• L’enquête de l’#Université_de_Genève montre un système académique à bout de souffle

    Les situations de #précarité et de #harcèlement relevées ne sont pas des cas isolés, mais bien la conséquence d’un mal structurel qui ronge le #système_académique, estime l’association genevoise du corps intermédiaire.

    Un système « à bout de souffle ». C’est ce qui ressort de l’étude commandée par l’Université de Genève (#Unige), qui désirait faire un #état_des_lieux de la situation professionnelle du #corps_intermédiaire, aux rudes conditions de travail. Les propos sont de Mathilde Matras, membre du comité de l’Association commune du corps intermédiaire des collaborateur·rice·s de l’enseignement et de la recherche (#Accorder). « Les conclusions de cette #enquête montrent que les problèmes pesant sur les #personnels du corps intermédiaire ne sont pas des cas individuels, mais bien un #mal_structurel », analyse cette assistante doctorante à la Faculté des lettres de l’institution genevoise.

    Le corps intermédiaire représente les chercheurs non titularisés, c’est-à-dire non professeurs. Il englobe les jeunes en début de carrière tels que les #post-doctorants, mais aussi d’autres grades et postes tels que les #collaborateurs_scientifiques, les #chargés_de_cours et autres #maîtres-assistants. A Genève, ce sont 3800 personnes qui sont concernées. Majoritairement sous contrat à durée déterminée, ils disent souffrir de la précarité inhérente à leur profession. De tels contrats sont la conséquence de l’organisation du #financement de la science, où la majorité des #bourses sont allouées sur de courtes périodes, allant d’un à quatre ans.

    L’#excellence se résume à la #productivité

    La présente enquête, pour laquelle l’association Accorder a été consultée, a établi que la moitié des répondants disent craindre de glisser dans la précarité. « C’est plus qu’un sentiment, c’est vraiment de la précarité, nuance Mathilde Matras. Une grande partie des personnes qui se disent précaires sont âgées de 35 à 40 ans et ont parfois derrière elles sept à huit ans de contrats courts ; 50% ne prennent pas l’intégralité de leurs congés et 95% disent travailler sur leur temps libre. Le système académique actuel résume l’#excellence_scientifique d’un chercheur à sa productivité », commente Mathilde Matras.

    Par ailleurs, les cas de harcèlement sont en nombre inquiétant : 22% des répondants disent y avoir été confrontés personnellement. Par ailleurs, 3,4% des sondés ont affirmé être victimes de #harcèlement_sexuel et 12,9% signalent avoir été témoins de tels agissements. Pour Mathilde Matras, « une personne sur cinq confrontée au harcèlement, c’est alarmant. On peut y voir notamment les effets d’une trop grande #concentration_des_pouvoirs par le #corps_professoral, ce qui favorise de multiples #abus ». Et comme souvent, personne n’ose parler, soit par solidarité, soit par crainte pour sa #carrière, ajoute la chercheuse.

    Le rectorat de l’Unige dit mettre en place un plan d’action pour améliorer la situation. Il prévoit notamment de mieux informer sur les carrières, de valoriser les voies non académiques au sein de l’université et enfin de déployer des formations complémentaires « facilitant la transition hors de l’alma mater ». Un premier pas dans un chantier qui s’annonce immense, et qui de par son caractère structurel dépasse le cadre de l’université.

    https://www.letemps.ch/sciences/lenquete-luniversite-geneve-montre-un-systeme-academique-bout-souffle

    #université #facs #Suisse #Genève #rapport #silence #risques

    –-

    ajouté à la métaliste sur les conditions de travail et la précarité dans les universités suisses :
    https://seenthis.net/messages/945135

    • ENQUETE #CCER

      #Conditions_de_travail et de carrière du corps intermédiaire à l’Université de Genève

      L’Université de Genève (UNIGE) a mené pendant l’été 2021 une enquête approfondie sur les conditions de travail et de carrière du corps des collaborateurs/trices de l’enseignement et de la recherche (CCER). Les résultats ont mis en lumière des points de satisfaction ainsi que plusieurs points problématiques.

      L’enquête menée par l’UNIGE a été élaborée par le Rectorat après consultation des membres de l’association représentative du CCER ACCORDER, de l’Assemblée de l’Université, de la Commission du Personnel et de deux expertes en gestion des ressources humaines. Elle repose sur un questionnaire comprenant trois parties distinctes. La première partie, très courte, se concentre sur l’ambition de carrière des membres du CCER et l’attractivité des postes CCER de l’UNIGE ; la deuxième partie approfondit sept thématiques liées au cadre professionnel ; la troisième partie cherche à objectiver les risques impactant le développement des carrières académiques.

      Cette enquête a obtenu 772 réponses (20% du public considéré) au questionnaire court, et 542 à l’ensemble des questions. La distribution des répondant-es parmi les différentes Facultés et Centres reflète correctement leurs poids respectifs.
      Vidéo de présentation par la vice-rectrice Brigitte Galliot de l’enquête sur les conditions de TRAVAIL et dE CARRIERES du CCER

      https://www.unige.ch/doctorat/fr/enquete-2021-sur-le-ccer

  • Une décision de #justice avive le débat sur la précarité des chercheurs

    L’Université n’a pas rétribué correctement un de ses anciens chargés de cours. Elle devra le rémunérer a posteriori. Une brèche dans un système qui précarise le corps intermédiaire ?

    C’est un peu l’histoire de David contre Goliath. #Alessandro_Campanelli, ancien chargé de cours au sein de la Faculté de droit, a gagné partiellement en justice face à son ancien employeur, l’Université de Genève (#UNIGE). Dans un arrêt rendu en novembre, la Chambre administrative de la Cour de justice a reconnu que cet homme bientôt quadragénaire n’avait pas été payé correctement pendant trois mois. L’alma mater devra lui verser près de 2400 francs de manque à gagner.

    Ce jugement devrait trouver une résonance particulière alors que la question des conditions de travail des chercheurs agite les universités. Attablé à La Clémence, Alessandro Campanelli savoure sa « petite victoire ». « Je pensais que je n’avais aucune chance, mais je ne pouvais pas laisser passer », souffle-t-il. Assis à ses côtés, son avocat, Me Rémy Bucheler, abonde : « Personne ne devrait accepter de travailler sans recevoir de salaire. »

    Annuité promise

    En 2018, Alessandro Campanelli effectue un postdoctorat lorsqu’il se voit proposer de reprendre des heures d’enseignement en histoire du droit. Le professeur titulaire - dont il est proche - est souffrant. À la rentrée de septembre, son taux d’enseignement est ainsi fixé à 35%, tandis que celui de son postdoc est diminué en conséquence. Or, dans les faits, il dispense cinq heures de cours par semaine, ce qui équivaut plutôt à un 60%. L’Université lui reconnaît finalement un tel taux à partir du 1er décembre, mais sans compenser les trois mois « surtravaillés ».

    Alessandro Campanelli explique que, dans un premier temps, un administrateur à la faculté lui a promis qu’il aurait droit à une annuité supplémentaire en contrepartie. Il n’en verra jamais la couleur. Devant la justice, l’UNIGE plaidera que la fonction de postdoctorant prévoit une participation à l’enseignement. Un argument balayé. « Le recourant a dispensé plus d’heures d’enseignement que ce que prévoyait son cahier des charges », résume la juge. En revanche, la Cour a refusé de lui octroyer les 8900 francs qu’il réclamait au titre de l’annuité supplémentaire promise.

    Pétition d’étudiants

    Les relations avec l’institution se sont envenimées à partir de cet épisode. Alessandro Campanelli raconte les « relances par mail restées sans réponse » et les informations livrées « au compte-goutte ». Il déplore un système dans lequel les universités « tiennent le couteau par le manche ». « On lui a reproché de se plaindre alors qu’il avait signé les contrats. Mais avait-il le choix ? C’était soit ça, soit le chômage », relève Me Bucheler.

    D’autant qu’une suppléance peut ouvrir la porte vers un poste de professeur, le « graal » tant convoité par les postdoctorants, les assistants et tous ceux qui constituent le corps intermédiaire - et ne sont pas au bénéfice d’un contrat fixe. « Je connais tant de collègues qui ont accepté de bosser gratuitement dans l’espoir d’obtenir un poste », rapporte Alessandro Campanelli, relatant le « climat toxique » qui en résulte.

    Lui voit son contrat prolongé après le décès du professeur titulaire. Le jeune père de famille dépose ensuite sa candidature lorsque l’UNIGE cherche à le remplacer en 2020. Elle n’est pas retenue. « Je n’avais pas suffisamment de publications à mon actif », déplore-t-il. Une pétition signée par plus d’une centaine d’étudiants réclame alors son maintien à son poste. Alessandro Campanelli arrête finalement en février 2021, en se sentant « ostracisé » et après un arrêt maladie. La justice ne lui reconnaîtra pas de tort moral. Elle observe que toutes ses demandes « ont été traitées par l’institution » et « ne discerne aucune pression continuelle ».

    Un « cas particulier »

    Directeur de la communication de l’UNIGE, Marco Cattaneo indique avoir « pris acte de l’arrêt de la Chambre administrative », mais « ne peut commenter les dossiers de personnes ». Il n’empêche. Ce jugement intervient alors que des voix s’élèvent pour déplorer le quotidien des chercheurs, entre conditions de travail précaires, contrats incertains et perspectives d’avenir quasi inexistantes. Une pétition munie de 8600 signatures a été déposée en octobre auprès de l’Assemblée fédérale.

    « Cet arrêt n’est pas une décision de principe sur un système. Il est lié à un cas particulier », insiste Marco Cattaneo. Le porte-parole rappelle que la condition du corps intermédiaire est une problématique globale, qui concerne le monde académique et pas seulement l’UNIGE. « Il s’agit d’une situation complexe et critique dont nous avons pleinement conscience », ajoute-t-il, faisant savoir que des annonces sont prévues à ce sujet à la rentrée 2022. Alessandro Campanelli les découvrira sans doute en primeur. Il a entamé l’École d’avocature.

    https://www.tdg.ch/une-decision-de-justice-avive-le-debat-sur-la-precarite-des-chercheurs-238115149

    #précarité #université_de_Genève #Suisse #université #salaire

    –-

    ajouté à la métaliste sur les conditions de travail et la précarité dans les universités suisses :
    https://seenthis.net/messages/945135

    • Entendre le mal-être du monde académique

      La justice vient de donner raison à un chargé de cours qui n’avait pas été rémunéré correctement. Les universités doivent prendre la mesure de la précarisation de leurs chercheurs.

      L’Université a un problème. Il ne réside pas tant dans ce récent arrêt qui lui est partiellement défavorable. La justice a estimé que l’UNIGE n’avait pas rémunéré correctement un de ses anciens chargés de cours durant trois mois. Trois mois pour un contrat qui se sera étalé sur trois ans : on ne se trouve pas là face à une situation extrême.

      Des situations de précarité, il en existe pourtant dans le monde académique. Elles finissent rarement devant les tribunaux. Des quotidiens faits de difficultés financières, de détresse psychologique. C’est souvent le lot du corps intermédiaire, ces postdoctorants, assistants ou chargés de cours qui enchaînent les contrats à durée déterminée, souvent mal rémunérés. Des quadragénaires en colocation. Des femmes et des hommes qui retardent leur projet d’avoir un enfant.

      Leur mal-être, c’est cela le problème de l’Université aujourd’hui. Celui de l’UNIGE et de toutes les hautes écoles de Suisse, car il s’agit d’une problématique globale. La pétition de plus de 8500 signatures déposée récemment à Berne en est l’un des symptômes.

      La situation n’est pas simple. Lancée dans une croissance effrénée, la recherche a produit « une bulle de postdocs ». Peut-être en faut-il moins ? Tous ne pourront hériter d’un poste stable comme le réclame la pétition. Les universités, engagées dans une compétition mondiale, dépendent aussi des financements de fondations, ce qui complexifie les choses.

      Mais le monde académique ne peut pas faire l’économie d’une remise en question et d’une redéfinition de ses priorités. Il doit faire preuve d’honnêteté quant aux prestations qu’il est en mesure d’offrir. En finir avec l’hypocrisie du poste de professeur et accompagner une partie de ce personnel hautement qualifié vers d’autres voies professionnelles.

      https://www.tdg.ch/entendre-le-mal-etre-du-monde-academique-186403297235

  • #Chercheurs afghans abrités par l’uni

    L’université de Genève s’apprête à accueillir deux scientifiques afghans, avant d’en faire venir sans doute d’autres. En parallèle, elle ouvre cette rentrée ses portes à 290 personnes issues de l’asile.

    Le 15 août 2021, les talibans prennent Kaboul. Un voile obscurantiste tombe sur tout le pays. Les scènes de fuite désespérée font le tour du monde et suscitent un important élan de solidarité. En Suisse, l’Académie n’a pas fait exception. L’université de Genève (Unige) se mobilise pour accueillir deux chercheurs, avant sans doute d’autres, dans le cadre du programme international #Scholars_at_risk (chercheurs en danger) visant à protéger les scientifiques en danger de mort ou d’emprisonnement.

    « Dès la chute de Kaboul, la communauté universitaire s’est très fortement mobilisée, se remémore Mathieu Crettenand, délégué à l’intégration et responsable des programmes Scholars at risk et Horizon académique à l’Unige. Rapidement, nous avons reçu des appels de facultés telle que celles des Sciences ou des Sciences de la société, nous informant qu’elles se tenaient à disposition pour accueillir des confrères et consœurs afghan·es. » Le rectorat, tout comme les autorités genevoises, partageaient aussi cette volonté de venir en aide à celles et ceux qui fuient les talibans.

    Pas encore de femmes

    Le délégué à l’intégration et son équipe ont ensuite sondé le siège du programme à New York et les réseaux scientifiques des chercheurs et chercheuses genevois·es pour identifier des profils. Deux sont retenus : un spécialiste de la santé, ancien membre du gouvernement, et un géographe. Et les femmes ? « C’est un regret, nous n’avons pas identifié de profils de chercheuses parmi les réseaux que nous avons sondés. Elles ne devaient sans doute pas être très nombreuses non plus sous le régime précédent les talibans. »

    Si le chiffre de deux peut sembler particulièrement bas, c’est que ce programme est exigeant et les obstacles pour faire venir des chercheurs de pays du Sud sont particulièrement difficiles à franchir. Première pierre d’achoppement : les barrières administratives à la migration dressées en Europe. « Il faut obtenir un visa humanitaire pour les chercheurs et leur famille. L’un a son épouse et trois enfants, et au vu de son profil souhaiterait faire venir ses parents également ; l’autre n’a que son épouse et un nourrisson », détaille Mathieu Crettenand. Le lobbying de swissuniversities et des autorités est en bonne voie de faire aboutir les démarches.

    Un programme de niche

    Mais le plus dur reste l’obstacle financier. « Ce programme est destiné à des scientifiques reconnu·es qu’on extrait d’une situation de danger pour leur offrir un poste dans la recherche. » Il faut donc payer un salaire en lien avec les standards suisses. Pour une personne, cela représente une charge de 100’000 à 120’000 francs. Des sommes importantes qui expliquent sans doute une certaine modestie. Genève a rejoint Scholars at risk en 2008, mais les premiers chercheurs et chercheuses ne sont arrivé·es qu’en 2011. Et jusqu’à présent, il n’y en a eu que 7. « C’est une des limites du programme qui est destiné à un public restreint », concède Mathieu Crettenand. Ces sommes sont financées notamment par l’université, le Fonds national suisse de la recherche scientifique et des partenariats avec les autorités.

    Toutefois, la volonté politique à Genève semble favorable à l’accueil de réfugié·es afghan·es, ce qui se traduit par du lobbying à Berne. « Nous sentons que les obstacles financiers tombent », se réjouit aussi le responsable du programme. Il souligne que « les besoins de protection de scientifiques restent importants ». A terme, l’université pourrait accueillir un contingent plus important. « Des contacts sont déjà établis. »

    290 réfugiées et réfugiés cette rentrée

    Ces dernières années, l’ouverture de l’université de Genève aux exilé·es a connu une accélération sans précédent, grâce au programme #Horizon_académique. Lancé en 2016 avec le Bureau de l’intégration des étrangers, il vise à faciliter l’accès aux études aux personnes relevant de l’asile, à celles détenant un « permis B regroupement familial » et aux Suisses de retour de l’étranger.

    « Le projet a germé après la guerre en Syrie, explique Mathieu Crettenand, responsable d’Horizon académique. La faculté des Sciences de la société a proposé d’ouvrir l’université aux réfugié·es qualifié·es syrien·nes.

    Cinq ans plus tard, la sixième volée découvre les bancs de l’université. Avec une croissance exponentielle : de 35 étudiantes et étudiants en en 2016-2017, puis 152 l’année passée, on est passé à 290 cette rentrée, à tous les niveaux d’enseignement et même en doctorat. On estime entre 10% et 15% les demandeurs et demandeuses d’asile ayant le niveau universitaire.

    Ces étudiant·es ne sont toutefois pas soumis·es aux même critères que les autres. Ils et elles ne sont pas officiellement immatriculé·es mais peuvent suivre les cours. En parallèle, des cours de langue française ainsi qu’un accompagnement académique, professionnel et social leur est offert. A la fin du cursus, des crédits universitaires virtuels leurs sont attribués et peuvent leur ouvrir les voies de l’immatriculation.

    Et les chiffres sont plutôt corrects : 37% finissent par s’immatriculer, 18% obtiennent un autre type de « sortie réussie » (prise d’emploi, orientation vers une autre voie, etc.) et 20% abandonnent. « Mais même pour eux, ce n’est pas un véritable échec. Car en matière d’intégration, l’expérience qu’ils auront vécue sera décisive pour la suite de leur parcours », estime Mathieu Crettenand.

    https://lecourrier.ch/2021/09/22/chercheurs-afghans-abrites-par-luni
    #université #universités-refuge #réfugiés #réfugiés_afghans #solidarité #Genève #université_de_Genève #unige

    –-

    ajouté à la métaliste sur les universités-refuge :
    https://seenthis.net/messages/746030

  • Podcast en géographie - innovation pédagogique

    La professeure Juliet Fall, de la faculté des Sciences de la société (SdS), innove son enseignement en utilisant le podcast. Voici ses explications et son avis sur cette innovation pédagogique. Son témoignage est accompagné de celui de Raphaël Pieroni, collaborateur scientifique, d’Adriano Pitteri, spécialiste dans le domaine de la radio, ainsi que des étudiants.

    #pédagogie #Juliet_Fall #unige #université_de_genève #podcast #radio #innovation_pédagogique

  • Pourquoi l’Uni de Genève ne dispose pas d’anticorps contre le sexisme

    Les résultats d’une étude sur la carrière académique à l’Université de Genève sont sans équivoque. En 2016 encore, le sexisme perturbe les relations entre les doctorantes et leur hiérarchie masculine. Loin d’être anodin, ce phénomène persiste dans une institution qui, habilitée à appréhender les discriminations en dehors de ses murs, devrait pourtant le rejeter naturellement. Parfois humaines, les raisons sont aussi à chercher dans des facteurs structurels, telles la #dépendance hiérarchique et la #précarité contractuelle des doctorantes.


    https://www.lacite.info/politiquetxt/uni-geneve-anticorps-sexisme

    #sexisme #UNIGE #université_de_genève #recherche #Suisse #harcèlement_sexuel #université #domination_masculine #femmes #genre

    cc @mad_meg

  • José Manuel Barroso n’enseignera plus à l’Université de Genève _ RTS - lan - 25 Novembre 2011 -
    http://www.rts.ch/info/regions/geneve/8193692-jose-manuel-barroso-n-enseignera-plus-a-l-universite-de-geneve.html

    L’Université de Genève et l’Institut des hautes études internationales (IHEID) n’ont pas renouvelé le mandat de professeur invité de José Manuel Barroso, a appris le Temps vendredi.

    En cause : le poste que l’ancien président de la Commission européenne a accepté chez la banque d’investissement américaine Goldman Sachs, qui a suscité un tollé à Bruxelles.

    Le Portugais avait été étudiant à l’UNIGE. Le directeur du Global Studies Institute René Schwok a expliqué au quotidien que José Manuel Barroso avait prévenu l’Université qu’il allait « travailler pour une grosse boîte ».

    Mais son mandat de professeur invité arrivait justement à échéance à fin 2016, a de son côté expliqué Jacques de Werra, vice-recteur de l’Université de Genève au Temps. « Aucune disposition dans le contrat ne prévoyait de renouvellement », a-t-il poursuivi.

    http://www.rts.ch/2016/10/12/13/14/8084878.image?w=900&h=506
    #Suisse #Université #UNIGE #josé_manuel_barroso #union_européenne #UEF #UE