• Pourquoi les voitures autonomes renversent des cyclistes et commettent des accidents AFP 2017 JOHANNES EISELE - 02.06.2017
    https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201706021031664511-voitures-autonomes-cyclistes-accidents

    Heather Knight, experte en robotique de l’université de Stanford, a soulevé une nouvelle vague de débats autour de la sécurité des voitures autonomes. Elle a notamment découvert dans la voiture électrique Tesla Model S que le système ne considérait pas les cyclistes comme des personnes, ce qui pourrait être lourd de conséquences.

    Comment les voitures autonomes causent-elles des accidents et combien de victimes compte-t-on déjà à leurs actifs ?

    La terreur des cyclistes
    Sur son blog Medium, https://medium.com/@heatherknight/tesla-autopilot-review-bikers-will-die-212a8be4d8e7 Heather Knight a partagé ses impressions concernant la voiture électrique et publié les résultats de sa propre investigation. Dans l’ensemble, elle réagit positivement à ce véhicule : la voiture change parfaitement de file sans intervention du conducteur et prend elle-même les virages. Mais le titre de son article est très éloquent : « Les cyclistes vont mourir ».

    « D’après moi, le pilote automatique dans le trafic identifie correctement près de 30 % des voitures et seulement 1 % des cyclistes. L’impossibilité de classifier l’objet n’indique pas que Tesla ne le voit pas. Mais quand les vies humaines sont en jeu, nous préconisons de NE JAMAIS UTILISER LE PILOTE AUTOMATIQUE DE TESLA A PROXIMITE DES CYCLISTES », met en garde Heather Knight.

    En d’autres termes, le système Tesla ne comprend pas qu’une personne se trouve devant le véhicule et considère le vélo comme une voiture de petite taille. C’est pourquoi Heather Knight rappelle qu’aujourd’hui le pilote automatique n’est rien d’autre qu’un assistant permettant de changer de file ou d’avertir d’un danger, mais en aucun cas une substitution à part entière de l’homme.

    En juillet 2016 en Norvège, le système n’avait pas réussi à identifier un moyen de transport et la Model S avait roulé sur un motocycliste, lui infligeant de sérieux traumatismes.

    L’association norvégienne des motocyclistes NMCU avait écrit une lettre ouverte au ministre norvégien des Transports, Ketil Solvik-Olsen, et à Elon Musk, patron de Tesla, pour exiger de tirer au clair les circonstances de cet accident. Les motards ont précisé qu’ils n’étaient en aucun cas opposés au progrès technique mais estiment que le système devrait être minutieusement vérifié avant d’être prêt pour une vaste utilisation. Plus tard, les Norvégiens ont été rejoints par les motoclubs des Pays-Bas et la Fédération des associations motocyclistes européennes ( FEMA ). Ils sont convaincus que la technologie de Tesla n’est pas encore aboutie et ne doit pas être mise entre les mains des conducteurs ordinaires.

    En mars 2017 à Phoenix ( Arizona, USA ), une Tesla Model X a percuté deux motos de police. Les deux policiers s’étaient arrêtés à un feu rouge. La voiture électrique qui les suivait en pilote automatique a d’abord ralenti, avant de poursuivre sa route. Les policiers ont dû abandonner leurs motos pour se retirer de la route.

    Les premières victimes
    L’unique accident mortel de la route impliquant une Tesla en pilote automatique s’est produit en mai 2016 ( même si la compagnie en a parlé seulement fin juin ). Joshua Brown circulait sur la route de Williston, en Floride, au volant de sa Model S, quand un semi-remorque est arrivé perpendiculairement. Ni le conducteur ni la voiture n’ont réagi au camion de couleur claire sur fond de ciel lumineux, et le système de freinage ne s’est pas déclenché.

    Selon la version de l’administration nationale de sécurité routière ( NHTSA ), l’autopilote n’a pas réagi parce que les capteurs de Tesla se trouvent trop bas et qu’un grand interstice séparait la remorque du camion du sol.
    Quoi qu’il en soit, en janvier 2017 les experts de la NHTSA ont reconnu que le conducteur de la Tesla était responsable de l’accident. L’enquête stipule que le pilote automatique joue un rôle d’assistance et que Joshua Brown avait environ 7 secondes pour réagir au danger. Ironie du sort : à un mois de l’accident Joshua Brown avait publié une vidéo pour montrer que le système Tesla l’avait sauvé d’un choc avec un poids lourd.

    Tesla estime aussi que les conducteurs sont eux-mêmes responsables des accidents impliquant leurs voitures. Personne n’a jamais dit que la version actuelle de leur logiciel garantissait une conduite entièrement autonome. Il ne s’agit que d’une aide à la conduite qu’il est possible d’activer uniquement sur l’autoroute, ce qui ne dispense pas d’être vigilant.

    Personne n’est parfait
    La compagnie Uber avait également proposé sa voiture autonome mais la tentative n’est pas allée très loin : en octobre 2016 à Pittsburgh, Pennsylvanie, l’une des voitures d’essai dotée de systèmes de conduite automatique a enfreint le code de la route en s’engageant en sens inverse dans une rue à sens unique. Parfois, les voitures d’Uber brûlaient également les feux rouges.

    En mars 2017, une Volvo XC90 munie des équipements d’Uber en Arizona s’est engagée sur un carrefour à l’orange. Un autre usager de la route tentait de tourner à gauche et a refusé la priorité à la voiture autonome. Après le choc, cette dernière s’est retournée. Le projet ambitieux a alors été fermé.

    D’autres participants à cette course aux autopilotes accumulent également les échecs. Rien qu’en 2015 Google, qui travaille depuis plusieurs années sur sa voiture autonome, a enregistré 272 erreurs dans son système. Pendant ses six premières années d’essai, la voiture sans conducteur de Google a été impliquée dans 11 accidents mais aucun par sa faute. La compagnie pense que ses voitures se comportent de manière trop « polie » et qu’il faut les rendre plus agressives.

    Un seul accident s’est produit dans l’histoire de Google à cause d’une erreur du pilote automatique : en février 2016, une Lexus RX 450h équipé d’un système de conduite autonome a percuté un bus en essayant de contourner un obstacle. Le véhicule a décidé de ne pas laisser passer le transport en commun, provoquant ainsi une collision. Personne n’a été blessé mais Google a promis d’améliorer son logiciel.

    Volvo, qui compte lancer la vente de ses voitures autonomes dès 2021, a également connu des incidents désagréables. Pendant la démonstration de la nouvelle version de la fonction de freinage automatique, le cross-over n’a pas « vu » un groupe d’individus et les a percutés de plein fouet. Volvo a expliqué que la voiture n’avait pas été équipée d’un système d’identification des piétons car ses propriétaires avaient refusé d’acheter cette option.

    Toutefois, aucun grand constructeur à part Tesla ne prend le risque pour l’instant de faire des déclarations retentissantes sur le fonctionnement de leur autopilote. Et les conséquences de la plupart des accidents de la route avec des voitures autonomes ne semblent pas si catastrophiques. Mais ce n’est que le début et dans le monde, les voitures dotées d’un pilote automatique ne sont pas si nombreuses. On peine à imaginer ce qui se produirait si on lançait sur la route des camions autonomes de marque KamAZ ou Tesla compte tenu des systèmes de conduite autonome actuels.

    Il convient de faire la distinction entre les notions « entièrement autonome » et « autopilote ». Malheureusement, beaucoup ne voient pas la différence et laissent le contrôle total au système. Mais à ce jour, aucune voiture ne peut encore prendre elle-même une décision et, souvent, ne fait qu’informer le conducteur d’un danger. Cette précision permet aux grandes compagnies de ne pas endosser la responsabilité et d’accuser les autres usagers de la route ou les propriétaires des voitures autonomes des accidents qui se produisent.

    #voitures_autonomes #Cyclistes #Motocyclistes #Tesla #KamAZ #Uber #Volvo #google



  • Offrez-vous la Volvo du président de l’ex-Allemagne de l’Est ! - Le Point
    http://www.lepoint.fr/culture/offrez-vous-la-volvo-du-president-de-l-ex-allemagne-de-l-est-05-11-2016-2080


    C’est dur la vie chez les journaleux de droite. Même pas le temps de vérifier les infos qu’ils relatent. Alors sachez que la RDA n’a eu qu’un seul président entre 1949 et 1960. C’était Wilhelm Pieck qui n’a jamais utilisé cette voiture.

    Le lot 184 retient l’attention : une Volvo 264 TE, équipée pour la présidence de l’ex-RDA, proposée à 4 000 euros. Dotée d’un moteur V6 essence, la voiture, qui a été allongée de 80 centimètres, a servi à Erich Honecker, président de la RDA entre 1976 et 1989.

    Le site de vente aux enchères se trompe également, alors on peut en déduire le dégré de précision des autres informations fournies. Ils sont par contre assez prudent en ce qui concerne l’attribution de la voiture. Contrairement au journal ils ne prétendent pas que ce soit la voiture personnelle d’Erich Honnecker mais on y affirme quelle appartenait au gouvernement d’Erich Honecker . Sachant que « le gouvernement d’Erich Honecker » (il faudrait préciser lequel puisqu’il a appartenu à plusieurs gouvernements de la RDA) a duré du 29 octobre 1976 au 17 oktober 1989.

    Erich Honecker
    https://de.wikipedia.org/wiki/Erich_Honecker#Sturz_und_R.C3.BCcktritt

    Zu Beginn der Sitzung des Politbüros vom 17. Oktober 1989 fragte Honecker routinemäßig: „Gibt es noch Vorschläge zur Tagesordnung?“ Willi Stoph meldete sich und schlug als ersten Punkt der Tagesordnung vor: „Entbindung des Genossen Honecker von seiner Funktion als Generalsekretär und Wahl von Egon Krenz zum Generalsekretär“.
    ...
    Nach drei Stunden fiel der einstimmige Beschluss des Politbüros. Honecker votierte, wie es Brauch war, für seine eigene Absetzung.
    ...
    Öffentlich hieß es: „Das ZK hat der Bitte Erich Honeckers entsprochen, ihn aus gesundheitlichen Gründen von der Funktion des Generalsekretärs, vom Amt des Staatsratsvorsitzenden und von der Funktion des Vorsitzenden des Nationalen Verteidigungsrates der DDR zu entbinden.“

    Les véhicules Volvo 244 DLS et 264 TE de Volvograd appartenaient desormais au gouvernement Krenz puis Gerlach avant d’entrer dans l’actif de la faillite de la RDA gérée par l’organisme THA ( Anstalt zur treuhänderischen Verwaltung des Volkseigentums ) transformé en service de dématèlement de l’industrie est-allemande par les émissaires du Docteur Schäuble (oui oui, vous avez bien lu, c’était déjà lui à l’époque) .

    Berline longue VOLVO 264 TE ayant appartenu au gouvernement d Erich chez Maître Jean RIVOLA et CAEN ENCHERES S.A.R.L | interencheres.com
    http://www.interencheres.com/fr/meubles-objets-art/objets-militaires-et-souvenirs-historiques/berline-longue-volvo-264-te-ayant-appartenu-au-gouvernement-d-erich-ie_v84299/7297825/solr

    Berline longue VOLVO 264 TE ayant appartenu au gouvernement d Erich Honecker, dernier président de la RDA. -Volvo 264 TE, « Top Exécutive », équipée pour la présidence de L Etat est-allemand. Numéro de série châssis 2646HD034931, de 1987. Châssis long, sièges supplémentaires pour les gardes du corps, pare-chocs larges renforcés, supports de fanions montés d origine dans les cuves de phares, coupe batterie en option. Moteur V6 essence, boite automatique Daimler, climatisation, 135 000 km au compteur. Bon état général, peinture fanée à reprendre, corrosions en bas de pare-brise, bas de caisse et de portes, et sur le coffre arrière. Les portes ferment bien, toutes garnitures et enjoliveurs présents. Intérieur tissus velours en très bon état, juste à rafraichir. Ce véhicule, vendu sans ses papiers, a été acheté par son actuel propriétaire lors d une vente aux enchères en Allemagne en 1996.

    Enfin voici la photo du site de vente que présente le journal de droite afin de nous donner une impression de la gloire socialiste disparue.


    On se demande si c’est la même Volvo.

    N’oubliez pas, c’est comme en politique, on ne vous rembourse pas en cas d’erreur.

    Präsident der DDR
    https://de.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A4sident_der_DDR

    Das Präsidentenamt der Deutschen Demokratischen Republik (offizieller Titel: Präsident der Republik) existierte im Rahmen der Verfassung von 1949 bis zum Tode seines einzigen Inhabers, Wilhelm Pieck, 1960. Danach wurde es durch das Kollektivgremium des Staatsrates der DDR ersetzt.


    General Wassili Tschuikow, Chef der Sowjetischen Kontrollkommission, gratuliert Pieck zum 75. Geburtstag, 1951

    Conclusion : Le Point utilise un gros titre accrocheur infondé. On ne peut pas s’offrir la Volvo du président de l’ex-Allemagne de l’Est car rient ne dit qu’il l’a jamais utilisé. Elle est vendue sans ses papiers alors impossible d’apprendre davantage ou de vérifier quoi que ce soit. Ces lacunes expliquent le prix initial relativement bas pour une voiture historique.

    #Allemagne #DDR #Volvo


  • #Suède : Des #voitures sans conducteur en #circulation en #2017
    http://www.ouest-france.fr/node/1757959

    « Nous ne sommes pas le plus grand pays du monde, nous ne sommes pas le plus gros fabricant de voitures, mais nous compensons en faisant preuve d’intelligence et en travaillant main dans la main, de manière plus simple », a affirmé le directeur général de #Volvo_Cars, #Haakan_Samuelsson, lors d’une conférence de presse à #Stockholm, en faisant allusion à la tradition des partenariats #privés-publics en Suède.

    #drone #voitures_autonomes


  • Revue de presse sur la #Chine semaine du 18.03.13

    Volvo/Chine : tricherie des #revendeurs

    Environ la moitié des #concessionnaires chinois de #Volvo ont falsifié leurs chiffres de vente pour atteindre des #objectifs fixés par le constructeur #suédois et obtenir ainsi des #rabais, a rapporté vendredi un cadre du groupe.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/03/22/97002-20130322FILWWW00324-volvochine-vaste-tricherie-des-revendeurs.php