaporto, che solo i più cari amici del regime ottengono una volta raggiunta la maggiore età, per la popolazione normale è un miraggio. Il prezioso documento viene consegnato alle donne quando compiono 40 anni e agli uomini all’alba dei 50. A quell’età si spera che ormai siano passate forza e voglia di lasciare il paese.

    Oggi l’Eritrea è un inferno dove tutti spiano tuttti. Un paese sospettoso e nemico d chiunque, diventato sotto la guida di Afewerki uno dei regimi più totalitari al mondo, dove anche parlare al telefono è rischioso.

    E pensare che negli anni ’90, quando l’Eritrea si separò dall’Etiopia, era vista come la speranza dell’Africa. Un paese attivo, pieno di potenziale, che si era liberato da solo senza chiedere aiuto a nessuno. Il mondo si aspettava che diventasse la Taiwan del Corno d’Africa, grazie anche a una cultura economica che gli altri stati se la sognavano.

    L’Ue investe in Etiopia ed Eritrea

    L’Unione europea sta per erogare 312 milioni di euro di aiuti al Corno d’Africa per la costruzione di infrastrutture che consentiranno di far transitare merci dall’Etiopia al mare, attraversando quindi l’Eritrea. Una decisione su cui ha preso posizione Reportes sans frontières, che chiede la sospensione di questo finanziamento ad un paese che, si legge in una nota, «continua a violare i diritti umani, la libertà di espressione e e di informazione e detiene arbitrariamente, spesso senza sottoporli ad alcun processo, decine di prigionieri politici, tra cui molti giornalisti».

    Cléa Kahn-Sriber, responsabile di Reporter sans frontières in Africa, ha dichiarato essere «sbalorditivo che l’Unione europea sostenga il regime di Afeweki con tutti questi aiuti senza chiedere nulla in cambio in materia di diritti umani e libertà d’espressione. Il regime ha più giornalisti in carcere di qualsiasi altro paese africano. Le condizioni dei diritti umani sono assolutamente vergognose».

    La Fondazione di difesa dei Diritti umani per l’Eritrea con sede in Olanda e composta da eritrei esiliati sta intraprendendo azioni legali contro l’Unione europea. Secondo la ricercatrice universitaria eritrea Makeda Saba, «l’Ue collaborerà e finanzierà la #Red_Sea_Trading_Corporation, interamente gestita e posseduta dal governo, società che il gruppo di monitoraggio dell’Onu su Somalia ed Eritrea definisce coinvolta in attività illegali e grigie nel Corno d’africa, compreso il traffico d’armi, attraverso una rete labirintica multinazionale di società, privati e conti bancari». Un bel pasticcio, insomma.

    Pericoloso lasciare l’Eritrea: il ruolo delle ambasciate

    Chi trova asilo in altre nazioni vive spiato e minacciato dai propri connazionali. Lo ha denunciato Amnesty International, secondo cui le nazioni dove i difensori dei diritti umani eritrei corrono i maggiori rischi sono Kenya, Norvegia, Olanda, Regno Unito, Svezia e Svizzera. Nel mirino del potere eritreo ora c’è anche un prete candidato al Nobel per la pace nel 2015, Mussie Zerai.

    «I rappresentanti del governo eritreo nelle ambasciate impiegano tutte le tattiche per impaurire chi critica l’amministrazione del presidente Afewerki, spiano, minacciano di morte. Chi è scappato viene considerato traditore della patria, sovversivo e terrorista».

    In aprile il ministro dell’Informazione, #Yemane_Gebre_Meskel, e gli ambasciatori di Giappone e Kenia hanno scritto su Twitter post minacciosi contro gli organizzatori e i partecipanti ad una conferenza svoltasi a Londra dal titolo “Costruire la democrazia in Eritrea”. Nel tweet, #Meskel ha definito gli organizzatori «collaborazionisti».

    Non va meglio agli esiliati in Kenya. Nel 2013, a seguito del tentativo di registrare un’organizzazione della società civile chiamata #Diaspora_eritrea_per_l’Africa_orientale, l’ambasciata eritrea ha immediatamente revocato il passaporto del presidente e co-fondatore, #Hussein_Osman_Said, organizzandone l’arresto in Sud Sudan. L’accusa? Partecipare al terrorismo, intento a sabotare il governo in carica.

    Amnesty chiede quindi «che venga immediatamente sospeso l’uso delle ambasciate all’estero per intimidire e reprimere le voci critiche».

    Parlando delle ragioni che hanno scatenato l’ultimo atto di forza contro gli ospedali, padre Zerai ha detto che «il regime si è giustificato facendo riferimento a una legge del 1995, secondo cui le strutture sociali strategiche come ospedali e scuole devono essere gestite dallo stato».

    Tuttavia, questa legge non era mai stata applicata e non si conoscono i motivi per cui all’improvviso è cominciata la repressione. Padre Zerai la vede così: «La Chiesa cattolica eritrea è indipendente e molto attiva nella società, offre supporto alle donne, sostegno ai poveri e ai malati di Aids ed è molto ascoltata». A preoccupare il padre, e non solo lui, sono ora «il silenzio dell’Unione europea e della comunità internzionale. Siamo davati a crimini gravissimi e il mondo tace».

    https://www.osservatoriodiritti.it/2019/07/04/eritrea-news-etiopia-guerra
    #droits_humains #Erythrée #COI #Afewerki #service_militaire #guerre #Ethiopie #religion #passeport #torture #totalitarisme #dictature #externalisation #UE #EU #aide_au_développement #coopération_au_développement #répression #Eglise_catholique

  • Sacro-sainte paranoïa — La complaisance dans l’outrage
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?279-sacro-sainte-paranoia

    Dernier chapitre du #Livre de Hamed Abdel-Samad, « le fascisme islamique. Une analyse » (Grasset, 2017) Source En janvier 2015, les deux frères qui ont pris d’assaut la rédaction de Charlie Hebdo et abattu douze personnes de sang-froid estimaient qu’en publiant des caricatures de Mahomet, le journal satirique livrait une #Guerre contre l’islam et son Prophète. Frénétiquement convaincus de cette offense, ils pensaient que leur acte laverait l’honneur du Prophète et entraînerait la victoire de l’islam. (...)

    #Dynamiques_Géopolitiques

    / #Anthropologie, #Psychiatrie, Guerre, Abdel-Samad H., #Islam, Livre, #Islamogauchisme, #Totalitarisme, Type (...)

    #Abdel-Samad_H. #Type_anthropologique
    « https://www.fichier-pdf.fr/2017/03/24/le-fascisme-islamique-hamed-abdel-samad/le-fascisme-islamique-hamed-abdel-samad.pdf »
    « http://antisemitismus.net/shoah/verschwoerung.htm »
    « https://www.gutenberg.org/files/1497/1497-h/1497-h.htm »
    « http://www.fr-online.de/spezials/das-gespraech--der-islam-ist-krank- »
    « http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/fr/speeches/2006/september/documents/hf_ben-xvi_spe_20060912_university-regensburg.html »
    « http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/7112929.stm »
    « http://www.sueddeutsche.de/sport/fussball-bundesliga-der-prophet-auf-schalke-1.178014 »
    « http://www.independent.co.uk/arts-entertainment/tv/news/south-park-censored-after-death-threats-from-islamists-1951971.html »

  • Maintien de l’ordre : « Il y a eu des blessures graves. C’est toujours malheureux. L’échec, il est collectif » selon le syndicat Unité SGP Police-FO
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/policiers-renvoyes-en-correctionnelle-la-justice-prend-une-tournure-pol

    Grégory Joron, le secrétaire national CRS pour le syndicat, estime que « les policiers de terrain vont servir de bouc-émissaire et vont être donnés en pâture à la vindicte populaire ».

    Un policier ne serait pas un justiciable comme un autre ?

    Aujourd’hui ce n’est plus un justiciable comme un autre. C’est bien cela le problème. J’ai envie de poser une question. Quand on se trompe de dispositif, quand le dispositif n’est pas à la hauteur de l’enjeu, quand mes collègues sont envoyés sans être formés, ni équipés du bon matériel et que, de fait, ils font avec ce qu’ils peuvent et comme ils peuvent, personne ne se pose la question de savoir qui va être le lampiste de l’affaire et se retrouver devant le tribunal. La réponse on l’a aujourd’hui. Ce sont les policiers de terrain qui, sur certaines journées, ont assuré et ont tenu la République à bout de bras. Ces collègues-là, qui ont risqué leur vie, vont se retrouver devant le tribunal correctionnel entre un délinquant de la route et un agresseur sexuel.

    Vous mettez en cause la hiérarchie ?

    Bien évidemment. Nous on l’a mise en cause dès le premier jour. On a été reçus deux fois chez le ministre au sujet de la stratégie du maintien de l’ordre sur Paris. Le préfet de police n’a pas été entendu. On lui a donné un poste de conseiller d’Etat, alors que mes collègues se retrouvent devant le tribunal. Encore une fois ce sont les policiers de terrain qui vont servir de bouc-émissaire et donnés en pâture à la vindicte populaire.

    En quoi y a-t-il une dimension politique dans les propos du procureur de Paris ?

    On a l’impression que c’est une réponse à la pression médiatique. Il va falloir chercher des responsabilités. Et les responsabilités on va aller au plus simple. C’est le collègue de terrain, qui a fait comme il a pu et avec ce qu’il avait, que l’on va incriminer sur une crise qui était hautement politique. Il y a eu des blessures graves. C’est toujours malheureux. L’échec, il est collectif. Ce n’est pas l’échec d’un seul individu tout seul derrière son LBD. C’est l’échec d’un ministère, d’un dispositif et c’est un échec absolu à chaque fois qu’il y a un blessé de cet ordre-là. Je m’interroge très clairement, pas sur l’indépendance de la justice, mais sur son impartialité.

    #maintien_de_l'ordre #giletsjaunes #police #justice

  • Le nouveau régime
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Le-nouveau-regime,958

    Dans les pays occidentaux, il est devenu aussi dangereux de critiquer l’islam que ça l’était autrefois de dénoncer le “socialisme réellement existant” en URSS. Toute remarque envers un certain “prophète” ou ses sectateurs entraîne un péril mortel et une traque pseudo-judiciaire pour crime imaginaire d’“islamophobie”. Cette atmosphère de terreur musulmane est encouragée et assistée par les techniques de falsification héritées du marxisme-léninisme. Tout ce qui se rattache au socialisme et au communisme ayant (...)

    Fargette G.

    / Fargette G., #Politique, #Islamogauchisme, #Islam, #Totalitarisme, #Tract, #Immigration, #Oligarchie, (...)

    #Fargette_G. #Gauchisme