• Enquête sur l’affaire Besson : ordonnée, la garde à vue du cinéaste n’a jamais eu lieu
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290919/enquete-sur-l-affaire-besson-ordonnee-la-garde-vue-du-cineaste-n-jamais-eu

    Mediapart s’est plongé dans l’enquête préliminaire pour « viol » qui a visé Luc Besson, classée sans suite en février par le parquet de Paris. Des actes n’ont pas été réalisés tandis que des contradictions apparaissent. La plaignante a déposé une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile. La juge désignée doit maintenant décider si elle poursuit les investigations.

    #Violences_sexuelles #parquet,_Luc_Besson,_viol,_Justice,_violences_sexuelles,_Enquête,_affaire_Besson,_Police,_Sand_Van_Roy,_A_la_Une

  • Enquête sur l’affaire Besson : ordonnée, la garde à vue du cinéaste n’a jamais eu lieu
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290919/enquete-sur-laffaire-besson-ordonnee-la-garde-vue-du-cineaste-n-jamais-eu-

    Mediapart s’est plongé dans l’enquête préliminaire pour « viol » qui a visé Luc Besson, classée sans suite en février par le parquet de Paris. Des actes n’ont pas été réalisés tandis que des contradictions apparaissent. La plaignante a déposé une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile. La juge désignée doit maintenant décider si elle poursuit les investigations.

    #Violences_sexuelles #violences_sexuelles,_Justice,_Police,_Sand_Van_Roy,_Luc_Besson,_Enquête,_viol,_affaire_Besson,_parquet,_A_la_Une

  • Affaire Epstein : l’ex-mannequin néerlandaise entendue par les enquêteurs
    https://www.mediapart.fr/journal/international/100919/affaire-epstein-lex-mannequin-neerlandaise-entendue-par-les-enqueteurs

    Selon nos informations, l’ex-mannequin néerlandaise qui avait écrit au procureur de la République de Paris le 5 septembre, dans le cadre de l’affaire Epstein, a été entendue par les enquêteurs français lundi 9 septembre. Elle accuse l’agent de mannequins Jean-Luc Brunel de l’avoir « droguée » puis « violée », en 1991.

    #Violences_sexuelles #Jean-Luc_Brunel,_signalement,_Jeffrey_Epstein,_audition,_Enquête

  • Affaire Epstein : une ex-mannequin livre son témoignage à la justice française
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060919/affaire-epstein-une-ex-mannequin-livre-son-temoignage-la-justice-francaise

    Selon nos informations, une ex-mannequin néerlandaise a écrit au procureur de la République de Paris le 5 septembre, dans le cadre de l’enquête ouverte sur Jeffrey Epstein. Elle accuse l’agent de mannequins Jean-Luc Brunel de l’avoir « droguée » puis « violée », en 1991. Elle devrait être entendue la semaine prochaine par les enquêteurs.

    #Violences_sexuelles #Jean-Luc_Brunel,_Jeffrey_Epstein,_Enquête,_signalement

  • Les patrons de LREM ont ignoré des accusations de #Violences_sexuelles
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050919/les-patrons-de-lrem-ont-ignore-des-accusations-de-violences-sexuelles

    Selon nos informations, les anciens collaborateurs du député de Toulouse Pierre Cabaré, visé par une plainte pour harcèlement et agression sexuels, avaient écrit à Richard Ferrand, Gilles Legendre et Stanislas Guérini pour dénoncer les agissements de leur employeur. Un courrier resté sans réponse.

    #Plainte,_Assemblée_nationale,_LREM,_Harcèlement_moral,_agression_sexuelle,_harcèlement_sexuel

  • Les patrons de LREM accusés d’avoir ignoré des accusations de #Violences_sexuelles
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050919/les-patrons-de-lrem-accuses-d-avoir-ignore-des-accusations-de-violences-se

    Selon nos informations, les anciens collaborateurs du député de Toulouse Pierre Cabaré, visé par une plainte pour harcèlement et agression sexuels, avaient écrit à Richard Ferrand, Gilles Legendre et Stanislas Guérini pour dénoncer les agissements de leur employeur. Un courrier resté sans réponse, selon nos informations.

    #harcèlement_sexuel,_Harcèlement_moral,_LREM,_Plainte,_agression_sexuelle,_Assemblée_nationale

  • Male rape survivors go uncounted in #Rohingya camps

    ‘I don’t hear people talk about sexual violence against men. But this is also not specific to this response.’
    Nurul Islam feels the pain every time he sits: it’s a reminder of the sexual violence the Rohingya man endured when he fled Myanmar two years ago.

    Nurul, a refugee, says he was raped and tortured by Myanmar soldiers during the military purge that ousted more than 700,000 Rohingya from Rakhine State starting in August 2017.

    “They put me like a dog,” Nurul said, acting out the attack by bowing toward the ground, black tarp sheets lining the bamboo tent around him.

    Nurul, 40, is one of the uncounted male survivors of sexual violence now living in Bangladesh’s cramped refugee camps.

    Rights groups and aid agencies have documented widespread sexual violence against women and girls as part of the Rohingya purge. UN investigators say the scale of Myanmar military sexual violence was so severe that it amounts to evidence of “genocidal intent to destroy the Rohingya population” in and of itself.

    But boys and men like Nurul were also victims. Researchers who study sexual violence in crises say the needs of male survivors have largely been overlooked and neglected by humanitarian programmes in Bangladesh’s refugee camps.

    “There’s a striking division between aid workers and the refugees,” said Sarah Chynoweth, a researcher who has studied male survivors of sexual violence in emergencies around the world, including the Rohingya camps. “Many aid workers say we haven’t heard about it, but the refugees are well aware of it.”

    A report she authored for the Women’s Refugee Commission, a research organisation that advocates for improvements on gender issues in humanitarian responses, calls for aid groups in Bangladesh to boost services for all survivors of sexual violence – recognising that men and boys need help, in addition to women and girls.

    Rights groups say services for all survivors of gender-based violence are “grossly inadequate” and underfunded across the camps – including care for people attacked in the exodus from Myanmar, as well as abuse that happens in Bangladesh’s city-sized refugee camps.

    Stigma often prevents Rohingya men and boys from speaking up, while many aid groups aren’t asking the right questions to find out.

    But there are even fewer services offering male victims like Nurul specialised counselling and healthcare.

    Chynoweth and others who work on the issue say stigma often prevents Rohingya men and boys from speaking up, while many aid groups aren’t asking the right questions to find out – leaving humanitarian groups with scarce data to plan a better response, and male survivors of sexual violence with little help.

    In interviews with organisations working on gender-based violence, health, and mental health in the camps, aid staff told The New Humanitarian that the needs of male rape survivors have rarely been discussed, or that specialised services were unnecessary.

    Mercy Lwambi, women protection and empowerment coordinator at the International Rescue Committee, said focusing on female survivors of gender-based violence is not intended to exclude men.

    “What we do is just evidence-informed,” she said. “We have evidence to show it’s for the most part women and girls who are affected by sexual violence. The numbers of male survivors are usually low.”

    But according to gender-based violence case management guidelines compiled by organisations including the IRC, services should be in place for all survivors of sexual violence, with or without incident data.

    And in the camps, Rohingya refugees know that male survivors exist.

    TNH spoke with dozens of Rohingya refugees, asking about the issue of ”torture against private parts of men”. Over the course of a week, TNH met 21 Rohingya who said they were affected, knew other people who were, or said they witnessed it themselves.

    When fellow refugees reached out to Nurul on behalf of TNH, he decided to share his experiences as a survivor of sexual violence: “Because it happened to men too,” he said.
    Asking the right questions

    After his attack in Myanmar, Nurul said other Rohingya men dragged him across the border to Bangladesh’s camps. When he went to a health clinic, the doctors handed him painkillers. There were no questions about his injury, and he didn’t offer an explanation.

    “I was too ashamed to tell them what had happened,” he said.

    When TNH met him in June, Nurul said he hadn’t received any counselling or care for his abuse.

    But Chynoweth says the problem is more complicated than men being reluctant to out themselves as rape victims, or aid workers simply not acknowledging the severity of sexual violence against men and boys.

    She believes it’s also a question of language.

    When Chynoweth last year started asking refugees if they knew of men who had been raped or sexually abused, most at first said no. When she left out the words “sexual” and “rape” and instead asked if “torture” was done against their “private parts”, people opened up.

    “Many men have no idea that what happened to them is sexual violence,” she said.

    Similarly, when she asked NGO workers in Bangladesh if they had encountered sexual violence against Rohingya men, many would shake their heads. “As soon as I asked if they had treated men with genital trauma, the answer was: ‘Yes, of course,’” she said.

    This suggests that health workers must be better trained to ask the right questions and to spot signs of abuse, Chynoweth said.
    Challenging taboos

    The undercounting of sexual violence against men has long been a problem in humanitarian responses.

    A December 2013 report by the Office of the Special Representative of the UN Secretary-General on Sexual Violence in Conflict notes that sexual and gender-based violence is often seen as a women’s issue, yet “the disparity between levels of conflict-related sexual violence against women and levels against men is rarely as dramatic as one might expect”.

    A Security Council resolution this year formally recognised that sexual violence in conflict also targets men and boys; Human Rights Watch called it “an important step in challenging the taboos that keep men from reporting their experiences and deny the survivors the assistance they need”.

    But in the Rohingya refugee camps, the issue still flies under the radar.

    Mwajuma Msangi from the UN Population Fund, which chairs the gender-based violence subsector for aid groups in the camps, said sexual violence against men and boys is usually only raised, if at all, during the “any other business” section that ends bimonthly coordination meetings.

    “It hasn’t really come up,” Msangi said in an interview. “It’s good you are bringing this up, we should definitely look into it.”

    TNH asked staff from other major aid groups about the issue, including the UN’s refugee agency UNHCR, which co-manages UN and NGO efforts in the camps, and the World Health Organisation, which leads the health sector. There were few programmes training staff on how to work with male survivors of sexual violence, or offering specialised healthcare or counselling.

    “The [gender-based violence] sector has not been very proactive in training health workers to be honest,” said Donald Sonne Kazungu, Médecins Sans Frontières’ medical coordinator in Cox’s Bazar. “I don’t hear people talk about sexual violence against men. But this is also not specific to this response.”

    "The NGO world doesn’t acknowledge that it happened because there is no data, and there is no data because nobody is asking for it.”

    No data, no response

    For the few organisations that work with male survivors of sexual violence in the camps, the failure to assess the extent of the problem is part of a cycle that prevents solutions.

    "The NGO world doesn’t acknowledge that it happened because there is no data, and there is no data because nobody is asking for it,” said Eva Buzo, country director for Legal Action Worldwide, a European NGO that offers legal support to people in crises, including a women’s organisation in the camps, Shanti Mohila.

    LAW trains NGO medical staff and outreach workers, teaching them to be aware of signs of abuse among male survivors. It’s also trying to solidify a system through which men and boys can be referred for help. Through the first half of the year, the organisation has interacted with 25 men.

    "It’s really hardly a groundbreaking project, but unfortunately it is,” Buzo said, shrugging her shoulders. “Nobody else is paying attention.”

    But she’s reluctant to advertise her programme in the camps: there aren’t enough services where male victims of sexual violence can access specialised health and psychological care. Buzo said she trusts two doctors that work specifically with male survivors; both were trained by her organisation.

    “It’s shocking how ill-equipped the sector is,” she said, frustrated about her dilemma. “If we identify new survivors, I don’t even know where to refer them to.”

    The issue also underscores a larger debate in the humanitarian sector about whether gender-based violence programmes should focus primarily on women and girls, who face added risks in crises, or also better include men, boys, and the LGBTI community.

    “If we identify new survivors, I don’t even know where to refer them to.”

    Buzo says the lack of services for male survivors in the Rohingya camps points to a reluctance to recognise the need for action out of fear it might come at the expense of services for women – which already suffer from funding shortfalls.

    The Rohingya response could have been a precedent for the humanitarian sector as a whole to better respond to male survivors of sexual violence, according to an aid worker who worked on protection issues in the camps in 2017 as the massive refugee outflow was unfolding.

    When she questioned incoming refugees about sexual violence against women, numerous Rohingya asked what could be done for men who had also been raped, said the aid worker, who asked not to be named as she didn’t have permission to speak on behalf of her organisation.

    “We missed yet another chance to open this issue up,” she said.

    Chynoweth believes health, protection, and counselling programmes for all survivors – female and male – must improve.

    “There aren’t many services for women and girls. The response to all survivors is really poor,” she said. “But we should, and we can do both.”

    http://www.thenewhumanitarian.org/news-feature/2019/09/04/Rohingya-men-raped-Myanmar-Bangladesh-refugee-camps-GBV
    #viol #viols #violences_sexuelles #conflits #abus_sexuels #hommes_violés #réfugiés #asile #migrations #camps_de_réfugiés #Myanmar #Birmanie

  • #MeToo en France : retour sur les essais et récits marquants de l’année
    https://www.mediapart.fr/journal/france/200819/metoo-en-france-retour-sur-les-essais-et-recits-marquants-de-l-annee

    Réflexions sur la culture du viol, le système patriarcal ou la masculinité, recueil de témoignages, récits personnels, enquêtes sur certains secteurs : de nombreux ouvrages ont été publiés en France dans la foulée du mouvement #MeToo. Mediapart en a sélectionné sept, qui, tous, chacun à leur manière, démontent les mécanismes aboutissant aux violences faites aux femmes : ceux de Mélissa Plaza, d’Astrid de Villaines, de Pauline Delage, de Francis Dupuis-Déri, de Valérie Rey-Robert, de Laure Murat et de Cécile Andrzejewski. > Retouvez notre série « Au détour des livres »

    #Au_détour_des_livres #violences_sexuelles,_#metoo,_harcèlement,_sexisme,_femmes,_A_la_Une

  • Centaines de plaintes pour pédophilie déposées en un seul jour à New York _ Pauline Simonet/oang - 16 Aout 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/10640578-centaines-de-plaintes-pour-pedophilie-deposees-en-un-seul-jour-a-new-yo

    Conséquence d’une nouvelle loi, des centaines de plaintes au civil pour pédophilie ont été déposées mercredi dans l’Etat de New York. Elles inquiètent de nombreuses institutions comme l’Eglise catholique, directement visée.
    La nouvelle législation permet aux victimes de demander réparation pendant un an, sans aucun délai de prescription. Les plaignants espèrent mettre au jour les complicités et protections dont les agresseurs ont bénéficié.

    Une rencontre sans effet avec le pape
    James Grein est l’une de ces nombreuses victimes qui vient de porter plainte et son cas est emblématique. Son agresseur présumé - l’ancien cardinal Theodore McCarrick défroqué l’an dernier après ses accusations - l’avait emmené rencontrer le pape Jean Paul II au Vatican en 1988.

    Agé de 30 ans à l’époque, il assure avoir confié au Souverain pontife lui-même et à quelques cardinaux les sévices dont il était victime depuis son plus jeune âge, sans aucun effet.

    Le Vatican directement visé
    Grâce à la nouvelle législation, James Grein, âgé aujourd’hui de 61 ans, peut porter plainte et c’est le Vatican lui-même qui est visé. Ses avocats vont exiger d’obtenir des archives et documents qui pourraient prouver l’ampleur des protections et complicités au sein de l’Eglise catholique.

    D’autres institutions sont aussi visées, comme les Scouts américains, le département de l’Education de New York ou encore l’université Rockefeller de Manhattan. Le nombre et l’importance des dossiers attendus est tel que 45 juges ont été spécialement désignés pour les traiter.

    #pédophilie #culture_du_viol #viol #catholicisme #enfants #viols #eglise #violences_sexuelles #pedocriminalité #justice #religion #pornographie #église #pédophilie_dans_l_eglise #justice

  • Bosses force female workers making jeans for Levis and Wrangler into sex | Global development | The Guardian
    https://www.theguardian.com/global-development/2019/aug/15/bosses-force-female-workers-making-jeans-for-levis-and-wrangler-into-se

    Women producing jeans for American brands including #Levi_Strauss, #Wrangler and #Lee have been forced to sleep with their managers to keep their jobs or gain promotion, an investigation into sexual harassment and coercion at garment factories in Lesotho has found.

    #femmes #violences_sexuelles #harcèlement_sexuel #jean #habillement
    https://www.workersrights.org/wp-content/uploads/2019/08/WRC-Factory-Assessment-re-Nien-Hsing-08152019.pdf
    via @mona

  • La mort de Jeffrey Epstein, accusé de trafic sexuel, inquiète les victimes
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110819/la-mort-de-jeffrey-epstein-accuse-de-trafic-sexuel-inquiete-les-victimes

    L’homme d’affaires accusé de trafic sexuel et de conspiration est décédé en détention le 10 août à New York. Sa mort, qualifiée de « suicide apparent » par le procureur général de la ville, interroge sur les suites judiciaires qui seront données à ce scandale aux multiples ramifications dans le monde politique américain.

    #Violences_sexuelles #suicide,_trafic_sexuel,_abus_sexuels,_Ghislaine_Maxwell,_Jeffery_Epstein

  • La Croix-Rouge à la peine face aux #Violences_sexuelles
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060819/la-croix-rouge-la-peine-face-aux-violences-sexuelles

    L’association, qui compte plus de 17 000 personnes salariées en France, a beau avoir mis en place un dispositif spécifique pour les situations de harcèlement sexuel, dans les faits, la pratique semble bien différente. Illustration avec le cas d’Émilie Hantzberg.

    #Croix-Rouge,_harcèlement_sexuel,_violences_sexuelles

  • Understanding sexual violence against men and boys in conflict

    Ten years after sexual violence in war was officially recognized as a threat to peace and security, sexual violence against men and boys still receives very little policy and research attention—and that needs to change.


    https://www.openglobalrights.org/understanding-sexual-violence-against-men-and-boys-in-conflict
    #viol #viols #violences_sexuelles #conflits #guerre #hommes #abus_sexuels #hommes_violés

  • Les #femmes de #pouvoir

    En ce début de XXIe siècle, les voix féminines se font de mieux en mieux entendre. Démonstration avec les parcours de femmes de conviction : Hillary Clinton, Michelle Bachelet, Inna Shevchenko. Une révolution tranquille est en marche. Petit à petit, le combat pour l’égalité des sexes progresse, dans les coulisses du pouvoir comme dans certains villages du tiers-monde. Aux quatre coins de la planète, à travers leurs trajectoires mêmes, des femmes contribuent à inspirer cette volonté de changement. Ce documentaire passe en revue leurs réussites et leurs combats : les militantes indiennes et nigériennes luttant pour leurs droits, mais aussi des personnalités telles que Christine Lagarde, Michelle Bachelet ou la Femen Inna Shevchenko. D’autres femmes engagées, comme Hillary Clinton, la théologienne Margot Käßmann (ex-évêque de Hanovre) et Melinda Gates, s’expriment dans ce film et donnent leur point de vue sur la condition féminine. Un documentaire qui montre comment, peu à peu, leurs comparses font tomber les barrières qui les empêchaient d’avancer.

    https://www.senscritique.com/film/Les_femmes_de_pouvoir/19821282
    #film #documentaire
    #politique_étrangère_féministe #égalité #leadership_féminin #maternité #Christine_Lagarde #Minouche_Shafik #revenu #quota_féminin #Angela_Merkel #droits_des_femmes #féminisme #Michelle_Bachelet #préjugés #politique #Inde #Daphne_Jayasinghe #toilettes #corruption #Suède #Chili

    #Margot_Wallström, qui déclare :

    «Sexual violence against women is not cultural, is criminal»

    #violences_sexuelles #viol

    #viol_comme_arme_de_guerre #sens_de_culpabilité #armes #commerce_d'armes #Haifaa_al-Mansour #invisibilité #invisibilisation #Arabie_Saoudite #sous-représentation_féminine #religion

    #femmes_du_mur (#mur_des_lamentations)

    #Elana_Sztokman —> #mouvement_féministe_juif_orthodoxe
    (#judaïsme #judaïsme_orthodoxe)

    ligne de bus « #meandrine » (= de stricte observance)

    #ségrégation #patriarcat #radicalisme_religieux #Femen #auto-détermination #mariage_forcé #Niger #mortalité_maternelle #droit_à_l'avortement #avortement #droits_sexuels_et_reproductifs #IVG #Morena_Herera

    #El_Salvador #Las_17 (https://las17.org)

    #machisme
    contrôle de la #fertilité

    Incroyable maire d’un village en #Inde :
    #Chhavi_Rajawat


    https://en.wikipedia.org/wiki/Chhavi_Rajawat

  • Hôtesses : le tour de France du sexisme | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/helena-berkaoui/blog/010819/hotesses-le-tour-de-france-du-sexisme

    Une pétition pour « la fin des hôtesses podium » sur le tour de France, il n’en fallait pas plus pour déclencher une fureur insensée au pays de l’amour courtois. Sur les réseaux sociaux, les attaques contre les féministes déferlent. Coupables de pudibonderie, quand elles ne sont pas soupçonnées de vouloir mettre toutes les hôtesses du pays au chômage. Voilà ce que coûte le fait de remettre en cause le caractère foncièrement sexiste des hôtesses podium. Un enseignement en soi. Mais au-delà de cette vague de haine misogyne, certaines questions doivent être posées. Celle de la condition des hôtesses, celle du #sexisme intrinsèque de cette profession et celles des nombreuses dérives existantes : #discriminations , paupérisation, #harcèlement ...

    Être hôtesse n’est pas une sinécure. Être hôtesse implique d’être traitée différemment. Avec un savant mélange de mépris de classe mâtiné de #sexisme . C’est être draguée comme si vous étiez là pour ça, comme si vous deviez vous en réjouir. C’est souffrir péniblement les palabres d’hommes, les « compliments » dont on se passerait bien volontiers. Cette drague n’est pas commune, c’est une prise de pouvoir brutale qui pourrait aisément se traduire par : « Tu es une femme, tu es jeune et tu es précaire ». Être environné d’hôtesses est un privilège de classe. Ces hommes ne se permettraient pas de tels comportements dans d’autres contextes. Je parle ici de « drague lourde » mais cela peut évidemment aller plus loin, jusqu’aux #violences_sexuelles. Vous n’imaginez pas à quel point les hommes peuvent être tactiles avec les hôtesses.

    .
    .
    .

    La pétition lancée par des militantes féministes allemandes et soutenue, entre autres, par Fatima Benomar a déclenché des attaques enragées, invraisemblables. Fatima Benomar, qui a l’outrecuidance d’être racisée en plus d’être féministe, a fait face à une violence effarante mais pas si surprenante. Gabrielle Schütz explique que la fonction d’hôtesse permet la « réassurance des identités sexuées », elle est un prolongement, dans l’entreprise, « du travail féminin dans la sphère domestique ». Toucher à cette profession, remettre en cause ses fondements, suppose de bouleverser un ordre établi. En cela, la colère des hommes en dit beaucoup plus sur la bonne santé du patriarcat que sur le débat en lui-même. Ces défenseurs des droits des hôtesses autoproclamés sont beaucoup plus discrets lorsqu’il s’agit d’égalité salariale ou de revalorisation des professions féminisées.

    #male_gaze #travail #hétérosexisme #hôtesses #femmes

  • La plainte visant un directeur de la FFF classée sans suite
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310719/la-plainte-visant-un-directeur-de-la-fff-classee-sans-suite

    Selon nos informations, le parquet de Paris a classé sans suite la plainte pour harcèlement sexuel et tentative d’agression sexuelle déposée par une ancienne salariée contre l’un des directeurs de la Fédération française de football. La FFF avait reconnu des propos « inadaptés », mais sans caractère sexuel. La procédure aux prud’hommes continue.

    #Violences_sexuelles #harcèlement_sexuel,_Plainte,_Fédération_française_de_football,_FFF,_agression_sexuelle

  • Corruption à la BAC du 18e : révélations sur un policier trop bien noté - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/corruption-a-la-bac-du-18e-revelations-sur-un-policier-trop-bien-note-07-

    Le brigadier Karim M., 45 ans, a été mis en examen et écroué en juin, soupçonné d’avoir mis sur pied un système de racket massif de dealers à la Goutte-d’Or, où il travaillait depuis quinze ans.

    Il n’aurait jamais dû entrer dans la police, même s’il était bien noté par sa hiérarchie et apprécié de ses collègues comme des commerçants du quartier. Karim M., 45 ans, dit Bylka (kabyle en verlan), était une figure du commissariat et du quartier de la Goutte-d’Or dans le 18e arrondissement de Paris, son lieu de travail depuis toujours.

    Mais depuis la nuit du 13 au 14 juin, le policier de la brigade anticriminalité (BAC) du 18e dort en prison, mis en examen pour une ribambelle de crimes et délits : corruption passive, blanchiment, association de malfaiteurs, transport et détention de stupéfiants, vols, détournement et accès frauduleux aux fichiers de police…

    Comme l’a révélé le site Internet Les Jours, le brigadier est soupçonné d’avoir mis en place un système de racket massif, rodé et ancien, allant du vol régulier (argent, stupéfiants, objet de valeur) à la possibilité de monnayer sa protection. En clair, le policier aurait instauré une sorte de droit du travail pour les dealers du secteur.

    Pour ne pas être interpellés, les petits trafiquants devaient lui « payer l’assurance », selon sa propre expression. Karim M. est soupçonné d’avoir écoulé son argent en Algérie, via des circuits opaques. Des investigations sont en cours.

    Le brigadier aurait aussi « habillé » les procédures, en notifiant des saisies de drogue effectuées auprès de dealers qu’il interpellait les mains vides. C’est ce qui lui vaut d’être poursuivi pour « faux en écriture publique aggravée », une qualification passible de la cour d’assises pour un policier.

    Dans son sillage, quatre autres policiers ont été mis en examen ainsi que deux dealers, soupçonnés d’avoir corrompu les fonctionnaires. En garde à vue, les collègues de Karim M. - trois d’entre eux sont de jeunes recrues arrivées depuis peu dans le service - ont expliqué n’avoir rien compris aux pratiques douteuses de leur chef par intérim, le numéro un du groupe étant en congé maladie. Selon leurs déclarations, lorsque Karim M. disait à un dealer : « Il va falloir prendre une assurance », ils imaginaient qu’il lui proposait de devenir un indic et que la monnaie d’échange était le renseignement humain.
    « La hiérarchie savait que l’équipage de cette BAC était pourri »

    « Mon client sert aujourd’hui de fusible, alors qu’il a toujours été bien noté par sa hiérarchie, s’insurge Me Claire Doubliez, l’avocate du brigadier. Karim M. conteste tout fait de corruption. Il n’a jamais pris d’argent dans sa poche, en dehors de son traitement. » Elle affirme que « son erreur est d’avoir manipulé des indics non référencés, ce qui est interdit. Mais il l’a fait dans l’intérêt des habitants et des commerçants du quartier ».

    Quelle est la responsabilité de l’administration policière dans la dérive de ces fonctionnaires ? « La hiérarchie savait que l’équipage de cette BAC était pourri, et dans le collimateur de l’IGPN. Pourtant elle a laissé de jeunes gardiens de la paix aller au casse-pipe », relève une source proche de l’enquête. Une chose est sûre : Karim M. n’aurait jamais dû se retrouver dans la police.
    Relaxé en conseil de discipline

    Comme nous le révélons, sept ans avant son entrée à la préfecture de police (PP) de Paris, il avait été condamné pour des violences ayant entraîné une infirmité permanente à l’encontre d’un automobiliste avec qui il avait eu un accident corporel. Il avait aussi été poursuivi pour des faits de rébellion contre un policier. « Un robocop, connu pour ses méthodes musclées, précise un proche. Il faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de jeunes. »

    Karim M avait alors 22 ans, et a échappé de justesse à l’inscription de ses condamnations au casier n° 2. Ce qui l’aurait empêché de porter le képi… Néanmoins, le jeune homme était connu au Fichier des antécédents judiciaires (TAJ). Mais il aurait oublié de signaler ces faits lors de son recrutement.

    Ce qui est plus étrange, c’est que lorsque la préfecture de police a découvert le pot aux roses en 2007, le policier a été relaxé en conseil de discipline. Même mansuétude, en 2009, lorsque le gardien de la paix reçoit un « rappel à la règle », la plus petite des sanctions disciplinaires, pour des violences réciproques à la suite d’un différend avec un automobiliste. Enfin, le 2 mars 2018, devenu brigadier, Karim M. a écopé d’un simple avertissement, alors qu’une journaliste anglaise l’avait accusé de s’être masturbé devant elle. L’affaire avait été classée par le parquet de Paris pour faits non caractérisés.
    Depuis seize ans à la Goutte-d’Or

    Petit trapu, les cheveux rasés avec des plis dans la nuque, la silhouette de Karim M. hante le 18e arrondissement de Paris depuis 2003, année d’entrée dans la police. Il est d’abord intervenu sur le terrain en tenue puis en civil avec la BAC de la Goutte-d’Or. Sans jamais travailler dans un autre quartier.

    Pourquoi l’avoir laissé aussi longtemps dans un arrondissement aussi sensible ? « Tous les feux étaient au rouge, notamment au regard de son passé judiciaire et des activités commerciales de sa famille dans le quartier. Son père est à la tête d’un hôtel-restaurant, son cousin d’un bar, constate une source proche de l’enquête. C’est l’hypocrisie d’un système, où les bons résultats suffisent parfois à satisfaire la hiérarchie. »

    C’est seulement à la suite de la dénonciation d’un de ses collègues, que le parquet de Paris a déclenché en octobre dernier une enquête. Un signalement qui serait lié à un litige autour de la disparition d’une belle somme d’argent, selon un policier du 18e. Pour confondre le policier, des moyens importants ont été déployés. L’IGPN a ainsi sonorisé deux véhicules de service et un local de la BAC pour arriver à ses fins.

    #police #violences_policières #violences_sexuelles #violences_masculine #violence_d'etat

  • Violences sexuelles : les enquêtes classées sans suite, une épreuve pour celles qui osent parler | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/050719/violences-sexuelles-les-enquetes-classees-sans-suite-une-epreuve-pou

    Le Parquet de Saint-Nazaire vient d’annoncer classer sans suite deux enquêtes ouvertes quelques jours plus tôt : l’une pour des faits de viols révélés par une conseillère municipale Gaëlle Betlamini mettant en cause un adjoint au Maire Martin Arnout. L’autre déposée par cet adjoint contre Laurianne Deniaud, première adjointe, qui l’aurait diffamé en alertant sur la situation de sa collègue.

    Que nous dit cette affaire ?

    Elle nous dit deux choses : que la parole des femmes victimes de violences sexuelles est extrêmement fragile et qu’elle ne se porte pas nécessairement dans le cadre d’une plainte pénale. Elle nous dit également que celles et ceux qui recueillent cette parole et font le choix d’alerter sont aussi renvoyés au silence sous peine d’être poursuivis pour diffamation.

    L’affaire qui a secoué Saint-Nazaire débute à l’occasion d’une formation consacrée aux femmes élues.

    Gaëlle Betlamini confie à cette occasion à ses collègues, avoir elle-même subi des de faits de viols par un adjoint.

    Avec l’accord de celle-ci, Laurianne Deniaud et trois autres élues alertent le Maire sur les faits dans un courrier qui ne désigne aucun coupable. Elles y dénoncent également un climat de sexisme ambiant qui régnerait au sein de la municipalité.

    Après plus d’un an de tension, le Maire de Saint-Nazaire, sans avoir pris la peine d’informer au préalable Gaëlle Betlamini, évoque le sujet lors d’une réunion des élus socialistes, présentant les faits comme relevant d’une affaire privée.

    Laurianne Deniaud, présente à la réunion et qui, depuis des mois, constate le profond désarroi de sa collègue, rappelle alors qu’il s’agit potentiellement de faits de viols et que la parole recueillie doit être protégée. En réponse, Martin Arnout, absent lors de la réunion, dépose plainte contre elle pour diffamation.

    Deux enquêtes préliminaires sont ouvertes. Elles sont désormais toutes deux classées sans suite. Laurianne Deniaud et Gaëlle Betlamini ont toutes deux démissionné de leurs fonctions au sein du conseil municipal.

    Elles ont tour à tour essuyé critiques, mépris, défiance.

    Depuis un an, il a été reproché à Gaëlle Betlamini de ne pas avoir déposé plainte, la renvoyant ainsi à sa propre carence.

    Nous constatons chaque jour dans nos cabinets à quel point des victimes de violences sexuelles peuvent porter en elles la peur d’aller déposer plainte.

    Elles ont peur de ne pas être crues, de blesser leurs proches, de voir leur vie entière disséquée, exposée. Elles redoutent d’être mal reçues, renvoyées à leur propre responsabilité. Elles redoutent aussi les questions, les contre-questions, les examens gynécologiques, psychologiques, psychiatriques, les confrontations... Elles craignent d’être jugées et de passer finalement elles-mêmes de victime à coupable.

    Nombre d’entre elles ont peur des représailles, de la réitération des faits et préfèrent souvent composer avec un équilibre précaire qu’elles auront réussi à trouver parfois à grand peine.

    Elles savent, parce que les viols se déroulent bien souvent sans témoins que même si elles engagent ce processus lourd et couteux, l’issue en est forcément incertaine.

    Tout cela, Gaëlle Betlamini le savait.

    Sa parole n’en a pas moins de valeur.

    Devons-nous rappeler que 93 000 femmes par an déclarent avoir été victimes de viol ou tentative de viol et que 10 % seulement d’entre elles déposent plainte ? Les 90 % restant doivent-elles être condamnées à se taire parce qu’elles ne font pas le choix de la justice pénale pour parler ?

    Il a été reproché à Laurianne Deniaud d’avoir diffamé mais aussi d’avoir instrumentalisé cette affaire afin d’en tirer avantage personnel sur le plan politique. Rien ne lui aura été épargné.

    L’ancien édile de la Ville auquel rien n’avait été demandé se désolait de ce que [Laurianne Deniaud] profite de cette intrigue qu’elle anime de manière quasi-professionnelle pour affronter et harceler le maire David Samzun digne et irréprochable dans ses interventions...

    Pour avoir rappelé qu’il ne s’agissait pas simplement d’une affaire privée balayée par l’absence de plainte, Laurianne Deniaud a vu également sa responsabilité pénale engagée. Il lui a fallu se défendre sur tous les fronts.

    La méthode de la plainte en diffamation est connue. Denis Baupin, et d’autres avant lui, l’ont éprouvée.

    Il ne s’agit pas ici de laisser libre champ à toutes les atteintes à l’honneur et à la considération, d’où qu’elles proviennent.

    Mais il faut comprendre que la plainte en diffamation ou en dénonciation calomnieuse se systématise dès lors que des femmes prennent la parole et brisent le silence de ce qu’elles endurent depuis des décennies : agressions, harcèlement sexuel au travail, misogynie du quotidien…

    #Me Too, Balance ton porc et la libération de la parole des femmes produisent des effets ; les femmes maintenant parlent. Pour autant alerter n’est pas diffamer.

    Dans cette affaire, Laurianne Deniaud a porté une parole qu’elle avait recueillie en accord avec celle qui lui avait fait confiance en osant parler.

    Elle a demandé au Maire de traiter le problème, sans renvoyer nécessairement à la justice mais en faisant appel à des professionnels dont c’est le métier.

    Chaque organisation a cette responsabilité : ne pas renvoyer les situations à un conflit d’ordre privé ou à l’incontournable nécessité de saisir la justice. D’autres alternatives existent : traiter la question au sein de l’équipe municipale aurait permis à Gaëlle Betlamini de ne pas se retrouver devant des policiers alors qu’elle ne le souhaitait pas, et aurait peut-être permis à Martin Arnout de se défendre autrement qu’en déposant plainte pour diffamation.

    Le Parquet de Saint-Nazaire n’a pas classé sans suite les deux affaires de la même manière. Son communiqué précise que les investigations n’ont pas permis de caractériser les faits de viol. Il rappelle à l’adjoint diffamé qu’il a lui-même la faculté de saisir une juridiction de jugement. Dont acte.

    La gestion de cette affaire nous inquiète. Au-delà des cas personnels, elle est un message envoyé aux femmes qui osent parler et à celles et ceux qui les soutiennent. Et ce message n’est pas le bon.

    Signataires :

    Anne Bouillon, avocate ;

    Elen Thoumine, avocate

  • Violences sexuelles à l’université : le gouvernement améliore (un peu) la loi
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050719/violences-sexuelles-l-universite-le-gouvernement-ameliore-un-peu-la-loi

    Après la révélation d’une série d’affaires visant l’enseignement supérieur et la recherche, le gouvernement a amendé l’organisation des procédures disciplinaires, dont les dysfonctionnements sont souvent patents. Les victimes pourront enfin être accompagnées. Mais une disposition est contestée, au nom de l’indépendance de la justice universitaire.

    #Violences_sexuelles_ #Frédérique_Vidal,_Université,_violences_sexuelles,_sexisme,_Recherche,_enseignement_supérieur,_CNESER,_violences_sexistes

  • Violences sexuelles : « La parole s’est libérée »

    La nouvelle directrice du Centre LAVI, Muriel Golay, fait le bilan de l’année 2018. Même si les obstacles restent nombreux, toujours plus de victimes d’agressions trouvent le courage de dénoncer la situation.

    Le bilan est préoccupant. Le nombre de demandes d’aide auprès du Centre genevois de consultations de la Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infractions (LAVI) a augmenté de 23% en 2018. La hausse la plus importante, de 30%, concerne les infractions contre l’intégrité sexuelle. L’association, créée en 1994, a pour mission d’offrir une aide juridique et psychologique gratuite aux personnes ayant subi une infraction pénale qui a atteint leur intégrité physique, psychique ou sexuelle.

    Depuis le 1er avril, Muriel Golay est la nouvelle directrice du Centre genevois. Passionnée par les politiques publiques de justice sociale, elle a travaillé pendant plus de dix ans à la tête du bureau de promotion de l’égalité entre femmes et hommes. Elle analyse le rapport d’activité du Centre LAVI pour Le Courrier.

    Vous avez travaillé au bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes. En quoi la perspective de genre est-elle pertinente pour le centre LAVI ?

    Muriel Golay : Dans 72% des cas, ce sont des femmes qui font appel à nos services, majoritairement dans le cadre de #violences_conjugales. Ensuite, la perspective de genre est fondamentale pour comprendre la manière dont les institutions vont apporter leur aide. Par exemple, il y a vingt ans, la catégorie « des hommes victimes de violence conjugale » était inexistante. Cette nouvelle catégorie génère le besoin de structures spécialisées.

    Comment expliquer l’augmentation des demandes de consultation ?

    Le Centre enregistre une hausse des demandes d’aide presque chaque année. En 2018, on constate une explosion qui suit l’augmentation des infractions dénoncées par la police genevoise. Premier facteur : la collaboration avec la #police qui dirige systématiquement les #victimes vers le Centre LAVI. Après vingt-cinq ans d’existence, notre expertise est aussi mieux connue. Nous sommes ancrés dans le réseau institutionnel, avec l’Hospice général, Solidarité femmes et les Hôpitaux universitaires de Genève, qui dirigent les personnes vers nous. Enfin, le mouvement #MeToo doit être pris en compte. La parole s’est libérée et les victimes savent que leur cas n’est pas isolé. La mobilisation historique de la grève du 14 juin confirme d’ailleurs une réelle évolution de la société sur ces questions.

    Les victimes osent donc plus facilement dénoncer ?

    Oui. Mais sur le terrain nous constatons que les personnes ont toujours un grand sentiment de honte. Dans la majorité des cas de violences contre l’#intégrité_sexuelle, l’auteur est connu. Ce qui rend la démarche extrêmement difficile.

    Les #agressions_sexuelles sur personnes mineures sont également en augmentation (35 cas en 2017 contre 81 cas en 2018)…

    La dynamique du mouvement #MeToo peut ici aussi expliquer le nombre d’adultes qui souhaitent dénoncer un abus vécu pendant l’enfance. Il n’est jamais trop tard pour se reconstruire. Même s’il y a prescription sur le plan pénal, nous pouvons les aider, par exemple en prenant en charge un soutien psychologique. La victime peut même être indemnisée, selon les spécificités du dossier.

    Pour les agressions sexuelles sur les enfants, le Service de protection des mineurs (SPMI) prendra les mesures nécessaires. Nous accompagnons souvent les parents, qui sont des proches au sens de la LAVI.

    Des mesures de préventions ont-elles été adoptées ?

    Une nouvelle brochure, « Abus sexuel sur personnes mineur-e-s » est disponible sur le site. Elle vise à apporter toutes les informations pour aider les victimes d’agressions sexuelles, qu’elles soient majeures ou mineures. Le document liste des définitions juridiques et donne des conseils pour réagir face à l’enfant qui révèle l’abus. Un glossaire ainsi qu’un répertoire d’adresses utiles ont été annexés. Le document est destiné aux proches ainsi qu’au professionnel-le-s. Il pourrait faire l’objet d’une adaptation dans les prochaines années pour que les enfants ou les jeunes puissent être directement informés. Par ailleurs, d’ici à 2020, le Centre mettra en place des formations sur la LAVI qui seront destinées aux professionnel-le-s des champs juridique et médico-social.

    Sur le plan de la prise en charge, notre permanence téléphonique est ouverte du lundi au vendredi de 14h à 17h. Les entretiens sont gratuits et confidentiels. La situation financière de la victime n’est jamais un obstacle.


    https://lecourrier.ch/2019/07/03/violences-sexuelles-la-parole-sest-liberee
    #Suisse #Genève #violences_sexuelles #dénonciations #justice #impunité (fin de l’impunité ?) #mineurs #enfants #enfance #violences_domestiques

  • Saint-Nazaire : les lanceurs d’alerte exclus de la majorité municipale
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010719/saint-nazaire-les-lanceurs-d-alerte-exclus-de-la-majorite-municipale

    Après plusieurs semaines de conflit ouvert sur la gestion des #Violences_sexuelles_par la ville de Saint-Nazaire, le maire David Samzun a définitivement rompu avec le groupe d’élu.e.s PS, PCF et EELV s’opposant à lui. La mission envoyée par le PS est arrivée lundi dans un climat extrêmement tendu.

    #David_Samzun,_PS,_mission,_Saint-Nazaire,_violences_sexistes,_Olivier_Faure

  • A Villeneuve-d’Ascq, le maire est accusé de viols dans un climat de peur
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010719/villeneuve-d-ascq-le-maire-est-accuse-de-viols-dans-un-climat-de-peur

    Notre partenaire Mediacités a pris connaissance d’une plainte pour viols déposée par une employée communale contre Gérard Caudron. L’élu réfute tout en bloc et s’estime victime d’une « attaque ignoble » destinée à empêcher sa réélection en 2020.

    #Violences_sexuelles_ #violences_sexistes,_Gérard_Caudron,_politique,_violences_sexuelles,_Villeneuve-d’Ascq,_Plainte

  • Violences sexuelles : à Saint-Nazaire, la mairie appelle à la « discrétion »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190619/violences-sexuelles-saint-nazaire-la-mairie-appelle-la-discretion

    La majorité municipale se déchire toujours sur l’attitude à tenir face à des accusations de #Violences_sexuelles_en son sein. Le maire et son entourage dénoncent une instrumentalisation politique et une médiatisation à outrance. Ils rappellent les employés municipaux à leur obligation de réserve.

    #violences_sexuelles,_Saint-Nazaire,_sexisme,_violences_sexistes

  • #Pédophilie: l’#Eglise va estimer «le prix de la douleur»

    À Lyon, le procès canonique du père #Bernard_Preynat, accusé de #violences_sexuelles sur des dizaines de victimes mineures, arrive à son terme après des années d’attente. Cette procédure hors norme, interne à l’Église catholique, ouvre la voie à des #réparations_financières. L’Église souhaite par ailleurs mettre en place prochainement un barème d’#indemnisation.


    https://www.mediapart.fr/journal/france/100619/pedophilie-l-eglise-va-estimer-le-prix-de-la-douleur

    #Preynat #Stéphane_Girard #procès_canonique

    Un nouvel article de la bande @wereport...

  • The guy who made a tool to track women in porn videos is sorry - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/613607/facial-recognition-porn-database-privacy-gdpr-data-collection-poli

    An anonymous programmer based in Germany caused outrage this week for supposedly using face-recognition technology to “catch” women who had appeared in porn. He says he’s since deleted the project and all its data, but that’s not an act of altruism. Such a project would have violated European privacy law anyway, though it would have been okay elsewhere.

    There is still no proof that the global system—which allegedly matched women’s social-media photos with images from sites like Pornhub—actually worked, or even existed. Still, the technology is possible and would have had awful consequences. “It’s going to kill people,” says Carrie A. Goldberg, an attorney who specializes in sexual privacy violations and author of the forthcoming book Nobody’s Victim: Fighting Psychos, Stalkers, Pervs, and Trolls. “Some of my most viciously harassed clients have been people who did porn, oftentimes one time in their life and sometimes nonconsensually [because] they were duped into it. Their lives have been ruined because there’s this whole culture of incels that for a hobby expose women who’ve done porn and post about them online and dox them.” (Incels, or “involuntary celibates,” are a misogynistic online subculture of men who claim they are denied sex by women.)

    The European Union’s GDPR privacy law prevents this kind of situation. Though the programmer—who posted about the project on the Chinese social network Weibo—originally insisted everything was fine because he didn’t make the information public, just collecting the data is illegal if the women didn’t consent, according to Börge Seeger, a data protection expert and partner at German law firm Neuwerk. These laws apply to any information from EU residents, so they would have held even if the programmer weren’t living in the EU.

    Under GDPR, personal data (and especially sensitive biometric data) needs to be collected for specific and legitimate purposes. Scraping data to figure out if someone once appeared in porn is not that. And if the programmer had charged money to access this information, he could have faced up to three years in prison under German criminal law, adds Seeger.

    Et toujours cette logique de l’excuse qui semble Zurkerbériser un grand nombre de programmeurs.

    Reached last night via Weibo, the programmer (who did not give his real name) insisted that the technology was real, but acknowledged that it raised legal issues. He’s sorry to have caused trouble. But he’s not the only one able to build this technology, or the only one interested in using it for dangerous purposes. Policymakers concerned with global privacy law need to start thinking ahead.

    #Reconnaissance_faciale #Données_provées #Porno