• How #ICE Exported the Coronavirus

    An investigation reveals how Immigration and Customs Enforcement became a domestic and global spreader of COVID-19.

    Admild, an undocumented immigrant from Haiti, was feeling sick as he approached the deportation plane that was going to take him back to the country he had fled in fear. Two weeks before that day in May, while being held at an Immigration and Customs Enforcement detention facility in Louisiana, he had tested positive for the coronavirus — and he was still showing symptoms.

    He disclosed his condition to an ICE official at the airport, who sent him to a nurse.

    “She just gave me Tylenol,” said Admild, who feared reprisals if his last name was published. Not long after, he was back on the plane before landing in Port-au-Prince, one of more than 40,000 immigrants deported from the United States since March, according to ICE records.

    Even as lockdowns and other measures have been taken around the world to prevent the spread of the coronavirus, ICE has continued to detain people, move them from state to state and deport them.

    An investigation by The New York Times in collaboration with The Marshall Project reveals how unsafe conditions and scattershot testing helped turn ICE into a domestic and global spreader of the virus — and how pressure from the Trump administration led countries to take in sick deportees.

    We spoke to more than 30 immigrant detainees who described cramped and unsanitary detention centers where social distancing was near impossible and protective gear almost nonexistent. “It was like a time bomb,” said Yudanys, a Cuban immigrant held in Louisiana.

    At least four deportees interviewed by The Times, from India, Haiti, Guatemala and El Salvador, tested positive for the virus shortly after arriving from the United States.

    So far, ICE has confirmed at least 3,000 coronavirus-positive detainees in its detention centers, though testing has been limited.

    We tracked over 750 domestic ICE flights since March, carrying thousands of detainees to different centers, including some who said they were sick. Kanate, a refugee from Kyrgyzstan, was moved from the Pike County Correctional Facility in Pennsylvania to the Prairieland Detention Facility in Texas despite showing Covid-19 symptoms. He was confirmed to have the virus just a few days later.

    “I was panicking,” he said. “I thought that I will die here in this prison.”

    We also tracked over 200 deportation flights carrying migrants, some of them ill with coronavirus, to other countries from March through June. Under pressure from the Trump administration and with promises of humanitarian aid, some countries have fully cooperated with deportations.

    El Salvador and Honduras have accepted more than 6,000 deportees since March. In April, President Trump praised the presidents of both countries for their cooperation and said he would send ventilators to help treat the sickest of their coronavirus patients.

    So far, the governments of 11 countries have confirmed that deportees returned home with Covid-19.

    When asked about the agency’s role in spreading the virus by moving and deporting sick detainees, ICE said it took precautions and followed guidelines of the Centers for Disease Control and Prevention. As of last week, ICE said that it was still able to test only a sampling of immigrants before sending them home. Yet deportation flights continue.

    https://www.themarshallproject.org/2020/07/10/how-ice-exported-the-coronavirus

    #covid-19 #coronavirus #USA #Etats-Unis #migrations #migrerrance #renvois #expulsions #déportations #avions #transports_aériens #contamination #malades #rétention #détention_administrative #asile #réfugiés #déboutés #distanciation_sociale #swiftair #visualisation #cartographie #géographie

    ping @isskein @simplicissimus @karine4 @reka

  • Étonnant : An AI Epidemiologist Sent the First Warnings of the Coronavirus | WIRED, 01.25.2020
    https://www.wired.com/story/ai-epidemiologist-wuhan-public-health-warnings

    ON JANUARY 9, the World Health Organization notified the public of a flu-like outbreak in China: a cluster of pneumonia cases had been reported in Wuhan, possibly from vendors’ exposure to live animals at the Huanan Seafood Market. The US Centers for Disease Control and Prevention had gotten the word out a few days earlier, on January 6. But a Canadian health monitoring platform had beaten them both to the punch, sending word of the outbreak to its customers on December 31.

    BlueDot uses an AI-driven algorithm that scours foreign-language news reports, animal and plant disease networks, and official proclamations to give its clients advance warning to avoid danger zones like Wuhan.

    Speed matters during an outbreak, and tight-lipped Chinese officials do not have a good track record of sharing information about diseases, air pollution, or natural disasters. But public health officials at WHO and the CDC have to rely on these very same health officials for their own disease monitoring. So maybe an AI can get there faster. “We know that governments may not be relied upon to provide information in a timely fashion,” says Kamran Khan, BlueDot’s founder and CEO. “We can pick up news of possible outbreaks, little murmurs or forums or blogs of indications of some kind of unusual events going on.”

    Would the Coronavirus Quarantine of Wuhan Even Work?

    Khan says the algorithm doesn’t use social media postings because that data is too messy. But he does have one trick up his sleeve: access to global airline ticketing data that can help predict where and when infected residents are headed next. It correctly predicted that the virus would jump from Wuhan to Bangkok, Seoul, Taipei, and Tokyo in the days following its initial appearance.

    Khan, who was working as a hospital infectious disease specialist in Toronto during the SARS epidemic of 2003, dreamt of finding a better way to track diseases. That virus started in provincial China and spread to Hong Kong and then to Toronto, where it killed 44 people. “There’s a bit of deja vu right now,” Khan says about the coronavirus outbreak today. “In 2003, I watched the virus overwhelm the city and cripple the hospital. There was an enormous amount of mental and physical fatigue, and I thought, ‘Let’s not do this again.’”

    After testing out several predictive programs, Khan launched BlueDot in 2014 and raised $9.4 million in venture capital funding. The company now has 40 employees—physicians and programmers who devise the disease surveillance analytic program, which uses natural-language processing and machine learning techniques to sift through news reports in 65 languages, along with airline data and reports of animal disease outbreaks. “What we have done is use natural language processing and machine learning to train this engine to recognize whether this is an outbreak of anthrax in Mongolia versus a reunion of the heavy metal band Anthrax,” Kahn says.

    Once the automated data-sifting is complete, human analysis takes over, Khan says. Epidemiologists check that the conclusions make sense from a scientific standpoint, and then a report is sent to government, business, and public health clients.

    BlueDot’s reports are then sent to public health officials in a dozen countries (including the US and Canada), airlines, and frontline hospitals where infected patients might end up. BlueDot doesn’t sell their data to the general public, but they are working on it, Khan says.

    The firm isn’t the first to look for an end-run around public health officials, but they are hoping to do better than Google Flu Trends, which was euthanized after underestimating the severity of the 2013 flu season by 140 percent. BlueDot successfully predicted the location of the Zika outbreak in South Florida in a publication in the British medical journal The Lancet.

    Whether BlueDot proves as successful this time remains to be seen. But in the meantime, some public health experts say that despite covering up the SARS outbreak for months in 2002, Chinese officials have reacted faster this time.

    “The outbreak is probably a lot bigger than one the public health officials have confirmation of,” says James Lawler, an infectious disease specialist at the University of Nebraska Medical Center, who treated quarantined Ebola patients in 2017 and 2018. “Just using a back-of-the-envelope calculation on how many travelers there are from China in a given week, and percentage than might have been affected, it’s a lot.”

    An area containing eight cities and 35 million people have now been quarantined in China, The New York Times reported Friday, while The Wall Street Journal reports that hospitals in the epicenter of Wuhan are turning away patients and medical supplies such as masks and sanitizers have run out.

    Lawler and others say that the coronavirus outbreak will continue to spread as travelers from China to other nations exhibit symptoms of infection. He says we still don’t know how many people will get sick, and how many of those will die before the outbreak recedes.

    To stop the spread of disease, public health officials will need to tell the truth and tell it quickly. But in the meantime, it might be worth deputizing an AI-driven epidemiologist.

    #IA #crise_sanitaire #épidémiologie #transports_aériens(sans #tracking)

  • Coronavirus : l’Etat vole au secours d’Air France avec une aide à hauteur de 7 milliards d’euros
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/04/25/coronavirus-l-etat-vole-au-secours-d-air-france-avec-une-aide-a-hauteur-de-7

    La compagnie aérienne va bénéficier de prêts bancaires et de prêts directs de l’Etat mais sa nationalisation « n’est pas à l’ordre du jour », précise Bruno Le Maire. Le gouvernement néerlandais a promis, lui, 2 à 4 milliards d’euros pour aider KLM.

    Un plan « historique » pour « sauver notre compagnie nationale » . Le ministre de l’économie, Bruno Le Maire n’a pas hésité sur les mots ni sur les moyens pour soutenir Air France. Les Etats français et néerlandais ont ainsi promis des aides massives pour sauver le groupe de transport aérien Air France-KLM face aux conséquences désastreuses de l’épidémie liée au coronavirus, avec, au total, une dizaine de milliards d’euros de prêts.

    Air France va recevoir une enveloppe de 7 milliards d’euros, a indiqué le ministre de l’économie, lors d’une interview au journal de 20 heures de TF1. Cette aide se décomposera de 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90 % par l’Etat et 3 milliards de prêt direct de l’Etat. M. Le Maire a, en revanche, souligné que la nationalisation de la compagnie n’était « pas à l’ordre du jour » , alors que l’option avait pu être évoquée. (...)

    Alors que la quasi-totalité de ses avions sont cloués au sol, Air France-KLM fait face à une situation critique. Les mesures annoncées vendredi sont prises « pour sauver les 350 000 emplois directs et indirects qui vont avec » , a indiqué M. Le Maire.
    Ce soutien « n’est pas un chèque en blanc » , a-t-il toutefois souligné. « Nous avons fixé des conditions à Air France. Des conditions de rentabilité, car c’est l’argent des Français donc il faut qu’Air France fasse un effort pour être plus rentable, et des conditions écologiques. Air France doit devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l’environnement de la planète. C’est la condition à laquelle je suis le plus attaché » , a-t-il affirmé. (...)

    #Air_France #écologique #transports_aérien #économie

  • Paris CDG-1 - Editions B2

    http://editions-b2.com/les-livres/32-paris-cdg-1.html

    De la genèse à la reprise, de la réalisation à la réception, des usages à l’usure : la vie de la première aérogare de Roissy, qui ouvre ses portes le 13 mars 1974, nourrit le fil de ce témoignage, critique et personnel. Construit comme un véritable « ouvrage d’art habité », le parti circulaire, dense et fermé du « Camembert » de Roissy 1 opta pour un modèle unique au monde – alors même que Roissy 2 était déjà en conception. À l’occasion de ses 40 ans, Paul Andreu et Nathalie Roseau reviennent justement sur sa genèse et sa renaissance. À contretemps ou en avance sur son temps, Roissy 1 nous fait réfléchir sur les rapports entre modernité et monumentalité, entre innovation et routinisation, entre banalisation et exception

    #cdg #aéroports #duty_free_shop #dfs #espaces_publics #transports #transports_aérien #architecture

  • Je prends mon billet chez Ryanair

    J’ai fait il y a quelque mois une expérience live, je l’avais mise de côté pensant en écrire un peu plus long sur la compagnie. Entre temps, deux livres sont sortis et expliquent très bien ce que je voulais dire.

    Voilà comment on achète un billet d’avion sur le site de Ryanair dont l’ergonomie défie l’imagination.

    Réalisé sans trucage

    –— --- ---

    Sur la page d’accueil, on est tout de suite dans (la bonne) ambiance :

    https://dl.dropbox.com/s/7l8skb2qn1dt8sw/1-calendrier.png

    La nana explosée en bikini m’annonce que les tarifs (et surtout) les équipages sont « très chauds ». Des stewards et des hôtesses, objets sexuels livrés aux passagers, ça s’annonce plutôt bien.

    L’appétissante baigneuse me propose le « calendrier du personnel de cabine ». Vu l’image, ça fait envie, mais si je clique ça fait pervers. Mais vu que c’est un calendrier « de charité » , je clique quand même :

    https://dl.dropbox.com/s/mhrycbxlcn29cul/calendrier.png

    Pas mal. Six, rien que pour moi, et j’imagine qu’il y en a plein d’autres dedans. J’achète : 10 euros plus 6 euros pour la poste, soit 16 euros pour me rincer l’oeil. Vais-je tenir 3 semaines ?

    Retour à la réservation. Billet Paris-Oslo. Je clique :

    https://dl.dropbox.com/s/923d4m2r6f60syt/paris-oslo.png

    Oslo ? L’aéroport de Rygge est à deux heures de bus de la capitale norvégienne mais Ryanair me dit Oslo (je ne sais pas encore qu’il va falloir dépenser 25 euros pour le bus).

    Je coche la case qui prouve que j’ai lu les conditions générales de vente

    http://www.ryanair.com/fr/termes-et-conditions#regulations-tableoffees

    Une heure de lecture ou j’apprends au détour d’un tableau l’intérêt de ne pas me planter dans l’orthographe de mon nom, sinon c’est 15 euros la correction (et 60 à l’aéroport, une babiole). je clique :

    https://dl.dropbox.com/s/r1drzkug1luwi7o/hotel-oslo.png

    Ah tiens, des hôtels à des prix écrasés. Je scroll down puis up puis down again mais rien, pas l’ombre d’une trace d’un truc qui ressemble à un formulaire de réservation.

    Annuler les hôtels, impossible.

    Une bonne minute pour comprendre que c’est une nouvelle fenêtre, suffit juste de la fermer... La fenêtre initiale de réservation est juste en dessous. Déjà des envies de meurtre.

    https://dl.dropbox.com/s/6w2ip7u9nl0usry/robot.png

    Ryanair, qui n’a peur de rien, veut que les passagers prouvent qu’ils sont bien des êtres humains et pas des robots. Mais dès qu’ils arriveront à l’aéroport, ils comprendront très vite qu’ils ne sont que des robots, et pas des êtres humains. Du bétail, des « tags » à charger dans les avions. « Tetown supreme » et hop, je clique :

    https://dl.dropbox.com/s/t1ldg6gg4qbi6rj/4.1.png
    https://dl.dropbox.com/s/fmx0abcwe8jv7yk/4.2.png

    Et je trouve enfin mon bonheur, un billet aller retour au prix d’un billet de bus, soit 28 euros. 44 euros avec mon calendrier sexuel. Excellent deal, je jubile et je clique sur le bouton jaune :

    Je remplis les cases, je coche les options. J’aurai une grosse valise, ce sera 50 euros en plus (dommage, je sais pas voyager léger, une valise de moins de 15 kilos c’était « que » 30 euros, mais y a pas assez de kilos pour mes petites affaires). Je serai pressé, je le sais, j’aime pas faire la queue, je prends l’option « priorité à l’embarquement » pour 10 euros. Et comme je suis distrait je prends l’option « rappel par SMS » pour 2 euros, c’est pas cher.

    https://dl.dropbox.com/s/swr3vs14qmllzgi/11-pas%20assurance%20souhaitee.png
    https://dl.dropbox.com/s/eha43awt4bp7ltw/6-sms.png

    L’assurance ? Nan... Là, c’est trop de chez trop. Je refuse. Le problème c’est qu’il n’y a pas de bouton pour refuser. Je scroll down and up again, je regarde partout. Je trouve pas. Les envies de meurtres s’accentuent, mais finalement :

    https://dl.dropbox.com/s/nglkyltny0xx4kt/10-au%20milieu%20de%20la%20liste%20detail.png

    En plein milieu de la liste. Malins, chez Ryanair.

    Je peux donc payer mon billet qui ne coûte plus 28, mais 92 euros (en fait 105 euros parce que j’ai pris le bus pour aller de Paris à Beauvais).

    https://dl.dropbox.com/s/swr3vs14qmllzgi/11-pas%20assurance%20souhaitee.png

    Je coche une deuxième fois la case certifiant que j’ai bien lu les conditions de ventes (je me retape quand même 45 minutes de cette prose indigeste au cas où j’aurai raté des trucs à la première lecture).

    Et poum. ça m’avait échappé, mais si je perds ma carte d’embarquement que j’ai généré et imprimé moi-même à la maison sur mon imprimante à moi et sur mon temps à moi, ça sera 60 euros pour la faire refaire à l’aéroport. Ce qui met la ramette papier de 500 feuilles à environ 30 000 euros.

    Maintenant, payer.

    Mais Ryanair ne veut pas je paye. Ryanair m’explique qu’en refusant l’assurance, je prends un très gros risque (pour ma santé) et je perds une très grande chance (de gagner beaucoup d’argent).

    https://dl.dropbox.com/s/y3a44rodc4w2qy4/assurance.png

    – Regrettent profondément...
    – Voulez-vous vraiment prendre ce risque...
    – Tomber malade à l’étranger peu coûter très cher...
    – Ceux qui ont présenté un dossier ont reçu environ 2 200 euros...
    – En comparaison du prix de l’assurance, 15,50 euros...

    Très convaincant. Allez hop, moi je dis que, face à ces menaces épouvantables, une assurance s’impose. Le principe de précaution joue à fond, je ne compromets jamais la sécurité.

    Je clique sur le bouton vert, je rajoute l’assurance

    Le « non merci je cours le risque » en gris pâle non encadré ;
    le « oui couvrez mes vacances » en vert brillant entouré...

    Décidément très malins, chez Ryanair.

    Je vais enfin pouvoir payer mon billet - désormais à 122,50 euros - et conclure.

    https://dl.dropbox.com/s/hgawkx3cqrevmp3/8-sac-souple.png

    Mais non. Ryanair ne veut décidément pas que je paye. Voici maintenant « le bagage de cabine approuvé ». Autant le prendre, « approuvé », ça veut dire aucun problème à l’aéroport, pas de risque d’être débarqué ou de payer une surtaxe. Allez hop, allons-y pour la valise souple.

    Maintenant, payer le billet – logiquement passé à 171,5 euros :

    https://dl.dropbox.com/s/exnu24bz2o4rego/9-location-voiture.png

    Je résiste une minute à une terrible envie de foutre mon ordinateur par la fenêtre. Je choisis plutôt d’ « annuler la location de la voiture »

    https://dl.dropbox.com/s/cyv03xggbjh5etu/hotel%20res%20fin%20res.png

    Finalement paiement, grosses gouttes se sueurs : frais de carte visa : + 5 euros mettant le billet à 176,50 l’aller simple mais sans location de voiture...

    ... Et Ryanair revient par la fenêtre et m’explique qu’il souhaite vraiment que je prenne une chambre d’hôtel .

    C’est vrai qu’avec son personnel de bord super chaud, on sait jamais, je pourrai bien conclure, et une chambre serait alors fort utile.

    –— --- ---

    https://dl.dropbox.com/s/n841op9i22wzto9/ryanair%20londres%20stansed.jpg

    « Solitude »

    Photo : Ph. Re. Londres Stansed, 2011

    Deux livres :

    https://dl.dropbox.com/s/sknf60p8eztr8a2/ryanair%20livre%201.jpg

    Christian Fletcher, Ryanair : low cost mais à quel prix, Editions Altipresse, 2013

    https://dl.dropbox.com/s/42gc0h0hfzs2rrx/ryanair%20peur..jpg

    François Nénin, Ces avions qui nous font peur, Flammarion, 2013.

    #ryanair #transports_aérien #internet #ergonomie #manipulation #travail

  • Ces aéroports qui coûtent chers et ne servent presque à rien - #Notre-Dame-des-Landes - Basta !
    http://www.bastamag.net/article2770.html

    Le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, est-il vraiment utile, à l’heure où le trafic aérien est en berne ? Basta ! s’est penché sur le cas de ces aéroports français qui sont aujourd’hui largement sous-utilisés, grèvent les finances publiques et ne vivent que grâce aux compagnies low-cost, elles-mêmes sponsorisées par le contribuable. L’aéroport voulu par Jean-Marc Ayrault ressemblera-t-il demain à ces zones d’embarquement quasi désertes ?

    #NDDL #transports #transports_aériens