#va-t-en-guerre

  • Romain Rolland était-il « poutiniste » ? Anne Morelli
    Source : https://www.investigaction.net/fr/romain-rolland-etait-il-poutiniste

    Il est très difficile de faire comprendre, en Belgique, aux étudiants d’aujourd’hui, l’enthousiasme qui a poussé, il y a cent ans, d’autres jeunes à participer – pour certains volontairement – à la Première Guerre mondiale. La rivalité entre les puissances européennes de l’époque leur semble incompréhensible.

    Rappelons qu’au début de la Première Guerre mondiale, la « Triple Entente » réunit la France, la Grande-Bretagne et la Russie tsariste dans le but d’isoler l’Allemagne. De l’autre côté, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie forment la « Triple Alliance ». Il est difficile de croire aujourd’hui que tous les « barbares » étaient réunis d’un même côté et les « démocrates » (alliés au tsar) de l’autre. Les jeunes actuels ont très généralement intériorisé la thèse de l’« inutile boucherie saignant une génération », et le nationalisme anti-boche du début du XXe siècle leur semble risible.

    Ils s’esclaffent franchement en apprenant que des rues de Bruxelles, dont le nom évoquait les « ennemis », ont été débaptisées après la défaite de l’Allemagne et de l’Autriche. De même, on n’a plus parlé, lorsque ces pays furent écrasés, de « café viennois », mais de « café liégeois » (pour saluer la résistance des forts de la ville à l’invasion allemande), et les « boules de Berlin » sont devenues pour un temps des « boules de l’Yser ». (1)

    Lorsqu’on en vient à leur parler de l’infime minorité qui – des deux côtés de la frontière – avait refusé de s’investir dans le conflit et avait prôné une solution négociée, on voit des jeunes auditeurs soulagés d’apprendre qu’au milieu de ce délire nationaliste, il y avait donc au moins quelques personnes sensées ne se laissant pas entraîner à la haine envers ceux qui ont une autre nationalité.

    La difficulté d’être pacifiste en temps de guerre
    Le principal ténor de l’humanisme internationaliste, Jean Jaurès, qui, quelques jours avant l’invasion allemande, galvanisait, au Cirque royal de Bruxelles, la foule venue l’acclamer et défilant au cri de « Guerre à la guerre », est assassiné le 31 juillet 1914.

    Sa voix est donc étouffée à la veille du conflit alors qu’elle était écoutée, et même vénérée, dans les divers partis socialistes des pays désormais belligérants.

    Reste alors la voix de Romain Rolland, homme de lettres, musicologue, internationaliste. Il cherche un moyen de communion entre tous les êtres humains. Il ne veut pas mettre à l’écart, comme le prônent les chauvinistes français, Beethoven et Richard Strauss (qui est d’ailleurs un de ses amis personnels) parce que nés dans le camp « ennemi ».

    Il critique les deux camps dans leur volonté belliciste et dénonce la démence dans laquelle sombre l’humanité.

    Ami de Stefan Zweig, il publie un appel pacifiste (Au-dessus de la mêlée) qui fait dire à Zweig que Rolland est la « conscience de l’Europe ».
    ecx.images-amazon.com/images/I/51Id9dhlKEL.jpg
    Bien qu’il ait été couronné en 1915 par le Prix Nobel de littérature, Romain Rolland est vilipendé par tous les va-t-en-guerre et les médias dont ils se servent. Ses appels au désarmement et à la cessation des combats y sont évidemment ignorés.

    Prudemment exilé en Suisse, il est accusé d’être un traître à la patrie française, un agent de l’ennemi, un pion de Guillaume II, ce « Kaiser » allemand, qui sert d’épouvantail en France.

    Et aujourd’hui…
    La bêtise nationaliste est sans frontières et défie le temps.

    On a vu récemment l’Université « Bicocca » de Milan interdire à Paolo Nori de donner un cours consacré à l’écrivain russe Dostoïevski (1821-1881).

    Le concert d’un groupe folklorique suédois a été annulé à Uppsala parce que… il jouait de la balalaïka.

    Une cantate de Prokofiev (1891-1953) a été supprimée par l’Orchestre national de Slovaquie, comme la représentation de Boris Godounov de Moussorgski (1839-1881) par l’Opéra de Varsovie. Même la Scala de Milan a procédé à ces censures absurdes.

    Les musiciens et chefs d’orchestre détenteurs d’un passeport russe, quelles que soient par ailleurs leurs convictions politiques, sont « déprogrammés », écartés, montrés du doigt par des institutions culturelles européennes.

    L’Académie européenne du cinéma boycotte tous les films russes pour les « European Film Awards ».

    Cerise sur le gâteau dans l’excès de zèle et le ridicule, le MR bruxellois a suggéré qu’on débaptise la rue de Russie ( La Libre du 6 mai 2022), ignorant sans doute qu’en 1918 les fureurs nationalistes avaient déjà débaptisé à Bruxelles toutes les rues évoquant l’Allemagne et l’Autriche.

    « Pacifiste » est redevenu une injure comme lors de la Première Guerre mondiale et le mot équivaut aujourd’hui à être considéré comme un « agent de Poutine ».

    Romain Rolland, resté, malgré le conflit entre la France et l’Autriche alliée à l’Allemagne, l’ami de Stefan Zweig, n’aurait certainement pas davantage renié aujourd’hui son autre ami, l’écrivain russe Maxime Gorki, avec lequel il a échangé vingt ans de correspondance.

    Le dixième principe de propagande de guerre veut que celui qui n’adhère pas avec enthousiasme à la propagande de son pays soit vilipendé en tant qu’agent de l’ennemi.

    On taxerait donc en 2022, sans aucun doute, ce Prix Nobel de « poutiniste ».

    (1) Anne Morelli, Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède, nouvelle édition 2022 sous presse.

    #Romain_Rolland #pacifisme #guerre_mondiale #guerre #Jean_Jaurès #Stefan_Zweig #censure #va-t-en-guerre #médias Université de #Bicocca #Uppsala
    #Orchestre-national-de-Slovaquie #Opéra-de-Varsovie #Scala-de-Milan #european-film-awards #Moussorgski #Prokofiev

  • Alex Shams sur Twitter : “Time to plug my article on the weaponisation of nostalgia, or how chauvinist men use pictures of women in miniskirts from the past to advance militaristic and jingoistic rhetoric that could hurt millions of women in the present” / Twitter
    https://twitter.com/seyyedreza/status/1214272131762024448

    Michael Coudrey sur Twitter : “Iran in 1973 Iran in 2019” / Twitter
    https://twitter.com/MichaelCoudrey/status/1213518322525863936

    #Faux_monnayeurs #assassins #terroristes #civils #victimes_civiles

    • THREAD: Over the past few days, I’ve spoken extensively with career U.S. government officials as they’ve worked around the clock to try and mitigate the damage from Trump’s ineptitude on Iran. With their permission, I’m sharing a small taste from our lengthy conversations. Enjoy.

      “We have no functional national security decision-making process in place. We have no plan for what comes next. They are woefully unprepared for what’s about to pop off, and they’re too stupid to realize it. People here are freaking out, and rightfully so.”

      “We’re still trying to dig out from underneath the last war of choice, and now they’re trying to start a new one. I finally cracked open the bottle of scotch you gave me that I’ve been keeping stashed away in my desk drawer.”

      “I’m gonna call you later tonight to talk through this so I can go into meetings tomorrow armed with some sane talking points to insert into this clusterfuck.”

      “When did most of us find out about killing Soleimani? After it already happened. Since then, we’ve been trying to cobble together contingency planning on the fly, but these charlatans ignore most of it, and then Trump does more stupid shit that puts us back at square one.”

      “All Trump cares about is shitting on Obama’s legacy, sucking up to donors, and distracting from impeachment. None of this is about American interests or security. He’s surrounded by ideological lunatic sycophants like Pence and Pompeo. But they’re far from the only ones.”

      “So many of Trump’s top advisors on Iran are military vets who served multiple tours of duty in our wars in Iraq, Afghanistan, and elsewhere. They believe to their core that Iran is the reason why they lost those wars, and they’re dead set on payback - no matter what it takes.”

      “They’ve been pushing to kill Soleimani for years, and they finally baited Trump into it. They think war with Iran is long overdue, so for them, this was a means to an end. When Iran responds, they’ll tell Trump to hit the Iranians harder. You see where this could go.”

      “They know the Iraqis are gonna kick them out now, so they’re gonna try to kill as many as possible on their way out. Iranians, Iraqis, whoever. Some of them are advising Trump to tell the Iraqi government to fuck off and dare them to make us leave. I shit you not. Insanity.”

      “When I used your points about Soleimani’s murder being a catalyst for Iranians to rally around the flag, they said that was ’Obama apologist bullshit,’ and the Soviet Union forced people against their will into public displays of support. So apparently Iran is a superpower now.”

      “Trump is threatening war crimes against Iran, and none of his top advisors have the courage to publicly oppose it. Instead, they act like cowards and go on background with journalists to express their opposition. They should all resign. They don’t deserve to serve this country.”

      “We have friends that are getting deployed into war zones, but for what? Trump has deployed 14,000 troops over the past 6 months, and it didn’t prevent the current crisis. At what point do we start asking whether deploying troops is part of the problem rather than the solution?”

      “The scariest part is that they’re just making shit up to justify their preferred course of action. When we point out inaccuracies or question logic, we’re at best yelled at or at worst cut out of the process. Most of the political appointees are paranoid, unqualified, or both.”

      “Last year, if you would’ve asked me whether American institutions are durable enough to prevent a Trump-led war with Iran, I would’ve said absolutely. Today, I’m not so sure. For as bad as it looks to you all on the outside, it’s even worse when you see it from the inside.”

      “One of Trump’s top Iran advisors got suckered into a honey trap, had their laptop/iPhone stolen and hacked before they woke up, and the White House refused to take precautionary measures regarding their security clearance. Ladies and gents, I give you the Trump administration.”

      In conclusion: Yes, folks. It really is that bad. I am but a humble messenger of truth. The voice of the voiceless. That is all. You may now return to your regularly scheduled programming.

  • Les #Etats-Unis ont dépensé cinq mille neuf cent (5900) milliards de dollars en #guerres depuis 2001
    https://watson.brown.edu/costsofwar/files/cow/imce/papers/2018/Crawford_Costs%20of%20War%20Estimates%20Through%20FY2019%20.pdf

    ... there is no strategy for ending the wars. The fact that the US keeps spending huge sums for wars that, at least in Afghanistan, are in a stalemate, and in Iraq and Syria, are unresolved, is a long-term budgetary problem which will affect future generations.

    Il est quand même incroyable que ce genre d’article se montre surpris par la poursuite des guerres et parle des répercussions négatives sur le commun des mortels sans aborder les énormes répercussions positives sur l’"#élite",

    #Profiteur de #guerre — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Profiteur_de_guerre

    (Et on ne parle même pas des marchands d’armes)

    Les guerres du Golfe et la guerre d’Afghanistan.

    Plus récemment, des sociétés ayant contribué à l’approvisionnement des forces de la coalition dans les guerres en Irak, tels que Bechtel, KBR, Halliburton ou Blackwater, ont été accusées de tirer profit de ces conflits en « surchargeant » le prix de leurs services, voire d’en être les instigateurs occultes[13], l’accusation « du sang pour du pétrole » – thème récurrent des slogans anti-guerre – illustrant cette opinion. Steve Clemons, un membre éminent du think tank de la « New America Foundation », est allé jusqu’à accuser l’ancien directeur de la CIA, James Woolsey d’avoir à la fois profiter de la guerre et de l’avoir encouragée[14]. Le « Center for Public Integrity » a indiqué que la sénatrice américaine Dianne Feinstein et son mari, Richard Blum, ont engrangé des millions de dollars en provenance d’Irak et d’Afghanistan par le biais des contrats de son entreprise, Perini[15], Feinstein ayant voté en faveur de la résolution donnant au président George W. Bush le pouvoir d’envahir l’Irak. Le defense contractor Brent R. Wilkes, qui fait l’objet d’une inculpation, a été dépeint comme « #extatique » à l’annonce que les États-Unis allaient entrer en guerre avec l’Irak : « Lui et certains de ses cadres supérieurs étaient vraiment des #va-t-en-guerre », a déclaré un ancien employé. « Brent disant que cela créerait de nouvelles #opportunités pour l’entreprise. Il était vraiment heureux de faire des #affaires au #Moyen-Orient »[16]

  • Hacked Emails Reveal NATO General Plotting Against Obama on Russia Policy
    https://theintercept.com/2016/07/01/nato-general-emails

    RETIRED U.S. AIR FORCE Gen. Philip Breedlove, until recently the supreme commander of NATO forces in Europe, plotted in private to overcome President Barack Obama’s reluctance to escalate military tensions with Russia over the war in Ukraine in 2014, according to apparently hacked emails from Breedlove’s Gmail account that were posted on a new website called DC Leaks.

    #OTAN #va-t-en-guerre

  • Emails Show Close Ties Between #Heritage_Foundation and #Lockheed_Martin
    https://theintercept.com/2015/09/15/heritage-foundation

    When the Pentagon decided in 2009 to cut funding for Lockheed Martin’s F-22 Raptor fighter jet — a weapons system with cost overruns in the billions of dollars that has rarely seen combat — the Heritage Foundation fought tooth and nail to restore taxpayer money for the planes.

    Heritage depicted its support for the F-22 as a matter of vital national security. But what the public didn’t know is that Lockheed Martin, a corporate donor to the conservative think tank, met with Heritage officials on nearly a monthly basis to discuss the F-22 and other defense industry priorities.

    Internal emails leaked online show at least 15 meetings in 2008 and 2009 between officials at Heritage and Lockheed Martin, including one with Bill Inglee, who at the time served as a senior lobbyist at Lockheed Martin.

    #conflit_d'intérêt #manipulation#experts#va-t-en-guerre

  • EUROPE - L’UE n’exclut pas une opération militaire contre les trafiquants de migrants - France 24
    http://www.france24.com/fr/20150423-ue-operation-militaire-trafiquants-migrants-mediterranee-clandestin-bruxelles/?aef_campaign_date=2015-04-23&aef_campaign_ref=partage_aef&dlvrit=974353&n

    Les chefs d’État de l’Union européenne se réunissent jeudi à Bruxelles pour un conseil européen extraordinaire consacré à la crise des migrants en Méditerranée. Les dirigeants vont tenter de trouver une réponse au trafic de migrants.

    #migrants #trafic_humain #Union_Européenne #Méditérranée

    • Un gigantesque n’importe quoi !

      En revanche, « personne ne parle d’envoyer des troupes au sol », a assuré une source européenne, tout en soulignant que la question d’un mandat des Nations unies « dépend de l’étendue de la mission ». « Ce ne sera pas une guerre, mais des actions ciblées ».

      Chouette, nos Rafales vont pouvoir faire une campagne de pub en bombardant la Libye (grand succès de l’année 2011) et il n’y a même pas besoin de l’ONU puisque ce sera encore plus humanitaire…

      Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et son homologue auprès de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, ont exigé que les factions rivales en Libye se mettent rapidement d’accord pour reconstruire un État, première étape pour permettre d’endiguer le flux de migrants.

      #yapuka et quelques bombes bien placées les aideront (comme en 2011).

      Le seul truc sérieux,

      Le plan soumis aux dirigeants européens prévoit aussi de « doubler » de trois à six millions d’euros le budget mensuel alloué à Frontex, l’agence chargée de la surveillance des frontières.

      … paske quand même faut pas rigoler avec la sécurité (de l’Europe).

      Et pourquoi yzonpapensé à BHL ? Ça aurait de la gueule !
      Il doit être trop pris par les inaugurations de boutiques de chocolats de Porochenko (19 ouvertures en 2014).

    • dommage, on pourrait envoyer des casques bleus, les Népalais qui ont apporté le choléra en Haïti par exemple

    • Frontex prêt à mettre en œuvre des conclusions du Conseil européen - Directeur exécutif
      23/04/2015

      Frontex est impatient de mettre en œuvre les conclusions du Conseil européen qui se tiendra cet après-midi à Bruxelles et a déjà commencé les préparatifs.

      "Ma proposition est d’augmenter tant la surveillance aérienne dans la mer Méditerranée au sud de l’Italie et Malte, que celle des navires actuellement déployés, qui vise à renforcer les capacités de recherche et sauvetage dans la région", a déclaré Leggeri.

      Leggeri a suggéré de majorer les moyens aériens qui participent à l’opération Triton Frontex, coordonnée également suite à deux incidents où les passeurs ont utilisé des armes de récupérer bateaux suivants les opérations de recherche et de sauvetage dans lesquelles les navires prenant part à Triton ont été impliqués.

      « Actifs co-financé par l’Agence ont permis de sauver des milliers de vies en Méditerranée. Frontex continuera dans son mandat de faire tout son possible pour s’acquitter de cette responsabilité ", a déclaré Leggeri. http://frontex.europa.eu/news/frontex-ready-to-implement-european-council-conclusions-executive-dir

  • Germany downplays report of rift with NATO over Breedlove comments | Reuters
    http://www.reuters.com/article/2015/03/07/us-ukraine-crisis-germany-breedlove-idUSKBN0M30LB20150307

    German Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier downplayed a magazine report on Saturday of tensions with NATO over hawkish comments about Ukraine made by the Western alliance’s supreme allied commander.

    Der Spiegel news magazine said an official in Chancellor Angela Merkel’s offices had complained of Air Force General Philip Breedlove’s “dangerous propaganda” over Ukraine and that Steinmeier had talked to the NATO General Secretary about him.

    It’s true that I asked in two instances, in which the information we had from our sources was not entirely consistent with the information that came from the United States or NATO,” Steinmeier said at a European Union foreign ministers meeting.

    But I also say that we have no interest in any dispute emerging from this,” Steinmeier said at the meeting in Riga. “We have to see that we stay closely together, also in the question of assessment of risk, and not differ in our advice.

    Der Spiegel said German government officials were surprised when Breedlove said on Feb. 25 that Russian President Vladimir Putin had “upped the ante” in eastern Ukraine. “What is clear is that right now it is not getting better. It is getting worse every day,” Breedlove said in Washington.

    German officials said information from their BND intelligence agency and other sources was that a ceasefire agreed in Minsk was shaky but holding. The battles between the Ukraine army and pro-Russian separatists had mostly halted and heavy weapons were being withdrawn.

    When asked about the Der Spiegel report, Breedlove said in a statement: "It is my responsibility as the commander of NATO’s military forces to deliver clear assessments regarding potential threats in our periphery.

    Sometimes realities on the ground are unwelcome and sobering. But public communication has been critical during the Ukraine crisis, because Russia has embarked on a deliberate strategy to confuse using disinformation and propaganda.

    Bon, ce que dit l’ennemi c’est de la #propagande (Breedlove), mais si, maintenant, ce que dit l’allié c’est aussi de la propagande (cabinet de Merkel), ça va devenir difficile à suivre…

  • Putin’s Failing Ukraine Scorecard
    http://www.forbes.com/sites/paulroderickgregory/2014/07/11/putins-failing-ukraine-scorecard

    Now you understand why Putin will never give up and that a peaceful solution is not possible. Putin is resourceful.

    Impressionnante compilation d’arguments (10) anti-Poutine. En résumé (je n’ai pas tout lu en détail) :
    • en Ukraine, l’offensive a échoué sur tous les plans
    • mais il n’est pas homme à en rester là, il ne s’arrêtera pas,
    • il FAUT donc lui rentrer dans le lard !

    #gung_ho #va-t-en-guerre

  • Covering New War, in Shadow of Old One
    http://www.nytimes.com/2014/06/29/public-editor/covering-new-war-in-shadow-of-old-one.html

    La reconnaissance antérieure par le journal même du monumental fiasco professionnel et moral qu’à constitué sa couverture 2003 de l’#Irak n’y fait strictement rien : le #New_York_Times ne prend au sérieux que les #va-t-en-guerre, notamment #néocons, et a massivement recours aux sources anonymes pour promouvoir une attitude belliqueuse, aussi catastrophiques et mensongers qu’aient pu être leurs opinions et « tuyaux »,

    ... given The Times’s troubled history when it comes to this subject, readers have good reason to be wary about what appears in the paper about military intervention in Iraq. And based on what I am already hearing from them, they are.

    Many readers have complained to me that The Times is amplifying the voices of hawkish neoconservatives and serving as a megaphone for anonymously sourced administration leaks, while failing to give voice to those who oppose intervention.

    I went back with the help of my assistant, Jonah Bromwich, and reread the Iraq coverage and commentary from the past few weeks to see if these complaints were valid. The readers have a point worth considering. On the Op-Ed pages and in the news columns, there have been very few outside voices of those who opposed the war last time, or those who reject the use of force now.

    But the neoconservatives and interventionists are certainly being heard.

    A recent profile of the historian Robert Kagan, a leading proponent of the invasion of Iraq in 2003 who is once more in the news, was one focus of sharp reader criticism. And an Op-Ed article by Anne-Marie Slaughter, another proponent of the Iraq war who says Mr. Obama should use force in Syria, also dismayed some readers.

    Phyllis Bennis, who writes frequently on the Middle East, protested in an email to me: “The appearance is that The Times takes seriously only those who were responsible for the disaster that Iraq has become.” Where, she asked, is the equivalent treatment — “serious, comprehensive, virtually uncritical” — of those who opposed the war and warned of what is coming to pass now?

    And the documentary filmmaker Robert Greenwald put it this way on Twitter: “Another day, another NYT article about a neocon and Iraq! Where are the articles about hundreds of thousands against escalation?”

    I also observed that much of the news reporting continues to reflect The Times’s extraordinary access to administration sources. That is both a competitive advantage and a potential hazard. A reader, Dave Metzger, pointed out one recent front-page article that relied heavily on such unnamed sources. His comment on Twitter dripped with sarcasm: “Iraq lessons learned.”

  • Quand l’écologie sert à financer l’armée
    http://www.bastamag.net/Quand-l-ecologie-sert-a-financer-l

    250 millions d’euros vont être réaffectés du budget du ministère de l’Ecologie vers celui de la Défense. C’est ce que prévoit le projet de loi des finances rectificative pour 2014. 170 millions d’euros seront piochés dans l’enveloppe prévue pour la transition écologique et énergétique, 50 millions dans le programme « villes et territoires durables » et 30 millions dans le programme « innovation », détaille un article des Echos. Doté de 39 milliards d’euros, le budget de la Défense est quatre fois plus (...)

    #Chroniques

    / #Politique, #L'enjeu_de_la_transition_énergétique

  • « L’industrie de défense, un atout pour l’économie française qu’il faut préserver »

    Par Eric Trappier (Président directeur général Dassault), Patrick Boissier (Président directeur général DCNS), Marwan Lahoud (Président EADS France), Antoine Bouvier (Président directeur général MBDA), Philippe Burtin (Directeur général NEXTER Systems), Jean-Paul Herteman (Président directeur général SAFRAN) et Jean-Bernard Lévy (Président directeur général THALES)

    Non, ce n’est pas un article du Figaro, c’est un article du Monde
    #va-t-en-guerre