• ‘We don’t get help from anywhere’: Covid exposes inequality in crisis-hit New York neighborhood | New York | The Guardian
    http://www.theguardian.com/us-news/2021/apr/22/coronavirus-covid-queens-new-york-inequality
    https://i.guim.co.uk/img/media/7a942e8a5a09848f1021b9e9dfcf2ad416ccb9a6/0_267_4000_2402/master/4000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    A year after New York City became the center of the global Covid-19 outbreak, the neighborhood considered at the time to be the “epicenter of the epicenter” of the pandemic remains in crisis – laying bare many of the economic fault lines exposed by the coronavirus.Corona, Queens, a welcoming enclave for many of the city’s undocumented immigrants and home to many of the “essential” workers who kept New York running during the pandemic’s worst days, has had the highest number of infections and deaths in the city – and now has one of the lowest percentages of people vaccinated.At least 37% of residents there have received one dose of the vaccine, according to city data. On the Upper East Side, home to the city’s grand museums, luxury boutiques and multimillion-dollar townhouses, more than 64% of residents have received their first dose.
    Densely packed, Corona’s multi-family homes are among the most crowded in the city. In the past year, there were 40 eviction filings per 1,000 units, according to the Association for Neighborhood and Housing Development, a coalition of housing non-profits – 1,211 evictions in total. In Brooklyn’s Carroll Gardens, a neighborhood of gourmet coffee shops and craft beer breweries, landlords had sued 37 families altogether.
    It’s no coincidence that New York depended on Corona families to deliver food, clean the subways and work in cramped restaurant kitchens while many New Yorkers stayed put. Like many such neighborhoods across the developed world, its residents were on the frontline, allowing their richer neighbors to shield themselves at home.This disparity was obvious one year ago, when New York City was the global center of the Covid-19 outbreak. At the time, not-for-profits in Corona described to the Guardian how they acted as disaster relief agencies to feed families, connect people with doctors and speak with consulates to repatriate the deceased’s remains.
    A year later, undocumented New Yorkers are still at high risk of contracting the virus, and are largely excluded from the federal economic stimulus benefits that have helped so many others weather the pandemic.
    For Ciria Santiago, who has lived in Corona since 2005, this spring is certainly better than the last. When businesses shuttered at the beginning of the pandemic, her household of six suddenly had an income of zero: the three working-age people in her family were newly unemployed and were unable to obtain benefits because they are undocumented immigrants.
    The Santiagos’ unemployment drought lasted five months. “We either paid rent or bought food,” said Santiago, who would wake up at 4am to wait five hours in line for the local food pantry to open because it was so crowded with demand.Despite their concerns about Covid-19, her husband and nephew returned to work as a cook and delivery driver and dishwasher in July. It was too late for their landlord, who forced them to move in November because of earlier missed rent payments.
    Like many mothers in the neighborhood, Santiago has stayed home while school is online, but she has found satisfaction as a volunteer at New Immigrant Community Empowerment (Nice), which helps immigrant workers in the city. “We’re happy here, but yes, we’re pressured with money, because we don’t get help from anywhere,” said Santiago, who is originally from Veracruz in Mexico.Undocumented immigrants, including the estimated 50% to 75% who pay taxes, have largely not qualified for health, business and cash aid included in the federal stimulus packages. And 5.1 million US citizens or green card holders were excluded from the first round of stimulus payments as well because they filed their taxes with an undocumented person, according to the Migration Policy Institute.
    Some state and local governments have attempted to fill in the gaps. New York state this month agreed to provide up to $15,600 in one-time payments to undocumented immigrants who lost work during the pandemic. In the city, undocumented people can also access food assistance and the city’s low-cost or no-cost health program. Philanthropic groups are also providing financial aid to the city’s undocumented people.
    But none of this answers the fundamental issue that undocumented people are in a stratified class from the rest of the city’s residents.
    In her role as program director at Nice, Diana Moreno said she has yet to see “sustainable, systemic change” in how undocumented immigrants have been treated through the pandemic.“These workers don’t feel like they have a choice: they have to go to work, in order to get to work, they have to take public transportation, and they have to be out and about in the city, and they are not being properly compensated or properly cared for,” Moreno said.Moreno said the biggest issue Nice members face is that the US still does not have a pathway to citizenship for undocumented immigrants.
    “We are not saying US citizens have had an easy time during this pandemic – we’ve all suffered extensively,” Moreno said. “But US citizens have access to a safety net, and yes, it is a faltering safety net, but it exists.”
    Corona is one of the most diverse neighborhoods in New York City, and here, a church sign on National Street is posted in four different languages.
    Corona is one of the most diverse neighborhoods in New York City.
    The pandemic has also emphasized how a lack of permanent immigration status is a health threat.The Center for Migration Studies released a report in late January that found that in Queens, the neighborhoods most at risk for poor health outcomes were the two combined community districts of South Corona/Elmhurst and North Corona/Jackson Heights. These are also the two sectors of Queens with the highest concentration of non-citizens – which includes undocumented people, green-card holders and people on temporary visas.Undocumented people are not eligible for most health insurance programs, and are the largest group of people in the country ineligible for financial assistance to get healthcare coverage.Until then, undocumented immigrants are uniquely vulnerable even when provisions are in place that should protect them, like the city’s pandemic eviction moratorium.
    Part of this low rate can be attributed to how much Covid-19 there has been in the neighborhood already – people may be less inclined to get the vaccine if they have already contracted the illness. Moreno at Nice said it had also been difficult for people to book appointments because of the scarcity of spaces available and the limited time working people have available to get one.Epidemiologist Denis Nash said: “The vaccine delivery system has really been designed to perpetuate some of the inequities we’ve seen in transmission.” Nash is one of the researchers leading the City University of New York’s group study on the spread of Covid-19. He said since the early phases of the pandemic, essential workers have been at higher risk than non-essential workers. “Of all the different interventions and strategies and policies that we’ve come up with in different parts of the country, including New York City and New York state, we haven’t really identified strategies that work well for reducing disparities and protecting essential workers,” said Nash, executive director of Cuny’s Institute for Implementation Science in Population Health.To help them, Nash explained, community transmission has to be kept at a minimum, but it has been unmitigated across most of the US. “That is really bad for essential workers,” Nash said.And because essential workers will always be on the frontlines of an infectious disease outbreak, it’s crucial to identify strategies that actually reduce their risk of infection. Nash said: “If we don’t come up with strategies to help them or deal with that situation then I think we’re going to see the same situation repeated in the next pandemic.”Francisco Moya, a New York City council member who represents, and was born and raised in, Corona, knew immediately that his community would be hard hit by the virus. When the local Elmhurst hospital was overwhelmed by Covid-19 cases, he became the first stop for people looking to donate PPE and money there. During those PPE deliveries, people would warn him not to breathe the air around the hospital.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#newyork#sante#inegalite#immigrant#sanspapier#minorite#systemesante#travailleurmigrant#travailleuressentiel

  • La première vague du Covid-19 a frappé durement les personnes originaires d’Afrique et d’Asie
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/04/16/la-premiere-vague-du-covid-19-a-frappe-durement-les-personnes-originaires-d-

    Une étude de l’Insee montre que l’excès de mortalité, toutes causes confondues, est, pour mars et en avril 2020, deux fois plus élevé parmi les personnes nées à l’étranger. Avec la pandémie de Covid-19, le nombre de décès enregistrés en 2020 a fortement augmenté (669 000 morts en France, contre 613 000 en 2019, soit + 9 %). Mais cette hausse est encore plus marquée chez les personnes nées à l’étranger : elle s’élève à 17 %, contre 8 % pour celles qui sont nées en France – soit presque deux fois plus, comme le montre une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) parue le 16 avril. Ce décalage a été particulièrement net lors de la première vague de l’épidémie de Covid-19, au printemps 2020.Pour effectuer ces comparaisons, l’Insee a utilisé les données statistiques d’état civil de 2019 et de 2020, dans lesquelles les causes de décès sont inconnues (on ne peut donc par les attribuer directement au Covid-19). Elles contiennent cependant des informations socio-démographiques sur les personnes décédées, parmi lesquelles le pays de naissance.Sur l’ensemble de l’année 2020, l’excès de mortalité a touché en priorité des personnes nées en Afrique hors Maghreb (+ 36 %), en Asie (+ 29 %) et au Maghreb (+ 21 %), alors que l’augmentation des décès des personnes originaires d’Europe, d’Océanie et d’Amérique a été similaire à celle des personnes nées en France.
    C’est lors de la première vague épidémique que cet écart a été le plus important. Les plus touchées ont été les personnes nées en Afrique hors Maghreb (+ 117 %), en Asie (+ 92 %) et au Maghreb (+ 55 %), contre + 23 % pour celles nées en France. L’écart a eu tendance à se réduire lors de la seconde vague, même s’il est resté présent. Contrairement à la première vague, ce sont les personnes nées au Maghreb qui ont enregistré la plus forte hausse de décès à l’automne, avec + 36 %.
    Lors que l’on étudie le détail par région de résidence, les disparités sont fortes. L’Ile-de-France a été particulièrement touchée par l’excès de mortalité de la première vague, et ce phénomène a, une fois encore, davantage touché les personnes d’origine étrangère. « La région présente une forte concentration de personnes originaires du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et de l’Asie », explique au Monde Sylvie Le Minez, chef de l’unité des études démographiques et sociales de l’Insee. Elle abrite 32 % des personnes nées au Maghreb, 49 % de celles nées dans un autre pays d’Afrique, et 48 % des personnes originaires d’Asie.Entre 2019 et 2020, les décès enregistrés chez les moins de 65 ans ont très peu augmenté parmi les personnes nées en France (+ 4 %) ou en Europe (+ 1 %). En revanche, on constate un pic pour celles qui sont originaires du Maghreb (+ 31 %), d’Afrique subsaharienne (+ 101 %) et d’Asie (+ 79 %).
    L’Insee rappelle que ces chiffres, qui prennent appui sur l’état civil, ne donnent pas d’informations sur les conditions de vie ou l’état de santé des personnes décédées (obésité, diabète, etc.). Mais une étude réalisée en mai 2020 (Warszawski et al.) a montré que la séroprévalence, c’est-à-dire le nombre de personnes ayant développé des anticorps contre le virus SARS-CoV-2, était plus élevée parmi les immigrés non européens, en raison notamment de leurs conditions de vies moins favorables.« Les personnes d’origine étrangère ont occupé davantage de postes, de métiers dits “essentiels”, et ont dû continuer à aller travailler pendant le confinement, analyse Mme Le Minez. De plus, les personnes venant par exemple d’Afrique subsaharienne occupent les logements les plus exigus, ce qui peut favoriser la transmission, notamment entre classes d’âge différentes. »

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#mortalite#immigre#inegalite#travailleuressentiel#travailleurmigrant#minorite#statistique

  • (1) Coronavirus live: England sets daily jabs record; Von der Leyen issues fresh warning to AstraZeneca | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/live/2021/mar/20/coronavirus-live-cases-india-four-month-high-philippines-record-infecti
    https://i.guim.co.uk/img/media/27aaf3d802983f614dfb291b23def69c17f951cc/520_0_4077_2447/master/4077.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Kenya’s plans to offer free Covid-19 vaccines to all diplomats based in the country, including United Nations staff, has been met with criticism by local medics after the country’s health workers have not all been inoculated.
    Seen by Reuters, a letter by the Ministry of Foreign Affairs to diplomatic missions was where the offer was made. Macharia Kamau, the foreign ministry principal secretary, said they need to “protect everyone resident in Kenya,” including the international community. The capital and the largest city in the country, Nairobi, hosts the U.N. headquarters in Africa and is one of four major sites worldwide where agencies like UNICEF and others have huge presences.Kamau estimates that 25,000 to 30,000 diplomats, U.N. staff and family members live in the country’s capital.Just over 28,000 health workers, teachers, and security personnel had received their first shots, the Ministry of Health said in a March 19 post on Twitter.It said in early March that it would set aside 400,000 vaccines for health staff and other essential workers. “I think the government should focus on getting the priority population vaccinated and achieving vaccine acceptancy with them before opening up to diplomats,” said Elizabeth Gitau, a Kenyan physician and the chief executive officer of the Kenya Medical Association (KMA).
    The health ministry referred questions to the foreign ministry. Two Nairobi-based diplomats who declined to be identified confirmed their embassies had received the offer.“Kenyans must be given priority,” said Chibanzi Mwachonda, head of the Kenya Medical Practitioners, Pharmacists and Dentists Union.The government note said vaccinations would begin on March 23, and only accredited diplomats and their families were eligible.
    Kenya has so far only received two batches of AstraZeneca COVID-19 vaccines - just over 1 million via COVAX and a 100,000 shot donation from the Indian government.

    #Covid-19#migrant#migration#kenya#sante#vaccination#inclusion#personneldiplomatique#systemesante#travailleuressentiel

  • « Au-delà de 2021, la pandémie continuera de bouleverser les flux migratoires »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/03/17/au-dela-de-2021-la-pandemie-continuera-de-bouleverser-les-flux-migratoires_6

    « Chronique. Lorsque les frontières se ferment, lorsque les avions restent au sol et les bateaux à quai, lorsque les économies sont mises à l’arrêt et lorsque les administrations qui délivrent des titres de séjour baissent le rideau, il devient très difficile de se déplacer. Historique, la chute des flux migratoires pendant la première année de pandémie de Covid-19 l’a donc été aussi, au même titre que la hausse de la mortalité, la baisse de la natalité et le plongeon des indicateurs économiques.« Une rupture formidable », constate le professeur François Héran, titulaire de la chaire « Migrations et sociétés » au Collège de France. Ce monde en mouvement du XXIe siècle, dont la dynamique migratoire augmentait depuis dix ans, s’est subitement figé, passé le premier moment d’un exode inédit, celui de millions de gens rentrant chez eux en catastrophe.
    En 2020, l’immigration vers les pays de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), qui regroupe les économies avancées, a été divisée par deux par rapport à 2019 : Jean-Christophe Dumont, qui dirige la division des migrations internationales à l’OCDE, évoque, lui, un « choc historique, avec des variations importantes selon les pays ».Ainsi aux Etats-Unis, qui ont cumulé l’effet Covid-19 avec l’effet Trump, l’impact a été très fort : toutes les filières d’immigration ont été mises à l’arrêt, à l’exception de celle, vitale, des travailleurs saisonniers agricoles. Le Japon et la Corée du Sud ont tout fermé. Pays construits sur l’immigration, le Canada et l’Australie ont accusé des chutes des entrées respectivement de 45 % et de 70 %. Pour compenser cet impact négatif sur son économie, Ottawa a lancé un programme de recrutement d’immigrés de 400 000 personnes en 2021, puis du même ordre de grandeur – sans précédent – en 2022 et en 2023.Les chiffres sont plus nuancés mais tout aussi remarquables dans les pays européens : en France, l’immigration économique a chuté de 30 % , le nombre d’étudiants étrangers de 20 %, l’attribution de visas touristiques de 80 %, les demandes d’asile de 40 %.
    Hors OCDE, les pays du Golfe, qui comptent quelque cinq millions d’immigrés originaires d’Asie, ont subi, eux, le double impact de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole en raison du ralentissement de l’activité mondiale ; les entrées en Arabie saoudite ont été divisées par dix. Le phénomène se répercute inévitablement sur les pays où de nombreuses familles vivent des revenus envoyés par les émigrés : la Banque asiatique de développement (ADB) prévoyait pour 2020 une baisse de 11 % à 20 % des transferts financiers de ces travailleurs vers leur pays d’origine. Quant aux réfugiés, leur circulation a aussi été entravée.
    Que nous dit ce bouleversement migratoire ? Premier constat dont la pandémie a imposé l’évidence : dans les pays riches, observe Jean-Christophe Dumont, « des secteurs entiers ne peuvent fonctionner sans la main-d’œuvre immigrée ». Pour reprendre des termes du vocabulaire covidien, les « premiers de corvée » sont souvent immigrés, et les immigrés sont souvent « essentiels ».Cela va des récoltes agricoles, pour lesquelles il a fallu affréter, en dépit des restrictions, des charters d’étrangers, vers l’Australie, l’Allemagne ou la Corse, jusqu’au secteur hospitalier, dont un quart du personnel, dans l’OCDE, vient d’ailleurs. Particulièrement dépendant à cet égard, le Royaume-Uni (qui a cumulé l’effet Covid-19 et l’effet Brexit) a prolongé les visas dans le secteur de la santé jusqu’à fin 2021. « Il faut des gens pour manipuler les corps et la matière », relève François Héran, qui note que cette division décrite dans les années 1930 par le sociologue Maurice Halbwachs entre le monde ouvrier qui touche la matière et le monde intellectuel qui ne la touche pas est toujours valable.
    Pour les experts, au-delà de la crise sanitaire, la crise économique liée à la pandémie aura, après 2021, des effets durables sur les flux migratoires, comme la crise de 2007-2008 en avait eu sur les migrations intra-européennes.Une autre leçon de la pandémie à surveiller de près, à cet égard, concerne l’immigration hautement qualifiée. La demande de cette catégorie d’immigrés était très importante avant le Covid-19, souligne François Héran, et le niveau d’éducation des migrants progresse. Or ce monde intellectuel qui n’a pas besoin de « toucher la matière » peut travailler à distance : on le savait, mais la pandémie a montré à quelle échelle ce système pouvait être étendu et généralisé.Cette évolution aura inévitablement des conséquences sur la mobilité de la population hautement qualifiée. Etudiants, ingénieurs, chercheurs, professionnels de la santé de haut niveau… les pays riches se livrent une concurrence féroce sur ces cerveaux.Et l’impact de la pandémie sur la mobilité, avec le travail à distance, peut profondément changer les conditions de recrutement, de même que l’organisation physique de l’enseignement supérieur.Jean-Christophe Dumont songe déjà à toutes les questions qu’ouvre cette perspective : faut-il prévoir des titres de séjour pour le télétravail ? Quel sera le statut fiscal des immigrés hautement qualifiés, mais à distance ? On peut aussi imaginer les bénéfices politiques du ralentissement de la fuite des cerveaux, dans les pays où l’absence d’une société civile éduquée ne permet pas de contrer les dérives autoritaires. La généralisation de la vaccination pèsera évidemment sur la reprise des migrations. Mais une tendance, déjà à l’œuvre dans le monde d’avant, se confirme clairement : alors que le « baby-bust », sous l’effet de la baisse des naissances, semble se substituer au baby-boom, un moment espéré, l’immigration sera plus que jamais essentielle aux populations vieillissantes des pays riches.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#fluxmigratoire#migrationqualifie#etudiant#travailleuressentiel#mobilite#vaccination#fecondite#concurrence

  • Covid-19 : le détail des mesures de renforcement des contrôles aux frontières
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/01/15/covid-19-renforcement-des-controles-aux-frontieres_6066400_823448.html

    L’objectif est clair : « Réduire drastiquement les flux transfrontaliers afin de nous protéger du risque de propagation des souches variantes. » Le premier ministre a annoncé, jeudi 14 janvier, une série de nouvelles mesures durcissant les conditions d’entrée sur le territoire national, en renforçant les contrôles aux frontières.A compter du lundi 18 janvier, les voyageurs désirant entrer en France, en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne, notamment le Royaume-Uni, pays confronté à une flambée épidémique, devront se faire tester avant leur départ. Ils devront en effet présenter un test PCR négatif, effectué moins de 72 heures avant, pour embarquer dans un avion, un train ou un bateau à destination de la France. De plus, a précisé Jean Castex, « les personnes concernées devront s’engager sur l’honneur à s’isoler pendant sept jours une fois arrivées en France, puis à refaire un deuxième test PCR à l’issue » de cette période.
    « Pour les rares pays où il n’est pas possible de réaliser un test sur place, au départ, un laissez-passer consulaire pourra être accordé par nos ambassades, pour motif impérieux », a ajouté, jeudi soir, le premier ministre. La personne se fera alors tester à son arrivée en France et sera contrainte de s’isoler sept jours « dans un établissement désigné par l’Etat ». Les travailleurs transfrontaliers ainsi que les « travailleurs essentiels », tels les transporteurs routiers, bénéficieront d’« exceptions limitées ».

    #Covid-19#migrant#migration#france#frontiere#restrictionsanitaire#sante#pandemie#trvaailleurmigrant#travailleuressentiel#travailleurtransfrontalier

  • « Le gouvernement nous a oubliés » : des milliers de sans-papiers manifestent en France
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/18/le-gouvernement-nous-a-oublies-des-milliers-de-sans-papiers-manifestent-en-f

    A l’occasion de la journée internationale des migrants, vendredi 18 décembre, des milliers de sans-papiers ont manifesté en France pour réclamer leur régularisation, mettant en avant la situation des clandestins fragilisés par la crise sanitaire. Après celles de mai, juin et octobre, qui avaient réuni des milliers de personnes, cette quatrième journée de mobilisation a eu lieu dans une cinquantaine de villes, dont Bordeaux, Marseille ou Strasbourg. A Paris, plus d’un millier de personnes, essentiellement originaires d’Afrique, ont défilé calmement entre 18 h 30 et 20 heures dans le centre de la capitale, encadrées par un important dispositif policier. « Sans-papiers en danger », « L’effort national, c’est nous », proclamaient notamment leurs banderoles, éclairées par des flambeaux allumés en mémoire des migrants morts en exil.
    Lire aussi le reportage : Vingt-quatre heures avec des travailleurs sans papiers, les « premiers de corvée »

    « On est là pour tous les sans-papiers de France. Pendant le Covid, c’est nous qui faisons tout le travail, qui avons nettoyé les hôpitaux, pendant que ceux qui ont le chômage partiel sont bien au chaud à la maison. Le gouvernement nous a oubliés », a déploré auprès de l’Agence France-Presse (AFP) Siby Ahamada, membre du collectif des sans-papiers de Montreuil.

    Kanouté, un Malien de 25 ans, explique qu’il cumule deux emplois : l’un à la plonge dans un restaurant du 8e arrondissement, sans être déclaré ; l’autre comme livreur à vélo, qu’il effectue en utilisant l’identité de quelqu’un d’autre. « On me donne un compte et je roule toute la nuit, et à la fin le mec me donne quelques euros. Pendant le confinement, on ne s’est pas arrêtés », explique-t-il, ajoutant : « Sans papiers, on ne peut pas vraiment démarrer notre vie » en France.« Comme on n’a pas de papiers, les patrons profitent de nous, et quand ils veulent ils ne nous payent pas », explique un autre Malien, Lassana, 50 ans, qui vit clandestinement en France depuis dix-neuf ans et travaille dans le bâtiment « une semaine par ci, un jour par là, parfois juste pour 40 euros ». « On est là depuis longtemps, mais notre vie est bloquée. » « Le sentiment d’injustice est tel pour ces gens, qui sont dans les métiers essentiels, que ce déni de droit est insupportable », a souligné Fernanda Marrucchelli, de la Fédération des associations de solidarité avec tous les immigrés (Fasti).
    La préfecture de police de Paris avait interdit une partie du défilé – l’arrivée du cortège devant la mairie – au motif de crainte de troubles à l’heure du couvre-feu anti-Covid-19 instauré à partir de 20 heures, dans ces quartiers très commerçants bondés à l’approche des fêtes de fin d’année.
    Les organisateurs avaient au départ laissé entendre qu’un nouveau campement pourrait malgré tout être constitué devant l’Hôtel de Ville à la fin de la manifestation, trois semaines après le démantèlement musclé par les forces de l’ordre de tentes de migrants installées place de la République, lequel avait suscité une vive émotion. Ils se sont finalement ravisés face au dispositif policier massif déployé sur place, appelant à la dispersion « pour ne pas mettre les gens en danger ». « L’indignation née place de la République, c’est quoi le résultat ? Les migrants sont toujours à la rue. Les indignations, c’est bien, nous, ce qu’on veut, ce sont des actes », a dénoncé Denis Godard, un des organisateurs de cette Marche des solidarités à l’appel de plus de 200 collectifs.
    Les sans-papiers espèrent, par cette nouvelle journée de mobilisation, être mieux écoutés que lors des manifestations d’octobre, organisées au lendemain de l’assassinat du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty par un réfugié d’origine tchétchène converti aux thèses djihadistes. Au cours de ces derniers mois, le dossier n’est pas resté au point mort : le gouvernement a donné à la mi-septembre instruction aux préfets de faciliter la naturalisation française des ressortissants étrangers mobilisés en première ligne durant l’épidémie. Au début de novembre, l’entourage de la ministre déléguée à la citoyenneté, Marlène Schiappa, a fait savoir qu’une première série de 334 naturalisations était en cours. Une goutte d’eau, ont aussitôt jugé les associations, qui estiment que les naturalisations, réservées par définition aux étrangers en situation régulière, ne sont qu’une infime partie de l’équation. Le nombre de sans-papiers en France est estimé entre 300 000 et 600 000.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#pandemie#travailleuressentiel#travailleeurmigrant#naturalisation#economie

  • Espagne : plus de 200 travailleurs étrangers dorment dans la rue pour réclamer un logement digne - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/26410/espagne-plus-de-200-travailleurs-etrangers-dorment-dans-la-rue-pour-re

    « Lepe est actuellement dans les médias nationaux et étrangers. L’administration et le gouvernement ont l’occasion de démontrer qu’ils sont prêts à résoudre avec dignité, non par la force, et une fois pour toutes ce drame humain (...) Ces travailleurs n’en peuvent plus. Ces travailleurs essentiels ne méritent pas ces mauvais traitements », insistent les associations dans leur communiqué. En outre, la crise du coronavirus ajoute de l’anxiété à la situation déjà très précaire de ces immigrés. Malgré ces conditions de vie insalubres, où la distanciation sociale est impossible à respecter, aucun test de coronavirus ne leur a été fait, selon des témoignages de migrants confirmés par la mairie de Lepe. Et pourtant, certains d’entre eux sont partis travailler dans d’autres régions comme à Lérida en Catalogne où des saisonniers ont été au centre d’un foyer de contagion qui a entraîné le reconfinement, jusqu’à mercredi, de cette zone. Une situation qui préoccupe les autorités. « Il est fort possible que nous ayons encore des foyers liés aux saisonniers », a averti l’épidémiologiste en chef du ministère de la santé, Fernando Simon. Jusqu’ici, seule la région de la Rioja (nord) a décidé de faire des tests à tous les travailleurs saisonniers avec ou sans contrat de travail.

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#travailleurmigrant#saisonnnier#test#sante#reconfinement#foyercontamination#travailleuressentiel#précarité#droit

  • Coronavirus : l’insouciance d’une partie des Etats-Unis en pleine épidémie
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/09/aux-etats-unis-le-nombre-de-cas-de-covid-19-explose_6045665_3210.html

    La relative indifférence – ou insouciance – d’une partie de la population est peut-être aussi à mettre en relation avec le fait que la maladie frappe de manière très inégalitaire. En portant plainte, en vertu de la loi sur la liberté de l’information (FOIA), le New York Times a réussi à se procurer un état des lieux. Ce qui n’a pas été sans peine : les comtés n’ont pas les mêmes critères de comptabilité des cas, et l’obligation de les signaler au niveau fédéral ne date que de quelques semaines. Les chiffres, qui ne prennent pas en compte le summer surge (la recrudescence estivale actuelle), montrent que les Noirs et les Latinos ont trois fois plus de probabilités de contracter le virus que les Blancs, et deux fois plus d’en mourir. Jusqu’ici, les disparités dans la maladie étaient attribuées aux comorbidités plus fréquentes parmi ces populations. A la lumière de cette enquête, les experts pensent qu’elles sont surtout le reflet du danger auquel sont exposées, de manière disproportionnée, les minorités, du fait de leur statut économique. Noirs, Latinos et autres « personnes de couleur », selon la nomenclature américaine, forment la majeure partie des travailleurs « essentiels », que ce soit dans les services de nettoyage, de transports ou d’alimentation. Des catégories qui ne prennent pas le risque de s’exposer au virus au nom de la liberté individuelle mais par nécessité.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#inegalite#sante#minorite#travailleuressentiel#risque