• La justice britannique refuse l’extradition de #Julian_Assange vers les États-Unis
    https://www.les-crises.fr/la-justice-britannique-refuse-lextradition-de-julian-assange-vers-les-eta

    Une très bonne nouvelle pour ce début d’année 2021 ! La décision est tombée hier matin. La justice britannique refuse l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Cependant, cette décision rendue par la juge Vanessa Baraitser est susceptible de recours. Le combat judiciaire du fondateur de #Wikileaks n’est donc pas encore terminé. Reste également à […]

    #Géopolitique #Extradition #Géopolitique,_Extradition,_Julian_Assange,_Wikileaks

  • La fin d’un homme, la fin d’un monde _ Le blog de pierre verhas
    http://uranopole.over-blog.com/2020/12/la-fin-d-un-homme-la-fin-d-un-monde.html

    La fin d’un homme
    Depuis plusieurs mois, nous évoquons l’évolution de la situation de l’informaticien et journaliste australien Julian Assange, persécuté pour avoir publié les câbles diplomatiques secrets de Washington qui révélaient les crimes de guerre des Etatsuniens et de leurs alliés en Afghanistan et en Irak, accusé par la Suède d’un prétendu viol.
     
    « Vous vous souvenez du meurtre de sang froid de civils irakiens dans Collateral Murder ? Vous vous souvenez de la torture à Guantanamo Bay ? Vous vous souvenez de la corruption politique révélée par les câbles diplomatiques ? Ce sont quelques-unes des histoires qui ont fait la une en 2010, lorsque les principaux journaux internationaux, du New York Times au Guardian en passant par Der Spiegel, se sont associés à WikiLeaks pour exposer les crimes de guerre américains et une longue liste de vérités honteuses que nos gouvernements avaient gardées secrètes. » (Ex Berliner – EXB – journal berlinois en langue anglaise, 8 septembre 2020)
     
    Assange se trouvait à Londres lorsque la Justice suédoise demanda son extradition pour une accusation de viol. Sentant le piège et craignant d’être ensuite extradé de Suède vers les Etats-Unis, Assange s’est d’abord réfugié durant sept années à l’ambassade d’Equateur à Londres d’où il ne pouvait sortir et où, à son insu, ses moindres faits, gestes et paroles étaient notés par la CIA par l’intermédiaire d’une société de surveillance espagnole qui a clandestinement installé des dispositifs d’espionnage Quelques semaines après le renversement du président progressiste Rafaele Correa qui lui avait accordé l’asile et la nationalité équatorienne, exclu du pouvoir suite à des élections contestables, le nouveau président, Lénine (!) Moreno, sous la pression du gouvernement étatsunien, retire à Assange sa nouvelle nationalité et le fait expulser de sa « résidence » équatorienne. La police londonienne l’a transféré manu militari à la prison de haute sécurité de Belmarsch, où il côtoie des terroristes et de dangereux criminels. Il a d’abord été condamné par un tribunal londonien à 52 semaines de détention pour avoir échappé à la Justice anglaise en se réfugiant à l’ambassade d’Equateur. Cette période de détention a permis aux juges britanniques de préparer le procès de l’extradition d’Assange pour répondre à la demande de la puissance étatsunienne.
     
     

    L’expulsion manu militari de Julian Assange par la police londonienne révèle son traitement futur !
     
    Entre temps, la Justice suédoise a abandonné les poursuites contre le fondateur de Wikileaks, faute de preuves. À y réfléchir, cette affaire de viol avait un double objectif : discréditer Assange auprès de l’opinion publique et le livrer indirectement aux Etats-Unis. Tout cela pour ce qui est en définitive une banale relation sexuelle consentie non protégée !
     
    C’est d’ailleurs ce que dit Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture :
     
    « Je ne sais pas si Julian Assange a commis une agression sexuelle ou non, mais ce que je sais, c’est que la Suède ne s’est jamais souciée de le savoir. Ils voulaient utiliser ces allégations pour le discréditer. Et une fois qu’ils ont activement diffusé ces allégations aux quatre coins du monde, ils se sont ensuite assurés qu’il n’y aurait jamais de procès en bonne et due forme car, comme le procureur l’a finalement admis en novembre 2019, ils n’ont jamais eu suffisamment de preuves pour même porter plainte contre Julian Assange. »

    Nils Melzer est un éminent juriste suisse, professeur à Genève et aussi dans plusieurs pays étrangers, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et les traitements inhumains, a pris fait et cause pour Julian Assange.
     
    Un palais de justice qui fait partie d’un système carcéral.
     
    Une première série d’audiences du procès d’extradition britannique eut lieu fin février, début mars 2020. Elles se déroulèrent à Woolwich Court attenant à la prison de Belmarsch. Craig Murray a rédigé et publié le compte-rendu de ces audiences. Il commente :
    « Woolwich Crown Court est conçu pour imposer le pouvoir de l’État. Les tribunaux normaux de ce pays sont des bâtiments publics, délibérément placés par nos ancêtres en plein centre-ville, presque toujours à proximité d’une rue principale. Le but principal de leur positionnement et de leur architecture était de faciliter l’accès au public, avec la conviction qu’il est vital que la justice soit visible par le public.
     
    Woolwich Crown Court, qui accueille le Belmarsh Magistrates Court, est construit sur un principe totalement opposé. Il n’a pas d’autre but que d’exclure le public. Rattaché à une prison située dans un marais balayé par les vents, loin de tout centre social normal, une île accessible uniquement en naviguant dans un labyrinthe de routes à double voie, tout l’emplacement et l’architecture du bâtiment sont pensés pour décourager l’accès au public. Il est entouré par la même barrière de palissage en acier extrêmement résistant qui ceinture la prison. C’est une chose extraordinaire, un palais de justice qui fait partie du système carcéral lui-même, un lieu où l’on est déjà considéré comme coupable et incarcéré dès son arrivée. Le Woolwich Crown Court n’est rien d’autre que la négation physique de la présomption d’innocence, l’incarnation même de l’injustice coulée dans du béton, de l’acier, et des vitres blindées. Il a précisément la même relation à la justice que Guantanamo Bay ou la Lubyanka. Il n’est en réalité que l’aile de condamnations de la prison de Belmarsh. »

     
    Le tribunal est présidé par la magistrate Vanessa Baraitser qui se montre particulièrement hostile à l’égard de l’accusé et de sa défense.
     
    « … dans la salle d’audience elle-même, Julian Assange est confiné au fond du tribunal derrière un écran de verre pare-balles. Il a fait remarquer à plusieurs reprises au cours de la procédure qu’il lui était ainsi très difficile de voir et d’entendre les débats. La magistrate, Vanessa Baraitser, a choisi d’interpréter cela, avec une malhonnêteté étudiée, comme un problème dû au très faible bruit des manifestants à l’extérieur, par opposition à un problème causé par le fait qu’Assange est enfermé à l’écart dans une énorme boîte de verre pare-balles.
     
    Or, il n’y a aucune raison pour qu’Assange se trouve dans cette boîte, conçue pour contenir des terroristes extrêmement violents physiquement. Il pourrait siéger, comme le ferait normalement un accusé à une audience, au sein du tribunal à côté de ses avocats. Mais la lâche et vicieuse Baraitser a refusé les demandes répétées et persistantes de la défense pour qu’Assange soit autorisé à s’asseoir avec ses avocats. »

     
    Voilà donc comment la Justice britannique traite Julian Assange ! Public limité au strict minimum, enfermement de Julian Assange dans une cage de verre pour entraver les contacts avec ses avocats, attitude hostile de la présidente du tribunal. Le procès s’annonce très mal ! Un incident révélateur : à la seconde audience, un des avocats d’Assange, Baltasar Garzon, l’ancien juge espagnol qui a fait poursuivre le dictateur Pinochet et qui souhaitait poursuivre les crimes du franquisme, devait rejoindre Madrid. Il se leva et alla vers la cage de verre pour saluer et serrer la main d’Assange. Les gardiens assis à ses côtés l’en empêchèrent !
     
     

    Baltasar Garzon, évincé de son mandat de juge d’instruction, pour sa tentative d’exhumation du passé franquiste de l’Espagne est un des avocats de Julian Assange.
     
    Des décisions pré-écrites  
    La première série d’audiences s’acheva le 8 avril 2020 pour reprendre le 7 septembre, à Westminster cette fois. Craig Murray dans son compte-rendu de la dernière audience du 30 septembre écrit :
     
    « Baraitser a de nouveau suivi son cheminement habituel qui consiste à refuser chaque requête de la défense, à la suite de décisions pré-rédigées (je ne sais pas si elles sont écrites par elle ou si elle les a copiées), même lorsque l’accusation ne s’y oppose pas. Vous vous rappelez qu’au cours de la première semaine de l’audience d’extradition proprement dite, elle a insisté pour que Julian soit maintenu dans une cage de verre, bien que l’avocat du gouvernement américain n’ait émis aucune objection à ce qu’il siège dans le tribunal, et qu’elle ait refusé d’intervenir pour faire cesser ses fouilles à nu, ses menottes et la confiscation de ses documents, même si le gouvernement américain s’est joint à la défense pour contester sa déclaration selon laquelle elle n’avait pas le pouvoir de le faire (pour laquelle elle a ensuite été vivement réprimandée par l’Association internationale du barreau).
     
    Hier, le gouvernement américain ne s’est pas opposé à une motion de la défense visant à reporter la reprise de l’audience d’extradition. La défense a invoqué quatre motifs :
     
    1) Julian est actuellement trop malade pour préparer sa défense
2) En raison du confinement, l’accès à ses avocats est pratiquement impossible
3) Les témoins vitaux de la défense, y compris de l’étranger, ne pourraient pas être présents pour témoigner
4) Le traitement des problèmes de santé mentale de Julian a été interrompu en raison de la situation de Covid-19.
     
    Baraitser a rejeté catégoriquement tous ces motifs - bien que James Lewis ait déclaré que l’accusation était neutre sur la question - et a insisté pour que la date du 18 mai soit maintenue. Elle a déclaré que Julian pouvait être amené dans les cellules du tribunal de Westminster pour des consultations avec ses avocats. (Premièrement, en pratique, ce n’est pas le cas, et deuxièmement, ces cellules ont un passage constant de prisonniers, ce qui est très manifestement indésirable avec Covid19). »

     

    L’ancien diplomate Craig Murray a fait état de toutes audiences du procès Assange.
     
    Il y a deux constats : à chaque fois, la juge Baraitser présente des décisions écrites avant l’audience – est-ce de sa propre initiative ou lui ont-elles été dictées ? – et rejette systématiquement toute requête de la défense, même si l’accusation ne s’y oppose pas ! Se conformerait-elle à des instructions préalables, on peut raisonnablement se poser la question.
     
    Enfin, nulle mesure de protection d’Assange contre le Covid 19 n’a été prise aussi bien à la salle d’audience qu’à la prison de Belmarsch. Sans doute, son éventuelle contamination aurait arrangé pas mal de monde !
     
    _ Trois pas sur deux !
     
    Voici ce que conclut Craig Murray de ces trois semaines d’audience :
     
    « … dans cette salle d’audience, vous étiez en présence du mal. Avec un placage civilisé, un semblant de procès, et même des démonstrations de bonhomie, la destruction totale d’un être humain était en cours. Julian était détruit en tant que personne sous mes yeux. Pour le crime d’avoir publié la vérité. Il a dû rester assis là à écouter des jours entiers de discussions posées sur l’incroyable torture qui l’attendait dans une prison américaine de grande sécurité, privé de tout contact humain significatif pendant des années, à l’isolement dans une cellule de seulement 4,5 mètres carrés.
     
    4,5 mètres carrés. Retenez bien cela. Trois pas sur deux. De toutes les terribles choses que j’ai entendues, la plus effrayante était peut-être ce qu’a dit le directeur Baird en expliquant que la seule heure par jour autorisée pour sortir de la cellule est passée seul dans une autre cellule absolument identique, appelée "cellule de loisirs". Cela et l’infâme "expert" du gouvernement, le Dr Blackwood, décrivant comment Julian pourrait être suffisamment drogué et physiquement privé des moyens de se suicider pour le maintenir en vie pendant des années. »

     
    Le jugement sur l’extradition est annoncé pour le 4 janvier 2021.
     
    Nils Melzer estime : « Quelle que soit la décision, je pense qu’un appel sera interjeté auprès de la Haute Cour. Probablement par Julian Assange, car je ne m’attends pas à ce que la première instance refuse l’extradition. Mais même si un miracle se produit et que le juge refuse de l’extrader, les États-Unis feront certainement appel de cette décision. »
     
    Laissons la conclusion à Nils Melzer :
     
    « Nous parlons des droits de l’homme et non des droits des héros ou des anges. Assange est une personne, et il a le droit de se défendre et d’être traité avec humanité. Peu importe de quoi il est accusé, Assange a droit à un procès équitable. Mais ce droit lui a été délibérément refusé - en Suède, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Équateur. Au lieu de cela, il a été laissé à pourrir pendant près de sept ans dans les limbes d’une pièce. Puis, il a été soudainement été traîné dehors et condamné en quelques heures et sans aucune préparation pour une violation de la liberté sous caution qui consistait à lui avoir accordé l’asile diplomatique d’un autre État membre des Nations unies sur la base de persécutions politiques, comme le veut le droit international et comme l’ont fait d’innombrables dissidents chinois, russes et autres dans les ambassades occidentales. Il est évident que ce à quoi nous avons affaire ici, c’est la persécution politique. En Grande-Bretagne, les violations de la liberté sous caution entraînent rarement des peines de prison - elles ne sont généralement passibles que d’amendes. En revanche, Assange a été condamné dans le cadre d’une procédure sommaire à 50 semaines dans une prison de haute sécurité - une peine clairement disproportionnée qui n’avait qu’un seul but : détenir Assange suffisamment longtemps pour que les États-Unis puissent préparer leur dossier d’espionnage contre lui.
     
    Que signifie le refus des États membres de l’ONU de fournir des informations à leur propre rapporteur spécial sur la torture ?  
    Qu’il s’agit d’une affaire arrangée d’avance. Un simulacre de procès doit être utilisé pour faire un exemple de Julian Assange. Le but est d’intimider d’autres journalistes. L’intimidation, d’ailleurs, est l’un des principaux objectifs de l’utilisation de la torture dans le monde. Le message que nous devons tous recevoir est le suivant : Voici ce qui vous arrivera si vous imitez le modèle de Wikileaks. »
     
    Une affaire arrangée d’avance ? Nils Melzer en est bien conscient et ne se fait guère d’illusions sur son propre sort :
     
    « En tout cas, je ne me fais pas d’illusions sur le fait que ma carrière aux Nations unies est probablement terminée. Ayant ouvertement affronté deux États P5 (membres du Conseil de sécurité des Nations unies) comme je l’ai fait, il est très peu probable qu’ils m’acceptent à un autre poste de haut niveau. On m’a dit que mon engagement sans compromis dans cette affaire avait un prix politique. Mais le silence a aussi un prix. Et j’ai décidé que je préfère payer le prix pour m’exprimer que le prix pour rester silencieux. »
     
    L’affaire Assange n’a jamais porté sur Julian Assange.
    Mais pour lui, le plus important est :
    « Mais l’affaire Assange n’a jamais porté sur Julian Assange. Il s’agit de l’éléphant dans la pièce que tout le monde semble ignorer : la mauvaise conduite officielle des états qu’Assange a exposé. En 2010, au moment des révélations, tout le monde était choqué par les crimes de guerre, la torture, la corruption, et le public du monde entier a commencé à en parler. Cela a rendu les États concernés très nerveux. Ce n’est donc pas un hasard si, quelques semaines plus tard, les autorités suédoises ont délibérément publié un gros titre dans la presse à sensation : Julian Assange est soupçonné de double viol. Immédiatement, le public du monde entier s’est désintéressé de la discussion des crimes des puissants, a changé d’orientation et a commencé à débattre du caractère et de la personnalité de Julian Assange : est-il un violeur, un narcissique, un hacker, un espion ? »  
     
    Ainsi, la fin d’un homme est programmée par l’Etat profond étatsunien avec comme supplétifs la Justice britannique et la Justice équatorienne.
     
    La fin d’un homme, la fin d’un monde.

    Pierre Verhas

  • La Conspiration comme mode de Gouvernance
    https://lundi.am/La-Conspiration-comme-mode-de-Gouvernance

    L’audience en extradition vers les USA de Julian Assange (ou il risque 175 ans de prison pour « espionnage » sans protection du « premier amendement ») reprend aujourd’hui à Londres pour 3 ou 4 semaines. Afin de remettre en perspective cette parodie de justice qui pourrait bien être le procès du siècle en matière de liberté d’informer et de communication, et pour tenter de dissiper près de 10 ans de distractions médiatiques focalisant sur la personnalité d’Assange, nous re-publions ici la traduction d’un (...)

    #militaire #domination #surveillance #Wikileaks

  • Collateral Murder
    https://lundi.am/Collateral-Murder

    « Look at these dead bastards ! »
    « It’s Their Fault for Bringing Their Kids into a Battle. »

    Comme une sombre rengaine, les mots et les rires de la vidéo "Collateral Murder", publiée par WikiLeaks le 5 avril 2010, nous remplissent la tête et ne nous quittent plus. Ces phrases prononcées à la radio par l’équipage d’un hélicoptère de combat Apache et son commandement, empruntes de mépris pour la vie humaine, ont révélé au monde la banalité des horreurs de ces guerres des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan, où les crimes de guerre sont perpétrés comme dans un jeu vidéo.

    #wikileaks #Julien_Assange #meurtres_collatéraux

  • Free-Assange-Mahnwache in Dortmund
    https://diasp.eu/p/11562612

    Free-Assange-Mahnwache in Dortmund

    Mittlerweile war ich drei mal bei der wirklich gut organisierten Assange-Mahnwache in Düsseldorf. Morgen besuche ich, zumindest am Anfang, erstmals das Pendant in Dortmund. Warum? Weil ich nicht untätig bleiben will, wenn stimmt, was der UNO-Sonderberichterstatter für Folter, Nils Melzer, feststellt: «Vor unseren Augen kreiert sich ein mörderisches System».

    #freedom #Assange #wikileaks

  • BlueLeaks Hack Exposes Personal Data of 700,000 Cops
    https://theintercept.com/2020/07/15/blueleaks-anonymous-ddos-law-enforcement-hack

    After failing to prevent the terrorist attacks of September 11, 2001, the U.S. government realized it had an information sharing problem. Local, state and federal law enforcement agencies had their own separate surveillance databases that possibly could have prevented the attacks, but they didn’t communicate any of this information with each other. So Congress directed the newly formed Department of Homeland Security to form “fusion centers” across the country, collaborations between federal (...)

    #Google #Microsoft #USDepartmentofHomelandSecurity-DHS #FBI #DEA #Reddit #Twitter #YouTube #police #BlueLeaks #données #BlackLivesMatter #CloudComputing #hacking (...)

    ##Wikileaks

  • “Grande-Bretagne : Global Assange” sur Arte, l’aventure informatique la plus fascinante du XXIe siècle
    https://www.telerama.fr/television/grande-bretagne-global-assange-sur-arte-laventure-informatique-la-plus-fasc

    Disponible en replay sur Arte.tv, le documentaire revient sur les faits d’armes du fondateur de WikiLeaks puis se focalise sur une affaire dans l’affaire : l’opération Hotel. Ou comment Assange a été espionné par une officine espagnole pour les services secrets américains lors de son asile à Londres… Enfermé depuis avril 2019 dans la prison de Belmarsh, un pénitencier londonien d’ordinaire réservé aux suspects dans des affaires de terrorisme, Julian Assange risque 175 ans de prison. Le fondateur (...)

    #activisme #militaire #hacking #surveillance #Wikileaks

  • Controversial Data-Mining Firm Palantir Vanishes From Biden Adviser’s Biography After She Joins Campaign
    https://theintercept.com/2020/06/26/biden-adviser-avril-haines-palantir

    In the run-up to the 2020 election, former Vice President Joe Biden’s campaign is putting together a foreign policy team for a potential future administration. Among those described as being part of the team is Avril Haines, former deputy director of the CIA during the Obama administration. According to an NBC News report from last week, Haines has been tapped to work advising on policy, as well as lead the national security and foreign policy team. In addition to her past national security (...)

    #Palantir #CIA #ICE #algorithme #journalisme #migration #élections #BigData #surveillance (...)

    ##Wikileaks

  • Les Etats-Unis renforcent leurs accusations contre Julian Assange
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/06/25/les-etats-unis-renforcent-leurs-accusations-contre-julian-assange_6044154_44

    Le fondateur de WikiLeaks, actuellement toujours emprisonné à Londres, est poursuivi outre-Atlantique pour avoir diffusé des documents classifiés sur les activités militaires américaines en Afghanistan et en Irak. Le ministère de la justice américain a renforcé mercredi 24 juin ses accusations contre Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks est actuellement détenu à la prison londonienne de haute sécurité de Belmarsh : il a été arrêté au Royaume-Uni en avril 2019 après avoir passé sept ans reclus dans (...)

    #activisme #Anonymous #Wikileaks #LulzSec #hacking

  • Vault 7 : la CIA reconnaît que la fuite de son arsenal de cyberguerre était due à une sécurité « terriblement laxiste »
    https://cyberguerre.numerama.com/5664-vault-7-la-cia-reconnait-que-la-fuite-de-son-arsenal-de-c

    Le ministère de la Justice américaine a communiqué le rapport de l’enquête interne de la CIA sur la fuite Vault 7, révélée par Wikileaks en 2017. Il conclut que l’unité qui développait les outils de cyberattaque de l’agence ne prenait pas la défense de son système suffisamment au sérieux. La sécurité informatique de la CIA était-elle en dessous des standards conseillés en 2017, lorsqu’une large partie de ses documents secrets-défense a été divulgué par Wikileaks ? C’est en tout cas ce que défend l’enquête (...)

    #CIA #hacking #Wikileaks

    //c2.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com/content/uploads/sites/2/2020/06/CIA-Logo.png

  • Un juge fédéral américain ordonne la libération de Chelsea Manning - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120320/un-juge-federal-americain-ordonne-la-liberation-de-chelsea-manning

    L’ancienne analyste militaire, à l’origine des révélations de Wikileaks sur les exactions américaines en Irak et en Afghanistan, était en prison pour avoir refusé de témoigner dans le cadre d’une instruction judiciaire secrète menée sur le site de Julian Assange. Un juge fédéral de Virginie a ordonné vendredi la libération de Chelsea Manning. L’ancienne analyste militaire américaine de 32 ans à l’origine des révélations du site Wikileaks en 2010 sur la torture et les meurtres de civils perpétrés par l’armée (...)

    #Wikileaks #surveillance #prison #LGBT #frontières #procès #militaire #ICE

  • La lanceuse d’alerte Chelsea Manning a tenté de se suicider
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/03/12/la-lanceuse-d-alerte-chelsea-manning-a-tente-de-se-suicider_6032745_4408996.

    La lanceuse d’alerte américaine Chelsea Manning a tenté de se suicider mercredi 11 mars, à deux jours d’une audience sur son refus, l’an dernier aux Etats-Unis, de témoigner devant un grand jury dans le cadre d’une enquête sur WikiLeaks, a révélé son groupe de soutien.

    Prise en charge au centre de détention d’Alexandria, en Virginie, où elle est détenue depuis mai, « elle a été conduite à l’hôpital et est actuellement en train de se remettre », a précisé le Sparrow Project, une agence de presse et de communication, cité par l’Agence France-Presse (AFP).

    L’ex-analyste militaire « doit toujours comparaître » vendredi devant un juge d’un tribunal de l’Etat de Virginie, pour répondre d’une accusation d’obstruction à la justice, selon le quotidien américain The New York Times et son équipe juridique.
    Ne pas renier ses principes

    Chelsea Manning, 32 ans, avait été incarcérée en mars 2019 pour « entrave à la bonne marche de la justice », après avoir refusé de répondre aux questions sur le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, à qui elle avait transmis en 2010 une masse de documents confidentiels. Elle avait été brièvement libérée en mai 2019 pour une raison technique, avant d’être de nouveau emprisonnée quelques jours plus tard.
    Lire aussi La lanceuse d’alerte Chelsea Manning renvoyée en prison

    La lanceuse d’alerte reste aujourd’hui « très fermement décidée » à ne pas participer à cette procédure, « très susceptible », selon elle, de conduire à des abus, a fait savoir son groupe de soutien. « Mme Manning a déclaré précédemment qu’elle ne renierait pas ses principes, quand bien même cela devait lui porter de graves préjudices », a insisté le Sparrow Project.

    Chelsea Manning a déjà passé sept ans en détention pour avoir transmis en 2010 — alors qu’elle était analyste et soldate dans l’armée américaine — plus de 750 000 documents diplomatiques et militaires américains à WikiLeaks. Elle avait été condamnée pour ces faits en 2013 à trente-cinq ans de prison par une cour martiale, mais sa peine avait été commuée par le président Barack Obama. Par ailleurs militante des droits LGBT+ et icône des personnes transgenres, elle avait été initialement libérée en 2017.

    #Chelsea_Manning #Wikileaks

  • Wikileaks-Gründer Assange könnte strenge Isolation bei US-Haft drohen
    https://diasp.eu/p/10478922

    Wikileaks-Gründer Assange könnte strenge Isolation bei US-Haft drohen

    Julian Assange könnten in den USA „spezielle Verwaltungsmaßnahmen“ mit Abschirmung von der Außenwelt und Überwachung der Gespräche mit seinen Anwälten drohen. Wikileaks-Gründer Assange könnte strenge Isolation bei US-Haft drohen #Auslieferung #EdwardSnowden #JulianAssange #Protest #USA #Wikileaks

  • Trump soll Assange Begnadigung angeboten haben | DW | 19.02.2020
    https://diasp.eu/p/10470201

    Trump soll Assange Begnadigung angeboten haben | DW | 19.02.2020

    Menschenrechtler und Mediziner verweisen auf den kritischen Zustand, in dem sich Wikileaks-Gründer Assange in der Haft befindet. Derweil werden Informationen über einen Deal bekannt, den die USA angeboten haben sollen. Trump soll Assange Begnadigung angeboten haben | DW | 19.02.2020 #USA #Großbritannien #US-Präsident #DonaldTrump #Wikileaks #JulianAssange #London #Anhörung

  • « La Société d’exposition », de Bernard E. Harcourt : nus sur le Net ? Oooh ouiii !
    https://www.lemonde.fr/livres/article/2020/01/30/la-societe-d-exposition-de-bernard-e-harcourt-nus-sur-le-net-oooh-ouiii_6027

    Dans son nouvel essai, le philosophe américain Bernard Harcourt s’inspire de Foucault pour penser la servitude volontaire à la surveillance numérique et les moyens de la subvertir En 2013, Edward Snowden révélait l’existence de plusieurs programmes de surveillance américains et britanniques. Les scandales se succèdent et se multiplient depuis ; pas une année ne passe sans que Google ou Facebook se voient accusés d’exploitation abusive des données personnelles de leurs utilisateurs. Impossible, à (...)

    #Google #Facebook #consentement #addiction #BigData #data #marketing #profiling #surveillance (...)

    ##Wikileaks

  • « Opération Hôtel » : comment Assange et ses proches ont été espionnés - Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/260120/operation-hotel-comment-assange-et-ses-proches-ont-ete-espionnes?page_arti

    Mediapart a pu consulter des documents détaillant la surveillance de l’ambassade d’Équateur à Londres où était réfugié le fondateur de WikiLeaks. Un dispositif de surveillance digne d’un film d’espionnage. La justice espagnole vient d’accorder le statut de « témoins protégés » à trois ex-salariés d’UC Global. Tandis que le sort réservé par les États-Unis à Julian Assange s’annonce de plus en plus sombre, la justice espagnole vient de passer une étape décisive dans une affaire qui pourrait potentiellement influer (...)

    #CCTV #activisme #vidéo-surveillance #surveillance #Wikileaks #UCGlobal #firme

    • Julian Assange spying: Three protected witnesses accuse Spanish ex-marine of spying on Julian Assange | In English | EL PAÍS
      https://elpais.com/elpais/2020/01/21/inenglish/1579611351_198492.html


      Julian Assange in a still from one of the videos recorded inside the Ecuadorian embassy in London. Video: Details of the spying operation against Assange.
      EPV

      Former employees of David Morales tell a judge in Spain that his company was making recordings of the cyberactivist and his lawyers for the CIA

      Spain’s High Court, the Audencia Nacional, is closing in on David Morales, the head of the Spanish security company US Global S. L., and who is under investigation for spying on cyberactivist Julian Assange while he was living in the Ecuadorian embassy in London. Three people who worked for the company have testified as protected witnesses before High Court Judge José de la Mata that Morales handed over material collected from the diplomatic headquarters to US intelligence services. The three witnesses say that Morales, a former marine in the Spanish Navy, bragged about the collaboration. “I am a mercenary and I make no bones about it,” he said to one of them.

      Two of the witnesses confirm what EL PAÍS revealed before the legal investigation began – that in December 2017, the owner of UC Global S. L. ordered workers to change the surveillance cameras in the embassy and replace them with others that could capture audio. From that moment on, they recorded and monitored conversations between the WikiLeaks founder and his lawyers, as well as all of his visitors.

      During the meetings with the lawyers, Assange prepared his legal defense against the extradition order from the United States. The Australian cyberactivist is wanted in the US for allegedly committing 18 crimes for leaking classified information on secret military operations in Afghanistan and Iraq via the whistle-blowing website WikiLeaks. He faces a total of 175 years in prison.

      According to the evidence provided by the witnesses – videos, audio tapes and dozens of emails, some of which were published in advance by this newspaper – the spying operation was intensive. Under Morales’s express orders, the security team photographed the passports of all of Assange’s visitors, took apart their cellphones, downloaded content from their iPads, took notes and put together reports on each meeting.

      Morales outlined in writing the objectives and the “high priority” profiles that had to be “under control at all times” – in particular visitors from North America and Russia, as seen in emails. The list of Assange’s visitors did not include any Russian citizens, but did include a visitor from Serbia and another one from Belarus. “All this has to be considered top secret to limit its distribution,” the owner of UC Global S. L. wrote to one of his trusted workers. The Ecuadorian diplomats who worked in the London embassy were also spied on, according to the evidence provided by the witnesses.

      The three witness statements all spoke of the phrases Morales used with his most-trusted workers in reference to the alleged collaboration with the US secret service: “We are playing in the first division,” “I have gone to the dark side,” “Those in control are the American friends,” “The American client,” “The American friends are asking me to confirm,” “The North American will get us a lot of contracts around the world,” and “US intelligence.” The obsession over any Russian visit or sign of a link between Assange and Russia was also reflected in the photographs that were taken of the passport visas of some visitors.

      The recordings from the cameras installed in the embassy were extracted from the hard drive every 15 days, along with other recordings from microphones placed in fire extinguishers, and delivered personally to Morales at the headquarters of UC Global, located in Jerez de la Frontera in the south of Spain. They were always original recordings, not copies.

      Morales traveled to the US once or twice a month allegedly to hand over the material to “the Americans.” A microphone was installed on the PVC plastic base of a fire extinguisher near the meeting room where Assange met with his lawyers. The cyberactivist had placed a device that created white noise in this room, and activated it when he thought he was being spied on. He placed another device in the women’s bathroom, where he sometimes met with his lawyers.

  • Glenn Greenwald : « Bolsonaro veut créer un climat de pression et de peur » - Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/230120/glenn-greenwald-bolsonaro-veut-creer-un-climat-de-pression-et-de-peur

    Bête noire du président Jair Bolsonaro, le journaliste américain est visé par une plainte du parquet brésilien pour avoir révélé un vaste scandale de corruption. Dans un entretien accordé à Mediapart, il dénonce une « criminalisation » grandissante du journalisme. Au Brésil et ailleurs. Glenn Greenwald s’y était préparé. Le parquet brésilien, aux ordres du président Jair Bolsonaro, vient de lancer des charges criminelles pour « cybercrimes » à son encontre. Cofondateur en 2013 du site The Intercept et (...)

    #corruption #journalisme #LGBT #surveillance #Wikileaks

  • Vivre sans Google et cie ? La liste des alternatives aux GAFAM
    https://mrmondialisation.org/vivre-sans-google-et-cie-la-liste-des-alternatives-aux-gafam

    Les GAFAM – ces mastodontes du web – sont régulièrement sous le feu des critiques. Contrôle du marché de l’information et de la publicité en ligne, revente des données personnelles, pouvoir économique mondial hors norme, influence de la démocratie via des lobbies surpuissants, les motifs de se méfier de ces géants ne manquent pas. Difficile pourtant de s’en défaire une bonne fois pour toute tant ils sont partout dans notre univers numérique. Néanmoins, voici quelques pistes pour les remplacer au (...)

    #Alphabet #Apple #Google #Microsoft #Mozilla #Amazon #Diaspora #DuckDuckGo #Ecosia #Facebook #Mastodon_ #ProtonMail #Qwant #Wikimedia #Wikipedia #Firefox #Linux #Windows #Brave #Android #Chrome #Apache #domination #Wikileaks #bénéfices #BigData (...)

    ##data ##GAFAM ##profiling ##publicité

  • « Nous appelons à la libération de Julian Assange et de Chelsea Manning, victimes de la vengeance d’Etats »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/18/nous-appelons-a-la-liberation-de-julian-assange-et-de-chelsea-manning-victim

    Inquiets du sort réservé à ces deux lanceurs d’alerte, tout particulièrement du fondateur de Wikileaks, Jean-Hervé Bradol et Rony Brauman, anciens présidents de Médecins sans frontières, dans une tribune au « Monde », demande à ce qu’il reçoive des soins. On le sait aujourd’hui : les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont menti sur les raisons du déclenchement de la guerre en Irak qui a fait des centaines de milliers de morts et de blessés. Les deux pays ont également appartenu à des coalitions militaires (...)

    #censure #prison #Wikileaks

  • « L’Utopie déchue » : comment Internet est devenu un instrument de contrôle social
    https://usbeketrica.com/article/l-utopie-dechue-comment-internet-est-devenu-un-instrument-de-controle-s

    En replaçant le combat pour la liberté d’expression dans la longue histoire des médias, depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’à l’avènement de notre monde connecté, le sociologue et activiste Félix Tréguer raconte dans son livre L’utopie déchue (Fayard, 2019) que l’État a toujours su s’adapter aux changements technologiques pour policer l’espace public et asseoir son emprise sur les citoyens. Ce faisant, il nous invite à repenser la critique technologique et refuser l’informatisation du monde. L’histoire (...)

    #Apple #Google #Amazon #Facebook #algorithme #activisme #contrôle #manipulation #technologisme #censure #domination #GAFAM #Patriot_Act #PRISM #surveillance #web #Wikileaks #LaQuadratureduNet (...)

    ##EFF

  • Les Etats-Unis ont espionné Julian Assange et ses visiteurs à Londres
    https://www.mediapart.fr/journal/international/211119/les-etats-unis-ont-espionne-julian-assange-et-ses-visiteurs-londres

    Pendant sa réclusion à l’ambassade d’Équateur à Londres, tous les faits et gestes de Julian Assange étaient filmés par les caméras d’une société espagnole assurant officiellement la sécurité des locaux, mais travaillant en sous-main pour la CIA. Les visiteurs du fondateur de WikiLeaks ont aussi été surveillés, dont l’avocat français Juan Branco, qui compte déposer plainte contre X. Une société espagnole a secrètement espionné pour le compte des États-Unis Julian Assange, alors qu’il était réfugié dans (...)

    #CIA #CCTV #activisme #vidéo-surveillance #écoutes #surveillance #Wikileaks