• HCR - Augmentation du trafic d’enfants au Mali en raison du conflit et de la pandémie de Covid-19
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2020/12/5fc63047a/augmentation-trafic-denfants-mali-raison-conflit-pandemie-covid-19.html

    Le conflit, l’insécurité, la pandémie de Covid-19 et la détérioration des conditions économiques entraînent une augmentation de la traite des enfants, du travail forcé et du recrutement forcé par des groupes armés au Mali, met en garde ce jour le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.Des cas plus nombreux de recrutement d’enfants ont été rapportés durant le premier semestre 2020 (230 cas) par rapport à l’année 2019 toute entière (215 cas), selon un rapport récemment publié par le Groupe mondial de la protection (GPC), un réseau dirigé par le HCR qui regroupe des agences des Nations Unies et des ONG assurant des prestations de protection aux personnes affectées par les crises humanitaires.Des groupes armés se livrent également au trafic d’enfants destinés au travail dans les mines d’or, utilisant les profits pour enrichir les combattants des groupes armés, alimenter le commerce des armes et financer la violence. Des « taxes » exorbitantes sont également imposées aux adultes qui travaillent dans ces mines d’or.Comme les écoles restent fermées en raison du conflit, de l’insécurité, de la pandémie de Covid-19 ou des grèves d’enseignants, les enfants sont également poussés vers les mines d’or informelles, notamment à Gao et Kidal où de nombreuses zones sont contrôlées par des groupes armés.Des évaluations rapides sur la protection de l’enfance ont révélé que quelque 6000 enfants, en grande majorité des garçons, travaillent dans huit sites miniers du pays. Ils sont exposés aux pires formes de travail des enfants, à l’exploitation économique, à la violence sexuelle, physique et psychologique.Certains enfants sont arrivés « à crédit » sur le site, car leur transport et leur alimentation ont été préfinancés par une tierce partie. D’autres ont déclaré avoir travaillé des journées entières sans être payés par leur employeur. Les enfants sont contraints de travailler pendant des périodes indéterminées jusqu’au remboursement de leurs « dettes » de recrutement et de voyage.« Du fait du conflit et de la détérioration socio-économique aggravée par la pandémie, nous constatons certaines des violations des droits humains parmi les plus flagrantes au Sahel », a déclaré Gillian Triggs, Haut Commissaire assistante du HCR chargée de la protection internationale. « Les enfants sont forcés à combattre par des groupes armés. Ils sont victimes de la traite des êtres humains, de viols, de vente, ils sont forcés à la servitude sexuelle ou domestique, ou au mariage précoce. Encore davantage d’enfants sont en danger au Sahel, une région en passe de devenir la crise humanitaire qui connaît la croissance la plus rapide au monde. »Les victimes sont des Maliens ainsi que des réfugiés, des demandeurs d’asile ou des migrants.Des informations provenant de la région de Mopti font état de communautés de femmes et de jeunes filles enlevées, agressées sexuellement et violées. Plus de 1000 cas y ont déjà été enregistrés depuis début 2020. Le HCR craint également que les mariages d’enfants n’augmentent de façon exponentielle dans un pays où, selon les estimations, 53% des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans.Malgré le conflit et les restrictions de circulation imposées par le conflit et la crise de Covid-19, le Mali reste un incontournable pays de transit pour les réfugiés et les migrants qui tentent d’atteindre l’Afrique du Nord et l’Europe.
    Certaines personnes en transit sont victimes de la traite et envoyées au travail forcé dans le secteur agricole tandis que d’autres, notamment des femmes, tombent en chemin entre les mains de passeurs vers des emplois promis en Afrique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient. D’autres encore sont détournées vers Bamako ou vers des zones minières ou agricoles où elles sont contraintes de se prostituer pour survivre. Le profil des passeurs et de leurs complices va de groupes criminels ou armés organisés à des chefs tribaux et des représentants des autorités, mais parfois aussi les parents, les proches ou les membres de la communauté.

    #Covid-19#migrant#migration#mali#sahel#afrique#europe#moyenorient#traite#violence#sante#vulnerabilite#femme#mineur#refugie#demandeurdasile#transit#economie

  • #Calais : #maraudes et #ratonnades

    Les récentes images de #violences_policières nous rappellent celles vues à Calais lors du démantèlement de la jungle, ou, plus récemment encore, contre les réfugiés encore sur place.

    Le 15 Janvier 2018, lors de la visite d’Emmanuel Macron à Calais, deux associations d’aides aux réfugiés ont porté plainte contre X pour « destruction et #dégradation_de_biens ». Condamnés à dormir dehors, les réfugiés sont victimes de violences policières dénoncées depuis des mois par les associations : un jeune érythréen de 16 ans a perdu son oeil lors d’une opération de police...

    Un nationaliste repenti, des bénévoles à bout de souffle, des réfugiés épuisés : ils témoignent d’une histoire qui se répète désespérément, en plus grave et en plus rude.

    Patricia, qui participe bénévolement aux maraudes de Salam, témoigne de son incompréhension face à la #haine que certains habitants de Calais expriment à l’égard de ces réfugiés. Critiques venant de gens qui, parfois, connaissent eux aussi de grandes difficultés et doivent faire face à une autre forme de #misère.

    Romuald avait dans un premier temps trouvé sa place dans une association « anti-migrant » fréquentée par la sphère de l’extrême droite.

    « Qu’on gère l’immigration, qu’on ferme les #frontières, je suis pour, mais de là à gazer un mec parce qu’il n’est pas de la même couleur de peau, il y a tout un monde. Romuald, aujourd’hui bénévole pour l’#association_Salam. »

    Il quitte ce groupe, en désaccord avec sa radicalité. Quelque temps plus tard, Patricia l’a incité à se rendre à une maraude, puis à rejoindre l’association Salam dont il est aujourd’hui un des membres actifs.

    « Pour qu’un calaisien puisse gagner sa vie, il a intérêt à investir dans les barbelés ou les clôtures. Ici c’est grillagé dans tous les coins. Romuald »

    Youssef, lui, est membre d’#Utopia_56, une association venant en aide aux migrants de Calais. Il raconte les #dispersions, les #gaz_lacrymogènes et les violences policières.

    « On n’est pas équipés pour faire la guerre. Eux, ils ont des armes. »

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/calais-maraudes-et-ratonnades
    #asile #migrations #réfugiés #démantèlement #destruction #campement #audio #podcast #SDF #logement #hébergement #sans-abri #haine_des_réfugiés #extrême_droite #solidarité #violence #Salam #anti-migrants #islamophobie #fake_news #anti-musulmans #témoignage #distribution_de_repas

    –---

    Minute 25’10, témoignage d’un migrant, Abeba d’Ethiopie :
    « Je suis dubliné, je suis l’esclave de mes #empreintes »
    #empreintes_digitales

    ping @isskein @karine4

  • Condamner la #violence... des autres, un impératif bourgeois
    https://www.frustrationmagazine.fr/condamner-violence-bourgeoisie

    Mais, ce qu’il s’agit de condamner, c’est la violence du dominé, celle qui s’exprime en réaction face à celle subie de la part des dominants sur laquelle les journalistes n’ont généralement que peu de questions à poser, puisque celle-ci est perçue comme légitime et est généralement invisibilisée par les médias eux-mêmes. Ces violences véritables, ce sont aussi, par exemple, celles que subissent les “premières de corvées” en Seine-Saint-Denis lorsqu’elles sont envoyées au front pendant la période de confinement, mais également les 10 000 à 14 000 morts par an imputables au chômage, chaque année…

    Dès que les classes laborieuses sortent de l’image pittoresque que les bourgeois se font d’elles, comme les Gilets jaunes au tout début du mouvement, relativement bien traités médiatiquement, pour se mettre à contester l’ordre social et ses injustices par des actions et des mises en scène symboliques sur des biens matériels, il convient alors de condamner leurs violences.

    Mais qu’en est-il des violences d’État contre les personnes ? Faut-il également les « condamner » ? De Steve Maia Caniço, porté disparu puis retrouvé mort après une charge policière dans la nuit du 21 juin 2019 lors de la fête de la musique en 2019, à Zineb Redouane en 2019, tuée de chez elle par une balle de LBD, auxquels il faut ajouter les vingt-quatre éborgnés et les cinq mains arrachées durant le mouvement des Gilets jaunes, sans parler des morts dans les banlieues françaises… La pudeur du monde médiatique après la mort d’Adama Traoré, dans des circonstances analogues à celle de George Floyd aux États-Unis, a été particulièrement symptomatique du déni politico-médiatique sur la question. On ne compte plus les crimes policiers d’État, chaque année, que la question à usage unique : « Est-ce que vous condamnez les violences ? » invisibilise. Les méthodes policières utilisées dans les cités et héritées de la police coloniale sont pourtant d’une extrême violence, pour ne pas dire parfois mortelles : clef d’étranglement ou pliage au sol par exemple, qui peuvent entraîner la perte de conscience, l’asphyxie ou le décès.

    Yves Lefebvre, secrétaire général d’UNP SGP Police-FO, sur LCI, n’a pu laisser échapper son émotion à la vue d’une main arrachée. Sa réaction, d’une poésie humaniste incomparable, s’exprime ainsi : « C’est bien fait pour sa gueule ! » Fermez les guillemets, fin de l’instant de grâce télévisée, ce 11 février 2019. Sur la chaîne CNews, l’ex-journaliste à Charlie hebdo Zineb El Rhazoui propose tout simplement que, lors d’altercations avec des groupes de jeunes, « la police tire à balles réelles ». Ségolène Royal déclare, au sujet des 151 lycéens interpellés de Mantes-la-Jolie, que « ça ne leur fera pas de mal ». Près d’un an et demi après les faits, en mai 2020, une juge d’instruction enquêtait, entre autres, sur des accusations de « torture par personne dépositaire de l’autorité publique » et « torture sur mineur de 15 ans »… Est-ce qu’on leur a demandé de condamner la violence de leurs propos qui appellent explicitement à l’utilisation de la force et à la violence physique d’État contre des citoyens français ?

  • #Mort de #Zineb_Redouane, les #preuves qui accusent la #police

    Disclose et Forensic Architecture ont réalisé une contre-enquête des évènements qui ont coûté la vie à Zineb Redouane, le 2 décembre 2018, à #Marseille. A l’aide de documents inédits et d’une #modélisation 3D des événements, elle démontre que la responsabilité de la police est plus que jamais engagée dans cette affaire.

    https://www.youtube.com/watch?v=bhsbnmci04U


    #violences_policières #gilets_jaunes #décès #grenade_lacrymogène #André_Ribes #vidéo #forensic_architecture #architecture_forensique #expertise_balistique #justice #impunité #armes #rapport_balistique #contre-expertise #CRS #IGPN

  • La policière Linda Kebbab explique que les Black blocs sont identifiés à l’entrée des manifestations par les services qui laissent faire (LLP)
    https://www.crashdebug.fr/la-policiere-linda-kebbab-explique-que-les-black-blocs-sont-identifies-a-

    Ceci est une vidéo qui démontre que les autorités policières laissent faire les black blocs sans jamais les arrêter et en leur facilitant le passage lors des manifestations. Cette vidéo Ne représente pas le seul témoignage de la duplicité des forces de l’ordre puisqu’il y en a d’autres. Le criminologue Xavier Raufer a aussi témoigné du fait que la direction des renseignements de la Préfecture de police dispose depuis longtemps de la liste des 200 individus concernés sans jamais les arrêter.

    Les #BlackBloc reconnus et identifiés par la police reconnaît @LindaKebbab ! A qui profite le crime ? #police #ViolencesPolicieres #LiberteDinformerEnDanger pic.twitter.com/gJcFLADy27 — philippe lepinoy (@philippeleps) November 30, 2020

    🔴#LindaKebbab sort de son devoir de réserve pour expliquer : les #Blackblocs sont (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Adèle Haenel : « Ces violences sexuelles, racistes, ce sont des faits politiques »
    30 novembre 2020
    https://www.youtube.com/watch?v=jiNaFpb3SPk

    ➡️ Deux invitées exceptionnelles, deux actrices engagées, pour parler de la loi Sécurité globale, des violences sexuelles et racistes : Adèle Haenel et Nadège Beausson-Diagne. Elles étaient dans la manifestation samedi à Paris contre la loi Sécurité globale. Manifestation suivie par Youmni Kezzouf et Christophe Gueugneau (lire également le compte-rendu écrit).

    ➡️ Et puis nous revenons sur cette affaire de pédocriminalité dans une école parisienne : Marine Turchi a révélé des dysfonctionnements majeurs et des refus d’enregistrements de plainte (ici et là) . On en parle avec elle et avec une des avocates du dossier, maître Marie Grimaud.

  • PAS VU PAS PRIS - Enquêtes - Disclose.ngo
    https://disclose.ngo/fr/investigations/pas-vu-pas-pris

    Le 2 décembre, ça fera 2 ans que la Police et le Ministère de l’Intérieur mentent éhontément pour couvrir une faute policière ayant entrainé la mort horrible de Zineb Redouane. C’est ce que démontre l’enquête de Disclose & Forensic parant, pourtant, des mêmes documents et rapports balistiques dont dispose la justice.

    Mort de Zineb Redouane, les preuves d’une bavure
    A l’aide de documents inédits et d’une modélisation 3D des événements, Disclose, en partenariat avec Forensic Architecture, a réalisé une contre-expertise des évènements qui ont coûté la vie à Zineb Redouane. Elle démontre la responsabilité de la police dans la mort de l’octogénaire, le 2 décembre 2018._
    https://disclose.ngo/fr/article/mort-de-zineb-redouane-les-preuves-dune-bavure

    Affaire Zineb Redouane, le symbole de l’impunité policière
    Depuis l’ouverture d’une enquête judiciaire en décembre 2018 suite à la mort de Zineb Redouane, le policier mis en cause n’a toujours pas été identifié. Révélations sur un sabotage.
    https://disclose.ngo/fr/article/affaire-zineb-redouane-symbole-de-limpunite-policiere

    #Zineb_Redouane #JusticePourZineb #violencespolicières

  • Amazon, Apple stay away from new French initiative to set principles for Big Tech
    https://uk.reuters.com/article/us-france-tech/amazon-apple-stay-away-from-new-french-initiative-to-set-principles-for-

    PARIS (Reuters) - U.S. tech giants Amazon and Apple have not signed up to a new French initiative to get global tech companies to publicly commit to principles including paying their fair share of taxes, government officials said on Monday. French President Emmanuel Macron has sought for the past three years to cajole tech giants into collaborating with governments on a series of global challenges such as fighting hate speech online, preserving privacy or contributing to state coffers. (...)

    #Apple #Microsoft #Google #Amazon #Facebook #anti-terrorisme #écologie #pédophilie #pornographie #fiscalité #violence #GAFAM (...)

    ##fiscalité ##modération
    https://static.reuters.com/resources/r

  • Proposition de loi #Sécurité_globale : la liberté d’informer attaquée !
    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/proposition-de-loi-securite-globale-la-liberte-d-informer-attaquee-862766.

    Ainsi, des atteintes à la liberté d’informer ont été commises par des membres des forces de l’ordre en fin de rassemblement à Paris. Un policier a donné l’ordre de quitter les lieux à des journalistes sous peine de les arrêter pour participation à un attroupement (1).

    Tangi Kermarrec, journaliste à France 3 Ile-de-France, et Hannah Nelson, journaliste pigiste au média Taranis News, ont été interpellés, violemment pour cette dernière, et placés en garde-à-vue pour participation à un attroupement après sommation et dissimulation du visage ! En pleine pandémie de Covid et alors qu’un tel délit est contraire au droit international !

    Au moins six reporters d’image ont également été pris pour cible. Trois d’entre eux ont subi des violences, notamment des coups de matraque. Deux autres ont été menacés d’interpellation et empêchés de faire leur travail d’information, sous prétexte selon le ministre de l’Intérieur, #Gérald_Darmanin, qu’ils ne se seraient pas accrédités auprès de la préfecture avant de couvrir une manifestation sur la voie publique. Deux observateurs de l’Observatoire parisien des libertés publiques (portant une chasuble Ligue des droits de l’Homme et un casque siglé LDH et SAF) ont également reçu des coups.
    ... et en régions

    A Bayonne, un photojournaliste de Mediabask a été menacé par des forces de l’ordre alors qu’il couvrait une manifestation contre la PPL Sécurité globale. A Toulouse, un journaliste a également été pris à partie par un CRS alors qu’il lui montrait sa carte de presse.

    La dispersion du rassemblement de Paris été décidée en vertu du nouveau Schéma national de maintien de l’ordre (SNMO), qui s’appuie sur la loi contre les attroupements de 2012. Pour le SNMO, les requérants (des syndicats de journalistes et la LDH), dont le juge des référés n’a pas estimé l’urgence, vont au fond devant le Conseil d’Etat pour le contester.

    Dans le même temps, certains syndicats de policiers ont mené des attaques de #cyberharcèlement sur les réseaux sociaux contre plusieurs journalistes.

    #violences_policières

  • Violences policières : la guerre des images - Info et société | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/RC-019680/violences-policieres-la-guerre-des-images
    https://api-cdn.arte.tv/api/mami/v1/program/fr/RC-019680/940x530

    En France, la proposition de loi controversée sur la « sécurité globale » qui pénalise la diffusion malveillante de l’image de policiers a été adoptée par l’Assemblée nationale le 24 novembre. Une loi qualifiée par ses opposants de texte « liberticide ». Ironie du sort : ce vote intervient au lendemain du démantèlement d’un campement de migrants dans le centre de Paris. Des vidéos, relayées sur les réseaux sociaux, montrent des migrants sortis de leur tente par la force et à coups de matraque et un journaliste frappé à plusieurs reprises. Et l’affaire prend de l’ampleur après le passage à tabac d’un producteur de musique pour non-port du masque. Les images issues de la vidéosurveillance sont devenues virales sur les réseaux sociaux. Trois policiers ont depuis été suspendus et l’IGPN a été saisie. Des manifestations ont lieu régulièrement dans les grandes villes de #France. Dans ce dossier, retrouvez une sélection de reportages et d’analyses d’ARTE Info pour mieux appréhender la question des #violences_policières en France. Une question qui ne date pas d’hier.

  • « Survivre à la guerre en Syrie et se retrouver fracassé par la police française alors qu’il est clairement identifié comme journaliste.
    On n’a entendu aucun membre de LREM apporter son soutien à Ameer al Halbi.
    C’est ça la honte 🔥 »
    #StopLoiSecuriteGlobale #MarcheDesLibertes #Paris
    https://www.liberation.fr/france/2020/11/29/marche-des-libertes-a-paris-un-photographe-syrien-blesse-pendant-une-char

    Le photographe syrien Ameer al-Halbi a été blessé par la police alors qu’il couvrait la « Marche des libertés » samedi après-midi, selon l’AFP. Contacté par Libération, Ameer al-Halbi a indiqué avoir reçu un coup de matraque pendant une charge des forces de l’ordre contre des casseurs. Un policier l’a frappé au visage, après avoir pourtant discerné qu’il était photographe, affirme-t-il. Dans un communiqué, le magazine Polka indique qu’« Ameer était clairement identifié comme photographe de presse et ne pouvait être confondu avec un casseur. Le violent coup de matraque qui l’a blessé au visage visait donc délibérément un photojournaliste qui exerçait librement son métier ».

    La photographe de l’AFP Gabrielle Cézard se trouvait aux côtés d’Ameer al-Halbi et dit l’avoir perdu de vue dans une petite rue : « Nous étions identifiables comme photographes et tous collés à un mur. On criait "Presse ! Presse !". Il y avait des jets de projectiles du côté des manifestants. Puis la police a mené une charge, matraque à la main, a-t-elle raconté à l’AFP. Ameer était le seul photographe qui ne portait ni casque, ni brassard. Je l’ai perdu de vue puis je l’ai retrouvé entouré de gens, le visage tout ensanglanté et enveloppé de pansements. Il était psychologiquement très touché, il a pleuré, et a dit qu’il ne comprenait pas "pourquoi c’était mal de faire des photos". »

    D’après le journaliste de Mediapart Antton Rouget sur Twitter, Ameer al-Halbi a « été pris en charge par des street medics, qui ont été bloqués plusieurs fois par des CRS au moment de l’amener à l’hôpital ».

    Selon Dimitri Beck, directeur de la photographie de Polka, qui suit Ameer al-Halbi depuis son arrivée en France, le photographe a eu le nez cassé et a été blessé à l’arcade sourcilière. Il a été transporté à l’hôpital Lariboisière, avant d’en sortir dans la nuit de samedi à dimanche...

    ... Ameer al-Halbi (un pseudonyme) a débuté la photographie dans sa ville d’origine d’Alep, à 17 ans à peine. Il documente l’horreur de la guerre et la chute d’Alep, entre 2013 et 2016, d’abord pour des agences palestinienne ou italienne puis pour l’Agence France Presse. Dans un entretien vidéo pour Museum TV en 2017, Al-Halbi indique avoir pour modèle le photoreporter vietnamien Nick Ut, auteur du célèbre cliché de la Petite Fille au napalm : « J’ai longtemps essayé de prendre une photo comme celle de Nick Ut. Une photo si forte, qu’elle serait capable de mettre fin à la guerre en Syrie. » A ses débuts, son travail se concentre sur les bébés et les enfants au milieu du conflit. On retrouve, dans la rubrique « Making-of » de l’AFP, son témoignage d’un « jour d’enfer à Alep », lors du siège d’un quartier résidentiel par les forces d’Al-Assad. En 2016, son père, casque blanc bénévole, est tué dans un bombardement. Lui-même a été touché par deux balles en 2012.

    Ameer Al-Halbi quitte Alep avec sa mère à la fin de l’année 2016 pour la Turquie. Il arrive en France en avril 2017 où il obtient le statut de réfugié politique. Cette année-là, il est primé au prestigieux World Press Photo (2e prix dans la catégorie « Spot News – Stories »), peu de temps après avoir reçu le prix de Photographe de l’année 2016 du magazine Polka. En 2017, à Bayeux (qui célèbre chaque année les correspondants de guerre), il remporte également le prix du « Regard des jeunes de 15 ans » pour un cliché pris pour l’AFP montrant deux hommes, serrant chacun un nourrisson dans leurs bras et marchant dans une rue d’Alep en ruines. Selon un portrait du Bondy Blog publié l’an dernier, Ameer Al-Halbi finissait ses études dans l’école de photo Spéos, réalisant des reportages en indépendant sur les gilets jaunes ou la Techno parade, tout en ayant pour projet de continuer la photographie de guerre, notamment en Afrique.

  • « Sécurité globale » : l’article 24 vous effraie, attendez de lire le 25 | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/197492/loi-securite-globale-article-24-25-controverse-polemique-port-arme-police-forc

    Annotations :

    Il permet aux forces de l’ordre de conserver leur arme, en dehors de leur service, dans les établissements recevant du public. Même les forces américaines n’ont jamais obtenu une telle faveur. L’article est adopté. Le député LREM Jean-Michel Fauvergue, ex-patron du RAID et rapporteur de la proposition de loi, s’en félicite.

    Tags : #loi_sécurité_globale #surveiller_et_punir #polices #Etat_policier (...)

    #sécuritarisme

    • Le risque de disparition d’une forme de « droit à la déconnexion », mentionné par le député LFI Alexis Corbière, interroge aussi : en 2018, l’officière Amber Guyger, de retour du travail mais exténuée par une journée de treize heures, s’est trompée d’appartement et a ouvert le feu sur le propriétaire, le tuant sur le coup. En France, le 17 novembre dernier, un policier hors service a fait usage de son arme à Saint-Leu-la-Forêt (Val-d’Oise) sur un homme en état d’ébriété, infligeant une blessure nécessitant une incapacité totale de travail supérieure à huit jours.

  • Violences policières : les forces de l’ordre victimes des “pièges” de l’extrême gauche | Samuel Gontier
    https://www.telerama.fr/ecrans/violences-policieres-les-forces-de-lordre-victimes-des-pieges-de-lextreme-g

    Jamais il n’aura régné un tel consensus dans notre pays. Présentateurs, éditorialistes, élus du Rassemblement national, des Républicains, de La République en marche, ministre, syndicalistes policiers ou gradé des forces de l’ordre… Tous sont d’accord avec Zemmour : les associations d’extrême gauche qui manipulent les migrants ont tendu un piège à nos pauvres policiers sans défense lundi dernier place de la République. Même le tabassage du producteur Michel Zecler pourrait avoir été téléguidé par des ennemis de la loi Sécurité globale. Source : Ma vie au poste

  • Le macronisme double pour de bon LePen sur sa droite, et accélère
    https://ricochets.cc/Le-macronisme-double-pour-de-bon-LePen-sur-sa-droite-et-accelere.html

    Quand le prétendu « barrage » fait pschit : ☠️ MACRONISME : LE PEN DOUBLÉE SUR SA DROITE ! ➡️ Mardi, les images d’une expulsion inhumaine d’exilés qui s’installaient dans des tentes Place de la République faisaient le tour du monde. Tentes détruites et arrachées, coups, gaz sur des personnes en détresse... ces actes choquaient bien au delà des frontières françaises. ➡️Un sondage vient de tomber au sujet de cette opération scandaleuse : au delà d’un résultat qui dévoile une opinion structurellement raciste, (...) #Les_Articles

    / #Violences_policières, #Politique,_divers

  • La pétro-masculinité
    http://carfree.fr/index.php/2020/11/27/la-petro-masculinite

    Voici un nouveau concept que nous n’avions pas encore abordé sur Carfree France, celui de pétro-masculinité (Petro-masculinity en anglais). Cara Daggett, chercheuse en sciences politiques à Virginia Tech (Blacksburg dans Lire la suite...

    #Destruction_de_la_planète #Fin_de_l'automobile #Fin_du_pétrole #Réchauffement_climatique #climat #énergie #pétrole #politique #pollution #recherche #sexisme #sexualité #SUV #usa #violence

  • Loopsider sur Twitter : « Ça s’est passé samedi à Paris. 15 minutes de coups et d’insultes racistes. La folle scène de violences policières que nous révélons est tout simplement inouie et édifiante. Il faut la regarder jusqu’au bout pour mesurer toute l’ampleur du problème. https://t.co/vV00dOtmsg » / Twitter
    https://twitter.com/laurenebnd/status/1331857976605483009/photo/1?ref_url=https%3a%2f%2fradioparleur.net%2f

    https://video.twimg.com/amplify_video/1331691821399990272/vid/720x720/zb99zSkabAmx6aIB.mp4?tag=13


    #racisme #violences_policières #loopsider

  • HCR - Le HCR prévient que la seconde vague de Covid causera des violences accrues à l’encontre des femmes et des jeunes filles réfugiées
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2020/11/5fbe16d9a/hcr-previent-seconde-vague-covid-causera-violences-accrues-lencontre-femmes.h

    Alors que la pandémie de coronavirus se prolonge, une combinaison aux conséquences mortelles due au confinement, à la pauvreté croissante et aux difficultés économiques déclenche une nouvelle vague de violences à l’encontre des femmes et des jeunes filles réfugiées, déplacées internes et apatrides, prévient aujourd’hui le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.« Nous recevons aujourd’hui des informations alarmantes concernant la hausse spectaculaire des risques de violences sexistes, y compris les violences conjugales et familiales, la traite des êtres humains, l’exploitation sexuelle et les mariages précoces », a alerté le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés Filippo Grandi. Le groupe de travail mondial sur la protection dont le HCR est chef de file - un réseau d’agences des Nations Unies et d’ONG assurant des prestations de protection aux personnes affectées par des crises humanitaires - a fait état de hausses en termes de violences sexistes dans au moins 27 pays. La vente et l’échange de faveurs sexuelles pour des biens en tant que mécanisme d’adaptation économique ont également été rapportés dans au moins 20 pays.Au Cameroun, dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où la situation de sécurité reste instable, une part colossale de 26% des violences sexistes enregistrées depuis le début de la pandémie concerne des enfants. En République centrafricaine dont un quart de la population est déplacée interne, un incident de violence sexiste est enregistré toutes les heures. Cette estimation est basée sur des statistiques collectées par le dispositif d’alerte humanitaire, qui couvre 42% du pays.
    Les incidents de violences sexistes affectant les réfugiés et migrants vénézuéliens en Colombie ont augmenté de 40% durant les trois premiers trimestres de l’année 2020 par rapport à la même période en 2019. Les appels aux centres d’assistance téléphonique pour les victimes de violence familiale ont également augmenté de 153% en Colombie et de 56% au Zimbabwe.A Cox Bazar au Bangladesh, 42% des réfugiés rohingyas, hommes et femmes, interrogés dans le cadre d’une évaluation humanitaire, ont déclaré que la sécurité des femmes et des jeunes filles s’est dégradée « à l’intérieur du foyer » depuis le début de la crise de Covid-19. Les personnes sondées dans le cadre de cette enquête ont décrit une augmentation, en particulier, de la violence conjugale et familiale, résultant des tensions dues aux mesures de confinement, aux restrictions de mouvement et aux difficultés financières. Le HCR est également alarmé par les risques accrus de mariages précoces et de mariages forcés auxquels les familles déracinées ont recours en tant que stratégie d’adaptation dans le contexte actuel de pressions socio-économiques. De nombreux pays, qui sont le théâtre de conflits ou de déplacements de populations, ont déjà des taux parmi les plus élevés au monde concernant ces incidents. « L’impact socio-économique de la pandémie de Covid a plongé des millions de réfugiés et de déplacés internes dans la pauvreté et le dénuement, nous sommes vivement préoccupés par l’augmentation de la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles », a déclaré Filippo Grandi.« Des emplois ont été perdus, les tensions augmentent, la violence conjugale s’intensifie, les moyens de subsistance sont rares et les restrictions de mouvement rendent difficile, pour les victimes, de signaler les abus et de demander de l’aide. » Les services de lutte contre les violences sexistes, y compris le soutien psychosocial, les services de santé spécialisés et les centres d’hébergement, sont vitaux et doivent être maintenus comme essentiels pendant les périodes de confinement dues à la pandémie de Covid-19.

    #Covid-19#migration#migrant#refugie#personnedeplacee#sante#violence#genre#santementale#crise#unhcr

  • L’OIM renforce sa réponse à la violence faite aux femmes à Cox’s Bazar dans le contexte de la COVID-19 | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/loim-renforce-sa-reponse-la-violence-faite-aux-femmes-coxs-bazar-dans-le-contex

    Cox’s Bazar - Avant la pandémie de COVID-19, le risque de violence à l’égard des femmes et des filles rohingyas et bangladaises était déjà alarmant à Cox’s Bazar, au Bangladesh. Depuis l’arrivée de la COVID-19, les données suggèrent une augmentation des taux de violences domestiques et conjugales, tant chez les Rohingyas que dans les communautés d’accueil.
    En raison des restrictions de mobilité et des risques en matière de protection, les femmes et les jeunes filles ont du mal à accéder aux services de lutte contre la violence sexiste et de santé sexuelle et reproductive, qui peuvent leur sauver la vie. En outre, l’absence de possibilités socioéconomiques met à rude épreuve les personnes déjà à risque, comme les familles dirigées par une femme seule.Malgré ces défis, plusieurs outils innovants et partenariats stratégiques ont permis à l’OIM d’adapter ses programmes de lutte contre la violence faite aux femmes au contexte unique et en constante évolution de la pandémie. En s’appuyant sur le Cadre institutionnel de l’OIM pour la lutte contre la violence faite aux femmes dans les situations de crise (GBViC) — mis en place à Cox’s Bazar en 2019 - et sur le plan d’action qui l’accompagne, l’équipe de l’OIM chargée de la lutte contre la violence fondée sur le genre a pu assurer la continuité des services de gestion des cas individuels en face à face. L’OIM a également maintenu le fonctionnement de 10 espaces sécurisés pour les femmes et les filles dans neuf camps et dans l’abri d’urgence sécurisé pour les survivantes de violences sexistes, conformément aux directives sanitaires face à la COVID-19.

    #Covid-19#migrant#migration#bangladesh#rohingyas#coxsbazar#refugie#sante#violence#femmes#santereproductive#oim

  • Facebook condemned for hosting neo-Nazi network with UK links
    https://www.theguardian.com/technology/2020/nov/22/facebook-condemned-for-hosting-neo-nazi-network-with-uk-links

    Tech giant criticised for failing to act after being told two years ago about extremist activity on its platform A white supremacist network with more than 80,000 followers and links to the UK far right, including a student charged with terrorist offences, is being hosted by Facebook and Instagram, putting the world’s largest social media company under fresh pressure to tackle extremism. The network, which includes more than 40 neo-Nazi sites, offers merchandise including NaziSS symbols (...)

    #Facebook #manipulation #racisme #violence #extrême-droite

    https://i.guim.co.uk/img/media/8dfe439913a46f96d52deb45faec8826137559e4/0_196_3390_2035/master/3390.jpg

  • Penser le #terrorisme
    https://laviedesidees.fr/Penser-le-terrorisme.html

    À propos de : François Thuillier et Emmanuel-Pierre Guittet, Homo terrorismus. Les chemins ordinaires de l’extrême #violence, Temps présent. L’émotion suscitée par les attentats terroristes est bien trop souvent un obstacle à la perception de leurs origines et leurs effets. Le discours publique s’en tient trop souvent à des schématisations qui ne tiennent pas compte des apports de la recherche, en France et à l’étranger.

    #Société #attentat #peur
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20201126_terrorism.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20201126_terrorism.docx

  • David Perrotin sur Twitter
    9:07 AM · 26 nov. 2020
     : « Michel, un producteur de musique, a été tabassé par trois policiers samedi dernier à Paris. Ils l’ont ensuite accusé à tort d’avoir voulu prendre leurs armes et de rébellion. Mais les policiers ignoraient une chose : tout a été filmé. https://t.co/PTo71fzJzP » / Twitter
    https://twitter.com/davidperrotin/status/1331872160445587460

    Michel, un producteur de musique, a été tabassé par trois policiers samedi dernier à Paris. Ils l’ont ensuite accusé à tort d’avoir voulu prendre leurs armes et de rébellion.

    Mais les policiers ignoraient une chose : tout a été filmé.

    https://video.twimg.com/amplify_video/1331691821399990272/vid/720x720/zb99zSkabAmx6aIB.mp4?tag=13

    Contactée mardi, la préfecture de police de Paris a d’abord dit ne pas trouver d’éléments sur cette intervention de police. Elle a ensuite contacter Loopsider hier pour préciser qu’elle ne ferait aucun commentaire mais que l’IGPN était saisie.
    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““""
    Les policiers ont ensuite accusé la victime d’avoir voulu subtiliser leurs armes et de violences.

    Le parquet (après avoir reçu les vidéos) a classé sans suite les poursuites contre la victime. Et a ouvert une enquête contre les 3 policiers pour violences et faux en écriture
    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““"
    Michel, la victime principale qui a d’abord eu 6 jours d’ITT a dû être hospitalisé hier soir après avoir fait un malaise.

    La préfecture n’a pas souhaité préciser si les policiers du 17e en cause avaient été suspendus.

    #violences_policières

    • David Perrotin
      @davidperrotin
      11:01 AM · 26 nov. 2020

      https://twitter.com/davidperrotin/status/1331900775203827712
      Précisions : La victime a d’abord fait 48h de garde à vue. L’IGPN a été saisie seulement lorsque les vidéos ont été consultées (grâce à l’avocate). C’est après cela que le parquet a classé les poursuites contre Michel et a en effet ouvert une enquête contre les policiers mardi.

      Gérald DARMANIN
      @GDarmanin
      · 30 min
      [Intervention à Paris 17ème]
      Je me félicite que l’IGPN ait été saisie par la justice dès mardi.
      Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduite dans les plus brefs délais.

    • #copwatch c’est le fait de savoir qu’ils sont filmés qui fait que les flics arrêtent de tabasser
      « Sans ces images, je serais en prison »

      Et ne trouver aucune trace de l’intervention, c’est toujours et systématique à chaque fois que les policiers vrillent salement, je le sais pour l’avoir vécu, les flics se croient tout permis. Surtout maintenant avec le soutien de nos bons maitres de l’assemblée nationale.

      #les_amis_de_Darmanin
      #racisme
      #impunité

      Attention, la vidéo montre un déchainement de #violences_policières.

    • Ce quinquennat et son casting exceptionnel est un enfer.

      Que le locataire de l’Élysée ne parle plus jamais d’humanisme.

      Il est le président de la violence.

      Dans n’importe quelle grande démocratie, le préfet de police aurait été limogé et le ministre de l’Intérieur aurait proposé sa démission. Une réforme totale de la Police Nationale serait engagée et un débat national ouvert largement à la société civile.
      Au lieu de quoi, on a : #LoiSecuriteGlobale

      L’extrême droite est au pouvoir !

    • Tu as tellement raison @marielle ...

      Dans n’importe quelle grande démocratie, le préfet de police aurait été limogé et le ministre de l’Intérieur aurait proposé sa démission. Une réforme totale de la Police Nationale serait engagée et un débat national ouvert largement à la société civile.

    • Des policiers suspendus et une enquête ouverte après une violente interpellation à Paris

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/26/violences-policieres-a-paris-des-policiers-suspendus-et-une-enquete-de-l-igp

      Des policiers suspendus et une enquête ouverte après une violente interpellation à Paris

      Samedi soir, trois policiers ont été filmés par une caméra de vidéosurveillance en train de s’en prendre violemment à un homme, sans aucun motif apparent.

    • Quatre policiers suspendus

      Mais quelle enfumage, les flics ne sont pas quatre, ils sont nettement plus nombreux à les tabasser dehors quand les jeunes sortent terrorisés du studio.

      #im_monde

    • À l’air libre (33) Violences policières, racisme : « Un puissant déni »
      26 novembre 2020

      Un homme a été tabassé pendant vingt minutes samedi par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris. Les images sont insoutenables. La victime s’appelle Michel, il est producteur et il est noir. Il affirme que pendant son passage à tabac, les policiers l’ont traité de sale nègre. Ces images ont été révélées par le média Loopsider et le journaliste David Perrotin, qui est avec nous ce soir.

      ➡️ Nous revenons également sur cette affaire avec Mame-Fatou Niang, professeure associée à l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, où elle enseigne la littérature française et francophone. Et avec Lilian Thuram, l’ancien joueur de football qui vient de faire paraître La pensée blanche (éditions Philippe Rey).

      ➡️ Dialogue également avec une actrice et réalisatrice engagée, Aïssa Maïga, rencontrée mercredi 25 novembre.

      https://www.youtube.com/watch?v=ZkBSiSbqtwM&feature=emb_logo

    • Video of Police Beating Black Man in Paris Fuels Debate on Filming Officers

      Footage from security cameras and bystanders suggested the officers had lied about the beating, bolstering critics of a new bill that would restrict circulating videos of security forces.
      Video of police officers beating a Black man in Paris caused an outcry in France on Thursday, fueling criticism of a new bill that would place restrictions on sharing footage of security forces as the French authorities grapple with longstanding accusations of police racism and brutality.

      The beating, on Saturday, only came to light because of a graphic video posted Thursday on social media by Loopsider, a French digital news outlet. By Thursday evening, it had been viewed more than 8 million times — days after video of police forcefully clearing migrants from a protest camp in Paris sparked a similar outcry.

      Prosecutors in Paris have opened an investigation into the beating, and the officers involved have been suspended. The police in Paris also said that an internal inquiry had been opened.

      “They sullied the uniform of the Republic,” Gérald Darmanin, the French interior minister, told France 2 television on Thursday evening, adding that if investigations confirmed the officers had acted wrongly — there was “little doubt,” he said — they would be fired.

      The beaten man, #Michel_Zecler, a music producer, told Loopsider that he had been approaching his recording studio on Saturday evening when he spotted a police car on a side-street in the 17th Arrondissement, an upscale residential area of northwestern Paris.

      Fearing a fine because he was not wearing a mask, which is mandatory in France because of the coronavirus pandemic, Mr. Zecler said he quickly entered the studio. Three police officers exited the car and followed him inside.

      Security camera footage obtained by Loopsider shows that a scuffle began when Mr. Zecler resisted the officers as they grabbed him. The officers pummeled him repeatedly over several minutes, using their fists and feet, as well as a police baton. Mr. Zecler said that the officers also had insulted him and used a racial slur against him.

      Alerted by the commotion and Mr. Zecler’s cries for help, a group of young artists who were attending a recording session in the studio’s basement came upstairs, and managed to push the police out the door, just as reinforcements were arriving.

      The police tried to force their way back into the studio, according to videos filmed by neighbors and obtained by Loopsider, before throwing a tear-gas canister through the window, which quickly filled the small enclosed entrance with gas.

      “‘It’s my last day and I don’t know why,’” Mr. Zecler said he was thinking at the time, telling Loopsider that the beating left bruises across his body, a torn tendon and a head wound.

      Several officers pointed firearms toward the entrance. Mr. Zecler came out and was arrested, as were the nine young men from the recording studio, who told Loopsider that they were also held at gunpoint and hit by officers. The nine men were released the same day without charge.

      Mr. Zecler was held for 48 hours, accused of violence against the police and resisting arrest, but the Paris prosecutor’s office dropped the charges after his lawyer brought video of the incident to the police. The prosecutor’s office declined to specify whether the charges had been dropped because of the footage.

      Speaking to reporters in Paris on Thursday, Mr. Zecler said the incident had left him feeling fearful.

      “The people who are supposed to protect me are holding me at gunpoint,” he said, adding that many police officers “did their work well” and that he felt lucky the incident had been caught on video.

      “I would like that it never happen again, for anyone,” he said. “Camera or no camera.”

      Hafida El Ali, Mr. Zecler’s lawyer, told reporters that he was “lucky to have these videos” showing acts of police violence that are “isolated” but “exist.”

      “If we didn’t have that, unfortunately, he would obviously be detained,” Ms. El Ali told reporters in Paris after having filed a formal complaint against the officers. “Because it’s his word against the word of the police officers, and we know perfectly well that it’s the police officers that would win.”

      The beating came amid heated debates over a new security bill pushed by President Emmanuel Macron’s government, which includes a provision that prescribes a penalty of a year in prison and a fine of about $54,000 for anyone who broadcasts “the face or any other identifying element” of police officers in action if the goal is to “physically or mentally harm” them.

      Critics say that language is too open to interpretation and intended to discourage journalists and bystanders armed with smartphone cameras from documenting police brutality, amid growing criticism of aggressive police tactics and resistance from police unions. George Floyd’s death in Minneapolis last summer has also prompted scrutiny of racism within the French police force.

      Opponents of the bill seized upon footage of the beating to argue the bill should be scrapped, even though it was unclear that the provision would have applied in this case. The bill was passed by France’s lower house of Parliament this week and will be examined by the French Senate in January.

      “Without the videos nothing would have come out,” Julien Bayou, the head of Europe Écologie — Les Verts, France’s Green party, said on Twitter. “Videos that you want to ban. To protect police officers who carry out their mission with integrity? Or to guarantee the impunity of this behavior that dishonors the uniform?”

      The French government tried to quell the criticism on Thursday by announcing that it would establish a special commission headed by France’s human rights watchdog to look at ways of rewriting the provision.

      After the incident on Saturday, the officers said in their report that they had been trying to stop Mr. Zecler for failing to wear a mask when, in their telling, he forcefully pushed them into the building, according to Agence France-Presse. The officers also say he hit them several times and tried to grab their weapons, according to the news agency.

      But on the security camera footage, the officers seem to follow Mr. Zecler inside, and he tries to protect his face and body but does not appear violent toward the officers or appear to reach for their weapons.

      The Paris police, citing the investigation, declined to comment.

      Mr. Darmanin argued on France 2 that the “vast majority” of security forces acted professionally, saying that only 9,500 incidents were flagged every year, out of a total of roughly 3 million police operations.

      He also made public a preliminary internal police report on the evacuation of the migrant camp earlier this week, which faulted one officer who had tripped a running migrant for using a “disproportionate use of force.” But the report said more time was needed to review other incidents during the evacuation.

      The outcry over Mr. Zecler’s beating was swift and broad on French social media, even drawing condemnation from French sports stars — who are usually less vocal than their American counterparts on heated social debates — like Rudy Gobert or Kylian Mbappe.

      Valérie Atlan, who works with Mr. Zecler at the recording studio, told Loopsider that she did not understand why he had been targeted so violently.

      “I don’t know if it’s a question of skin color, a question of social status,” she said, or “a question of ‘what is this tall Black man doing in the 17th, this building can’t be his’.”

      https://www.nytimes.com/2020/11/26/world/europe/Paris-police-beating-video.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur

    • Sujet de dissertation sur la liberté d’expression : comparer avec les faits relatés et le contexte politique actuel, l’article du monde et celui du nytimes. Vous noterez ce qui a été omis dans le premier et saurez dégager les principes en œuvre du #déni des violences policières des journaux français à la botte du gouvernement.

    • Je serai curieux de savoir ce qu’ils avaient dit sur la radio-police, pour qu’aucun des policier·e·s en renforts ne s’opposent. Aucun.

      -- « un terroriste dangeureusement armé, prêt à tout faire sauter ? » — « un groupe de migrants armé de tentes explosives ? »

      Ou alors ielles ont aussi peur de se faire eux·elles-mêmes tabasser par leurs collègues ?

    • https://www.instagram.com/p/CIIptm2D10R

      Le producteur de musique Michel Zecler sur une photo publiée le 29 novembre 2020. (MICHEL ZECLER / INSTAGRAM)

      mimich_music
      Je m’en tiens le plus souvent à peu de mots. Je vais rester fidèle à cette règle. Les images qui tournent en boucle depuis 2 jours parlent d’elles-mêmes. Je remercie tous ceux qui m’ont témoigné du soutien : proches, collègues, voisins, artistes, célébrités ou simples anonymes.
      Je sens bien que mon cas est peut-être la goutte de trop pour beaucoup d’entre vous. Je réclame qu’aucune violence ni aucun amalgame ne soit fait en mon nom. Les faits sont graves. Ma réponse sera froide mais résolue. Les entailles les plus profondes ne sont pas forcément celles qui se voient. Elles mettront du temps à se refermer. Merci de respecter l’intimité de mes proches et de ma famille. La justice passera. J’y veillerai.

  • Loi « sécurité globale » : une manifestation interdite samedi à Paris
    Par lefigaro.fr - Publié 25 novembre 2020,
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/loi-securite-globale-une-manifestation-interdite-samedi-a-paris-20201125

    (...) La manifestation prévue samedi prochain, le 28 novembre, contre la loi de sécurité globale, a été interdite ce mardi par le préfet de police, Didier Lallement. La demande en préfecture, déposée par plusieurs syndicats de journalistes (SNJ-CGT, CFDT journalistes, SGJ-FO), prévoyait un parcours débutant place de la République à 14 heures, qui se serait terminé à 18 heures place de la Bastille. Mais le préfet de police en a décidé autrement, « considérant que le virus affecte particulièrement le territoire de Paris et ceux des départements de la petite couronne ». (...)

  • Arnaud, simple flic, dénonce un système devenu toxique
    Jérémy Felkowski - 24 novembre 2020 – Le Zéphyr
    https://www.lezephyrmag.com/arnaud-simple-flic-denonce-un-systeme-devenu-toxique

    Policier en Île-de-France, Arnaud reprend la parole sur Le Zéphyr quelques mois après son premier témoignage. Accablé par la situation, stressé et usé, il se confie largement et livre sa vision d’un métier qui, selon lui, est en train de perdre son âme.

    Au cœur d’un été brûlant, la rédaction du Zéphyr avait rencontré Arnaud. Simple flic de région parisienne, il s’était exprimé sous couvert d’anonymat face à la rédaction pour se livrer « comme jamais ». Il avait parlé de son dégoût de la situation, du régime de peur qui plane dans les commissariats, de ces échanges odieux qu’il surprenait au détour d’un couloir. Nous l’avons retrouvé le 24 novembre, au matin, et… rien n’a changé selon lui. « On ne peut pas imaginer à quel point la situation a glissé », assure-t-il.

    Ce sont les images du 23 novembre et le spectacle révoltant de l’évacuation de la place de la République qui ont, semble-t-il, provoqué son appel (puis cet article). Ajoutons à cela le débat sur le trop fameux article 24 (voir encadré ci-dessous) de la loi sur la sécurité globale voulue par le gouvernement, et l’on mesure à quel point l’atmosphère est incandescente… aussi bien dans la rue, que derrière les murs épais des commissariats. (...)

    #Violences_policières

  • Accusations de harcèlement sexuel, comportements toxiques, démissions... Les salariés d’Ubisoft usés par une année de scandales
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/11/25/denonciations-comportement-toxique-demissions-chez-ubisoft-des-salaries-uses

    Cinq mois après le début d’une vague d’accusations de harcèlement sexuel et sexiste, le numéro un du jeu vidéo français multiplie les initiatives pour corriger son image. Watch Dogs : Legion le 29 octobre, Assassin’s Creed : Valhalla le 10 novembre, Immortals : Fenyx Rising prévu pour le 3 décembre… En apparence, l’actualité des studios Ubisoft se fait au rythme des sorties de nouveaux jeux pour la fin d’année. Un calendrier dense, dans un contexte porteur, avec la sortie des nouvelles consoles Xbox (...)

    #Ubisoft #violence #GigEconomy #harcèlement #sexisme #femmes

  • Domestic abusers winning time with children by accusing mothers of parental alienation, study finds | The Independent | The Independent
    https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/domestic-abuse-parental-alienation-family-courts-brunel-study-a929472

    Dr Adrienne Barnett, who carried out the research, said these cases were just the “tip of the iceberg” as the study had not looked at the thousands of cases heard by district and magistrate courts every day that are not published in the official court reports she examined.

    “There will be thousands of cases where parental alienation is raised but we do not know what happens,” Dr Barnett, a senior lecturer in law who specialises in domestic abuse and the family courts, told The Independent.

    “Playing the parental alienation card is proving more powerful than any other in silencing the voices of women and children resisting contact with abusive men. Parental alienation is not an equal counterpart to domestic abuse, it is a means of obscuring domestic abuse, and should be recognised as such”.

    Dr Barnett, who specialised in family law while practising as a barrister for more than 30 years, said the theory of parental alienation had been slated and discredited by many experts but was now becoming more mainstream.