• Voyage en #Contributopia : ça nous a fait mûrir !
    https://framablog.org/2022/10/04/voyage-en-contributopia-ca-nous-a-fait-murir

    « Dégoogliser ne suffit pas ! », et c’est avec cette affirmation dans la tête que nous sommes parti⋅es explorer les mondes de #contributopia. Cette aventure de 5 ans (déjà ? !) se termine, et c’est maintenant le moment de confronter nos attentes du voyage … Lire la suite­­

    #Framasoft #alternatives #Annuaire #archipélisation #chatons #Conferences #confinatelier #contribatelier #contribulle #Deframasoftisons #Degooglisons #EducPop #Entraide #erreurs #framasite #librecours #manifeste #Metacartes #Mobilizon #mooc #PeerTube #pytition #resolu #soutenir #UPLOAD #Yunohost

  • Armement. Guerre au Yémen « made in France »
    Orient XXI > Ariane Lavrilleux > 29 septembre 2022
    https://orientxxi.info/magazine/armement-guerre-au-yemen-made-in-france,5883

    La France est, après les États-Unis, le principal pays fournisseur d’armes à la coalition saoudo-émiratie engagée dans la guerre civile au Yémen depuis 2015. Qui équipe et répare les avions de combat de la Coalition ? Où sont formés les militaires ? Où sont produites les bombes qui frappent les marchés et les habitations yéménites ? Enquête sur les grandes entreprises françaises qui ont profité de la guerre, avec le soutien de l’État français.

    Le conflit au Yémen a tué en sept ans 110 000 personnes, dont près de 13 000 civils selon les données d’Armed Conflict Location and Event Data Project (Acled). Depuis le déclenchement, en mars 2015, de l’intervention de la coalition arabe emmenée par l’Arabie saoudite contre les rebelles houthistes, Paris n’a cessé de nier l’implication de la France. « Nous n’avons récemment vendu aucune arme qui puisse être utilisée dans le cadre du conflit yéménite », assurait, en janvier 2019, Florence Parly, la ministre des armées, au micro de France Inter. Les matériels livrés ne serviraient qu’à « assurer la protection du territoire saoudien contre des attaques balistiques venant du Yémen » précisait-elle. (...)

    #Yemen #marchands_de_canons

  • Italy’s bloody secret

    The Guardian, London, UK, 25 Jun 2003

    http://www.derechos.org/nizkor/impu/itaimp1.html

    They were always portrayed as victims of fascism, but Mussolini’s soldiers committed atrocities which for 60 years have gone unpunished. Now the conspiracy of silence is at last starting to unravel. Rory Carroll reports.

    The footnotes of Italian history record Giovanni Ravalli waging war on criminals. He was a police prefect who kept the streets safe and pursued gangs such as the one which stole Caravaggio’s The Nativity from a Palermo church in 1969. An adviser to the prime minister, a man of the establishment, he retired on a generous pension to his home at 179 Via Cristoforo Colombo, south Rome, to tend his plants and admire the view. He died on April 30 1998, aged 89.

    The footnotes do not record a Greek policeman called Isaac Sinanoglu who was tortured to death over several days in 1941. His teeth were extracted with pliers and he was dragged by the tail of a galloping horse. Nor do they mention the rapes, or the order to pour boiling oil over 70 prisoners.

    After the war Ravalli, a lieutenant in the Italian army’s Pinerolo division, was caught by the Greeks and sentenced to death for these crimes. The Italian government saved him by threatening to withhold reparations unless he was released. Ravalli returned home to a meteoric career that was questioned only once: in 1992 an American historian, Michael Palumbo, exposed his atrocities in a book but Ravalli, backed by powerful friends, threatened to sue and it was never published.

    His secrets remained safe, just as Italy’s secrets remained safe. An audacious deception has allowed the country to evade blame for massive atrocities committed before and during the second world war and to protect the individuals responsible, some almost certainly still alive. Of more than 1,200 Italians sought for war crimes in Africa and the Balkans, not one has faced justice. Webs of denial spun by the state, academe and the media have re-invented Italy as a victim, gulling the rest of the world into acclaiming the Good Italian long before Captain Corelli strummed a mandolin.

    In reality Benito Mussolini’s invading soldiers murdered many thousands of civilians, bombed the Red Cross, dropped poison gas, starved infants in concentration camps and tried to annihilate cultures deemed inferior. “There has been little or no coming to terms with fascist crimes comparable to the French concern with Vichy or even the Japanese recognition of its wartime and prewar responsibilities,” says James Walston, a historian at the American University of Rome.

    The cover-up lasts to this day but its genesis is now unravelling. Filippo Focardi, a historian at Rome’s German Historical Institute, has found foreign ministry documents and diplomatic cables showing how the lie was constructed. In 1946 the new republic, legitimised by anti-fascists who had fought with the allies against Mussolini, pledged to extradite suspected war criminals: there was a commission of inquiry, denunciations, lists of names, arrest warrants. It was a charade. Extraditions would anger voters who still revered the military and erode efforts to portray Italy as a victim of fascism. Focardi’s research shows that civil servants were told in blunt language to fake the quest for justice. A typical instruction from the prime minister, Alcide De Gasperi, on January 19 1948 reads: “Try to gain time, avoid answering requests.”

    Yugoslavia, Greece, Albania, Ethiopia and Libya protested to no avail. “It was an elaborate going through the motions. They had no intention of handing over anybody,” says Focardi. Germans suspected of murdering Italians - including those on Cephalonia, Corelli’s island - were not pursued lest a “boomerang effect” threaten Italians wanted abroad: their files turned up decades later in a justice ministry cupboard in Rome. Britain and the US, fearful of bolstering communists in Italy and Yugoslavia, collaborated in the deception. “Justice requires the handing over of these people but expediency, I fear, militates against it,” wrote a Foreign Office mandarin. The conspiracy succeeded in frustrating the United Nations war crimes investigation. There was no Nuremberg for Italian criminals.

    Given the evidence against them, it must rank as one of the great escapes. General Pietro Badoglio’s planes dropped 280kg-bombs of mustard gas over Ethiopian villages and strafed Red Cross camps. He died of old age in his bed, was buried with full military honours and had his home town named after him. General Rudolfo Graziani, aka the butcher of Libya, massacred entire communities; his crimes included an infamous assault on the sick and elderly of Addis Ababa. His men posed for photographs holding severed heads. General Mario Roatta, known to his men as the black beast, killed tens of thousands of Yugoslav civilians in reprisals and herded thousands more to their deaths in concentration camps lacking water, food and medicine. One of his soldiers wrote home on July 1 1942: “We have destroyed everything from top to bottom without sparing the innocent. We kill entire families every night, beating them to death or shooting them.” Italy’s atrocities did not match Germany’s or Japan’s in scale and savagery, and it is no myth that Italian soldiers saved Jews and occasionally fraternised with civilians. Glows of humanity amid the darkness; yet over time they have suffused the historic memory with blinding light.

    The distortion can partly be blamed on British prejudices about Italian soldiers being soft and essentially harmless, says Nic Fields, a military historian at the University of Edinburgh: “Many British historians liked to focus on the luxury items found in Italian barracks. It reinforced the image of opera buffoons. Your average Tommy tended to caricature the Italians as poor sods caught up in the war.”

    The crimes have been chronicled in specialist journals but never became part of general knowledge. Ask an Italian about his country’s role in the war and he will talk about partisans fighting the Germans or helping Jews. Ask about atrocities and he will talk about Tito’s troops hurling Italians into ravines. Unlike France, which has deconstructed resistance mythology to explore Vichy, Italy’s awareness has evolved little since two film-makers were jailed in the 1950s for straying off-message in depicting the occupation of Greece.

    When Japanese or Austrians try to gloss over their shame there is an outcry, but the Italians get away with it. The 1991 film Mediterraneo, about occupiers playing football, sipping ouzo and flirting with the locals on a Greek island, was critically acclaimed. Captain Corelli’s sanctification of Italian martyrdom was not challenged. Ken Kirby’s 1989 BBC Timewatch documentary, Fascist Legacy, detailing Italian crimes in Africa and the Balkans and the allies’ involvement in the cover-up, provoked furious complaints from Italy’s ambassador in London. The Italian state broadcaster, Rai, agreed to buy the two one-hour programmes, but executives got cold feet and for 11 years it has sat in a vault in Rome, too controversial to broadcast. “It’s the only time I can remember a client shelving a programme after buying it,” says a BBC executive. Kirby did manage to show it at a film festival in Florence. The reaction was toxic. “They put security on me. After the first reel the audience turned around and looked at me, thinking ’what a bastard’.”

    A brief storm of publicity engulfed Michael Palumbo, the documentary’s historical consultant. “I was practically assaulted by several Italian journalists. There was a sackful of death threats, some from former soldiers.” The documentary gave a voice to Italian historians such as Giorgio Rochat, who have provoked disapproval from colleagues by attacking the myth. “There remains in Italian culture and public opinion the idea that basically we were colonialists with a human face.”

    Another historian, Angelo Del Boca, says those guilty of genocide were honoured. “A process of rehabilitation is being organised for some of them by sympathetic or supportive biographers.” He says that for decades his research was obstructed - an accusation echoed by Focardi. Vital documents are “mislaid” or perpetually out on loan. Just one example: 11 years ago a German researcher found documents and photographs of Italian atrocities in Yugoslavia in the central state archive, a fascist-built marble hulk south of Rome. No one has been able to gain access to them since.

    Such scholars are few, but thanks to their work a tentative reappraisal may be under way. While paying homage last march to the Italian troops massacred by Germans on Cephalonia, President Carlo Azeglio Ciampi, noting that Italy invaded Greece, asked forgiveness. Newspapers such as La Stampa and Manifesto have reported new research, and a weekly magazine, Panorama, confronted Ravalli before he died. But Italy remains entranced by its victimhood. Television commentary for a military parade in Rome earlier this month hummed the glory and sacrifice of the armed forces. Newspapers splashed on the possibility that a 92-year-old former Nazi SS officer living in Hamburg, Friedrich Engel, may be prosecuted for crimes in Genoa. Other former Nazis accused of murdering Italians are being pursued now that the fear of a “boomerang” effect against Italian criminals has evaporated.

    Last month workers digging in northern Ethiopia stumbled on yet another Italian arms depot suspected of containing mustard gas. Addis Ababa asked Rome to respect an international weapons treaty by revealing the location of stockpiles and helping to clear them. Like all other requests over past decades, it was rebuffed. “All efforts on Ethiopia’s side to convince Italy to live up to its responsibilities have failed,” lamented the government.

    That week Italy’s media did indeed delve into the evils of fascism: Italians forced to work in Adolf Hitler’s factories were campaigning for compensation.

    #Italie #colonialisme #colonisation #histoire #mémoire #oubli #fascisme#AOI#Yekatit12#Graziani#Addis_Abeba

    • Fascist Legacy

      Fascist Legacy ("L’eredità del fascismo") è un documentario in due parti sui crimini di guerra commessi dagli italiani durante la seconda guerra mondiale, realizzato dalla BBC e mandato in onda nei giorni 1 e 8 novembre 1989.

      https://it.wikipedia.org/wiki/Fascist_Legacy

      La prima parte tratta dei crimini di guerra commessi durante l’invasione italiana dell’Etiopia e nel Regno di Jugoslavia. Viene messo in rilievo l’impiego dell’iprite, o gas mostarda, da parte del generale Pietro Badoglio, sui bombardamenti di ospedali della Croce Rossa e sulle rappresaglie dopo un attentato contro l’allora governatore italiano dell’Etiopia. La sezione che esamina l’occupazione della Jugoslavia cita gli oltre 200 campi di prigionia italiani sparsi nei Balcani, in cui morirono 250.000 internati (600.000 secondo il governo jugoslavo), e si sofferma sulle testimonianze relative al campo di concentramento di Arbe (Rab in lingua serbo-croata) e sulle atrocità commesse nel villaggio croato di Podhum, presso Fiume.

      La seconda parte tratta del periodo successivo alla capitolazione italiana nel 1943 e si rivolge principalmente all’ipocrisia mostrata tanto dagli USA quanto soprattutto dai britannici in questa fase della guerra. L’Etiopia, la Jugoslavia e la Grecia richiesero l’estradizione di 1.200 criminali di guerra italiani (i più attivamente ricercati furono Pietro Badoglio, Mario Roatta e Rodolfo Graziani), sugli atti dei quali fu fornita una completa documentazione. Entrambi i governi alleati videro però in Badoglio anche una garanzia per un dopoguerra anticomunista in Italia, e fecero del loro meglio per ritardare tali richieste fino al 1947 quando i trattati di Parigi restituirono la piena sovranità al paese. L’unico ufficiale italiano mai perseguito e condannato a morte da un tribunale britannico fu un antifascista, Nicola Bellomo, responsabile della morte di prigionieri di guerra britannici.

      La voce narrante originale è di Michael Palumbo, storico statunitense che ha pubblicato il libro L’olocausto rimosso, Rizzoli editore. Vengono inoltre intervistati gli storici italiani Angelo Del Boca, Giorgio Rochat, Claudio Pavone e il britannico David Ellwood. Il documentario termina cinicamente con una citazione di Winston Churchill su the better tomorrow with a new world order ("un domani migliore in un nuovo ordine mondiale"). I diritti dell’opera, tradotta in lingua italiana dal regista Massimo Sani, furono acquistati dalla RAI nel 1991, ma il documentario non venne mai mandato in onda. L’emittente LA7, invece, trasmise degli ampi stralci di Fascist Legacy nel 2004 all’interno del programma Altra Storia. Proiezioni del documentario vengono organizzate in Italia da parte di gruppi di orientamento antifascista. Dal 2013 il documentario è visibile su YouTube.

  • Elisa Lam, l’histoire du meurtre jamais résolu du Cecil Hotel
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/elisa-lam-lhistoire-du-meurtre-jamais-resolu-du-cecil-hotel-C9GIMtCRSs-Pe

    "L’affaire Elisa Lam est sans doute le fait divers qui a entraîné, parmi les internautes, le plus grand nombre de vocations de cyber-détectives. Elle est à l’origine de l’explosion des vidéos de “True #Crime” sur #Youtube. Elle a produit une exploration…

    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-elisa-lam-lhistoire-du-meurtre-jamais-resolu-du-c

  • Ubisoft workers pin reform hopes on local teams and an ambitious lawsuit
    https://www.axios.com/2022/09/15/ubisoft-workers-paris-solidaires-informatique

    What they’re saying: “It’s not harassers who create toxic culture. It’s a toxic culture that produces harassers,” Ubisoft game designer Marc Rutschlé said, during a meeting at the office of French tech workers union Solidaires Informatique.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #ubisoft #ressources_humaines #environnement_toxique #culture_toxique #harcèlement #marc_rutschlé #harcèlement_sexuel #diversité #inclusion #yves_guillemot #syndicalisme #solidaires_informatique

  • Des nouvelles du FSO SAFER

    Le titre de Libération du 27 janvier 2022

    Un pétrolier abandonné au large du Yémen pourrait engendrer la pire marée noire de l’histoire

    Une véritable bombe flottante. Au large du Yémen, le navire pétrolier FSO Safer est chargé de plus d’un million de barils de pétrole brut. Abandonné depuis 2015, lorsque la région est tombée sous le contrôle des rebelles houthis, celui-ci risque à tout moment de déclencher l’une des plus grandes marées noires de l’Histoire, alerte Greenpeace ce jeudi. Aggravant ainsi dramatiquement la situation humanitaire au Yémen, déjà catastrophique.

    https://www.liberation.fr/environnement/un-petrolier-abandonne-au-large-du-yemen-pourrait-engendrer-la-pire-maree

    La situation ce jour :

    https://www.vesseltracker.com/en/Ships/Fso-Safer-7376472.html

    Latest news
    Fundraising gets ahead
    Mon Sep 12 12:38:31 CEST 2022 Timsen

    The United Nations were confident that it will soon raise enough money to mount a rescue operation for the ’FS Safer’ and its cargo of more than one million barrels of oil. As of early September, some $68 million had been pledged to the rescue operation – $12 million short of the UN’s $80 million target. The UN were looking closely at how to reduce costs of both the emergency operation and the installation of long-term replacement capacity for the FPSO and were confident receive the target amount soon. They still need donors to disburse the funds that they have pledged. To date, only around $10 million of the $68 million has actually been handed over. Fundraising has though picked up momentum over the year. In May, a pledging event in The Hague raised some $33 million, from a combination of nine European governments, Qatar, and the European Union. The following month, Saudi Arabia said it would give $10 million. On a smaller scale, a public crowdfunding campaign launched in June has raised some $145,000 from about 2,000 individuals.
    Some private companies have also begun to step in to offer financial help. HSA Group, Yemen’s largest private company, announced on August 25 a $1.2 million donation to support the UN’s emergency FSO Safer appeal, becoming the first private sector organisation to donate to the appeal.

    #Yemen#Pétrole#Pollution#Amnésie#Mer_Rouge#Corne_de_l'Afrique#Bab_el_mandeb#pétrolier

  • Exclusive : Ubisoft CEO speaks
    https://www.axios.com/newsletters/axios-gaming

    PARIS — Ubisoft CEO Yves Guillemot tells Axios that company reform in the wake of workplace misconduct scandals, that demoralized employees and had some players talking boycott, “has been my main focus for the past two years.”

    Why it matters: Guillemot is testing the premise that a boss during bad times can also effectively deliver reform.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #ubisoft #ressources_humaines #business #amélioration #yves_guillemot #jeu_vidéo_sssassin_s_creed #jeu_vidéo_just_dance #environnement_toxique #tencent #investissement #embauches #ac_sisterhood #a_better_ubisoft #ssyndicalisme #skull_and_bones #nft #marc-alexis_côté #jeu_vidéo_assassin_s_creed_mirage #jeu_vidéo_assassin_s_creed_odyssey

  • Le Festival des Possibles 4ème Édition
    https://ecovillageglobal.fr/22247

    Projet : Les meilleurs films sur les meilleures solutions pour un meilleur environnement Les films projetés au Festival des Possibles témoignent d’actions, de recherches ou de projets en écologie. Chaque film propose une solution concrète face aux enjeux environnementaux. Le Festival des Possibles est un festival constructif, un espace de débats, un événement ancré dans l’Yonne (89). Il est organisé par l’association Des Possibles. Ce collectif a pour but de faire connaître, diffuser, fédérer et développer toutes les initiatives face aux urgences environnementales et sociétales. - Plus d’info et contact : https://ecovillageglobal.fr/22247 Rubriques : #Contacts_et_Echanges / #Agenda_des_Convergences / (...)

    #Yonne

  • Le Pentagone patrouille le Golfe grâce à ses nouveaux drones marins

    https://s.brsimg.com/static-000/cache/i/content/images/7/4/a/74a1b5fa8d807605447b7f1969b8664e-760x486.jpg

    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/le-pentagone-patrouille-le-golfe-grace-a-ses-nouveaux-drones-marins-561c

    La récente saisie par l’Iran d’un drone marin de l’US Navy dans le Golfe, ensuite relâché, expose au grand jour un nouveau programme du Pentagone visant à renforcer ses capacités de surveillance par drones sous-marins, aériens et à présent à la surface de la mer.

    Ce programme, qui date d’il y a un an seulement, déploie déjà plusieurs types de drones marins de surface ou USV dans les eaux autour de la péninsule arabique et dans le Golfe collectant de multiples données et images qui sont ensuite envoyées pour examen dans des centres situés dans la région.

    Le programme n’avait pas connu d’avaries jusqu’à ce que la marine iranienne tente de s’emparer de trois drones marins de type Saildrone Explorer, long de sept mètres, lors de deux incidents dans la nuit du 29 au 30 août et le 1er septembre.

    Au cours du premier incident dans le Golfe, un navire du corps des Gardiens de la Révolution iraniens a été aperçu remorquant le drone, pour ensuite le relâcher après qu’un patrouilleur américain et un hélicoptère ont été déployés sur place.

    Lors du second, un destroyer iranien s’est saisi de deux Saildrones dans la mer Rouge, les remorquant à bord.

    Il a fallu la présence de deux navires de guerre américains et d’hélicoptères pour persuader les Iraniens de les rendre le lendemain non sans les avoir d’abord dépouillés de leurs caméras, selon l’armée américaine.

    Les Iraniens soutiennent que ces USV naviguaient sur des routes maritimes internationales et qu’il s’agissait de « prévenir de possibles accidents », une version rejetée par la Marine américaine.

    Les actions de l’Iran étaient « injustifiées, et incohérentes avec le comportement d’une force maritime professionnelle », a déclaré dans un communiqué le vice-amiral américain Brad Cooper, commandant des forces navales américaines au Commandement central.
    – Un an en mer -

    Ces drones marins équipés de capteurs, de radars et de caméras, sont opérés par la Task Force 59 de la 5e Flotte basée à Bahrain, créée l’année dernière pour développer les capacités de surveillance dans cette zone grâce aux drones et à l’intelligence artificielle.

    Les drones aériens ou sous-marins sont monnaie courante mais ces engins flottants sont plus récents et jugés essentiels, explique à l’AFP le porte-parole de la 5e Flotte, Tim Hawkins.

    Le Saildrone Explorer est doté d’une aile rigide en forme de voile et comporte des panneaux solaires. Il peut être envoyé en mission pour une durée allant jusqu’à un an, en étant opéré à distance et récolte un vaste éventail de données océaniques, météorologiques, et de navigation, ainsi que des renseignements stratégiques.

    L’entreprise Saildrone, basée à San Francisco, opère une centaine de ces engins à travers le monde au bénéfice à la fois du Pentagone mais aussi d’instituts de recherche.

    « Après avoir vogué autour de l’Antarctique en 2019 et traversé l’oeil d’un ouragan de catégorie 4 l’année dernière, il n’existe vraiment aucun environnement maritime où il ne peut opérer », se félicite une porte-parole de la compagnie, Susan Ryan.
    – Surveiller l’Iran -

    La Marine américaine ne dit pas clairement à quoi servent ces drones de surveillance dans la région du Golfe, se contentant d’assurer qu’ils permettent « une vigilance accrue dans ces eaux (...) et de renforcer notre posture de dissuasion dans la région », selon M. Hawkins.

    Mais les activités de l’Iran, qui patrouille aussi dans la zone, sont vraisemblablement une cible de choix.

    Téhéran a ces dernières années déjà accosté, saisi des navires étrangers et harcelé l’US Navy lors de multiples confrontations tendues.

    Washington surveille notamment la livraison d’armes par l’Iran à ses alliés Houthis au Yémen.

    #Mer_rouge#US#Pentagone#Yemen#Corne_de_l'Afrique#houtis#Bal_el_mandeb#drones

  • La planète crame, ils bronzent
    https://www.frustrationmagazine.fr/capitalisme-ecologie-bourgeoisie

    Il se pourrait bien que l’été 2022 ait marqué un tournant : celui d’une prise de conscience plus généralisée du lien entre capitalisme et réchauffement climatique. La cause en est que les conséquences du dérèglement deviennent extrêmement perceptibles, ses effets plus directs et massifs. La dégradation concrète de nos modes de vie, qui annonce des […]

  • L’isola nuda, rimossa dalla coscienza
    https://www.balcanicaucaso.org/aree/Croazia/L-isola-nuda-rimossa-dalla-coscienza-220179

    Sull’isola di Goli otok - Isola nuda -Tito fece internare, tra il 1949 e il 1956, migliaia di dissidenti politici. Fino al 1988, anno della sua chiusura, ha poi funzionato da carcere per detenuti di reati comuni. Ora è lasciata in totale abbandono, e nonostante sia meta di migliaia di turisti rimane una pagina nera rimossa della storia jugoslava

  • Yémen. Les houthistes, un pouvoir fragile aux racines familiales

    Analyse

    La guerre a renforcé l’emprise idéologique et économique des houthistes sur la société yéménite. Mais la corruption généralisée, une gouvernance hasardeuse et la répression politique risquent rapidement de se retourner contre eux. Lorsque le conflit sera terminé, la population pourrait laisser exploser sa colère.

    https://orientxxi.info/magazine/yemen-les-houthistes-un-pouvoir-fragile-aux-racines-familiales,5818

    #yemen#houtistes#zaydites#babelmandeb#sanaa

  • #France ’preparing to secure Yemeni gas facility’ for exports
    https://english.alaraby.co.uk/news/france-preparing-secure-yemeni-gas-facility-exports

    France is negotiating with countries in the region and factions participating in Yemen’s war, according to the information cited by Alqirbi.

    The aim is to see gas exports restart at Balhaf “in light of increased international gas prices and to reduce Russian pressure on Europe”.

    This has been a major concern since Russia invaded Ukraine in February.

    Paris could “provide protection for the facility through the French Foreign Legion” – part of the country’s military in which foreign citizens serve.

    #Yemen #hydrocarbures

    • Les Forces françaises stationnées à Djibouti

      Aujourd’hui, les Forces françaises stationnées à Djibouti comptent 1490 militaires et civils de la Défense.

      La spécificité des FFDj repose sur la présence à Djibouti des trois composantes Terre/Air/Mer de l’armée Françaises. L’armée de Terre représente la majorité des effectifs avec 805 soldats (54% des FFDj). L’armée de l’Air et de l’Espace compte 500 aviateurs (35%) et la Marine Nationale 134 marins (9%). Une dizaine de civils de la Défense (2%) complètent le dispositif. Enfin, 900 Djiboutiens sont employés par les FFDj, dont 600 en tant que personnel civil de recrutement local (PCRL).

      La base navale française à Djibouti est le seul port de la capitale pouvant accueillir des bâtiments militaires (pour le moment en tout cas, la Chine étant en train de construire son propre port), qu’ils soient donc français ou étrangers. Point d’appui logistique, elle met en œuvre le ravitaillement des navires que ça soit en carburant, en vivres ou en matériaux.

      https://defense-zone.com/blogs/news/forces-francaises-djibouti

      #djibouti#Yemen#babelmandeb#cornedelafrique#armée

    • Forces françaises aux Émirats arabes unis : Participation au renforcement de la défense aérienne des EAU

      À la suite des attaques du 17 janvier 2022, revendiquées par le mouvement yéménite houthi, qui ont visé Abou Dabi et coûté la vie à trois personnes, les Emirats arabes unis ont sollicité l’appui de la France au titre de l’accord de défense entre nos deux pays, signé en 1995 et renforcé en 2009. En réponse, la France a décidé de participer au renforcement du dispositif de défense aérienne du territoire émirien.

      Les armées françaises mobilisent les capacités déployées de manière permanente au sein des forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU), renforcées par des capacités de ravitaillement en vol et de défense sol-air.

      Des opérations aériennes sont planifiées et conduites à partir de la base aérienne d’Al Dafra (BA 104), en étroite coordination avec les forces émiriennes, pour détecter et intercepter des attaques de drones ou de missiles de croisière visant les EAU. Des avions de chasse Rafale conduisent ainsi, de manière régulière, des vols de surveillance au-dessus du territoire émirien.

      Cet engagement au profit de la sécurité de notre allié émirien illustre le partenariat et la solidarité stratégiques qui lient nos deux pays.

      Les FFEAU :

      Ce sont 650 militaires des armées, directions et services qui servent au sein des FFEAU. Ils contribuent à la préservation des intérêts de la France dans la zone de responsabilité permanente (ZRP) et en zone maritime océan Indien (ZMOI).

      etc...

      https://www.asafrance.fr/item/activite-operation.html

      #yemen#Emirats#Armée#golfe

  • La UE aumenta los fondos de gestión migratoria en Marruecos con 500 millones

    La asignación para el periodo 2021-2027 es de casi un 50% más que los 346 millones que había recibido en el anterior.

    La Unión Europea (UE) aumentará el paquete de ayuda a Marruecos para la gestión migratoria en unos 500 millones de euros para el periodo 2021-2027. Esto supone un 50% más que en el periodo anterior (2014-2020) cuando el paquete presupuestario era de 346 millones.

    Estos paquetes de «ayuda sustancial» para Rabat en el ámbito migratorio incluyen un programa de apoyo presupuestario que se encuentra en negociación, pero que podría suponer unos 150 millones de euros, según fuentes comunitarias. Además, se está considerando para el futuro otra fase del programa de apoyo presupuestario por un montante «aproximadamente similar».

    La Comisión Europea y Marruecos acordaron una nueva asociación operativa contra el tráfico de personas, cuando la comisaria de Interior, Ylva Johansson, visitó el país el pasado 8 de julio.

    En particular, prevé un apoyo en la gestión de fronteras, la cooperación policial reforzada (incluidas las investigaciones conjuntas), concienciación sobre los peligros de la migración irregular y una mayor cooperación con las agencias de la UE que trabajan en el ámbito de los asuntos de interior. La Comisión considera que Marruecos «es un socio estratégico y comprometido» con el que los Veintisiete han cooperado en temas migratorios desde hace años.

    Rabat también se beneficiará de nuevas acciones nacionales junto con otras regionales, en las áreas de lucha contra el tráfico y la trata de personas, protección, retorno y reintegración, así como en el ámbito de la migración legal, señalaron fuentes comunitarias. Precisaron, por otra parte, que está en discusión el apoyo futuro a Marruecos en ese contexto y que solo se podrá dar detalles una vez que los diferentes programas estén finalizados.

    La UE tiene la intención de seguir apoyando la gobernanza y la gestión de la migración en Marruecos, incluso con acciones específicas destinadas a garantizar que las fronteras sean gestionadas de acuerdo con las normas internacionales de derechos humanos, indicaron las fuentes. El apoyo financiero de la UE es parte de un diálogo integral UE-Marruecos sobre migración, en línea con los principios consagrados en el Pacto Europeo para la Migración y el Asilo.

    El enfoque principal de la cooperación es la promoción de los derechos y la protección de los migrantes y refugiados vulnerables, el apoyo institucional para la gestión de la migración, así como la creación de oportunidades económicas y el apoyo a los esquemas de movilidad legal como alternativas a la migración irregular, aseguraron las fuentes.

    https://www.publico.es/internacional/ue-aumenta-fondos-gestion-migratoria-marruecos-500-millones.html#md=modulo-p
    #UE #EU #Union_européenne #Maroc #asile #migrations #réfugiés #externalisation #frontières #aide_financière #coopération_policière #police

    • Lutte contre l’immigration clandestine : comment l’UE a fait du Maroc son « #partenaire_privilégié »

      Près de 500 millions d’euros : telle est la somme que va verser l’Union européenne au Maroc pour lutter contre l’immigration clandestine. Un pas de plus dans la collaboration entre l’Europe et le royaume, qui cherche depuis des années à « asseoir son leadership » en matière de migration.

      C’est une preuve de plus du rapprochement qui s’opère entre le Maroc et l’Union européenne (UE) au sujet des questions migratoires. Bruxelles va verser au royaume la somme de 500 millions d’euros « pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine », a affirmé, lundi 15 août, le journal espagnol El Pais.

      Cet argent servira à consolider les nouveaux mécanismes de coopération entre l’UE et le Maroc, à savoir l’appui à la gestion des frontières, le renforcement de la coopération policière (y compris les enquêtes conjointes), et la sensibilisation aux dangers de l’immigration irrégulière.

      Une partie de la somme sera aussi dédiée « au développement des politiques d’intégration et de protection des réfugiés au Maroc », ainsi qu’à « la lutte contre les mafias », relaie le site d’informations marocain Médias24.

      Les 500 millions d’euros d’aide annoncés dépassent largement les 343 millions d’euros reçus précédemment par le Maroc, fait savoir aussi El Pais.

      L’immigration irrégulière, « une source d’instabilité »

      Cette somme promise vient clore un cycle de rencontres et de rapprochements mutuels ayant eu lieu ces derniers mois entre l’UE et le Maroc. Le 8 juillet, la commissaire européenne chargée des affaires intérieures #Ylva_Johansson et le ministre espagnol de l’Intérieur, #Fernando_Grande-Marlaska, avaient rencontré à Rabat le ministre de l’Intérieur marocain, #Abdelouafi_Laftit. Ensemble, ils avaient lancé « un partenariat rénové en matière de migration et de lutte contre les réseaux de trafic de personnes », peut-on lire dans un communiqué de la Commission européenne. Celui-ci couvre les mêmes prérogatives que l’aide financière décidée ces derniers jours.

      En mars, le commissaire européen chargé du voisinage et de l’élargissement #Oliver_Varhelyi avait posé, depuis Rabat, les jalons de cette #collaboration renforcée. « Nous sommes très reconnaissants du travail dur et persistant réalisé par le Maroc et qui doit se poursuivre. Et nous sommes prêts à contribuer de notre part pour faciliter ce travail, parce que nous sommes convaincus que l’immigration irrégulière est une source d’instabilité et de vulnérabilité pour la région », avait-il assuré au ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

      Le commissaire avait même affirmé vouloir « élargir cette coopération », avec « des moyens financiers plus élevés qu’avant ».

      Les migrants comme outil de pression

      Pour l’Europe, l’objectif est clair : « Faire face, ensemble, aux réseaux de trafic des personnes, notamment suite à l’émergence de nouveaux modes opératoires extrêmement violents adoptés par ces réseaux criminels », indique encore le communiqué de la Commission européenne, qui voit en Rabat « un partenaire stratégique et engagé [...] en matière de migration », « loyal et fiable ».

      L’enthousiasme de l’UE à l’égard du Maroc avait pourtant été douché en mai 2021, après le passage de plus de 10 000 migrants dans l’enclave espagnole de Ceuta, les 17 et 18 mai. En cause ? Les tensions diplomatiques entre Madrid et Rabat à propos de l’accueil, par l’Espagne fin avril, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, pour des soins médicaux. L’UE avait alors suspendu son aide financière au Maroc tout juste décaissée, et qui devait courir jusqu’à 2027. « Personne ne peut faire chanter l’Europe », avait alors déclaré Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne.

      Un peu plus d’un an plus tard, les drames survenus sur les routes migratoires marocaines qui mènent à l’Europe ont, semblent-ils, changé la donne. La pression migratoire qui s’exerce aux frontières de Ceuta et Melilla et en mer, ont poussé l’UE à faire évoluer sa relation avec le Maroc, qui y trouve son intérêt.

      « Cela fait longtemps que l’Europe et le royaume essaient de trouver des points de convergence. Mais ce dernier a longtemps résisté aux propositions européennes, ne voulant pas être ’otage’ d’un accord multilatéral sur ces questions, et abîmer son image auprès des pays africains, dont il cherche à se rapprocher », explique à InfoMigrants Catherine Withol de Wenden, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales. Mais aujourd’hui, le royaume s’attache au contraire « à tirer profit de sa position géographique, pour faire monter la pression côté européen, et asseoir son leadership à ce sujet », précise la spécialiste.

      La stratégie du récent « partenaire privilégié » de l’UE fonctionne aussi sur ses membres. Le 19 mars, Madrid a en effet soutenu pour la première fois publiquement la position de Rabat sur le dossier du Sahara occidental. Et ce, alors même que le pays avait toujours prôné jusqu’ici la neutralité entre Rabat et le Polisario. « En faisant volte-face sur la question du Sahara occidental, l’Espagne a montré son point faible. Elle ne veut plus se brouiller avec le Maroc, car les conséquences, on le sait, sont très fâcheuses », avait confirmé à InfoMigrants Brahim Oumansour, chercheur à l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques), spécialiste du monde arabe.

      À l’intérieur des frontières du Maroc, dont la politique migratoire est tant vantée par l’UE, s’appliquent pourtant de nombreuses violences à l’égard des migrants, sans papiers ou demandeurs d’asile. La répression des exilés est bien souvent privilégiée par les autorités, en lieu et place d’un accueil digne. Mercredi 17 août, un groupe de 28  migrants doit être jugé à Nador, dans le nord-est du pays, pour avoir tenté de franchir les hautes clôtures qui séparent Melilla du territoire marocain, avec 1 500 autres personnes. Ces prévenus sont, pour la plupart, originaires du Tchad et du Soudan, pays parmi les plus pauvres du monde.


      https://www.infomigrants.net/fr/post/42670/lutte-contre-limmigration-clandestine--comment-lue-a-fait-du-maroc-son

      #partenariat

  • Saudi Arabia expands its sportswashing ambitions to the world of gaming | esports | The Guardian
    https://www.theguardian.com/sport/2022/mar/21/saudi-arabia-expands-its-sportswashing-ambitions-to-the-world-of-gaming

    By zeroing in on the burgeoning eSports market, Saudi Arabia has added a new layer to its soft power strategy in an attempt to polish its public image on the international stage. The process is known as sportswashing, a term popularized by Amnesty International to describe the use of sports by oppressive governments to legitimize their regimes and distract from their human rights abuses.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #soft_power #esport #arabie_saoudite #politique #sportwashing #amnesty_international #savvy_gaming_group #esl_gaming #modern_times_group #faceit #esl_faceit #esl_faceit_group #ignite #neom #snk #electronic_arts #ea #activision_blizzard #take_two_interactive_software #take_two #boston_consulting_group #mohammed_bin_salman #newcastle_united #jamal_khashoggi #guerre #yémen #riot_games #jeu_vidéo_league_of_legends #league_of_legends_european_championship #championnat #lgbt #ubisoft #jeu_vidéo_rainbow_six_siege #critique #protestation #pétition #russie #régime_autoritaire #dictature

  • Jugoslavia e vaiolo: un documentario, il presente
    https://www.balcanicaucaso.org/aree/Balcani/Jugoslavia-e-vaiolo-un-documentario-il-presente-219978

    «Un’altra primavera» [Još jedno proleće] del regista Mladen Kovačević racconta come la Jugoslavia socialista vece fronte ad un’epidemia di vaiolo. E fa riflettere sul momento presente, sulle pandemie, sul crollo di fiducia nelle istituzioni

  • Guerres de l’eau :

    💧 « L’eau c’est fait pour boire » : chronique de la sécheresse 2022 - Contre Attaque
    https://contre-attaque.net/2022/08/04/leau-cest-fait-pour-boire-chronique-de-la-secheresse-2022

    Nous traversons une période de sécheresse inédite de mémoire d’Homme. La totalité de la France est en état d’alerte. Les précipitations en Bretagne ont baissé de 95% par rapport à un été normal. Les épisodes caniculaires s’enchaînent alors que les réserves en eau étaient déjà à un niveau critique avant l’été. Comme dans un film dystopique, nous allons manquer d’eau potable en France. Cas d’école à Gérardmer, dans les Vosges.

    voir aussi https://seenthis.net/messages/969030

  • Montpellier : un handicapé s’exhibe et jette de l’urine sur des agents de sécurité
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-un-handicape-s-exhibe-et-jette-de-l-urine-sur-des-agents-de-securit

    Un handicapé est devenu la bête noire des agents de sécurité du centre commercial Odysseum, à Montpellier. Depuis ces dernières semaines, il s’exhibe et leur jette de l’urine, des actes de provocation volontaire également commis à bord du tramway.

    Ah, lui on ne l’a pas encore croisé.

    #y’a_d’la_vedette

  • Visualizing Turkey’s Activism in Africa

    As Turkey gradually expands its influence at the regional and global level, Africa has become a major area of focus for Ankara. Africa’s global significance is rising due to vast untapped resources, growing demographics, rapid urbanisation and the accompanying growth of the middle class. Thus, Africa is not only rich in terms of raw materials but it also represents an increasingly growing market. This led to the “new scramble for Africa” where all established and rising powers are vying for increased influence.

    Turkish intention of reaching out to Africa was first declared by the then Ministry of Foreign Affairs through the publication of the Africa Action Plan in 1998. However, prior to 2005, which was declared the “Year of Africa”, Turkey’s relations with Africa was confined mostly to the states of North Africa, with whom Turkey shares a common history and religion. Today, Africa is one of the regions in which Turkey’s new foreign policy activism is most visible. Turkish-Africa relations are now institutionalised through the establishment of periodical Turkey-Africa summits. The growing importance given to Africa reflects the Turkish desire to diversify economic and military relations. It is also part of Turkey’s efforts to present itself as a regional and global actor. Expansion to Africa is one of the few topics that the Justice and Development Party (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) government has consistently pursued, since coming to power in 2002. Moreover, since this policy is largely considered a success story, it will likely be appropriated by other political parties, if and when there is a change of government in Turkey.

    This visual platform aims to provide an overview of Turkey’s increased foreign policy activism in Africa. It is mainly based on primary data sources. These sources are listed in detail underneath the visuals. Additionally, the parts on diplomatic activism, economy, and Turkey’s soft power tools draw upon the growing and highly valuable literature on Turkey’s engagement in Africa, such as Tepeciklioğlu (2020), García (2020), Donelli (2021), and Orakçi (2022).

    Turkish policy in Africa is comprehensive and encompasses diplomatic channels, airline connectivity, economic cooperation, trade, investments, development and humanitarian aid, the provision of health services and education, cultural cooperation, as well as religious and civil society activism. Particularly, on the rhetorical level, Turkey distinguishes itself from traditional Western actors, especially former colonial powers by emphasizing cultural and humanitarian proximities and activities.

    In recent years, Turkey has integrated a military and security component into its economic, political, and cultural relations with African states. And while Ankara’s increased military and security interaction with African states has raised serious concerns in the West, Turkey has only a limited capacity to project military power in distant regions. But Turkey seeks to expand its economic engagement and actively cultivate its diplomatic relations with the continent.

    Overall, across the entire continent, Turkey has limited capabilities compared to more traditional powers such as the US, France, Great Britain, and the EU and rising powers such as China and Russia. However, it is creating pockets of influence where it challenges these actors and makes use of its cultural and diplomatic strength. Furthermore, Turkey itself is a rising actor. Its influence in economic, diplomatic and military realms is growing much more rapidly than that of traditional powers, leading to the projection that Turkey will become an even more important actor in Africa. The EU needs to recognise the growing footprint of Turkey and look for opportunities for cooperation rather than solely focusing on competition.


    https://www.cats-network.eu/topics/visualizing-turkeys-activism-in-africa
    #Turquafrique (?) #Turquie #Afrique #influence #coopération #coopération_militaire #défense #sécurité #armes #commerce_d'armes #armement #diplomatie #activisme_diplomatique #commerce #investissements #cartographie #visualisation #soft_power #coopération_au_développement #aide_au_développement #aide_humanitaire #culture #religion #Diyanet #islam #Maarif #Yunus_Emre_Institute

  • Ousted Ubisoft developer Ashraf Ismail quietly working for Tencent
    https://www.axios.com/2022/07/28/ashraf-ismail-tencent-ubisoft

    Ashraf Ismail, former top developer on Assassin’s Creed games for Ubisoft before his dismissal from the company in mid-2020, was hired last year to help lead development on a game at Tencent, Axios has learned.

    Why it matters: The new role amounts to a second chance for a developer whose fall from Ubisoft amid allegations of abusing his power was part of the MeToo reckoning in the game industry two years ago.

    Ousted Assassin’s Creed Valhalla creative director now working for Tencent
    https://www.gamedeveloper.com/production/ousted-i-assassin-s-creed-valhalla-i-creative-director-now-working-fo

    Ashraf Ismail left Ubisoft Montreal following allegations of misconduct towards young female fans, and is said to have been quietly working with Tencent since 2021.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #ressources_humaines #ashraf_ismail #méconduite #harcèlement_sexuel #mysogynie #homophobie #ubisoft_montréal #tencent #jeu_vidéo_assassin_s_creed_origins #jeu_vidéo_assassin_s_creed_valhalla #timi #serge_hascoët #yannis_mallat #cécile_cornet #jeu_vidéo_skull_and_bones #a_better_ubisoft #metoo

  • La Troisième révolution industrielle des Mulliez artificialise la vie (la vraie) Chez Renard - Tomjo
    https://chez.renart.info/?La-Troisieme-revolution-industrielle-des-Mulliez-artificialise-la-vie

    Après le textile et la grande distribution, la famille roubaisienne réunie autour de Gérard Mulliez investit fort dans le photovoltaïque. Sa multinationale Voltalia transforme déjà, dans vingt pays, la terre des paysans en champs de panneaux solaires. Partout où elle s’implante, du Brésil à l’Aveyron, des voix s’élèvent contre cette « transition énergétique » qui dévore et défigure forêts, bocages et pâturages. A l’artificialisation des terres par ses centres commerciaux et usines renouvelables, la Famille répond par des protéines de laboratoire et des serres automatisées. A chaque problème, sa fuite en avant, pilotée par le fonds d’investissements familial Creadev. Voilà la « Troisième révolution industrielle » initiée dans la région par les Verts il y a dix ans, amplifiée par Xavier Bertrand et Gérard Mulliez à leur suite.


    Centrale agrivoltaïque de Voltalia à Cabanon, France.

    Parmi les méfaits de l’Association familiale Mulliez (Auchan, Decathlon, Norauto, Leroy Merlin, etc), si on ne regarde que le climat, et pour celui-ci uniquement le carbone, le groupe émet trois millions de fois plus de CO2 qu’un ménage moyen [1]. Devant cette mauvaise presse, Auchan et Decathlon multiplient à la hâte les montages techniques et financiers pour ne consommer à terme que des énergies renouvelables, qu’ils font produire par la boîte de leur groupe familial, Voltalia.

    La grande famille de la Transition
    Née en 2005 en Guyanne française, rachetée en 2009 par Mulliez, Voltalia est aujourd’hui présidée par Laurence Mulliez et l’habile André-Paul Leclercq, membre de la Famille. Ce dernier, après trente années au service d’Auchan et Decathlon, est élu en 2015 au Conseil régional des Hauts-de-France près Xavier Bertrand. Il siège en son nom à « Picardie Énergie et Développement durable », un fonds d’investissements pour « l’émergence et le renforcement de filières régionales liées au secteur énergétique » ; il vote pendant six ans les budgets de la Troisième révolution industrielle, dont ceux pour le solaire [2] ; puis il quitte ses fonctions en 2021 pour rejoindre, dans une démarche « people and planet [3] », le conseil d’administration de Voltalia. Une affaire rondement menée.

    Avec la Troisième révolution industrielle, on vous parle d’un temps que les Jeunes pour le climat ne peuvent pas connaître. En ce temps-là, circa 2012, Jean-François Caron et les autres élus Verts de la Région invitent le prophète américain Jeremy Rifkin à élaborer un Plan de transition économique fondé sur le renouvelable et les réseaux électriques intelligents. Libération le présente alors comme le « trait d’union entre les écolos chevelus et les patrons », et le dégarni Caron, toujours maire de Loos-en-Gohelle (62), ajoute que « Ce n’est pas un écolo avec du persil dans les oreilles. Il y a avec lui un effet de séduction et d’efficacité. Il crée du désir. Quand Bouygues fait de l’écoconstruction et EDF des énergies renouvelables, ça me va [4]. »

    Dix ans plus tard, si désir il y a, ce n’est pas dans les campagnes et les forêts où Voltalia pose ses panneaux solaires. En France ou au Brésil, les populations s’élèvent systématiquement contre leurs destructions. En Angleterre, Voltalia parvient presque à se mettre la reine à dos.

    Vendre et partir


    Centrale photovoltaïque Voltalia de Sierra Branca, Brésil

    Voltalia vient d’annoncer la construction de la plus grande usine photovoltaïque et éolienne du monde, dans l’État de Rio Grande do Norte, au Brésil. Cet État au bord de l’océan Atlantique, couvert de 530 000 hectares de forêt primaire, et peuplé de ces communautés autochtones qui font sa richesse, est depuis cinq siècles la proie des colonisateurs. D’abord les Portugais, puis les Français, puis les Hollandais, puis encore les Portugais. C’est pourquoi les paysans dénoncent le « racisme écologique », quand ils voient débarquer Voltalia [5]. L’entreprise arrive d’abord en missionnaire du développement durable. Son cinéma solaire et itinérant trimballe dans les villages sa promotion des énergies renouvelables, et projette Le Roi lion aux gamins. Plus tard, les machines écrasent les champs, éventrent les forets, menacent les oiseaux déjà menacés, en dépit des protestations. « Un homme a parlé à mes frères et m’a demandé si nous voulions vendre. Nous ne pouvons pas vendre parce que c’est là que nous vivons. Si nous vendons, où irions-nous ? », demande une habitante de l’État de Bahia, confrontée à un autre projet de Voltalia [6]. Plusieurs associations tentent aujourd’hui de suspendre les travaux, « indignés par l’attitude et le manque de respect de l’entreprise et de l’agence environnementale de l’État [7]. »

    Autre hémisphère, mêmes pratiques. Voltalia vient d’obtenir en Angleterre un marché des plus symboliques : alimenter en énergie solaire la « City », le quartier d’affaires de Londres, avec ses banques, ses salles de marché, sa bourse, ses compagnies d’assurance. Pour ce faire, 200 km plus au sud, Voltalia s’apprête à défigurer la région paisible et bocagère du Dorset avec 150 000 panneaux solaires étalés sur l’équivalent de 140 terrains de foot. Tant pis pour les cultivateurs. « Les agriculteurs récoltaient autrefois la lumière pour faire pousser des céréales, maintenant ils récoltent la lumière pour produire de l’électricité », analyse un conseiller municipal de Spetisbury [8]. C’est qu’il faut se mettre au niveau des exigences de la #COP26 qui vient de se clôturer à Glasgow ! Le Conseil régional du Dorset a reçu des centaines de lettres pour sauver cette « vallée des petites laiteries », comme on la surnomme depuis le XIX° siècle. Parmi elles, celle de l’honorable Campaign to protect rural England, association de défense des campagnes patronnée par Sa Majesté la Reine elle-même. Elle dénonce le « paysage industriel » qui remplacera la bucolique Blackmore Vale, la privatisation et la destruction des chemins, et la fin de l’agriculture sur la zone. Sans doute n’a-t-elle pas intégré les intérêts supérieurs de la « Transition énergétique ».

    En Aveyron, sur le très calcaire causse Comtal, Voltalia est parvenu à se mettre à dos une quarantaine d’associations, des amis de la Terre et des oiseaux, des défenseurs des paysages et monuments, des paysans, des écolos, des opposants aux nuisances renouvelables. Auchan et Decathlon ont promis d’alimenter leurs magasins depuis des centrales du sud-est de la France. Ils ont déjà trouvé 80 hectares sur ce causse, en partie cultivés par un paysan en fermage, prêt à se faire exploitant agro-électrique. Loïc Santiago, opposant au projet et membre de la Confédération paysanne, nous résume la situation des agriculteurs :
    Un fermage agricole se négocie entre 100 et 150 € l’hectare. Les terres louées pour de l’agrivoltaïsme se négocient jusqu’à 2 500 €, vingt-cinq fois plus. L’ ADEME avance qu’il faudra 120 000 hectares de photovoltaïque en France, ce qui correspond à peu près aux annonces de Macron d’installer 100 Gw. Vu le taux d’endettement général des agriculteurs d’un côté, et la rentabilité des installations électriques de l’autre, ils n’auront pas de difficultés à trouver les terres nécessaires. Sachant que cette solution est plus rentable que d’installer les panneaux sur des toits.

    Le syndicat agricole majoritaire, la productiviste #FNSEA, a donné sa bénédiction au modèle « agrivoltaïque », qui prétend faire paître des ruminants sous des panneaux. Reste a savoir si l’herbe y sera aussi verte, ensoleillée et hydratée. Voltalia prétend que l’ombre des panneaux limite l’évapotranspiration et améliore le bien-être des animaux – ce qu’un arbre fait tout aussi bien. D’autres études démontrent plutôt la perte d’un tiers de la biomasse sous les panneaux [9]. Quoi qu’il en soit, la question demeure du genre de travail agricole, de terres, de paysage, de vie, que l’on souhaite.

    Ce modèle est une attaque de l’agriculture paysanne et de notre autonomie. Avec ces panneaux, tu ajoutes à ta dépendance envers les centrales d’achat une autre envers des industriels de l’énergie. L’ironie est qu’ici, ce sont les mêmes ! », note encore Loïc.

    La Foodtech, ou la malbouffe artificielle


    Piscines de protéines de l’entreprise Kingfish, Pays-Bas

    En résumé de la Troisième révolution industrielle des Mulliez : pour sauver la Terre, il faut détruire des terres. La grande distribution sait mieux que quiconque les tensions qui pèsent sur celles-ci, entre stérilisation chimique, canicules, sécheresses, et artificialisation, sous l’effet de ses zones commerciales et parkings. Mais elle a sa solution aux pénuries qu’elle provoque. La société d’investissements Creadev, propriété des Mulliez, multiplie les prises d’intérêts dans les industries de l’alimentation artificielle - et les Hauts-de-France, grâce aux investissements conjoints du groupe régional #Roquette et aux subventions du Plan « France Relance », dominent déjà le marché des substituts protéiniques [10]. La start-up lilloise NxtFood commercialise des steaks saignants à base de légumineuses ultra-transformées. Ynsect, rachetée en 2018 par Mulliez, bâtit près d’Amiens la plus grande ferme verticale du monde, entièrement automatisée, pour y élever des scarabées communs destinés à devenir des croquettes de protéines pour animaux d’élevage. La boîte vient de racheter le néerlandais Protifarm qui propose des recettes aux humains. A quelques kilomètres de là, leur principal « concurrent » est lui aussi une émanation de Creadev : Innovafeed, à Nesle dans la Somme, produit avec l’américain #Cargill des protéines d’insectes pour poissons d’élevage.

    Cette malbouffe s’accompagne d’investissements dans l’agriculture automatisée, urbaine, hors-sol et sous serre. Mulliez a investi, en 2018, 29 millions de dollars dans la firme new-yorkaise Gotham_Greens. Celle-ci avait posé sa première serre hydroponique sur un toit de Brooklyn en 2011, puis dans le Queens, puis à Chicago, Providence, San Francisco, etc. Ces serres urbaines sont « pilotées par les données et climatisées », toujours plus productives grâce aux progrès de « l’apprentissage automatique et de l’analyse des données » pour offrir au consommateur « un produit plus frais et plus délicieux » [11]. Mulliez investit comme ça dans une dizaine d’entreprises de « Foodtech », la malbouffe high tech, que ce soit pour des steaks végétaux ( Growthwell à Singapour, Jackfruit dans le Colorado), ou les usines de poissons et crevettes ( Kingfish aux Pays-Bas, Noray_Seafood en Espagne), nourris aux farines d’insectes qu’il produit par ailleurs.

    Que ce soit avec des centrales renouvelables ou des entreprises de techno-bouffe, la Troisième révolution industrielle des Mulliez leur permet toujours de s’accaparer les terres et détruire les savoir-faire. Qu’en disent les écologistes ? Rien.

    L’enfer vert des Mulliez
    Il est fréquent d’entendre des leaders écologistes déplorer le manque de « prise de conscience » des élus et patrons, et leur « inaction » face aux enjeux climatiques – scénarios et plans de transition à l’appui. L’action de la famille Mulliez, sixième fortune française, prouve pourtant qu’elle agit en conscience.
La Lettre que Voltalia envoie à ses actionnaires deux fois par an leur rappelle le leitmotiv de l’entreprise : « Améliorer l’environnement mondial en favorisant le développement local ». Puis le démontre, chiffres à l’appui : +10 % de gigawatts renouvelables installés au premier semestre 2021 dans le monde, et +78 % de revenus à se partager.

    Le virage écologique ne sera pas le fait d’une opposition très minoritaire, dépourvue de moyens, mais de la bourgeoisie dirigeante, le jour où elle ne pourra faire autrement. Ce seront les divers responsables de la ruine de la terre qui organiseront le sauvetage du peu qui en restera, et qui après l’abondance géreront la pénurie et la survie. Car ceux-là n’ont aucun préjugé, ils ne croient pas plus au développement qu’à l’écologie ; ils ne croient qu’au pouvoir, qui est celui de faire ce qui ne peut être fait autrement.

    Ce constat de Bernard Charbonneau fut maintes fois cité et réédité depuis 1980 [12]. L’inconscience des leaders écologistes devant la Troisième révolution industrielle du Conseil régional et de la famille Mulliez indique que l’on pourra continuer à rééditer Le Feu vert encore quelques années.

    Tomjo
    Notes
    [1] Selon le rapport de Greenpeace et Oxfam « Les milliardaires font flamber la planète et l’État regarde ailleurs », février 2022.
    [2] 27 millions en 2018, par exemple, dont 12 pour les énergies renouvelables. En 2022, le budget de la « T.R.I. » s’élève à 21 millions. Cf. délibérations « FRATRI » du Conseil régional.
    [3] Eco121, 30 avril 2021.
    [4] Libération, 24 décembre 2012. Cf. L’Enfer vert, Tomjo, L’échappée, 2013.
    [5] Rota de Colisão, racismoambiental.net, 30 mars 2022.
    [6] Idem.
    [7] Ibid.
    [8] The Telegraph, 31 décembre 2021.
    [9] « Combiner panneaux solaire photovoltaïque et cultures pour optimiser les surfaces disponibles : vers des systèmes agrivoltaïques », INRA Montpellier, 2011.
    [10] « Le marché des protéines en Hauts-de-France », Nord France Invest, non daté, vérifié le 7 juillet 2022.
    [11] Voir le site de Gotham Greens.
    [12] Le Feu vert, réédité par L’Échappée, 2022.

    groupe #Mulliez #voyoutocratie #Foodtech #malbouffe #Voltalia #Creadev #Pimkie #Kiloutou #Loxam #décathlon #auchan #decathlon #kiabi #capitalisme #norauto #cultura #jules #oosterdam-pimkie #acadie #maison-familiale #happychic #brice #boulanger #agapes #flunch #mobivia #en_vedette #innovation #André-Paul_Leclercq #xavier_bertrand #Brésil #Dorset #Aveyron #ADEME #NxtFood #Ynsect #Protifarm #Innovafeed #Gotham_Greens #Growthwell #Jackfruit #Kingfish #Noray_Seafood

  • French video game giant Ubisoft is attracting interest
    https://www.lemonde.fr/en/economy/article/2022/07/21/french-video-game-giant-ubisoft-is-attracting-interest_5990945_19.html

    At the presentation of Ubisoft’s latest annual results in mid-June, Yves Guillemot, the boss of the French video game giant, made no attempt to hide his intentions. “There are a lot of discussions about consolidation in the sector, and about Ubisoft in particular,” he said bluntly, indicating that the board of directors would examine any offer that might be made to him. And no one doubts that one will come along.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #rachat #consolidation #ubisoft #rumeur #yves_guillemot #microsoft #activision_blizzard #take_two #zynga #jeu_vidéo_assassin_s_creed #jeu_vidéo_watch_dogs

  • Stop au carnaval, par Sandrine Aumercier - Critique de la valeur-dissociation. Repenser une théorie critique du capitalisme
    http://www.palim-psao.fr/2022/07/stop-au-carnaval-par-sandrine-aumercier.html

    L’actualité ne cesse de donner les signes de notre enfoncement collectif dans les impasses d’un mode de production dont cependant les connexions systémiques des différents phénomènes persistent à être isolées les unes des autres — comme des problèmes à part, comme des « dossiers » à régler au coup par coup. Il y a de quoi faire perdre la boussole à tous les acteurs du système et les pousser dans des extrémités parfois grotesques. Qu’on en juge : alors que Joe Biden était élu notamment pour son engagement climatique et sa promesse de politique migratoire « juste et humaine », le même a déjà signé davantage de permis de forage pétroliers que son prédécesseur climato-négationniste et le nombre d’arrestations de migrants illégaux n’a jamais été aussi élevé dans l’histoire du pays qu’en 2021 [1]. Il est indéniable que Biden a cherché à modifier dans un sens politiquement plus « progressiste » une série de législations migratoires prises par Donald Trump, mais quelles positions personnelles et promesses de campagne d’un Président pourraient opérer des transformations structurelles, puisqu’il n’est pas moins ligoté qu’un autre par les contradictions internes du système ?

    […]

    Le sommet de la farce a été atteint ces derniers jours, lorsqu’après des années de défiance diplomatique remontant à l’assassinat du journaliste Jamal Khaschoggi, Biden ne craint plus — sous la pression de l’inflation galopante, les élections de mi-mandat approchant — de se rendre en Arabie Saoudite pour mendier à l´État « paria » de mettre davantage de pétrole sur le marché. Il s’agit d’enrayer la hausse mondiale des prix du pétrole. C’est sans compter sur le fait que les pays du Golfe tirent de cette hausse des prix une substantielle augmentation de leur PIB (même si on ne sait pas s’ils ont surpassé Dieu) : dans la jungle économique, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Mais là où la farce devient sinistre, c’est que cette demande américaine intervient dans un contexte où l´Arabie saoudite a, pour sa part, doublé depuis le début de la guerre en Ukraine ses importations de pétrole russe. Le pétrole russe pestiféré, « blanchi » par son passage en Arabie saoudite — devenue en quelques mois moralement plus fréquentable que la Russie — est utilisé pour la fabrication d’électricité domestique par les Saoudiens, qui en échange exportent davantage leur propre pétrole [3]. Il est clair que le malheur des Yéménites ne pèse pas comme celui des Ukrainiens dans la balance mondiale.

    #pétrole #énergie #États-Unis #Arabie_Saoudite #Russie #Ukraine #Yémen #capitalisme #Sandrine_Aumercier

  • Au #Mali, des terres rendues incultivables par le “fléau chinois”

    Des populations rurales maliennes dénoncent l’#exploitation de #sites_aurifères par des sociétés chinoises qui dégradent leurs terres agricoles. Face au silence des autorités, ces populations s’organisent, rapporte le site “Sahélien”. Ce cas malien illustre un phénomène plus large en Afrique, celui de l’accaparement de #terres_arables par des entreprises internationales.

    Dans le champ de Bourama Konaté, c’est l’inquiétude qui se lit sur son visage. À peine après avoir mis en terre quelques semences de #coton, ce jeune cultivateur voit déjà une saison incertaine. “Nous avons commencé à semer le coton ici, mais cette année, nous ne sommes pas assez rassurés. Chaque année, nous travaillons dans la joie et la quiétude mais, cette fois-ci, c’est tout le contraire. Les Chinois sont venus et nos terres agricoles leur sont octroyées pour qu’ils les exploitent, et cela nous rend triste”, déplore-t-il.

    Dans cette commune située à plus de 80 kilomètres de Bamako, l’agriculture est la principale activité économique des habitants. Comme Bourama, Dramane Keita est au bout du désespoir.

    Même avec les premières pluies, il n’a rien semé dans le bas-fond en passe de devenir un site minier. “Nous les avons suppliés de ne pas creuser ces terres, car s’ils le font, […] nous ne pourrons même plus cultiver du #maïs sur ces parcelles parce que l’#eau va stagner et l’on ne pourra non plus cultiver du #riz ici. Déjà cette année, nous n’avons pas pu cultiver du riz. Jusqu’à présent, je n’ai rien fait dans mon champ, alors qu’on est bien dans l’hivernage. Regardez par ici, ce n’est pas encore labouré”, explique-t-il.

    Et de poursuivre : “C’est notre année qui est fichue comme ça. Que le gouvernement nous vienne en aide. Ça me fait tellement mal, je n’ai nulle part où me plaindre. Ils ont emprisonné mon grand frère et tout est gâché chez moi. […] On est trop fatigués.”

    Terres rendues incultivables

    Remontés contre les autorités communales, des jeunes venus des quatre villages touchés par ce qu’ils appellent le “#fléau_chinois” manifestent pour demander l’arrêt des activités minières sur leurs terres. “Nous, la jeunesse, sommes mobilisés et ne comptons plus nous arrêter. On veut qu’ils partent de notre commune, on n’aime pas leur travail. On ne veut pas de polémique ni rien. On ne souhaite pas faire de violences, mais s’ils poussent le bouchon un peu loin, on va rebondir”, affirme Bakary Keïta, un manifestant.

    Fatoumata Traoré, la représentante des femmes, abonde dans le même sens : “Que ce soit nos bas-fonds ou autres parcelles dédiées aux travaux des femmes, tout a été détruit. On n’a plus où cultiver. Ce qu’ils nous ont causé est invivable. Et nos âmes y resteront s’il le faut. Car le seul endroit qui nous reste est aussi dans leur viseur. Nos champs d’orangers, de manguiers ont tous été confisqués. Si tu veux tuer une famille, il faut lui retirer sa terre agricole.”

    Tout a commencé le 24 juillet 2021 lorsque la société [chinoise] #Yi_Yuan_Mines a signé un projet de convention avec le chef du village de #Naréna demandant l’autorisation d’exploiter certains sites en contrepartie de projets de développement dans la commune. “Je pense que c’est des oppositions gratuites. Les permis ont leur valeur. Ce sont des #permis qui sont en bonne et due forme. Il y a un modus vivendi entre les propriétaires terriens et les Chinois quand ils faisaient de la recherche. Ils étaient d’accord pour ça. […] J’ai les écrits des quatre propriétaires terriens et ceux du chef des conseils de Naréna, où tout le monde dit qu’il est d’accord. Alors, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ?” répond Nambala Daouda Keita, maire de Naréna.

    À la tête de l’association #Sikida_Lakana, Broulaye Coulibaly indique avoir alerté les autorités locales face aux dangers de l’#exploitation_aurifère. “J’ai appris qu’ils ont commencé à creuser sur un site (#Djolibani) et je m’y suis rendu. Par la suite, j’ai informé le chef du village en lui disant d’y faire un tour pour constater les dégâts. Car, s’ils continuent cette activité, ils nous chasseront d’ici. Sans avoir une suite, j’ai entamé la même démarche chez le sous-préfet, à qui j’ai recommandé l’arrêt des activités pour qu’on discute entre nous d’abord. Ce dernier m’a fait savoir qu’il ne peut pas ordonner l’arrêt des travaux et que je pouvais également leur demander de l’argent s’il arrivait qu’ils aient besoin de mon champ.”

    Accords au sommet, désaccords à la base

    Pour la société Yi Yuan Mines, ce bras de fer ne devrait pas avoir lieu. “La réalité, c’est l’État malien qui a donné le permis à travers le #ministère_des_Mines. Il est dit que l’État est propriétaire de la terre. Alors que les villageois pensent tout à fait le contraire, ils estiment être les propriétaires de la terre. Il n’y a pas de paradoxe parce que ce n’est pas le #permis_de_recherche qu’on a mais un #permis_d’exploitation. Et ç’a été diffusé partout. Mais malgré tout, ils s’opposent”, affirme Boubacar Abdoulaye Diarra, représentant de l’entreprise chinoise.

    Pour ce qui concerne les dégâts causés sur la #biodiversité, Boubacar Abdoulaye Diarra répond : “Le plus souvent, les #orpailleurs traditionnels utilisent des ‘cracheurs’ sur le terrain. Ça, c’est pour broyer la matière. En le faisant, ils sont obligés d’apporter sur le terrain les produits qu’il faut, pour essayer de concentrer un peu l’or, et c’est là où il y a dégâts. Lorsqu’ils utilisent ces produits avec de l’eau, il y a toujours ruissellement, et puisque c’est un produit toxique, ça joue sur la nature. […] Mais les produits que nous utilisons ne vont pas dans la nature.”

    En août 2021, le procès-verbal de constat réalisé par un huissier ainsi qu’un autre rapport de la Direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN) indiquent que ces activités, sans études environnementales au préalable, nuisent à l’écosystème.

    Il a donc été recommandé à la sous-préfecture la suspension des travaux pour permettre à ces sociétés de se conformer aux normes requises à travers l’obtention d’un permis environnemental et social, d’un permis d’exploitation de l’or et le paiement des infractions commises.

    C’est le 7 avril 2022, soit un an après la signature du projet de convention d’exploitation, que la société Yi Yuan a obtenu le permis d’exploitation délivré par le ministère des Mines, de l’’Énergie et de l’Eau pour exploiter une superficie de 100 kilomètres. Un permis qui ravive les tensions et les craintes liées à l’#impact_environnemental.

    Sursaut de la société civile

    Face à la dégradation des terres et pour venir en aide aux habitants, une organisation non gouvernementale procède au remblai des fosses d’anciens sites miniers, au reboisement et au curage des rivières.

    Mais aujourd’hui la nouvelle situation n’arrange pas les choses. “Cela impacte également notre projet de #barrage prévu à Lankalen. Ce projet a été annulé à cause des travaux des Chinois. Car les lieux sont proches l’un de l’autre. Ce qui impacte les activités, précisément les cours d’eau. Lorsqu’on analyse, il était impossible de pêcher cette année dans ces rivières, ni d’entretenir les plantes à cause des eaux de ruissellement issues des sites”, souligne Moustapha Berthé, agent de l’ONG Azhar.

    Sur place, la tension était vive le mardi 14 juin 2022. Ce jour-là, une rencontre entre les autorités régionales, communales et coutumières a eu lieu à la mairie de Naréna pour un retour au calme. “Les autorités locales de Kangaba ne cessent de signaler une agitation sociale au niveau de Naréna, précisément dans le village de #Bayan, où une société chinoise du nom de #Yi_Yuan, en partenariat avec des Maliens, s’installe après l’obtention bien sûr d’un permis d’exploitation. Alors par suite de déficit communicationnel, les populations locales ont tenu à montrer leur mécontentement”, a déclaré le colonel Lamine Kapory Sanogo, gouverneur de la région de Koulikoro, à la fin de la rencontre.

    https://www.courrierinternational.com/article/enquete-au-mali-des-terres-rendues-incultivables-par-le-fleau

    #Chine #Chinafrique #accaparement_des_terres #terres #or #extractivisme #terres_agricoles #résistance #mine #mines #orpaillage