#u

  • #Internet : face à « l’#utopie déchue », « débrancher les machines »

    Dans L’Utopie déchue. Une #contre-histoire d’Internet, le sociologue et hacktiviste #Félix_Tréguer tire les conséquences de l’#échec des mouvements nés des contre-cultures numériques et propose de renouveler la #technocritique. « Ce qu’il nous faut d’abord et avant tout, c’est débrancher la machine. »


    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/140919/internet-face-l-utopie-dechue-debrancher-les-machines?onglet=full
    #livre #contre-culture #histoire
    ping @fil

  • Opinion | There Is No Tech Backlash - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/09/14/opinion/tech-backlash.html

    It’s fun, and increasingly fashionable, to complain about technology. Our own devices distract us, others’ devices spy on us, social media companies poison public discourse, new wired objects violate our privacy, and all of this contributes to a general sense of runaway change careening beyond our control. No wonder there’s a tech backlash.

    But, really, is there? There certainly has been talk of a backlash, for a couple of years now. Politicians have discussed regulating big tech companies more tightly. Fines have been issued, breakups called for. A tech press once dedicated almost exclusively to gadget lust and organizing conferences that trot out tech lords for the rest of us to worship has taken on a more critical tone; a drumbeat of exposés reveal ethically and legally dubious corporate behavior. Novels and movies paint a skeptical or even dystopian picture of where tech is taking us. We all know people who have theatrically quit this or that social media service, or announced digital sabbaticals. And, of course, everybody kvetches, all the time.

    However, there is the matter of our actual behavior in the real-world marketplace. The evidence there suggests that, in fact, we love our devices as much as ever. There is no tech backlash.

    Take smart speakers — the kind that respond to vocal prompts and questions — as an example. It’s exactly the sort of technology that gives people pause. Is this thing listening to me all the time? What about these weird stories of smart speakers laughing or cursing, or randomly recording a conversation and sending it to the owners’ contacts? The tech press has gotten better and better at chronicling the latest troubling answers — for instance, people may in fact listen to your voice activations as part of the process of refining the device’s functionality — and detailing what, if anything, you can do about it.

    Nevertheless: As of last year, a little more than a quarter of American households owned a smart speaker, according to one estimate. The category leader is the Amazon Echo, equipped with the Alexa voice-recognition software; Amazon says it has sold more than 100 million Alexa devices.

    So if there is no tech backlash, why is that? Probably a combination of factors. For starters, technology can be complicated, and most of us don’t bother to read terms-of-service agreements, let alone try to understand how something like Alexa, or even Facebook, really works. By and large, tech companies prefer it this way, and they either actively obscure the way their algorithms make decisions or passively encourage you to focus on the post-user-manual idea that technology “just works,” and you don’t need to worry about whys or (especially) hows.

    #Culture_numérique #Usages #Dystopie #Marché

  • Wir alle sind #Bern

    Wir alle sind Bern ist eine Plattform, eine Bewegung, ein Netzwerk – Menschen, welche sich gemeinsam einsetzen für eine Solidarische Stadt Bern, in der Vielfalt und Migration als gesellschaftliche Realität anerkannt werden. Nicht die Herkunft, sondern der Lebensmittelpunkt und die gemeinsame Zukunft sollen im Zentrum stehen, wenn es darum geht, das Leben in der Stadt zu gestalten.

    Wir beziehen uns dabei auf «#Urban_Citizenship» oder «Stadtbürger*innenschaft»: Uns geht es um eine rechtliche, politische, soziale und kulturelle Teilhabe aller Bewohner*innen der Stadt. Die Gegenwart und Zukunft in Bern soll von allen Menschen, die hier leben, gleichberechtigt mitbestimmt und auf Augenhöhe mitgestaltet werden können – ohne Ausgrenzung und Diskriminierung.

    https://wirallesindbern.ch/about

    Manifeste (en français) :

    Pour une ville de Berne solidaire

    Nous nous engageons pour une ville de Berne solidaire, dans laquelle migration et diversité sont reconnues comme des réalités sociales et priment, non pas l’origine, mais le point d’attache et l’avenir commun.
    Pour tout.e.s celles.eux qui sont ici et celles.eux qui arrivent encore.

    Nous considérons que la décision d’une personne pour s’établir à Berne relève de son libre choix et prenons ce point de départ pour nos réflexions sur un vivre ensemble solidaire. La criminalisation du franchissement des frontières, ainsi que la distinction entre des groupes qui sont inclus et ceux qui sont exlus, sont des obstacles à ce but. Nous nous engageons pour une ville solidaire, qui fait activement abstraction du statut de séjour de ses habitant.e.s et qui s’oppose aux expulsions.

    Dépassement de la culture dominante et droit à la #participation pour tout.e.s

    En plus de la sécurité du #droit_de_séjour, une ville solidaire comprend selon nous un accès au #logement, un #travail et une #formation, ainsi que la garantie de tous les #droits_fondamentaux pour tout.e.s – indépendamment de tout statut de séjour. Nous revendiquons également la reconnaissance de la migration en tant que réalité sociale, ainsi que le démantèlement de la culture dominante existante, qui nous divise au moyen d’un racisme structurel entre « locaux » et « étrangers ». Les structures du pouvoir, qui empêchent les membres de notre société de vivre une vie autonome, se révèlent non seulement à travers le #racisme, mais également dans la #marginalisation par la #pauvreté et par la #discrimination genrée ou sexuelle. Afin de surpasser ces structures du #pouvoir, nous devons tout d’abord les rendre visible, afin de les remplacer finalement par une #participation_égalitaire pour tout.e.s.

    #Démocratisation de la #démocratie et un « Nous » solidaire

    Une participation égalitaire signifie en premier lieu qu’il n’existe pas de déséquilibre structurel du pouvoir entre les habitant.e.s de la ville. Cette égalité se réfère aux rapports interpersonnels et, ainsi, à quelque chose de commun. La nature de cette chose commune, à laquelle nous prenons tout.e.s. part, se traduit par un processus constant de négociation. Afin que cette dernière aboutisse, nous avons besoin d’une démocratisation de la démocratie afin de remplacer un modèle dépassé, dans lequel les privilégiés et les puissants décident du destin des exclu.e.s. Une démocratie égalitaire demande des espaces de rencontres, un #droit_de_vote pour tout.e.s les habitant.e.s de la ville et un réel droit de participation, au lieu de processus participatifs, qui se contentent de mettre en scène cette participation. De plus, nous devons concevoir la solidarité comme un « #Nous », qui va au-delà de notre propre famille, notre origine, notre classe, notre orientation sexuelle ou notre genre. Cette solidarité relève d’un « Nous » commun, qui défend la #liberté, l’#égalité et la #justice pour tout.e.s et qui ne s’arrête pas aux frontières de la ville, car : nous sommes tout.e.s Berne.

    https://wirallesindbern.ch/manifeste

    La question d’une #carte_citoyenne qu’ils appelle #city_card :
    https://wirallesindbern.ch/city-card

    #ville-refuge #asile #migrations #réfugiés #Suisse #solidarité #accueil #citoyenneté #citoyenneté_urbaine

    Ajouté à cette métaliste sur les #villes-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145#message801886

    ping @karine4 @isskein @cede

    • Et à #Zurich, projet de #Züri_city_card

      In unserer Stadt sollen alle in Sicherheit leben. Dafür braucht es eine städtische Identitätskarte für alle Zürcherinnen und Zürcher, ob mit oder ohne geregelten Aufenthaltsstatus.

      Stadtbürgerschaft für alle

      In Zürich leben geschätzte 14’000 Menschen ohne Aufenthaltsstatus, sogenannte Sans-Papiers. Sie gehören zu den Schutzlosesten unserer Gesellschaft, weil sie ihre Grundrechte nicht wahrnehmen können. Sans-Papiers können – wenn sie Opfer von Gewalt oder Ausbeutung werden – keine Anzeige erstatten, sie können sich nur unter dem Risiko einer Ausschaffung ärztlich behandeln lassen, keine Versicherung abschliessen, keinen Handyvertrag lösen, keine eigene Wohnung mieten und keine staatliche Hilfe annehmen. Sie leben im Schatten unserer Stadt.

      https://www.zuericitycard.ch

  • The Perils of Billionaire Philanthropy | The Nation
    https://www.thenation.com/article/philanthropy-charity-inequality-taxes

    At this year’s World Economic Forum at Davos, billionaire Michael Dell, the 25th-wealthiest man in the world, weighed in on new proposals to tax the very wealthy. Dell said he was “much more comfortable” giving through his private foundation “than giving…to the government.” He’s not the first billionaire to confuse his obligations to society and conflate charitable giving with paying taxes.

    Indeed, the discussion about solutions to most social problems are too often sidetracked by stories of beneficent billionaires and their charitable deeds. Lost in a fog of generosity is the recognition that philanthropy is not a substitute for a fair and progressive tax system and robust public investments in poverty alleviation, infrastructure, economic opportunity, and social protection.
    PUBLICITÉ

    To be sure, there is strategic philanthropy in the United States that sustains a vibrant independent sector. But that sector is in jeopardy, thanks to the increasingly top-heavy nature of philanthropy and the ways that the super-wealthy are creating a taxpayer-subsidized extension of their private wealth and power.

    Philanthropy mirrors the wealth inequality trends of society overall, with more wealth and therefore more giving clout concentrating in the hands of billionaires like Dell. Charitable giving vehicles, such as donor-advised funds, are now part of the menu of tax avoidance strategies that the ultra-rich use to stash their wealth. The risk in this increasing inequality is not only to the independence of the nonprofit sector, but also for our democracy and society as a whole.

    At its root, fixing philanthropy is vital for the future of our democracy. For every dollar a billionaire donates to charity, we the people chip in anywhere from 37 to 57 cents in the form of lost tax revenue, depending on how aggressive the donor’s tax avoidance strategies are. In other words, taxpayers effectively provide matching funds for the donation priorities of private donors, whether for a new wing of an art museum or a brand-new performing arts center at a private high school. The public interest in charity oversight rests on this partnership; if a donor doesn’t want government oversight and public accountability of their charitable giving, they should simply forgo the charitable deduction.

    As the donor base shrinks to the wealthy and affluent, the resulting philanthropy reflects the social priorities of advantaged groups. As Catholic University law professor Roger Colinvaux warns, “Philanthropy will increasingly become a self-serving vanity project for one segment of society, and less worthy in a true philanthropic sense.”

    #Philanthropie #USA

  • La France en danger : où en est le renseignement ?
    Eric Dénécé, Diffusé en direct le 11 sept. 2019
    https://www.youtube.com/watch?v=mx5QlspmmE8

    La France en danger : où en est le renseignement ?

    vers 24:00 Eric Dénécé émet de forts doutes sur l’autonomie de la diplomatie française
    #Macron, #G7, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad #Javad_Zarif, #John_Bolton.

    Vers 34:50 #Ukraine #CIA
    vers 45:50 #Arabie_Saoudite #Iran
    54 : #Intelligence_économique #Alsthom
    1:09:20 #Affaire_Skripal
    1:11:15 #Yemen
    1:14:50 seule mention de Gaza pour dire que les images sur la #Syrie étaient manipulées, et qu’on montrait à la place les destructions sur #Gaza.
    1:16 frappes chimiques fausses

    Eric dénécé directeur du CF2R : https://www.cf2r.org/#
    Il conseille de lire Le secret de l’Occident : Vers une théorie générale du progrès scientifique de David Cosandey, Flammarion

  • Le Niger, #nouvelle frontière de l’Europe et #laboratoire de l’asile

    Les politiques migratoires européennes, toujours plus restrictives, se tournent vers le Sahel, et notamment vers le Niger – espace de transit entre le nord et le sud du Sahara. Devenu « frontière » de l’Europe, environné par des pays en conflit, le Niger accueille un nombre important de réfugiés sur son sol et renvoie ceux qui n’ont pas le droit à cette protection. Il ne le fait pas seul. La présence de l’Union européenne et des organisations internationales est visible dans le pays ; des opérations militaires y sont menées par des armées étrangères, notamment pour lutter contre la pression terroriste à ses frontières... au risque de brouiller les cartes entre enjeux sécuritaires et enjeux humanitaires.

    On confond souvent son nom avec celui de son voisin anglophone, le Nigéria, et peu de gens savent le placer sur une carte. Pourtant, le Niger est un des grands pays du Sahel, cette bande désertique qui court de l’Atlantique à la mer Rouge, et l’un des rares pays stables d’Afrique de l’Ouest qui offrent encore une possibilité de transit vers la Libye et la Méditerranée. Environné par des pays en conflit ou touchés par le terrorisme de Boko Haram et d’autres groupes, le Niger accueille les populations qui fuient le Mali et la région du lac Tchad et celles évacuées de Libye.

    « Dans ce contexte d’instabilité régionale et de contrôle accru des déplacements, la distinction entre l’approche sécuritaire et l’approche humanitaire s’est brouillée », explique la chercheuse Florence Boyer, fellow de l’Institut Convergences Migrations, actuellement accueillie au Niger à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Géographe et anthropologue (affiliée à l’Urmis au sein de l’IRD, l’Institut de recherche pour le Développement), elle connaît bien le Niger, où elle se rend régulièrement depuis vingt ans pour étudier les migrations internes et externes des Nigériens vers l’Algérie ou la Libye voisines, au nord, et les pays du Golfe de Guinée, au sud et à l’ouest. Sa recherche porte actuellement sur le rôle que le Niger a accepté d’endosser dans la gestion des migrations depuis 2014, à la demande de plusieurs membres de l’Union européenne (UE) pris dans la crise de l’accueil des migrants.
    De la libre circulation au contrôle des frontières

    « Jusqu’à 2015, le Niger est resté cet espace traversé par des milliers d’Africains de l’Ouest et de Nigériens remontant vers la Libye sans qu’il y ait aucune entrave à la circulation ou presque », raconte la chercheuse. La plupart venaient y travailler. Peu tentaient la traversée vers l’Europe, mais dès le début des années 2000, l’UE, Italie en tête, cherche à freiner ce mouvement en négociant avec Kadhafi, déplaçant ainsi la frontière de l’Europe de l’autre côté de la Méditerranée. La chute du dictateur libyen, dans le contexte des révolutions arabes de 2011, bouleverse la donne. Déchirée par une guerre civile, la Libye peine à retenir les migrants qui cherchent une issue vers l’Europe. Par sa position géographique et sa relative stabilité, le Niger s’impose progressivement comme un partenaire de la politique migratoire de l’UE.

    « Le Niger est la nouvelle frontière de l’Italie. »

    Marco Prencipe, ambassadeur d’Italie à Niamey

    Le rôle croissant du Niger dans la gestion des flux migratoires de l’Afrique vers l’Europe a modifié les parcours des migrants, notamment pour ceux qui passent par Agadez, dernière ville du nord avant la traversée du Sahara. Membre du Groupe d’études et de recherches Migrations internationales, Espaces, Sociétés (Germes) à Niamey, Florence Boyer observe ces mouvements et constate la présence grandissante dans la capitale nigérienne du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR) et de l’Organisation internationale des migrations (OIM) chargée, entre autres missions, d’assister les retours de migrants dans leur pays.

    https://www.youtube.com/watch?v=dlIwqYKrw7c

    « L’île de Lampedusa se trouve aussi loin du Nord de l’Italie que de la frontière nigérienne, note Marco Prencipe, l’ambassadeur d’Italie à Niamey, le Niger est la nouvelle frontière de l’Italie. » Une affirmation reprise par plusieurs fonctionnaires de la délégation de l’UE au Niger rencontrés par Florence Boyer et Pascaline Chappart. La chercheuse, sur le terrain à Niamey, effectue une étude comparée sur des mécanismes d’externalisation de la frontière au Niger et au Mexique. « Depuis plusieurs années, la politique extérieure des migrations de l’UE vise à délocaliser les contrôles et à les placer de plus en plus au sud du territoire européen, explique la postdoctorante à l’IRD, le mécanisme est complexe : les enjeux pour l’Europe sont à la fois communautaires et nationaux, chaque État membre ayant sa propre politique ».

    En novembre 2015, lors du sommet euro-africain de La Valette sur la migration, les autorités européennes lancent le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique « en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique ». Doté à ce jour de 4,2 milliards d’euros, le FFUA finance plusieurs types de projets, associant le développement à la sécurité, la gestion des migrations à la protection humanitaire.

    Le président nigérien considère que son pays, un des plus pauvres de la planète, occupe une position privilégiée pour contrôler les migrations dans la région. Le Niger est désormais le premier bénéficiaire du Fonds fiduciaire, devant des pays de départ comme la Somalie, le Nigéria et surtout l’Érythrée d’où vient le plus grand nombre de demandeurs d’asile en Europe.

    « Le Niger s’y retrouve dans ce mélange des genres entre lutte contre le terrorisme et lutte contre l’immigration “irrégulière”. »

    Florence Boyer, géographe et anthropologue

    Pour l’anthropologue Julien Brachet, « le Niger est peu à peu devenu un pays cobaye des politiques anti-migrations de l’Union européenne, (...) les moyens financiers et matériels pour lutter contre l’immigration irrégulière étant décuplés ». Ainsi, la mission européenne EUCAP Sahel Niger a ouvert une antenne permanente à Agadez en 2016 dans le but d’« assister les autorités nigériennes locales et nationales, ainsi que les forces de sécurité, dans le développement de politiques, de techniques et de procédures permettant d’améliorer le contrôle et la lutte contre les migrations irrégulières ».

    « Tout cela ne serait pas possible sans l’aval du Niger, qui est aussi à la table des négociations, rappelle Florence Boyer. Il ne faut pas oublier qu’il doit faire face à la pression de Boko Haram et d’autres groupes terroristes à ses frontières. Il a donc intérêt à se doter d’instruments et de personnels mieux formés. Le Niger s’y retrouve dans ce mélange des genres entre la lutte contre le terrorisme et la lutte contre l’immigration "irrégulière". »

    Peu avant le sommet de La Valette en 2015, le Niger promulgue la loi n°2015-36 sur « le trafic illicite de migrants ». Elle pénalise l’hébergement et le transport des migrants ayant l’intention de franchir illégalement la frontière. Ceux que l’on qualifiait jusque-là de « chauffeurs » ou de « transporteurs » au volant de « voitures taliban » (des 4x4 pick-up transportant entre 20 et 30 personnes) deviennent des « passeurs ». Une centaine d’arrestations et de saisies de véhicules mettent fin à ce qui était de longue date une source légale de revenus au nord du Niger. « Le but reste de bloquer la route qui mène vers la Libye, explique Pascaline Chappart. L’appui qu’apportent l’UE et certains pays européens en coopérant avec la police, les douanes et la justice nigérienne, particulièrement en les formant et les équipant, a pour but de rendre l’État présent sur l’ensemble de son territoire. »

    Des voix s’élèvent contre ces contrôles installés aux frontières du Niger sous la pression de l’Europe. Pour Hamidou Nabara de l’ONG nigérienne JMED (Jeunesse-Enfance-Migration-Développement), qui lutte contre la pauvreté pour retenir les jeunes désireux de quitter le pays, ces dispositifs violent le principe de la liberté de circulation adopté par les pays d’Afrique de l’Ouest dans le cadre de la Cedeao. « La situation des migrants s’est détériorée, dénonce-t-il, car si la migration s’est tarie, elle continue sous des voies différentes et plus dangereuses ». La traversée du Sahara est plus périlleuse que jamais, confirme Florence Boyer : « Le nombre de routes s’est multiplié loin des contrôles, mais aussi des points d’eau et des secours. À ce jour, nous ne disposons pas d’estimations solides sur le nombre de morts dans le désert, contrairement à ce qui se passe en Méditerranée ».

    Partenaire de la politique migratoire de l’Union européenne, le Niger a également développé une politique de l’asile. Il accepte de recevoir des populations en fuite, expulsées ou évacuées des pays voisins : les expulsés d’Algérie recueillis à la frontière, les rapatriés nigériens dont l’État prend en charge le retour de Libye, les réfugiés en lien avec les conflits de la zone, notamment au Mali et dans la région du lac Tchad, et enfin les personnes évacuées de Libye par le HCR. Le Niger octroie le statut de réfugié à ceux installés sur son sol qui y ont droit. Certains, particulièrement vulnérables selon le HCR, pourront être réinstallés en Europe ou en Amérique du Nord dans des pays volontaires.
    Une plateforme pour la « réinstallation »
    en Europe et en Amérique

    Cette procédure de réinstallation à partir du Niger n’a rien d’exceptionnel. Les Syriens réfugiés au Liban, par exemple, bénéficient aussi de l’action du HCR qui les sélectionne pour déposer une demande d’asile dans un pays dit « sûr ». La particularité du Niger est de servir de plateforme pour la réinstallation de personnes évacuées de Libye. « Le Niger est devenu une sorte de laboratoire de l’asile, raconte Florence Boyer, notamment par la mise en place de l’Emergency Transit Mechanism (ETM). »

    L’ETM, proposé par le HCR, est lancé en août 2017 à Paris par l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie — côté UE — et le Niger, le Tchad et la Libye — côté africain. Ils publient une déclaration conjointe sur les « missions de protection en vue de la réinstallation de réfugiés en Europe ». Ce dispositif se présente comme le pendant humanitaire de la politique de lutte contre « les réseaux d’immigration économique irrégulière » et les « retours volontaires » des migrants irréguliers dans leur pays effectués par l’OIM. Le processus s’accélère en novembre de la même année, suite à un reportage de CNN sur des cas d’esclavagisme de migrants en Libye. Fin 2017, 3 800 places sont promises par les pays occidentaux qui participent, à des degrés divers, à ce programme d’urgence. Le HCR annonce 6 606 places aujourd’hui, proposées par 14 pays européens et américains1.

    Trois catégories de personnes peuvent bénéficier de la réinstallation grâce à ce programme : évacués d’urgence depuis la Libye, demandeurs d’asile au sein d’un flux dit « mixte » mêlant migrants et réfugiés et personnes fuyant les conflits du Mali ou du Nigéria. Seule une minorité aura la possibilité d’être réinstallée depuis le Niger vers un pays occidental. Le profiling (selon le vocabulaire du HCR) de ceux qui pourront bénéficier de cette protection s’effectue dès les camps de détention libyens. Il consiste à repérer les plus vulnérables qui pourront prétendre au statut de réfugié et à la réinstallation.

    Une fois évacuées de Libye, ces personnes bénéficient d’une procédure accélérée pour l’obtention du statut de réfugié au Niger. Elles ne posent pas de problème au HCR, qui juge leur récit limpide. La Commission nationale d’éligibilité au statut des réfugiés (CNE), qui est l’administration de l’asile au Niger, accepte de valider la sélection de l’organisation onusienne. Les réfugiés sont pris en charge dans le camp du HCR à Hamdallaye, construit récemment à une vingtaine de kilomètres de la capitale nigérienne, le temps que le HCR prépare la demande de réinstallation dans un pays occidental, multipliant les entretiens avec les réfugiés concernés. Certains pays, comme le Canada ou la Suède, ne mandatent pas leurs services sur place, déléguant au HCR la sélection. D’autres, comme la France, envoient leurs agents pour un nouvel entretien (voir ce reportage sur la visite de l’Ofpra à Niamey fin 2018).

    Parmi les évacués de Libye, moins des deux tiers sont éligibles à une réinstallation dans un pays dit « sûr ».

    Depuis deux ans, près de 4 000 personnes ont été évacuées de Libye dans le but d’être réinstallées, selon le HCR (5 300 autres ont été prises en charge par l’OIM et « retournées » dans leur pays). Un millier ont été évacuées directement vers l’Europe et le Canada et près de 3 000 vers le Niger. C’est peu par rapport aux 50 800 réfugiés et demandeurs d’asile enregistrés auprès de l’organisation onusienne en Libye au 12 août 2019. Et très peu sur l’ensemble des 663 400 migrants qui s’y trouvent selon l’OIM. La guerre civile qui déchire le pays rend la situation encore plus urgente.

    Parmi les personnes évacuées de Libye vers le Niger, moins des deux tiers sont éligibles à une réinstallation dans un pays volontaire, selon le HCR. À ce jour, moins de la moitié ont été effectivement réinstallés, notamment en France (voir notre article sur l’accueil de réfugiés dans les communes rurales françaises).

    Malgré la publicité faite autour du programme de réinstallation, le HCR déplore la lenteur du processus pour répondre à cette situation d’urgence. « Le problème est que les pays de réinstallation n’offrent pas de places assez vite, regrette Fatou Ndiaye, en charge du programme ETM au Niger, alors que notre pays hôte a négocié un maximum de 1 500 évacués sur son sol au même moment. » Le programme coordonné du Niger ne fait pas exception : le HCR rappelait en février 2019 que, sur les 19,9 millions de réfugiés relevant de sa compétence à travers le monde, moins d’1 % sont réinstallés dans un pays sûr.

    Le dispositif ETM, que le HCR du Niger qualifie de « couloir de l’espoir », concerne seulement ceux qui se trouvent dans un camp accessible par l’organisation en Libye (l’un d’eux a été bombardé en juillet dernier) et uniquement sept nationalités considérées par les autorités libyennes (qui n’ont pas signé la convention de Genève) comme pouvant relever du droit d’asile (Éthiopiens Oromo, Érythréens, Iraquiens, Somaliens, Syriens, Palestiniens et Soudanais du Darfour).

    « Si les portes étaient ouvertes dès les pays d’origine, les gens ne paieraient pas des sommes astronomiques pour traverser des routes dangereuses. »

    Pascaline Chappart, socio-anthropologue

    En décembre 2018, des Soudanais manifestaient devant les bureaux d’ETM à Niamey pour dénoncer « un traitement discriminatoire (...) par rapport aux Éthiopiens et Somaliens » favorisés, selon eux, par le programme. La représentante du HCR au Niger a répondu à une radio locale que « la plupart de ces Soudanais [venaient] du Tchad où ils ont déjà été reconnus comme réfugiés et que, techniquement, c’est le Tchad qui les protège et fait la réinstallation ». C’est effectivement la règle en matière de droit humanitaire mais, remarque Florence Boyer, « comment demander à des réfugiés qui ont quitté les camps tchadiens, pour beaucoup en raison de l’insécurité, d’y retourner sans avoir aucune garantie ? ».

    La position de la France

    La question du respect des règles en matière de droit d’asile se pose pour les personnes qui bénéficient du programme d’urgence. En France, par exemple, pas de recours possible auprès de l’Ofpra en cas de refus du statut de réfugié. Pour Pascaline Chappart, qui achève deux ans d’enquêtes au Niger et au Mexique, il y a là une part d’hypocrisie : « Si les portes étaient ouvertes dès les pays d’origine, les gens ne paieraient pas des sommes astronomiques pour traverser des routes dangereuses par la mer ou le désert ». « Il est quasiment impossible dans le pays de départ de se présenter aux consulats des pays “sûrs” pour une demande d’asile », renchérit Florence Boyer. Elle donne l’exemple de Centre-Africains qui ont échappé aux combats dans leur pays, puis à la traite et aux violences au Nigéria, en Algérie puis en Libye, avant de redescendre au Niger : « Ils auraient dû avoir la possibilité de déposer une demande d’asile dès Bangui ! Le cadre législatif les y autorise. »

    En ce matin brûlant d’avril, dans le camp du HCR à Hamdallaye, Mebratu2, un jeune Érythréen de 26 ans, affiche un large sourire. À l’ombre de la tente qu’il partage et a décorée avec d’autres jeunes de son pays, il annonce qu’il s’envolera le 9 mai pour Paris. Comme tant d’autres, il a fui le service militaire à vie imposé par la dictature du président Issayas Afeworki. Mebratu était convaincu que l’Europe lui offrirait la liberté, mais il a dû croupir deux ans dans les prisons libyennes. S’il ne connaît pas sa destination finale en France, il sait d’où il vient : « Je ne pensais pas que je serais vivant aujourd’hui. En Libye, on pouvait mourir pour une plaisanterie. Merci la France. »

    Mebratu a pris un vol pour Paris en mai dernier, financé par l’Union européenne et opéré par l’#OIM. En France, la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (Dihal) confie la prise en charge de ces réinstallés à 24 opérateurs, associations nationales ou locales, pendant un an. Plusieurs départements et localités françaises ont accepté d’accueillir ces réfugiés particulièrement vulnérables après des années d’errance et de violences.

    Pour le deuxième article de notre numéro spécial de rentrée, nous nous rendons en Dordogne dans des communes rurales qui accueillent ces « réinstallés » arrivés via le Niger.

    http://icmigrations.fr/2019/08/30/defacto-10
    #externalisation #asile #migrations #réfugiés #frontières #Europe #UE #EU #sécuritaire #humanitaire #approche_sécuritaire #approche_humanitaire #libre_circulation #fermeture_des_frontières #printemps_arabe #Kadhafi #Libye #Agadez #parcours_migratoires #routes_migratoires #HCR #OIM #IOM #retour_au_pays #renvois #expulsions #Fonds_fiduciaire #Fonds_fiduciaire_d'urgence_pour_l'Afrique #FFUA #développement #sécurité #EUCAP_Sahel_Niger #La_Valette #passeurs #politique_d'asile #réinstallation #hub #Emergency_Transit_Mechanism (#ETM) #retours_volontaires #profiling #tri #sélection #vulnérabilité #évacuation #procédure_accélérée #Hamdallaye #camps_de_réfugiés #ofpra #couloir_de_l’espoir

    co-écrit par @pascaline

    ping @karine4 @_kg_ @isskein

    Ajouté à la métaliste sur l’externalisation des frontières :
    https://seenthis.net/messages/731749#message765325

    • And he promoted an idea he called “lifeboat ethics”: since global resources are finite, Hardin believed the rich should throw poor people overboard to keep their boat above water.

      To create a just and vibrant climate future, we need to instead cast Hardin and his flawed metaphor overboard.

      #racisme #USA

  • Ces étudiants américains qui sous-traitent leurs devoirs à l’étranger Venantia Petillault - 13 Septembre 2019 - le figaro étudiant (qui vous pique automatiquement vos données).

    Certaines entreprises, basées en Inde, en Ukraine ou au Kenya, rédigent des dissertations à la place des étudiants anglo-saxons. Un phénomène qui inquiète dans les universités américaines.

    Jeter un œil sur la copie de son voisin, souffler une réponse ou encore faire des antisèches… Des pratiques de triche vieilles comme le monde. Mais aujourd’hui, Internet permet une tricherie à grande échelle. Des étudiants américains, australiens ou britanniques peuvent sous-traiter leurs travaux scolaires à des travailleurs diplômés venus du Kenya, d’Ukraine ou d’Inde, plutôt que de s’échiner à les écrire. Depuis une dizaine d’années, une véritable industrie de la triche a émergé sur la Toile, rapporte le New York Times https://www.nytimes.com/2019/09/07/us/college-cheating-papers.html .

    Tricherie contractuelle
    « Gagnez plus de temps pour vous », « Vous pouvez vous détendre en sachant que nos rédacteurs fiables et expérimentés vous produiront un texte de qualité supérieure et 100% sans plagiat, écrit juste pour vous (…) », peut-on lire sur ces sites web. Ace-MyHomework (Réussir mes devoirs) ou EssayShark (Génie des disserts) proposent une véritable tricherie contractuelle. Un vaste système de fraude à l’international qui associe des étudiants nantis et des travailleurs précaires.

    Ces entreprises promettent même des « hotlines » pour assurer une totale réactivité ainsi qu’une garantie « satisfait ou remboursé ». Depuis leur création, les productions sous-traitées se sont perfectionnées et les bénéfices ont gonflé. À raison de 15$ le feuillet en moyenne pour un essai de première année d’université et de 42$ le feuillet pour un essai à finir en trois heures, ces entreprises comptent des millions de dissertations commandées chaque année. Le quotidien new-yorkais indique même que certains « auteurs » gagnent assez d’argent pour que cette supercherie devienne un travail à temps plein.

    Mais le monde anglo-saxon n’a pas l’exclusivité de la pratique. Expertmemoire.com, Redaxio.fr, MyStudies.com… Des sites web français se sont lancés, avec le même but mais en proposant des prix plus élevés. En 2017, Bonnenote.fr devenu MyStudies.com, « le partenaire idéal pour vos études », a fini par faire son mea culpa face à la gronde des enseignants. Désormais, « les documents commandés sur MyStudies.com sont des modèles qui doivent être utilisés en référence appropriée et qui ne peuvent donc pas être rendus en l’état à un établissement scolaire ou universitaire », prévient le site web en question.

    Détecter les dissertations fantômes
    Officiellement, ces entreprises indiquent donc que ces dissertations ne sont disponibles qu’à la consultation ou à titre d’exemple, comme MyStudies.com. Cependant, aucune législation ne punit ce marché frauduleux. Outre la problématique grandissante pour les universités de devenir des « usines à diplômes », la grande difficulté consiste à mettre un terme à ces essais fantômes. Si le plagiat a pu être repéré, il est plus difficile de détecter ces écrits, qui sont malgré tout, le plus souvent des « œuvres » originales.

    Mais, face à la montée en puissance de cette pratique, la société américaine Turnitin, spécialisée en détection du plagiat sur internet, vient de créer un logiciel nommé Authorship Investigate. Conçu pour analyser le style des phrases, le vocabulaire ou encore la ponctuation de la dissertation, il pourrait déterminer l’auteur réel d’un texte et ainsi mettre un terme à cette sous-traitance scolaire.

    Source : https://etudiant.lefigaro.fr/article/ces-etudiants-americains-qui-sous-traitent-leurs-devoirs-a-l-etran

    #université #éducation #universités #recherche #science #fraude

  • How Social Media Is Helping Survivors of Hurricane Dorian in the Bahamas | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/news-desk/how-social-media-is-helping-survivors-of-hurricane-dorian-in-the-bahamas?

    Smith has changed the link on her Instagram profile to a listing of approved Dorian aid groups, which includes a Bahamian nonprofit called the HeadKnowles Foundation. The organization was originally founded by Lia Head-Rigby and Gina Knowles as a Facebook group that resembled Angie’s List, where members posted recommendations for goods and service providers in the Bahamas such as caterers or masons. Eventually, HeadKnowles grew into a large network of small-business owners throughout the Bahamas. In 2015, after Hurricane Joaquin hit the country, the organization began collecting financial donations through crowdfunding and received so many supplies that they took over a furniture warehouse for a month.

    “We had an assembly line organizing things into boxes; we had people weighing so that we would know which plane is coming,” Rhondi Treco, the thirty-eight-year-old associate director of HeadKnowles, said in a phone interview this week, where she sounded exhausted, and, at times, was on the brink of tears. “We would have people donate planes.” Treco told me that someone donated a DC-8 jet, an aircraft that can hold about a hundred thousand pounds worth of relief supplies.

    With government officials and aid groups struggling to respond to massive storms, hurricane victims are turning to social media. During and after Hurricane Irma, in 2017, Facebook was instrumental in search-and-rescue efforts in St. Maarten, where people posted urgent requests for generators, water, and diapers. Patrick A. Scannell, a doctor and health scientist in St. Maarten, founded a group called Hurricane Disaster Contact & Aid - SXM, where people posted both missing-persons reports and calls for donations. The group received so many postings that it created a separate “Make St. Maarten Great Again (Donation)” page. “We decided pretty early along that those two purposes in that one group was getting in the way of rescuing missing people, so we decided to split it into two different groups,” Scannell told me in a telephone interview.

    He said that he was amazed by how effective Facebook could be in the immediate aftermath of a natural disaster. After the 2015 earthquakes in Nepal, he said, people used Facebook messenger to coördinate searches for loved ones who were potentially buried in the rubble. After Irma hit St. Maarten, he created Facebook albums that organized missing people by neighborhood. Since Dorian made landfall, a Facebook group called Dorian People Search Bahamas, accumulated nearly thirteen thousand members. A member posted a plea for information about whether a family in Abaco had survived the storm, naming each member. “Please say if you have seen them,” the person wrote. “Praying for their safety and the safety of all people trapped in this nightmare.” Twenty minutes later, another user replied, writing, “I saw Norma she is fine. I have heard Donnie is accounted for and alive.” Hundreds of similar threads appeared on Facebook.

    Kimberly Mullings, a broadcast journalist living in Freeport, said that she used Twitter to guide search-and-rescue missions. “I was most useful inside, reading Twitter and then coördinating people outside on Jet Skis,” she said. So much debris filled the flood waters that only personal watercraft were small and agile enough to conduct rescues. “You couldn’t fight Category 5 winds,” Shawn Gabrielle Gomez, a twenty-five-year-old journalist and content producer at a Bahamian agency called Social Light Media, told me. “When the storm downgraded, that was the only chance.” Gomez, who has a large social-media following, worked with Mullings and retweeted rescue requests from survivors. She told me that in the Bahamas, Twitter is not used as much as Instagram and Facebook, but it proved vital after the storm. “I do social-media management, and I never thought in a million years we would use Twitter to save lives,” Gomez said.

    #Médias_sociaux #Désastres #Urgence

  • Et les gagnants de l’EuroMillions sont… Jonathan Lefèvre - 9 Septembre 2019 - Investigaction

    Du #Kazakhgate, à la loi sur la transaction pénale, pointé par l’ONU pour la gestion des fonds libyes, le nom de Didier Reynders (MR) figure dans les grands scandales de la politique belge de ces dernières années. Mais si son nom a fait la Une ce week-end, c’est parce que la nouvelle fonction de l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense est devenue connue : il va devenir commissaire européen à la Justice.

    Charles Michel, membre du même parti et Premier ministre, a lui aussi reçu sa « récompense » européenne. Après avoir détricoté nos services publics, attaqué les régimes de retraite et géré avec des séparatistes, l’homme politique libéral est récompensé par le poste de présidence du Conseil européen. Michel et Reynders ne sont pas les seuls à avoir reçu une promotion très rémunératrice...

    Christine Lagarde, business Europe
    Cette ancienne femme d’affaires (elle a passé plus de 25 ans dans le cabinet d’avocats d’affaires américain Baker & McKenzie dont elle prendra la direction) a débuté en politique en étant nommée ministre déléguée au Commerce extérieur en 2005 sous la présidence de Jacques Chirac (UMP, droite). Nicolas Sarkozy la conserve une fois arrivé au pouvoir. Après un passage à l’Agriculture, elle prend la tête du ministère de l’Économie. Un sujet qu’elle maîtrise bien. Comme le prouve cette analyse qu’elle faisait en décembre 2007, en pleine crise des « subprimes  »  : « Il est largement excessif de conclure que nous sommes à la veille d’une grande crise économique  »…

    C’est sans doute ce don de voyance qui convainc le Fond monétaire international (FMI) de la nommer directrice générale en 2011. Cette fonction va lui permettre d’appliquer l’austérité à un niveau supérieur et surtout de faire souffrir le peuple grec.

    Alors qu’elle est déjà au #FMI, une affaire datant de son passage au ministère de l’Économie refait surface. L’État français avait déboursé 403 millions d’euros à (l’homme d’affaires maffieux) #bernard _tapie dans le cadre de l’arbitrage d’une affaire d’escroquerie, de faillite frauduleuse et de détournement d’argent public. Christine Lagarde, soupçonnée de « complicité de faux  » et « complicité de détournement de biens publics  » s’en sortira finalement en étant déclarée coupable de « négligence  »…

    L’ex-femme d’affaires est maintenant à la tête de la Banque centrale européenne ( #BCE ). Un organisme qui, avec le… FMI et la #commission_européenne, forme la #Troïka, qui a fait exploser la #pauvreté du peuple grec, a cassé les services publics, s’est attaqué au patrimoine, a mis à la rue des milliers de pensionnés, etc.

    David Sassoli, casseur du rail
    Ancien journaliste, le #social-démocrate David Sassoli est, comme Christine Lagarde, venu assez tardivement en politique. Élu en 2009 au Parlement européen, il a été choisi par une majorité de ses collègues pour présider celui-ci jusqu’en 2022. L’ancien présentateur du JT de la RAI (chaîne publique italienne) a obtenu ce poste après avoir assuré la vice-présidence lors de la mandature précédente. Présenté comme un « facilitateur  » par ses pairs, il peut compter sur le soutien du #PPE, groupe des conservateurs européens. Preuve que ce membre du Parti démocrate (PD, centre gauche) séduit aussi la droite. Et pour cause. Il se présente lui-même comme le père de « la plus importante réforme ferroviaire de l’Union européenne – la loi européenne Sassoli-Dijksma – qui a été adoptée en 2017 après trois années de négociations compliquées  ». Cette réforme est en effet importante. Sassoli était le « rapporteur  » du « 4ème paquet ferroviaire  » de l’Union européenne. En tant que « rapporteur  », son job était de faire la médiation entre les différentes instances européennes (Parlement, Commission, etc.), en proposant des amendements afin de faire voter la réforme qui grave dans le marbre la #libéralisation du #rail.

    Si, avant ce paquet, le transport ferroviaire était du ressort du secteur public, et que des aménagements pouvaient être envisagés pour la participation du privé, après le vote la logique est inversée  : le rail est maintenant dans les mains du privé et les États doivent se battre pour garder une main dessus. C’est de cela que se vante le « beau gosse de la gauche  », comme il est surnommé par la presse italienne. « Beau gosse  » peut-être, « de la gauche  » sûrement pas.

    Josep Borrell, délinquant en col blanc
    Le nouveau chef de la #diplomatie européenne, le social-démocrate espagnol Josep Borrell, est loin d’être un nouveau-venu en politique. Il a déjà occupé le poste de Président du Parlement européen, et est passé du ministère des Affaires étrangères espagnoles au poste de « Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité  » (un intitulé plus compliqué que « ministre européen des Affaires étrangères  »). Élu député pour la première fois en 1986, il n’a plus quitté les cénacles politiques depuis, que ce soit à l’échelle locale, nationale ou européenne. A l’exception d’un petit détour par le Conseil d’administration d’un groupe énergétique, #Abengoa. Le temps de se faire condamner pour délit d’initié (il avait vendu des actions de la société un peu avant qu’elle ne dépose le bilan…) l’année dernière. Après avoir réglé l’amende de 30 000 euros, le voici donc de retour dans les hautes sphères institutionnelles européennes.

    Celui qui s’était déplacé en France pour convaincre les membres du #PS français de voter pour le Traité constitutionnel européen (qui, malgré ce soutien des socialistes, a été refusé par le peuple français avant d’être imposé par le gouvernement deux ans plus tard…), s’est fait connaître en 2012 pour des propos que n’aurait pas renié Donald Trump. Lors d’une conférence à l’université de Madrid, il a évoqué l’indépendance des États-Unis en ces termes  : « Tout ce que les Américains avaient à faire était de tuer quatre Indiens mais à part ça, c’était vraiment facile  »… Ou comment nier un génocide en une phrase. La diplomatie européenne a de beaux jours devant elle.

    Ursula von der Leyen, ministre de la Guerre
    L’ancienne ministre de la Défense allemande est née en Belgique. Normal vu que son père a occupé de hauts postes à la #CEE (Communauté économique européenne, ancêtre de l’Union). Ursula von der Leyen est la candidate proposée (imposée  ?) par le couple Macron-Merkel. Elle réussit à faire l’unanimité entre une partie du groupe social-démocrate et… l’extrême droite. Le président hongrois Viktor Orban était d’ailleurs fier de cette arrivée à laquelle il a activement contribué.

    Sa vision de la « Défense  » allemande ? L’ingérence. Elle n’a eu de cesse de promouvoir les interventions extérieures lors de son passage au ministère. Lors de son discours devant le Parlement européen, elle a regretté le manque d’argent public pour réussir la transition écologique. Avant de demander… plus d’argent pour la guerre et l’Otan… Bref, sa vision très offensive de la Défense risque de renforcer plus encore l’évolution guerrière d’une Europe qui se dote de drones de combat et met sur pied une armée européenne.

    Et ce n’est pas sa gestion de l’ #argent_public qui va réjouir les travailleurs du continent. Elle est sous le coup d’une commission d’enquête parlementaire dans son pays pour avoir eu (un peu trop) recours à des consultants privés pour plus de 200 millions d’euros lorsqu’elle était ministre de la Défense…

    #ue #union_européenne #commissaire #business #corruption #mafia #casseurs #violences #affaires #didier_reynders #charles_michel #christine_lagarde #josep_borrell #ursula_von_der_leyen
    Source : https://www.solidaire.org/articles/et-les-gagnants-de-l-euromillions-sont

  • Etappensieg für das digitale Proletariat in Kalifornien
    https://www.neues-deutschland.de/artikel/1125650.gig-worker-etappensieg-fuer-das-digitale-proletariat-in-ka

    Ein neues Gesetz stuft scheinselbstständige Gig-Worker als Angestellte ein - das bedeutet Anspruch auf Sozialleistungen und gewerkschaftliche Organisierung

    11.09.2019 - von Christopher Wimmer - Die Fahrdienstleister Uber und Lyft haben ein Problem an der
    Heimatfront, in Kalifornien. Das nun beschlossene Gesetz ??Assembly Bill
    5??, das aktuell unter dem Hashtag #AB5 in den sozialen Medien fu??r Furore
    sorgt, hat es in sich. Laut dem Gesetz sind die ??Gig-Arbeiter*innen?? der
    Digitalwirtschaft, die etwa als Fahrer fu??r Uber oder als Kuriere fu??r
    Lieferdienste arbeiten, in Zukunft wie regula??re Bescha??ftigte zu
    behandeln. Sie ha??tten dann Anspruch auf Mindestlohn und
    Sozialleistungen, die normalen Arbeitsschutzvorschriften wu??rden auch fu??r
    sie gelten. In der Nacht zum Mittwoch stimmte der Senat des
    Bundesstaates mit 29 zu 11 Stimmen zu. In der ??State Assembly??, dem
    kalifornische Unterhaus, war das Gesetz zuvor mit einer deutlichen
    Mehrheit von 59 zu 15 Stimmen verabschiedet worden.
    Das Gesetz sei ??ein Sieg fu??r alle Arbeiter??, jubelte die California
    Labour Foundation, ein Dachverband von 1200 Gewerkschaften in
    Kalifornien, auf Twitter. Man werde es nicht la??nger zulassen, dass
    Digitalunternehmen ??ein Freifahrtschein ausgestellt wird?? und diese ihre
    ??Gescha??ftskosten auf dem Ru??cken von Steuerzahlern und Arbeitern
    abladen??, erkla??rte die Demokratin Lorena Gonzalez. Sie hatte das Gesetz
    2018 eingebracht.

    ??Assembly Bill 5?? schlie??t eine gro??e Lu??cke im US-amerikanischen
    Arbeitsrecht - zumindest in Kalifornien. Derzeit werden die Fahrer*innen
    von Uber und Lyft als ??unabha??ngige Auftragnehmer?? bezeichnet, sie sind
    damit Schein-Selbststa??ndige. Fu??r die Unternehmen bringt dies gro??e
    Vorteile, da sie weder Mindestlohn noch Sozialabgaben zahlen mu??ssen.
    Ebenso werden die Fahrer*innen pro Fahrt und nicht pro Stunde bezahlt,
    gewerkschaftliche Beta??tigung ist ihnen untersagt.

    Das Gesetz erkla??rt, dass die Selbststa??ndigkeit nicht gegeben sei. Die
    Fahrer*innen seien als Quasi-Angestellte abha??ngig von den Unternehmen:
    Fahrten laufen nur u??ber die Firmen-App, es gibt keine direkte
    Verhandlung mit den Kund*innen. Ebenso setzen die Unternehmen die Tarife
    fest und ko??nnen kontrollieren, wer Fahrer*in wird. Bei kleinsten
    Versto????en ko??nnen diese von der App gesperrt ??? de facto geku??ndigt ???
    werden. Die Abha??ngigkeit geht soweit, dass viele Fahrer*innen Kredite
    aufnehmen, um sich u??berhaupt Autos leisten zu ko??nnen ??? manchmal sogar
    u??ber die hauseigenen Autokredite von Uber und Lyft selbst.
    Die Gruppe ??Rideshare Drivers United??, eine Basisorganisation der
    Fahrer*innen in Los Angeles berichtet davon, dass die Situation fu??r die
    Fahrer*innen immer schlimmer und preka??rer wird. Mit der Einstufung als
    regula??re Bescha??ftigte wu??rden sie nach kalifornischen Arbeitsrecht
    umfassende Rechte erhalten: neben dem Mindestlohn ist das die Bezahlung
    von U??berstunden, Arbeitsschutz, Lohnfortzahlung im Krankheitsfall und
    das Recht, einer Gewerkschaft beizutreten. Dabei wu??rde das Gesetz nicht
    nur Fahrer*innen betreffen, sondern weitere Bescha??ftigte wie
    Hausmeister, selbststa??ndige Handwerker oder sonstige Dienstleister.
    Jubelnde Gig-Worker in Los Angeles - auch der Stadtrat der
    Millionemetropole unterstu??tzte in einer Resolution

    Kaliforniens Gouverneur, der Demokrat Gavin Newsom, hatte bereits
    angeku??ndigt, er wu??rde das Gesetz unterschreiben. Das Unterhaus muss nun
    noch einmal u??ber im Senat verabschiedete Anha??nge zum Gesetz abstimmen.
    Wenn Newssom wie erwartet zustimmt, ko??nnte das Gesetz zum 1. Januar 2020
    in Kraft treten.
    Den Unternehmen gefa??llt diese Entwicklung so gar nicht. Mit den Debatten
    um #AB5 fiel die Uber- Aktie seit Anfang Juni um ein Drittel, Lyft gar
    um ein Viertel. Daher versucht man bei den Unternehmen nun nach einer
    gescheiterten Lobbykampagne, alle Register zu ziehen, um das Gesetz zu
    verhindern. Das kalifornische Recht sieht die Mo??glichkeit eines
    verbindlichen Volksbegehrens vor. In ein solches wollen die beiden
    Unternehmen laut ??New York Times?? nun jeweils 30 Millionen US-Dollar
    investieren. Ebenso viel wu??rde der Essen-Bringdienst Doordash besteuern,
    weitere Unternehmen ko??nnten sich anschlie??en.
    Um das Gesetz zu verhindern, waren Uber und Lyft auch zu weitreichenden
    Zugesta??ndnissen bereit: bezahlte Auszeiten, mehr Mitsprache, ein ho??herer
    Stundenlohn ??? alles unter der Bedingung, die eigenen Fahrer*innen nicht
    als Angestellte behandeln zu mu??ssen. Doch scheint die Gewerkschaftsseite
    und die politische Linke darauf nicht einzugehen. Elizabeth Warren,
    Kamala Harris, Pete Buttigieg und Bernie Sanders (allesamt
    Kandidat*innen der Demokraten fu??r die Pra??sidentschaft) haben
    angeku??ndigt, das Gesetz in zu unterstu??tzen. Sanders plant im Falle
    seiner Pra??sidentschaft gar ein US-Bundesgesetz nach dem Vorbild von AB5.
    Bisher hatten Gewerkschaften und Politik relativ wenig Erfolg dabei,
    Arbeitsrechte und Standards in der Digitalwirtschaft und in der
    Plattformo??konomie durchzusetzen. In Deutschland versucht gerade die IG
    Metall gemeinsam mit der Bewegung ??Youtubers Union?? bessere
    Arbeitsbedingungen fu??r Videoblogger und transparentere Vergu??tungsregeln
    auf der Videoplattform Youtube zu erstreiten. Die Gewerkschaft setzt
    sich seit einigen Jahren fu??r bessere Arbeitsbedingungen sogenannter
    Crowdworker ein.
    Auch wenn sich durch die zunehmende Digitalisierung Arbeitsformen und
    –verha??ltnisse rapide wandeln, zeigt die Verabschiedung von Assembly Bill
    5 das die Formen der ??traditionellen?? Gewerkschaftsarbeit auch in der
    Gig-O??konomie funktionieren ko??nnen. Die Fahrer*innen hatten den
    Gesetzgebungsprozess bereits mit Streiks, Protesten und Boykotten
    begleitet ??? und selbiges angeku??ndigt, sollte das von Uber und Lyft
    bezahlte Volksbegehren tatsa??chlich Realita??t werden.

    #USA #Arbeitsrecht #Uber

  • US : How Abusive, Biased Policing Destroys Lives

    Abusive policing in Tulsa, Oklahoma that targets black people and poor people, diminishes the quality of life in all communities, Human Rights Watch said in a report released today. Human Rights Watch released the report on the eve of the third anniversary of the killing of Terence Crutcher, an unarmed black man. That killing led Human Rights Watch to investigate everyday police interactions in Tulsa as a window into the larger human rights problems with policing throughout the United States.

    The 216-page report, “‘Get on the Ground!’: Policing, Poverty, and Racial Inequality in Tulsa, Oklahoma,” details how policing affects Tulsa, particularly in the segregated and largely impoverished North Tulsa area. Human Rights Watch found that black people are subjected to physical force, including tasers, police dog bites, pepper spray, punches, and kicks, at a rate 2.7 times that of white people. Some neighborhoods with larger populations of black people and poor people experienced police stops more than 10 times the rate of predominantly white and wealthier neighborhoods. Arrests and citations lead to staggering accumulations of court fees, fines, and costs, often for very minor offenses, that trap poor people in a cycle of debt and further arrests for failing to pay.

    https://www.hrw.org/news/2019/09/12/us-how-abusive-biased-policing-destroys-lives
    #police #racisme #USA #Etats-Unis #violences_policières #pauvreté #guerre_contre_les_pauvres #Noirs #Tulsa #Oklahoma #rapport #discriminations #HRW

    #cartographie #visualisation

    ping @karine4 @cede

  • University of Basel seminar Urbanism in Conflict: Cities, Conflict and Contestation

    Seminar organised by the “Critical Urbanisms” group at Unibas, 09.09.–10.12.2019. https://criticalurbanisms.philhist.unibas.ch/events/urbanism-in-conflict-cities-conflict-and-contestat

    Conflict is associated both with democratic politics and with hegemonic forms of violence. This seminar and lecture series will explore how conflict shapes cities and citizenship, and how cities and citizenship are, in turn, shaped by conflict. We propose that conflict be considered as a mode of inhabiting cities—indeed, as a mode of citizenship—but also as potentially a mode of eroding citizenship and urban fabric through both violent and non-violent means. Guest lecturers from a range of disciplines in the social sciences will address how issues ranging from participatory democracy and environmental justice to ethnic violence and migration reshape cities. The roster of guest lecturers includes renowned representatives from the following fields: Critical geography, urban politics, architectural research, heritage studies and Black studies.

    #urbanism #conflict

  • Uber wird in Köln zum Brandstifter und Kriegstreiber
    https://www.taxi-times.com/uber-wird-in-koeln-zum-brandstifter-und-kriegstreiber

    24. April 2019 von Jürgen Hartmann - Kaum ist Ostern vorbei, scheinen auch die friedlichen Zeiten vorbei zu sein. Kölner Medien berichten von einem Taxi-Krieg mit Uber. Wer genau hinsieht, erkennt, dass diese Kampagne ganz gezielt von Uber gelenkt wird.

    Ein Kommentar von Taxi Times Herausgeber Jürgen Hartmann

    Geht es nach Berichten der Kölner Boulevardpresse, werden in Köln Fahrzeuge mutwillig beschädigt, die für Uber unterwegs sind. Wer dahinter steckt, kann allerdings nicht bewiesen werden. Die Tageszeitungen scheinen die Täter aber schon zu kennen und der Uber-Pressechef erst recht.

    Seit mehreren Tagen zeigen diverse Kölner Tageszeitungen, allen voran die Boulevard- und Sensationsblätter „Bild“ und „Express“ ein weißes Fahrzeug, an dem braune Flecken zu erkennen sind. Als Foto-Quelle wird Uber genannt. Beschmiert wurden auf diese Weise mehrere Fahrzeuge, die Polizei hat Ermittlungen aufgenommen. Bei den Fahrzeugen handelt es sich wohl um Mietwagen, die für den Fahrtenvermittler Uber unterwegs sind. Für die Tageszeitungen scheint die Herkunft der Täter klare Sache zu sein. Diese Unterstellung ist alleine schon durch die Wahl der Headlines klar erkennbar: „Kölner Taxi-Krieg eskaliert“, schreibt der Express. „Der Uber-Taxi-Zoff eskaliert“, titelt die Bild-Zeitung.

    Damit wird unverblümt unterstellt, dass die Täter aus dem Taxi-Umfeld kommen. Und der Pressesprecher von Uber, Tobias Fröhlich, legt geschickt noch eins drauf, indem er in diesem Zusammenhang auf Fake-Orders verweist, mit denen Uber-Autos bestellt werden, um sie dann kurz vor Eintreffen des Uber-Fahrzeugs am Abholort wieder abzubestellen. Man habe an manchen Tagen 500 Schein-Buchungen von Fake-Accounts, berichtet der Pressechef. „Es ist sehr nahe liegend, dass das aus der Taxi-Ecke kommt.“

    Weder die polizeilichen Ermittlungen noch die Boulevardblätter selbst können allerdings belegen, dass es sich bei den Tätern um Taxifahrer handelt. Auch Fröhlich bleibt den Beweis schuldig, dass die Fake-Accounts aus der „Taxi-Ecke“ kommen.

    Aber darum geht es letztlich gar nicht. Im österlichen Nachrichtenloch haben die Tageszeitungen ihre Schlagzeilen und Uber weiterhin seine kostenlose mediale Werbung.

    Wer genau hinsieht, erkennt, dass Uber bei dieser Kampagne als heimlicher Drahtzieher agiert. Das Foto des beschmierten Fahrzeugs, das alle Zeitungen zeigen, stammt von Uber selbst, nicht etwa von einem der betroffenen Uber-Partner oder einem Pressefotografen. Es gibt auch nur ein Foto, obwohl doch mehrere Fahrzeuge beschmiert worden sind. Und da der Täter der Schmierereien nicht ermittelt ist und selbst die Presse es nicht wagt, die Schuld einem Taxifahrer zu geben, hilft der Uber-Pressesprecher Christian Fröhlich offen nach. Er bringt Fake-Bestellungen ins Spiel – die anders als Fahrzeugbeschmierungen keinen Straftatbestand darstellen – und weist die potenziellen Übeltäter der „Taxi-Ecke“ zu.

    Aleksandar Dragicevic vom Kölner Taxiruf bringt es genau auf den Punkt: „Uber macht sich vom Täter zum Opfer.“ Doch nicht nur das. Uber wird zum Brandstifter und spekuliert geradezu auf den Hass der Taxifahrer, den man selber seit Jahren erfolgreich säht. Schon der damalige Uber-Chef Kalanick sprach davon, dass man sich in einem Krieg mit einem „Arschloch namens Taxi“ befände.

    Den Weg dieser offensiven Kriegsführung mag das Unternehmen mittlerweile verlassen haben, doch das kann nicht darüber hinwegtäuschen, dass man immer noch kriegsartig agiert. Das Ziel heißt weiterhin „Markteroberung um jeden Preis“ und die Mittel dafür sind Missachtung geltender Regeln (Beispiel Rückkehrpflicht) und bestehender Verbote (Beispiel Wien). Und wenn der Konflikt einzuschlafen droht, setzt man gezielte Provokationen ein. So wie der Start des Uber-Dienstes in Köln nur einen Tag nach den bundesweiten Taxidemos, die sich nicht nur gegen Scheuers Eckpunkte richteten, sondern auch gegen die permanenten Gesetzesverstöße von Uber.

    Ubers Image braucht eine Auffrischung, denn spätestens seit den Taxidemos hat auch die breite Öffentlichkeit verstanden, dass das Geschäftsmodell des US-Vermittlers mit einem Rechtsstaat nicht zusammenpasst. Wenn es nun aber gelingt, die Taxifahrer als die wahren Agressoren hinzustellen, als Fahrzeugbeschmutzer und Fake-Besteller, könnte das die öffentliche Wahrnehmung wieder wandeln.

    Fröhlich weiß genau, dass die Fahrzeuge seiner Partner täglich gegen geltende Gesetze verstoßen und dass die Taxikollegen sich das irgendwann nicht mehr gefallen lassen. Brennende Uber-Autos wie in andren Ländern und ein aufgebrachter Taximob würden Uber genau in die Karten spielen. Soziale Unruhen werden so bewusst in Kauf genommen. Um das zu forcieren, macht der Presseprofi Fröhlich die Kölner Presse zum Spielball der (Kriegs-)Interessen seines Unternehmens. Wie Fröhlich das mit seinem journalisten Gewissen vereinbaren kann, bleibt sein Geheimnis.

    Uber darf mit dieser Taktik keinen Erfolg haben, deshalb müssen die Taxikollegen weiterhin besonnen und ruhig reagieren – und auch weiterhin auf den Rechtsstaat vertrauen. Und genau dieser Rechtsstaat ist nun mehr gefordert als jemals zuvor, allen voran die Politiker und Behörden in den fünf Uber-Städten. Düsseldorf hat letzte Woche mit dem Konzessionsentzug eines Uber-Partners endlich ein erstes Zeichen gesetzt. Berlin, München, Frankfurt und Köln müssen nun ähnlich mutig und engagiert handeln, ebenso die angrenzenden Landkreise – allen voran der Landkreis Erding (zuständig für den Münchner Flughafen). Sonst müssen sich Politiker, Beamte und Mitarbeiter der Aufsichtsbehörden den Vorwurf gefallen lassen, als Handlanger und Kriegssöldner von Uber zu agieren.

    #Uber #Taxi #Köln

  • Uber-Partner bedroht Familie eines Taxi-Vorstands
    https://www.taxi-times.com/uber-partner-bedroht-familie-eines-taxi-vorstands

    11. September 2019 von Jürgen Hartmann - Letzte Woche wurde ein Uber-Partner wegen Verstoßes gegen die Rückkehrpflicht verurteilt. Gestern nun bedrohte der Mann die Familie des Kölner Taxivorstands Oguzhan Ogul.

    Es geht um eine der zahlreichen Einstweiligen Verfügungen, die der Taxiruf Köln in den letzten Wochen und Monaten gegen Mietwagenunternehmen erwirkt hat. Mit aufwendigen Überprüfungen sammelt die Kölner Taxizentrale gerichtsfeste Beweise gegen jene Uber-Partner, die nachweislich gegen geltendes Recht, insbesondere gegen die für Mietwagen obligatorische Rückkehrpflicht verstoßen. Damit werden dann Einstweilige Verfügungen gegen die Unternehmen erwirkt, in denen es ihnen untersagt wird, sich nach einer ausgeführten Fahrt bis zum nächsten Auftrag irgendwo im Stadtgebiet bereitzustellen. Die Unternehmen müssen dies in einer so genannten Unterlassungserklärung anerkennen. An vorderster Front kämpft hier immer das Vorstandsmitglied Oguzhan Ogul.

    Halten sich diese Unternehmen anschließend an die Verfügung, ist es gleichbedeutend mit einem existenzbedrohenden Umsatzverlust, denn diese Partner fahren hauptsächlich Uber-Aufträge (künftig wahrscheinlich auch Free Now) und bekommen natürlich nur dann Aufträge, wenn sie sich in der Nähe der Hotspots aufhalten und nicht am Betriebssitz, der meist außerhalb Kölns angemeldet wurde.

    Nicht zuletzt deshalb widersprechen manche dieser Uber-Partner der Einstweiligen Verfügung und erwirken so ein Hauptsacheverfahren, wo dann final über die Berechtigung der Unterlassungserklärung entschieden wird.

    So auch vergangenen Donnerstag, als der frühere Taxiunternehmer und aktuelle Uber-Partner D. (vollständiger Name der Redaktion bekannt) auch im Hauptsachverfahren verlor. Allerdings zeigte er sich wenig einsichtig, denn am gestrigen Tag tauchte D. plötzlich am Arbeitsplatz der Ehefrau von Ogul auf und bedrohte diese verbal. „Wenn er selbst untergehe, werde er dafür sorgen, dass auch ich und meine Familie untergehen, hat er sinngemäß gegenüber meiner Ehefrau gesagt“, berichtet der Kölner Vorstand gegenüber Taxi Times und zeigte sich völlig fassungslos. „Was hat meine Familie damit zu tun? Er weiß, wo ich arbeite und kennt mein Büro. Warum bedroht er meine Frau?“ Die Oguls haben bei der Polizei Anzeige gegen D. erstattet. D. darf sich der Ehefrau in einem Radius von 150 Metern nicht mehr nähern.

    Anmerkung der Redaktion: Der gestrige Vorfall ist der traurige Höhepunkt einer ganzen Kette von Gewalt-Eskalationen zwischen Kölner Uber- und Taxifahrern. Engagierte Schlägertrupps, körperliche Auseinandersetzungen, verbale Beschimpfungen gehören in Köln fast schon zum Alltag. Und nun also die direkte Bedrohung von Familienmitgliedern. Das sind Zustände, wie man sie nur aus Diktaturstaaten kennt. In einem Rechts 7 Kommentarestaat dürfen die keinen Platz haben.

    Und eben jener Rechtsstaat steht nicht nur in der Verantwortung, gegenüber den Uber-Partnern durchzugreifen, sondern das Übel endlich auch an der Wurzel zu packen – indem man all jene Apps verbietet, deren Geschäftsprinzip auf Rechtsbruch ausgelegt ist. Denn eben jene App-Anbieter versprechen ihre Partnern viele Fahrten und tolle Umsätze (was in deren Selbstverständnis meist gleichbedeutend mit Gewinn ist), obwohl sie genau wissen, dass dies nur unter Umgehung geltender Gesetze möglich ist.

    Von daher ist der App-Vermittler der wahre Brandstifter und Rechtsstaat-Gefährder. Er gehört ganz dringend aus dem Verkehr gezogen. Im Sinne eines sozialen Frieden – nicht nur auf den Straßen Kölns.

    #Uber #Taxi #Köln

  • Channel migrants: Two boats found after 86 attempted crossing

    Two boats carrying 21 migrants have been intercepted off the Kent coast after a record 86 made the crossing in one day.

    One man was airlifted to hospital from a dinghy which was carrying 13 people, including three children.

    A second vessel carrying eight men was intercepted and taken to Dover.

    Eighty-six people were detained by Border Force on Tuesday. It is thought to be the highest number of migrants to make the crossing in one day.

    https://www.bbc.com/news/uk-england-kent-49662172
    #frontières #Angleterre #UK #France #migrations #asile #réfugiés #Manche

    #statistiques #chiffres


    https://twitter.com/ElisaPerrigueur/status/1171873291470016515/photo/1
    #routes_migratoires #parcours_migratoires

  • La Californie requalifie en salariés les chauffeurs d’Uber et Lyft
    https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/la-californie-requalifie-les-chauffeurs-duber-et-lyft-en-salaries-1130705

    La loi, qui met fin au statut de travailleur indépendant pour les entreprises de la « gig economy », menace le coeur du modèle économique des VTC. Selon la banque Morgan Stanley, le statut de salarié des chauffeurs va augmenter les coûts des deux applis leader de 35 %. L’Etat où Uber, Lyft, Instacart, Doordash et la majorité des applications de la « gig economy » sont nées vient d’abattre l’un des piliers de leur ascension et de jeter le doute sur leur avenir. Après l’Assemblée le mois dernier, le Sénat (...)

    #Lyft #Uber #procès #travail #VTC

  • En Californie, victoire décisive pour les chauffeurs d’Uber
    https://www.liberation.fr/planete/2019/09/11/en-californie-victoire-decisive-pour-les-chauffeurs-d-uber_1750725

    En approuvant un texte requalifiant les chauffeurs et livreurs indépendants des plateformes de VTC en employés, le Sénat du Golden State ouvre la voie à une remise en cause radicale de l’économie des services à la demande de l’ère numérique. L’économie des plateformes en mode ubérisée a-t-elle vécu ? En adoptant mardi soir un projet de loi ouvrant la voie à la requalification en salariés des travailleurs indépendants de la « Gig Economy » comme on l’appelle dans les pays anglo-saxons, le Parlement de (...)

    #Lyft #Uber #procès #travail #VTC

  • Federal judge rules Uber calling its drivers independent contractors may violate antitrust and harm competition / Boing Boing
    https://boingboing.net/2019/06/21/labor-uber.html

    Fri Jun 21, 2019 - A federal judge has ruled that alleged misclassification of drivers as independent contractors by the ride-hailing service app Uber could harm competition and violate the spirit of America’s antitrust laws.

    • Lawsuit says misclassifying workers creates competitive harm
    • 30 days to amend complaint with new information

    The ruling by Judge Edward Chen of the U.S. District Court for the Northern District of California is not a final decision in the case, but is a “significant warning to ride-hailing companies,” Bloomberg News reports.

    “It signals how a 2018 California Supreme Court case and future worker classification laws could open the floodgates to worker misclassification and antitrust claims.”

    Uber’s Worker Business Model May Harm Competition, Judge Says
    https://news.bloomberglaw.com/daily-labor-report/ubers-worker-business-model-may-harm-competition-judge-says?campa

    June 21, 2019, 8:58 PM

    Suit: Misclassifying workers produces competitive harm
    Complaint must be amended within 30 days with new information

    Uber‘s alleged misclassification of drivers as independent contractors could significantly harm competition and violate the spirit of antitrust laws, a federal judge ruled.

    The ruling, although not a final decision in the case, is a significant warning to ride-hailing companies. It signals how a 2018 California Supreme Court case and future worker classification laws could open the floodgates to worker misclassification and antitrust claims.

    Judge Edward Chen of the U.S. District Court for the Northern District of California declined to dismiss all of the claims brought against Uber by Los Angeles-based transportation service Diva Limousine, saying the company established a causal link between Uber’s behavior and real economic harm being felt by competitors.

    Driver misclassification could save Uber as much as $500 million annually just in California, according to Diva’s lawyers.

    “Diva’s allegations support the inference that Uber could not have undercut market prices to the same degree without misclassifying its drivers to skirt significant costs,” the judge wrote in the June 20 ruling.

    Unlike employees, independent contractors aren’t entitled to benefits such as health care, unemployment insurance, minimum wages, and overtime.

    An attorney for Diva said he was pleased with the court’s decision and that it was a warning that the company couldn’t skirt California labor laws.

    “There’s an acknowledgement here that Uber not only harms its drivers but also that its conduct crosses the line from robust competition to unfair competition,” said attorney Aaron Sheanin of Robins Kaplan LLP. “And that injures its competitiors, including Diva.”

    Uber didn’t return a request for comment.

    Overall, Uber was only able to get part of Diva’s complaint fully dismissed—specifically, its claims under the state’s Unfair Practices Act. Diva’s claims under the California Unfair Competition Law can proceed once it amends its complaint to address jurisdictional issues and other legal arguments.

    Diva’s lawyers have 30 days to refile an updated complaint which is likely to move forward given the judge’s ruling that the claims have merit.

    The ruling was based in part from language drawn from the California Supreme Court’s April 2018 ruling in Dynamex Operations West Inc. v. Superior Court. That decision made it harder for California employers to classify workers as independent contractors rather than employees. It also condemns misclassification as a type of unfair competition.

    Uber identified Dynamex in regulatory filings as a long-term potential risk factor for its business success.

    The case is Diva Limousine, Ltd. v. Uber Technologies, Inc., N.D. Cal., No. 3:18-cv-05546, Order Issued 6/20/19.

    #USA #Recht #Justiz #Uber #Arbeit