• Le réel de Marx
    par Bernard Aspe et Patrizia Atzei
    Intervention au colloque Communisme à Rennes en mai 2017

    http://ladivisionpolitique.toile-libre.org/le-seminaire/le-reel-de-marx-ciolloque-communisme

    Le communisme est le refus de la mise au travail généralisée, de la mise au travail pour le capital. Un refus dont la mise en œuvre suppose une opération de désidentification.

    #communisme #Marx #opéraïsme #post_opéraïsme #refus_du_travail #salariat #Tronti #capital #réel #Lacan #Rancière

    • Le réel de Marx
      http://ladivisionpolitique.toile-libre.org/le-seminaire/le-reel-de-marx-ciolloque-communisme

      Nous savons que, comme d’autres mots, le mot « communisme » n’a jamais été et ne sera jamais univoque, qu’il s’agit toujours de lui donner une signification qu’il n’a pas tout seul, c’est-à-dire de mettre sur le mot « communisme » ce qu’on décide d’y entendre.

      Pour parler du communisme, il nous semble nécessaire de revenir une fois encore à Marx. Mais il ne saurait s’agir, pour nous, de proposer un énième commentaire de son œuvre : Marx n’est pas l’auteur auquel il faut en revenir parce que dans ses textes se trouverait une vérité ultime. Nous considérons qu’il est l’un de ces auteurs qui nous obligent à aborder son héritage de façon partiale, avec des parti-pris. Il nous oblige, surtout, à nous saisir de cet héritage depuis le présent.

      Nous allons donc dégager quelques traits de l’approche de Marx qui nous semblent devoir être prolongés aujourd’hui pour une entente clarifiée et opératoire du mot « communisme », du communisme en tant que « mouvement réel ».

      Nous insisterons essentiellement sur deux aspects. Il s’agira dans un premier temps de montrer que le communisme se présente sous la forme du refus du travail. Ensuite, il s’agira d’affirmer la possibilité d’une intelligibilité de la politique qui ne dépend pas d’un horizon de totalisation, et qui suppose un mode de subjectivation particulier, relevant d’une « désidentification ». (...)

      version audio
      https://seenthis.net/messages/602983

    • Un texte qui commence par « comme le disait Althusser » n’augure rien de bon. Althusser était un charlatan stalinien qui a passé l’essentiel de sa vie à caricaturer le marxisme pour en faire une coquille vide (débarrassée de la dialectique) acceptable par l’idéologie dominante.

      Mais je tente une lecture quand même :)

    • Althusser, semble faire office ici de muleta mais il n’est cité que pour renvoyer à un phrase de L’idéologie allemande à propos du communisme « le mouvement réel qui abolit l’état de choses existant », afin d’avancer dans l’analyse du réel en question, avec et contre Hegel, avec Lacan. Outre Marx, ce sont les apports de tout autres théoriciens que le texte met en rapport, sans décerner ni blâmes ni médailles...

      Ce qui nous paraît essentiel dans les analyses de [Jason] Moore, c’est qu’elles donnent une extension nouvelle au concept de force de travail en montrant toutes les activités que l’on peut compter au titre de travail non-payé, non reconnu comme tel.

      Parmi ces activités, à considérer l’histoire de l’économie-monde, il y a bien sûr le travail des esclaves dans les colonies depuis les XVème-XVIème siècles ; ou le travail assigné aux femmes dans le développement de la société bourgeoise – travail invisible qui n’est pas seulement celui de la « reproduction de la force de travail », mais qui est lui-même force de travail non reconnue comme telle.

    • Tu n’a pas lu l’article, tu ne sais pas, comment fais-tu pour répondre ? je répète, je répète, Althusser n’est cité que pour introduire un passage de Marx qu’il a dit « fameux », et parce qu’il sagit d’un colloque ou les Français croient que le marxisme c’est Althusser.
      L’article, coécrit par une femme, puisque seul cela compte à tes yeux, n’a rien à voir avec tes a priori, avec cette manière purement réactive de (ne pas) lire. Il évoque tout autrement ces questions.

      L’adresse générique de la politique, l’adresse à un « tous » (non pas un « tous » positivé, effectif, mais un « tous » potentiel) cela implique notamment — et il est utile de le souligner dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui — que la race ne peut, en tant que telle, être un opérateur de la subjectivation politique. On pourrait affirmer que pour qu’il y ait subjectivation émancipatrice, il faut qu’il y ait déprise des identités. Cela ne signifie nullement que toute revendication basée sur la race est nécessairement vouée à l’échec, ou intrinsèquement réactionnaire : cela signifie seulement que son potentiel émancipateur ne réside jamais en une positivation de l’identité raciale en tant que telle. Pour qu’une identité (prolétaire, peuple colonisé, femme, noir, etc.) constitue le point de départ d’un processus véritablement émancipateur, il faut que soit conjurée toute appropriation exclusive de la revendication politique. Autrement dit, il faut qu’il y ait une connexion entre cette identité particulière et une adresse générique. En clair : les identités existent bel et bien, et on ne peut pas simplement décider de les ignorer ou d’en sortir, comme le voudrait une certaine utopie queer. « Désidentification », cela ne signifie pas : abolition des identités. Cela signifie : constitution d’identités paradoxales, d’identifications polémiques. Car quand on ne travaille pas à déplacer les identités, à les rendre paradoxales, ce sera l’ordre d’oppression et d’exclusion qui se chargera de les remettre à leur place (pensons au racisme de la police).


  • Retour de l’usine : le territoire, l’architecture, les ouvriers et le capital
    Pier Vittorio Aureli

    Comment penser aujourd’hui sous un même registre les luttes à Notre Dame des Landes, les grèves à Amazon, IKEA, les révoltes urbaines, ou encore les grèves parmi les travailleurs de Uber ? Dans ce texte, Vittorio Aureli propose d’analyser ces mouvements à travers l’histoire longue de la métropole capitaliste, son architecture, et le concept opéraïste de l’usine sociale. Faisant résonner Tronti avec Tafuri, l’auteur trace une généalogie des dispositifs de pouvoir de la ville moderne depuis la Renaissance et la révolte des Ciompi. Il éclaire ainsi combien les résistances à l’emprise du capital engendrent de nouveaux maillages territoriaux et de nouveaux processus disciplinaires, de l’urbanisme florentin post-médiéval à la logistique moderne.

    http://revueperiode.net/retour-de-lusine-le-territoire-larchitecture-les-ouvriers-et-le-capita

    #mouvement_ouvrier #usine #classe_ouvrière #travail_matériel #travail_immatériel #marxisme #opéraïsme #Tronti #architecture


  • Un point d’hérésie du marxisme occidental : #Althusser et #Tronti lecteurs du Capital
    http://revueperiode.net/un-point-dheresie-du-marxisme-occidental-althusser-et-tronti-lecteurs-

    Comment faire dialoguer les interventions respectives de Tronti et Althusser dans la conjoncture théorique et politique des années 1960 ? Pour Étienne Balibar, cette question doit être inscrite dans l’histoire du mouvement ouvrier et de ses alternatives stratégiques. Là où l’œuvre d’Althusser peut être interprétée comme un dialogue avec la formulation gramscienne de la stratégie du « front unique », celle de Tronti doit quant à elle être lue comme une actualisation de la défense lukacsienne de la stratégie « classe contre classe ». Au-delà des divergences auxquelles cette alternative donne lieu – sur le statut de la critique de l’économie politique, de l’idéologie ou de la totalité – se dessine ainsi un même problème : celui des conditions sous lesquelles l’évènement révolutionnaire peut venir briser la (...)

    #Uncategorized #Le_Capital


  • Marx et les limites du capitalisme : relire le « fragment sur les machines »
    http://revueperiode.net/marx-et-les-limites-du-capitalisme-relire-le-fragment-sur-les-machines

    Il est courant de lire que dans le « fragment sur les machines » issu des #Grundrisse, Marx aurait annoncé le triomphe du travail immatériel et la fin de la société industrielle. Dans cette optique, l’exploitation et la résistance ne se jouent plus au sein du travail salarié, mais à travers les capacités affectives, communicationnelles et cognitives des individus. Riccardo Bellofiore et Massimiliano Tomba retracent ici la généalogie de cette interprétation, de #Bordiga à #Negri en passant par Panzieri, #Tronti et Virno. Bellofiore et Tomba proposent une lecture alternative du fameux « fragment », fidèle au premier #opéraïsme mais opposée à sa postérité autonomiste : Marx analyse une contradiction entre d’une part l’extension des marchés et des besoins sociaux, et d’autre part l’impératif d’exploiter la force de (...)

    #Uncategorized #critique_de_l'économie_politique #forme-valeur #post-opéraïsme #postopéraïsme #Toni_Negri


  • Nous ne disions jamais « prolétariat ». Ce n’était pas les #ouvriers de Manchester, mais ceux de Detroit, qui étaient « nos » ouvriers. Ce n’était pas La condition de la classe ouvrière en Angleterre de Engels, mais la lutte du travailleur contre le travail, dans les Grundrisse de #Marx, qui nous avait conduits aux portes des #usines. Ce qui nous motivait n’était pas la révolte éthique contre l’exploitation que les ouvriers subissaient, mais l’admiration #politique pour les #pratiques d’insubordination qu’ils inventaient. Il faut nous donner acte que nous ne sommes jamais tombés dans le piège du tiers-mondisme, des campagnes qui assaillent les villes, des longues marches paysannes ; nous ne fumes jamais « chinois », et la « révolution culturelle », celle d’Orient, nous laissera froids, étrangers, lointains, plus que modérément sceptiques et, en réalité, fortement critiques. Le rouge était, et est encore, notre couleur préférée, mais quand il était porté par les « gardes » ou les « brigades », nous savions qu’il ne pouvait en résulter que le pire pour l’histoire de l’humanité. Ce qui nous plaisait, au contraire, était le fait que les ouvriers du vingtième siècle avaient rompu la continuité de la longue et glorieuse histoire des classes subalternes, avec leurs révoltes désespérées, leurs hérésies millénaristes, leurs tentatives généreuses répétées, toujours douloureusement réprimées, de briser les chaînes. Dans l’usine, dans la grande usine, le conflit était presque à armes égales, on perdait et on gagnait, jour après jour, dans une permanente guerre de position. Dans la lutte de classe, ce qui nous enthousiasmait c’était la classe en lutte. Sa forme, bien sûr, mais aussi les #rythmes qu’il fallait choisir, ou plutôt les moments qu’il fallait utiliser, les conditions qu’il fallait imposer, et donc les objectifs qu’il fallait poursuivre et les moyens mis en œuvre pour les atteindre : on ne peut rien demander de plus que cela, on ne peut rient obtenir de moins.

    #Tronti, nous opéraïstes


    • 10 (mauvaises) raisons de ne pas croire au revenu de vie
      "Le revenu de vie est un véritable levier pour un changement de société. C’est une idée puissante dans un sens, mais également complexe à aborder car elle nécessite d’avoir une vision globale des problèmes de notre société. Clairement, les journalistes qui s’emparent aujourd’hui de la question sont largués car ils abordent le revenu universel avec leurs questions de journalistes c’est à dire des questions de tenants du système, et non de progressistes qui essayent d’en changer les règles.

      Bref, afin de mieux expliquer tout cela, je me suis lancé dans une petit « FAQ » visant à répondre aux 10 objections que j’entends le plus souvent."

      http://www.tetedequenelle.fr/2011/04/mauvaises-raisons-revenu-de-vie

      Comme ça ça donne plus envie de lire et de discuter ;-)
      #revenu_garanti

    • Ici c’est encore (avec les papiers de tetedequenelle) le coup des bonnes intentions qui ouvrent à un enfer : un revenu à 150€ financé par des allocs existantes, cela s’appelle une mesure d’#austérité et cela appauvri les #pauvres (le #RSA est à 425 euros pour une personne). Il serait à tout le moins préférable de ne pas verser dans le « réalisme économique » car par-delà sa soit disant neutralité, l’économie n’est rien d’autre que la politique du capital.
      Sur la base du #capital, la totalité ne peut être comprise que par sa partie adverse. La connaissance est liée à la #lutte. Et connaît vraiment celui qui hait vraiment. (Mario #Tronti). C’est accepter cette société et ce monde que de parler au nom de l’intérêt général. Pourquoi ne pas situer d’emblée l’exigence d’un revenu garanti dans le prolongement d’une histoire conflictuelle qui a pour nom lutte de classes ?

      La force d’une thèse honnie : le #salaire variable indépendante. Paolo Virno
      http://www.lyber-eclat.net/lyber/virno/virno-salaire.html