• Ecrire en #yiddish : #Isaac_Bashevis Singer et la langue des fantômes | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/edith-ochs/langue-yiddish-litterature_b_2717800.html

    LITTÉRATURE - « Les fantômes aiment le yiddish et, pour autant que je sache, ils le parlent tous. Je ne crois pas seulement aux démons et aux autres esprits, mais aussi à la résurrection. Je suis sûr qu’un jour, des millions de cadavres parlant yiddish se lèveront de leurs tombes, et la première question qu’ils poseront sera : quel est le dernier livre paru en yiddish ? » déclara Isaac Bashevis Singer dans son discours de remise du prix Nobel de Littérature en 1978.

    Le Cahier de l’Herne foisonnant, dirigé par Florence Noiville, qui lui est consacré, rassemble une vingtaine d’auteurs et des documents passionnants [1]. Il s’accompagne de diverses manifestations culturelles au cours du printemps [2].

  • Un rappel des idées développées par Walter Lippmann dans Public Opinion (1922) à propos de l’influence des images sur notre opinion


    (Articles de 1969 sur le premier alunissage)

    Il reprend les idées d’Isaac Bernays et questionne la façon dont la démocratie façonne le consentement. Pour lui, les masses ne sont pas en mesure de se donner une image correcte des décisions politiques. Pour autant, il ne faut pas les empêcher de voter. Les élites leur donnent une image (virtuelle) de la réalité pour qu’elles se croient libres de leurs décisions, mais les gens font exactement ce que ces élites escomptent. Ce « gouvernement invisible » a besoin du journalisme, des images, de la communication pour construire des « pseudo environments », des fictions. Dans les journaux, nous réagissons par rapport à des évènements que nous n’expérimentons pas nous-mêmes. Nous n’en savons que ce que les journalistes nous en disent. Pourtant nous prenons des décisions à partir de ces informations, nous n’avons pas le choix. Et ces décisions produisent des effets réels. Cela a toujours été ainsi, mais à présent, l’humain est exposé aux médias qui façonnent sa perception et son affect.
    http://www.taz.de/Oekonomin-ueber-Meinungsmanipulation/!5585707

    Ökonomin über Meinungsmanipulation
    "Die Techniken sind atemberaubend“
    […]
    Bernays entwickelte ein neues Verständnis von „Demokratie“: Die Masse der Menschen sei schlicht überfordert sich durch Überlegungen ein reflektiertes Bild von politischen Entscheidungen zu machen. Deswegen solle man sie zwar nicht vom Wählen abhalten. Eliten aber sollten ihnen (Schein-)Bilder von der Realität vermitteln, so dass Menschen sich vermeintlich frei in ihren Entscheidungen fühlten, unbewusst aber gar nicht anders könnten, als das zu tun, was diese Eliten als richtig erachten. Bernays sprach von einer „unsichtbaren Regierung“. Diese wirkt gleichsam durch die Köpfe der Menschen hindurch. Lippmann hielt für diese Form der Regierung den Journalismus besonders wichtig.
    Inwiefern?
    Die Frage der Beeinflussung der Bilder ist nicht verständlich ohne die Frage der Zunahme moderner Kommunikationsmittel; damals vor allem Zeitung, aber zunehmend auch Ton und Film.
    Wie, genau, fasst Lippmann diese Fragen?
    Er geht davon aus, dass unsere Entscheidungen auf „Pseudo-Umwelten“ basieren, im Original „pseudo environments“: Diese treten zwischen uns Menschen und die reale Welt der Erfahrungen. Wir blicken etwa in die Zeitung und regen uns auf über Ereignisse, die wir niemals miterlebt haben. Wir kennen nur das, was uns Journalisten davon vermitteln. Gleichwohl aber treffen wir Entscheidungen auf der Grundlage dieser Informationen; in unserer modernen Welt müssen wir dies tun. Und diese Entscheidungen zeitigen dann reale Effekte. Sie wirken auf die Welt, in der wir tatsächlich leben. Das war auch früher schon so, ist aber durch die Medien – und zumal die „sozialen“ Medien – extrem verstärkt worden.
    Ist diese Verstärkung nur quantitativ, indem uns Medien also mehr potentiell Erregung bewirkende Themen nahe bringen?
    Medien- und auch Werbungseinflüsse haben sich natürlich schon zahlenmäßig extrem vergrößert, ebenso die gesellschaftliche Aufgeregtheit anhand von medialen Ereignissen. Bereits Lippmann spricht davon, dass durch Beeinflussungstechniken ein „Gefühlshaushalt“ angesprochen werden kann, also der Mensch in seinen basalen Instinkten berührt wird – ohne dass er das merkt. Und in dieser Hinsicht sind heute ja die Techniken atemberaubend: einerseits aus wirtschaftlichen Gründen – man denke an die Werbung –, aber auch aus politischen Gründen. Und wie da gearbeitet wird, die Möglichkeiten, wie Textoberflächen und mediale Welten gestaltet werden, um bestimmte Effekte zu erzielen, und das unterhalb der Schwelle des Bewusstseins der Nutzerinnen und Nutzer: Das hat sich seit Lippmann nicht nur zahlenmäßig vervielfacht. Das Wissen um mögliche Mittel und Formen der unbewussten Beeinflussung hat sich auch qualitativ vertieft. Was aber nicht zugenommen hat, ist die Bildung über diese Zusammenhänge, also in Schule, Universität und öffentlicher Debatte.
    […]

    #opinion_publique

  • #cryptoeconomics and Asimov’s Psychohistory
    https://hackernoon.com/cryptoeconomics-and-asimovs-psychohistory-e0a3a70157be?source=rss----3a8

    I recently finished the Foundation series by Isaac Asimov, one of the most popular and influential science fiction series ever, and I found myself getting pulled into it for many of the same reasons I have become so interested in cryptocurrencies and decentralized #blockchain projects. The trading, the “moon” and the “lambos” are all great, but what keeps me hooked on crypto is the developing field of cryptoeconomics, a technology-enabled mix of philosophy, sociology, psychology and economics; I will leave it to Vitalik to explain it in more detail.Using cryptography to prove properties about messages that happened in the past and economic incentives defined inside the system to encourage desired properties to hold into the future.(Paraphrased from Vitalik Buterin’s presentation on (...)

    #bitcoin #asimov-psychohistory #isaac-asimov

  • Il “vicedittatore” eritreo, aggredito a Roma: è colui che ha ordinato il mio rapimento in Somalia

    Il 5 luglio scorso a Roma all’uscita da un ristorante l’ambasciatore dello Stato di Eritrea,
    Petros Fessazion, è stato aggredito da alcune persone, quasi certamente suoi connazionali
    stanchi di un regime repressivo che nega le libertà fondamentali dell’uomo.
    Ma con l’ambasciatore Petros, probabilmente c’era Yemane Gebrehab, il numero due della dittatura
    al potere nell’ex colonia italiana, rimasto gravemente ferito a uno zigomo.

    Ma nell’ospedale romano dove è stato ricoverato non risulta nessuno con quel nome.
    Che abbia dato generalità false per evitare di essere riconosciuto è assai probabile, ma, ovviamente
    non è certo. Per altro la presenza di Yemane era prevista in numerose iniziative in Europa
    dove il “vice-dittatore” non è comparso. Massimo Alberizzi scrive a Petros e a Yemane,
    che a suo tempo l’aveva condannato a morte e fatto rapire in Somalia.


    http://www.africa-express.info/2017/07/17/il-vicedittatore-eritreo-aggradito-roma-ha-ordinato-il-mio-rapiment

    #Petros_Fessazion #Erythrée #Yemane_Gebreab #Isaias_Afeworki

    Et quelques #victimes du régime:

    Dove sono finiti in miei amici #Petros_Solomon, #Haile_Woldensaye, #Mohammed_Sharifo , ex ministri, o #Isaac_Dawit, giornalista, solo per citarne alcuni, arrestati e messi in qualche arroventata galera dell’infuocato bassopiano? E Aster, la moglie di Petros? Avete ingannato anche lei, una combattente per la libertà, una vostra compagna d’armi.

    #Aster_Yohannes

    • Et un article sur Yemane Gebreab, numéro 2 du régime érythréen, reçu via la newsletter de Human Rights Concern Eritrea, 15.11.2017 :
      Yemane Gebreab’s Deadly Schemes and Network of Terror

      Various media outlets have reported that Yemane Gebreab (the Eritrean President’s Advisor) was not allowed to address the Eritrean government supporters’ public seminar, in Arlington, on 8 October 2017, during his visit in the United States. He was denied entry to the seminar venue by US law enforcement officers. It seems plausible that he was in violation of a US Executive Order which listed him as a person who threatened US national security and foreign policy with regard to the Somalia situation. Human Rights Concern Eritrea (HRCE) has previously written about the danger Yemane Gebreab poses to Eritreans inside and outside Eritrea and the international community at large. In particular, Yemane Gebreab set-up an unsuccessful assassination attempt in Somalia on an Italian journalist who lived to tell the story.

      Whilst the flier which was distributed to advertise the event at which Yemane Gebreab was going to be present, alongside Eritrean Foreign Minister Osman Saleh, the official website of the Eritrean Government reported that Osman Saleh alone conducted the seminar. Since the news that Yemane Gebreab was detained spread quickly, it appears the Eritrean Government tried to cover up this embarrassing turn of events. Manufacturing after-the-fact appearances is no new thing for the Eritrean government.

      The UN conducted an inquiry into human rights violations in Eritrea and concluded in June 2016 that crimes against humanity were both widespread and systematic. The country is a one-party state, run by the top members of the People’s Front for Democracy and Justice (PFDJ), whose chairman is also the current and only president since 1991, Isaias Afewerki. His personal advisor is Yemane Gebreab, the man who proposes policies and implements them. Except that he does much more.

      Yemane Gebreab is widely known as the Presidential Advisor in Eritrea and head of Political Affairs in the PFDJ. However, these titles are nominal and only some of the roles he plays. Not only is Yemane Gebreab one of the main political minds behind the PFDJ, but his activities also range as widely in scope and depth as they do in nefariousness. He is active both at national and international level. HRCE has previously called for his arrest, and has since spoken to and received confidential testimonies from agents who in the past were deployed by Yemane Gebreab himself. They confirmed what most Eritreans already knew about him, through word of mouth or partial first-hand experience.

      On the international front, Yemane Gebreab is perhaps most infamous for masterminding and establishing the Young PFDJ (YPFDJ), a youth organisation which has parallels with the Balilla organisation which existed in Fascist Italy during the first half of the 20th century. YPFDJ even has enforcers called Eri-Blood, who intimidate anyone who expresses discontent with the Eritrean government and its practices. However, intimidation is not the only purpose of this organisation. Through the YPFDJ, whose members are not necessarily only youth, the PFDJ organises propaganda campaigns and spreads misinformation among the diaspora and other groups which interact with the Eritrean community abroad. Just as the YPFDJ meetings, often headed by Yemane Gebreab himself, spread false propaganda, they also serve as a means to fundraise and host events where money is either directly collected or obtained through sales of tickets or other items. This alone should have landed Yemane Gebreab in a US jail in the years since the standing executive order was first issued in 2010 by the then president Barack Obama.

      Most of the funds raised by the YPFDJ and PFDJ in the diaspora come from the older segments of the Eritrean community abroad. Worryingly, however, Yemane Gebreab organises these supporters to act as his informants. The former-agents whom HRCE has spoken with say that even middle-aged or elderly women, or other members of the Eritrean community abroad who might not raise suspicion, are used to spy on fellow Eritreans in the diaspora. Though many Eritreans knew this already, the testimony HRCE has received confirms the extent to which this tactic is systematic and widespread. Whilst the ordinary civilian may be used as an informant for Yemane Gebreab, trained individuals ranging from youth to middle-aged are deployed in the diaspora community.

      These youth, invariably members of the YPFDJ, but not necessarily openly so, are individuals who are carefully selected and sent to training camps inside Eritrea, often under the pretence of a vacation visit. They are trained using a program run by Yemane Gebreab which is intended to produce cadres fiercely loyal to the regime. These youth are taken around the country in a program called Zura-Hagerka, to the youth festival in Sawa Military Camp, to Nakfa (the old bastion town during the war for independence) to camps around Asmara (such as Asha Golgol) and other towns where their training is conducted. Not all of these youth are selected to become Yemane Gebreab’s agents. However, those who are selected are deployed in the diaspora and made to inform on the community, infiltrate organisations or set-up money laundering businesses, or even become part of the Eri- Blood.

      It is worrying that Eritrean youth from the diaspora willingly and voluntarily choose to partake in these criminal affairs, although the PFDJ regime has become expert at targeting the more vulnerable and disillusioned amongst the youth abroad. Unlike them, however, there are other Eritreans who also operate in the diaspora but have no choice in the matter. These are conscripts who hail from within the country and are trained in special cadre programs. These Eritreans might get brainwashed to the level of accepting the rhetoric fed them by Yemane Gebreab, although most are deeply aware that they have no choice but to obey, for it is not only their lives which are endangered; they also fear for their families. Few who manage to escape the grip of Yemane Gebreab’s network manage to share inside information. They are unambiguous about the fact that Yemane Gebreab runs these programs, participates in training and brainwashing cadres, as well as being the person who has the final word in all decision-making.

      The cadres deployed outside Eritrea by Yemane Gebreab have a slightly different job from the YPFDJ youth who are trained in the country and then sent back to their diaspora communities, although it must be kept in mind that often their roles overlap. These agents are told the country depends on them and that their training and job has been entrusted to them by the Eritrean people. They are made to believe they are the true inheritors of the legacy which led to the country’s independence and are instructed in no uncertain terms to put the country before their lives. Of course, by “country” Yemane Gebreab means the interests of himself, Isaias Afwerki and their kleptocratic clique. In fact, veneration of Isaias Afwerki is part of their training as they are assured that if it were not for Isaias Afwerki and the PFDJ, the country would be lost.

      Thus trained, involuntarily conscripted men and women from Eritrea are often sent to work in embassies, consulates or other PFDJ offices around the world. The former agents whom HRCE spoke with clarify that these cadres are assigned the job of spying and watching every move of ambassadors, consuls and other staff in these offices. The sources recall how, during their training, Yemane Gebreab would warn them to watch very closely Eritrean officials, diplomats and other leadership figures who visit from Eritrea. He would caution them that they are to monitor these diplomats’ movements as if they were a cancerous tumour. Accordingly, he instructs the agents he sends abroad to record what Eritrean diplomats and officials say in meetings and at public events, keeping an eye out for any sign of dissent or criticism. If these officials show any hint of discontent, they are to be reported and are consequently recalled back to the country.

      While abroad, the cadres deployed from Eritrea are also made to monitor and report on Eritrean-owned businesses and Eritrean individuals. They may receive orders to repatriate individuals targeted by the PFDJ and Yemane Gebreab. In practice, this translates to finding ways to undermine these individuals and business owners so that either their immigration status or licences are revoked. It may even extend to outright abduction and enforced disappearance. This practice seems to be done more in African and middle-eastern countries, where some of governments might even co-operate with the PFDJ in deporting targeted individuals. Examples of this can be found in neighbouring countries such as Sudan, where, throughout the years, abductions of Eritreans from Sudanese territory are conducted by Eritrean agents.

      Moreover, agents who answer to and co-operate with Yemane Gebreab can also be foreign nationals. Recalling the assassination attempt on the Italian journalist mentioned above, the Somalis who allowed the journalist to escape were reprimanded by Yemane Gebreab. Furthermore, part of the reason his name is the only non-Somali name on the list in the Executive Order concerning the turmoil in Somalia is due to his and his agents’ work in the region.

      However, the international activities by Yemane Gebreab form only part of the picture, as he is also deeply entrenched in the terror his activities within the country cause to the Eritrean People. As mentioned in a previous article, Yemane Gebreab admits in an interview that he and the PFDJ arrested without due legal process and detained incommunicado a group of journalists and his former colleagues and senior ministers known as the G11 in 2001. (The G11 were part of the G15, a group of senior government officials who publicly called for democracy and change, but only 11 of them were in the country at the time of arrest, and few are thought to survive to this day). Though this case is the most famous internationally, Yemane Gebreab is co-perpetrator of other persecutions and enforced disappearances within the country.

      Inside Eritrea, Yemane Gebreab is one of the main political minds behind the PFDJ, and as such, he plans and implements various repressive internal policies. He plays a crucial role in the establishment and running of youth programs, including the national service and the National Union of Eritrean Youth and Students (NUEYS), the internal equivalent of the YPFDJ and the organisation which handles all Eritrean youth affairs before they are conscripted into the military, which occurs before they even finish secondary education. This includes participation in PFDJ organised events and the release or withholding of the ID card all students must have before they are conscripted, on penalty of detention and early conscription into the military.

      Whilst Gebreab partakes in shaping such national policies to the extent that he is known as second-in-command in the country after Isaias Afewerki, the cadres he controls are put to work even inside Eritrea. The espionage network in Eritrea is as unnerving as possible, but what makes it even more fearsome for those who have to live under it is that elements like those organised and deployed by Yemane Gebreab do not fall under the control of any normal intelligence agency. They receive orders and respond solely to the president’s office and to Yemane Gebreab. For years the Eritrean population has lived in dread of accidentally offending one of these informants or any other covert agents infiltrated within the population.

      A particular terrorising effect is achieved by the agents of Yemane Gebreab inside Eritrea by the fact that they not only spy on the population but also demand that citizens inform on each other. The testimonies received by HRCE clarify that the cadres and agents trained and deployed by Yemane Gebreab are often given quotas and targets to monitor. Consequently, they follow the target in public places such as cafes, places of work, churches, mosques, etc. In such places, these agents approach the persons running the locales, businesses or places of worship and force them to inform on the targeted citizens. This creates a daily atmosphere of terror in the population, because no one can be sure if their colleague, their waiter, their church leader or their imam is watching their every move and reporting to these agents. To use a recent development within the country as a further example, it appears that the PFDJ regime is now assigning one family in each neighbourhood to act as informants on a group of surrounding families, reporting the comings and goings of each member of the assigned families they watch.

      At this point it is important to remind the reader that Eritreans live in terror of the consequences that may befall them if they appear to know anything unauthorised or do not cooperate with the demands made of them. In such ways Yemane Gebreab instils fear among Eritreans so that no one dares to speak to their neighbour openly, let alone organise to demand their rights or change the system. There is now an entire generation born and raised in such conditions of fear, and Yemane Gebreab is the main actor pulling the strings of the mechanisms that have terrorised many of the young people as well as most of the adult population for their entire lives, both inside and outside Eritrea. Gebreab has committed crimes against humanity and used people who have been forced into slavery to partake in his schemes. He is one of the main persons, perhaps only the second after Isaias Afwerki, to have illegitimately detained and directly caused the deaths of hundreds accused of dissenting against the PFDJ, of whom the most famous are amongst the G11 and journalists forcibly disappeared in September 2001.

      It baffles the mind then that Yemane Gebreab has thus far been allowed to enter Europe and the United States of America freely. European leaders and representatives of other United Nations member states should refuse to interact with such a criminal and should denounce him. The UN has recommended that those who systematically perpetrate crimes against humanity in Eritrea should face prosecution and Yemane Gebreab should be one of the most wanted men in Eritrea, detained immediately upon setting foot outside Eritrea and prosecuted at the International Criminal Court (ICC). HRCE recognises that some steps such as sanction and seizure of financial assets have been taken by the United States. However, it is feared that the seriousness of Yemane Gebreab’s crimes are grossly underestimated by the leaders of such countries and international organisations.

      HRCE appeals to all countries to deny entry to Yemane Gebreab and to refuse political and financial cooperation with him and the party he represents. It seems that Yemane Gebreab has been set free losing a major opportunity to detain him. However, if the U.S, European or other country’s authorities get another chance to put him in custody, HRCE recommends that instead of being released to perpetrate further crimes against humanity, he should be detained until he is brought before the ICC to answer for the major role he has played in terrorising and eliminating innocent Eritreans.

  • l’histgeobox: «Respect yourself»
    http://lhistgeobox.blogspot.com/2017/10/respect-yourself.html

    Au cours des années 1960, dans un Memphis cloisonné par la ségrégation raciale, un petit miracle se produit au 926 East McLemore Avenue. Durant quelques mois, une compagnie de disque, Stax, devient un havre de paix où le talent et la personnalité l’emportent sur la couleur de peau. Quelques unes des plus belles pages de la soul musique y furent écrites.

  • Laurent Alexandre, prophète du QI artificiel Le Comptoir le 22 septembre 2017 - Michel Juffé
    https://comptoir.org/2017/09/22/laurent-alexandre-prophete-du-qi-artificiel

    Les discussions autour de la technologie sont sujettes à de nombreuses spéculations plus ou moins rigoureuses. Le Comptoir vous propose ici une version remaniée d’un texte initialement paru sur le blog technocritique Mais où va le web ?. Plein de bon sens, le philosophe Michel Juffé y questionne les fondements et les errances intellectuelles des interventions-spectacles de Laurent Alexandre, (fut)urologue (spécialiste) de l’intelligence artificielle et fondateur du site Doctissimo dont le “sérieux” n’est plus à prouver. Le philosophe répond notamment à son entretien publié au Figarovox en juin 2017 et qui donne le ton : « “Bienvenue à Gattaca” deviendra la norme ».

    Laurent Alexandre n’hésite pas à déclarer que :

    « L’intelligence dans une société numérique est la clé de tout pouvoir politique et économique. Nous avons créé une société de la connaissance sans réfléchir aux conséquences. Nous avons bâti une économie de la connaissance, sans comprendre que nous allions donner un avantage immense aux gens maîtrisant les données, dotés de plasticité cérébrale leur permettant de changer régulièrement de métier et de se former leur vie durant : toutes qualités qui sont mesurées par le QI [quotient intellectuel, NDLR]. Un point de QI supplémentaire fera de plus en plus la différence dans la société de la connaissance. Il faudrait rebaptiser le QI et l’appeler QCIA, le Quotient de complémentarité avec l’intelligence artificielle, pour lui ôter son caractère stigmatisant. À partir de 2020, le QI minimum pour avoir un emploi va augmenter de l’ordre de cinq à dix points par décennie. »

    Le QI n’a jamais été présenté, par ses inventeurs, comme une mesure de l’intelligence au sens global du terme – qui mesurerait la capacité de discriminer, jugement, esprit d’analyse et de synthèse, créativité, etc. – mais comme une mesure de performances dûment étalonnées, c’est-à-dire, pour grossir le trait, celles qu’on attend d’un élève qui a appris à lire, écrire, compter et dessiner.


    Prenons par exemple un test de QI en ligne (il y a des dizaines de sites du genre, ils sont rarement très sérieux…). On nous dit que : « Ce test de QI en ligne évaluera votre quotient intellectuel ou QI. Ce test QI rapide donne un résultat quantitatif et standardisé lié à l’intelligence abstraite. Nous utilisons la méthode du “QI par rang”. Elle permet à une personne de se comparer à un ensemble d’individus classés par secteur. » En clair, c’est un test comparatif, qui ne peut donner de valeurs absolues. Le QI donne donc un indice de dispersion autour d’une moyenne. En l’occurrence pour le QI standard, la moyenne est fixée à 100 pour des raisons arbitraires et historiques. La dispersion des valeurs de QI se situe généralement entre 60 à 140, sachant que moins de 70 est considéré comme “extrêmement inférieur” et que plus de 130 est “extrêmement supérieur”. À quoi ? Eh bien à la moyenne toujours arbitrairement fixée à 100. On a ainsi pu dire que le QI ne mesure que lui-même !

    Ainsi, quand on lit, par exemple, que le QI moyen des Français est de 98, que celui de la plupart des pays d’Afrique est de 70, et que celui de la Chine est de 105, c’est entièrement faux. N’y voir aucun préjugé racial ! Pour que de tels résultats soient valides, il faudrait placer un échantillon de toute la population mondiale dans un seul lot, un seul “secteur”, lui faire disposer des mêmes éléments culturels, des mêmes conditions de passation du test, et d’une garantie très forte de bonne lecture des résultats. C’est rigoureusement impossible. Ce que révèle l’édification du QI en mesure de l’intelligence ou encore en point de comparaison entre sociétés ou civilisations, c’est surtout une position idéologique très forte. Ce qu’on promeut à travers ce genre de démarche, c’est la correspondance accrue à un certain système de valeurs, à un environnement particulier qui valorise ce genre d’intelligence pour de bonnes ou de mauvaises raisons et avec de bons ou de mauvais effets. Rien ne dit que ces systèmes sont plus “intelligents” que les autres, plus humains, plus sains. L’histoire du QI ne dit pas autre chose : cette mesure a servi à justifier toutes les inégalités sociales, voire à produire des politiques publiques discriminantes.

    « Prendre le QI comme signe d’intelligence, c’est à peu près comme demander à un chien de chasse de sauter dans un cerceau, sans tenir compte de son intelligence de chasseur. »

    Revenons à notre (fut)urologue et calculons un peu. Selon Laurent Alexandre, dans 50 ans il faudra avoir un QI de 150 pour avoir un emploi, et dans 100 ans un QI de 200. C’est bien embêtant, car, en réalité, la moyenne restera toujours à 100, donc seulement 1/1000 de la population, au plus, aura un emploi. Et on ne pourra pas supprimer les autres, car cela ne servirait plus à rien d’avoir un QI de 200 et plus (faute de base : toujours cette satané moyenne !). Ici, je pense à la reine rouge d’Alice : il faut courir deux fois plus vite pour rester sur place.

    Le QI, ce Graal
    Moderniser l’école, bien sûr. Car à présent les « classes populaires » sont dépassées par « la technologie qui galope ».

    Il faut, nous dit Laurent Alexandre, augmenter les « capacités cognitives de la population, puisque dans le futur la quasi-totalité des inégalités seront liées aux capacités cognitives ». Comme c’est simple ! À concevoir tout au moins. Toujours la même erreur de raisonnement : si tout augmente, rien n’augmente.

    « La bétise, mieux vaut la prévenir, car on ne peut pas la guérir. »

    Peu importe. Le rôle de l’école va devenir « la programmation des prothèses cérébrales ». Sous le contrôle de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), bien sûr ! On a eu chaud. Imaginons que le rôle de l’école soit d’augmenter la taille des élèves, leur poids ou la longueur de leurs cheveux, ce serait beaucoup plus difficile. Tandis que là, l’école aura seulement à s’occuper de mieux remplir le cerveau des élèves… Ce qu’elle fait déjà depuis 130 ans (avec l’obligation d’instruire toute la population), avec les programmes ministériels et les manuels scolaires. Ce seront toujours des manuels, mais sous forme d’implants cérébraux. La niaiserie, dont Laurent Alexandre accuse l’école, est plutôt celle des adorateurs des “manipulations cérébrales made in Californie” qu’il invoque comme d’autres invoquent les esprits de la forêt ou dansent devant un totem.


    D’où cette mâle proposition : « On ne sauvera pas la démocratie si nous ne réduisons pas les écarts de QI. » Le QI devient ainsi une baguette magique… à mettre entre toutes les mains. Faut-il encore répéter – pour les malcomprenants – que le QI est une mesure de performances standardisées qui n’a de sens que par des écarts, sur une échelle conventionnelle ? Bref, le QI ne mesure pas l’“intelligence” mais des capacités combinatoires, numériques et géométriques, soit une faible partie des capacités intellectuelles, une goutte d’eau dans un océan de complexité. Prendre le QI comme signe d’intelligence, c’est à peu près comme demander à un chien de chasse de sauter dans un cerceau, sans tenir compte de son intelligence de chasseur. Par ailleurs, même en se plaçant dans un contexte de concurrence mondialisée “inévitable” qui semble être l’unique système de pensée supportant les analyses de Laurent Alexandre, le QI n’offre aucune garantie qu’on s’en tirera vraiment mieux ; puisqu’il ne mesure ni la créativité, ni le talent, qui seront pourtant les “compétences” les plus utiles dans le monde automatisé qui s’annonce.

    Foin de ces raffinements, ce qui compte est d’augmenter le QI, comme l’annonce le Prophète – Elon Musk – qui sait que l’augmentation “massive” du QI aura lieu par implants cérébraux. « La seule solution, avec le développement de colonies sur Mars, pour éviter que l’humanité tout entière soit exterminée d’un coup. » Elles sont quand même fortes ces IA ! Elles pourraient nous exterminer « d’un coup. »

    Vous ne connaissez pas Elon Musk ? Cet homme, dont le QI doit être très élevé, sûrement plus que 260 (le record officiel, de 250, est détenu par un américain – of course !), a 46 ans, est père de jumeaux et de triplés, pèse 17 milliards de dollars, et dirige plusieurs sociétés, grâce auxquelles il va nous transporter à 2 000 km/h par voie terrestre, nous envoyer sur Mars par millions, supprimer les bouchons des grandes villes et fusionner l’IA et le cerveau humain (dès 2021).

    IA, implantation : fusion et confusion
    Rappelons rapidement ce qu’est l’IA. L’intelligence artificielle est « l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence » (Encyclopédie Larousse). C’est sommaire et un peu tautologique, mais cela nous suffira pour la suite.

    Quelles sont les possibilités d’une IA ? On parle d’IA depuis Turing (1950) mais on se heurte toujours à la question du traitement de données non formalisées, autrement dit des connaissances qualitatives – une grande partie de celles qui nous sont utiles. S’il est vrai que le “deeplearning” est un saut qualitatif en matière d’analyse du signal sonore ou visuel – reconnaissance faciale, reconnaissance vocale, vision par ordinateur, traitement automatisé du langage, par exemple – nous restons dans le connu, le perceptible et le sensible. Je veux dire par là que nous n’apprenons pas à créer par automatisme, et que dès que l’objet reconnu comporte un très grand nombre de dimensions (un corps humain en action par exemple), il devient inanalysable… pour le moment.

    « Durant la transmission électrochimique entre nos neurones, l’ordinateur, même s’il ne fonctionne qu’au ralenti a pu accomplir un million d’opérations, tandis qu’un être humain n’a pu en effectuer une seule. »

    Et s’il est vrai que la dictée orale de textes sur ordinateur est un vrai progrès pour ceux qui écrivent beaucoup, les corrections restent longues et fastidieuses. Quant à la traduction automatique, elle réserve de belles et parfois cocasses surprises. Il s’agit bien d’intelligence artificielle, si intelligere est avant tout discriminer, différencier, trier, comme le suggère l’étymologie latine. Mais la modélisation ne peut pas être illimitée, car quelles que soient la vitesse et l’architecture de traitement de données d’un ordinateur, l’augmentation des dimensions à paramétrer excède assez vite toute possibilité de calcul.

    Ce qui est “profond” est le nombre de couches de traitement de données et non l’apprentissage lui-même, au sens habituel du terme. Et ce qui est important est le service rendu, par exemple à des aveugles pour se diriger et reconnaitre des objets et des personnes. Bref, l’IA ne va pas, par un coup de baguette magique, rendre les gens intelligents, mais elle facilite l’usage de leur intelligence et peut les dispenser des tâches qui requièrent une intelligence répétitive, habituelle, conventionnelle, etc. N’oublions pas, aussi, que l’IA reste opaque pour la plupart des usagers, à commencer par le GPS des voitures et des téléphones mobiles, les moteurs de recherches, et bien d’autres “applis” auxquelles ils ne comprennent rien. D’où non seulement le danger d’une grande fracture numérique mais aussi celui de distorsion et de falsification des informations, aides et renseignements recueillis.

    Il ne faut pas, non plus, surestimer les performances d’une IA. Par exemple, depuis 2016, celle de battre un champion du jeu de Go. Il a bien fallu programmer l’ordinateur – pardon l’IA – pour qu’il combine des successions de coups. Et qui l’a programmé ? Des gens qui savent jouer au Go et ont eu tout leur temps pour bâtir ce programme. Ce qui est nouveau est que les concepteurs ont imité une forme d’intuition, produite par des milliards d’ajustements automatiques dont personne ne comprend la logique.

    Pour le reste, ça n’est qu’une question de vitesse relative : la transmission électrochimique (celle de nos neurones) est au mieux de 100 m/s, donc 1/200 de seconde pour 50 centimètres (entre l’œil et la main, par exemple). Durant cet intervalle, l’ordinateur, même s’il ne fonctionne qu’au ralenti – disons à 10­ 000 km/s – a pu accomplir un million d’opérations, tandis que par ailleurs, un être humain n’a pu en effectuer une seule, car le cerveau ne discrimine que des durées supérieures à 1/25 de seconde.

    L’IA de demain
    Aux dires de 252 experts en apprentissage par ordinateur (les plus qualifiés du monde, bien sûr), l’IA “battra” les humains en traduction des langues (à l’horizon 2024), en rédaction d’essais (2026), en vente (2031), en chirurgie (2050). En ce qui me concerne, encore neuf ans de patience et je pourrai arrêter d’écrire. En revanche rien n’est dit sur la fabrication des tartes aux pommes, où j’excelle, et je vais peut-être pouvoir continuer à en faire jusqu’en 2035 ou plus. Les mêmes prédisent que tous les emplois humains seront remplacés dans 120 ans. Encore une prédiction cocasse : comme on ne sait rien de notre mode de vie dans 120 ans, que peut-on prévoir sur l’emploi ou quoi que ce soit d’autre ? Qui aurait imaginé la machine à laver le linge et la pilule contraceptive au début du XXe siècle ? C’est pourtant ce qui a le plus changé la vie des femmes (donc de l’espèce humaine) durant ce siècle, en incluant les progrès de la chirurgie et de l’imagerie médicale. Personne n’aurait l’idée de parler d’IA à propos de la machine à laver, c’en est pourtant un des plus beaux succès.

    Toujours est-il qu’Elon Musk et ses compétiteurs (car c’est un marché de milliers de milliards de dollars, bien sûr) ne veulent pas que nous soyons dépassés par les IA (au sens fort du terme : machines capables d’apprendre, d’éprouver des émotions, de se reproduire).

    « Pour nous sauver des IA tyranniques, des composants électroniques seraient implantés dans le cerveau “entrelacés entre nos 83 milliards de neurones, ce qui nous transformerait en cyborgs” [sic(k)]. » Laurent Alexandre

    Car, ayant lu trop de science-fiction de médiocre qualité et ayant vu plusieurs fois Terminator I, II et III, ils sont persuadés de la révolte des machines, autrement dit que l’IA va “dépasser” (à droite ou à gauche ?) l’homme, ce qui « nous transformerait en animaux domestiques dans le meilleur des cas. »

    « Elon Musk, nous dit Laurent Alexandre, est très influencé par Nick Bostrom [44 ans, professeur à Oxford], le théoricien des IA hostiles, qui défend l’idée qu’il ne peut y avoir qu’une seule espèce intelligente (biologique ou artificielle) dans une région de l’univers. Ayant comme premier objectif sa survie, toute IA forte se protégera en cachant ses intentions agressives et en attaquant préventivement. » Qu’est-ce qu’une espèce intelligente ? Et pourquoi ne pourrait-il y en avoir qu’une dans une région de l’univers ? Et les fourmis, alors ? Et les rats, qui nous parasitent autant qu’ils veulent ? Et les arbres, sans lesquels nous n’existerions même pas ? J’oubliais : toutes ces choses-là (fourmis, rats, arbres) ne peuvent pas passer un test de QI, alors que les IA le peuvent.

    Bref, pour nous sauver des IA tyranniques, des composants électroniques – je suppose de la taille de quelques micromètres (10-6 µm), avec une finesse de gravure de 10 nanomètres (10-8 nm) – seraient implantés dans le cerveau « entrelacés entre nos 83 milliards de neurones, ce qui nous transformerait en cyborgs » (comme il peut y avoir jusqu’à 20 000 synapses par neurone, on ne sait pas très bien où se passera l’entrelaçage). Difficile de rester plus vague : à quoi serviront ces implants ? Faudra-t-il les remplacer ? À quel rythme deviendront-ils obsolètes ? Qui va les réparer ? Eux-mêmes ? Un couple de médecins et d’IA-médecins ? Leur porteur (puisqu’il est devenu très intelligent) ? Un électronicien ? Un plombier ?

    L’idée même de fusion – étape suivante de l’augmentation cérébrale – entre IA et êtres humains, sous des dehors riants (fusionner c’est augmenter, en mieux) est assez mal venue. La fusion est généralement une régression ; l’amour fusionnel diminue les deux partenaires et augmente leur fragilité. Le métal en fusion perd toute forme (mais le forgeron est là pour lui en donner une). Faire fondre quelque chose (du liquide au solide) peut être très utile, faire fusionner deux choses en les rendant liquides pour les mélanger (amalgame dentaire) aussi. La fusion de deux sociétés est quant à elle pleine d’aléas (si ce sont des réseaux ferroviaires, électriques ou bancaires, on en voit les avantages en termes de solidarité et de fiabilité, mais si ce sont des entités industrielles et/ou commerciales très variées, c’est souvent un échec). Mais fusionner deux organismes tels qu’un réseau de composants électroniques et un cerveau humain, si c’est seulement possible, relève d’une erreur d’attribution : ce n’est pas parce qu’on a parlé de réseaux de neurones en IA qu’il s’agit de vrais neurones artificiels. Cette prétendue fusion aboutirait plus probablement à Brendel/mouche/télépode (cf. le film La Mouche) – soit un abominable mélange régressif et non viable. En réalité, il ne s’agit pas de fusion mais de greffe (si la chose implantée s’incorpore à peu près complètement) ou de prothèse (si elle remplace passivement).

    À la question « Quel est le contraire de l’intelligence artificielle ? », Henri Atlan répondit « La bêtise humaine »

    Revenons au futur proche. “L’augmentation cérébrale”, en supposant qu’elle réussisse, serait-elle d’une quelconque utilité ? Si elle affine nos sens, nous permet de mémoriser plus aisément, de réagir plus vite, d’être plus précis dans nos gestes, elle ne sera pas mal venue. Rendra-t-elle plus intelligent ? Oui, si toutes les qualités susnommées nous rendent plus aptes à discerner, à juger, à nuancer, à peser, à imaginer, à choisir. Ce qui n’a rien de sûr, car les hautes performances corporelles ne garantissent en rien la moindre capacité à faire face aux diverses situations sociales, économiques, techniques, écologiques… auxquelles sont confrontés en permanence les êtres humains (comme tous les autres êtres vivants d’ailleurs). En revanche la saturation d’informations, l’implantation d’éléments à très haute vitesse et inaptes à se régénérer risquent d’induire de graves dysfonctionnements et des phénomènes de types cancéreux.

    D’ailleurs, pourquoi les adorateurs de l’IA n’ont-ils pas pensé à quelque chose de bien plus simple : doubler, tripler ou décupler le nombre de neurones, ce qui nous rendrait – forcément – deux, trois ou dix fois plus “intelligents” ? Il suffirait d’augmenter aussi le volume intérieur de la boîte crânienne ou de la remplacer par un casque hémisphérique en tungstène.
    unnamed-file


    Puces RFID implantées dans les mains.

    Revenons à notre ami Laurent Alexandre. Lorsque le journaliste (Vincent Tremolet de Villers) lui dit : « L’homme ne se réduit pas à son cerveau. Il est aussi sensibilité et vie intérieure. Ces deux dimensions sont-elles menacées ? », il a droit à cette réponse digne de figurer dans une anthologie du non-sens : « Vous avez à mon sens tort, l’homme se réduit à son cerveau. Nous sommes notre cerveau. La vie intérieure est une production de notre cerveau. L’Église refuse encore l’idée que l’âme soit produite par nos neurones, mais elle l’acceptera bientôt. »

    À l’appui de cette vérité définitive, Laurent Alexandre cite le révérend Christopher Benek [dont le site “illuminant” vaut le détour], qui souhaite que les machines douées d’intelligence puissent recevoir le baptême si elles en expriment le souhait. Ouf, nous sommes sauvés : c’est bien connu, des machines chrétiennes ne pourront être que des apôtres de l’amour universel et ne chercheront jamais à éliminer l’être humain. Bien mieux que les trois lois de la robotique d’Asimov.

    L’ordre numérique et la loi technologique
    Les élucubrations franchissent un cran dans la mégalomanie, lorsque Laurent Alexandre nous explique que nous, auditeurs moyens, n’avons pas encore compris que les “vrais” maîtres du monde sont les Gafa [Google, Amazon, Facebook, Apple, NDLR] et leurs semblables asiatiques. Ce sont eux qui font la “loi” (on ne sait pas laquelle, mais peu importe) et dictent leur conduite aux gouvernements (NB : avant c’était les Ford, les Rockefeller, etc.). « L’essentiel des règles n’émane plus des parlements mais des plateformes numériques. » Les parlements sont dépassés et même obsolètes, puisqu’ils ne comprennent rien à LA technologie, ne pourraient pas « auditer » les IA (je n’ai pas compris en quel sens Laurent Alexandre emploie le mot “auditer”). Bref, les politiques, comme les éducateurs, vivent dans le passé et feraient bien de se mettre à l’écoute des dirigeants de la révolution numérique, qui vont parvenir, enfin, à créer “l’homme nouveau” dont rêvaient les communistes dans les années 1920.

    « Deux choses sont infinies, l’univers et la bêtise humaine, et pour l’univers je n’en suis pas absolument sûr » citation attribuée à Albert Einstein

    Il est quand même douteux que les politiques y parviennent (à écouter les maîtres du monde) car ils « raisonnent à quinze jours, la Silicon Valley à 1 000 ans », clame Laurent Alexandre (cité par Hubert Guillaud sur le site Internetactu, d’après son discours déjanté à la conférence Unexpected sources of inspiration, centrée sur les enjeux du digital et créée il y a 10 ans ; elle a accueilli 1 800 personnes au Carrousel du Louvre en 2015).

    Quel manque d’ambition de la Silicon Valley (telle que l’imagine Laurent Alexandre). Car, en réalité, ses 6 000 entreprises de haute technologie et ses liens consubstantiels avec l’université de Stanford, une des meilleures du monde, sont capables de réalisations de grande qualité. Des auteurs tels que H.G. Wells, A.E. Van Vogt, A.C. Clarke, I. Asimov, R. Silverberg, etc. anticipent sur des centaines de milliers, des millions et même des milliards d’années (cf. La Cité et les Astres, d’Arthur Clarke, écrit en 1956).

    De plus, ce jugement est faux : les hommes d’État de quelque envergure ont depuis longtemps envisagé le futur sur des centaines d’années ou plus, et ont tout fait pour bâtir pour des millénaires. Il est également faux que tout se passe à la Silicon Valley. Les fabricants de matériel électronique, de systèmes, réseaux et terminaux (tels que les smartphones, par exemple) informatiques, œuvrent dans le monde entier. Et l’inventivité en matière d’usages du “numérique” n’est pas l’apanage de l’Amérique du Nord. Ce qui distingue les Californiens est d’une part une capacité à capitaliser vite et bien, et par suite à monter rapidement de grandes compagnies, d’autre part leur industrie du spectacle (show business) qui en fait les premiers “communicants” (baratineurs et propagandistes) du monde.

    Certes, une branche d’industrie peut vouloir “faire la loi” dans son domaine (comme EDF entre 1945 et 1985), mais ne peut pas voter les lois, et c’est pourquoi le lobbying et la corruption d’élus et de fonctionnaires existent.

    De l’urologie à la futurologie
    Laurent Alexandre est médecin diplômé d’urologie et a suivi les cours de MBA d’HEC, ce qui lui a manifestement réussi puisqu’il a créé Doctissimo – site plusieurs fois dénoncé pour son peu de fiabilité –, qu’il a vendu au groupe Lagardère pour 70 millions d’euros en 2008. Depuis, il a ajouté trois lettres à sa spécialité de départ, « f-u-t » comme dans futé, car il l’est, pour faire avaler de telles énormités. Car ce n’est pas fini : il est aussi généticien, cosmologue et visionnaire à très, très long terme.

    « Contre la stupidité, les dieux eux-mêmes luttent en vain » Friedrich Schiller, La pucelle d’Orléans, 1801

    Pour lui, l’espèce humaine va devenir immortelle… d’ici 1 000 ans au plus. Pour cela, il faudra avoir fusionné avec l’IA. « Le but ultime de la science est de combattre la mort de l’univers, par la création artificielle de nouveaux univers. Après la mort de la mort, la science se consacrerait à combattre la mort de l’univers. La cosmogénèse artificielle mobiliserait toute l’énergie de l’humanité dans les prochaines milliards d’années. »

    Isaac Asimov avait trouvé plus simple de construire un ordinateur, Multivac, qui, après des milliards d’années d’auto-perfectionnement (et suite à la fusion, hors espace-temps, entre ordinateur et être humain), découvrirait enfin, après la disparition de l’univers, la réponse à la question : « Peut-on inverser l’entropie ? » et engendrerait un nouvel univers en disant simplement : « Que la lumière soit ! » (La Dernière Question, 1956). Mais Laurent Alexandre ne cite pas Asimov.

    En revanche, il croit citer Darwin qui aurait “expliqué” que si l’univers mourrait, alors l’aventure humaine n’aurait eu aucun sens. On peut toujours chercher quoi que ce soit qui ressemble à ce genre de réflexion chez Darwin, ce serait en vain, car Darwin comprenait que l’espèce humaine est une espèce parmi d’autres, vouée à disparaître, comme les autres. Il est vrai que Darwin ne savait rien de l’IA. Quel était son QI, au fait ?

    Il prétend aussi citer Teilhard de Chardin, qui aurait introduit en 1922 le terme de “noosphère”, alors que, même s’il y a pensé dans les années 1920, le terme a été d’abord utilisé publiquement par Édouard Leroy au Collège de France en 1927, et diffusé par Vernadski, auteur de La Biosphère (1926) – ouvrage traduit en français en 1929 – qui formule le triptyque suivant : lithosphère, biosphère, noosphère. Teilhard en parle dans Le Phénomène humain, qui n’a paru qu’en 1955, ayant été interdit par l’Église catholique durant près de dix ans. Ce qui est certain, c’est que Laurent Alexandre ne comprend rien à la pensée de Theilhard : « Le monde futur décrit par Teilhard est bien cette fusion neurotechnologique où le corps disparaît progressivement. » Teilhard n’a jamais envisagé ce genre de futur. Il voulait concilier la théorie darwinienne et un Dieu « Moteur, Collecteur et Consolidateur, en avant, de l’Évolution » (La place de l’homme dans la Nature : Le groupe zoologique humain, 1956 ; ce livre fut interdit à la publication durant sept ans).

    Laurent Alexandre est quand même un grand humaniste, porteur d’une nouvelle éthique : « Je suis persuadé que le sauvetage de notre corps constitue l’un des trois piliers essentiels de notre humanité avec le maintien du droit à nous déconnecter de la matrice et le maintien d’une part de hasard génétique. » Comme la vie humaine est simple : tous les autres maux dont nous pouvons souffrir ne sont rien à côté des trois qu’il dénonce !

    Par exemple : les maladies dégénératives, les guerres de religion, les pénuries alimentaires, les pollutions (air, sol, eau), les catastrophes naturelles, les accidents industriels, l’exploitation des enfants, les viols et violences continuels, etc. Laurent Alexandre vit déjà dans un monde virtuel où rien ne compte d’autre que la projection permanente de visions manichéennes (transhumains, tous bons – IA, toutes mauvaises) et d’ennemis imaginaires propres aux délires paranoïaques (au vrai sens du terme : se croire menacé de destruction). À moins qu’il ne fasse semblant, parce que ça peut rapporter encore plus d’argent que Doctissimo.

    #Qi #discriminations #IA #Elon_Musk #Laurent_Alexandre #RFID #stupidité #Urologie #futurologie #Doctissimo #Isaac_Asimov #noosphère

  • Affaires, colonies, ONU : les ennuis s’accumulent pour Netanyahou
    https://www.mediapart.fr/journal/international/060117/affaires-colonies-onu-les-ennuis-saccumulent-pour-netanyahou

    À la tête d’une coalition ultradroitière, le premier ministre israélien est accusé par l’opposition et certains de son camp d’être devenu « incontrôlable ». Alors qu’il a été interrogé à deux reprises en une semaine dans une enquête judiciaire pour corruption, les appétits de ses adversaires s’aiguisent.

    #International #Benjamin_Netanyahou #Isaac_Herzog #Israël #Likoud #Moshe_Ya’alon #Moyen-Orient #Yaïr_Lapid

  • « La pièce obscure », ou la mauvaise passe des #indignés
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/110916/la-piece-obscure-ou-la-mauvaise-passe-des-indignes

    Dans La Pièce obscure, l’écrivain #Isaac_Rosa décrit une génération de jeunes Espagnols happés par un trou noir, comme une métaphore du marasme ibère. Et met en scène, dans ce texte sombre et inconfortable, les limites politiques du mouvement « indigné » de 2011.

    #Culture-Idées #15-M #Crise #Espagne #franquisme #Littérature

  • Les femmes de la Brukman
    http://www.nova-cinema.org/prog/2015/150/varia/article/les-femmes-de-la-brukman

    Isaac Isitan, 2008, CA, video, vo es st fr, 90’ Depuis la fin des années 90, l’Argentine connaît une vague de récupérations d’entreprises sans précédent. Dans un contexte de crise économique où le taux de chômage ne cesse d’augmenter, des travailleurs et des travailleuses décident d’occuper leur usine afin de sauver leur emploi. Il existe aujourd’hui plus de 300 entreprises récupérées. L’usine textile pour l’habillement « Brukman » est devenue l’un des emblèmes des entreprises récupérées. Le 18 décembre 2001, pendant la crise financière argentine et à la (...) jeudi 15 octobre 2015 - 20h , #Film + rencontre #Isaac (...)

  • What is the origin of the name #al-Qaida? | Books | The Guardian
    http://www.theguardian.com/books/2002/aug/24/alqaida.sciencefictionfantasyandhorror

    In October last year, an item appeared on an authoritative Russian studies website that soon had the science-fiction community buzzing with speculative excitement. It asserted that #Isaac_Asimov's 1951 classic Foundation was translated into Arabic under the title “al-Qaida”. And it seemed to have the evidence to back up its claims.

    The Arabic word qaida - ordinarily meaning “base” or “foundation” - is also used for “groundwork” and “basis”. It is employed in the sense of a military or naval base, and for chemical formulae and geometry: the base of a pyramid, for example. Lane, the best Arab-English lexicon, gives these senses: foundation, basis of a house; the supporting columns or poles of a structure; the lower parts of clouds extending across a horizon; a universal or general rule or canon. With the coming of the computer age, it has gained the further meaning of “database”: qaida ma’lumat (information base).

    @nidal @alaingresh

  • Ghanaian preachers say the darndest things
    http://africasacountry.com/ghanaian-preachers-say-the-darndest-things

    Ghanaian preachers are attracting international press for peculiar reasons. It is not uncommon the world over for religious figures to wade in on political issues and find themselves considered as a respected authority on a given matter. The former Archbishop of Canterbury, Rowan Williams, often gave his opinion on social and political affairs and Archbishop Desmond Tutu’s disdain for the current incarnation of South Africa’s ruling ANC party is well known. Ghanaian preachers are no different. And now, after years of finding (read advertising) themselves in the pages of national newspapers they too have reached the global stage. Albeit for less noble (...)

    #JOURNALISM #Cardinal_Peter_Turkson #Cedi #Ghana #Isaac_Owusu-Bempah #John_Atta-Mills #John_Dramani_Mahama #Nicholas_Duncan-Williams #Uganda

  • A Brief Cinematic Guide to #Mother_of_George
    http://africasacountry.com/a-brief-cinematic-guide-to-mother-of-george

    Since last AIAC reviewed Mother of George in September, much has happened in the life of the #FILM that warrants a more fine-grained analysis of its endless cinematic offerings. The National Board of Review just named Mother of George one of the year’s top 10 indie films, and the week before that, Applause Africa awarded director #Andrew_Dosunmu (Restless City, […]

    #Danai_Gurira #Isaach_de_Bankolé

  • #Cape_Town hip-hop just got interesting again
    http://africasacountry.com/cape-town-hip-hop-just-got-interesting-again

    It has often been said in hip-hop circles in Cape Town that the wildly successful #Die_Antwoord owe a lot of their success to the Cape Flats rappers that they hung out with just before dropping their breakout album $O$. #Isaac_Mutant was featured on that album, and he is often credited with being the […]

    #MUSIC #Dookoom #kak_stirvy #South_Africa

  • 1450 étoiles dans un berceau | Ciel et Espace
    http://www.cieletespace.fr/node/9779

    Parmi les amas stellaires connus par les astronomes, Cygnus OB2 ne fait pas partie des plus célèbres. Pourtant c’est le plus massif : l’équivalent de 30000 fois le Soleil. Distant de 5000 années-lumière dans la constellation du Cygne, il abrite de nombreuses étoiles très massives qui émettent quantités de rayons X. Une cible de choix pour le satellite américain Chandra, sensible à ces longueurs d’ondes. Grâce à lui, les astronomes ont détecté 1700 sources de rayons X à l’intérieur de l’amas. 1450 d’entre elles sont de jeunes étoiles qui sont encore entourées des nébulosités qui les ont vues naître. Elles n’ont pas plus de 7 millions d’années.
    Cette image combine les données du satellite Chandra (en bleu), du télescope spatial Spitzer qui observe en infrarouge (en rouge) et du télescope de 2,5 m Isaac Newton, qui a réalisé un cliché en visible (en orange). Sur le site de Chandra, les trois images peuvent être vues séparément.

    #Espace #Chandra #Spitzer #IsaacNewton #CygnusOB2

  • Hurricane Isaac … and the seven years since Hurricane Katrina

    http://www.wsws.org/articles/2012/aug2012/pers-a31.shtml

    31 August 2012

    Whatever the ultimate damage caused by Hurricane Isaac in the Gulf Coast region of the US, the new storm has underscored once again the depths of the social crisis in America and the dramatic failure of its political system.

    No thinking human being can honestly believe it is impossible for the “richest country on earth” to protect its people from a Category 1 hurricane. Yet, once again, parts of Louisiana and Mississippi are being flooded, some 900,000 people are without electricity, and tens of thousands of Gulf Coast residents face evacuation.

    Seven years ago, the events surrounding Hurricane Katrina were a damning indictment of American capitalism. The combination of crumbling infrastructure, the official refusal to listen to warnings about the levee system, the overall lack of preparedness, and the conditions of the poorest sections of the population, led to a terrible human tragedy. At least 1,800 died, and 80 percent of New Orleans was submerged, with 70 percent of its housing units damaged and tens of thousands trapped in the city for days without food, drinking water or assistance.

    #etats-unis #katrina #isaac #mississippi #louisiane #nouvelle-orléans #désatres

  • Ouragan Isaac : l’eau submerge une digue près de La Nouvelle Orléans

    http://abonnes.lemonde.fr/ameriques/article/2012/08/29/en-alerte-la-louisiane-attend-l-ouragan-isaac_1752545_3222.html

    Le Monde.fr avec AFP | 29.08.2012

    Selon le NHC, Isaac est pour le moment un ouragan de catégorie 1 sur l’échelle de Saffir-Simpson, qui compte cinq degrés.

    L’ouragan Isaac se rapproche dangereusement de La Nouvelle-Orléans, où il est attendu dans la soirée, sept ans jour pour jour après Katrina. L’eau a déjà franchi une des digues installées dans les environs, entre les districts de Braithwaite et de White Ditch, et un avis d’évacuation a été lancé pour la paroisse de Plaquemine, presqu’île située à 90 km au sud-est de la ville.

    Le président de la paroisse, Billy Nungesser, a précisé que 2 000 habitants ont reçu la consigne de quitter leurs habitations mais que seulement la moitié avait suivi cette recommandation avant l’arrivée des pluies et des vents charriés par Isaac mardi soir. « Sur la rive est, nous avons actuellement des gens qui se sont réfugiés sur leurs toits ou dans leurs greniers car il y a entre trois mètres cinquante et quatre mètres d’eau dans leurs maisons », a-t-il dit. « L’ouragan a été bien plus fort que les gens ne le pensaient ».

    #isaac #katrina #nouvelle-orléans #états-unis #ouragan

  • Hurricane Katrina - News - Times Topics - The New York Times

    De très nombreuses ressources et analyse regroupées ici par le NYT

    http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/subjects/h/hurricane_katrina/index.html?inline=nyt-classifier

    Hurricane Katrina

    Hurricane Katrina struck the Gulf Coast with devastating force at daybreak on Aug. 29, 2005, pummeling a region that included the fabled city of New Orleans and heaping damage on neighboring Mississippi. In all, more than 1,700 people were killed and hundreds of thousands of others displaced.

    Packing 145-mile-an-hour winds as it made landfall, the category 3 storm left more than a million people in three states without power and submerged highways even hundreds of miles from its center. The hurricane’s storm surge — a 29-foot wall of water pushed ashore when the hurricane struck the Gulf Coast — was the highest ever measured in the United States. Levees failed in New Orleans, resulting in political and social upheavals that continued a half decade later.

    Katrina ranks as one of the most punishing hurricanes ever to hit the United States. Damage, costing billions of dollars, has made it one of the costliest storms on record. In New Orleans, floodwaters from the breached levee rose to rooftops in the poorest neighborhood, and in many areas residents were rescued from roofs of homes that became uninhabitable. The hurricane’s howling winds stripped 15-foot sections off the roof of the Superdome, where as many as 10,000 evacuees had taken shelter. An exodus of hundreds of thousands left the city, many becoming refugees, finding shelter with nearby relatives or restarting their lives in states as far away as Massachusetts and Utah.

    Experts who studied the disaster say the hurricane was more like four storms — at least — that battered the area in different ways. They say the flood protection system in New Orleans was flawed from the start because the model storm it was designed to stop was simplistic, and led to an inadequate network of levees, flood walls, storm gates and pumps. And experts say that understanding the failings is essential in planning the next generation of flood protection for a rebuilt New Orleans, and for systems nationwide.

    #etats-unis #ouragan #isaac #katrina #mississippi #nouvelle-orléans

  • Hurricane Isaac Makes Landfall in Louisiana - NYTimes.com

    Depuis Katrina, de nouvelles protections ont été construites, les anciennes digues apparemment renforcées. Isaac sera donc un test pour voir si le nouveau système résistera.

    http://www.nytimes.com/2012/08/29/us/tropical-storm-isaac-on-verge-of-becoming-a-category-1-hurricane.html?_r=1&

    By JOHN SCHWARTZ and CAMPBELL ROBERTSON
    Published : August 28, 2012

    NEW ORLEANS — On the eve of the seventh anniversary of Hurricane Katrina, which brought widespread devastation after the colossal failure of the system built to protect the city, New Orleans on Tuesday night once again found itself facing the impending arrival of a huge and deadly storm.

    Isaac was a Category 1 hurricane with sustained winds of 80 miles per hour when it made landfall at 6:45 p.m. local time just southwest of the mouth of the Mississippi River, about 95 miles from New Orleans, and then wobbled westward and back out over water. Around 11 p.m., it was about 75 miles southeast of New Orleans with the same sustained winds.

    #etats-unis #ouragan #isaac #katrina #mississippi #nouvelle-orléans