• South African paramilitary unit plotted to infect black population with Aids, former member claims | The Independent
    https://www.independent.co.uk/news/world/africa/south-africa-apartheid-aids-saimr-plot-infect-hiv-virus-black-cold-ca

    Janvier 2019

    A shadowy Apartheid-era South African paramilitary unit plotted to infect the continent’s black population with Aids, it has been claimed.

    An ex-member of the South African Institute of Maritime Research (SAIMR) said the group “spread the virus” at the behest of its eccentric leader Keith Maxwell, who wanted a white majority country where “the excesses of the 1960s, 70s and 80s have no place in the post-Aids world”.

    Speaking to the makers of the documentary Cold Case Hammarskjöld, former SAIMR intelligence officer Alexander Jones said Maxwell, who had few, if any medical qualifications, set himself up as a doctor treating poor, black South Africans.

    #vih #apartheid #afrique_du_sud

  • " le sida, la banlieue, l’héroïne, le 3 en 1 des années 80 "
    Drogue et banlieues : une histoire encore méconnue (France, années 1970-1980) | vih.org

    Les banlieues furent des terrains privilégiés de l’épidémie d’héroïne depuis les années 1980, avec sans doute des milliers de morts silencieuses, d’overdose ou des effets du VIH contracté par la pratique de l’injection. Les processus de massification des trafics et de précarisation des usages de drogue en banlieue demeurent mystérieux, les travaux de recherche historique étant encore trop peu nombreux. à partir de l’exemple parisien, essayons de comprendre comment la drogue a délaissé les centres-villes pour s’enraciner en banlieue et comment cette épidémie fut paradoxalement à la fois médiatisée et tue.

    https://vih.org/20150803/drogue-et-banlieues-une-histoire-encore-meconnue-france-annees-1970-1980
    http://www.annecoppel.fr/banlieues-les-oublies-de-lheroine


    http://www.asud.org/2016/10/24/documentaire-france-3-ces-jeunes-qui-tombent
    #VIH #banlieue #drogue

  • La dépénalisation des drogues au Portugal a changé les mentalités Cecilia Mendoza - 11 Novembre 2018 - RTS _
    https://www.rts.ch/info/monde/9985650-la-depenalisation-des-drogues-au-portugal-a-change-les-mentalites.html

    Au Portugal, toutes les drogues sont dépénalisées pour le consommateur depuis 2001. Une mesure radicale qui a fait ses preuves. Après dix-sept ans, les overdoses et le nombre de toxicomanes sont en baisse, le trafic mieux combattu.

    Lisbonne ouest, au bord du périphérique. Dans ce quartier tristement réputé pour le deal se trouve l’association Crescer, nichée au coeur d’une cour d’immeubles populaires. Créé en 2001, ce centre vient en aide aux personnes piégées par la drogue. « On respecte leurs décisions, leurs choix. S’ils ne veulent pas arrêter de prendre des drogues, on accepte ça », explique la psychologue de Crescer, Rita Lopes.

    L’association touche 1500 personnes dans la capitale. Rui aide les toxicomanes à faire les courses, nettoyer leur appartement, ou se rendre à l’hôpital. Si ça lui tient autant à coeur, c’est qu’il est lui aussi passé par là. Dans une autre vie. « Cela fait sept ans que je suis clean. Je voudrais remercier Crescer, parce que sans eux je serais probablement mort. »

    Une vaine répression
    Pour comprendre cette politique unique, il faut remonter à la fin de la dictature en 1974. Avec l’ouverture des frontières, les portes s’ouvrent également aux drogues en circulation sur le continent. En peu de temps, le pays devient une plaque tournante du trafic international et la population s’essaye à la nouveauté sans en connaître les risques.

    Pour tenter d’enrayer le phénomène, les pouvoirs publics misent sur la répression, en vain. Les prisons sont bondées et les seringues partagées. A la fin des années 1990, le nombre d’héroïnomanes atteint 1% de la population et le pays détient le record européen des morts du sida liés à la drogue. Aucune classe sociale n’est épargnée.

    Face à cette catastrophe sanitaire, le gouvernement réunit des médecins, psychiatres et juges pour qu’ils formulent une proposition. La dépénalisation de toutes le drogues à la consommation trouve un large consensus, y compris au Parlement. La modification de la loi sur les stupéfiants entre en vigueur en 2001. Les toxicomanes sont désormais considérés comme des malades et non plus des criminels ; on les fait alors passer du giron de la Justice à celui de la Santé.

    Selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies http://www.emcdda.europa.eu/countries/drug-reports/2018/portugal_en , le nombre de nouvelles infections au VIH liées à la drogue a chuté depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, passant de 1016 cas en 2001 à 30 en 2016. Le taux de décès liés aux drogues a également chuté, il est désormais cinq fois plus faible que la moyenne européenne.

    Dépénaliser n’est pas légaliser
    Sans endiguer les dépendances, le système a permis la chute de la mortalité par overdose et VIH, tandis que la lutte contre le trafic de drogue est toujours plus efficace. « Les forces de l’ordre sont libérées de toutes les tâches liées aux consommateurs, dont les cas sont renvoyés aux services de santé. Leur temps d’activité est consacré aux gros requins, et non plus aux petits poissons », se réjouit João Goulão, ancien médecin de famille devenu directeur du Service d’intervention pour les comportements d’addiction et de dépendance (SICAD) à la création du service en 2001.

    Bien qu’elle soit dépénalisée, la consommation reste néanmoins illicite. Dans les locaux de la Commission de dissuasion de la toxicomanie (CDT), rattachée au ministère de la santé, une audience se déroule avec deux représentants de la Commission, face à un jeune homme de 19 ans pincé en train de fumer du hashich dans la rue. Avec moins de 2 grammes sur lui, il s’agit clairement d’une détention pour consommation personnelle.

    La drogue a été saisie mais aucune poursuite ni amende ne suivra. « Il a juste été convoqué à se présenter chez nous », explique Nuno Capaz, vice-président de la CDT. « On l’a mis en garde contre les effets que le cannabis a normalement en termes de mémoire à court terme et de concentration, parce qu’il est encore aux études. On espère que ça va le faire réfléchir à sa consommation, mais je pourrais vivre avec le fait qu’il recommence à se droguer. Un juge ne pourrait pas », ajoute-il.

    Traitement pris en charge à 80%
    Il est midi et pour certains cela signifie prendre leur pause au pied du bus de méthadone de l’association Ares do Pinhal qui sillonne la ville depuis 2001. Pour son responsable Hugo Faria, le changement de politique peut se résumer à la mise en place d’un réseau. « Maintenant on travaille avec les services sociaux, médicaux, judiciaires, la police et les centres de traitement. Cela nous permet d’améliorer nos services auprès des patients. »

    Tout est pensé pour anéantir les obstacles à la désintoxication. Dans les centres, l’Etat prend en charge 80% du coût des traitements qui peuvent durer de 6 à 24 mois.

    Pensé comme solution radicale au mal être de toute une génération, le système portugais a déjà marqué et façonné l’histoire de la lutte mondiale contre la drogue.

     #drogue #dépénalisation #drogues #VIH #sida #santé #société #Portugal

  • Aux États-Unis, la crise des opioïdes bénéficie au don d’organes _ Marine Van Der Kluft - 1 Octobre 2018 - Le Figaro -
    http://sante.lefigaro.fr/article/aux-etats-unis-la-crise-des-opioides-beneficie-au-don-d-organes

    La hausse du nombre de décès par overdose aux antidouleurs a entraîné une augmentation du nombre d’organes disponibles à la greffe.

    Aux États-Unis, la crise des opioïdes continue de faire des ravages. Morphine, oxycodone ou encore le redoutable fentanyl… Entre 2010 et 2017, le nombre d’Américains décédés d’une overdose a été multiplié par deux. Des événements tragiques qui ont eu un effet inattendu, comme l’ont constaté les banques d’organes américaines : sur la même période, le nombre de donneurs morts par overdose a quadruplé, passant de 350 à 1400.

    « C’est une sinistre ironie : les décès dus à la drogue pourraient augmenter la disponibilité des organes », observent les responsables de la banque d’organes de Nouvelle-Angleterre (région du nord-est des États-Unis) dans un éditorial publié dans la revue Transplantation. En effet, après avoir atteint un pic en 2014, la liste des patients en attente d’une transplantation a diminué pour la première fois depuis vingt-cinq ans. Une baisse qui s’explique en partie par la crise des opioïdes.

    Des candidats idéaux aux greffes
    Les personnes décédées d’une overdose d’opioïdes sont-elles pour autant de bonnes candidates au don d’organes ? Selon le Pr Olivier Bastien, directeur du prélèvement et des greffes d’organes et de tissus à l’Agence de la biomédecine, il s’agit même de conditions idéales, dans le cas où les secours arrivent rapidement. « Le fentanyl est 1000 fois plus puissant que la morphine. Une overdose de ce produit bloque la respiration du patient. L’arrêt cardiaque est rapide, et les organes ne sont pas touchés. Si les secours arrivent vite, ils réalisent un massage cardiaque qui va permettre de faire repartir le cœur. Cependant, le cerveau aura été trop longtemps privé d’oxygène et le patient sera en état de mort cérébral », explique le médecin.

    Risque d’infections
    Cependant, les organes prélevés sur ce type de patients sont régulièrement mis de côté, ce que regrette une équipe de chercheurs de la faculté de médecine Johns Hopkins (Baltimore, États-Unis). « Malgré les caractéristiques favorables de ces donneurs, leurs reins et leur foie sont jetés trois fois plus souvent que ceux issus des morts par traumas », observent-ils dans une étude publiée dans la revue Annals of Internal Medicine.

    Ces patients sont en effet plus susceptibles d’avoir développé des infections consécutives à l’injection de drogues, et notamment l’hépatite B, C et le VIH. Pourtant, les risques de transmission sont désormais très faibles, avec moins d’un cas sur 1000 pour l’hépatite C et un sur 10.000 pour le VIH. En outre, l’étude montre que le taux de survie cinq ans après une greffe d’organes provenant d’une personne décédée d’overdose est équivalent à celui consécutif à la greffe d’organes provenant d’un donneur décédé par trauma.

    « Bien que ça ne soit pas la solution idéale à la pénurie, l’utilisation de ces organes devrait être optimisée », concluent les chercheurs de Johns Hopkins. C’est la stratégie qu’a choisie la banque d’organes de la Nouvelle Angleterre, région qui compte des états très touchés par la crise des opioïdes, comme le Vermont ou le Massachusetts. Alors que le taux national de décès par overdose était de 13,5% en 2017, celui-ci s’élevait à 27% en Nouvelle-Angleterre.

    Désormais, même si les tests révèlent la présence d’une hépatite B, C ou du VIH, l’établissement n’hésite plus à proposer la transplantation. « Les nouveaux traitements ont rendu le VIH maîtrisable et l’hépatite C curable », expliquent-ils. En effet, la loi américaine prévoit la possibilité d’une greffe si le receveur a déjà la maladie ou si le risque de décéder dépasse celui lié à l’infection. Ainsi, en 2016 a eu lieu la première transplantation d’un organe infecté par le VIH vers un patient lui-même atteint du sida. « C’est la preuve qu’avec une bonne stratégie, un élément salvateur peut émerger d’une tragédie nationale », expliquent-ils.

    #opioïdes #greffes #Chirurgie #drogues #Morphine #oxycodone #fentanyl #VIH #sida #optimisation #transplantation

  • La France a-t-elle vraiment expulsé une personne séropositive ? Etait-ce légal ? - Libération
    http://www.liberation.fr/checknews/2018/03/06/la-france-a-t-elle-vraiment-expulse-une-personne-seropositive-etait-ce-le

    Vous nous avez demandé sur CheckNews si une personne porteuse du VIH a bien été expulsée vers son pays d’origine. La réponse est oui.

    Cette question fait référence à ce communiqué de l’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE), qui regroupe près d’une trentaine d’associations « qui entendent dénoncer les difficultés rencontrées par les étrangers dans les domaines de l’accès aux soins et du droit au séjour pour raison médicale » dont la Cimade, Aides et Médecins du monde. Le collectif a dénoncé le 22 février dernier « l’expulsion vers la mort d’une personne porteuse du #VIH ».

    Que s’est-il passé ?

    Voici le récit de l’ODSE :
    « Pour la première fois depuis des années, l’administration française a pris la décision d’expulser une personne malade porteuse du VIH vers un pays où elle ne pourra pas être soignée. Cette expulsion vers la mort a été décidée contre l’avis officiel que le médecin de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) avait pourtant adressé au préfet compétent. »

    Selon le collectif, « la personne visée vivait en France depuis plus de dix ans et avait bénéficié de titres de séjour pour soins ». Condamnée à une peine de prison, elle s’est vu notifier une obligation de quitter le territoire français (OQTF) juste avant sa libération. Selon l’ODSE, le médecin du centre de rétention administrative (CRA) et celui de l’Ofii auraient alors préconisé le maintien sur le territoire, « faute d’accès effectif aux soins nécessaires dans le pays d’origine de l’intéressé ». Les deux organismes n’ont pas confirmé cet avis à CheckNews, invoquant le secret médical. L’#Ofii précise seulement que le rôle du médecin n’est pas de se prononcer sur le maintien ou non en France d’une personne mais de dire si la personne a, ou non, la possibilité de se soigner dans son pays d’origine. L’avis rendu aurait estimé, dans le cas qui nous intéresse, que le traitement n’était pas disponible.

    Contacté par CheckNews, Beauvau ne conteste pas cette version :

    « Si le médecin de l’Ofii a effectivement estimé que les traitements n’étaient pas disponibles dans son pays d’origine, cette appréciation n’a pas été celle du tribunal administratif de Melun, qui a jugé au contraire que les éléments apportés par l’intéressé "ne permettant pas d’établir la nécessité pour le requérant de se faire soigner en France et qu’il ne pourrait pas se faire soigner [dans son pays d’origine]". La préfecture s’est donc conformée à ce jugement, dans le respect de ses obligations juridiques. »

    Cette #expulsion est-elle légale ?

    L’article L313-11 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile dispose que « sauf si sa présence constitue une menace pour l’ordre public, la carte de séjour temporaire portant la mention "vie privée et familiale" est délivrée de plein droit » à un étranger « si son état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait avoir pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité et si, eu égard à l’offre de soins et aux caractéristiques du système de #santé dans le pays dont il est originaire, il ne pourrait pas y bénéficier effectivement d’un traitement approprié ».

    Depuis la loi du 7 mars 2016, la carte de séjour est délivrée par la préfecture après avis du collège des médecins de l’Ofii émis « au vu, d’une part, d’un rapport médical établi par un médecin de l’Office français de l’#immigration et de l’intégration et, d’autre part, des informations disponibles sur les possibilités de bénéficier effectivement d’un traitement approprié dans le pays d’origine de l’intéressé », selon l’article R313-22 du même code.

    Par ailleurs, un autre article du Ceseda (L511-4) liste 11 catégories d’étrangers ne pouvant faire l’objet d’une #OQTF. Parmi elles, l’étranger dont « l’état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait avoir pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité et si, eu égard à l’offre de soins et aux caractéristiques du système de santé du pays de renvoi, il ne pourrait pas y bénéficier effectivement d’un traitement approprié ».

    Paradoxe : selon l’article L313-11 un étranger dont la présence « constitue une menace pour l’ordre public » ne peut pas obtenir de carte de séjour même s’il ne peut pas être soigné dans son pays d’origine, mais il ne peut pas être expulsé non plus. La menace d’ordre public ne figure pas dans l’article L511-4.

    « La personne en question présentait un casier judiciaire au terme duquel l’Intérieur a estimé qu’elle représentait une menace pour l’ordre public mais il ne pouvait cependant, légalement, y avoir expulsion du territoire. La situation ne relevait pas d’une atteinte à la sûreté de l’Etat ou de terrorisme, des crimes qui auraient conduit l’Etat français à prononcer un autre type de mesure d’expulsion du territoire », explique Lise Faron, juriste de la Cimade qui a suivi le dossier.

    Pourquoi souligne-t-elle que la situation ne relevait pas d’une atteinte à la sûreté de l’Etat ? Parce que l’article L521-3 du Ceseda souligne qu’un étranger malade tel que défini à l’article L313-11 n’est expulsable « qu’en cas de comportements de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de l’Etat, ou liés à des activités à caractère terroriste, ou constituant des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes ». Selon les associations, pour que cette personne soit expulsée, il aurait fallu qu’elle entre dans cette catégorie, et ce n’est pas le cas.

    L’Intérieur a une analyse différente, estimant que l’expulsion est légale, non pas au regard d’une éventuelle atteinte à la sûreté de l’Etat, mais parce que Beauvau met en avant le fait que cette personne n’a pas apporté d’éléments prouvant qu’elle ne pourrait pas se faire soigner dans son pays d’origine. Le ministère s’appuie sur l’avis du tribunal, confirmant l’arrêté d’expulsion de la préfecture. Le jugement, consulté par CheckNews, évoque la menace à l’ordre public mais ne se réfère pas à cet article L521-3, qui pourrait justifier d’une expulsion même en cas de maladie grave. En revanche, le tribunal a conclu que l’intéressé pourrait accéder à des traitements dans son pays d’origine.

    Sur quels éléments s’est fondé le tribunal pour évaluer l’état de santé de la personne expulsée ?

    A la lecture du jugement, qui a été rendu le 3 janvier 2018, on constate que ce dernier mentionne une convocation du médecin de l’Ofii datée du… 10 janvier. « Au moment de l’audience, le médecin de l’Ofii ne s’était pas encore prononcé sur la demande qui lui a été adressée par le médecin de l’unité médicale du CRA », souligne Lise Faron. En lisant dans le détail ce jugement, on constate en effet que « ce certificat médical [rédigé le 3 août 2017 par un médecin hospitalier] [et] la convocation de l’Office français de l’intégration et de l’immigration [sont] rédigés dans des termes généraux et insuffisamment circonstanciés, et le titre de séjour qui lui [avait] été accordé […] ne sont pas de nature à établir l’existence de conséquences d’une exceptionnelle gravité en l’absence de traitement ni ne permettent d’établir la nécessité pour le requérant de se faire soigner en France et qu’il ne pourrait pas se faire soigner [dans son pays d’origine] ». « Si [le requérant] fait valoir qu’il suit un traitement quotidien par comprimés ainsi que des injections hebdomadaires, il n’apporte aucun élément à l’appui de ses allégations », ajoute le jugement qui mentionne aussi « la menace pour l’ordre public que représente sa présence sur le territoire ».

    Le tribunal n’a donc pas pris en compte, dans sa décision, l’avis du médecin de l’Ofii. Avis qui a ensuite estimé que « les traitements n’étaient pas suffisamment disponibles dans le pays d’origine de l’intéressé ».

    CheckNews, à l’instar des associations, a décidé de ne pas révéler le pays d’origine de la personne expulsée, pour protéger l’anonymat de cette dernière qui pourrait souffrir de discriminations en raison de sa maladie. Précisons toutefois que seules 35% des personnes atteintes du VIH dans ce pays, bénéficient d’un traitement antirétroviral, selon les Nations unies.

    En résumé : étant donné que ni le ministère de l’Intérieur, ni le tribunal n’ont invoqué de menace pour la sûreté de l’Etat, la question de la légalité de l’expulsion dépend uniquement de l’appréciation de l’état de santé de l’intéressé. Sur ce point, les avis divergent. Le ministère de l’Intérieur met en avant le fait que le tribunal a estimé qu’il pouvait bénéficier d’un traitement approprié dans son pays d’origine. Les associations le contestent, mettant en avant l’avis rendu par le médecin de l’Ofii une semaine après le jugement.

    Pour compléter la réponse, ajoutons qu’au niveau européen, la Convention européenne des droits de l’homme dispose, dans son article 3, que « nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants ». Jusqu’en 2016, la #CEDH considérait que le renvoi d’une personne étrangère gravement malade dans son pays, violait cet article 3 lorsqu’il y avait « un risque réel de mourir dans des circonstances particulièrement douloureuses », et que s’y ajoutent « des circonstances très exceptionnelles ». Or, depuis l’arrêt Paposhvili contre Belgique, la CEDH considère qu’il faut entendre dans les « circonstances très particulières », « les cas d’éloignement d’une personne gravement malade dans lesquels il y a des motifs sérieux de croire que cette personne, bien que ne courant pas de risque imminent de mourir, ferait face, en raison de l’absence de traitements adéquats dans le pays de destination ou du défaut d’accès à ceux-ci, à un risque réel d’être exposée à un déclin grave, rapide et irréversible de son état de santé entraînant des souffrances intenses ou à une réduction significative de son espérance de vie ». En résumé, les souffrances intenses ou la réduction significative de son niveau de vie permettent désormais de protéger de l’expulsion une personne gravement malade selon la CEDH
    Pauline Moullot

    Le régime de Macron 1er a pour but de bafouer le peu de lois protectrices envers les étrangers qui peuvent subsister dans les recoins du droit.

    #droit_des_étrangers

    • (Au delà de l’article, je découvre, ce que je ne savais pas, que le strass est issu avant tout, de deux mecs gays… Quand cette activité, pour ne pas dire ce fléau, touche immensément plus les femmes, et a des conséquences avant tout sur les femmes, y compris toutes celles qui n’en sont pas comme déjà expliqué plusieurs fois par ici.)

      (Aussi ce commentaire effarant d’une connaissance de l’auteur, apparemment aussi gay, où on voit vraiment la haine parfois entre les différents mouvements qui s’opposent : « Cette loi est un desastre mais elle a finalement atteint son but réel :

      1°) Penaliser des hommes.
      2°) Engraisser les assoc comme le nid qui l’avait portée via les stages de re-éducation à la crédibilité scientifique plus que douteuse.

      Mais pour continuer a contenter les assoc et les femino-misandres il faut imperativement que la prostitution perdure, et qu’elle s’exerce dans les pires conditions possibles pour satisfaire aux schémas des Lesbos-misandres. »)

    • Il y a pourtant bien deux points ouvrez les guillemets, ce qui signifie que c’est une citation. Une citation de quoi ? Je le dis juste avant les deux points, une citation d’un commentaire de l’article, suffit d’aller voir, tu le retrouveras dessous, comme tous les commentaires. Je n’arrive pas à faire de lien direct dessus.

      Commentaire que je décris donc comme effarant. Il semblerait de ce que je comprends, que ce soit un gay qui crache sur les lesbo-misandres anti-prostitution.

    • C’est fantastique cette maniere de faire porter les actes des prostitueurs aux feministes abolitionnistes. Des mecs qui exigent des pénétrations sans capotes il y en a lorsque le proxénétisme est légal. Ici pas c’est les feministes qui sont pointés du doigts êt absolument pas ces hommes qui utilisent leur pouvoir economique pour donner le sida aux prostituees êt à leurs compagnes (en Angleterre 62% des prostitueurs sont en couple) En Allemagne seul 4% des prostitué.es sont déclarées ca veut dire que 96% des prostituees sont à la mercie des clients, proxos qui multiplient les pubs pour de la prostitution sans capotes.
      #misogynie #proxenetisme #culture_du_viol #feminicide #domination_masculine

    • Pas plus tard qu’hier matin, j’ai une connaissance qui m’explique, sans lien avec cet article, que la loi de pénalisation des clients est hypocrite : « on autorise la prostitution, mais on interdit aux clients d’aller les voir, c’est absurde ».

      Bon, là, ce que l’on voit, c’est qu’il y a toujours autant de personnes qui ont besoin de la prostitution pour survivre, et qu’il y a moins de clients... Mécaniquement, l’offre devrait décroitre, dans la mesure où il n’y a plus de marché. Ce qui n’empêche pas que les clients qui restent, et qui étaient déjà là avant, sont les plus accros et les plus au fait de ce qu’est ce rapport d’argent et de pouvoir.

      Le VIH n’a pas eu besoin d’attendre la pénalisation des clients pour se propager.

    • Le Strass dit pas que c’est un viol. Il dit pas que ces hommes qui profitent de la loi libéral de l’offre et de la demande sont des violeurs. Lè strass a des moyens médiatique, il les utilisent pour combattre les feministes pas pour combattre les violeur-contamineurs de prostituees. Ces hommes qui violent les prostituees Lè strass pourrait menacer de publié leurs noms et leur photos pour les empêcher de nuire, lè strass pourrait menacer de porter pleinte contre ces violeurs. Mais non lè strass il veux pas que les viols sans capotes des prostituees s’arrêtent, il veut la légalisation du proxenetisme. En Allemagne ou le proxenetisme est legal, le sexe sans capotes est un produit d’appel très prisé des bordels.

    • Je pense souvent au commerce d’organe par rapport à la prostitution. La plus part des gens pourraient vendre un rein, leur sang, leurs gamètes sans que ca les tuent. J’ai pas de reproches à faire à des gens qui voudraient vendre un de leur rein, leur sang ou leurs gamètes. Par contre j’ai un problème avec celles et ceux qui achetent des reins, du sang et des gamètes et aussi un problème avec celleux qui veulent organisé ces commerces. Les organes, le sang, les gamètes ca se donne parce que leur vente implique trafique et exploitation dans la très large majorité des cas. Comme je suis privilégiée je pourrait vendre mes organes, mon sang et mes gamètes probablement dans de bonnes conditions, mais je sais que lorsque ces conditions ne sont pas réunis ce commerce prive des personnes vulnérables (mineurs, sans papiers, personnes racisées, en situation de handicape, trans, intersexe, victimes revictimisées, toxico, jeunes rejetés par leurs familles...) de leur intégrité physique et psychique. Je sais que cette comparaison a des limites, comme toute comparaison mais je trouve qu’elle permet de bien voire la différence entre les personnes qui vendent et celles qui l’achètent et favorisent le commerce des personnes.
      Par rapport à la prostitution on est quant même face à un commerce dans lequel les acheteurs exigent le droit de transmettre des MST et parfois avec une grossesse forcée à d’autres personnes contre de l’argent.

    • Le sujet de l’article ce n’est pas de savoir ce qu’on pense de la prostitution mais de mettre en valeur ce qui arrive une fois de plus à cause des lois répressives. La loi est présentée comme un moyen « d’aider les prostitué·e·s » et elle a pour effet de les mettre encore plus en danger, de les obliger à avoir des conduites à risque pour leur intégrité physique, d’accentuer les risques de contracter des I.S.T. Il est toujours important de rappeler qu’on ne sort jamais les gens en situation d’aliénation (pour ceux et celles qui sont dans ce cas de figure) en les réprimant ou en les précarisant encore plus. Ça semble évident mais toutes les lois concernant la prostitution ont toujours ce schéma.

    • Il y a moins de clients, car les clients sont pénalisés, mais les prostitué·e·s conservent le droit de se prostituer. Par contre, il y a moins de clients, donc excédent d’offre de prostitution... Loi de l’offre et de la demande, les prix baissent. C’est là qu’on pourrait argumenter « en supprimant les clients, on précarise la prostitution ». Ok. Ça tient debout. Par contre, dire qu’on réprime la prostitution, je vois pas. La loi sur le racolage, qui est une vraie saloperie sans nom, pour le coup vraiment hypocrite, est encore appliquée ?
      Y-a plus qu’à changer de métier.
      Les alternatives ne sont pas réjouissantes, mais elles sont pour un certain nombre de raisons plus... euh... moins... euh... moins traumatisantes, à priori.

      Au passage, merci @mad_meg pour la mise en mots de tout cela.

    • @ninachani ok, il y a l’aspect hypocrite non seulement des lois qui évitent les vrais questions, aux vraies personnes :
      – quels sont les moyens pour éviter l’entrée en prostitution
      – comment faciliter la sortie
      parce que c’est un problème social et pas seulement une histoire de viol contre de l’argent ou d’un commerce quelconque
      Plus le marché du travail se dérégularise plus la pauvreté s’étend avec en corolaire la prostitution

      mais tout de même, tu ne vois pas l’hypocrisie du strass, qui fait ici la démonstration de ses moyens médiatiques pour légitimer la prostitution en donnant en pature les féministes abolitionnistes. On sait que le strass est #réglementariste,
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9glementarisme
      et c’est difficile d’entendre autre chose que sa volonté de légaliser la prostitution et d’en faire un métier ordinaire quand il n’a comme argument que de pointer la soit disant responsabilité de telle ou telle association abolitionniste.

      Ce serait pas mal d’avancer une bonne fois sur cette question pour se consacrer à un changement social. Et merci aussi @mad_meg pour tes mots et les chiffres que tu donnes qui sont clairs. Un peu marre des systèmes idéologiques qui imposent la violence comme un choix de vie.

    • @ninachani Je suis d’accord pour dire que les moyens n’ont pas été mis pour aidé les prostitué·es à quitter ce milieu. Je proposerais bien un impôt de 15% des revenus, prélévés chez tous les hommes pour financé l’aide à la sortie de la prostitution et d’autres choses profitables aux femmes, mais c’est pas moi qui décide.

      Plutôt que de taper sans cesse sur les féministes abolitionnistes, le Strass devrait appeler ses aficionados les prostitueurs pour qu’ils pallient aux lacunes gouvernementales. Les prostitueurs sont riches, ils ont les moyens pour acheter de la prostitution. Si les fonds manquent pour aider à sortir de la prostitution, c’est qu’il y a de nombreuses personnes candidates à la sortie de ce milieu dans lequel « on » demande des pénétrations sans préservatifs. Le Strass pourrait au moins faire que les prostitueurs qui demandent des pénétrations sans préservatifs aient des problèmes. Il s’agit de tentative d’homicide, faut le faire savoir aux prostitueurs, que le Strass leur dise. Mais non, toute l’énergie, le fric, le réseau, du Strass est utilisé à faire taire des féministes et soutenir un lobby qui est à l’intersection du pire du capitalisme, du sexisme et du racisme.

      Si c’est légal la prostitution, ca changera quoi pour les prostituées illégales, les sans papiers, victimes de violences sexuelles par leur mec-mac, les mineurs et toutes les personnes trafiquées ? C’est pas parce que la prostitution est légale que la prostitution illégale disparaît, au contraire, c’est un appel d’air comme on l’a vu en Allemagne. Nous faire croire qu’en France la légalisation sera moins nocive qu’en Allemagne j’y croie pas une seconde, les français sont encore plus misogynes que les allemands. Le légalisation ca fait les affaires des proxenètes.

  • Sang contaminé : que sont devenus les principaux acteurs du scandale ? - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/02/07/sang-contamine-que-sont-devenus-les-principaux-acteurs-du-scandale_162820

    Médecins, ministres, journalistes… Trente ans après, certains sont morts, d’autres continuent de se battre pour les malades.

    L’affaire du sang contaminé a marqué le monde de la #santé comme aucun autre dossier, transformant profondément les relations malade-médecin, distillant une méfiance qui depuis s’est enkystée, provoquant aussi une nouvelle organisation de ce qui est devenu la sécurité sanitaire. Quant aux acteurs de ce drame unique, ils ont pour la plupart disparu de la scène publique. En 1992, puis en appel en 1993, ils étaient quatre médecins à comparaître. Deux étaient jugés pour « tromperie » : l’ex-directeur du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Michel #Garretta, condamné à quatre ans de prison ferme, et Jean-Pierre Allain, responsable au #CNTS du département recherche et développement, condamné à quatre ans de prison dont deux avec sursis. Les deux autres étaient poursuivis pour « non-assistance à personne en danger » : Jacques Roux, ancien directeur général de la Santé, a été condamné à trois ans de prison avec sursis alors que Robert Netter, ex-directeur du laboratoire national de la santé, a été relaxé.

    En 1999, l’ancien Premier ministre Laurent Fabius et les ex-secrétaires d’Etat Georgina #Dufoix et Edmond #Hervé ont comparu devant la Cour de justice de la République pour « homicide involontaire » dans l’affaire du sang contaminé. Dufoix et #Fabius ont été acquittés. Seul Edmond Hervé a été condamné pour « manquement à une obligation de sécurité ou de prudence », mais il a été dispensé de peine car, selon la Cour, il « n’a pu bénéficier totalement de la présomption d’innocence », ayant été « soumis, avant jugement, à des appréciations souvent excessives ».

    De ces acteurs du premier cercle, certains, comme le professeur Roux, sont aujourd’hui décédés. Georgina Dufoix a opéré une conversion singulière au protestantisme évangélique au début des années 90, au point que durant la campagne présidentielle de 2007, elle a lancé un blog de prière pour soutenir les candidats. Edmond Hervé, lui, est resté droit dans ses bottes, demeurant maire de Rennes jusqu’en 2008. La journaliste Anne-Marie Casteret (qui travaillait alors à l’Evénement du jeudi) est morte en 2006 à Saint-Nazaire. Elle avait joué un rôle essentiel en révélant les notes du CNTS où étaient formulées des consignes sidérantes, entre autres celles d’écouler tous les stocks de produits sanguins, y compris ceux qui étaient contaminés.

    La juge d’instruction Marie-Odile #Bertella-Geffroy a ensuite porté le dossier judiciaire, seule mais avec une obstination inégalée, en engageant des poursuites sur la question du retard des tests de dépistage. Cette insistance n’a pas été du goût du parquet, qui ne voulait plus de nouveaux procès. L’instruction s’est terminée par un non-lieu généralisé. A la retraite de la magistrature, Marie-Odile Bertella-Geffroy a endossé en 2016 la robe d’avocate et défend les malades, notamment dans l’affaire du Levothyrox.

    Aujourd’hui retraité, Edmond-Luc Henry est resté, lui aussi, engagé. A l’époque victime du sang contaminé et membre très actif de l’Association française des #hémophiles, il a toujours porté avec force la parole des malades, témoignant sans relâche, pour devenir ensuite président de l’AFH.

    Enfin Jean #Péron-Garvanoff. Qui se souvient de lui ? Il joua pourtant un rôle déterminant. Avec son frère, solitaires et rebelles, ils ont été les premières victimes à se révolter et à monter à l’assaut de la forteresse qu’était alors le CNTS. Son témoignage a été décisif pour convaincre Anne-Marie Casteret de s’occuper de ce dossier. Nous n’avons pas retrouvé sa trace. Aujourd’hui, on estime que 1 350 hémophiles ont été contaminés par le #VIH. Et qu’un millier d’entre eux sont décédés.
    Eric Favereau

    http://www.liberation.fr/france/2018/02/07/sang-contamine-garretta-et-son-magot-insaisissables-depuis-dix-huit-ans_1

    L’ex-directeur du Centre de transfusion sanguine a disparu alors qu’il doit rembourser à l’organisme plus de 1,5 million d’euros, une somme qui correspond à des indemnités injustifiées.

    Certains se souviennent de sa moustache, d’autres de son élégance un brin méprisante. D’autres encore du fait qu’il n’a jamais fait part de ses regrets. Michel Garretta a été au cœur du plus terrible scandale sanitaire français du XXe siècle. Ancien directeur du Centre de transfusion sanguine (CNTS), il a été inculpé pour « tromperie » et « non-assistance à personne en danger » dans l’affaire du sang contaminé, puis condamné le 23 octobre 1992 à une peine de quatre ans de prison ferme, la condamnation la plus lourde prononcée dans cette affaire, ainsi qu’à une amende de 500 000 francs (un peu plus de 76 000 euros), confirmée l’année suivante en appel. Il a été incarcéré du 28 octobre 1992 au 15 mai 1995.

    Près de trois ans en prison. Puis, il a disparu. On a dit qu’il travaillait comme chasseur de têtes pour le monde de l’industrie pharmaceutique. Juste des rumeurs, puis plus rien. Aujourd’hui, l’Etablissement français du sang (EFS), qui a succédé aux différentes structures qui s’occupaient de la collecte du sang et de la fabrication de ses composés dans les années 70-90, le recherche avec insistance. Mais ne sait comment faire. « Michel Garretta nous doit plus de 1,5 million d’euros », nous explique un responsable de l’EFS, qui ajoute : « C’est une affaire complexe, Garretta s’est mis en situation de liquidation judiciaire, nous avons été nommés contrôleur de sa liquidation, mais celle-ci n’est toujours pas prononcée. On en est là, c’est trop long, on a des courriers laconiques en réponse à nos relances. Il ne se passe rien. » François Morette, l’avocat de Michel Garretta, qui hier le défendait dans l’affaire du sang et qui aujourd’hui reste son conseil, nous répond, lapidaire : « Je n’ai rien à dire. » Et quand on insiste, lui demandant simplement s’il réside en France, il ajoute : « Je n’ai rien à vous dire, c’est une formule assez claire, je suis tenu au secret professionnel. »

    « Honteuses »

    De fait, quand on nous a parlé de cette affaire qui ressurgissait, on a plutôt eu envie de ne pas se replonger dans ce drame terrible où quasi aucun des acteurs n’a reconnu sa responsabilité, et encore moins Michel Garretta, directeur omnipuissant du CNTS de 1984 à 1991, date de sa démission, quelques mois avant son procès. A ce dernier, il avait été reproché d’avoir traîné pour « chauffer » les produits sanguins concentrés, utilisés alors pour soulager les hémophiles, et de ce fait il était accusé d’avoir continué à donner des produits qui présentaient un risque élevé de contaminer le patient avec le virus du sida. On lui reprochait aussi d’avoir écoulé les stocks de produits non traités. Bref, les charges étaient lourdes, avec Garretta au cœur des décisions prises ou non prises.

    En juin 1991, l’affaire battait alors son plein, le Dr Garretta se retrouvant de plus en plus accusé. Quelques mois avant de passer en procès, d’un commun accord avec la Fondation de la transfusion sanguine qui est son employeur, il décide de démissionner… en bétonnant les conditions de rupture de son contrat de travail. Pour cela, Garretta signe deux conventions très avantageuses. Elles prévoient le versement d’une indemnité de rupture, ainsi qu’une autre compensation destinée à indemniser « les atteintes portées à l’honneur, à la probité et à la notoriété de Michel Garretta, du fait de la campagne de presse ». A cela s’ajoute « l’obligation pour la fondation de continuer d’assurer la sécurité de M. Garretta et de ses proches, de prendre à sa charge l’intégralité des frais et honoraires des conseils, notamment avocat […], de maintenir un assistant à un poste d’assistant juridique et de communication spécifiquement appliqué au dossier ; et de prendre en charge l’ensemble des condamnations pécuniaires éventuellement prononcées contre M. Garretta ». Bref, des conventions qui lui sont particulièrement favorables. « Elles sont surtout honteuses, dit aujourd’hui Edmond-Luc Henry, qui fut président de l’Association française des hémophiles, voilà qu’on lui donnait de l’argent pour son honneur et sa notoriété. Un comble. »

    Un long combat juridique a suivi. En 1995, puis en 1998, le conseil des prud’hommes puis la cour d’appel de Paris donnent raison au Dr Garretta, mais cet arrêt est cassé par la chambre sociale de la Cour de cassation en mai 2000 avant que la cour d’appel de Versailles ne donne raison à la Fondation de la transfusion sanguine. Et condamne Garretta à rembourser 894 223 francs (136 000 euros).

    Retraite

    Point final ? Nullement. Garretta engage devant les prud’hommes une nouvelle procédure pour contester son « licenciement », demande rejetée en septembre 2003, puis en appel en octobre 2005. En avril 2007, la Cour de cassation met un terme à ce conflit, condamnant définitivement Garretta à reverser donc près de 900 000 euros.

    C’était il y a dix ans. S’ensuit une série d’épisodes qui permet à l’ancien directeur de ne pas payer. Il crée une société, puis quelques mois plus tard la met en liquidation. Du coup, impossible pour l’Etablissement français du sang de récupérer le moindre centime. Arrive la retraite du Dr Garretta. L’EFS tente une saisie en septembre 2012, mais l’avocat de Michel Garretta montre un jugement du tribunal de commerce de Bobigny du 19 septembre 2013, qui ouvre une nouvelle procédure de liquidation judiciaire à l’encontre du docteur.

    Tout continue. Et ainsi de suite. Comme il est en liquidation, on ne peut saisir sa retraite, il faut donc attendre la fin de sa liquidation, mais celle-ci ne vient toujours pas… En septembre 2014, l’EFS écrit une nouvelle fois au liquidateur judiciaire, qui, lui répond que la clôture des opérations n’est pas encore à l’ordre du jour. C’était il y a trois ans. « Avec les intérêts, il nous doit plus de 1,5 million d’euros », lâche l’EFS. Vieille histoire, assurément. « Mais faut-il pour autant baisser les bras ? » interroge Edmond-Luc Henry.
    Retraite

    Point final ? Nullement. Garretta engage devant les prud’hommes une nouvelle procédure pour contester son « licenciement », demande rejetée en septembre 2003, puis en appel en octobre 2005. En avril 2007, la Cour de cassation met un terme à ce conflit, condamnant définitivement Garretta à reverser donc près de 900 000 euros.

    C’était il y a dix ans. S’ensuit une série d’épisodes qui permet à l’ancien directeur de ne pas payer. Il crée une société, puis quelques mois plus tard la met en liquidation. Du coup, impossible pour l’Etablissement français du sang de récupérer le moindre centime. Arrive la retraite du Dr Garretta. L’EFS tente une saisie en septembre 2012, mais l’avocat de Michel Garretta montre un jugement du tribunal de commerce de Bobigny du 19 septembre 2013, qui ouvre une nouvelle procédure de liquidation judiciaire à l’encontre du docteur.

    Tout continue. Et ainsi de suite. Comme il est en liquidation, on ne peut saisir sa retraite, il faut donc attendre la fin de sa liquidation, mais celle-ci ne vient toujours pas… En septembre 2014, l’EFS écrit une nouvelle fois au liquidateur judiciaire, qui, lui répond que la clôture des opérations n’est pas encore à l’ordre du jour. C’était il y a trois ans. « Avec les intérêts, il nous doit plus de 1,5 million d’euros », lâche l’EFS. Vieille histoire, assurément. « Mais faut-il pour autant baisser les bras ? » interroge Edmond-Luc Henry.
    Eric Favereau

    #sang_contaminé

  • ALLEMAGNE : VERS LA MONOPOLISATION DE L’INDUSTRIE DU SEXE – Révolution Féministe
    https://revolutionfeministe.wordpress.com/2017/12/15/allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sex

    INTERVIEW DE MANUELA SCHON

    Par Francine Sporenda

    Manuela Schon est une sociologue et militante politique allemande. Elle a co-fondé « Abolition 2014 – Für eine Welt ohne Prostitution » et « LINKE für eine Welt ohne Prostitution » (« La gauche pour un monde sans prostitution »). Elle écrit sur le blog féministe radical « Die Störenfriedas ».

    #féminisme #prostitution #nazisme #esclavage #VIH #abolitionnisme #domination_masculine

    • Prostitution en Allemagne : une #économie_de_l'esclavage légalisée et administrée.

      F : J’ai lu que 90% des femmes prostituées en Allemagne étaient d’origine étrangère. Pouvez-vous nous parler de ces femmes prostituées originaires de l’Europe de l’Est et de la communauté Rom, et des réseaux de trafiquants qui les amènent en Allemagne ?

      M.S. : D’abord, il n’y a pas vraiment de chiffres auxquels nous puissions nous référer avec certitude quand nous parlons des prostituées étrangères en Allemagne. Ce chiffre de 90% est seulement une estimation. Récemment, il y a eu un contrôle, un raid dans la ville d’Augsbourg en Bavière, et ils n’ont pas trouvé une seule femme allemande prostituée dans cette ville. Les gens du lobby du « travail du sexe » disent eux-mêmes que ce chiffre dépasse les 90%, et ils appellent ces femmes des « travailleuses du sexe migrantes ». Et ils présentent la prostitution comme un moyen de gagner beaucoup d’argent en Allemagne pour les femmes des pays pauvres. Les principaux pays d’où elles viennent sont la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie. Beaucoup sont issues de la communauté Rom et de la minorité turque bulgare. Ce que l’on peut observer au sujet de ces femmes, c’est qu’elles viennent surtout de certaines régions de leur pays d’origine. C’est parce que les réseaux de prostitution amènent des femmes de certaines régions de Roumanie, Bulgarie et Hongrie vers certaines régions d’Allemagne. Si on regarde les numéros de téléphone de ces femmes, on peut identifier les réseaux qui les contrôlent, parce qu’on peut savoir de quel pays elles viennent, et de quelle région du pays.

      La publication de cet interview de Manuela Schon par Francine Sporenda a été reprise ici :
      https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2017/12/29/allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/#sdfootnote1sym
      et ici :
      https://christinedelphy.wordpress.com/2017/12/30/allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/#more-787

  • Sabotage contraceptif
    Actualités UQAM, le 10 octobre 2017
    http://www.actualites.uqam.ca/2017/sabotage-contraceptif-des-participantes-recherchees-pour-un-projet-d

    #stealthing #sabotage #contraceptif #agression_sexuelle #viol #domination_masculine #grossesse_forcée #VIH

    voir aussi :

    Le « stealthing », cette nouvelle pratique sexuelle inquiétante
    John Johnston et Matthieu Balu, Huffington Post, le 26 avril 2017
    https://seenthis.net/messages/593662

    Tentative de grossesse forcée : agression sexuelle ?
    Etre Enceinte, le 10 mars 2014
    https://seenthis.net/messages/593662

  • WHO | WHO validates elimination of mother-to-child transmission of HIV and syphilis in #Cuba
    http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/mtct-hiv-cuba/en

    30 JUNE 2015 ¦ GENEVA ¦ WASHINGTON - Cuba today became the first country in the world to receive validation from WHO that it has eliminated mother-to-child transmission of HIV and syphilis.

    “Eliminating transmission of a virus is one of the greatest public health achievements possible,” said Dr Margaret Chan, WHO Director-General. “This is a major victory in our long fight against HIV and sexually transmitted infections, and an important step towards having an AIDS-free generation” she added.

    Michel Sidibé, Executive Director of UNAIDS: “This is a celebration for Cuba and a celebration for children and families everywhere. It shows that ending the AIDS epidemic is possible and we expect Cuba to be the first of many countries coming forward to seek validation that they have ended their epidemics among children.”

    #VIH #SIDA #enfant #santé #bonne_nouvelle

    Viva Cuba !

  • Face à une recrudescence de la transmission du sida en France, que peut-on attendre de la conférence de l’International AIDS Society (IAS), à Paris, ouverte dimanche 23 juillet ?

    « La fin du sida on y croit pas vraiment, c’est un virus transmissible »

    Christine Katlama.

    « On ne peut pas construire une prévention sur la peur de mourir »

    Christine Katlama.

    « Nous sommes à un tournant dans la lutte contre le VIH, tous le monde est concerné. [...] Ce sont surtout les femmes en Afrique qui portent le fardeau et les plus touchées »

    Marina Karmouchkine.
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-dete-1ere-partie/trente-quatre-ans-apres-la-decouverte-du-vih-ou-en-est

    « Aujourd’hui, une femme enceinte porteuse du VIH ne transmet pas le virus à son enfant »

    Marina Karmouchkine.

    « On peut empêcher les millions de contaminations mais il faut le vouloir et il faut que les pays s’organisent »

    Christine Katlama.


    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins-dete-2eme-partie/trente-quatre-ans-apres-la-decouverte-du-vih-ou-en-est
    Pourquoi le sida a tué deux fois moins en 10 ans
    https://www.franceculture.fr/societe/pourquoi-le-sida-tue-deux-fois-moins-en-10-ans

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2017/07/24/vih-viser-la-remission-plutot-que-l-eradication_5164395_1650684.html
    #VIH

  • #Ukraine : l’est rebelle face à un risque d’#épidémie de #VIH

    Les bombes continuent de tomber périodiquement dans l’est de l’Ukraine, théâtre depuis plus de trois ans d’un sanglant conflit entre forces de Kiev et séparatistes prorusses, mais #Natalia_Gourova mène, elle, un tout autre combat.


    http://www.courrierinternational.com/depeche/ukraine-lest-rebelle-face-un-risque-depidemie-de-vih.afp.com.
    #HIV #sida #santé

  • Amwalidembo, masque ventral d’initiation - Tanzanie (culture makondé) - Début du 20ème siècle

    The mask carved with a swollen abdomen represents a pregnant woman. Amwalidembo body masks are worn by male masqueraders during initiation dances making movements dramatizing the agonies of child birth.

    Fiche wikipédia sur les Makondé·e·s https://fr.wikipedia.org/wiki/Makonde_(peuple)
    Comme d’hab wikipédia c’est n’importe quoi :

    La société makonde est matriarcale. Les rites de passage sont encore répandus, en particulier ceux qui sont liés à la circoncision, qui donnent lieu à de grandes fêtes au cours desquelles sortent les masques, liés au culte des ancêtres. Pendant les cérémonies, les danses de fécondité sont exécutées par des hommes travestis. Certaines danses acrobatiques se font à l’aide de longues échasses. Les cérémonies sont accompagnées d’instruments de musiques comme une batterie de cinq tambours cylindriques, la corne d’antilope à deux notes, le mbira, des clochettes et des calebasses agitées par les danseurs et le public. La danse la plus populaire se fait avec le masque d’ancêtre mapiko, réservé aux hommes et entouré d’une grande vénération.

    Il n’y a rien de matriarcale à ce que les hommes portent des masques ventraux, dansent et se réservent la grande vénération des grands masques des grands ancêtres mapiko.

    Autre source sur le sujet

    L’objet fait partie d’un costume porté par un jeune homme pendant les rituels d’initiations qui marquent le passage à l’âge adulte chez les Makondé, en Tanzanie. La mise en valeur du corps d’une femme enceinte symbolise la fécondité. Durant la cérémonie, les danseurs appellent les esprits d’ancêtres pour qu’ils veillent à la naissance de futurs descendants. Une façon d’assurer la fertilité des individus et la prospérité de la communauté toute entière.

    http://abrideabattue.blogspot.fr/2015/10/reouverture-du-musee-de-lhomme.html

    Ce masque ventral est la première pièce du nouveau musée du macho. Je met ce qu’en disent ces messieurs les présidents et anthropologues de la manif pour tous :

    « Qui sommes-nous ? » « D’où venons-nous ? » « Où allons-nous ? » Voilà les trois grandes questions posées par ce musée entièrement réinventé. Une institution sans équivalent, souligne Bruno David, le président du Museum national d’Histoire naturelle qui chapeaute le musée de l’Homme. « Ce musée est unique, parce que c’est un des très rares musées qui parlent de l’Homme et exclusivement de l’Homme dans sa dimension biologique et culturelle et sur cette interface entre biologique et culturel. »

    Et quelle belle entrée en matière nous offre la première vitrine dotée d’un mannequin pédagogique d’accouchement, d’une vierge en prière sur un buisson de roses, d’un Nggwal, esprit d’ancêtre masculin océanien et d’un masque ventral d’initiation de la Tanzanie : « Dès le début, on voulait ancrer le visiteur dans cette idée du à la fois biologique et culturel, explique Évelyne Heyer, professeur en anthropologie génétique et commissaire scientifique générale du musée de l’Homme. Une naissance, bien sûr, c’est un événement biologique, mais c’est aussi culturel chez l’homme. Dans toutes les sociétés, la naissance est inscrite dans la société, dans un environnement culturel. Et partout, on a des objets qui se réfèrent à cette inscription culturelle de la naissance. En gros, comme dit l’anthropologue Maurice Godelier : un enfant, c’est un papa, une maman et une société. »

    http://www.rfi.fr/france/20151016-musee-homme-ouvre-mieux-comprendre-humain

    Quant j’ai vu cette vitrine à mes yeux elle etait un concentré de patriarcat. Après la grande porte d’entrée de la zone, surmonté de lettre d’or et capitale « MUSEE DE L’HOMME » la première vitrine montre ce ventre postiche appropriation symbolique de la maternité par les hommes. Ensuite une poupée d’accouchement de Mme de Coudray, un morceau anatomique de femme en chiffon avec son enfant. Confectionné par une femme c’est la seule pièce qui rappelle un peu que les femmes ne sont pas uniquement des fantasmes masculins. C’est le seul objet qui soit vraiment utile à la vie et en relation aux femmes dans cette vitrine contrairement aux autres qui sont des objets religieux machistes (utiles à asseoir la domination des hommes sur les femmes via des symboles). Puis il y a une vierge Marie sur des roses (très laide), symbole de la haine des mères, toutes réduite à l’état de salopes par le concept d’immaculée conception catho. Et puis une statu de virilité faite pas des hommes viriles d’un peuple guerrier dont je me rappel plus le nom.

    Au musée de l’homme il n’y a pas de mention du patriarcat. Ce musée se prétend être « un des très rares musées qui parlent de l’Homme et exclusivement de l’Homme dans sa dimension biologique et culturelle et sur cette interface entre biologique et culturel. » Or cette impasse énormissime montre qu’il s’agit bien du musée de l’homme au masculin stricte et à l’exclusion des femmes.

    Je met ca de coté pour un #patriarche en projet
    #appropriation #grossesse #androgyne

    • http://detoursdesmondes.typepad.com/dtours_des_mondes/2008/09/makonde-body-mask.html

      Ce type de masque a toujours fasciné, défiant la notion même de la représentation occidentale de ce qu’est un masque, la dissociant bien souvent de la danse dont il est partie intégrante.
      Chez les Makonde, l’accès au statut d’adulte s’obtenait à l’issue d’une initiation, l’unyago, tant pour les jeunes gens que pour les jeunes filles.
      Makondenjorowe
      Une fois les différentes étapes franchies, de grandes fêtes pouvaient se dérouler.
      C’est à la fin de celles-ci que les danseurs (toujours des hommes) apparaissaient avec leur buste dissimulé sous ce masque doté de seins et d’un ventre de femme enceinte. Leur but était d’intimider les jeunes filles.
      À cette occasion, sortaient également des masques anthropomorphes incarnant l’esprit des ancêtres.

      Ce texte comporte une erreur, le rituel masculin c’est le Jando, pas le Unyago qui est le rituel Makondé féminin.

    • Unyago and Jando: The Role of Initiation Rituals in Shaping Adolescent Sexuality in Rural Southern Tanzania

      My dissertation research involves tracing the multiple developmental pathways through which children and adolescents negotiate sexuality among the Makonde tribe of the rural border region of Mtwara, Tanzania. Specifically, my research is oriented around an ongoing controversy over the relationship between initiation rituals practiced in the region and adolescent sexuality. These rituals, which involve teaching young people the cultural norms of gender roles, family life and sexuality, are currently under fire following the publication of government statistics reporting an adolescent pregnancy rate of over 30% in the region, a rate high above the national average. In my research, the controversy over these rituals serves as an orienting framework for a broader examination of the many individual, cultural, environmental and economic factors—including the rituals—shaping adolescent sexuality within the rapidly changing cultural environment of rural Mtwara.

      This research was conducted over two periods totaling 21 months in rural Mtwara, Tanzania. Through the generous support of the Lemelson/Society for Psychological Anthropology Pre-Dissertation Fund, I conducted 10 weeks of pilot research in Tanzania in the summer of 2008. During this time, I was able to hone my research question, data collection methods and language skills, develop contacts with collaborators in Tanzania, and conduct pilot interviews with adolescents in rural Mtwara. The opportunity to conduct pilot research prepared me to write additional successful proposals for funding from the National Science Foundation and the Philanthropic Education Organization, allowing me to return to Tanzania in March 2009 for an additional 18 months of field research. I returned from Tanzania in August 2010 and plan to defend my dissertation in the summer of 2011.

      http://spa.americananthro.org/funding-opportunities/lemelson-funding/lemelson-fellowship-recipients/past-lemelson-student-fellows/unyago-and-jando-the-role-of-initiation-rituals-in-shaping-adole

    • Pas mal de détail ici :
      https://books.google.fr/books?id=RJ8mnDqYZc0C&pg=PA121&lpg=PA121&dq=jando++Makonde&source=bl&ot Makonde&f=false
      (c’est la page 99)
      Les garçons ont un rituel plus solennel, plus long, en communauté plus vastes dans un bâtiment spécial et apprennent beaucoup de choses secrètes qui leur donnent du pouvoir sur les femmes et les enfants (médecine, usage de la violence, technique de chasse, secrets religieux, pouvoirs magiques...) Les filles de leur conté apprennent à bien faire l’amour et bien élevé les enfants sous le chaponnage d’une femme plus âgée choisi par le chef (toujours un homme le chef).
      C’est pas du matriarcat ca !

    • makonde | TETEA Inc
      https://www.tetea.org/tag/makonde

      Too many girls, especially in the South of Tanzania are forced to leave school, due to pregnancy. In Tanzania, the law requires pregnant girls to leave school, although there has been much debate in Parliament about changing the law so they may return after giving birth. Of course, most times the girls are not in a position to return to school, as they have the new responsibilities of childcare to deal with.

      The article focuses particularly on the impact of traditional initiation rites that, it claims, lead to more girls getting married at a young age or getting pregnant. There are a few good points made in the article.

      First, there is definitely a correlation between teen pregnancies and local drum circles, which many teens attend at night.

      Second, the practice of bride prices in Tanzania does sometimes lead parents to try to marry off their daughters too early in order to receive some income.

      Third, there is often too much focus by parents on initiation rites. While I think it is great to keep traditions alive, parents will often spend most of their cash earnings for the year on the ceremonies surrounding initiations, while forsaking the school fees and other supplies needed for their children’s education. It is not unusual to hear of a parent who has “mortgaged” their house in order to get cash for the ngoma.

      Jando and Unyago rites are an important part of tribal culture, and many parts of the country have given them up completely. They should, however, be conducted in such a way that will still allow the children to get the education they deserve.

      #grossesses_précoces #éducation #filles #déscolarisation #dote #mariage

      https://tourismobserver.blogspot.fr/2016/01/tanzania-makonde-life-people-tatoos.html

      The mapiko maks dance is an important element in these are other important Makonde ceremonies. They are worn by men who dance to display their power and to scare women and children. During the boys initiation ceremony the mapiko dancer reveals his identity to the boys; in this the dancer symbolically reveals the secretes of manhood.

    • Female-Driven Multiple Concurrent Sexual Partnership Systems in a Rural Part of a Southern Tanzanian Province
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4684207

      Abstract
      Background

      Multiple concurrent sexual relationships are one of the major challenges to HIV prevention in Tanzania. This study aims to explore sexual behaviour patterns including the practice of multiple concurrent sexual partnerships in a rural Tanzanian setting.
      Methods

      This qualitative study used focus group discussions and in-depth interviews with men and women from the community as well as ethnographic participant observations. The data was collected during 16 months of fieldwork in 2007, 2008, and 2009. The focus group discussions and in-depth interviews were transcribed verbatim and translated into English. The data was analysed through the process of latent content analysis. An open coding coding process was applied to create categories and assign themes.
      Findings

      Mafiga matatu was an expression used in this society to describe women’s multiple concurrent sexual partners, usually three partners, which was described as a way to ensure social and financial security for their families as well as to achieve sexual pleasure. Adolescent initiation ceremonies initiated and conducted by grand mothers taught young women why and how to engage successfully in multiple concurrent sexual relationships. Some men expressed support for their female partners to behave according to mafiga matatu, while other men were hesitant around this behaviour. Our findings indicate that having multiple concurrent sexual partners is common and a normative behaviour in this setting. Economical factors and sexual pleasure were identified as drivers and viewed as legitimate reason for women to have multiple concurrent sexual partnerships.
      Conclusions

      Structural changes improving women’s financial opportunities and increasing gender equality will be important to enable women to not depend on multiple concurrent sexual partnerships for financial security. Future research should explore how normative sexual behaviour changes as these structural changes take place.

      #VIH #sexualité

  • Le « stealthing », cette nouvelle pratique sexuelle inquiétante
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/26/le-stealthing-cette-nouvelle-pratique-sexuelle-inquietante_a_22056576

    Le « stealthing » est une pratique sexuelle qui gagne en popularité et qui consiste chez l’homme à enlever son préservatif sans l’accord de sa ou son partenaire en plein acte sexuel. Cette pratique, que l’ont peut traduire en français littéralement par l’idée de « faire quelque chose de manière furtive », est aussi nouvelle qu’inquiétante, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

    La chercheuse de l’Université de Columbia, Alexandra Brodsky, a travaillé sur la question. Selon elle, les femmes ayant subi cet abus n’étaient pas sûres de savoir comment qualifier cet acte. D’après la loi française, cela s’apparente pourtant bel et bien à un viol.

    Toutes, en revanche, se sont inquiétées des risques des transmission des infections sexuellement transmissibles...et parmi elles, du VIH. Côté judiciaire, si en France aucun procès lié au stealthing n’a encore eu lieu, un homme a été condamné par la justice suisse en janvier 2017 pour avoir enlevé son préservatif sans prévenir sa partenaire.

    #viol #domination_masculine #VIH #nouveauté

  • Le #pape #François contraint à la démission le grand-maître de l’Ordre de Malte

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/01/25/le-pape-francois-contraint-a-la-demission-le-grand-maitre-de-l-ordre-de-malt

    La raison de cette éviction ? Selon l’hebdomadaire #catholique britannique The Tablet, elle serait à rechercher du côté des #préservatifs qui auraient été distribués à des personnes porteuses du #VIH pour prévenir des contaminations, du temps où Albrecht von Boeselager était responsable des questions humanitaires de l’organisation. L’Allemand aurait expliqué dans un courriel avoir été limogé, car trop « libéral ».

    Au #Vatican, certains observent que ce limogeage intervient aussi au moment où le frère d’Albrecht von Boeselager a été nommé au sein du conseil d’administration de la Banque du Vatican, en plein assainissement après avoir été éclaboussée par des scandales ces dernières années.

  • Sur une représentation globale des infections a #VIH en Afrique subsaharienne. Les complexes socio-spatiaux de risques

    Nous présentons une étude exploratoire qui traite des groupes de pays organisés selon des complexes socio-spatiaux de risques pour le VIH. L’analyse des correspondances multiples, traitant un tableau de variables de nature socio-géographique, socio-économique et à caractères épidémiologiques, est particulièrement adaptée à la recherche de variables de synthèse dans la description des structures liées à l’infection.
    Les données utilisées dans cette étude sont des résultats statistiques sélectifs récemment publiés sur 44 pays des régions de l’Afrique subsaharienne. Les explorations entreprises dans les groupes de population adulte âgée de 15 à 49 ans montrent que les composantes socio-géographique et socio-économique qui leurs sont associées interfèrent selon des combinaisons complexes qui varient d’un espace géographique à un autre. Le complexe des pays insulaires (Comores, Madagascar) et des pays de la façade atlantique (Mauritanie, Sénégal, Guinée) à très faible taux de prévalence (inférieur à 3 %) représente des situations de faibles expositions ; le complexe austral des pays dit riches (Afrique du sud, Namibie, Swaziland, Botswana) avec des taux de prévalence supérieurs à 12 % signale des situations de fortes expositions. D’autres situations d’expositions variées s’égrènent entre ces deux situations extrêmes et font valoir à l’Est, à l’Ouest et au Centre, des complexes de forte endémicité, de poussée épidémique et d’épidémie active.


    http://cybergeo.revues.org/2329
    #HIV #sida #cartographie #visualisation
    L’article date de 2002, pour archivage

    • Méthodes pour cartographier les tendances régionales de la prévalence du VIH à partir des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS)

      Pour de nombreux pays, en particulier en #Afrique subsaharienne, les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) constituent la principale estimation de la prévalence du VIH au niveau national et en population générale. Plusieurs EDS collectent la longitude et la latitude des grappes enquêtées.
      Dans cet article, nous présentons trois approches méthodologiques pour cartographier les variations spatiales de la prévalence du VIH à partir des EDS. Ces approches sont appliquées à des simulations d’EDS échantillonnées à partir d’un pays modèle. Les surfaces estimées sont alors comparées à la surface initiale du modèle.
      Nous montrons qu’une méthode utilisant des estimateurs à noyau à fenêtres adaptatives de même effectif permet d’estimer les principales tendances régionales des épidémies. Son application aux données de l’EDS 2003 du Burkina Faso fournit une image plausible de la situation épidémiologique dans ce pays.

      http://cybergeo.revues.org/23782

    • Les cartes de prévalence (avec l’encoche qui évoque la Gambie) m’ont obligé à lire l’article… Merci.

      Le Bénin, le Burkina Faso et le Ghana ont été agrégés pour créer un pays fictif servant de modèle. Le Togo a été volontairement exclu afin d’obtenir une forme concave qui peut complexifier l’estimation, le « creux » ainsi formé n’étant pas enquêté. Une telle forme se retrouve dans les frontières de certains pays tels que le Sénégal.

    • Application aux données réelles


      Tendances régionales de la prévalence du VIH (15-49 ans), estimées avec l’approche par les estimateurs à noyau (N=500), sur les données de l’EDS 2003 du Burkina Faso

      L’application effectuée sur les données de l’EDS 2003 du Burkina Faso a permis de produire une surface des tendances régionales de la prévalence plausible.

      Si l’interprétation d’une telle carte doit être prudente, elle fournit cependant une indication descriptive sur la situation épidémique au sein d’un pays, indépendante du découpage administratif du territoire. Il s’agit bien là d’un outil de visualisation des principales variations spatiales du phénomène et d’identification des régions les plus touchées. Bien que les EDS soient insuffisantes pour mener une analyse des déterminants spatiaux des épidémies de VIH, elles permettent d’en esquisser un premier portrait, en l’absence d’enquêtes plus spécifiques ayant une meilleure couverture géographique.

  • #Europe : un porteur du VIH sur sept ignore sa séropositivité
    http://fr.myeurop.info/2016/12/01/europe-un-porteur-du-vih-sur-sept-ignore-sa-s-ropositivit-14893

    P margin-bottom : 0.21cm ; Une étude révèle que 15% des porteurs européens du VIH ignorent leur état. Dans le même temps, on assiste à un record de nouvelles contaminations.

    P margin-bottom : 0.21cm ; lire la suite

    #Société #Russie #VIH/Sida

  • Un demi-siècle d’espérance de vie pour trois pays africains
    http://visionscarto.net/un-demi-siecle-d-esperance-de-vie

    Titre : Un demi-siècle d’espérance de vie pour trois pays africains Mots-clés : #Santé #Démographie #Espérance_de_vie #Mortalité #VIH_Sida #Sida #Afrique_du_sud #Zimbabwe #RD_du_Congo #RDC Auteur : Philippe Rekacewicz Date de création : 2016 Il faut comparer ces données avec les prévisions calculées par les Nations unies à la fin des années 2000 : Évolution de l’espérance de vie à la naissance en Afrique du (...)

    #Collection_cartographique

  • #santé_sexuelle : « Ici, on peut aborder des tabous sans jugement » (Libération)
    http://www.wereport.fr/articles/sante-sexuelle-ici-on-peut-aborder-des-tabous-sans-jugement-liberation

    A #Lyon, un centre médical et associatif permet de parler sida, sexualité ou addictions. Un lieu en plein cœur de la ville, entre suivi et écoute. Beaucoup d’histoires lyonnaises commencent par une bénédiction. Le centre de santé sexuelle, au pied des pentes de la Croix-Rousse, n’y a pas échappé. Lors de son inauguration en mai, les grâces ont...

    #Articles #Santé #Société #LGBT #sexualité #VIH

  • Prix de l’inventeur européen : deux Français distingués
    http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/16140-Prix-de-l-inventeur-europeen-deux-Francais-distingues

    La chercheuse de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) - qui a débuté sa carrière au Centre national de transfusion sanguine de Paris – à développer ce test rapide pour aider les pays les plus démunis à détecter rapidement cette maladie infectieuse. Ce dispositif est également capable d’identifier le virus de l’hépatite B et la chlamydia.

    Helen Lee s’est lancée dans la conception de ce test car elle cherchait une méthode capable de fournir des résultats sans avoir recours à des microscopes coûteux et autres techniques de pointe, absents des pays pauvres. Le dispositif SAMBA fonctionne comme un test de grossesse. Une bandelette contenant des réactifs chimiques changent de couleur si le virus est détecté dans l’échantillon sanguin du patient.
    Grâce à ce procédé détectant directement le virus, et non la présence d’anticorps dans le sang, SAMBA facilite également le dépistage du VIH chez les nouveau-nés jusqu’à l’âge de 18 mois. Autre avantage : le dispositif ne nécessite pas un stockage frigorifique et peut résister à des températures grimpant jusqu’à 37° C pendant neuf mois.

    Utilisé sur le terrain depuis 2011 au Malawi et en Ouganda, en collaboration avec l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF), SAMBA permet de donner des résultats fiables en quelques minutes à partir de quelques gouttes de sang. La lecture et l’interprétation des résultats sont si simples qu’elles ne requièrent pas de personnels formés. En outre, ce kit peut contrôler la charge virale est ainsi déterminer l’efficacité des traitements.

    Le kit peut analyser 4 échantillons sanguins en même temps. Il fonctionne à l’électricité et ses batteries ont une autonomie de huit heures en cas de panne de courant.

    J’ai censuré le premier paragraphe de l’article qui présente Helen Lee comme « franco-britannique »…
    Son cursus professionnel sur le site de l’Université de Cambridge
    http://www.haem.cam.ac.uk/ddu/leegroup/ddu-director-of-research-dr-helen-lee

    Où l’on trouve aussi une très intéressante présentation (de 2005) sur l’intérêt d’un diagnostic rapide (cc : @fil )
    http://www.foundation.org.uk/events/pdf/20051019_Lee.pdf