• The Message of Measles | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2019/09/02/the-message-of-measles

    One day in the early sixties, Saul Zucker, a pediatrician and anesthesiologist in the Bronx, was treating the child of a New York assemblyman named Alexander Chananau. Amid the stethoscoping and reflex-hammering of a routine checkup, the two men got to talking about polio, which was still a threat to the nation’s youth, in spite of the discovery, the previous decade, of a vaccine. At the time, some states had laws requiring the vaccination of schoolchildren, but New York was not one of them. In his office, on the Grand Concourse, Zucker urged Chananau to push such a law, and shortly afterward the assemblyman introduced a bill in the legislature. The proposal encountered resistance, especially from Christian Scientists, whose faith teaches that disease is a state of mind. (The city’s health commissioner opposed the bill as well, writing to Chananau, “We do not like to legislate the things which can be obtained without legislation.”) To mollify the dissenters, Chananau and others added a religious exemption; you could forgo vaccination if it violated the principles of your faith. In 1966, the bill passed, 150–2, making New York the first state to have a vaccination law with a religious exemption. By the beginning of this year, forty-six other states had a version of such a provision; it has proved to be an exploitable lever for people who, for reasons that typically have nothing to do with religion, are opposed to vaccination. They are widely, and disdainfully, known as anti-vaxxers.

    Because of the success of the anti-vaccination movement, measles cases have since turned up in twenty-nine other states, but New York has had by far the most cases: 1,046 as of last week, out of a national total of 1,203. This has threatened to wind back decades of success in the containment of the disease since the first measles vaccines were introduced, in 1963—an era when the United States saw between three million and four million cases a year. In 2000, the U.S. declared that measles had been eliminated in the country; if this outbreak isn’t contained by October, it could jeopardize the nation’s so-called measles-elimination status. This would be a dire step back for our public-health system, and a national embarrassment. (Britain, well acquainted with national embarrassment, lost its elimination status this year.)

    Measles, often called the most contagious disease on earth, is an airborne virus. If a person with measles walks into a room, the pathogens can linger there for two hours after the person has gone.

    The virus is infectious even before the appearance of the rash, during which the symptoms can be fever and the “three Cs”: cough, coryza (runny nose), and conjunctivitis. The vast majority of measles cases turn out O.K.—a fortnight of misery—but bad things can and do happen. It isn’t Ebola, but it isn’t chicken pox, either. (That said, it has killed more people in the Democratic Republic of the Congo this year than Ebola has.) The rate of hospitalization is about one in five, mostly owing to pneumonia, and the mortality rate is about one in a thousand. (In developing countries, it is more like one in a hundred.) Measles may also have a suppressive effect on the immune system for two years—“the shadow of measles,” as I heard one doctor describe it. The disease can cause hearing loss and, in rare cases, five to ten years later, a usually fatal form of encephalitis. Its prevalence, before the development of the vaccine, made it a scourge. Pretty much everyone got it. Its virtual disappearance since has made it seem like an abstraction, one of those common experiences of yesteryear that old-timers think kids today are too coddled to abide, like schoolyard fistfights, helmetless cycling, and child labor.

    “Some people seem to think measles is some happy Norman Rockwell rite of passage for American youth,” Howard Zucker told me. A popular long-standing anti-vax meme depicts a clip of Marcia Brady, in a 1969 episode of “The Brady Bunch,” declaring, “If you have to get sick, sure can’t beat the measles!” Parents who might agree sometimes throw so-called measles parties, to get it over with for as many kids as possible, as soon as possible. What was once a folksy response to inevitable exposure now carries a hint of Munchausen by proxy.

    One need not relitigate the case for vaccines here. There have been more than a dozen large-scale, peer-reviewed studies—the most recent one in Denmark, involving more than six hundred and fifty thousand children—that have found no connection between the M.M.R. vaccine and autism. Are there side effects to vaccines? Sometimes. Are there bad doses or batches? If there weren’t, there would be no such thing as the National Vaccine Injury Compensation Program. Does Big Pharma benefit from the vaccine protocol? You bet. At the end of July, Merck, the only U.S. manufacturer of the M.M.R. vaccine, announced that it had earned six hundred and seventy-five million dollars in the previous quarter from the M.M.R. vaccine and the chicken-pox vaccine, a fifty-eight-per-cent increase from the same period last year.

    But vaccines work, both for individuals and for the general public. They are one of the great advances of modern times. And they do not cause autism. The science on this point is settled, to the extent that any science ever is, in the pursuit of proving a negative.

    The measles outbreak has helped clarify for many public-health professionals that the virus they’re fighting isn’t so much measles as it is vaccine hesitancy and refusal. With the spread of mass shootings and conspiracy theories like QAnon, we are becoming more comfortable with the concept that ideas behave like viruses. This pandemic’s Patient Zero is harder to pinpoint. Suspicion of authority, rejection of expertise, a fracturing of factual consensus, the old question of individual liberty versus the common good, the checkered history of medical experimentation (see: Tuskegee, Henrietta Lacks, Mengele), the cynicism of the pharmaceutical industry, the periodic laxity of its regulators, the overriding power of parental love, the worry and suggestibility it engenders, and the media, both old and new, that feed on it—there are a host of factors and trends that have encouraged the spread of anti-vaccination sentiment.

    But, if we have to pick a Patient Zero, Andrew Wakefield will do. Wakefield is the British gastroenterologist who produced the notorious article, published in The Lancet in 1998, linking the M.M.R. vaccine to autism. The study, which featured just twelve subjects, was debunked, the article was pulled, and Wakefield lost his license to practice medicine—as well as his reputation, in scientific circles anyway. But, owing to his persistence in the years since, his discredited allegations have spread like mold. In the anti-vaxxer pantheon, he is martyr and saint.

    “It’s shocking how strong the anti-vax movement is,” Zucker said. “What surprises me is the really educated people who are passionately against vaccinations. I see this as part of a larger war against science-based reality. We need to study vaccine hesitancy as a disease.” He gave a TEDx talk recently about the crippling disconnect between the speed at which information, good or bad, spreads now and the slow, grinding pace of public-health work. He managed, by way of the general theory of relativity, to establish the equivalence of H1N1, Chewbacca Mask Lady, and Pizzagate: “How do we immunize and protect ourselves from the damaging effects of virality?”

    People often talk about the anti-vaccination movement as a social-media phenomenon, but in the ultra-Orthodox community, where women are discouraged from using computers and smartphones, it has apparently spread mostly among mothers by word of mouth, through phone trees, leaflets, and gatherings: still viral, but analog. “It’s more about social networks than social media,” Gellin, of the Sabin Vaccine Institute, said.

    In May, there was an ultra-Orthodox anti-vaccination “symposium” in a ballroom in Monsey—men and women separated by a makeshift wall, Wakefield present via Skype. A Satmar rabbi, Hillel Handler, stood and suggested that the measles outbreak was an anti-Hasidic conspiracy concocted by Mayor Bill de Blasio, as a cover for diseases imported by Central American immigrants. Others equated what they called “forced vaccination” with the Holocaust.

    #Rougeole #Vaccination #New_York #Complotisme

  • RDC : la rougeole a fait plus de 2.700 morts en sept mois, selon MSF AFP - 17 Aout 2019 - RTBF

    Une épidémie de rougeole a provoqué plus de 2.700 décès entre janvier et début août en RDC, y faisant plus de morts en sept mois que la maladie à virus Ebola en un an, a rapporté Médecins Sans Frontières (MSF) dans un tweet consulté samedi par l’AFP.

    « L’épidémie de rougeole déclarée le 10 juin dernier est la plus meurtrière que la République Démocratique du Congo (RDC) ait connue depuis 2011-2012. Entre janvier et début août 2019, elle a infecté plus de 145.000 personnes et entraîné 2.758 morts », selon le tweet de MSF-RDC daté de vendredi.

    « Malgré l’ampleur de l’épidémie de rougeole en RDC, il y a un manque alarmant d’acteurs et de fonds. Avec 2,5 millions de dollars mobilisés sur les 8,9 millions requis pour le plan de réponse, le contraste avec l’urgence #Ebola, qui attire des centaines de millions de dollars, est frappant », ajoute l’organisation médicale humanitaire.

    . . . . . . .
    La rougeole atteint essentiellement les enfants à partir de l’âge de 5-6 mois et les jeunes adultes.

    La maladie à virus Ebola a totalisé 1.905 décès depuis sa déclaration le 1er août 2018, selon le dernier bilan des autorités sanitaires congolaises datant de mercredi.

    Mi-juillet, l’organisation mondiale de la Santé (OMS) avait alerté sur le fait que l’épidémie de rougeole tuait presqu’autant que les deux autres épidémies réunies : celles d’Ebola et de choléra. La rougeole avait alors fait 1.981 morts , contre 1.676 pour Ebola et 279 pour le choléra.

    Source : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_rdc-la-rougeole-a-fait-plus-de-2-700-morts-en-sept-mois-selon-msf?id=102

    #rougeole #RDC #Congo #pauvreté #santé #vaccination #maladie #religion #afrique #microbes #mort #Ebola

  • Les États-Unis risquent de perdre leur statut de pays ayant éliminé la rougeole Afp à Washintown - 30 Mai 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/sante/555680/les-etats-unis-risquent-de-perdre-leur-statut-de-pays-ayant-elimine-la-rou

    Le nombre de cas de rougeole aux États-Unis a atteint son plus haut niveau en 25 ans, et le pays pourrait « perdre son statut d’élimination de la rougeole » si l’épidémie se poursuivait au-delà de l’été, ont prévenu jeudi les autorités sanitaires américaines.

    Le nombre de malades depuis le début 2019 a atteint 971 jeudi, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), un record depuis les 963 cas enregistrés sur toute l’année 1994.

    En 2000, la rougeole a été déclarée « éliminée » aux États-Unis, un but qui avait été fixé en 1963 avec le début de la vaccination. Ce terme correspond à l’absence de transmission continue pendant 12 mois dans une zone géographique particulière (le terme d’« éradication » correspond à une élimination sur toute la planète).


    Dans le cas présent, c’est l’épidémie persistante de la région new-yorkaise qui alarme les autorités. Elle a commencé officiellement à New York le 30 septembre 2018, et dans le comté voisin de Rockland le 1er octobre. Si elle continuait pendant encore quatre mois, selon cette convention, les États-Unis ne pourront plus dire qu’ils ont « éliminé » la maladie.

    Malgré la vaccination obligatoire décrétée par le maire de New York début avril dans les quartiers de la communauté juive les plus touchés, la ville a eu 173 cas en avril et 60 en mai.

    En pratique, les États-Unis ne sont jamais descendus à zéro cas. Depuis 2000, le nombre de cas oscillait entre quelques dizaines et quelques centaines par an, le maximum étant de 667 malades en 2014, une épidémie qui était alors concentrée pour plus de la moitié dans des communautés amish de l’Ohio (nord).

    La résurgence de foyers est principalement due à des voyageurs non-vaccinés ou sous-vaccinés contaminés à l’étranger et revenant aux États-Unis. C’est le cas depuis l’an dernier dans diverses régions des États-Unis, avec des souches importées notamment des Philippines, d’Israël et d’Ukraine.

    « Le seul moyen de mettre fin à l’épidémie est que tous les enfants et adultes qui peuvent être vaccinés le soient », a déclaré Robert Redfield, le directeur des CDC. « Je veux rassurer à nouveau les parents et leur dire que les vaccins sont sûrs, ils ne causent pas l’autisme. Le danger plus grave est la maladie que la vaccination prévient ».

    #santé #rougeole #vaccination #vaccins #vaccin #maladie #religion #ultra-orthodoxes #ultra-orthodoxe #israel #religieux #Philippines #Ukraine

  • Eleanor Draeger: We have reached the point where we should consider compulsory vaccination - The BMJ
    https://blogs.bmj.com/bmj/2019/05/17/eleanor-draeger-we-have-reached-the-point-where-we-should-consider-compul

    The time for gently nudging parents to vaccinate their children is over. A groundswell of antivaccine opinion and fake news from a highly influential and malicious antivax lobby is managing to harness social media for its own ends. As a result, in the UK, uptake of measles, mumps, and rubella (MMR) vaccine has fallen to below the level needed to create herd immunity. Vaccination coverage is currently 91% across the UK, which falls short of the 95% that is needed for herd immunity. This is putting the most vulnerable children in our society at risk. For there are some children who cannot have the MMR vaccine—either because they are too young or because they have a medical condition that means that it is not safe for them to have a live vaccine. This includes children with cancer, who cannot have the vaccine while they are being treated with chemotherapy because they are immunosuppressed.

    #vaccination #vaccins #santé

  • Rougeole sur un navire de la Scientologie : Curaçao examinera tous les passagers
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_rougeole-sur-un-navire-de-la-scientologie-curacao-examinera-tous-les-pas

    Le gouvernement de Curaçao a annoncé samedi qu’il examinera tous les passagers d’un bateau de croisière de l’Eglise de la Scientologie avant de les autoriser à débarquer sur l’île, un cas de rougeole ayant été signalé à bord.


    Le paquebot Freewinds de l’Eglise de la cientologie au terminal de Castries, le 2 mai 2019 à Sainte-Lucie - © Kirk Elliott

    Le navire, le Freewinds, a quitté jeudi l’île de Sainte-Lucie dans les Caraïbes pour rejoindre Willemstad à Curaçao, son port d’attache.

    Le bateau était arrivé mardi à Sainte-Lucie, où il avait été placé en quarantaine par les autorités sanitaires après qu’une membre d’équipage eut attrapé la rougeole.

    Selon le site de localisation maritime myshiptracking.com, son arrivée à Curaçao est prévue vers 10H00 (14H00 GMT).

    « Une enquête sera menée afin de déterminer qui sera autorisé à quitter le navire sans constituer une menace pour la population de Curaçao », a indiqué le gouvernement de l’île dans un communiqué. Les autorités sanitaires « vaccineront et enregistreront toutes les personnes à bord ayant reçu le vaccin » , a-t-il précisé.
    « Curaçao prend toutes les précautions nécessaires afin de traiter le cas de rougeole à bord du Freewinds » , a assuré le gouvernement de cette entité néerlandaise autonome située au large du Venezuela.

    300 personnes à bord
    Selon Sainte-Lucie, il y aurait environ 300 personnes à bord de ce navire battant pavillon panaméen.

    Le gouvernement de Curaçao demande également aux personnes susceptibles d’avoir visité le Freewinds entre le 22 et le 28 avril de se présenter auprès des autorités sanitaires.

    Plusieurs personnes ont en effet assisté à des évènements s’étant déroulés sur le bateau lorsqu’il était ancré à Curaçao avant son départ pour Sainte-Lucie, a expliqué le gouvernement.
    « Il est impératif de déployer tous les efforts (nécessaires) pour prévenir la propagation de cette maladie au niveau international » et local, a-t-il estimé, tout en rappelant qu’une majorité de la population n’est pas à risque.

    « Nous demandons au public de ne pas paniquer puisque le risque d’une propagation de la maladie parmi nous est relativement faible dans ce cas », de nombreuses personnes ayant déjà été vaccinées par le passé.

    Long de 134 mètres, le Freewinds est utilisé par l’Eglise de la Scientologie pour des retraites spirituelles. L’organisation, classée comme une secte par plusieurs pays dont la France, n’a livré aucun commentaire à ce stade.
    Selon les informations du gouvernement, le bateau a navigué « plusieurs fois entre Curaçao et Aruba au cours des dernières semaines d’avril », avant de se diriger vers Sainte-Lucie à la fin du mois.

    #rougeole #vaccination #vaccins #vaccin #maladie #scientologie #manipulation #sectes à #microbes

  • En Israël, la défiance envers les vaccins a des motifs religieux Etienne Monin - 18 avril 2019 - france inter
    https://www.franceinter.fr/monde/en-israel-la-defiance-envers-les-vaccins-a-des-motifs-religieux

    Les cas de rougeole dans le monde ont été multipliés par quatre au premier trimestre 2019, par rapport à la même période de l’an dernier, alerte l’OMS. La maladie resurgit un peu partout dans le monde, à cause d’une défiance envers les vaccins. Mais la défiance peut aussi avoir des motifs religieux comme en Israël.

    Les États-Unis mettent en place actuellement des mesures de plus en plus drastiques pour tenter d’endiguer une épidémie de rougeole qui touche, entre autres, l’État et la ville de New-York où les quartiers les plus touchés sont ceux à forte population ultra-orthodoxe juive. 

    Israël a été touché cet hiver par une importante épidémie de rougeole et d’après la télévision israélienne, le problème reste entier. Deux millions de personnes, soit presque un quart de la population en Israël, ne sont pas correctement vaccinées contre cette maladie.

    Dans Jérusalem, le quartier de Mea Shearim est l’un des nœuds du problème. C’est un secteur ultra-orthodoxe, réputé pour sa radicalité. En novembre dernier, une fillette d’un an et demi est morte de la rougeole. La moitié de la population ne serait pas vaccinée d’après la presse israélienne. Henry Khan est un ultra-orthodoxe. Il est rabbin et dirige une revue religieuse. « Il peut y avoir une certaine confiance dans la grâce divine, les gens se disent : ’Moi ça ne m’arrivera pas, pas la peine de prendre toutes ces précautions.’ Les gens prennent généralement les médicaments. Sur les vaccins, par contre, il peut y avoir un certain dédain, une certaine politique qui consiste à se dire : ’ça ne m’arrivera pas, point à la ligne’. »

    Il y a trois ans, neuf cas de rougeole avaient été détectés en Israël. Cet hiver, 2 000 personnes ont contracté la maladie. Majoritairement à Jérusalem. L’administration est accusée d’avoir été laxiste dans sa gestion, lors de l’apparition des premiers signes. 

    Les lots de vaccins sont également jugés insuffisants. 215 000 doses sont actuellement disponibles et le personnel n’est pas assez nombreux. Le ministère de la Santé est également accusé d’avoir négligé les campagnes d’information. Sachant que les ultra-orthodoxes ont leurs propres écoles et qu’ils ont en moyenne 7 enfants par famille. Pour autant, le ministère de la Santé, dirigé par un ministre ultra-orthodoxe, affirme que le taux de vaccination en Israël est l’un des plus élevés au monde....

    #santé #religieux #israël #rougeole #vaccination #vaccins #vaccin #maladie #religion #ultra-orthodoxes #ultra-orthodoxe #israel

  • 5 questions sur la #vaccination obligatoire
    https://maisonpoyaudine.wordpress.com/2017/08/09/5-questions-sur-la-vaccination-obligatoire

    En tant que parent, et citoyen, l’annonce de l’obligation de vacciner la population avec 11 vaccins m’intéresse. A force de lire des articles, des interviews, de voir les passions se déchaîner d’un côté et de l’autre (puisqu’il n’y a que 2 camps : les pros et les antis ? ), je me pose les questions suivantes :

    1 – Quel est l’état des lieux de l’obligation vaccinale en Europe ?
    2 – Couverture vaccinale de 95%… Pour quoi ?
    3 – Passer de 3 à 11 vaccins obligatoires : quels tests ont été réalisés ?
    4 – Quel est le coût financier de l’obligation vaccinale ?
    5 – Quelle urgence sanitaire réelle ?

  • What Really Makes a Difference in Vaccination Rates? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/06/upshot/vaccination-social-media-state-policies.html

    Social media companies face increasing scrutiny for amplifying fringe anti-vaccine sentiment amid measles outbreaks in several states like Washington. In response, Facebook, YouTube and Pinterest recently made headlines by announcing initiatives to reduce vaccine misinformation on their platforms.

    But the focus on anti-vaccine content on social media can obscure the most important factor in whether children get vaccinated: the rules in their home states, which are being revisited in legislative debates across the country that have received far less attention.

    #Médias_sociaux #Fake_news #Vaccins #Politique_USA #Vaccination

  • Opinion | This Is the Truth About Vaccines - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/06/opinion/vaccines-autism-flu.html

    Vaccinations save lives, protect our children and are one of our greatest public health achievements. As public health officials, our role is to advance the health of the American people. This must include championing vaccinations.

    Diseases like polio, measles, diphtheria and rubella were once common in the United States, afflicting hundreds of thousands of infants, children and adults, and killing thousands each year. Some older Americans may remember the fear associated with polio outbreaks and the era of iron lungs and leg braces — a time when swimming pools and movie theaters closed over concerns about the spread of the crippling disease. Others may recall the heartbreaking wave of rubella in the 1960s that resulted in thousands of newborn deaths, with thousands more born blind, deaf or with other lifelong disabilities.

    We cannot let America be faced with these fears again. For those of us who have treated critically ill children with vaccine-preventable diseases, we know firsthand the devastation to the child — and to the family and community — of a death, limb amputation or severe brain damage that could have been avoided by a simple vaccination.

    Consider measles. The World Health Organization estimates that measles vaccination prevented more than 21 million deaths worldwide since 2000. Although routine childhood vaccination for measles remains high in the United States (greater than 91 percent for preschool children), localized dips in vaccination coverage have resulted in a recent resurgence of measles in parts of the country. A total of 17 measles outbreaks affecting more than 370 individuals have been confirmed in 2018 alone, and 10 states are already reporting cases this year. Unfortunately, many more communities are at risk for outbreaks because of areas with low vaccine coverage.

    #Vaccination #Santé_publique

  • Body politics: The old and new public health risks of networked health misinformation
    https://points.datasociety.net/body-politics-the-old-and-new-public-health-risks-of-networked-h

    There are clear parallels between the tactics used to spread health disinformation and political content. For instance, in 2018, researchers found that large networks of bots and trolls were spreading anti-vaccination rhetoric to sow confusion online and amplify the appearance of an anti-vaccination community. The anti-vaccination tweets often referenced conspiracy theories, and some accounts almost singularly focused on the U.S. government. As a result, real-life users and orchestrated networks of bots are engaged in a feedback loop. Recently, political public figures have used their platform to amplify vaccination misinformation, such as tweeting that measles can help fight cancer. There is a long history of people using influence to sway public opinion about vaccines—particularly among celebrities.

    These are symptoms of a larger societal crisis: disinformation campaigns aimed to undermine social institutions.

    The search and recommendation algorithms that underpin our information retrieval systems are other modern tools mediating access to health information. When a user enters an inquiry into a search engine, they receive curated results. As so many people rely on search engines for health information, they are another important mechanism that is susceptible to manipulation. For instance, the websites of some crisis pregnancy centers—which are designed to look and sound like those of clinics that provide abortion care, but instead give misleading information about the negative effects of abortion to visitors—are optimized results for Google searches often made by women seeking abortion information.

    Similarly, recommendation systems on popular social media platforms, particularly Facebook and YouTube, create easy entry points for problematic content. For example, a mother joining a generic parenting group on Facebook may subsequently receive recommendations for anti-vaxx groups. Bots, search engine optimization, and gaming of recommendation systems are foundational tools used by various actors to influence public health discourse and skew public debates — often blurring the line between medical mistrust and larger political ideologies and agendas.

    #Information_médicale #Santé_publique #Vaccination #Complotisme #Médias_sociaux #Algorithmes

  • Costa Rica : une famille française réintroduit la rougeole pour la première fois en cinq ans AFP - 26 Février 2019 - Le figaro
    http://sante.lefigaro.fr/article/costa-rica-une-famille-francaise-reintroduit-la-rougeole-pour-la-prem

    Une famille de touristes français, dont l’enfant a été infecté par la rougeole avant leur départ, a été placée en quarantaine dans un hôpital à l’ouest du pays. Le Costa Rica n’avait pas enregistré de cas depuis 2014.

    Un petit Français de cinq ans, en vacances avec ses parents au Costa Rica, est suspecté d’avoir réintroduit la rougeole dans ce pays où le dernier cas importé remontait à 2014 et le dernier cas autochtone à 2006. Selon le ministère de la Santé costa ricain, la famille serait arrivée dans le pays le 18 février. Le petit garçon, qui aurait contracté le virus en France, n’était pas vacciné contre cette maladie extrêmement contagieuse.

    La famille est actuellement placée en quarantaine dans un hôpital public de la ville de Puntarenas, à environ 90 kilomètres à l’ouest de la capitale San José. Leur état de santé « évolue positivement », a fait savoir le ministère de la Santé le 25 février, précisant que le petit garçon « est dans un état stable et présente une diminution de l’éruption cutanée à plus de 90% », tandis que la mère et le père n’ont pas présenté de symptômes, à l’exception d’un « peu de fièvre » pour le père.

    Les autorités sanitaires ont indiqué que la famille était arrivée au Costa Rica le 18 février. Elle a passé une nuit dans un hôtel à San José, avant de se rendre dans la ville touristique de Santa Teresa de Cobano, sur la côte Pacifique. C’est là qu’ils se sont rendus à l’hôpital de Puntarenas, en raison d’apparition de symptômes chez l’enfant.
    . . . . .

    On peut interpréter ça comme une publicité pour la #vaccination , mais aussi contre la #mondialisation . #rougeole #Costa_Rica #tourisme à la con

  • Renforcement par décret de la loi obligeant aux 11 vaccins

    25 janvier 2019

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=DC5344014AF6BA1D3DB27376C6EDDAAE.tpl

    Oh, ce ne sont que trois mots qui ont été rajoutés par décret ce 25 janvier, trois petits mots qui pourraient passer inaperçus : « . le . cas . échéant »
    Mais en fait, ce « cas échéant », ça veut simplement dire que la batterie de tests biologiques qui était obligatoire et coutait un bras à la sécu pour s’assurer que l’enfant ne soit pas malade des vaccins qui lui seraient (ou pas) inoculés est tout simplement abrogé.

    Modification de l’ Article D3111-7

    Avant

    2° Examens médicaux et tests biologiques effectués préalablement à la vaccination ;

    Après

    2° Examens médicaux et, le cas échéant, tests biologiques effectués préalablement à la vaccination ;

    #bigpharma #vaccinations #scandale_sanitaire #decret #empoisonnement #enfants #jargon_juridique

  • #Sida, un héritage de l’époque coloniale

    Des scientifiques mènent une enquête au coeur de l’#Afrique, à la recherche des origines du VIH. Un documentaire captivant, diffusé à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre.

    Il est l’un des plus grands tueurs de la planète. Avec plus de 36 millions de morts et près de 37 millions de personnes infectées, le sida constitue à ce jour la pandémie la plus destructrice de l’histoire contemporaine. Afin de mieux la connaître, une équipe de scientifiques part sur les traces de son origine, au cœur de l’Afrique, dans l’ancien Congo belge. En parvenant à mettre la main sur d’anciens prélèvements humains contenant le virus, ils arrivent à la conclusion que la première transmission du sida – du chimpanzé à l’homme – se situe autour de l’an 1908, des décennies avant les premiers cas connus.

    Catastrophe en germe
    Les chercheurs ne s’arrêtent pas là. Ils se plongent dans l’histoire coloniale du Congo pour comprendre comment le VIH a pu se propager. Au début du XXe siècle, soucieuses de ne pas perdre la main-d’oeuvre indigène qu’elles exploitent, les autorités coloniales lancent des campagnes massives de vaccination contre la maladie du sommeil, où l’on a souvent recours à des seringues mal stérilisées. De même, la syphilis, qui se répand alors, augmente considérablement les risques de transmission du sida entre les hommes. Parallèlement, le chemin de fer se développe dans le pays car Kinshasa est une plaque tournante de l’industrie minière. Le virus devient mouvant. Lors de l’indépendance du Congo, en 1960, la pandémie couve. Dans les années 1970, les ravages successifs de la guerre civile, puis les errements du régime prédateur de Mobutu, qui ruine l’économie, créent les conditions chaotiques d’une propagation fulgurante du virus...
    Carl Gierstorfer signe un documentaire passionnant, où l’enquête scientifique se mêle à des images d’archives, parfois dures, témoignant de la cruauté et des ravages de la colonisation. Il rappelle également qu’à l’heure où les maladies infectieuses se développent dans le monde entier, les conditions d’une nouvelle pandémie sont peut-être à nouveau réunies.


    https://www.arte.tv/fr/videos/051599-000-A/sida-un-heritage-de-l-epoque-coloniale
    #aids #HIV #colonialisme #colonisation #histoire #santé #maladie #film #documentaire #Congo #Congo_belge #épidémie #pandémie #singes #chimpanzé #VIS #Afrique_équatoriale_française #Cameroun #Congo_français #maladie_du_sommeil #vaccination #syphilis #déforestation #globalisation #prostitution #mondialisation #santé_publique #chasse #contamination_entre_espèces #virus

  • BBC - Future - The places that escaped the Spanish flu
    http://www.bbc.com/future/story/20181023-the-places-that-escaped-the-spanish-flu

    It’s not clear why those attempts to delay the arrival of the disease reduced the mortality rates in these places. But research has suggested that over time, as the virus burned its way through populations, it accumulated mutations that naturally reduced its capacity to cause disease.

    Another possibility could be that some populations may have acquired a degree of immunity against the pandemic strain from comparatively harmless seasonal flu strains that were circulating in the years running up to 1918.
    While the idea is still debated, it has provided some clues that could help health officials in the fight against future pandemics. Today some countries offer annual vaccinations against seasonal flu strains that can help their populations build up temporary immunity. According to research by Jodie McVernon, an immunologist at the University of Melbourne, this could “provide important protection in the early stages of a new pandemic”.
    “The more times you get vaccinated, the more you are exposed to different versions of the flu virus,” adds Markel.

    #grippe #vaccination #épidémie #isolement

  • L’ALUMINIUM, LES VACCINS ET LES 2 LAPINS... - Film officiel - Association E3M - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=R28CT-Sqioc

    L’aluminium utilisé comme adjuvant dans les vaccins est toxique. Il peut provoquer des maladies graves et invalidantes. Le film « L’ALUMINIUM, LES VACCINS ET LES 2 LAPINS... », réalisé par Marie-Ange Poyet, donne pour la première fois la parole aux victimes, à des scientifiques, des journalistes, des politiques et une historienne. Ce film est co-produit par l’association E3M et Entre2Prises. Il a fait l’objet d’un financement participatif grâce au soutien de 400 donateurs.

    Je conseille vraiment à tout le monde de regarder ce film sur les adjuvants alumniques, qui évoque aussi l’aluminium un peu plus globalement. Les chercheurs qui interviennent sont fascinants.
    J’avais lu il y a quelques mois le livre Toxic story de Romain Gherardi (Hôpital H Mondor – Créteil – France). Le parcours, la ténacité et l’intégrité de ce chercheur sont impressionnants. Cela a permis de faire avancer les connaissances mais pour quel résultat aujourd’hui ? Quand on voit la détresse des malades dans le documentaire, ça donne envie de pleurer à leurs côtés. Tant de combats, de fatigue pour ces gens dont la vie est broyée, qui n’ont aucune reconnaissance et qu’on a pris pendant des années pour des mythos, des complotistes et j’en passe.
    La partie sur le vaccin HPV Papillomavirus est glaçante. Informez les gens autour de vous pour qu’ils ne fassent pas vacciner leurs filles !
    La toute dernière intervention de Gherardi pointe le problème de la recherche plus globalement aujourd’hui :

    Il n’y a toujours pas d’appel d’offre perméable à une recherche comme celle-ci. Actuellement ça n’existe pas. Il est impossible, ni l’ANR ni les projets hospitaliers de recherche clinique… Aucune source officielle de délivrance de financement pour la recherche ne peut accepter ce sujet. Ce sujet n’est éligible nulle part. Ça paraît effarant mais c’est vrai. Mais ça veut dire quoi ? Ça veut dire que la recherche n’est plus libre puisqu’elle est entièrement thématisée. À partir du moment où elle est thématisée, chercher hors des thématiques qui sont priorisées par des décisions politico-industrielles, et bien ça n’a plus le droit d’exister. Donc ça c’est le vrai problème. Les crédits récurrents de l’inserm, du cnrs et des universités ont fondu comme peau de chagrin. Donc la possibilité de chercher sur des sujets intéressants, qui ressortent de la créativité des chercheurs, c’est-à-dire le plus précieux finalement de la créativité de la science, ne peut pas trouver de possibilité d’avoir les crédits minimums pour ne pas s’éteindre. Et ça on en reviendra parce que c’est mortel !

    Le site de l’association d’Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages qui fait un travail titanesque : http://www.asso-e3m.fr
    Je ne sais pas comment les gens peuvent faire avec leurs enfants. Quel parent a envie de faire courir ce risque à ses enfants une fois qu’il est informé ?

    #adjuvants #aluminium #vaccination #hépatiteB #myofasciite_à_macrophages #industrie_pharmaceutique #santé #touraine #gherardi #E3m #Authier #Mondor

    • Pour accéder à plus de précisions concernant les recherches de Gherardi il vaut mieux lire son livre où il détaille les protocoles de recherche (même si ça reste pour le grand public) et il y a des annexes précises, les manœuvres des firmes pharmaceutiques y sont aussi mieux présentées dans la durée. Par contre le film donne aussi la parole aux autres chercheurs internationaux français et étrangers, surtout le britannique qui étudie l’aluminium depuis de nombreuses années, ce qui ne serait, semble t’il pas possible pour un chercheur en France.

    • Pourquoi je dis qu’il faut troller sur ce sujet ?

      Parce que ces derniers temps, la réaction va jusqu’au refus systématique des vaccins (si si).
      Et cela fait courrir un risque important au reste de la population. Je trouve ça irresponsable.

      Quelques infos :
      Une couverture vaccinale n’est efficace que si la population est vaccinée à plus de 95%. C’est un objectif difficile à atteindre qui nécessite les efforts de l’OMS et du ministère de la santé durant plusieurs mandats.
      On regarde l’efficacité d’un traitement selon une grille bénéfice / risque (qtée d’effets désirables / effets indésirables).
      Il faux un agent inflammatoire dans certains vaccins, pour que la réaction inflammatoire commence (c’est le rôle le l’oxyde d’alu).

      Les errances thérapeutique sont bien médiatisées ces dernières années : Lyme, endométriose, nano-aluminium...
      Il y a un souci chez les soignants qui manquent de méthodologie scientifique et se perchent sur leur déni en absence de cause diagnosticable (constantes du patient bonnes) et que les seuls symptômes s’obtiennent par le témoignage. Quand le soignant perd patience, ça entraine de la maltraitance.

      Où pourrait se tenir la lutte ? Dans la réintroduction d’un autre adjuvant historique : l’IPAD ou phosphate de calcium.
      Un peu plus cher... des aspects industriels et économiques semblent jouer en faveur de l’hydroxyde d’aluminium.

    • Mais pourquoi amener un autre débat ? La situation est très claire : les adjuvants à l’aluminium sont dangereux et font courir un danger à toute une partie de la population. Si le gouvernement veut que les gens continuent à se vacciner qu’il fasse des vaccins sûrs c’est à dire sans aluminium ce qui était le cas auparavant : il y a eu du phosphate de calcium et il y a eu des vaccins sans adjuvant.
      Et faire porter la responsabilité de la décrédibilisation des vaccins sur des malades chroniques dont la vie a été pourrie par l’intérêt et le profit des firmes pharmaceutiques et leur lobbying auprès du gouvernement, c’est tout simplement dégueulasse !
      Pour rien au monde je ne voudrais qu’un de mes proches se retrouve dans la situation de ces gens qu’on voit dans le documentaire : errance médicale, douleurs incessantes, perte des capacités physiques et cognitives, mépris de la part du corps médical, déni de justice, aucune indemnisation et paupérisation…
      Face à ça les beaux discours sur les vaccins c’est du pipi de chat ! L’urgence c’est de produire des vaccins sans aluminium, de forcer les labos producteurs à faire des tests sur plus que 2 lapins, financer la recherche de façon conséquente et indemniser les malades dont le nombre est totalement sous évalué vu qu’il n’y a pas de détection d’ampleur !
      Le reste n’a même pas sa place vu l’étendue des dégâts et par respect pour ces malades.

  • Vaccins : contraindre ou éclairer ?
    https://www.mediapart.fr/journal/france/261117/vaccins-contraindre-ou-eclairer

    Vidéo dans l’article L’obligation de #vaccination des enfants sera étendue, de 3 vaccins aujourd’hui, à 11 vaccins à partir de janvier. Cette obligation peut-elle restaurer la confiance des Français dans les vaccins ? Le professeur en immunologie Alain Fischer a présidé la concertation citoyenne qui a recommandé l’obligation vaccinale. Il débat avec le médecin généraliste Luc Perino, opposé à cette obligation et qui plaide pour une campagne d’information mesurée et éclairée.

    #France #vaccin

  • La #vaccination, un progrès médical majeur, remis en cause au nom de la liberté de choix | Le mensuel Lutte de classe (de Lutte Ouvrière)
    https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/09/17/la-vaccination-un-progres-medical-majeur-remis-en-cause-au-n

    Le projet de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, de rendre obligatoires, début 2018, onze vaccins au lieu des trois actuels pour les enfants de moins de deux ans, a relancé la polémique sur la vaccination. Les opposants se font entendre dans les médias et sur Internet, tandis que les institutions de santé peinent à convaincre de la nécessité de cette mesure.

  • #Vaccination obligatoire, les questions qui piquent | Le Vilain Petit Canard
    https://levilainpetitcanard.be/articles/actu/vaccination-obligatoire-questions-qui-piquent_1345183883

    Nul besoin d’être médecin soi-même pour comprendre que l’empressement du gouvernement à légiférer pour étendre l’obligation vaccinale ne trouve aucune justification dans une urgence sanitaire quelconque. L’alcool, le cancer, et les maladies cardio-vasculaires font infiniment plus de dégâts que des maladies comme la rougeole, sans que cela n’émeuve plus que ça l’exécutif qui parle de réduire toujours plus les dépenses de soins de #santé : le « coût » de la sécurité sociale.

    Ainsi, je citerai le Prof. Gherardi : « Ce que les gens détestent c’est d’être contraints sans être convaincus. Si on leur disait ’ok, certains posent problème mais on va faire des recherches et trouver des solutions’ ils seraient beaucoup moins méfiants. ». Et j’ajouterais que si les gens n’ont pas été convaincus, c’est parce que le discours des autorités n’est pas convaincant !

  • #Levothyrox  : au moins 1500 cas d’effets indésirables graves depuis deux mois
    http://sante.lefigaro.fr/article/levothyrox-au-moins-1-500-cas-d-effets-indesirables-graves-depuis-deu

    Les déclarations d’effets indésirables liés au Levothyrox s’empilent. Et elles ne concernent pas que des pertes de cheveux, une grande fatigue ou des crampes musculaires : « Certaines patientes ont des troubles très sérieux comme des vertiges avec chute et des troubles du rythme cardiaque », observe un pharmacovigilant. Selon nos informations, au moins 1500 cas graves ont déjà été enregistrés depuis deux mois.

    Comment une bonne idée a-t-elle pu, par insuffisance administrative, négligence, mépris des patients et manque d’anticipation, générer un fiasco et une psychose d’ampleur nationale rarement atteinte dans un pays pourtant cumulard en matière de scandales sanitaires ? Car, au départ, l’objectif - garantir une stabilité plus importante de la teneur en substance active d’une hormone thyroïdienne, la lévothyroxine, tout au long de la durée de conservation du médicament - était évidemment louable. Mais c’était compter sans une gestion défaillante du changement de formule par l’Agence du médicament.

    Euh, je résume : la super #bonne_idée de l’industriel (allemand…, son nom, #Merck_Serono, est cité pour la première fois juste après ce passage) devient un #fiasco par la #négligence_administrative de l’#ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé)

    Mais alors, le reproche repris ici, c’est à qui qu’il faut l’adresser ?

    L’ancien député PS, Gérard Bapt, spécialiste des questions de santé et ancien membre du conseil d’administration de l’ANSM, a écrit à la ministre pour lui faire part de sa « préoccupation » concernant la crise actuelle. Il n’a pas reçu de réponse.« C’est dégueulasse de changer la formule d’un médicament dans un pays où il n’y a pas d’alternative. »

    • Là où ça se corse, c’est, qu’à l’occasion, on voit pour une fois pointer dans un MSM un #léger_doute sur les #effets_indésirables qu’induirait l’extension du champ de la #vaccination_obligatoire.

      C’est marrant (ou pas…) ça va encore être la faute de l’ANSM…

      Le tableau ne serait pas complet sans la mention que la direction de l’ANSM - qui n’a pas répondu à nos questions - entend diminuer le nombre de centres de pharmacovigilance en France. Un expert conclut : « L’ANSM veut la peau du réseau des centres de pharmacovigilance. Mais, en pleine tempête, est-ce vraiment le meilleur moment pour débarquer les marins du bord ? Quand les 11 vaccins seront obligatoires pour les enfants, il ne manquera pas, sur la masse de patients concernés, d’y avoir des effets indésirables et de nombreuses déclarations. La ministre de la Santé aura-t-elle tiré les leçons de la gestion calamiteuse du Levothyrox ? Si elle ne l’a pas fait, alors la crise actuelle n’est rien à côté de celle qui l’attend. » Agnès Buzyn et son conseiller Lionel Collet, proche d’Emmanuel Macron, ont reconduit cet été Dominique Martin à la tête de l’agence.

      Euh, j’ai bien lu ?
      Sur la masse des patients concernés, les 11 vaccins obligatoires ne manqueront pas d’avoir des effets indésirables.

      Donc l’ANSM s’effondre quand on modifie la formule d’un médicament pris par quelques (dizaines de ?) milliers de patients, qu’est-ce que ça va être lorsqu’on va imposer les formules multivalentes à des millions d’enfants ?

    • Les années passant et ma connaissance du système médical français s’accroissant j’ai réduit ma consommation de médicaments à quasiment rien. Quand j’ai un problème je cherche systématiquement du côté de la médecine non allopathique. Et je n’étais pas forcément prédisposée à ça. Il est impossible de faire confiance à ces fous dangereux !
      Je plains sincèrement les patients contraints de prendre des traitements médicamenteux sur une longue durée, ils sont pieds et poings liés.
      Concernant la vaccination, là où c’est dingue c’est que les vaccins subissent des contrôles moins nombreux parce qu’ils bénéficient d’un statut particulier n’étant pas considérés comme des médicaments.

    • Par les Décodeurs du Monde

      Pourquoi le médicament Levothyrox fait-il polémique ?
      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/07/pourquoi-le-medicament-levothyrox-fait-il-polemique_5182477_4355770.html

      En France, cette hormone de synthèse est prescrite à 3 millions de patients, dont 80 % de femmes. Le traitement est quotidien et doit être pris à vie par les personnes ayant subi une ablation de la thyroïde – 40 000 opérations sont réalisées chaque année, selon l’Assurance maladie.
      […]
      En dépit de la polémique et des pétitions, le fabriquant du Levothyrox a confirmé qu’il n’était « pas du tout question de revenir à l’ancienne formule ». « Nous comprenons la détresse des patients, mais il n’y a pas de solution miracle. Il faut voir avec son médecin s’il y a un besoin de nouveau dosage, et si ce n’est pas le cas, il faut attendre que le corps s’habitue », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) une porte-parole de Merck, qui rappelle que le changement avait été réalisé à l’initiative de l’ANSM et « dans l’intérêt du patient ».
      « A ce stade, il n’y a aucun effet indésirable dont la cause est liée au médicament. Les symptômes relatés sont classiques d’un dysfonctionnement thyroïdien, lié à une quantité de principe actif moins importante »
      […]
      Reconnaissant que « certains patients ont ressenti des effets secondaires indésirables et très gênants », la ministre a assuré que ces symptômes devraient « s’estomper avec le temps » et qu’il n’y avait « pas de mise en danger de la vie des gens ».
      Pour la ministre de la santé, « ce n’est pas un scandale sanitaire, c’est une crise. Il n’y a pas de faute, il n’y a pas de fraude (…). L’enjeu, c’est l’information. » Un paramètre qui n’a sans doute pas suffisamment été pris en compte dès le départ.

      Superbe communication !
      #Tout_va_bien #Ça_va_passer
      #C'est_pour_votre_bien
      #Il_faudra_bien_que_vous_vous_y_habituiez
      #Y_a_pas_mort_d'homme
      #D'ailleurs_il_ne_s'est_RIEN_passé

      bizarre, il manque (mais on sent bien que le cœur y est)
      #il_faut_faire_œuvre_de_pédagogie

    • Levothyrox. 9 000 signalements pour des effets indésirables, selon Agnès Buzyn
      http://www.ouest-france.fr/sante/levothyrox-9-000-signalements-pour-des-effets-indesirables-selon-agnes-

      La nouvelle formule a été mise sur le marché fin mars. L’Agence du médicament l’avait réclamée au laboratoire dès 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable.

      Au début de l’article :

      « Si l’on regarde les enquêtes de pharmacovigilance et ce qui remonte du terrain, nous sommes à 9 000 signalements sur les trois millions de personnes » qui prennent en France du Levothyrox, a […] déclaré [la ministre de la Santé Agnès Buzyn] lundi sur RTL.

      0,3% (ou 3‰) qu’est-ce que vous allez m’embêter avec ce chiffre ridicule, alors qu’il y a eu 10 enfants (oui DIX, deux fois cinq) enfants morts de rubéole en 10 ans !

    • L’ancienne version du Levothyrox sera accessible dans quinze jours
      http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/09/15/l-ancienne-version-du-levothyrox-sera-accessible-dans-quinze-jours_5185960_1

      A la suite de la polémique qui enfle depuis plusieurs semaines au sujet du médicament pour les troubles de la thyroïde, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé vendredi 15 septembre que l’ancienne formule du Levothyrox serait « accessible » dans quinze jours. Des « alternatives » à ce médicament, l’un des plus prescrits en France, seront également disponibles « dans un mois », a ajouté la ministre.

      « Nous avons fait en sorte (…) que l’ancien Levothyrox soit accessible de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre (…), a-t-elle déclaré au micro de France Inter. Et dans un mois nous aurons des alternatives, c’est-à-dire d’autres marques, d’autres médicaments, qui permettront progressivement aux patients de pouvoir choisir le médicament qui leur convient le mieux ».

  • 6 cas de rougeole dans l’Ardèche.
    https://diasp.eu/p/5917861

    6 cas de rougeole dans l’Ardèche.

    « Comme il n’existe pas de traitement curatif spécifique de la rougeole, quand les atteintes sont sévères, on peut avoir des cas de décès. »

    « Les personnes contaminées à Ardoix n’étaient pas vaccinées. »

    http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/rougeole-en-ardeche-plusieurs-hospitalisations-dont-quatre-enfants_2330 #rougeole #vaccination #maladie #francetvinfo #antivax #Ardèche #vaccin

  • Vaccins : les dangers de l’aluminium selon le Dr Gherardi - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=6ltgXNV9rDU

    Le Pr. Romain Gherardi, directeur de recherche à l’Inserm et à l’hôpital Henry-Mondor, était l’invité du « Magazine de la santé », sur France 5, le 12 novembre 2012.

    https://www.youtube.com/watch?v=YycA4LU_Beo

    Entretien du 16/05/2017 avec Romain Gherardi, chef de service du Centre expert en pathologie neuromusculaire de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, un des spécialistes reconnus des pathologies neuromusculaires liées au virus du sida et des interactions entre les cellules souches et les autres cellules du muscle.
    ​Autour de son premier ouvrage : « Toxic Story, deux ou trois vérités embarrassantes sur les adjuvants des vaccins​ »​. Depuis quelques années, une défiance croissante envers les vaccins gagne la population. Des rumeurs alarmantes circulent sur leurs effets secondaires...entretiennent l’inquiétude. Romain Gherardi lève le voile sur les principaux suspects : les adjuvants aluminiques, présents dans de nombreux vaccins.Ce livre raconte son histoire, celle d’un professeur hospitalo-universitaire qui, par le plus grand des hasards, voit apparaître dans les années 1990 une pathologie
    inconnue. La myofasciite à macrophages, comme il l’a nommée, intrigue le monde de la santé autant qu’elle l’inquiète.
    Toxic Story est une enquête scientifique sur les adjuvants et le récit d’un long dessillement : celui d’un médecin-chercheur qui a choisi le parti de la science. Le parti des patients.

    https://www.youtube.com/watch?v=nt9XZ61qCRU

    L’aluminium est utilisé dans de nombreux vaccins. Or, il s’agit d’un produit neurotoxique à l’origine de maladies graves et invalidantes.

    Les medias, médecins et politiciens qui font passer les personnes qui s’interrogent légitimement sur les raisons présentées pour imposer la vaccination dans l’état actuel des choses pour des illuminés sont vraiment soit des moutons à œillères, soit des vendus aux labos. Le mediator n’a pas suffi ! Toujours plus de profit, c’est le seul mot d’ordre !

    #vaccination #adjuvant #aluminium

  • I 10 vaccini obbligatori per potersi iscrivere a scuola (e le altre novità del 2017)
    https://www.agi.it/salute/i_10_vaccini_obbligatori_per_potersi_iscrivere_a_scuola_e_le_altre_novit_del_2017_-1987562/news/2017-07-27

    Dieci vaccini obbligatori per l’iscrizione a scuola da 0 a 16 anni. Pena la non iscrizione fino ai 6 anni, e il pagamento di multe per i genitori dai 6 anni in poi. è previsto l’obbligo di vaccinazione anche per i minori stranieri non accompagnati. I vaccini potranno essere prenotati anche in farmacia. Nasce l’Anagrafe nazionale vaccini, e vengono promosse iniziative di informazione e comunicazione sulle vaccinazioni. Queste le principali novità della legge sui vaccini, firmata dal ministro Lorenzin, e sulla quale in tarda serata la Camera vota la fiducia. Ecco i 10 punti chiave del provvedimento.

    1) Vengono dichiarate obbligatorie per legge, secondo le indicazioni del Calendario allegato al Piano nazionale di prevenzione vaccinale vigente (età 0-16 anni) e in riferimento alla coorte di appartenenza, dieci vaccinazioni.

    anti-poliomelitica;
    anti-difterica;
    anti-tetanica;
    anti-epatite B;
    anti-pertosse;
    anti Haemophilusinfluenzae tipo B;
    anti-morbillo;
    anti-rosolia;
    anti-parotite;
    anti-varicella.

    Per queste ultime 4 è prevista una valutazione fra tre anni per l’eventuale eliminazione dell’obbligo. Non saranno dirimenti per l’iscrizione a scuola, ma saranno offerti gratuitamente (con un’offerta «attiva», vale a dire con chiamata dalle Asl), i vaccini contro meningococco B, meningococco C, pneumococco e rotavirus (i primi due in origine erano previsti nel decreto come obbligatori). Sarà possibile procedere alla vaccinazione monocomponente per chi risulti già immunizzato per alcuni di questi vaccini. Per tutti gli altri, comunque, non saranno necessarie dieci punture, anzi. Ne basteranno due: sei vaccini possono essere somministrati insieme, con l’esavalente (anti-poliomielite, anti-difterite, anti-tetano, anti-epatite B, anti-pertosse, anti-Haemophilus Influenzae tipo b), e altri quattro possono essere somministrati con il quadrivalente (anti-morbillo, anti-rosolia, anti-parotite, anti-varicella).

    En Italie aussi,…
    #vaccination