• Olivier Cyran sur X : « Le drone tueur qui diffuse des pleurs de bébé pour attirer les morts de faim hors de leur cachette et pouvoir les exécuter plus facilement. Dire que cette chose a été pensée, conçue, fabriquée et mise en service par des gens certainement fiers d’avoir si bien fait leur travail. » / X
    https://twitter.com/OlivierCyran/status/1780657225054482566

    War on Gaza : Israeli drones lure Palestinians with crying children recordings then shoot them | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/news/disturbing-recordings-crying-infants-played-israeli-quadcopters-lure-

  • IDF Drone Bombed World Central Kitchen Aid Convoy Three Times, Targeting Armed Hamas Member Who Wasn’t There - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/2024-04-02/ty-article/.premium/idf-bombed-wck-aid-convoy-3-times-targeting-armed-hamas-member-who-wasnt-there/0000018e-9e75-d764-adff-9eff29360000

    IDF Drone Bombed World Central Kitchen Aid Convoy Three Times, Targeting Armed Hamas Member Who Wasn’t There

    Marc Owen Jones sur X :
    https://twitter.com/marcowenjones/status/1775138349361037426

    This haaretz report, apparently based on a defence source raises more questions than it answers.

    Some points.

    1) Firstly, the source acknowledges that there were 3 missiles fired from a drone. There’s no doubt that the operators knew it was an aid convoy. This isn’t in question.

    2) Upon destroying the first truck the source claims survivors got out and entered another truck.

    3) The second truck was then attacked

    4) The survivors then got out and were attacked a third time

    5) These multiple strikes were done on three different vehicles the IDF knew to belong to aid workers

    6) The defence official initially claimed a single Hamas operative got in the vehicle.

    They then say he stayed at the warehouse. At what point did they know his movements? If they knew his movements why wait till he was among aid workers.

    7) Even if the presence of a Hamas member, on what basis does one Hamas member justify attacking three vehicles and 7 civilians

    8) Furthermore, if the IDF attacked each vehicle in succession, they are implying that the terrorist survived the 1st and 2nd strike. (How did they know he survived?)

    9) Indeed, if the IDF can tell that one Hamas operative survived they could target him alone surely?

    10) Why would they wait till he departed in the vehicle to attack if this put all three vehicles in danger? Indeed, this implies the IDF protocol is to destroy all vehicles in a convoy if they see any survivors?

    11) What this tell us is that the IDF will kill an almost unlimited or undefined number of civilians in order to potentially kill one Hamas member of unspecific rank or commitment

    12) While we know that this is more or less how Israel operates, it also likely that they they are providing a cover story to hide a deliberate targeted attack on @WCKitchen

    • Mohammed El-Kurd sur X :
      https://twitter.com/m7mdkurd/status/1749088737533821215

      I was investigated by Britain’s counterterrorism police, which succumbed to political pressure from top Israeli propagandists, diplomats, lobby-affiliated British government officials, and countless right-wing media outlets, who demanded I be arrested and charged over a recent anti-zionist speech I gave in London.
      The interrogation, which I attended with counsel, proved to be a great waste of time and public funds, and the police promptly closed the case and pursued no further action. If anything, it was a mere inconvenience. This is but one of the many recent instances that reveal the political bankruptcy of Zionists, who have to rely on duplicitous and ridiculous measures to distract from the colonial violence they defend and perpetuate.
      It should also serve as a reminder that, in the ‘civilized world,’ those opposing war crimes are more likely to be scrutinized and persecuted than war crimes themselves. In the last 107 days, the Israeli occupation forces have murdered a daily average of 250 Palestinians; 1 in every 20 Palestinians in the besieged Gaza Strip has been killed, wounded, or dispossessed by the Israeli regime. Genocide is the crime and Zionism is the culprit. That is the only headline that matters.

  • מאות עזתים שנעצרו במלחמה כלואים בדרום עם כיסוי עיניים ואזוקים רוב היום - מדיני ביטחוני - הארץ
    https://www.haaretz.co.il/news/politics/2023-12-18/ty-article/.premium/0000018c-7932-d98c-abef-ffb7fcd70000

    במתקן המעצר בבסיס “שדה תימן” מתו כמה פלסטינים מתחילת המלחמה. צה"ל: מדובר במחבלים, נסיבות מותם בבדיקה. טווח הגילים של העצורים המוחזקים במתקן נע בין קטינים לזקנים והם נחקרים במקום

  • Israel should make Gaza look like Auschwitz - council head
    https://www.jpost.com/israel-hamas-war/article-778367

    Israel should be sending Palestinian Gazans fleeing the fighting to refugee camps in Lebanon, with the entire Gaza Strip being emptied and leveled and turned into a museum like the Auschwitz concentration camp in Poland, Metula Council head David Azoulai told 103FM.

    “After October 7, instead of urging people to go south, we should direct them to the beaches. The Navy can transport them to the shores of Lebanon, where there are already sufficient refugee camps. Then, a security strip should be established from the sea to the Gaza border fence, completely empty, as a reminder of what was once there. It should resemble the Auschwitz concentration camp,” he said in an interview with Ben Caspit and Yinon Magal.

    • Metula, 1500 habitants, un bled touristique à la frontière Nord d’Israël dont l’ignoble maire rêve que des milices chiites ou chrétiennes libanaises butent du réfugié palestinien, comme dans le temps.

      « Metula » settlement head : Hezbollah disabled our infrastructure
      https://english.almayadeen.net/news/politics/metula-settlement-head--hezbollah-disabled-our-infrastructur

      Azoulai questioned how the civilian infrastructure in Lebanon along the border, including a quarry located 70 meters north of “Metula”, could function when all Israeli infrastructure within 4 kilometers of the border remains inoperable due to Hezbollah.

      In turn, the Israeli newspaper “Maariv” pointed out that the Lebanese Hezbollah “drove out settlers from the north,” confirming that it is engaging in a battle against a force composed of three units affiliated with the Israeli army. The newspaper also noted that the Israeli army has strengthened its forces in northern occupied Palestine in recent weeks due to Hezbollah’s targeting of settlements and sites.

      Reports note that the Israeli occupation authorities evacuated new settlements in northern occupied Palestine on Friday, indicating that these settlements had not been evacuated since 1948.

      As reported earlier by the Israeli media, there is a growing concern among settlers in the north about returning to their homes. They have levied accusations against the occupation government, accusing it of abandoning them.

    • C’est pas tant le fait qu’il y a des tarés génocidaires dans ce pays (on en trouve partout) qui me semble parlant, c’est surtout le fait qu’on lui tend le crachoir sur 103FM puis qu’on le reproduise dans le JPost (même propriétaire).

    • Il gère un complexe touristique israélien, avec vue sur le Liban. Ce qui veut dire également qu’il est lui aussi une sorte de juif. Il n’a donc pas dit « faire un Auschwitz israélien » (la version moderne on l’a entendue, elle rêve d’un impossible Hiroschima contre les palestiniens), mais un musée, comme à Auschwitz, où régnait la mort nazie, laissant ainsi entendre, il me semble, non pas extermination par Israël, qui, encore une fois, y compris dans son propre scénario, expulse ou expulserait les palestiniens en bien plus grand nombre qu’il n’en tue. Un site touristique « mémoriel » consacré cette fois à la haine antisémite arabe que Gaza symboliserait. C’est tordu, tapé, sordide d’aveuglement, de bonne conscience et de vengeance. Mais ce n’est pas la même chose. D’autant, je l’ai dit, que cela revient imaginairement à déléguer à d’autres, ennemis (musulmans) compris, une partie des meurtres espérés, comme l’a montré l’histoire du Liban, dès avant Sabra et Chatila.
      L’entendre (ce qui n’est pas admettre ses vues !) suppose de saisir l’aspect matriciel pour toute l’existence juive contemporaine du génocide nazi (et de la longue histoire de persécutions qui précède). Ce que résumait Annette Wieviorka à propos de Klarsefled, à nouveau terrorisé (7 octobre), tétanisé dans le double fond d’un placard, pendant que son père se fait embarquer pour la mort.
      Un fait, des millénaires d’histoire, ça travaille les subjectivités.

      L’antisémitisme n’est pas seulement le prétexte ou l’arme du sionisme.

      Que des juifs répètent, avec des variations contraintes (d’où l’expulsion plutôt que l’extermination pure et simple, qui reste fantasmée et parfois dite par certains), ce qu’ils ont subi de violence (dont le discours suprémaciste et génocidaire), je peux pas m’empêcher d’y voir - faute de le comprendre sans doute- une analogie avec la surreprésentation des ex-enfants battus parmi les auteurs de violences physique, des ex enfants ayant subi des violences sexuelles parmi les auteurs de violence sexuelle. Le contraire d’une reprise (que l’utopie sioniste promettait), la répétition pure.
      D’autant qu’à lire le mépris des juifs du Shtetl exprimé par nombre de juifs « assimilés » d’Europe et théoriciens du sionisme, (un mépris parfois digne de Drumont), il est difficile de ne pas admettre que l’empreinte du racisme (animalisation) était déjà là.

    • Je crois qu’il n’y a plus aucun doute là, non ?

      Israeli Local Council Head Calls to ’Flatten Gaza Like Auschwitz Today’ in Radio Interview - Israel News - Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/israel-news/2023-12-18/ty-article/israeli-local-council-head-calls-to-flatten-gaza-like-auschwitz-today-in-radio-interview/0000018c-7bf9-de44-a9be-7ffd05e90000

      Local council head in northern Israel calls for Gazans to be ’loaded up’ on Israeli navy ships and taken to Lebanese refugee camps, with Gaza turned into a museum ’so the whole world will learn what Israel can do

      #Zs

    • Je ne comprends pas ce que tu veux dire @kassem. Encore une fois, la comparaison n’aide pas. Les nazis ont déportés des juifs en masse pour les exterminer. Pas pour les fourguer à des voisins. L’hubris pathétique de ce type est indéniable. L’exploit qu’il vise c’est de rendre vrai a postériori le slogan la « terre sans peuple ». Puis, un musée viendrait inscrire cette vérité aux yeux du monde. Et pourquoi pas gagner au loto ?
      Il y a en Israël des mégalos plus importants que celui-ci qui ont plus nettement que lui tripatouillé la pulsion exterminationniste, sans pour autant disposer d’un plan praticable, quelque soient les scénarios envisagés (la faim, les épidémies, feront, avec retard, l’objet une prise en charge humanitaire) ou à l’étude. Faut sortir du chapeau le lapin Hiroschima, mais d’une part, l’emploi d’une arme nucléaire dans de telles circonstances mettrait en mauvaise posture Israël y compris en occident, et surtout, Ashdod, Beer Siva, Jérusalem et Tel-Aviv sont trop proches.

      Ce type compte pour rien. Le sketch est là pour assurer dans l’espace public israélien la pérennité des discours de haine génocidaire tenus par des responsables israéliens de 1er plan alors même que ces derniers ont du mettre leur trompette raciste quelque peu ’en sourdine, pour continuer une guerre dont l’Europe, par exemple, va finir par réclamer qu’elle fasse l’objet d’un cesser le feu.

  • Serge Klarsfeld, le chasseur de nazis qui n’a plus peur du RN
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2023/12/16/serge-klarsfeld-le-chasseur-de-nazis-qui-n-a-plus-peur-du-rn_6206121_4500055

    C’est moi qui suis à cran ou ça devient vraiment totalement ridicule ?

    L’avocat historien a voué son existence à la mémoire de la Shoah. En traquant les anciens dignitaires nazis ainsi qu’en dénonçant avec constance une extrême droite française alors ouvertement antisémite. Pourtant, à 88 ans, le fils de déporté ne considère plus le RN comme un danger, mais comme un allié face au sentiment antijuif et à la menace de l’islamisme.

    • « Le but de Serge, c’est la reconnaissance de la mémoire de la Shoah et surtout la pérennité et la sécurité de ce qu’il reste des juifs, décrypte l’historienne Annette Wieviorka, dont les grands-parents ont été déportés dans le même convoi que celui du père de Serge Klarsfeld. Après le 7 octobre, plus rien n’est pareil. On ne peut pas comprendre la violence du sentiment que cela pourrait recommencer. Il y a toujours chez lui l’enfant de 8 ans caché derrière une fausse porte d’armoire. » Un enfant transi de peur.

      Ça plus un fils qui a conseillé Alexandre Benalla et son rond de serviette chez C News et deux branchement juifs pied noirs sur Perpignan, dont le maire, Louis Aliot

      « C’est l’antisémitisme qui empêche les gens de voter pour nous. Il n’y a que cela… A partir du moment où vous faites sauter ce verrou idéologique, vous libérez le reste », résumait-il, en 2014, face à l’historienne Valérie Igounet (Le Front national, de 1972 à nos jours, Seuil, 2014).

      https://archive.is/zh0kW

      S. K., il y a deux ans : « À l’entendre, il faudrait se débarrasser des musulmans. Mais les nazis disaient pareil des juifs, sans préciser comment. Et nous avons eu les chambres à gaz... Comment Zemmour compte-t-il se débarrasser des musulmans ? »
      https://seenthis.net/messages/941407

      .

    • balancier du temps, inversion et trous noirs de mémoire autodafée qui se noie, l’intelligence est soumise aux mantras séniles qu’aboient les caniches de garde

  • Mariam Barghouti مريم البرغوثي sur X :
    https://twitter.com/MariamBarghouti/status/1733892524245160043

    I think there’s a serious psychological issue with Israel’s genocidal rampage in that, as a collective regime built on the narrative of protecting Jewishness, they think that as long as they don’t kill 6,000,000 people, they’re not really committing an atrocity.

    The justification to themselves in committing some of the ugliest crimes of the era, well, what’s 17,700 to 6,000,000 Jews?

    What Israelis, Israel, as well as Zionist Jews fail to understand is that their suffering is not the measurement to what pain is. Yes, fuck Germany and the holocaust it inflicted. And fuck Israel and its ongoing interminus eradication of Palestinians by killing them in their own homes.

    Then comes the necessary sobriety to look past the fog of fear and recognize that Israeli military is holding Palestinian men and teens captives in their own streets, at gun point, marking their flesh with numbers.

    Yes. The marking of flesh with numbers reminds me of the horror stories I read from the writings of Lemkin, Primo Levy, Hannah Arendt, and Giorgio Agamben. The captives by the Nazis that were being taken into torture chambers. Reminds me of the stories I read by Walid Daqqa, and Palestinian detainees taken into literally torture chambers.

    What Israel fails to see by evoking the argument of protecting Jewishness and emphasizing Jewish pains as the minimum point for what is considered a genocide is a false equivalence of context, and a vivid showcasing of inability to see others, only yourself.

    It’s a deeply engrained inability to see that the scale is not based on the European Jewish experience with repression and persecution. More importantly, it is not enough to justify committing ethnoreligiously based slaughters for almost 8 decades now.

    The entire Palestinian population in Gaz- is 2.2 million, Israel killed 17,700 in 64 days through consecutive carpet bombing.

    The rest are wounded, sick and without home, developing disease, orphaned, widowed, unsheltered, and still being bombed as i write these words.

    It is time to separate Israel from anything Jewish and treat it as a rogue and psychopathic regime with the capacity to destroy the world if it feels it should (in fact it calls this the Samson Doctrine).

    It’s time for an arms embargo

    #génocide #Gaza #Zs

    • Le Hamas, à mon sens, ne minimise pas. Il ne communique que sur ce qu’il est capable de décompter.

      D’un côté, il y a ceux qui disent que le Hamas n’est pas fiable, car il exagère le décompte à des fins politiques.

      De l’autre, il y a ceux qui disent que le Hamas sous-évalue, car il minimise à des fins politiques.

      En fait, le Hamas fait les deux à la fois, parce que le Hamas est le diable et que le Hamas ne peut qu’avoir tort. Pile je gagne, face tu perds.

      De fait, des milliers de corps ne peuvent être décomptés, parce que dans les décombres.

      Je pense moi aussi que le nombre de morts est au moins le double du décompte officiel.

    • il a dit « les chiffres du Hamas ne sont absolument pas fiables » (ni plus ni moins et sans préciser pourquoi ni prendre un air entendu) et « nous on estime que vu le type de bombardements, il y a environ 1/3 des morts qui sont encore sous les décombres » (donc on peut pas les compter pour l’instant).

      Et il ajoute « dans ce type de bombardements, on fait 4x plus de blessés » (des morts à venir donc, vu ce qu’il reste d’hôpitaux pour se faire soigner) et « on a largement dépassé les 120.000 personnes blessées ou tuées par les bombardements »

      Puis, prenant soin d’éviter le mot génocide « c’est un carnage » et « on n’est plus dans un bilan "normal", on est dans un bilan qui est disproportionné ».

  • Guterres exhorte le Conseil de sécurité à agir pour éviter une catastrophe humanitaire à Gaza | ONU Info
    https://news.un.org/fr/story/2023/12/1141337

    Dans une lettre adressée au Conseil, M. Guterres a invoqué l’article 99, contenu dans le Chapitre XV de la Charte.

    Celui-ci indique que le chef de l’ONU « peut attirer l’attention du Conseil de sécurité sur toute question qui, à son avis, pourrait menacer le maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

    Dans une déclaration aux journalistes accompagnant la lettre, le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré que c’était la première fois que M. Guterres se sentait obligé d’invoquer le Chapitre 99, depuis son entrée en fonction en 2017.

    M. Dujarric a expliqué que le chef de l’ONU prenait cette mesure « compte tenu de l’ampleur des pertes en vies humaines à Gaza et en Israël, en si peu de temps ».

    La lettre a été envoyée au Président du Conseil de sécurité à New York mercredi matin.

    #Zs

    • António Guterres
      @antonioguterres
      6:52 PM · 6 déc. 2023
      https://twitter.com/antonioguterres/status/1732457928496496793

      I’ve just invoked Art.99 of the UN Charter - for the 1st time in my tenure as Secretary-General.

      Facing a severe risk of collapse of the humanitarian system in Gaza, I urge the Council to help avert a humanitarian catastrophe & appeal for a humanitarian ceasefire to be declared.

      https://twitter.com/antonioguterres/status/1732457928496496793/photo/1
      https://twitter.com/antonioguterres/status/1732457928496496793/photo/2

    • Le chef de l’ONU met en garde contre un « effondrement total de l’ordre public bientôt » à Gaza

      Agence France-Presse
      6 décembre 2023 à 18h25
      https://www.mediapart.fr/journal/fil-dactualites/061223/le-chef-de-l-onu-met-en-garde-contre-un-effondrement-total-de-l-ordre-publ

      Le secrétaire général de l’ONU a mis en garde mercredi contre un « effondrement total de l’ordre public bientôt » à Gaza, pilonnée par Israël, dans une lettre inédite au Conseil de sécurité insistant pour un cessez-le-feu humanitaire.

      « Avec les bombardements constants des forces armées israéliennes, et en l’absence d’abris ou du minimum pour survivre, je m’attends à un effondrement total de l’ordre public bientôt en raison des conditions désespérées, ce qui rendrait impossible une aide humanitaire même limitée », écrit Antonio Guterres en invoquant pour la première fois depuis son arrivée à la tête des Nations unies en 2017 l’article 99 de la Charte qui lui permet d’« attirer l’attention du Conseil » sur un dossier qui « pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationale ».

      « Une situation encore pire pourrait se produire, y compris des épidémies et une pression accrue vers des déplacements de masse vers les pays voisins », ajoute-t-il.

      Alors que l’aide humanitaire transitant par le point de passage de Rafah, entre l’Egypte et la bande de Gaza, est « insuffisante », « nous sommes simplement incapables d’atteindre ceux qui ont besoin d’aide à l’intérieur de Gaza », constate-t-il.

      « Les capacités des Nations unies et de ses partenaires humanitaires ont été décimées par les pénuries de ravitaillement, le manque de carburant, l’interruption des communications, et l’insécurité grandissante ».

      « Nous faisons face à un grave risque d’effondrement du système humanitaire. La situation se détériore rapidement vers une catastrophe qui pourrait avoir des conséquences irréversibles pour les Palestiniens dans leur ensemble et pour la paix et la sécurité dans la région », alerte Antonio Guterres.

      « La communauté internationale a une responsabilité d’utiliser toute son influence pour empêcher une nouvelle escalade et mettre fin à cette crise », a-t-il plaidé, appelant les membres du Conseil de sécurité à « faire pression pour éviter une catastrophe humanitaire ».

      Mi-novembre, après quatre projets de texte rejetés, le Conseil de sécurité, divisé depuis très longtemps sur le dossier israélo-palestinien, avait fini par sortir de son silence, appelant dans une résolution se focalisant sur les enfants à des « pauses et couloirs humanitaires » dans la bande de Gaza.

      Selon des sources diplomatiques, des membres du Conseil travaillent sur un nouveau projet de résolution centrée sur l’aide humanitaire.

      Agence France-Presse

  • Tranq has become a bigger part of Philly’s street fentanyl supply. The wounds left behind are killing people
    https://edition.cnn.com/2023/03/07/health/philadelphia-xylazine-tranq-drug/index.html

    8.3.2023 by Elle Reeve, Samantha Guff, Deborah Brunswick - Philadelphia CNN — What drug users and people who work with them in Philadelphia talk about is the smell. The smell of rotting flesh from open infected wounds.

    Some users say they feel ashamed of the state of their bodies, but more feel a sense of urgency. They need help. The wounds are killing them.

    “It is absolutely horrible. That’s the reality, though,” said James Sherman, known as Sherm around Philadelphia’s Kensington neighborhood, where he once used drugs and where he now tries to help those still on the streets.  

    The need for help has become more urgent over the last three years, as the animal tranquilizer xylazine, also called tranq, has become a bigger part of Philly’s street fentanyl supply. Xylazine can cause large wounds that won’t heal, no matter where you inject it and they can appear even if you snort it or smoke it. Infections are common and can even lead to amputations.  

    “Some people aren’t ready to see that yet,” Sherman said. “It’s literally people’s flesh rotting, and you can smell it.”  
    Nick Gallagher has a wound dressed. He says it has been open for 21 months.

    Kensington has seen the changing nature of America’s addiction crisis. It has been well known as a place to buy heroin under the elevated rail line, a short distance but a world away from the business and tourist centers of downtown.  

    Heroin was edged out by the more powerful synthetic opioid fentanyl. But fentanyl’s effects don’t last as long as heroin, and so xylazine was added to street fentanyl to “give it legs,” according to Sarah Laurel, who founded Savage Sisters, the harm-reduction group that employs Sherman. 

    Xylazine is not approved for humans, but it’s widely available for veterinarians to sedate large animals like horses. Like an opioid, it can kill pain but it cannot be reversed with Narcan, also known as naloxone, which is used to treat opioid overdoses, according to the US Drug Enforcement Agency. As xylazine is usually mixed in with fentanyl, naloxone can help an overdosed person by counteracting the opioid, though other measures may be needed. Workers at Savage Sisters now carry oxygen tanks with them.

    The drug has side effects like “tranq walk,” where people seem unaware of their surroundings, along with sores and wounds.  

    A user, Maggie, told CNN what she’s seen. “You shoot up and you miss, you get a sore. You don’t take care of your sore, you’ll wind up in a hospital with a hole,” she said. It had happened to her. It started out like a pimple, and then it got bigger, and then the skin came off and she had a half-dollar-sized wound. “I could have lost my hand.” 
    Xylazine can lead to the “tranq walk” where users stumble around, seeming unaware of their surroundings.

    Tranq made its mark on Philadelphia’s street drugs about three years ago. That’s when doctors, users and those who try to help them saw a difference. 

    Dr. Joseph D’Orazio, an emergency physician and addiction medicine specialist at Temple University Hospital, said patients started to have major wounds that were different from typical injection drug use. “These wounds were a lot deeper, a lot more severe, there were big necrotic areas,” he said. “They were deep down into tendons. Sometimes you can see the bones, and we were starting to see more patients that were requiring amputations.”  

    Initially, there was no demand for xylazine.  

    “Nobody was coming to Kensington to buy tranq, they were coming to get heroin,” said Laurel of the Savage Sisters group. “You don’t go to your drug dealer and say, ‘Do you have a nutrition label with this?’ … You get what you get, and you don’t get upset.” And whatever you get, you eventually feel a physical compulsion to do, she said. 

    D’Orazio, who also runs a streetside clinic in Kensington, said: “I’ve heard some people say, ‘Everything has fentanyl in it except the fentanyl.’” That’s the way fentanyl has been found as an adulterant in many other drugs, helping to drive US overdose deaths to record highs. But in Kensington, now the fentanyl supply has adulterants too. Xylazine is in  9 out of 10 samples of lab-tested dope in Philadelphia. “What we’re seeing is the bags of fentanyl sometimes don’t have fentanyl … it’s just xylazine,” he said.   

    Xylazine is most concentrated in Philadelphia, according to Dr. Rahul Gupta, director of the Office of National Drug Control Policy. But it’s in all 50 states, he told CNN.  

    The White House is looking at xylazine as a potential “emerging threat,” which would trigger the development of a federal plan to address it, he said.  

    And last week the US Food and Drug Administration announced it had taken action to stop unlawful imports of xylazine.  

    That might slow the spread of xylazine, first noted in Puerto Rico in the 2000s, across the nation. But in Kensington, there could be more unintended consequences.   

    Xylazine withdrawal can cause intense anxiety and dysphoria, D’Orazio said, and the medications used to treat opioid withdrawal don’t work well for xylazine. That’s making the public health crisis worse. “People are avoiding the hospital because they feel like withdrawal can’t be well managed,” he said. “They go longer, and the disease gets worse before they come in.”  
    Sarah Laurel, who founded Savage Sisters during her own recovery, says people’s pain needs to be treated.

    Dana, who came to Savage Sisters to get her wounds treated, said she was violently ill when in withdrawal from xylazine. “I’d rather come off fentanyl and heroin put together than xylazine,” she said.  

    There is also a fear that something even worse could replace the currently cheap and widespread xylazine if it becomes harder to get.  

    Neither D’Orazio nor Laurel think cutting supply will do much for people who are addicted and without homes in Kensington.

    D’Orazio said there needed to be more affordable housing, more access to health care, fewer restrictions on drugs that treat addiction, and less stigma on what he says is a chronic disease, like diabetes. But he added there also needs to be more focus on prevention of drug use disorder, which means looking at mental health care. His patients tended to have suffered childhood trauma, like abuse and neglect. There needs to be more “early intervention for people with trauma in their life,” he said.  

    Maurice, whose voice has been hoarse since he was injected in the neck with tranq and fentanyl a couple of months ago, said: “A lot of people have pain from their past they’re dealing with, and they try to numb themselves.”  

    In conversations with CNN about why they’d come to Savage Sisters, several people brought up painful past experiences like rape or abuse almost immediately, as though those memories were simmering just below the surface. Maggie said that, at 66, “It’s been a long life, believe me, doing this sh*t … things I’ve got to face. I’ve got to get some kind of therapy. This thing happened to me when I was five years old that shouldn’t have happened to me.”

    Laurel, herself a recovering heroin addict, calls everyone she meets and tries to help in Kensington her “friend.” 

    “The people that are out here numbing their pain with substances, whether it’s heroin, alcohol, cocaine, we need to address the pain, we need to stop isolating the substance and look beyond it,” she said.   

    Savage Sisters offers several mental health programs for people in its recovery houses, and Laurel says it’s very expensive, but worth it. She’s had to work hard to raise money. “Until it directly affects them, nobody cares. It’s ugly. It’s not a cute, fun thing to donate your money or time to, right? It’s hard. It’s rough. It’s sad. It’s painful. … I had to come up with ways to convince people that we’re worth saving.”  

    Some news organizations have called xylazine “the zombie drug.” Laurel hates that term. “The only way that you can get rid of a zombie is by killing their brain,” she said. “Why would you say that about my friends? Why would you say that about a human? It’s already hard enough trying to get people to care about us.”

    #ZSA #xylazine #tranq #drogues #épidémie

  • Prédire les flux migratoires grâce à l’intelligence artificielle, le pari risqué de l’Union européenne
    https://disclose.ngo/fr/article/union-europeenne-veut-predire-les-flux-migratoires-grace-a-lintelligence-a

    Depuis plusieurs mois, l’Union européenne développe une intelligence artificielle censée prédire les flux migratoires afin d’améliorer l’accueil des migrants sur son sol. Or, selon plusieurs documents obtenus par Disclose, l’outil baptisé Itflows pourrait vite se transformer en une arme redoutable pour contrôler, discriminer et harceler les personnes cherchant refuge en Europe. Lire l’article

    • C’est un logiciel qui pourrait sa place dans une dystopie. Une intelligence artificielle capable de compiler des milliers de données afin de prédire des flux migratoires et identifier les risques de tensions liées à l’arrivée de réfugiés aux frontières de l’Europe. Son nom : Itflows, pour « outils et méthodes informatiques de gestion des flux migratoires ». Financé à hauteur de 5 millions d’euros par l’Union européenne et développé par un consortium composé d’instituts de recherche, d’une société privée (Terracom) et d’organisations caritatives, Itflows qui est en phase de test devrait rentrer en service à partir d’août 2023. Et ce, malgré des alertes répétées quant aux risques de détournement de ses capacités prédictives à des fins de contrôle et de restrictions des droits des réfugiés sur le sol européen.

      Encore méconnu, ce programme doit venir compléter un dispositif technologique destiné à la surveillance des frontières, notamment espagnoles, italiennes et grecques. Financé sur le budget d’« Horizon 2020 », le programme de recherche et d’innovation de l’Union européenne, Itflows s’ajoutera alors aux drones de surveillance autonome, aux détecteurs de mensonges dans les zones de passages ou à l’utilisation de logiciels d’extraction de données cellulaires.

      D’après notre enquête, les deux ONG contribuent à nourrir l’intelligence artificielle de Itflows en lui fournissant des informations précieuses. Des données directement issues d’entretiens réalisés dans des camps de réfugiés, auprès de Nigérians, de Maliens, d’Érythréens ou encore de Soudanais. Il pourra s’agir d’éléments liés à l’origine ethnique, l’orientation sexuelle ou encore la religion des personnes interrogées. Pour leur contribution, les branches italiennes de la Croix-Rouge et d’Oxfam ont respectivement reçu 167 000 euros et 116 000 euros de fonds publics européens.

      « Nous avons contribué à réaliser trente entretiens de migrants arrivés en Italie au cours des six dernières années », confirme la Croix rouge Italie, sollicitée par Disclose. Une fois analysées, puis rendues accessibles via une application baptisée EUMigraTool, ces informations serviront aux autorités italiennes dans leur analyse « des routes migratoires et des raisons qui poussent les gens à faire le voyage », ajoute l’association. Même son de cloche du côté de Oxfam Italie, qui salue l’intérêt pour « les responsables politiques des pays les plus exposés aux flux migratoires. » Les dirigeants pourront également s’appuyer sur l’analyse des risques politiques liés à l’arrivée de migrants sur leur sol. Le projet inclut en effet la possibilité d’étudier l’opinion publique dans certains pays européens vis-à-vis des migrants à travers une veille sur le réseau social Twitter.
      Des rapports internes alarmants

      En réalité, les risques de détournement du programme existent bel et bien. C’est ce que révèlent des rapports internes (https://www.documentcloud.org/projects/logiciel-itflows-208987) au consortium que Disclose a obtenu à la suite d’une demande d’accès à des documents administratifs. Lesdits rapports, datés de janvier et juin 2021, ont été rédigés par les membres du comité éthique du projet Itflows. Leurs conclusions sont alarmantes. Le premier document, une somme de 225 pages, révèle que « le consortium Itflows est pleinement conscient des risques et des impacts potentiels en matière de droits de l’homme, que les activités de recherche empirique sur les migrations (…) et les développements technologiques prévus dans le projet peuvent poser ». Plus loin, les auteurs enfoncent le clou. Selon eux, les informations fournies par l’algorithme pourraient servir, si elles devaient être utilisées « à mauvais escient », à « stigmatiser, discriminer, harceler ou intimider des personnes, en particulier celles qui sont vulnérables comme les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile ».

      Cinq mois plus tard, le comité éthique rend un second rapport. Il détaille un peu plus le danger : « Les États membres pourraient utiliser les données fournies pour créer des ghettos de migrants » ; « risque d’identification physique des migrants » ; « discrimination sur la base de la race, du genre, de la religion, de l’orientation sexuelle, d’un handicap ou de l’âge » ; « risque que les migrants puissent être identifiés et sanctionnés pour irrégularités ». Et le régulateur d’alerter sur un autre péril : la poussée des « discours de haine » que pourrait induire une éventuelle diffusion des prédictions du logiciel dans « les zones où les habitants sont informés de déplacements » de populations.
      L’Europe fait la sourde oreille

      Des alertes qui ne semblent pas avoir été entendues. Comme en atteste un bilan dressé lors d’une réunion (https://www.documentcloud.org/documents/22120596-emt-symposium-agenda-16-sep-2021?responsive=1&title=1) en ligne le 16 septembre 2021 par la coordinatrice du comité éthique de Itflows, #Alexandra_Xanthaki, devant des responsables européens, dont #Zsuzsanna_Felkai_Janssen, rattachée à la direction générale des affaires intérieures de la Commission. « Nous avons passé six mois à travailler jour et nuit pour rédiger un rapport instaurant un cadre qui intègre les droits de l’homme », débute la responsable du comité éthique, selon un enregistrement que Disclose s’est procuré. Elle poursuit : « Il me semble pourtant que ce que disent les techniciens de l’équipe aujourd’hui c’est : nous n’en tenons pas compte ». Un manque de précaution qui inquiète jusqu’au sein du conseil d’administration d’Itflows. Joint par Disclose, Alexander Kjærum, analyste pour le conseil danois pour les réfugiés et membre du conseil de surveillance estime en effet qu’il existe « un risque important que des informations se retrouvent entre les mains d’États ou de gouvernements qui les utiliseront pour implanter davantage de barbelés le long des frontières. »

      Sollicitée, la coordinatrice du programme, #Cristina_Blasi_Casagran, assure que le logiciel « ne sera pas utilisé à mauvais escient ». Selon elle, Itflows « devrait même faciliter l’entrée des migrants [dans l’Union européenne] en permettant une meilleure affectation des ressources engagées dans l’#accueil ».

      #Frontex inquiète

      Un dernier point vient renforcer le risque d’un détournement du logiciel : l’intérêt de Frontex pour Iflows. D’après des documents internes, l’agence en charge de la surveillance des frontières de l’UE suit étroitement les avancées du programme. Jusqu’à y contribuer activement via la fourniture de données récoltées dans le cadre de ses missions. Or, depuis plusieurs années, l’agence européenne est régulièrement accusée d’expulsions illégales et de violations des droits de l’homme. Interrogée sur ce point, l’ONG Oxfam considère qu’il n’y a pas de risque de détournement du logiciel au profit de l’agence. La branche italienne de la Croix rouge déclare quant à elle que « la convention de subvention régissant la mise en œuvre du projet Itflows ne désigne pas Frontex comme utilisateur de l’outil, mais simplement comme source de données ouvertes ». En 2021, Frontex a élu l’interface Itflows parmi les projets d’Horizon 2020 au « potentiel opérationnel et innovant » le plus élevé.

      #AI #IA #intelligence_artificielle #complexe_militaro-industriel #asile #migrations #frontières #EU #UE #Union_européenne #prédiction #Itflows #contrôle #logiciel #risques #Terracom #surveillance #Espagne #Italie #Grèce #horizon_2020 #camps_de_réfugiés #Croix-Rouge #Oxfam #religion #origine_ethnique #ethnie #orientation_sexuelle #données #EUMigraTool #risques #risques_politiques #twitter #réseaux_sociaux #opinion_publique #technologie #algorithme #discrimination #identification #Croix_Rouge

      ping @reka @isskein @karine4 @_kg_

  • Folio : collages by #Zsofia_Schweger | Essay | Architectural Review

    https://www.architectural-review.com/essays/folio/folio-collages-by-zsofia-schweger/10045129.article

    Je ne connaissais pas cette artiste et je trouve son approche sémiologique et graphique très intéressante.

    These collages of a small hallway in the artist’s flat project great distances onto the intimate and well-trodden surfaces of a domestic interior

    An image of a room’, artist Zsofia Schweger explains, ‘could contain the whole world.’ Off the Map III (2017) is a series of postcard-sized collages assembling fragments of historical world maps into a view of a small hallway, one door closed, one door ajar. From the viewpoint of a single room, the maps that form its walls depict a journey across mountain ranges, oceans and borders, opening up new horizons. In these small postcards from home, distances compress, time crumples and the idea of home and belonging is stretched and tautened

    #cartographie #art_et_cartograpie #sémiologie #graphique

  • OHNE TITEL reçoit Zsenne #art Lab
    http://www.radiopanik.org/emissions/ohne-titel/ohne-titel-recoit-zsenne-art-lab

    * À LA DÉCOUVERTE D’UN INTÉRIEUR HYBRIDE***

    Nous continuons l’exploration de notre thématique « intérieur » avec comme troisième invité, le lieu alternatif, le #zsenne_art_Lab. Le Zsenne Art Lab est un laboratoire pour tout artiste qui veux expérimenter, exposer des œuvres. Ce lieu est un joli mélange entre lieu de résidence et galérie mais bien un non-profit space.

    Un espace qui laisse une liberté à l’artiste de la curation et de l’organisation de la ou les semaine(s) de résidence. Le Zsenne Art Lab est en là un espace alternatif à part entière. Avec ces 6 fenêtres ouvertes au quartier et situé en face d’une place publique, les artistes résidents doivent régulièrement jongler avec l’intérieur de l’espace et l’extérieur.

    Pour en parler de la genèse, des intentions du lieu (...)

    #residence #art,residence,zsenne_art_Lab
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/ohne-titel/ohne-titel-recoit-zsenne-art-lab_06199__1.mp3

  • NSU-Medienlog: Die Empörung der Nebenkläger (http://blog.zeit.de/ns...
    https://diasp.eu/p/5827748

    NSU-Medienlog: Die Empörung der Nebenkläger

    Seit Tagen hält die Anklage ihr Plädoyer gegen Zschäpe und argumentiert, es gebe keine Hinweise für eine Mitschuld des Staates. Angehörige der NSU-Opfer sind enttäuscht.

    #zeitgeschehen #nsu #empörung #nebenkläger #nsu-medienlog #nsumedienlog #medienlog #tagen #anklage #zschäpe #hinweise #mitschuld #staates #news #bot #rss

  • La #Police marseillaise en échec dans la lutte contre les stupéfiants
    https://www.mediapart.fr/journal/france/140717/la-police-marseillaise-en-echec-dans-la-lutte-contre-les-stupefiants

    Depuis 2012, la police marseillaise a déployé d’énormes moyens pour contrer les trafics meurtriers dans les cités. Les interpellations sont en forte hausse, les règlements de comptes aussi. Et les dealers se réinstallent systématiquement. « Tant qu’il y aura de la demande, il y aura de l’offre et les réseaux se réorganiseront », reconnaît un policier des Stups.

    #France #cannabis #drogues #Marseille #règlements_de_compte #stupféiants #ZSP

  • A very nice talk, very lively, about the story of a free software project, the technical side, and the people.

    “It was the summer of 2009. I found myself helping a coworker debug something in their terminal. As I attempted to type in a few command lines, I noticed that the prompt wasn’t responding to the shortcuts that my brain had grown accustomed to. [...]”

    https://medium.com/@robbyrussell/d-oh-my-zsh-af99ca54212c

    #zsh #oh_my_zsh #free_software

  • 1944 : La Compagnie Noire et Rouge lors de l’insurrection de Varsovie contre l’occupation nazie | Bienvenue sur le site du C.A.T.S. de Caen
    http://ablogm.com/cats/2015/06/12/1944-la-compagnie-noire-et-rouge-lors-de-linsurrection-de-varsovie-contre-lo

    Court texte sur la constitution par les syndicalistes révolutionnaires polonais des #ZSP d’une compagnie combattante lors de l’insurrection de #Varsovie et sur les rapports difficiles qu’elle entretint avec la direction de l’Armée Nationale clandestine.

    http://ablogm.com/cats/download/La_Compagnie_Noire_et_Rouge_lors_de_linsurrection_de_Varsovie_1944.pdf

  • Le site instructif de Taser France
    http://www.alsacelibertaire.net/spip/spip.php?article133

    Le 8 juillet 2013 Yep ! Mais quel joli site que que le site internet de Taser France. On y découvre de bien beaux outils de travail, entre autre pour la police municipale. Et on s’y informe ! Ainsi, il faut savoir que grâce au Taser, le taux de blessures sur les policiers est réduit de 70% tandis que celui des suspects diminue de 40%, ce qui ne manquera pas de faire une belle jambe aux quelques 500 morts américains, tasés sans vergogne par les cognes made in U.S.A depuis 2001. Lire ici : (...) (...)

    #Points_de_vue #Antirep #ZSP
    http://www.strastv.com/catalogue/Actu-info-Strasbourg-Actualite-reportage/-camera-police-nationale-strasbourg-filmer-intervention-quartier-sensible-n