• Ne pas oublier que profitant de la maladie de Rosalind Franklin, Watson et Crick se sont emparés de son travail sur l’ADN, et en ont reçu le Prix Nobel en 1962 , ce qu’a clairement dénoncé la pharmacologiste Candace Pert, dans son livre de 1999 Molecules of emotion.

    Rosalind Franklin est une physicochimiste britannique, née le 25 juillet 1920 à Notting Hill et morte le 16 avril 1958 à Chelsea. Pionnière de la biologie moléculaire, elle formule la première dans un rapport non publié la structure hélicoïdale de l’acide désoxyribonucléique (ADN), découverte spoliée par Watson et Crick qui accèdent à son travail. Elle a également joué un rôle majeur dans la découverte du virus de la mosaïque du tabac.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosalind_Franklin

    Candace Beebe Pert, née le 26 juin 1946 à New York et morte le 12 septembre 2013 à Potomac dans le Maryland (à 67 ans), est une pharmacologiste américaine, connue pour ses études sur le rôle des neuropeptides, messagers chimiques des sentiments et des pensées à travers le corps humain, qualifiés de molécules de l’émotion.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Candace_Pert

    #effet_mafalda #violence_masculine #historicisation

  • Les maltraitances animales peuvent signaler des violences domestiques

    Des hommes violents envers leur femme et leurs enfants le sont aussi envers les animaux du foyer. Ce lien, méconnu en France, apparaît régulièrement dans les affaires traitées par la justice. Il pourrait servir au dépistage des violences domestiques et à la mise à l’abri des victimes.

    Mai 2018, à Rennes. Un homme de 27 ans, ivre, débarque chez sa compagne. Il veut voir son fils, né quelques jours plus tôt. Mais le bébé est resté à l’hôpital. Le père s’énerve, frappe la jeune femme de 19 ans à coups de pied, puis la blesse avec un couteau. Le mois suivant, l’agresseur est condamné à trois ans et demi de prison. L’enquête révèle qu’il lui arrive aussi d’être cruel avec des animaux. Un jour, en pleine scène de violence conjugale, il tord le cou du chaton de la maison et l’éventre en le jetant sur le coin de la table.

    Il n’est pas rare qu’un homme violent envers sa famille le soit aussi envers les animaux du foyer. « Les violences sur les animaux sont des marqueurs de violence sur les humains. Cela fait longtemps déjà que la littérature scientifique le montre », souligne Laurent Bègue-Shankland, professeur de psychologie sociale à Grenoble et auteur de L’Agression humaine (Dunod, 2015). Peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique, le continuum de violences envers les animaux et envers les humains a été théorisé et largement étudié dans les pays anglo-saxons, États-Unis et Canada en tête.

    Généralement inaperçu, ce lien apparaît régulièrement dans les affaires de violence traitées par la justice. « Nous le constatons chaque année, lors des dizaines de procédures pour cruauté envers les animaux où nous nous constituons partie civile », détaille Reha Hutin, présidente de la fondation 30 millions d’amis.

    Les maltraitances animales pourraient servir au dépistage des violences domestiques. © Photo Olivier Morin/AFP Les maltraitances animales pourraient servir au dépistage des violences domestiques. © Photo Olivier Morin/AFP

    Un exemple ? Cet homme de 38 ans, habitant Landrévarzec dans le Finistère, condamné à un an de prison pour des violences sur sa compagne et sur sa fille en mars 2019, et également poursuivi pour sévices graves sur des animaux. Habitué à bousculer, à frapper sa compagne et à la menacer de mort, l’agresseur s’en était également pris à leur enfant de 14 ans. Alors qu’elle tentait de protéger sa mère, il l’avait lancée contre un meuble. Un mois plus tôt, lors d’une scène de violences conjugales, il avait tué la tortue et le poisson de la maison, et jeté le lapin, après l’avoir sorti de sa cage.

    Les violences contre les animaux s’inscrivent pleinement dans le patriarcat.

    Comment expliquer que la cruauté envers les animaux et la violence domestique soient régulièrement liées ? Ces violences relèvent en fait du même mécanisme. L’enjeu, c’est la domination des êtres vulnérables. « Il s’agit d’un être vivant qui en prend d’autres pour des objets, constate Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA (Société protectrice des animaux). L’agresseur veut se sentir tout-puissant lors de combats dont il sait qu’il sortira vainqueur. » Le monde entier est son terrain de jeu. Il a tous les droits sur les corps des autres : celui de sa femme, de ses enfants et des animaux.

    Dorothée Dussy, anthropologue, spécialiste de l’inceste et autrice de l’ouvrage Le Berceau des dominations (Éditions La Discussion, 2013), a pris l’habitude de poser la question des maltraitances animales aux victimes avec lesquelles elle s’entretient. « Je me suis rendu compte lors d’ateliers collectifs que le thème revenait souvent, rapporte-elle. Cela n’arrive pas dans toutes les familles incestueuses, mais c’est assez courant. Ce n’est pas étonnant. L’agresseur montre qu’il peut abîmer à loisir tout ce qu’il considère comme subalterne. »

    « Les violences contre les animaux s’inscrivent pleinement dans le patriarcat, appuie Bénédicte de Villers, docteure en philosophie, autrice d’une étude fouillée sur ce sujet. Il s’agit de démontrer la supériorité de l’homme, de rappeler que c’est lui le dominant, c’est lui qui dirige. » L’association de protection des animaux One Voice relève dans une analyse à propos des liens entre cruauté envers les animaux et violences contre les personnes que « près des trois quarts des femmes victimes de violences, parmi celles ayant un animal de compagnie, déclarent que leur agresseur les a menacées de blesser ou de tuer leur animal ».
    Lire aussi

    Joseph Andras : « Me coltiner le réel, c’est la seule chose que je sache faire » Par Ellen Salvi

    La violence exercée sur les animaux domestiques est un moyen très efficace pour terroriser la famille. « Un homme violent qui maltraite aussi les animaux domestiques sous-entend plusieurs choses, décrypte une accueillante de la Maison plurielle, lieu belge d’accompagnement de femmes victimes de violences. À savoir : “Je sais ce qui est important pour toi et je le détruis” et “ce que je lui fais, je peux te le faire aussi”. Et si la femme a trois chatons, l’agresseur choisira sciemment de faire mal à son préféré. »

    Dorothée Dussy cite l’histoire d’une femme victime d’inceste dont le père éviscère le chien de la maison sur la table, au cours d’un repas familial, parce qu’il n’a pas été entendu au moment où il demandait du pain. Chacun·e intériorise alors que l’agresseur est capable de cruauté radicale. Mais aussi que personne n’intervient pour sauver la victime. « Quand le patriarche maltraite l’animal de la famille, il y a réellement un contenu pédagogique pour les témoins : ils apprennent à avoir peur et à rester passifs face à l’exercice de la violence. »

    De leur côté, les agresseurs peuvent se sentir confortés par les très rares (et très faibles) peines dont ils écopent quand ils s’en prennent à des animaux. « Si le type a un casier vierge, il a droit à une réprimande du tribunal et une simple contravention, retrace Reha Hutin. Pour condamner pour cruauté, il faut prouver l’intentionnalité de l’agresseur. Le prévenu dit simplement qu’il n’avait pas l’intention et il est tranquille. Il reçoit le message qu’il peut continuer à être violent en toute impunité. »
    Une meilleure détection des violences grâce aux animaux

    Penser le lien entre les deux types de violence, même s’il n’est pas systématique, permettrait aux services de protection animale et d’aide sociale d’articuler leurs interventions, et de « se donner une chance supplémentaire de repérer les violences intrafamiliales », pense Laurent Bègue-Shankland. Depuis 2015, de nombreux États américains ont mis en place un partage d’informations : police, services de protection des animaux, vétérinaires et services sociaux se transmettent réciproquement des notifications en cas de suspicion de maltraitance envers des animaux ou des personnes. « Il y a certainement des enjeux éthiques importants et des garanties à offrir pour que ces données personnelles sensibles soient utilisées en conformité avec le droit des personnes », ajoute Laurent Bègue-Shankland.

    Au Royaume-Uni, les services de travail social se servent aussi de cet outil. Lors des entretiens avec les familles où des violences sont suspectées, ils posent des questions telles que : « Y a-t-il des animaux dans le foyer ? Comment chaque membre du foyer traite-t-il l’animal ? Craignez-vous que quelque chose puisse arriver à cet animal ? » C’est intelligent, estime Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA, par ailleurs ancien officier de police judiciaire, car « un enfant, qui aura énormément de mal à dénoncer les violences commises par un parent, pourra dire plus facilement que l’animal de la famille est maltraité. Pour les professionnels qui l’écoutent, ce sera un signal ».

    En France, où deux foyers sur trois possèdent un animal de compagnie, ces pratiques ne sont que balbutiantes. « Quand on récupère un animal maltraité dans une famille, la police nous accompagne systématiquement, explique Reha Hutin. Par le biais des animaux, on arrive à entrer dans des foyers auxquels les autorités n’auraient pas accès. On alerte automatiquement les services sociaux. Après, à chacun de faire son travail. » Jacques-Charles Fombonne est certain que les collaborations pourraient aller plus loin : « En France, on estime trop que ce qui se passe dans l’intimité des maisons ne regarde pas les autres, renchérit-il. Et les autorités, les services sociaux et les associations sont encore trop frileuses pour partager des informations. »

    Les animaux ne peuvent d’ailleurs pas uniquement être considérés comme des sentinelles.

    Pourtant, des interventions coordonnées et précoces, avant la judiciarisation des dossiers, auraient beaucoup de valeur, pense Bénédicte de Villers, qui constate aussi que chacun a besoin « de dépasser de solides préjugés ». Du côté des associations de protection animale, beaucoup pensent que les violences domestiques n’ont lieu que dans les milieux précaires. Et dans les services sociaux circule encore l’idée que s’intéresser aux animaux risquerait de faire oublier les femmes et les enfants. « Mais aujourd’hui, je crois que le contexte est propice, poursuit Bénédicte de Villers. De plus en plus de mouvements inclusifs rapprochent féminisme et écologie. Les humains comprennent qu’ils n’ont rien à perdre à accorder de l’attention aux animaux. Il ne s’agit pas de choisir, au contraire. »

    En Belgique, à la Maison plurielle, l’équipe interroge systématiquement les femmes à propos de leurs animaux domestiques : « Elles n’osent pas en parler, car elles ont peur qu’on les trouve ridicules. Pourtant, l’animal peut réellement les empêcher de quitter leur domicile. Elles craignent qu’il soit tué après leur départ. Cette relation est importante pour elles, elle les maintient parfois en vie. »

    En France, contrairement aux États-Unis ou au Canada, il n’existe pas de foyers d’hébergement de femmes victimes acceptant aussi leurs animaux. Il faudrait aussi que les associations protectrices d’animaux soient mobilisées dès que la mise à l’abri d’une personne est décidée, suggère Bénédicte de Villers : « Aujourd’hui, a-t-on les moyens de promettre à un enfant que s’il dénonce son père violent et quitte son foyer, son chat sera récupéré ? Non. Les animaux doivent être recueillis. Et ils ne peuvent d’ailleurs pas uniquement être considérés comme des sentinelles, encore une fois instrumentalisés selon nos besoins d’humains. »

    Porter davantage d’attention aux animaux est efficace pour mieux dépister les violences domestiques, croit sincèrement la chercheuse. Mais elle tient à recontextualiser cet outil : « À chaque féminicide, on s’aperçoit que la femme tuée avait déjà alerté, signalé, parfois porté plainte. Pourquoi ne commence-t-on pas par écouter les femmes ? »

    #masculinité #violences #virilité #violence_masculine #nos_ennemis_les_bêtes

  • Contre l’instrumentalisation de la justice par les pères violents
    https://christinedelphy.wordpress.com/2021/07/10/contre-linstrumentalisation-de-la-justice-par-les-peres-v

    Aujourd’hui, en France, les femmes victimes des violences masculines sont isolées et ne bénéficient d’aucun accompagnement. Souvent même, elles sont aussi victimes d’un déni de justice ! On ne connaît que trop bien les violences conjugales, mais que sait-on de la suite de ces violences ? Que se passe-t-il une fois qu’une femme a rassemblé son courage pour porter plainte ou sortir de la situation dangereuse dans laquelle ses enfants (le cas échéant) et elle se trouvent ? Nous souhaitons mettre en lumière ces parcours de « combattantes », car non seulement les violences ne s’arrêtent pas à la plainte ou à la dénonciation de l’agresseur, mais se poursuivent bien trop souvent au-delà de la séparation. Les femmes subissent alors une instrumentalisation de la garde de leur(s) enfant(s) par le père violent ainsi que tout un lot de violences judiciaires, ce qu’on appelle violences secondaires.

    4677d49a-ef0a-369c-335b-1d08a714e45f

    Ainsi, d’après l’étude d’Emmanuelle Mélan, criminologue, 79% des femmes sondées déclarent avoir subi des violences après séparation, dans certains cas, plus de 5 ans après la séparation. Par ailleurs, Ernestine Ronai indiquait dans une enquête menée en 2008 par l’Observatoire des violences envers les femmes du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis en collaboration avec le Parquet du TGI de Bobigny que sur les 24 féminicides survenus sur le département entre 2005 et 2008, dans la moitié des cas, les assassinats s’étaient produits à l’occasion du droit de visite du père violent. La France manque cependant cruellement d’études récentes sur le phénomène des violences post-séparation.

    Les violences post-séparation

    Une des idées reçues dans le domaine des violences conjugales est que les femmes, dont celles qui sont mères, victimes de violences par leur ex-conjoint sont à l’abri de leur agresseur une fois sorties du mariage ou de la relation. Or c’est un continuum des violences qui s’opère. Toutes les femmes dont nous avons recueilli le récit témoignent avoir subi des violences après la séparation, que celles-ci soient d’ordre physiques ou psychologiques. Pire, lorsqu’il y a des enfants de cette union, le lien avec l’agresseur est maintenu et ces femmes subissent alors harcèlement, manipulation, menaces, chantage. Les violences envers les enfants deviennent alors un moyen de torturer la mère. C’est un stratagème utilisé par les ex-conjoints agresseurs pour se venger de leur ex. Ces hommes pensent que la femme et les enfants leur appartiennent et ils considèrent la séparation comme une trahison qu’ils veulent punir. Le principe est le même que pour les violences conjugales.

    Les médias ne font malheureusement pas état de ces violences post-séparation, dont les éléments de possession, contrôle et vengeance devraient pourtant être discutés.

    Les violences judiciaires

    On pourrait penser que les violences ne sont constituées que par l’agresseur. Hélas, les témoignages de femmes victimes de violences montrent un vrai parcours de la combattante pour s’extirper des relations abusives qu’elles subissent. Cela commence au dépôt de la plainte, quand l’officier de police remet en cause la parole de la victime, tâche de la dissuader ou refuse sa plainte.

    Une fois la plainte déposée, les femmes rencontrent des difficultés à être crues et subissent infantilisation, dénigrement et souvent même des preuves à charge (on essaie de faire penser qu’elles sont de mauvaises mères). Puis, lorsqu’elles demandent des mesures de protection, ces femmes ne sont pas entendues. Au contraire, le juge va chercher le maintien du lien avec le père agresseur. Pour rappel, la justice et les lois de nombreux pays occidentaux ont très longtemps considéré que les enfants étaient la propriété du père. On sait pourtant que 40 à 60% des enfants témoins de violence conjugale sont directement victimes de violences exercées à leur encontre par l’auteur des violences conjugales (Unicef, 2003).

    La loi du 18 juillet 2006 sur la garde alternée, votée sous l’impulsion du lobby des pères, fixe le cadre en matière d’hébergement alterné en cas de séparation conflictuelle et indique qu’il convient d’opter de manière préférentielle pour une résidence en alternance. Ainsi que l’a souligné le Réseau International des Mères en Lutte, la loi de 2006 ne prévoit aucune exception au principe de l’hébergement alterné. Rien n’est prévu notamment en cas de violence, et l’appréciation des violences et de leurs conséquences est laissée aux juges.

    Cette loi rend ainsi très difficile la protection des victimes de violences, puisque les décisions prises la plupart du temps consistent à maintenir à tout prix un lien entre le parent violent et ses enfants. Il en va enfin de la responsabilité même des intervenant-es (juges, policier-es, procureur-es, assistant-es sociales, services de protection de l’enfance etc.) qui devrait pouvoir être engagée. Or, cela n’est systématiquement jamais le cas et ce, même en cas de mort de la mère et/ou de l’enfant.

    L’instrumentalisation de la garde

    Certains pères agresseurs se servent de leur droit de visite comme d’un outil pour faire souffrir leur ex-conjointe. Ils ont dans la majorité des cas un passif de violences envers la mère et/ou les enfants et leur part d’éducation et d’implication dans la vie de l’enfant est moindre. Néanmoins, ces pères vont demander la garde quitte à confier leurs enfants à leurs parents proches (mère, sœur ou nouvelle conjointe) et ce, afin de maintenir un lien, une emprise, sur leur ex-conjointe. La visite ou l’échange des enfants est alors l’occasion pour ces hommes de poursuivre leur harcèlement psychologique, et parfois leurs violences physiques, que ce soit sur les enfants ou sur la mère.

    L’histoire d’Aurélie est tout à fait symptomatique : malgré des violences conjugales subies pendant et après sa grossesse, la juge des référés accorde un droit de visite au père violent qui n’a jamais montré le moindre intérêt pour l’enfant. Aurélie est alors contrainte par la juge à remettre son fils, né grand-prématuré et asthmatique, sur le parking d’une gendarmerie. À cette occasion, l’homme se met à agresser verbalement Aurélie devant plusieurs témoins. Les gendarmes qui conseillent alors à Aurélie de repartir avec l’enfant se comportent néanmoins en complices du père. Ils refuseront de prendre la plainte de la jeune femme tout en acceptant celle du père pour non-remise d’enfant. Son ex-conjoint la menace désormais de lui retirer la garde et de faire placer l’enfant.

    Encore aujourd’hui, les juges ne protègent ni les mères ni leurs enfants contre les pères agresseurs. Il y a, dans la volonté des tribunaux, cette idée qu’il faut à tout prix préserver le modèle de « famille traditionnelle » et impliquer les pères (même violents !) dans la vie de leurs victimes.

    Emmanuelle Mélan montre dans son étude que les hommes violents ont développé 4 stratégies violentes et anxiogènes pour la mère : menacer de faire perdre la garde des enfants (80% des dossiers) ; utiliser l’enfant pour contrôler et piéger la mère (89%) ; faire alliance avec l’enfant contre la mère (92%) ; faire de fausses allégations et dénigrer (92%).

    Les femmes se retrouvent donc dans une situation insoutenable : elles ne sont jamais crues, ni lorsqu’elles dénoncent les violences post-séparation, ni lorsqu’elles se battent pour faire cesser les violences subies par leurs enfants. On les accuse immédiatement d’exagérer ou d’être trop protectrices, ou bien de chercher à se venger de leur ex-conjoint.

    Aurélie et tant d’autres femmes en France se trouvent ainsi contraintes par la justice à remettre leur(s) enfant(s) à des hommes qui les ont violentées sous peine d’être menacées d’un retrait de la garde de leur enfant si jamais elles s’y opposent. Sur quoi repose cette idée, pourtant incarnée par notre justice, que des hommes violents peuvent être de bons pères même s’il ont été des conjoints dangereux ? C’est cette question que nous posons aujourd’hui à la société mais surtout aux intervenant-es qui ont vraiment le pouvoir de faire changer les choses pour ces victimes de violences masculines.

    [1] Voir le témoignage d’Emilie : a subi violences et viols conjugaux par son ex-compagnon, raconte ainsi comment sa fille de 20 mois lui a rapporté que son père la giflait, donnant lieu à un signalement du pédiatre. Le juge aux affaires familiales, à qui Emilie avait pourtant confié les violences subies, lui a rétorqué qu’il n’y avait pas de preuves de violences sur la fillette et avait accordé au père une garde classique avec maintien de l’autorité parentale conjointe.

    [2] Voir le témoignage de Sandra : le JAF n’a pas retenu la violence devant enfant.

    [3] Voir le témoignage d’Aurélie : le père ne désirait pas la naissance de l’enfant, il ne s’en occupait pas alors que l’enfant présente des soucis de santé. Voir le témoignage de Sandra C. : elle s’occupait de toutes les tâches domestiques et de l’éducation des enfants.

    Sources :

    Romito, Patrizia. « Les violences conjugales post-séparation et le devenir des femmes et des enfants », La revue internationale de l’éducation familiale, vol.29, no.1, 2011, pp. 87-105.

    Ronai, Ernestine. « Chapitre 13. La mesure d’accompagnement protégé », Ernestine Ronai éd., Violences conjugales. Le droit d’être protégée. Dunod, 2017, pp. 183-191.

    Mélan, E. « Les violences post séparation en Fédération Wallonie-Bruxelles. État de la question, témoignages et recommandations pour penser la sécurité des victimes », première partie, réalisée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Novembre 2018, Solidarité Femmes ASBL, La Louvière, 80 pages.

    Mélan, E. (2019). Chronique de criminologie. Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 2, 489-503

    Kitzmann, Gaylord, Holt & Kenny, 2003 ; Jaffee et al., 2003, citées par Romito Patrizia.
    10/07/2021

    #féminisme #violence_masculine #divorce #féminicide #injustice

  • Le foot comme outil de banalisation de la violences masculine

    De passage à Nancy j’ai appris que les supporter de foot en joie suite à une victoire de leur équipe, avaient causé pour 50.000€ de dégâts matériels. La presse qualifie ca de « débordements » ce qui renvoie plus à un phénomène naturel qu’à un comportement humain.
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/meurthe-et-moselle/nancy/nancy-apres-les-degradations-place-stanislas-arrestatio
    Là il ne s’agit que de dégâts matériels, ceux là sont pris légèrement au sérieux par les habitants et par la presse car ils sont visibles et on en parle dans le journal. Les destructions causées par les supporteurs en joie sont désignés comme une fatalité naturelle et il y a ici une question autour de la #virilité de sa naturalisation et de l’expression des privilèges qu’elle procure.

    Puis il y a cette étude de 2013 qui porte sur un petit échantillon de footeux de Lancaster que j’avais deja posté sur seenthis et qui rend compte d’une augmentation des violences sur conjointes les soirs de match, avec une net augmentation encore de ces violences en cas de défaites.
    cf https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/04/coupe-du-monde-2018-une-campagne-de-prevention-contre-les-violences-c

    L’étude parle seulement des violences sur les conjoints mais les violences sur les enfants sont probablement corrélés.

    Et la France à perdu la coupe d’Europe du dopage et de la corruption ce qui implique que beaucoup de femmes et d’enfants ont été battus ces derniers jours sous prétexte de frustration d’hommes. Ca me saute aux yeux à cause d’une séquence vu dans le zapping d’aujourd’hui qui me semble être un exemple typique de la normalisation des violences masculines.

    Ca commence à 0:11 seconde - le journaliste dit que

    Certains français ont du mal à digéré la défaite. Alors certains imaginent se défoulés dans les vestiaires. D’autres préfèrent blablabla...

    A l’image on voit un vestiaire avec une équipe d’ados masculine assises et l’entraineur leur donner à chacun leur tour une grande gifle très violente.

    https://www.youtube.com/watch?v=CUhjZ-ELZn4

    C’est sensé être une séquence humoristique, sois disant « certains imaginent » mention qui est sensé atténué la violence des images, mais on a le droit à une séquence qui ne laisse aucune place à l’imagination. Après tout l’entraineur aurais pu se mettre des gifles à lui même pour se calmé ou demandé à etre giflé car il a mal entrainé son équipe. Mais les hiérarchies sont bien respectés dans cette scène. Ces gifles violentes sont bel et bien infligées à des enfants qui servent de défouloir-substitut à l’équipe de France. Le point de vue adopté est celui de l’entraineur, c’est lui qui incarne ces « certains français qui ont mal digéré la défaite ». Et c’est cela qui est sensé être drôle, ou plutot jouissif du point de vue du narateur.

    Les gifles ont l’air vrai, mais même si c’etait un effet spécial de gifle et pas une véritable scène de violences le message reste identique, il n’y a pas de prise de distance ni de critique ni de renversement du pouvoir établie.
    La séquence valide le fait que les supporter de l’équipe masculine de France ont de bonnes raison d’être en colère.
    La séquence montre que la colère peu se déchargé sur autrui.
    La séquence indique que les supporter de l’équipe masculine de France peuvent se servir de personnes substitut parmi les dominés (ici des ados face à l’entraineur, mais on sais très bien que ca marche aussi avec les compagnes, voisines, les enfants ou les mecs pas assez viriles) pour déchargé leur frustration de ne pas avoir pu humilié et dominé l’équipe masculine du pays concurrent.
    La séquence ajoute en plus qu’il faut trouvé cela super marrant, normal et naturel que les dominants frappent les dominés pour se défoulés. La domination c’est cool et c’est fun.

    Je trouve cet extrait très interessante car on est face à un exemple d’éducation des hommes à la violence. Quand on parle d’éducation la plus part de gens pensent à la mère, car pour la plus part des gens ce sont les mères qui éduquent les enfants, mais les hommes et les garçons s’éduquent énormément entre eux, via ce genre de petits messages faussement humoristique. Ici c’est pas les mères qui font regarder à leurs fils ces biteries de vestiaires et de défouloir sur plus petit que soi. Ce sont les hommes qui s’apprennent entre eux comment dominer à travers leurs éléments de culture masculine.

    #éducation #foot #virilité #zapping #boysclub #domination #male_gaze #violence_masculine #nationalisme #fraternité #male_alphisme #gifle

  • Pour le pire | ARTE / mécanismes du féminicide
    https://www.youtube.com/watch?v=LksJgI-90fE

    En France, en 2019, 146 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-compagnon. Au travers de trois affaires, une mise en lumière glaçante des mécanismes du féminicide, symptôme d’un dysfonctionnement de la société.

    En France, 84 % des victimes des 173 homicides conjugaux commis en 2019 étaient des femmes. Mais quelle réalité se cache derrière ces chiffres effrayants, que les collectifs féministes contribuent à rendre visibles ? Qui sont ces femmes dont on ne connaît souvent que le prénom, l’âge et les circonstances du décès ? Sindy, 34 ans et enceinte, a été abattue en septembre 2017 sur le quai de la gare de Noyon, avec deux de ses enfants, par son conjoint policier, à qui elle venait d’annoncer sa décision de le quitter. À Corbas, en juillet 2017, les gendarmes ont découvert dans leur appartement les corps en état de décomposition avancée de Michèle, 44 ans, et de sa fille de 18 ans, poignardées par Laurent, le père de famille, chômeur alcoolique qui menait une double vie. La même année, à Toulon, Dorothée a succombé aux coups de couteau portés par son mari au cours du déjeuner de Noël, malgré la tentative d’interposition de leurs enfants.

    Défaillances
    Pour tenter de saisir la mécanique des féminicides, qui surviennent souvent au moment d’une rupture, Aurélia Braud s’est plongée dans des affaires datant de 2017, qu’elle reconstitue au travers des témoignages d’amis et voisins des trois couples, de gendarmes, d’avocats, d’un journaliste ou d’une responsable associative. Alors que 40 % des femmes tuées par leur conjoint ont subi des violences physiques ou psychologiques avant le drame, dans la majorité des cas, l’entourage et la société tout entière n’ont pas su ou pu déceler les signaux d’alerte. Une immersion glaçante dans la violence de ces drames à huis clos, symptômes d’un dysfonctionnement de la société, dont les enfants constituent les victimes collatérales invisibles.

    Documentaire d’Aurélia Braud (France, 2020, 52mn)
    Disponible jusqu’au 03/06/2022
    #féminicide #conjugaux #violence #documentaire #vidéo #féminisme #violence_masculine

  • Les hommes qui frappent contre les murs
    https://blogs.mediapart.fr/jeanfluflu/blog/210521/les-hommes-qui-frappent-contre-les-murs
    21 mai 2021 Par Jeanfluflu Blog

    On ne frappe pas les murs pour soi, parce que ça fait mal. On ne frappe pas les murs seuls, ça ne se voit pas. On frappe les murs pour montrer quelque chose, c’est un spectacle, une mise en scène. Frapper un mur ce n’est pas « décharger » un coup de force et sentir en soi-même la douleur de l’impact, c’est l’imposer aux autres. C’est montrer en creux « regarde ce que je peux faire », c’est une menace à peine voilée ou en tout cas, c’est une promesse. TW violence familiale.

    Il y a quelques jours je suis allé voir un ami, un ami qui souffre parce qu’il a subi un burn out.

    Durant sa descente dans la crevasse de l’épuisement professionnel, la colère a été sa béquille, sa manière de dire stop quand toutes les limites ont été dépassées.

    Il aura pleuré, mais de rage bien sûr et donc il a frappé les murs.

    Ce témoignage de mon ami m’a heurté, parce que je croyais naïvement m’être éloigné de tout ça.

    C’est à l’adolescence de mon frère que j’ai connu les joies du spectacle des cloisons qu’on maltraite.

    En échec scolaire, c’était sa manière à lui de reprendre de la place dans la maison. En frappant dans les murs, toute l’attention venait sur lui et il affirmait ainsi quelque chose : j’existe et je suis fort.

    Malgré tout et puisque sa situation ne s’était pas arrangée, alors il s’est battu contre mon père. J’aurai toute ma vie cette image de leurs deux corps contre le sol du couloir qui menait à ma chambre : mon père dessous et mon frère dessus, avec mon père qui l’étranglait « pour qu’il se calme ».

    Des années après, alors que nos parents avaient déménagé, nous sommes allés vivre chez le nouveau compagnon de ma mère, un homme drôle mais manipulateur, quelqu’un que je détestais mais qui avait cette aura qui impressionnait la personne que j’étais alors.

    Nous n’étions plus chez nous, alors quand mon frère frappait contre les murs, l’impact était encore plus fort. Jusqu’au jour ou il a passé sa tête à travers une vitre.

    J’aurai toute ma vie cette image de son crâne ensanglanté assis dehors sur la terrasse.

    Puis il s’est en allé, et ma mère est partie avec lui marcher dans la rue. En revenant quelques minutes plus tard, elle avait des croûtes aux mains, les yeux humides et les genoux écorchés.

    Alors j’ai su qu’il venait de frapper ma mère.

    Mon frère est ensuite retourné vivre chez mon père, puis chez ma grand mère. Les murs de la maison de mon père se creusait de cratères, ici et là, toujours plus nombreux à mesure que je revenais les week-end.

    Je ne voyais plus mon frère aussi souvent mais je voyais les trous apparaître aussi sur les murs de ma grand-mère. Puis un jour elle m’a avoué, elle aussi, il s’est mis en colère et il l’a frappée, elle aussi.

    Comme un écho à tout cela, c’est mon beau père qui a lui aussi pris cette habitude, entre les travaux dans sa maison et son travail qu’il détestait. J’ai ré-entendu les battements lourds d’un poing qui s’écrase sur une poutre, un mur de placo ou encore une bordure de fenêtre.

    Puis c’est les tournevis qui passaient à travers la pièce, et les hurlements.

    Quand j’y repense encore il y avait cet ami d’enfance, lui aussi en échec scolaire à qui il ne restait que la violence pour exister et qui frappait contre les murs de chez lui. Puis il a frappé ses amis, puis sa copine...

    Des histoires comme ça, j’ai l’impression d’en avoir toujours été témoin, des hommes à qui la société prend des parts d’eux-mêmes se réfugient dans ce que la masculinité fait de pire.

    « Il me reste mon corps d’homme », ce corps violent, ce corps qui s’impose aux autres.

    On ne frappe pas les murs pour soi, parce que ça fait mal. On ne frappe pas les murs seuls, ça ne se voit pas. On frappe les murs pour montrer quelque chose, c’est un spectacle, une mise en scène.

    C’est un coup de tonnerre et puis la foudre. Ce sont des cris et des portes fermées. C’est un goût de fer au fond de la bouche et le cœur qui bat. Ça doit faire du bruit et si possible laisser des traces, un trou dans le placo ou si possible des rougeurs ou des croûtes sur les phalanges.

    Ça en a laissé. Sur les parois de la maison de mon père, de mon beau-père et de ma grand-mère.

    Ça en a laissé en moi et à toutes celles et ceux qui ont eu à subir ça.

    Frapper un mur ce n’est pas « décharger » un coup de force et sentir en soi-même la douleur de l’impact, c’est l’imposer aux autres.

    C’est montrer en creux « regarde ce que je peux faire », c’est une menace à peine voilée ou en tout cas, c’est une promesse. C’est affirmer à nos proches que l’on est dangereux, qu’on se servira de la violence.

    Petit à petit, c’est franchir des barrières, parce qu’on ne frappe pas sa famille comme cela du jour au lendemain. Alors on teste et on ira chaque jour un peu plus loin.

    Il est à noter que ceux qui tapaient contre les murs dans mon histoire ont presque tous fini par taper sur une femme.

    Enfin, frapper contre les murs c’est aussi faire un choix, devant la blessure qui nous a été faite, de nier une part de notre humanité.

    C’est nier qu’on a été blessé, que nous sommes vulnérables et que nous avons parfois besoin des autres pour nous aider.

    C’est choisir la force, l’écrasement et l’isolement.

    J’en veux encore aujourd’hui à mon frère et toute ma vie je sais que nous n’aurons plus jamais la même proximité, parce que ces épisodes ont brisé quelque chose en moi et entre nous.

    Je m’en veux aussi, pour toutes les fois ou j’ai été présent mais ou je n’ai rien su faire. Enfin si, j’ai fait des choses, j’ai fui.

    J’ai fui ma famille à laquelle je ne parle plus que quelques fois par an, j’ai fui mon frère et ma ville pour aller vivre ailleurs, m’entourer d’autres gens.

    Mais on ne fui pas le patriarcat, des hommes il y en a partout et le patriarcat est en chacun d’entre nous.

    Aujourd’hui, face à ces témoignages de mon ami, je re-questionne ces épisodes, je suis plus vieux, c’était il y a des années mais ça m’a marqué au fer rouge.

    Alors quoi faire, quoi faire face à ces hommes qui sont hommes dans la violence ?

    Comment empêcher ce pote de faire du mal autour de lui ?

    Comment lui dire ?

    #violence_masculine #domination #famille #virilité #masculinité

  • Nationalspielerin : Müller kritisiert Playboy-Shooting ihrer Kolleginnen - Frauenfußball-WM - Stuttgarter Zeitung
    https://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.nationalspielerin-mueller-kritisiert-playboy-shooting-ihr

    Sie erhalten diesen Newsletter, weil Sie weitere Informationen zu Playboy wünschten.

    C’est un mensonge.

    Alors là, ils me prennent pour pour qui ? D’abord je me demande pourquoi le-service-de -paiement-en-ligne-incontournable m’envoie une pub pour le Playboy. J’ai besoin d’un moment pour comprendre que d’après eux je corresponds au profil suivant :

    – Je suis un homme donc je m’intéresse au football
    – En tant que mâle j’aime regarder des femmes à poil.
    –> on m’impose une pub pour des photos de l’équipe de foot nationale (f) sans uniforme.

    Eh bien non, je n’ai plus 16 ans et je pense que l’unique mérite du Playboy c’est d’avoir publié une série d’articles sur les Illuminati.
    https://en.wikipedia.org/wiki/The_Illuminatus!_Trilogy#Publishing_history

    The trilogy was originally written between 1969 and 1971 while Wilson and Shea were both associate editors for Playboy magazine. As part of the role, they dealt with correspondence from the general public on the subject of civil liberties, much of which involved paranoid rants about imagined conspiracies. The pair began to write a novel with the premise that “all these nuts are right, and every single conspiracy they complain about really exists”.

    Le foot ? Euh, je sais que ca existe et qu’à l’école j’ai pu participer aux matchs sans trop de blessures après avoir compris qu’il faillait surtout frapper dur (foul !) afin de se faire respecter et de se venger des agressions de l’adversaire.

    Fußball-Weltmeisterschaft 2006
    https://de.wikipedia.org/wiki/Fu%C3%9Fball-Weltmeisterschaft_2006

    Depuis je me rappelle de l’été 2006 quand l’asso nationale de foot avait acheté le championnat du monde et toute la ville de Berlin s’était transformée dans une masse qui beuglait les plus beaux slogans nationalistes. On a gagné et patati et patata !

    Les femmes nues ? Oui, je suis pour, mais en vrai et à partir d’un age qu’on ne rencontre que rarement sur les pages du playboy ;-)

    Est-ce que j’ai le droit de me plaindre ?

    Auf dem Playboy-Cover der Juli-Ausgabe des Männermagazins zeigen sich fünf Nationalspielerinnen in sexy Posen. Foto: Playboy

    Wolfsburg - Fußball-Nationalspielerin Martina Müller hat die bewusste Vermarktung weiblicher Reize einiger ihrer jüngeren Team-Kolleginnen kritisiert. Auch für die Nackt-Aufnahmen von Nachwuchs-Nationalspielerinnen im Magazin „Playboy“ habe sie kein Verständnis, sagte die derzeit verletzte Stürmerin vom Bundesligisten VfL Wolfsburg der „Braunschweiger Zeitung“ in einem Interview.

    „Ich weiß nicht, ob ich da eher prüde bin, aber ich zeige lieber meine Leistung auf dem Spielfeld“, sagte die 31-Jährige in Bezug auf die erotischen Fotos unter anderem ihrer Wolfsburger Mitspielerin Selina Wagner.

    Playboy Special Edition : Alles über 007, die schönsten Bond-Girls und eine rekordverdächtige Laura Müller
    https://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.nationalspielerin-mueller-kritisiert-playboy-shooting-ihr

    Mit der Lizenz zum Verführen

    Für die Online-Version klicken Sie bitte hier: http:// cv.motormagazin.com/blablabla

    Lieber Klaus,
    COVID-19 hat unsere ungeteilte Aufmerksamkeit. Wer spricht heute (noch) über Greta, Fridays for Future, CO2-Bilanz, die Wahl des künftigen CDU-Vorsitzenden oder den Wendler? Innerhalb von nicht mal zwei Wochen hat der neuartige Coronavirus faktisch alle anderen Themen aus unserem Bewusstsein verdrängt. Und aus unserem Alltag. Kaum fassbar, wie die Entscheidungen unserer Politiker alleine in den letzten vierzehn Tagen unser berufliches wie auch privates Leben auf den Kopf gestellt haben. Da gibt es dieser Tage vermutlich Wichtigeres zu vermelden als eine weitere Magazin-Neuerscheinung. Einerseits. Andererseits gibt es vermutlich kaum einen besseren Zeitpunkt für gute NachrichtendAwcoF. Und dieses Heft ist nicht nur für eingefleischte 007-Fans ein absoluter Gewinn:

    http:// cv.motormagazin.com/blabla

    Ab sofort ist die neue Playboy Special Edition im Zeitschriftenhandel erhältlich. Das aufwändig produzierte Printmagazin befasst sich auf 132 Seiten mit dem berühmtesten Geheimagenten der Filmgeschichte: James Bond. Opulent präsentieren wir in dieser Playboy Special Edition sämtliche Darsteller – von Sean Connery bis Daniel Craig –, rezensieren alle Filme, zeigen die besten Gadgets und die spektakulärsten Autos, huldigen den schönsten Bond-Gespielinnen der Actionreihe und verraten, wer sich hinter dem Milliarden-Imperium verbirgt. Alles über den 007-Kult in einem Heft gibt’s ab JETZT für 7,50 Euro am Kiosk – und in unserem Magazin Shop.

    http:// cv.motormagazin.com/blabla

    „Es gibt keine Zeit ohne Kummer und Leid. Es gibt aber auch Ecken, wo Freude und Glück sich verstecken.“ (Fred Ammon)

    Ich möchte Ihnen deshalb auch heute meine persönlichen Highlights der Woche nicht vorenthalten. Und bleiben Sie gespannt, denn wir haben viele spannende Angebote geplant, um Sie auch in dieser schwierigen Zeit mit bester Männer-Unterhaltung zu verwöhnen.

    Viel Vergnügen und bleiben Sie gesund!
    Ihr
    Florian Boitin
    Chefredakteur Playboy

    http:// cv.motormagazin.com/blabla/xyz

    Rekordverdächtige Laura!

    Die Februarausgabe mit Laura Müller brach alle Rekorde: Nie zu vor waren alle verfügbarem Hefte schon vor dem offiziellen Verkaufsstart im Playboy-Magazinshop ausverkauft. Nie zuvor hatten wir so viele Menschen auf der Playboy-Website – zwischenzeitlich ging sogar unser Server in die Knie. Kein Wunder, dass der Laura-Müller-Playboy bereits heute ein begehrtes Sammler-Objekt ist …

    #sexisme

    • T’inquiète @klaus : en ce moment, sur une de mes boîtes mail (ma plus exposée vu que c’est celle que je renseigne sur les formulaires administratifs et/ou chez les boutiquiers), je reçois plein « d’info-publicités » pour m’assurer une bonne érection. Donc ils savent que je suis de « sexe masculin » (enfin, je crois), que j’ai plus de 60 piges au compteur, et que je suis en couple. Le reste (les « égouts » et les « couleuvres »), ils en ont rien à carrer. faut pas croire : les algorithmes c’est du basic (instinct) et ça fonctionne avec des « bits » (binary digits pour les intimes).

      #business_as_usual

    • Je trouve #hypocrite de remettre l’image si elle te semble problématique. C’est pas comme si on en avait jamais vu et que ca avait un intérêt documentaire. Si ca te semble sexiste ton texte pouvait suffire pour évoqué le spam à putiers non ?

      Sie erhalten diesen Newsletter, weil Sie weitere Informationen zu Playboy wünschten.

      Cette phrase suffit largement pour comprendre ton problème.

    • Voila ce qu’est un #allié
      C’est profité de la pseudo dénonciation du sexisme pour renforcer sa domination sur les femmes. Peut être que tu n’a pas imaginé que partagé une image que tu qualifie toi même de sexiste et de pédosexuelle est pas top top. Mais quand tu as le retour certain que cette image met une femme en inconfort tu va pas faire l’effort incommensurable d’édité l’image. Tu préfère faire une blague pour m’envoyer chier et profité de la solidarité de @sombre pour te foutre de la gueule d’une bourgeoise.
      Ton message tout ce qu’il dit c’est que tu préfère consommer des prostituée plus agées et que tu est accoutumé à la lecture de playboy depuis des décennies et que tu es donc un vrai mec qui va pas se laisser emmerder par une grognasse. T’as raison c’est le bon moment pour rétablir ta domination sur les femmes et ton droit à les humilier et les instrumentaliser en te faisant passé pour antisexiste.
      #backlash #privilège #violence_masculine #mâle_gaze #fraternité

  • Hausse des violences conjugales pendant le #confinement
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/30/hausse-des-violences-conjugales-pendant-le-confinement_6034897_3224.html

    Annotations :

    « Nous observons qu’il y a + 32 % de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie en une semaine et + 36 % dans la zone de la Préfecture de police de Paris en une semaine également, a déclaré Mme Schiappa les centres d’hébergement pour les femmes victimes de violences « accueillent toujours de nouvelles personnes, dans le respect des mesures barrière ». Mille places supplémentaires devaient être ouvertes

    Tags : #violence_masculine confinement (...)

    #France

  • Grenoble. Il incendie les locaux de l’association d’aide aux femmes qui avait accueilli sa compagne
    https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/grenoble-il-incendie-les-locaux-de-l-association-d-aide-aux-femmes-qui-
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDAyNDgyMmM4N2QwMDg4YzIwMzFjNjlhZjAwZmQwOGU0YWY
    Ces types sont des dangers publics.

    Il a dit aux policiers avoir « pété les plombs » en « pensant à ses enfants ». France 3 Régions rapporte, ce mercredi 19 février, qu’un homme âgé de 35 ans a reconnu être l’auteur de l’incendie survenu dans les locaux de l’association Solidarité Femmes Miléna, à Grenoble (Isère).

    Ce collectif était venu en aide à sa compagne, qui avait été placée en urgence dans un foyer près de la gare grenobloise, indique cette même source.

    Les faits remontent au 17 décembre 2019. Les pompiers avaient été appelés peu après 5 h du matin. Rejoints par la police, ils avaient constaté plusieurs départs de feu. La porte d’entrée avait été forcée et les locaux fouillés.

    Il avait « bien bu »

    Lors de son audition, le suspect a déclaré avant de retourner les lieux « sans but précis » avant de confectionner un cocktail molotov à l’aide d’une bouteille de bière, d’un produit inflammable et d’un chiffon.

    D’après France 3 Régions, il a aussi affirmé avoir « bien bu » ce soir-là et regretté son geste. Il devrait être jugé en comparution immédiate ce jeudi.

    #violence_masculine

  • Féminicides : Etat coupable, justice complice - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/11/04/feminicides-etat-coupable-justice-complice_1760812
    https://medias.liberation.fr/photo/1257100-000_1ka5sa.jpg?modified_at=1572533837&picto=fb&rat

    Nous exigeons des mesures pour protéger ces femmes. Nous ne pouvons plus nous contenter de promesses qui ne sont jamais appliquées. Nous ne pouvons plus nous satisfaire de plans d’actions prenant effet dans deux ans. Maquiller un budget pour donner une illusion d’amélioration ne sera pas suffisant. Il faut agir maintenant.

    Pour chacune d’entre elles, nous lutterons jour après jour, jusqu’à ce que l’Etat s’empare de ce qu’il prétend être la « grande cause du quinquennat », jusqu’à ce qu’il investisse un budget digne de nos vies et qu’il mette en place des mesures à la hauteur. Il est temps que la peur et la honte changent de camp.

  • Noël à Chambord d’Émilie Lanez : Ce « pacte » avec les chasseurs que Macron aurait voulu garder secret | Vanity Fair
    https://www.vanityfair.fr/pouvoir/politique/story/noel-a-chambord-demilie-lanez-ce-pacte-avec-les-chasseurs-que-macron-aurait-voulu-garder-secret/10615

    Aussi, Willy Schraen assure que la période des gilets jaunes aurait été bien plus violente – voire sanglante – s’il n’avait pas convaincu les chasseurs de ne pas aller manifester. Dès les premiers jours de la gronde, en novembre 2018, le président de la fédération nationale a reçu des centaines d’appels de ses adhérents qui se disaient prêts à occuper les ronds-points. « Si j’avais pas stoppé tout de suite, ils étaient 500 000 sur les ronds-points et y aurait eu des gars armés. J’ai beaucoup parlé, beaucoup écrit, mes gars ils étaient tous gilets jaunes au début, tous. Mais eux, ils ont des fusils », confie-t-il, comme pour faire trembler le lecteur de Noël à Chambord, et prouver que même en 2019, les chasseurs ont toujours de l’influence.

  • Violences conjugales et Protection des victimes. Usages et condition d’application dans les tribunaux français des mesures judiciaires de protection des victimes de violence au sein du couple

    http://www.gip-recherche-justice.fr/publication/vioco-provic-violences-conjugales-et-protection-des-victimes-u

    Qu’elles soient physiques, psychologiques, matérielles, sexuelles, économiques ou administratives, les violences entre partenaires intimes constituent désormais des infractions condamnées par la loi. Ce rapport propose d’étudier un aspect encore peu étudié de la judiciarisation des violences conjugales : la volonté du législateur de développer une justice de la « protection » et de la « sécurisation » de celles (ou, plus rarement, de ceux) qui, à un moment donné de leurs trajectoires, sont confrontés à la violence de leur (ex-)partenaire intime. Pour ce faire, les premiers chapitres se concentrent sur les conditions de mise en œuvre et d’appropriation à l’échelle nationale de l’ordonnance de protection (OP), un dispositif civil doté d’implications pénales. Les derniers chapitres s’intéressent plutôt à l’expression de cette préoccupation dans l’ordinaire d’une juridiction correctionnelle, ainsi qu’au sein d’un dispositif dédié tel que le téléphone grand danger (TGD). Au travers de ces trois configurations procédurales, il s’agit de saisir la manière dont les magistrats se sont ou non approprié l’injonction du législateur de contribuer à la « lutte contre les violences conjugales », non plus uniquement en réprimant les auteurs de ces violences, mais également en protégeant celles qui en sont les victimes. L’enquête repose sur la collecte de données de natures statistiques, ethnographiques et jurisprudentielles.

    Au terme de ce travail d’évaluation, la configuration de violences la plus courante, à savoir un cumul de violences physiques et psychologiques, est reconnue comme parfaitement vraisemblable dans sept cas sur dix. Les accusations de grave cumul de violences comprenant des allégations de violences sexuelles sont celles qui sont le plus fréquemment requalifiées à la baisse ou considérées comme non vraisemblables (une fois sur quatre).

    –—

    . Au final, ce sont 72,6% des mères d’enfants mineurs obtenant une ordonnance de protection qui se retrouvent contraintes d’exercer leur autorité parentale avec le conjoint qui, selon les mêmes autorités judiciaires, les a vraisemblablement violentées et mises en danger, elles et leurs enfants.

    –---

    Au sein de la juridiction étudiée, l’injonction de prise en charge psychologique concerne des violences sans incapacité ou suivies d’incapacité n’excédant pas huit jours et des affaires de harcèlement. Le plus souvent, les auteurs n’ont pas d’antécédent judiciaire et sont insérés socialement et professionnellement.

    –—

    Dans la juridiction enquêtée, les individus poursuivis pour des faits de violences au sein du couple sont quasi-exclusivement des hommes. À la différence de ce que l’on observe dans les dossiers d’alternatives aux poursuites, on remarque au sein de cette population de justiciables une nette surreprésentation des inactifs en âge de travailler ainsi qu’une sous-représentation des catégories cadres et professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires.

    –---

    Dans la juridiction étudiée, nous avons constaté un décalage entre la sévérité des peines théoriquement encourues par les hommes mis en cause et la relative clémence dont les juges font preuve quant au choix et au quantum des peines finalement retenues à leur encontre par les juges.

    Le choix des peines se concentre surtout autour de la peine d’emprisonnement, suivie de la peine d’amende et de jours-amendes. Le sursis simple apparaît comme la modalité d’exécution privilégiée de la peine d’emprisonnement, loin devant la peine ferme ou mixte. Les peines d’emprisonnement, sursis simple ou ferme, sont en outre de très courte durée, en comparaison des peines d’emprisonnement mixtes plus longues.
    ...
    À ce titre, sans doute convient-il de s’interroger sur le peu de poursuites que suscitent les violations d’interdiction d’entrer en contact. Alors que le panel retenu dans le cadre de notre enquête représente un quart des affaires de violences dans le couple traitées sur l’année 2015au sein de la juridiction enquêtée, nous n’avons relevé qu’une seule affaire dans laquelle un prévenu est poursuivi pour la violation de l’interdiction d’entrer en contact avec la victime.

    #violence_masculine #féminicide #violophilie #injustice #couple #inégalité

  • Améliorons les débats sur le genre, le sexe et les droits des transgenres. | TRADFEM
    https://tradfem.wordpress.com/2019/10/05/ameliorons-les-debats-sur-le-genre-le-sexe-et-les-droits-des-tran

    Nous sommes un collectif de philosophes universitaires féministes radicales, critiques du concept de genre. Certaines d’entre nous affirment, dans leurs travaux, que les femmes sont, par définition, les êtres humains adultes femelles. Selon ce point de vue, une “transfemme” ne peut être classée comme femme, puisqu’elle n’est pas un être humain adulte femelle. Le reste d’entre nous sont présentement agnostiques sur cette question, hésitant entre 1) adopter exclusivement cette première position et 2) adopter également une position qui affirmerait l’existence d’un autre sens, significatif, à donner au concept de « femme », soit son application aux personnes occupant un certain rôle social féminin, sur la base d’une appartenance perçue à la catégorie de sexe féminin.

    Contrairement à la première acception, cette seconde définition implique qu’une partie des transfemmes comptent comme femmes, en au moins un sens. Néanmoins, cette inclusion est limitée, puisqu’un grand nombre de transfemmes n’occupent pas un rôle social féminin sur la base d’une appartenance perçue à la catégorie du sexe féminin.

    Le grand enjeu, ce sera d’accepter les femmes trans qui occupent ce rôle féminin et de se protéger des autres.

    Nous reconnaissons deux ensembles de droits et d’intérêts : ceux des transfemmes et ceux des femmes. Nous sommes décidés à favoriser une conversation publique qui prenne en compte ces deux ensembles.

    Par contre, pour les raisons précédemment énoncées, nous pensons qu’autoriser des personnes de sexe masculin à s’auto-identifier socialement et/ou juridiquement comme femmes dans des espaces et des centres réservés aux femmes, enlèvera quelque chose d’important aux femmes, compte tenu d’un contexte social de misogynie généralisée. C’est précisément ce que nous voulons dire. Nous demandons donc à la société de trouver un autre et meilleur moyen pour réaliser les droits des transsexuels, et qui soit compatible avec les droits des femmes à une vie sans préjudice.

    Les femmes ne constituent pas un groupe culturellement dominant, mais plutôt un groupe culturellement subordonné. Lorsqu’elles agissent pour maintenir des espaces réservés aux femmes, nous jugeons qu’elles agissent pour s’assurer des lieux protégés qui sont importants compte tenu de leur condition. Au mieux, les transfemmes sont un groupe subordonné distinct ; au pire, les transfemmes sont membres du groupe dominant.

    D’aucuns affirment que la motivation des transfemmes à vouloir utiliser les espaces réservés aux femmes est d’y trouver une sécurité face à la menace de la violence masculine. Mais si c’était le cas, la menace pourrait être résolue avec des espaces tiers plutôt qu’en autorisant aux transfemmes l’accès aux espaces réservés aux femmes.

    Pour d’autres transfemmes, il s’agit moins de sécurité que d’identité : du fait de leur conviction d’être des femmes (sur la base de leur identité de genre), ces trans croient que les espaces de femmes sont leur place. Mais comme nous l’avons déjà suggéré, nous soutenons que les espaces réservés aux femmes sont justifiés en raison du sexe et non de quelque identité de genre. Les sentiments d’une personne à l’égard de son identité ne déterminent pas automatiquement son inclusion, et ne nous semblent pas l’emporter sur l’intérêt légitime que les femmes ont envers l’existence de tels espaces.

    #femmes #transidentité #genre #transgenre

  • La pornographie, c’est de la prostitution filmée, et totalement dépénalisée. Cela ne la rend pas sûre. | TRADFEM
    https://tradfem.wordpress.com/2019/10/01/la-pornographie-cest-de-la-prostitution-filmee-et-totalement-depe

    C’était un secret de polichinelle. À l’époque, les deux artistes les plus prisées de l’industrie y avaient été introduites à l’âge de 14 et 15 ans. J’ai entendu des pornographes discuter de l’obtention de fausses cartes d’identité pour y amener des mineures, et j’ai assisté à une conversation qui stipulait que les jeunes femmes « fraîchement sorties du système d’aide sociale » étaient les plus susceptibles de travailler dans l’industrie. Ces flagrantes manipulation et mise au pas de filles et de jeunes femmes vulnérables, je ne l’ai jamais entendu condamner une seule fois par ceux – principalement des hommes – qui organisaient, produisaient et distribuaient des films pornographiques.

    Le monde du porno n’est pas différent de la prostitution. Il y a d’autres personnes impliquées et l’une d’elle a une caméra qui enregistre chaque minute des violences infligées, mais en définitive il s’agit simplement de prostitution devant une caméra. Il y a aussi beaucoup de dédoublement de rôles entre les personnes impliquées : la plupart des actrices du porno sont également « escortes » et inversement. Bon nombre des pornographes que j’ai rencontrés géraient également des agences d’escortes, des bordels ou des sites d’annonces. Les bordels étaient bien sûr considérés comme les commerces les plus risqués, du fait de leur illégalité au Royaume-Uni. Le fait de les décriminaliser ne rendra pas les femmes qui y sont exploitées moins vulnérables aux violences, mais légitimera davantage les profits pour ceux qui exploitent et violentent déjà sexuellement des femmes et, souvent, des filles.

    Le fait que la pornographie devient de plus en plus violente n’est pas un secret et pourtant j’entends souvent prétendre que « c’est seulement un jeu de scène ».

    Ce n’est pas un jeu. La fille étranglée est vraiment étranglée. La femme de la scène « enculage douloureux » implore vraiment l’auteur de son viol anal d’arrêter, parce que ça lui fait mal. L’indice est dans le nom donné à la scène. Les violences au visage, les viols collectifs et la torture ne sont pas factices ; et pourtant, l’écran arrive à jouer un rôle de tampon qui aide le spectateur à déshumaniser la femme à qui ces violences sont infligées.

    J’ai, pratiquement, subi un viol collectif devant une caméra. C’est sans aucun doute toujours en train de circuler dans la pornosphère, pour que des hommes se masturbent. L’une des « actrices » les plus populaires mentionnées ci-dessus a pleuré sur mon épaule après un tournage dans lequel elle avait été forcée de ramper dans des excréments alors qu’on la couvrait d’insultes. Et ça, c’était dans l’industrie classique, considérée par beaucoup comme étant plus sûre et même « glamour » que le porno amateur style « gonzo ».

    Cela affecte également les femmes qui se retrouvent dans d’autres secteurs de la prostitution et qui ne s’approcheront sans doute jamais d’un plateau de tournage porno. En effet, les prostitueurs cherchent souvent une femme prostituée pour reproduire les scènes violentes qu’ils ont vues dans un film porno, en lui infligeant les violences à partir desquelles ils ne pouvaient alors que se masturber.

    Comme la femme prostituée, l’actrice porno constate que son « non » n’a pas grande importance une fois que les caméras tournent. En fait, son « non » peut même être une condition pour répondre à la demande de scénarios de plus en plus violents. J’ai appris à mes dépens que, quelles que soient les limites établies à l’avance, une fois que la caméra commence à tourner, toutes les promesses s’envolent.

    Dans certains cas, les « acteurs » masculins ne sont en réalité que des prostitueurs ordinaires. Les « soirées sexuelles » filmées où des hommes ordinaires peuvent venir et payer pour participer au « gangbang d’une star du porno » sont devenues populaires dans les sex-clubs du pays. Les pornographes et les proxénètes qui créent ces entreprises s’enrichissent de façon toujours plus ingénieuse, ouvrant de nouveaux boulevards pour l’exploitation et la violence. Les prostitueurs et les spectateurs exacerbent, bien sûr, la demande pour des images et des expériences plus brutales, plus dures et plus extrêmes.

    J’ai quitté l’industrie du porno après que l’on ait mis de la drogue dans mon verre pendant un tournage. À ce jour, je n’ai aucune idée de ce qui m’est arrivé lorsque j’étais inconsciente, mais je ne doute pas que ces scènes ne flottent quelque part sur un site Web.

    Au fait, la « porno du viol » n’est pas illégale, tant que la violence physique montrée n’est pas assez extrême pour porter atteinte à la vie.

    La pornographie et la prostitution se moquent de nos lois sur le consentement sexuel.

    Alors, expliquez-moi encore comment cette décriminalisation assurerait la sûreté des femmes…

    Voilà, c’est dit.
    #pornographie #prostitution #violence_masculine

  • Violences conjugales : enquête ouverte après une « défaillance » suivie en direct par Macron - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/violences-conjugales-enquete-ouverte-apres-une-defaillance-suivie-en-dire

    Le chef de l’Etat a entendu un gendarme refuser son assistance à une femme en détresse qui venait de porter plainte pour menaces contre son mari.

    #féminicide #acab #masculinisme #violence_masculine #violence_policière #sexisme #sexisme_d'etat #police

    –-----

    South Korea bans men with history of abuse from marrying foreign women

    Legal amendment brought in after footage of man beating his Vietnamese wife sparked outcry

    Kate Lamb

    Fri 11 Oct 2019 03.56 BST
    Last modified on Fri 11 Oct 2019 04.00 BST
    bride signs register

    South Korea is to enact legislation that will ban men with a history of domestic violence from marrying foreign women, the justice ministry has confirmed.

    The ministry said the change was prompted by national outcry over footage that emerged in July showing a 36-year-old South Korean man physically and verbally assaulting his Vietnamese wife in front of their young child.

    About 6,000 Vietnamese women marry men in South Korea every year, overtaking China as the country sending the largest number of foreign brides to South Korea, according to the South Korean embassy in Hanoi.

    The amendment will prohibit South Korean men from inviting foreign women to the country for the purpose of marriage if they have a criminal record of domestic violence, irrespective of when that occurred.
    South Korea: woman reportedly kills herself after being secretly filmed by doctor
    Read more

    Anyone sentenced to a sexual crime against a child within the past 10 years, or who has received a jail term in the same time, will also be subject to the newly amended law.

    The new amendment to the country’s immigration control laws will take effect in October next year, the ministry said in a legislative note published on Thursday.

    Video of the July incident was posted on social media and caused widespread public outrage, highlighting the vulnerable position of foreign women who marry abusive spouses.

    In 2018 a study by the National Human Rights Commission found that of 920 foreign wives in South Korea, 42% had suffered domestic violence, while 68% had experienced unwanted sexual advances.

    Footage of the assault, which occurred in the south-western county of Yeongam, shows the man slapping and kicking his wife and then repeatedly punching her in the head in front of their young child. “Didn’t I tell you that you are not in Vietnam,” he shouts.

    Later the Vietnamese woman is seen slumped in the corner of her home as her two-year-old son cries next to her.

    In interviews with police the husband said he was drunk at the time and assaulted his wife because “she did not speak fluent Korean”.

    Following the assault the victim fled to a women’s shelter with her son and treated for a fractured rib.

    Activists say that while a high proportion of migrant wives experience abuse, few report their cases to the police.

    South Korea’s justice ministry said the legal revision to the country’s immigration control law was intended to prevent domestic violence from occurring and protect the rights of migrant spouses.

    https://www.theguardian.com/world/2019/oct/11/south-korea-bans-men-with-history-of-abuse-from-marrying-foreign-women

    • Bravo à @mad_meg pour le N°800000 :)
      –------

      Elle vient de porter plainte pour violences, à nouveau, et veut passer récupérer ses affaires chez elle mais a peur de son mari. Ce moment-là est souvent celui qui exacerbe les violences du mari.
      « Vous êtes à la gendarmerie ? Vous êtes en danger, votre mari est au domicile. Les gendarmes peuvent vous accompagner », la rassure Elena. Mais non, les gendarmes refusent catégoriquement, se désole la victime.

      C’est assez courant ce refus de #non_assistance à femme en danger. Je peux témoigner de la même situation de refus au commissariat central de Toulouse. J’avais relaté sur seenthis (en Juillet 2017) avoir soutenu une inconnue qui venait d’être frappé par son compagnon à aller porter plainte. Elle a demandé devant moi de l’aide pour aller récupérer ses affaires. La réponse a été « Retournez chez vous et si ça se passe mal, vous n’avez qu’à nous appeler. » Elle m’a regardé l’air désemparé : « tu vois je te l’avais dit, ils ne feront rien ». Son agresseur était chez elle, et elle était sans portable pour joindre des proches chez qui elle espérait se réfugier.

  • The fatal, hateful rise of choking during sex | Society | The Guardian
    https://www.theguardian.com/society/2019/jul/25/fatal-hateful-rise-of-choking-during-sex

    Since December last year, a group of women have attempted to gather “sex games gone wrong” defence killings under one place – the website We Can’t Consent to This. In the decade since Vicky’s murder, such killings have risen by 90%. Two thirds involve strangulation.

    In the UK, it’s routinely minimised at every level. It’s presented as a momentary loss of control

    Strangulation – fatal and non-fatal – “squeezing”, “neck compression” or, as some call, it “breath-play” – is highly gendered. On average, one woman in the UK is strangled to death by her partner every two weeks, according to Women’s Aid. It is a frequent feature of non-fatal domestic assault, as well as rape and robbery where women are the victims. It is striking how seldom it is seen in crimes against men.

    Numerous studies have shown that non-fatal strangulation is one of the highest markers for future homicide, which is why Australia, New Zealand, Canada and most US states have developed preventative legislation to strengthen police, prosecutorial and sentencing policies that surround it. In most US states, for example, it is now compulsory for police to charge strangulation assaults as felonies. Yet in the UK, they can fall under battery – the mildest assault possible.

    #hétérosexualité #violence_masculine #féminicide #amour

  • « Sur les violences sexuelles, je me sens désemparée »
    https://lesjours.fr/obsessions/violences-femmes-travail/ep7-inspectrices-travail

    Des inspectrices du travail déplorent le manque de temps et de formation à leur disposition pour traiter les cas de harcèlement sexuel.

    Au moment de #MeToo, j’ai entendu une salariée harcelée sexuellement raconter son histoire à la radio. Elle expliquait : “L’inspection du travail m’a dit qu’elle ne pouvait rien faire pour moi.” Si on est passés à côté de ça, on ne remplit pas notre mission. » L’amertume est palpable. Comme plusieurs autres de ses collègues que Les Jours ont rencontrées, Sophie Poulet, inspectrice du travail et secrétaire nationale du syndicat SUD, regrette que l’institution qu’elle représente ne soit « pas forcément repérée comme un acteur-clé » dans les enquêtes sur des situations de harcèlement et ne soit pas plus sollicitée sur le sujet.

    #femmes #travail #violence_masculine #discrimination

  • #Toula_Drimonis : Nous avons un problème de racisme.
    https://tradfem.wordpress.com/2019/08/14/toula-drimonis-nous-avons-un-probleme-de-racisme

    Il y a quelques semaines, deux vidéos ont atteint le stade viral au Québec. Dans l’une d’elles, un musulman raconte l’attaque au couteau dont il a été victime à Québec — un crime présumé haineux. La seconde vidéo montre une femme harcelée verbalement par un homme, alors qu’elle venait de récupérer de la garderie sa fille de trois ans.

    Le fait d’avoir parlé en arabe à sa fille aurait provoqué la colère de l’homme. On voit dans la vidéo l’homme s’approcher de l’enfant en pleurs et se pencher vers elle en lui disant : « Demande à ta mère si je peux la fourrer. »

    Les deux vidéos ont beaucoup circulé et la seconde s’est rapidement propagée à l’international pour une foule de raisons évidentes. Le harcèlement saute aux yeux. Non seulement cette attaque est injustifié et gratuite envers cette femme et son enfant, mais elle est également extrêmement troublante à regarder.

    Bien que la vue de ce pleutre terrorisant une mère et sa fillette soit dérangeante, ce qui m’a perturbée davantage, ce sont les efforts qui ont été déployés dans les médias sociaux pour nier les faits et en pervertir le sens. La plupart des gens ont heureusement condamné le geste et dit espérer que le service de police de Montréal (avec l’aide des internautes) trouve rapidement le coupable, mais beaucoup de gens ont aussi immédiatement opté pour le déni.

    « Cet homme ne peut pas être d’ici », ont dit certains. Cette vidéo a-t-elle été trafiquée ? » a demandé quelqu’un d’autre. « On n’a pas vu la cause de la dispute et ce qui a pu être dit pour l’énerver », ont rétorqué d’autres personnes, faisant écho à ce qu’affirmait Trump, après que des néo-nazis portant des torches Tiki aient défilé dans les rues de Charlottesville : « il y a des gens bien des deux côtés ». Comme s’il était possible de justifier de terroriser une enfant et de la faire fondre en larmes.

    Traduction : Johanne Heppell et #TRADFEM
    Version originale : https://cultmtl.com/2019/07/quebec-racism
    #racisme #agression_raciste #agression_sexiste #violence_masculine #québec

  • Garde à vue levée pour le « gilet jaune » Jérôme Rodrigues, soupçonné de violences conjugales
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/le-gilet-jaune-jerome-rodrigues-en-garde-a-vue-dans-une-affaire-de-violence

    Un peu comme pour Julian Assange, les flics ont quelque chose à faire de la violence faite aux femmes uniquement si ca peu leur servir à enfoncer un opposant politique.
    #état_policier #instrumentalisation #violence_masculine #violence_policière #violence_conjugale #harcelement

  • #NORDIC_MODEL_NOW : LETTRE OUVERTE adressée aux hommes de gauche
    https://tradfem.wordpress.com/2019/07/19/lettre-ouverte-adressee-aux-hommes-de-gauche

    Il y a environ un an, notre organisation, Nordic Model Now a été invitée à proposer une conférencière pour une réunion de circonscription du Parti travailliste qui se proposait de débattre de leur politique en matière de prostitution. #Rebecca_Mott, militante survivante, a accepté d’y prendre la parole et j’y ai été pour la soutenir. Son discours s’est avéré puissant et a clairement fait en sorte que certaines personnes voient la prostitution différemment. Voici un très court extrait de ce qu’elle a dit :

    « Je ne faisais que de la prostitution à l’intérieur — la façon sécuritaire d’être prostituée, selon un mythe répandu. J’ai découvert à mes dépens que ce n’était jamais sûr, seulement un peu moins pénible de temps à autre. Parce qu’être en prostitution pratiquée derrière des portes closes, c’est être placée dans une pièce avec une série d’étrangers autorisés. La liberté de choix, ce sont les prostitueurs qui l’ont. Chacun peut choisir d’être aussi violent qu’il le désire ou faire semblant d’être le chic type. Il sait en effet que sa violence n’aura aucune conséquence, et qu’il n’y aura aucune ingérence extérieure. »

    Après le débat, les membres de cette circonscription ont été invité-e-s à voter sur une motion demandant d’appuyer le modèle nordique. Le vote s’est fait à main levée. J’étais assise à l’avant, je me suis retournée et j’ai été confronté à une succession de rangées d’hommes, chacun d’entre eux la main levée, votant contre la motion. J’ai ressenti une sorte de rage. Comment pouvaient-ils ne pas tenir compte de ce que Rebecca venait de dire au sujet des terribles répercussions de la prostitution sur sa vie ? Et de la sagesse des autres femmes qui avaient parlé en faveur de la motion ?

    Et comment pouvaient-ils tomber dans le panneau des réponses simplistes et de la désinformation promulguée par les opposants de la motion, qui réclamaient tous une décriminalisation intégrale de tout le commerce du sexe, y compris les proxénètes, les tenanciers de bordels et les prostitueurs ? Les hommes aux mains levées croyaient-ils réellement que la dépénalisation des proxénètes conférerait plus de sécurité aux femmes ? Avaient-ils pris le temps de se demander comment cela rendrait les femmes plus en sécurité ? Personne n’a expliqué cela. Ils ne le font jamais. Parce que de réelles études menées dans les pays qui ont suivi cette voie n’ont pas révélé que les femmes étaient soudainement et miraculeusement en sécurité.

    Depuis ce soir-là, je parle à ces hommes dans ma tête. Récemment, j’ai pensé qu’il était temps de me sortir ça de la tête et de le mettre sur papier. Ou plutôt sur Internet.


    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://nordicmodelnow.org/2019/07/19/a-message-to-left-wing-men
    #système prostitutionnel #prostitueur #homme_de_gauche #féminisme #violence_masculine #droit

  • Mère de famille fauchée à #Montpellier : « La catastrophe est arrivée ! » https://www.midilibre.fr/2019/07/15/mere-de-famille-fauchee-a-montpellier-la-catastrophe-est-arrivee,8312922.p

    « Cette route est dangereuse, accidentogène », explique Ali, voisin de la victime, le premier à prendre la parole hier. « Il faut mettre des ronds-points, des ralentisseurs… Il faut la couper. Cette route, c’est la seule comme ça sur Montpellier, à cause du stade... », dira-t-il plus tard, lui, le patron d’une auto-école. Et d’enchaîner : « Il faut que les voitures arrêtent de passer à 140 km/h. Il y a une éducation à faire, la vitesse concerne tout le monde. La police aussi doit faire son travail. Il faut être dur. Chaque fois, il y a des accidents. Un jour, ce sera nous. »

    Abderrahmane En-Nour, l’oncle des enfants blessés, ira dans le même sens : « La catastrophe est arrivée ! J’envoie un message. Il faut de la sécurité dans tout le quartier. »

    En s’attardant depuis deux jours, les langues se délient. La tension est palpable. Bien au-delà de l’avenue de Heidelberg. Rodéo nocturne, vitesse excessive, gymkhana, freins à main, drift, moto-cross, quad, roue arrière avec ou sans casque... David et Astrik habitent non loin du stade. « Depuis trois ans ici, j’ai vu de tout. Cela devait arriver.

    Ils débarquent comme des balles, à fond la caisse. Et la nuit, trois ou quatre fois par semaine, il y a des rodéos de voitures ou des deux-roues qui tournent en boucle. On travaille et, la nuit, on ne dort pas. Il y a deux ans, il y en a un qui a pris ma chienne, Didi. Ma fille est à l’école là, en face. J’ai peur à chaque fois qu’elle traverse la route. Notre rue, vous savez comment on l’appelle ? La rue des assurances ! Les gens viennent là et brûlent leur voiture. Regardez les marques au sol. La police, on l’appelle mais elle ne vient pas ! »

    Le soir des délires du foot, une maman a été tuée, et son bébé blessé, par un jeune chauffard de Montpellier. Le type prétend qu’il n’était pas en train de faire la fête après le match, des éléments de l’enquête sembleraient indiquer le contraire (mais bon, c’est de la rumeur autour d’une enquête). Mais ce qui est intéressant, c’est qu’il y a eu cette manifestation des habitants de la Paillade, qui dénoncent non pas les abrutis du foot, mais la configuration de l’avenue et l’absence de systèmes permettant d’éviter que les types déboulent à 140 km/h.

    • Berlin : Warum die Ku’damm-Raser wegen Mordes schuldig gesprochen wurden - SPIEGEL ONLINE
      https://www.spiegel.de/panorama/justiz/berlin-warum-die-ku-damm-raser-wegen-mordes-schuldig-gesprochen-wurden-a-125


      Après plusieurs morts suite aux courses automobiles en ville le justice condisère des accidents avec des morts comme des meurtres. La loi permet aujourd’hui à la police de saisir des véhicules quand les chauffeurs dépasssent la limitation de vitesse ou se conduisent d’une manière agressive.

      Große Strafkammer des Landgerichts Berlin verurteilt die beiden Männer wegen gemeinschaftlichen Mordes zu einer lebenslangen Freiheitsstrafe.
      ...
      Hamdi H. und Marvin N. trafen sich um kurz nach halb eins zufällig in ihren Autos am Adenauerplatz, ganz im Westen des Kurfürstendamms. Sie kurbelten die Scheiben runter und seien sich einig gewesen, ein Rennen von einer roten Ampel zur nächsten zu fahren. Zweimal ging das so, beide Male gewann Marvin N. Sein Mercedes, 381 PS, war deutlich leistungsstärker als der Audi von Hamdi H., 225 PS.

      „Selbstverliebt und rücksichtslos“

      „Hamdi H. erträgt es nicht, zweimal geschlagen worden zu sein“, sagt Richter Schertz. „Er rast weiter, jetzt auch über rote Ampeln.“ Marvin N. habe kurz gezögert, dann jagte er Hamdi H. hinterher. Zweieinhalb Kilometer den Ku’damm und die Tauentzienstraße entlang, mit Spitzengeschwindigkeiten von bis zu 170 km/h.

      „Wir ficken die Straße“ - so sagte es Marvin N. in einem Video, das auf seinem Handy gespeichert war. Der Richter wiederholt die Worte. Mit dieser Haltung seien die beiden in jener Nacht über den Ku’damm gerast, „selbstverliebt und rücksichtslos“.

    • Mère de famille mortellement fauchée à la Mosson : déjà 22 morts dans l’Hérault en agglomération
      https://www.midilibre.fr/2019/07/17/mere-de-famille-mortellement-fauchee-a-la-mosson-deja-22-morts-dans-lherau

      Depuis le début de l’année, les chiffres de la mortalité routière sont inquiétants dans l’Hérault. […]

      Mais pour faire passer un message : "On voit un relâchement des comportements sur nos routes et tout particulièrement en agglomération. Depuis le début de l’année, 22 personnes sont tuées en ville. C’est plus que sur l’ensemble de l’année passée.

  • Le Figaro titre « Benalla se serait fait passer pour le chauffeur de Cazeneuve » mais ca aurais pu être « benalla aurais séquestré sa compagne et usurper le statu de policier pour échapper aux poursuites partant du principe que la police est au dessus des lois et que les flics et chauffeurs de ministres peuvent séquestré leurs compagnes !!! » Après avoir constaté cet usurpation les flics ont laissé partir Benalla.... Le lendemain nouveaux cris et appel du voisinage, pas plus de réaction de la police...
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/alexandre-benalla-se-serait-fait-passer-pour-le-chauffeur-de-bernard-cazene

    En 2016, face à des agents alertés pour des cris provenant de son appartement, l’ex-collaborateur de l’Élysée aurait affirmé être un policier et le chauffeur du ministre de l’Intérieur de l’époque, selon Le Monde.

    Alexandre Benalla aurait fait parler de lui bien avant l’affaire de la Contrescarpe. Selon des informations du Monde ce vendredi soir, l’ancien conseiller de l’Élysée, mis en examen pour violences volontaires en réunion et immixtion dans l’exercice d’une fonction publique pour les faits survenus le 1er mai 2018, aurait déjà tenté de se faire passer pour un policier pour se sortir d’une salle affaire.

    La scène se serait déroulé le 21 septembre 2016, soit huit mois avant sa nomination au cabinet de l’Elysée. Ce matin-là, vers 5 heures, des policiers se rendent au domicile d’Alexandre Benalla et sa compagne, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Ils auraient été alerté par des cris. Dans la main courante que Le Monde a pu consulter, les agents indiquent qu’une « jeune femme serait séquestrée à domicile » et que « son conjoint serait violent et qu’il la maintiendrait de force à domicile ».
    Les policiers frappent à la porte. Alexandre Benalla finit par leur ouvrir. Le jeune homme, qui n’occupe pas encore un poste à responsabilité au sein du mouvement En marche ! nouvellement créé, aurait manifesté « un énervement palpable » et adopté « un ton belliqueux ». Pour se sortir de ce mauvais pas, Alexandre Benalla dit être « un fonctionnaire de police », et brandit une « carte professionnelle comportant une ligne tricolore ». Le policier aurait alors découvert qu’il ne s’agissait pas d’une vraie carte. Le jeune homme dit alors être un ancien policier et le chauffeur du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. L’entourage de ce dernier a confirmé au Monde que ces affirmations étaient fausses.

    Mais Alexandre Benalla va encore plus loin, et aurait menacé le policier de le faire renvoyer grâce à des relations qu’il aurait avec le directeur de cabinet du premier ministre de l’époque, Manuel Valls. Finalement, le policier décide de rentrer pour s’assurer que personne n’est séquestré dans l’appartement. La compagne de Benalla affirme pour sa part qu’il ne s’agit que d’un simple « différend de couple ». Rien à signaler dans ce logement. Les policiers repartent.
    Nouvel emportement

    Toujours selon Le Monde, les policiers d’Issy-les-Moulineaux auraient reçu un nouvel appel le lendemain, indiquant que des cris sont à nouveau audible dans cet appartement. Une autre équipe se rend sur place. Ils croisent une femme avec une valise dans le hall, avant de se rendre devant l’appartement d’Alexandre Benalla. Ce dernier les reçoit et leur dit qu’il vit seul. Mais, selon les mains courantes des policiers, des « objets jonchent le sol de manière désordonnée, nous laissant penser qu’une dispute a eu lieu ».

    L’affaire en était restée là. Mais en 2019, lorsqu’il est interrogé par les juges d’instruction sur cet épisode, Alexandre Benalla avait botté en touche : « Je ne vois pas le rapport avec le 1er-Mai. Le seul constat que je fais, c’est qu’il n’y a pas eu de poursuites judiciaires. Les faits relatés ne sont pas établis. Je n’ai jamais été entendu sur ces faits-là ». L’homme se serait ensuite emporté de manière virulente au point d’interrompre l’interrogatoire. « Mentionnons que nous effectuons une suspension à 14 h 57, car M. Benalla ne cesse de nous couper la parole et qu’il est impossible de retranscrire ses propos », indique le procès verbal de cette audition.

    #benalla #violence_masculine #police

    • La police est tellement misogyne et corrompu qu’avoir une carte de la maison permet de sequestré des femmes tranquillou. Le Figaro n’y voie aucun problème, le problème c’est l’usurpation d’ID.

    • « Je ne vois pas le rapport avec le 1er-Mai. Le seul constat que je fais, c’est qu’il n’y a pas eu de poursuites judiciaires. Les faits relatés ne sont pas établis. Je n’ai jamais été entendu sur ces faits-là »

      je vois bien le rapport et encore j’ai pas tout vu !

    • J’ai l’impression que la police a quand même vérifié la bonne volonté de la meuf en question...

      La bonne volonté d’une femme séquéstrée par un homme qui fait de l’usurpation d’identité et menace les flics. Tu parle d’une vérification ! Le minimum c’est de prendre ce mec menaçant et usurpant des fonctions et de le coller en GAV pour laisser le temps à sa victime présumé de faire le point et poursuivre ce mec pour outrage et usurpation si la femme ne veux pas porté plainte pour séquestration, violences...

  • La violence conjugale plus répandue chez les policiers ? | JDM
    https://www.journaldemontreal.com/2015/11/01/la-violence-conjugale-plus-repandue-chez-les-policiers

    La publication récente d’un livre prétendant qu’il y a une « épidémie secrète » de violence conjugale chez les policiers fait sursauter les forces de l’ordre québécoises.

    « Un nombre bouleversant de cas de violence conjugale se déroule derrière les murs des maisons de policiers alors que la plupart des services de police font très peu pour les contrer », écrit d’entrée de jeu l’auteur Alex Roslin dans son livre intitulé Police Wife, qu’il co-signe avec Susanna Hope.

    Pour appuyer son propos, l’auteur québécois cite deux études américaines datant du début des années 1990 montrant que 40 % des policiers auraient été violents avec leur conjointe au cours de l’année précédente.

    En entrevue avec Le Journal, Roslin avance que ses années de recherche sur le sujet lui permettent de conclure que les proportions et la « culture de police » sont les mêmes au Canada. Le fléau serait toutefois caché derrière un « mur bleu du silence ». Une affirmation qui ne trouve pas écho auprès des différents acteurs des milieux policier et sociocommunautaire québécois (voir autre article).

    15 fois plus élevé

    Trois causes expliqueraient ce taux de violence conjugale 15 fois plus élevé que celui de la population générale, d’après Roslin.

    Il y a d’abord le pouvoir et le contrôle. « Beaucoup entrent dans la police avec les meilleures intentions. [...] Mais certains peuvent être attirés pour d’autres raisons, parce qu’ils aiment le pouvoir que confère le fait d’avoir une arme, un badge et un uniforme, parce qu’ils sont insécures ou ont une rage d’être en contrôle », croit-il.

    Roslin évoque aussi une « attitude dérogatoire envers les femmes ». À titre d’exemple, un sondage réalisé auprès de 873 policiers américains en 2006 indiquerait que seulement 7,1 % acceptent que « les femmes sont aussi capables que les hommes de penser logiquement ».

    Enfin, « la troisième raison pour laquelle autant de policiers sont violents à la maison semble être simplement le fait qu’ils peuvent s’en tirer », note Roslin, prétendant que les agents se protègent entre eux lors d’une enquête.

    Criblée de balles

    L’auteur cite l’exemple de Jocelyn Hotte, un policier de la GRC qui a tué son ex-conjointe Lucie Gélinas sur une autoroute montréalaise en 2001. Cette dernière avait porté plainte à la police de Laval une semaine avant sa mort, une plainte qui avait été jugée infondée.

    « Ce n’est pas seulement la police de Laval et la GRC qui n’ont pas agi. [...] Aucun autre service de police ou gouvernement au Canada n’a tiré les leçons de cette tragédie, d’après ce que je peux voir », déplore-t-il, précisant qu’aucun policier n’est automatiquement congédié s’il est reconnu coupable de violence conjugale.

    Roslin va même jusqu’à dire que le Canada « traîne 20 ans derrière les États-Unis en laissant des armes dans les mains des abuseurs ».

    « Peut-être qu’il y aura un autre incident grave si rien ne change », a prévenu l’auteur en entrevue avec Le Journal.

    Une des raisons du grand nombre de féminicide et viol est peut être à chercher dans le fait que les policier sont environ 15 fois plus violents avec leurs conjoint·es que la moyenne.

    #violence_masculine #couple #police #féminicide #culture_du_viol #patriarcat

  • En Inde, des ablations de l’utérus forcées
    https://www.courrierinternational.com/article/violences-faites-aux-femmes-en-inde-des-ablations-de-luterus-

    Les autorités viennent de découvrir dans le centre de l’Inde une proportion excessivement élevée d’ablations de l’utérus (hystérectomies) pratiquées sur les coupeuses de canne à sucre, afin d’améliorer leur rendement aux champs.

    Scandale médical dans les plantations de canne à sucre du Marathwada, une région du centre de l’Inde. “Au mois d’avril, une ONG du nom de Tathapi a tiré la sonnette d’alarme après avoir eu vent d’un nombre disproportionné d’hystérectomies dans le district de Beed”, raconte le site d’information Firstpost dans son édition du vendredi 14 juin.

    Après deux enquêtes de terrain réalisées par le gouvernement régional en 2018, il s’est avéré que “36 % des femmes” travaillant aux champs avaient subi une ablation de l’utérus, “alors que la moyenne en Inde s’établit à 3,2 %”. Depuis le début de 2019, le recensement de ces interventions chirurgicales se poursuit et sur les cinq premiers mois de l’année, la proportion a atteint 21 %, “un chiffre à nouveau très élevé”.

    En trois ans, ce sont 4 500 ablations qui ont été réalisées à Beed et aux alentours. Dans la plupart des cas (85 %), “ce sont des cliniques privées qui pratiquent les opérations”. Elles sont une dizaine et l’une d’entre elles, où 24 hystérectomies ont eu lieu l’an dernier, ne compte même pas de gynécologue dans ses équipes. Une nouvelle effrayante pour les coupeuses de canne à sucre, “qui subissaient déjà des discriminations en termes de salaire, de conditions de travail et de harcèlement sexuel”.

    Ce sont leurs employeurs qui les poussent apparemment à se faire enlever l’utérus, “dans le but que leurs ouvrières n’aient plus leurs règles et puissent ainsi travailler sans discontinuité”. Avec la complicité du corps médical : certains témoignages de victimes indiquent que des médecins instrumentalisent la peur du cancer du col de l’utérus pour arriver à leurs fins.

    Pendant la moisson, les coupeuses de canne à sucre “commencent leur journée entre 2 heures et 4 heures du matin”, pour gagner “30 000 à 35 000 roupies” sur toute la saison (de 380 à 450 euros). Les victimes d’hystérectomie abusive disent avoir payé l’intervention forcée “entre 20 000 et 40 000 roupies” (entre 250 et 500 euros), sans bénéficier d’aucune assurance-maladie pour couvrir ces frais.

    source originale :
    Beed: High hysterectomy rate among sugarcane cutters signals unethical medical practices, poor work conditions
    https://www.firstpost.com/india/beed-high-hysterectomy-rate-among-sugarcane-cutters-signals-unethical-med

    #violences_faites_aux_femmes #violence_patronale #violence_masculine #stérilisation #travail #mutilation_sexuelles #femmes #patriarcat #domination_masculine #capitalisme

  • 1969, « Que je t’aime » devient le succès de l’année - Archives vidéo et radio Ina.fr
    https://www.ina.fr/contenus-editoriaux/articles-editoriaux/1969-que-je-t-aime-devient-le-succes-de-l-annee

    Que je t’aime, le titre culte de Johnny Hallyday souffle ses cinquante bougies. Cette chanson est l’un des plus grands succès du chanteur et elle est toujours plébiscitée par le public.

    « Quand on a fait l’amour. Comme d’autres font la guerre. Quand c’est moi le soldat. Qui meurt et qui la perd ». La chanson Que je t’aime, l’autre héritage de Johnny...

    Nous sommes le 22 juin 1974 sur le plateau de l’émission de variétés Top à. Johnny Hallyday interprète ce jour-là l’un de ses plus grands tubes intitulé Que je t’aime. Il est accompagné par son orchestre dirigé par Tommy Brown.

    Que je t’aime est sorti en 1969, c’est une chanson d’amour écrite par le compositeur Jean Renard et le parolier Gilles Thibaut qui, fou amoureux, l’avait écrit en une nuit pour exprimer ses sentiments. Il envoie ce texte avec d’autres à Johnny Hallyday qui recherche justement un titre fort pour sa rentrée au Palais des sports. Touché par ces paroles à la fois tendres et sauvages, le chanteur la transmet à son compositeur Jean Renard. Il lui aurait dit « Tu verras, c’est un truc qui parle d’amour ».

    Jean Renard, à l’inverse de l’auteur des paroles, traverse une crise sentimentale compliquée et compose une musique plutôt nostalgique qu’il réservait d’ailleurs à un autre titre fourni par Johnny, Ceux que l’amour a blessé, également proposé par Thibaut en même temps que Que je t’aime.

    Le contraste paroles enflammées sur musique dépressive ne séduit pas l’idole des jeunes. Il juge la tonalité trop haute pour lui. Jean Renard apporte quelques modifications à sa composition. De son côté, sur les conseils de Johnny, Thibaut modifie l’agencement des paroles. A l’origine « que je t’aime » était placé au début de chaque couplet. Modification faite, le titre fonctionne parfaitement.

    Que je t’aime est créé à la scène lors du spectacle de Johnny Hallyday au Palais des sports du 26 avril au 4 mai 1969. A chaque fois, il provoquera l’hystérie parmi les spectatrices. Même sur les plateaux télé, si on en juge par le niveau sonore des cris dans l’émission Cadet Rousselle en 1973.

    L’année de sa sortie, le titre sera n° 1 des ventes durant 16 semaines, le 45t s’écoule à plus de 700 000 exemplaires en France, devenant la meilleure vente de singles de l’année 1969. La version italienne sera également n° 1 en Italie.

    #Musique #Johnny_Hallyday