• Pigasse et Kretinsky en passe de prendre le contrôle des actions de Prisa dans « Le Monde »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/150719/pigasse-et-kretinsky-en-passe-de-prendre-le-controle-des-actions-de-prisa-

    Après avoir acquis 49% des parts de Matthieu Pigasse dans le groupe qui contrôle « Le Monde » et « L’Obs », l’investisseur tchèque serait en passe de poursuivre sa montée au capital du groupe en s’assurant du contrôle des actions détenues par le groupe espagnol Prisa, devenant ainsi un rival de plus en plus menaçant pour Xavier Niel.

    #Médias #Xavier_Niel,_Le_Monde,_Daniel_Kretinsky,_Matthieu_Pigasse

  • #WiStand : achetez des manifestants et disruptez la démocratie

    Fake ou promo, je ne savais pas trop quoi penser de cette « nouveauté » jusqu’à ce que je tombe sur cet article qui renvoie vers de d’importants questionnements après avoir farfouillé les entrailles du « projet » qui, semble-t-il, serait bien réel. Au final ça me fait penser à la très maline opération de la #startup-nation « #Cap_Collectif » qui a réussi le tour, habile, de se proposer bénévolement aux #gilets_jaunes de La Réunion qui en avaient assuré la promotion avant de se vendre #en-même-temps au gouvernement et au mouvement global des gilets jaunes pour assurer et le support du « Grand Débat » et celui du « Vrai débat » : jackpot !

    Côté Pitch, c’est plutôt bien senti, le site avance que « Wistand est un véritable outil démocratique : nous nous interdisons de mobiliser plus de messagers lors d’une manifestation qu’il n’y a de contributeurs à celle-ci. Chaque messager représente au minimum une personne réelle. » Ouf, c’est rassurant, on comprend au moins qu’un milliardaire ne pourra pas monter sa propre manifestation en achetant quelques milliers de chômeurs aux aboies. Ce qui l’est nettement moins, c’est qu’un « messager » puisse représenter à lui seul plusieurs « personnes réelles » à la fois… Ce n’est pas ça qui va réconcilier la place Beauvau avec les chiffres, mais cessons d’être mauvaise langue : Wistand permet aussi de constituer des cagnottes et de mettre en place des banderoles et autres accessoires de mode utiles pendant une manifestation (masques anti-lacrymo, collyre, et autres battes de base-ball, bon, ok, là je m’avance un peu). Quoiqu’il en soit, la totalité des fonds perçus par la société sert apparemment à payer ce kit du manifestant, ainsi que les entrepreneurs qui iraient manifester à votre place. On se demande donc où est le business model. Cela étant dit, on sait que dans le digital, il est possible vivre très longtemps sans gagner d’argent (n’est-ce pas #Uber, n’est-ce pas #Skype, etc.)

    Irénée Régnauld : http://maisouvaleweb.fr/wistand-achetez-manifestants-disruptez-democratie

    Tout tient, je crois, dans cette dernière phrase, le fait que le but ne soit pas de gagner de l’argent ou réussir immédiatement mais plutôt acquérir des sortes de points de notoriété, voir d’initiative « révolutionnaire », dans le sens macroniste ou nieliste du terme. Et quand #Olivier_Ertzscheid évoque la série #Black_Mirror dans un échange twitter avec Calimaq, y’a clairement de ça (https://twitter.com/Affordanceinfo2/status/1120726902849851393)

    Pour rappel, Cap Collectif c’est ça :
    https://seenthis.net/messages/754050
    https://seenthis.net/messages/756614
    Hé oui, ça renvoie à la précédente tentative de marchandisation par la société #Raiz de la tentative de « #révolution » de #Nuit_Debout, qu’on avait déjà bien analysé en profondeur suite au signalement de @gastlag : https://seenthis.net/messages/481963 ... sauf qu’au fur et à mesure que ces projets dignes des élèves des écoles 42 de #Xavier_Niel ou #Google il y a de moins en moins de gens pour les contrer et la dystopie devient réalité !

    Reste à se positionner aussi sur le dilemme « en parler ou pas » : en parler et participer à l’opération de #communication, ou ne pas en parler et ne pas participer à l’élaboration d’un esprit critique à même de le contrer ?

  • La Cnil met en demeure l’école 42 pour ses pratiques de « vidéosurveillance excessive » Elisa Braun - 30 Octobre 2018 - Le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2018/10/30/32001-20181030ARTFIG00104-la-cnil-met-en-demeure-l-ecole-42-pour-ses-pratiq

    L’école d’informatique de Xavier Niel dispose de 60 caméras qui filment en permanence les élèves et salariés. Le gendarme des données personnelles y voit une grave atteinte à la vie privée.

    L’#école_42 a beaucoup fait pour s’ériger en formation modèle dans le domaine des technologies. Mais la décision rendue par le gendarme des données personnelles, la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), risque d’écorner sérieusement cette image. Le régulateur vient de mettre en demeure l’école créée par #Xavier_Niel pour plusieurs manquements à la loi en matière de gestion des #données_personnelles. De graves atteintes à la #vie_privée des élèves, anciens élèves et salariés ont ainsi été constatées.

    Une « surveillance constante »
    La Cnil remarque que près de 60 caméras « [filment] en continu l’ensemble des espaces de travail occupés par les étudiants, les espaces de pauses ainsi que les bureaux du personnel administratif, plaçant ainsi l’ensemble des personnes concernées sous une #surveillance constante ». La #vidéosurveillance est qualifiée d’excessive par le régulateur, qui souligne que seules certaines circonstances particulières, comme le transfert de fonds, justifient l’attention que l’école 42 porte jusqu’aux allées et venues des visiteurs aux toilettes. Or, « en l’espèce, aucun élément apporté par [l’école] ne permet de justifier que les étudiants et le personnel soient placés sous #surveillance permanente », tranche le régulateur.

    D’autre part, la délégation de la Cnil s’étonne de « la mise en place d’un dispositif inédit au sein de l’école en ce que les étudiants peuvent accéder en temps réel à la plupart des images issues de la vidéosurveillance, ce qui permet à tout moment de savoir où se trouve chacun d’entre eux, ce qu’il fait et avec qui il se trouve ». Des observateurs extérieurs notent également que l’accès aux images de l’école est protégé par un code d’accès à seulement 5 chiffres qu’il est facile, pour un pirate, de contourner. Cette facilité d’accès globale avait notamment permis à certaines vidéos de nature compromettante de fuiter de l’école. L’an dernier, une enquête de l’Usine Digitale rapportait plus largement que l’école informatique était gangrenée par une #atmosphère_sexiste. « Les images de vidéosurveillance des locaux, accessibles aux étudiants, servent aux garçons à repérer les filles qu’ils aimeraient bien draguer », rapportait une jeune femme.

    Commentaires personnels sur les élèves
    D’autres éléments portant sur la gestion administrative des étudiants sont aussi pointés du doigt par la #Cnil. Ainsi, l’école 42 conserve indéfiniment les données des personnes ayant passé le test d’entrée, sans en informer les principaux intéressés. La base de données pédagogique comporte en outre des commentaires sur les élèves de nature particulièrement sensible. « Il a enfin été diagnostiqué de plusieurs maladies graves […] » ou encore « entre le procès avec son ancien employeur, […]et sa dépression, [X] n’a pas du tout pu se consacrer à 42, il a à nouveau rechuté dans la dépression, sa mère a eu un cancer juste avant sa rentrée […] » sont des commentaires observés par le régulateur. Des informations financières sur le niveau d’endettement ont également été constatées. Si de telles données peuvent être utiles au suivi pédagogique des élèves, le régulateur s’étonne de ce qu’elles soient accessibles à n’importe quel membre de l’administration et ne fassent pas l’objet d’une procédure de sécurisation particulière.

    Enfin, quelques détails techniques ont également de quoi surprendre, de la part d’une école censée former des développeurs back-end (c’est-à-dire qui gèrent les infrastructures informatiques derrière les sites Web, et touchent donc à l’aspect de la sécurité des données). L’école 42 envoie ainsi les mots de passe en clair aux élèves, pour accéder à leur espace personnel. Ce mot de passe est jugé « d’une robustesse insuffisante car [composé] de 8 caractères alphanumériques comprenant des lettres majuscules et minuscules. » L’école 42 se rend ainsi coupable, pour la Cnil, d’un manquement à l’obligation d’assurer la sécurité et la confidentialité des données.

    L’école a désormais deux mois pour rectifier le tir, faute de quoi elle se rend passible de sanctions pouvant aller jusqu’à une amende de 1,5 million d’euros. Comme le rappelle la Cnil, « cette mise en demeure ne revêt pas le caractère d’une sanction. À ce titre, aucune suite ne sera donnée à la procédure si l’organisme concerné se conforme en tout point aux exigences de la mise en demeure dans le délai imparti. Si tel est le cas, celle-ci fera l’objet d’une clôture qui sera également rendue publique ». Contactée, l’école 42 n’a pas encore donné suite aux sollicitations du Figaro.

  • De Charybde en Scylla : Pierre Haski remplace Bernard Guetta pour enfumage quotidien renforcé sur France Inter * Maxime VIVAS - 21 Aout 2018 - LGS
    https://www.legrandsoir.info/pierre-haski-remplace-bernard-guetta-pour-enfumage-quotidien-renforce-

    Pierre Haski va intégrer le « 7/9 » de France Inter. « Tous les jours c’est à lui que reviendra désormais la mission d’analyser la marche du monde et de nous faire comprendre que nous en sommes les gardiens, ce que Bernard Guetta nous a inlassablement transmis », a déclaré Laurence Bloch, directrice de France Inter.

    Qui est Pierre Haski ?
    Spécialiste des articles obsessionnels contre la Chine (où il a été correspondant de presse), il est un des fondateurs du site Rue89 après avoir été directeur-adjoint de la rédaction de Libération où il couvrit obstinément quelques fake news, comme nous allons le voir. Il est aussi le président de la fausse ONG pro-US : Reporters sans frontières. 
Pour « analyser la marche du Monde » , on ne pouvait trouver esprit plus moral et impartial dans le vivier des médias.

    Qu’est-ce que #Rue89.
    C’est un site d’information fondé le 6 mai 2007 par des anciens de Libération, dont Pierre Haski. En 2009, Rue 89 a perçu une aide de 249 000 euros du gouvernement. Les sommes reçues par la suite ne sont pas connues de nous à ce jour. Le 31 décembre 2011, Rue89 a été vendu pour 7,5 millions d’euros au #Nouvel-Observateur ( #xavier_niel, #matthieu_pigasse), avec promesse que les fondateurs resteraient aux manettes (et Pierre Haski président).

    Un exploit de Pierre Haski à #libération.
    Le 9 janvier 2006, le journaliste Jean-Hébert Armengaud publie dans Libération, sous le titre : 
- « Le credo antisémite de Hugo Chavez » un article où il affirme qu’Hugo Chavez a évoqué la minorité qui a tué le Christ pour s’emparer des richesses du monde.

    Chacun comprend que le journaliste de Libération met en avant le stéréotype qui supporte l’antisémitisme en France. Parler de minorité qui tua le Christ et possède les richesses mondiales renvoie malheureusement une partie de nos concitoyens à la communauté juive et c’est une croyance qu’#armengaud va réactiver. Insidieusement. Dangereusement.

    Le journalisme de #divination.
    L’information donnée par Libération de Pierre Haski est parfaitement exacte à ceci près que :
    – Le seul « credo » de Chavez est catholique (on sait qu’il était croyant et pratiquant).
- Chavez a parlé des minorités 
- Il n’a pas dénoncé une minorité juive (il ne prononce pas ce mot, Armengaud a des dons divinatoires).

    Il a dit : _ « Le monde dispose d’assez de richesse pour tous, donc, mais dans les faits des minorités, les descendants de ceux qui crucifièrent le Christ, les descendants de ceux qui jetèrent Bolivar hors d’ici et le crucifièrent aussi à leur manière à Santa Marta en Colombie » (= les impérialistes, romains, espagnols N. de MV). Il ajoute alors : « Une minorité s’est appropriée les richesses du monde [...] » mais nullement, comme le dit Armengaud : « la minorité qui a tué le Christ pour s’emparer des richesses du monde ». _ Voir aussi Acrimed https://www.acrimed.org/-2005-Chavez-antisemite- .

    C’est beaucoup d’erreurs de détail pour enrober une troncature perverse.

    Ceux qui ont écouté Chavez leur parler ont bien compris ce qu’il disait (d’autant plus qu’ils avaient sa phrase en entier, avec en plus ce qui précédait et ce qui suivait).

    Armengaud va pousser l’impudence jusqu’à proposer à ses lecteurs de vérifier ses sources via un lien du site du gouvernement bolivarien. Il sait bien que peu le feront, que le site est en espagnol et qu’il faudra y lire 15 pages sur 26 pour y découvrir quoi ? Qu’Armengaud a menti.

    Depuis Caracas, un journaliste français découvre la supercherie. 
Un journaliste français, Romain Migus, ami et collaborateur du GS est en poste à Caracas (Voir sa série d’articles sur le Venezuela, actuellement en ligne). https://www.legrandsoir.info/penurie-organisee-de-medicaments-chroniques-d-en-bas-no-6.html
Quelques semaines plus tôt, le 9 novembre 2005, Romain Migus a lu une déclaration de David Bachenheimer, secrétaire général de la communauté juive, qui déclarait à l’un des principaux quotidiens d’opposition de Caracas, El Nacional, qu’il n’y pas d’antisémitisme au Venezuela.
Romain Migus s’étonne donc que Chavez ait pu faire brusquement preuve d’antisémitisme. Il vérifie, il lit le vrai discours, il ameute la blogosphère.

    Que fait, alors le coupable pris la main dans le sac ? 
Il persiste. Que fait Pierre Haski, alors directeur-adjoint de la rédaction de Libération ? Il soutient son journaliste manipulateur. Il se plaint que « Les accusations les plus violentes pleuvent depuis que Libération s’est fait l’écho, le 9 janvier, d’une déclaration du président vénézuélien Hugo Chavez, datant du 24 décembre, interprétée dans nos colonnes comme un dérapage antisémite... ». 
Admirez les astuces puisqu’en vérité Libération ne s’est pas fait l’écho d’une déclaration, mais il l’a traficotée et son titre ne parlait pas de dérapage (d’un accident) mais il fabriquait un credo. C’est très différent.

    La polémique se poursuivant, Pierre Haski clôt le débat ainsi :
 « Aurions-nous inventé des mots que Chavez n’aurait pas prononcés ? Il suffit de se référer au texte du discours en espagnol pour constater que pas un mot n’a été mis dans sa bouche qu’il n’aurait pas prononcé, en particulier la référence aux « descendants de ceux qui ont crucifié le Christ ». »
    Bolivar ? A nouveau disparu. Vous prouvez à Haski qu’ils ont tronqué, il récidive et il vous répond qu’ils n’ont rien ajouté !

    Les faux rouges-bruns, ou le journalisme d’imputation.
    Le 30 mai 2012, Rue89 de Pierre Haski désigne comme « brun » René Balme, le maire PG de Grigny dans le Rhône. Brun ? Cf. les Chemises brunes des SA qui s’illustrèrent dans la « Nuit de cristal », pogrom et point culminant de la vague antisémite en Allemagne. Les « bruns » sont des nazis. Au passage (et hors-sujet), l’auteur de l’article écrit : « … comment s’étonner de ce que René Balme ait invité, à la dernière édition du salon du livre alternatif qu’il a organisé dans sa commune, un des animateurs du site rouge-brun LeGrandSoir.info, Maxime Vivas ? ». Mon nom ouvre sur le lien d’un site lyonnais, Rebellyion qui s’oppose à ma venue dans ce salon : « Halte au confusionnisme politique !
A Lyon, à Grigny ou ailleurs : les fachos hors de nos quartiers, pas de quartier pour les fachos ! ».

    Le mépris du métier de journaliste et le mensonge récompensés.
    Jean-Hebert Armengaud est aujourd’hui rédacteur en Chef de #Courrier_International et Pierre Haski nous est imposé tous les matins sur une radio publique.

    Tout serait pour le mieux dans le domaine de l’information honnête sous l’œil vigilant du #DECODEX du Monde, si l’éditorialiste choisi par France Inter ne s’asseyait pas obstinément sur la plupart des devoirs imposé aux journalistes par la Charte du journaliste, dite Charte de Munich (1971).

    Attendons-nous à souffrir le matin ou à renoncer à écouter France Inter.
    Remplacer Bernard Guetta par Pierre Haski à l’analyse de la marche du monde, c’est tomber de Charybde en Scylla.

    C’est le #naufrage plus que jamais assuré d’une information matinale neutre, impartiale, non militante, qui s’en tienne aux faits, c’est-à-dire respectueuse des auditeurs qui épousent des opinions différentes et ne paient pas leur redevance pour qu’en soient promues certaines et fustigées d’autres.
    #Maxime_VIVAS
    (Pour une partie, ces lignes sont extraites d’une conférence que j’ai donnée en novembre 2012 à La Baume-lès-Aix (13) sur les médias alternatifs (Les médias électroniques ne sont pas, de facto, des médias plus honnêtes, plus libres, plus informatifs que les autres.) https://www.legrandsoir.info/rue89-article-11-lgs-et-les-autres-conference-sur-les-medias-alternati

    #france_inter #pierre_haski #bernard_guetta #enfumage #médias #cléricature_médiatique #hégémonie_idéologique #mensonges, #abus #servilité #caste_politique #médiacrates #oligarchie

  • « Challenges » invente avec #Renault le journalisme connecté au CAC 40 !
    https://www.mediapart.fr/journal/france/141217/challenges-invente-avec-renault-le-journalisme-connecte-au-cac-40

    Le groupe Renault renfloue le groupe de presse de #Claude_Perdriel en lui apportant 5 millions d’euros. En remerciement, le magazine #Challenges expose en couverture un véhicule connecté de la marque au losange. C’est le dernier épisode de la descente aux enfers de la presse française, dont les titres sont rachetés les uns après les autres par les puissances d’argent.

    #France #Emmanuel_Macron #Martin_Vial #Xavier_Niel

  • Le licenciement d’Aude Lancelin devant les prud’hommes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/181017/le-licenciement-d-aude-lancelin-devant-les-prud-hommes

    Le tribunal de Paris a examiné mardi 17 novembre le licenciement, pour un motif notoirement politique, d’Aude Lancelin par la direction de #l'Obs. Près d’une vingtaine de journalistes du magazine ont produit des attestations en défense de leur consœur. Délibéré au 8 décembre.

    #France #Aude_Lancelin #Claude_Perdriel #Le_Monde #Matthieu_Croissandeau #Matthieu_Pigasse #Xavier_Niel

  • Usul : la #presse et moi
    https://www.mediapart.fr/journal/france/021017/usul-la-presse-et-moi

    Usul rempile chez Mediapart avec sa nouvelle chronique politique, « Ouvrez les guillemets ». Dans ce premier numéro, le vidéaste plante le décor de la saison à venir : faut-il « dégager » les #médias ? Et que faire de la presse et de ces #journalistes, dont l’opinion semble désespérer ?

    #France #Patrick_Drahi #Vincent_Bolloré #Xavier_Niel

  • Ouvrez les guillemets, par Usul : la #presse et moi
    https://www.mediapart.fr/journal/france/021017/ouvrez-les-guillemets-par-usul-la-presse-et-moi

    Usul rempile chez Mediapart avec sa nouvelle chronique politique, « Ouvrez les guillemets ». Dans ce premier numéro, le vidéaste plante le décor de la saison à venir : faut-il « dégager » les #médias ? Et que faire de la presse et de ces #journalistes, dont l’opinion semble désespérer ?

    #France #Patrick_Drahi #Vincent_Bolloré #Xavier_Niel

  • #Xavier_Niel pris dans le roman noir du « Phocéa »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190517/xavier-niel-pris-dans-le-roman-noir-du-phocea

    Xavier Niel, patron et actionnaire majoritaire de Free, copropriétaire du groupe Le Monde et de « L’Obs ». © Reuters Le propriétaire de Free a acheté 50 % du Phocéa, l’ex-voilier mythique de Bernard Tapie, en passant par une société maltaise. Mais au lieu des profits espérés, il n’a récolté que des ennuis dignes d’un polar.

    #France #Jean-Emile_Rosenblum #Malte #Phocea #Steve_Rosenblum

  • L’inspection du travail refuse deux licenciements chez #Free
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/210217/l-inspection-du-travail-refuse-deux-licenciements-chez-free

    Deux #syndicalistes #Sud, employés des centres d’appels du groupe #Iliad-Free, sont en cours de #licenciement. Le comité d’entreprise a donné son accord, mais deux inspectrices du travail ont rejeté les motifs invoqués par la direction, et refusé de valider la procédure. La tension entre direction et syndicat est très forte depuis plusieurs mois.

    #Economie #entreprises #inspection_du_travail #social #Xavier_Niel

    • Les 8 personnes les plus riches au monde possèdent 426 milliards de dollars, soit autant que les 3.6 milliards de personnes les plus pauvres, soit la moitié de la planète.

      Alors que près d’un milliard de personnes survivent avec moins de 2 dollars par jour, ces 8 personnes les plus riches peuvent vivre plus d’un siècle en dépensant 1 million de dollars par jour sans être ruinées :

      1. Bill Gates : américain, fondateur de Microsoft (patrimoine de 75 milliards de dollars)
      2. Amancio Ortega : espagnol, fondateur d’Inditex qui détient la chaîne de prêt-à-porter Zara (patrimoine de 67 milliards de dollars)
      3. Warren Buffet : américain, PDG et premier actionnaire de Berkshire Hathaway (patrimoine de 60,8 milliards de dollars)
      4. Carlos Slim Helu : mexicain, propriétaire de Grupo Carso (patrimoine de 50 milliards de dollars)
      5. Jeff Bezos : américain, fondateur, président et directeur général d’Amazon (patrimoine de 45,2 milliards de dollars)
      6. Mark Zuckerberg : américain, président, directeur général et cofondateur de Facebook (patrimoine de 44,6 milliards de dollars)
      7. Larry Ellison : américain, cofondateur et PDG d’Oracle (patrimoine de 43,6 milliards)
      8. Michael Bloomberg : américain, fondateur, propriétaire et PDG de Bloomberg LP (patrimoine de 40 milliards de dollars)

      #oxfam #riches #pauvres #richesse #pauvreté

      en anglais :
      https://seenthis.net/messages/560881

    • Les 21 #milliardaires_français les plus riches sont, en ordre décroissant de leur patrimoine net :

      #Liliane_Bettencourt : héritière de la marque de cosmétiques l’Oréal ; #Bernard_Arnault : propriétaire du groupe de luxe LVMH ; #Serge_Dassault : président du groupe aéronautique Dassault ; #Francois_Pinault : fondateur de Kering un des leaders mondiaux de l’habillement et des accessoires ; #Alain_Wertheimer et #Gerard_Wertheimer : propriétaires de Chanel et des cosmétiques Bourjois ; #Xavier_Niel : fondateur du fournisseur d’accès internet et opérateur mobile Free ; #Emmanuel_Besnier : PDG de Lactalis ;
      #Jean-Claude_Decaux : fondateur de la société JCDecaux ; #Patrick_Drahi : président-fondateur du consortium luxembourgeois Altice, principal actionnaire du groupe SFR, de Virgin Mobile ; #Vincent_Bolloré : PDG du groupe Bolloré et à la tête des conseils de surveillance de Vivendi et du groupe Canal+ ; #Pierre_Bellon : fondateur et président d’honneur de Sodexo ; #Carrie_Perrodo, propriétaire et co-fondatrice du groupe pétrolier Perenco,
      #Martin&Olivier_Bouygues : respectivement PDG et Directeur général délégué du groupe Bouygues ; #Michel_Leclercq : fondateur de Decathlon ; #Alain_Merieux : fondateur de bioMérieux, leader mondial de la microbiologie ;
      #Bernard_Fraisse, fondateur de Fareva, important sous-traitant pharmaceutique ; #Marie_Besnier_Beauvalot, une des héritières du groupe Lactalis ; #Jean-Michel_Besnier : un des héritiers du groupe Lactalis ; #Jean_Pierre_Cayard : directeur de la Martiniquaise, spécialisée dans la fabrication et la distribution de vins et spiritueux ; #Louis_Le_Duff : fondateur du Groupe Le Duff, qui regroupe des enseignes de restauration et d’alimentation telles que Brioche Dorée, Del Arte, Bridor, etc.

    • Il n’y a pas les Mulliez dans la liste ?
      Curieux, un euro sur 10 dans le commerce, c’est pour leurs magasins.
      C’est une fortune professionnelle, au statut étrange.

      Pas mal de bonnes informations sur http://richessem.eklablog.com/challenges-classement-des-grandes-fortunes-2016-a126333158
      Exemples :
      – Article 241 - Les faux calculs de Challenges sur les grandes fortunes - le cas Klaba
      http://richessem.eklablog.com/article-241-les-faux-calculs-de-challenges-sur-les-grandes-fortu
      ❝a126662760
      Article 239 - Les faux calculs de Challenges sur les grandes fortunes - le cas Dassault
      Par Benoit Boussemart le 20 Juillet 2016 à 10:31

      Bonjour
      Après 4 pages (entre les pages 68 et 73) consacrées à l’épopée Dassault, Challenges nous livre son évaluation de la fortune familiale à 20 milliards d’euros. Bel arrondi. Nous sommes restés dans Capital à 14,06 milliards ; soit une « petite » différence de plus de 40%. Avec une explication limpide de Challenges sur la hausse de la fortune : de 2,5 Mds (évaluation de Challenges l’année dernière à 17,5 Mds), suite à « sa montée au capital de Dassault Aviation ».

      On croit rêver ! La fortune de Dassault est évaluée à partir de son holding familial : GIMD (Groupe Industriel Marcel Dassault). Et entre l’année dernière et cette année, le nombre de titres des sociétés détenues a évolué comme suit :
      – Dassault Systèmes : de 105 386 646 titres (41,11% du capital) à 105 716 646 (41,18% du capital) ;
      – Dassault Aviation : de 5 118 240 titres (50,55% du capital) à 5 118 240 titres (56,11% du capital). Le nombre de titres est inchangé ; c’est le % de détention qui grimpe, suite à une annulation de titres rachetés par Dassault Aviation, et non par GIMD ; et le récent rachat de titres Dassault Aviation (suite au désengagement d’Airbus) a également été effectué par Dassault Aviation. Les titres ont été vendus à 950 € l’action.
      – Immobilière Dassault : de 3 596 259 titres (59,47% du capital) ) à 3 666 132 titres (59,57% du capital) ;
      – Veolia Environnement : de 32 088 732 titres (5,71% du capital) à 26 788 732 titres (4,76% du capital) ;
      – Bio Mérieux : de 2 013 470 titres (5,1% du capital) à 2 013 470 (5,1% du capital).

      Toutes ces sociétés sont cotées : « Challenges » est donc dans l’obligation de valoriser ces titres à la valeur boursière. Ou alors, c’est du grand n’importe quoi. La moyenne des cours de bourse que nous avons retenue pour ces sociétés était respectivement de 70,13 €uros, 1 045,83 €, 36,4 €, 21,43 € et 112 € ; ce qui valorise ces sociétés cotées à 13 700 M€ (chacun pourra vérifier le calcul en multipliant de nombre de titres par la valeur des titres) ; il faut ajouter à ces sociétés les valorisations de Dassault Média (313 M€), d’Artcurial (12 M€) et de Château Dassault (35 M€). Le groupe est donc valorisé pour cette année à 14 060 M€.

      Si nous prenons la valeur actuelle des titres (vendredi dernier, clôture de bourse), nous avons respectivement 70,41 €, 962 €, 40,75 €, 19,35 € et 120 € ; ce qui valorise les sociétés cotées à 13 277 M€. En ajoutant les mêmes valeurs pour Dassault Media, Artcurial, et Château Dassault, ainsi que la dernière valorisation de trésorerie nette de GIMD (qui vient d’être publiée) à 165 M€, nous obtenons une valeur totale pour la famille Dassault de 13 802 M€.

      Challenges, à nouveau, est dans les « choux ». Il faut se demander pourquoi :
      – tout d’abord, il confond une hausse relative de la participation de GIMD dans Dassault Aviation (de 50,55% à 56,11%) avec le nombre de titres réellement détenu, qui lui ne bouge pas : Messieurs de Challenges, le nombre de titres de Dassault Aviation est passé de 10 125 897 titres l’année dernière, à 9 122 538 titres (suite à une annulation de titres rachetés par Dassault Aviation, et non par GIMD) ;
      – ensuite, il confond la valeur des actifs et passifs de Dassault Aviation, qui reprend ces achats de titres auto-détenus et leur impact sur le passif, avec la valorisation boursière. GIMD possède des titres Dassault Aviation, à la valeur boursière. Cette valeur tient compte de toutes les opérations faites par Dassault Aviation (bonnes comme mauvaises nouvelles - ventes de Rafales, ou rachat de titres ...) ; et seule cette valeur boursière compte ;
      – enfin, et comme à l’habitude, Challenges ne prend pas en considération les aspects financiers internes à GIMD. Ce qui valorise en plus le groupe cette année pour 165 M€.
      Lorsque tout cela est pris en compte, le Groupe Industriel Marcel Dassault vaut environ 14 Mds, et absolument pas 20 Mds. Nous maintenons notre évaluation, qui est incontestable. Messieurs les bouliers de Challenges, mettez comme nous vos chiffres sur la table ! Et nous verrons enfin qui se moque de qui ...
      B. Boussemart

      http://richessem.eklablog.com/article-239-les-faux-calculs-de-challenges-sur-les-grandes-fortu

    • En effet @tout_va_tres les #Mulliez sont absent de cette liste, peut être sont ils les 22ème j’ai posté cette liste qui provient du site d’oxfam france pour compléter celle de @sinehebdo . Beaucoup d’info sur la nébuleuse Mulliez sur tes liens précédent : « La richesse des Mulliez et les grandes fortunes » http://richessem.eklablog.com/bon-de-commande-les-grandes-fortunes-les-banquiers-et-les-politi

      A toutes (tous) les « ignares » à qui l’on dit qu’ils ne peuvent pas comprendre l’économie et les #magouilles_financières de toutes sortes. A celles et ceux qui sont victimes du jargon des économistes, de la langue de bois des hommes politiques et des discours des chefs d’entreprises assimilant leurs profits et le bien-être des populations, victimes qui sont priées de croire religieusement au salut par le libéralisme mondial. Vous avez dans cet ouvrage des idées, des notions qui peuvent paraître difficiles à comprendre ; ce n’est qu’une apparence. Le « dire d’expert », notamment en économie, est l’arbre fictif qui cache la forêt de l’exploitation des salariés.
      Les mécanismes de l’économie sont en fait très simples.
      Ce que le patron ne paie pas en salaires, il le met dans sa poche.
      Ce que la grande distribution prélève dans le commerce international en exploitant le travailleur chinois, elle le met dans sa poche. Ce n’est pas plus difficile que cela.
      Quand un « trader » spécule dans une banque, y compris en prenant des « assurances », personne n’ignore – supérieurs hiérarchiques compris – que les valeurs des titres ou des options sur lesquelles il spécule sont les mêmes valeurs acquises par les compagnies d’assurances, afin d’assurer les banques ! Il oublie surtout que ces valeurs n’existent que par référence aux richesses produites par le dur travail des hommes.
      Comme par le passé, le système financier international se mord la queue … et occulte les mécanismes démentiels qu’il crée, en faisant croire qu’il est possible de gagner de l’argent sans lever le pouce.
      Alors que les progrès de l’humanité permettraient de diminuer le temps de travail de ceux qui se lèvent tôt, et qui travaillent dans le réel, au prix de leur sueur et de leurs larmes ; quand il ne s’agit pas de leur sang et de leur vie.
      D’où l’intérêt de mettre en évidence le contenu financier et les discours de la première fortune professionnelle de France, notamment lorsqu’elle nous donne des leçons sur le partage du « savoir, de l’avoir, et du pouvoir ». Cet ouvrage est destiné à la démystification du « capitalisme familial » en général, et du groupe Mulliez en particulier. Ce « bon » capitalisme exploite comme l’ensemble du patronat ; il est familial par idéologie et intérêt. Et il mène l’ensemble de la planète droit dans le mur « économique ».

      Benoît BOUSSEMART, docteur d’Etat ès sciences économiques, est Maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre.
      http://larichessedesmulliez.com

    • Je me suis fait une réflexion : ces chiffres sont frappant et, par la même, intéressant, mais ils peuvent nous faire faire fausse route.

      En effet, si on ne regarde que les plus gros patrimoines, ils ne permettent pas de résoudre le problème. Prenons #Bill_Gates, 75 milliards de dollars : il pourrait dépenser 1 million de dollars par jour pendant plus de 200 ans, et pourtant, s’il donnait 2 dollars par jours au milliard d’individus les plus pauvres, il ne tiendrait pas deux mois.

      Ce ne sont donc pas les plus gros #patrimoines qu’il faut regarder, mais les plus gros #revenus (tout en sachant bien entendu que ces gros patrimoines continuent de gagner de l’#argent), et ce sont ces revenus qu’il faut #redistribuer...

    • @Vanderling
      Comme l’explique Benoit Bousemart dans ses articles, et BCE_106 sur ce site et dans ses émissions de radio, les Mulliez sont difficilement classables, car en réalité, c’est une structure de 650 personnes, l’AFM L’Association Familiale Mulliez, non cotée en bourse et dont les membres ne peuvent leurs parts de société qu’à d’autres membres.
      Parmi eux, Gérard Mulliez, Patrick Mulliez . . . . .
      Oxfam a du mal à les classer, normal.
      (Oxfam fait un travail formidable en ce moment).
      Pour justifier le rang de la première fortune professionnelle de France, quelques unes de leurs sociétés connues par le public :

      AG Quick
      Alcampo,
      Alinéa
      Allied Carpets
      Amarine
      Aptonia
      Assiette_au_bœuf
      Atac
      Auchan
      Auchan_Drive
      Auto5
      B’Dom
      b’Twin
      Banque_Accord
      Boulanger
      Brice
      Carré_des_halles
      Chronodrive
      Cityper
      Colmark
      Cosily
      Cultura
      Decathlon
      Domyos
      Elea
      Electro_Dépôt
      Éric_Derville
      Essers
      Festein_d’Alsace
      Flunch
      Geologic
      Geonaut
      Grain_de_Malice
      Happychic
      Home_Market
      HTM8
      Il_ristorante
      Iménager
      Immochan
      Inesis
      Jules
      Kalico
      Kiabi
      Kiloutou
      Kipsta
      Koodza
      La_Rinascente
      La_Vignery
      Le_Bistrot_du_Boucher
      Le_Petit_Cuisinier
      Les_3_Brasseurs
      Les_halles_d’Auchan
      lokeo
      Maxauto
      Maximarché
      Midas
      Milonga
      Mobivia
      Nabaiji
      Norauto
      O’Sush
      Orao
      Oxylane
      Phildar
      Picwic
      Pilkie
      Pizza_Paï
      Prixbas
      Quechua
      Rik_et_Rok
      RougeGorge_lingerie
      RT_Mart
      Sabeco
      Saint_Maclou
      Salad_&_Co
      Saturn
      Simply_Market
      Supermercados
      Surcouf
      Teppichfreund
      Top Office
      Tribord
      Pimkie
      WebDistrib
      Youg’s
      Oney

    • @Dror@sinehebdo, c’est vrais, mais ne leur demandons pas de dépenser ou de faire des dons.
      Qu’ils payent, et que leurs sociétés payent leurs impôts comme tout le monde, cela résoudrait le problème.

      Bill Gates, ne se ficherait il pas de nous en ayant transféré son immense fortune à une fondation qu’il dirige ?
      Qu’il dirige en payant un minimum d’impôts, bien sur et en nous faisant la faveur de payer à sa place.

  • Les journalistes du « Monde » vont perdre leur minorité de blocage
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110117/les-journalistes-du-monde-vont-perdre-leur-minorite-de-blocage

    Selon nos informations, les journalistes du groupe #Le_Monde vont perdre la minorité de blocage dont ils disposent et ne plus conserver qu’une « golden share ». Les trois milliardaires #Xavier_Niel, Pierre Bergé et #Matthieu_Pigasse renforcent donc leur pouvoir sur le journal, dont les garanties d’indépendance, issues du passé, deviennent de plus en plus fictives.

    #France #Economie #l'Obs #Louis_Dreyfus #médias #Pierre_Bergé

  • Il lance 42 aussi à Fremont, Californie depuis juillet 2016 avec une capacité de 2048 étudiants.

    Xavier Niel explains 42: the coding university without teachers, books, or tuition

    http://venturebeat.com/2016/06/16/xavier-niel-explains-42-the-coding-university-without-teachers-books-or

    VB: What were the reactions in the United States, given that the costs of studying there are more important than in France?

    Niel: What’s crazy is that we have young folks at the 42 school of Paris coming from California. They came all this way because they couldn’t afford to study in the United States, and therefore came to France because of the free education and all the other things we put together in order to help them. We managed to give them a chance to study. The reaction was therefore very positive.

    [...]

    VB: How do students get into 42?

    Niel: We don’t ask anything when you want to join: We only ask for a name, a last name, and a birthdate. The candidates have to be between 18 and 30. That’s all.

    [...]

    VB: Was placing a former student from 42 Paris at the new 42 school in Fremont a coincidence or intentional?

    Niel: It’s a type of auto-management. That’s what rules our school, meaning that the best students help with its internal functioning. All students from our school develop huge computer systems, manage them internally etc. We systematically ask our top students to help us.

    https://www.42.us.org

    #42
    #Xavier_Niel
    #éducation #enseignement

    • Ouch...

      Elle les dégomme tous, un à un, sans passion ni méchanceté, simplement en décrivant ce qu’elle a vu d’eux, ce qu’ils sont. Courtisans, lâches, repus de médiocrité. C’est un livre extrêmement cruel, non pas dans son style mais dans la nullité et la bêtise crasse qu’il met à nu chez ces puissants qui tiennent le « débat public ».

    • « Le Monde libre, c’était en fait le “Monde #Free”, du nom de l’entreprise de télécoms discount grâce à laquelle l’ogre avait bâti toute la fortune profuse qui lui permettait de racheter la presse nationale. (...)

      L’ogre [#Xavier_Niel] ne se faisait du reste pas prier pour fanfaronner à ce sujet, assurant que depuis que ses associés et lui avaient pris la tête du groupe Le Monde, il n’avait pas à attendre une demi-journée avant d’être reçu à l’Élysée. »

    • Vérité des luttes à Paris, erreurs au-delà ?

      Lettre ouverte à Henri Maler d’Acrimed
      http://blog.europa-museum.org/post/2016/11/04/Verite-des-luttes-a-Paris-erreurs-au-dela

      Cher Henri Maler,

      Nous ne nous sommes croisés qu’une fois je crois. C’était lors d’une des premières réunions d’Acrimed à laquelle j’avais accompagné Pierre Rimbert et Patrick Champagne.

      Je vous écris aujourd’hui au sujet de la recension que vous avez consacrée au livre qui défraie la chronique (parisienne) : « Le monde libre »

      Je trouve en effet assez croquignolesque que vous validiez la thèse que tous les médias colportent en contre-bande en s’appuyant sur cet essai, selon laquelle l’involution du Nouvel Observateur, aujourd’hui l’Obs, daterait de ces dernières années. Vous la comparez à celle subie par Libération, que vous situez sous la direction de Laurent Joffrin.

      À Acrimed, vous êtes pourtant bien placé pour savoir, l’ayant, comme d’autres et souvent les mêmes, longuement documenté en son temps, que la messe est dite depuis bien longtemps au sujet de Libération et du Nouvel Observateur, accompagnateurs idéologiques zélés de la conversion de la « gauche de gouvernement » au néolibéralisme. Depuis bien longtemps, c’est à dire à peu près au moment où l’auteure du livre entrait au Nouvel Observateur.

      À cette époque, je crois aussi me souvenir de l’analyse selon laquelle le surinvestissement dans la « culture » et le façadisme radical-chic étaient bien faits, dans ces journaux, pour accomplir cette mission historique. L’auteure semble pourtant déplorer que « l’équilibre » entre sociale-démocratie néolibéralisée et « radicalité » (les « deux gauches » paraît-il), établi selon elle par Jean Daniel (sans trop s’intéresser à sa fonction idéologique de blanchiment du néo-conservatisme), soit désormais rompu. Et semble affirmer qu’elle a connu un journal « de gauche ». Du point de vue d’Acrimed, cela devrait quand même apparaître un tantinet révisionniste... Ce serait comme dire que le PS a commencé sa mutation au moment où il l’achevait... Et que donc il faudrait revenir à 2012 et non à 1995 ou 1983... Sans compter que l’analyse de Pinto sur le "journalisme philosophique" concluait de façon très précoce aux effets structurellement néfastes de la fusion du journalisme et de l’EHESS, exactement ce que l’auteure présente avec nostalgie comme ce qui a fait la grandeur de son ex-journal...

      En fait, je me demande si vous ne jetez pas aux pieds de ce livre tout le capital accumulé de critique des médias, dans un objectif politique à courte vue : en finir avec le PS. Or ce PS-là est mort, et d’ailleurs les rats quittent le navire. Comme le champ politique a horreur du vide, la vraie question est : sous quelle forme va-t-il ressusciter, et quels griots demi-savant nous empêcheront de le reconnaître ? Vous nous aideriez grandement si vous rappeliez « de quoi le Nouvel Oservateur fut le nom », donc ce principe de porte-tournante entre l’Université et le Journalisme, que l’émoi et moi et moi actuel contribue à dissimuler, avec votre renfort. Cela éviterait que ceux qui faisaient le serment, il y a quelques mois, de « ne plus jamais voter PS », ne votent pour son futur équivalent structurel sans s’en apercevoir, lui permettant de parachever son œuvre (comme en Grèce). Ou puissent faire semblant de ne pas s’en apercevoir.

    • Tout à fait, c’est la suite de la lettre à Maler : sur le site De la gentrification des villes à la gentrification des luttes.

      La petite-bourgeoisie altermondialiste piaffe, ouvrons un peu les portes comme après 68, faisons une « nouvelle société » (alter-société ?). Bon sang, mais c’est bien sûr ! et il est exact que le licenciement de notre auteure, qui tenait tant bien que mal cette position susceptible de renouer avec la fonction historique du Nouvel Obs (associer la petite-bourgeoisie intellectuelle à la grande Marche vers le capitalisme sauvage), démontre l’avarice de ce parti, qui vient avec l’âge, incapable de s’ouvrir au sang neuf, et répondant à la fin de ses privilèges annoncée par la matraque et la course à l’euro-fascisme... Mais rien n’est perdu pour cette perspective radieuse, sauf renversement de table qui ne viendra donc pas d’une « gauche de gauche » mais peut-être, à défaut, d’une « droite de gauche » !

      ...

      Quand Acrimed publie un texte de propagande

      La conclusion vint... d’Acrimed qui publia sans la moindre vergogne, un texte de propagande pure écrit par une nouvelle salariée, sans doute sous la dictée, à la gloire du petit patron marseillais appuyé par les bureaucrates-demi-savants de l’EHESS, du Collège de France et de l’INRA (toute ressemblance avec la formule qui fit le succès du Nouvel Observateur et la défaite des travailleurs...)

      Acrimed qui raillait autrefois le journalisme de service et les reportages à la gloire de Meissier où le photographe fournissait le sandwich... Oui, oui. En d’autres temps, mais aussi s’il s’était agi d’un autre milieu social, et encore plus si cela s’était produit à Paris (vérité à Paris, erreur au-delà...), on aurait peut-être eu un « démontage de texte », tant tout cerveau « critique » en état de marche, sans avoir besoin de connaître un seul mot de l’histoire et par une lecture purement interne, est sidéré de la grossièreté des ficelles d’une telle propagande, émanant d’un éditeur qui se pique de philosophie et de sciences sociales !

      À partir de là, on pouvait commencer à craindre les conséquences du vieillissement des structures indépendantes, nées au tournant de 1995. Blanchir, comme vous le faites, les 15 dernières années du Nouvel Observateur, c’est un peu effacer sa propre histoire... Oublier le modus operandi au profit de l’opus operatum, ne conserver que la mélodie à défaut des paroles, permettant à la prochaine génération de sophistes d’y couler ses vers de résistance mirlitonne... Vous pouvez bien alors, parler de « mécanismes » !

      La conclusion est toujours la même : « revenir aux luttes »... mais aux luttes de classes et aux luttes du travail. Et dès qu’une classe (je parle de la votre bien évidemment, qu’on pourrait appeler peut-être « la gauche Lieu-dit ») prétend se faire porte-parole (en le déniant bien évidemment), ou monopolise la parole (car un média, et acrimed est un média, c’est cela), d’une autre, on peut s’attendre à ce que le PS renaisse de ses cendres paré des atours patiemment tissés à partir des luttes sociales (des autres) par des opposants qui étaient quand même plus proches de lui que de l’humanité souffrante...

    • je ne tagues pas, en même temps je suis abonné à lettre de @lundimatin ,donc facile de retrouver cette chronique que je lirai peut-être ! Je me suis arrêté à :

      Lorsqu’elle est interviewée sur France Inter à propos de son licenciement, elle reste calme et didactique comme s’il lui fallait éviter à tout prix les vagues et se limiter à l’exposé des faits, certes regrettables

       ??? il y a encore de l’impertinence sur #France_Inter ? Je n’écoutes plus cette #radio depuis un bail, au moins depuis que propulsé par Sarkozy, Philippe Val a rayé le plancher de la maison ronde.

    • @Marielle Bon, la boite à lettre du blog de Lordon sur le Diplo ne passe plus, mes réponses à tes commentaires ont été censurées... Vite : je pense qu’il faut se méfier des gens qui depuis Nuit Debout passent en même temps sur les médias autrefois off et sur les médias mainstream. Le premier fut je crois le conseiller de El Khomri qui quitta le navire en perdition. Après on a l’inénarrable Laurence De Cock. Maintenant Lancelin (La-bas trouve que c’est une bonne nouvelle qu’elle ait eu le Renaudot, relégitimant les prix littéraires au passage, alors que c’était écrit dans la presse que c’était une blague entre amis organisée par les « concurrents » de l’Obs). Faudrait surtout que ça s’arrête tout de suite là, l’entre-soi parisien autour du Lieu-Dit, qui fait son casting. Je dis ça je dis rien. Mais il nous faut un intellectuel collectif, au service du plus grand nombre sans démagogie, pas des gens bien en place pour qui le monde est un spectacle et qui vit dans trois arrondissements. C’est la reproduction assurée de la structure là... Donc un conseil Jedi, pas la foire aux narcissiques...

  • Chez #Free, la « guerre » contre #Sud
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/011116/chez-free-la-guerre-contre-sud

    Le syndicat se plaint d’être la cible de pressions dans plusieurs centres d’appels de l’entreprise. Trois de ses représentants ont été récemment sanctionnés. La direction dément tout acharnement, mais l’ambiance est tendue avant les élections professionnelles.

    #Economie #Angélique_Gérard #centres_d'appels #entreprises #Iliad #licenciements #prud'hommes #social #Xavier_Niel

  • « L’Obs » : un plan social en vue
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/180716/l-obs-un-plan-social-en-vue

    Si 40 journalistes ne prennent pas le plan de départs volontaires de L’Obs d’ici à l’automne, les actionnaires mettront en œuvre un plan social. Après le licenciement pour motif politique d’Aude Lancelin, son avocat demande aux prud’hommes d’en prononcer « la nullité ».

    #Economie #Aude_Lancelin #Claude_Perdriel #l'Obs #Le_Monde #Matthieu_Croissandeau #Matthieu_Pigasse #médias #Pierre_Bergé #Xavier_Niel

  • Licenciement à « L’Obs » : les actionnaires sommés de s’expliquer
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090616/licenciement-l-obs-les-actionnaires-sommes-de-s-expliquer

    Après le licenciement pour motif politique d’Aude Lancelin, les avocats de la journaliste demandent des explications aux actionnaires de L’Obs. Les syndicats de journalistes du groupe #Le_Monde font de même.

    #France #Aude_Lancelin #l'Obs #Matthieu_Croissandeau #Matthieu_Pigasse #médias #Pierre_Bergé #Xavier_Niel

  • Ce que lisent les #patrons : enquête sur la culture du #CAC_40
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/080616/ce-que-lisent-les-patrons-enquete-sur-la-culture-du-cac-40

    Ce qui distingue aujourd’hui les élites est désormais moins un répertoire classique que la capacité à tout assimiler, aussi bien la culture populaire que la culture savante, en naviguant de l’une à l’autre. Le hip-hop et l’opéra. Le rock et le baroque. Les séries TV et les sérigraphies. Quels rapports les patrons du CAC 40 entretiennent-ils avec la culture ? Une enquête de la Revue du Crieur dont le 4ème numéro sort le jeudi 9 juin.

    #Culture-Idées #Bernard_Arnault #culture_classique #Denis_Kessler #Distinction #François_Pinault #Jean-Baptiste_Rudelle #Jean-Louis_Beffa #lecture #Mathieu_Pigasse #opéra #patronat #Pierre_Bourdieu #Xavier_Niel

  • La presse à l’heure des purges et des publireportages
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/060616/la-presse-l-heure-des-purges-et-des-publireportages

    Les sociétés des rédacteurs du groupe #Le_Monde et la Société des rédacteurs de L’Obs dénoncent dans un communiqué commun le licenciement pour motifs politiques d’Aude Lancelin. À iTélé, la direction envisage des publireportages. Ces deux affaires confirment que les puissances d’argent se croient tout permis parce qu’elles peuvent tout acheter. Au mépris du droit de savoir des citoyens.

    #Economie #Aude_Lancelin #Claude_Perdriel #l'Obs #Marianne #médias #Renaud_Dély #Xavier_Niel

  • La presse à l’heure des purges et des publireportages
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060616/la-presse-l-heure-des-purges-et-des-publireportages

    Les sociétés des rédacteurs du groupe #Le_Monde et la Société des rédacteurs de L’Obs dénoncent dans un communiqué commun le licenciement pour motifs politiques d’Aude Lancelin. À iTélé, la direction envisage des publireportages. Ces deux affaires confirment que les puissances d’argent se croient tout permis parce qu’elles peuvent tout acheter. Au mépris du droit de savoir des citoyens.

    #France #Aude_Lancelin #Claude_Perdriel #l'Obs #Marianne #médias #Renaud_Dély #Xavier_Niel

  • Licenciement politique à « L’Obs » : le SMS qui confirme
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010616/licenciement-politique-l-obs-le-sms-qui-confirme

    Alors que le directeur de la rédaction de #l'Obs prétend que le licenciement d’Aude Lancelin a des raisons « managériales », l’un des actionnaires, #Claude_Perdriel, ne s’embarrasse pas de ce prétexte. Dans un SMS à la journaliste, il lui fait grief de ses « opinions », estimant qu’elles ont « influencé [son] travail ». Il lui reproche de trop donner la parole à Nuit debout.

    #France #Aude_Lancelin #Matthieu_Pigasse #Pierre_Bergé #Xavier_Niel

  • Purge à « L’Obs », reprise en main à « Marianne »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/230516/purge-l-obs-reprise-en-main-marianne

    Manœuvres dans la presse avant la présidentielle : la directrice adjointe de la rédaction de #l'Obs, #Aude_Lancelin, fait l’objet d’un licenciement, pour des raisons manifestement politiques. Le propriétaire de Marianne promeut, lui, un nouveau directeur, #Renaud_Dély. Dans les deux cas, l’Élysée a des raisons de s’en réjouir.

    #France #Claude_Perdriel #Matthieu_Pigasse #médias #Pascal_Riché #Xavier_Niel #Yves_de_Chaisemartin

  • Pour une start-up minière, Montebourg s’engage en périlleuse compagnie
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/190516/pour-une-start-miniere-montebourg-sengage-en-perilleuse-compagnie

    Toute la presse s’extasie de la “success story” de deux jeunes entrepreneurs qui veulent exploiter des mines de bauxite en Guinée et sont aidés bénévolement par #Arnaud_Montebourg. L’aventure est pourtant périlleuse. Car sur la photo officielle des investisseurs, l’ancien ministre de l’économie apparaît à côté d’Alain Mallart, un revenant des sulfureuses aventures de l’ex-Crédit lyonnais.

    #Economie #Alain_Mallart #Alliance_minière_responsable #Anne_Lauvergeon #industrie #Romain_Girbal #Thibault_Launay #Xavier_Niel