• Sur le sentier du « made in #Paris »

    Peut-on encore faire fabriquer des #vêtements dans la capitale ? Complexe depuis la disparition massive des #ateliers_du_Sentier. Pourtant, à Paris et aux alentours, des solutions locales renaissent, souvent à l’initiative de petits labels.


    https://www.lemonde.fr/m-mode/article/2017/12/18/sur-le-sentier-du-made-in-paris_5231284_4497335.html
    #industrie_textile #mode


  • La misère du « made in Macédoine »

    En Macédoine, comme dans d’autres pays d’Europe de l’Est, vêtements et chaussures sont fabriqués à prix cassés. Les #conditions_de_travail y sont parfois pires qu’en Asie.


    https://lecourrier.ch/2018/04/12/la-misere-du-made-in-macedoine

    #industrie_textile #Macédoine #exploitation #esclavage_moderne #habits #vêtements #mode #travail


  • L’expo « Mais t’étais habillé-e-x comment ? » démonte les clichés

    L’association féministe #Slutwalk Suisse expose des vêtements de femmes agressées dans le cadre de la Semaine de l’égalité.


    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/L-expo-Mais-tetais-habillees-comment-demonte-les-cliches/story/27998827
    #habits #vêtements #clichés #viol #violences_sexuelles #exposition #femmes


  • La #Mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos

    La mondialisation ne se résume pas au succès de quelques multinationales et à la richesse d’une minorité de nantis. Les acteurs les plus engagés dans la mondialisation demeurent discrets, souvent invisibles. Depuis une trentaine d’années, les routes de l’échange transnational ont connu de profondes mutations. Elles relient aujourd’hui la Chine, l’atelier du monde, à un « marché des pauvres » fort de quatre milliards de consommateurs, en Algérie, au Nigeria ou en Côte d’Ivoire. Pour apercevoir ces nouvelles « Routes de la Soie », il faut se détacher d’une vision occidentalo-centrée et déplacer le regard vers des espaces jugés marginaux, où s’inventent des pratiques globales qui bouleversent l’économie du monde. On découvre alors une « autre mondialisation », vue d’en bas, du point de vue des acteurs qui la font.


    http://www.seuil.com/ouvrage/la-mondialisation-des-pauvres-armelle-choplin/9782021366525
    #livre #globalisation #marginalité #économie #marges #géographie_de_la_mondialisation #ressources_pédagogiques #post-modernisme #pauvreté #économie #marginalité #géographie #géographie_économique
    #inégalités #mondialisation_des_pauvres

    • Olivier Pliez : « Avec le #bas_de_gamme et la #contrefaçon, la mondialisation s’installe au plus près des pauvres »

      Les géographes #Armelle_Choplin et #Olivier_Pliez ont suivi à travers le monde les #vêtements, #jouets et autres extensions de cheveux de leur lieu de fabrication jusqu’au marché où ils sont vendus. Ces objets sont les indices d’une « mondialisation des pauvres » qui s’étend jusque dans les pays occidentaux.
      Peut-on parler de mondialisation sans passer par Wall Street, Davos, et tous les hauts lieux qui en sont habituellement les symboles ? Oui, répondent les géographes Armelle Choplin et Olivier Pliez dans la Mondialisation des pauvres (Seuil, La République des idées, 2018). Délaissant Manhattan ou la City de Londres, ils se sont rendus en #Afrique_du_Nord et dans le #golfe_de_Guinée, mais aussi en #Turquie et en #Chine, pour montrer que des espaces pauvres, que nous croyons exclus de la globalisation économique, ont aussi leurs réseaux internationaux. A défaut d’actions et de flux financiers, ces circuits voient transiter des produits bas de gamme : vêtements, électroménager, tongs, extensions de cheveux ou encore parpaings et ciment.
      En retraçant les parcours de ces #objets, ils dessinent les #réseaux d’une « #mondialisation_par_le_bas », de plus en plus sophistiqués et de plus en plus étendus. Né au cours des années 90 dans les marchés installés dans de nombreuses villes méditerranéennes comme Marseille, ce commerce à bas prix explose dans des métropoles chinoises d’envergure mondiale, où les produits bas de gamme s’exportent par conteneurs entiers. Olivier Pliez revient sur les logiques d’organisation de ce #commerce.

      Vous présentez cette « mondialisation par le bas » en suivant des objets à travers le monde. Comment les avez-vous choisis ?

      Nous avons sélectionné ceux qui révélaient l’étendue des réseaux à travers le monde. Nous racontons ainsi comment un homme d’affaires a fait fortune grâce aux extensions de cheveux artificiels : simple revendeur de mèches à Barbès dans les années 80, il est ensuite devenu le principal revendeur pour l’Europe, avant d’installer ses propres usines au Bénin puis au Nigeria, où il emploie 7 000 personnes ! Cet exemple de réussite économique, où des produits fabriqués en Afrique se vendent en Europe, nous pousse à sortir de nos schémas habituels : l’Afrique n’est pas seulement un continent pris au piège de la Françafrique ou de la Chinafrique. Certes, la mondialisation est avant tout un rapport de dominant-dominé, avec des riches qui exploitent des pauvres, des Nord qui profitent des Sud. Mais ces espaces pauvres et dominés intéressent le marché car ce sont des lieux de #consommation - je pense à des produits neufs mais aussi, par exemple, aux voitures de seconde main en provenance d’Europe - et parfois même des lieux de production d’objets que l’on ne trouve pas ailleurs. Nous essayons donc de montrer comment des marchands, des fabricants, qui ne sont pas les plus armés face à la mondialisation, arrivent tout de même à tirer parti de ces #réseaux_d’échanges.

      Comment a évolué ce commerce au fil du temps ?

      Tout a commencé dans les années 80 avec le « #commerce_au_cabas » : des gens se rendaient dans des marchés tel celui de #Belsunce à #Marseille. Ils achetaient des produits bas de gamme comme des vêtements, des objets électroniques ou du petit électroménager, qu’ils ramenaient à la main au Maghreb pour les rerevendre. Ce commerce est un succès, et la demande se fait de plus en plus forte, à tel point que les marchands augmentent les volumes et achètent les marchandises par conteneurs entiers. Ils vont alors se fournir vers des villes plus grandes : d’abord #Istanbul, puis #Dubaï, et enfin, des villes chinoises comme #Yiwu : véritable #ville-marché à deux heures de train au sud de Shanghai, on y trouve des magasins d’usines ouverts 364 jours par an, où l’on peut se fournir en « menus articles », c’est-à-dire des #appareils_ménagers, des #jouets, de la #papeterie, des #vêtements ou encore des #objets_religieux. Dans les cafés, des marchands parlent « affaires », dans toutes les langues.

      Marseille, Istanbul, Dubaï, et maintenant Yiwu : pourquoi ce commerce se déplace-t-il à l’Est ?

      Chaque changement de ville correspond à un élargissement des lieux de consommation, et donc à une augmentation de la demande. A Marseille dans les années 90, le marché alimente surtout le #Maghreb. Puis les marchands maghrébins sont partis se fournir à Istanbul, au moment où la chute de l’URSS fait exploser la demande de consommation dans l’aire ex-soviétique. Cette ville offre alors des prix plus intéressants que Marseille. Lorsque Dubaï émerge à son tour, ce sont l’#Iran et toute la #corne_de_l’Afrique qui s’ajoutent à la liste des lieux de consommation. Enfin, en Chine, Yiwu est une #ville_globale, qui vend des produits dans le monde entier. En plus des affiches en arabe ou en russe, on voit aussi des panneaux en espagnol, preuve de la présence de marchands latino-américains.

      Les villes qui se font doubler perdent-elles leur rôle commercial ?

      A Marseille, le #marché_de_Belsunce a disparu et le quartier est en cours de #gentrification. A Istanbul ou Dubaï, villes très internationales, le commerce reste très actif mais répond à des besoins plus spécifiques : par exemple, Dubaï assure des livraisons plus rapides que Yiwu. Plus largement, pour rester en compétition, de nombreuses villes se spécialisent : celles de #Malaisie vendent des #meubles_en_bois, celles du #Vietnam du #textile, etc.

      Qu’est-ce qui explique en Chine le succès de Yiwu, bien moins connue qu’Istanbul ou Dubaï ?

      Yiwu est connue des grossistes, pas des touristes. Contrairement à ses concurrentes, elle s’est développée pour le marché, alors qu’ailleurs, le marché naissait dans la ville préexistante. A la fin des années 90, Yiwu a fait le choix d’installer des magasins ouverts toute l’année, alors que ses concurrentes chinoises proposaient des foires ouvertes dans un temps limité, ce qui était plus contraignant pour les acheteurs. De plus, elle permet l’exportation sur de petits volumes - l’équivalent d’un demi-conteneur -, ce qui attire des marchands moins fortunés. Et puis, Yiwu a aussi élargi ses gammes de produits, en continuant à vendre du bas de gamme, mais en ajoutant des éléments de meilleure qualité, toujours dans le domaine du vêtement, des jouets, du papier. Il y a quelques années, on y trouvait jusqu’à 90 % de produits de contrefaçon. Ce n’est plus le cas. Cela permet d’atteindre de nouveaux marchés de consommation, jusque dans les pays du Nord ! En France, certaines grandes surfaces discount ou de petites boutiques proposent des produits venus de villes comme Yiwu.

      Donc, la « mondialisation des pauvres » concerne aussi les pays riches ?

      Oui. On le voit par exemple à #El_Eulma, le plus grand marché d’#Algérie, connu dans tout le Maghreb. On y trouve notamment des vêtements et des #fournitures_scolaires que tout le monde vient acheter, y compris des personnes qui vivent en Europe mais qui y viennent pendant leurs vacances. Les mêmes types de produits sont ainsi présents en #Afrique, en #Amérique_latine, en #Asie_du_Sud-Est, mais aussi ainsi dans les pays occidentaux : à Yiwu, les Etats-Unis et l’UE figurent en bonne place dans les listes de clients importants. C’est en quelque sorte l’illustration concrète des nouvelles routes de la soie que la Chine étend dans le monde entier. Aujourd’hui, des trains relient Yiwu à Téhéran, mais aussi à Madrid et à Londres ou Budapest. Economiquement, le #transport_maritime reste moins coûteux, mais c’est un symbole important de l’étendue de sa puissance commerciale.

      Ces réseaux commerciaux pourront-ils satisfaire les futurs besoins de l’Afrique, en forte croissance démographique ?

      En ce qui concerne le besoin de consommation, oui. Ce sera notamment le cas du golfe de Guinée : cette région portuaire de 30 millions d’habitants, anglophones ou francophones, a de bons atouts pour s’intégrer aux réseaux mondiaux. Pour d’autres zones, comme pour la bordure méridionale du Sahel, ce sera plus dur, même si les grandes capitales de cette zone affichent des publicités pour le port le plus proche, ce qui montre l’existence de lien avec le commerce international. En revanche, les activités économiques ne fourniront pas d’emploi à tout le monde, loin de là.

      Votre livre montre des commerçants qui circulent dans le monde entier. Comment analyser les contraintes que leur impose la politique migratoire européenne ?

      Tous les spécialistes des migrations disent depuis trente ans : laissez-les circuler ! Les conséquences de la fermeture des frontières européennes sont faciles à mesurer. Dans les années 90 et 2000, Istanbul a attiré de nombreux commerçants qui ne pouvaient pas se rendre en France faute de #visa. Aux Etats-Unis, des travaux ont montré la même chose dans les relations avec l’Amérique latine : les personnes avec un double visa circulaient et créaient cette mondialisation. Quand les contraintes de circulation s’accroissent, le commerce ne s’arrête pas, il se reporte. C’est bien ce qu’ont compris les Chinois en créant Yiwu et en y garantissant un bon accueil des marchands maghrébins, et plus largement, arabes.

      Avec cette image d’hommes et de produits circulant pour le plus grand bien de tous, ne glisse-t-on pas vers une « mondialisation heureuse » qui néglige la question des inégalités ?

      Nous dénonçons cette mondialisation qui est source d’inégalités. Mais nous essayons de comprendre comment elle s’installe au plus près des pauvres pour les inclure dans le #marché. Ce n’est pas une mondialisation plus angélique que l’autre, mais on n’en parle pas ou peu, notamment parce qu’il est difficile de quantifier les #flux qui circulent, comme on le fait pour les autres lieux de la mondialisation. Il manquait aussi une géographie à ce champ très marqué par les sociologues et les anthropologues, c’est ce que nous avons voulu faire.

      http://www.liberation.fr/debats/2018/04/06/olivier-pliez-avec-le-bas-de-gamme-et-la-contrefacon-la-mondialisation-s-
      #frontières #ouverture_des_frontières #fermeture_des_frontières #circulation #route_de_la_soie (les nouvelles "routes de la soie")


  • #Burkina_Faso : un méga-projet turc de 343 millions d’euros pour le textile

    La société turque #Ayka_Textile, soutenue par les autorités burkinabè, a annoncé son intention de construire un complexe industriel pour la fabrication de #vêtements au Burkina Faso, avec un lancement de la production fin 2020.


    http://www.jeuneafrique.com/527940/economie/textile-mega-projet-turc-343-millions-deuros-burkina-faso/?p=527940&preview=true
    #turquafrique #Turquie #Afrique #textile #industrie_textile #investissement


  • The price of fast fashion | Nature Climate Change

    https://www.nature.com/articles/s41558-017-0058-9

    The fashion industry has changed rapidly in recent years with the increased prevalence of fast fashion, impacting the environment. Efforts to green this polluting industry require action from businesses and consumers.

    When individuals are considering how to minimize their carbon footprint, thoughts often turn to air travel with its large emissions, while some small day-to-day changes may be overlooked. The obvious daily changes that can be made include food choices — such as reducing meat and dairy consumption; personal energy use and supplier; and reduced consumerism.

    –—

    The Apparel Industry’s Environmental Impact in 6 Graphics | World Resources Institute

    http://www.wri.org/blog/2017/07/apparel-industrys-environmental-impact-6-graphics

    Roughly 20 pieces of clothing per person are manufactured each year. Growth of the multi-trillion-dollar apparel industry has been fed by “fast fashion,” which makes clothing cheaply and quickly with a low price-tag. These visuals illustrate why the apparel industry must embrace a new approach to sustainably meet demand in tomorrow’s markets.

    #climat #textile #industrie_textile #vêtements


  • Les paillettes, reines des Fêtes mais aussi championnes de la pollution RTS - Katja Schaer/kkub - 4 Décembre 2017
    http://www.rts.ch/info/sciences-tech/9140208-les-paillettes-reines-des-fetes-mais-aussi-championnes-de-la-pollution-.

    Les paillettes, omniprésentes en cette période de fêtes de fin d’année, sont sous le feu des critiques d’une partie de la communauté scientifique, qui dénonce leur fort potentiel polluant.
    Elles scintillent et font partie intégrante des fêtes de fin d’année. Les paillettes sont présentes dans le maquillage, dans les décorations, sur les boules de Noël, sur les papiers cadeaux et mille autres objets revêtus d’un habillage festif.

    Pourtant, de nombreux scientifiques s’allient pour leur interdiction. Après usage, les petites particules scintillantes se retrouvent en effet dans l’environnement, et plus particulièrement dans les mers et les océans.


    Dans les fonds marins
    La plupart des paillettes étant des microparticules de plastique, elles s’accumulent dans les fonds marins et sont avalées par les poissons qui les confondent avec de la nourriture. Les appels de scientifiques - américains et néo-zélandais notamment - se multiplient, pour dénoncer qu’il s’agit de produits polluants dont l’usage n’est pas une nécessité.

    #paillettes #pollution #Fêtes #vêtements #pollution #microparticules #plastique #environnement #enfants


  • Palestine : étude d’un vol historique et culturel
    Roger Sheety, Middle East Eye, le 15 juillet 2015
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/palestine-tude-d-un-vol-historique-et-culturel-1585202488

    Déjà quelques articles sur seenthis avec ces mots-clés :
    #Palestine #Vol #Nourriture #Houmous #Hummus #rrroumous #appropriation_culturelle

    En particulier :

    Israel’s obsession with hummus is about more than stealing Palestine’s food
    Ben White, The National, le 23 mai 2015
    https://seenthis.net/messages/493046

    Le Houmous israélien est un vol et non une appropriation
    Steven Salaita, Al Araby, 4 September 2017
    https://seenthis.net/messages/632441

    Mais ici la discussion est plus large et aborde aussi, par exemple, les #vêtements palestiniens...


  • Bizarrement, je ne trouve pas ce #court-métrage dans les archives seenthis, alors, je republie (ou publie)...

    What were you wearing?
    https://www.youtube.com/watch?v=51-hepLP8J4&feature=youtu.be

    #responsabilité #viol #abus_sexuels #violences_sexuelles #police #richesse #habillement #vêtements #vidéo #plainte #victime #sketch

    Les dialogues sont savoureux, l’attitude de l’officier de police est exquise de condescendance et de paternalisme :

    « — Voici votre thé. Ça va mieux ?
    — Non pas vraiment non.

    — Ok bon. Pouvez-vous décrire l’homme qui vous a volé ?
    — Il faisait environ 1m70, cheveux sombres, il m’a mis un couteau sous la gorge, et il a exigé mon portefeuille et ma montre.

    — Et vous étiez habillé comme vous êtes habillé là maintenant ?
    — Pardon ?
    — Est-ce que ce que vous portez actuellement est ce que vous portiez lorsque vous avez été agressé ?
    — Euh oui mais…

    — Vous avez vraiment l’air plutôt aisé… c’est assez provocateur
    — Euh, j’ai du mal à comprendre en quoi ma tenue…
    — Disons que c’est un peu une invitation, non ? Vous affichez votre richesse. »

    L’homme commence à s’énerver — qui garderait son sang froid en pareille situation ? Donc la policière propose d’aller chercher « une conseillère » pour calmer la situation.

    Le grand huit de la condescendance fait un looping avec l’arrivée de cette collègue, qui lâche un « oh le pauvre » en réaction au rappel des faits : « ce monsieur est un peu bouleversé, il a été agressé aujourd’hui ».

    Comment dire que ce « oh le pauvre ! » exclamé avec une moue câline serait plus appropriée face à un bébé qui a perdu son doudou que face à une victime d’agression…

    http://www.madmoizelle.com/video-victime-vol-parodie-739729
    #vol #parodie #habits #vêtements


  • Planquez-vous, les filles !

    Vaste débat que la #tenue_vestimentaire des filles. Une école de #Vallorbe vient de s’y lancer, par un #code_vestimentaire qui réserve la majeure partie de ses attentions aux tenues féminines. Il insiste sur les leggings, les trous au-dessus des genoux, les dos nus, les ventres nus, les décolletés devant ou derrière... Un code non genré indiquant tant aux filles qu’aux garçons que laisser trop de chair apparaître à un âge où les hormones sont en ébullition n’aurait-il pas été préférable ?

    La conclusion de la journaliste dans son édito :

    Un code vestimentaire ne sert à rien s’il n’est pas accompagné d’un décryptage de la sexualisation des corps des filles dans la société.

    https://www.lecourrier.ch/152124/planquez_vous_les_filles
    #habits #vêtements #habillement #genre #filles #femmes #école #Suisse

    • A l’école, code vestimentaire !

      A Genève et ailleurs en Suisse romande, les écoles imposent des codes vestimentaires aux élèves. Régulation plutôt que réflexion, règlement plutôt que pédagogie ; lorsque l’école importe les litiges des adultes et qu’elle le fait mal...
      Angélique, mère de famille, menant le combat contre ces « codes vestimentaires » à l’école.

      http://audioblog.arteradio.com/post/3080876/a_l_ecole__code_vestimentaire_

      #code_vestimentaire

    • «Qui a tabassé les cinq femmes?»

      La réponse à cette question ne peut être réduite ni à l’identité ni aux motivations des agresseurs. Nous ne savons que peu de chose sur cet acte de #violence, mais le fait qu’il ait opposé plusieurs hommes à cinq femmes à la sortie d’une boîte de nuit laisse imaginer que ces dernières ont dû refuser des avances agressives, celles dont toute femme fait l’expérience. Je connais moi aussi les violences sexistes dans nos rues. Un jour, un homme s’est masturbé devant moi dans le train – j’avais à peine 16 ans. Je suis restée paralysée, incapable d’agir. Au début, lors de ce type d’incident, je me suis interrogée : était-il trop tard ? Ma jupe était-elle trop moulante ? Mais plus tard, lorsqu’un homme m’a agressée en se déshabillant intégralement alors que j’étais enceinte de sept mois, j’ai compris que ces agressions avaient un nom : le sexisme.

      Une loi contre le sexisme est devenue indispensable

      Pour l’instant, nous fermons les yeux sur la violence sexiste. Pourtant, celle-ci ravage et détruit la vie des femmes partout dans le monde, d’autant plus depuis la crise économique et financière de 2008. En Suisse, elle tue une femme toutes les deux semaines. Elle a un coût humain, mais aussi financier, que le Bureau fédéral de l’égalité évalue à 2 milliards de francs suisses. Toutefois, nous disposons de trop peu d’informations sur le sexisme en Suisse. Les bureaux cantonaux de l’égalité devraient avoir plus de pouvoir et plus de ressources en la matière. Et les réponses politiques demeurent jusqu’à ce jour insuffisantes.

      À Genève, par exemple, le nombre d’heures d’éducation sexuelle à l’école est dérisoire et les élèves apprennent trop peu sur leur désir et leur droit de disposer librement de leur corps. Les publicités réduisant les femmes à des objets de désir prolifèrent sur tous les supports. La Ville et le Canton de Genève ne prennent pas assez en compte les besoins spécifiques des femmes dans leurs différentes dépenses publiques, tel l’éclairage dans la Vieille-Ville, là où les cinq femmes ont été tabassées. Il n’y a aucune unité de police spécialisée en cas de violence sexiste. Lorsqu’une femme ose appeler la police après un viol, elle risque de se voir répondre par le policier que sa détresse est une « histoire de filles », comme cela est arrivé à une amie. Il est tragique que 80% des plaintes pour viol en Suisse soient abandonnées à cause des coûts juridiques élevés et faute de soutien psychologique. Les juges condamnent majoritairement les agresseurs pour « contrainte sexuelle », réduisant ainsi leur peine à une amende, alors que la prison est obligatoire en cas de viol. Les associations qui défendent les victimes de violence et les droits des femmes comblent souvent les lacunes de l’État tout en essayant de survivre avec trop peu de moyens.

      Ainsi, ce ne sont pas seulement ces hommes dont on ne sait encore rien qui ont tabassé ces cinq femmes mais l’ensemble de notre société sexiste, qui partage la responsabilité. Pour l’assumer, il nous faut réfléchir sur le vivre-ensemble, reconnaître l’égalité de toutes et tous et protéger nos vies. À l’image du racisme, le sexisme n’a pas sa place en Suisse ni ailleurs. Une loi contre le sexisme est devenue indispensable. Elle ne doit pas seulement protéger l’intégrité de la personne mais aussi offrir un cadre légal et normatif contre les discriminations et les violences sexistes. Une loi contre le sexisme devrait avoir pour but d’agir en faveur des victimes contre la haine, les insultes et la violence sexiste verbale, psychologique et physique dans l’espace public, privé et virtuel ; elle devrait prévoir des sanctions en cas de discrimination sexiste au travail, l’accès à la santé et au logement. Une telle loi serait un outil essentiel pour forger une société dans laquelle nous pouvons toutes et tous vivre dignement.

      Le sort de ces cinq femmes est de notre responsabilité collective, à nous de l’assumer. Dans tous les cas, je fais partie de ces nombreuses femmes qui refusent aujourd’hui que l’on nie leur liberté et leur égalité, et que leur vie soit menacée. Aujourd’hui nous nous organisons, nous parlons en notre nom et nous allons continuer à exiger un monde plus juste, sans sexisme ni racisme.

      https://m.tdg.ch/articles/5b744046ab5c37105d000001
      #agression





  • The true cost

    This is a story about clothing. It’s about the clothes we wear, the people who make them, and the impact the industry is having on our world. The price of clothing has been decreasing for decades, while the human and environmental costs have grown dramatically. The True Cost is a groundbreaking documentary film that pulls back the curtain on the untold story and asks us to consider, who really pays the price for our clothing?

    Filmed in countries all over the world, from the brightest runways to the darkest slums, and featuring interviews with the world’s leading influencers including Stella McCartney, Livia Firth and Vandana Shiva, The True Cost is an unprecedented project that invites us on an eye opening journey around the world and into the lives of the many people and places behind our clothes.


    https://truecostmovie.com
    #film #documentaire #industrie_textile #vitesse #mode #agriculture #coton #travail #exploitation #Rana_Plaza #cotton_Bt #mondialisation #globalisation #ressources_pédagogiques #Inde #Bangladesh #fast_fashion #fashion #santé #Monsanto #OGM #pesticides #fertilisants #suicides #Inde #déchets #Chine #vêtements #habits consumérisme #pollution #eau #cuir #terres


  • You’ll never want to buy synthetic clothing after watching ’The Story of Microfibers’ : TreeHugger
    http://www.treehugger.com/sustainable-fashion/microfibers-may-be-small-theyre-enormous-problem.html

    Earlier this month, the Story of Stuff released its newest video on the problem of microfibers. The three-minute film offers a short yet powerful explanation of how the miniscule bits of synthetic fibers washing off our clothes are creating an environmental catastrophe in the #oceans.

    The microfiber pieces are smaller than a grain of rice, measuring less than 5 millimeters in length, which mean they cannot be filtered out by washing machines or even waste water treatment plants. They get flushed out into waterways and oceans, where they act like little sponges, attracting and absorbing other toxic chemicals around them, like motor oil and pesticides. Eventually they climb their way up the food chain, until they reach human bellies at mealtime.

    https://www.youtube.com/watch?v=BqkekY5t7KY&feature=youtu.be

    #vêtements #synthétiques #pollution #chaine_alimentaire #toxiques #empoisonnement



  • Enquête. H&M, Zara, Topshop : la “fast fashion”, un fléau écologique | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/enquete-hm-zara-topshop-la-fast-fashion-un-fleau-ecologique

    En renouvelant leurs collections jusqu’à deux fois par semaine, les chaînes de prêt-à-porter génèrent un énorme gaspillage. Faute de pouvoir être recyclées, des millions de tonnes de vêtements finissent à la décharge.

    Et comme les personnes qui les fabriquent sont payées une misère et dans des conditions lamentables, ça coûte quetchi au fabricant !
    #esclavage #gâchis #capitalisme #honte et #paywall donc pas pu tout lire

    • Article original en anglais :

      http://europe.newsweek.com/old-clothes-fashion-waste-crisis-494824

      et l’article complet en français

      –—

      En renouvelant leurs collections jusqu’à deux fois par semaine, les chaînes de prêt-à-porter génèrent un énorme gaspillage. Faute de pouvoir être recyclées, des millions de tonnes de vêtements finissent à la décharge.
      Nos services

      Ce 4 avril, des monceaux de vieux vêtements étaient entassés jusqu’au plafond dans le showroom de H&M à New York. Sur un mur, une citation de T. S. Eliot (“Dans ma fin se trouve mon commencement”) donnait au lieu un air de galerie d’art. Dans la pièce d’à côté, des journalistes et des blogueuses mode sirotaient du vin en examinant une demi-douzaine de mannequins portant des créations fabriquées à partir de vieux jeans, vestes et chemisiers.

      Cette soirée célébrait le lancement de l’édition 2016 de la collection Conscious. L’actrice Olivia Wilde, égérie de cette ligne écoresponsable, portait une robe de la collection.

      Mais le géant de la fast fashion [mode rapide ou jetable], qui compte plus de 4 000 magasins dans le monde et a enregistré un chiffre d’affaires de 25 milliards de dollars en 2015 [22,5 milliards d’euros], voulait aussi promouvoir un autre projet [lancé début 2013] : encourager les clients à recycler leurs vêtements, ou plutôt les convaincre de les rapporter (toutes marques confondues) dans les magasins H&M du monde entier. “H&M les recyclera et créera une nouvelle fibre textile. En échange, vous recevrez des bons d’achat à utiliser chez H&M. Tout le monde y gagne !” peut-on lire sur le blog de la marque.
      Simplification grossière

      C’est une idée louable, mais aussi une grossière simplification de la situation. À peine 0,1 % des vêtements collectés par les œuvres de bienfaisance et les programmes de récupération sont recyclés pour fabriquer de nouvelles fibres textiles, reconnaît le responsable du développement durable chez H&M, Henrik Lampa, qui était à la soirée pour répondre aux questions de la presse.

      Bien qu’elle ait consacré un gros budget marketing – qui a notamment financé un clip de la rappeuse M.I.A. – à sa Semaine mondiale du recyclage de la mode, l’entreprise ne fait rien d’extraordinaire. Les vêtements qu’elle récupère suivent exactement le même parcours que ceux donnés à [l’entreprise sociale] Goodwill ou à n’importe quel autre organisme.

      Imaginons que, après avoir rangé votre placard, vous ayez rempli un sac de vieux vêtements. Pour en tirer un peu d’argent, vous les emportez dans un dépôt-vente ou dans une friperie – à moins que vous ne les proposiez sur une plateforme de vente en ligne. Au final, la plupart de ces fringues seront probablement refusées, y compris celles que vous avez payées cher, parce qu’elles ont de petits défauts ou ne sont plus à la mode.

      La mode rapide raccourcit les saisons, et vos habits sont sûrement dépassés s’ils ont été achetés il y a plus d’un an. Beaucoup de friperies n’acceptent pas les pièces de chaînes comme Forever 21, H&M, Zara et Topshop. Elles sont de mauvaise qualité, leur prix de revente est insignifiant et il y en a simplement beaucoup trop.
      Les vêtements ne se compostent pas

      En général, l’étape suivante consiste à les jeter à la poubelle. Selon l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), 84 % des vêtements dont les Américains ont voulu se débarrasser en 2012 ont fini dans une décharge ou un incinérateur.

      Dans une décharge, la dégradation des fibres naturelles comme le coton, le lin, la soie, ou des fibres semi-synthétiques fabriquées à partir de cellulose végétale (notamment la rayonne, le Tencel et le modal), produit du méthane (un gaz à effet de serre), tout comme les déchets organiques.

      Mais contrairement aux peaux de banane, on ne peut pas composter les vêtements. Comme l’explique Jason Kibbey, PDG de la Sustainable Apparel Coalition [Coalition pour l’habillement durable] :

      Les fibres naturelles sont soumises à de nombreux processus artificiels avant de devenir des vêtements. Elles sont décolorées, teintes, imprimées et décapées dans des bains chimiques.”

      Ces produits chimiques peuvent s’échapper des textiles et, si les décharges ne sont pas étanches, s’infiltrer dans les nappes phréatiques. Brûler ces textiles dans des incinérateurs peut libérer des toxines dans l’air. Les fibres synthétiques comme le polyester, le Nylon et l’acrylique sont tout aussi nocives pour l’environnement. Et comme elles sont dérivées du pétrole, leur biodégradation prendra des centaines, voire un millier d’années.

      Depuis la fin des années 1990, le volume de vêtements jetés chaque année aux États-Unis est passé de 7 à 14 millions de tonnes – soit 36 kilos par personne. Selon l’EPA, recycler tous ces textiles au lieu de les jeter reviendrait à retirer de la circulation 7,3 millions de voitures (et leurs émissions de CO2).
      Félicitez-vous d’être si généreux !

      Dans le cadre du programme Re-FashioNYC mené en partenariat avec la ville de New York, l’ONG Housing Works a récupéré, depuis 2011, près de 3 millions de tonnes de vêtements qu’elle a mis en vente dans ses boutiques. Mais cela ne représente que 0,3 % des 200 000 tonnes de textiles qui finissent à la benne chaque année dans la métropole. Sur les 35 000 immeubles qui pourraient accueillir un conteneur à vêtements Re-FashioNYC, 690 seulement participent au programme.

      Dans la plupart des villes, la meilleure solution semble être de donner vos vieux vêtements à une œuvre de bienfaisance. Déposez votre sac chez Goodwill ou à l’Armée du salut, repartez avec un reçu fiscal et félicitez-vous d’être si généreux. Ces habits auront quitté votre vie et votre esprit.

      Mais leur long voyage ne fait sans doute que commencer. Selon le Council for Textile Recycling, les organismes caritatifs ne vendent que 20 % des pièces déposées dans leurs boutiques. Pietra Rivoli, professeure d’économie à l’université de Georgetown, commente :


      Les gens aiment penser qu’ils font une bonne action. Mais le problème, dans un pays comme les États-Unis, c’est qu’il n’y a pas assez de personnes qui ont besoin de vêtements par rapport aux volumes produits.”

      À Washington DC, par exemple, l’association N Street Village, qui vient en aide aux femmes pauvres et sans abri, est débordée par les dons et n’accepte plus de vêtements, à l’exception de certains articles très utiles et difficiles à trouver comme les soutiens-gorge et les ponchos imperméables.

      La fast fashion oblige les organisations caritatives à s’occuper plus vite de plus grandes quantités de vêtements afin de maintenir leur chiffre d’affaires – agissant ainsi comme des boutiques de mode rapide encore plus bas de gamme. “Nous devons trier de plus en plus de dons pour trouver de bons produits, ce qui nous coûte de plus en plus cher”, résume David Raper, [ancien] directeur du développement commercial de Housing Works.

      Cette stratégie – proposer des nouveautés toutes les semaines – est remarquablement similaire à celle de la marque espagnole Zara, qui a chamboulé le prêt-à-porter en commercialisant des nouveaux modèles deux fois par semaine au lieu d’une ou deux fois par saison. Ainsi, les vêtements passent de la boutique d’origine aux friperies et aux recycleurs de plus en plus rapidement, dans l’espoir de trouver quelqu’un, n’importe qui, prêt à dépenser quelques centimes.

      Dans la région de New York, si vous donnez des vêtements et qu’ils ne sont pas vendus dans une friperie, ils finiront sans doute chez Trans-Americas Trading Co. Dans son grand entrepôt de Clifton, dans le New Jersey, les employés reçoivent et traitent 36 tonnes de textiles par jour.
      Un pull kitsch de Noël

      C’est Eric Stubin – propriétaire de Trans-Americas, mais aussi président du Council for Textile Recycling et de la Secondary Materials and Recycled Textiles Association [Association des matériaux de récupération et des textiles recyclés] – qui me fait visiter l’entrepôt. Il marque une pause pour laisser passer un chariot élévateur qui va décharger un ballot de vêtements, avant de repartir en chercher un autre dans un camion. Devant des tapis roulants, les employés décident en une fraction de seconde quels articles valent la peine d’être sortis du lot. Ils dénichent parfois des trésors – un Levi’s vintage, un pull kitsch de Noël, une veste militaire – que l’entreprise pourra vendre à bon prix aux boutiques vintages de Brooklyn.

      Mais ça ne représente que 2 % du volume total. Le reste est trié d’abord par catégorie – tee-shirts, pantalons, vêtements d’hiver – puis en fonction de la qualité et de la composition.

      Quelque 40 % des habits sont empaquetés et expédiés dans le monde entier pour être revendus en l’état. Les États-Unis, puis le Japon, héritent des meilleurs articles vintages, l’Amérique du Sud reçoit les articles de milieu de gamme, l’Europe de l’Est obtient les vêtements d’hiver et l’Afrique écope des produits de mauvaise qualité dont personne ne veut.
      Sur le marché de Gikomba, à Nairobi (Kenya), le plus important marché de fripes de l’Afrique de l’Est (2012). AFP PHOTO/SIMON MAINA
      Sur le marché de Gikomba, à Nairobi (Kenya), le plus important marché de fripes de l’Afrique de l’Est (2012). AFP PHOTO/SIMON MAINA

      Dans les années 1980, les habits de seconde main ont commencé à affluer dans les pays africains qui avaient abandonné leurs politiques protectionnistes. Et comme ces vêtements étaient moins chers et jugés de meilleure qualité que la confection locale, ils ont envahi le marché. En 2004, 81 % des vêtements achetés en Ouganda étaient usagés.
      Comment la fripe occidentale tue le textile africain

      Selon un rapport de l’ONG Oxfam, les vêtements de seconde main représentaient la moitié des importations textiles en Afrique subsaharienne en 2005. Pour cette raison, les industries textiles de ces pays africains se sont effondrées à partir des années 1990.

      Début 2015, lors d’un sommet de chefs d’État, plusieurs leaders régionaux ont proposé d’interdire l’importation de vêtements [et de chaussures] d’occasion ; des sites d’information anglophones comme Voices of Africa et CNN ont abondé en ce sens, expliquant que ces fringues venues du Royaume-Uni et des États-Unis provoquaient un désastre économique postcolonial. Andrew Brooks, du Kings College à Londres, déclare :


      Exporter des habits de mauvaise qualité qui n’ont aucune valeur dans notre société crée un rapport de dépendance. Vous pouvez me taxer d’idéaliste, mais je ne veux pas vivre dans un monde où la population du Sud ne peut s’offrir que des articles dont vous et moi ne voulons plus.”

      Cette analyse ne fait pas l’unanimité. Pietra Rivoli, par exemple, estime que ce secteur crée des emplois, car les vêtements doivent non seulement être vendus, mais aussi nettoyés, raccommodés et ajustés.

      Si les Africains achètent les vieux vêtements des États-Unis, c’est parce qu’ils estiment qu’ils présentent un bon rapport qualité-prix. Mais ce ne sera peut-être pas vrai très longtemps. Au Kenya, selon le rapport d’Oxfam, un quart des vêtements importés en balles en 2005 étaient invendables en raison de leur mauvaise qualité.

      Depuis, la part de marché de la fast fashion a encore augmenté, même si les consommateurs occidentaux admettent que ces produits tombent en lambeaux après deux lavages. Les Africains finiront sans doute par réaliser que les vêtements de seconde main sont juste des produits bon marché fabriqués en Asie et qui ont fait une brève escale au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Et comme les Américains, ils décideront peut-être qu’ils préfèrent acheter du neuf.

      Environ 30 % des vêtements livrés à l’entrepôt de Trans-Americas sont des tee-shirts et des polos qui seront découpés en chiffons et utilisés dans des garages ou d’autres sites industriels ; 20 % des articles – abîmés et tachés – seront passés à la moulinette, créant ainsi une fibre grossière utilisée comme isolant, rembourrage de tapis ou tapis de voiture. Ce sont les produits les moins rentables pour Trans-Americas. Le développement de la mode rapide est un problème pour cette entreprise, explique Eric Stubin.


      De plus en plus d’habits sont en polyester [ou] à base de mélanges de fibres synthétiques et de coton. Si nous recevons des articles de mauvaise qualité, nous finissons avec plus de chiffons et de matériaux destinés au marché de la fibre, qui n’est pas du tout rémunérateur actuellement. Nous perdons de l’argent sur la moitié de ce que nous revendons.”

      Certes, le décyclage [downcycling, ou transformation en un produit de moindre valeur] vaut mieux que rien, mais il ne résout pas le problème. Ces chiffons finiront quand même à la décharge après quelques utilisations ; l’isolant sera jeté à la benne une fois arraché d’un mur ou d’une vieille voiture. Tout sera découpé et broyé plusieurs fois, jusqu’à ce que la seule issue soit la décharge.

      Le coût écologique ne se limite pas aux dégâts provoqués par les produits qui se décomposent dans le sol. Le gaspillage des ressources utilisées pour fabriquer un textile est également dévastateur pour la planète. “Un matériau qui finit à la décharge est un matériau gaspillé”, affirme Annie Gullingsrud, du Cradle to Cradle Products Innovation Institute [qui, dans la logique de l’économie circulaire, certifie des produits en fonction de plusieurs critères : toxicité et réutilisation des matériaux, utilisation d’énergies renouvelables, gestion raisonnée de l’eau et responsabilité sociale].

      Les grandes marques comme Adidas, Levi’s, Nike et H&M ne veulent pas que vous arrêtiez d’acheter leurs produits, mais elles ne veulent pas non plus que vous rejetiez leur modèle économique. Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable de la multinationale de luxe Kering (qui possède Gucci, Alexander McQueen, Saint-Laurent et Stella McCartney, entre autres), expliquait à Vogue [en décembre 2015] :


      Le Graal de la mode durable, c’est l’approvisionnement en boucle fermée. Réutiliser d’anciens matériaux. Fabriquer de nouveaux textiles avec de vieux matériaux. Réexploiter les fibres.”

      Le principe de la boucle fermé [fondement de l’économie circulaire], qui consiste à recycler un produit pour recréer quasiment le même, reproduit en fait le processus naturel de la vie. Une plante sort de terre, meurt, retourne à la terre, puis une autre plante naît du même sol. Il n’y a pas de gaspillage. Si ce concept était appliqué à la mode, rien ne finirait à la décharge. Il faudra pourtant attendre cinq à dix ans pour qu’il soit applicable commercialement.

      Selon un rapport de 2014 commandé par la Sustainable Apparel Coalition, la technologie existe pour les tissus 100 % coton, qui peuvent être décomposés et retissés – mais ce n’est plus possible une fois que le coton est teint, traité ou mélangé à d’autres matériaux. Le coton, le lin, la soie et la laine traités peuvent être lacérés mécaniquement, mais le résultat est une fibre courte de mauvaise qualité qui doit être mélangée à des fibres vierges pour fabriquer un nouveau vêtement.

      Avec un taux de 20 % de coton réutilisé, la collection en denim recyclé présentée par H&M en 2015 atteint les limites de ce qui est actuellement possible : un pourcentage plus élevé de coton recyclé donnerait un textile de moins bonne qualité qui se déchirerait trop facilement.
      Le jour où les déchets disparaîtront

      En mai, Levi’s a suscité un nouvel espoir grâce à un partenariat avec la start-up américaine Evrnu : les deux entreprises ont présenté un prototype de jean composé d’un mélange de coton vierge et de vieux tee-shirts en coton recyclés au moyen d’un processus chimique qui fonctionne même avec certaines teintures. La start-up espère un jour arriver à des jeans fabriqués en totalité à partir de coton réutilisé.

      Sur le plan commercial, le recyclage en boucle fermée des synthétiques (notamment les mélanges d’élasthanne et de Nylon) est encore plus lointain. On sait traiter chimiquement le polyester de manière à dissocier ses principaux composants et à recréer un fil de polyester. La marque Patagonia utilise déjà cette technologie, mais elle le fait par principe et non pour gagner de l’argent, car ce traitement a un coût prohibitif et il est particulièrement pointu : il faut partir de textiles en polyester d’excellente qualité (les polaires fabriquées par Patagonia) et non des fibres bon marché qui sont utilisées par les marques de fast fashion.

      Viennent ensuite les mélanges, très largement utilisés, de polyester et de fibres naturelles : actuellement, il est tout bonnement impossible de les recycler en boucle. Et comme la production de polyester grimpe en flèche – de 5,8 millions de tonnes en 1980 à environ 100 millions de tonnes en 2015 –, nous serons incapables de gérer le volume de vêtements d’occasion tant que ce problème n’aura pas été résolu.

      H&M le sait bien, c’est pourquoi en février, sa fondation, H&M Conscious, a subventionné cinq équipes travaillant sur des technologies de recyclage du textile, pour un montant total de 1,1 million de dollars.
      Des bactéries capables de digérer le polyester

      Une équipe [finlandaise] étudie par exemple un processus qui dissout le coton [plus spécifiquement, la cellulose] pour créer un matériau proche du coton dont les fibres peuvent être filées. Une autre équipe [américaine] développe des bactéries capables de digérer le polyester même quand il est combiné à une fibre naturelle et de le décomposer en éléments réutilisables.

      Les efforts déployés par ces marques pour parvenir à “boucler la boucle” pourraient déboucher sur un marché nouveau et – espérons-le – rentable pour les textiles usagés. Il y a urgence. L’année dernière, le marché de l’occasion s’est effondré, poussant l’ensemble du système au bord du gouffre.

      Dès lors que vos vieux vêtements sont mis en balles pour être vendus à un recycleur, ils cessent d’être des pièces dont la valeur dépend de la marque, de la qualité ou de la mode. Ils ne sont plus qu’une matière première dont le prix au kilo dépend de l’offre et de la demande mondiale.

      Depuis le début 2015, ce prix a chuté à quelques centimes, écrasé par la force du dollar, la faible demande due aux troubles au Moyen-Orient (où l’essentiel des vêtements d’occasion est traité), la mobilité économique ascendante dans les pays d’Europe de l’Est et la destruction par un incendie du plus grand marché d’occasion d’Afrique de l’Est [à Nairobi, en juillet 2015].

      Cette baisse de prix s’explique aussi par l’augmentation de l’offre de vêtements de seconde main de mauvaise qualité. Alan Wheeler, directeur de la Textile Recycling Association [Association britannique pour le recyclage des textiles], analysait en avril dans Sourcing Journal :


      Le secteur du vêtement d’occasion traverse une période extrêmement difficile au Royaume-Uni et dans le monde. La consommation de vêtements neufs, dont les prix sont bien plus bas qu’autrefois, continue d’augmenter. La pression sur les prix des habits usagés n’est pas près de faiblir.”

      Le recyclage devenant moins rémunérateur, le taux de collecte a diminué de 4 % l’année dernière [aux États-Unis], après avoir régulièrement progressé depuis la récession de la fin des années 2000.

      Si la qualité et la demande internationale des vêtements usagés continuent de chuter et si la technologie du recyclage en boucle fermée ne peut être mise en œuvre, nous risquons d’être confrontés à une crise du vêtement d’occasion. Et là, il n’y aura plus personne pour reprendre vos vieilles fringues.

    • @aude_v : absolument ! La plupart des marques font fabriquer dans les mêmes endroits sordides le même genre de guenilles. J’ai des T-shirts Camaïeu qui datent d’avant ma fille (et on est très loin du top !) : ça se tient. Les derniers que j’ai tâté chez eux, vendus dans la même gamme de prix, tu as l’impression qu’ils ont limé le tissu : tout fin, très très fin, presque transparent, le truc qui tient pas.

      En gros, dans la friperie, ce qui arrive le plus souvent, ce sont des nippes qui ont déjà résisté à quelques lavages…
      Manière, là où je vais (une annexe d’Emmaüs : Ding Fring), ils séparent en gros les fringues de qualité (un peu plus chères) et les choses qui arrivent des boutiques à guenilles, pratiquement vendues au poids.

    • Pareil, je ne mets pas les pieds dans ces boutiques, je porte des fringues que j’ai depuis des années. Et quand je suis bien dans une fringue, je la porte jusqu’à ce qu’elle tombe en lambeaux :) Sinon, une copine tient une boutique de vêtements d’occasion et parfois je vais dans une solderie qui vend des vêtements de qualité (mais aussi de la merde) à prix imbattables.

    • Oui, tout comme en électro ils font n’importe quoi. Quelque soit l’objet, pour qu’il soit vraiment recyclable, c’est toujours un truc à prévoir dès le début, dès la conception, ça parait évident. Et donc c’est pareil pour les habits. Mais c’est toujours des mélanges des 3 fibres à la fois dans toutes ces merdes…

      À la limite c’est pratique pour les fringues de gosses, parce que quelque soit la marque, en primaire ils trouent leurs pantalons en quelques mois (surtout les garçons… :( ). En fait obligatoire même, car en vide-greniers ou récup, tu trouves des habits pour les bébés, bambins, jusqu’à maternelle ça va encore. Mais primaire ensuite t’as quasiment plus rien, justement parce que trop abimé pour être revendu. Ensuite tu retrouves de nouveau à partir des ados/adultes.

      Mais habits de qualité ou pas, il y a déjà tellement d’habits encore mettables en circulation, que c’est totalement hallucinant et fou la quantité de nouvelle production qui continue… On vit vraiment dans un monde de taré… (et le fait que la production soit à l’autre bout du monde est évidemment le point le plus important qui fait qu’on ne voit pas l’horreur du truc, comme pour tous les prods de masse)

      Bref on redit les mêmes choses à chaque fois, en fait, non ? (sourire jaune)

      (Et MIA qui fait un clip pour eux, non mais…)


  • Le burkini : sélection de ressources, sur les réalités et les mythes d’un habit devenu polémique sur les plages françaises

    Petite histoire du « burkini », des origines aux polémiques http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/08/16/petite-histoire-du-burkini-des-origines-aux-polemiques_4983599_4355770.html
    –> Historique d’un vêtement de plage nécessaire pour contextualiser le débat : le burkini, une tenue inventée en... Australie !

    La création de cette tenue est couramment attribuée à Aheda Zanetti, une Australienne d’origine libanaise. Cette dernière raconte en avoir eu l’idée en 2004 à Sydney, en regardant sa nièce jouer au netball (une variante à sept du basket). Selon elle, la jeune fille peinait avec son long hijab (un voile simple sur le haut du corps) et son survêtement. « J’ai fait des recherches et je n’ai pas trouvé de tenues convenables pour les femmes sportives et pudiques », raconte-t-elle au Monde.
    L’Australienne imagine alors le « hijood », contraction de « hijab » et « hood » (« capuche », en anglais), un survêtement adapté à la « pudeur » religieuse. L’idée du burkini, destiné à celles qui jusqu’ici se baignaient voilées, lui vient ensuite dans la foulée, dans un pays où les sports aquatiques sont omniprésents.

    Burkinis interdits à Cannes : « Ils veulent qu’on soit invisibles » http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/18/burkini-ils-veulent-qu-on-soit-invisibles_4984241_3224.html
    –> La question de l’espace public, pour quel(s) public(s) ? (pour reprendre le titre d’un article de la géographe Aurélie Delage à propos des usages de l’espace public à Beyrouth https://traces.revues.org/3163)

    Le burkini, un débat français vu d’ailleurs :
    –> Vu du Royaume-Uni. Cinq raisons de porter un burkini http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-royaume-uni-cinq-raisons-de-porter-un-burkini
    –> Vu d’Algérie. Burka et burkini, une provocation inutile en France http://www.courrierinternational.com/article/vu-dalgerie-burka-et-burkini-une-provocation-inutile-en-franc
    –> Vu de l’étranger. Burkini : la France se trompe de combat http://www.courrierinternational.com/article/vu-de-letranger-burkini-la-france-se-trompe-de-combat
    –> Vu du Qatar. Burkini : en France, la liberté et l’égalité ne s’appliquent pas à tous http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-qatar-burkini-en-france-la-liberte-et-legalite-ne-sappl
    –> Vu du Brésil. La France a raison d’interdire l’exhibition des “femmes momies” http://www.courrierinternational.com/article/vu-du-bresil-la-france-raison-dinterdire-lexhibition-des-femm

    #Burkini #Religion #Religions #Débat #Polémique #Islam #Espace_Public #Géographie_des_Conflits #Géographie_et_Espace_Public #Habiter #Espace_Religieux #Plage #Géographie_de_la_Plage #Vêtements #Habits

    • Un article plus récent : De la « guerre au terrorisme » à la chasse au burkini, une dérive française http://www.slate.fr/story/122505/guerre-terrorisme-chasse-burkini

      En effet, contrairement à ce que laisse entendre son appellation trompeuse, le burkini n’est pas l’équivalent d’une « burqa de plage ». Le voile intégral, tout en étant un symbole ultime de la misogynie religieuse, est surtout un dispositif –au sens théâtral du terme– qui confère à celle qui le porte une position abusive : la femme qui revendique pour elle-même le droit de dissimuler son visage réclame obligatoirement contre autrui le droit de ne pas être reconnaissable et, plus exactement, le pouvoir de choisir arbitrairement les personnes « habilitées » à l’identifier. Et c’est pourquoi le la Cour européenne des droits de l’homme a validé son interdiction par la France, non au nom du respect de l’égalité entre hommes et femmes ou du respect de la dignité humaine, mais en estimant légitime que « les personnes qui se trouvent dans les lieux ouverts à tous souhaitent que ne s’y développent pas des pratiques ou des attitudes mettant fondamentalement en cause la possibilité de relations interpersonnelles ouvertes qui, en vertu d’un consensus établi, est un élément indispensable à la vie collective au sein de la société considérée ».
      Or, le port du burkini n’implique rien de cet ordre. Certes, la femme qui adopte cette tenue malmène une convention sociale, en affichant ostensiblement son puritanisme dans un espace dédié au bien-être corporel, mais elle n’empiète pas stricto sensu sur la liberté d’autrui et ne revendique concrètement aucun droit particulier (sinon celui de profiter des plaisirs balnéaires sans abdiquer sa foi). C’est pourquoi l’interdiction du burkini ne saurait a priori être justifiée au nom du principe de laïcité, dans la mesure où le port de ce vêtement n’implique pas à proprement parler de « se prévaloir de ses croyances religieuses pour s’affranchir des règles communes régissant les relations entre collectivités publiques et particuliers »[1], comme le suggère maladroitement le juge des référés du tribunal administratif de Nice pour valider au forceps l’arrêté de la municipalité cannoise


  • Un jeune entrepreneur lutte contre la « #mode éphémère » avec des vêtements garantis 30 ans – Epoch Times
    http://www.epochtimes.fr/jeune-entrepreneur-lutte-contre-mode-ephemere-vetements-garantis-30-ans-1


    Personnellement, j’arrête le neuf. J’ai acheté une jupe l’année dernière, assez chère pour avoir de la "qualité" : elle présente des défauts de couture (pas assez de tissu, en fait) qui font qu’elle s’est défaite en partie au premier lavage. Ras-le-cul des #fringues jetables, avec de mauvaises coupes, des tissus serpillières et tout à l’avenant.
    Emmaus a ouvert des boutiques où ils vendent les fringues qu’ils ont récupéré dans les collecteurs. Souvent des trucs en très bon état, de bonne qualité, venant de gens qui jettent sans nécessité.
    Et surtout, comme ça a été porté par de vrais gens, il se trouve que ma taille y est plutôt majoritaire, ce qui n’est pas le cas en magasins !

    Si vous avez grandi avec un sweatshirt qui se trouve encore dans votre garde-robe et qui n’a pas pris d’âge après 30 ans, cette époque où les vêtements étaient conçus pour durer vous manque probablement.

    La « mode éphémère » abordable et jetable mise de l’avant par les marques comme Zara, H&M et Forever21 a habitué les consommateurs à des vêtements de qualité inférieure. Toutefois, le mouvement slow fashion prend de plus en plus de place et il est donc maintenant possible de trouver des solutions de remplacement abordables.

    #consommation #obsolescence_programmée #vêtements #pollution



  • Un numéro de « The Funambulist » consacré aux « politiques du vêtement »
    http://thefunambulist.net/current-issue

    The third issue of The Funambulist Magazine is dedicated to clothing politics, examining a scale of design closer to bodies than the ones previously studied in the past issues. The layers of fabric we incorporate (i.e. form into a body) are all charged both legally and normatively, and this charge combines with those related to a body’s race, gender, behavior, and spatial-temporal context. This issue thus proposes to examine this combination of normative charges — sometimes turned into law — through various wearable objects we call clothes: shoes (Minh-Ha T. Pham), pants (Eric Darnell Pritchard, Mimi Thi Nguyen), shirts (Lucy Jones), accessories (Murktarat Yussuff), and different head garments (Reina Lewis, Hana Tajima, Emma Tarlo).

    #vêtements #voile #mode #talons


  • Nos #fringues auront-elles notre peau ? Le reportage de Question à la Une - RTBF Societe
    http://www.rtbf.be/info/societe/detail_nos-fringues-auront-elles-notre-peau-le-reportage-de-question-a-la-une?i

    Elanbo a deux ans et demi. Il y a deux mois encore, il pleurait toute la journée, et se grattait beaucoup. « Elano a sorti des plaques d’#eczéma sur tout le corps, explique sa mère, Maïté Coras. Sur le dos, le ventre, les bras, les jambes... Il a fait des crises d’urticaire sur le visage. Mais ce qui était le plus important, c’était vraiment l’eczéma ».

    « C’était devenu insupportable pour moi de le voir comme ça, et pour lui, il en arrivait à ne plus pourvoir dormir ». Maïté a été voir un allergologue. Parmi les substances testées, elle s’aperçoit que son fils est allergique au potassium ducromate, et au nickel sulfate hexahydrate : des produits que l’on retrouve dans des teintures textiles, des impressions textiles. Des substances qui viennent des #vêtements.

    La vidéo de l’émission, annoncée disponible « au monde entier » :
    http://www.rtbf.be/video/detail_nos-fringues-auront-elles-notre-peau?id=2006970

    #allergie #teintures #vêtements


  • Moms Launch a Company to Sell Science-Themed Clothing for Little Girls
    http://jezebel.com/moms-launch-a-company-to-sell-science-themed-clothing-f-1695226193

    There’s nothing wrong with any of that (except maybe the leopard? that’s a lot of look for a toddler), but it’s a bummer to see that the bulk of the science stuff generally sits in the boys’ department. Sure, you could buy it anyway, but it’s sad that a back-to-school shopping trip sends the message that rockets are for boys, princesses are for girls. And heaven help you if you’ve got a girl who likes dresses but wants them covered in science.
    Land’s End Introduces Adorable New Science T-Shirts Just for Girls

    After one mom took the company to task, Land’s End has rolled out science-themed t-shirts for…

    Hum vous en pensez quoi ? Parce que le « Land’s End Introduces Adorable New Science T-Shirts Just for Girls » ça me plait pas vraiment. Ok les habits garçons/filles sont séparés mais rien n’empêche d’aller fouiner dans tous les rayons. Est-ce qu’il y a besoin de créer une ligne « pour filles » avec des robes ou des tshirts roses NASA ? Et ainsi cantonner de plus belles les filles dans les rayons filles ? Y a pas moyen d’avoir un tshirt marketé garçon avec des étoiles et des robes et tshirts roses à côté de ça ?

    #sexisme #mode #vêtements #enfants