• Selon Antoine Flahaut, la stratégie du présipotent porte un nom : la roue libre
    https://threadreaderapp.com/thread/1373023774849785861.html

    1/9 - Le 28 oct 2020, le Président Macron annonce un confinement et un changement radical de stratégie française de riposte contre la pandémie, les quatre piliers de la stratégie de suppression sont alors évoqués :
    1. “L’objectif est de passer de 40000 à 5000 contaminations/j.”

    2/9-“La stratégie de tests de dépistage et de traçage des contacts sera redéployée une fois le pic épidémique passé” ;
    3.“Nous devons collectivement déployer beaucoup plus massivement l’application TousAntiCovid” et,
    4.“L’isolement des personnes positives doit être plus efficace.”

    3/9 - Le 1er décembre, l’objectif visé n’est pas atteint (plus de 10000 cas/j rapportés), mais la révision de la stratégie française n’est à partir de ce moment plus jamais rappelée. La stratégie de tests n’est pas revisitée, l’App. peu promue et l’isolement reste inefficace.

    4/9 - La “stratégie” du gouvernement français part alors en roue libre : un plateau élevé (entre 10 et 30’000 cas/j) accompagné d’un couvre-feu, de la fermeture des bars, restaurants, de la vie culturelle, sportive et festive = des mesures de confinement partielles mais strictes.

    5/9 - Ce confinement partiel et strict contredit la doctrine du “vivre avec” (mitigation en anglais) puisque de telles mesures sont sensées être mises en œuvre pour sauvegarder le système de santé. Jusqu’en mars, le système de santé n’est pas menacé mais les mesures maintenues.

    6/9 - Ce couvre-feu éreintant pour les Français s’avère inopérant pour faire baisser le plateau au-dessous de 10’000 cas. Mais le gouvernement semble tout miser sur le vaccin et ne met pas en œuvre les éléments de la stratégie de suppression annoncée en octobre.

    7/9 - Le 1er décembre, il aurait fallu appuyer plus fort sur le frein, par exemple en fermant les écoles 15 j avant les vacances de Noël, mais il ne fallait pas toucher aux écoles. De janvier au 15 mars l’absence de stratégie perdure, et la fin mars voit une 3ème vague arriver.

    8/9 - On n’invente pas des stratégies de lutte contre une pandémie. Il y en a trois (en anglais) :
    1. Mitigation (“vivre avec”) ;
    2. Suppression (“circulation minimale”) ;
    3. Elimination (“#ZeroCovid).
    Si, la 4ème s’appelle la “roue libre” ou encore en anglais #NoStrategy

    9/9 - “Vivre avec” s’avère un échec cuisant pour toute l’Europe et l’Amérique.
    La “roue libre” française (mais aussi européenne) s’avère désastreuse depuis plus de 3 mois et demi : Combien de temps faudra-t-il pour s’en rendre compte collectivement et changer son fusil d’épaule ?

    • • •

    #covid-19 #crise_sanitaire

    • Écrase qui peut.

      La « question de l’acceptabilité » concerne moins les mesures sanitaires en tant que telles que les effets dévastateurs propres à la pandémie d’une part : il faut à tout prix éviter le scandale d’images de non prise en charge (médicale mais aussi sociale cf., les queues de 500 mètres d’étudiants paupérisés qui attendent pour avoir de quoi manger) et de morts (centralité de l’indicateur du nombre de réanimation), éviter à tout prix l’irruption du réel dans la mélasse de confusions organisées qui tient lieu de réalité ; et, d’autre part : l’acceptabilité jamais garantie malgré la prévalence de la lutte de chacun contre tous d’une idéologie directrice, plus ou moins camouflée, dont les auteurs de la Déclaration de Great Barrington ont formulé une version https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington

      La crise sanitaire se présente pour les militants du capital comme une crise structurelle de leur société, la société d’abandon, et, à l’opposé, pour les tenants de l’égalité ou de l’émncipation comme une faillite définitive (à échelle de vie humaine).
      Schipappa promet un désordre terrible et difficelement remédiable dès lors que la société ne sera plus gouvernée sous le signe de cette crise là (de quoi aller à l’extrême droite sans même une pensée électoraliste, pour la survie du capitalisme, du pouvoir de l’économie), et parmi nous dès que ça s’inquiète râle ou proteste, la blague, " bienvenue dans le monde d’après !" pour dire le pire qui est là et promis à croître sans pour autant s’y soumettre (ce bien peu cultive des complicités vitales).

  • #ZeroCovid #COVID-19: Saving thousands of lives and trillions in livelihoods | #McKinsey
    https://www.mckinsey.com/industries/healthcare-systems-and-services/our-insights/covid-19-saving-thousands-of-lives-and-trillions-in-livelihoods

    On March 23, 2020, McKinsey introduced the twin imperatives of safeguarding our lives and our livelihoods and a nine-scenario framework to describe potential economic and COVID-19 outcomes (Exhibit 1). At the time, we wrote that the best combined outcomes depended on a rapid and effective public-health response that controlled the spread of the novel coronavirus within two to three months. Similarly, in May, we wrote that crushing uncertainty by reducing the virus spread to near zero was likely the big “unlock” for most economies.

  • Seventy per cent of Australians think border should stay shut until global Covid crisis has passed – poll | Essential poll | The Guardian
    http://www.theguardian.com/australia-news/2021/feb/16/seventy-per-cent-of-australians-think-border-should-stay-shut-until-glo
    https://i.guim.co.uk/img/media/bc96de42d81055907c050111aebf6bccdbb0d2cf/0_44_3497_2099/master/3497.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    A significant majority of Australians think the Morrison government should keep the border closed until after the pandemic is under control globally, and most voters think Canberra should be responsible for managing quarantine for returning travellers, according to the latest Guardian Essential poll.The latest survey of 1,109 respondents suggests voters have adopted a fortress Australia disposition as concerns are heightened about more virulent variants of Covid.
    Some 71% of the survey think the border needs to remain shut until the public health crisis has passed and 62% agree with the statement: “It should be the federal government’s responsibility to protect Australia’s international borders and manage the hotel quarantine system.”The sentiment follows the Victorian premier, Daniel Andrews, flagging last week the need for a “cold, hard discussion” about whether Australia should reduce international arrivals further, given the increased rate of transmission associated with new variants and the impending vaccination program in Australia.Andrews on Monday declared the only way to eliminate the risk of cases spreading from hotel quarantine into the community was to reduce the number of international arrivals to zero.But the premier said it was possible the current risks could be better managed if quarantine occurred in purpose-built facilities – a concept the Morrison government has pushed back against.While a majority of survey respondents want to isolate the country right now, the instinct is situational. Some 67% of the sample say the border should be reopened “slowly and safely” after the Covid vaccines have been rolled out to the public.This fortnight’s survey indicates Australians are fatigued with the crisis, with more than 70% of respondents saying they want life to return to how it was before the pandemic, and 43% of the sample agreeing with the statement: “I don’t think I could stand another lockdown.”

    #Covid-19#migrant#migration#australie#sante#frontiere#isolement#insularite#zerocovid#hotelquarantaine

  • « Viser l’objectif zéro Covid constitue un moyen clair de traverser la pandémie en minimisant les dégâts »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/15/viser-l-objectif-zero-covid-constitue-un-moyen-clair-de-traverser-la-pandemi

    Nous faisons partie d’un groupe de scientifiques internationaux qui approuvent cette stratégie, comprenant aussi bien des épidémiologistes et des immunologues que des politistes, des sociologues et des économistes, et dont certains ont récemment publié un appel similaire dans The Lancet ou sont à l’origine de « No Covid », une initiative allemande qui prépare déjà des outils permettant de l’appliquer efficacement. Eliminer le virus sur l’ensemble du continent européen peut sembler impossible. Nous pensons pourtant être capables d’y parvenir en définissant des mesures et des normes communes de santé publique pour instaurer puis protéger des « zones vertes » où le virus y est maîtrisé. Plus ces zones seront de taille réduite, plus vite elles pourront retrouver un fonctionnement normal et éviter des mesures contraignantes.
    Toutefois, ce zonage doit être politiquement et socialement acceptable, et il faut disposer des moyens de le faire respecter localement : chaque pays devra donc l’établir de façon pragmatique. La France pourra, par exemple, opter pour un zonage par département ou par région, l’Allemagne par Landkreis ou par Land, tandis qu’un pays comme le Danemark pourra choisir d’être considéré comme une seule zone. De façon encore plus fine, une métropole pourra, quand c’est possible, être considérée comme une zone. Une zone devient verte lorsque le taux de transmission en son sein est proche de zéro. Elle est alors en mesure de revenir progressivement à la normale : les écoles, les restaurants, les lieux culturels et les autres entreprises peuvent rouvrir complètement. Les voyageurs peuvent circuler librement entre les zones vertes ; en revanche, il faudra veiller, par des restrictions sur les déplacements, à éviter la réintroduction du virus et, en cas de reprise des infections, déclencher des mesures préventives ciblées, rapides et cohérentes.
    Les voyageurs en provenance de zones non vertes seront tenus à leur arrivée de présenter un test négatif et d’observer une quarantaine. Il faudra en outre un système efficace de dépistage-traçage à l’intention des personnes ayant un motif impérieux de se déplacer, et porter une attention particulière aux lieux accueillant un grand nombre de visiteurs. Plus il y aura de zones vertes, plus le soutien pourra se concentrer vers les autres zones afin de leur permettre de devenir vertes à leur tour. On imagine ainsi une Europe parsemée de zones vertes où les résurgences sont rapidement maîtrisées par des mesures locales.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#zonage#frontiere#circulation#sante#depistage#quarantaine#trancking#zerocovid

  • via https://www.nachdenkseiten.de/?p=69245#h06 Talk im Hangar-7 – M...
    https://diasp.eu/p/12370002

    via https://www.nachdenkseiten.de/?p=69245#h06

    Talk im Hangar-7 – Merkel, Kurz und Mutationen: Politik am Volk vorbei? | Kurzfassung - 20 Min.

    Jeden Donnerstag ab 22:10 Uhr bei ServusTV Österreich und Donnerstagnacht bei ServusTV in Deutschland.

    https://www.youtube.com/watch?v=LuSk4PnemGg

    Seit Monaten beherrschen #Lockdowns unseren Alltag, doch noch immer sind keine Lockerungen in Sicht. Aus Angst vor neuen Virus-Mutationen und weiterhin hohen Infektionszahlen werden die Maßnahmen verschärft und verlängert: Geschäfte, Schulen und das gesamte öffentliche Leben bleiben eingefroren. Verfechter der #ZeroCovid-Initiative fordern jetzt sogar eine europaweit umfassende Arbeitspause. Dies lehnen die meisten Regierungschefs zwar ab, doch der Tenor ist klar: Lockerungen kommen erst ab einer (...)