• Etats-Unis : « C’est l’ensemble du système des admissions à l’université qui est truqué » - Libération
    https://www.liberation.fr/planete/2019/03/15/etats-unis-c-est-l-ensemble-du-systeme-des-admissions-a-l-universite-qui-

    Inédit, ce scandale jette une lumière crue sur le processus d’admission ultra-compétitif dans les grandes universités du pays, avec des parents, même issus de la classe moyenne, prêts à des investissements financiers massifs, dans un pays où les inégalités ne cessent de se creuser. Il matérialise l’injustice de l’éducation supérieure d’élite et privée aux Etats-Unis, qui représente pour la classe moyenne un sacrifice financier considérable : 44 millions de jeunes Américains doivent rembourser de colossaux prêts étudiants, contractés pour régler des frais de scolarité toujours en augmentation (ils varient de 35 000 à 60 000 dollars par an pour les meilleures universités). La dette étudiante frise aujourd’hui les 1 500 milliards de dollars.


  • Big Deal Cancellation Tracking

    Large publishers have marketed bundles of journals at a discount off of aggregated list price since the late 1990’s. The value proposition for publishers is a guaranteed revenue stream at a high overall dollar value. The perceived benefit for the institutions has been access to a large volume of journal titles, at a lower per-title price than ala carte purchasing would afford. Over time, however, the actual value of these “big deals” has grown less clear. Publishers have often raised the price of the packages by 5-15%, far outpacing library budgets. This has been justified, in part, by the addition of a growing number of specialized journal titles, launched in quick succession. Libraries have found a growing chunk of their budgets allocated to servicing these big deals, as well as their ability to curate resources and build collections most appropriate for their communities severely hampered.

    What was once a no-fuss way to get a significant collection of journals at a discount off of list price has devolved into a restrictive agreement that limits financial and strategic flexibility. The “big deal” has often been compared to a cable or satellite TV package, an apt analogy insofar as the customer cannot choose to pass on content that is of no interest, with initial price breaks quickly giving way to locked-in increases. Much like the millions of consumers who have chosen to “cut the cord”, a growing number of libraries are electing to critically appraise these big deals by assessing their collections, the value for money they are receiving from these packages, and how they might more strategically spend their finite collections resources.

    https://sparcopen.org/our-work/big-deal-cancellation-tracking
    #édition_scientifique #université #savoir #résistance #liste #base_de_données #database

    Ici le tableau excel:


    https://docs.google.com/spreadsheets/d/1brXHnANwLBCHYo5b79hF6vGF63fdOCSOSiPxCScf0hc/edit#gid=0
    ping @reka @fil


  • ​Norwegian research institutions have decided not to renew their agreement with #Elsevier

    The offer from Elsevier is a long way from fulfilling the Norwegian requirements for open access to research articles. There is also no movement in transitioning the agreement from paying to read to paying for open publishing. The agreement with Elsevier will therefore not be renewed for 2019. The rectorates at the universities of #Bergen, #Oslo, #Tromsø and #Trondheim all support this decision.

    The Norwegian government aims at making all publicly funded research articles openly available by 2024 and to move from paying to read articles through subscription agreements, towards paying for publishing articles that are openly available. Unit – The Directorate for ICT and shared services in Higher Education and Research has been in discussions with Elsevier since the introduction of the government’s national guidelines for open access in 2017. Unit negotiates and manages agreements on behalf of Norwegian research institutions. The agreement with Elsevier includes 44 member institutions comprising of universities, university colleges, research institutes and hospitals, and is the largest of the agreements.

    To ensure a successful transition to open access, the following guiding principles apply to all negotiations:

    Articles with corresponding authors from Norway shall be openly available at the time of publishing

    Publishing open access shall not increase total costs

    License agreements, costs and business models must be fully transparent

    Perpetual access to content published in subscription journals must be granted

    * Agreements should demonstrate a move towards models where costs are related to the volume of Norwegian article output

    In July 2018 Universities Norway (UHR) gave their full support to Unit’s negotiation principles and nominated representatives from the rectorates at the universities of Oslo and Bergen to participate in the negotiations with Elsevier.

    – For many years we have cooperated closely with library directors during negotiations. The type of agreements we are now negotiating will have a direct impact on the publishing of research, and participation from the top level of the institutions has therefore been important. The active involvement of the rectors has sent an important message to publishers that the negotiation principles have the full support at the top level, says the Director of Research Services Strategy at Unit, Katrine Weisteen Bjerde.

    Despite good discussions, the offer from Elsevier is still a long way from meeting the principles and has therefore been rejected. There will therefore be no agreement in 2019, but the discussions continue.

    – It is very disappointing that we did not manage to reach an acceptable agreement with Elsevier, a publisher that accounts for a substantial proportion of Norwegian publishing output and is an important stakeholder for us on the road towards open research. We wish to cooperate with all publishers in order to create a good framework for open publishing, but sometimes we simply stand too far apart, states the vice rector for research at the University of Bergen, Margareth Hagen.

    Norwegian researchers publish around 2000 articles annually in Elsevier journals. In 2018 participating institutions paid around € 9 million in subscription costs. In addition, an estimated € 1 million was spent paying to make articles in subscription journals openly available.

    Despite no agreement being reached this year for reading new articles, Norwegian researchers will still be able to publish in Elsevier journals as before. Depending on the individual institutions archive rights, researchers will also still have access to read articles published in many journals up to and including 2018.

    Researchers and others who require access to articles that are not accessible via such archives are encouraged to contact their institutional library who will be able to assist.

    https://www.mynewsdesk.com/no/unit/pressreleases/norwegian-research-institutions-have-decided-not-to-renew-their-agreemen
    #édition_scientifique #Norvège #université #savoir #résistance
    ping @reka


  • The Era of Data Sovereignty is upon us!
    https://hackernoon.com/the-era-of-data-sovereignty-is-upon-us-7b9f447cf211?source=rss----3a8144

    But who is going to be the ‘Amazon of Data’?If this is the information age, where is the information getting traded?Fifty Years of Commerce in Three SentencesBoxstores like Walmart had their heyday in an era when it was convenient to shop for all manner of goods in a common marketplace. Similarly, the successes of Amazon and Upwork was to create common (virtual) marketplaces for disparate goods and services. Today, where data is so highly valued, there is a wide open need for a common data marketplace.Data is Already Being SoldData is already being bought and sold. However, it’s largely happening in an opaque way. This is tied up with the complications of who owns the data. Indeed, recent years have seen increasing concerns about #privacy violations such as the New York Times report of the (...)

    #data-sovereignty #internet-of-things #blockchain #unification


  • Le Conseil de Pitzer College approuve une résolution suspendant un programme d’études à l’étranger avec l’université de Haifa
    Claremont Students for Justice in Palestine, le 14 mars 2019
    https://www.bdsfrance.org/le-conseil-de-pitzer-college-approuve-une-resolution-suspendant-un-progra

    C’est un vote historique, qui fait de Pitzer College le premier College des États-Unis à suspendre un programme d’études à l’étranger en Israël à cause de sa politique hautement discriminatoire envers les Palestiniens et parce que cet état colonial continue ses violations flagrantes des droits humains.

    #Palestine #USA #Université #BDS #Boycott_universitaire

    A mettre avec l’évolution de la situation aux États-Unis vis à vis de la Palestine :
    https://seenthis.net/messages/752002


    • On ne se regroupe plus sur ce qui nous unit, mais sur ce qui nous désunit, ce qui nous fait nous haïr entre nous. Le pouvoir nous a fait nous mettre des barrières entre nous, la distinction bourgeoise s’exprime pleinement au moment de mettre des gens dans des cases. C’est plus pratique avec internet qui n’oublie rien, qui garde en mémoire toutes les conneries qu’on a pu dire. On en arrive à legitimer l’aggression et l’harcelement entre nous.


  • De riches parents américains pris dans un vaste scandale universitaire Loïc Pialat/oang - 15 Mars 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/10291184-de-riches-parents-americains-pris-dans-un-vaste-scandale-universitaire.

    Un immense scandale secoue certaines des universités les plus prestigieuses des Etats-Unis et fait la Une de tous les médias américains. C’est, selon le FBI, la plus grande fraude dans l’histoire universitaire du pays.

    Une trentaine de très riches parents ont été interpellés et inculpés il y a quelques jours. Ils sont accusés d’avoir payé des pots de vin, de parfois plusieurs centaines de milliers de francs, pour que leurs enfants puissent être admis dans ces établissements d’élite.

    Système basé sur deux moyens de tricher
    La fraude, basée essentiellement sur deux techniques, a duré pendant près de dix ans, entre 2011 et début 2019.

    Le premier moyen était de tricher au tests SAT, passés par tous les lycéens américains et qui servent de base aux établissements universitaires pour sélectionner les élèves. La triche consistait à envoyer une autre personne, plus douée, passer le test avec la complicité d’employés corrompus qui détournaient le regard. Il était possible aussi de demander plus de temps pour que l’élève passe le test en prétextant des difficultés d’apprentissage.

    L’autre approche était de payer certains entraîneurs des nombreuses équipes universitaires, pour qu’ils recommandent des étudiants à l’établissement. Ces derniers ont en effet souvent le droit à un quota d’étudiants moins brillants mais performants sur le terrain. Reste que les élèves concernés n’avaient rien d’athlétique : les parents et leurs complices ont falsifié leur CV en inventant des performances inexistantes. Ils ont même parfois trafiqué des photos de leurs enfants avec un logiciel, en récupérant celles d’athlètes sur internet.

    Le « conseiller » au cœur du scandale
    Tout le système reposait sur un homme, William Rick Singer, qui conseille depuis longtemps les parents pour préparer un dossier d’admission. La profession est en pleine croissance aux Etats-Unis, tant l’entrée dans les plus grandes universités devient sélective.

    Ce Californien d’une soixantaine d’années avait en fait créé un faux organe de charité, The Key Foundation, à qui les parents versaient de fortes sommes d’argent. En huit ans, il a ainsi amassé quelque 25 millions de francs, une somme dont il se servait pour corrompre employés et coaches. Les parents, eux, pouvaient déduire les montants versés de leurs impôts - ce qui est déjà en soi un délit.

    Une « Desperate Housewife » sur la sellette
    Felicity Huffman a été inculpée devant une cour fédérale de Los Angeles. [AFP] Et si les médias américains parlent tant de cette affaire, c’est parce que des célébrités figurent parmi les parents poursuivis. L’actrice Felicity Huffman, connue pour son rôle dans la série « Desperate Housewives », a ainsi versé 15’000 dollars pour truquer le test de sa fille. On trouve également Lori Loughlin, qui jouait le rôle de Tante Becky dans la sitcom « La fête à la maison », très populaire dans les années 90. Elle et son mari ont donné 500’000 dollars pour que leurs deux filles soient admises à l’Université de Californie du Sud (USC) en les faisant passer pour des membres de l’équipe d’aviron alors qu’elles n’ont jamais ramé de leur vie.

    Les universités en cause - USC, UCLA, Yale, Georgetown ou Stanford - comptent parmi les meilleures au monde. Dans le cas de Stanford, le taux d’admission est inférieur à 5%, ce qui signifie que des étudiants ont pris la place d’autres, plus méritants.

    C’est la preuve, pour l’opinion publique, que la méritocratie est un mythe et que tout peut s’acheter, même son entrée dans ces établissements d’élite. Cet état de fait crée un immense sentiment d’injustice.

    Déjà des conséquences professionnelles
    En attendant d’éventuelles peines de prison, l’actrice Lori Laughlin a déjà été renvoyée de projets qu’elle devait tourner pour la chaîne de télévision Hallmark. Plusieurs entraîneurs ont été par ailleurs suspendus ou licenciés.

    Les écoles et les élèves, en revanche, ne devraient pas être poursuivis. Mais deux étudiantes de Stanford, qui n’ont rien à voir avec le scandale, ont lancé une procédure devant les tribunaux, estimant que cette affaire va dévaloriser leur diplôme auprès des employeurs.

    #USA #université #oligarchie #triche #fraude #méritocratie #élite

    • Un système qui favorise les riches
      Cette affaire a aussi lancé un débat sur le coût de l’éducation aux Etats-Unis, car les dons à une université - pratique courante et parfaitement légale - peuvent aider les étudiants à y entrer. Il y a aussi le système dit de « legacy. » : si les parents sont d’anciens élèves de l’université, les jeunes ont deux à trois fois plus de chances d’être admis dans cette école.

      C’est ce qu’a expliqué William Singer, cerveau du scandale actuel : « La porte d’entrée, ce sont les bonnes notes », a-t-il illustré. « La porte de derrière, ce sont des dons très importants. Moi, je vous ferai rentrer par la fenêtre. »

      Reste qu’une année scolaire coûte de toute façon, frais d’inscription et logement inclus, facilement plus de 30’000 francs aux Etats-Unis. Pour beaucoup, le système est donc injuste et favorise les riches.


  • Pour le président du Parlement européen, Mussolini a eu du « positif » Eric Jozef/ebz 14 Mars 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/10289725-pour-le-president-du-parlement-europeen-mussolini-a-eu-du-positif-.html

    Le président du Parlement européen, l’Italien #Antonio_Tajani, est au centre d’une vive polémique. Au cours d’un entretien à la radio, l’élu de Forza Italia a évoqué les aspects « positifs » du bilan de Benito #Mussolini.
    Antonio Tajani a assuré que ses propos ont été sortis de leur contexte et instrumentalisés. Restent que ses déclarations continuent à susciter l’indignation en Italie et à Strasbourg.

    Le président du Parlement européen a en effet estimé mercredi sur une radio italienne qu’"on peut ne pas partager sa méthode. (...) Mais il faut être honnête, Mussolini a fait des routes, des ponts, des bâtiments, des installations sportives, il a réaménagé tant de zones de notre Italie".

    Démission demandée
    Au cours de l’entretien, Antonio Tajani a ainsi semblé reprendre à son compte la vielle théorie selon laquelle il y aurait un bon Mussolini pendant les premières années du régime et puis le dictateur d’après l’adoption des lois raciales en 1938 et en 1940 l’entrée en guerre de l’Italie.

    Les associations antifascistes sont montées au créneau, elles ont rappelé les violences du fascisme dès ses origines. Et à Rome comme à Strasbourg, des parlementaires ont demandé la démission d’Antonio Tajani, lequel a finalement présenté ses excuses, affirmant qu’il était « un antifasciste convaincu ».

    #ue #union_européenne #facisme



  • Why are we (still) sending so much web traffic unencrypted over the Internet?
    https://hackernoon.com/why-are-we-still-sending-so-much-web-traffic-unencrypted-over-the-intern

    Image credit: Bernard Hermant from UnsplashIt’s 2019 and, still, around 25% of websites on the Internet are visited without #encryption. Let’s look at why.This is Part 2 of a three-part series on public Wi-Fi insecurity. In Part 1, I showed how easily, even today, a hacker could victimize users of public Wi-Fi networks. I created a tool to catch a glimpse of how prevalent potentially-insecure activities occur on public Wi-Fi, and compared results to a similar report from Google.The results were consistently bleak: about a quarter of all website visits occur without the use of HTTPS.I was curious why there would be so much traffic over ol’ unencrypted HTTP, but that required actually inspecting packets at a deeper level. I decided jail didn’t sound like fun; so, back at home, I set up a little (...)

    #unencrypted-traffic #hackernoon-top-story #security #unencrypted-internet


  • Why science needs more women – and more scientists who cry

    Dr #Emily_Grossman met a series of hurdles in her quest to be a scientist, from male-dominated classrooms to brutal social media trolling. Now she is using the challenges she faced to urge more young women into STEM – and to encourage scientists to cry in the lab.

    https://lacuna.org.uk/equality/why-science-needs-more-women-and-more-scientists-who-cry

    #larmes #pleurs #pleurer #université #science #chercheurs


  • Merkel prend ses distances avec Macron sur l’Europe AFP - 11 Mars 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_merkel-prend-ses-distances-avec-macron-sur-l-europe?id=10167453

    La chancelière allemande a apporté lundi publiquement son soutien à des propositions de son parti conservateur pour l’Europe qui se démarquent de celles du président français, prônant notamment un siège européen unique au Conseil de sécurité de l’ONU.

    « Je pense qu’il s’agit d’un très bon concept pour l’avenir » , a déclaré la chancelière allemande à Berlin à propos des projets de l’Union européenne publiés au cours du week-end par celle qui l’a remplacée en décembre à la tête du parti démocrate-chrétien allemand (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer - surnommée AKK - et qui part favorite pour lui succéder au pouvoir au plus tard en 2021.

    Parmi ces propositions, qui se veulent une réponse aux idées pour l’Europe récemment présentées par Emmanuel Macron, figurent notamment la création d’un siège européen au Conseil de sécurité de l’ONU.

    Et Mme Merkel a souligné que ce siège avait vocation « à réunir les voix européennes au Conseil de sécurité de l’ONU » , et donc à faire disparaître celui dont dispose la France pour elle seule depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

    Une perspective qui risque d’être difficile à faire accepter par Paris.

    « Le fait que la France est sceptique au sujet d’un siège européen à l’ONU est connu » , s’est bornée à dire la chancelière, interrogée lors d’une conférence de presse avec son homologue letton.

    En prônant une telle évolution, la chancelière et son parti se rangent aux côtés d’une idée déjà défendue par son partenaire minoritaire de coalition, le parti social-démocrate.

    Parlement de Strasbourg
    Ce sujet n’est pas seul potentiellement conflictuel avec la France dans le programme des conservateurs allemands.

    Il demande aussi la suppression du Parlement européen à Strasbourg, auquel tient la France, qui risque du coup de se retrouver très isolée sur le sujet.
    « Nous devons aussi prendre des décisions trop longtemps différées et abolir les anachronismes. Cela vaut notamment pour le regroupement du Parlement européen en son siège à Bruxelles » , a ainsi martelé « AKK ».

    Son projet s’oppose en outre à un salaire minimum européen, proposé par Emmanuel Macron dans le cadre d’un « bouclier social » pour les Européens, ou encore à toute mutualisation des dettes en Europe. Alors que le président français milite ardemment pour la création d’un budget significatif de la zone euro visant à financer en commun des projets d’avenir.

    Les différences entre les projets allemand et français doivent être replacées dans le contexte de la campagne pour les élections européennes, où les formations d’Emmanuel Macron et Angela Merkel sont rivales.

    Critiques françaises
    La République en Marche, parti fondé par Emmanuel Macron, fera front commun avec les Libéraux au plan européen, tandis que la CDU d’Angela Merkel fait campagne avec les conservateurs du Parti populaire européen (PPE), dont est aussi membre le mouvement des Républicains (droite), dans l’opposition en France.

    Il n’empêche que la réponse allemande aux récentes propositions du président français prend des allures de rebuffade quelques semaines après les célébrations autour du nouveau traité de coopération franco-allemande, signé fin janvier à Aix-la-Chapelle.

    Le porte-parole du gouvernement français Benjamin Griveaux a tenté d’en relativiser la portée lundi en parlant de seulement « trois points de divergence » sur le rejet du salaire minimum, le siège à l’ONU et le Parlement européen à Strasbourg. Mais « ce n’est pas le projet que nous portons » , a-t-il ajouté.

    La ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a elle clairement critiqué le refus par la droite allemande de la communautarisation des dettes. « Quand je continue à entendre qu’il ne faut pas mutualiser les risques, ça veut dire on ne bouge pas, on ne change rien et à la prochaine crise dans la panique on s’apercevra qu’il faut faire quelque chose », a-t-elle dit lundi, interrogée par France Inter/Le Monde/France Télévisions.

    #Allemagne #France #ue #union_européenne #angela_merkel #emmanuel_macron #libéralisme


  • Article 291 - l’Europe macronienne : une imposture Benoit Boussemart - Blog La richesse des Mulliez et les grandes fortunes

    http://richessem.eklablog.com/article-291-l-europe-macronienne-une-imposture-a159974306

    . . . . . . .
    En fait, l’Europe est grande ouverte aux groupes mondialisés qui font ce qu’ils veulent, d’ailleurs davantage en Europe qu’aux Etats-Unis (Trump a essuyé des échecs également, comme empêcher des délocalisations de groupes : voir Général Motors après qu’il ait octroyé des aides et des mesures fiscales favorables, copiées par Macron), et dans une moindre mesure en Chine. Ceux qui gouvernent le monde, ce sont ces groupes, comme nous l’avons amplement prouvé dans notre dernier ouvrage sur l’impérialisme du XXIeme siècle. L’Europe est un « leurrre », elle ne nous protège pas, elle enfonce dans la précarité l’essentiel des populations tout en favorisant l’oligarchie mondiale qui n’a rien à faire de l’Europe. D’ailleurs, elle continue actuellement avec les politiques de libéralisme, d’ouverture des frontières, des accords bi-latéraux ouvrant grandes nos portes (et pas seulement de la France) à ces groupes, y compris en leur permettant d’ester en justice contre les Etats. Voilà ce que Macron défend comme Europe. Non merci à nouveau.

    Quant à l’esprit de progrès, que du baratin. Le bouclier social : « instaurer pour chaque travailleur ... la même rémunération sur le même lieu de travail, et un salaire minimum européen, adapté à chaque pays et discuté chaque année collectivement ». Mort de rire. Il suffit de voir Macron le baratineur dans le grand débat. Cause toujours, le peuple (les peuples d’Europe) ; ensuite, je fais comme je veux en faveur des groupes multinationaux. Et il compte faire comment, avec ses « petits bras », comme dirait Coluche ? Pour imposer un tel programme en Europe. Rien de sérieux dans tout cela. Et bien évidemment, quelques lignes sur « l’urgence écologique » (ça fait toujours bien) ; sur la santé et la lutte contre les lobbies (Macron, tu commences par obliger les groupes comme Lactalis, Bigard dont un fils est un député LAREM, ... à publier leurs comptes et leurs magouilles financières mondiales) ; sur le contrôle et la régulation du numérique et de la communication (les GAFA, Bouygues, Drahi et autres Niel/Arnault, Dassault, Pinault et Lagardère en tremblent d’avance) ... Et pour clore le tout, une petite référence à l’Afrique (là, c’est Bolloré qui s’enfuit !!! en compagnie de ses amis dictateurs).

    Au total, une vision de l’Europe digne de la fin du XIXème siècle. Il n’ose tout de même pas l’esclavage ; il préfère la douceur d’un code du travail remanié à minima, bien libéral comme il faut. Et il soutient ses copains et coquins libéraux européens. Mieux vaut ne pas compter sur lui et les siens pour construire une autre Europe, conforme à la liberté, à la justice et à l’équité entre tous ses habitants.

    #ue #emmanuel_macron #union_européenne #finance #libéralisme


  • http://igorbabou.fr/un-peu-de-reflexivite-a-propos-de-la-crise-des-gilets-jaunes-de-leffondrem

    « Ce qui se passe en France depuis plusieurs années, et qui culmine sous nos yeux avec la crise des Gilets Jaunes, est effrayant. Les témoignages au sujet des violences policières, et de leur caractère illégitime, sont devenus tellement quotidiens en raison des outils de captation et de diffusion des images sur les réseaux sociaux qu’on ne peut plus faire comme si notre pays était encore une démocratie et un Etat de droit. On assiste, sidérés, à la répression de toute forme d’opposition – politique, syndicale, étudiante, écologiste, associative, etc. -, et à une violence d’Etat sans égale depuis des décennies. On assiste dans le même temps à la destruction planifiée de tous les biens communs – des services publics à la biodiversité en passant par le patrimoine culturel - par un capitalisme outrancier et vulgaire qui s’appuie sur un personnel politique devenu si servile qu’il ne cherche même plus à légitimer son action par des arguments. [...] »
    #université #journalisme #préfecture #soumission #veulerie #enseignement #servitude #Gilets_jaunes #médias #violences_policières #maintien_de_l'ordre


  • Pourquoi les Soviétiques ont-ils bombardé Stockholm en 1944 ? - Russia Beyond FR

    https://fr.rbth.com/histoire/82473-raisons-urss-bombarde-stockholm

    Les raisons de l’attaque aérienne soviétique sur Stockholm en 1944 sont encore débattues aujourd’hui. La version officielle suédoise dit que c’était une erreur de navigation, mais certains pensent qu’en bombardant la ville, l’Union soviétique tentait de lancer un avertissement sévère à ce pays neutre.

    Le 22 février 1944, les Suédois ont eu l’impression d’être au milieu de la guerre. Stockholm et la petite ville de Strängnäs ont été bombardées par des avions inconnus.

    #sgm #seconde_guerre_mondiale #suède #union_soviétique #urss


  • En #uniforme et #gilet_jaune | #StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1551697275-militaire-gilet-jaune
    #militaire #armée

    L’ancien tireur et chef de section au #Tchad, en #1983, manifestait pour la première fois de sa vie le 1er décembre dernier. Ruban blanc autour du bras, en signe de pacifisme, il réglait son appareil photo quand une balle de #LBD le frappe au cou, « à deux centimètres de la carotide ». Trois mois plus tard, la cicatrice s’efface. Mais il y a d’autres séquelles...

    L’air grave, Alain Hoffmann constate :
    « Je me suis battu pour la France au Tchad. Et le 1er décembre, la France m’a tiré dessus. »
    De retour en #manif’ un mois plus tard, la peur au ventre, il décide de porter le béret et ses deux médailles militaires.

    Lorsque Franck rejoint Alain, ils se prennent dans les bras comme des amis de toujours. Les deux anciens militaires ne se sont pourtant jamais vus. Ils ont échangé à travers la page Facebook « Soutien aux #gueules_cassées des Gilets jaunes », (link is external) créée par le plus jeune. Le 1er décembre aussi, cet ancien surveillant de bases aériennes se prend la fameuse balle de caoutchouc. Près de 10 cm, 41 grammes, tirés à #333km/h, entre les deux yeux.

    Le regard souvent ailleurs, Franck évoque la longue liste des dégâts : #traumatisme de la face, multiple fractures du nez, abaissement de la vue, cauchemars, perte de sensation dentaires, de la mémoire. « Parfois, je conduis, je sais même plus d’où je viens », lâche-t-il.


  • #MDR Macron veut appliquer à l’Europe les mesures qu’il a prises pour la France Olivier Maurice - 9 Mars 2019 - Conterpoints
    https://www.contrepoints.org/2019/03/09/338920-macron-veut-appliquer-a-leurope-les-mesures-quil-a-prises-pour-

    La tribune publiée par Emmanuel Macron et intitulée « Pour une renaissance Européenne » a été froidement accueillie par nos voisins, en particulier par les Allemands qui ont mis un certain temps avant de réagir poliment. Il faut dire qu’elle illustre parfaitement deux particularités bien françaises : celle de faire la leçon et celle de considérer détenir la vérité universelle. En dehors de la forme irritante à laquelle nos partenaires européens ont dû finir par s’habituer, c’est surtout le fond qui a irrité nos voisins et partenaires. . . . . . .

    #emmanuel_macron #ue #union_européenne #efficacité #professionnalisme #projet


  • Call for international support for Füsun Üstel, Turkish academic for peace facing a prison sentence

    https://secure.avaaz.org/en/community_petitions/Government_of_Turkey_Call_for_international_support_for_Fusun_Ustel_Tu

    Signing a petition in a democratic country should not land anyone in jail. Yet this is what is about to happen to political scientist Füsun Üstel.

    Üstel, a professor who retired from Galatasaray University in Istanbul, was among the first of 1,128 scholars to undergo trial for having signed the Academics for Peace Petition, a letter publicized in January 2016 that denounced the resumption by the Turkish state of violent repression against the Kurds. Since then, and especially since December 2017, a relentless series of trials has taken place, in which the Turkish State has prosecuted the signatories for ‘terrorist propaganda’. Half of the signatories have already been prosecuted. Until recently, the outcome of the trials was always the same : many academics were sentenced to jail, but with a suspension provision provided they refrained from committing further “crimes.” Üstel refused to accept such a provision as it could be seen as legitimating the indictment, and was consequently sentenced to 15 months in prison, a sentence that was confirmed after she lost her appeal on 25 February 2019.

    This is only one of the signs that repression is hardening. Gencay Gürsoy, a retired professor of medicine and longstanding human rights advocate, has just been sentenced to 27 months’ imprisonment. Since then, long sentences of up to 36 months have become more frequent, which also means that more academics will be jailed, as the suspension provision cannot apply to sentences longer than two years. Such a trend in the sentences is worrying. Until recently you could receive a suspended sentence for having signed the Peace petition. Today you face being jailed.

    We demand that the Turkish government and institutions respect the international conventions protecting human rights – including freedom of expression — which they have themselves ratified. We demand that the UK and European Union remind the Turkish authorities in the strongest terms about the vital importance of upholding such fundamental democratic principles.

    –-------

    Appel international pour soutenir Füsun Üstel, universitaire turque condamnée à la prison pour ses idées

    Dans une démocratie, on ne peut pas aller en prison simplement pour avoir signé une pétition. En Turquie, c’est pourtant ce qui risque d’arriver bientôt à Füsun Üstel.

    Cette professeure de science politique de l’université Galatasaray, aujourd’hui à la retraite, fait partie des 1128 universitaires qui ont signé la Pétition pour la paix de janvier 2016, pour protester contre la répression violente qui reprenait contre les civils kurdes. Or depuis trois ans, les procès engagés par l’État contre les signataires pour « propagande terroriste » se multiplient inexorablement : plus de la moitié ont déjà fait l’objet de poursuites.

    Jusqu’à présent, on en connaissait d’avance le résultat : de nombreux universitaires ont été condamnés à la prison – mais avec sursis, donc à condition de s’abstenir de réitérer de pareils « crimes ». Pour sa part, Füsun Üstel a rejeté ce dispositif afin de ne pas légitimer ce verdict : en conséquence, elle a été condamnée en appel, le 25 Février 2019, à 15 mois de prison ferme.

    Ce pourrait bien être le signe d’un nouveau durcissement de la répression : en décembre 2018, Gencay Gürsoy, professeur de médecine en retraite et militant des droits humains, vient d’être condamné à 27 mois de prison ferme. Depuis, les condamnations longues, jusqu’à 36 mois, se multiplient. Or au-delà de deux ans de sentence, l’option du sursis n’est plus admis. Bien entendu, toutes ces condamnation vont faire l’objet d’un appel. Mais l’évolution des jugements est inquiétante. Alors qu’hier, on pouvait être condamné à de la prison avec sursis pour avoir signé la Pétition pour la paix ; aujourd’hui, on s’expose à se retrouver derrière les barreaux.

    Nous appelons le gouvernement et les institutions de Turquie à respecter les droits humains protégés par les conventions internationales qu’elle a elle-même ratifiées, à commencer par la liberté d’expression. Nous demandons aux instances françaises et européennes de rappeler avec force aux autorités de Turquie l’importance de ce principe démocratique fondamental.

    –-------

    Internationaler Aufruf zur Unterstützung von Füsun Üstel, einer türkischen Wissenschaftlerin, die wegen ihrer Ideen zu einer Gefängnisstrafe verurteilt wurde.

    In einer Demokratie kann man nicht nur wegen der Unterzeichnung einer Petition ins Gefängnis gehen. In der Türkei wird dies jedoch voraussichtlich bald mit Füsun Üstel geschehen.

    Die emeritierte Professorin für Politikwissenschaft an der Galatasaray University ist eine von 1128 Wissenschaftlern, die die Petition für den Frieden vom Januar 2016 aus Protest gegen die gewaltsame Unterdrückung der kurdischen Zivilbevölkerung unterzeichnet haben. In den letzten drei Jahren ist die Zahl der vom Staat gegen Unterzeichner der "terroristischen Propaganda" eingeleiteten Prozesse jedoch unaufhaltsam gestiegen : Mehr als die Hälfte von ihnen wurde bereits verfolgt.

    Bislang war das Ergebnis im Voraus bekannt : Viele Wissenschaftler wurden zu Gefängnisstrafen verurteilt - aber mit Bewährungsstrafe, solange sie auf solche "Verbrechen" verzichten. Füsun Üstel ihrerseits lehnte diese Maßnahme ab, um dieses Urteil nicht zu legitimieren, so dass sie am 25. Februar 2019 in Berufung zu 15 Monaten Haft verurteilt wurde.

    Dies könnte ein Zeichen für eine weitere Verschärfung der Repression sein : Im Dezember 2018 wurde Gencay Gürsoy, ein pensionierter Mediziner und Menschenrechtsaktivist, kürzlich zu 27 Monaten Gefängnis verurteilt. Seitdem ist die Zahl der langen Strafen, bis zu 36 Monaten, gestiegen.

    Nach zwei Jahren ist ein Aufenthalt jedoch nicht mehr möglich. Wahrscheinlich haben alle von ihnen Berufung gegen den Prozess eingelegt. Aber die Entwicklung der Urteile ist besorgniserregend. Gestern konnten Menschen wegen der Unterzeichnung der Petition für den Frieden zu Bewährungsstrafen verurteilt werden ; heute sind sie Gefahr laufen, hinter Gittern zu sitzen.

    Wir fordern die türkische Regierung und die türkischen Institutionen auf, die Menschenrechte zu achten, die durch die von ihr selbst ratifizierten internationalen Übereinkommen geschützt sind, angefangen bei der Meinungsfreiheit, und die französischen und europäischen Behörden, die türkischen Behörden nachdrücklich an die Bedeutung dieses grundlegenden demokratischen Grundsatzes zu erinnern.

    –-------

    Fikirleri sebebiyle hapis cezası alan akademisyen Füsun Üstel için uluslararası çağrı

    Demokratik bir ülkede, bir bildiri imzaladığı gerekçesiyle kimse kendini hapiste bulmaz. Oysa siyaset bilimci Füsun Üstel’in başına gelebilecek olan tam da bu.

    Galatasaray Üniversitesi’nden emekli siyaset bilimi profesörü Füsun Üstel, 2016 Ocak ayında sivil Kürtlere karşı artan baskı ve şiddete karşı çıkmak için bildiri imzalayan 1128 akademisyenden biri. Üç senedir devletin imzacı akademisyenler aleyhine “terörist propaganda” suçlaması ile açması beklenen davaların sayısı her gün artıyor : şu anda imzacıların yarıdan fazlasına dava açılmış durumda.

    Bugüne kadar davaların sonucunun ne olacağı önceden biliniyordu : birçok akademisyen hapse mahkum edildi – ancak hükmün açıklanmasının geri bırakılması (HAGB) ile, yani benzer “suçları” bir daha işlememesi koşulu ile hükümleri açıklanmadı. Füsun Üstel bu seçeneği, verilen hükmü meşrulaştırmamak amacı ile reddetti : bunun sonucunda istinaf mahkemesine yapılan itiraz sonrası, 25 Şubat 2019 günü 15 ay hapis cezası onaylandı.

    Bu durum, baskının yeniden sertleşeceğinin bir işareti olarak görülebilir : Aralık 2018’de emekli tıp profesörü ve insan hakları aktivisti Gencay Gürsoy, 27 ay hapis cezası aldı. O günden bu yana, 36 aya varan uzun süreli hapis mahkumiyetlerinin sayısı çoğalıyor. İki yıldan uzun cezalarda HAGB’nin bir seçenek olmadığı yasa ile belirlenmiştir. Muhakkak ki bu hükümlerin hepsine itiraz süreci işletilecektir. Ancak davaların bu gelişimi endişe vericidir. Dün, bir barış bildirisi imzalandığı için HAGB ile hapis cezası alınıyordu ; bugün ise insan parmaklıklar arkasında bulabiliyor kendisini.

    Türkiye hükümeti ve kurumlarından, Türkiye Devleti’nin de onaylamış olduğu uluslararası anlaşmalar tarafından korunan insan haklarına saygılı olmasını talep ediyoruz. Fransız ve Avrupalı yetkililerden ise Türkiye’deki yetkililere bu temel demokratik ilkeyi ısrarlı ve güçlü bir şekilde hatırlatmalarını talep ediyoruz.

    First Signatories :

    Karen AKOKA (Université Paris Nanterre)
    Tuna ALTINEL, Maître de Conférences, Université Lyon 1
    Marc AYMES, CNRS / CETOBaC
    Igor BABOU, Professeur à l’université Paris Diderot, Ladyss (UMR CNRS 7533)
    Etienne BALİBAR, Professeur émérite (philosophie), Université de Paris-Ouest
    Marie-Laure BASİLİEN-GAİNCHE, Professeure de droit public, Université Jean Moulin Lyon 3, Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France
    Benoit BASTARD, CNRS, Ecole Normale Supérieure de Paris-Saclay
    Thomas BERNS, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles
    Bertrand BİNOCHE, philosophe, Pofesseur à l’université Paris1 Panthéon - Sorbonne
    Isabelle BLOCH, Professeur à Télécom ParisTech, LTCI
    André BURGUIERE, Directeur d’Etudes, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris)
    Claude CALAME, Directeur d’études, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris)
    Christine CHARRETTON, mathématicienne, retraitée, Lyon
    Jean-Michel CHAUMONT, Professeur à l’université de Louvain (Belgique)
    Antoine de DARUVAR, Professeur à l’université de Bordeaux
    Marielle DEBOS, Université Paris Nanterre
    Sevgi Dogan, Scuola Normale Superiore, Italie
    Françoise DREYFUS, Professeur émérite, Univ. Paris I/CESSP
    Selim ESKIIZMIRLILER, Maître des Conférences, Université Paris Diderot.
    Eric FASSIN, Professeur de sociologie à l’université Paris 8, LEGS (CNRS / Paris-8 / Paris-Ouest)
    Derya FIRAT, MCF, Chercheuse invitée, ISP, Université Paris Nanterre
    Sandra GEELHOED, Associate Professor, HU University of Applied Sciences Utrecht.
    Jean-Jacques GLASSNER, Direct. recherche émérite CNRS
    Abdellali HAJJAT, Maître de conférences, Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique
    Emmanuelle HÉBERT, Chargée d’enseignements visiteuse, Université de Namur (Belgique)
    Liora ISRAËL, Maîtresse de conférences (sociologie), EHESS
    Chantal JAQUET, philosophe, Professeure à l’université Paris 1 Panthéon - Sorbonne
    Morgan JOUVENET, CNRS, InSHS, laboratoire Printemps
    Evrim KARAKAS, chercheur indépendant, Paris.
    Azadeh KİAN, Université Paris Diderot
    Pascale LABORİER, Professeure à l’université Paris Nanterre, ISP
    Marie LADİER-FOULADİ, CNRS-EHESS/IIAC
    Karine LAMARCHE, Centre nantais de sociologie
    Michelle LECOLLE, Université de Lorraine, Metz
    Anne LE HUÉROU, Université Paris Nanterre
    Joëlle LE MAREC, Professeure à l’université Paris 4 Sorbonne – Directrice du GRIPIC
    Henri MAÎTRE, Professeur émérite, Télécom-ParisTech
    Elise MASSİCARD, CNRS/CERI
    Lilian MATHİEU (CNRS/CMW)
    Aude MERLİN, Université libre de Bruxelles
    Alexandra OESER, Université Paris Nanterre
    Tugce OKLAY, Attachée temporaire de l’enseignement et de recherche, IUT de Lens, Université d’Artois
    Mehmet OTURAN, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
    Cem OZATALAY, Maître des Conférences, Chercheur invitée, The New School, USA.
    Cécile RABOT, Université Paris Nanterre
    Manuel REBUSCHİ, Université de Lorraine, Nancy
    Sophie RÉTİF, Université Paris Nanterre
    Gwenola RİCORDEAU, Assistant Professor, California State University, Chico (USA)
    Jérémie ROLAND, Université libre de Bruxelles
    Violaine ROUSSİER-MİCHON, Maitresse de conférence en mathématique, INSA Toulouse
    Michela RUSSO, Université Lyon 3 & SFL Paris 8
    Valentin SCHAEPELYNCK, Maître de conférences à l’université Paris 8 Saint Denis
    Ibrahim SEYDO, Maître de conférences, INALCO
    Fabio A. SULPİZİO, Università del Salento
    Engin SUSTAM, Maître de conférences à l’université Paris 8 Saint Denis
    Kumru TOKTAMIS, Assoc. Prof. Pratt institut, Brooklyn, New York
    Mehmet TUNCEL, Maître de conférences en sciences économiques, Université de Nantes
    Buket TURKMEN, Professeure, Chercheure à l’Institut d’Etudes Avancées de Paris
    Sophie WAUQUİER, Université Paris 8, Sciences du Langage
    Esmeray YOGUN, CNAM
    Ayse YUVA, Université Bordeaux Montaigne 1
    Gulsah KURT, Université de Tours
    Ozan CAGLAYAN, Le Mans Université

    #turquie #repression #university #prison #dictatorship #Füsun_Üstel


  • ’Macron’s arrogance is exceeded only by his stupidity’ - Telegraph readers on the week’s top stories By Telegraph Readers - 8 March 2019 - www.telegraph.co.uk/
    https://www.telegraph.co.uk/politics/2019/03/08/macrons-arrogance-exceeded-stupidity-telegraph-readers-weeks

    In a week that saw the UK hit yet another Brexit deadlock, French President Emmanuel Macron added fuel to the fire by launching his own bitter attack on negotiation proceedings.

    Telegraph readers shared their thoughts on President Macron’s vision for the EU’s future which was published in newspapers across Europe Credit: CHRISTOPHE SIMON/AFP

    Attorney General Geoffrey Cox returned home from Brussels empty-handed this week when his attempts to secure backstop concessions proved fruitless. Is defeat now looming for Theresa May in Tuesday’s forthcoming meaningful vote ?

    The current Brexit deadlock is not, however, the only headache facing the British government. An increase in knife crime related . . . . . . . .
    La suite de l’article sur inscription ou payante

    #emmanuel_macron #arrogance #stupidité #ue #union_européenne


  • Quand l’#Union_europeénne se met au #fact-checking... et que du coup, elle véhicule elle-même des #préjugés...
    Et les mythes sont pensés à la fois pour les personnes qui portent un discours anti-migrants (« L’UE ne protège pas ses frontières »), comme pour ceux qui portent des discours pro-migrants (« L’UE veut créer une #forteresse_Europe »)...
    Le résultat ne peut être que mauvais, surtout vu les pratiques de l’UE...

    Je copie-colle ici les mythes et les réponses de l’UE à ce mythe...


    #crise_migratoire


    #frontières #protection_des_frontières


    #Libye #IOM #OIM #évacuation #détention #détention_arbitraire #centres #retours_volontaires #retour_volontaire #droits_humains


    #push-back #refoulement #Libye


    #aide_financière #Espagne #Grèce #Italie #Frontex #gardes-frontière #EASO


    #Forteresse_européenne


    #global_compact


    #frontières_intérieures #Schengen #Espace_Schengen


    #ONG #sauvetage #mer #Méditerranée


    #maladies #contamination


    #criminels #criminalité


    #économie #coût #bénéfice


    #externalisation #externalisation_des_frontières


    #Fonds_fiduciaire #dictature #dictatures #régimes_autoritaires

    https://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/what-we-do/policies/european-agenda-migration/20190306_managing-migration-factsheet-debunking-myths-about-migration_en.p
    #préjugés #mythes #migrations #asile #réfugiés
    #hypocrisie #on_n'est_pas_sorti_de_l'auberge
    ping @reka @isskein


  • Greece plans to phase out cash and housing for recognized refugees

    The Greek government has announced it will start asking people with refugee status or subsidiary protection to leave camps and UNHCR accommodation, starting with people who got their status before August 2017. Eventually, it will also end their access to cash assistance, Refugee.Info has learned.

    Gradually, authorities will ask all people who have had refugee status or subsidiary protection for more than 6 months to leave camps and UNHCR accommodation, and gradually it will stop providing them with cash assistance, the Greek Ministry of Migration Policy said.

    Why did the government make this new policy?

    The Greek government says it is not creating a new policy, just enforcing an existing policy. Under the policy, people lose access to camps and #UNHCR accommodation and cash 6 months after they get refugee status or subsidiary protection.

    That policy was made to meet the requirements of the European Union, which funds both the cash program and the UNHCR accommodation scheme. Under the European Union’s rules, cash and accommodation are meant for asylum-seekers — people who don’t yet have a decision on their asylum application.

    Up to now the government hasn’t enforced the 6-months policy strictly, recognizing that for many refugees in Greece, it is very difficult to find a place to stay and a way to support themselves financially.

    Why now?

    Now, the Greek government says it has to enforce the policy because:

    – Greece is still facing high numbers of new arrivals.
    – The islands are overcrowded.
    – There are not enough places in camps and UNHCR accommodation to meet the needs of asylum-seekers.

    The decision came from the Greek Directorate for the Protection of Asylum Seekers, the General Secretariat for Migration Policy and the Ministry of Migration Policy.

    https://blog.refugee.info/exit-accommodation-cash
    #Grèce #réfugiés #asile #migrations #hébergement #logement #HCR #vulnérabilité #demandeurs_d'asile #hotspots #îles



  • Décoloniser les esprits
    Claude Gauvreau, Actualités UQAM, le 28 février 2019
    https://www.actualites.uqam.ca/2019/decoloniser-esprits-nouveaux-cours-science-gestion

    Les cours de premier cycle abordent la pensée critique (études postcoloniales et féministes) appliquée au management et à l’analyse des organisations, les fondements théoriques du changement social et du changement organisationnel, les questions du pouvoir et du contrôle au sein des organisations ainsi que la financiarisation de l’économie et divers aspects légaux, politiques et sociaux de l’environnement dans lequel évoluent les entreprises. « Nous souhaitons que ces cours, présentement optionnels, deviennent obligatoires », souligne la professeure.

    Pour Lovasoa Ramboarisata et ses collègues, le fait d’avoir amené les étudiants à reconnaître les pratiques néocoloniales des entreprises, leurs ramifications politiques et la perte de légitimité qui en découle représente une victoire. « Ce sont de petits pas sur le long chemin conduisant à la décolonisation des esprits », conclut la professeure.

    Article original :

    Pourquoi faire voyager les étudiants de Montréal au Gondwana ?
    Lovasoa Ramboarisata, Découvrir, le 25 janvier 2019
    https://www.acfas.ca/publications/decouvrir/2019/01/pourquoi-faire-voyager-etudiants-montreal-au-gondwana

    #Université #Economie #entreprises #colonialisme #néo-colonialisme #post-colonialisme


  • La CPU solidaire de Füsun Üstel condamnée à 15 mois de prison pour avoir signé en 2016 une pétition en faveur de la paix

    http://www.cpu.fr/actualite/la-cpu-solidaire-des-universitaires-turcs-poursuivis-pour-des-faits-dopinion

    La CPU solidaire des universitaires turcs poursuivis pour des faits d’opinion

    La Conférence des Présidents d’Université française (CPU) vient d’être informée de la situation de Madame Füsun Üstel, Professeure de Sciences politiques à l’Université de Galatasaray, aujourd’hui à la retraite, qui vient d’être condamnée à 15 mois de prison ferme pour avoir signé en 2016 une pétition en faveur de la paix avec 1127 autres universitaires turcs.
    La CPU exprime sa totale réprobation contre toute condamnation pour la simple expression d’une opinion. Elle demande à la communauté universitaire européenne de faire pression sur les autorités de Turquie pour arrêter ce type de persécutions pour fait d’opinion. Elle affirme sa pleine solidarité à Madame Füsun Üstel et demande instamment que sa condamnation ne soit pas exécutée.
    La CPU est et restera vigilante à la situation de l’ensemble des collègues turcs victimes de poursuites judiciaires et de condamnations, pour ce même chef d’accusation.

    #Turquie #Répression #Université #CPU #Füsun_Üstel


  • #Pays-Bas : Dans les universités du nord, l’étude du néerlandais se meurt Karel Verhoeven - Traduction Guillaume Deneufbourg - 26 Février 2019 - daardaar.be
    https://daardaar.be/rubriques/culture-et-medias/dans-les-universites-du-nord-letude-du-neerlandais-se-meurt

    L’annonce a secoué le landerneau politique aux Pays-Bas, tous bords confondus : la Vrije Universiteit Amsterdam supprime son bachelor en langue néerlandaise. Avec cinq étudiants en première année et six en deuxième, l’orientation n’est plus rentable.

    Les universités s’inspirent des entreprises, se montrent pragmatiques. Si l’on peut comprendre l’approche, admettons qu’elle confine au cynisme lorsqu’il est question de l’étude de sa langue maternelle et de sa propre culture. Elle relègue au rang de simples données statistiques des valeurs cardinales telles que la culture, l’identité et la richesse du monde des idées. Des valeurs qui intéressent donc de moins en moins de jeunes. Mais pourquoi ?

    L’épiphénomène montre l’ampleur de la crise que traversent les sciences humaines. Les universités en sont arrivées à défendre tambour battant la logique du pragmatisme. Les études doivent mener à des diplômes utiles, inculquer des connaissances pratiques qui serviront sur le marché de l’emploi. Les langues, les cultures et la philosophie ? Aucune utilité concrète, pas rentables.

    Dans le monde universitaire, ce sont les orientations consacrées à l’étude de la langue maternelle qui enregistrent le recul le plus marqué. Idem en Flandre, où l’étude du néerlandais compte un tiers d’étudiants en moins.

    À l’évidence, l’enseignement n’est pas exempt de reproches. Les professeurs de néerlandais ne parviennent plus à inspirer leurs troupes. Ce qu’ils enseignent, ce qu’on les contraint à enseigner, n’intéresse plus les élèves. L’air du temps n’arrange rien. Comme le martèlent à l’envi les campagnes d’information des pouvoirs publics, l’avenir appartient à ceux qui auront la tête pleine de sciences et de technologies, aux ingénieurs, aux scientifiques, aux spécialistes de la biologie et de l’informatique.

    Signe des temps, l’enseignement catholique supprime de son côté, sans sourciller, une heure de néerlandais par semaine, alors même que les compétences en lecture et en écriture des élèves sont au plus bas. Parallèlement, on s’interroge sur la nécessité d’une langue néerlandaise standard. Les régiolectes et la tussentaal , qui qualifie le parler intermédiaire entre le flamand classique et les variantes régionales, gagnent en prestige. Plus moderne, cette « langue du milieu » serait plus tolérante, plus inclusive. On délaisse donc la norme, d’autant que le néerlandais intermédiaire ne s’étudie pas, il se parle. Intuitivement. La langue, principale victime du relativisme.

    Les formations en langues et en littérature sont donc à la peine, car elles nagent à contre-courant. La culture est inutile, la littérature un simple passe-temps. Elles ne pèsent pas bien lourd face aux chiffres de l’emploi et aux nécessaires retours sur investissement. Alors, comment lutter ? En replaçant la langue et la littérature au centre des débats, comme des vecteurs essentiels de vérité. Vérité sur nous-mêmes, vérité sur le monde. Comme l’origine de toutes choses, comme un cadre primordial à la connaissance, le moteur de l’imagination. Comme le point culminant de nos pensées intimes, comme le partage par excellence. Un élément indispensable. Notre identité profonde, en somme. Et vous voudriez me faire croire que les jeunes ne s’y intéressent plus ?

    #Néerlandais #langue #langues #Culture #langue_maternelle #éducation #universités #sciences_humaines