• Léon, ex-militant de gauche, interdit de travail pendant les JO | Mediapart

    https://www.mediapart.fr/journal/france/210724/leon-ex-militant-de-gauche-interdit-de-travail-pendant-les-jo

    Léon, ex-militant de gauche, interdit de travail pendant les JO
    Privé d’accréditation pour travailler sur un site des JO de Paris, un régisseur doit cette #interdiction, non motivée, à sa présence dans des fichiers de police ou de renseignement où il figure pour d’anciennes #activités_militantes n’ayant même pas donné lieu à des #condamnations.

    En l’espèce, il s’agit du Service national des enquêtes administratives de sécurité (Sneas), un service de police créé en 2017 pour traquer des « comportements […] incompatibles avec l’autorisation d’accès à des sites sensibles […] » pouvant être « liés à une radicalisation politique ou religieuse, à des troubles à l’ordre public, ou des antécédents judiciaires ». L’activité du Sneas a été racontée de l’intérieur, en janvier dernier, par Le Parisien.

    Ces enquêtes, le #Sneas les mène en recourant à un dispositif d’« automatisation de la consultation centralisée de renseignements et de données », ACCReD, créé en 2017. L’ACCReD permet aux agent·es du Sneas d’accéder à plus d’une douzaine de fichiers (« traitement automatisé de données à caractère personnel », en jargon administratif) différents, parmi lesquels figurent le traitement d’antécédents judiciaires (#TAJ), le fichier de prévention des atteintes à la sécurité publique (Pasp), ou le fichier des personnes recherchées (où se trouvent les fichés S).

    Et c’est très probablement parce qu’il figure au TAJ que Léon a écopé d’un avis défavorable du Sneas, rédhibitoire pour se faire accréditer aux #JO.

    [...]

    Au-delà, souligne-t-il, « ce serait bien de faire supprimer ces #fiches » : « Le risque, c’est que ça me porte préjudice à chaque fois qu’il y aura un gros événement où je pourrais être amené à travailler. Et puis, selon qui arrivera au pouvoir, quel sera l’usage de ces fiches, à l’avenir ? » Comme son cas l’indique, l’usage qui en est fait au présent est déjà très préoccupant.

  • Dans une nouvelle violation de la trêve : les bateaux d’occupation tirent vers la côte de Khan Yunis, la région Al-Shatee et Sheikh Radwan
    http://french.wafa.ps/Pages/Details/213163
    /image/NewsThumbImg/Default/2e86406a-aad7-4dd8-b7b3-6fe667bb79c4.jpg

    Gaza, le 29 novembre 2023 WAFA - Aujourd’hui, des bateaux d’occupation israéliens ont tiré un certain nombre de missiles sur la côte de Khan Yunis, Al-Shati et Sheikh Radwan dans la bande de Gaza, cela coïncide avec le sixième et dernier jour de la trêve, prolongée il y a deux jours.

    Au cours des trois derniers jours, les forces d’occupation ont violé la trêve humanitaire à plusieurs reprises, ciblant des agriculteurs alors qu’ils travaillaient sur leurs terres à l’est du camp d’Al-Maghazi, ce qui a entraîné la mort de l’un d’entre eux et la blessure d’un autre, sept citoyens ont également été blessés par des balles des forces d’occupation, à proximité des deux hôpitaux d’Al-Quds à Tel-Al-Hawa, à l’ouest de la ville de Gaza, et indonésien dans la ville de Beit Lahia, au nord de la bande de Gaza.

    Il convient de noter que les forces d’occupation ont pris pour cible un groupe de citoyens le premier jour de la trêve humanitaire, alors qu’ils tentaient de revenir du sud de la bande de Gaza vers le nord, entraînant la mort de deux d’entre eux, et des blessures à d’autres.

    #Trêve

    • Deuxième violation de la trêve aujourd’hui : l’occupation a tiré sur un citoyen à l’ouest de Gaza et a empêché les citoyens de rentrer chez eux.
      https://french.wafa.ps/Pages/Details/213169

      Gaza, le 29 novembre 2023 WAFA - Un citoyen a été blessé, cet après-midi, par des balles des forces d’occupation israéliennes, dans la ville de Gaza, lors d’une deuxième violation de la trêve depuis ce matin, et qui en est à son sixième jour.

      Notre correspondant a rapporté que les forces d’occupation ont tiré à balles réelles sur des citoyens alors qu’ils tentaient de regagner leurs maisons détruites dans le quartier de Tal Al-Hawa, au sud-ouest de Gaza, pour les inspecter et prendre leurs besoins essentiels, ce qui a conduit l’un d’entre eux à être arrêté, blessé par balles réelles à proximité de l’hôpital Al-Quds.

    • Gaza : un nouveau martyr par balles de l’occupation
      https://french.wafa.ps/Pages/Details/213227

      Gaza, le 30 novembre 2023, WAFA- Aujourd’hui jeudi, un citoyen palestinien est tombé en martyr par balles de l’occupation israélienne dans la localité de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza, ce qui porte le bilan des martyrs, pendant la pause humanitaire à Gaza, à quatre.

      Selon des sources palestiniennes, un civil palestinien a été tué par balles de l’occupation, alors qu’il inspectait sa maison. (...)

  • Israel Violates Humanitarian Truce, Kills One Palestinian, Injures Eight, in Gaza
    Nov 27, 2023 | - IMEMC News
    https://imemc.org/article/israel-violates-humanitarian-truce-kills-one-palestinian-injures-eight-in-gaz

    On Sunday, the third day of the humanitarian truce between the Israeli occupation and the Islamic resistance movement (Hamas), Israeli forces killed one Palestinian and injured eight others in the central and northern regions of the war-ravaged Gaza Strip.

    In the northern part of the Gaza Strip, Israeli soldiers opened fire at a group of Palestinians, injuring three people in the vicinity of the Indonesian Hospital in Beit Lahia when they were in the area to inspect the damage inflicted upon their homes.

    Meanwhile, in the northern part of Gaza, Israeli sharpshooters shot four Palestinian civilians when they targeted a group of Palestinian citizens who were inspecting their homes in the vicinity of Al-Quds Hospital in the Tal Al-Hawa nei.ghborhood, in Gaza City.

    Later Sunday, in a press statement the Palestinian Red Crescent Society (PRCS) said that Israeli soldiers targeted two Palestinian farmers who were working on their agricultural land east of Al-Maghazi camp, in central Gaza, killing one and wounding another.

    On Friday, the first day of the so-called truce, Israel shot and killed two Palestinian civilians and injured eleven in the northern region of the Gaza Strip, when they returned to find their homes and missing family members.

    The four day “humanitarian truce” brokered by Qatar and Egypt began at 0700 on Friday November 24, after 48 days of the brutal Israeli military assault on Gaza.

    Israeli occupation forces killed at least 15,000 Palestinians in Gaza, including 6,150 children and 4,000 women, in addition to injuring at least 36,000 people.

    #7oct2 #trêve

  • Sur le fil de RFI, enfin des informations sur pourquoi le Hamas a interrompu la délivrance des otages et ce qu’il a (peut-être ...), pu obtenir.
    Chercher 7h25

    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20231126-en-direct-guerre-isra%C3%ABl-hamas-un-3e-jour-de-fragile-tr%C3%AAve-d%C

    7h25 : Comment l’Égypte a réussi à sauver la trêve

    Les négociateurs égyptiens sont intervenus samedi soir pour sauver la trêve entre le Hamas et Israël. Les brigades al-Qassam, le bras armé du Hamas, avaient annoncé qu’elles suspendaient l’échange d’otages et de prisonniers ce quoi à quoi Israël avait répondu par la menace d’une reprise des hostilités à partir de minuit, rappelle Alexandre Buccianti, notre correspondant au Caire. C’est un peu en catastrophe que les services secrets égyptiens, en charge du dossier Gaza-Israël, sont intervenus. Forts de leur connaissance des commandants sur le terrain des brigades al-Qassam et de moyens de communication sûrs, les Égyptiens ont appris que la principale raison de la suspension de l’accord était la non livraison d’aide humanitaire au nord de Gaza. Une aide qui ne peut entrer que par Israël étant donné que l’armée israélienne a coupé la bande de Gaza en deux. Après contact avec les responsables sécuritaires israéliens qui échangent régulièrement avec les Égyptiens, la question a été résolue avec l’entrée d’Israël de camions d’aide humanitaire au nord de Gaza. La seconde question était le survol de drones au-dessus du sud de Gaza qui faisait craindre au Hamas une détection de ses positions au moment de la libération des otages. L’Égypte a obtenu de superviser le non survol grâce à des moyens électroniques. Il y avait enfin les modalités de libération des prisonniers palestiniens, les plus anciens d’abord. Trois heures seulement avant la fin de l’ultimatum israélien, les Égyptiens ont annoncé être parvenus à un accord.

    #Israël #Hamas #Crimes-contre-l'humanité #Trève

  • En direct, guerre Israël-Hamas : les 13 otages israéliens ont été remis à la Croix-Rouge et sont en route vers la frontière égyptienne
    https://www.lemonde.fr/international/live/2023/11/24/en-direct-guerre-israel-hamas-la-treve-a-officiellement-commence-israel-doit

    Treize otages, en plus des douze Thaïlandais, ont bien été remis à la Croix-Rouge, annonce un porte-parole de l’ONG

    Un porte-parole de la Croix-Rouge a déclaré sur franceinfo que treize otages avaient été remis à l’ONG, en plus des douze Thaïlandais. Des sources officielles égyptiennes, citées par des médias israéliens, ont confirmé cette information.

    le titre omet 12 otages, puis l’intertitre distingue les otages des thaïlandais. ça doit être la langue de la coalition internationale.

    • Plus d’un otage du 7 octobre sur dix serait ThaÏlandais.
      https://www.lemonde.fr/international/live/2023/11/25/en-direct-guerre-israel-hamas-14-otages-seront-liberes-en-echange-de-42-pris

      Selon la Thaïlande, vingt de ses ressortissants sont encore retenus en otage dans la bande de Gaza

      Alors que dix Thaïlandais figurent parmi les vingt-quatre otages libérés vendredi par le Hamas, le ministère des affaires étrangères thaïlandais « estime maintenant à vingt, le nombre de ressortissants thaïlandais encore détenus » par le mouvement islamiste armé. [« Il reste approximativement 215 otages dans Gaza », a déclaré un porte-parole de l’armée israélienne, Doron Spielman, samedi matin.]

      Parmi les dix otages thaïlandais libérés, quatre personnes n’avaient jamais été confirmées en tant qu’otages par les autorités israéliennes, a précisé le ministère dans un communiqué.

      Les Thaïlandais libérés « resteront à l’hôpital pendant au moins quarante-huit heures, tandis que l’ambassade du royaume thaï prendra toutes les dispositions nécessaires pour leur retour en Thaïlande et celui de leurs familles dès que possible », précise le communiqué, ajoutant que du personnel diplomatique se trouvait avec le groupe d’otages libérés et avait prévenu leurs proches.

      La semaine dernière, le gouvernement thaïlandais avait reçu l’assurance du Hamas que ses ressortissants retenus en otage étaient « saufs ». Outre les #otages, Bangkok a recensé 39 citoyens morts dans l’attaque du 7 octobre, un bilan qui fait de la Thaïlande l’un des pays les plus touchés par le conflit. Le pays a depuis organisé le rapatriement de plus de 8 500 de ses ressortissants, selon le ministère des affaires étrangères.

      Quelque 30 000 Thaïlandais étaient employés en Israël, principalement dans le secteur agricole, le 7 octobre, selon les autorités de Bangkok.


      Des travailleurs thaïlandais pris en otage par le #Hamas, puis libérés dans le cadre d’un accord entre #Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, posent avec un membre de la mission thaïlandaise après un examen médical, à Tel Aviv, en Israël, dans cette image diffusée le 25 novembre 2023. MINISTRY OF FOREIGN AFFAIRS THAILAND / VIA REUTERS

      ils sont d’abord annoncés 12, puis 10 [edit ce qui laisse un ou deux otages à la nationalité inconnue, dont, a priori un Philippin]. ni correcteurs, ni exactitude, incohérence partout. on ne compte plus sur l’attention du lecteur mais sur l’inattention générale. on pourra bien dire ensuite que c’est à l’école que le niveau baisse.

      edit

      Les étrangers, dix Thaïlandais et un Philippin, ont fait l’objet de négociations séparées, à l’écart de celles menées par le gouvernement israélien. Quatre des Thaïlandais n’avaient jamais été officiellement comptabilisés comme otages. Selon le quotidien américain New York Times, le citoyen philippin qui les accompagnait, pris pour l’un des leurs, aurait été libéré par erreur.

      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/11/25/israel-entre-soulagement-et-amertume-apres-la-liberation-des-premiers-otages

      #pogrom #7oct #7_octobre_2023 #ouvriers #ouvriers_immigrés #ouvriers_Thaïlandais

    • Pour libérer une partie de ses ressortissants retenus à Gaza, le gouvernement thaïlandais s’est appuyé sur l’Iran, Brice Pedroletti(Bangkok, correspondant en Asie du Sud-Est)
      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/11/25/pour-liberer-une-partie-de-ses-ressortissants-retenus-a-gaza-le-gouvernement

      (en comment plus de devoir concéder une trève, Israël se fait refiler des prolos thaïlandais)_

      Bangkok s’est livré à une intense activité diplomatique, principalement avec Téhéran, soutien du Hamas au Proche-Orient, pour récupérer dix des travailleurs agricoles capturés par le Hamas le 7 octobre.

      La libération de dix otages thaïlandais, vendredi 24 novembre, dans le cadre de la #trêve de quatre jours agréée entre Israël et le Hamas, couronne un mois d’activité diplomatique frénétique de la part d’un pays qui se veut neutre et ami de tous mais qui est peu investi au Proche-Orient. Le gouvernement de Srettha Thavisin n’est entré en fonctions que fin août, et la crise des otages a été son baptême du feu. Trente-neuf Thaïlandais sont morts sous les balles du Hamas le 7 octobre. Vingt autres restent à ce jour captifs à Gaza. Tous faisaient partie des 30 000 ouvriers agricoles thaïlandais employés dans des kibboutz israéliens dans le cadre d’un accord entre les deux pays.

      La grande majorité d’entre eux sont originaires de l’Isan, la grande région pauvre du nord-est du pays qui se trouve être le bastion du Pheu Thai (« Parti pour les Thaïlandais »), le parti de l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, qui a pris la tête de la coalition formée à l’issue des élections du 14 mai.
      Le gouvernement de M. Thavisin a immédiatement missionné sur ce dossier le nouveau président de l’Assemblée, Wan Muhamad Noor Matha, « Wan Noor », un politique de confession musulmane longtemps représentant des provinces du Sud, peuplées majoritairement de Thaï-Malais, sunnites comme lui, et un proche allié du Pheu Thai. Wan Noor a activé ses réseaux, notamment en #Malaisie, où le Hamas dispose d’une présence.
      Saiyid Sulaiman Husaini, l’influent leader d’une association chiite thaïlandaise, a ensuite organisé le déplacement à Téhéran, le 27 octobre, de conseillers de Wan Noor. L’Iran est le principal soutien politique et financier du Hamas au Proche-Orient. A cette occasion, les émissaires du président de l’Assemblée ont reçu de représentants du Hamas l’assurance que les otages thaïlandais seraient libérés dès qu’Israël consentirait à une trêve.
      Après cette première percée, le ministre des affaires étrangères thaïlandais, Parnpree Bahiddha-Nukara, également premier ministre adjoint, s’est rendu au Qatar le 31 octobre. Il y a rencontré, en sus de son homologue qatari, le ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, qui lui a fourni « le soutien total de l’#Iran ».

      Le lendemain, le chef de la diplomatie thaïlandaise a fait une halte au Caire pour s’assurer de la coopération de l’Egypte. Les consultations se sont poursuivies jusqu’à la dernière minute. Wan Nor a accueilli, jeudi 23 novembre, à Bangkok, le ministre adjoint des affaires étrangères iranien, Ali Bagheri Kani, pour discuter là encore du dossier des otages. Vendredi soir, dès l’arrivée des ex-otages thaïlandais en Israël, où ils resteront quarante-huit heures sous surveillance médicale, Bangkok a exprimé ses remerciements à « tous ceux à qui [la Thaïlande] a demandé de l’aide, à savoir les gouvernements du Qatar, d’Israël, d’Égypte, d’Iran, de Malaisie et le Comité international de la Croix-Rouge ».

    • Les ouvriers agricoles thaïlandais, victimes collatérales des attaques du Hamas, 13/10/2023

      Les ressortissants du royaume représentent le premier contingent de travailleurs agricoles étrangers en Israël mais sont souvent particulièrement exposés au danger dans leur travail. Par Brice Pedroletti(Bangkok, correspondant en Asie du Sud-Est)


      Un travailleur thaïlandais, qui a pu quitter Israël, arrive à l’aéroport de Bangkok, le 12 octobre 2023. SAKCHAI LALIT / AP

      Avec 21 morts [39, en fait, voir ci-dessus] et 16 personnes présumées kidnappées, la Thaïlande se retrouve au deuxième rang des pays étrangers pour le nombre de victimes derrière les Etats-Unis. Un lourd bilan, qui s’explique par le nombre de #migrants thaïlandais travaillant dans l’#agriculture en Israël : ils sont environ 30 000 à être employés dans des fermes et des kibboutz, dont 5 000 autour de la bande de Gaza. Ce n’est pas la première fois que cette population compte des victimes : deux ouvriers thaïlandais étaient morts, en mai 2021, après des tirs de roquettes.

      La plupart de ces migrants sont des hommes, originaires de l’Isan, la grande région rurale du nord-est de la Thaïlande, la plus pauvre du royaume, comme Somkuan Pansa-ard. Agé de 39 ans et employé dans une plantation de fruits depuis moins d’un an, l’homme avait eu le temps de parler à sa mère samedi 7 octobre alors que des assaillants fondaient sur son lieu d’habitation. Sa famille a appris dimanche qu’il n’avait pas survécu.

      Une partie des travailleurs thaïlandais tués l’auraient été dans le kibboutz Alumim, où la plupart des habitants auraient eu la vie sauve après de longues heures de combat. « Dans ce kibboutz, les gardes ont réussi à tuer un certain nombre de terroristes du Hamas et à les empêcher d’atteindre les principales zones d’habitation. Malheureusement, un groupe de terroristes a réussi à atteindre les quartiers d’habitation de plusieurs travailleurs agricoles thaïlandais et les a massacrés », rapporte le canal Telegram israélien South first responders qui archive les images envoyées par des équipes de premiers secours. Une vidéo montre l’intérieur de baraquements sens dessus dessous, avec d’épaisses traînées de sang sur le sol.

      Des Népalais tués aussi

      Parmi les victimes du kibboutz Alumim figurent aussi dix étudiants #népalais, selon Katmandou. Quatre autres, présents au même endroit ce jour-là, ont survécu. Ils faisaient partie d’un programme de onze mois de stages payés qui concernaient 269 étudiants venus de plusieurs universités du pays. La plupart des 5 000 Népalais vivant en Israël sont eux employés dans les services de santé ou d’aide à la personne.
      La veille de l’attaque, la page Facebook d’un des Népalais qui fait partie de la liste des victimes, Ganesh Nepali, montrait des images du kibboutz, sous le titre « vue nocturne d’Alumim », avec un cœur et deux drapeaux d’Israël : on y voit la haute barrière de sécurité, le ciel qui vire au rose, des allées paisibles bordées de bosquets de fleurs. Ironie du sort, trois jours auparavant, le 3 octobre, il avait écrit un long poste de commentaire sur le couvre-feu qui venait d’être décrété à Nepalgunj, une bourgade népalaise à la frontière indienne, après des incidents entre communautés hindoues et musulmanes locales, en s’accablant de « l’incapacité des personnes religieuses à accepter la culture de l’autre, ce qui conduit à des guerres de religion ».

      Les Thaïlandais font partie des travailleurs étrangers qui ont remplacé les Palestiniens en Israël à mesure que l’emploi de ceux-ci était soumis à des restrictions. Un accord bilatéral en 2012 a formalisé leur recrutement, avec un quota annuel passé à 6 500 ouvriers par an depuis 2022. Ils sont employés pour des contrats de deux ans, renouvelables jusqu’à un maximum de cinq ans et trois mois. Payés environ 1 500 dollars (1 422 euros), ils doivent s’acquitter d’au moins un mois et demi de salaire en « frais d’agence ».

      Pas d’abri contre les roquettes

      Depuis le week-end, l’un de ces travailleurs a livré sur X, anciennement Twitter, sous le pseudonyme de SuperBallAI, le récit de sa fuite avec d’autres migrants. « Plus de vingt-quatre heures se sont écoulées depuis l’incident, et les travailleurs thaïlandais se trouvant dans les zones dangereuses n’ont toujours pas reçu d’aide ni de plan d’évacuation vers une zone sûre », écrit-il le 8 octobre, avant de montrer tout un groupe de migrants qui partent sur un tracteur. Il s’indigne ensuite que son employeur l’ait #revendu à un autre sans son accord.

      S’il a finalement réussi à être rapatrié en Thaïlande par un vol arrivé le 12 octobre, il a par ses tweets rappelé une réalité dérangeante : le traitement parfois désinvolte des droits de ces travailleurs étrangers par leurs employeurs. Dans un rapport datant de 2021 sur les droits bafoués des migrants thaïlandais à la santé, l’ONG israélienne de défense des droits des migrants Kav LaOved déplorait que « dans les zones ciblées par les tirs de roquettes lors des escalades du conflit, récemment dans la région de Gaza, les employeurs demandent souvent aux travailleurs de continuer à travailler dans les champs ou dans la ferme, sans abri, même si cela est interdit par le commandement du front intérieur israélien. Cette situation a entraîné de nombreuses blessures et de nombreux décès parmi les travailleurs. Le rapport demande que des abris soient mis à la disposition de tous les travailleurs situés à proximité des zones de combat. » Rien n’indique que ces recommandations aient été suivies.

      Un deuxième vol de rapatriés thaïlandais, dont certains blessés, est arrivé à Bangkok vendredi 13 octobre, après un premier qui a atterri jeudi. Au moins 5 000 Thaïlandais ont postulé pour quitter le pays depuis les événements de samedi.

  • Israel-Hamas truce : All that you need to know | Israel-Palestine conflict News | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/news/2023/11/22/israel-hamas-truce-all-you-need-to-know

    What have Israel and Hamas agreed to?

    Both sides have agreed to a four-day pause in fighting.
    In exchange, Hamas has agreed to release 50 civilian women and children out of the 237 captives abducted since October 7.
    As part of the deal, Israel has agreed to release 150 Palestinian women and children from its prisons.
    Qatar has said that the deal would allow an increase in the flow of humanitarian aid into Gaza.
    Israel said it was willing to extend the pause beyond the four-day period, adding a day for every 10 additional hostages released by Hamas.
    It is unclear whether Israel will release additional Palestinian prisoners if the truce is extended. (...)

    #7oct23 #Trêve

  • #Montreuil : bras de fer entre sans-abri et la mairie, Pauline Todesco
    http://www.politis.fr/articles/2022/04/montreuil-bras-de-fer-entre-sans-abris-et-la-mairie-44268

    Depuis trois jours, des dizaines de personnes campent devant la mairie de Montreuil pour exiger du maire un arrêté anti-expulsions, à la veille de la fin de la trêve hivernale.

    « C’est une blague ! On est dans une mairie communiste, avec neuf élus La France insoumise, et on se croirait en Macronie », lâche Thomas, résidant du #squat EIF. Cela fait deux heures qu’il occupe le hall de la mairie de Montreuil (93) avec une vingtaine d’autres résidents d’habitats abandonnés ou de lieux désaffectés et des militants de l’Association des mal-logés pour parler à un élu, et demander un rendez-vous pour établir un #arrêté_anti-expulsions, qui protégerait les centaines de personnes menacées par la fin de la #trêve_hivernale.

    La Seine-Saint-Denis détient le record du nombre d’#expulsions locatives en France, et le taux de pauvreté atteint 25 % en 2019 à Montreuil. En raison de la gentrification, de l’envol des loyers via la spéculation immobilière et des années d’attente pour obtenir un #logement HLM, une population grandissante occupe des logements vacants, voire des locaux désaffectés, pour ne pas dormir dans la rue.

    Long combat

    L’Association [collectif !] des mal-logés et les habitants des squats se rassemblent depuis des années devant la mairie lors des conseils municipaux, pour demander des arrêtés anti-expulsions. Face à eux, Patrice Bessac, maire communiste (PCF), applique la méthode de l’expulsion, sans proposition de relogement. « Le marqueur entre la droite et la gauche, c’est le dialogue social, déclare Fahima, âgée de 59 ans, ancienne habitante du squat de l’Ermitage, une maison vacante appartenant à la ville. Pourtant, depuis trois ans, ils ont refusé toute médiation pour faire un bail précaire, le temps qu’ils aient un projet pour le lieu. »

    Assemblée des mal-logé-es
    https://radar.squat.net/en/node/400790

    sur touiteur @mal_logees_93

    aujourd’hui, l’assemblée organise un carnaval dans les rues de Montreuil

    #luttes

  • Près de #Rennes, des #scouts au secours de migrants : « On a répondu à une #urgence_humanitaire »

    Avec la fin de la #trêve_hivernale et de l’#état_d’urgence_sanitaire, 67 exilés se sont retrouvés à la rue et les #Eclaireurs, mouvement laïc, ont accepté de leur ouvrir les portes de leur centre de #Thorigné-Fouillard depuis début octobre. Mais tous craignent une expulsion imminente.

    Les dortoirs pour enfants sont désormais occupés par des familles. Dans le réfectoire, des gamins s’amusent, des ados pianotent dans leur coin téléphone en main, et quelques adultes boivent le café près de la cheminée. Dans la cuisine, le déjeuner se prépare. Au menu : vermicelles, aubergines ou encore mchadi, sorte de galettes de polenta, un plat populaire de Géorgie.

    A la lisière de la forêt de Thorigné-Fouillard, près de Rennes, le #centre_du_Bec-Rond, propriété des Eclaireuses et Eclaireurs de France, héberge ces temps-ci d’inhabituels pensionnaires : depuis le 2 octobre, le mouvement scout laïc accueille dans ses locaux 67 migrants, dont 24 enfants.

    Albanais, Kosovars, Géorgiens… La plupart viennent des marges orientales de l’Union européenne. Déboutés de l’asile ou toujours en quête, ils sont à la rue depuis l’été et ont trouvé là un répit. En sursis : « On ne sait pas si on peut rester ici ou pas. On a peur de devoir retourner dehors. C’est fatigant, physiquement et mentalement, de toujours changer d’endroit », dit Tamar, lycéenne de 19 ans, arrivée de Géorgie il y a trois ans.

    « Faire vivre nos valeurs de fraternité »

    C’est l’une des manifestations de la crise qui couve depuis des mois, dans la région de Rennes, autour de l’#accueil des migrants. Si, depuis le début de la pandémie, la préfecture d’#Ille-et-Vilaine a pris tout le monde en charge, beaucoup se retrouvent maintenant dehors. « Avec la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale, le 1er juin, il y a des sorties massives des dispositifs de mise à l’abri », explique Sami Flodrops, coordinateur d’Utopia 56 Rennes.

    Un #campement s’est formé pendant l’été dans le #parc_des_Gayeulles, rassemblant une centaine de personnes, dont près d’une moitié d’enfants. Mais le 2 octobre, une violente tempête a malmené les fragiles toiles de tente. Face aux refus de l’Etat et de la mairie d’intervenir, les Eclaireurs, sollicités par le collectif local de soutien aux personnes exilées, ont accepté d’ouvrir temporairement les portes du #Bec-Rond. « On a répondu à une urgence humanitaire de mise à l’abri. Notre objectif, c’est de faire vivre nos valeurs de fraternité et de solidarité », dit Stéphane Lamare, le responsable régional, foulard scout vert et blanc autour du cou.

    Mais tous craignent maintenant une expulsion imminente : le centre est sous le coup d’une #fermeture_administrative, décidée le 22 octobre par le maire de #Thorigné. L’édile, appuyé par la préfecture, a diligenté une #commission_de_sécurité inopinée, qui a relevé plusieurs anomalies : une prise électrique hors de son socle, des modes d’emploi absents près des extincteurs… Et surtout une capacité d’accueil dépassée, la structure étant taillée pour 35 personnes.

    Les hôtes ont essayé de se conformer aux exigences : des tentes ont été plantées dans la clairière voisine pour désemplir les locaux et tenir la jauge, des écriteaux ont été posés près des extincteurs, des bénévoles et des migrants ont été formés à la sécurité incendie… Malgré cela, « la fermeture administrative reste d’actualité. On a fait œuvre de #solidarité et voilà ce qu’on récolte. C’est une décision qu’on ne comprend pas, on le prend un peu comme une punition », regrette Stéphane Lamare, qui craint aussi que la fermeture ne perdure et ne pénalise dans la durée les activités scoutes. Paradoxe : le centre du Bec-Rond a déjà hébergé des exilés l’an passé, à la demande de la préfecture. Cet été encore, les autorités ont sondé les Eclaireurs sur la possibilité de loger des familles afghanes, en cas de besoin.

    Tribune de 33 maires

    Sur la prise en charge des migrants, les pouvoirs publics se renvoient la balle : la municipalité rennaise de gauche, qui s’était engagée à ne laisser aucun enfant à la rue, met en avant l’ambitieuse politique d’hébergement des migrants développée ces dernières années et refuse d’en faire davantage sur une compétence qui relève de l’Etat.

    Dans une tribune publiée le 26 octobre, 33 maires de la métropole appellent aussi l’Etat à « assumer ses responsabilités », à « traiter les demandes de régularisation » et à « prendre en charge l’hébergement d’urgence des personnes exilées ». « Nous ne pouvons que constater une situation intolérable, en même temps que les limites de notre capacité à agir en tant qu’élus locaux », écrivent les édiles.

    « L’Etat assume toutes ses responsabilités dans le respect du droit », a rétorqué le lendemain le préfet d’Ille-et-Vilaine, #Emmanuel_Berthier, via un communiqué. Il dit avoir pris en charge les demandeurs d’asile identifiés sur le campement, proposé une aide au retour aux déboutés et mis 37 personnes à l’abri via le 115. « Il y a eu des prises en charge, mais c’est sporadique et temporaire : les gens restent au chaud deux semaines puis ressortent », relève Sami Flodrops.

    A Thorigné, les Eclaireurs espèrent renouer le dialogue pour « sortir par le haut » et pressent les pouvoirs publics d’agir pour assurer « le droit inaliénable à l’hébergement », défend Stéphane Lamare. Qui rappelle ce principe clair, côté scouts : « On ne fermera pas s’il n’y a pas de solution, on ne mettra personne à la rue. »

    https://www.liberation.fr/economie/social/pres-de-rennes-des-scouts-au-secours-de-migrants-on-a-repondu-a-une-urgence-humanitaire-20211030_KQL5EKVSHJEWNMXJZ72UBLWZQQ/?redirected=1

    #solidarité

    ping @isskein @karine4

    • Interdiction de la pratique du scoutisme pour cause humanitaire – Situation au Bec Rond

      Après avoir accepté l’#hébergement et la #mise_à_l’abri d’urgence dans son #Centre_Forestier_du_Bec-Rond à Thorigné-Fouillard, de 99 personnes exilé·e·s résidant initialement sur le campement des #Gayeulles à Rennes, l’association des Éclaireuses Éclaireurs de France s’est vue imposer la fermeture administrative de son site ET DONC L’INTERDICTION DE SES ACTIVITÉS DE SCOUTISME.

      Le 02 octobre dernier, l’association des Éclaireuses et Éclaireurs de France (#EEDF) acceptait l’hébergement et la mise à l’abri d’urgence dans son Centre Forestier du Bec-Rond à Thorigné-Fouillard, de 99 personnes exilé·e·s (dont 43 enfants) résidant initialement sur le campement des Gayeulles à Rennes, du fait de conditions météorologiques extrêmement dégradées et sur sollicitation des collectifs et associations de l’inter-organisation de soutien aux personnes exilées et d’Utopia56. L’association a pris cette responsabilité, qui incombe normalement aux pouvoirs publics et plus particulièrement aux services de la préfecture, par devoir d’humanisme, devant une situation de pluies diluviennes et de vents importants, pour des familles dont les tentes venaient d’être détruites ou complétement détrempées. Cette décision a provoqué la réaction immédiate des pouvoirs publics avec l’intervention de la Commission de Sécurité le 15 octobre, demandée par le Maire de Thorigné-Fouillard.

      Depuis le vendredi 22 octobre 2021, le Centre Forestier des Éclaireuses et Éclaireurs de France du Bec Rond situé sur la commune de Thorigné-Fouillard est administrativement fermé jusqu’à la levée des non-conformités et des prescriptions décelées par la Commission de Sécurité. Ces non-conformités et ces prescriptions, telles qu’exprimées à la fois dans la notification de l’avis défavorable de la Commission de sécurité et dans l’arrêté municipal de fermeture administrative du centre, ont pu toutes être levées sans exception grâce au travail et à l’engagement sans faille des bénévoles et salariés EEDF ainsi que des autres associations de l’inter-organisation de Rennes et Utopia56. L’association les remercie toutes et tous pour leur engagement sincère, leur efficacité et réactivité à protéger et accompagner les populations les plus fragiles.

      Par cet arrêté municipal, la Mairie de Thorigné-Fouillard contrevient à la Liberté d’un acteur associatif d’exercer son droit le plus simple et le plus fondamental de répondre à une urgence humaine. L’arrêté semble disproportionné au regard non seulement de la réactivité des membres associatifs à lever les non-conformités et prescriptions mais aussi et surtout vis-à-vis de sa conséquence : faire expulser et remettre à la rue les personnes actuellement hébergées, en proie à une grande vulnérabilité. Par cet arrêté municipal, la Mairie de Thorigné-Fouillard contrevient à l’affirmation du principe d’Égalité entre les personnes morales et physiques. Morales car il convient d’interroger sur l’équité de traitement que l’association a subi avec cette demande de « visite inopinée » de la commission de sécurité. Physiques car les personnes hébergées voient foulé aux pieds l’égalité de traitement et l’application des droits les plus fondamentaux à leur égard : droit inaliénable et inconditionnel à l’hébergement qui leur est refusé, droit fondamental à la scolarisation de leurs enfants qui n’est plus considéré dans le cadre d’une telle décision de fermeture administrative, … Par cet arrêté municipal, la Mairie de Thorigné-Fouillard contrevient et conteste même l’application du principe de Fraternité, celui-là même qui le 2 octobre dernier a permis aux collectifs et associations qui accompagnent les personnes à la rue et exilées de répondre présents face à la situation en cours au campement de Gayeulle.

      L’association des EEDF demande à la municipalité de Thorigné-Fouillard de reconsidérer les interlocuteurs, les personnes hébergées sur le Centre du Bec-Rond, les actrices et acteurs du scoutisme, les associations de l’éducation populaire, les associations de défenses des droits, leur travail, leur démarche, et d’entrer dans un dialogue sincère et constructif. L’association demande à la municipalité de soutenir ses démarches et de l’accompagner auprès des pouvoirs publics pour trouver des solutions d’accueil pérennes pour ces personnes par devoir d’humanité plutôt que de réprimer les associations qui œuvrent pour un monde plus juste et fraternel.

      https://www.eedf.fr/actualites-adherents/interdiction-de-la-pratique-du-scoutisme-pour-cause-humanitaire-situation-au-be

    • Les éclaireuses laïques sont interdites de scoutisme car elles ont hébergé des migrantes tandis que les curés violent les gosses par paquets de 330.000 mais jamais, oh grand jamais, la république laïque empêcherait les parents catholiques de confié leurs fils à des violeurs multirécidivistes.

  • Mise à l’abri des personnes sans domicile à #Grenoble dans les places d’internat restées vacantes

    Notre association est préoccupée de l’état de #santé des personnes sans abri ou dans des logements de fortune particulièrement exposées au virus. Le #confinement généralisé suppose d’avoir la capacité d’héberger ou de loger toute personne vivant à la rue. Or si l’Etat a décidé de prolonger de deux mois la #trêve_hivernale, permettant ainsi le maintien ouvert des #hébergements_hivernaux et la #suspension des #expulsions locatives, le parc d’#hébergement_d’urgence reste structurellement sous- dimensionné au regard des besoins. Il en va de même de l’hébergement pour demandeurs d’asile dans le #dispositif_national_d’accueil géré par l’#OFII. Si le Ministère de l’Intérieur a suspendu l’enregistrement des nouvelles demandes, les personnes n’auront pas accès à l’hébergement via l’OFII. Nous notons, par ailleurs, que les entrées dans les dispositifs dédiés se trouvent entravées par les difficultés liées au pilotage particulièrement en cette période de #crise_sanitaire. Des places sont disponibles mais les #demandeurs_d’asile n’y ont pas accès en raison de l’approche catégorielle de l’hébergement et de la lourdeur du pilotage de l’orientation. Les conséquences à ces entraves à un #accueil digne et humain sont perçues et subies très directement à l’échelle du territoire grenoblois par l’ensemble des acteurs. Les demandeurs d’asile, finiront pour certains à renoncer à leur droit à l’hébergement, ce qui peut avoir des conséquences particulièrement graves en termes de #santé_publique. Ces personnes sans domicile qui sont parmi les plus vulnérables au virus sont aussi les moins protégées, confrontées aux défaillances chroniques d’un système de l’hébergement structurellement sous doté. L’annonce des mesures de confinement a provoqué la fermeture de notre accueil au public et un fonctionnement dégradé de nos services, mais nous tentons de garder le lien avec les personnes que nous accompagnons.
    Nous nous sentons néanmoins démunis et en appelons à la #réquisition des places dans les internats restées vacantes pour éviter une catastrophe humanitaire. Aussi, nous vous invitons à vous rapprocher de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale afin d’organiser des orientations permettant de mettre à l’abri ces populations vulnérables et de fournir au personnel bénévole des protections dans cet accompagnement.
    Nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
    Jacqueline Leininger,
    Présidente de l’ADA – #Accueil_Demandeurs_d’Asile

    –-> #Lettre de l’ADA à #Laurent_Wauquiez, président de la région #Auvergne-Rhône-Alpes du 30.03.2020, reçue via mail le 07.04.2020

    #mise_à_l'abri #SDF #sans-abri #coronavirus #France #covid-19 #hébergement #asile #migrations #réfugiés

  • « C’est un scandale auquel il faut mettre fin » : la Fondation Abbé Pierre dénonce la reprise des #expulsions après la #trêve_hivernale
    https://www.francetvinfo.fr/economie/immobilier/immobilier-indigne/c-est-un-scandale-auquel-il-faut-mettre-fin-la-fondation-abbe-pierre-pr

    Sur un paillasson de 12 mètres carrés, déroulé devant le ministère en charge du Logement, dans le 7e arrondissement de Paris, on peut lire un slogan : « Bienvenue à la rue ». L’objectif est d’attirer l’attention sur l’augmentation de 46% du nombre d’expulsions en dix ans, d’après les chiffres de la fondation. « C’est un scandale auquel il faut mettre fin », affirme Manuel Domergue, directeur des études au sein de l’association. Il assure que 125 000 décisions d’expulsion sont prises par la justice chaque année et que l’association a aidé 14 000 ménages menacés en dix ans. La fondation demande « un plan d’urgence pour éviter ces expulsions locatives ».

    • En aparté, je connaissais une vieille dame en banlieue parisienne qui a légué sa maison à Emmaüs. Elle est décédée il y a 20 ans, la maison est toujours sans occupant et la glycine a envahit le jardin.
      Et je n’aime pas du tout ce #cynisme titré sur le paillasson.

  • #Notre-Dame-des-Landes : le rapporteur public préconise l’annulation des autorisations de travaux
    http://www.francetvinfo.fr/politique/notre-dame-des-landes/notre-dame-des-landes-le-rapporteur-public-preconise-l-annulation-des-a

    Enième rebondissement dans le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Le rapporteur public de la cour administrative d’appel de Nantes, va demander l’annulation d’arrêtés préfectoraux autorisant les travaux, lors de l’audience prévue lundi 7 novembre. Un élément important, car son avis est généralement suivi.

    La magistrate va proposer d’annuler quatre arrêtés pris par le préfet de Loire-Atlantique en décembre 2013. Le sens des conclusions du rapporteur public, communiqué aux parties, vise notamment à annuler les arrêtés dits « loi sur l’eau » et « espèces protégées », pour incompatibilité ou non respect d’articles du Code de l’environnement, indique notamment Benoît Hartmann, directeur de France Nature Environnement.

    #justice_administrative

    • Toujours dans le domaine du droit, ajoutons que les zadistes seraient certainement non-expulsables en raison de la #trêve_hivernale.

      https://reporterre.net/En-raison-de-la-treve-hivernale-l-expulsion-de-nombreux-zadistes-serait

      Le temps était aux douceurs d’un automne indien, ce jeudi matin 3 novembre, et le soleil était bienveillant devant le tribunal de Nantes : un petit groupe de zadistes y a détaillé avec leur avocat et le porte-parole national de l’association Droit au logement ! (DAL !) leur caractère non expulsable avant la fin de la trêve d’hiver, le 31 mars prochain. La veille, un communiqué commun du DAL !, du Syndicat des avocats de France et du Syndicat de la magistrature avait enfoncé le clou. […] Tout tient dans le repli des différents jugements prononcés pour expulser les habitants de la Zad, qu’ils et elles résident dans des maisons en dur, préexistantes à leur arrivée, ou dans des cabanes ou des nouvelles constructions. Pour au moins 14 de ces jugements, les magistrats n’ont rien précisé quant à la trêve hivernale, du 1er novembre au 31 mars. Normalement, en rédigeant le jugement, il leur aurait fallu spécifier expressément que le bénéfice de la trêve hivernale était retiré aux personnes déclarées comme habitant ces lieux occupés. Mais, en l’absence de cette mention, la trêve d’hiver est légalement due aux zadistes. Si le gouvernement respecte ces éléments de droit, la Zad, en tant qu’entité et périmètre, n’est donc pas expulsable en entier avant la fin du mois de mars.

  • Loire-Atlantique. Nouvel aéroport : Vinci stoppe les procédures d’expulsion | Presse Océan
    http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-ago-accepte-que-laudience-pour-expulsion-nait-pas-lieu-aujourdhui

    Officiellement, il ne s’agit que d’un répit mais la « victoire » a valeur de symbole. La volte-face est incroyable. Ce jeudi 10 décembre, la société Aéroports du grand ouest (AGO), filiale de Vinci, a consenti à stopper les procédures d’expulsion visant les habitants de 11 maisons et de 4 exploitations agricoles situées sur la zone d’emprise du projet de Notre-Dame-des-Landes.

    Les opposants à l’aéroport, par la voix de leurs avocats, ont fait remarquer que certaines assignations, rédigées dès le 25 novembre, n’avaient été transmises que lundi dernier, le 7 décembre. Me Erwan Le Moigne a dénoncé « le manque d’humanité » de ces procédures d’expulsion intervenant « quelques jours avant les fêtes de noël » et a souligné que « leur caractère tardif » ne permettait pas d’assurer « une défense efficace, pertinente, visant à permettre aux hommes et femmes touchés par ces assignations de rester dans leurs logements et bâtiments de travail ».
    Demande des opposants « très motivée », dit AGO

    Le plus sérieusement du monde, Me Tadjdine Bakari, avocat d’AGO, a expliqué que la demande des opposants était « très motivée », « compte tenu de la brièveté des délais ».

    #trêve_des_confiseurs #nddl #no_forget_remi_fraisse

  • Je vois déjà les titres le jour où un Palestinien fera péter un pétard « les Palestiniens violent la trève... », alors que les israéliens la violent à répétition, une vraie tournante, et tous les jours en plus...

    Plus d’une attaque israélienne par jour à Gaza en septembre
    Ben White, Middle East Monitor, le 24 Octobre 2014
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2014/10/31/plus-dune-attaque-israelienne-par-jour-a-gaza-en-septembre

    juste avant de poster ce message, je vois justement un article sur les Palestiniens qui violent la trève pour la première fois depuis le 16 septembre 2014 :
    https://fr.news.yahoo.com/roquette-tirée-gaza-atteint-sud-disraël-231231824.html

    #Gaza #trève #roquette #bombardements #Palestine

  • Rony Brauman : vers la fin de l’impunité politique d’Israël ?

    http://www.marianne.net/Rony-Brauman-vers-la-fin-de-l-impunite-politique-d-Israel_a240498.html

    Un cessez-le-feu de 72 heures a été accepté hier par le Hamas. Cette trêve signe un peu de répit dans le rythme effréné des affrontements sanglants. La France à l’image des grands pays occidentaux s’est fait d’une grande discrétion sur le sujet. Rony Brauman, ancien Président de MSF, critique la position « pro-israélienne » de la diplomatie française et envisage la fin de l’impunité pour les agissements de l’État hébreu.

    http://www.marianne.net/photo/art/default/984470-1167163.jpg?v=1407270948

    #israël #gaza #criminalité

  • Comment excuser Israël de perpétuer ses crimes, alors qu’elle avait annoncée une « #trêve_humanitaire » ?...

    Gaza : Israël proclame une #trêve_humanitaire de sept heures - Moyen-Orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/2min/20140804-gaza-israel-treve-humanitaire-arret-bombardements-unilateral-7-heures-1

    Israël a annoncé une nouvelle trêve sur la bande de Gaza, un arrêt des bombardements unilatéral qui débute à 10 heures, heure locale (9h, heure de Paris), et doit durer sept heures. L’Etat hébreu dit vouloir ouvrir une fenêtre humanitaire sur l’ensemble de l’enclave palestinienne, à l’exception de la zone de Rafah au sud .

    ... On imite le #New_York_Times, on parle de « #Cessez-le-feu_partiel »
    http://www.nytimes.com/2014/08/05/world/middleeast/israel-gaza.html

    Cessez le feu partiel dans la bande de Gaza | Le Proche-Orient s’enflamme à nouveau | ICI.Radio-Canada.ca
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2014/08/04/003-bande-gaza-israel-debut-treve-humanitaire.shtml

    Les autorités de Gaza ont accusé l’armée israélienne d’avoir bombardé une maison dans le camp de réfugiés de Chati, près de la ville de Gaza , quelques minutes après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. Cette frappe aurait fait 1 mort et une trentaine de blessés, selon les autorités gazaouies.

  • Briser les 11 mythes qu’Israël a construit sur le Hamas, Gaza, et les crimes de guerre

    http://www.huffpostmaghreb.com/2014/07/31/briser-les-11-mythes-que-_n_5637397.html

    Alors que les trêves « humanitaires » se multiplient sans succès et qu’une issue diplomatique peine à se concrétiser, le directeur politique du Huffington Post UK, Mehdi Hassan, discrédite 11 mythes avancés par l’État d’Israel autour du conflit en s’appuyant sur des rapports officiels d’ONG, de l’ONU, ainsi que des articles publiés dans des médias internationaux et des sources présentes sur le terrain.

    #gaza #hamas #israël #démystification

  • Mais pourquoi donc, le Hamas arrêterait-il les tirs ? | Le blog de Charles Enderlin

    http://geopolis.francetvinfo.fr/charles-enderlin/2014/07/29/mais-pourquoi-donc-le-hamas-arreterait-il-les-tirs.html

    Pour l’organisation islamiste la situation est quasi idéale. Dans cette guerre asymétrique où une armée régulière combat une guérilla opérant dans le territoire où la densité de population est la plus élevée au monde, les images sortant de Gaza sont aussi asymétriques. Carnages, enfants morts, blessés destructions massives. Chaque journal télévisé détruit un peu plus le soutien international à Israël.

    #gaza

  • Les frappes ont continué à Gaza, malgré une brève « trêve humanitaire »
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/30/a-gaza-une-treve-humanitaire-et-des-ordres-d-evacuation_4464698_3218.html

    La « trêve humanitaire » unilatérale décrétée par l’armée israélienne entre 14 heures, heure française, et 18 heures, mercredi 30 juillet, n’a aucunement empêché la journée d’être encore une fois sanglante dans la bande de Gaza : au moins 108 Palestiniens ont été tués dans une série de bombardements.

    Les militaires avaient précisé d’emblée que cette trêve, que le Hamas a rejeté, ne concernait pas « les zones où les soldats sont actuellement engagés dans des opérations » « Les habitants [sont appelés] à ne pas retourner dans les zones concernées par un ordre d’évacuation. » Ces zones représentent un territoire de 3 kilomètres de large le long des frontières israéliennes, que l’ont voit en rose dans la carte ci-dessous. Selon les Nations unies, elles concernent 44 % de l’enclave palestinienne.

    #mensonge

  • #Israël rejette « en l’état » la proposition de #cessez-le-feu de Kerry
    http://www.liberation.fr/monde/2014/07/25/israel-rejette-en-l-etat-la-proposition-de-cessez-le-feu-de-john-kerry_10

    Étrange dictionnaire israélien, Étranges journalistes,

    Selon la télévision publique, le gouvernement de Benjamin Netanyahu exige que l’armée israélienne puisse rester dans la bande de Gaza pour poursuivre sa destruction des « tunnels d’attaque » creusés par le Hamas même pendant la #trêve. Cette condition semble peu susceptible de recueillir l’agrément du mouvement islamiste palestinien qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007.

  • Rassemblement contre les expulsions devant le Grand Lyon le Jeudi 12 Décembre à 14h30 au 20 Rue du Lac
    http://rebellyon.info/?Rassemblement-contre-les-12900

    Le 2 décem­bre 2013 à 6 heures, 73 per­son­nes, dont 44 enfants sont expul­sés d’un squat situé au 71 quai Perrache.

    Lors de cette opé­ra­tion, les ser­vi­ces de police ont fait preuve d’une vio­lence inouïe à l’aide de matra­ques et gaz lacry­mo­gène, à l’encontre des famil­les et sou­tiens pré­sents.

    #lyon #expulsion #violence_d'état #logement #trêve_hivernale_baffouée

  • #Öcalan Abdullah annonce la fin des #hostilités
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article1690

    Le #PKK et la #Turquie s’adaptent aux #changements de la #région

    Le #leader du PKK Abdullah Öcalan devait lancer ce jour, 1er du #printemps et du nouvel an kurde « #Newroz » , un appel au cessez-le-feu à partir de sa #cellule selon une #dépêche de #Reuters , datant du lundi. De la prison de l’île d’ #Imrali , en plein mer, de #Marmara où il est le seul détenu depuis 1999, il prendra parole pour une #trêve conclue entre les autorités turques et son organisation.