• New Zealand fires nine border workers who refused Covid vaccine | New Zealand | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/may/03/new-zealand-fires-nine-border-workers-who-refused-covid-vaccine
    https://i.guim.co.uk/img/media/011c31eba1d98a6152fdd2b2c99cd6aa5f29d0db/0_184_5000_3001/master/5000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    New Zealand fires nine border workers who refused Covid vaccine. PM Jacinda Ardern had previously said workers who declined to be vaccinated would be moved to other roles
    New Zealand’s customs agency has fired nine border workers who refused to get the Covid-19 vaccine. The country has required all frontline border workers to be vaccinated by the end of April.In February, the prime minister, Jacinda Ardern, said the government would not be making the vaccine compulsory for frontline staff, and that those who declined the vaccine would be moved into backroom roles.But no other work could be found to redeploy the nine workers who were in fixed term employment at the maritime border, Jacinda Funnell, Customs’ deputy chief executive for people and capability, said.“We regret that these individuals have had to leave employment, and understand what a difficult situation this is for them,” Funnell said in a statement. She said about 95% of Customs’ frontline staff who were required to be vaccinated had received their first dose, and 85% had received the second dose of the vaccine. Customs had been discussing options with staff since the beginning of March, she said, and had told them that “options for redeployment were very limited due to no other Customs functions existing in the area”. She said the agency had also explored redeployment options across the wider public service.
    A Ministry of Health order made under the Covid-19 Public Health Response Act has made it a legal requirement for anyone working in high-risk border environments to be vaccinated by the 1 May deadline.In April, the New Zealand Defence Force threatened to fire service members who refused to get a Covid-19 vaccination.In correspondence to staff published by RNZ, the chief of Defence Force, Air Marshal Kevin Short, said: “Electing to not meet the baseline immunisation readiness criteria will result in a review of an individual’s future service.”New Zealand’s unions have spoken out against the firing of workers who decline the vaccine, saying they should be redeployed instead. E tū union has said in their member FAQs: “We do not support mandatory vaccination and will not tolerate discrimination against workers who choose not to vaccinate.” The Public Service Association union has said unvaccinated border staff “should be redeployed, and their employment rights must be protected”.

    #Covid-19#migrant#migration#nouvellezelande#sante#vaccination#fonctionnaire#douanier#droit#politiquesante#santepublique

  • Hong Kong plan to force Covid vaccines on foreign domestic workers sparks alarm | Hong Kong | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/may/03/hong-kong-plan-to-force-covid-vaccines-on-foreign-domestic-workers-spar
    https://i.guim.co.uk/img/media/0ec6c640e8215fbe7a1b07368055c683db690cc6/0_334_5874_3524/master/5874.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Hong Kong plan to force Covid vaccines on foreign domestic workers sparks alarm. Authorities accused of ‘blackmailing’ workers over plan to make vaccine a condition of getting a job

    Hong Kong’s government has sparked discrimination concerns over plans to force hundreds of thousands of foreign domestic workers to be vaccinated against Covid-19 or face losing their job. Authorities have embarked on mass mandatory testing of the city’s 370,000 domestic workers after a more infectious strain was detected in the community, and flagged plans for compulsory vaccinations.Under the measures, workers would need to be vaccinated before their contracts could be renewed, and any incoming worker would be required to have the vaccination to enter Hong Kong.
    Hong Kong passes law that can stop people leaving
    The vast majority of Hong Kong’s domestic workers are migrant workers, primarily from the Philippines and Indonesia, and no other foreign workforce has been singled out for mandatory vaccines, drawing criticism from Philippines officials. The country’s foreign affairs secretary, Teddy Locsin Jr, praised Hong Kong’s provision of free vaccines to domestic workers, but said singling them out to make it mandatory “smacks of discrimination”.“If it is a special favour, it is unfair to other nationalities. Hong Kong can do better than that,” he said.Eman Villanueva, spokesperson for the Asian Migrants Coordinating Body, said the enforced testing and proposed vaccinations were “discrimination and social exclusion of domestic workers at its worst”, and accused the government of “blackmailing” workers by tying vaccines to contracts.“They did not respond like this when there were outbreaks in several fitness gyms and dance studios, restaurants, banks, etc,” he said in an opinion piece for Stand News. “It’s because to them we are easy targets and scapegoats. It’s because they know we don’t have much choice but to follow their discriminatory, illogical, and unreasonable impositions or end up jobless.”
    The comments by Locsin echoed those by the Philippines consul general, Raly Tejada, who said his office had been very supportive of Hong Kong’s free vaccine programme, but if it was to become mandatory for work contracts then it should be non-discriminatory and include “other non-resident workers who are similarly situated so that there is no feeling of being singled out”.In explaining the new rules, Hong Kong’s minister for labour, Dr Law Chi-kwong, said the “high risk group” mainly spent their holidays with friends, which could lead to cross-family infections. The migrant workers, who usually travel alone to Hong Kong, have one day off a week and frequently gather in public places to socialise away from the home where they work.On Sunday the Hong Kong government said the labour department was “working out the relevant details” on mandatory vaccines. It said its mandatory testing programme did not discriminate based on race or status, but did not address accusations that its plans for mandatory vaccines were.It appealed to all workers to get their vaccines voluntarily “to protect their own health and that of their employers’ family and others, and to avoid being subject to any regular testing in the future”.
    It also urged employers to encourage their workers and to give them sufficient rest after getting vaccinated. Those who could not be vaccinated for health reasons could get an exemption, it added.On Sunday health authorities reported the second consecutive day of no community transmission cases detected. There had been about 20 in the past two weeks.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#indonesie#philippines#sante#vaccination#travailleurmigrant#domestique#politiquesante#inclusion

  • La #France va-t-elle tenir ses objectifs de #vaccination ?
    https://www.la-croix.com/Debats/France-elle-tenir-objectifs-vaccination-2021-05-02-1201153803

    Cependant, ne l’oublions pas : la couverture vaccinale isolée n’a permis à aucun pays de retrouver une vie normale. Voyez le Chili, en proie à une nouvelle poussée épidémique malgré une vaccination très avancée. Pour retrouver une vie s’approchant de celle d’avant, il faut combiner une couverture vaccinale importante et une faible circulation du virus. On ne peut obtenir la sécurité sans payer le ticket d’entrée qui consiste à minimiser la circulation virale de manière très substantielle.

    #covid-19

  • Un tweet du CHU Grenoble Alpes du 29.04.2021
    Le tweet a été publié à 13h39 alors que moi (comme des centaines d’autres personnes), sans RV, je venais tout juste d’être piquée et vaccinée...


    https://twitter.com/CHU_Grenoble/status/1387733192615071749

    –-> je mets ici pour archivage... on va peut-être un jour savoir ce qui s’est passé...

    #Alpexpo #Grenoble #vaccin #vaccinations #centre_de_vaccination #France #covid-19 #coronavirus

    • Message que j’ai reçu d’une amie et qui m’a fait décidé d’aller à Alpexpo même sans RV :

      Un message reçu par mes réseaux et qui me semble tout à fait crédible (les centres de vaccination ne vont pas jouer à devoir jeter des doses... Ce ne serait pas éthique avec ce qui se passe dans les monde ! Et les populations éligibles commencent à être bien vaccinées donc tous les créneaux possibles ne sont pas pris, ce qui ne sera plus le cas lorsque ce sera ouvert « à tous » dans peu de temps (?) + sources concordantes dans mon milieu professionnel) :

      Le message :
      « Venez à Alpexpo dès que vous pouvez aujourd’hui ils vaccinent tout le monde dès 18 ans. Plus tu viens vite moins il y a de queue. Avec carte vitale et identité »

    • Grenoble : le #vaccinodrome d’Alpexpo n’est plus accessible à tout le monde

      15h : Une bonne partie des gens ayant attendu des heures sera finalement vaccinée « mais le centre reprendra vendredi avec des créneaux sur rendez-vous pour les personnes éligibles, sans exception », souligne le professeur Epaulard du CHU.

      13h55 : La file d’attente ne cesse s’allonger. Ils sont sans doute près de 300 dehors à attendre un créneau. Mais le CHU vient de confirmer que les personnes non éligibles « ne seront pas vaccinées. Seul les gens avec un rendez-vous le seront ». Ce qui ne freine personne d’autant que la consigne ne circule pas. Les agents de sécurité ne laissent entrer que les personnes ayant rendez-vous à 14 heures. « Et les autres ? », demande un Grenoblois. Pas de réponse. Alors, ils attendent...

      13h : Une #rumeur circulait sur les réseaux sociaux ce jeudi matin et, une fois n’est pas coutume, elle n’est pas fausse. Ce jeudi, de très nombreux habitants se sont rués au vaccinodrome d’Alpexpo et, face à cette demande massive, « ils prennent tout le monde » nous indique une source proche du CHU.

      https://www.ledauphine.com/amp/sante/2021/04/29/isere-grenoble-ruee-sur-le-vaccin-a-alpexpo

  • Le certificat sanitaire, qui permettrait de se déplacer dans l’UE, provoque encore des désaccords
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/28/certificat-sanitaire-europeen-des-desaccords-persistent-entre-bruxelles-et-l

    Le certificat sanitaire, qui permettrait de se déplacer dans l’UE, provoque encore des désaccords. Bruxelles espère qu’un passe sanitaire verra le jour au plus tard en juin. Mais le prix des tests et les vaccins couverts par ce certificat demeurent en discussion.
    Les négociations entre le Parlement européen, la Commission et les Etats membres sur le certificat sanitaire européen destiné à faciliter les déplacements au sein de l’Union européenne (UE) dès cet été vont pouvoir commencer. Mercredi 28 avril, les eurodéputés ont voté sur la position de l’Assemblée législative, et compte tenu du très large consensus qui existe entre les différents groupes politiques sur le sujet, l’issue du scrutin, qui sera connue jeudi, ne fait pas de doute. Avant eux, l’exécutif communautaire avait dévoilé sa proposition le 17 mars et les Vingt-Sept le 14 avril.
    Toutes les parties veulent un accord dans le mois qui vient, afin que le passe sanitaire européen – qui doit permettre à son propriétaire d’attester qu’il a été vacciné contre le Covid-19, qu’il a passé un test, ou encore qu’il est immunisé après avoir été infecté – puisse voir le jour en juin au plus tard. « Nous partageons le même objectif : faciliter la vie des citoyens et revenir à un début de normalité », a déclaré, mercredi, dans l’hémicycle, Ana Paula Zacarias, la secrétaire d’Etat aux Affaires européennes du Portugal, qui occupe, pour l’instant, la présidence tournante du Conseil de l’UE. Il y a, bien entendu, des considérations techniques complexes – pour assurer la protection des données – à prendre en compte. Mais, au-delà de ces difficultés, des désaccords substantiels subsistent entre Parlement européen et Etats membres.
    Premier terrain de bataille : les eurodéputés souhaitent que le certificat sanitaire donne, à son détenteur, l’assurance qu’il peut se déplacer librement au sein de l’UE, et qu’il n’aura plus à subir le patchwork actuel de règles différentes d’un pays à l’autre. « Pour les détenteurs du certificat, il ne peut y avoir d’autres restrictions aux frontières. Sinon, il ne servirait à rien. Il faut que cela soit contraignant pour les Etats membres et qu’ils puissent être attaqués devant la Cour de justice de l’Union européenne le cas échéant », juge l’eurodéputé (S&D) Juan Fernando Lopez Aguilar. L’Espagnol rappelle aussi que le tourisme représente 10 % du produit intérieur brut (PIB) européen et que de nombreux transfrontaliers ont besoin d’un tel outil. « Pour les citoyens, il n’y a qu’une question : à quoi sert ce certificat ? Ce certificat doit être lié à la garantie de circuler librement au sein de l’espace Schengen », renchérit Manfred Weber, le président du groupe PPE au Parlement européen.
    La question des frontières est une compétence purement nationale et les Européens ont montré, dans leur incapacité à se coordonner depuis le début de la pandémie due au Covid-19, qu’ils veillaient jalousement sur cette prérogative. « C’est un certificat, pas un passeport », commente un diplomate. Le projet présenté par la Commission laisse en tout cas les Etats membres, au nom de l’urgence sanitaire, maîtres de leurs frontières. Les Vingt-Sept ont néanmoins jugé utile de reformuler une disposition du texte qui prévoyait que tout Etat imposant des restrictions (quarantaine ou autre) aux détenteurs de ces certificats devrait s’en expliquer auprès de la Commission. Et ont tenu à souligner que « l’utilisation du certificat vert numérique dans le but d’une levée des restrictions doit rester de la responsabilité des Etats membres ».
    Il faut dire que de nombreuses incertitudes scientifiques demeurent – la durée de l’immunité conférée par le vaccin, sa capacité à empêcher la transmission du virus, ou encore son efficacité face aux variants – et certains gouvernements redoutent qu’une ouverture prématurée des frontières n’accélère la propagation du virus. Mi-février, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne se disait pas favorable au principe de certificat vaccinal.
    Deuxième sujet, sur lequel les parlementaires européens et les Etats membres devront trouver un terrain d’entente : le prix des tests, que ce soit pour vérifier que le propriétaire du certificat sanitaire n’est pas infecté ou qu’il l’a été et possède des anticorps. A partir du moment où les vaccins sont gratuits partout en Europe, il n’y a pas de raison, arguent les eurodéputés, que les tests ne le soient pas. « Il y a des pays, comme la France, où les tests sont gratuits. Et d’autres où les prix peuvent s’envoler. Par exemple, en Finlande, ça peut monter à 240 euros le test », lance l’élue (Renew) Sophie in’t Veld.Le Parlement européen réclame donc des tests gratuits, ou dont le prix serait plafonné. « Les jeunes, par exemple, seront les derniers vaccinés. S’ils doivent payer des tests, cela revient à leur faire payer le certificat qui est gratuit pour ceux qui sont vaccinés », s’offusque l’eurodéputé (PPE) Jeroen Lenaers, qui juge indéfendable une telle discrimination. « Les tests devraient être abordables pour tous », a reconnu, mardi, Didier Reynders, le commissaire européen à la justice. Avant de rappeler que « c’est une compétence des Etats membres ». Un argument que Sophie in’t Veld balaie : « On a bien décidé, en Europe, de plafonner les prix des cartes de crédit ou du roaming », explique la Néerlandaise.
    Autre front sur lequel les discussions entre Etats membres et Parlement s’annoncent difficiles : le champ des vaccins couverts par le certificat sanitaire. La Commision et les Vingt-Sept défendent le principe que tous les vaccins autorisés par l’Agence européenne des médicaments (AEM) y soient éligibles. Ceci dit, les Etats membres sont libres, s’ils le souhaitent, de reconnaître d’autres vaccins. Le Parlement européen, pour sa part, souhaite que seuls les produits validés par l’AEM (Pfizer-BioNTech, AstraZeneca, Moderna et Jansen) puissent figurer sur le certificat sanitaire européen. « Nous voulons être sûrs que les vaccins sont efficaces, et le tampon de l’AEM en est une garantie. Rien n’empêche les Russes, les Chinois ou autre de se soumettre à l’examen de l’AEM », explique Jeroen Lenaers.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#sante#passeportvaccinal#frontiere#circulation#droit#competencenationale#OMS#vaccination

  • Sheila, ambassadrice du gouvernement pour le vaccin AstraZeneca ? La chanteuse refuse
    https://www.nouvelobs.com/vaccination-anti-covid-19/20210423.OBS43187/sheila-ambassadrice-du-gouvernement-pour-le-vaccin-astrazeneca-la-chanteu


    . . . . .
    Jean Castex et Sheila ne partiront pas en vacances ensemble. La chanteuse a fait une mise au point tonitruante ce vendredi 23 avril, alors que son nom circule dans la presse depuis mercredi. Le gouvernement aurait songé à elle pour une campagne de communication autour de l’AstraZeneca. Problèmes : elle n’a pas été contactée, et ne veut pas de ce projet.

    « Je trouve très embarrassant de se retrouver associée à un projet de campagne de vaccination lié à une marque de laboratoire sans avoir été contactée ni de près ni de loin », fustige la chanteuse Sheila sur Twitter. L’artiste de 75 ans souhaite ainsi mettre un terme aux rumeurs qui laissent entendre qu’elle participerait à un plan de communication pour inciter les Français à se faire vacciner avec l’AstraZeneca.
    . . . . .

    #jean_castex #Shella #santé_publique #crise_sanitaire #communication #covid-19 #vaccination #vaccin #santé #vaccins #sante #en_vedette #coronavirus #france #santé_publique #sars-cov-2 #sars-cov2

  • Covid-19 : l’Union européenne prête à ouvrir ses frontières aux touristes américains vaccinés
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/26/l-union-europeenne-prete-a-ouvrir-ses-frontieres-aux-touristes-americains-va

    Covid-19 : l’Union européenne prête à ouvrir ses frontières aux touristes américains vaccinés. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, n’a pas dévoilé de calendrier précis mais le « New York Times » avance que les nouvelles règles pourraient être mises en place dès cet été.La reprise des vols des Etats-Unis vers l’Union européenne pourrait concerner dès cet été les touristes américains à condition qu’ils soient vaccinés.
    Les touristes venant des Etats-Unis seront autorisés à visiter l’Union européenne (UE) dans les prochains mois à condition d’être vaccinés contre le Covid-19, a déclaré, dimanche 25 avril, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans une interview au New York Times.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour les Français, les vacances d’été restent incertaines« Les Américains, d’après ce que je peux voir, utilisent des vaccins approuvés par l’Agence européenne des médicaments [AEM], a-t-elle justifié. Cela permettra la libre circulation et les déplacements vers l’Union européenne. » « Car une chose est claire : les 27 Etats membres accepteront, sans condition, tous ceux qui sont vaccinés avec des vaccins approuvés par l’AEM », a assuré Mme Von der Leyen au quotidien new-yorkais.La présidente de la Commission européenne n’a pas dévoilé de calendrier précis, mais le New York Times avance que les nouvelles règles pourraient être mises en place dès cet été, alors que les vaccinations s’intensifient dans le monde entier.L’Agence européenne des médicaments a approuvé les trois vaccins en cours d’utilisation aux Etats-Unis, Moderna, Pfizer-BioNTech et Johnson & Johnson. Pointant les « énormes progrès » en cette matière aux Etats-Unis, Mme Von der Leyen a noté qu’ils étaient en passe de vacciner 70 % de leur population adulte d’ici la mi-juin. La reprise des voyages dépendrait « de la situation épidémiologique, mais la situation s’améliore aux Etats-Unis, à l’instar, nous l’espérons, de l’Union européenne » a-t-elle ajouté.La pandémie a ravagé l’industrie du tourisme sur le continent européen, comme le montre la fermeture des frontières aux voyages non essentiels instaurée par plusieurs pays de l’Union. La semaine dernière, la Grèce – dont l’économie dépend considérablement des revenus engendrés par le tourisme – a déclaré que les voyageurs en provenance de l’UE et de cinq autres pays seraient dispensés de la quarantaine obligatoire à leur arrivée, à condition d’être vaccinés contre le Covid-19 ou de pouvoir présenter un test négatif de dépistage du coronavirus. L’Union européenne est en train de réfléchir à la mise en place d’un passeport sanitaire qu’elle voudrait lancer cet été pour les déplacements à l’intérieur de ses frontières.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#etatsunis#sante#passeportvaccinal#vaccination#frontiere#circulation#tourisme

  • EU may let vaccinated Americans holiday in Europe this summer, says Brussels | European Union | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/apr/26/eu-vaccinated-americans-holiday-europe-summer-ursula-von-der-leyen-non-
    https://i.guim.co.uk/img/media/7adbbbe6b5303abb1905146de51c7ed753bcc205/0_0_5948_3569/master/5948.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    EU may let vaccinated Americans holiday in Europe this summer, says Brussels. Ursula von der Leyen says rules on non-essential travel will change to take into account vaccination coverage. The president of the European commission has offered fresh hope of a summer holiday in the EU for those living outside its borders. Ursula von der Leyen suggested in an interview with the New York Times that Americans who were fully vaccinated would be able to visit the EU in what would be a change of policy on non-essential travel.The EU adopted tough restrictions on travel into the the bloc’s 27 member states last year. Non-essential trips are only permitted from Australia, New Zealand, Rwanda, Singapore, South Korea, and Thailand.To qualify for the list, countries must record no more than 25 new Covid cases per 100,000 people over the last 14 days and no more than 4% of tests carried out in the previous week can return positive. The latest statistics, dated 20 April, shows the UK recorded 24.7 cases per 100,000 across a seven-day period. The list of countries exempt from the ban is reviewed every two weeks.Von der Leyen suggested, however, that the EU’s rules on non-essential travel would change in time for summer to also take into account vaccination coverage.“The Americans, as far as I can see, use European Medicines Agency-approved vaccines,” she said. “This will enable free movement and the travel to the European Union. Because one thing is clear: all 27 member states will accept, unconditionally, all those who are vaccinated with vaccines that are approved by EMA.”She added that the travel situation would still depend “on the epidemiological situation, but the situation is improving in the United States, as it is, hopefully, also improving in the European Union”.Last week, EU diplomats opened a discussion as to what criteria could be used to allow Europe’s tourism hotspots to enjoy a summer season.It was suggested by the commission that the vaccination rates in several parts of the world “support updating the approach for the safe lifting of restrictions on non-essential travel into the EU”.
    While a number of northern EU member states are cautious about reopening to tourists, ministers in Spain and Greece, among others, have been outspoken about the needs of their tourism sectors.The EU is developing a “digital green certificate” that would record whether someone has been vaccinated or had a recent negative test.Last week Von der Leyen said it would be up to member states whether they wished come to arrangements with non-EU countries to allow such certificates to open up to tourists.
    Greece has said it will open its borders to travellers from the US from Monday, provided they show proof of vaccination or a negative coronavirus test.Spain’s tourism minister, Fernando Valdés, said last week that his country would be ready for mass tourism this summer.He told Sky News: “We are desperate to welcome you this summer. “I think we will be ready here in Spain and we also think that things on the vaccination scheme of the UK are going pretty well. So, hopefully we will be seeing this summer the restart of holidays.”The European commissioner leading the EU’s vaccine taskforce, Thierry Breton, told the Guardian earlier this month that he was confident the bloc would hit its target of vaccinating 70% of adults by the end of the summer, permitting it “an almost normal tourist season”.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#etatsunis#sante#tourisme#passeportvaccinal#vaccination#economie#voyagenonessentiel#frontiere

  • Vaccine success makes UK attractive to international students, poll finds | Universities | The Guardian
    http://www.theguardian.com/education/2021/apr/26/vaccine-success-makes-uk-attractive-to-international-students-finds-pol
    https://i.guim.co.uk/img/media/ebd3f4847b498b7e8ac75265b1c97933c8f2f894/0_348_5150_3089/master/5150.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Vaccine success makes UK attractive to international students, poll finds. Survey reveals Britain is more popular destination for studying than US, Canada, Australia and Germany. International students are more likely to want to study at British universities thanks to the success of the vaccine rollout, despite a widespread perception that the UK government mishandled its initial response to the pandemic, a survey suggests.
    Nearly half (47%) of prospective international students said they would be more likely to choose to study in the UK because of the rate of vaccinations in the country, with nearly a fifth (17%) saying they thought the government was handling the rollout better than anywhere else, according to the survey of 105,083 students planning to attend university abroad. The UK was more popular than the US, Canada, Australia and Germany. The report, authored by university rankings provider QS, said: “The effectiveness and speed of the rollout is making the UK seem a more attractive and viable destination to begin their studies in September compared to some other countries.”
    Despite their enthusiasm for the vaccine programme, nearly half (45%) of the students surveyed said they did not think the UK had handled its broader pandemic response effectively, a much lower rating than for New Zealand, Canada, Australia and Germany. The report speculated that this was due to international coverage of the UK’s high death toll.
    Vivenne Stern, the director of Universities UK International (UUKi), said the survey showed UK universities had remained resilient over the course of a difficult year, but they and the government would need to listen closely to international students’ concerns and priorities to sustain high recruitment levels.Nearly a fifth (17%) of the respondents said the vaccine had made them bring forward their plans to study abroad, while more than half (56%) said they were focusing their search on countries in which a successful vaccine programme was being implemented.Nearly two-thirds (58%) of the students also thought the UK was becoming more welcoming to international students thanks to the reintroduction of post-study work visas, following several years of immigration policies seen as hostile to overseas students. However, European students perceived the UK to be less welcoming since they will have to pay higher international fees from September as a result of Brexit.Despite initial fears that international students would be deterred from attending UK universities due to the country’s high Covid infection rates and death toll, applications from overseas reached their highest level last year.
    However some current international students have been angry at paying high fees to study mostly online during successive lockdowns. In March, 300 international students at several London universities withheld their £29,000 fees in protest at their universities’ response to the pandemic.

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#sante#vaccination#etudiant#immigration#economie#politiquemigratoire

  • HCR - Le HCR appelle à garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19 pour les réfugiés
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2021/4/606d7d52a/hcr-appelle-garantir-acces-equitable-vaccins-contre-covid-19-refugies.html

    Le HCR appelle à garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19 pour les réfugiésA l’occasion de la Journée mondiale de la santé, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, appelle à une action internationale concertée et à la solidarité pour garantir un accès équitable aux vaccins contre le Covid-19, y compris pour les réfugiés, les déplacés internes et les apatrides.Le HCR est encouragé par le fait que 153 Etats ont déjà adopté des stratégies de vaccination qui incluent les réfugiés. Toutefois, dans de nombreuses régions à travers le monde, la vaccination est confrontée à de vastes défis, notamment du fait de l’inégalité en termes de disponibilité des vaccins et de capacité des systèmes de santé.
    « Les déséquilibres flagrants observés dans le partage des vaccins entre les États sont contre-productifs et dépourvus de perspective à long terme. Une approche du type ‘mon pays d’abord’ ne peut tout simplement pas fonctionner face à une pandémie qui ignore les frontières », a déclaré le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.
    Une vingtaine de pays ont déjà commencé à vacciner les réfugiés au même titre que leurs citoyens. Parmi les exemples récents, la Serbie et le Népal ont emboîté le pas à d’autres États, comme le Rwanda et la Jordanie.
    « Nous félicitons ces pays pour leur dévouement et leur leadership exemplaires. En incluant les réfugiés au sein de leurs programmes de vaccination, ils atténuent les risques liés à l’exclusion et à la discrimination », a déclaré Filippo Grandi. Ces risques comptent notamment les conséquences sur la situation générale de la santé publique, l’accès limité aux services ou la restriction de la liberté de mouvement.
    Le HCR reste attaché aux principes de répartition mis en œuvre dans le cadre de l’initiative COVAX – le mécanisme mondial visant à garantir que les personnes qui en ont le plus besoin bénéficient de la vaccination contre le Covid-19.Environ 85% des réfugiés dans le monde sont accueillis dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, qui sont confrontés à des difficultés financières et à des systèmes de santé fragiles. Ces nations, qui accueillent généreusement la majorité des réfugiés, ont besoin d’un soutien accru pour répondre aux besoins sanitaires urgents de leurs ressortissants et des réfugiés, notamment en matière de vaccination contre le Covid-19.
    Le HCR travaille en étroite collaboration avec les gouvernements, les autorités sanitaires nationales et d’autres partenaires pour aider à lutter contre les effets dévastateurs de la pandémie de Covid-19. Le HCR a intégré la plupart de ses plans de prévention et de lutte contre le Covid-19 dans le cadre de son Appel global 2021, mais l’organisation a d’urgence besoin de 455 millions de dollars supplémentaires pour répondre aux besoins complémentaires. L’agence a déjà reçu des contributions et des engagements de soutien financier qui totalisent seulement 13 pour cent de son appel pour la prévention et la lutte contre le Covid-19.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#vaccination#inclusion#equite#refugie#demandeurdasile#UNHCR

  • Pas de «  nous contre eux  » : pourquoi l’inclusion équitable de tous les migrants dans les plans de vaccination contre la COVID-19 est essentielle | BLOG
    https://weblog.iom.int/fr/pas-de-%C2%AB%E2%80%AFnous-contre-eux%E2%80%AF%C2%BB-pourquoi-linclusion
    https://weblog.iom.int/sites/default/files/photo/DSC_4634.jpg

    La COVID-19 a démontré que non seulement les virus ne connaissent pas de frontières, mais qu’ils ne font pas non plus de différence en fonction du statut d’immigration. Ne pas prendre en compte les migrants dans nos efforts de vaccination nuirait à l’efficacité de ces campagnes et rendrait difficile l’éradication de la pandémie.Au 19 avril 2021, plus de 793 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 ont été administrées dans plus d’une centaine de pays. Le rythme des vaccinations s’accélère de jour en jour et le monde a bon espoir de voir la lumière au bout du tunnel de la COVID-19.Le succès des campagnes nationales de vaccination dépend de leur caractère inclusif et équitable.
    Mais alors que les experts en santé publique, les conseillers politiques et les responsables gouvernementaux continuent d’élaborer et de mettre en œuvre leurs plans de vaccination nationaux respectifs, il est fort à craindre que certains membres de communautés vulnérables soient exclus des campagnes de vaccination, même s’ils sont mentionnés sur le papier. Parmi les personnes les plus difficiles à atteindre et les plus exposées au risque d’exclusion figurent les migrants qui vivent, travaillent et contribuent de manière significative à nos sociétés, en particulier ceux qui sont en situation irrégulière. Ce sont nos chauffeurs livreurs, nos ouvriers du bâtiment, nos soignants, nos nettoyeurs, nos nounous, nos cuisiniers et nos vendeurs ambulants, qui forment le tissu de nos communautés. Nombre d’entre eux ont déjà eu un visa ou un permis auparavant, mais sont passés entre les mailles du filet de nos systèmes d’immigration. Il peut s’agir d’adultes, d’enfants ou de personnes âgées, et beaucoup vivent depuis des années dans un pays où ils ne peuvent pas nécessairement obtenir d’autorisation officielle de séjour.
    Pour les migrants en situation irrégulière, la pandémie et les mesures de confinement qui en découlent ont rendu la vie infiniment plus difficile et les ont exposés à de nouveaux risques, en particulier s’ils sont sans abri ou s’ils vivent dans des conditions exiguës et précaires où la distanciation physique est difficile et où l’accès à l’eau courante est limité. Certains ont perdu leur emploi en raison des répercussions socioéconomiques de la pandémie ; d’autres ont dû continuer à travailler - soit parce qu’ils travaillent dans des secteurs essentiels, soit parce qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre un jour de revenu - sans bénéficier d’une protection adéquate.
    Tout porte à croire aujourd’hui que les familles pauvres et les minorités ethniques et autres sont touchées de manière disproportionnée par la pandémie et qu’elles sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de santé. En outre, vivre en situation de migration irrégulière signifie souvent un accès limité aux services de santé et à l’information, et une faible confiance dans les autorités en raison des mesures de contrôle de l’immigration
    Dans l’Union européenne et ailleurs, plusieurs pays ont déjà fait part de leur intention d’inclure les migrants en situation irrégulière dans leurs programmes de vaccination. Les stratégies de vaccination néerlandaise et espagnole les mentionnent explicitement. En France, il a été annoncé que les vaccins seront gratuits pour tous et qu’aucune carte d’assurance maladie ne sera requise. En Italie, il a été annoncé que les vaccins seront disponibles pour toute personne vivant dans le pays, quel que soit son statut de résidence. Les directives du Royaume-Uni précisent que les vaccins sont disponibles gratuitement, y compris pour toute personne vivant dans le pays «  sans autorisation  », et qu’ «  aucun contrôle d’immigration n’est nécessaire  » pour les personnes cherchant à obtenir des services de santé liés à la COVID-19.
    D’autres pays à travers le monde ont cherché à créer des environnements favorables, par exemple en accordant temporairement à tous les migrants un statut égal à celui des ressortissants nationaux pour les prestations sociales et sanitaires, en régularisant des groupes importants ou en empêchant les autorités sanitaires de partager les données des patients avec les services d’immigration pendant la réponse à la pandémie afin de se protéger contre le risque d’expulsion.Malgré ces évolutions encourageantes, de nombreuses questions subsistent quant aux détails de leur mise en œuvre. Ce qui est d’ores et déjà clair, c’est que pour les migrants en situation irrégulière qui font partie des groupes prioritaires en raison de leur plus grande vulnérabilité à l’infection - comme les travailleurs de première ligne, les personnes souffrant de comorbidités ou les sans-abri - il est essentiel de mener des actions de sensibilisation proactives pour les informer de leurs droits et leur permettre d’accéder au vaccin.
    En février, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution appelant «  les plans nationaux de vaccination contre la COVID-19 à inclure les personnes les plus exposées aux symptômes graves de la COVID-19 et les plus vulnérables, notamment les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, les apatrides, les populations autochtones et les migrants  », entre autres.Pourtant, dans leur quotidien, les migrants, en particulier ceux en situation irrégulière, sont confrontés à une longue liste d’obstacles qui entravent leur capacité à accéder aux services de santé. Il arrive qu’on leur demande de payer des frais de leur poche, d’être enregistrés dans un mécanisme de sécurité sociale ou de présenter des documents qu’ils ne possèdent pas. La langue est un autre facteur majeur qui suscite l’appréhension et limite la compréhension entre les migrants et les prestataires de services de santé.De plus, les plans de vaccination contre la COVID-19 doivent tenir compte du fait que la discrimination généralisée et les politiques de criminalisation peuvent avoir érodé la confiance des migrants en situation irrégulière envers les autorités publiques : trop souvent, ils évitent de se faire soigner par crainte - et risque réel - d’être confrontés aux forces de l’ordre.Par conséquent, il est essentiel que le déploiement de tout vaccin contre la COVID-19 auprès des migrants en situation irrégulière se fasse en étroite coopération et consultation avec des organisations communautaires de confiance qui ont l’habitude de travailler avec eux et de leur fournir des services, et avec la collaboration et la participation directe des individus et des représentants de ces communautés. Cela permettrait également de s’assurer que l’hésitation à se faire vacciner au sein de ces groupes est comprise et traitée de manière adéquate.
    Des pare-feu fiables doivent également être mis en place entre les autorités sanitaires et les services d’immigration, avec des garanties claires que toute information obtenue de manière officielle ou non sur le statut de résidence d’une personne lors de l’administration du vaccin ne sera pas utilisée contre elle pour déclencher une procédure. Il est important de noter que l’absence de documents officiels ne peut constituer un obstacle à l’obtention d’un vaccin.Il est encore temps de faire les choses correctement en tirant les leçons des autorités nationales et locales qui ont pris des mesures en faveur de l’équité et en travaillant avec les migrants et les communautés locales.
    Le succès des campagnes nationales de vaccination dépend de leur caractère inclusif et équitable. Et notre capacité collective à sauver autant de vies que possible et à relancer nos économies dépend de notre engagement à garantir que tous ceux qui ont besoin du vaccin y aient effectivement accès.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#vaccination#inclusion#nationunies#OIM#OMS#immigration#travailleurmigrant#systemesante#equite

  • Time-dependent heterogeneity leads to transient suppression of the COVID-19 epidemic, not herd immunity | PNAS
    https://www.pnas.org/content/118/17/e2015972118

    #COVID-19 : Pourquoi l’#immunité naturelle collective est un #leurre | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-pourquoi-limmunite-naturelle-collective-est-un-leurre

    Alexei Tkachenko rappelle que « nous n’avons pas tous la même susceptibilité à l’infection en raison de facteurs tels que l’âge, les problèmes de santé préexistants (comorbidités) et la génétique. De la même manière, nous n’avons pas le même niveau d’activité sociale. Nous différons dans notre nombre de contacts et dans la fréquence de nos interactions, y compris au cours des différentes saisons. Cette hétérogénéité biologique et sociale de la population affaiblit le seuil d’immunité collective ».

    – Ainsi, si les modèles épidémiologiques basés sur des populations homogènes (ou peu de variation biologique et sociale entre les individus), prédisent une valeur élevée pour le seuil d’immunité collective -soit par ex. si le nombre de reproduction R0=3, 67% de la population doivent être infectés ou vaccinés pour atteindre l’immunité collective ;

    – chez une population hétérogène et à hétérogénéité notamment sociale constante dans le temps le seuil d’immunité collective tombe à environ 42% ;

    – chez une population hétérogène et à hétérogénéité notamment sociale variable dans le temps, la prise en compte des variations de l’activité sociale au fil du temps aboutit à un seuil d’immunité collective encore plus faible soit ~ 22%- ce qui apporte une fausse impression que l’épidémie est terminée alors qu’en réalité seule une immunité collective transitoire a été trouvée.

    [...]

    De profondes implications pour les #politiques_publiques : ainsi, les mesures de distanciation, de confinement ou d’isolement, dont notamment le port du masque et l’interdiction des grands rassemblements, devraient être maintenues jusqu’à atteindre un véritable seuil d’#immunité_collective grâce à la #vaccination.

    #immunité_de_groupe

  • Opinion | The World Needs Many More Coronavirus Vaccines - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/04/24/opinion/covid-vaccines-poor-countries.html

    Companies and countries are hoarding both raw materials and technical expertise, and have prevented poorer nations from suspending patents despite international treaties that allow for such measures in emergencies.

    En dehors de la suspension des #brevets les auteurs recommandent :

    Share technology and resources

    Ce à quoi les détenteurs de la #propriété_intellectuelle répondent que leurs réticences sont d’ordre purement patriotiques,

    Vaccine makers say IP waiver could hand technology to China and Russia | Financial Times
    https://www.ft.com/content/fa1e0d22-71f2-401f-9971-fa27313570ab

    #covid-19 #vaccins #vaccination

  • COVID-19 Outbreak Associated with a SARS-CoV-2 R.1 Lineage Variant in a Skilled Nursing Facility After Vaccination Program — Kentucky, March 2021 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7017e2.htm

    Pendant un cluster du à un #variant du #SARS-CoV-2 les résidents vaccinés (Pfizer) d’une maison de retraite ont été 3 fois moins infectés et quand ils l’ont été ont développé des formes moins graves, asymptomatiques le plus souvent.

    Summary

    What is already known about this topic?

    #COVID-19 vaccines have demonstrated high efficacy in clinical trials. Limited data are available on effectiveness in skilled nursing facilities (SNFs) and against emerging variants.

    What is added by this report?

    In a COVID-19 outbreak at a Kentucky SNF involving a newly introduced variant to the region, unvaccinated residents and health care personnel (HCP) had 3.0 and 4.1 times the risk of infection as did vaccinated residents and HCP. Vaccine was 86.5% protective against symptomatic illness among residents and 87.1% protective among HCP.

    What are the implications for public health practice?

    #Vaccination of SNF residents and HCP is essential to reduce the risk for symptomatic COVID-19, as is continued focus on infection prevention and control practices.

    #vaccins

  • Épernay : 140 personnes vaccinées contre le Covid-19 avec de l’eau salée le 23/04/2021 Gauthier Hénon
    https://www.lunion.fr/id251664/article/2021-04-23/epernay-140-personnes-vaccinees-contre-le-covid-19-avec-de-leau-salee

    À Épernay, 140 personnes ont reçu une injection de sérum physiologique, au lieu d’une dose de vaccin anti-Covid.

    C’est à se demander comment cela a pu arriver. Mardi 20 avril, 140 personnes ont été vaccinées à la salle des fêtes d’Épernay contre le Covid-19 avec un sérum physiologique, rapportent nos confrères de France Bleu. Quatre jours plus tard, tout le monde a été rappelé pour être prévenu de l’erreur, sans conséquence pour la santé. L’ensemble des personnes ont été de nouveau vaccinées ce vendredi 23 avril, avec cette fois-ci la bonne dose de Pfizer.

    L’hôpital s’est exprimé ce vendredi soir, dans un communiqué : « Mardi 20 avril 2021 après-midi, 140 personnes ont reçu une injection composée uniquement de sérum physiologique. Cette injection est sans conséquence pour la santé, cependant, leur parcours vaccinal reste incomplet. Immédiatement après la constatation de l’incident, mercredi 21 avril 2021 au matin, une analyse des causes qui ont conduit à cette erreur a été menée. Afin de sécuriser le processus de vaccination, une cadre de santé a été missionnée pour renforcer les procédures préexistantes de sécurité. Ainsi, la vaccination se poursuit et les rendez-vous sont maintenus. Dès jeudi 22 avril 2021, les 140 personnes n’ayant pas reçu leur dose de vaccin Pfizer à la suite de l’incident ont été recontactées pour les informer de la situation et leur proposer un nouveau rendez-vous vendredi 23 avril 2021 ou mercredi 28 avril 2021. Lors de cet appel, ils avaient la possibilité d’échanger avec un médecin pour répondre à leurs interrogations. Pour ces rendez-vous de vaccination reprogrammés, un circuit dédié sera proposé aux personnes concernées. »

    À noter que le sérum physiologique est une solution d’eau salée utilisée dans différents soins médicaux (nettoyage de plaies, des yeux…) ou encore comme diluant lors d’injections. L’hôpital d’Épernay indique qu’il ne présente pas de conséquences pour la santé.

    #covid #organisation #EnMarche #Vaccin #Vaccination #MDR ou presque

  • Coronavirus: Singapore’s migrant workers remain segregated, weeks after new cases among them dropped to near zero | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/southeast-asia/article/3130225/coronavirus-singapores-migrant-workers-remain-segregated

    Coronavirus: Singapore’s migrant workers remain segregated, weeks after new cases among them dropped to near zero. Most workers remain confined to their dormitories, only able to mix with the wider community on ‘essential errands’ after requesting permission. The government is concerned that, until vaccination is widespread, dormitories remain potential sites for a fresh outbreak

    #Covid-19#migrant#migration#singapour#sante#travailleurmigrant#segregation#dortoir#vaccination#etranger

  • Covid-19 : cinq questions sur l’application TousAntiCovid-Carnet, première étape vers le #pass_sanitaire
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/covid-19-cinq-questions-sur-l-application-tousanticovid-carnet-premiere

    Avec cette nouvelle fonctionnalité de l’application TousAntiCovid, la France se conforme aux demandes de l’Union européenne, qui a demandé aux Etats d’avoir mis en place un système de ce genre d’ici le 17 juin. « Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du certificat européen, nous travaillons en coordination avec l’UE », assure Cédric O. L’objectif est de permettre une « opérabilité des systèmes » de chaque pays européen. « A terme, il serait logique que les résultats certifiés deviennent obligatoires pour voyager au sein de l’Union européenne », explique Cédric O.

    L’UE doit mettre en place d’ici fin juin un sésame destiné à faciliter les déplacements des Européens pouvant attester qu’ils ont été vaccinés contre le Covid-19, qu’ils ont passé un test PCR ou antigénique rapide ou qu’ils sont immunisés après avoir été infectés. Le pass sanitaire européen « ne sera pas déclaratif » et nécessitera par exemple une prise de sang pour assurer de l’immunité acquise, a affirmé le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton. Le document concerna « tout le monde », y compris les enfants, mais restera « volontaire ».

    Le projet du pass sanitaire est évoqué depuis des mois en France et doit permettre la levée progressive des restrictions de déplacements et l’accès à certains lieux et événements. « Olivier Véran et moi-même avons déjà dit que le pass sanitaire n’était pas envisagé pour des applications quotidiennes tel qu’aller au restaurant ou dans un commerce, a rappelé Cédric O. Des questions peuvent légitimement se poser pour des événements un peu différents qui rassemblent énormément de personnes comme les concerts, les festivals, les salons professionnels. Cela fait encore l’objet de discussions gouvernementales. »

    La #vaccination couplée à l’application #TousAntiCovid nous permettra de « vivre avec le virus » ...

  • « C’est un cauchemar » : en Inde, New Delhi reconfinée face à la flambée de l’épidémie de Covid-19
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/19/c-est-un-cauchemar-en-inde-new-dehli-reconfinee-face-a-la-flambee-de-l-epide

    Le directeur du All India Institute of Medical Sciences (AIIMS), le plus grand hôpital de Delhi, Randeep Guleria, demande trois mesures immédiates : la création de zones de confinement, l’interdiction des foules et le renforcement de la vaccination. « Nous aurions dû être plus vigilants. Nous savions que des variants [du Covid-19] circulaient dans le monde. Ce n’était qu’une question de temps avant que les souches ne soient trouvées en Inde… Nous avons été complaisants », a t-il déclaré sur une chaîne de télévision indépendante, NDTV.Tout le pays est débordé par la deuxième vague. L’Inde a enregistré dimanche 273 810 infections et 1 619 morts et a dépassé le cap des 15 millions d’infections et des 178 769 morts depuis le début de l’épidémie.
    Les chiffres sont impressionnants, mais sont loin de donner une idée exacte de l’ampleur des contaminations, en raison de l’éloignement des campagnes, mais aussi de la volonté de certains dirigeants de minimiser l’épidémie. La presse indienne s’est fait l’écho de plusieurs cas troublants dans différents Etats où les données officielles de décès ne correspondent pas à l’explosion du nombre de personnes incinérées. (...)
    L’investissement du premier ministre et de son ministre de l’intérieur, Amit Shah, apparaît totalement décalé par rapport à la crise sanitaire que traverse le pays. Les deux alliés continuent à rassembler des milliers de personnes, qui font fi des normes de sécurité et de distanciation physique. Samedi, Narendra Modi s’est même réjoui devant ses sympathisants de réunir une foule inédite de partisans. L’opposition de droite comme de gauche crie à la « négligence », à « l’impréparation ». Elle pointe la responsabilité du chef de gouvernement qui, lors de la première vague, a mis à genou l’économie et ignoré le sort de millions de migrants en imposant un confinement extrême et qui, lors de la deuxième vague, beaucoup plus grave, préfère battre les estrades.
    Le premier ministre s’est résigné à demander aux hindous qui célèbrent la Kumbh Mela à Haridwar, un pèlerinage géant dans l’Himalaya, de le faire de manière « symbolique ». L’injonction arrive trop tard : Haridwar, où des millions de dévots se sont pressés pour se baigner dans le Gange, est devenu un super-propagateur du virus.
    En l’absence de mesures de confinement, on voit mal comment l’Inde pourra briser la chaîne des transmissions. Le pays vaccine – 122 millions de doses ont été administrées – mais, rapporté à son 1,3 milliard d’habitants, les efforts sont très insuffisants. L’Inde a atteint seulement 9 % de sa population, quand le Royaume-Uni, avec 42 millions de doses administrées, a vacciné 63 % de ses habitants, et les Etats-Unis, avec 205 millions de doses, a pu faire bénéficier la moitié de sa population de plus de 18 ans d’au moins une dose de vaccin.
    L’ancien premier ministre, Manmohan Singh, est sorti de sa réserve, dimanche, pour appeler M. Modi à intensifier la vaccination et donner plus de souplesse aux gouvernements des Etats pour décider des catégories prioritaires.

    #Covid-19#migrant#migration#inde#sante#travailleurmigrant#deplacementinterne#perlerinage#vaccination#transmission

  • Covid-19 en France : l’application TousAntiCovid intégrera bientôt les certificats de tests et de vaccination
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/18/covid-19-en-france-l-application-tousanticovid-va-certifier-les-tests-et-la-

    Les certifications de tests et de vaccination bientôt disponible sur TousAntiCovid. TousAntiCovid, l’application de suivi des malades du Covid-19, va intégrer un carnet permettant de prouver le résultat positif ou négatif d’un test de détection du virus, puis de certifier l’état vaccinal, a annoncé, dimanche, le gouvernement dans une invitation à la presse.
    « TousAntiCovid-Carnet, dont l’expérimentation débute ces prochains jours, vise à stocker sous forme numérique [dans l’application] et de manière sécurisée [une] preuve de test négatif ou positif certifiée et, demain, une attestation certifiée de vaccination », est-il précisé, alors que le dispositif doit être présenté lundi. « La France s’engage dès maintenant dans l’expérimentation de la fonctionnalité TousAntiCovid-Carnet lors des vols à destination de la Corse et des outre-mer », annonce le gouvernement, qui souhaite ensuite étendre le procédé aux déplacements vers les pays de l’Union européenne.

    #Covid-19#migrant#migration#france#UE#sante#passeportvaccinal#frontiere#circulation#vaccination#test

  • Covid-19 : Emmanuel Macron réaffirme l’objectif de « lever les restrictions début mai »
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/04/18/covid-19-macron-reaffirme-l-objectif-de-lever-les-restrictions-debut-mai_607

    Le 31 mars, Emmanuel Macron avait annoncé aux Français le retour du confinement pour une durée de quatre semaines. Le chef de l’Etat a confirmé, dimanche 18 avril, que la réouverture du pays ne serait pas reportée malgré une situation sanitaire toujours tendue, avec plus de 35 000 nouveaux cas recensés samedi et près de 5 900 malades dans les services de réanimation des hôpitaux. « Nous allons progressivement lever les restrictions début mai », a déclaré M. Macron dans un entretien accordé à l’émission « Face the Nation », sur la chaîne de télévision américaine CBS.
    Cet engagement intervient alors que des doutes émergent au sommet de l’Etat sur la possibilité de commencer à rouvrir dès la mi-mai certains lieux accueillant du public, conformément aux promesses présidentielles. La menace des variants dits « brésilien » et « sud-africain » du SARS-CoV-2 a en effet poussé le gouvernement à élargir et à durcir les mesures de restriction contre les voyageurs en provenance de certaines zones à risque. De quoi assombrir la perspective des prochaines semaines.
    Ce contexte n’empêche pas Emmanuel Macron de se montrer positif quant à la possibilité de revoir des touristes américains fouler le sol français dès cet été. Le président de la République a ainsi assuré à CBS que le passeport sanitaire dont l’Union européenne (UE) espère se doter en juin serait « proposé » aux citoyens des Etats-Unis « lorsqu’ils ont décidé de se faire vacciner ou avec un test PCR négatif ». Cette avancée, selon lui, serait rendue possible par les progrès accomplis sur le Vieux Continent en matière de vaccination. (...)
    Afin de contrer les variants qui circulent aujourd’hui en Amérique latine et en Afrique du Sud, le gouvernement a annoncé, samedi, un renforcement des contrôles aux frontières françaises. Le variant brésilien, dit P1, inquiète en particulier les autorités en raison de sa supposée plus grande résistance aux vaccins. Une quarantaine obligatoire de dix jours sera désormais requise pour tous les voyageurs arrivant du Brésil, d’Argentine, du Chili et d’Afrique du Sud. Ces derniers devront présenter à leur arrivée un test PCR négatif de moins de trente-six heures, ou bien un test négatif de moins de soixante-douze heures couplé à un test antigénique négatif de moins de vingt-quatre heures. Des mesures qui concernent également la Guyane.
    A l’exception du Brésil, qui voit sa liaison aérienne avec la France suspendue jusqu’au 23 avril, les vols en provenance de ces pays ne seront néanmoins pas interdits. « D’autres pays pourront être concernés par ces mesures sur la base des critères identifiés par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies », a précisé Matignon dans un communiqué. Des discussions doivent avoir lieu à ce sujet en début de semaine.

    #Covid-19#migrant#migration#france#bresil#guyane#chili#argentine#etatsunis#sante#circulation#test#vaccination#passeportsanitaire#quarantaine#variant

  • SARS-CoV-2 seropositivity and subsequent infection risk in healthy young adults : a prospective cohort study - The Lancet Respiratory Medicine
    https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(21)00158-2/abstract

    (Ré)infection possible chez les jeunes adultes séropositifs mais 80% moindre par rapport aux séronégatifs. Formes asymptomatiques ou légères dans la totalité des cas. Charge virale en moyenne 10 fois moindre que celle des primo-infectés sans que l’on sache si cela est suffisant pour éviter la #transmission.

    This analysis was performed as part of the prospective #COVID-19 Health Action Response for Marines study (#CHARM). CHARM included predominantly male US Marine recruits, aged 18–20 years, following a 2-week unsupervised quarantine at home. After the home quarantine period, upon arrival at a Marine-supervised 2-week quarantine facility (college campus or hotel), participants were enrolled and were assessed for baseline SARS-CoV-2 IgG seropositivity, defined as a dilution of 1:150 or more on receptor-binding domain and full-length spike protein ELISA. Participants also completed a questionnaire consisting of demographic information, risk factors, reporting of 14 specific COVID-19-related symptoms or any other unspecified symptom, and brief medical history. SARS-CoV-2 infection was assessed by PCR at weeks 0, 1, and 2 of quarantine and participants completed a follow-up questionnaire, which included questions about the same COVID-19-related symptoms since the last study visit. Participants were excluded at this stage if they had a positive PCR test during quarantine. Participants who had three negative swab PCR results during quarantine and a baseline serum serology test at the beginning of the supervised quarantine that identified them as seronegative or seropositive for SARS-CoV-2 then went on to basic training at Marine Corps Recruit Depot—Parris Island. Three PCR tests were done at weeks 2, 4, and 6 in both seropositive and seronegative groups, along with the follow-up symptom questionnaire and baseline neutralising antibody titres on all subsequently infected seropositive and selected seropositive uninfected participants (prospective study period).

    Findings

    Between May 11, 2020, and Nov 2, 2020, we enrolled 3249 participants, of whom 3168 (98%) continued into the 2-week quarantine period. 3076 (95%) participants, 2825 (92%) of whom were men, were then followed up during the prospective study period after quarantine for 6 weeks. Among 189 seropositive participants, 19 (10%) had at least one positive PCR test for SARS-CoV-2 during the 6-week follow-up (1·1 cases per person-year). In contrast, 1079 (48%) of 2247 seronegative participants tested positive (6·2 cases per person-year). The incidence rate ratio was 0·18 (95% CI 0·11–0·28; p<0·001). Among seropositive recruits, infection was more likely with lower baseline full-length spike protein IgG titres than in those with higher baseline full-length spike protein IgG titres (hazard ratio 0·45 [95% CI 0·32–0·65]; p<0·001). Infected seropositive participants had viral loads that were about 10-times lower than those of infected seronegative participants (ORF1ab gene cycle threshold difference 3·95 [95% CI 1·23–6·67]; p=0·004). Among seropositive participants, baseline neutralising titres were detected in 45 (83%) of 54 uninfected and in six (32%) of 19 infected participants during the 6 weeks of observation (ID50 difference p<0·0001).

    Interpretation

    Seropositive young adults had about one-fifth the risk of subsequent infection compared with seronegative individuals. Although antibodies induced by initial infection are largely protective, they do not guarantee effective #SARS-CoV-2 neutralisation activity or immunity against subsequent infection. These findings might be relevant for optimisation of mass #vaccination strategies.

    #réinfection #immunité #anticorps

    • Chez le jeune adulte, une première infection par le SARS-CoV-2 et la présence d’anticorps ne garantissent pas une protection totale
      https://www.mediscoop.net/algologie/index.php?pageID=5619adf88ae750690aca105423e863f2&site_origine=newsletter

      Alors que les jeunes adultes ne sont pas encore concernés par la vaccination en France, le Lancet Respiratory Medicine apporte des données sur la protection induite par les anticorps anti SARS-CoV-2 dans cette population. L’article montre que cette protection est importante mais pas totale.

      Cette analyse a été réalisée dans le cadre de l’étude prospective COVID-19 Health Action Response for Marines (CHARM) comprenant principalement de jeunes Marines américains de sexe masculin, âgés de 18 à 20 ans. L’étude a comparé les taux d’infection au sein d’un groupe séropositif et d’un autre séronégatif.

      Après une évaluation de leur séropositivité par recherche des IgG anti SARS-CoV-2, 3249 Marines ont été isolés pendant deux semaines à leur arrivée sur une base militaire avant de débuter leur formation. Le suivi s’est ensuite prolongé pendant 6 semaines supplémentaires pendant lesquelles des tests PCR ont été effectués.

      Parmi 189 participants séropositifs au SARS-CoV-2, 19 (10%) ont eu au moins un test PCR positif (1,1 cas par personne-année). En parallèle, 1079 (48%) des 2247 participants séronégatifs ont également été testés positifs (6,2 cas par personne-année). La présence d’anticorps a donc réduit de 82% le taux d’incidence de l’infection (0.18 ; 0.11–0.28 ; p <0.001).

      Dans les deux groupes, la plupart des cas de Covid-19 étaient asymptomatiques ou avec des symptômes légers (84% dans le groupe séropositif et 68% dans le groupe séronégatif). Chez les recrues séropositives, la réinfection était plus probable en cas de taux d’IgG dirigés contre la protéine Spike bas (RR 0.45 [0.32–0.65] ; p <0 · 001). En outre, les participants séropositifs infectés avaient des charges virales environ dix fois inférieures à celles des participants séronégatifs infectés.

  • How New Mexico Became the State With the Highest Rate of Full Vaccinations - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/04/14/us/new-mexico-covid-vaccines.html

    New Mexico, which has one of the highest poverty rates in the U.S., is a vaccination pacesetter thanks to decisive political decisions, homegrown technology and cooperation.More than 57 percent of New Mexico’s adult population has received at least one dose of the vaccine. And nearly 38 percent of adults are fully vaccinated, a higher rate than in any other state.
    ALBUQUERQUE — Despite having one of the highest poverty rates in the country, New Mexico is surging past states with far more resources in the race to achieve herd immunity against the coronavirus.After New Mexico put into motion one of the most efficient vaccine rollouts in the United States, more than 57 percent of its adult population has now received at least one dose of the vaccine, according to the Centers for Disease Control and Prevention. New Hampshire is the only state with a higher vaccination rate. Nearly 38 percent of New Mexico adults are fully vaccinated, more than any other state.
    The feat is providing some relief in a state where Hispanic and Native American residents — groups that have been among the hardest hit by the coronavirus — together account for 60 percent of the population. Going into the pandemic with a dearth of financial resources compared with richer states, and vulnerabilities like having fewer hospital beds per capita than nearly every other state, the authorities in New Mexico saw the vaccine as their most powerful weapon to stave off an even more harrowing crisis.
    Infectious-disease experts attribute New Mexico’s vaccine success to a combination of homegrown technological expertise, cooperation between state and local agencies and a focus by elected officials on combating the virus.Since vaccines began rolling out in December, new cases of the coronavirus in New Mexico have plunged to fewer than 200 a day from nearly 2,000. Deaths have declined to fewer than five a day from an average of more than 35. In the state’s nursing homes and assisted-care facilities, the average number of deaths each day has fallen from 10 to fewer than one.“New Mexico’s foundational health disparities compel us to think differently than some other states with regard to pandemic response,” Ms. Lujan Grisham said in a statement. “I fully believe New Mexico can be the first state to reach herd immunity and be the first to begin operating in the new post-pandemic ‘normal’ the right way, the safe way.”
    Before vaccines began getting administered last year, Ms. Lujan Grisham mobilized the New Mexico National Guard and Civil Air Patrol, whose pandemic-related missions include operating a large vaccine distribution center in Albuquerque and staffing drive-through testing sites. From the start, the authorities have made both the Pfizer and Moderna vaccines available in roughly equal proportions across the state, accounting for a large majority of doses administered so far.

    In devising its vaccine distribution plan many months ago, the health department also turned to Real Time Solutions, a small software company in Albuquerque. While other states adopted piecemeal registration approaches, resulting in chaotic rollouts, Real Time set up a centralized vaccine portal for all residents to sign up for shots.Big challenges persist during a pandemic, including the threat of new variants and disparities in vaccine acceptance in some communities. According to the health department, Hispanics and African-Americans in New Mexico remain less likely to get the vaccine than Anglos, as non-Hispanic whites are known in the state. (...)But Native Americans in New Mexico, who have endured some of the most severe rural outbreaks during the pandemic, are getting the vaccine at close to the same rate as Anglos in the state. In some instances, tribal nations have done such a thorough job of vaccinating their own citizens that they have begun administering doses to people from neighboring communities, providing another boost to New Mexico’s overall vaccination rate.Health experts say somewhere between 70 to 90 percent of people in a society need to be vaccinated to arrive at herd immunity, a situation in which most of a population is immune to an infectious disease, providing indirect protection to those who are not immune. With less than 40 percent of its residents fully vaccinated, New Mexico still has a long road ahead to reach that point.

    #Covid-19#migration#migrant#etatsunis#nouveaumexique#vaccination#sante#inegalite#race#systemesante#communuaute#minorite

  • Hong Kong coronavirus: unvaccinated, locally based cargo flight crews can skip quarantine if flying from ‘low-risk’ countries | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/transport/article/3129618/hong-kong-coronavirus-unvaccinated-locally-based-cargo

    exclusive | Hong Kong coronavirus: unvaccinated, locally based cargo flight crews can skip quarantine if flying from ‘low-risk’ countries
    New rules demand though that they remain segregated from local community while overseas; fully vaccinated aircrews, meanwhile, will be allowed to bypass isolation without that conditionCrews from destinations deemed ‘very high risk’, including Britain and the Philippines, will not be exempted even if they have had two jabs
    Why is Hong Kong’s coronavirus ‘vaccine bubble’ plan already drawing flak?
    Hong Kong’s latest efforts to incentivise coronavirus vaccinations have proved unpopular with some.
    Covid-19 contagion among vaccinated individuals is still being studied but the likelihood of post-vaccination spreading is likely to be reduced.
    Hong Kong will allow locally based, unvaccinated cargo flight crews to skip quarantine if they have stayed in six Asia-Pacific countries deemed lower risk, while fully vaccinatedaircrews will also be allowed to bypass isolation, the Post has learned.The new policy, seen in a document obtained by the Post, was revealed hours after the government on Wednesday night tightened criteria for banning flights as well as entry rules for passengers from high-risk countries where new coronavirus
    variants have been identified.

    #Covid-19#migrant#migration#honkong#grandebretagne#philippines#vaccination#circulation#bulledevoyage#risqueepidemique

  • New Zealand suspends travel from India after jump in Covid-19 cases | New Zealand | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/apr/08/new-zealand-suspends-travel-from-india-after-jump-in-covid-19-cases
    https://i.guim.co.uk/img/media/45a0ccc2dd20f57e4a37538ccc129c36ae47a651/0_305_4836_2902/master/4836.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    NZ Prime Minister Jacinda Ardern Announces Plans For COVID Travel Bubble With AustraliaWELLINGTON, NEW ZEALAND - APRIL 06: Prime Minister Jacinda Ardern speaks to media during a press conference at Parliament on April 06, 2021 in Wellington, New Zealand. Prime Minister Jacinda Ardern announced that quarantine-free travel between New Zealand and Australia will start on Monday 19 April. The travel bubble will aid economic recovery by safely opening up international travel between the two countries while continuing to pursue a COVID-19 elimination strategy.
    New Zealand has temporarily suspended entry for all travellers from India, including its own citizens, for about two weeks following a high number of positive coronavirus cases arriving from the South Asian country.
    The move comes after New Zealand recorded 23 new positive coronavirus cases at its border on Thursday, of which 17 were from India.
    “We are temporarily suspending entry into New Zealand for travellers from India,” the prime minister, Jacinda Ardern, said in a news conference in Auckland.India is battling a deadly second wave of Covid-19 with daily infections this week passing the peak of the first wave seen last September.
    How New Zealand’s Covid success made it a laboratory for the world
    The suspension will start on 11 April and will be in place until 28 April. During this time the government will look at risk management measures to resume travel.“I want to emphasise that while arrivals of Covid from India has prompted this measure, we are looking at how we manage high risk points of departure generally. This is not a country specific risk assessment,” Ardern said.New Zealand has virtually eliminated the virus within its borders, and has not reported any community transmission locally for about 40 days.But it’s been reviewing its border settings as more people with infections arrive in New Zealand, the majority from India.Ardern said the rolling average of positive cases has been steadily rising and hit 7 cases on Wednesday, the highest since last October.New Zealand on Thursday also reported one new locally infected case in a worker who was employed at a coronavirus managed isolation facility. The 24-year-old was yet to be vaccinated.The travel suspension came just two days after New Zealand announced it would be launching a trans-Tasman travel bubble with Australia on 19 April.

    #Covid-19#migrant#migration#nouvellezelande#inde#sante#frontiere#circulation#vaccination