• lien propre :

      https://www.zdf.de/nachrichten/politik/trump-establishment-mauer-usa-mexiko-100.html

      –-------------------------

      « ... das ist ein tötlicher Fehler, Donald Trump zu unterschätzen .... » 1:30 min

      "... c’est une erreur fatale de sous-estimer Donald Trump..."

      Im oben zugehörigen Link wird ein Überblick zur 45-minütigen ZDF-Dokumentation über Trumps 1. Wahlperiode geboten .

      Le lien ci-dessus donne un résumé du #documentaire de 45 minutes de la ZDF sur la première #période_législative de Trump.

      ------------------------

      US-Wahl 2020 : Donald #Trump
      Der unterschätzte Präsident / Le #Président sous-estimé

      https://www.zdf.de/dokumentation/zdfzeit/us-wahl-2020-zdfzeit---donald-trump-100.html

      Aber der größte Erfolg in der Bilanz von US-Präsident Donald Trump ist er selbst: Er ist immer noch da. Kaum einer seiner Gegner, Verbündeten oder selbst Parteifreunde hat ihm das 2016 zugetraut. Er hat alle Fehltritte und Tabubrüche, ja sogar ein Amtsenthebungsverfahren überstanden. Und er hat allen Zweiflern gezeigt, wie sehr sie diesen Präsidenten unterschätzt haben.

      Hinter Donald Trump stehen viele Millionen amerikanische Wähler, die ihn niemals einfach nur als politischen Clown und planlosen Irrläufer abgetan haben. Für sie ist er der Mann, der ihre Sprache spricht und ihre Probleme anpackt, anstatt zu schwafeln. Der für ihre Interessen und ihren amerikanischen Traum kämpft, den sie lange nicht mehr zu träumen wagten. Der alles tut, um seine Wahlversprechen einzulösen.
      Das Phänomen Donald Trump

      Der Film zieht eine Bilanz der Trump-Präsidentschaft aus der Sicht seiner Anhänger. Ein Perspektivwechsel, der den Blick öffnet für Fragen, die jenseits der aufgeladenen Dauerpolemik das Phänomen Trump besser verstehen lassen: Wie kann ein Multimilliardär zum Hoffnungsträger der Verarmten und Vergessenen werden? Warum halten so viele Amerikaner gerade ihn für authentisch und glaubwürdig, im Gegensatz zu allen anderen Politikern? Und schließlich: Welches seiner Wahlversprechen hat er eingelöst, womit ist er gescheitert?

      Der Film überprüft die Bilanz von Donald Trump anhand seiner eigenen Versprechen zu Wirtschaft, Einwanderung, Außenpolitik und dem Kampf gegen das Establishment und begibt sich dafür tief ins „Trump-Land“, ins Amerika des kleinen Mannes in den Hochburgen der alten Industriereviere. Aus dem Zentrum der Macht berichten Insider wie Trumps ehemaliger Pressesprecher Sean Spicer, dessen Nachfolger Anthony Scaramucci sowie die schillernde Omarosa Manigault, die es von der Kandidatin in Trumps TV-Show „The Apprentice“ bis ins Weiße Haus schaffte. Namhafte Experten und Kritiker wie die Trump-Biografin Gwenda Blair runden das Bild mit biografischen und politischen Hintergründen ab.
      Fast vier Jahre US-Präsident Trump: Wie lautet die Bilanz?

      Doku | ZDFzeit -
      Kampf gegen Etablierte
      (1/4)

      Trump macht regelmäßig seinem Ärger über Gegner, Medien und das Establishment ungefiltert auf Twitter Luft. Und das ohne Politiker-Sprech - so holt er viele Menschen ab.

      Mexiko und die Mauer
      (2/4)

      Trumps Versprechen: Eine Mauer an der Grenze zu Mexiko, um illegale Einwanderer zu stoppen. Bis 2021 sollten 800 Kilometer gebaut sein. Bisher wurden hauptsächlich bestehende Teile erneuert.

      #AmericaFirst
      (3/4)

      US-Truppen außerhalb der USA wie hier in Ramstein? Das möchte Trump in dem Umfang nicht mehr und will weltweit Soldaten abziehen. „America First“ - man wolle sich nicht mehr ausnutzen lassen.

      Jobs, Jobs, Jobs
      (4/4)

      Trump wollte Jobs schaffen. Die Arbeitslosenquote sinkt unter ihm auf 3,5%, neue Stellen entstehen auch in der viel kritisierten Kohleindustrie. Doch dank Corona schnellt die Quote auf 15%.

      #États-Unis #élections_présidentielles

      #chômage #charbon #covid-19

      #migrations
      #militaire
      #establishment

      #auf_deutsch

  • l’histgeobox : « Fortunate Son » dénonçait les passe-droits des « fils à papa », Trump en fait une chanson de campagne...
    https://lhistgeobox.blogspot.com/2020/09/fortunate-son-denoncait-les-passe.html

    Sortie en pleine guerre, la chanson remporte un succès immédiat. En deux minutes trente, le Creedence y déroule son rock irrésistible, à base de guitares acérées et de mélodies entêtantes. Au fil des décennies, le morceau s’impose comme un grand classique du rock protestataire. Dans ces conditions, l’utilisation de ce titre par Donald Trump lors d’un meeting de campagne, le 10 septembre 2020, surprend à plus d’un titre, en particulier si l’on se penche sur le parcours personnel du président américain au temps de la guerre du Vietnam. Après quatre reports consécutifs pour poursuite d’études (☺), Donald Trump est déclaré bon pour le service en juillet 1968. Deux mois plus tard, il bénéficie d’un sursis, puis bientôt d’une réforme définitive en raison d’excroissances osseuses au pied. Ce diagnostic inespéré sera contesté à plusieurs reprises compte tenu de l’absence de preuves tangibles. Pire, Trump s’est régulièrement trompé sur le pied censé être malade... De fait, cet habitué des harangues nationalistes et va-t-en guerre n’insiste guère sur ce qu’il faisait au temps de la guerre. Le choix d’un tel morceau par Trump suggère qu’il n’a pas dû s’attarder très longtemps sur le sens des paroles. Si tel avait été le cas, il aurait pu mesurer à quel point elles s’appliquaient à son cas personnel.

    • “Fortunate Son”

      Some folks are born made to wave the flag
      Ooh, they’re red, white and blue
      And when the band plays “Hail To The Chief”
      Ooh, they point the cannon at you, Lord

      It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no senator’s son, son
      It ain’t me, it ain’t me; I ain’t no fortunate one, no

      Some folks are born silver spoon in hand
      Lord, don’t they help themselves, oh
      But when the taxman comes to the door
      Lord, the house looks like a rummage sale, yes

      It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no millionaire’s son, no, no
      It ain’t me, it ain’t me; I ain’t no fortunate one, no

      Yeah!
      Some folks inherit star spangled eyes
      Ooh, they send you down to war, Lord
      And when you ask them, “How much should we give?”
      Ooh, they only answer, “More! More! More!” Yo

      It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no military son, son
      It ain’t me, it ain’t me; I ain’t no fortunate one, one

      It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no fortunate one, no no no
      It ain’t me, it ain’t me, I ain’t no fortunate son, no no no

  • #Trump est-il un #cancre ?, par Alain Garrigou (Les blogs du Diplo, 8 septembre 2020)
    https://blog.mondediplo.net/trump-est-il-un-cancre

    Est-ce donc seulement une affaire de « cancre » ? On peut imaginer qu’il y a quelque #jouissance à pouvoir dire publiquement n’importe quoi. La #honte habituelle du cancre pris en flagrant délit procède du jugement social, mais si l’énormité est celle d’un puissant, qui oserait se moquer ?

    Donald Trump ne s’est-il pas souvent vanté d’être un génie ? La « #cancrétude », alternant grande vanité et autodérision (cancre ou génie), serait une nouvelle façon de jouir du #pouvoir. Toujours prêts à fournir des explications rationnelles, selon une propension rationaliste et quelque peu providentialiste d’expert, on est tenté de conclure que Trump est président bien qu’il soit cancre. Et de ne pas se demander s’il est président parce qu’il est cancre. Après tout ne l’a-t-il pas suggéré lui-même en en affirmant qu’il serait élu même s’il tuait quelqu’un en plein jour sur la Ve avenue ?

    La campagne de 2016 en a donné une démonstration directe quand sa rivale Hillary Clinton laissa échapper un cri du cœur devant la #bêtise des fans républicains : « #deplorable ». Disant tout haut ce que beaucoup de gens pensaient, elle s’attira une réponse radicale de ces mêmes fans arborant des t-shirts avec l’inscription « deplorable ». Ils s’emparaient classiquement de l’insulte pour la revendiquer. Ce n’est toutefois pas si fréquent de se revendiquer #stupide dans une société qui s’en moque.

  • Yusef Salaam: ’Trump would have had me hanging from a tree in Central Park’ | Books | The Guardian

    http://www.theguardian.com/books/2020/aug/31/yusef-salaam-trump-would-have-had-me-hanging-from-a-tree-in-central-par

    f Donald Trump had got his way I wouldn’t be speaking to Yusef Salaam right now. “Had his ad taken full effect we would have been hanging from trees in Central Park,” Salaam says matter-of-factly. “People wanted our blood running in the streets.”

    And this goes with this (just to recall who Trump is really) :
    https://www.theguardian.com/us-news/2016/feb/17/central-park-five-donald-trump-jogger-rape-case-new-york

    #trump #états-unis

  • Trump on QAnon Followers: ’These Are People That Love Our Country’ - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/08/19/us/politics/trump-qanon-conspiracy-theories.html

    WASHINGTON — President Trump on Wednesday offered encouragement to proponents of QAnon, a viral conspiracy theory that has gained a widespread following among people who believe the president is secretly battling a criminal band of sex traffickers, and suggested that its proponents were patriots upset with unrest in Democratic cities.

    “I’ve heard these are people that love our country,” Mr. Trump said during a White House news conference ostensibly about the coronavirus. “So I don’t know really anything about it other than they do supposedly like me.”

    “Is that supposed to be a bad thing or a good thing?” the president said lightly, responding to a reporter who asked if he could support that theory. “If I can help save the world from problems, I am willing to do it. I’m willing to put myself out there.”

    Mr. Trump’s cavalier response was a remarkable public expression of support for conspiracy theorists who have operated in the darkest corners of the internet and have at times been charged with domestic terrorism and planned kidnapping.

    “QAnon conspiracy theorists spread disinformation and foster a climate of extremism and paranoia, which in some cases has led to violence. Condemning this movement should not be difficult,” said Jonathan A. Greenblatt, the chief executive of the Anti-Defamation League. “It’s downright dangerous when a leader not only refuses to do so, but also wonders whether what they are doing is ‘a good thing.’”

    QAnon is a larger and many-tentacled version of the Pizzagate conspiracy theory, which falsely claimed that Hillary Clinton was operating a child sex-trafficking ring out of the basement of a Washington, D.C., pizza restaurant. In December 2016, a man who said he was on the hunt for proof of child abuse was arrested after firing a rifle inside the restaurant.

    QAnon supporters often flood social media pages with memes and YouTube videos that target well-known figures — like Mrs. Clinton and her husband, former President Bill Clinton, and the actor Tom Hanks — with unfounded claims about their links to child abuse. Lately, activists have used anti-child-trafficking hashtags as a recruitment tool.

    “It’s not just a conspiracy theory, this is a domestic extremist movement,” said Travis View, a host of “QAnon Anonymous,” a podcast that seeks to explain the movement. Mr. View said that Twitter and Facebook pages exploded with comments from gleeful followers after Mr. Trump’s comments.

    Mr. View pointed out that the president answered the question by supporting the central premise of the QAnon theory — that he is battling a cabal of left-wing pedophiles — rather than addressing the lack of evidence behind the movement.

    In recent weeks, platforms including Twitter and Facebook have rushed to dismantle a mushrooming number of QAnon-related accounts and fan pages, a move that people who study the movement say is too little and too late. On Wednesday, after a record amount of QAnon-related growth on the site, Facebook said it removed 790 QAnon groups and was restricting another 1,950 groups, 440 pages and more than 10,000 Instagram accounts.

    On Facebook alone, activity on some of the largest QAnon groups rose 200 to 300 percent in the past six months, according to data gathered by The New York Times.

    “We have seen growing movements that, while not directly organizing violence, have celebrated violent acts, shown that they have weapons and suggest they will use them, or have individual followers with patterns of violent behavior,” Facebook said in a statement, adding that it would also block QAnon hashtags like #digitalarmy and #thestorm.

    But the movement made the jump from social media long ago: With dozens of QAnon supporters running this year for Congress — including several who have won Republican primaries in Oregon and Georgia — QAnon is knocking on the door of mainstream politics, and has done so with the president’s help.

    For his part, the president has often reposted QAnon-centric content into his Twitter feed. And QAnon followers have long interpreted messages from Dan Scavino, the White House director of social media, as promoting tongue-in-cheek symbols associated with the movement.

    “I’m not surprised at all by his reaction, and I don’t think QAnon conspirators are surprised either. It’s terrifying,” Vanessa Bouché, an associate professor of political science at Texas Christian University, said in an interview. “In a democratic society, we make decisions based on information. And if people are believing these lies, then we’re in a very dangerous position.”

    #Qanon #Trump #Fake_news #Culture_numérique #Mèmes #Extrême_droite

  • TikTok, nouvelle victime de la dégradation des relations entre Washington et Pékin
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/01/tiktok-nouvelle-victime-de-la-degradation-des-relations-entre-washington-et-

    Donald Trump a annoncé brusquement, vendredi 31 juillet au soir, son intention d’interdire le réseau social TikTok. Sur le chemin du retour d’un déplacement en Floride, où il s’était rendu en début d’après-midi, le président a déclaré : « En ce qui concerne TikTok, nous l’interdisons aux Etats-Unis. » « J’en ai l’autorité », a assuré le président, évoquant la signature d’un décret exécutif sans cependant donner plus de détails aux journalistes qui l’accompagnaient à bord de l’Air Force One. TikTok n’a pas réagi immédiatement à cette déclaration, qui n’a été appuyée par aucun communiqué officiel de la Maison Blanche.
    Lire aussi Des élus américains craignent que TikTok ne soit utilisée pour interférer dans les élections

    En quittant Washington, une dizaine d’heures plus tôt, Donald Trump s’était montré plus évasif. « Nous examinons TikTok. Nous interdirons peut-être TikTok. Nous ferons peut-être d’autres choses. Il existe plusieurs options. Mais il se passe beaucoup de choses, alors nous verrons ce qui se passe. Mais nous recherchons de nombreuses alternatives par rapport à TikTok », avait-il brièvement indiqué avant ce déplacement lié à la lutte contre la pandémie de Covid-19.

    Selon le Wall Street Journal, l’une de ces options aurait été celle d’une reprise de la partie américaine de TikTok par une société nationale, en l’occurrence le géant Microsoft. Cette piste aurait permis à la Maison Blanche d’éviter deux écueils potentiels : une guérilla juridique et la désapprobation des utilisateurs de cette plate-forme de partage de vidéos essentiellement ludiques.

    En annonçant abruptement l’interdiction de la plate-forme, vendredi soir, Donald Trump ne s’est pas appuyé sur d’éventuelles conclusions de l’enquête du comité interministériel. Deux jours plus tôt, le patron de TikTok, Kevin Mayer, arrivé en juin du géant Walt Disney, avait assuré : « Nous ne sommes pas politiques, nous n’acceptons pas de publicité politique et nous n’avons pas d’agenda. Notre seul objectif est de rester une plate-forme animée et dynamique appréciée de tous. »
    « Nouvelle tyrannie »

    Dans une note publiée le 14 juillet, James Andrew Lewis, chef du programme de politique des technologies au Center for Strategic and International Studies (CSIS), un cercle de réflexion de Washington spécialisé dans les questions de sécurité, a émis des doutes sur le danger potentiel représenté par la plate-forme. « Il y a de bonnes raisons d’être profondément préoccupé par la Chine et l’espionnage, mais TikTok n’en fait probablement pas partie », a-t-il estimé.

    #TikTok #Chine_USA #Censure #Trump

    • Et toujours avec Trump : est-ce que c’est parce que le chef du shit-hole country n’a pas supporté de s’être fait ridiculiser, à Tulsa, par des usagers de Tiktok ?

      Is This The Real Reason Why Trump Wants To Ban TikTok ?
      https://www.forbes.com/sites/abrambrown/2020/08/01/is-this-the-real-reason-why-trump-wants-to-ban-tiktok

      What exactly happened? In June, Trump announced he wanted to have a rally in Tulsa on June 19, a day celebrated as a holiday commemorating the end of slavery. Trump’s decision to have it that day—in a city with a painful, violent history of racism—angered people, and in the end, he relented, somewhat, moving it to the next day.

      His decision did not stop a campaign that quickly formed on TikTok and Twitter in mid-June about a week before the rally. Its goal was straight forward: Flood the Trump website for reserving tickets with fake names, phone numbers and emails and then never attend the rally. Theoretically, it would give the Trump campaign false hopes for a large crowd leading up to the event and make them look foolish when it was sparsely attended.

      On Twitter, fans of K-Pop spread the message far and wide. On TikTok, Laupp and others did the same thing. Laupp’s video was viewed almost 1 million times, one of the most widely shared of the calls to action on that app. “We had families in England reserving tickets to come to this rally, teenagers in Australia that saw the video and jumped on the bandwagon and found Oklahoma zip codes and U.S. phone numbers to reserve tickets with,” she says. “This thing went worldwide.”

      Shortly before June 20, the Trump campaign said it had nearly 1 million people registered to attend. But when the big night came, the BOK Center in Tulsa filled to perhaps to a third of its total capacity. Televised broadcasts showed Trump at a podium framed by large swaths of empty blue seats. The online campaign against him had worked, though Laupp and other TikTokers are fully aware that their efforts aren’t the only reason that attendance was low. Surely the pandemic kept a few people home; the Trump campaign blamed it on protests in Tulsa, though reporters there that night identified few protests happening.

  • This Week, Democratic Leaders Rejected Medicare for All Again
    https://jacobinmag.com/2020/07/covid-19-democrats-medicare-for-all

    Last Wednesday, 139 House Democrats voted to reject a 10 percent cut in the Pentagon budget proposed by Congressional Progressive Caucus cochair Mark Pocan. On Monday, delegates on the DNC’s platform committee rejected Medicare For All (M4A) by a margin of 36-125-3, alongside an amendment urging the party to embrace the legalization of marijuana.

    On Tuesday, House majority leader Steny Hoyer signaled that the party is ready to budge on extending the extra $600 in weekly unemployment benefits millions have been receiving during COVID-19 — echoing right-wing talking points that such benefits would serve as a “disincentive to work.”

    Tying together what has been a truly stellar month for elite Democrats, Biden — who currently has a solid lead in the polls — explained to a group of Wall Street donors that he won’t actually propose any new legislation to rein in corporate power or change corporate behavior. “Corporate America has to change its ways,” said Biden at a fundraiser headlined by Blackstone executive Jon Gray, adding: “It’s not going to require legislation. I’m not proposing any.”

    Le choix entre la peste et l’accompagnement réaliste et responsable du choléra.
    #Trump #Biden #USA2020

  • Trump’s New Favorite COVID Doctor Believes in Alien DNA, Demon Sperm, and Hydroxychloroquine
    https://news.yahoo.com/trump-favorite-covid-doctor-believes-120603903.html
    https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/sKHqRSwe5RzR6ZTkmrvAzg--~B/aD02NTg7dz0xMTcwO3NtPTE7YXBwaWQ9eXRhY2h5b24-/https://media.zenfs.com/en-US/thedailybeast.com/090570c863d2bb8ba892afc86ba36b57

    Before Trump and his supporters embrace Immanuel’s medical expertise, though, they should consider other medical claims Immanuel has made—including those about alien DNA and the physical effects of having sex with witches and demons in your dreams.

    Immanuel, a pediatrician and a religious minister, has a history of making bizarre claims about medical topics and other issues. She has often claimed that gynecological problems like cysts and endometriosis are in fact caused by people having sex in their dreams with demons and witches.

    She alleges alien DNA is currently used in medical treatments, and that scientists are cooking up a vaccine to prevent people from being religious. And, despite appearing in Washington, D.C. to lobby Congress on Monday, she has said that the government is run in part not by humans but by “reptilians” and other aliens.

  • Republican Support for Wearing Masks Leaps to 58% After Trump Wears One in Public for First Time
    https://www.newsweek.com/republican-support-wearing-masks-leaps-58-after-trump-wears-one-public-fir

    The majority of Republican voters now support wearing a face covering in public, a new poll suggests, nearly two weeks after President Donald Trump donned one in public for the first time.

    Three out of four survey respondents, including 58 percent of Republicans, said they strongly or somewhat favor requiring Americans to wear face masks in public when they’re around other people, according to the Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research poll.

    Nearly all Democrats, or 89 percent, said they were in favor of mask requirements.

    The data shows an overall shift in perspective regarding the use of face coverings, which has become an increasingly politicized issue in the months since the coronavirus outbreak erupted in the U.S. in March.

    Le #masque, un geste politique difficile à comprendre pour la droite... À noter, l’importance de l’exemplarité de la part des gouvernants. En refusant de porter un masque en public, #Trump n’a pas permis à son pays d’adopter un geste de réduction des risques efficace, simple et peu coûteux.

  • A new Trump campaign ad depicting a police officer being attacked by protesters is actually a 2014 photo of pro-democracy protests in Ukraine
    https://www.businessinsider.fr/us/trump-campaign-ad-police-officer-attacked-2014-ukraine-protests-2020

    However, the image the Trump campaign used is not from the US – or from this year. It was uploaded on Wikimedia Commons, Wikipedia’s public-domain media archive, in 2014 with the label “a police officer attacked by protesters during clashes in Ukraine, Kyiv. Events of February 18, 2014.”

    The photographer, Mstyslav Chernov, confirmed to Business Insider that this was his photo from Ukraine in 2014.

    “Photography has always been used to manipulate public opinion. And with the rise of social media and the rise of populism, this is happening even more,” he said.

    https://i.insider.com/5f180d0e5af6cc5ba8284103

    A source close to Facebook told Business Insider that the company does not plan to remove the ad.

    #désinformation #fake_news #Trump #Facebook

  • Portland, ville symbole de la résistance à Trump
    https://www.courrierinternational.com/article/manifestations-portland-ville-symbole-de-la-resistance-trump

    Voilà plus de cinquante jours que les manifestations contre le racisme et les violences policières se succèdent à Portland, la plus grosse ville de l’Oregon. Le récent déploiement de forces spéciales du gouvernement fédéral n’a fait qu’envenimer les choses.

    #paywall

    • Cinquante-deux jours consécutifs de #manifestations. Si la #mobilisation contre les #violences_policières à la suite de la mort de George Floyd a fléchi dans les rues des autres grandes villes et des petites villes américaines, à Portland, dans l’#Oregon, « la détermination des manifestants va croissant », rapporte le New York Times.

      Et pour cause, la ville est devenue un #symbole du #bras_de_fer engagé par Donald Trump pour mettre un terme aux troubles et aux manifestations en déployant des #forces_spéciales de #police_fédérale.

      « Flagrant #abus_de_pouvoir »

      Le locataire de la Maison-Blanche a encore dénoncé sur Twitter ce dimanche 19 juillet les « anarchistes et agitateurs » qu’il considère comme « une #menace_nationale » et qu’il désigne comme responsables du « #chaos et de l’#anarchie » qui règne dans cette ville de la côte Ouest. Or « davantage de manifestants sont sortis dans les rues de Portland pour protester contre la #militarisation du #maintien_de_l'ordre », rendue palpable par le déploiement de forces spéciales de police fédérale dans la ville depuis le début du mois de juillet, souligne le quotidien new-yorkais.

      Dans un second article, le New York Times décrit plus précisément ces forces spéciales de police fédérale : « Des #agents_fédéraux vêtus de tenues camouflage et d’équipements tactiques, usant de #gaz_lacrymogène et de #brutalité, et embarquant à l’occasion des manifestants dans des véhicules banalisés », ce que la gouverneure démocrate de l’Oregon, Kate Brown, a qualifié de « flagrant abus de pouvoir ».

      La procureure générale de l’État a également indiqué que ses services avaient ouvert une #enquête à la suite de #violences sur un manifestant et avaient enregistré une #plainte devant un tribunal local contre les méthodes répressives illégales des agents fédéraux.

      Les agents présents à Portland font partie des « équipes à déploiement rapide mises en place par le ministère de la Sécurité intérieure ». Il s’agit d’une demande expresse du président américain auprès de différentes agences fédérales d’envoyer des renforts pour « protéger les #statues, #monuments et bâtiments fédéraux pendant les manifestations ».

      Tout un symbole

      Ces équipes incluent environ « 2 ?000 hommes issus de la #police_des_frontières, mais aussi du ministère des Transports et des #gardes-côtes qui viennent prêter main-forte au #Federal_Protective_Service », une agence fédérale peu connue chargée de la #protection_des_propriétés du gouvernement fédéral sur tout le territoire américain.

      Ces renforts fédéraux « ont été déployés à #Seattle, à #Washington et à Portland », souligne le New York Times. Depuis, les images chocs, les vidéos amateurs et les témoignages se multiplient sur les réseaux sociaux et dans les médias américains pour dénoncer la violence de la #répression à Portland.

      Parmi les images les plus frappantes qui ont fait le tour de la Toile figure cette vidéo d’un groupe de mères casquées venues protester contre la présence des agents fédéraux aux cris de « Feds stay clear. Moms are here ?! » ("Allez-vous-en les fédéraux, les mères sont là !").

      Ou encore les photos et vidéos de cette manifestante nue exécutant un drôle de ballet devant les forces de l’ordre. Une manifestante anonyme qualifiée par le Los Angeles Times d’"Athéna", en référence à la déesse grecque de la guerre, émergeant « telle une apparition au milieu des nuages de gaz lacrymogène lancé par les agents fédéraux et ne portant rien d’autre qu’un masque et un bonnet noir face à une dizaine d’agents lourdement armés et vêtus de treillis militaire ».

      Le symbole même de la « vulnérabilité humaine » face à une répression disproportionnée.

      #résistance #Trump #USA #Etats-Unis #plainte #Naked_Athena #Athena

      ping @davduf

    • A Portland, la « milice personnelle de Trump » à l’œuvre

      Ils jaillissent de voitures banalisées, vêtus d’uniformes kaki tout neufs dignes de la guerre d’Irak, pour interpeller des manifestants, ou, trop souvent, de simples passants soupçonnés d’être de « dangereux anarchistes ». Une vidéo montre un de leurs commandos maîtriser à dix, avec l’aide d’un chien policier, un tagueur devant la cour de justice fédérale de Portland, Oregon.

      Ces forces de l’ordre inconnues, dénuées du moindre insigne déclinant leur identité ou leur administration d’origine, côtoient depuis près de deux semaines la police de Portland pour disperser les rassemblements de militants Black Lives Matter, toujours actifs depuis la mort de George Floyd. S’ils coordonnent parfois officieusement leurs actions avec les policiers locaux, connus pour leur brutalité, ils ne prennent leurs ordres que de Washington. Essentiellement du Department of Homeland Security, l’administration de la sécurité intérieure fondée après le 11 Septembre, aujourd’hui étroitement contrôlée par Donald Trump en personne – au grand désarroi des autorités locales, qui assurent n’avoir jamais demandé un tel renfort. « Ces dizaines, voire ces centaines d’officiers fédéraux qui débarquent dans notre ville ne font qu’envenimer la situation, a déploré Ted Wheeler, le maire démocrate de Portland. Leur présence ne fait qu’accroître les violences et le vandalisme. »

      Pour toute réponse, Donald Trump a annoncé qu’il entendait poursuivre ces déploiements dans d’autres villes, telles Chicago, Detroit, Philadelphie, Baltimore et Oakland (en Californie), ainsi que…New York, qui ne connaît plus de manifestations d’envergure, pour rétablir l’ordre dans des municipalités « mal dirigées par des Démocrates de gauche ».

      Aucune compétence sur la voie publique

      L’offensive de la Maison Blanche, décrite comme une manifestation d’autoritarisme et une crise constitutionnelle par l’Aclu, importante association de défense des droits civils, provoque un choc dans l’opinion. Révulsée, Nancy Pelosi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, demande le retrait des « troupes d’assaut de Donald Trump ». Tom Ridge, premier directeur du Homeland Security Department entre 2003 et 2005, a pour sa part rappelé que cette agence de l’Etat fédéral n’a pas été conçue « pour servir de milice personnelle à Donald Trump ».

      Le maintien de l’ordre est traditionnellement la responsabilité des autorités locales : des Etats mais plus couramment des maires des villes, des shérifs élus et des dirigeants de comtés. Les forces fédérales, tels le FBI, la Drug Enforcement Administration et les agences de lutte contre l’immigration clandestine, ne sont compétentes que pour les crimes et délits impliquant des mouvements entre plusieurs Etats ou dûment inscrits en raison de leur gravité dans une liste approuvée par le Congrès. Hormis pour la protection des bâtiments fédéraux, un prétexte largement utilisé à Portland, ils n’ont aucune compétence sur la voie publique, alors qu’ils quadrillent la ville impunément sans autorisation des autorités locales.

      Donald Trump, brutalisé par les sondages et en mal de démonstration d’autorité, a fait son miel du slogan de Black Lives Matter « defund the police », soit retirer ses financements à la police. Le mot d’ordre appelait à la fin de la militarisation du maintien de l’ordre local et au rééquilibrage des fonds publics vers les services sociaux ou de prévention de la criminalité. La Maison Blanche y voit l’occasion de se présenter comme la championne de la loi et de l’ordre face au prétendu laxisme des élus démocrates, quitte à attiser les conflits locaux avant les élections de novembre.

      Rempart contre le prétendu chaos

      Le Président n’a eu de cesse, depuis trois ans, de stigmatiser les « villes sanctuaires » qui limitent leur appui à ses campagnes d’arrestation d’immigrants clandestins. Il trouve maintenant une nouvelle occasion de monter sa base électorale, largement rurale, contre les zones urbaines, majoritairement démocrates, et de s’imposer comme un rempart contre le prétendu chaos. Donald Trump avait évoqué Chicago et son taux de criminalité terrible dès son discours inaugural apocalyptique de janvier 2017 pour promettre la fin de ce « massacre américain ». Mais on ignore l’impact qu’aura sa centaine d’enquêteurs fédéraux dans une ville qui a connu 62 attaques armées entre gangs le week-end dernier. Le maire de Detroit, comme celui de Philadelphie, demandent quant à eux poliment d’où le Président tire ses informations sur le désordre et la criminalité locale.

      Plus perfidement, Trump profite de la colère des polices locales, notamment à New York, ou le maire, Bill de Blasio, à réduit le budget du NYPD sous la pression de Black Lives Matter, pour tenter de déstabiliser les élus démocrates au moment où, certes, la criminalité augmente depuis le déconfinement sans pour autant renverser vingt ans de progrès spectaculaires dans la sécurité de la ville.

      Le Président a, de plus, accru son emprise sur les forces fédérales usant non du FBI, qu’il déteste en raison des enquêtes sur sa possible collusion avec Moscou, mais des agences qui lui sont dévouées, comme la police des frontières et l’Immigration and Customs Enforcement (ICE), responsable des arrestations de clandestins. Ces officiers, dénués de toute expérience en matière de contrôle des désordres sur la voie publique, constituent la majorité des troupes en uniforme kaki qui traquent les tagueurs de Portland et pourraient bientôt imposer la marque Trump dans les ghettos du South Side, à Chicago.

      https://www.liberation.fr/planete/2020/07/22/a-portland-la-milice-personnelle-de-trump-a-l-oeuvre_1794940?xtor=rss-450

  • White House declares that “science should not stand in the way” of reopening schools - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/en/articles/2020/07/17/scho-j17.html
    https://www.wsws.org/asset/692b2832-cc40-487d-9bf3-db9a180c6994/image.jpg

    At a press conference Thursday, White House Press Secretary Kayleigh McEnany reiterated the Trump administration’s mandate that schools resume full in-person instruction in the fall, crudely expressing the anti-scientific outlook that guides the ruling class response to the COVID-19 pandemic.

    “The president has said unmistakably that he wants schools to open,” McEnany declared, adding, “and when he says open he means open and full. Kids being able to attend, each and every day, at their school. The science should not stand in the way of this.”

    #trump #états-unis

  • Prise de pouvoir de l’administration #Trump sur les données concernant l’évolution du #Covid-19 - Heidi.news
    https://www.heidi.news/sante/la-maison-blanche-retire-la-recolte-des-donnees-sur-covid-19-des-mains-des-c

    Le gouvernement de Donald Trump a ordonné aux hôpitaux du pays d’envoyer les données relatives au #coronavirus à une base de données centrale à Washington dès ce mercredi 15 juillet. Jusqu’à présent, ces informations indispensables pour surveiller la situation sanitaire étaient recueillies quotidiennement par les #CDC (les Centers for Disease Control and Prevention), l’agence du gouvernement chargée du contrôle des maladies. La Maison blanche affirme que ce nouveau procédé permettra une collecte plus rapide et complète des informations et une meilleure allocation des ressources. Mais cette décision soulève des questions de transparence.

    Pourquoi c’est inquiétant.
    La base de données du Département de la Santé où seront envoyées les informations n’est pas accessible au public. Cela pourraient donc affecter le travail des chercheurs, des journalistes et de divers acteurs de santé publique qui s’appuient sur les CDC pour établir des projections et prendre des décisions. De nombreux experts en #santé_publique, interrogés par le New York Times, expriment aussi leurs inquiétudes vis-à-vis de la politisation des données. La représentante de Floride, Donna E. Shalala, ministre de la santé sous Bill Clinton, a ainsi déclaré dans les colonnes du quotidien : « seules les CDC ont l’expertise nécessaire pour collecter des données. Je pense que toute tentative de déresponsabiliser les personnes qui ont l’expertise est une politisation ».

    A lire dans le New York Times

    « #Politisation » en lieu et place d’acte #criminel.

  • Kanye West declares he will run for US president in 2020 | Music | The Guardian
    https://www.theguardian.com/music/2020/jul/05/kanye-west-declares-he-will-run-for-us-president-in-2020
    https://i.guim.co.uk/img/media/74b40c5bdf6a9a8a7ca8472b9f9135de88b064a7/0_0_3644_2187/master/3644.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    If he ran, West would follow in a long tradition of independent or third-party campaigns challenging the Democratic and Republican stranglehold. In 1992, Ross Perot, an eccentric Texan billionaire, took 19% of the vote. In 2000, Ralph Nader’s Green party took less than 3% but was widely blamed for costing Democrat Al Gore the presidency.

    Je découvre un rappeur noir trumpiste... télécommandé par #Trump pour saboter le vote noir démocrate ? ou encore plus con que son maître ?
    #mari_de_Kim_Kardashian

  • #Trump autorise des #sanctions économiques contre des responsables de la #CPI
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2020-06-11/trump-autorise-des-sanctions-economiques-contre-des-responsables-de-la-cpi

    (Washington) Déjà engagé dans une offensive sans précédent contre la #Cour_pénale_internationale, Donald Trump a encore haussé le ton jeudi en annonçant des sanctions économiques pour dissuader la juridiction de poursuivre des militaires américains pour leur implication dans le conflit en Afghanistan.

    #etats-unis

  • #Actu_Coronavirus – 07 juin
    https://www.les-crises.fr/actu-coronavirus-07-juin

    Ce fil d’actualités comprend des informations provenant de deux sources : le live #Covid-19 de 20 minutes et le compte Twitter @Conflits_FR. 07 juin 18h Après plusieurs jours de manifestations à #WashingtonDC, Donald #Trump a annoncé le retrait de la garde nationale dans la ville. « Ils vont rentrer chez eux mais peuvent rapidement revenir, si nécessaire » a-t-il tweeté. (Twitter) #BlackLivesMattters #GeorgeFloyd 16hLire la suite

    #Revue_de_Presse #SRAS-2 #Revue_de_Presse,_Actu_Coronavirus,_Covid-19,_SRAS-2

  • #Actu_Coronavirus – 06 juin
    https://www.les-crises.fr/actu-coronavirus-6-juin

    Ce fil d’actualités comprend des informations provenant de deux sources : le live #Covid-19 de 20 minutes et le compte Twitter @Conflits_FR. 06 juin 20h Justice : un #policier sera jugé le 26 juin pour « violences involontaires » après un tir de #LBD sur une femme de 19 ans le 18/12/2018 à #Biarritz lors d’une manifestation dans le cadre de la préparation du #G7. Le policier a été identifié après enquête de l’#IGPN. (Le Figaro) #Politique : une moyenne des sondages étasuniens attribue actuellement à Joe #Biden une avance de 7,1 points sur Donald #Trump pour l’élection présidentielle de novembre prochain. L’ex vice-président arriverait premier dans plusieurs États clés. (RealClearPolitics) #USALire la (...)

    #Revue_de_Presse #SRAS-2 #Revue_de_Presse,_Actu_Coronavirus,_Covid-19,_SRAS-2

  • VENEZUELA : Guaidó se cacherait depuis un mois à l’ambassade de France à Caracas, alors qu’il a raté son coup d’État #OperacionGedeon .

    Honte à la France de Macron d’accueillir ce pathétique pantin et de refuser l’asile à Assange ou Snowden.

    https://www.france24.com/es/20200602-maduro-insin%C3%BAa-que-guaid%C3%B3-est%C3%A1-escondido-en-una-em

    El canciller venezolano Jorge Arreaza confirmó hoy que Juan Guaidó se encuentra bajo protección diplomática francesa y que espera que España y Francia entreguen a «prófugos de la justicia venezolana» en alusión también a Leopoldo López.

    https://twitter.com/latablablog/status/1268641562260582401

    https://unionradio.net/arreaza-espera-que-espana-y-francia-entreguen-a-los-profugos-de-la-justi

    CARACAS.– El canciller de la República, Jorge Arreaza, afirmó que el diputado Juan Guaidó «está en deuda con la justicia» y aseguró que el líder del partido Voluntad Popular, Leopoldo López, «sigue conspirando» contra el gobierno del presidente, Nicolás Maduro.

    «Leopoldo López desde la embajada de España sigue conspirando, él tomó decisiones para llevar adelante la operación Gedeón, él es el jefe de Guaidó, son graves violaciones», dijo en entrevista con Maripili Hernández en el programa Sin Duda de Unión Radio.

    Arreaza insistió en el respeto al derecho internacional y que no pueden ingresar a las embajadas, «en este caso de España o de Francia»; sin embargo, confía en la actuación de los organismos de justicia del Estado venezolano.

    «Esperamos que esos gobiernos rectifiquen y cumplan con las leyes del Estado receptor, en este caso Venezuela, y entreguen a los prófugos de la justicia a la justicia venezolana».

    «Es una vergüenza para la diplomacia de España y Francia», dijo al referirse a la supuesta presencia de Guaidó en la sede diplomática gala.»El gobierno francés sabe la posición del gobierno venezolano. Todos los días hacemos los reclamos formales a estos países».

  • James Mattis Denounces Trump as Threat to Constitution
    Jeffrey Goldberg - June 3, 2020 - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/politics/archive/2020/06/james-mattis-denounces-trump-protests-militarization/612640

    James Mattis, the esteemed Marine general who resigned as secretary of defense in December 2018 to protest Donald Trump’s Syria policy, has, ever since, kept studiously silent about Trump’s performance as president. But he has now broken his silence, writing an extraordinary broadside in which he denounces the president for dividing the nation, and accuses him of ordering the U.S. military to violate the constitutional rights of American citizens.

    “I have watched this week’s unfolding events, angry and appalled,” Mattis writes. “The words ‘Equal Justice Under Law’ are carved in the pediment of the United States Supreme Court. This is precisely what protesters are rightly demanding. It is a wholesome and unifying demand—one that all of us should be able to get behind. We must not be distracted by a small number of lawbreakers. The protests are defined by tens of thousands of people of conscience who are insisting that we live up to our values—our values as people and our values as a nation.” He goes on, “We must reject and hold accountable those in office who would make a mockery of our Constitution.”

    In his j’accuse, Mattis excoriates the president for setting Americans against one another.

    “Donald Trump is the first president in my lifetime who does not try to unite the American people—does not even pretend to try. Instead, he tries to divide us,” Mattis writes. “We are witnessing the consequences of three years of this deliberate effort. We are witnessing the consequences of three years without mature leadership. We can unite without him, drawing on the strengths inherent in our civil society. This will not be easy, as the past few days have shown, but we owe it to our fellow citizens; to past generations that bled to defend our promise; and to our children.” (...)

    via @CorentinSellin
    https://twitter.com/CorentinSellin/status/1268304712027090944

    Alors, là... c’est du jamais vu.
    Le général #Mattis, le plus prestigieux des conservateurs US, général des Marines vénéré dans les troupes, qui fut secrétaire à la Défense de #Trump durant 2 ans, le dénonce comme 1 menace à la nation et à la Constitution.

    Cet homme est un soldat d’élite, conservateur pur jus- tout sauf de gauche- et il traite #Trump qu’il a servi au Pentagone comme LE destructeur de la nation US

  • Mort de George Floyd : Donald Trump cible la mouvance « antifa », qu’il veut classer comme « organisation terroriste »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/06/01/mort-de-george-floyd-trump-cible-la-mouvance-antifa-qu-il-veut-classer-comme

    Déjà, la mouvance antifa (pour « antifasciste ») est, de fait, une mouvance, et pas une organisation établie. « Antifa » est devenu aux Etats-Unis un terme fourre-tout qui rassemble les marges de la gauche radicale, qu’elles soient organisées avec pignon sur rue – notamment contre la résurgence, réelle, des mouvements néonazis et d’ultradroite – ou pas. Un militant de longue date, qui a souhaité rester anonyme, parle d’un « stéréotype ».

    Quand une pensée politique est si répandue, on peut toujours essayer de l’interdire !

    #répression #anarchisme

    • La déclaration présidentielle ne peut avoir aucune conséquence légale : la catégorie n’existe pas pour les groupes américains. Mais le ministre de la justice a assuré que les antifascistes faisaient l’objet d’une attention particulière du FBI.

      Les « antifas », voilà l’ennemi désigné. Alors que les manifestations pacifiques, mais aussi les émeutes, se multiplient dans les villes américaines, Donald Trump a confirmé, dimanche 31 mai, qu’il considérait la mouvance comme responsable.
      « Les Etats-Unis vont inscrire ANTIFA dans la catégorie des organisations terroristes », a tweeté le président, qui a appelé un peu plus tard les maires et les gouverneurs démocrates à « s’endurcir » : « Ces gens [les manifestants ou les émeutiers, pas évident à déterminer dans le contexte] sont ANARCHISTES. »

      [...]

      La déclaration de Donald Trump, dimanche, se heurte donc à une réalité plus complexe. Elle n’a de plus aucune valeur pratique et juridique.
      [...]

      Donald Trump avait déjà, en juillet 2019, agité la menace de classement en groupe terroriste (sur Twitter également), comparant « ANTIFA » au gang ultraviolent américano-salvadorien MS-13. Il rebondissait sur une résolution (symbolique) défendue par deux sénateurs républicains, Ted Cruz (Texas) et Bill Cassidy (Louisiane) qui souhaitaient que les antifas soient désignés comme une « organisation de terrorisme intérieur », citant l’agression d’un journaliste conservateur, le blocage d’un bureau de la police de l’immigration (ICE) et la révélation de l’identité d’agents du service.

      Un acte politique, sans implication juridique

      Autre obstacle à la volonté présidentielle, la « catégorie des organisations terroristes » n’existe pas pour le terrorisme intérieur aux Etats-Unis. La loi fédérale définit bien ce dernier, mais la législation ne prévoit aucune incrimination spécifique ou liste de groupes susceptibles d’être sanctionnés. Le financement ou le soutien sont susceptibles de poursuites uniquement si l’organisation est étrangère.

      De même, une enquête sur un groupe « terroriste » local ne peut être déclenchée que s’il est soupçonné d’un crime – violences, meurtres – alors que toute activité étrangère peut provoquer des investigations sur le terrorisme international.

      Et si un terroriste sans lien avec l’étranger commet une tuerie de masse, il sera, simplement, si l’on peut dire, poursuivi pour assassinats – et éventuellement « crime de haine ». La décision de qualifier un acte de « terrorisme intérieur » est donc purement politique, sans implication juridique.

      « La décision de Trump de poster ce tweet est calculée, il s’agit de rallier sa base », poursuit ce très bon connaisseur de la mouvance, qui s’inquiète, dans un climat déjà tendu, que ce ciblage constitue un « signal pour l’extrême droite, en les encourageant à croire qu’ils peuvent mener leurs propres attaques de justiciers contre les manifestants en toute impunité ». Des incidents ont déjà été répertoriés ce week-end.
      Le ministre de la justice, William Barr, a louvoyé entre cette réalité et les déclarations présidentielles, dimanche, en assurant que « la violence organisée et menée par Antifa et d’autres groupes similaires en relation avec les émeutes est du terrorisme intérieur et sera traitée comme tel ». M. Barr a également expliqué que « pour identifier les organisateurs (…) la police fédérale utilise son réseau de 56 tasks forces antiterroristes régionales du FBI ». En somme, elle fait avec ce qui existe déjà.

      Le sacro-saint premier amendement de la Constitution

      Car le FBI – qui est à la fois un service de renseignement et un service de police judiciaire – n’a jamais cessé, depuis les années 1950, de surveiller, d’enquêter et parfois de déstabiliser les mouvements militants de gauche ou de défense des droits civiques, qu’ils soient radicaux ou pas. Le bureau de l’inspecteur général, l’autorité de contrôle du gouvernement fédéral, s’en est encore ému en 2010 au terme de quatre ans d’enquête.

      Il y a un peu plus d’un an, l’organisation non gouvernementale Property of the People a ainsi obtenu le dossier d’une enquête sur le groupe antifasciste By Any Means Necessary (BAMN), étiqueté « DT [terrorisme intérieur] – extrémisme anarchiste », après une contre-manifestation de BAMN lors d’un rassemblement de nazis et de membres du Ku Klux Klan (KKK) à Sacramento, en Californie.

      Les militants étaient accusés « d’avoir assisté à un rassemblement du Ku Klux Klan et agressé un militant nazi ». Les investigations n’avaient pas abouti, notamment parce que les activités de BAMN sont protégées au titre du premier amendement à la Constitution américaine sur la liberté religieuse, d’expression et de rassemblement. Tout comme, en face, celles du KKK et des nazis.

      C’est la limite la plus forte, constitutionnelle, et au cœur de l’identité américaine, qui bloque aux Etats-Unis toute législation sur la question du terrorisme intérieur ou même des groupes professant des idéologies de haine : le sacro-saint premier amendement. Considérer systématiquement la mouvance « antifa » comme un groupe terroriste en serait une violation, et le FBI s’y est toujours refusé. Est-ce à dire que la déclaration de Donald Trump restera sans effets concrets du côté des forces de l’ordre ? Le militant interrogé, qui en a vu d’autres, est certain que « cela sera utilisé comme une justification pour viser des organisations spécifiques, comme la “peur rouge” par le passé. »

      Laurent Borredon

      #anti-terrorisme

  • #Actu_Coronavirus – 30 mai
    https://www.les-crises.fr/actu-coronavirus-30-mai

    Ce fil d’actualités comprend des informations provenant de trois sources : Les Lives #Covid-19 du Figaro, de 20 minutes et le compte Twitter @Conflits_FR. 30 mai 17h30 La #Chine se dit prête à commercialiser un #vaccin contre le #coronavirus d’ici à la fin de l’année 2020 ou au début de 2021. Le vaccin a été développé à #Wuhan et #Pekin. Plus de 2 000 volontaires l’ont reçu. (autorités sur WeChat) #COVIDー19 États-Unis : #Facebook assure qu’elle ne censurera pas les propos de #DonaldTrump. Mark #Zuckerberg « ne veut pas s’immiscer » dans la guerre entre #Twitter et #Trump. « Nous devons permettre toute expression tant qu’elle n’implique pas de risque imminent ». (MZ sur FB)Lire la (...)

    #Revue_de_Presse #SRAS-2 #Revue_de_Presse,_Actu_Coronavirus,_Covid-19,_SRAS-2

  • Trump, Twitter, and the failed politics of appeasement

    https://link.wired.com/view/5cec29ba24c17c4c6465ed0bc6h9l.wnj/55e32496

    par Steven Levy

    Lately, my pandemic reading has included Munich, a historical novel by Robert Harris involving the tragic 1938 attempt by UK prime minister Neville Chamberlain to appease Adolph Hitler, hoping to stave off a world war that the Führer was hellbound to trigger. Chamberlain’s efforts (which Harris portrays sympathetically) were doomed.

    That reading now has an odd resonance with current events. For years, Facebook CEO Mark Zuckerberg and Twitter CEO Jack Dorsey have donned kid gloves to handle complaints of conservative bias from Donald Trump, other Republicans, and far-right wingnuts. Despite this appeasement, the executives are now facing a Trump executive order that will potentially impose government controls on what users can and cannot say on their platforms.

    Specifically, Trump is attempting to unilaterally reinterpret the meaning of Section 230, the part of the 1996 Telecommunications Bill that gives the platforms the ability to police the user-created content on their sites for safety and security without bearing the legal responsibility for anything those billions of people might say. His order explicitly echoes his claim—a bogus one—that the platforms are using the 1996 provision to censor conservatives. According to the order, Trump gives the government the power to strip companies of their protection under Section 230. Trump also wants to use something called the “Tech Bias Reporting Tool” to examine platforms for political bias and report offenders to the DOJ and FTC for possible action. It’s a bold move that would create government monitors to make sure Facebook, Twitter, and the rest give conservative speech more than its due. (One hopes that if this does come to pass, the courts will overturn the effort because, well, the constitution.)

    The longstanding claim that the platforms censor conservative speech is ridiculous. Facebook and Twitter remove content that violates community standards by spreading harmful misinformation or hate speech. A lot of that comes from elements of the right wing. Yeah, those standards aren’t perfect, and those platforms make mistakes in executing them, but there’s never been any evidence of an algorithmic bias. But instead of vigorously defending themselves, the leaders of the platforms keep assuring politicians that they take those gripes very seriously.

    Trump himself gets a pass when it comes to moderation because what a president says is newsworthy. That’s a defendable stance, but as he increasingly violates standards and norms, his posts have become a firehose of toxicity. In 2017, Dorsey told me, “I think it’s really important that we maintain open channels to our leaders, whether we like what they’re saying or not, because I don’t know of another way to hold them accountable.” He also implied that newsworthiness might have to be balanced with community standards. That was many tweets ago, and it wasn’t until this week that Twitter provided a fact-check to a Trump tweet that told falsehoods about voting by mail. (Still, Twitter left standing a Trump tweet spreading a bogus charge that former congressperson Joe Scarborough once killed an aide.)

    Zuckerberg has given Trump and other conservatives an even wider berth, beginning with his 2015 decision to leave up Trump’s anti-Muslim post that seemingly violated the company’s hate speech policy. During the 2016 election, Facebook did not remove false news stories from make-believe publications, even though it was clear that such information overwhelmingly benefited Trump. Despite this, the right kept complaining of bias, with Republicans blasting Zuckerberg in his April 2018 appearance in Congress. Zuckerberg knew full well that there was no statistical basis for the charge. But when I asked him about that soon after, his response was shockingly timid. “That depth of concern that there might be some political bias really struck me,” he said. “I was like, ‘Wow, we need to make sure we bring in independent, outside folks to help us do an audit and give us advice on making sure our systems are not biased in ways that we don’t understand.’”

    Later, Facebook commissioned a study led by conservative senator John Kyl which offered no data to back up any systematic bias. Instead of demanding that this should end the complaints, Facebook made some general adjustments in its policies that gave the anecdotal gripes in the report more credibility than they warranted. Appeasement!

    Look, I get it—who wants to take on the president and the ruling party, especially when regulation is in the air? But instead of avoiding conflict, Facebook and Twitter leaders should have been emphasizing that they have just as much right to set their own standards as television stations, newspapers, and other corporations. Despite the fact that they are popular enough to be considered a “public square,” they are still private businesses, and the government has no business determining what legal speech can and cannot occur there. That is the essence of the First Amendment. But even as Mark Zuckerberg goes on about how he values free expression—as he was doing on television the same day Trump issued his order—he still refrains from demanding that the government respect Facebook’s own right to free speech.

    To be sure, Trump is wading—no, make that belly-flopping—into a controversy over internet speech that is already fraught with intractable problems. The very act of giving bullhorns to billions is both a boon and a menace. Even with the purest intentions—and obviously those growth-oriented platforms are not pure—figuring out how to deal with it involves multiple shades of gray. But the current threat comes in clear black and white: the president of the United States is attempting a takeover of internet speech and asserting a federal privilege to topple truth itself.

    Munich has failed. It’s time for the internet moguls to stop acting like Chamberlain—and start channeling Churchill.

    #Trump #Twitter #Médias_sociaux #Régulation

    • But instead of avoiding conflict, Facebook and Twitter leaders should have been emphasizing that they have just as much right to set their own standards as television stations, newspapers, and other corporations. Despite the fact that they are popular enough to be considered a “public square,” they are still private businesses, and the government has no business determining what legal speech can and cannot occur there.

      Justement non : c’est soit l’un, soit l’autre. Les télévision et journaux sont responsables de ce qu’ils publient. Les plateformes sont des moyens de communication, et sont donc protégées des contenus publiés par des tiers.

      Et donc rappeler la position de Chemla : soit les plateformes sont des supports neutres et peuvent donc se prévaloir de l’irresponsabilité éditoriale, soit elles interviennent dans ce qui est publié, donc sont des éditeurs, et deviennent responsables des contenus.

    • Oui, c’est ce qui en fait des « public square ». Et c’est toute la complexité de l’affaire. Car ils ne sont justement pas dans le même temps « publics », c’est-à-dire qu’ils sont guidés (leurs algorithmes sont écrits pour..) par leurs intérêts.
      Je note ici des points de vue, qui ne sont pas forcément les miens ;-) J’enregistre de l’info pour le jour où j’aurais le courage d’écrire.