• Vidéoprotection : une étude de la gendarmerie confirme les doutes sur son efficacité - La vidéoprotection est-elle efficace ? - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/france/video-protection-une-etude-de-la-gendarmerie-confirme-les-doutes-sur-so


    Cette étude confirme les résultats de précédentes analyses françaises également menées localement.
    Photo Lionel Le Saux / Le Mensuel

    Les résultats de cette étude scientifique ?vont-ils faire réfléchir les maires qui optent pour ces coûteux équipements ? L’étude en question fait voler en éclats l’efficacité proclamée de la « vidéoprotection ». Sa singularité ? Elle a été commandée par la gendarmerie.

    Elle peut coûter cher. Et elle serait relativement… inefficace. À l’heure où l’État incite fortement les communes à s’équiper en moyens de « vidéoprotection », tel est l’inquiétant résultat d’une étude scientifique qui a évalué le bénéfice de tels dispositifs pendant quatre ans, de 2017 à 2020, dans quatre communes de la métropole grenobloise (caméras municipales et transports publics). Le Télégramme en avait dévoilé la conclusion dans l’un des articles d’une enquête consacrée à la « vidéoprotection », le 30 novembre dernier.

    « Évaluation la plus complète menée en France », selon la gendarmerie
    Cette étude, qui confirme les résultats de précédentes analyses françaises également menées localement, offre une singularité : elle a été commandée par le Centre de recherche de l’école des officiers de la gendarmerie nationale (CREOGN), en « réponse » aux constats répétés de la Cour des comptes, en 2010 et 2020, d’absence d’appréciation objective de l’efficacité de la vidéoprotection en France. « En soutenant et accueillant sans tabou une démarche d’analyse scientifique, la gendarmerie est à l’origine d’une démarche inédite qui constitue, à ce jour, l’évaluation la plus complète et détaillée de la contribution de la vidéoprotection à l’élucidation d’enquêtes judiciaires en France », peut-on lire en préambule de la synthèse des résultats de l’étude.

    « Aucun impact » sur la dissuasion
    Confiée à Guillaume Gormand, docteur en administration publique et chercheur associé à Sciences Po Grenoble, l’étude a ciblé 1 939 enquêtes judiciaires portant sur des cambriolages (près de 68 % des enquêtes), violences (20 %), vols liés aux véhicules (près de 12 %). Premier enseignement : l’étude n’a décelé « aucun impact » des dispositifs en matière de prévention de la délinquance (deux des quatre communes ont été vidéoéquipées en 2020). Les caméras ne dissuadent pas les délinquants de passer à l’acte.

    Deuxième enseignement : les enquêteurs ont recours aux données de vidéosurveillance « à des niveaux décevants », « assez modestes », « loin de certaines idées répandues d’un recours systématique » : dans environ 10 % des enquêtes seulement. « Le recours aux images s’avère considérablement moins simple, naturel et fluide que la culture populaire le laisse croire », relève l’étude qui avance l’hypothèse que « les enquêteurs, consciemment ou non, procèdent à un ratio entre l’investissement nécessaire en temps et en efforts d’investigation par rapport aux bénéfices espérés ou à l’importance de l’affaire traitée ».

    22 affaires élucidées… sur 1 939
    Troisième information : l’apport de la vidéosurveillance pour résoudre des affaires est jugé « faible » et « peu rentable pour les enquêteurs ». Sur 1 939 enquêtes lancées, la vidéosurveillance n’a permis d’en résoudre que… 22, soit 1,13 % (0,67 % grâce à des preuves, et 0,46 % grâce à des indices). Mais ces 22 dossiers élucidés représentent 5,87 % des 355 enquêtes élucidées, soit une contribution de la vidéosurveillance dans une affaire élucidée sur 17. Un chiffre qui grimpe à une sur 12 (8,5 %), là où le réseau de caméras est « le plus efficient ». Une plus-value qui reste « relativement faible », estime cependant l’étude. Celle-ci est, par ailleurs, plus marquée pour les affaires élucidées de cambriolages (10,9 % des affaires élucidées) que pour celles de vols liés aux véhicules (6,7 %) ou les violences (5,2 %).

    L’étude observe qu’un réseau dense de caméras modernes « maximise » la faculté de la vidéoprotection à aider les enquêteurs dans la résolution d’affaires. En clair, pour avoir un semblant d’efficacité, il faut beaucoup de caméras et de bonne qualité, des enquêteurs qui sollicitent ce réseau et un partenariat avec les propriétaires des réseaux « fluide, durable et soutenu ».

    • Sécurité : après la « vidéoprotection », la vidéo… prédiction ? - La vidéoprotection est-elle efficace ? - Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/dossiers/la-videoprotection-est-elle-efficace/securite-apres-la-videoprotection-la-video-prediction-13-12-2021-128881


      Photo François Destoc
      le dossier du 13/12/2021

      Elles permettent déjà de reconnaître des visages, une démarche, de traquer une voiture ou un individu. De quoi seront demain capables les caméras de vidéosurveillance et leurs logiciels ?

      Des opérateurs de vidéoprotection qui traquent deux voleurs à l’arraché venant de dérober une sacoche à un touriste italien et qui s’enfuient en scooter. « On les a cueillis en douceur, huit kilomètres plus loin, quand ils se croyaient hors de portée, tirés d’affaire », exulte l’élu à la sécurité qui assiste à l’opération. La scène se déroule à Nice, au Centre de supervision urbaine (CSU)… en 2012 !

      La forme du nez, ou même la simple démarche
      « Ça, c’est le passé. Désormais, des logiciels sont capables de faire cela automatiquement. On peut interroger l’ordinateur pour rechercher par exemple une Twingo de couleur rouge, immatriculée dans le Finistère. L’intelligence artificielle permettra d’aller la débusquer », illustre le colonel Patrick Perrot, coordinateur pour l’intelligence artificielle au sein de la gendarmerie. Si le réseau vidéo est suffisamment dense pour la repérer et la suivre…

      Aujourd’hui, les algorithmes sont déjà capables de marquer et identifier un individu, par son visage (†), sa démarche, l’écart entre ses yeux, la forme de son nez. Des caméras peuvent trouver et traquer une femme ou un homme qui porte des vêtements d’une certaine couleur. Elles peuvent aussi détecter une arme, un corps qui tombe, des cris qui déclencheront un zoom automatique et une alerte.

      « Des « caméras intelligentes » ? C’est un aveu ? »
      Les caméras sont dites « intelligente_s ». « _C’est un aveu ? Avant, elles ne servaient à rien ?, ironise le sociologue Eric Heilmann. À Nice, le très grand nombre de caméras high-tech, couplé à une police municipale très importante, ont-ils réglé les grands problèmes de délinquance ? Non ! » Ce spécialiste des politiques de vidéoprotection estime que ces technologies n’ont pas encore fait leurs preuves. « La reconnaissance faciale fonctionne bien quand l’individu contrôlé est bien éclairé, immobile et face à la caméra (guichets, etc.). Quand la personne est en mouvement, dans la pénombre et avec un visage partiellement visible, c’est beaucoup plus aléatoire. »

      Les dispositifs semblent également rencontrer des difficultés avec les peaux sombres. « Cela génère de nombreux faux positifs, qui peuvent déboucher sur des situations potentiellement catastrophiques, pointe le chercheur. Même chose avec les systèmes qui alertent si quelqu’un court ou si des cris sont détectés. Dans un aéroport ou dans un métro, ça arrive souvent ! »

      « Aujourd’hui, on peut tout faire ou presque »
      « Aujourd’hui, la plupart des problèmes techniques sont résolus. On peut tout faire ou presque », assure de son côté le colonel Perrot. Juridiquement, ce n’est pas le cas. Les législations européenne et française brident ces technologies, et interdisent par exemple toute identification à l’aide de données biométriques.

      « Tout dépend de ce qu’on veut faire faire à un algorithme, formulent deux responsables des forces de l’ordre. De nombreux biais sont possibles. Comment définir un comportement atypique ou suspect ? Ceux-ci peuvent-ils être les mêmes à Brest et à Marseille par exemple ? Non. » « Le cadre juridique actuel n’est plus adapté et est trop flou, soulèvent les professionnels de la sécurité publique. On attend les adaptations européennes et françaises. »

      Vidéo… prédiction : détecter un cambrioleur en repérage
      Et demain ? « On n’a pas identifié et on ne peut pas identifier tous les usages qui seront possibles demain », tranche le colonel Perrot. Pour ce spécialiste de l’intelligence artificielle, la technologie pourrait cependant permettre « d’anticiper des comportements_ ». « Elle sera potentiellement prédictive », poursuit-il. Détecter un voleur à la tire qui s’apprête à passer à l’action dans une foule, un cambrioleur en repérage.

      « La technologie est surtout intéressante si elle permet d’éviter un passage à l’acte. Un cambriolage, c’est par exemple 20 h à 40 h de travail pour un enquêteur, sans garantie de résultat, illustrent deux de ses collègues. Imaginez les économies en temps et en personnel que cela peut représenter… »

      « On pourrait parvenir à exploiter plusieurs flux vidéo en direct, issus de caméras de voie publique mais aussi de réseaux privés, de caméras piétons ou de simples téléphones portables filmant un événement », pronostique un autre responsable de sécurité publique. « Le seul frein est juridique, _appuie encore un acteur de ces nouvelles technologies, qui relève que celles-ci sont autorisées et utilisées dans la grande distribution (caméras pour observer les comportements commerciaux, lire les émotions, etc.). _Et mon grand problème, c’est la peur que ces technologies suscitent. Il y a un gros travail d’explication à faire. »

      « Plus il y a de caméras, mieux les gens se comportent »
      Ces considérations n’ont pas lieu en Chine. « Ici, la vidéosurveillance ne fait pas débat. Les caméras, toutes dotées de la reconnaissance faciale (qui seraient aussi capables de vous identifier malgré le port d’un masque, ou même… de dos ; ndlr), sont absolument partout : dans les rues, les copropriétés, les entreprises, dans les salles de classe…, assure un spécialiste souhaitant rester anonyme. Le mot d’ordre, c’est : plus il y a de caméras, mieux les gens se comportent. » Le pays en comptait 176 millions en 2016. Leur nombre atteindrait 2,8 milliards en 2022, soit deux par habitant ! Pour la recherche et l’innovation, les entreprises ont tapis rouge, et bénéficient de l’accès à un très grand nombre de données pour nourrir leurs nouveaux algorithmes. Une concurrence qui ne freine qu’en partie les sociétés françaises… qui expérimentent à l’étranger ce qu’elles n’ont pas droit de faire en France.

      Les « comportements suspects » en Chine
      Dans la Chine high-tech, le visage fait déjà office de billet dans certains transports, et de moyen de paiement dans des commerces. Les caméras servent aussi à gérer automatiquement le trafic routier, à repérer les personnes désorientées (Alzheimer, etc.), ou les enfants qui s’approchent trop près d’un plan d’eau (alerte par haut-parleur et texto envoyé aux parents !). Des policiers équipés de lunettes de reconnaissance faciale déambulent dans les rues. Elles leur permettent de repérer délinquants et criminels recherchés.

      Dans la province du Xinjiang, située au nord-ouest du pays et où vit la minorité musulmane ouïghoure, les caméras servent à traquer le moindre « comportement suspect ». Comprendre : s’éloigner à plus de 200 m de son domicile, aller trop souvent à la mosquée, inviter un étranger chez soi, rester plusieurs jours d’affilée chez soi, ou faire le plein d’essence plusieurs fois dans la semaine… Comportements susceptibles de vous conduire en « camp de rééducation », où près d’un Ouïghour sur six serait détenu.

    • au détour de l’article… En Chine,…

      Pour la recherche et l’innovation, les entreprises ont tapis rouge, et bénéficient de l’accès à un très grand nombre de données pour nourrir leurs nouveaux algorithmes. Une concurrence qui ne freine qu’en partie les sociétés françaises… qui expérimentent à l’étranger [en Chine] ce qu’elles n’ont pas droit de faire en France.

    • Vidéoprotection, la difficile évaluation : le cas de Nice - La vidéoprotection est-elle efficace ? - Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/dossiers/la-videoprotection-est-elle-efficace/videoprotection-la-difficile-evaluation-le-cas-de-nice-14-12-2021-12888
      autre élément du dossier du 14/12/2021

      Aucun service de sécurité d’Etat n’a été en mesure de nous livrer des chiffres susceptibles de démontrer une quelconque efficacité de la vidéoprotection. La ville de Nice, la plus équipée de France, s’est voulue plus transparente.

      Faut-il croire sur parole les autorités quand elles assurent que la vidéoprotection est efficace ? Sur quelles données reposent ces affirmations ? « La préfecture de police de Paris dispose d’un réseau étoffé de caméras et enregistre de nombreux succès, contactez-la », invite l’un des interlocuteurs interrogés pour cette enquête. Sollicitée, celle-ci n’a, au final, souhaité répondre qu’à une seule question : le nombre de caméras en réseau propre (4 032 pour Paris et les trois départements de la petite couronne). Le ministère de l’Intérieur, quant à lui, botte en touche : « Les caméras étant commandées et installées par les communes, l‘évaluation est faite localement ».

      France : aucune évaluation, aucun chiffre fiable
      Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas mis en place de système d’évaluation de la vidéoprotection. L’efficacité affichée par les autorités, résolument ancrée dans les esprits, ne repose… sur aucun chiffre fiable, aucune donnée scientifique. C’est d’ailleurs le reproche fait à deux reprises par la Cour des comptes, en 2011 et en octobre 2020.

      « L’ampleur des sommes engagées depuis plus de dix ans impose une appréciation objective de l’efficacité de la vidéoprotection. Le fait que le sujet soit sensible justifie d’autant plus un traitement scientifique transparent fondé sur des données statistiques partagées », insiste la Cour dans son dernier rapport.

      Nice : une caméra pour 90 habitants
      Sollicitée, la ville de Nice nous a en revanche adressé de nombreux éléments à exploiter. La « capitale » française de la vidéoprotection affichait 280 caméras en 2008 à l’élection de son maire Christian Estrosi. Elle en disposait au 21 novembre de 3 865 : 1 pour 90 habitants. Coût moyen d’une caméra (achat, installation et raccordement) : 15 000 €.

      Pour gérer le centre de supervision urbaine (CSU), 90 des 550 policiers municipaux se relaient 7 jours sur 7, 24 h sur 24h. Coût annuel de fonctionnement, selon la municipalité : 2,5 millions d’euros pour la seule maintenance (possiblement, selon nos calculs, 5 à 6 millions de plus pour les frais de personnel). La municipalité consacre environ 45 millions d’euros par an à la sécurité (dont 38 M€ alloués à la police municipale). C’est 8 % de son budget global.

      Intelligence artificielle
      Une majorité de caméras est fixe (1 900). Mais le parc niçois compte tout de même 1 200 caméras capables de voir sur 360 degrés, et 600 autres disposent de quatre angles de vue (pas d’angle mort). Enfin, 64 sont nomades (déplaçables selon les besoins), 30 sont thermiques (intrusions parcs et jardins) et 71 détectent automatiquement des incidents (ponts, tunnels etc., avec alertes en temps réel).

      La ville utilise plusieurs technologies avec de l’intelligence artificielle : aide à la relecture vidéo (en temps réel et en différé), à la détection de dépôts sauvages de déchets (alerte en temps réel), d’intrusions et de colis abandonnés, de lecture automatisée de plaques d’immatriculation.

      « 7 000 interpellations » depuis 2010
      La Ville ne dispose pas de bilan d’évaluation de son système de vidéoprotection. Mais elle met en avant deux chiffres : 2 000 réquisitions de vidéos à la demande du procureur de la République en 2020, et donc susceptibles, selon la municipalité, d’identifier les auteurs présumés des infractions constatées grâce à la vidéo. Le second chiffre est celui des interpellations réalisées depuis 2010, à la suite de « flagrants délits réalisés via les images du CSU » : 7 000 (dont 694 entre le 1er janvier et le 21 novembre 2021). 7 000 interpellations pour combien de faits signalés ? A minima 150 000, si l’on extrapole, de manière très approximative, à partir du nombre de vols et dégradations et une partie des violences enregistrés sur la base de la « petite » année 2020 (confinements). Ce qui aboutirait à un taux de résolution (interpellation ne vaut pas condamnation ; à ce propos la Ville ne dispose d’aucun chiffre) d’environ 5 %, bien au-dessus des chiffres habituellement constatés lors d’études indépendantes en France.

      « Aucune corrélation », selon la Cour des comptes
      La Cour des comptes, dans son rapport d’octobre 2020, a tenté elle aussi d’établir un parallèle entre vidéoprotection et statistiques de la délinquance. Pour une sélection d’infractions de voie publique (atteintes à la tranquillité publique dont les dégradations, et certains vols), la juridiction affiche des chiffres plus moins contrastés sur quatre ans (2015-2018), avec une baisse globale de 11,4 % entre ces deux seules dates. Avec les mêmes paramètres, Cannes, autre ville très équipée, enregistre une baisse de 19 %. Mais les chiffres de Saint-Étienne ou Lyon, deux autres des quelque 56 autres villes vidéoprotégées de l’échantillon de la Cour des comptes, sont par exemple à la hausse : respectivement + 14,8 % et + 22,6 %.

      À ce propos, la Cour conclut qu’au terme de son enquête sur 57 communes, « aucune corrélation globale n’a été relevée entre l’existence de dispositifs de vidéoprotection et le niveau de la délinquance commise sur la voie publique, ou encore les taux d’élucidation ». En France, tout reste à évaluer.

    • commentaire de l’article initial :

      « Guillaume Gormand, docteur en administration publique et chercheur associé à Sciences Po Grenoble »

      Tout est dit… Et l’islamo-gauchisme n’existe pas ! Ne lui parlez pas de ce violeur qui a sévi des décennies durant à la frontière franco-belge, arrêté grâce à une caméra belge, tout comme pour son comparse Mucchielli, ce n’est pas « Statistique » ! Ni de toute les enquêtes sur les attentats qui n’avancent que grâce à des caméras, la négation du réel est leur mantra, ces « Docteurs » prospèreront grâce à diverses commandes de collectivités territoriales « Amies » qui financent des « Experts » agréant à leurs délires. On doit à ces même accointances pseudo scientifiques l’émergence des énergies vertes et autres gadgets promouvant les mobilités « Douces ».

      L’université française, cette fabrique de crétins…

    • Par ailleurs, les statistiques nationales sur les délits enregistrés auprès des services judiciaires n’ont jamais enregistré de diminution de la délinquance depuis la création et la généralisation des caméras de surveillance.

      Ces objets sont là, afin que vous vous contrôliez.

  • La #Technopolice, moteur de la « #sécurité_globale »

    L’article 24 de la #loi_Sécurité_Globale ne doit pas devenir l’arbre qui cache la forêt d’une politique de fond, au cœur de ce texte, visant à faire passer la #surveillance et le #contrôle_de_la_population par la police à une nouvelle ère technologique.

    Quelques jours avant le vote de la loi Sécurité Globale à l’Assemblée Nationale, le ministère de l’Intérieur présentait son #Livre_blanc. Ce long #rapport de #prospective révèle la #feuille_de_route du ministère de l’Intérieur pour les années à venir. Comme l’explique Gérard Darmanin devant les députés, la proposition de loi Sécurité Globale n’est que le début de la transposition du Livre dans la législation. Car cette loi, au-delà de l’interdiction de diffusion d’#images de la police (#article_24), vise surtout à renforcer considérablement les pouvoirs de surveillance des #forces_de_l’ordre, notamment à travers la légalisation des #drones (article 22), la diffusion en direct des #caméras_piétons au centre d’opération (article 21), les nouvelles prérogatives de la #police_municipale (article 20), la #vidéosurveillance dans les hall d’immeubles (article 20bis). Cette loi sera la première pierre d’un vaste chantier qui s’étalera sur plusieurs années.

    Toujours plus de pouvoirs pour la police

    Le Livre blanc du ministère de l’Intérieur envisage d’accroître, à tous les niveaux, les pouvoirs des différentes #forces_de_sécurité (la #Police_nationale, la police municipale, la #gendarmerie et les agents de #sécurité_privée) : ce qu’ils appellent, dans la novlangue officielle, le « #continuum_de_la_sécurité_intérieure ». Souhaitant « renforcer la police et la rendre plus efficace », le livre blanc se concentre sur quatre angles principaux :

    - Il ambitionne de (re)créer une #confiance de la population en ses forces de sécurité, notamment par une #communication_renforcée, pour « contribuer à [leur] légitimité », par un embrigadement de la jeunesse – le #Service_National_Universel, ou encore par la création de « #journées_de_cohésion_nationale » (page 61). Dans la loi Sécurité Globale, cette volonté s’est déjà illustrée par la possibilité pour les policiers de participer à la « #guerre_de_l’image » en publiant les vidéos prises à l’aide de leurs #caméras_portatives (article 21).
    - Il prévoit d’augmenter les compétences des #maires en terme de sécurité, notamment par un élargissement des compétences de la police municipale : un accès simplifié aux #fichiers_de_police, de nouvelles compétences en terme de lutte contre les #incivilités … (page 135). Cette partie-là est déjà en partie présente dans la loi Sécurité Globale (article 20).
    - Il pousse à une #professionnalisation de la sécurité privée qui deviendrait ainsi les petites mains de la police, en vu notamment des #Jeux_olympiques Paris 2024, où le besoin en sécurité privée s’annonce colossal. Et cela passe par l’augmentation de ses #compétences : extension de leur #armement, possibilité d’intervention sur la #voie_publique, pouvoir de visionner les caméras, et même le port d’un #uniforme_spécifique (page 145).
    - Enfin, le dernier grand axe de ce livre concerne l’intégration de #nouvelles_technologies dans l’arsenal policier. Le titre de cette partie est évocateur, il s’agit de « porter le Ministère de l’Intérieur à la #frontière_technologique » (la notion de #frontière évoque la conquête de l’Ouest aux États-Unis, où il fallait coloniser les terres et les premières nations — la reprise de ce vocable relève d’une esthétique coloniale et viriliste).

    Ce livre prévoit une multitude de projets plus délirants et effrayants les uns que les autres. Il propose une #analyse_automatisée des #réseaux_sociaux (page 221), des #gilets_connectés pour les forces de l’ordre (page 227), ou encore des lunettes ou #casques_augmentés (page 227). Enfin, le Livre blanc insiste sur l’importance de la #biométrie pour la police. Entre proposition d’#interconnexion des #fichiers_biométriques (#TAJ, #FNAEG, #FAED…) (page 256), d’utilisation des #empreintes_digitales comme outil d’#identification lors des #contrôles_d’identité et l’équipement des #tablettes des policiers et gendarmes (#NEO et #NEOGEND) de lecteur d’empreinte sans contact (page 258), de faire plus de recherche sur la #reconnaissance_vocale et d’#odeur (!) (page 260) ou enfin de presser le législateur pour pouvoir expérimenter la #reconnaissance_faciale dans l’#espace_public (page 263).

    Le basculement technologique de la #surveillance par drones

    Parmi les nouveaux dispositifs promus par le Livre blanc : les #drones_de_police, ici appelés « #drones_de_sécurité_intérieure ». S’ils étaient autorisés par la loi « Sécurité Globale », ils modifieraient radicalement les pouvoirs de la police en lui donnant une capacité de surveillance totale.

    Il est d’ailleurs particulièrement marquant de voir que les rapporteurs de la loi considèrent cette légalisation comme une simple étape sans conséquence, parlant ainsi en une phrase « d’autoriser les services de l’État concourant à la #sécurité_intérieure et à la #défense_nationale et les forces de sécurité civile à filmer par voie aérienne (…) ». Cela alors que, du côté de la police et des industriels, les drones représentent une révolution dans le domaine de la sécurité, un acteur privé de premier plan évoquant au sujet des drones leur « potentiel quasiment inépuisable », car « rapides, faciles à opérer, discrets » et « tout simplement parfaits pour des missions de surveillance »

    Dans les discours sécuritaires qui font la promotion de ces dispositifs, il est en effet frappant de voir la frustration sur les capacités « limitées » (selon eux) des caméras fixes et combien ils fantasment sur le « potentiel » de ces drones. C’est le cas du maire LR d’Asnières-sur-Seine qui en 2016 se plaignait qu’on ne puisse matériellement pas « doter chaque coin de rue de #vidéoprotection » et que les drones « sont les outils techniques les plus adaptés » pour pallier aux limites de la présence humaine. La police met ainsi elle-même en avant la toute-puissance du #robot par le fait, par exemple pour les #contrôles_routiers, que « la caméra du drone détecte chaque infraction », que « les agents démontrent que plus rien ne leur échappe ». Même chose pour la #discrétion de ces outils qui peuvent, « à un coût nettement moindre » qu’un hélicoptère, « opérer des surveillances plus loin sur l’horizon sans être positionné à la verticale au-dessus des suspects ». Du côté des constructeurs, on vante les « #zooms puissants », les « #caméras_thermiques », leur donnant une « #vision_d’aigle », ainsi que « le #décollage possible pratiquement de n’importe où ».

    Tout cela n’est pas que du fantasme. Selon un rapport de l’Assemblée nationale, la police avait, en 2019, par exemple 30 drones « de type #Phantom_4 » et « #Mavic_Pro » (ou « #Mavic_2_Enterprise » comme nous l’avons appris lors de notre contentieux contre la préfecture de police de Paris). Il suffit d’aller voir les fiches descriptives du constructeur pour être inondé de termes techniques vantant l’omniscience de son produit : « caméra de nacelle à 3 axes », « vidéos 4K », « photos de 12 mégapixels », « caméra thermique infrarouge », « vitesse de vol maximale à 72 km/h » … Tant de termes qui recoupent les descriptions faites par leurs promoteurs : une machine volante, discrète, avec une capacité de surveiller tout (espace public ou non), et de loin.

    Il ne s’agit donc pas d’améliorer le dispositif de la vidéosurveillance déjà existant, mais d’un passage à l’échelle qui transforme sa nature, engageant une surveillance massive et largement invisible de l’espace public. Et cela bien loin du léger cadre qu’on avait réussi à imposer aux caméras fixes, qui imposait notamment que chaque caméra installée puisse faire la preuve de son utilité et de son intérêt, c’est-à-dire de la nécessité et de la #proportionnalité de son installation. Au lieu de cela, la vidéosurveillance demeure une politique publique dispendieuse et pourtant jamais évaluée. Comme le rappelle un récent rapport de la Cour des comptes, « aucune corrélation globale n’a été relevée entre l’existence de dispositifs de vidéoprotection et le niveau de la délinquance commise sur la voie publique, ou encore les taux d’élucidation ». Autre principe fondamental du droit entourant actuellement la vidéosurveillance (et lui aussi déjà largement inappliqué) : chaque personne filmée doit être informée de cette surveillance. Les drones semblent en contradiction avec ces deux principes : leur utilisation s’oppose à toute notion d’information des personnes et de nécessité ou proportionnalité.

    Où serons-nous dans 4 ans ?

    En pratique, c’est un basculement total des #pratiques_policières (et donc de notre quotidien) que préparent ces évolutions technologiques et législatives. Le Livre blanc fixe une échéance importante à cet égard : « les Jeux olympiques et paralympiques de Paris de 2024 seront un événement aux dimensions hors normes posant des enjeux de sécurité majeurs » (p. 159). Or, « les Jeux olympiques ne seront pas un lieu d’expérimentation : ces technologies devront être déjà éprouvées, notamment à l’occasion de la coupe de monde de Rugby de 2023 » (p. 159).

    En juillet 2019, le rapport parlementaire cité plus haut constatait que la Police nationale disposait de 30 drones et de 23 pilotes. En novembre 2020, le Livre blanc (p. 231) décompte 235 drones et 146 pilotes. En 14 mois, le nombre de drones et pilotes aura été multiplié par 7. Dès avril 2020, le ministère de l’Intérieur a publié un appel d’offre pour acquérir 650 drones de plus. Rappelons-le : ces dotations se sont faites en violation de la loi. Qu’en sera-t-il lorsque les drones seront autorisés par la loi « sécurité globale » ? Avec combien de milliers d’appareils volants devra-t-on bientôt partager nos rues ? Faut-il redouter, au cours des #JO de 2024, que des dizaines de drones soient attribués à la surveillance de chaque quartier de la région parisienne, survolant plus ou moins automatiquement chaque rue, sans répit, tout au long de la journée ?

    Les évolutions en matières de reconnaissance faciale invite à des projections encore plus glaçantes et irréelles. Dès 2016, nous dénoncions que le méga-fichier #TES, destiné à contenir le visage de l’ensemble de la population, servirait surtout, à terme, à généraliser la reconnaissance faciale à l’ensemble des activités policières : enquêtes, maintien de l’ordre, contrôles d’identité. Avec le port d’une caméra mobile par chaque brigade de police et de gendarmerie, tel que promis par Macron pour 2021, et la retransmission en temps réel permise par la loi « sécurité globale », ce rêve policier sera à portée de main : le gouvernement n’aura plus qu’à modifier unilatéralement son #décret_TES pour y joindre un système de reconnaissance faciale (exactement comme il avait fait en 2012 pour permettre la reconnaissance faciale à partir du TAJ qui, à lui seul, contient déjà 8 millions de photos). Aux robots dans le ciel s’ajouteraient des humains mutiques, dont le casque de réalité augmentée évoqué par le Livre Blanc, couplé à l’analyse d’image automatisée et aux tablettes numériques NEO, permettrait des contrôles systématiques et silencieux, rompus uniquement par la violence des interventions dirigées discrètement et à distance à travers la myriade de drones et de #cyborgs.

    En somme, ce Livre Blanc, dont une large partie est déjà transposée dans la proposition de loi sécurité globale, annonce le passage d’un #cap_sécuritaire historique : toujours plus de surveillance, plus de moyens et de pouvoirs pour la police et consorts, dans des proportions et à un rythme jamais égalés. De fait, c’est un #État_autoritaire qui s’affirme et se consolide à grand renfort d’argent public. Le Livre blanc propose ainsi de multiplier par trois le #budget dévolu au ministère de l’Intérieur, avec une augmentation de 6,7 milliards € sur 10 ans et de 3 milliards entre 2020 et 2025. Une provocation insupportable qui invite à réfléchir sérieusement au définancement de la police au profit de services publiques dont le délabrement plonge la population dans une #insécurité bien plus profonde que celle prétendument gérée par la police.

    https://www.laquadrature.net/2020/11/19/la-technopolice-moteur-de-la-securite-globale
    #France #Etat_autoritaire

    ping @isskein @karine4 @simplicissimus @reka @etraces

  • L’installation de caméras dans les abattoirs écartée par les députés
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/12/15/01016-20161215ARTFIG00166-l-installation-de-cameras-dans-les-abattoirs-fina

    Les parlementaires ont adopté la proposition de loi de la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux mais sans retenir l’une de ses principales dispositions : la vidéosurveillance. Le rapporteur Olivier Falorni dénonce une « position extrêmement conservatrice » et reproposera la mesure en janvier.

    Le rapport d’enquête concluait à « trois avantages indiscutables » de la vidéosurveillance qui « favoriserait la prévention des actes de maltraitance, permettrait un contrôle objectif permanent et donc des sanctions plus justes et plus efficaces et, enfin, serait un outil d’aide à la formation des salariés et des responsables ». Olivier Falorni, également rapporteur de la proposition de loi, était lui-même un fervent militant de la mesure : « J’y suis favorable à titre personnel. C’est un moyen d’éviter les dérives individuelles », expliquait-il au Figaro.

    Les problèmes de cadences et de pression à la rentabilité ne sont pas des « dérives individuelles ». Vu les quelques témoignages de salariés des abattoirs, le problème est la pression hiérarchique pour une rentabilité extrême et incompatible avec une prise en compte de la souffrance des non-humains, pas du tout les « dérives individuelles ». Et de toute façon comment est ce qu’on pourrait faire ce travail et aller bien ?

    Par rapport à la question de la viande, le discours se focalise sur les non-humains qui sont abattus mais les ouvrier·e·s qui travaillent sur ces mises à mort à la chaine subissent aussi une violence par ce qu’on leur demande de faire.

    Un avis que ne partagent pas les députés de la commission des Affaires économiques. Ces derniers ont choisi de supprimer « les dispositions introduisant le contrôle-vidéo des postes d’abattage » malgré l’avis du rapporteur. Lors des débats précédant le vote, les détracteurs de la mesure ont fait valoir le coût et le caractère intrusif d’une généralisation de la surveillance vidéo.

    Par rapport à la videosurveillance elle n’est intrusive que lorsqu’elle contredit les plans des dominant·e·s. Pas de souci pour etre intrusifs avec les citoyens dans l’espace publique, et pas de soucis d’argent pour coller des caméras tous les 10m. Mais des caméras pour surveiller les violences policières ou faire diminuer la rentabilité industrielle des abattoirs et surveiller les conditions de travail des ouvrier·e·s et les conditions d’abattage des non-humains c’est beaucoup trop intrusif.

    #videosurveillance #carnisme #thanatocratie

    • Par rapport à la videosurveillance, je remarque que dans ce contexte les LR et autres députés de droite ainsi que le figaro, n’utilisent pas leur mot habituel de « videoprotection ». Ce mot « videoprotection » révèle tout son intérêt politique ici, comme dans le contexte des violences policières.
      Cet article du Figaro ne figure d’ailleurs pas dans leur catégorie « Videoportection » :
      http://plus.lefigaro.fr/tag/videoprotection
      mais il est bien taggé « Videosurveillance »
      http://plus.lefigaro.fr/tag/videosurveillance

      #vocabulaire #langage #novlangue #videoprotection

      Par rapport au caractère « protecteur » de ces caméras, il y aurais pourtant 3 manières de les voire comme telles.
      a-protection des non-humains contre certaines souffrances lors de leur abbatage.
      b-protection des employé·e·s sur les chaines d’abatage- on peu vérifier leurs conditions de travail de travail, la cadance etc.
      c-dans une perspective droitière type le figaro plus préoccupé par la protection du patronat. Ces caméras pourraient aussi protégé les patrons contre ces prétendus employés en « dérives individuelles » qui leur donnent une mauvaise image lorsque les asso les rapportent. Je dit ca dans l’hypothèse que ces « dérives individuelles » soient vraiment le problème, ce qui ne me semble pas être le cas.

      Par rapport à la camera, on pourrai facilement mettre un lien vers la video de la mise à mort sur l’emballage des steaks comme ca chaque mangeur de cadavre pourra se rassurer sur le fait que l’animal à été tué gentilement dans des conditions sympas pour se mettre en appétit.

    • Ma fille de 5 ans ce matin, qui a constaté la disparition de son tube dentifrice dans la salle de bain, m’a suggéré d’installer deux caméras (une dans la salle de bain pour prouver le forfait, et l’autre à l’extérieur pour savoir vers où le voleur est parti). Le papa est resté sans voix. Il y a des « standards » qui ont l’aire de bien s’incruster y compris chez les enfants :)

    • @reka Ca doit faire tout drole son idee de vidéosurveillance a 5 ans. Ca me rappel qu’à cette âge j’avais préparer un plan pour empoisonner le président de la république. J’avais du voire un film policier et mélanger Ca avec mon desir (toujours tres vif) de tuer le père :)

      @bce_106_6 je pense que tu parle de ma propositions de vidéos sur les emballage de viande . Je trouvè que Ca serait pas mal d’utiliser cette technologie pour montrer ce que c’est vraiment qu’un steak. Ca me fait pensé aux déco de paquets de clop, en version sympas car il faudrait aller voire la vidéo soi meme et pas la voire de force. Ca respect la liberté de déni des carnistes. J’ai bien conscience que c’est pas réaliste mon idee mais bon de toute façon il y aura pas de caméras sauf au supermarchés, pour protéger la viande des pauvres qui ne pourraient pas se la payer.

    • humm oui il est bien rangé dans ma tête mais c’était pas vraiment faisable comme plan.

      Pour les personnes contraintes de voire ces horreurs pour la surveillances video, ca me semble moins horrible que le sort des personnes qui doivent mettre à mort, sans parler de celui des bêtes. Et si on doit avoir une industrie de la mort ca serait bien de commencer à la regarder en face.

  • Il me semble que les propos les plus énormes devraient figurer sur seenthis, pour nos besoins d’archivages, or je ne le vois pas, du coup je m’y colle :

    « Qu’a fait le maire de Marseille ? » s’est interrogé le ministre de l’Intérieur, mardi 20 août, sur BFMTV et RMC, au lendemain d’un nouveau règlement de comptes dans la cité phocéenne. « Il a fallu que ce gouvernement se mette en place et que je décide de mettre le paquet sur Marseille (...) pour que Jean-Claude Gaudin décide enfin d’un plan de vidéoprotection pour toute la ville – ça ne concernait que le centre-ville –, décide enfin, progressivement, de mettre en place une police municipale qui n’existait pas » et qui doit « être armée », a poursuivi Manuel Valls.

    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/criminalite-a-marseille/insecurite-a-marseille-valls-s-en-prend-a-gaudin-cope-se-dit-stupefait_

    #morceau_d_anthologie
    #socialiste
    #syndrome_estival_du_discours_de_grenoble

    #valls_hysteria

  • Grand sondage et brainstorming : les promoteurs de la #vidéosurveillance tentent sans succès d’imposer l’usage du très novalangue « #vidéoprotection ». Par contre, précurseur sur la question, le lobby de la sécurité a réussi à ce qu’on utilise, pour l’instant, la dénomination positive de « vidéosurveillance intelligente » (#VSI).

    Les nouveaux dispositifs de traitement automatisé des images n’ont ainsi pas de définition alternative et critique, ce qui est un vrai souci pour empêcher qu’ils se répandent.

    Et vous, avez-vous une idée ? Comment pourrait-on les appeler ? Vidéosurveillance automatisé ? Traitement automatique de vidéosurveillance ? Surveillance vidéotaumatique ? Robot-surveillance ? Le ou la gagnante gagne un abonnement gratuit à la revue de presse de sous-surveillance.net ;-)

    #vidéosurveillance_intelligente

  • La formation fantôme de la #vidéosurveillance | Sabine Blanc
    http://owni.fr/2012/09/11/la-formation-fantome-de-la-videosurveillance

    Les opérateurs privés de #vidéoprotection devront-ils se ruer avant le 31 décembre dans le seul centre qui dispense une formation dans le domaine ? Non répond le délégué interministériel à la sécurité privée. Mais les analyses détaillées du blogueur qui a levé le lièvre laissent planer le doute.

    #Entreprises #Pouvoirs #Reportage #DISP #sécurité_privée

  • Vidéosurveillance : ce que révèle la Cour des comptes | Jean Marc Manach
    http://owni.fr/2011/07/14/videosurveillance-ce-que-revele-la-cour-des-comptes

    De nombreuses systèmes de « #vidéoprotection » ont été autorisés... en violation de la loi, mais avec l’aval des préfets. Florilège des critiques que l’institution de la rue Cambon vient de rendre publiques.

    #Pouvoirs #Surveillance #claude_guéant #cour_des_comptes #gendarmerie #insécurité #police #rapport #sécuritaire #vidéosurveillance