• Evaluation of the relative virulence of novel #SARS-CoV-2 #variants: a retrospective cohort study in Ontario, Canada | CMAJ
    https://www.cmaj.ca/content/early/2021/10/04/cmaj.211248

    Results: Our cohort included 212 326 people. Compared with non-VOC SARS-CoV-2 strains, the adjusted elevation in risk associated with N501Y-positive variants was 52% (95% confidence interval [CI] 42%–63%) for hospitalization, 89% (95% CI 67%–117%) for ICU admission and 51% (95% CI 30%–78%) for death. Increased risk with the Delta variant was more pronounced at 108% (95% CI 78%–140%) for hospitalization, 235% (95% CI 160%–331%) for ICU admission and 133% (95% CI 54%–231%) for death.

    Interpretation: The increasing #virulence of SARS-CoV-2 VOCs will lead to a considerably larger, and more deadly, pandemic than would have occurred in the absence of the emergence of VOCs.

  • Effectiveness of mRNA BNT162b2 COVID-19 vaccine up to 6 months in a large integrated health system in the USA: a retrospective cohort study - The Lancet
    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02183-8/abstract

    Findings

    Between Dec 14, 2020, and Aug 8, 2021, of 4 920 549 individuals assessed for eligibility, we included 3 436 957 (median age 45 years [IQR 29–61]; 1 799 395 [52·4%] female and 1 637 394 [47·6%] male). For fully vaccinated individuals, effectiveness against #SARS-CoV-2 infections was 73% (95% CI 72–74) and against #COVID-19-related hospital admissions was 90% (89–92).

    Effectiveness against infections declined from 88% (95% CI 86–89) during the first month after full vaccination to 47% (43–51) after 5 months. Among sequenced infections, vaccine effectiveness against infections of the #delta variant was high during the first month after full vaccination (93% [95% CI 85–97]) but declined to 53% [39–65] after 4 months.

    Effectiveness against other (non-delta) #variants the first month after full vaccination was also high at 97% (95% CI 95–99), but waned to 67% (45–80) at 4–5 months.

    Vaccine effectiveness against hospital admissions for infections with the delta variant for all ages was high overall (93% [95% CI 84–96]) up to 6 months.

    Interpretation

    Our results provide support for high effectiveness of BNT162b2 against hospital admissions up until around 6 months after being fully vaccinated, even in the face of widespread dissemination of the delta variant. Reduction in vaccine effectiveness against SARS-CoV-2 infections over time is probably primarily due to waning immunity with time rather than the delta variant escaping vaccine protection.

    Funding

    Pfizer.

  • #Covid-19 : étude sur l’efficacité de la mémoire immunitaire après #vaccination ARNm pour reconnaître les variants du #SARS-CoV2 – Salle de presse | Inserm
    https://presse.inserm.fr/covid-19-etude-sur-lefficacite-de-la-memoire-immunitaire-apres-vaccination-arnm-pour-reconnaitre-les-variants-du-sars-cov2/43817

    Cette étude démontre que les patients infectés lors de la première vague maintiennent une réponse mémoire stable jusqu’à 12 mois, et développent, après une dose de vaccin, une excellente mémoire sérologique et cellulaire capable de reconnaitre et de neutraliser les #variants Beta et Delta du SARS-Cov-2.

    Chez les patients « naïfs » de toute infection, c’est à dire n’ayant jamais été infectés par le virus, la qualité de la réponse sérologique est initialement moins efficace vis-à-vis de ces variants. Néanmoins le pool de cellules à mémoire généré après la vaccination s’améliore au cours du temps et surtout contient des cellules capables de reconnaître et de neutraliser les variants actuels du SARS-CoV-2.

    Source : mRNA vaccination of naive and COVID-19-recovered individuals elicits potent memory B cells that recognize SARS-CoV-2 variants : Immunity
    https://www.cell.com/immunity/abstract/S1074-7613(21)00396-4

    #immunité

    Le problème est qu’il n’y a pas eu une étude de corrélation entre le taux d’infections/#réinfections ( et leur sévérité ) et ces données biologiques.

  • Thread très intéressant de “OSS 117 : Helsinki se révolte”. Je vous mets la partie qui m’a intéressée, concernant l’immunité de groupe :
    https://twitter.com/OSS117_Helsinki/status/1434954780443615238

    […]

    Et il faut revenir sur le sketch que l’on nous fait sur l’immunité de groupe.

    NON, LES SCIENTIFIQUES NE SE SONT PAS TROMPÉS SUR L’IMMUNITÉ DE GROUPE.

    Faut arrêter avec ça aussi.

    Déjà, l’immunité de groupe, par concept, est un taux pour lequel les non-vaccinés sont protégés par les vaccinés. Si vous êtes vaccinés, l’immunité de groupe, vous vous en moquez.

    A 100% de vaccinés, l’immunité de groupe ça n’existe pas.

    Donc les antivax qui ricanent sur l’absence d’immunité de groupe, en fait, c’est dommage pour vous car ça veut dire qu’il faudra vous faire vacciner car les vaccinés ne pourront pas compenser votre bêtise.

    Vous riez encore ?

    L’immunité de groupe était atteignable (atteinte ?) avec la souche ancestrale. Là les scientifiques ont vu juste.

    Possiblement, elle l’était aussi avec les variants SudAf, britannique et brésilien. Pas avec l’indien

    Et vous savez quoi ? Les scientifiques ne lisent pas l’avenir.

    Quand le vaccin a été fabriqué, le variant indien n’existait pas. Ce n’est pas pour rien qu’on vous dit que c’est une course contre la montre et qu’il faut se faire vacciner pour empêcher l’apparition des variants. Sinon, on aura un train de retard à chaque fois.

    On demande donc au vaccin aujourd’hui d’être efficace sur un variant pour lequel il n’a pas été positionné. C’est du repositionnement en quelque sorte 😈 (Mode troll activé).

    En attendant, les vaccins multivalents arrivent qui eux seront positionnés sur les variants. Là, il sera possible que l’on reparle à nouveau d’une immunité de groupe pour les non-vaccinés.

    Conclusion : pour l’instant, les vaccinés ne peuvent pas protèger les non-vaccinés avec un vaccin ciblant la souche ancestrale, à cause du variant delta. Les politiques de santé publique visent donc le 100% de vaccinés.

    Avec les multivalents, ces politiques pourrait être révisées

  • #Belgique : Mouscron : les salles de sport belges attirent un public français dépourvu de pass sanitaire
    https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_mouscron-les-salles-de-sport-belges-attirent-un-public-francais-depourvu

    Ils sont Français, fans de sport et ils n’ont pas de pass sanitaire. Dans leur pays, les salles de sport leur sont inaccessibles. Comme ils n’habitent pas trop loin de la frontière, ils la traversent pour venir faire leurs exercices dans des salles belges, comme à Mouscron. « C’est super pratique » nous explique une cliente de la chaîne Basic-Fit. « Mon abonnement est également valable en Belgique. Je peux continuer à me maintenir en forme en venant ici. Sinon j’aurais dû résilier mon abonnement ».

    Cet afflux de Français ne concerne qu’"un nombre très limité de clubs frontaliers", précise Kevin Ayeni, responsable marketing Benelux de la célèbre chaîne de salles de sport. Dans ces lieux-là, les créneaux horaires se remplissent plus rapidement. "J’ai remarqué qu’il y avait énormément de places en France, du côté de Tourcoing, par exemple, note une cliente qui vit en Belgique. Par contre, ici, à Mouscron, j’ai dû m’y prendre deux jours à l’avance pour avoir un créneau ce matin. C’est compliqué".

    « Je me sens en sécurité »
    C’est davantage ce délai qui pose problème aux clients belges qu’une question de sécurité. « Personnellement, je me sens en sécurité », poursuit notre interlocutrice. "Tout le monde désinfecte sa zone. Avant, après, tout le monde porte le masque. Un appareil sur deux ne fonctionne pas pour qu’on puisse avoir de l’espace…"

    Chez Universal Fitness, une autre salle mouscronnoise, on accueille les nouveaux arrivants à bras ouverts : « On a des nouveaux inscrits pour la rentrée qui viennent de Lille ou même de plus loin », explique Deborah Devooght, propriétaire de l’établissement. "Certains sont prêts à faire près d’une heure de route pour faire leur sport sans pass sanitaire".

    Patron de salle, pas gendarme
    Ici, on sait que la frontière crée des appels d’air dans l’un ou l’autre sens. Et on ne voit pas pourquoi il faudrait faire preuve de discrimination avec ce public français. « On ne demande pas aux Belges s’ils sont vaccinés ou pas. Donc, les Français ne sont pas plus dangereux que les Belges. On ne va pas leur demander s’ils ont le pass ou pas. Ce n’est pas notre rôle d’enquêter. » Mais c’est leur responsabilité de limiter les risques de transmission. Et pour cela, « On appliquera des règles plus strictes, malgré les assouplissements en vigueur. »
    #Fitness #pass_sanitaire #frontiéres #covid-19 #variants #vaccins #vaccination #sars-cov-2 #vaccin #variant #coronavirus #sars-cov2 #santé #covid

  • Durability of mRNA-1273 vaccine–induced antibodies against #SARS-CoV-2 #variants | Science
    https://science.sciencemag.org/content/early/2021/08/11/science.abj4176.full

    SARS-CoV-2 #mutations may diminish vaccine-induced protective immune responses, particularly as antibody titers wane over time. Here, we assess the impact of SARS-CoV-2 variants B.1.1.7 (Alpha), B.1.351 (Beta), P.1 (Gamma), B.1.429 (Epsilon), B.1.526 (Iota), and B.1.617.2 (Delta) on binding, neutralizing, and ACE2-competing antibodies elicited by the vaccine mRNA-1273 over seven months. Cross-reactive neutralizing responses were rare after a single dose. At the peak of response to the second vaccine dose, all individuals had responses to all variants. Binding and functional antibodies against variants persisted in most subjects, albeit at low levels, for 6-months after the primary series of the mRNA-1273 vaccine. Across all assays, B.1.351 had the lowest antibody recognition. These data complement ongoing studies to inform the potential need for additional boost vaccinations.

    #immunité #vaccins #vaccination

  • A ‘mix and match’ approach to #SARS-CoV-2 #vaccination | Nature Medicine
    https://www.nature.com/articles/s41591-021-01463-x

    Although triggered by the unfortunate interruption in the use of adenovirus-based vaccines, cross-platform mixed-dosing strategies have demonstrated advantageous immunogenicity outcomes, as measured by both humoral responses and cellular responses to the original SARS-CoV-2 and its #variants. These innovative vaccine-dosing schedules may be required both as proof against vaccine supply interruptions and for maximizing immune responses, which in turn will help to reduce the transmission of emerging variants and protect immunocompromised people.

  • Sortons du « pass » et de l’impasse sanitaire – Pétition
    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/sortons-du-pass-et-de-limpasse-sanitaire-20210804_VDDY3DSABFH5JLL4BBKXWFQ

    Dépassé, le gouvernement choisit d’imposer une vaccination tous azimuts qui laisse de côté les éternels oubliés. Une autre approche est possible : une politique de santé de proximité qui vise prioritairement les publics vulnérables, estiment la philosophe Barbara Stiegler, les députés François-Xavier Bellamy (LR) et François Ruffin (LFI) et des soignants.

    Nous, soignants, acteurs et chercheurs en santé, nous, parlementaires et élus, nous, citoyens, appelons au retrait du « pass sanitaire » car il transgresse les principes fondamentaux de l’éthique biomédicale et du droit des personnes. Il fracture en outre le corps social en deux camps qu’il rend ennemis. En cela, il ignore les principes de santé publique. En cela, il n’a rien de « sanitaire » puisqu’il risque plutôt de nous conduire à une impasse en creusant encore davantage les inégalités et laissant les personnes les plus vulnérables à la fois sans protection face au virus et sans voix pour exprimer leurs doutes ou leurs inquiétudes. En réalité, il existe une autre option qui, jusqu’ici, n’a pas été prise : déployer une véritable politique de santé de proximité, dont la vaccination est un des outils indispensables, mais qui ne peut en aucun cas être présentée comme la panacée qu’il faudrait imposer à toutes et tous.

    Les vaccins contre le Covid-19 ont fait la preuve de leur efficacité pour la plupart des personnes vulnérables – âgées ou avec des comorbidités. Mais en laissant chaque individu face à des applications numériques improvisées, en retirant l’acte de la vaccination aux médecins et professionnels de proximité, en évinçant l’expertise de santé publique dès le début de la crise (1), on ne s’est pas suffisamment donné les moyens d’« aller vers » les plus concernés. On ne s’est pas plus donné les moyens d’entendre les questions et les doutes des personnes, comme l’exige le « consentement libre et éclairé » inhérent à tout acte de soin, accroissant sans doute la méfiance actuelle des hésitants vaccinaux. Résultat : la France est la lanterne rouge de l’Europe de l’Ouest pour la vaccination des plus âgés (2).

    Dépassé, le gouvernement choisit d’imposer une vaccination tous azimuts en faisant montre d’autorité, qui laisse de côté les éternels oubliés et arrose le reste de la population. Ainsi, le vaccin est érigé en remède miracle pour pallier l’absence de stratégie de santé publique. Celle-ci appellerait au contraire une priorisation, un accompagnement et l’association des populations aux décisions qui les concernent.

    Raisonnement de classe favorisée

    On se retrouve ainsi avec des millions de personnes à faible risque vaccinées et des millions de personnes fragilisées sans protection vaccinale. Or, sur ces derniers, le chantage au QR code est souvent inopérant : brandir la carotte du TGV, du théâtre ou du restaurant est un raisonnement de classe favorisée, inadapté pour beaucoup de publics âgés, précaires, marginalisés.

    Toucher ces populations suppose de formuler et déployer une vaccination sans barrière d’accessibilité et dont les enjeux sont compris. Bref, c’est faire tout le contraire de ce que propose le gouvernement, un cocktail de technologisme, de répression et d’abandon des publics qui sont à la fois les plus fragiles face au virus et les moins vaccinés. Au lieu de cela, le « pass sanitaire » soumet, sans sommation, ces publics ainsi que les enfants et les jeunes, déjà durement éprouvés par les confinements successifs, à une logique de chantage et de punition, les obligeant à trouver « vite leur dose » – souvent introuvable – s’ils veulent avoir le droit de continuer à vivre normalement, voire de garder leur emploi ou d’accéder à l’éducation. Ceci est d’autant plus déroutant qu’il n’est à ce jour pas prouvé que la vaccination massive des populations jeunes en bonne santé soit une bonne stratégie. Il s’agit plutôt d’un pari (3) : celui de faire baisser la circulation virale pour protéger les non-vaccinés et éviter la multiplication des variants, pari que les dernières données israéliennes et américaines sur la contagiosité des vaccinés sont en train de remettre en cause.

    Par ailleurs, les vaccins n’ont pas, au vu des données disponibles à ce jour, démontré une balance bénéfice-risque favorable en termes individuels chez les adolescents en bonne santé. Des effets indésirables ont été déclarés dans plusieurs pays, notamment des myocardites, inflammations du muscle cardiaque, dont l’incidence et les effets à long terme restent à déterminer. Or, du point de vue de l’éthique, un bénéfice collectif, lui-même hypothétique, ne constitue pas à lui seul un motif suffisant. Enfin, rappelons de plus que, parce que les vaccins ne bénéficient pour l’heure que d’une autorisation de mise sur le marché temporaire, aucun gouvernement ne peut prendre le risque juridique de rendre ces nouveaux vaccins obligatoires. Par le « pass sanitaire », qui conduit à une obligation déguisée, le gouvernement français déplace en réalité une responsabilité qu’il se garde bien d’assurer lui-même, en particulier sur les parents.

    Levée des brevets

    Une vraie stratégie de santé publique serait de laisser vivre les jeunes et de mobiliser tous les moyens en direction des publics vulnérables. C’est ce que l’on appelle une approche proportionnée aux besoins. Il faut associer à cela des mesures de réduction des risques, en particulier pour limiter les contaminations en lieu clos. Le tout-vaccination oublie en effet toutes ces stratégies qui permettent de vivre en diminuant le risque pour soi et pour les autres.

    La réponse ne peut enfin pas être exclusivement nationale. Nous affrontons une pandémie qui nécessite une réponse mondiale. Les inégalités dans l’accès aux vaccins aboutissent à ce que moins de 2% des personnes en Afrique soient aujourd’hui vaccinées. Refuser l’accès d’une immense partie de la population mondiale à toutes les armes pour lutter contre cette pandémie est non seulement non éthique, mais c’est une ineptie d’un point de vue sanitaire. Pour répondre à cette crise, il faut notamment renforcer les capacités de production au niveau mondial, lever les barrières associées aux brevets et favoriser les transferts de technologies.

    En conclusion, ce « pass sanitaire » crée un précédent qui pourra être invoqué à chaque crise écologique ou sanitaire. Des milliers de manifestants se dressent contre ces mesures. Ces protestations sont trop souvent réduites dans les médias au seul discours d’antivax, de complotistes ou d’extrême droite, qui n’ont jamais été du côté des libertés ni de la santé publique. Veillons à ce que l’arbre ne cache pas la forêt. Nous appelons tous les médias éclairés et les mouvements collectifs – partis, syndicats, ligues, associations – à s’opposer au « pass sanitaire » et à demander de toute urgence la mise en œuvre d’une autre option : au lieu de l’autoritarisme et de la panique, le déploiement d’une véritable politique de santé qui mobilise les données scientifiques et qui favorise l’implication des citoyennes et citoyens.

    #brevets #vaccination #passe_sanitaire

    • Dépassé, le gouvernement choisit d’imposer une vaccination tous azimuts en faisant montre d’autorité, qui laisse de côté les éternels oubliés et arrose le reste de la population.

      On pourrait élargir cette problématique à l’échelle mondiale en parlant de l’accès à la vaccination pour les populations des pays dits « émergeants ».
      Le problème étant que, si on laisse circuler ce virus, on potentialise le risque d’apparitions de #variants. Et avec ces variants, on sait où ça commence mais pas où ça finit, enfin, plutôt avec des possibilités d’échappements immunitaires.

      On commence à envisager la possibilité d’injection d’une troisième dose. Les usines de production vont donc tourner à plein régime pour fournir des doses aux pays ... développés. L’OMS vient de demander de suspendre, par solidarité, ce projet d’administration d’une troisième dose.

      Le sujet est abordé ici : https://www.arte.tv/fr/videos/103697-006-A/28-minutes-samedi
      avec une intervention de Vaiju Naravane, éditorialiste pour le quotidien indien Hindustan Times (22’42) qui dénonce la duplicité des labos pharmaceutiques lorsqu’ils annoncent le renchérissements « inévitables » des vaccins.

      En fait, la stratégie de ce gouvernement ne fait qu’alimenter les tendances paranoïaques des théories du complots dont les médias et leurs commanditaires font leur miel.

    • Enfin, rappelons de plus que, parce que les vaccins ne bénéficient pour l’heure que d’une autorisation de mise sur le marché temporaire, aucun gouvernement ne peut prendre le risque juridique de rendre ces nouveaux vaccins obligatoires. Par le « pass sanitaire », qui conduit à une obligation déguisée, le gouvernement français déplace en réalité une responsabilité qu’il se garde bien d’assurer lui-même, en particulier sur les parents.

      Imaginons un futur où des effets secondaires à long terme de quelques uns de ces vaccins apparaitraient. Même bénins, même indolores, juste un peu gênants. Je suis à-peu-près certain que les antivax se compteraient alors par milliards, que les lois sanitaires ne seraient plus respectées et que tous les discours scientifiques seraient conchiés par les masses.

      Imaginons un futur où il n’y a pas ces effets secondaires. Toute méfiance à l’égard des vaccins sera éteinte, toute mesure liberticide semblera justifiée, tout discours teinté de science semblera vérité absolue.

      L’intelligence a déjà perdu.

  • Protecting the Immune-Compromised Keeps Everyone Safe | WIRED
    https://www.wired.com/story/protecting-the-immune-compromised-keeps-everyone-safe

    This lack of consideration for immune-compromised people, from public health authorities and the public at large, is dangerous not only for the more than 10 million people with weakened immune systems but also for public health in general. The Alpha variant, as Science reported in December, almost certainly arose from an infection in an immune-compromised person whose prolonged battle against #Covid provided ample opportunity for the virus to evolve . Emerging evidence suggests that other #variants, possibly including Delta, could have evolved similarly, and a recent report from the UK warns of the potential for more variants to develop the same way.

    #immuno-deprimés

  • #SARS-CoV-2 #Variants and Vaccines | NEJM
    https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMsr2105280

    Given the emergence of immunity-evading variants even before vaccines were broadly deployed, it is hard to implicate vaccines or vaccine deployment strategies as the major drivers of immune evasion.

    However, prolonged viral replication in the presence of partial immunity in immunocompromised persons or circumstances in which rapid transmission of high titers of virus occurs (e.g., crowded living conditions23) could have contributed to the development of variants that can at least partially escape human immune responses. The use of antibody-based treatments (e.g., monoclonal antibodies or convalescent plasma) in circumstances in which they are of limited or undemonstrated efficacy may further contribute to the evolution of variants of concern that could evade not only these but also other antibody responses.24 Partially effective interventions may therefore encourage viral evolution. In addition, the larger the number of infected persons, the greater the chance that new variants of concern will arise. Hence, effective public health strategies such as social distancing, the use of masks, and the targeted use of effective vaccines that reduce both infection and transmission can help to limit viral evolution. Limiting transmission in the general population is extremely important for slowing the emergence of additional variants of concern.

    […]

    So far, there is no good evidence that currently identified variants of concern evade the most important vaccine effect — that of prevention of severe disease. describes key properties of and mutations in five selected variants. The fact that a few key amino acids in the spike protein have changed independently in variants identified in various parts of the world indicates that these are convergent changes and suggests that vaccines that incorporate these selected residues could cover several variants.

    #vaccins

  • The Coronavirus Variants Don’t Seem to Be Highly Variable So Far - Scientific American
    https://www.scientificamerican.com/article/the-coronavirus-variants-dont-seem-to-be-highly-variable-so-far

    No doubt you’ve heard about the novel coronavirus variants that are evolving around the world. There now appear to be more than a dozen versions of SARS-CoV-2, which are of varying degrees of concern because some are linked to increased infectivity and lethality while others are not. It’s easy to be overwhelmed by this diversity and to fear that we’ll never achieve herd immunity. Yet evidence is growing that these variants share similar combinations of mutations. This may not be the multifront war that many are dreading, with an infinite number of new viral versions.
    I am an evolutionary microbiologist who studies how bacteria and viruses adapt to new environments or hosts. Like many microbiologists, my colleagues and I have turned our attention to understanding how SARS-CoV-2 is evolving adaptations for reproducing and transmitting in humans. Our favorite laboratory method is experimental evolution, where we grow multiple populations of microbes started from the same strain under identical conditions for weeks or months. We study problems like how antibiotic resistance evolves and how infections become chronic. The power of this method is that using multiple populations allows us to “replay the tape of life” and study how repeatable and ultimately predictable evolution might be.
    One pattern we see is called convergent evolution, where the same trait emerges in different independent lineages over time, usually as they adapt to similar environments. Some of the best examples of convergent evolution include the sandy color of diverse desert animals; lobed swimming fins for whales, walruses, and manatees (which are actually distantly related); and even the ability for humans to digest lactose into adulthood, which arose several times in geographically isolated populations.

    In the case of SARS-CoV-2, the complete genome sequences of viruses from thousands of patients enable us to look for convergent patterns. While most mutations are one-offs that go extinct, some establish new lineages that become more frequent as the virus succeeds in replicating and infecting many people. If the same part of the virus repeatedly mutates in different samples around the world and becomes more frequent, this mutation very likely encodes an adaptation that helps the virus reproduce and transmit.
    With the benefit of increased genome surveillance of the coronavirus, several recent studies have identified signatures of convergent evolution. Here in the U.S. our laboratory found at least seven genetically independent lineages that acquired a mutation at one particular spot on the virus’s infamous spike protein, the one it uses to latch onto human cells. Spike has a sequence of linked amino acids, and the mutation occurs at position number 677. In the original SARS-CoV-2 this is the amino acid glutamine, abbreviated as Q.

    In six lineages, this Q mutated to another amino acid, histidine (H) and is called 677H. In the seventh lineage, Q mutated to another amino acid, proline (P). Each lineage also has a mutation called S:614G, which was the first notable change in the virus to be identified several months ago and spread so widely it is now found in 90 percent of all infections. We named these seven U.S. lineages after common birds—“robin,” for example, and “pelican” —to help us distinguish and track them, and also to avoid creating prejudice by naming them after the areas where they were first detected.

    Lineages outside the U.S. have also acquired 677H, including in Egypt, Denmark, India and a large cluster in Macedonia. A new variant of concern called B.1.525 also has 677H, as do several lineages that descended from B.1.1.7, one of the first worrisome versions to be spotted. The coincident, global emergence of S:677 mutations and their fivefold gain in prevalence offers strong evidence that these changes must improve viral fitness in some way. We don’t know how yet, but it is noteworthy that S:677 borders a region of the spike protein that helps the virus enter and infect human cells. 

    This is far from the only example of convergence in SARS-CoV-2. Mutations in at least eight different positions in the spike protein are simultaneously on the rise around the world, appearing in B.1.1.7 and in other major variants of concern known as B.1.351, P.1 and P.3. These variants share combinations of mutations at positions 18, 69–70, 417, 452, 501, 681 and a particularly concerning E484K mutation that evades neutralizing antibodies. For this reason, two of the leading scientific websites (http://covariants.org and http://outbreak.info) that track variants now report these shared, defining mutations to simplify and consolidate our attention. The U.S. Centers for Disease Control and the media have been slow to follow the importance of these key mutations, but this is changing, because it is these changes that likely alter virus functions such as contagiousness or the ability to evade vaccines.

    One way to envision this type of convergent evolution is as a game of Tetris, where a limited number of building blocks can be assembled in different ways, in different combinations, to achieve the same winning structures. For example, it is now known that the combination of mutations in B.1.1.7 make it especially contagious, and that the B.1.351 lineage can evade antibodies because of E484K.
    Because many newly discovered variants appear to be resampling the mutations found in other established variants, we can speculate that the virus is beginning to run out of new, major adaptations. But this doesn’t mean that that the forces of evolution will stop as we begin to approach herd immunity and loosen restrictions. History tells us that viruses can evolve rapidly to evade barriers to transmission, especially when infections remain numerous. We must remember that the more infections there are, the more chance mutations will occur, and those that best help the virus to survive will proliferate. This is why stopping new infections is key. These viral adaptations are already rewriting our biology textbooks on convergent evolution; let’s strive to limit new material.

    It’s also critical that we make significant investments in building an early-warning system to detect new #SARS-CoV-2 variants as well as many other emerging pathogens, both known and yet to be discovered. Viral genome surveillance and sequencing is the key. The reason why many variants have been detected in the U.K. is because of visionary investments by researchers and public health officials in these technologies.
    In the U.S., a significant influx of money to the CDC from the new federal stimulus package is already increasing the frequency with which researchers can sequence and analyze virus samples. This must be sustained by building the public health expertise and research infrastructure to decode genetic changes in the virus and anticipate the need for future vaccine modifications. It was basic science that provided hope in this pandemic through new vaccine technology; and given renewed support it will also be our guardian against future threats.

    #séquençage #variants

    • #Covid-19 : Alpha, Beta, Gamma, Delta, #Epsilon… l’émergence sans fin des variants, Marc Gozlan
      https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/07/08/covid-19-alpha-beta-gamma-delta-epsilon-lemergence-sans-fin-des-variants

      Certaines équipes ont, elles, choisi de développer des modèles visant à prédire quelles seront les trajectoires évolutives des #variants émergents. En d’autres termes, il s’agit d’anticiper la nature des mutations qui pourraient être hébergées par de futurs variants à partir des données de séquençage en temps réel.

      Prédire quel sera le parcours mutationnel qu’empruntera le virus SARS-CoV-2 pour évoluer est évidemment un énorme défi. Les chercheurs peuvent néanmoins s’appuyer sur la vaste base de connaissances existante (et qui ne cesse de s’enrichir) sur l’impact des mutations de la protéine spike.

      « L’intégration des données obtenues et celles issues des séquences émergentes du SARS-CoV-2 pourrait faciliter la détection automatisée de variants potentiellement préoccupants à faible fréquence (c’est-à-dire avant qu’ils ne se propagent largement) », estiment les virologistes moléculaires et microbiologistes évolutionnistes des universités de Glasgow, de Cambridge et d’Édimbourg. L’objectif serait donc de détecter l’émergence de virus possiblement capables d’échapper à la réponse anticorps neutralisants, ou plus transmissibles, afin de rapidement mettre en œuvre des mesures de contrôle ciblées, tout en orientant la poursuite des recherches en laboratoire. Une partie importante de ce processus consistera éventuellement à préparer des vaccins actualisés, adaptés aux variants émergents.

      Une équipe américaine, composée de généticiens, virologues, mathématiciens et spécialistes en intelligence artificielle, assure dans un preprint paru le 22 juin 2021 sur le site medRxiv (article non relu par les pairs) avoir développé une méthodologie qui aurait pu permettre d’identifier, avec précision et avec quatre mois d’avance, les mutations qui ont finalement diffusé au cours des différentes phases de la pandémie.

      Les chercheurs de la société Vir Biotechnology (San Francisco), en association avec des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT), rapportent avoir déterminé sur une période donnée que la fréquence de la mutation R346K avait augmenté de 7 fois en Suisse, de 8 fois en Autriche et de 21 fois au Chili. De même, ils ont établi que la diffusion géographique la plus large concernait la mutation P681K, qui a augmenté de plus de 5 fois dans quinze pays et de plus de 20 fois dans sept pays. Cette mutation se situe dans la protéine spike à proximité du site de clivage de la furine, qui joue un rôle majeur dans la fusion entre les membranes virale et cellulaire. Cette mutation P681K est aujourd’hui présente dans les trois variants identifiés en Inde, à savoir Delta (B.1.617.2), Kappa (B.1.617.1) et B.1.617.3. À en croire les chercheurs californiens, ils auraient détecté ces augmentations de la fréquence de cette mutation « bien avant la vague actuelle » due au variant préoccupant (VOC) qui sévit en Inde.

      Leur méthodologie repose sur des variables épidémiologiques, des données immunologiques, de même que sur la dynamique évolutive du virus et sur la nature des modifications en acides aminés induites par les mutations présentes dans le génome viral.

      Les chercheurs ont également analysé la diffusion de mutations à travers les États-Unis. C’est ainsi que la plupart des mutations présentes dans les variants Alpha et Epsilon ont diffusé dans 14 États, en particulier dans le Michigan, la Floride et le Texas. La mutation T478K a notamment augmenté sur la période considérée de plus de 60 fois au Texas et d’au moins 10 fois dans l’Etat de Washington, en Californie et en Oregon. Cette mutation augmente l’expression de la protéine spike et la liaison au récepteur cellulaire ACE2.

      Surtout, Cyrus Maher, Amalio Telenti et leurs collègues indiquent qu’il aurait été possible de prévoir l’apparition de mutations lors de la deuxième vague et de la troisième vague. Selon eux, concernant les variants indiens Delta, Kappa (B.1.617.1) et B.1.617.3, on aurait pu prévoir dès juillet 2020 que la mutation L452R allait gagner en fréquence. Même chose, pour la mutation P618R qui, selon eux, aurait pu être prévisible en octobre 2020. En revanche, concernant la mutation E484Q, présente dans le variant Kappa et B.1.617.3, elle n’aurait pas pu être prévue avant mars 2021.

      Selon ces chercheurs, leur approche est donc, rétrospectivement, « assez robuste pour prédire, plusieurs mois à l’avance, des mutations clés lors de la deuxième et troisième vague de la pandémie ». Ils en concluent qu’il aurait été possible d’alerter précocement sur la montée en puissance de ces mutations avant qu’elles n’atteignent des niveaux inquiétants à l’échelle globale.

      [...]

      Il apparaît donc que la situation actuelle, caractérisée par une couverture vaccinale encore largement insuffisante dans les pays qui vaccinent, favorise l’émergence de variants dont on ne sait pas s’ils seront toujours sensibles aux vaccins actuels. En effet, on ne peut totalement exclure la possibilité, dans un futur plus ou moins proche, de survenue d’#infections_post-vaccinales (breakthrough infections) imputables à des variants devenus capables de contourner l’immunité vaccinale. Des cas d’infections post-vaccinales liées au variant Delta ont été rapportés dans un article paru le 4 juillet 2021 sur le site medXriv, chez six personnes qui avaient assisté à un mariage à Houston (Texas) et qui étaient complètement vaccinés (Pfizer, Moderna, Coxavin).

      Les données actuellement disponibles semblent néanmoins montrer que le risque d’un échappement immunitaire post-vaccinal total est bien moins important que celui d’une transmissibilité accrue. Pour autant, certains virologues évolutionnistes estiment qu’une résistance, au moins partielle, aux vaccins actuels est inévitable, une prédiction qui ne peut être négligée ou ignorée, rappellent Roberto Burioni (Università Vita-Salute San Raffaele, Milan) et Eric Topol (Scripps Research Institute, La Jolla, Californie) dans un éditorial paru le 21 juin dans la revue Nature Medicine. « En tout état de cause, une chose est sûre : l’émergence de variants capables d’échapper aux vaccins, si cela a lieu, sera rendu plus probable si le virus diffuse et se réplique », ajoutent ces chercheurs.

      Il importe donc de rester en alerte afin d’être en mesure de détecter une éventuelle émergence de variants résistants à la vaccination et, le cas échéant, d’y faire face en développant rapidement des vaccins conçus en tenant compte des mutations problématiques observées.

      On l’a compris, il est donc crucial de maintenir le nombre d’infections au plus bas niveau possible partout dans le monde, pas seulement dans les pays riches mais également dans les pays en voie de développement. En effet, l’histoire de ce virus nous a vite appris qu’il ne connaît aucune frontière. Enfin, dans ce contexte pandémique, il n’est absolument pas souhaitable que chacun d’entre nous apprenne la totalité des 24 lettres de l’alphabet grec.

      #échappement_vaccinal #vaccins

  • Une synthèse d’une étude chinoise sur le potentiel de transmission du variant delta et sur sur sa capacité à engendrer des mutations.

    Covid-19 : une étude chinoise souligne l’ampleur de la charge virale à la phase précoce de l’infection par le variant Delta – Réalités Biomédicales
    https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2021/07/17/covid-19-une-etude-chinoise-souligne-lampleur-de-la-charge-virale-a-la-phase

    Sur le plan épidémiologique, les chercheurs ont observé une différence notable avec les infections dues à la souche historique de Wuhan et d’autres variants préoccupants. Ils ont en effet observé un raccourcissement du temps moyen entre deux contaminations dans une chaîne de transmission, c’est-à-dire le temps qu’il faut pour qu’une personne nouvellement infectée en infecte une autre. Plus cet intervalle (appelé intervalle sériel) est court, plus la dynamique de l’épidémie est rapide. L’intervalle sériel n’était que de 2,3 jours en moyenne alors qu’il était, selon les études, compris entre 5,5 et 7,5 jours à Wuhan en 2020.

    Yan Li, Jun Yuan, Jianfeng He, Jing Lu et leurs collègues ont ensuite évalué le niveau des charges virales lors du premier test PCR positif. Ils révèlent que les charges virales ont été 1 260 fois plus élevées que celles enregistrées lors des infections par les souches historiques 19A et 19B le jour où le SARS-CoV-2 a été pour la première fois détecté*

    .../...

    À partir des données du séquençage génomique, les chercheurs chinois ont évalué la diversité intra-hôte qui traduit la coexistence chez un même individu, à côté du virus dominant, de virus génétiquement distincts, appelés variants minoritaires. Ceci a été recherché chez 126 patients infectés lors de cette flambée épidémique d’une durée de vingt-six jours.

    .../...

    Les résultats obtenus montrent que des variants minoritaires (iSNV, pour intrahost single nucleotide variants) ont rapidement émergé, à bas niveau, lors de cette flambée épidémique. Quatre mutations (sur les 31 identifiées) ont été fixées dans la population des virus circulant lors de cette flambée épidémique. La transmission de ces variants minoritaires a été observée d’un sujet infecté à un autre. Elle a également été observée plusieurs fois entre un donneur et plusieurs receveurs. Dans un tel cas, la possibilité existe d’une transmission d’un virus doté d’une très forte transmissibilité ou capable d’échappement immunitaire, avec le risque que ces variants se pérennisent lorsque le virus est capable de diffuser rapidement et que l’épidémie n’est pas contrôlée.

    #SARS-Cov2 #variants #charge_virale #intervalle_sériel

  • Covid-19 : que sait-on du variant Delta (et des autres) ?
    https://theconversation.com/covid-19-que-sait-on-du-variant-delta-et-des-autres-163611

    Comme tous les êtres vivants, le virus SARS-CoV-2 évolue. Au cours de chaque infection sont produits des milliards de nouvelles particules virales. Parmi ces nouveaux virus, certains sont porteurs de mutations.

    Ce processus d’évolution et cette génération de mutants ont été étudiés en détail. On sait aujourd’hui que dans la majorité des cas, ces virus SARS-CoV-2 mutants sont soit non transmis à de nouveaux hôtes, soit « neutres », c’est-à-dire que les infections qu’ils causent sont semblables à celles causées par les virus non mutants (aussi appelé « sauvages » ou « historiques »).

    Mais parfois certains de ces mutants se propagent et prennent le pas sur les virus existants. Les exemples les plus récents ont pour noms variants Alpha, Bêta, Gamma, et maintenant Delta. Ils ont émergé pour la première fois respectivement au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil ou en Inde. Pourquoi ? Que sait-on de leurs propriétés ? Que sait-on de leurs capacités à échapper à la vaccination ?

    #virus #variants #SARS_Cov2 #pandémie #covid19

  • Why the #delta #variant is causing an explosion of cases among the unvaccinated | PBS NewsHour
    https://www.pbs.org/newshour/health/why-the-delta-variant-is-causing-an-explosion-of-cases-among-the-unvaccinated

    De la nécessité de vacciner massivement beaucoup plus rapidement,

    In counties where COVID rates are currently the highest, there is a direct correlation to the fact that the vast majority of residents are unvaccinated. More than 99 percent of the people who died from COVID-related causes in June were unvaccinated, Dr. Anthony Fauci said on Sunday, and the rise of delta means “we are seeing increased hospitalizations and deaths among unvaccinated individuals,” CDC director Dr. Rochelle Walensky said Thursday.

    [...]

    Data suggest this variant is three times as infectious as the original coronavirus strain, according to Dr. Tom Frieden, former CDC director who founded Resolve to Save Lives. But it remains unclear if this virus is deadlier or leads to more severe illness, said Dr. Yvonne Maldonado, chief of the Division of Pediatric Infectious Diseases at Stanford University School of Medicine. Some data suggest that symptoms associated with a delta variant infection — a runny nose and sore throat — may be slightly different than earlier in the pandemic. For example, the loss of one’s sense of smell is being reported less frequently.

    [...]

    Some estimates suggest that roughly 10 percent of the world’s population is currently immunized. In most countries, health care workers and at-risk populations are still exposed to potential infection, hospitalization and death due to the virus. A scenario health experts fear is that eventually, if transmission continues unfettered in many parts of the world, another variant could emerge that evades the highly effective vaccines we currently have.

    To meet demand, Frieden said companies must share their intellectual property and technical know-how more broadly so that more countries around the globe can have access to vaccines, prevent deaths and reduce the virus’ spread.

    “We need to move much faster than what we’re doing,” he said.

    [...]

    For the coming weeks and months ahead, Frieden warned of a dynamic we’re already seeing: “a tale of two countries — vaccinated and unvaccinated.” #COVID-19 infections will remain low, with occasional upticks, in highly vaccinated places. But in communities where most people remain unvaccinated, Frieden said, “you’re already seeing much higher rates — five, 10, 20 times higher.” He noted that’s lower “compared to the deadly spring,” but that cases are increasing rapidly.

    “What the delta variant does is it shortens the fuse between the beginning of spread and explosive spread,” Frieden said.

    “This variant is like tinder sitting in a dry forest” waiting for a spark among the unvaccinated, said Dr. F. Perry Wilson, an epidemiologist who directs the Clinical and Translational Research Accelerator at the Yale School of Medicine.

    #vaccins #vaccination #variants

  • Mass infection is not an option : we must do more to protect our young https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)01589-0/fulltext

    Editorial d’un groupe de scientifiques britanniques qui s’oppose à l’incroyable décision du gouvernement du #Royaume-Uni

    Parmi 5 raisons,

    […] preliminary modelling data suggest the government’s strategy provides fertile ground for the emergence of vaccine-resistant #variants. This would place all at risk, including those already vaccinated, within the UK and globally.

    #covid-19 #SARS-CoV-2

  • Impact of #SARS-CoV-2 variants on the total CD4+ and CD8+ T cell reactivity in infected or vaccinated individuals: Cell Reports Medicine
    https://www.cell.com/cell-reports-medicine/abstract/S2666-3791(21)00204-4

    #VARIANTS #COVID-19 : Nos #lymphocytes_T sont nos meilleurs alliés | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/variants-covid-19-nos-lymphocytes-t-sont-nos-meilleurs-allies

    En pratique, si le virus submerge les anticorps, les cellules T peuvent probablement encore arrêter la variante et prévenir une forme sévère de la maladie.

    #immunité_cellulaire #immunité

  • Structure-guided T cell vaccine design for #SARS-CoV-2 variants and sarbecoviruses
    https://www.cell.com/cell/pdf/S0092-8674(21)00797-2.pdf?_returnURL=https%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fr

    #COVID-19 : Le #vaccin qui parie sur les #lymphocytes_T | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-le-vaccin-qui-parie-sur-les-lymphocytes-t

    311 épitopes du #SRAS-CoV-2 sont identifiés comme susceptibles d’être à la fois contraints par la mutation et reconnus par les cellules T CD8+.
     
    « On peut comparer la structure d’un virus à la conception d’une maison. La stabilité d’une maison dépend de quelques éléments vitaux, comme les fondations et des poutres, qui soutiennent le reste de la maison. En termes biologiques, ces poutres de support seraient contraintes par mutation c’est-à-dire que tout changement important de taille ou de forme mettrait en danger l’intégrité structurelle de la maison et pourrait facilement conduire à son effondrement. Des mutations dans ces épitopes sont donc peu probables car elles compromettraient la capacité du virus à survivre".

    53 épitopes sont finalement sélectionnés car présents en plus grande quantité, chacun représentant une cible en puissance pour un vaccin largement protecteur.
     
    Des réponses des cellules T à ces épitopes en cas d’infection par les différents variants : les chercheurs confirment en effet, sur un échantillon de patients préalablement infectés par les différents variants que la moitié présentent des réponses des lymphocytes T à des épitopes hautement interconnectés parmi les épitopes identifiés. Cela confirme que ces épitopes identifiés sont bien capables d’induire une réaction immunitaire, ce qui en fait des candidats prometteurs pour une utilisation dans de futurs vaccins.
     
    La preuve avec les différents variants : l’équipe a obtenu des séquences des variantes préoccupantes B.1.1.7 Alpha, B.1.351 Beta, P1 Gamma et B.1.617.2 Delta SARS-CoV-2 en circulation et comparé ces séquences avec celles de la souche originale de SRAS-CoV-2. De toutes les mutations identifiées chez ces variants, seules 3 s’avèrent affecter des épitopes identifiés comme cibles possibles.
     
    Si les vaccins actuels offrent une forte protection contre le COVID-19, concluent les chercheurs dans leur communiqué, « il n’est pas clair que ces vaccins pourront fournir une protection aussi forte contre les variantes préoccupantes. Développer un vaccin qui appelle des réponses des cellules T permettrait d’assurer cette protection contre les futures variantes du SRAS-CoV-2 ».

    #variants #immunité_cellulaire

  • #COVID-19 : Le #variant « brésilien » Gamma consacré comme « plus mortel » | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-le-variant-bresilien-gamma-consacre-comme-plus-mortel

    Cette équipe de virologues et généticiens de la Harvard T.H. Chan School of Public Health utilise l’étude d’association pangénomique (GWAS : genome-wide association study) pour évaluer avec précision la virulence des différents #variants de #SARS-CoV-2. Cette méthodologie qui permet de comparer les mutations d’un grand nombre de souches, d’estimer leur #virulence et le risque de #mortalité identifie une variante du SRAS-CoV-2 comme particulièrement mortelle, le variant #P.1, apparu au Brésil et rebaptisé Gamma par l’Organisation mondiale de la Santé.

    Au-delà, la méthodologie, documentée dans la revue Genetic Epidemiology, apparaît déjà précieuse pour la surveillance, dans l’avenir, des variantes qui doivent être contenues.

    Source : Genome‐wide association analysis of COVID‐19 mortality risk in SARS‐CoV‐2 genomes identifies mutation in the SARS‐CoV‐2 spike protein that colocalizes with P.1 of the Brazilian strain - Hahn - - Genetic Epidemiology - Wiley Online Library
    https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/gepi.22421

  • Impact of #vaccination on new #SARS-CoV-2 infections in the United Kingdom
    https://www.nature.com/articles/s41591-021-01410-w

    Étude communautaire évaluant les vaccins Astra-Zeneca et Pfizer : efficacité élevée sans différence entre les 2 #vaccins ; surtout efficaces contre les formes symptomatiques et celles à charge virale élevée ; intervalle de confiance trop large pour savoir si les #variants non alpha sont aussi sensibles que le variant alpha.

    Conséquence de ce qui est mis en gras :

    Overall, approximately one-fifth of infections with Ct < 30 were in individuals not reporting symptoms during their episode. These infections could be particularly relevant for #transmission as these individuals may not be aware of their infection status despite having a relatively high viral load. Maintaining measures such as social distancing may therefore still be needed to control the virus spread until enough of the population is vaccinated.

    #distanciation

  • Does vaccinating adults stop kids from spreading COVID too?
    https://www.nature.com/articles/d41586-021-01549-z

    La question sous-jacente : est-il nécessaire de vacciner les enfants ?

    In the United States […] cases in children (generally those under the age of 18) fell by 84% between January and May. Just over half of the US population — predominantly adults — has received at least one vaccine dose.

    Donc…

    … children are most often infected by adults, says Eric Haas, a paediatric infectious-diseases physician and epidemiologist at the Israel Ministry of Health in Jerusalem. “Otherwise, you would expect that if children go back to school, they would just infect each other en masse.”

    Mais

    But recent data also suggest that unvaccinated children might still be important spreaders of the virus. During May, almost 100 outbreaks — defined as two or more cases — occurred in primary and secondary schools in England.

    That number is small, however, representing just a “tiny proportion” of England’s 25,000 schools, says Shamez Ladhani, a paediatric infectious-diseases physician with Public Health England. He also notes that overall infection rates in school-aged children changed little in the six weeks after schools reopened.

    Nonetheless, Tang says that transmission in schools shouldn’t be ignored. Britain’s vaccine roll-out has been slower than Israel’s, he argues, and school reopenings have coincided with the increased spread of B.1.617.2 — also known as the Delta variant — in UK communities. As a result, the virus might continue to circulate in children.

    This is an important point, he says, because the longer the pandemic continues, the greater the chance that new #variants with some resistance to vaccines will emerge.

    #vaccins #enfants #covid-19 #sars-cov2

  • New Evidence Suggests #COVID-19 Vaccines Remain Effective Against #Variants
    https://www.npr.org/sections/health-shots/2021/06/09/1004738276/new-evidence-suggests-covid-19-vaccines-remain-effective-against-variants

    “What we showed is that the neutralizing antibodies are reduced about fivefold to the B.1.351 variant,” says Dan Barouch, director of the Center for Virology and Vaccine Research at Beth Israel Deaconess Medical Center in Boston. Under the new nomenclature proposed by the World Health Organization, B.1.351 is now called Beta. It first appeared in South Africa.

    “That’s very similar to what other investigators have shown with other vaccines,” he says. “But what we also showed is that there’s many other types of immune responses other than neutralizing antibodies, including binding antibodies, FC functional antibodies and T-cell responses.”

    And it’s that last immune response, the T-cell response, that Barouch says is critically important. Because T cells, particularly CD8 T cells, play a crucial role in preventing illness.

    […]

    “Those are the killer T cells,” Barouch says. “Those are the types of T cells that can basically seek out and destroy cells that are infected and help clear infection directly.”

    They don’t prevent infection; they help keep an infection from spreading.

    “The T-cell responses actually are not reduced — at all — to the variants,” Barouch says. It’s not just the Beta variant, but also the Alpha and Gamma variants.

    That may help explain why the Johnson & Johnson vaccine prevented serious disease when tested in volunteers South Africa, where worrisome variants are circulating.

    “The data is very solid,” says Alessandro Sette, an immunologist at the La Jolla Institute for Immunology. “Dan Barouch’s data really show very nicely that there is no appreciable decrease in [CD8 T-cell] reactivity.”

    Sette’s lab has had similar results with the Pfizer-BioNTech and Moderna COVID-19 vaccines. So has Marcela Maus at Massachusetts General Hospital. Although it will take studies in people to be certain the vaccines will work against variants, “Anything that generates a T-cell immune response to the #SARS-CoV-2, I would say has promise as being potentially protective,” Maus says.

    What’s not clear yet is how long the T-cell response will last, but several labs are working to answer that question.

    #immunité_cellulaire #vaccins