• Liste d’attente Suisse : 10 jours de quarantaine, test négatif ou pas, et obligation de déclaration spontanée d’arrivée - sous peine d’amende >9000 euros

    La Suisse a mis la région française de Provence-Alpes-Côte d’Azur ainsi que Monaco sur sa liste rouge et les voyageurs se rendant dans le pays alpin devront donc -sauf exceptions- se soumettre à une quarantaine obligatoire de 10 jours.

    Parmi les pays frontaliers de la Suisse, le Land de Thuringe en Allemagne, de Salzbourg en Autriche ainsi que les régions italiennes d’Emilie-Romagne et du Frioul-Vénétie Julienne ont également été ajoutées à la liste publiée par le ministère helvétique de la santé.

    Parmi les nouveaux pays ajoutés au document on trouve aussi Chypre, l’Espagne, l’Estonie, Israël, la Lettonie, le Liban, Malte, le Portugal et la slovaquie.

    A leur arrivée, les voyageurs en provenance de ces régions ou pays devront rentrer chez eux ou aller dans un hébergement adapté, et y rester pendant 10 jours. Ils devront également signaler leur présence aux autorités du canton où ils résident sous peine d’une amende qui peut atteindre 10.000 francs suisses (environ 9.300 euros), souligne le site du ministère de la santé.

    Un test Covid-19 négatif ne permet pas de lever l’obligation de quarantaine, précisent les autorités.

    L’obligation de quarantaine ne concerne pas les personnes en voyage d’affaires pour une raison importante et dont le déplacement ne peut être reporté, les personnes voyageant pour des motifs médicaux importants et dont le déplacement ne peut être reporté ou encore des passagers en transit qui ont séjourné moins de 24 heures dans un État ou un territoire à risque élevé d’infection.

    AFP 21.01.2021

    https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/210121/suissevirus-la-region-paca-et-monaco-sur-la-liste-rouge-de-quarantaine-obl

  • #L'espace_d'un_instant #4
    http://liminaire.fr/entre-les-lignes/article/l-espace-d-un-instant-4

    « La grande révélation n’était jamais arrivée. En fait, la grande révélation n’arrivait peut-être jamais. C’était plutôt de petits miracles quotidiens, des illuminations, allumettes craquées à l’improviste dans le noir ; en voici une. » Vers le phare, Virginia Woolf Yaroslavl, Russie, 18:25 La journée de travail s’achève. Par un moment de pose. Tout mettre à plat. Les instruments de travail. Les tensions du jour. Au sol. Par terre. Tout nettoyer comme on efface sous le jet d’eau tiède de la douche toutes (...) #Entre_les_lignes / #Danse, #Cinéma, #Photographie, #Récit, L’espace d’un instant, #Ville, #Paysage, #Dérive, #Sensation, (...)

    #Voyage

  • U.S. to Require Negative Virus Tests From International Air Passengers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/01/12/health/us-to-require-negative-virus-tests-from-international-air-passengers.html

    Before boarding their flights, all international passengers headed to the United States will first need to show proof of a negative coronavirus test, according to a new federal policy going into effect on Jan. 26. “Testing does not eliminate all risk,” Dr. Robert R. Redfield, the director of the Centers for Disease Control and Prevention, said in a statement describing the new policy.“But when combined with a period of staying at home and everyday precautions like wearing masks and social distancing, it can make travel safer, healthier, and more responsible by reducing spread on planes, in airports, and at destinations.”Dr. Redfield is expected to sign the order detailing the new rules on Tuesday. The new policy requires all air passengers, regardless of vaccination status, to get a test for current infection within the three days before their flight to the United States departs, and to provide written documentation of their test results or proof of having recovered from Covid-19.Proof of immunization will not be sufficient, because the vaccines have only been shown to prevent serious illness, said Jason McDonald, a spokesman for the C.D.C. Vaccinated people may still become infected, in theory, and transmit the virus on a flight.
    The agency will not require further testing in the three months after a positive test, so long as the traveler has not had any symptoms. In this situation, a passenger may travel with documentation of the positive test result and a letter from a health care provider or a public health official stating that the traveler now has been cleared for travel.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#sante#test#circulation#voyageaerien#vaccin#immunisation

  • Des paysages et des visages, le voyage intellectuel de #Felwine_Sarr

    Felwine Sarr nous invite, dans "La saveur des derniers mètres", à partager ses voyages à travers le monde, mais aussi un cheminement intellectuel, celui d’un homme qui veut repenser notre manière d’#habiter_le_monde et redéfinir la relation entre l’Afrique et les autres continents.

    L’économiste sénégalais Felwine Sarr est l’un des intellectuels importants du continent Africain. Ecrivain et professeur d’économie, il est également musicien. Deux de ses livres ont notamment fait date : Afrotopia (2016) et Habiter le monde (2017). Avec Achille Mbembé, il est le fondateur des Ateliers de la pensée de Dakar. Chaque année, des intellectuels et artistes s’y rencontrent lors d’un festival des idées transdisciplinaire pour “repenser les devenirs africains” à travers des concepts adaptés aux réalités contemporaines.

    La littérature, les arts, la production d’imaginaires et de sens demeurent de formidables boussoles pour l’humanité. Nous sommes dans une crise de l’imaginaire, nous n’arrivons pas à déboucher les horizons. (Felwine Sarr)

    L’utopie nous dit qu’on peut féconder le réel, faire en sorte qu’il y ait un surcroit de réel. (...) Le premier travail est d’imaginer qu’ "il est possible de..." (...) Il faut reprendre le chantier qui consiste à dire qu’il existe des horizons souhaitables, qu’il faut les penser, les imaginer, et travailler pour les faire advenir. (Felwine Sarr)

    Felwine Sarr a été, avec l’historienne de l’art Bénédicte Savoy, chargé de rédiger un rapport sur la restitution des œuvres d’art africaines spoliées lors de la colonisation, remis à Emmanuel Macron en novembre 2018.

    Nous devons reprendre notre élan notamment en reconstruisant un rapport à notre patrimoine, à notre histoire. (Felwine Sarr)

    Son livre La saveur des derniers mètres (éditions Philippe Rey) est une invitation au voyage intellectuel et physique, le voyage des idées et des hommes, un plaidoyer presque, pour l’importance des rencontres et du dialogue avec l’autre. La confrontation avec des ailleurs (Mexico, Mantoue, Le Caire, Istanbul, Port-au-Prince, Cassis, Kampala, Douala), mais aussi le retour chez soi, l’île de Niodior, sa terre natale, son point d’ancrage, sa matrice. Imaginaire en voyage et voyage des imaginaires.

    Goûter à la saveur du monde est un droit qui doit être équitablement réparti. Il faut considérer la mobilité comme un droit fondamental. (Felwine Sarr)

    Un récit entre le carnet de voyage, les notes de l’économiste, les réflexions anthropologiques et les évasions poétiques. Une plongée intime dans des transports de la pensée et du coeur.

    Voyager permet d’avoir un regard en biais, en relief, à la fois en dedans et en dehors. (Felwine Sarr)

    Appartenir à une île, c’est devoir la quitter. (Felwine Sarr)

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/des-paysages-et-des-visages-le-voyage-intellectuel-de-felwine-sarr

    Lecture d’un texte de #Tanella_Boni :

    « Y aurait-il, depuis toujours, des peuples et des individus qui auraient droit à l’#aventure, suivraient leurs désirs de se déplacer en bravant toute sorte d’obstacles, et d’autres qui n’en auraient pas le droit. #Nous_sommes_tous_des_migrants et tout migrant a des #rêves et des #désirs. Certes, les lois doivent être respectées et les passages aux frontières autorisés, on ne part pas comme ça à l’aventure, dit-on. Comme ça, sur un coup de tête. Ou par pur #plaisir. Mais qui donc part aujourd’hui par pur plaisir sur les routes inhospitalières de nulle part. Dans certains pays où le mal-être des individus est palpable, chacun pourrait habiter quelque part, il y aurait moins de migration illégale. Je rêve, tandis que l’on continue de mesurer le seuil de pauvreté dans le monde. De nombreux pays africains vivent en dessous de ce seuil. Tout compte fait, est-ce que je sais de quoi habiter est le nom ? »

    –-> à l’occasion du festival Banquet d’été 2020

    #faire_monde #restitution #pillage #art #Afrique #colonialisme #imagination #imaginaire #utopie #futur #téléologie_inversée #covid-19 #coronavirus #rêves_collectifs #ouvrir_les_futurs #frontières #habiter #mobilité #migrations #liberté_de_mouvement #citoyenneté #liberté_de_circulation #inégalités #décolonialité #décolonial #décolonisation

    –—

    Il parle notamment des #ateliers_de_la_pensée (#Dakar) qu’il a co-fondés avec #Achille_Membé
    https://lesateliersdelapensee.wordpress.com

    ping @karine4 @isskein

  • Tourisme, événementiel, transports… Le blues du voyage d’affaires amplifié par la crise due au Covid-19
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/01/04/tourisme-evenementiel-transports-le-blues-du-voyage-d-affaires-amplifie-par-

    Alors que les voyageurs d’affaires restent confinés devant leur écran, hôteliers et restaurateurs se désolent. Car la désertion des visiteurs venus pour affaires, visiter un salon ou rencontrer leurs partenaires professionnels les prive de la partie la plus lucrative de leur clientèle. Bénéficiant des notes de frais, un voyageur d’affaires dépense deux à quatre fois plus qu’un touriste classique, s’accordent à dire les acteurs de la filière. Dans toute la France, la tenue de quelque 380 000 séminaires et autres événements professionnels en 2018 avait permis aux acteurs de cet écosystème de bénéficier de 32 milliards d’euros de retombées, estime le cabinet d’audit EY. « En 2020, 80 % des événements ont été annulés ou reportés », évalue Frédéric Pitrou, le directeur général de l’Union française des métiers de l’événement
    Des retombées qui devraient être très inférieures cette année. « La baisse de l’activité en 2020, constatée par les entreprises clientes de l’industrie du voyage d’affaires, est estimée entre 60 % et 70 % », indique Michel Dieleman, président de l’Association française du Travel Management (AFTM). Si, en juin 2020, les professionnels se raccrochaient encore à l’idée d’une reprise à la rentrée, les restrictions aux frontières et les limitations de rassemblement, imposées par les pouvoirs publics, ont vite douché leurs espoirs. Le groupe Radisson Hotels avait rouvert l’ensemble de ses hôtels en juin, sauf à Paris. Mais son directeur régional pour l’Europe de l’Ouest, Sébastien de Courtivron, a vite déchanté. « La clientèle affaires revenait petit à petit, surtout des nationaux, se remémore-t-il. Puis les rassemblements ont été restreints, les grands-messes des laboratoires annulées. Enfin, il y a eu le reconfinement. » Sur l’année 2020, le chiffre d’affaires a été divisé par trois ou quatre, se désole le directeur, sachant que les hôtels 4-étoiles et 5-étoiles vivent essentiellement de la clientèle affaires.Dans l’événementiel, le placement en procédure de sauvegarde du groupe Comexposium, leader français du secteur et troisième organisateur mondial de salons, fin septembre 2020, a donné l’alerte. Directeur général de l’Union française des métiers de l’événement (Unimev), Frédéric Pitrou évalue à 33 milliards d’euros les pertes sur l’ensemble de la filière, sur un total qu’il estime à 39 milliards. « Sur l’année 2020, 80 % des événements ont été annulés ou reportés. » Traiteurs, organisateurs de team building, lieux d’accueil…
    La disparition des voyageurs d’affaires, prêts à payer davantage pour plus de flexibilité et de confort, grève aussi la trésorerie des transporteurs. Alors que les trajets professionnels représentent habituellement un quart du trafic ferroviaire français, selon Eurostat, la SNCF estime à « – 70 % » la chute de la clientèle affaires en novembre 2020 par rapport au même mois de 2019.
    Sur le TGV comme dans l’aérien, la rentabilité du modèle économique repose largement sur cette clientèle. « Tout a été fait pour que la création de marges se concentre sur une minorité de personnes, explique Didier Bréchemier, associé au cabinet Roland Berger et spécialiste du transport aérien. Les 20 % de voyageurs d’affaires peuvent représenter jusqu’à 80 % de la marge des grandes compagnies aériennes.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#voyageaffaire#economie#circulation#deplacement

  • Deuxième partie : La cantina

    SCI Galeano

    https://lavoiedujaguar.net/Deuxieme-partie-La-cantina

    Calendrier ? Aujourd’hui. La géographie ? N’importe où dans le monde.

    Vous ne savez pas bien pourquoi, mais vous marchez en tenant par main une petite fille. Elle est sur le point de vous demander où vous allez, quand vous passez devant une grande cantina. Un grand panneau lumineux, comme la marquise d’un cinéma, déclare : « L’HISTOIRE EN MAJUSCULES. Cantina-bar », et plus bas : « Les femmes, enfants, indigènes, chômeurs, autr@s, personnes âgées, migrants et autres gens jetables ne sont pas admis. » Une main blanche a ajouté : « In this place, Black Lives does not matter. » Et une autre main virile a ajouté : « Les femmes peuvent entrer si elles se comportent comme des hommes. » À côté de l’établissement sont entassés les corps des femmes de tous âges et, à en juger par les vêtements en lambeaux, de toutes classes sociales. Vous vous arrêtez et, résignée, la petite fille aussi. Vous regardez par la porte et vous voyez un fouillis d’hommes et de femmes aux manières masculines. Sur le bar, ou comptoir, un type brandit une batte de base-ball et en agite la menace de droite et de gauche. La foule est clairement divisée : d’un côté ceux qui applaudissent et de l’autre ceux qui huent. Tous sont comme enivrés : le regard furieux, la bave coulant sur le menton, le visage rouge.

    Quelqu’un, qui doit être le portier ou quelque chose dans ce genre, s’approche et vous demande :

    « Vous voulez entrer ? Vous pouvez choisir le camp qui vous plaît. Vous voulez applaudir ou bien critiquer ? (...)

    #zapatisme #SupGaleano #EZLN #préparatifs #voyage

  • US to require negative Covid test from UK travellers | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/dec/25/us-to-require-negative-covid-test-from-uk-travellers-amid-new-variant-f
    https://i.guim.co.uk/img/media/ef054a2f57f91289a806e8b305afb7725840496c/0_53_3500_2100/master/3500.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The US government will require all airline passengers arriving from the United Kingdom to test negative for Covid-19 72 hours or less before their departure from Monday, amid concerns about a new coronavirus variant that may be more transmissible. The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) said in a statement that all airline passengers arriving from the UK must test negative in order to fly to the US. The decision was a U-turn after the Trump administration told US airlines on Tuesday it was not planning to require any testing for arriving UK passengers.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#angleterre#sante#test#contamination#voyageur#mutation

  • As Virus Resurges in Africa, Doctors Fear the Worst Is Yet to Come - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/12/26/world/africa/africa-coronavirus-pandemic.html

    Some Africans view Covid-19 as an affliction of Westerners and wealthy travelers. In a classroom in a Somali community displaced by drought and war, a fourth grader readily identified the United States as having the most cases. “Donald Trump was Covid-19-positive,” he said.Sarah Oyangi, 35, an apartment complex manager who lives in what she refers to as a slum in Nairobi, said friends told her they weren’t worried because the virus “is for wazungu and the rich,” using a Swahili word meaning European or white people. “It’s not our disease.”Dr. Nkengasong said he was very worried about how long it would take to vaccinate enough people on the continent to protect the most vulnerable from unwitting spreaders.
    Coronavirus Briefing: An informed guide to the global outbreak, with the latest developments and expert advice.
    A global effort to help low- and middle-income countries aims for 20 percent coverage at most by the end of 2021, a third of what African leaders say is needed. “The U.S. is not going to target 20 percent of its population. Europe is not going to target 20 percent of its population,” he said. “Why do you think in Africa we should?”The first case on the continent was detected on Feb. 14 in a foreign traveler from China to Egypt. Two weeks later, Nigeria discovered that a contractor who had flown in from Milan was ill. In South Africa, the earliest cases involved a half-dozen or so people who had gone skiing in Italy. The W.H.O.’s regional director for Africa reported on March 19 that infected travelers from Europe had come into 27 or 28 countries. Early on in sub-Saharan Africa, only South Africa and Senegal had supplies to perform diagnostic tests, but with aid, every country on the continent was later able to do some testing.
    As the virus overwhelmed the West’s advanced health systems, governments across Africa, with some notable exceptions, imposed stringent curfews and lockdowns. Some countries had only a few cases at the time; Zimbabwe declared a national disaster without having announced one.“They went into shutdown because we were terribly ill prepared,” Dr. Nkengasong said. But that desperate action may have put Africa ahead of the curve in fighting the virus, instead of behind it, as the United States and Europe found themselves.

    #Covid-19#migrant#migration#afrique#afriquedusud#pandemie#sante#representation#maladie#vaccin#etranger#occidental#voyageur

  • Troisième partie : La mission

    SCI Galeano

    https://lavoiedujaguar.net/Troisieme-partie-La-mission

    De comment Defensa Zapatista tente d’expliquer à Esperanza quelle est la mission du zapatisme et autres heureux raisonnements.

    « Bon, alors je vais t’expliquer quelque chose de très important. Mais tu ne peux pas prendre de notes, ce que je veux c’est que tu le gardes en tête. Parce que le cahier, tu le laisses traîner n’importe où, mais ta tête t’es forcée de l’avoir toujours sur toi. »

    Defensa Zapatista marche de long en large, comme on dit que faisait le défunt quand il expliquait quelque chose de très important. Esperanza est assise sur un tronc et, prévoyante, elle a posé un plastique sur le bois humide, florissant de mousse, de champignons et de rameaux secs.

    « Est-ce que nous allons voir l’endroit où nous arrivons pour la lutte ? » lâche Defensa Zapatista tendant ses menottes vers nulle part.

    Esperanza réfléchit à une réponse, mais il est évident que Defensa a posé une question rhétorique, autrement dit ce n’est pas la réponse qui l’intéresse, mais les interrogations qui suivent la première question. Defensa Zapatista, d’après elle, suit la méthode scientifique.

    « La problème donc n’est pas d’arriver, mais de s’ouvrir un chemin. Autrement dit, s’il n’y a pas de chemin, eh bien, il faut en faire un, parce que sinon, comment ? » La fillette brandit un machete qui est sorti allez savoir d’où, mais c’est sûr que dans une des cahutes on doit être en train de le chercher.

    « Alors la problème, comme qui dirait, a changé, et le plus premier, c’est le chemin. Parce que, s’il n’y a pas de chemin vers là où tu veux aller, ça sert à rien que tu en restes à cette préoccupation. Donc, qu’est-ce que nous allons faire s’il n’y a pas de chemin vers là où nous allons ? » (...)

    #zapatisme #SupGaleano #EZLN #préparatifs #voyage

  • HK urged to retest travelers for mutant virus - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/12/hk-urged-to-retest-travelers-for-mutant-virus

    Hong Kong has been urged to retest previously arrived British travelers and analyze the genome sequences of any coronavirus infection to see whether the UK mutation has entered the territory. Of 45 imported cases from the UK since early November, 85% showed no symptoms. This was a higher percentage than usual, said Ho Pak-leung, a microbiologist of the University of Hong Kong.The government should do the gene sequencing and find out if any carried the mutated coronavirus from the UK, Ho said.
    The UK mutation has 10 amino acids different from the original virus in Wuhan. Some of these new amino acids increase the infectivity of the mutated virus. The mutated virus contained new spike proteins that could have lowered the accuracy of the current mRNA tests and resulted in some false negative results, he said. Several thousand students who had returned to Hong Kong from the UK could have carried the mutated virus to the territory, said Leung Chi-chiu, chairman of the Medical Association’s advisory committee on communicable diseases. The government should consider testing these people again to stop possible transmission.
    The mutated virus was being spread rapidly not only in Britain but also in many other countries, he said. As it had a higher infectivity, it would probably replace the original one to become dominant variant in most places, he said.Leung said it was not safe enough to require the previously arrived UK travelers to stay at home for seven more days. He said these travelers should be sent to a designated hotel for quarantine.
    Infectious disease specialist Joseph Tsang said the government should consider banning more flights from Europe as infection numbers there spike. The strain that emerged in the UK in September could have spread to other European countries before they suspended air travel with the UK, Tsang said.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#grandebretagne#sante#mutation#coronavirus#voyageur#etudiant#quarantaine

  • Ruban de Möbius : La zone comme espace affranchi des lieux et du temps
    http://liminaire.fr/liminaire/article/ruban-de-mobius-la-zone-comme-espace-affranchi-des-lieux-et-du-temps

    Le colloque international La route et ses bas-côtés (imaginaire des lieux autoroutiers liminaires) qui devait avoir lieu en avril 2020 à l’Université de #Montréal, a finalement lieu en ligne les 10 et 11 décembre 2020. En mai 2012, pour répondre à l’appel de textes de création autour d’un trajet, réel ou fabulé « Vers Québec », j’avais écrit à l’époque Ruban de Möbius, élaboré à partir de Google Street View, un texte qui s’interrogeait sur l’étrangeté de ces espaces et l’impression de déjà-vu qu’ils laissent en (...) #Liminaire / #Architecture, #Écriture, #Vidéo, #Langage, #Voix, Montréal, #Paris, #Paysage, #Ville, #Dérive, #Regard, #Voyage, #Ciel, (...)

    #Mémoire

    https://youtu.be/inJypS7KBHk

    https://route.ecrituresnumeriques.ca
    http://www.umontreal.ca
    https://carnets.contemporain.info/moyens/vers-quebec-textes
    https://digitaltextualities.ca/fr

  • Coronavirus: Singapore tightens travel rules for Hong Kong visitors amid surge in cases | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/southeast-asia/article/3113668/coronavirus-singapore-tightens-travel-rules-hong-kong

    Singapore’s border controls for people coming in from Hong Kong will be revised given the “deteriorating” Covid-19 outbreak in the Chinese city, the Ministry of Health (MOH) said on Friday.Travellers who have been to Hong Kong in the last 14 days and are entering Singapore from next Monday will need to serve a two-week stay-home notice at dedicated facilities.
    From December 19, travellers from Hong Kong planning to enter Singapore must take a Covid-19 polymerase chain reaction (PCR) test within 72 hours before departure and present a valid negative test.
    The PCR test does not apply to Singapore citizens and permanent residents. The Civil Aviation Authority of Singapore (CAAS) announced earlier this month that the launch of the Singapore-Hong Kong air travel bubble has been delayed to next year, with the exact start date to be reviewed in late December, given the Covid-19 situation in Hong Kong.

    #Covid-19#migrant#migration#hongkong#chine#singapour#sante#test#voyageur#bullevoyage

  • Covid-19 : comment une traque méthodique et intrusive a permis à la Corée du Sud de maîtriser le virus
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/08/covid-19-comment-une-traque-methodique-et-intrusive-a-permis-a-la-coree-du-s

    Le 12 janvier 2020, la Chine partage avec l’OMS le séquençage génétique du nouveau coronavirus (le SARS-CoV-2) qui fait rage à Wuhan. Deux semaines auparavant, un laboratoire de Canton avait établi sa proximité avec le SRAS. Le 19, une Chinoise de 35 ans atterrit à l’aéroport international d’Incheon, près de Séoul. Elle a une forte fièvre. Interrogée, elle dit avoir reçu une ordonnance pour un coup de froid dans un hôpital de Wuhan, où elle réside, avant de s’envoler. Elle est placée en quarantaine. Le 20 janvier, les autorités établissent qu’il s’agit du nouveau coronavirus, tout comme, quatre jours plus tard, pour un Sud-Coréen de 55 ans travaillant dans la capitale du Hubei, rentré pour un check-up.
    Séoul, le 20 novembre 2020. Le personnel médical mesure la température des habitants qi se présentetn au centre de santé communautaire du quartier de Seocho.Cette fois, pas de temps à perdre, malgré les célébrations du Nouvel An lunaire. Le 27 janvier au matin, les officiels du ministère de la santé convoquent les patrons des groupes sud-coréens commercialisant des tests biologiques à une réunion d’urgence dans une salle de conférence directement rattachée à la gare de Séoul, pour l’accès pratique. Ils ont identifié cinq entreprises ayant l’expérience pour développer au plus vite des produits fiables. (...) Mais le pays n’identifie plus aucun cas durant six jours consécutifs. Au point que le président, le progressiste Moon Jae-in, qui, en campagne, avait répété que le chef de l’Etat devait être une « tour de contrôle » en cas de catastrophe majeure, apparaît à une réunion le 13 février pour dire que le retour à la normale est la priorité. Il assure que le virus aura « disparu d’ici peu » et refuse de suspendre les connexions avec la Chine pour protéger les échanges commerciaux.Or, les contaminations reprennent aussitôt, menaçant au passage la crédibilité du président Moon, ex-avocat des droits humains, qui a porté à bout de bras le rapprochement avec la Corée du Nord et son dialogue avec le président américain Donald Trump. Le nombre de cas quotidien double pour atteindre 104 le 20 février, jour où est enregistré le premier mort après la découverte d’un foyer de contamination dans le sud du pays, à Daegu, autour d’une secte, l’Eglise du Nouveau monde de Jésus, dont des membres tentent de fonder une congrégation à Wuhan.
    L’heure de la mise à l’épreuve est venue, le pays passe en alerte rouge. Pour tester massivement tout en limitant les contacts, le médecin qui, en janvier, a traité le premier cas, Kim Jin-yong, suggère de réaliser les prélèvements sur les patients qui resteraient dans leurs voitures. Aussitôt sont déployées aux quatre coins du pays les premières stations de tests en « drive-in ». Le gouvernement ferme temporairement les écoles. Il impose le port du masque dans la rue et les transports publics, un attribut auquel la société coréenne s’est déjà habituée, tant avec les épidémies précédentes que du fait des épisodes de « poussière jaune », les vents de sable des étendues désertiques mongoles.
    Début mars, lorsque la demande de masques se tend, l’Etat organise la distribution, afin d’éviter les pénuries : un jour par semaine défini selon son année de naissance, le citoyen peut acheter deux masques à la pharmacie, au bureau de poste ou dans une supérette de quartier. Le gouvernement maintient un discours constant et des campagnes d’information sur la nécessité absolue du port du masque. « Ils ont porté ce message sur le masque très tôt, c’est une aide considérable. D’autres pays ne l’ont fait que plus tardivement, certains deux mois plus tard, constate Chun Jong-yoon, le fondateur de Seegene. Maintenant ils ont compris, mais c’est bien tard. »
    Comme ses voisins, la Corée du Sud met en place un isolement strict des malades. Dans les hôpitaux si leur situation est grave ou qu’ils sont âgés, et dans des centres spécialisés lorsque les symptômes sont faibles. Pas question de prendre le risque qu’ils contaminent leur voisinage. S
    Les cas contacts rapprochés doivent quant à eux respecter un rigoureux isolement à domicile, suivi sur une application et par des appels téléphoniques. Afin de bloquer les cas « importés », les personnes entrant sur le territoire se voient imposer une quatorzaine stricte, à leur domicile ou dans une chambre d’un des hôtels transformés en centres sanitaires, et doivent présenter chaque jour leur bulletin de santé, notamment leur température.Dans un de ces hôtels, dans le quartier commerçant de Myeong-dong à Séoul, les voyageurs conduits depuis l’aéroport sont accueillis par un personnel en combinaisons bactériologiques intégrales blanches. Un prélèvement PCR est réalisé, puis ils sont envoyés dans leur chambre, où un plateau-repas est déposé trois fois par jour devant leur porte. Ils doivent jeter leurs détritus, pulvérisés de désinfectant, dans un sac conçu pour les déchets médicaux.Dans les couloirs menant aux chambres, sont collés des avis : « Ne quittez jamais votre chambre. Veuillez retourner immédiatement dans votre chambre. » Les étrangers se dérobant à ce contrôle sont expulsés et risquent cinq ans d’interdiction de territoire, les Coréens risquent jusqu’à un an de prison. Davantage que la peur de la sanction policière toutefois, c’est la crainte d’être celui ou celle qui, par son relâchement, aura amené la contamination de sa communauté, qui semble être le moteur principal.

    #Covid-19#migrant#migration#coreedusud#chine#sante#epidemiologie#mesuresanitaire#voyageur#test#quarantaine#politiquesante#surveillanceepidemiologique

  • Tout est question de lien, par #William_Acker – Tracés. Revue de sciences humaines

    https://traces.hypotheses.org/2918

    Tout est question de lien, particulièrement pour les déracinés. Un lien on le tient, on le déroule, on le conserve mais avant tout, un lien ça se cherche.

    Naître et grandir chez les #gens_du_voyage, c’est naître et grandir sous une dénomination administrative. Les « gens du voyage », appellation froide et désincarnée à laquelle nous préférons les termes voyageurs, manouches ou gitano. Car sous la dénomination administrative se regroupent un ensemble de peuples, dont le commun est – souvent – le nomadisme mais dont les différences restent mal connues.

    Naitre et grandir comme #voyageurs, c’est être sous une surveillance continuelle. Surveillance administrative et policière. Carnet anthropométrique jusqu’en 1969, puis carnet forain jusqu’en 2012 et livret de circulation abrogé en 2018. À ces obligations de pointer au commissariat tous les trois mois succèdent aujourd’hui une surveillance administrative sur les places désignées ou les aires d’accueil dédiées. Une réalité à l’opposé de l’image d’Épinal de liberté qu’inspirent souvent les voyageurs.

    De cet état découle une exclusion. Exclusion de facto ou ad cautelam (par précaution). Une séparation de deux mondes, indispensables à la préservation d’un mode de vie, et à une mise à distance de l’autre, celui qui « n’apporte que des problèmes ». Il y a ainsi lorsque l’on est voyageur, son monde et celui des gadjés, des sédentaires].

  • Quatrième partie
    « Souvenir de ce qui viendra »

    SCI Galeano

    https://lavoiedujaguar.net/Quatrieme-partie-Souvenir-de-ce-qui-viendra

    C’est il y a 35 octobres.

    Le vieil Antonio regarde le feu résister à la pluie. Sous son chapeau de paille ruisselant il allume à un tison sa cigarette roulée dans une feuille de maïs. Le feu tient bon, parfois en se cachant sous les bûches ; le vent l’aide et de son souffle avive les braises qui rougeoient de fureur.

    C’est le camp nommé Watapil, dans ce qu’on appelle la Sierra Cruz de Plata, qui se dresse entre les bras humides des rivières Jataté et Perlas. C’est l’année 1985 et octobre reçoit le groupe avec une tempête, qui présage de leurs jours à venir. Le haut amandier (qui donnera son nom à cette montagne dans la langue insurgée) observe avec compassion à son pied cette petite, toute petite, insignifiante poignée de femmes et d’hommes. Visages émaciés, peaux sèches, regards brillants (la fièvre peut-être, l’entêtement, la peur, le délire, la faim, le manque de sommeil), vêtements bruns et noirs déchirés, bottes déformées par les lianes qui s’efforcent de maintenir en place les semelles.

    Avec ses mots posés, lents, à peine perceptibles dans le bruit de la tempête, le vieil Antonio leur parle comme s’il s’adressait à lui-même :

    « Pour la couleur de la terre le Donneur d’ordres viendra à nouveau imposer sa parole dure, son JE meurtrier de la raison, sa corruption déguisée en aumône.

    Le jour viendra où la mort revêtira ses vêtements les plus cruels. Ses pas décorés d’engrenages et de grincements, la machine qui rend les chemins malades mentira en disant qu’elle apporte la prospérité alors qu’elle sème la destruction. Qui s’oppose à ce bruit qui terrifie plantes et animaux sera assassiné dans sa vie et dans sa mémoire. Dans l’une par le plomb, dans l’autre par le mensonge. Ainsi la nuit sera plus longue. La douleur sera plus prolongée. La mort sera plus meurtrière. (...)

    #Mexique #SupGaleano #zapatistes #préparatifs #voyage

    • Sur un autre plus loin, on pouvait lire : « Pourquoi pleurer quand il y a déjà trop d’eau salée », et il y avait une suite : « Ce bateau a été fabriqué par la Commission maritime de la commune autonome rebelle zapatiste “On nous reproche de mettre un nom très long aux MAREZ et aux Caracoles, mais ça nous est égal”, du Conseil de bon gouvernement “Aussi”. Produit périssable. Date de caducité : ça dépend. Nos embarcations ne sombrent pas, elles périment, ce n’est pas la même chose. Embauche de fabricants de canoës et de musiciens dans le CRAREZ (la marimba et la sono ne sont pas inclus — parce que si jamais ils coulent, on ne les remplace pas —, mais on se donne à fond pour chanter… enfin, plus ou moins. Ça dépend, quoi). Ce canoë est uniquement coté sur les marchés de la résistance. La suite sur le prochain canoë… » (bien sûr, il fallait faire le tour du canoë et des parois intérieures pour lire le « nom » en entier ; oui, vous avez raison, ça va prendre tellement de temps au sous-marin ennemi de transmettre le nom complet du navire à couler que, quand il aura fini, le navire aura déjà abordé les côtes européennes).

      […]

      « De toute façon, il n’y aura pas de place pour les femmes non plus », a argumenté le Sup « au bord de la crise de nerf ».

      Elle : « Ah, c’est que nous, nous n’allons pas en bateau. Nous allons en avion, pour ne pas vomir. Enfin, un peu quand même, mais moins. »

      Sup : « Et qui vous a dit que vous, ce serait en avion ? »

      Elle : « Nous. »

      Sup : « Mais d’où vous avez sorti toutes ces paroles que tu me dis ? »

      Elle : « C’est que Esperanza est arrivée à la réunion de comme les femmes que nous sommes et nous a informées que nous allons toutes mourir misérablement si nous allons avec ces maudits hommes. Alors nous y avons réfléchi en assemblée et nous sommes arrivées à l’accord que nous n’avons pas peur et que nous sommes très disposées et déterminées à ce que les hommes meurent misérablement et nous pas.

      #lol

  • Harvard study says flying can be safer than eating at a restaurant - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/local/trafficandcommuting/with-proper-measures-flying-can-be-safer-than-eating-at-a-restaurant-during-the-pandemic-study-says/2020/10/27/01d6d248-17d1-11eb-aeec-b93bcc29a01b_story.html

    The risk of catching the coronavirus on an airplane can be significantly reduced if travelers wash their hands frequently, wear masks at all times, and if airlines clean and sanitize planes thoroughly and ensure there is a constant flow of air throughout the cabin — even when the plane is parked, according to a study released Tuesday. Using these and other measures as part of a layered approach could push the risk of catching the virus on a plane below that of other activities, including grocery shopping and eating at a restaurant, researchers at the Harvard T.H. Chan School of Public Health concluded.
    “Though a formidable adversary, SARS-CoV-2 need not overwhelm society’s capacity to adapt and progress,” the report said. “It is possible to gain a measure of control and to develop strategies that mitigate spread of the disease while allowing a careful reopening of sectors of society.”This study, from the industry-funded Aviation Public Health Initiative, is likely to be cited by airlines and plane manufacturers as they continue to try to convince the public that it is safe to fly as long as proper precautions are taken.
    The Harvard study follows the recent release of a Defense Department study that concluded that wearing a mask continuously while flying could reduce the spread of the virus because of how air is filtered and circulated on an airplane. Along with previous research, the two studies further bolster the case for wearing face coverings. The Centers for Disease Control and Prevention also recently updated its guidance on face coverings to say that it “strongly recommends” that masks be worn on all forms of public and commercial transportation. The Harvard team included experts on environmental health, industrial hygiene and infectious diseases whose goal was to develop a “comprehensive understanding of the intersection between the science informing SARS-CoV-2 transmission and the operations in the aviation environment.”

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#sante#voyageaerien#contamination#economie#recherche#industrieaerienne

  • Covid-19 : des tests antigéniques dans les aéroports pour faire revenir les passagers
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/10/23/des-tests-dans-les-aeroports-pour-faire-revenir-les-passagers_6057073_3234.h

    Les tests antigéniques vont-ils favoriser la reprise du trafic aérien ? Ces dispositifs de dépistage rapide du Covid-19 (quinze à trente minutes) devraient être déployés d’ici à la fin du mois dans les aéroports français de Roissy, Orly, Marseille et Nice. Réalisés à partir de prélèvements nasopharyngés, ils seront proposés aux voyageurs « au départ vers des destinations comme les Etats-Unis ou l’Italie », expliquait le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, le 16 octobre sur CNews. Seront aussi testés les passagers « à l’arrivée des pays rouges », les régions les plus frappées par le virus. Une excellente nouvelle pour les acteurs du tourisme qui, le 14 octobre, réclamaient dans un communiqué « la mise en place urgente des tests antigéniques » dans les aéroports.
    L’objectif est que « ces tests se substituent aux quarantaines », précise Thomas Juin, président de l’Union des aéroports français (UAF). « La plus grande erreur serait d’attendre que l’épidémie cesse pour que le trafic aérien reprenne. » Les acteurs du transport aérien avaient été déçus à la sortie du confinement, « ils pensaient que le trafic intraeuropéen serait le premier à reprendre. Cela n’a pas été le cas » à cause des quarantaines. Air France espère que l’installation de ces tests sera rapide. Il en va du succès de la saison d’hiver de la compagnie, qui mise beaucoup sur les vacances de Noël et le retour des touristes aux Antilles et à La Réunion.

    #Covid-19#migrant#migration#test#sante#voyageur#france#quarantaine

  • Covid-19 : l’OMS mise sur des tests rapides en Afrique
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/23/coronavirus-l-oms-mise-sur-des-tests-rapides-en-afrique_6057076_3212.html

    Selon l’OMS, « de nombreux pays africains ont eu du mal à effectuer des tests en nombre suffisant pour contrôler la pandémie ». « L’utilisation généralisée de tests rapides de haute qualité en Afrique peut révolutionner la réponse du continent » au virus, a déclaré le docteur Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. « Les nouveaux tests de diagnostic rapide basés sur la détection de l’antigène aideront à répondre aux énormes besoins de diagnostic en Afrique », a-t-elle ajouté.
    Dans des nombreux pays africains, le nombre de tests est réduit, limité aux grandes villes et aux voyageurs, et le délai d’attente des résultats varie entre 48 heures à plus de dix jours, selon l’OMS. « La plupart des pays africains se concentrent sur le test des voyageurs, des patients ou des contacts, et nous estimons qu’un nombre important de cas ne sont pas détectés », a dit le docteur Moeti. Les nouveaux tests rapides « sont faciles à utiliser, moins chers que les tests PCR et fournissent les résultats en 15 à 30 minutes seulement, ce qui permet aux pays de décentraliser les tests », estime l’organisation.

    #Covid-19#migrant#migration#sante##test#casimporte#voyageur#afrique#oms

  • Sixième partie
    « Une montagne en haute mer »

    EZLN, SCI Moisés

    https://lavoiedujaguar.net/Sixieme-partie-Une-montagne-en-haute-mer

    Comité clandestin révolutionnaire indigène
    Armée zapatiste de libération nationale
    Mexique, 5 octobre 2020

    Sœurs, frères, sœurs-frères,
    Compañeras, compañeros, compañeroas,

    Nous, peuples originaires de racine maya et zapatistes, vous saluons et vous disons que ce qui est venu à notre pensée commune, d’après ce que nous voyons, entendons et sentons.

    Un. Nous voyons et entendons un monde malade dans sa vie sociale, fragmenté en millions de personnes étrangères les unes aux autres, s’efforçant d’assurer leur survie individuelle, mais unies sous l’oppression d’un système prêt à tout pour étancher sa soif de profits, même alors qu’il est clair que son chemin va à l’encontre de l’existence de la planète Terre.

    L’aberration du système et sa stupide défense du « progrès » et de la « modernité » volent en éclats devant une réalité criminelle : les féminicides. L’assassinat de femmes n’a ni couleur ni nationalité, il est mondial. S’il est absurde et déraisonnable que quelqu’un soit persécuté, séquestré, assassiné pour sa couleur de peau, sa race, sa culture, ses croyances, on ne peut pas croire que le fait d’être femme signifie une sentence de marginalisation et de mort.

    En une escalade prévisible (harcèlement, violence physique, mutilation et assassinat), cautionnée par une impunité structurelle (« elle le méritait », « elle avait des tatouages », « qu’est-ce qu’elle faisait à cet endroit à cette heure-là ?", « habillée comme ça, il fallait s’y attendre »), les assassinats de femmes n’ont aucune logique criminelle si ce n’est celle du système. (...)

    #zapatistes #EZLN #Mexique #Chiapas #féminicides #Covid19 #mégaprojets #pandémie #paramilitaires #résistance #rébellion #Europe #Espagne #voyage #avril_2021

  • Un #voyage à #Vélo jusqu’au pays où le soleil ne se couche jamais
    http://carfree.fr/index.php/2020/10/05/un-voyage-a-velo-jusquau-pays-ou-le-soleil-ne-se-couche-jamais

    Marre de cette société grise et étriquée ! Mon rêve est esquissé. C’est décidé : loin de l’air pollué des cités bétonnées, je partirai. Sur mon vieux vélo, avec ma Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Livres #Vie_sans_voiture #danemark #norvège

  • Le #Laos enchanté de Marc Leguay - Invitation au #voyage (10/09/2020) - Regarder le documentaire complet | ARTE

    https://www.arte.tv/fr/videos/099313-000-A/le-laos-enchante-de-marc-leguay

    https://api-cdn.arte.tv/api/mami/v1/program/fr/099313-000-A/940x530

    Dans le sud du Laos, des dizaines d’îles couvertes de rizières s’étirent le long du Mékong. À la fin des années 1930, ces terres sont le refuge d’un jeune peintre français, Marc Leguay. Il peint les scènes de la vie quotidienne et les paysages exotiques de cette région de l’Indochine française. En quelques années, il devient l’un des peintres les plus influents du Laos. À l’indépendance du pays, il sera choisi pour illustrer les premiers timbres laotiens.

  • In Thailand, a cafe made to look like an aircraft cabin and an actual airliner turned coffee shop remind people of the flights they cannot take | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/lifestyle/travel-leisure/article/3101425/thailand-cafe-made-look-aircraft-cabin-and-actual-airliner

    With millions around the world stuck at home because of the pandemic, “plane cafes” in Thailand are offering customers the chance to pretend they are in the sky – and the idea seems to have taken off.
    On board a retired commercial aeroplane in the coastal city of Pattaya
    , named Coffee War, coffee drinkers make themselves comfy on first-class-style seats and pose for photos by the overhead lockers. Boarding passes in hand, some “passengers” even opt for a tour of the cockpit. “With this cafe I can sit in first class and also mess around in the cockpit pretending to be the captain of the plane,” 26-year-old Thipsuda Faksaithong said. “It’s a lot of fun.”Chalisa Chuensranoi, 25, said her visit was as good as any trip she had taken before the pandemic, which closed Thailand’s borders in March.
    “Sitting right here in the first-class section … really gives me the feeling of actually being on a plane, cruising through the air,” she said.

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#sante#santementale#voyage#frontière#imaginaire

  • #Journal du #Regard : Août 2020
    http://liminaire.fr/journal/article/journal-du-regard-aout-2020

    https://youtu.be/UfxTnB3qmUM

    Chaque mois, un film regroupant l’ensemble des images prises au fil des jours, le mois précédent, et le texte qui s’écrit en creux. « Une sorte de palimpseste, dans lequel doivent transparaître les traces - ténues mais non déchiffrables - de l’écriture “préalable” ». Jorge Luis Borges, Fictions Après avoir épuisé nos ruses, nous sommes gagnés par la fatigue. Je songe à mes multiples escales à Paris et à ce que j’aime toujours dans cette ville sans pareille, à sa vie, à son charme et ses beautés. Nous (...) Journal / #Musique, #Biographie, #Journal_du_regard, #Corse, #Poésie, #Normandie, #Paysage, #Dérive, Regard, #Voyage, #Ciel, #Nature, #Vidéo, #Voix, (...)

    #Sons

  • UK Border Force aims to check less than third of arrivals for test-and-trace forms | Politics | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/aug/28/uk-border-force-aims-check-just-third-arrivals-test-trace-forms
    https://i.guim.co.uk/img/media/ed7e17d28af0944f6edbe02977145255e0978e75/0_318_4796_2879/master/4796.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Border Force officials have been set a target of checking less than a third of arrivals to the UK to ensure they have forms to aid test-and-trace efforts, sources have told the Guardian.It raises the prospect that hundreds of thousands of people have entered the country without the documents being inspected. Dozens of travellers have contacted the Guardian to raise concerns over a lack of checks. Arrivals in the UK from abroad must submit a passenger locator form online beforehand, to be shown at the border either in printed form or on a mobile device. Failure to provide details risks a fine of up to £100. Border Force officers “will use the QR code at the top of the document to check you have completed the form successfully”, the government says. Information including the passenger’s UK address and travel details is used to check that individuals are self-isolating if necessary or to warn them if they have come into contact with travellers with Covid-19. Border Force aims to spot-check 30% of arrivals for passenger locator forms, according to a target understood to be contained in a weekly update circulated in Whitehall. It states that between 17 and 23 August, 10% of those spot-checked by Border Force had not filled out the forms. It is understood that the checks need to be made manually by Border Force officials, with no automated system of logging passenger locator form details when passports are scanned. The shadow home secretary, Nick Thomas-Symonds, said: “Passenger locator forms are a crucial part of a functioning test, track and isolate system. These are deeply worrying findings, amounting to yet another example of failing to implement effective protective measures at UK borders. This issue needs to be addressed urgently for the sake of public health and to reassure travellers.”

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#sante#test#tracking#frontiere#contamination#santepublique#voyageur