• Le géant indien des vaccins demande à Biden de mettre fin à l’embargo sur ses matières premières
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-geant-indien-des-vaccins-demande-a-biden-de-mettre-fin-a-l-embargo-su

    Le patron du plus grand fabricant mondial de vaccins, basé en Inde, s’est adressé directement vendredi au président américain Joe Biden sur Twitter pour lui demander de mettre fin à un embargo sur les exportations de composants.

    La méthode peu courante adoptée par Adar Poonawalla, patron du Serum Institute (SII), l’un des principaux fournisseurs des pays en voie de développement, souligne la gravité des difficultés que rencontrent ces pays pour s’approvisionner en vaccins anti-Covid.

    « Respecté Président, si nous voulons sincèrement nous unir dans le combat contre ce virus, au nom de l’industrie de la vaccination à l’extérieur des Etats-Unis, je vous demande humblement de supprimer l’embargo sur l’exportation de produits de base, afin que la production de vaccins puisse augmenter », a-t-il tweeté.

    Il n’y a pas eu de réponse immédiate sur Twitter de Joe Biden. . . . . .
    #covid #coronavirus #vaccins #pénurie organisée #inde #usa #biden

  • Pfizer demande à Israël de payer ses doses sous peine de perdre ses avantages Time of Israel

    Une querelle entre Netanyahu et Gantz retarderait l’approbation du budget nécessaire pour acheter de nouveaux vaccins : "Nous ne sommes pas des philanthropes", aurait dit la firme.

    Pfizer menacerait de retarder de nouvelles livraisons de vaccins au sein de l’État juif en raison d’un retard de paiement, et la firme aurait averti que l’État juif pourrait se retrouver dans la file d’attente si les versements nécessaires n’étaient pas faits, a fait savoir vendredi la Douzième chaîne.

    Pfizer avait indiqué, lundi dernier, avoir terminé ses livraisons de vaccins à Israël dans le cadre de son accord initial, ajoutant que l’entreprise était en pourparlers concernant des approvisionnements supplémentaires à destination de l’État juif.

    « La compagnie travaille actuellement avec le gouvernement israélien pour réactualiser les dispositions de l’accord dans le but de fournir des vaccins supplémentaires au pays. Les livraisons vont être réadaptées tant que cet accord restera en cours de négociation », avait déclaré Pfizer à l’agence Reuters.

    Mais un retard de paiement aurait entraîné un avertissement sévère de la part de l’entreprise.

    La Douzième chaîne a indiqué que la firme avait mis en garde Israël cette semaine, faisant savoir que si les paiements n’étaient pas honorés, alors les doses seraient envoyées ailleurs. Un responsable aurait déclaré au ministère de la Santé israélien que « nous ne sommes pas des philanthropes ».

    Des avertissements similaires ont été lancés par Moderna.

    Israël et Pfizer avaient conclu un accord sur l’achat de vaccins au mois de novembre. La compagnie pharmaceutique, ainsi que son partenaire BioNTech, avaient ainsi livré à Israël un nombre non précisé de doses et le ministère des Finances avait expliqué avoir déboursé la somme de 2,6 milliards de shekels.

    Israël veut acquérir 36 millions de doses supplémentaires, a noté Reuters.

    Ces vaccins seront destinés aux #enfants – une fois qu’ils seront considérés comme éligibles – et pour les piqûres de rappel des Israéliens. Le responsable de la lutte contre le coronavirus au sein de l’État juif, Nachman Ash, avait déclaré dimanche dernier qu’il pensait qu’Israël pourrait commencer à vacciner les enfants au cours des prochaines semaines.

    Pfizer a demandé vendredi l’autorisation Des États-Unis pour vacciner les jeunes de 12 à 15 ans.

    Source : https://fr.timesofisrael.com/pfizer-demande-a-israel-de-payer-ses-doses-sous-peine-de-perdre-se

    #covid #Israel #Pfizer #vaccins #BioNTech #argent #gros_sous

  • « Le pari sur le vaccin Spoutnik V aurait pu réussir. Ce qui lui a manqué définit les limites du poutinisme »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/04/07/le-pari-sur-spoutnik-v-aurait-pu-reussir-ce-qui-lui-a-manque-definit-les-lim

    Le vaccin russe contre le Covid-19 paraissait bien parti. L’hubris, la faiblesse industrielle et la méfiance en ont décidé autrement.

    Chronique. Le 4 octobre 1957, un signal sonore émis toutes les quatre-vingt-seize minutes au-dessus des Etats-Unis figea les savants américains : l’Union soviétique (URSS) venait de gagner la première manche de la course à l’espace. Le satellite Spoutnik 1 était le premier jamais lancé en orbite – et c’est Moscou qui avait réalisé l’exploit. En pleine guerre froide, Nikita Khrouchtchev marquait un point dont, en matière de propagande, personne ne pouvait sous-estimer la valeur.

    Les Russes aiment l’histoire et Vladimir Poutine vénère l’URSS. Six décennies plus tard, il a voulu rééditer l’exploit. Cette fois, ce n’est plus sur les satellites que porte la compétition mais sur les vaccins, seuls capables de vaincre la pandémie de Covid-19. Visionnaire, le président russe fait le pari, dès février 2020 : son pays sera le premier à produire le vaccin.

    La Russie a des atouts. En matière scientifique, elle a beaucoup perdu avec la fuite des cerveaux au moment de l’effondrement de l’URSS en 1991, mais elle a de beaux restes. L’institut de recherche épidémiologique et microbiologique Gamaleïa, qui a déjà travaillé sur un coronavirus, le MERS-CoV, apparu au Moyen-Orient en 2012, et sur le virus Ebola, se met sur le SARS-CoV-2.

    Surtout, Poutine confie la direction des opérations à un homme de confiance, Kirill Dmitriev, as de la finance formé à Stanford et Harvard, passé par Goldman Sachs et McKinsey. A 45 ans, Dmitriev dirige depuis dix ans le très puissant fonds souverain russe, le RDIF (Russian Direct Investment Fund), qui a quelque 10 milliards de dollars (8,4 milliards d’euros) à investir. Dominique Strauss-Kahn siège – seul étranger – à son conseil de surveillance et il arrive à Nicolas Sarkozy de venir célébrer la « puissance russe » à ses dîners de gala.

    A l’instar de Donald Trump avec l’opération Warp Speed aux Etats-Unis ou de Boris Johnson avec sa task force vaccins, confiée aussi à une financière de choc, Kate Bingham, Vladimir Poutine a « mis le paquet », comme dirait Emmanuel Macron en regrettant de ne pas l’avoir fait. Ce pari, le président russe aurait pu le réussir. Ce qui lui a manqué pour y parvenir définit, finalement, les limites de son règne.

    Insuffisance des capacités de production
    Dmitriev baptise le projet Spoutnik, en référence à la gloire passée et ajoute « V » pour vaccin, ou « victory ». Car à nouveau, dit-il en juillet 2020, les Américains découvriront avec surprise que « les Russes y sont arrivés les premiers ». De fait, en août, la Russie revendique le premier vaccin au monde contre le Covid-19.

    la suite des limites du poutinisme est derrière le #paywall :-(

    • C’est là que les ennuis commencent. En claironnant leur découverte alors qu’ils n’étaient qu’en phase 3 des essais, les Russes ont aussitôt suscité la méfiance. Cela fleure trop la propagande. D’autant plus que le même mois, la Russie fait parler d’elle pour un autre exploit chimique, nettement moins glorieux : l’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny. Spoutnik V devient « le seul vaccin à avoir son propre compte Twitter », dit Dmitriev, qui l’a ouvert en août pour « dissiper les malentendus ». L’institut Gamaleïa a bel et bien mis au point un vaccin, mais il faudra des mois à Moscou pour l’imposer aux experts mondiaux. La reconnaissance arrive en février 2021 dans la revue scientifique The Lancet, qui en admet l’efficacité à plus de 90 %.

      Entre-temps est apparu un autre problème : l’insuffisance des capacités de production en Russie. En octobre, M. Poutine évoque lui-même, devant un forum d’investisseurs, des « problèmes liés à l’absence de certains équipements pour la production de masse ». Le président russe récolte ce qu’il n’a pas su semer en vingt ans : son pays n’a pas d’industrie pharmaceutique digne de ce nom.

      L’économiste russe Sergei Guriev, professeur à Sciences Po, rappelle un épisode révélateur, celui du refus par Moscou en 2013 de la vente de la firme russe Petrovax, créée par des scientifiques en 1996, à la société américaine Abbott Laboratories. Modernisée, elle aurait pu produire du Spoutnik V. Mais le secteur pharmaceutique russe est un secteur « captif », source de multiples trafics, comme celui qui a valu il y a deux semaines au gouverneur régional de Penza et au patron de la firme locale Biotek d’être arrêtés pour corruption.

      Des importations nécessaires

      Dmitriev s’active, vend le Spoutnik V dans plus de cinquante pays, noue des partenariats en Inde, au Kazakhstan ou en Corée du Sud pour le faire fabriquer à l’extérieur. Car la pénurie sévit. Non seulement la Russie n’arrive pas à livrer toutes les doses de Spoutnik promises à l’exportation, mais elle est obligée d’en importer pour ses propres ressortissants https://www.nytimes.com/2021/03/28/world/europe/sputnik-vaccine-russia.html?action=click&module=Top%20Stories&pgtype=Homepa. Non pas qu’ils se battent pour se faire piquer : à peine plus de 5 % de la population russe est actuellement vaccinée. Mais ils n’ont accès à aucun vaccin étranger, et les sondages montrent qu’eux aussi se méfient de Spoutnik V. C’est le troisième écueil.
      La dernière faille est d’ordre géopolitique. Le 7 novembre 2020, Poutine téléphone à Macron, évoque une coopération possible sur Spoutnik V. L’Elysée donne le feu vert à l’envoi d’une délégation, dirigée par la virologue Marie-Paule Kieny, présidente du comité vaccins français, qui se rend à Moscou les 27 et 28 novembre et offre ses conseils pour la procédure d’homologation par l’Agence européenne du médicament (EMA). Des jalons sont aussi posés avec l’Allemagne.

      Mais comme d’habitude, la Russie joue mieux la carte bilatérale que multilatérale ; trop contente de diviser l’Union européenne, elle livre en fanfare des doses à la Hongrie… avant de finir par déposer le dossier de Spoutnik V à l’EMA, fin janvier. Elle fournit la Slovaquie, où l’opération tourne au fiasco. Pendant ce temps, la Chine ramasse la mise en inondant de ses propres vaccins des pays où la Russie espérait marquer des points, comme la Serbie et la Turquie.

      Spoutnik V n’a pas dit son dernier mot – le Covid-19 non plus. Ni Poutine, qui vient de promulguer la loi lui permettant de rester au pouvoir jusqu’à 2036. C’est sa revanche sur Khrouchtchev.

      #covid-19 #vaccins #industrie_pharmaceutique #pénurie #géopolitique #Russie #Chine

    • La Russie n’a le monopole ni de la désindustrialisation, ni de l’incapacité à anticiper sur des besoins émergents. Aucun hexagonal ne devrait en douter. Tous les états qui le peuvent utilisent leur industrie comme arme de propagande. Sur les vaccins, les USA, et surtout la Chine, gagnent.
      Qu’un chef d’état se soit formé en école de commerce ou dans les services secrets, c’est pas la même peste.

  • Les vaccins protègent aussi ceux qui ne les reçoivent pas Nathan Jeffay - 5 avril 2021 - Time of israel
    https://fr.timesofisrael.com/les-vaccins-protegent-aussi-ceux-qui-ne-les-recoivent-pas-etude-en

    Comme les médecins l’espéraient, les injections aident non seulement les personnes vaccinées, mais fournissent aussi une "protection croisée" au reste de la population.

    Les espoirs d’obtenir une immunité collective contre la COVID-19 ont reçu un coup de pouce majeur lundi, après qu’une nouvelle étude israélienne a montré que les personnes vaccinées protégeaient aussi ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas se faire vacciner.

    L’étude, qui n’a pas encore été examinée par des pairs, a révélé que l’effet est si frappant, qu’avec chaque augmentation de 20 points des taux de vaccination des adultes dans une population donnée, le risque que les enfants y reçoivent un résultat de test positif est diminué de moitié.


    Des personnels médicaux et des malades, portant des masques, brandissent des drapeaux israéliens alors que les forces aériennes font une démonstration de vol acrobatique au dessus de l’hôpital Hillel Yaffe à Hadera, dans le nord d’Israël, le 29 avril 2020. (Crédit ;Ariel Schalit/AP)

    Les taux d’infection en Israël ont considérablement baissé ces dernières semaines. Cela n’est pas surprenant, car il a été abondamment démontré qu’une personne qui prend le vaccin Pfizer-BioNTech, administré à ce jour à plus de la moitié de la population israélienne, est très peu susceptible de tomber malade de la COVID-19.

    Mais la recherche est limitée lorsqu’il s’agit de savoir si les vaccins réduisent le risque de transmission du virus.

    Les scientifiques ont remarqué le fait que les personnes qui ont attrapé la COVID-19 après une seule injection ont une charge virale plus faible et semblent donc moins susceptibles de transmettre le virus. Mais il n’est pas encore tout à fait clair comment ce fait se traduit dans la vie réelle : les personnes non vaccinées sont-elles réellement plus à l’abri du virus lorsque leur entourage est vacciné ?

    Il s’agit d’une question importante étant donné le fait que si des vaccins sont en passe d’être approuvés prochainement pour les enfants âgés de 12 ans et plus, les moins de 12 ans ne seront pas vaccinés dans un futur proche, et environ un million d’Israéliens adultes n’ont pas été vaccinés. Le personnel des organisations médicales ne pense convaincre qu’environ la moitié d’entre eux.

    La nouvelle recherche répond par un « oui » retentissant à la question de savoir si les personnes vaccinées protègent leur entourage. Elle a examiné les données médicales provenant d’enfants – qui ne peuvent pas encore recevoir de vaccins – dans quelque 223 communautés israéliennes et a constaté que, plus la vaccination est répandue parmi les adultes de l’entourage, moins les enfants sont susceptibles d’être testés positifs.

    « Ces résultats fournissent des preuves fondées sur l’observation que la vaccination protège non seulement les vaccinés individuels, mais fournit également une protection croisée aux personnes non vaccinées de la communauté », ont écrit les chercheurs de l’Institut technologique Technion-Israel et des services de santé Maccabi.

    Les enfants ont fourni l’échantillon d’étude idéal, car ils ne sont pas vaccinés – à de très rares exceptions. Mais la question clé à laquelle ils permettent de répondre concerne les adultes. Ceux qui ne sont pas vaccinés parce qu’ils refusent ou ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales sont-ils protégés par la vaccination d’autrui ?

    Si la réponse est oui, comme le suggère la recherche, cela indique qu’en dépit de toute l’incertitude quant au pourcentage de vaccination dont une société a besoin pour obtenir l’immunité collective, Israël va fermement dans cette direction. Et d’autres populations qui vaccinent largement le seront aussi.

    La recherche, qui a été publiée en ligne, a comparé le taux de vaccination chez les adultes sur des intervalles de trois semaines, par rapport aux données de test COVID d’enfants de l’entourage 35 jours plus tard. Ils ont trouvé une corrélation claire entre l’ampleur de la vaccination des adultes et l’ampleur de la baisse de résultats positifs chez les tests des enfants.

    « Nous constatons que des taux de vaccination plus élevés sont associés à un taux d’infection plus faible plus tard chez le groupe non vacciné », ont déclaré les chercheurs, dirigés par Tal Patalon de Maccabi et le professeur Roy Kishony du Technion.

    Pendant plusieurs semaines, les médecins se sont montrés prudents lorsqu’il s’agissait de discuter d’immunité collective, en raison du peu de données soutenant l’idée que les vaccins empêchent la transmission, et du sentiment qu’Israël s’approche d’un maximum en termes de taux de vaccination, car la plupart des adultes ont reçu des vaccins mais les enfants ne le peuvent pas.

    A présent, avec la publication de cette étude et le début des préparatifs pour vacciner les enfants de 12 à 15 ans – après que Pfizer a trouvé ses vaccins très efficaces concernant ce groupe d’âge – l’immunité collective est une fois de plus fermement à l’ordre du jour.

    #covid-19 #immunité #coronavirus #sars-cov-2 #immunité_collective #vaccin #vaccination #confinement #vaccins #immunité_de_groupe #santé #pandémie #sars-cov2

  • Covid-19 : la France démarre cette semaine la production de vaccins (AFP)

    https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/050421/covid-19-la-france-demarre-cette-semaine-la-production-de-vaccins

    La production [déléguée] de vaccins en France contre le Covid-19 doit démarrer mercredi, chez le sous-traitant français Delpharm, a-t-on appris lundi auprès du ministère français de l’Economie et des Finances, confirmant des informations de presse.

    « La production doit commencer cette semaine, en l’occurrence mercredi chez Delpharm, dans son usine de Saint-Rémy-sur-Avre (nord-ouest de la France), pour (le compte du laboratoire allemand) BioNTech », partenaire de l’américain Pfizer, a indiqué le ministère à l’AFP.

    « Ils vont commencer par la production de lots-tests dans un premier temps, pour s’assurer que tout est conforme aux standards de qualité attendus et basculeront ensuite le plus rapidement possible sur de la production de lots commerciaux », a-t-on précisé de même source.

    Le ministère a rappelé que le sous-traitant Delpharm faisait partie des entreprises soutenues ces derniers mois par l’Etat français, via l’appel à manifestation d’intérêt annoncé à la mi-juin 2020, et elle va grâce à ce soutien pouvoir mettre en flacons pour l’alliance Pfizer/BioNTech.

    Concernant la capacité de production, « les entreprises ne souhaitent pas à ce stade communiquer sur le volume attendu », selon le ministère.

    Car outre Delpharm, le Suédois Recipharm va produire des vaccins pour l’entreprise américaine Moderna, « à horizon mi-avril », dans son usine française de Monts (ouest).

    Le façonnier Fareva devrait lui lancer « fin mai, début juin » la production du CureVac, qui est encore soumis à la condition d’autorisation de mise sur le marché.

    Enfin, le Français Sanofi va produire pour Janssen (filiale de Johnson & Johnson), à Marcy-l’Etoile (sud-est).

    « Quand on met tout ça bout à bout, on est sur au moins 250 millions de doses qui sortiront des sites français d’ici à la fin de l’année, en cumulé », a indiqué le ministère.

    Un chiffre qui ne comprend pas le vaccin mis au point par Sanofi, espéré pour le second semestre, si les essais cliniques s’avèrent concluants.

    [...]

    • oui, c’est hilarant de voir le ministère de l’économie s’occuper de la comm des industriels de vaccins ; c’est pas comme si « à ce stade » [de France] c’était pour un petit problème d’épidémie et de santé publique, ni comme si le boss avait dit que les vaccins devaient être un bien public :-p

      dans un mois, le ministère du travail nous annonce que « grâce à ces partenariats stratégiques », le chômage à baissé de 0.3% et l’indépendance sanitaire est en bonne voie.

  • Macron roi

    Alors que le #Parlement est en ce jour transformé en une chambre d’enregistrement des désirs du Roi, il importe de revenir sur le bilan d’une année de gouvernement-covid. Est-ce la pandémie qui est hors de contrôle, ou bien notre président ? Les deux certainement.

    « Le président a acquis une vraie #expertise sur les sujets sanitaires. Ce n’est pas un sujet inaccessible pour une intelligence comme la sienne. » #Jean-Michel_Blanquer, Le Monde, le 30 mars 2021

    « Ce n’est pas Macron qui manque d’#humilité, c’est l’humilité qui n’est pas à la hauteur », #EmmanuelMacronFacts

    « Père Ubu – Allons, messieurs, prenons nos dispositions pour la bataille. Nous allons rester sur la colline et ne commettrons point la sottise de descendre en bas. Je me tiendrai au milieu comme une citadelle vivante et vous autres graviterez autour de moi » Alfred Jarry, Ubu roi, Acte IV, scène 3

    Je serai bref. On écrit bien trop sur Macron. Les trois épigraphes ci-dessus disent à peu près tout. Il faudrait juste ajouter que dans certaines versions de la mythologie grecque Hybris est l’un des enfants de la Nuit et d’Érèbe, une divinité des Enfers. L’#hybris désigne la #démesure, l’#excès_de_pouvoir et le vertige auquel il conduit. La Vème République est une détestable machine à produire de l’hybris. Des présidents hors de contrôle.

    En ce 31 mars 2021, Macron roi préside un #Conseil_de_défense_sanitaire où ne siège autour de lui qu’une petite grappe de ministres choisis par ses soins. Conseil opaque, soumis au secret et échappant à tout #contrôle_législatif . Le soir du même jour, il annonce ses décisions à ses sujets, au nom d’un « nous », dont on ne saura jamais s’il est de majesté ou s’il renvoie aux choix collectifs et débattus d’un #exécutif. Ce « je-nous » annonce donc le #reconfinement de toute la métropole, avec la fermeture des écoles. Je propose de déduire de ces décisions les trois #échecs de Macron, qui correspondent à trois #fautes, lesquelles sont directement en rapport avec la démesure qui caractérise le personnage, #démesure encouragée par la fonction et notre #constitution épuisée. Quand faire le #bilan d’une politique se résume, de facto, à la caractérologie de son Auteur, on se dit qu’il est grand temps de changer de République et d’en finir avec le #présidentialisme.

    Le premier échec de Macron roi, c’est le reconfinement de toute la métropole avec ses conséquences en termes de #santé_mentale, de #précarisation accrue pour les plus pauvres et les classes moyennes, et d’aggravation de la #crise_économique. L’engagement pris à de multiples reprises de ne pas reconfiner nationalement n’a jamais été accompagné de la politique qu’un tel choix exigeait. Macron a mis tout le pays dans une #impasse. Le reconfinement est la conséquence directe de ce choix. La décision de laisser filer l’#épidémie fin janvier, - dans un contexte de diffusion des variants, avec l’exemple anglais sous les yeux, et contre l’avis de toute la #communauté_scientifique -, a été, littéralement, criminelle. Macron était parfaitement informé de la flambée qui aurait lieu mi-mars. Nous y sommes.

    Le second échec de Macron roi, distrait et appuyé par son fou préféré dans son obstination à ne #rien_faire pour sécuriser sérieusement l’#Éducation_nationale, aura été la #fermeture contrainte des #écoles et le prolongement du semi-confinement des étudiant.es, qu’il convient de ne pas oublier : les dégâts sont pour elle et eux sans fin, que certain.es aident à réparer : https://blogs.mediapart.fr/parrainer-un-e-etudiant-e/blog/260221/parrainer-un-e-etudiant-e-pour-entrer-dans-le-monde-dapres-appel-ten. En plus des scandales des #masques, des #tests et des #vaccins, Macron et son gouvernement sont en effet directement comptables d’une #inaction incompréhensible. Monté sur son « cheval à phynances », Macron roi a certes arrosé les entreprises de centaines de milliards, mais n’en a dépensé aucun pour l’#Hôpital, l’École, l’#Université, la #Recherche et plus généralement la #sécurisation_sanitaire des #lieux_publics, parmi lesquels tous les lieux de #culture.

    Or, depuis bientôt un an, des chercheurs font la démonstration que des solutions existent (voir ici : https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/120121/rendre-l-universite-aux-etudiants-sans-attendre-les-decideurs ) et que la stratégie « #Zéro_Covid » est certainement la plus efficace et la plus propre à protéger des vies : voir par exemple les propositions concrètes de Rogue-ESR (https://rogueesr.fr/zero-covid). Pourquoi donc « une intelligence comme la sienne » ne parvient-elle pas à s’élever jusqu’à la compréhension que la #détection de la saturation en #CO2 d’un lieu fermé et l’utilisation de #filtres_Hepa sont des dispositifs techniques simples, efficaces et susceptibles de limiter la propagation du #virus ? Même des esprits infiniment plus bornés que le sien – Wauquiez par exemple (https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/covid-l-efficacite-des-purificateurs-d-air-contre-le-sa), qui dégage 10 millions pour des #purificateurs_d’air dans les écoles et lycées - ont parfaitement saisi au bout de 6 mois ce que Macron-Roi mettra deux ans à reconnaitre.

    Le troisième échec de Macron roi, le plus terrible, est le nombre de #morts, de vies brisées, de souffrances psychiques et physiques que des années de soins peineront à soulager. Bientôt 100 000 morts. Des légions de "covid longs", des enfants, des adolescents et des étudiants habités par l’angoisse de contaminer leur parents … Question : combien de milliers de vies auraient pu être épargnées, non pas seulement par des décisions énergiques fin janvier 2021, mais par un véritable #plan_d’action visant à apporter une sécurité sanitaire digne de ce nom, à toute la population ? Pourquoi 3000 #lits de #réanimation supplémentaires seulement maintenant et pas à l’été 2020, avant la seconde vague ? Pourquoi Zéro mesure technique et financière pour les #universités quand des étudiants se suicident ? Pourquoi Zéro vaccin pour protéger les enseignants ? Pourquoi faire si peu de cas de « La valeur d’une vie » (https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/260121/la-valeur-d-une-vie) ?

    L’analyse des causes de ces #échecs montre que ce ne sont pas des #erreurs, mais des #fautes politiques. Tout d’abord une gestion présidentialiste et autocratique de la #crise_sanitaire, couplée avec un virage idéologique vers l’extrême droite. Ensuite le refus de toute #politique_d’anticipation, qui est à concevoir comme une conséquence du « #en-même-temps » : le #laisser_faire néolibéral du macronisme se conjugue avec un retrait massif de l’#Etat et un affaiblissement de la #Fonction_publique. Enfin la #gestion_sanitaire de Macron roi a pris lors de cette épidémie la forme d’un #pari : s’accoutumer au virus, #vivre_avec, le laisser filer permettra peut-être d’éviter un #confinement. Le pari au lieu de la #raison et de la #délibération, le jeu avec la science, le rêve de devenir un savant, l’adulation de Raoult, Macron roi devenu « l’expert », l’épidémiologiste en chambre. La limite de cette folie est éthique : un #pouvoir, quel qu’il soit, ne peut pas parier des vies comme dans une partie de poker.

    A ces trois fautes correspondent trois marqueurs de l’identité politique de Macron roi : l’#opportunisme, le #jeu et le #cynisme. Macron est certainement le président le plus dangereux que nous ayons eu depuis Pétain. Il est le président qui aura consenti à la mort de dizaines de milliers de citoyen.ne.s, qui aura fait le lit de l’#extrême_droite et aura remplacé la politique par un jeu de roulette russe. Président hors de contrôle, il est devenu à lui seul le haut comité médical qu’il a institué. Il est devenu à lui seul tout le Parlement. Il est devenu sa propre caricature. Le Roi et le fou du Roi. Seul en son Palais, "divertissant son incurable ennui en faisant des paris avec la vie de ses sujets"*.

    Pascal Maillard

    Père Ubu s’interrogeait ainsi : « Le mauvais droit ne vaut-il pas le bon ? ». Il parait que sous la plume de Jarry cette question rhétorique renvoyait au cynisme politique de Bismarck.

    * L’expression est de l’écrivain Yves Charnet, dans un livre à paraître.

    https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/010421/macron-roi

    #macronisme #Macron #France #covid #coronavirus #Blanquer

  • Face au Covid-19, raisonner et agir en militant ouvrier | Revue Lutte de classe n°214 - mars 2021

    Dans de nombreuses entreprises, des travailleurs expriment leur méfiance envers les #vaccins anti-Covid, reprenant parfois des thèses complotistes. Bien sûr, cette méfiance peut s’expliquer par les conditions dans lesquelles ces vaccins ont été fabriqués, la concurrence entre trusts pharmaceutiques, ou par les différents scandales sanitaires de ces dernières années, comme celui du Mediator...

    – Quelques positionnements militants dans l’histoire du #mouvement_ouvrier
    – Ne pas raisonner en réformistes
    – Sur la question de la discipline

    #complotisme #marxisme #covid-19

  • Méprisant avec la population, à genoux devant le Big pharma !

    Editorial des bulletins d’entreprise LO du 29 mars 2021 https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/meprisant-avec-la-population-genoux-devant-le-big-pharma-156390.html

    Avec plus de 45 000 nouveaux cas quotidiens, des #hôpitaux forcés de déprogrammer des opérations, ce qui est déjà une forme de tri des patients, l’épidémie flambe à nouveau. Mais cette fois, il n’y a pas de surprise, puisque cette #troisième_vague avait été annoncée par les prévisionnistes. La responsabilité immédiate de cette nouvelle catastrophe incombe au gouvernement #Macron.

    Sans avoir augmenté les places en réanimation et embauché le personnel nécessaire et sans même être capable de vacciner en masse, Macron s’est enorgueilli de ne pas reconfiner et de garder les écoles ouvertes. Il prétendait avoir trouvé un chemin qu’aucun autre gouvernement n’avait vu : il nous a menés au fond de l’impasse !

    Mais, pour Macron, il n’y a pas d’erreur, « aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec ». Et quand les enseignants ont envoyé des SOS parce que le nombre de cas explosait dans leurs établissements, #Blanquer, le ministre de l’Éducation, expliquait que « l’école c’est la santé ». Autrement dit, « circulez, il n’y a rien à voir » !

    C’est exactement ce qui se passe dans nombre d’entreprises où le patron fait semblant de ne pas voir les clusters. Car Macron, avec son côté hautain, est à l’image de toute la classe dominante. Il ne fait que refléter le fonctionnement hiérarchique d’une société basée sur la domination sociale.

    Il y a, en haut, ceux qui savent – les chefs, les dirigeants, les ministres – et en bas ceux qui doivent obéir – les travailleurs, la population. En haut, ceux qui décident des restrictions, des contraintes et des sanctions… pour ceux d’en bas ! Et les initiatives de la base n’ont pas lieu d’être : il faut se soumettre aux ordres même quand ils sont stupides et que les dirigeants mentent de façon éhontée.

    Le mépris social imprègne toute la société. C’est logiquement qu’il marque la gestion sanitaire. Il frappe les soignants qui se sont vu refuser toute embauche et réelle augmentation de salaire. Il frappe les premiers de corvée, les auxiliaires de vie, les employés de grande surface, juste bons à trimer au péril de leur santé, pour des bas salaires. Il frappe les commerçants forcés de refermer leurs portes en dépit de tout bon sens. Il frappe le personnel de l’Éducation à qui le ministre n’a de cesse de faire la leçon, et même les épidémiologistes qui, aux dires de Macron, se seraient souvent trompés !

    Mais, comme tous les gouvernants avant lui, Macron rampe devant ceux qui détiennent le vrai pouvoir, les capitalistes. C’est ce qui le rend impuissant à freiner l’épidémie et à vacciner massivement.

    Les #vaccins sont le nerf de la guerre, tout le monde le sait et… tout le monde attend. Imagine-t-on une guerre menée sans que l’État se charge de l’armement et en contrôle la production ? Imagine-t-on des officiers préparant des plans d’attaque sans savoir quand et combien d’avions, de canons et de munitions seront à leur disposition ? Eh bien, c’est ce qui se passe dans leur prétendue guerre contre le virus : les vaccins arriveront selon le bon vouloir du Big pharma !

    Mais l’intérêt des multinationales de la pharmacie n’a rien à voir avec l’intérêt général. #Pfizer, #AstraZeneca ou #Moderna ont intérêt à garder le monopole des brevets et l’exclusivité de la production, même quand ils n’arrivent pas à honorer leurs contrats. Ils ont intérêt à fournir au plus offrant pour encaisser le maximum de profits. En leur laissant le monopole, les gouvernements se résignent à la #pénurie et à la désorganisation.

    Et c’est sans parler du pillage des finances publiques ! Car les vaccins comme les millions de tests réalisés ont un coût. Un simple test salivaire coûte 60 €, un #test_antigénique 32 €. Tout cela, ajouté aux vaccins, va donner une facture salée !

    Tous les gouvernements savent réquisitionner. Dans cette crise, ils ont d’ailleurs réquisitionné des infirmières ou des étudiants en médecine. Il leur arrive même d’exproprier des petits propriétaires quand ils ont besoin de leur terrain. Mais, dès qu’il s’agit de toucher à un cheveu du grand capital et de remettre en cause les sacro-saintes lois du profit et du capitalisme, il n’y a plus personne.

    Alors, maintenant, les États en sont à se voler des doses, quitte à déclencher, comme le dit Macron, une « guerre mondiale d’un nouveau genre ». On est loin du cinéma sur la coopération et solidarité internationale, mais c’est ça la réalité du capitalisme : la concurrence et la guerre pour qu’une minorité s’enrichisse au détriment de l’intérêt collectif.

    Les bourgeois et leurs serviteurs politiques ont intérêt à ce que ce système perdure. Pour les travailleurs, pour l’ensemble de la société, c’est tout le contraire !

    #confinement #covid_19 #cynisme #capitalisme #propriété_privée #brevet #vaccination #réquisition

  • Vaccination : Ils ont oublié les couturières
    http://krokodilo.over-blog.com
    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coronafake-news-9-231914
    . . . . . .
    le miracle c’est surtout cet élargissement des professions autorisées à vacciner, non ? Nous connaissions les médecins, infirmiers, pharmaciens, pompiers, voilà que maintenant vous autorisez les vétérinaires, les pharmaciens de laboratoires d’analyse et les dentistes !

    Jusqu’où irez-vous ?


    – Très loin ! Plus loin qu’aucun pays européen ! La France rayonne à nouveau dans le monde ! Toutes les professions ayant quelque compétence en matière de piqûre, perçage, découpage, tranchage, affûtage, vissage, poinçonnage, lancer de flèches ou fléchettes, voire des chômeurs, pourront, après un stage de formation, valider un certificat de vaccineur ! Je vous donne un exemple : le poinçonneur du métro, métier menacé par l’Intelligence artificielle ; eh bien...

    

- Mais il n’y en a plus depuis... au moins cinquante ans !

    

- Soit. Disons, la couturière alors, dont nul ne contestera l’habileté à piquer. Eh bien, après deux jours de formation, elle pourra tout à fait vous piquer l’épaule

    – du moment qu’elle aura appris à ne pas passer à travers le bras.
    Ou encore l’ouvrier du bâtiment, qui est capable de manipuler avec précision une grosse perceuse : une minuscule aiguille ne lui posera aucun problème. Remarquez au passage que nous allons créer des emplois de formateur et diminuer le chômage. Formidable, non ?


    – Et les vaccins, vous les avez aussi multipliés ?



    – Non : divisés, rationnés - euh... je veux dire, optimisés.

    

- Donc, il n’y aura pas assez de vaccins pour tous ces nouveaux vaccinateurs ?



    – Il faut considérer notre action dans sa globalité et sur le long terme. C’est toute une armée de vaccineurs que nous formons là, qui seront prêts à faire face à l’épidémie de demain, la prochaine Corona

    –guerre !


    – Une sorte de ligne Maginot anti-virus ?


    – Exactement ! Euh... non, plus efficace.

    

- Ça fait un peu Coro-naguère, non ?
 

    – Mais entre-temps, nous allons réindustrialiser la France ! Ainsi, la prochaine fois nous aurons des légions de vaccinateurs ET des vaccins ! Le meilleur système de santé ! Oui, après la France de Pasteur, la France des piqueurs !



    – Avez-vous songé à un nom pour ces nouveaux fantassins ?



    – Parfaitement ! Les médecins génériques ! Ou MGé.
    Et nous réfléchissons à un uniforme. Peut-être des grades : méd-chef-gé, gégène (général générique)...



    – N’y a-t-il pas un risque de confusion avec les MG ? Les médecins généralistes ?



    – En temps de guerre, chacun doit mettre sa fierté de côté et participer à l’effort national. Après la victoire, chacun retournera à ses propres aiguilles, couteaux ou perceuses.



    – Justement - la victoire, c’est pour quand ?


    – Dès que nous aurons suffisamment de vaccins. Peu
    – euh... je veux dire sous peu.



    – La Coro-n’a guère, en somme ! Si je peux me permettre.

- Il n’y a pas de quoi rire !
    Nous ne cachons rien aux Français : les vaccins sont effectivement le facteur limitant, l’inconnue de l’équation, le facteur X. Mais la France, comme vous le savez, est aussi un grand pays de mathématiciens. Le cabinet de Consulting Américain « Arnakencor » nous a livré un rapport dont la conclusion peut se résumer en une équation : moins il y a de vaccins, plus il y a de vaccinateurs

    – et réciproquement. C’est mathématique, c’est français. Vive la France !

    (Nota : Il nous a semblé que dans le feu de l’enthousiasme, il a failli dire « God Save The France »... Influence sans doute du cabinet de « consulting ».)
    . . . . . .
    #humour #corona #covid-19 #coronavirus #médecine #santé #France #vaccin #santé #vaccins #couturières #médecins #génériques

  • Achieving Path-Dependent Equity for Global COVID-19 Vaccine Allocation — Anthony D. So, Joshua Woo (Med)
    https://www.cell.com/med/abstract/S2666-6340(21)00106-9

    Committing to global access for COVID-19 vaccines is key to avoiding a resurgence of the pandemic. However, the vaccine rollout continues to highlight longstanding inequities and agreements between countries and vaccine manufacturers that undermine a globally coordinated approach. The surest path out of this pandemic is one towards greater equity.

  • Virus : les Palestiniens reçoivent 100 000 doses du vaccin chinois

    Les Palestiniens ont reçu lundi 100 000 doses du vaccin chinois anti-coronavirus Sinopharm, données par Pékin et constituant le plus gros lot de vaccins reçus depuis le début de la pandémie.
    . . . . .
    L’Autorité palestinienne a lancé le 21 mars la vaccination des personnes de plus de 75 ans et de certains malades, quelques jours après la réception d’un premier lot de 60 000 vaccins anti-coronavirus du dispositif Covax destiné aux régions défavorisées.

    Plus de 20 000 des 60 000 doses Covax ont été transférées vers la bande de Gaza, enclave palestinienne . . . .
    . . . . .
    Quelque 60 000 autres doses du vaccin russe Spoutnik V avaient déjà été livrées à Gaza, en provenance des Emirats arabes unis,
    . . . . .
    Israël, pays qui a vacciné plus de la moitié de ses neuf millions d’habitants, s’est engagé à fournir aux Palestiniens 5 000 vaccins et a vacciné plus de 100 000 travailleurs ayant un permis de travail en Israël ou dans les implantations israéliennes en Cisjordanie.

    Depuis le début de la pandémie, environ 174 800 personnes contaminées ont officiellement été recensées en Cisjordanie, dont près de 2 000 décès. Quelque 63 750 cas ont été détectés dans la bande de Gaza, dont plus de 600 décès.
    Source : Time of Israel https://fr.timesofisrael.com/virus-les-palestiniens-recoivent-100-000-doses-du-vaccin-chinois
    #vaccins #vaccination #covid-19 #Palestine #coronavirus #santé #Gaza

    • COVID-19 : La deuxième vague s’abat sur Gaza avec un taux de positivité de 25 %

      Avec un nombre de cas en forte hausse, la bande de Gaza est entrée dans la seconde vague de coronavirus, ont déclaré les responsables de la santé de l’enclave côtière au Times of Israel dans la journée de lundi.

      Il y a eu 815 nouvelles infections à coronavirus en l’espace de 24 heures, a fait savoir le ministère de la Santé de Gaza, lundi. Le nombre de cas actifs a presque triplé en deux semaines, passant de 2 291 à 6 619.

      Le taux officiel de positivité des tests de dépistage a grimpé en flèche, atteignant 25 % en une seule journée, selon les officiels du groupe terroriste du Hamas. Ce taux élevé de résultats positifs indique que le virus se propage probablement largement sans être détecté.
      . . . . .
      Depuis le début de la pandémie, 63 742 Gazaouis ont été malades du coronavirus et 604 personnes ont succombé à une forme grave de la COVID-19.

      Le groupe terroriste et les observateurs internationaux ont averti que le système de soins de Gaza – éprouvé par des années de blocus israélo-égyptien et par trois guerres entre Israël et les dirigeants de l’enclave – n’était pas équipé de façon à pouvoir affronter une grave épidémie de coronavirus.

      « Gaza est sous blocus, le territoire est très densément peuplé… Nous manquons de réserves en oxygène pour soigner les patients et les médicaments dont nous disposons actuellement ne nous permettront de soigner les malades que pendant trois mois », estime un responsable de la Santé du Hamas, Munir al-Bursh, au cours d’un entretien téléphonique.

      Selon al-Bursh, il n’y a que deux machines PCR – qui servent à traiter les tests de dépistage – au sein de l’enclave côtière, ce qui limite fortement les capacités des officiels à effectuer des dépistages et à suivre la propagation de la maladie.

      Avec une population de deux millions de personnes, entre 2 000 et 3 0000 tests de dépistage sont effectués quotidiennement à Gaza. L’État juif, pour sa part, avec une population de 9,25 millions de personnes, avait été en mesure de réaliser plus de 120 000 tests de dépistage quotidiens au pic de sa lutte contre le virus.

      Le ministère de la Santé du Hamas a aussi annoncé lundi que le variant britannique, plus meurtrier et qui se propage plus vite que la souche virale originale, avait été détectée pour la toute première fois dans la bande de Gaza.


      Un soignant palestinien effectue un dépistage pour le coronavirus dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 janvier 2020. (Crédit ; Abed Rahim Khatib/Flash90)
      Source : https://fr.timesofisrael.com/covid-19-la-deuxieme-vague-sabat-sur-gaza-avec-un-taux-de-positivi

  • Efficacy of ChAdOx1 nCoV-19 (AZD1222) vaccine against SARS-CoV-2 variant of concern 202012/01 (B.1.1.7) : an exploratory analysis of a randomised controlled trial - The Lancet
    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00628-0/abstract

    (Variant britannique)

    L’étude est analysée dans un éditorial de la même revue, qui met en avant deux constatations occultées dans le résumé de ladite étude :

    1) le vaccin pourrait être nettement moins efficace contre les formes #asymptomatiques du variant britannique (nombre de malades trop faible pour tirer des conclusions fermes)

    2) les intervalles de confiance, trop larges, ne permettent pas de tirer des conclusions solides concernant les formes symptomatiques.

    Although based on small case numbers, a larger difference in efficacy was observed for #SARS-CoV-2 infections with no or unreported symptoms (28·9% [–77·1 to 71·4] for B.1.1.7 and 69·7% [33·0 to 86·3] for other #variants).

    [...]

    Given the wide CIs in these exploratory analyses, no firm conclusions can be drawn on the precise clinical efficacy against the B.1.1.7 variant and, importantly, how this efficacy compares with efficacy against the original circulating variants. However, the results point towards lower efficacy, which also seems consistent with the nine-times reduction in neutralising activity against the B.1.1.7 #variant compared with non-B.1.1.7 variants in the serum samples from vaccinees in this study.

    #vaccins #vaccination

  • New Covid vaccines needed globally within a year, say scientists | Coronavirus | The Guardian

    L’information rassurante du jour

    The planet could have a year or less before first-generation Covid-19 vaccines are ineffective and modified formulations are needed, according to a survey of epidemiologists, virologists and infectious disease specialists.

    Scientists have long stressed that a global vaccination effort is needed to satisfactorily neutralise the threat of Covid-19. This is due to the threat of variations of the virus – some more transmissible, deadly and less susceptible to vaccines – that are emerging and percolating.

    #corona #covid-19

  • Covid : Pasteur confirme que les #anticorps sont moins efficaces sur le variant d’Afrique du Sud
    https://www.franceinter.fr/covid-pasteur-confirme-que-les-anticorps-sont-moins-efficaces-sur-le-var

    Aussi bien les anticorps d’anciens malades que les anticorps des vaccinés.

    Pfizer et Moderna travaillent d’ailleurs sur une 3e dose, dirigée contre ce #variant, qui fonctionnerait comme un rappel pour raviver nos défenses. Des essais cliniques sont en cours.

    #vaccins #vaccin #vaccination #réinfection #variants

  • Des doutes d’Emmanuel Macron à la tentative d’accélération, dans les coulisses de la campagne vaccinale
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/03/27/des-doutes-de-macron-a-la-tentative-d-acceleration-dans-les-coulisses-de-la-

    Jusqu’à la fin de l’année 2020, le président de la République ne pensait pas que la vaccination serait aussi rapidement le « cœur de la bataille » contre le virus, avant de changer de pied. Sa stratégie européenne a également connu quelques ratés.

    Le moment est historique. Ce 2 décembre 2020, le Royaume-Uni est le premier pays au monde à autoriser sur son sol le vaccin développé par les laboratoires Pfizer et BioNTech pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. Mais Emmanuel Macron préfère se montrer prudent. « Très prudent », même, de son propre aveu. Le chef de l’Etat ne considère pas encore la vaccination comme le « cœur de la bataille » contre le virus, ni qu’il faut piquer les Français « matin, midi et soir » . Ça, il ne le dira que dans un peu plus de trois mois, après avoir été critiqué pour la lenteur de sa campagne vaccinale. Pour l’instant, le locataire de l’Elysée privilégie les petits pas face à la technologie inédite de l’ARN messager développée par le consortium américano-allemand. « On ne sait pas tout sur ce vaccin, comme on ne sait pas tout sur le virus » , affirme-t-il le 4 décembre, au média en ligne Brut.

    Le président de la République a lu les sondages collectés par le service d’information du gouvernement, dont la plupart indiquent qu’une majorité de ses concitoyens ne souhaite pas se faire vacciner ; la défiance est grande à l’égard des laboratoires pharmaceutiques. D’ailleurs, l’exécutif vient, discrètement, de placardiser son « M. Vaccin », Louis-Charles Viossat, suspecté de conflit d’intérêts avec certaines entreprises du secteur, pour le remplacer par le professeur Alain Fischer . Ce spécialiste d’immunologie, qui a eu moins de vingt-quatre heures pour réfléchir à la proposition, conseille d’ appuyer sur le frein tant qu’une publication scientifique ou un rapport documenté sur le cocktail de Pfizer-BioNTech n’est pas disponible.

    « On n’est pas en train de dire aux gens : “Vaccinez-vous, vaccinez-vous”, à toute force et pour toute la population. On a une autre #stratégie  » [!] , insiste Emmanuel Macron dans son entretien à Brut. Le matin même, lors d’une visite à l’hôpital Necker, à Paris, le chef de l’Etat se montre encore plus clair : « Le vaccin arrive. Est-ce que c’est la seule réponse ? Non. » [ça, en revanche, c’et indéniable sauf par le même niais malfaisant]

    La découverte rapide d’un vaccin, « une utopie »

    Dès le début de la crise sanitaire, au printemps 2020, le président de la République est déjà sceptique. Il ne croit pas à la découverte rapide d’un vaccin. Une « utopie », selon son ministre de la santé, Olivier Véran. La France s’apprête alors à sortir de son premier confinement. Au sein du gouvernement, on réfléchit surtout à la manière de préparer les services de réanimation en cas de deuxième vague de l’épidémie.
    « Personne de sérieux ne me dit qu’avant la fin de l’année on a des vaccins qui sont disponibles. Personne de sérieux », souligne le chef de l’Etat.

    Devant la presse, le 4 mai 2020, après avoir assisté en visioconférence à une réunion de la plate-forme ACT-A, coordonnée par l’organisation mondiale de la santé (OMS) pour permettre une égalité d’accès sur la planète aux traitements contre la maladie, Emmanuel Macron parle du vaccin comme d’un horizon lointain. Sa principale consigne passée aux ministres est de se battre pour en faire, le jour venu [mais pas en 2021], un « bien public mondial ». « Personne de sérieux ne me dit qu’avant la fin de l’année on a des vaccins qui sont disponibles. Personne de sérieux, souligne le chef de l’Etat. Le consensus, il est plutôt sur la fin de l’année prochaine. Beaucoup me rappellent qu’on a la plupart du temps mis dix ans à les trouver. Et certains autres ont coutume de me rappeler que l’on a jamais trouvé un vaccin face à un coronavirus. »

    S’appuyant sur le consensus scientifique, sur la « raison » et les statistiques, Emmanuel Macron s’adresse indirectement au président américain, Donald Trump. A plusieurs reprises, l’excentrique locataire de la Maison blanche a martelé que la prouesse pouvait être accomplie en un peu plus de six mois. Le 14 mai, le milliardaire rédige un tweet dans ce style qui n’appartient qu’à lui : « Le travail sur le vaccin s’annonce TRÈS prometteur, avant la fin de l’année. » Le lendemain, l’administration américaine lance l’opération Warp Speed : 14 milliards de dollars (11,9 milliards d’euros) sont sur la table pour soutenir l’effort des laboratoires.

    Dans la foulée, Paul Hudson, PDG du laboratoire français Sanofi, prévient : « Les Etats-Unis seront servis en premier car ils ont investi dans la prise de risque. » Paris s’étrangle. Outre-Manche, le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca affirme lui aussi que le Royaume-Uni sera prioritaire pour bénéficier de son vaccin, développé en partie grâce aux chercheurs de l’université d’Oxford. L’Union européenne (UE), de son côté, prévoit 2,9 milliards d’euros pour la recherche. C’est quatre fois moins que les Etats-Unis. Et bien moins que la facture d’un mois de confinement : 15 milliards d’euros. « Notre problème, il est là », convient après coup un proche du président français.

    Recherche du « juste prix »

    Le président français pousse plus que nul autre pour que le combat vaccinal soit délégué à l’UE. Dans la « guerre » contre le Covid-19, le chef de l’Etat rêve de voir les troupes du Vieux Continent bien alignées. Or, en matière de vaccination, Paris constate que « l’Allemagne veut ses doses. Point », soupire un membre du gouvernement.

    Emmanuel Macron en visioconférence avec les autorités préfectorales, depuis le palais de l’Elysée, en mai 2020. LUDOVIC MARIN / AFP
    Le ministre allemand de la santé, Jens Spahn, considère l’Europe comme un frein. Il redoute la lourdeur de Bruxelles, les accords multilatéraux… Mais la chancelière Angela Merkel sait qu’il lui faut réintégrer le jeu communautaire après les fermetures sauvages de frontières au sein de l’UE et les psychodrames de la coopération budgétaire. Berlin conjugue donc ses efforts avec la France, les Pays-Bas et l’Italie dans une « Alliance inclusive pour le vaccin ».

    A Paris, c’est la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher qui est chargée de négocier avec la Big Pharma. L’affaire semble bien engagée. Un premier « memorandum of understanding » (MoU), une précommande fixant les quantités, les prix et les calendriers de livraisons, est conclu avec le laboratoire AstraZeneca, le 13 juin : 400 millions de doses à prix coûtant. L’entreprise fanfaronne, elle est en avance dans les négociations de contrats. Et sa technologie « classique » – un vaccin à vecteur viral – rassure davantage que celle, inédite, de l’ARN messager.

    La Commission européenne, forte de vingt-sept pays et de 446 millions d’habitants, prend le relais du quatuor de l’Alliance inclusive dans les négociations. Les « MoU » s’enchaînent, avec BioNTech, Curevac, Sanofi, Janssen, Moderna… Le 9 septembre, un milliard de doses sont commandées pour une livraison « dès que possible ». On se projette alors sur la « mi-2021 », au mieux, souligne Agnès Pannier-Runacher.

    Les fonctionnaires européens ont pris le temps de verrouiller juridiquement les contrats. Ces derniers engagent la responsabilité des laboratoires en cas de défaut ou négligence, et spécifient que le vaccin doit être un « bien public mondial », comme le réclame Emmanuel Macron. Les tarifs ont été scrutés de près, aussi. La recherche du « juste prix » figure d’ailleurs dans les objectifs de l’alliance pour le vaccin, afin d’assurer sa diffusion à tous, y compris aux pays les plus pauvres, en Afrique notamment. Le 16 décembre, devant l’Assemblée nationale, le premier ministre, Jean Castex, se vante des « prix très attractifs » obtenus grâce à la task force européenne… L’Europe a réussi une « percée économique » mais essuyé « un fiasco sanitaire », déplorera, quelques mois plus tard, dans Les Echos, l’économiste Jean Pisani-Ferry. A ses yeux, la Commission européenne s’est bornée au rôle d’une simple centrale d’achat. Défaillante, qui plus est. Car les doses n’arrivent pas.

    Eurovision de la vaccination

    Au printemps 2021, l’UE accuse un retard de sept semaines sur son calendrier vaccinal. Il pourrait, selon les experts de l’assureur-crédit Euler Hermes, coûter 123 milliards d’euros aux Etats membres… Le coup est dur. D’autant qu’à Londres, le premier ministre, Boris Johnson, vante son Brexit, qui aura permis de vacciner au printemps 2021 la moitié des adultes du Royaume-Uni, essentiellement avec le vaccin AstraZeneca. Le même laboratoire qui ne respecte pas ses engagements envers les pays de l’UE et accumule les retards sans donner d’explication convaincante.

    « On va découvrir que le Royaume-Uni a fait un deal parallèle avec AstraZeneca. Le crime est signé », affirme une source au cœur des négociations européennes. « La position de la France, c’est de ne faciliter aucune forme d’exportation aussi longtemps que les engagements ne seront pas tenus, prévient le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. L’UE ne sera pas le dindon de la farce de la vaccination. »

    En France, le manque de fair-play des Britanniques n’est pas l’unique tracas de la campagne vaccinale. Il faut aussi compter avec la « période Mauricette », selon l’expression d’un proche d’Emmanuel Macron. L’ancienne aide ménagère de 78 ans a été, le 27 décembre 2020, la première française vaccinée contre le virus. Dix jours après, à peine 500 nouveaux patients ont eux aussi reçu une dose de vaccin… En Allemagne, Mauricette s’appelle Edith. Et début janvier 240 000 doses de vaccins ont déjà été administrées à ses compatriotes. L’Eurovision de la vaccination est lancée.

    De premières critiques pointent, tandis que la volonté des Français de se faire immuniser remonte en flèche. « Je ne confonds pas vitesse et précipitation , répond Olivier Véran au journal de 20 heures de France 2, le 29 décembre. Ce délai, je l’assume, c’est le temps de l’explication, de la pédagogie. » Mais Emmanuel Macron, lui, prend peur. Il s’en ouvre auprès d’un proche début janvier : après les ratés sur les masques et les tests, il ne peut se permettre d’envoyer dans le décor cette étape de la vaccination.

    Très vite, un document de 45 pages, cinq chapitres, quatre annexes et un luxe de détails, allant de la taille des aiguilles à la procédure visant à s’assurer du consentement des patients, est érigé en coupable. La notice avait été distribuée aux responsables de maisons de retraite pour les guider dans la vaccination de leurs résidents, premières cibles de la campagne vaccinale. « Protéger en priorité les aînés dans nos Ehpad [établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes], oui. Leur pondre un guide de vaccination incompréhensible de 45 pages, non », s’agace le chef de l’Etat. Sa prudence des débuts lui revient tel un boomerang.

    « Le péché originel, c’est la logistique »

    Nicolas Sarkozy se permet alors un coup de griffe à l’égard de son successeur. « La seule solution contre le Covid, c’est vacciner. Vacciner matin et soir, sept jours sur sept » , lance-t-il sur TF1, le 3 mars, alors qu’il était invité pour réagir à sa condamnation dans l’affaire des écoutes. En son temps, l’ancien président de la République avait ouvert des vaccinodromes pour lutter contre l’épidémie de H1N1. Emmanuel Macron s’y refuse, redoutant les images de stades vides et la colère de professionnels de santé qui seraient exclus du dispositif. « Les vaccinodromes, on avait essayé en France, ça n’avait pas marché », tranche, fin décembre, Olivier Véran.

    Trois mois plus tard, ces hangars à vacciner ouvriront bel et bien afin d’accélérer la campagne. « Ceux qui nous donnent des leçons aujourd’hui sont ceux qui ont fait du médicament la variable d’ajustement des budgets de santé. On le paye très cher aujourd’hui, accuse Agnès Pannier-Runacher. Le marché du médicament en France représente la moitié du marché du médicament en Allemagne. C’est le résultat d’une politique continue de gestion comptable du prix du médicament sans véritablement tenir compte des enjeux industriels et d’innovation. Nous y avons mis fin. »

    Le gouvernement renvoie la responsabilité à ses prédécesseurs. Pendant ce temps-là, la campagne suit toujours le « rythme d’une promenade en famille », comme s’en plaignait le chef de l’Etat en janvier. Les objectifs sont même, discrètement, revus à la baisse. Le 16 décembre, Jean Castex évoque l’ouverture progressive de la vaccination à l’ensemble de la population « à la fin du printemps » 2021. Deux semaines plus tôt, il fixait cette échéance au début du printemps. L’objectif de 14 millions de personnes vaccinées à la fin mars est lui aussi rangé dans un tiroir. Désormais, le chef du gouvernement ne parle plus que de 10 millions de vaccinés à la mi-avril, 20 millions mi-mai et 30 millions mi-juin.

    « Nous avons eu des retards de livraison des vaccins Pfizer et AstraZeneca par rapport au planning annoncé en décembre », justifie en privé Jean Castex. « On se bat pour avoir plus de doses et on fait avec les doses qu’on a », résume Olivier Véran. Cible des critiques, la stratégie de l’exécutif consistant à viser en priorité les personnes vulnérables trouve sa justification dans la pénurie. « Les critiques, y compris de la part des médecins, sont ridicules, balaie Alain Fischer. On savait qu’on n’avait pas assez de doses, donc on a commencé par les plus fragiles. Et la vaccination dans les Ehpad prenait forcément plus de temps car elle implique une organisation complexe. »

    Mais, à en croire François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône, le défaut n’est pas lié uniquement à ces retards de livraison. « Le péché originel, c’est la logistique », affirme cet ancien macroniste. « L’Etat a adopté la stratégie du e-commerce mais on n’en a pas les moyens », dit-il en brandissant les chiffres du « VaccinTracker » de Guillaume Rozier mentionnant 1,6 million de vaccins AstraZeneca injectés sur les 2,7 millions officiellement réceptionnés. « Dit autrement, plus de 40 % des vaccins AstraZeneca sont dans les frigos ! On est en guerre et on stocke les munitions, s’énerve M. Lambert. Le 22 mars, Olivier Véran nous a encore dit que la France était en tête de l’Europe pour la vaccination, et pourquoi pas de la galaxie ? »

    Message à contretemps

    Le commissaire européen chargé du dossier, Thierry Breton, refuse de se confronter à ces critiques au journal de 20 heures de TF1, le 21 mars. L’ancien PDG d’Atos fuit les questions sur le retard de l’UE et promet que les Européens pourront disposer en mai de 120 millions de doses. « Le 14 juillet, nous avons la possibilité d’atteindre l’immunité au niveau du continent », assène l’ex-ministre de Jacques Chirac, qui fixe soudain l’œil de la caméra. « C’est la dernière ligne droite. Pour vaincre la pandémie, une seule solution : se faire vacciner », lance-t-il en prenant à témoin les téléspectateurs. La journaliste Anne-Claire Coudray le coupe : « Je crois que les Français vous ont entendu. Encore faut-il qu’il y ait des doses dans les centres, parce qu’ils sont volontaires… »

    Depuis plusieurs jours, le gouvernement diffuse un spot à la radio pour inciter la population à se faire vacciner. Un message qui paraît à contretemps à l’heure où de nombreuses personnes éligibles au sérum peinent encore à obtenir un rendez-vous. « Le point important, c’est de déployer les vaccins dans une population jeune et en bonne santé qui en perçoit moins l’intérêt. Ça, ce n’est pas gagné », explique le « M. Vaccin » de l’exécutif, Alain Fischer, à propos de ce travail de conviction. L’objectif est de parvenir à un consentement à la vaccination de plus de 80 % de la population pour atteindre l’immunité collective. Emmanuel Macron, comme Thierry Breton, l’estime possible « d’ici mi-juillet ».

    Certes, l’Europe a failli, reconnaît le chef de l’Etat, mercredi 24 mars, dans un entretien accordé à l’animateur Nikos Aliagas pour la télévision grecque, qualifiant l’UE de « diesel ». « On a pensé que le vaccin mettrait du temps à décoller (…) on a sans doute moins rêvé aux étoiles que certains autres », a-t-il insisté, rappelant que, dès l’été 2020, les Américains, eux, « ont mis le paquet ». Mais l’Europe, vante Emmanuel Macron à l’issue du Conseil européen, le lendemain, « sera le continent qui produira d’ici à la fin de l’été le plus de doses dans le monde ». Le président rêve à nouveau aux étoiles, à moins que les variants ne viennent contrarier ses plans.

    #covid-19 #santé_publique #vaccins

  • Prior #SARS-CoV-2 infection primes the immune response to one dose of Pfizer/BioNTech vaccine | UK-CIC
    https://www.uk-cic.org/news/prior-sars-cov-2-infection-primes-immune-response-one-dose-pfizerbiontech-va

    One dose of the Pfizer/BioNTech vaccine generated antibody and T cell responses in all but one of the 103 SARS-CoV-2 naïve participants. These responses were at a similar level or higher to those observed in individuals who had previously been infected with SARS-CoV-2 but were yet to be vaccinated.

    [...]

    After one dose of the vaccine, participants who had prior SARS-CoV-2 infection showed significantly higher antibody and T cell responses compared with SARS-CoV-2 naïve individuals, with antibody responses approximately 6.8 times higher and T cell responses approximately 5.9 times higher. [...] The previously infected group appear to receive an extra ‘boost’ to their immune defences from vaccination, which could further decrease their risk of infection if they were to come across the virus. 

    [...] This is important as this broader response induced by vaccination could provide more robust protection against different viral variants should they be encountered. The study also found that the high antibody responses in previously infected individuals after vaccination may also retain activity against some SARS-CoV-2 variants of concern.

    In the ‘naïve’ cohort who received two vaccine doses, their T cell responses were equivalent to those observed in participants who had previously had COVID-19 after one dose. However, antibody levels were still significantly lower than those observed in participants who previously had #COVID-19 after one vaccine dose.

    #immunité #vaccin #vaccins #vaccination

  • Le politique contre le savant, ou l’ignorance au pouvoir qui fait perdre du temps - Du Côté de la Science
    https://ducotedelascience.org/?p=3331

    Le virus n’est pas le maître de ce temps-là. La responsabilité en incombe aux décisions politiques reposant sur la doctrine du “vivre avec le virus” et sur l’ignorance qui croit mieux savoir. Vivre avec le virus, ce n’est pas vivre. Se contenter d’attendre pendant de longs mois la vaccination de dizaines de millions de personnes, c’est faire le choix du temps interminable qui mine la vie dans toutes ses dimensions et qui compte les morts. Le “temps gagné” n’est pas celui de la vie.

  • #COVID-19 hospitalizations in Michigan surge 800% in March among people 40-49 years old
    https://www.freep.com/story/news/local/michigan/2021/03/24/michigan-covid-young-people/6983313002

    The association’s report said hospitalization rates decline as the vaccination rates per age group increases, underscoring the need for vaccinations. For example, hospitalizations are increasing by only 37% for those age 80 and older, and in Michigan 44% of the population age 80 and older are fully vaccinated, according to the report — a far lower rate than for younger populations where the numbers are soaring.

    #vaccins #vaccination #vaccin #sars-cov2

  • #Covid-19 : pourquoi laboratoires et chercheurs testent des #vaccins pour les #enfants
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/24/covid-19-faudra-t-il-vacciner-les-enfants_6074233_3244.html

    Aux Etats-Unis, on envisage de commencer à vacciner les enfants à la fin de l’été ; au Royaume-Uni, on évoque l’automne. Les deux pays peuvent, il est vrai, espérer avoir alors immunisé une grande partie de leur population adulte. Pour ceux de l’Union européenne, empêtrés dans un début de campagne poussif, les mineurs demeurent une cible lointaine.

    Mais est-elle seulement souhaitable ? Pourquoi viser les enfants, alors même qu’ils ne courent que de très faibles risques de développer une forme grave du Covid-19 et qu’ils semblent moins touchés par le virus ? Le 16 février, la #Société_française_de_pédiatrie a rendu un avis en ce sens : « Le Covid-19 chez l’enfant est le plus souvent asymptomatique, les enfants sont peu contagieux et très peu de formes sévères ont été décrites, même pour ceux atteints de pathologies chroniques. Actuellement, il n’y a que très peu de données d’efficacité et de tolérance de ces vaccins disponibles chez l’enfant. A ce jour, cette vaccination n’apparaît pas comme nécessaire chez l’enfant en population générale. »

    Professeur de pédiatrie à l’université Emory d’Atlanta, Evan Anderson conteste cette analyse. S’il admet le manque de données actuelles, il ne partage pas l’avis de ses confrères français quant aux menaces qui pèsent, mais aussi que font peser les enfants.

    En septembre 2020, déjà, il publiait, avec sept autres médecins, dans la revue médicale Clinical Infectious Diseases, un article invitant les laboratoires à développer rapidement des vaccins pédiatriques. « Les enfants sont infectés par le SARS-CoV-2, ils transmettent le virus et ils souffrent de complications, résumaient-ils. Des vaccins sûrs et efficaces pourraient leur apporter des avantages directs et indirects. »

    Réduire les risques substantiels et indirects

    L’article détaillait les bénéfices attendus, à la mesure d’abord des « risques substantiels » courus par les enfants. Ainsi, aux Etats-Unis, le taux d’hospitalisation des enfants touchés par le Covid-19 est équivalent ou supérieur à ceux causés par la varicelle, la rubéole ou l’hépatite A. Quant à la mortalité, elle est largement supérieure à celle causée par ces pathologies, contre lesquelles les enfants sont systématiquement immunisés.

    De très jeunes enfants peuvent développer un syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS). D’autres, présentant des comorbidités, développent des formes graves, parfois mortelles, de la maladie. Avec 250 décès enregistrés outre-Atlantique, le tribut payé au Covid-19 par les enfants y dépasse désormais celui lié à la grippe. Un bilan qui touche, à 75 %, des enfants issus de minorités ethniques.

    Le deuxième avantage direct de la vaccination tient au retour possible à une vie quotidienne normale pour les plus jeunes. « Même si les stratégies d’atténuation et les mesures barrières permettent aujourd’hui, selon moi, de faire classe en toute sécurité, la vaccination des enfants nous permettrait de revenir plus rapidement à une scolarité normale », estime Jeffrey Gerber, professeur d’immunologie et de pédiatrie à l’université de Pennsylvanie. Un enjeu là encore crucial pour les enfants issus des milieux défavorisés, qui ne disposent souvent ni du matériel ni du soutien éducatif nécessaire pour suivre dans de bonnes conditions un enseignement à distance. Dans leur article de septembre 2020, les huit médecins ajoutaient les multiples activités extrascolaires (sport, théâtre, musique, activités sociales), « dont l’absence affecte sérieusement le développement émotionnel et psychologique des enfants ».

    Pourtant, aujourd’hui, ce sont les bénéfices « indirects » que la société pourrait tirer d’une vaccination des enfants qui pèsent le plus lourd dans la balance sanitaire. Le premier tient à la quête d’une immunité collective, condition nécessaire au retour à la vie normale. Au début de la pandémie, les épidémiologistes avaient estimé qu’une immunisation de 60 % à 70 % de la population pourrait suffire à empêcher la circulation du virus. Avec l’apparition de variants plus contagieux, la barre est sensiblement remontée. Anthony Fauci, le « M. Covid » américain, la situe à présent entre 80 % et 85 %.

    « Les enfants représentent environ un quart de la population mondiale, rappelle le professeur Gerber. Faites le compte : ils constituent une cohorte essentielle si l’on veut atteindre l’immunité collective. » D’autant que l’idée de vacciner 100 % de la population adulte apparaît totalement illusoire. « Evidemment, plus nous parviendrons à vacciner d’adultes, moins nous aurons besoin de vacciner les enfants, précise Beate Kampmann, directrice du centre vaccinal de l’école d’hygiène et de médecine tropicale de Londres. Mais, pour diminuer autant que possible la circulation du virus, réduire sa transmission, mais aussi éviter l’apparition de nouveaux variants, je pense que les enfants vont nous être nécessaires. » Tous ? « Peut-être pas en dessous de 5 ans », évalue-t-elle.

    Stratégie vaccinale « bouleversée »

    Satanés variants ! Ils ont déjà assombri ce début d’année 2021, nourri la troisième vague et relevé le seuil probable de l’immunité collective. Surtout, ils menacent les campagnes de vaccination actuelles. Car le principal moteur de leur apparition est la circulation du virus. Plus il se réplique, plus le hasard risque de donner naissance à un méchant mutant. « Cela bouleverse notre stratégie vaccinale, estime Marie-Paule Kieny, présidente du « comité vaccin Covid-19 » en France. On ne peut plus se contenter de protéger les publics à risque, il faut impérativement diminuer la circulation. Les enfants deviennent une cible légitime. »

    Une cible inévitable ? Pédiatre et immunologue, président du conseil d’orientation vaccinal, Alain Fischer demande encore quelques données avant de se prononcer. « D’abord s’assurer que l’on a bien besoin d’eux pour atteindre l’immunité de groupe, précise-t-il. Peut-être suffira-t-il de vacciner les adolescents de plus de 12 ans, l’âge à partir duquel, du reste, ils semblent vraiment contagieux. C’est d’ailleurs la deuxième question : il faudrait vérifier à quel point les enfants propagent le virus, une question encore controversée. Enfin, il faudra vérifier que les vaccins protègent bien contre la transmission. Les dernières données vont dans ce sens, mais j’aimerais en avoir davantage. »

    Restera alors à convaincre les familles. Dans les pays anglo-saxons, où l’on vaccine déjà les enfants contre la grippe, afin de protéger leurs grands-parents, cela ne devrait pas poser trop de problèmes. « En France, où l’on est moins habitué à la protection vaccinale indirecte, obtenir l’adhésion des parents sera peut-être moins évident, imagine le docteur Fischer. Tout dépendra des jeunes adultes, en vérité. Si eux adhèrent, il ne restera qu’une marche à descendre, et on y arrivera. » Du haut de l’escalier, le défi fait presque rêver.

    • Satanés variants ! Ils ont déjà assombri ce début d’année 2021, nourri la troisième vague et relevé le seuil probable de l’immunité collective. Surtout, ils menacent les campagnes de vaccination actuelles. Car le principal moteur de leur apparition est la circulation du virus. Plus il se réplique, plus le hasard risque de donner naissance à un méchant mutant.

      sympa le style enfantin

  • Impact of the COVID-19 Vaccine on Asymptomatic Infection Among Patients Undergoing Pre-Procedural COVID-19 Molecular Screening | Clinical Infectious Diseases | Oxford Academic
    https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab229/6167855

    #COVID-19 : Les #vaccins à ARNm efficaces contre la #transmission #asymptomatique | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-les-vaccins-arnm-efficaces-contre-la-transmission-asymptomatique

    Cette étude de chercheurs de la Mayo Clinic Rochester met en exergue une autre qualité des vaccins anti-COVID à ARN messager (ARNm) : ils permettent de réduire considérablement le risque d’infection asymptomatique au COVID-19 et donc le risque de propagation « silencieuse » associé.

    #vaccination #sars-cov2