#vivir_bien

  • Le Sumak Kawsay et le Buen Vivir, une alternative au développement ?

    L’émergence du « Sumak Kawsay » (en kichwa) qui a été traduit en espagnol par « Buen Vivir » représente un fait historique notable pour les mouvements autochtones d’#Abya-Yala [1], pour l’ensemble des organisations populaires d’Amérique latine et de façon plus large, pour les pays de la périphérie du système mondial et les groupes sociaux subalternes et exclus. Il constitue un projet de société original qui se démarque radicalement du modèle dominant au sein du système mondial. Porté par les dirigeants du mouvement autochtone[2] équatorien, il a émergé comme un modèle alternatif de développement post-néolibéral (Rámirez 2010), un modèle de post-développement (Escobar 2012), voire une « alternative au développement » (Acosta 2012 et Gudynas 2012). Il a été grandement légitimé par sa reconnaissance dans la constitution de l’Équateur de 2008 (Il est également inscrit dans la Constitution de la Bolivie de 2009 comme « Suma Qamaña (vivir bien) »). Un tel paradigme, en proposant l’idée du « vivre bien » comme paramètre sociétal et non celui du « vivre mieux », de posséder plus de biens ou d’augmenter le niveau de vie, se trouve à remettre en question les idées de #croissance et de #progrès qui fondent le modèle dominant de développement.

    http://redtac.org/possibles/2017/10/02/le-sumak-kawsay-et-le-buen-vivir-une-alternative-au-developpement

    #bien_vivre #développement #post-développement #alternatives #peuples_autochtones

    • Vivir Bien: Old Cosmovisions and New Paradigms

      The concept of Vivir Bien (or Buen Vivir) gained international attention in the late twentieth century as people searched for alternatives to the rampage of neoliberalism. Imperfect translations of the Andean concepts of suma qamaña and sumaq kawsay, #Vivir_Bien and #Buen_Vivir reflect an indigenous cosmovision that emphasizes living in harmony with nature and one another. As these ideas’ popularity has grown, however, their meaning has been compromised. Governments in Bolivia and Ecuador incorporated Vivir Bien and Buen Vivir, respectively, into their constitutions and governing agendas on paper, but not in spirit. Rather than radical alternatives to the dominant paradigm of development and progress, these concepts have become new branding for (un)sustainable development. The lessons are clear: to avoid state cooptation, truly revolutionary change must be based on emancipation and self-determination from below. And to succeed in our interdependent world, proponents of Vivir Bien must link up with advocates of complementary global movements on the path of a better future for all.

      http://www.greattransition.org/publication/vivir-bien

    • Forum international pour le bien vivre , qui aura lieu à #Grenoble en juin :

      Pour la première fois en Europe, élus, agents des collectivités, scientifiques, acteurs économiques et associatifs, citoyens engagés se réunissent pour penser la question des indicateurs de richesse(s) et agir ensemble face à la nécessité d’un changement de modèle. Retrouvez bientôt sur ce site le programme des conférences, tables rondes, projections, interventions artistiques, ateliers et débats ouverts à tous… et prenez date des 6, 7, 8 juin 2018 à Grenoble : 3 jours pour inventer demain !

      http://bienvivre2018.org

    • Du coup, je vais aussi mettre ici pas mal de matériel (si j’en trouve), sur le « #Bonheur_national_brut » (#BNB), indicateur utilisé au #Bhoutan, comme alternative au #PIB.

      L’Occident sait aujourd’hui que son modèle de développement a vécu. Menaces écologiques, inéquités criantes et doutes sur les finalités de la croissance économique mènent de plus en plus de chercheurs et d’acteurs à des questionnements radicaux. L’heure n’est plus aux critiques stériles mais à la construction pragmatique d’une alternative, d’une transition vers un monde viable, équitable et désirable.

      Sur ces questions, le Bhoutan nous devance et nous interpelle. Ce petit pays enclavé entre les deux géants du XXIᵉ siècle - l’Inde et la Chine - s’est rendu célèbre dès 1972 en opposant le concept de « Bonheur national brut » (BNB) à celui de « Produit national brut » (PNB). Toute décision du gouvernement est désormais soumise au critère du bonheur sociétal, appréhendé à l’aide d’un indice multidimensionnel. Peu connu chez nous, cet indicateur comporte des principes originaux susceptibles d’éclairer nos propres réflexions sur un « au-delà du PIB ».

      C’est aussi à l’initiative du Bhoutan que l’ONU a adopté, en juillet 2011, une résolution sur le thème « Le bonheur : vers une approche globale du développement », signée par soixante huit pays, dont la Belgique. Avec l’aide d’experts internationaux, un pré-rapport sur ce Nouveau Paradigme de Développement (NPD) a été déposé à l’ONU en septembre 2013 et devrait être approfondi en 2014.

      Commençons par cette #conférence de #Isabelle_Cassiers :
      Quand le Bhoutan nous interpelle : bonheur national brut et nouveau paradigme de développement
      https://lacademie.tv/conferences/bhoutan-bonheur

    • From GDP to #GNH

      Countries around the world are fixated on growing their economies – but is growth doing more harm than good? In this episode, Richard Heinberg discusses the history behind how GDP growth came to be used as a measure of success, why GDP can’t continue growing indefinitely, and why it’s time to transition to a better metric – one that better reflects human and ecological well-being.

      https://www.localfutures.org/local-bite/from-gdp-to-gnh
      #Gross_National_Happiness

    • Un reportage BD sur le « Bonheur national brut »

      Benjamin Flao, scénariste et dessinateur de bande dessinée (BD) a participé au voyage d’étude au Bhoutan organisé par le CCFD-Terre Solidaire Rhône-Alpes au mois de novembre 2015. De cette expérience, il a réalisé une BD de 26 pages publiée dans le magazine la Revue Dessinée en juin 2016, qui interroge la notion de « Bonheur national brut ». Il est désormais possible de la lire en ligne.


      https://ccfd-terresolidaire.org/infos/un-reportage-bd-sur-le-5598

      pour télécharger le reportage BD en pdf :
      https://ccfd-terresolidaire.org/IMG/pdf/bd_benjamin_flao_-_basse_def-13.pdf


  • Rebelion. “Bolivia se encuentra en una transición cuyo horizonte es el de la economía comunitaria”
    http://www.rebelion.org/noticia.php?id=191851

    Eduardo Galeano tiene una metáfora muy bonita cuando habla de la utopía. La utopía está ahí, en el horizonte, y uno se acerca, avanza, y ella se aleja, avanzas dos pasos y ella recorre dos pasos, entonces alguien le pregunta, para qué sirve la utopía y responde: para avanzar. El Vivir Bien es una especie de utopía para el proceso de cambio boliviano, precisamente para avanzar bajo otro horizonte.

    #bolivia #proceso_de_cambio #arkonada #evo #vivir_bien #economía