• Vers l’implosion ?
      Entretiens sur le présent et l’avenir du catholicisme
      Danièle Hervieu-Léger, Jean-Louis Schlegel
      https://journals.openedition.org/lectures/56393

      La crise des abus sexuels et spirituels révélés depuis une trentaine d’années fait vaciller l’Église catholique. Parce qu’elle vient de l’intérieur du catholicisme, et même de ses « meilleurs serviteurs », prêtres ou laïcs, mais aussi parce qu’elle est universelle et systémique. Très affaiblie par une sécularisation intense due aux changements sociétaux de la seconde moitié du XXe siècle, l’Église apparaît, faute de réformes conséquentes, de plus en plus expulsée de la culture commune, et délégitimée.

      Dans ces entretiens sans concession, Danièle Hervieu-Léger et Jean-Louis Schlegel diagnostiquent les raisons multiples de cet effondrement sans précédent, encore confirmé par l’épreuve des confinements liés au Covid-19. Certains y discernent l’entrée dans une sorte de stade terminal du catholicisme en quelques régions du monde. Ce n’est pas l’avis des auteurs : ce qui s’annonce, c’est un « catholicisme éclaté », où les liens affinitaires seront essentiels. Cette « Église catholique plurielle » ne signifie pas nécessairement sa fin, mais c’est un cataclysme pour une institution obsédée par l’unité.

      Abus sexuels : l’Eglise est-elle prête à dire toute la vérité ? avec, entre autre, Danièle Hervieu-Léger
      edit qui dit que c’est l’éditeur qui a voulu le point d’interrogation au titre de livre cité
      https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-temps-du-debat/abus-sexuels-l-eglise-est-elle-prete-a-dire-toute-la-verite-7340485

      #église #abus_sexuels #catholicisme #violences_sexuelles #viol

    • C’est mignon. Par exemple, l’église catholique dans la région de Toulouse c’est une empreinte au fer rouge, elle a torturé les cathares, rasé des villages entiers, brulé des femmes et des enfants, pillé les paysans, et s’est toujours enrichi sur le dos de ceux sur lesquels elles construisait son règne qui a perduré jusqu’à aujourd’hui.

      Que crève l’église catholique et ses violeurs depuis si longue date.

    • Le catholicisme est une perversité, il est donc normal que l’Église catholique produise des pervers et soit dirigée par des pervers. Si toutefois l’Église devait se réformer, elle devrait donc abandonner une bonne partie de son dogme (notamment sur tous les sujets liés à la sexualité, ceux qui produisent le plus de perversité), ce qui voudrait donc dire la fin du catholicisme. Notez que ce serait une bonne nouvelle. Malheureusement je pense que cette pourriture en a encore pour un paquet d’années avant de définitivement crever, si toutefois cela arrive un jour...

  • Particularité des victimes d’inceste - Conférence 3 - Louis JEHEL
    https://www.youtube.com/watch?v=fqgaKP7LdnY

    Colloque « L’inceste : schéma de répétition » - Sept 2022 - Conf 3
    Louis Jehel - Médecin - Psychiatre - Président de l’institut de victimologie à Paris
    « Sujet extrêmement difficile, ce n’est pas le fait qu’on en parle un plus aujourd’hui qui le rend plus simple et plus simple à soigner même si quelques obstacle sont levés mais la complexité est extrêmement forte »

    Plus d’infos :
    https://www.cpiv.org

    Merci à l’équipe de Benjamin Denoyer pour les prises de vues et le montage qui vont vous permettre de regarder ou de re-regarder toutes les conférences du colloque.
    Vous avez des projets de film, vous pouvez le contacter à : benbimmpro@gmail.com - 06 77 89 81 14

    Les enfants de Tamar, chaine sur les violences sexuelles, l’inceste et la pédocriminalité
    https://www.youtube.com/channel/UCvwAYgSnyhKKdJwFC-GazPw/videos

    #inceste #violences_sexuelles #pédocriminalité

  • FFF : 20 ans d’omerta sur les #Violences_sexuelles
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/fff-20-ans-domerta-sur-les-violences-sexuelles-Fpxw4xmETfWpA0VAwvyCvA

    À la veille de la coupe du Monde, le foot français broie du noir et pourrait opérer son aggiornamento. Intouchable, la FFF fait l’objet d’un audit du ministère des Sports cherchant à éradiquer « toutes les violences à caractère sexiste ou sexuel ». Le…

    #Football
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-fff-20-ans-domerta-sur-les-violences-sexuelles-Fp

  • FFF : 20 ans d’omerta sur les #Violences_sexuelles
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/fff-20-ans-domerta-sur-les-violences-sexuelles-8FGX_NAGTQyYkKjoDkNzCA

    À la veille de la coupe du Monde, le foot français broie du noir et pourrait opérer son aggiornamento. Intouchable, la FFF fait l’objet d’un audit du ministère des Sports cherchant à éradiquer « toutes les violences à caractère sexiste ou sexuel ». Le…

    #Football #Sexisme
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-fff-20-ans-domerta-sur-les-violences-sexuelles-8F

  • Poursuites pour agression sexuelle : La macronie protège le parrain du #Cinéma
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/poursuites-pour-agression-sexuelle-la-macronie-protege-le-parrain-du-cine

    Accusé par son filleul d’agression sexuelle et en attente de son procès, Dominique Boutonnat a été renouvelé à la tête du Centre national du Cinéma et de l’image animée et nommé au Conseil d’administration de France Télévision, malgré les protestations…

    #Justice #Violences_sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-poursuites-pour-agression-sexuelle-la-macronie-pr

  • UK hospital cites ’trans’ employee’s feelings when cancelling woman’s life-saving surgery over request for female care team
    https://thepostmillennial.com/uk-hospital-cites-trans-employees-feelings-when-cancelling-womans

    A London hospital has prioritized the feelings of a biological male who identifies as female over the life of a women who is the survivor of sexual violence. According to the Daily Mail, the patient, a retired lawyer and feminist, had a vitally important surgery cancelled by the hospital after she had requested an all-female post-op care team.

    The patient, called Emma by The Daily Mail, was in urgent need of colorectal surgery and had chosen the private London’s Princess Grace Hospital because it was one of only a few to use a Da Vinci robot which could perform the complex surgery in the most minimally invasive way possible.

    But when Emma registered with the hospital, she made her legally-protected gender critical beliefs known.

    “I was not going to agree to fill in reams of hospital paperwork about my non-existent ‘gender identity’ or give my pronouns to anyone,” she told The Daily Mail.

    But an unsettling encounter occurred during her pre-op assessment on Oct 6. During her visit, an individual who appeared to be a biological male wearing a blond wig and makeup opened the door to her room and made eye contact with her.

    This incident is currently being investigated by the hospital after Emma filed an official complaint. The patient then made an extra request for an all-female post-op care team.

    “I began to wonder if it was just a coincidence that this member of staff with a ‘gender identity’ had made their presence felt to me in such an inappropriate way during my first visit,” Emma told the Daily Mail.

    “I began to suspect that I had been targeted because my patient records showed that I refused to use pronouns and wanted single sex facilities, although I have no evidence of that.”

    The survivor of sexual violence then started to panic at the thought of men providing intimate care during the week following her surgery and so wrote to the hospital’s parent company, HCA Healthcare, explaining her concerns and citing the landmark Maya Forstater ruling which enshrined gender-critical beliefs as protected in law.

    However, instead of sympathizing with the distress of a very sick survivor of sexual violence, the hospital cancelled her surgery, citing the need to “protect staff from unacceptable distress.”

    In the email from the hospital’s chief executive Maxine Estrop Green, she was told that she should make alternative arrangements for her surgery because the hospital “did not share her beliefs.”

    After Emma implored them to reconsider, she was told that she could be offered a private room but that her request for single-sex care could not be fulfilled. The email also stated that the hospital had to protect its staff from “discrimination and harassment” in reference to her comment about pronouns.

    “I am still in a state of shock at this punitive and discriminatory reaction by the CEO of this hospital which specializes in women’s procedures,” she told the Daily Mail.

    “As always, this is about appeasing men who claim a gender identity. They will punish anyone who tells the truth … Women’s safety, dignity, and privacy continues to be sacrificed on the altar of this quasi religion.”

    Author Mandy Stadtmiller took to Twitter to share a deeply personal account of the appalling care she received at the hands of male doctors as a 15-year-old rape victim, stressing how important it is that women be able to request female-only staff when they are vulnerable and distressed.

    “Speak up about this as loudly and as noisily as you can. If you care about women at all please make it clear that this is not okay.”

    She encouraged others to tell the hospital how wrong it is to hold a woman’s life hostage simply because she wants a female care team, and doesn’t believe in gender identity.

    The letter, addressed to the hospital, reads: “Dear Mr. Hazen, I am appalled to hear that a female patient at the Princess Grace Hospital in the UK had her urgent and complex surgery cancelled because the hospital is unwilling to allow her to have female-only nurses assisting her. She is a rape survivor and requires female-only care. However, your hospital staff placed the feelings of males who wish to present female over her rights to appropriate care that would allow her the sense of safety, dignity and privacy she required. This is outrageous, inhumane, and extremely dangerous discrimination.”

    Women’s rights campaigner Kellie-Jay Keen called the hospital’s conduct “misogyny in heels.”

    “Once we are in a society whereby women are compelled to pretend men can be women, and everything must flow from such orthodoxy, there is no end to the consequences,” Keen told the outlet. “Those that are the hardest to bear are around issues of safeguarding for women and children. Prioritizing a man’s feelings over a woman’s health is just another example, in this case particularly egregious, of how powerful this ideology really is.”

    Outraged women took to social media calling for people to email the hospital to express their disgust that a woman’s life is worth less than the feelings of a male who claims to possess a female gender identity.

    According to a Twitter thread, without the option of surgery using the Da Vinci robot, Emma’s only option is a more invasive open surgery, but her condition has since deteriorated and she may now be too weak to undergo such a procedure.

    #violences_sexuelles #sexisme #transphobie #culture_du_viol

  • Evidence and Data on Trans Women’s Offending Rates
    https://committees.parliament.uk/writtenevidence/18973/pdf

    1. The Swedish Study
    Cecilia Dhejne, Paul Lichtenstein, Marcus Boman, Anna L. V. Johansson, Niklas Långström, Mikael Landén (2011) Long-Term Follow-Up of Transsexual Persons
    Undergoing Sex Reassignment Surgery: Cohort Study in Sweden
    https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0016885

    Summary of findings
    This Swedish cohort study by Dhejne et al. (2011) followed a population of individuals who had undergone surgical and legal sex reassignment involving hormonal and surgical
    treatment between 1973 and 2003 (324 in total) and compared them to a matched control group of their birth sex. It is crucial to emphasise that this study looks only at those who have undergone hormonal and surgical transition, which is a much tighter group than individuals who self- identify as transgender.

    The primary purpose of the study was to consider whether medical transition helps patients (leads to better social and health outcomes) and to inform what support they might need post transition. It is methodologically robust, peer reviewed, large scale
    comparative source on offending rates comparing transwomen and women. It compared the likelihood of a person having one or more criminal convictions, and convictions for violent crime (defined as “homicide and attempted homicide, aggravated assault and
    assault, robbery, threatening behaviour, harassment, arson, or any sexual offense”).

    The study can be divided into two cohorts 1973-1988 and 1989-2003 with the difference being that the latter cohort received adequate mental health provision. The findings show that transsexual individuals were more likely to be criminal than non-transsexuals of the same birth sex in the first cohort (1973-1988), and no different from their birth sex in the second group (1989-2003).
    The researchers state:
    ‘male-to-females . . . retained a male pattern regarding criminality. The same was true regarding violent crime.’

    MtF transitioners were over 6 times more likely to be convicted of an offence than female comparators and 18 times more likely to be convicted of a violent offence. The group had no statistically significant differences from other natal males, for convictions in general or
    for violent offending. The group examined were those who committed to surgery, and so were more tightly defined than a population based solely on self-declaration.
    ...

    #criminalité #masculinité #transgenre #prison

    • 2. Ministry of Justice 2020 Data
      The question of whether transwomen match male or female patterns of criminality is specifically addressed by the 2020 FOI referenced by Fair Play For Women (who have submitted evidence to the Committee). This is first time there has been official data to compare the rate of sex offending in 3 different groups. Men vs women vs transwomen. The hyperlinks below link to the FOI spreadsheet.
      MOJ stats show 76 of the 129 male-born prisoners identifying as transgender (not counting any with GRCs) have at least 1 conviction of sexual offence. This includes 36 convictions for
      rape and 10 for attempted rape. These are clearly male type crimes (rape is defined as penetration with a penis).
      Here is the number compared with figures for sex offending rates in men and women over the same period.
      Comparisons of official MOJ statistics from March / April 2019 (most recent official count of transgender prisoners):

      76 sex offenders out of 129 transwomen = 58.9%
      125 sex offenders out of 3812 women in prison = 3.3%
      13234 sex offenders out of 78781 men in prison =
      16.8%

      3. Michael Biggs, ‘The Transition from Sex to Gender in English Prisons: Human Rights and Queer Theory’, SocArXiv, 17 May 20204
      On pages 10 and 11 Biggs reference the MOJ and Fair Play for Women statistics. On pager 11 he states:

      ‘Of the 125 transgender prisoners counted by the prison service in 2017, 60 had been convicted of sexual offenses, including 27 convicted of rape (BBC News 2018). In the overall prison population, by comparison, 19% of males had been convicted of sexual crimes and only 4% of females (Ministry of Justice 2018b).

      #violences_sexuelles #viols

    • The converse is the ever-increasing tide of referrals of patients in prison serving long or indeterminate sentences for serious sexual offences. These vastly outnumber the number of prisoners incarcerated for more ordinary, non-sexual, offences. It has been rather naïvely suggested that nobody would seek to pretend transsexual status in prison if this were not actually the case. There are, to those of us who actually
      interview the prisoners, in fact very many reasons why people might pretend this. These vary from the opportunity to have trips out of prison through to a desire for a transfer to the female estate (to the same prison as a co-defendant) through to the idea that a parole board will perceive somebody who is female as being less dangerous through to a [false] belief that hormone treatment will actually render one less dangerous through to wanting a special or protected status within the prison system and even (in one very well evidenced case that a highly concerned Prison Governor brought particularly to my attention) a plethora of prison intelligence information
      suggesting that the driving force was a desire to make subsequent sexual offending very much easier, females being generally perceived as low risk in this regard. I am sure that the Governor concerned would be happy to talk about this.

    • Je n’ai pas tout lu, mais... en résumé... tu nais mâle, tu restes mauvais ? Ou même en t’identifiant femelle, tu conserves les tares du patriarcat ? A moins que ce ne soit que la testostérone ? Pourtant, avec intervention chirurgicale, la testostérone est supposée réduite ?

      L’étude qui fait couler des « male tears »...

    • Je ne crois pas que l’étude donne d’explication sociologique ou psychologique ou physiologique, et se borne à la constatation de ces taux en essayant d’être solide sur la durée et un pays entier. Je suppose pour que ça serve de base à approfondir dans d’autres études plus spécifiques ensuite et sur d’autres champs de recherche.

      This suggests that the sex reassignment procedure neither increased nor decreased the risk for criminal offending in male-to-females. By contrast, female-to-males were at a higher risk for criminal convictions compared to female controls and did not differ from male controls, which suggests increased crime proneness in female-to-males after sex reassignment.

      La suggestion est que quand on a été en lien d’une manière ou d’une autre avec la masculinité soit avant (MtF), soit après changement de sexe/genre (FtM, ça ne parle pas que des nés M), cela donne des taux plus haut en criminalité que le groupe contrôle de genre femmes. Et que donc dans tous les cas la masculinité est un problème, et est difficile à s’en débarrasser quoi qu’on en dise (puisque les MtF ont un taux similaire aux M cis).

    • tu nais mâle, tu restes mauvais ? Ou même en t’identifiant femelle, tu conserves les tares du patriarcat ? A moins que ce ne soit que la testostérone ? Pourtant, avec intervention chirurgicale, la testostérone est supposée réduite ?

      J’imagine que c’est pour démontré que tu peu pas parlé de ce sujet ^^
      La testo est pas mentionné dans l’étude et si c’était l’explication les femmes qui en prennent commetraient autant de crimes sexuels que les hommes hors c’est pas le cas.

      J’ai vu nulle part mentionné les mots gentils ou méchants non plus. Les trans ne sont pas bons ou mauvais, les hommes non plus, personne n’est ontologiquement bon ou mauvais à part dans les émissions de CNews et c’est justement ce genre de pensée binaire et essentialisantes qui pause de gros pbl en ce moment. Si il y a des gens bons ou mauvais, on va pas discuter avec les mauvais, on a plus qu’a les éliminer, les erradiquer. Or il est question nulle part d’éliminer qui que ce soit (sauf les TERF qu’il faut bruler comme j’ai appris le 8 mars dernier).

      Les hommes commettent 98% des crimes sexuels ca ne veux pas dire que 98% des hommes sont des criminels sexuels. Mais ca me semble important de savoir si les hommes qui se transidentifient femmes restent un danger pour les femmes. On parle ici d’hommes qui sont en prison et faut quand même violer copieusement pour être condamné car il y a entre 1 et 5% de condamnation des viols en France. Peut être que les hommes transidentifiés sont plus susceptibles d’être incarcérés que les homme qui ne se transidentifient pas mais pour le dire il faudrait une étude.

      Aux USA et au Canada les hommes qui s’auto-identifient femmes sont incarcérés avec les femmes et ca pause des problèmes aux femmes.
      Parmis les hommes transidentifiés femmes il y a une part atteinte de dysphorie de genre mais il y a aussi une part de fétichistes sexuels appelés autogynophiles et il y a aussi une part d’opportunistes qui se servent des revendications des libfem et transactivistes pour agresser des femmes en accedant à leurs espaces.

      Perso ca m’importe de ne pas enfermé des violeurs de femmes avec les femmes juste parcequ’ils ont déclaré qu’ils se sentent femme dans leur petit cœur de violeur. On me dira qu’il y a des psys qui peuvent en décidé mais justement non, les transactivistes sont psychophobes et psychiatrophobes et ils exigent que seul leur autodéclaration soit prise en compte.

      Aussi il n’y pas bcp de monde pour s’intéresser à la place des femmes transidentifiés homme dans les prisons. C’est vrai qu’il y en a peu et qu’etant des femelles illes n’interessent que très très très secondairement.
      Faut il les mettre avec les hommes qu’ils soient opérés ou pas ?
      Et il n’y a pas que des MtF et FtM chez les trans. Que faire des gender neutres, genderfluides, agender et des 107000 genres inventés par chaque personne qui veux performer des stérotypes pour son développement personnel ?
      Et les xénogender est ce qu’il faut les mettre au zoo puisqu’ils s’auto-identifient poney, dauphin ou chaton ?
      Si on a un pédocriminel atteint du syndrome de Peter pan est-ce qu’il faut le placé dans un foyer pour mineur puisque c’est son identité et que « l’identité ne se discute pas » ?


      En France les hommes qui se transidentifient femmes ne veulent pas être avec les femmes car ils préfèrent la compagnie des hommes, leur tran-identification leur permet d’avoir une cellule seule ce qui ne serait pas le cas avec les femmes. Les prisons pour femmes sont aussi peu nombreuses et ca les arrangent pas non plus pour les visites.
      Pour plus de détail là dessus
      https://www.youtube.com/watch?v=8RKbIHijgMs

      Les études sur les personnes trans sont rares et difficiles à faire. Les transactivistes harcèlent et détruisent la carrière des chercheuses et chercheurs qui voudraient investiguer ce sujet sans adhéré à leurs croyances. J’ai moi même subit de nombreuses menace et pressions ainsi que mes proches de la part de transactivistes et libfem. D’ailleur pour cette étude suédoise il y a de telles pressions des transactivistes que les chercheurs essayent d’euphémisé leurs résultats (sur la question du suicide).
      https://www.transadvocate.com/fact-check-study-shows-transition-makes-trans-people-suicidal_n_15483

      Les hommes transidentifiés femmes sont identiques aux hommes qui ne se transidentifient pas femmes sur le plan de leur dangerosité vis à vis des femmes. D’un point de vue féministe ca m’interesse de le savoir. L’étude est pas parfaite (il me semble que la seconde cohorte comporte 2-3 ans de données en moins que la première) et une étude isolée ne dit rien. Il en faudrait d’autres.

    • L’étude semble à double tranchant. Soit les mâles finissent en prison parce qu’ils sont socialisés mâles dans l’enfance, et c’est le patriarcat qui est en cause. Soit les mâles ont des gênes spécifiques, qu’une transition ne désactive pas, et alors, ce sont les mâles en général qui sont dangereux.

    • Bah ma citation de l’étude répond et donc non @biggrizzly :

      By contrast, female-to-males were at a higher risk for criminal convictions compared to female controls and did not differ from male controls, which suggests increased crime proneness in female-to-males after sex reassignment

      Donc bah oui, ça serait bien plutôt la masculinité et le patriarcat le problème (diantre, quelle surprise).

    • Le fait que des FtM aient aussi des problèmes de violence laisserait à penser que c’est plus un problème sociologique que biologique. Dans un cas (MtF) on a une diminution de la testostérone et dans l’autre (FtM) une augmentation... mais les comportements sont globalement les même, au moins ça laisse penser que ce n’est pas une variable très pertinente (sauf à penser qu’en avoir été « imprégné » à un moment à des répercussions à long terme) . Cela dit on est d’accord que l’étude ne donne pas de réponse là dessus, ce ne sont que des suppositions.

    • Merci pour vos réponses. Je n’étais pas allé assez loin dans la lecture, mes plates excuses pour le non-effort.
      Donc, l’étude est à renouveler. Pouvoir définitivement claquer le bec de tous les flemmards qui ne peuvent s’empêcher de tout voir à travers le prisme génétique serait une bonne chose pour l’humanité.

  • Ex-évêque "sanctionné" pour « voyeurisme » : la présidente des congrégations « atterrée »
    https://www.sudouest.fr/societe/religion/ex-eveque-sanctionne-pour-voyeurisme-la-presidente-des-congregations-atterr

    La présidente de la Corref a dénoncé le décalage entre le « mal commis » et les sanctions du Vatican contre cet ancien évêque, qui doit vivre à l’écart « une vie de prière et de pénitence » mais peut exercer comme aumônier et célébrer la messe

    Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref), s’est dite « atterrée » mardi par les révélations sur l’ancien évêque de Créteil sanctionné par le Vatican pour voyeurisme, s’interrogeant sur la portée des mesures disciplinaires.

    « Je suis atterrée », a déclaré Véronique Margron devant plusieurs journalistes, quatre jours après les révélations du diocèse de Créteil sur Michel Santier, évêque émérite de cet évêché, parti à la retraite en 2021 et sanctionné en novembre de la même année par les autorités vaticanaises pour des « abus spirituels ayant mené à du voyeurisme sur deux hommes majeurs », commis dans les années 1990 dans le cadre de la confession.

    Interrogée sur les mesures disciplinaires prises par le Vatican à l’égard de l’ecclésiastique, elle a pointé du doigt « un problème ».

    Décalage

    « Il y a, aujourd’hui, une disqualification des sanctions canoniques (du droit de l’Église) ordinaires », a dit la représentante des 450 congrégations et instituts de France. « La question, c’est le décalage entre le mal commis et le type de sanction ».

    Depuis vendredi soir, ces révélations ont créé de la colère parmi des collectifs de victimes et incompréhension et émoi chez des fidèles, certains dénonçant, sur les réseaux sociaux, « le silence » des évêques, un an après la publication choc du rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l’Église depuis 70 ans.

    #catholicisme #violences_sexuelles #violophilie

  • Rentrée parlementaire : la fièvre monte à l’Assemblée
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/rentree-parlementaire-la-fievre-monte-a-lassemblee-EhYjZHSPQvuYujeV0F-tPw

    "L’ambiance était électrique mardi à l’Assemblée où on a assisté à un incident de séance pendant les questions au gouvernement. Celle qui a ouvert les hostilité c’est Aurore Bergé, lorsqu’elle a évoqué, sans le nommer, Adrien Quatennens qui a reconnu…

    #Parlement #Violences_sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-rentree-parlementaire-la-fievre-monte-a-lassemble

  • Briser le silence des amphis

    Briser le silence des amphis est un #documentaire centré sur les témoignages de victimes de #harcèlement ou de #violences_sexistes et sexuelles au sein de l’#enseignement_supérieur. L’objectif est de faire prendre conscience au plus grand nombre de la réalité et des mécanismes de ces #violences, ainsi que de leur gravité, pour que la communauté universitaire dans son ensemble se mobilise contre le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles.
    Dans le documentaire Briser le silence des amphis, des étudiantes, des doctorantes ou encore des membres du personnel témoignent des violences sexistes et sexuelles qu’elles ont subies au sein de l’#université devant la caméra de la réalisatrice #Lysa_Heurtier-Manzanares. Une des conséquences presque systématique de ces violences est la réduction au #silence, et par ce fait leur #omission. Faire entendre ces récits c’est, au-delà de leur portée libératrice individuelle, œuvrer à compléter la part manquante de notre histoire collective. Ce documentaire apporte sa contribution à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur et la recherche : écoutons celles qui prennent la #parole et ne laissons pas le #silence s’installer dans nos amphis !


    http://artpiecultrices.fr/briser-le-silence-des-amphis

    https://vimeo.com/668940306


    #film #film_documentaire #violences_sexuelles #femmes #genre #ESR #facs #impunité

    –—

    ajouté à cette métaliste :
    https://seenthis.net/messages/863594

    ping @_kg_

  • Violences sexistes et sexuelles : la gestion des partis en question
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/violences-sexistes-et-sexuelles-la-gestion-des-partis-en-question-HWK1JJc

    Ces dernières années, les accusations d’agressions et violences sexistes et sexuelles envers des personnalités politiques se sont multipliées. Si ces affaires sont de natures et de gravité différentes, elles relèvent d’un même continuum de violences…

    #Politique #Sexisme #Violences_sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-violences-sexistes-et-sexuelles-la-gestion-des-pa

  • Un évêque prix Nobel de la paix accusé d’agressions sexuelles sur mineurs
    Lassantes ces histoires de viols et de pédophilie par cette organisation devant laquelle s’agenouillent les gouvernements.

    Le Vatican a indiqué jeudi avoir pris des sanctions contre l’évêque Carlos Belo, prix Nobel de la paix et figure de la lutte pour la liberté au Timor oriental, accusé de violences sexuelles sur des garçons mineurs pendant une vingtaine d’années.

    Le Saint-Siège, saisi de ce dossier « pour la première fois en 2019 » , a imposé en septembre 2020 des sanctions disciplinaires contre Mgr Belo, a indiqué dans un communiqué le directeur du service de presse, Matteo Bruni.


    Ces mesures comprennent notamment « des limitations à ses déplacements et à l’exercice de son ministère, l’interdiction de contacts volontaires avec des mineurs et de contacts avec le Timor oriental », a-t-il précisé en réponse à des journalistes.

    « En novembre 2021, ces mesures ont été modifiées et renforcées », poursuit le communiqué sans plus de détails, précisant que celles-ci ont été formellement acceptées par l’évêque.

    Enquête journalistique
    Ces déclarations interviennent au lendemain de la publication d’une enquête de l’hebdomadaire néerlandais De Groene Amsterdammer, faisant état d’agressions sexuelles et de viols sur de jeunes adolescents lors de déplacements du prélat timorais dans les années 1980 et 1990, témoignages à l’appui. 

    « L’évêque m’a violé et agressé sexuellement cette nuit-là. Tôt le matin, il m’a renvoyé (...) Il m’a aussi laissé de l’argent. C’était dans le but de me faire taire », rapporte ainsi une victime aujourd’hui âgée de 45 ans citée par le magazine, qui dit avoir enquêté sur ce dossier depuis 2002.


    Prix Nobel de la paix en 1996, Mgr Belo a été administrateur apostolique de Dili, la capitale du Timor-oriental, de 1983 à 2002, date à laquelle il avait remis sa démission à Jean Paul II en invoquant des raisons de santé avant d’être envoyé au Mozambique.

    Figure très respectée par les Est-Timorais, il avait joué un rôle central pour la défense des droits humains dans le pays, devenu indépendant en 2002 après plus de quatre siècles de colonisation portugaise et 25 ans d’occupation indonésienne (1975-1999).

    De Groene Amsterdammer, qui évoque d’autres victimes, dit avoir échangé avec une vingtaine de personnes - y compris des responsables politiques et au sein de l’Eglise catholique locale, très influente dans le pays - ayant connaissance du comportement de Mgr Belo.

    Contacté, ce dernier n’a pas donné suite aux questions de l’hebdomadaire.
     
    #religieux #religion #pédophilie #viol #culture_du_viol #enfants #pédocriminalité #viols#violences_sexuelles #impunité #violophilie #pedocriminalité #agressions_sexuelles

    Source : https://www.rtbf.be/article/un-eveque-prix-nobel-de-la-paix-accuse-d-agressions-sexuelles-sur-mineurs-11076

  • « Complément d’enquête ». Porno : une industrie hors de contrôle ?
    https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-le-porno-sera-t-il-bientot-interdit_5363956.html

    Des mois d’enquête, des centaines d’auditions et une trentaine de plaintes pour viols : l’industrie du porno est dans le viseur de la justice. Au cœur de cette tentaculaire affaire, peut-être un vaste système de traite d’êtres humains. Pour « Complément d’enquête », des actrices ont accepté de sortir du silence et de raconter les humiliations et les violences qu’elles ont décrites aux policiers. Un célèbre producteur français est au cœur de leurs accusations mais ce sont tous les géants du secteur, Marc Dorcel ou Jacquie et Michel, qui sont dans la tourmente.
    Un rapport du Sénat

    Car l’affaire relance le débat : faut-il ou non interdire le X ? Portée par certaines associations de défense des droits des femmes, la question est désormais officiellement posée au Sénat, où tous les géants du porno ont été entendus... tous sauf un. Il s’appelle Stéphane Pacaud, il est très discret mais ses sites cumulent près de 6 milliards de vues par mois, faisant de lui un des leaders mondiaux du X et un des Français les plus riches : sa fortune atteindrait 400 millions d’euros en 2021, selon nos confrères de Challenges.
    Une loi pour l’instant inapplicable

    Contenu extrême, marketing agressif, accès gratuit : aujourd’hui, les sites classés X sont parmi les plus visités d’Internet, ils représentent une recherche sur cinq sur smartphone. En France, une loi interdit leur accès aux mineurs... mais elle est pour l’instant inapplicable.

    Une enquête de Rola Tarsissi, Mathieu Dreujou et Michel Pignard.

    La rédaction de « Complément d’enquête » vous invite à commenter l’émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

    > Les replays des magazines d’info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique « Magazines ».

    #prostitution #pornographie #violences_sexuelles #viol #culture_du_viol #racisme #misogynie

  • Violences sexistes et sexuelles : l’impunité est révolue, place à la relève féministe – Libération
    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/violences-sexistes-et-sexuelles-limpunite-est-revolue-place-a-la-releve-f

    Silence, consternation, puis explosion de colère : chez les féministes, ce n’est pas une vague de dégoût qui nous a emporté·e·s après les déclarations de nombreux cadres et partis de gauche, c’est un vrai tsunami. Face à une solidarité masculine qui protège les agresseurs pullulant dans nos sphères politiques, nous appelons à une relève féministe.

    Sans vouloir être pénible, c’est un tsunami uniquement dans les milieux féministes... Parce qu’en dehors, c’est un petit peu la Bérézina. Quand je lis que Borne a eu un commentaire sur l’affaire, alors que son parti accumule les bras d’honneur à tout ce qui est féministe... je continue de hurler intérieurement, à la fois pour l’horreur que ce mépris assumé représente, mais aussi pour cette manie qu’on trouve entre nous à se déchiqueter les uns les autres sans fin. Car tu vois, les machos, chez les gauchos, on les vire, en moins de 72 heures, mais c’est pas encore suffisant. On te dit que les 72 heures, c’était déjà de trop. Et que c’était pas exprimé ceci ou cela.

    Je fais l’hypothèse que cette sorte d’acharnement (ce ne sont que des mots qui sont échangés, c’est un acharnement gentil, on est d’accord), n’est qu’un exutoire du fait de l’injustice et du mépris du camp d’en face. Mais. Bon. Là, ça a des aspects défouloir suicidaire.

    Eric Coquerel, Taha Bouhafs, et des propos insupportables tenus sur le sujet par Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise. Julien Bayou, pour lequel la commission interne d’EE-LV a été saisie pour violences psychologiques. Thomas Piketty. Puis Maxime Cochard au PCF et Benjamin Amar à la CGT, accusés de viol. Samir Elyes, du comité Adama, mis en cause pour violences physiques et psychologiques. Aujourd’hui Adrien Quatennens, visé par une main courante de son ex-compagne révélée sans l’accord de l’intéressée. A LFI, un silence de plomb de plusieurs jours. Les féministes alarmé·e·s guettent les réactions des cadres du parti qui, eux, regardent leurs pompes.

    • Des mois que les féministes doivent rappeler que les VSS s’inscrivent dans un système de prédation des femmes qui n’épargne aucun parti, aucune orga, aucune famille, aucun corps professionnel.
      https://threadreaderapp.com/thread/1572286276329672704.html

      Des mois que les féministes doivent rappeler que les VSS s’inscrivent dans un système de prédation des femmes qui n’épargne aucun parti, aucune orga, aucune famille, aucun corps professionnel.
      Des mois qu’en face on les noie de reproches pour/sans que rien ne change.
      Et aujourd’hui t’as la 1e ministre et d’autres membres de LREM qui se sont illustrées par leur impuissance dans les affaires Darmanin, Abad, Simiand, Peyrat, qui viennent leur demander des comptes ?
      L’audace ?
      Pardon mais si des affaires à droite sortent peu, c’est peut-être qu’elles sont étouffées ? Qu’elles ne ralentissent ni ne nuisent à la carrière des mis en cause avant que les féministes s’en emparent ?
      Ça devrait nous alerter un peu ?
      L’exigence d’égalité qui permet de dégager les auteurs de VSS à gauche devrait idéalement servir d’exemple aux autres partis ; en lieu et place, on a droit à des déclarations qui n’affichent aucune solidarité avec ces militantes, mais en plus les accuse de ne pas en faire assez.
      Absolument hallucinant. Je place mes espoirs et mon respect à toutes celles qui font bouger les choses.
      Plein soutien et beaucoup de courage aux féministes, ainsi qu’aux députées de 1e rang de la NUPES qui sont sous les feux de la rampe
      @ReleveFeministe

    • Je suis atteré qu’il n’y ait aucun travail mené notamment dans les partis politiques, sur le sentiment de puissance que donne le pouvoir et qui est tellement intense qu’il fait oublier l’existence de l’autre qui est dès lors transformé en figurant, en objet.

    • On ne nait pas prédateur, on le devient, idem pour le meurtre, la violence, la domination, l’humiliation infligée aux autres etc... ces potentialités d’un parcours humain n’appartiennent pas qu’a quelques catégories d’individus (les autres) elles sont potentiellement en chacun d’entre nous qui va en fonction des circonstances les canaliser, les domestiquer, les éteindre ou au contraire les laisser prospérer, les légitimiter par la construction d’une pensée, d’une idéologie, d’une position de pouvoir.

      Le monde de l’entreprise, le monde associatif, syndical et politique et ses structures pyramidales sont de véritables écoles du meurtre qu’ils soient réels ou symboliques.

      C’est sur cela que les groupes doivent travailler pas seulement sur le repérage des abuseurs présents tout en continuant à fabriquer les abuseurs futurs...

    • J’ajoute que ces députés ont des vies professionnelles intenses, avec des sollicitations dans tous les sens, les commissions, les sessions parlementaires, les sollicitations des journalistes, des administrés. Leur demander d’avoir à tous moments une réaction pertinente sur tous sujets dont ils n’ont pas tous les tenants et aboutissants, ce n’est pas raisonnable. C’est du pur harcèlement, et quand certains supposent que la LFI c’est le PC de Staline, hypercentralisé et hypercontrôlé, je crois qu’ils se foutent le doigt dans l’oeil. On en a au contraire une nouvelle démonstration de l’absolu opposé. Ils ont un mal fou à se mettre d’accord les uns les autres sur les bons éléments de langage, et pour ma part, je trouve ça plus rassurant que les robots LREM/Renaissance. Ceci dit, à cause de ça, on se retrouve avec certains députés LFI qui comme le premier Aliot venu ne cessent de réclamer la réintégration des soignants-crétins antivax-anti-tout...

      Mais oui, il faudrait que ces organisations soient en mesure de former leurs cadres sur ces sujets. Mais... Exactement comme ce n’est pas à l’école qu’on doit t’apprendre à dire merci... ce n’est pas aux partis à apprendre aux mâles de ne plus se comporter en patriarches... c’est à la société toute entière de montrer l’exemple. Et c’est bien la difficulté.

      Pour être à ces niveaux de militance et de pouvoir, il faut un tempérament particulier. Et hélas, la sélection se fait sur des traits comportementaux toxiques. Etre « charismatique », il doit forcément y avoir des lectures à ce sujet, mais ce n’est pas forcément être respectueux des consentements et tout et tout. etc...

    • C’est là où Geoffroy de Lagasnerie a raison, c’est sur l’éducation et le temps long qu’il faut travailler, ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui ont 40-50-60 ans, ils ont été socialisés et éduqués il y a 30 ou 40 ans, la grande majorité est tout à fait incapable d’intégrer les bouleversements de ces 20 dernières années ou même de les comprendre faute de pouvoir prendre le temps.

      Concernant les mécanismes de domination donc d’abus et de passages à l’acte divers à part quelques articles de criminologie je n’ai jamais rien trouvé d’accessible qui viendrait étayer mes hypothèses sur la violence physique des mecs ou la violence psychologique des femmes...

    • Sur les jeunes, c’est pas gagné non plus avec — entre autres — la domination de la porn culture qui fait que les gamines se sentent obligées de pratiquer la sodomie, ce genre de trucs…

      Ce serait une erreur de limiter ça à des questions générationnelles.

      Tu peux éduquer autant que tu veux, tant que l’exemple ne vient pas d’en haut, on n’a pas sorti le cul des ronces.

      Et puis, renoncer à la domination masculine, c’est renoncer à la masse incroyable de privilèges qui vont avec et quand la société se durcit sous les contraintes des prédateurs économiques, ce n’est pas le moment de lâcher le moindre avantage. Les féministes 1.0 n’avaient de cesse de le rabâcher  : le moindre retournement de conjoncture s’essuie immédiatement les pompes sur le dos des femmes.

    • Concernant la porn culture je ne comprends en effet pas bien quel est l’intérêt de banaliser la fellation, la sodomie après avoir valorisé « le missionnaire » si ce n’est en effet une question de domination « symbolique »...

      Le cinéma, les séries, les réseaux sociaux, les jeux ont une responsabilité évidente dans la fabrication des modèles « désirables »

      et la question du plaisir partagé semble ne pas franchir la rampe des conversations des comptoirs numériques...

      Après je pense que l’exemple ne vient pas que du haut, et que la domination masculine est aussi très bien enseignée par les femmes qui face à la violence du monde préférent « armer » leur progéniture en leur remplissant le crâne de notions guerrières (tu seras ingénieur mon fils et tu pourras passer 40 ans de ta vie devant un ordinateur en ne connaissant du monde que ce que les médias t’en raconteront...) ou alternative (tu feras une école de commerce et seras manager) tu appartiendras à l’élite qui décide ce qui est bon pour le peuple et tu gagneras bien ta vie ...

      Les parloirs de prison sont remplis de femmes qui n’auraient jamais imaginés : « il était si gentil quand il était petit, si sage... »

    • En politique, dans l’entreprise, les ONG, les assoces, les medias, le pouvoir se conquiert dans et par la violence, constitutive de tous les process de domination. Ce qui est parfaitement compatible avec les valeurs dites « de droite ». A gauche les mêmes processus sont en cours, mais sont totalement antagoniques avec les valeurs officiellement revendiquées. Donc ça implose, d’où le tableau actuel. Entièrement d’accord avec BigGrizzly et Olivier sur la « lessiveuse » que constitue désormais le maintien d’une position de pouvoir. Et là c’est un impensé colossal...

    • Caroline de Haas : cher J-LM,

      Tes prises de parole et celles de plusieurs personnes de ton entourage ont été une déflagration.

      Elles ont envoyé un message à toutes les #femmes qui ont été giflées : « c’est plus compliqué, vous comprenez ».

      Elles ont envoyé – que tu le veuilles ou non - un message à tous les hommes qui ont giflé : ils sont dignes et tu leur envoies ton affection.

      Elles ont envoyé enfin un message aux militantes féministes : vous n’êtes pas grand-chose.

      Tu le sais : la parole publique est normative. Quand un homme ou une femme politique prend la parole, cela cadre, renforce ou détruit. Ces derniers jours, tes déclarations ont abîmé le discours politique sur les #violences_sexuelles que nous avons construit, développé, structuré ces dernières années.

      Tu as dit que tu pouvais faire mieux. Il faudra. Il y aura d’autres histoires de violences dans les semaines, mois ou années qui viennent. Comment je le sais ? Parce que les #violences_sexistes et sexuelles sont massives, structurelles, présentes partout. Il y a d’autres victimes qui prendront la parole. Et donc d’autres personnes mises en cause.

      Tu parles beaucoup depuis quelques jours de « principes stables », de règles. Ces principes et ces règles existent lorsque l’on prend la parole sur les violences sexistes et sexuelles. Tu les as bafoués.

      #LFI #Nupes #Jean-Luc_Mélenchon #féminisme #féministes #gauche

    • Ce qui se passe aujourd’hui est un révélateur du fait que #MeToo, dont nous venons de fêter le cinquième anniversaire, n’a pas vraiment eu d’impact sur la réalité du monde #politique, pour ne parler que de celui-ci. Certains #hommes_politiques ont été inquiétés, plus rarement condamnés ; des hommes qui ont d’ailleurs souvent été soutenus par le président Macron. En réalité, la fenêtre ouverte par #MeToo s’est très vite refermée. Nous vivons un moment de #backlash féministe [1].

      #Julien_Bayou #EELV et hop ! #Libération plus haut qu’Roudinesco !

  • Une enquête révèle la face sombre du bouddhisme en Occident Ariane Hasler/hkr
    https://www.rts.ch/info/monde/13383387-une-enquete-revele-la-face-sombre-du-bouddhisme-en-occident.html

    Un documentaire choc, diffusé mardi sur Arte, revient sur les abus sexuels et financiers perpétrés par des lamas tibétains. Les deux journalistes Elodie Emery et Wandrille Lanos qui ont enquêté pendant plus de dix ans mettent également en cause le Dalaï Lama pour avoir tardé à agir.

    « Bouddhisme la loi du silence » : C’est le titre du documentaire choc diffusé mardi sur Arte et d’un livre qui sort mercredi. Les témoignages recueillis par les deux journalistes Elodie Emery et Wandrille Lanos évoquent des humiliations, des sévices psychologiques et physiques, des violences sexuelles et des viols.

    Loi du silence
    Plus de trente témoins mettent en cause treize lamas dans plusieurs pays. Ils dénoncent un système qui favorise ce genre d’abus en raison des liens particuliers qui unissent maîtres bouddhistes et disciples.

    Ainsi, quand un disciple choisit un maître, leurs vœux sont considérés comme sacrés et indéfectibles. S’ils sont rompus, il y aura des conséquences karmiques pour le disciple et ses proches, dit le bouddhisme. Le maître a donc toujours raison et ne doit jamais être remis en cause. Un système qui permet donc à des abuseurs potentiels, forts de leur ascendant spirituel, de profiter de la situation.

    Le Dalaï Lama mis en cause
    L’enquête met également en cause le Dalaï Lama pour n’avoir jamais pris clairement position contre ces abus alors qu’il en avait connaissance depuis 1993. Un groupe d’enseignants du bouddhisme l’avait en effet informé des agissements problématiques d’un lama. Le plus haut chef spirituel des tibétains ne le répudiera discrètement qu’en 2017, quand le scandale devient vraiment trop grand. Ce lama mourra sans jamais avoir été inquiété par la justice.

    Des victimes ont également tenté d’alerter le Dalaï Lama en 2018 à propos de cinq lamas différents sans que jamais ces démarches ne conduisent à une prise de parole publique de sa part.

    La Suisse aussi concernée
    La Suisse, qui possède la plus importante communauté tibétaine d’Europe, est également concernée par ces accusations. Une plainte a même été déposée en 2018 par une femme pour lésions corporelles simples et actes d’ordre sexuels sur une personne incapable de discernement. Elle visait un lama de la région lausannoise alors très en vue dans la communauté bouddhiste. Les faits se seraient déroulés entre 2007 et 2012 et la procédure est toujours en cours.

    Pour René Longet, coresponsable de la section romande de la société d’Amitié Suisse Tibétaine, interviewé mercredi dans La Matinale, les auteurs de ces actes sont tout simplement des « imposteurs » et ne sont pas représentatifs du bouddhisme tibétain. « Cela arrive dans toutes les religions, ce genre d’abus n’est pas intrinsèque au bouddhisme », tient-il à souligner. A noter qu’au moment de l’interview, il n’avait pas encore vu le film, mais uniquement lu l’article du Journal du dimanche sur le sujet.

    En Belgique, une instruction est également en cours contre un autre lama suite à plusieurs dépôts de plaintes. Les deux journalistes soupçonnent que le nombre de victimes est bien plus important que les témoignages récoltés.

    #pédophilie #religion #viol #culture_du_viol #bouddhisme #lama #enfants #pédocriminalité #viols #religion #violences_sexuelles #impunité #violophilie #pedocriminalité #dalaï_lama #Suisse #Belgique

  • #Suisse La présence d’un chanoine pédophile lors d’une messe crée un malaise en Valais Romain Carrupt/Flore Dussey/jop - RTS
    https://www.rts.ch/info/regions/valais/13365727-la-presence-dun-chanoine-pedophile-lors-dune-messe-cree-un-malaise-en-v

    Un chanoine ayant admis avoir été l’auteur d’actes pédocriminels a activement participé à une messe le mois dernier au Châble (VS), un faux pas qui génère un grand malaise. L’évêque de Sion Jean-Marie Lovey a présenté ses excuses.

    Aujourd’hui retraité, ce chanoine de la Congrégation du Grand-Saint-Bernard a participé, fin août, à l’ordination d’un jeune collègue en présence de l’évêque du diocèse de Sion Jean-Marie Lovey et du prévôt de la congrégation Jean-Michel Girard. Or, il n’était pas censé le faire et ses deux supérieurs ne sont pas intervenus, révélait mardi Le Nouvelliste.

    Car l’intéressé a avoué en avril avoir abusé d’un enfant de 12 ans dans les années 1980 au collège Champittet à Pully (VD). La victime en a informé récemment l’évêque de Sion. Une procédure auprès de la justice ecclésiale est en cours et, dans l’attente d’un jugement, une assignation au sein de sa communauté locale lui a été commandée. Cette décision a été validée par le Saint-Siège.

    Les excuses de l’évêque
    Dans le 19h30, Monseigneur Lovey a fait son mea culpa : "Je suis malheureux, triste et honteux d’avoir rajouté de la souffrance à la blessure de la victime. C’est un sentiment de demande de pardon. Une fois la célébration débutée, il est très compliqué d’intervenir. Mais avant la cérémonie, il aurait fallu réagir, évidemment."

    Le chef de l’église valaisanne s’engage en effet à éditer des recommandations sur la gestion de ce genre de situation. Il s’engage à prendre des mesures pour que le chanoine en question n’exerce plus d’activité ecclésiale. Monseigneur Lovey n’entend en revanche pas donner sa démission, estimant qu’il est un être humain comme les autres avec quelques petites grandeurs et quelques grandes faiblesses. « Ma situation est celle de quelqu’un qui a fait une faute. Est-ce que c’est à moi de compenser ou de rétablir ? Je ne crois pas. »

    Jean-Marie Lovey décrit son lien avec le chanoine comme un frère de communauté qu’il connaît depuis plusieurs décennies. Les deux hommes enseignaient à Champittet. « J’ai été atterré lors de la révélation de ses actes », a-t-il confié.

    Dans un communiqué diffusé mardi soir, le prévôt Jean-Michel Girard « s’excuse » également de ne pas avoir demandé au chanoine de partir. « La situation a généré un grand malaise et porte atteinte aux victimes d’abus des membres de l’Eglise ainsi qu’à l’ensemble des fidèles », écrit la Congrégation.

    « Atmosphère sereine »
    Si la victime du chanoine pédophile "croit volontiers" que les deux responsables religieux se sont « retrouvés devant le fait accompli dans cette église », elle ne comprend pas qu’ils n’aient « pas réagi ». « Quand vous avez des fonctions comme ça, il faut réagir », estime-t-elle.

    « L’autre chose qui me met hors de moi, c’est de me dire que mon agresseur a cru bon de faire partie de cette cérémonie. Ça veut dire que lui n’a pas réalisé les actes qu’il a commis. C’est ce que j’ai écrit à Mgr [Lovey], ça démontre bien que mon agresseur vit dans une atmosphère assez sereine, où il n’y a pas de sanctions autour de lui », déplore-t-elle.

    L’affaire est prescrite pour la justice pénale, mais pas pour la justice ecclésiale.

    Mercredi soir, Monseigneur Lovey ne pouvait pas dire s’il existe encore des cas non-révélés de prêtes enseignants en Suisse romande. « Si jamais il y avait des victimes de prêtres qui auraient abusé de ces façons-là, j’espère que ces victimes puissent se manifester. C’est comme cela qu’on pourra petit à petit alléger le poids de la vie de ces gens. »

    #pédophilie #viol #culture_du_viol #catholicisme #enfants #pédocriminalité #viols #religion #violences_sexuelles #pornographie #impunité #violophilie #pedocriminalité

  • La difficile régulation des thérapies « alternatives », comme la naturopathie

    Une vidéo où Irène Grosjean, grand nom de la naturopathie, recommande la friction des organes génitaux pour endormir un enfant malade a rappelé l’enjeu de l’encadrement de ces pratiques et de leur présence sur des sites comme Doctolib.

    Lundi 22 août, le compte Twitter du collectif L’Extracteur, qui veut dénoncer les dérives des pseudo-médecines, publie une vidéo dans laquelle Irène Grosjean, figure nonagénaire de la médecine dite « alternative », évoque la pratique des bains dérivatifs sur les enfants. Le principe de cette méthode, présentée comme ancestrale, consiste, selon elle, à « frictionner » les organes génitaux, plongés dans de l’eau glacée, des enfants fiévreux, afin de les endormir. « Au début, il [l’enfant] ne sera pas d’accord », admet la naturopathe, enjoignant de continuer tout de même. L’Extracteur détaille d’autres conseils dangereux de Mme Grosjean, qui recommande, par exemple, le jeûne aux femmes enceintes ou allaitantes.

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/08/31/naturopathie-reiki-lithotherapie-la-difficile-regulation-des-therapies-alter

    • Le tollé est immédiat, et cible rapidement la plate-forme Doctolib, accusée de référencer des praticiens se réclamant de Mme Grosjean, offrant de fait une caution de sérieux à ces pratiques non scientifiques, voire dangereuses. Dans un communiqué, le 23 août, le Conseil national de l’ordre des médecins « s’inquiète » de la confusion entretenue par Doctolib entre médecins et pratiques « ne s’inscrivant pas dans l’exercice médical » et appelle à des discussions. Plus véhément, un syndicat de médecin, l’UFML, demande que Doctolib s’en tienne au référencement des seules professions médicales reconnues.

      Dix-sept naturopathes déréférencés

      La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les pratiques sectaires (Miviludes), mobilisée depuis plusieurs mois sur les dérives des médecines alternatives, propose à son tour une réunion. Après une « discussion avec les responsables de Doctolib sur la nécessité de mieux former leurs équipes », la Miviludes organisera, « à la demande de la secrétaire d’Etat à la citoyenneté, Sonia Backès, une réunion de travail commune » dans la semaine du 5 septembre, explique son président, Christian Gravel.

      Pris de court, Doctolib a annoncé déréférencer 17 naturopathes ayant été formés par Mme Grosjean. Arthur Thirion, directeur France de l’entreprise, largement majoritaire sur le marché de la prise de rendez-vous médicaux, confirme au Monde qu’une « consultation large » est lancée, tout en rappelant que Doctolib « n’a pas autorité pour statuer sur le fait que les professions non réglementées » aient un droit d’exercice.

      Doctolib, qui a déjà modifié la signalisation sur sa plate-forme, promet des décisions rapides sur le sujet, mais demande également un débat « plus large » autour des médecines alternatives, en y incluant les associations de patients. Autant d’initiatives « accueillies favorablement » par le ministère de la santé, qui se dit « profondément attaché à la clarté et à la lisibilité de l’information en santé » mais ne s’exprime pas plus avant sur cette question sensible. En attendant les résultats de ces consultations, Doctolib a gelé les nouvelles inscriptions de praticiens de médecines « non conventionnelles ».

      M. Thirion assure que Doctolib n’a pas les moyens de vérifier individuellement « chaque naturopathe pour savoir qui fait quoi et qui dit quoi ». De fait, il est aisé de trouver sur la plate-forme des pratiques tenant plus du mysticisme que du soin : coupeurs de feu supposés guérir allergies ou érythèmes par apposition des mains ; praticiens du reiki promettant d’améliorer la circulation énergétique, y compris par des séances à distance ; adeptes de la lithothérapie, qui assurent soigner en usant des propriétés de certaines pierres…

      En réalité, note Sohan Tricoire, elle-même ancienne naturopathe, qui dénonce sur sa chaîne YouTube les dérives de cette discipline, il est difficile de distinguer « bonne » et « mauvaise » naturopathie, tant elle est constituée d’un amalgame de pratiques. « Il y a une grande porosité de disciplines. Chaque naturopathe va puiser à droite et à gauche, de l’ayurvéda hindou à la médecine chinoise. »

      « Hygiène de vie optimum »

      Née au XIXe siècle, notamment en Allemagne – où elle bénéficie aujourd’hui d’un statut légal –, la naturopathie n’a pas de définition médicale ni officielle en France, où elle est assimilée à une simple profession libérale, sans aucune exigence de diplôme ou de formation. Si la popularité de la discipline est incontestablement en hausse, portée par les crises sanitaires, les scandales de l’industrie pharmaceutique et l’aspiration à des vies plus saines, il est impossible de déterminer précisément combien de naturopathes exercent dans le pays.

      La Fédération française de naturopathie (FÉNA), qui a l’ambition de rassembler le secteur, la définit comme une pratique visant à « mettre en œuvre une hygiène de vie optimum et individualisée, (…) dont le but est le bien-être global et durable de la personne ». La porte-parole de la fédération, Sophie Pihan, se désole de cette polémique, assurant que « 95 % des naturopathes font ce métier en sachant quelle est leur place », celle d’un « éducateur de santé ».

      La FÉNA milite pour une reconnaissance officielle de la discipline, qui permettrait, selon elle, d’améliorer la qualité des formations, voire pour une « médecine intégrative » qui mêlerait naturopathie et pratique scientifique. Un vœu pieux, estime Clément (qui n’a pas souhaité donner son nom), l’un des membres du collectif L’Extracteur, tant la naturopathie se définit bien souvent par son hostilité à l’allopathie (la médecine scientifique), accusée d’être la cause même des problèmes de santé. La naturopathie se fonde sur des notions comme le causalisme – « penser que les problèmes de santé proviennent de notre éloignement des lois naturelles, voire divines », détaille Sohan Tricoire –, l’hygiénisme ou le vitalisme, l’idée que nous sommes traversés d’énergies mystiques, qu’on peut mobiliser et canaliser.

      « On y trouve beaucoup de discours antichimiothérapie, ou disant que le VIH n’existe pas », explique Mme Tricoire. C’est l’une des thèses d’Irène Grosjean – qui n’a pas répondu à nos sollicitations. Dans un de ses ouvrages, elle prétend avoir vu un patient atteint du VIH guérir grâce au jeûne et à la consommation de jus de légumes.

      Mme Grosjean organise des stages avec un autre praticien, Miguel Barthéléry. En 2021, ce naturopathe a été condamné à deux ans de prison avec sursis pour exercice illégal de la médecine, un jugement pour lequel il a interjeté appel. Des familles d’anciens clients l’accusent d’avoir éloigné leurs proches, atteints de cancer, de la médecine traditionnelle et des traitements adaptés, en prétendant les soigner par des remèdes naturels. « Il y a un certain nombre de référents en naturopathie qui sont au cœur de dérives thérapeutiques et sectaires », juge Christian Gravel, dont « une part importante des signalements » concernent le domaine de la santé. Pour lui, le discours d’Irène Grosjean, qui a déjà fait l’objet de saisines, dont certaines « particulièrement inquiétantes », « comporte un risque réel de détournement des malades des soins éprouvés et induit, chez certaines personnes, une emprise psychologique ».

      « Audience antisystème »

      L’institution s’était déjà saisie du cas de Thierry Casasnovas, naturopathe youtubeur à l’influence certaine, objet, lui aussi, d’un record de saisines à la Miviludes pour des soupçons d’emprise sectaire. M. Gravel assure être « lucide sur le dynamisme de ces réseaux, qui après la crise sanitaire ont bénéficié de l’exploitation d’un climat anxiogène et des peurs ».

      De fait, on trouve, au sein du front antipolitique sanitaire né de la crise liée au Covid-19, nombre de tenants des médecines naturelles. « Ces mouvances gagnent toute une partie de l’audience antisystème », note Tristan Mendès France, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et spécialiste du complotisme en ligne, pour qui la naturopathie, en offrant « une approche holistique, globale, une façon d’être », séduit des publics en recherche d’un discours « alternatif au mainstream en matière de santé ».

      Irène Grosjean devait d’ailleurs participer, le 3 septembre, au cinéma Le Grand Rex, à Paris, à l’avant-première du documentaire L’Empreinte, film consacré à Florian Gomet, ancien enseignant converti au crudivorisme et à la naturopathie, qui a parcouru 3 500 kilomètres en courant pieds nus. Un film coréalisé par Pierre Barnérias, déjà réalisateur de Hold-up, un documentaire conspirationniste à succès sur la pandémie. Face à la polémique, la salle a finalement préféré annuler l’événement. Mme Grosjean, pour sa part, assure sur Facebook vouloir « transformer ce qui arrive en une véritable opportunité pour faire découvrir au plus grand nombre les bienfaits de ce fameux bain de siège à friction ».

      #santé #naturopathie #doctolib #miviludes et #bain_de_siège_à_friction

    • La naturopathie se fonde sur des notions comme le causalisme – « penser que les problèmes de santé proviennent de notre éloignement des lois naturelles, voire divines », détaille Sohan Tricoire –, l’hygiénisme ou le vitalisme, l’idée que nous sommes traversés d’énergies mystiques, qu’on peut mobiliser et canaliser.

      #arnaque #entreprise #extrême_droite

  • Le cardinal Marc Ouellet visé par des allégations d’agression sexuelle Stéphanie Marin - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/745620/le-cardinal-marc-ouellet-vise-par-des-allegations-d-agression-sexuelle

    Le cardinal québécois Marc Ouellet est visé par des allégations d’agression sexuelle, qui ont été détaillées par une femme dans le cadre d’une action collective dirigée contre le diocèse de Québec.

    Cette action civile, commencée en 2020, a été autorisée par la Cour supérieure en mai dernier https://www.ledevoir.com/societe/713655/la-cour-autorise-une-action-collective-contre-le-diocese-de-quebec , ce qui signifie qu’elle pouvait dès lors franchir toutes les étapes requises pour se rendre jusqu’à un procès.

    C’est la première fois que le nom du cardinal y apparaît.


    Gregorio Borgia Associated Press Le cardinal Marc Ouellet (à droite), en compagnie du pape François, en février au Vatican

    S’il est le plus connu et le plus influent en raison de sa fonction, il n’est toutefois pas le seul membre de l’Église visé : la procédure, qui a été déposée mardi au palais de justice de Québec, contient les témoignages de plusieurs personnes — dont certaines étaient mineures au moment des faits reprochés — qui allèguent avoir été victimes d’au moins 85 prêtres, abbés, vicaires, évêques et diacres. Certains auraient fait plus d’une victime.

    L’action en justice vise une vaste période, couvrant des décennies, à partir de 1940.

    Elle est plus précisément dirigée contre la Corporation archiépiscopale catholique romaine de Québec et l’Archevêque catholique romain de Québec, qui sont tenus responsables pour ces agressions qui auraient été commises par divers religieux ou encore par des employés laïques sur un vaste territoire : le diocèse de Québec couvre de nombreuses villes outre la capitale, dont Baie-Saint-Paul, Plessisville et Thetford Mines.

    En plus de leur responsabilité pour des personnes sous leur égide, on reproche aux deux entités de n’avoir rien fait pour que les agressions cessent ni pour en prévenir d’autres. Elles n’ont pas non plus dénoncé les agresseurs aux autorités laïques et ne sont pas venues en aide aux victimes, est-il souligné dans l’action en justice.

    Un puissant cardinal
    L’une d’elles est une jeune femme désignée sobrement par la lettre « F. ». Elle témoigne avoir été agressée sexuellement par le puissant cardinal Marc Ouellet, maintenant âgé de 78 ans, et dont le nom a déjà été évoqué pour devenir pape.

    « F. » rapporte avoir été engagée en 2008 comme stagiaire au poste d’agente de pastorale au diocèse de Québec alors qu’elle avait 23 ans.

    Dans la procédure, elle décrit divers événements, dont l’un lors duquel Marc Ouellet lui a massé les épaules et caressé le dos, ou encore l’a embrassée « familièrement » en la retenant contre lui pour lui caresser le dos. À une autre occasion, elle soutient avoir l’impression d’être « pourchassée », alors qu’il traverse une salle entière pour aller s’asseoir près d’elle, alors qu’elle avait pris soin de s’installer loin de lui.

    « F. est inquiète, car son poste de stagiaire au Diocèse de Québec et son avenir professionnel dépendent du Cardinal Marc Ouellet. »

    À une autre occasion, en février 2010, lors de l’ordination d’un collègue, la jeune femme dit avoir croisé Marc Ouellet qui l’a embrassée de nouveau en lui disant « il n’y a pas de mal à se gâter un peu », des paroles qu’elle a jugées « inappropriées ». Elle ajoute qu’il a ensuite glissé sa main dans son dos jusqu’à ses fesses.

    « Ce geste surprend F., qui ne sait pas comment réagir. Ce jour-là plus que lors des rencontres précédentes, F. comprend qu’elle doit fuir le Cardinal Marc Ouellet autant que possible, le malaise qu’elle ressent est plus présent que jamais », est-il écrit dans la procédure.

    Le cardinal ne fait pas l’objet d’accusations criminelles. Quant au Diocèse de Québec, il a fait savoir mardi qu’il n’allait pas commenter les allégations visant Marc Ouellet.

    Le pape ordonne une enquête
    En janvier 2021, après des démarches auprès du Comité-conseil pour les abus sexuels envers mineurs et personnes vulnérables de l’Église catholique de Québec, « F. » écrit une lettre au pape François concernant le cardinal Marc Ouellet.

    Le mois suivant, elle est informée par courriel que le pape a nommé le père Jacques Servais pour enquêter.
     
    Or, est-il allégué dans la procédure, « le père Jacques Servais semble avoir peu d’information et de formation sur les agressions sexuelles en plus d’être possiblement un collaborateur du cardinal Marc Ouellet ».

    Aucune conclusion concernant sa plainte contre le cardinal Marc Ouellet n’a encore été transmise à « F. », soutient-elle dans la procédure.

    Selon le cabinet d’avocats Arsenault Dufresne Wee, qui pilote l’action collective http://adwavocats.com/pdf20/2022-08-16-Demande-introductive-dinstance-QC-vf.pdf , plus de 100 personnes lui ont confié avoir été victimes d’agressions de la part d’au moins 85 membres du clergé et d’employés laïques sous leur gouverne. Certains sont depuis décédés.

    Les témoignages détaillés dans la procédure ne sont pas des « cas isolés », font-ils valoir, et démontrent même le « caractère systémique » des agressions.

    Aucune des allégations des procédures n’a encore été prouvée devant un tribunal, et le dossier suit son cours. Des dommages compensatoires et punitifs sont réclamés pour tous les traumatismes, séquelles, angoisses et humiliations subis par les plaignants. Un procès devrait avoir lieu ultérieurement.

    Cette action est parmi les nombreuses ayant été intentées ces dernières années contre des congrégations religieuses au Québec.

    #religion #catholicisme #pape #domination #marc_ouellet #viol #culture_du_viol #femmes #viols #sexisme #violences_sexuelles #violence #misogynie #Quebec #Italie

    • Sept nouvelles plaintes pour abus déposées contre l’Archevêché de Montréal Hugo Prévost - Radio Canada
      https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1906011/eglise-catholique-montreal-archeveche-plaintes-abus

      Sept nouvelles plaintes pour abus ont été transmises à l’ombudsman de l’Archevêché de Montréal, révèle le plus récent rapport trimestriel de l’institution religieuse, qui couvre la période du 1er avril au 31 juillet de cette année.

      Le rapport en question, le quatrième du genre depuis l’arrivée en fonction de l’ombudsman, Me Marie Christine Kirouac, couvre la période allant du 1er avril au 31 juillet dernier.

      Le document précise que des sept plaintes pour abus, six ont été transférées au Comité consultatif à des fins d’enquête et de suivi.


      En tout, depuis le début des travaux de Me Kirouac, 58 plaintes d’abus ont été soumises audit comité, qui présente ensuite des recommandations à l’archevêque, Mgr Christian Lépine. De ce nombre, 33 concernent des abus sexuels.

      À ce total, précise le rapport trimestriel, il convient aussi d’ajouter 11 plaintes découlant d’anciens dossiers qui étaient sous la responsabilité du juge à la retraite André Denis, qui a présenté, au printemps dernier, les résultats d’un audit externe.

      L’audit en question portait sur de possibles abus sexuels à l’encontre de mineurs, sur une période allant de 1940 à ce jour.

      Toujours dans son rapport, l’ombudsman précise devoir consacrer “une bonne part de [ses] énergies actuelles à traiter des dossiers de plaintes qui, parfois, n’ont pas été traités du tout ; ont été traités, mais sans sanction ou même suivi ; ont été détruits, mais avec une mention expresse des abus qu’ils contenaient”.

      Si son mandat consiste à traiter les plaintes pour abus dans leur ensemble, et non pas seulement les allégations de nature sexuelle , Me Kirouac indique avoir “priorisé les cas où des abus sexuels ont été reprochés à des personnes encore en poste ou ayant toujours des facultés, afin de m’assurer de la sécurité de la communauté en premier lieu”.

      Au dire de l’ombudsman, les 11 plaintes liées aux anciens dossiers ayant été transmises au Comité consultatif viseraient autant de membres du clergé, qui auraient fait 22 victimes.

      Plusieurs abus récents
      Selon les plaintes reçues par l’ombudsman, dans le cadre de ce quatrième rapport trimestriel, la grande majorité des faits reprochés se seraient produits dans la décennie 2020 ; on note aussi des cas dans les années 1950 et 1960, même s’ils sont peu nombreux.

      Me Kirouac s’est intéressée à des cas liés à des abus psychologiques – abus de pouvoir, misogynie, etc. –, financiers, physiques, spirituels et sexuels.

      La quasi-totalité des plaintes, pour la période du 1er avril au 31 juillet de cette année, concernent des cas d’abus psychologique. On retrouve également une plainte pour abus financier, deux plaintes pour abus physique et une plainte pour abus sexuel, notamment.

      Pour l’ensemble des plaintes pour abus transmises au Comité consultatif, cependant, soit un total de 69, y compris les plaintes découlant de l’audit interne, les abus de nature sexuelle en viennent à représenter le tiers des cas, avec 33 plaintes.

      Suivent les abus psychologiques (26 cas) et physiques (10 cas), entre autres.

      L’ombudsman précise que dans les cas d’abus de nature sexuelle, près d’une victime sur deux (42,5 %) a été abusée à répétition. Ce taux passe à 80 % pour les victimes d’abus physiques.

      Toujours pour les cas d’abus sexuels dénoncés depuis le début du mandat de l’ombudsman, la plupart des faits se seraient produits dans les années 1950 et 1960, mais une bonne partie aurait aussi eu lieu depuis le début des années 2020.

      “Les abus, qu’ils soient sexuels, physiques ou psychologiques perpétrés durant les années cinquante et soixante l’ont été majoritairement par des membres des communautés religieuses”, indique l’ombudsman dans son rapport.

      Dans la conclusion de celui-ci, Me Kirouac estime que puisque les faits dénoncés sont de plus en plus contemporains, il s’agit d’une “preuve que le virage amorcé avec l’instauration du présent système fonctionne et qu’ensemble, nous pourrons mettre fin à toutes les formes d’abus”.

  • Reconnu coupable de viols, son agresseur ressort libre du procès
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/reconnu-coupable-de-viols-son-agresseur-ressort-libre-du-proces-OAW-EofPT

    Elle s’appelle Karine, elle a 25 ans et elle a été victime de #Viol en 2016 par Bamdad A. chauffeur de taxi. Le 30 juin, après 6 ans de procédure, son agresseur était jugé. Il risquait 15 ans de prison selon la loi, et pourtant malgré la gravité des faits,…

    #Justice #Police #Violences_Sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-reconnu-coupable-de-viols-son-agresseur-ressort-l

  • Patientes victimes de #Violences_Sexuelles : l’Ordre des médecins protège son corps
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/patientes-victimes-de-violences-sexuelles-lordre-des-medecins-protege-son

    De nombreuses patientes témoignent d’abus et d’agressions sexuelles au cours de consultations médicales. Mais face à la parole qui se libère, l’Ordre des médecins peine à prendre la mesure des plaintes reçues et reste frileux quand il s’agit de…

    #Me_too #Ordre_des_Medecins
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-patientes-victimes-de-violences-sexuelles-lordre-

  • Affaire Abad : les éléments de langage de #LREM en 4’52"
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/affaire-abad-les-elements-de-langage-de-lrem-en-452-3SzeVKOtSBGztf9ykv19W

    Depuis l’affaire Abad, c’est branle-bas de combat au gouvernement pour répondre à la polémique qui enfle. Une opération de communication très organisée, pour sauver le soldat Abad, ministre accusé de viol par deux femmes. Comment mettre la majorité hors…

    #Damien_Abad #Violences_Sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-affaire-abad-les-elements-de-langage-de-lrem-en-4

  • Abad, Darmanin : « l’ère de l’impunité est terminée »
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/abad-darmanin-lere-de-limpunite-est-terminee-O9JOKdrVQWizTnrcYoPKvg

    Les accusations de viol ne mettent pas en danger une place au gouvernement. On ne peut pas accepter. Les femmes ne sont plus dans une situation où elles se taisent. Une manifestation regroupant quelques centaines de personnes a défilé ce mardi 24 mai au…

    #Damien_Abad #Violences_Sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-abad-darmanin-lere-de-limpunite-est-terminee-O9JO

  • Affaire abad : qui savait ?
    https://www.blast-info.fr/articles/2022/affaire-abad-qui-savait-jNC56uiMTN6jLESsimlNUQ

    Qui peut imaginer un seul instant que le président de la République, monsieur Macron, que la Première ministre, madame Borne, ne savaient pas ? Le nouveau #Gouvernement plombé par l’affaire #Damien_Abad, les véritables raisons de la nomination de Pap Ndiaye…

    #Violences_Sexuelles
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-affaire-abad-qui-savait-jNC56uiMTN6jLESsimlNUQ.we

  • PPDA : 20 femmes prennent la parole

    https://www.youtube.com/watch?v=cnsKNvDplFo

    Mediapart vous propose une émission exceptionnelle : pour la première fois, vingt femmes qui ont témoigné dans l’enquête judiciaire contre Patrick Poivre d’Arvor s’expriment sur notre plateau. Certaines prennent la parole pour la première fois à visage découvert.

    #ppda #témoignage #violences_sexuelles #tf1 #médiapart #femmes

    C’était hyper rude, poignant, bouleversant…