• Les liaisons à risques du #CICR

    Les relations du Comité international de la Croix-Rouge avec le secteur privé et la double casquette de son président, #Peter_Maurer, également membre du conseil de fondation du #World_Economic_Forum, font courir le risque que le CICR soit perçu comme partial. La sécurité des délégués sur le terrain est en jeu.

    C’était le 9 octobre 2017. Sans tambour ni trompette, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) déclarait mettre fin avec effet immédiat au partenariat qu’il entretenait avec la multinationale LafargeHolcim. Cette dernière était l’une des douze sociétés appartenant au Corporate Support Group du CICR, un groupe de partenaires stratégiques du secteur privé. Motif : LafargeHolcim (LH), entreprise née de la fusion entre la société suisse Holcim et le français Lafarge lancée en 2014 et effective en 2015, est accusée d’avoir financé des groupes djihadistes en Syrie, dont l’organisation Etat islamique, à travers sa filiale Lafarge Cement Syria (LCS) et la cimenterie de Jalabiya.

    La justice française a depuis mis en examen sept cadres de la société soupçonnés de « financement du terrorisme ». Dans sa communication de l’automne dernier, le CICR est explicite : il « n’a pas travaillé avec LH ou avec Lafarge en Syrie, et n’a aucune connexion avec la situation complexe dans laquelle se trouve LH actuellement. »
    L’affaire LafargeHolcim

    L’exemple soulève la question des rapports du CICR avec ses partenaires privés. Pour l’organisation, fondée en 1863 par Henri Dunant et dont la mission est de rendre visite aux détenus, de fournir protection, assistance et aide humanitaire aux victimes de conflits armés et de promouvoir le respect du droit international humanitaire, l’alerte est chaude. Elle l’est d’autant plus que le CICR met du temps à réagir. Le Monde publie sa première enquête le 21 juin 2016 sous le titre : « Comment le cimentier Lafarge a travaillé avec l’Etat islamique en Syrie. »

    Face à ces révélations, le CICR réévalue ses procédures. Mais pas de remise en question immédiate du partenariat avec #LafargeHolcim. Selon un document interne envoyé au même moment aux délégations et que Le Temps s’est procuré, le CICR avance que « bien qu’à ce stade, la probabilité que les médias approchent le CICR au sujet du soutien qu’il reçoit de LH soit très faible, les lignes ci-dessous devraient aider à gérer de telles demandes ». Les collaborateurs sont censés mentionner des projets développés en commun par LH et le CICR, notamment au Nigeria. Le siège continue à relativiser : « Les accusations contre LH au sujet du comportement de son équipe en Syrie doivent encore être prouvées. »

    A Genève, on ne prend pas la mesure de l’urgence : le président du CICR Peter Maurer et le chef de la délégation du CICR au Nigeria signent le 21 octobre 2016 à Lagos un protocole d’accord avec Lafarge Africa Plc. Le partenariat prévoit notamment de « renforcer la position de Lafarge sur le marché du ciment dans le nord-est du Nigeria ». Une phrase qui provoque une vive discussion à l’interne. Quatre jours plus tard, pourtant, la rupture avec LH est annoncée : « La révision [du partenariat] a révélé que la controverse […] avait le potentiel d’impacter négativement les opérations, la réputation et la crédibilité du CICR avec des acteurs clés, y compris sur le terrain. » En dépit de la volte-face, le malaise persiste. Etait-il opportun d’avoir un partenariat avec Holcim, dont le président du conseil d’administration jusqu’en mai 2014 (après la fusion avec Lafarge), Rolf Soiron, siégeait dans le même temps au Conseil de l’Assemblée, l’organe suprême du CICR ?
    Les risques de conflit d’intérêts

    Le partenariat avec LafargeHolcim n’étant plus d’actualité, l’affaire pourrait s’arrêter là. C’est compter sans un groupe de 25 membres honoraires, d’anciens dirigeants, chefs des opérations et de délégation du CICR. Dans un document qu’ils envoient au siège du CICR en décembre 2017 intitulé « L’indépendance et la neutralité du CICR en péril », ils affirment vouloir nourrir un débat qu’ils jugent « existentiel ». Leur intention, précisent-ils au Temps, n’est pas de « casser » une organisation qu’ils continuent d’aimer.

    Le réflexe pourrait être de voir dans cette mobilisation un combat d’arrière-garde entre des anciens, dépassés, et des nouveaux, progressistes. Or l’inquiétude dépasse largement ce cercle et provient aussi des délégués actifs sur le terrain. Elle ne porte pas tant sur la collaboration avec le secteur privé que sur les conditions dans lesquelles celle-ci se matérialise. Cette inquiétude est exacerbée par plusieurs facteurs : face aux multiples crises humanitaires et à leur complexité croissante, face à l’irrespect crasse du droit international humanitaire, le CICR évolue dans un contexte extraordinairement difficile. Il est présent dans 86 pays et emploie 18 000 collaborateurs. Son travail, remarquable, est reconnu.

    Si nombre d’entreprises privées ont régulièrement soutenu l’auguste institution, elles l’ont surtout fait sous une forme philanthropique. « Aujourd’hui, c’est davantage du donnant-donnant », explique Marguerite Contat, ex-cheffe de délégation qui craint que l’indépendance et l’impartialité du CICR ne soient remises en question. Un vocabulaire qui fait écho au slogan « win-win » familier du World Economic Forum (#WEF), mais qui s’inscrit aussi dans la transformation en partie entamée à l’ONU au début des années 2000 par Kofi Annan sous le nom de « #Global_Compact », un concept de promotion du #partenariat_public-privé. Le document rédigé par le groupe des 25 met en garde : « L’institution ne peut se permettre de mettre en péril le formidable capital de confiance qu’elle a accumulé au cours de son siècle et demi d’existence […]. Il ne suffit pas, pour le CICR, de se proclamer neutre et indépendant, encore faut-il qu’il soit reconnu comme tel par toutes les parties concernées. »

    On l’aura compris : les craintes exprimées touchent à un aspect central de l’action du CICR : la perception qu’ont de lui les acteurs locaux, qu’il s’agisse de groupes armés non étatiques, d’Etats ou de groupes terroristes. Les principes ne sont pas gravés dans le marbre une fois pour toutes, déclarait pourtant Peter Maurer lors d’un symposium consacré en 2015 aux « principes fondamentaux dans une perspective historique critique ». Ils sont fonction de l’époque.

    Sous la présidence de Jakob Kellenberger (2000-2012), le CICR a institué un partenariat stratégique avec douze sociétés réunies dans ce qu’il appelle le Corporate Support Group (CSG). L’apport de chacune est d’un demi-million par an sur six ans. Leur contribution financière est marginale, soit moins de 4% du financement assuré par les Etats contributeurs. Mais pour le CICR, appelé à répondre à des besoins humanitaires qui explosent, ce soutien est nécessaire. Dans cette logique, le récent partenariat conclu avec la société danoise Novo Nordisk a du sens. Peter Maurer le justifiait récemment devant l’Association des correspondants du Palais des Nations (Acanu) : « Non, ce n’est pas de la philanthropie. Nous n’obtenons pas les médicaments [anti-diabète] de Novo Nordisk gratuitement. Mais ceux-ci peuvent être fournis à des populations vulnérables à des prix plus favorables. »
    Perception du CICR, un acquis fragile

    Difficile par ailleurs de demander au contribuable d’en faire davantage, la Confédération appuyant le CICR déjà à hauteur de 148 millions de francs (2017). Le financement par les Etats soulève aussi son lot de questions. Un ancien haut responsable de l’institution le souligne : « Les contributions versées par certains Etats relèvent plus de la stratégie de communication que d’un réel engagement humanitaire. » Un autre observateur ajoute : « Les Etats-Unis sont les premiers contributeurs étatiques du CICR. Or ils ont orchestré de la torture en Irak à partir de 2003. »

    Au CICR, on le martèle : le monde a changé. Gérer simplement l’urgence humanitaire ne suffit plus. Il faut « inscrire l’urgence dans la durée », dans le développement durable d’un Etat, d’une communauté. Le savoir-faire du secteur privé peut s’avérer utile pour améliorer des situations humanitaires catastrophiques lorsque les services de l’Etat se sont effondrés. Mais qu’obtiennent en contrepartie les entreprises stratégiques du CSG, hormis la possibilité d’utiliser le logo du CICR ? Membre du CSG depuis 2008, Credit Suisse y trouve son compte. Son porte-parole Jean-Paul Darbellay s’en explique : « Grâce à ce partenariat, nous bénéficions de nombreux échanges de connaissances et partageons notre expertise dans de plusieurs domaines d’activité : marketing, ressources humaines, collectes de fonds. »

    Credit Suisse apporte aussi son expertise au « WEF Humanitarian System Global Future Council présidé par Peter Maurer ». En aidant le CICR, la fondation néerlandaise Philips, membre du CSG, n’a pas d’objectifs commerciaux. Elle a développé avec lui un kit d’instruments pour la détection précoce des grossesses à haut risque dans des communautés fragiles ayant un accès limité à des services de santé. La société Roche n’attend pour sa part aucun « retour matériel sur investissement ».
    Un rôle flou

    « Notre intérêt, explique au Temps Yves Daccord, directeur général du CICR, réside surtout dans l’échange de compétences avec le secteur privé. Avec Swiss Re, nous avons un intérêt à coopérer avec le secteur de la réassurance. En Syrie, si on laisse le système s’effondrer, cela aura un énorme impact humanitaire. » Les critiques estiment toutefois que le CICR en fait trop en aidant ses partenaires à développer des activités économiques là où il est présent. Yves Daccord s’en défend : « Il est exclu que le CICR fournisse des renseignements situationnels à ses partenaires. Ce serait de la folie. » Devant l’Acanu, Peter Maurer précise : « Nous ne sommes pas impliqués dans la reconstruction. » Mais le président du CICR n’hésite pas à sensibiliser les partenaires stratégiques en les amenant sur le terrain. Lors d’une visite en Colombie en janvier 2017, lors de laquelle il rencontra le président Juan Manuel Santos, il avait « dans ses bagages » l’Avina Stiftung, Holcim Colombia ou encore Nespresso.

    Professeur émérite de l’Université du Nebraska et auteur du livre ICRC : A Unique Humanitarian Protagonist, David Forsythe connaît bien l’institution et salue son travail de terrain. Il questionne toutefois le rôle flou du CICR avec ses partenaires : « Personne ne remet en question la nécessité de travailler avec le secteur privé. Mais si cette coopération devait permettre aux entreprises partenaires de faire de l’argent, cela poserait un problème sérieux au vu de la mission strictement humanitaire du CICR. Et certaines multinationales pourraient chercher à redorer leur image en soutenant une telle organisation humanitaire. Il en va de même pour le choix par cooptation des membres de l’Assemblée du CICR. Il faut s’assurer qu’ils soient irréprochables et qu’ils ne soient pas sujets à des conflits d’intérêts. »
    La proximité avec le WEF critiquée

    L’autre aspect qui fait débat aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du CICR, c’est la double casquette de Peter Maurer, président du CICR depuis 2012 et membre du conseil de fondation du World Economic Forum (WEF) depuis novembre 2014. Cette double appartenance interpelle même les actuels collaborateurs. Après un message envoyé le 12 avril 2017 par le siège pour sonder les délégations et que Le Temps a pu consulter, l’une de ces dernières relève que la double casquette « met automatiquement le CICR du côté des puissants et des riches ». Les délégués sur le terrain pourraient en subir les conséquences.

    Or, explique une seconde délégation, le CICR est une institution « qui se présente comme ontologiquement proche des victimes ». Une autre délégation déplore l’association formelle au WEF alors que « le CICR a déployé d’énormes efforts durant la dernière décennie pour se débarrasser de son étiquette occidentale ». Elle se pose une question rhétorique : que se passerait-il si les FARC, le mouvement révolutionnaire colombien d’obédience marxiste, négociant avec le CICR, apprenait que le président du CICR était aussi au conseil de fondation du WEF, une organisation qui défend le libéralisme économique ? Le sondage semble avoir eu peu d’effet. Le mandat de Peter Maurer au WEF a été renouvelé sans problème en 2017. « On ne tient pas compte de nos remarques, explique un responsable encore en fonction. Nous sommes mis devant un fait accompli. » La direction élude le débat. Le sujet est devenu tabou.

    Le double mandat de Peter Maurer peut cependant prêter à confusion. Le 11 mai 2017, le président du CICR se rend à Kigali pour une réunion du WEF Afrique. Il y est invité par la ministre rwandaise des Affaires étrangères. Après quelques hésitations, Peter Maurer accepte l’invitation. La délégation du CICR à Kigali essaie de lui arranger un rendez-vous avec le président du Rwanda. En vain. Il faudra l’appel de Klaus Schwab, président du WEF, pour inciter Paul Kagame à rencontrer le patron du CICR. « Pendant seize minutes, tous deux ne parlent que du CICR, explique au Temps une personne qui était sur place. Pour Paul Kagame, il n’y avait pas de confusion possible : Peter Maurer parlait au nom du CICR. »

    Jugeant le WEF complaisant à l’égard des Emirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, un ex-haut responsable du CICR en convient : « Cela n’a pas eu d’effet mesurable pour l’instant. Mais un accident n’est pas exclu. Je rappelle qu’au Yémen, le CICR est la seule organisation capable de parler à tous les acteurs. » Or ce sont les deux pays précités qui ont orchestré le blocus économique du Yémen, aggravant la situation humanitaire. Par ailleurs, être formellement associé au WEF est « risqué pour les délégués, notamment en Syrie, poursuit-il. Au WEF, plusieurs acteurs ont expliqué comment éliminer l’Etat islamique. » Le professeur David Forsythe avertit : « Si des acteurs locaux venaient à apprendre le mandat de Peter Maurer au WEF, cela pourrait devenir un sérieux problème. »
    L’exemple douloureux du Biafra

    La question de sa perception n’est pas anodine pour une organisation qui souhaite avoir accès à tous les belligérants. Car son image est parfois fragile. Le CICR en a fait l’expérience au moment de la crise du Biafra à la fin des années 1960, quand des gardes en uniforme du président de la Guinée équatoriale montèrent avec leurs motos à bord d’avions de la Croix-Rouge suédoise marqués du sigle générique de la Croix-Rouge. La scène aurait été filmée par un Hollandais.

    En Afrique, il faudra des années au CICR pour se débarrasser de cette fausse nouvelle selon laquelle il aurait participé à un trafic d’armes… Or c’était il y a près de cinquante ans. Aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, le risque de dégât d’image est décuplé. Peter Maurer le reconnaît lui-même : « Mon organisation ne bénéficie pas d’une neutralité garantie. C’est quelque chose que vous obtenez en établissant des relations de confiance avec les parties au conflit. Gagner leur confiance est un combat quotidien. » A propos de la tragique mort récente d’un collaborateur du CICR au Yémen, des délégués le déplorent sur le réseau Alumni Networks du CICR. Il aurait été abattu « parce qu’il était du CICR ». Etait-ce déjà une question de perception de l’organisation ?

    Yves Daccord comprend les arguments critiques par rapport au WEF, mais les conteste. « Notre choix stratégique ne consiste pas à observer, mais à faire partie de la discussion. Depuis huit ans, notre engagement a considérablement augmenté. Nous avons désormais une présence diplomatique dans les capitales des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous poursuivons une stratégie d’influence croisée pour renforcer notre discours humanitaire. » Dans cette logique, le WEF est une plateforme très utile où sont présents bon nombre d’acteurs (multi-stakeholders) auprès desquels le CICR peut exercer son influence pour renforcer son message humanitaire. « Quand le président chinois Xi Jinping est à Davos, qu’il rencontre le conseil de fondation du WEF et qu’il voit Peter Maurer, c’est important. Cela permet au CICR d’établir rapidement un lien avec le dirigeant chinois. Il faut nous juger sur nos objectifs, non sur une image arrêtée de la situation. »
    Changement de culture

    Au CICR, le choc des cultures est une réalité. Le monde a changé et l’institution genevoise aussi. Peter Maurer est beaucoup sur le terrain : en Libye, au Yémen, en Syrie. On reconnaît à cet ex-ambassadeur de Suisse auprès de l’ONU à New York un grand talent diplomatique qui lui a valu de rencontrer les grands de la planète : Xi Jinping, Vladimir Poutine, Barack Obama. En termes de budget, l’organisation atteint désormais les 2 milliards. Pour les uns, c’est une course à la croissance effrénée par laquelle le CICR s’éloigne de sa mission spécifique de protection des civils pour embrasser toute une série d’activités de développement propres à une « agence para-onusienne ».

    Pour d’autres, c’est le génie de Peter Maurer qui a su réaliser qu’il fallait voir l’humanitaire dans une dimension plus large. Yves Daccord l’admet : « Oui, la culture de la maison a changé. » Le professeur David Forsythe met toutefois en garde : « Attention au style de management vertical propre à une grande multinationale. Malgré son excellente image et sa réputation, voyons si le CICR est toujours capable, au vu de ce management, d’attirer des délégués aussi engagés, dont il ne faut pas oublier qu’ils risquent leur vie sur le terrain. » Le CICR, semble-t-il sous-entendre, ne peut être soumis à une culture managériale identique à celle d’une multinationale, car en fin de compte, ce sont les gens du terrain qui sont sa raison d’être.

    https://www.letemps.ch/monde/liaisons-risques-cicr
    https://www.letemps.ch/monde/liaisons-risques-cicr
    #Lafarge #Syrie #conflit_d'intérêts #Lafarge #Holcim


  • Vision du #WEF, mais intéressant tout de même:
    Speaking more than one language can boost economic growth

    Multilingualism is good for the economy, researchers have found. Countries that actively nurture different languages reap a range of rewards, from more successful exports to a more innovative workforce.

    https://www.weforum.org/agenda/2018/02/speaking-more-languages-boost-economic-growth
    #langue #multilinguisme #croissance_économique #économie #cartographie #visualisation

    • Take Facebook’s founder, Mark Zuckerberg, who is learning Mandarin. His wife’s family is Chinese, so you might say he is personally motivated to do so. But he also has a huge market-driven incentive, as his company has long been trying to penetrate China’s market.

      In this, he follows an old mantra that was most famously expressed by Willy Brandt, the former chancellor of the Federal Republic of Germany: “If I’m selling to you, I speak your language. But if I’m buying, dann müssen Sie Deutsch sprechen [then you have to speak German]”. This shows that now too, the customer is king.


  • Eurasia, the supercontinent that will define our century
    –-> si le #WEF le dit...

    In recent years, Chinese authorities have increasingly taken on this task and with the Belt and Road Initiative, a development project of unmatched ambition, they intend to be firmly in control. Spanning some 70 countries and requiring investment approaching $4 trillion, the initiative is deliberately intended to reshape the global political and economic order. China’s trade with countries along the Belt and Road rose 17.8% year-on-year in January 2018.

    https://www.weforum.org/agenda/2018/02/how-countries-can-find-their-place-in-the-new-eurasian-century
    #Eurasie #route_de_la_soie #Chine
    cc @fil @reka @simplicissimus


  • Le #Canada va tester l’#identité_numérique pour les voyageurs internationaux

    Le gouvernement du Canada va collaborer avec Davos et le Forum économique mondial pour tester les technologies numériques émergentes et leur utilisation dans le transport aérien. À la base du projet, le développement du système #Known_Traveller_Digital_Identity (système d’identité numérique du voyageur reconnu ou KTDI).

    https://www.deplacementspros.com/Le-Canada-va-tester-l-identite-numerique-pour-les-voyageurs-intern

    #voyageurs_internationaux #mots #migrations #asile #réfugiés #terminologie #vocabulaire #technologie #smart_borders #frontières_intelligentes #frontières #WEF
    cc @sinehebdo @reka


  • Si c’est le #World_Economic_Forum qui le dit...
    Why urban farming is changing the future of agriculture

    The planet is growing more food than ever, and yet millions of people continue to starve worldwide. People are hungry everywhere — in the country, in the suburbs. But increasingly, one of the front lines in the war against hunger is in cities. As urban populations grow, more people find themselves in food deserts, areas with “[l]imited access to supermarkets, supercenters, grocery stores, or other sources of healthy and affordable food,” according to a report by the U.S. Department of Agriculture.

    New technologies are changing the equation, allowing people to grow food in places where it was previously difficult or impossible, and in quantities akin to traditional farms.

    https://www.weforum.org/agenda/2018/01/why-urban-farming-is-changing-the-future-of-agriculture
    #agriculture #agriculture_urbaine #urban_matter #villes #faim #famine #WEF


  • Le forum de Davos 2017 face aux incertitudes exacerbées du Monde
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2994

    Chaque année le « Forum Economique Mondial » (#wef17) tient son conclave, du 17 au 20, de ce 1er mois de l’année à Davos. Comme d’habitude le gotha des décideurs ou personnalités, ou du moins de managers considérés leaders de domaines importants, tentera de déterminer où va le Monde ? À l’heure où une série de bouleversements laissent d’indélébiles conséquences sur les relations internationales, l’édition de 2017, la 46ème, s’apparente à un regard primordial pour le destin de la Terre et de l’humanité. L’année (...)

    Actualité, événement, opinion, intérêt général, information, scoop, primauté

    / journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse, #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie, Chine, réforme, développement, environnement, (...)

    #Actualité,événement,_opinion,_intérêt_général,_information,_scoop,_primauté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #Chine,_réforme,_développement,_environnement,_Asie,


  • Haro sur le gâchis alimentaire ! une enseigne danoise se spécialise dans les #invendus

    Acheter à moindre coût des produits délaissés par la clientèle des #supermarchés : voilà qui fait saliver les habitués de #Wefood, une chaîne d’un nouveau genre installée à Copenhague.
    S’y vendent exclusivement des produits dont la date de péremption est dépassée ou l’emballage abîmé. Quant aux profits, ils sont reversés à une organisation caritative.


    http://www.courrierinternational.com/depeche/haro-sur-le-gachis-alimentaire-une-enseigne-danoise-se-specia
    #Danemark #gaspillage #alimentation


  • Davos, cannabis, cocaïne, armée Suisse, armée danoise, coup de feu - La Tribune de Genéve du 22 Janvier 2016

    Parmi les 4500 militaires chargés d’assurer la sécurité au forum économique mondial (WEF) de Davos (GR), certains semblent assumer leur tâche à la légère. La police militaire a surpris douze soldats alors qu’ils consommaient cannabis et cocaïne.

    Stefan Hofer, porte-parole de l’état-major de l’armée, a confirmé vendredi l’information publiée par le Corriere del Ticino . Sur les douze soldats interpellés, tous l’ont été pour consommation de cannabis et parmi eux, cinq ont aussi pris de la cocaïne.
    Les contrôles ont été effectués mardi dans le bataillon d’infanterie de montagne 30. Celui-ci est composé essentiellement de soldats et de gradés en provenance du Tessin et du sud des Grisons. L’alerte a été donnée par des membres de la troupe concernée.

    La police militaire est tout de suite intervenue et a demandé aux soldats concernés de s’expliquer. Quelques-uns ont immédiatement avoué. La police militaire a aussi recouru aux chiens pour rechercher la drogue. Sur un soldat, plus de trois grammes de cocaïne ont été découverts.

    Cet homme a été immédiatement renvoyé à la maison et devra répondre devant les tribunaux civils, a expliqué le porte-parole. Les autres soldats, qui ont consommé de la cocaïne, ont aussi été renvoyés chez eux. Ils seront punis disciplinairement après le WEF.
    . . . . . .
    La justice militaire a également confirmé qu’un coup de feu involontaire est parti dans le cadre de l’engagement de l’armée au WEF. « Le coup est parti au moment du retrait des cartouches de l’arme », a dit Tobias Kühne à l’ats. Personne n’a vraiment été mis en danger. Le porte-parole n’a pas été en mesure d’en dire davantage. Une enquête devra éclaircir les circonstances exactes de l’incident. (ats/nxp)

    http://www.tdg.ch/suisse/police-surprend-douze-soldats-drogues/story/24030450
    + Quelque 200 personnes qui répondaient à un appel à manifester de l’Alliance anti-WEF ont été encerclées par la police samedi après-midi à Zoug. Le rassemblement n’avait pas été autorisé.

    Bonus : Grosse commande de l’armée danoise

    Mowag a décroché une belle commande des forces armées danoises. Le fabricant thurgovien de véhicules militaires, filiale du géant américain General Dynamics, leur livrera pas moins de 309 blindés à roues du type Piranha 5, pour 600 millions de francs.

    L’armée danoise entend utiliser ces véhicules de combat essentiellement dans le cadre de missions de maintien de la paix. La commande permet d’assurer du travail sur le site de Kreuzlingen jusqu’en 2023, a précisé vendredi Oliver Dürr, le patron de Mowag, confirmant une information du journal St-Galler Tagblatt.


    Il s’agit d’une des plus importantes commandes de matériel militaire en Europe à l’heure actuelle. A titre de comparaison, les exportations helvétiques en la matière se sont chiffrées en 2014 à 563,5 millions de francs.
    http://www.tdg.ch/economie/grosse-commande-armee-danoise-mowag/story/15566330

    #Davos #armée_Suisse #cannabis #cocaïne #WEF #Mowag #Suisse #véhicules_militaires #General_Dynamics #maintien_de_la_paix




  • RSF lance un site internet pour publier les contenus censurés - Challenges.fr
    http://www.challenges.fr/media/20121126.AFP6075/rsf-lance-un-site-internet-pour-publier-les-contenus-censures.html

    PARIS, 26 nov 2012 (AFP) - L’organisation Reporters sans frontières (RSF) va lancer mardi un site internet « anti-censure », baptisé WeFightCensorship (« Nous combattons la censure » en anglais), qui publiera des contenus censurés, interdits ou ayant valu des représailles à leur auteur, a-t-elle annoncé lundi.

    Disponible à l’adresse www.wefightcensorship.org, ce site proposera des articles, vidéos, sons ou photos « envoyés par des journalistes ou des net-citoyens victimes de la censure », et sélectionnés par le comité éditorial de WeFightCensorship (WeFC), a indiqué RSF dans un communiqué.

    Le site sera disponible en versions française et anglaise, et des articles du monde entier seront publiés dans leurs langues originales (chinois, persan...) et en traduction, accompagnés d’un texte de présentation du contexte et de l’auteur.

    Les internautes auront par ailleurs la possibilité de faire parvenir des contenus de manière anonyme, « grâce à un +coffre-fort+ numérique sécurisé », précise RSF.

    Le site sera relayé par des sites miroirs pour mettre en échec les tentatives de filtrage et de blocage, et les internautes seront appelés à relayer les contenus censurés pour leur donner une plus grande visibilité, ajoute l’organisation.

    « Reporters sans frontières propose ainsi un outil de dissuasion pour inciter les États et autres pouvoirs à respecter la liberté de l’information », souligne le directeur général de RSF Christophe Deloire, cité dans le communiqué.

    #WeFightCensorship #RSF



  • Berne : la 2e manif anti-WEF a pu marcher
    https://www.lereveil.ch/berne-la-2e-manif-anti-wef-a-pu
    « Entre 50 et 80 personnes, selon les médias bourgeois, se sont rassemblées à #Berne pour manifester contre le Forum économique mondial, le froid glacial ayant sans doute empêché une participation plus nombreuse. Contrairement à l’intervention quasi-militaire de la dernière fois, la police semble se retenir. Des contrôles dans et autour de la gare sont toutefois à signaler. »
    #Suisse #WEF


  • 4 février 2012 : 2e manif anti-WEF à Berne
    https://www.lereveil.ch/contrib/4-fevrier-2012-2e-manif-anti-wef-a
    "Nous, nous savons pourquoi nous le faisons. Parce que nous ne voulons pas rester silencieux/-ses lorsque des nantiEs et des politicienNEs se font entourer par des guignols de la culture et d’autres stars et se mettent en scène comme sauveurs/-euses qui veulent « améliorer le monde avec de nouveaux modèles » tandis qu’ils sont en vérité les agentEs et les organsiateurs/-ses de l’ordre dominant. Les pyromanes se font passer pour les pompiers, les exploiteurs/-ses pour les bienfaiteurs/-ses, les oppresseurs/-ses pour les libérateurs/-ses. Ils blablatent dans leur noble baraque et se demandent comment ils pourraient résoudre les problèmes qu’ils reproduisent eux-mêmes quotidiennement. Ils ne cessent de nous répéter à quel point leur responsabilité est lourde tandis qu’ils nous baissent le salaire, nous augmentent le loyer, nous licencient, coupent les services sociaux..."
    #Suisse #Berne #WEF #manif


  • Manif anti-WEF : Berne assiégée, arrestations massives
    https://www.lereveil.ch/manif-anti-wef-berne-assiegee
    « La manif anti-WEF à #Berne cet après-midi n’a pas eu lieu. Un dispositif policier énorme composé de corps de quatre cantons a arrêté plein de monde. Difficile de dire combien de manifestants il y avait. Selon des commentaires sur Indy Suisse allemande, il y aurait en tout cas eu plus de flics que de manifestants. Le trafic dans le centre-ville de Berne a été complétement paralysé, aucun tram n’a circulé et le pont de Lorraine a été bloqué. Dans le périmètre entre la Heiliggeistkirche, la gare et la Reitschule, les flics étaient partout et tout ce qui ressemblait à un rassemblement a été encerclé. Mais il semble que les contrôles ne se soient pas limité aux manifestants, sur une des photos dans les médias bourgeois, on voit une maman avec une petit fille enfermée entre des grillages policiers, sur d’autres des ados qui auraient sans doute acheté plein de fringues s’ils avaient seulement pu... »
    #Suisse #WEF #répression