• Mise au point sur la problématique des violences conjugales | Le Seum Collectif
    https://leseumcollectif.wordpress.com/2017/03/11/mise-au-point-sur-la-problematique-des-violences-conjugal

    Il ne faut pas considérer le phénomène de la violence conjugale comme une exception mais l’entrevoir pleinement dans son effarante banalité et dans sa dimension endémique. Son incidence est manifeste sur les victimes mais également les proches de ces dernières. Au Seum, on ne pense pas qu’il s’agisse d’une question privée mais d’un problème ancré socialement et dont la résolution ne pourra se faire que conjointement avec les structures associatives, médicales, éducatives et avec la prise en charge urgente des pouvoirs publics dont le soutien et le support ne doivent pas se limiter à l’insulte que constitue le fait de porter du rouge à lèvres le huit mars, lors de la journée internationale du droit des femmes comme promeut le site Mettez du rouge. (https://donotlink.it/e037)

    « Une victime est une personne qui souffre par la faute d’autrui. Cette personne n’est pas responsable de la violence qu’elle vit. L’explication “psychogénétique” qui prétend que les victimes reproduisent ce qu’elles ont enduré enfant ou qu’elles ont une propension masochiste, l’analyse en termes de “système pervers” entre la victime et son bourreau ne tiennent pas au regard des chiffres. Toutes ces conceptions, ont pour conséquence de rendre responsables, de culpabiliser, de marginaliser les victimes. Seule une analyse sociétale peut rendre compte de l’ampleur du phénomène. »3

    Pour une modification conceptuelle de l’expression de la violence genrée
    Que propose le cadre légal ? En France et en Belgique est reconnu le caractère aggravant de la violence quand elle est exercée dans le cadre d’une relation intime. La violence domestique peut se définir par une violence physique ou sexuelle exercée dans le cadre de l’union du mariage ou dans le cadre d’une union de faits.

    Colette de Troy, sociologue, prône l’usage de l’expression de « violence masculine envers les femmes dans une relation intime » qui est plus spécifique et plus précis que les expressions de « violence domestique » ou de « violence conjugale ». La relation de pouvoir qui s’exerce dans le cadre d’un rapport intime dans la sphère familiale est légitimée dans le cadre social. Elle possède un fort caractère structurel. Ainsi, elle considère comme « nécessaire non seulement d’avoir des statistiques, mais aussi de mener un questionnement sur celles-ci. La première est bien sûr leur objectif : que mesurer ou qu’a-t-on voulu mesurer. Questionnement aussi sur la manière de le faire et l’interprétation des résultats. Et enfin, quel est le sort de ces statistiques et les conséquences politiques. »4

    La question posée par les méthodes employées pour recenser les statistiques criminelles est bien réelle. En effet, « le but est de recenser le nombre de délits commis, non comment ils ont été commis, ni qui en sont les victimes, ni quelles pourraient en être les conséquences. »4

    C’est sur cette base que se fonde le recensement dans tous les pays de l’Union européenne qui ne nous renseigne en fait nullement sur la violence domestique. Ces statistiques rencontrent une défaillance et un manque criants d’informations et de données sur la relation entre l’auteur et la victime. « En effet, la domination masculine existe, agissante, opprimante, violente, dans bien des sociétés de notre monde contemporain mais aussi de façon moins voyante, symbolique, inculquée dans les rites et les imaginaires masculin et féminin dès l’enfance, fonctionnant de manière évidente, comme naturelle et allant de soi. »5

    L’un des pays aux travaux les plus avancés dans le domaine du recensement statistique est l’Espagne, qui a modifié la définition de la violence domestique dans son code pénal en 2003 : « Celui qui exerce habituellement une violence physique ou psychologique sur une personne » cadrant ainsi son caractère particulier.6 Comment se présentent ces données statistiques ? Des données chiffrées sont éditées par région sur les crimes de violence sexuelle, sur les accusations de violence domestique et sur les décès dans le cadre de violence domestique. En France, le ministère des familles, de l’enfance et des droits des femmes recense 136 personnes décédées en 2015, victimes de leur partenaire ou de leur ex-partenaire. Dans le cadre de ces mêmes violences, la même année, il est possible de recenser 11 enfants décédés.

    L’objectif de la mise en place de ces enquêtes est d’obtenir une base qui puisse permettre la création d’une stratégie avec un fondement théorique à logique multiscalaire qui pourrait donner lieu à un aménagement adéquat d’une offre de services, d’une protection du point de vue législatif et la prévention via des structures dédiées, des lignes téléphoniques accessibles en continu, à échelle locale, régionale et nationale.
    Dans le cas de la France, le ministère des familles, de l’enfance et des droits des femmes recense 136 personnes décédées en 2015, victimes de leur partenaire ou de leur ex-partenaire. Dans le cadre de ces mêmes violences, la même année, il est possible de recenser 11 enfants décédés.

    • Quelques idées reçues et poncifs à jeter très vite à la poubelle

      Les enquêtes menées en Belgique ont permis d’écarter la thèse d’une corrélation entre les conditions socio-économiques et la violence. Celles menées aux Pays-Bas ont permis d’affirmer de façon sûre qu’il n’y a aucune correspondance entre le revenu et les victimes de violences domestiques.
      Au Portugal, 16% des femmes interrogées établissent un lien entre les actes de violence et l’influence d’alcool ou de drogue – pour, entendons-nous bien, 84% de femmes qui ne constatent aucune corrélation –, en Espagne, l’alcool et la drogue sont en jeu une fois sur cinq ; en Italie, 17% des violences sont commises sous l’emprise de l’alcool et/ou de la drogue.
      Les études des quelques vingt dernières années en Union Européenne ont permis de faire le constat indubitable d’un déchaînement de la violence masculine lors de moments de la vie de couple où la femme est plus vulnérable : lors de la grossesse, de la période postnatale et la période de séparation.

      #violence_masculine #violence_par_conjoint #femmes #domination_masculine #amour #couple #famille


  • Oscar Pistorius est sorti de prison | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/depeche/oscar-pistorius-libere-et-assigne-residence-apres-un-de-priso

    L’ex-champion paralympique Oscar Pistorius, condamné en 2014 à cinq ans de prison pour l’homicide involontaire de sa petite amie est sorti de prison lundi soir de façon anticipée, après seulement un an de détention et sera assigné à résidence, selon les services pénitentiaires.

    Je pense que pour le meurtre d’une chaton la réprimande aurais été plus forte.
    #feminicide #gynocide #violence_par_conjoint #permis_de_tuer


    • Cette asso a une page fesse-bouc et il y a peu de réactions sur cette campagne. Trois personnes font remarqué que c’est culpabilisant pour les victimes mais l’asso ne répond pas. La (ou les) personne qui anime la page parle de « la femme » et de « nos braves femmes » et il y a d’autres messages culpabilisants ainsi que des images misogynes dans les commentaires qui n’ont pas l’air d’être moderés. Je pourrais croire à une asso #bravepatriote mais je ne pense pas que ça soit un canular.

    • Je ne sais pas mais la personne qui s’occupe du fesse-bouc indique qu’elle est en Algérie.
      https://www.facebook.com/pages/SOS-FEMMES-BATTUES/325005639870?sk=info&tab=page_info
      https://fr-fr.facebook.com/pages/SOS-FEMMES-BATTUES/325005639870
      mais le contenu de la page à l’air de s’adresser à des femmes vivant en France car les adresses indiqué sont en France et non en Algerie et la communication est en français.

      sur la page « présentation de l’entreprise » il y a ceci :

      Le ruban blanc est le symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes.
      Porter un ruban blanc, c’est s’engager publiquement à :
      – ne jamais se rendre coupable de violence à l’égard des femmes,
      – ne jamais fermer les yeux ou cautionner cette violence,
      – ne pas chercher d’excuses aux agresseurs,
      ne jamais dire « les femmes l’ont bien cherché .

      Notre objectif est de venir en aide très rapidement à ces femmes qui subissent des violences conjugales.

      qui me semble très contradictoire avec leur campagne « faites vous respecter », « respecte toi en te faisant respecter » et « Vous devez apprendre à se lever de la table lorsque l’amour n’est plus servi » qu’on trouve sur la page de cette « entreprise »

      A part cette page fesse-bouc je ne trouve rien sur cette asso. Pas de site, pas d’adresse, pas de contact à part le fesse-bouc auquel je n’ai pas acces car je n ’ai pas de compte chez Zukerbeurk. Le compte est peu mis à jour et les personnes qui demandent de l’aide sur la page ne reçoivent pas de réponse. L’affiche que j’ai mis au début date de décembre 2014 et les premières réaction qui font part du message culpabilisant datent du 24 aout 2015 et n’ont fait l’objet d’aucun commentaire de l’asso.

      #facebook