• 6-year-old refugee boy dies in blaze in #Thiva accommodation camp

    A 6-year-old boy died on Tuesday night when a fire broke out in a refugee camp on the town on Thiva, some 60 km north of Athens.

    The boy was reportedly leaving with his parents and 4 siblings in a container. Local media reported that the mother reportedly managed to bring another boy and three girls outside but not the boy. The father was not there at the time of the blaze. The family are asylum-seekers from Iran.

    The fire broke out around 9 o’ clock under unknown circumstances. Footage taken at the time of the fire shows a lot of residents to have gathered outside the building on fire.

    https://www.youtube.com/watch?v=mD28yBy7k8Q&feature=emb_logo

    According to local media radiothiva, and the Fire Service, it was the camp residents who pulled the dead body of the boy from the spot.

    The Fire Service said firefighters had to be accompanied by police to get into the camp after residents initially prevented them from entering.

    The refugees claimed that firefighters arrived with delay, reportedly threw stones and other items at the trucks, smashing the front window in one of them.

    Eight firemen with four fire engines were finally able to extinguish the blaze in a building in the camp.

    The Fire Service was reportedly not able to conduct inspection due to the angry crowd, a small police unit remains in the area.

    https://www.keeptalkinggreece.com/2021/02/24/refugee-boy-dies-fire-camp-thiva

    #incendie #feu #réfugiés #camps_de_réfugiés #décès #mort #Grèce

    –-

    ajouté à la métaliste des incendies dans les camps de réfugiés, notamment en Grèce :
    https://seenthis.net/messages/851143

    • Grèce : incendie dans un camp au nord d’Athènes, un enfant de 6 ans décède

      Un enfant kurde de 6 ans est mort mardi soir dans l’incendie d’un camp de migrants situé à Thèbes, au nord d’Athènes. Les exilés accusent les autorités d’avoir trop tardé à intervenir, mettant plus d’une heure à rejoindre les lieux.

      Un incendie s’est déclaré dans la soirée de mardi 23 février dans un camp de migrants de Thèbes, au nord d’Athènes, provoquant la mort d’un enfant kurde de 6 ans, ont annoncé les pompiers grecs dans un communiqué. Lorsque ces derniers sont arrivés sur les lieux, l’enfant ne respirait déjà plus. Les causes de l’incendie sont pour l’heure inconnues.

      https://twitter.com/AntonisRepanas/status/1364324710901813251

      Selon des témoins cités par le site d’information kurde Pishti News, l’enfant se trouvait à l’intérieur du camp avec sa mère, son frère et ses trois sœurs quand le feu s’est déclenché. La mère aurait réussi à faire sortir quatre de ses enfants mais n’a pas pu sauver son autre fils. Toujours d’après le même média, le corps de l’enfant a été enlevé du bâtiment par les migrants eux-mêmes une heure après le drame.

      Les exilés accusent les pompiers d’avoir tardé à réagir, mettant plus d’une heure à rejoindre les lieux. Les autorités, elles, donnent une autre version. Elles racontent que la police a dû également intervenir car les migrants bloquaient l’accès à la structure qui avait pris feu, empêchant les pompiers de se rendre sur place.

      Les camps de migrants sont régulièrement touchés par des incendies, la plupart accidentels. Il y a trois jours, deux incendies ont détruit deux tentes sans faire de victime dans deux camps de migrants sur l’île de Lesbos.

      L’hiver, quand il fait froid sous les tentes des camps, de nombreux exilés font des feux de bois pour se réchauffer ou utilisent des poêles à l’intérieur de leur habitation précaire, ce qui provoque souvent des accidents.

      Des ONG de défense des droits de l’Homme ont tiré la sonnette d’alarme ces derniers jours sur la détérioration des conditions avec le froid dans les camps de migrants à travers le pays.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/30459/grece-incendie-dans-un-camp-au-nord-d-athenes-un-enfant-de-6-ans-deced

  • #pollution de l’air : 100.000 morts par an en #france
    http://carfree.fr/index.php/2021/02/19/pollution-de-lair-100-000-morts-par-an-en-france

    Le nombre de décès imputables à la pollution de l’air est à la fois mal connu et probablement très largement sous-estimé. Les résultats d’une nouvelle étude internationale révisent fortement à Lire la suite...

    #Pollution_automobile #air #diesel #microparticules #mort #mortalité #santé

  • En Afrique, l’ampleur de l’épidémie de Covid-19 reste une grande inconnue
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/14/en-afrique-l-ampleur-de-l-epidemie-de-covid-19-reste-une-grande-inconnue_606

    « Les chiffres s’emballent. D’un point de vue européen, où le nombre de contaminations se compte en centaines de milliers, ils peuvent paraître encore faibles. Pourtant, ils ne reflètent la réalité que de manière très limitée. Seuls 1 000 à 2 000 tests sont réalisés chaque jour dans des pays de plusieurs millions d’habitants, soit 300 fois moins qu’en Europe. Et une partie concerne surtout les voyageurs », a alerté fin janvier l’ONG Alima, présente en Afrique de l’Ouest.En dehors des capitales, les moyens de dépistage s’avèrent le plus souvent inexistants. « Il n’existe qu’un laboratoire national à Bamako pour analyser des prélèvements transportés par vols humanitaires depuis Tombouctou, Mopti ou Gao. Seuls les malades présentant des symptômes sont testés. Il est dans ce contexte très difficile d’évaluer la circulation du virus », admet Aimé Makimere Tamberi, chef de mission d’Alima au Mali. Sur l’ensemble du continent, moins d’un million de tests ont été réalisés au cours de la semaine écoulée, soit deux fois moins qu’en France. Et pour une écrasante majorité, seule une poignée de pays (Afrique du Sud, Maroc, Egypte…) en ont bénéficié.
    Chaque jour, l’OMS et le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’Union africaine (CDC-Afrique) publient les chiffres des nouvelles contaminations et des décès sur la base des statistiques hospitalières fournies par les Etats.La Tanzanie, dont le président John Magufuli nie la gravité de l’épidémie, a cessé de transmettre des chiffres fin avril 2020. Le pays comptait alors 509 cas et 21 décès. La présence du variant sud-africain a pu y être repérée dans les tests positifs pratiqués cette semaine sur deux ressortissants tanzaniens en voyage au Royaume-Uni. Or ce variant, déjà identifié dans sept pays, inquiète au plus haut point les épidémiologistes. Plus contagieux, il serait également, selon une étude menée par l’Université de Witwatersrand (Johannesburg), résistant au vaccin développé par AstraZeneca. Des résultats qui ont conduit le gouvernement sud-africain à suspendre, à peine lancée, sa campagne de vaccinations.
    « Nous ne testons pas tout le monde, mais nous n’avons pas observé de mortalité massive en dehors des cas répertoriés [par les centres de santé] », répond le docteur John Nkengasong, directeur du CDC-Afrique, lorsqu’il est questionné sur la sous-évaluation de l’épidémie. Plusieurs enquêtes conduisent toutefois à s’interroger sur cette réalité.
    En Zambie, une étude menée à Lusaka a révélé que 19 % des cadavres reçus par la plus grande morgue de la capitale entre juin et septembre 2020 étaient positifs au SARS-CoV-2. « 364 personnes ont été testées et dix-neuf sont apparues positives ; 70 % étaient des hommes, avec un âge médian de 49 ans, mais il y avait aussi sept enfants. La majorité des décès étaient survenus dans les communautés. Personne n’avait été testé avant de mourir, même si des symptômes du Covid-19 étaient dans certains cas visibles », écrivent Lawrence Mwananyanda et Christopher Gill, chercheurs à l’école de santé publique de l’Université de Boston (Etats-Unis) et auteurs principaux de l’article publié fin décembre 2020 sur la plateforme en ligne MedRxiv. En Afrique du Sud, l’équipe conduite par Debbie Bradshaw, du South African Medical Research Council (SAMRC), a annoncé, le 10 février, que selon ses calculs menés en prenant pour référence des tendances de mortalité antérieures à la pandémie, les décès supplémentaires enregistrés dans le pays entre mai 2020 et février avoisinent les 137 000, soit plus de trois fois le chiffre déclaré à l’OMS.

    #Covid-19#migrant#migration#afrique#afriquedusud#mali#zambie#circulation#variant#depistage#morbidite#mortalite#sante

  • «Notre société est malade»: The Lancet condamne le #capitalisme américain - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2021/02/13/pers-f13.html
    https://www.wsws.org/asset/8ae9d25e-c93c-4b7f-873f-41b09f53d415?rendition=image1280

    Mais dans rapport méticuleusement documenté, qui compte plus d’une douzaine d’auteurs distingués, The Lancet ne se contente pas de condamner Trump. La revue soutient que les près d’un demi-million de #morts aux États-Unis suite à la COVID-19 devraient s’ajouter aux « Américains disparus » dont les décès sont attribuables à la montée des #inégalités sociales au cours des quatre dernières décennies. Son rapport présente la pandémie et le gouvernement Trump comme le résultat de tendances plus profondes dans la société américaine.

    « Une #ploutocratie enhardie, sous couvert de déréglementation et d’austérité, a augmenté sa richesse et son pouvoir en re-réglementant les marchés à leur avantage et en ajustant les budgets gouvernementaux pour leur propre bénéfice », a écrit The Lancet. « Sous ce type de gouvernance, les entreprises et les familles riches reçoivent de généreux transferts gouvernementaux » tandis que « les possibilités d’emploi ont disparu ».

    The Lancet en arrive à cette conclusion : « La vérité troublante est que de nombreuses politiques du président Trump ne représentent pas une rupture radicale avec le passé. Elles ont simplement accéléré la tendance au retardement de l’espérance de vie, qui dure depuis des décennies et qui reflète des failles profondes et de longue date dans la politique économique, sanitaire et sociale des États-Unis. Ces défauts sont non seulement évidents dans la baisse de la longévité… mais aussi dans les écarts croissants de mortalité entre les classes sociales ».

    Les pertes massives de vies humaines lors de la pandémie COVID-19, concentrées dans la classe ouvrière américaine, ont accéléré le déclin de l’espérance de vie aux États-Unis et, plus important encore, la stratification de l’espérance de vie selon les classes sociales.

    « Au moment de l’inauguration de Trump en janvier 2017, la santé de la population américaine était déjà sur une trajectoire descendante », écrit The Lancet. « L’espérance de vie moyenne aux États-Unis était passée de 78,9 ans à 78,7 ans entre 2014 et 2018. C’était une période qui comprenait la première baisse de longévité sur 3 ans depuis la Première Guerre mondiale et la pandémie de grippe de 1918 ».

    Le rapport note que « depuis les années 1980, la disparité entre les classes sociales et économiques s’est accentuée avec la disparition des emplois manufacturiers bien rémunérés… Malgré un marché boursier en plein essor… de nombreuses personnes qui vivent aux États-Unis ont été contraintes d’accepter des emplois précaires, mal payés et offrant des prestations insuffisantes. Cette inégalité croissante des revenus a accentué les inégalités en matière de santé ».

    #santé

  • Mort de Cédric Chouviat : les policiers auraient menti avec la bénédiction de leur hiérarchie - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/faits-divers/mort-de-cedric-chouviat-les-policiers-auraient-menti-avec-la-benediction-


    Cédric Chouviat avait été interpellé le 3 janvier près de la tour Eiffel. Il est décédé deux jours plus tard sans avoir repris connaissance.
    DR.

    Les policiers mis en examen auraient tenté de cacher leur responsabilité dans la mort du chauffeur-livreur de 42 ans. Leur hiérarchie les aurait couverts.

    Ils n’ont pas entendu Cédric Chouviat crier « j’étouffe » à sept reprises. C’est ce qu’ont affirmé les policiers qui ont plaqué au sol, sur le ventre, le chauffeur-livreur de 42 ans lors d’un contrôle routier près la tour Eiffel à Paris le 3 janvier. Transporté dans un état critique à l’hôpital Georges-Pompidou, le père de famille était mort deux jours plus tard.

    Des mensonges que mettent en lumière mardi Mediapart et Libération grâce à des documents qu’ils ont consultés. Après une enquête menée par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), trois des quatre fonctionnaires impliqués dans l’interpellation fatale à Cédric Chouviat ont été mis en examen pour homicide involontaire, avec interdiction d’entrer en contact avec tout ou partie de l’équipage. Une policière a été, elle, placée sous le statut de témoin assisté.

    Au cours de leurs auditions, les policiers n’en ont pas démordu : ils n’ont pas entendu les cris de détresse du chauffeur-livreur. Pourtant, Cédric Chouviat continuait d’enregistrer la conversation lorsqu’il a été attrapé par le cou, plaqué au sol sur le ventre, encore casqué, avant d’être menotté. Non seulement on l’entend se plaindre d’étouffer, mais on entend aussi distinctement l’un des fonctionnaires dire à son collègue, le chef de bord Michaël P. : « C’est bon, c’est bon, lâche », « sur un ton paraissant empreint d’inquiétude ».

    Mais face aux enquêteurs de la police des polices, ce gardien de la paix ne « sait plus » pourquoi il a prononcé ces mots, rapporte Mediapart. La « clé d’étranglement » ? Un simple « maintien de tête », affirme Michaël P. « Il n’y a pas eu de geste volontaire », dit-il encore. D’autres vidéos tournées par l’une des policières impliquées ont pourtant été versées au dossier.

  • BALLAST | Rachida Brahim : « Mettre en lumière les crimes racistes, c’est nettoyer nos maisons »
    https://www.revue-ballast.fr/rachida-brahim-mettre-en-lumiere-les-crimes-racistes-cest-nettoyer-nos

    Durant sept ans, #Rachida_Brahim, doc­teure en socio­lo­gie, a exa­mi­né 731 #crimes_racistes — des attaques ou des meurtres com­mis de 1970 à 1997, en France conti­nen­tale. Ce minu­tieux tra­vail d’en­quête est deve­nu un livre, La Race tue deux fois : il vient de paraître aux édi­tions Syllepse. La notion de « #classe » révèle l’ordre hié­rar­chique socio-éco­no­mique qui archi­tec­ture l’en­semble de la socié­té ; celle de « genre » met au jour les rap­ports sociaux à l’œuvre entre les sexes ; celle de « race » explique, en tant que construc­tion his­to­rique, les #inéga­li­tés, #dis­cri­mi­na­tions et pro­cé­dés déshu­ma­ni­sants qui frappent les groupes mino­ri­taires. Penser la façon dont les trois s’en­tre­lacent porte un nom bien connu dans les mondes mili­tants et aca­dé­miques : l’#in­ter­sec­tion­na­li­té — un nom que le ministre de l’Éducation natio­nale, Jean-Michel Blanquer, a, tout à son intel­li­gence, récem­ment assi­mi­lé aux « inté­rêts des isla­mistes ». Pour com­prendre l’his­toire des crimes racistes et l’im­pu­ni­té dont leurs auteurs conti­nuent de béné­fi­cier, Rachida Brahim est for­melle : il faut ques­tion­ner les logiques raciales propres à notre ordre social. Nous l’a­vons rencontrée.

    #racisme

    • Plein de choses intéressantes dans cet article, mais entre autres à rajouter au dossier sur les #statistiques sur les assassinats policiers, principalement en #France mais aussi dans d’autres pays :
      https://seenthis.net/messages/601177

      #Violence_policière #Violences_policières #brutalité_policière #Assassinats_policiers #racisme #racisme_d_Etat #justice #impunité
      –------------------------------
      Aussi sur le racisme à l’ #Université

      Cette mise en abyme, je l’ai vécue lors de ma soutenance de thèse : mon directeur de thèse et le président du jury m’ont expliqué que j’étais « hors-sujet ». D’après eux, le fait que je sois moi-même d’origine algérienne m’aurait empêchée de prendre de la distance avec le sujet. Car, si j’y étais parvenue, j’aurais compris que toute ces histoires de crimes n’étaient qu’une affaire de classe… Ce qu’on me demandait, en somme, c’était de nier les données d’archives, la parole des enquêtés et ma propre pensée pour demeurer, comme eux, aveugle à la race. Nous serions pourtant un certain nombre à être sincèrement ravis d’apprendre que c’en est vraiment fini de la race… Mais c’est intéressant, parce que ça confirme ce que Bourdieu, Passeron ou Foucault ont démontré il y a bien 50 ans maintenant, à savoir que l’Université, c’est l’École. Et c’est d’abord une institution étatique au même titre que la Police ou la Justice. Elle fait ce que l’État attend d’elle. Son but n’est pas de produire du savoir pour améliorer radicalement la société mais de maintenir une pensée dominante qui profite à l’ordre établi. Ce que l’Université évalue, ce n’est pas votre capacité à penser depuis votre propre densité mais votre capacité à vous soumettre.

      Puisqu’elle en parle, son directeur de thèse était #Laurent_Mucchielli et son jury de thèse en 2017 était composé de #Stéphane_Beaud (président du jury, qui refuse de croire au racisme et pense que ce ne sont que des histoires de classe...), #Françoise_Lorcerie, #Patrick_Simon, #Christian_Rinaudo, #Nacira_Guénif_Souilamas
      https://www.theses.fr/2017AIXM0163

      En France, entre les années 70 et fin 90, alors que la notion de crime raciste occupait fréquemment la sphère militante et médiatique, elle ne constituait pas une catégorie juridique dans la sphère judiciaire. La mésentente concernant le traitement des crimes racistes semble trouver son origine dans le fait que deux conceptions d’une même réalité ont pu coexister pendant une trentaine d’années : la réalité du groupe concerné par ces violences d’une part et celle émanant du droit étatique d’autre part. Alors que pour les premiers, le caractère raciste des violences ne faisait aucun doute, pour les parlementaires l’idée même d’un mobile raciste a régulièrement été rejetée. D’un point de vue législatif, il a fallu attendre l’année 2003 pour que la France adopte une loi permettant de prendre en compte l’intention raciste d’un crime. Depuis cette date, sous certaines conditions, le mobile raciste peut constituer une circonstance aggravante dans les infractions de type criminel. Cette thèse s’intéresse à ces deux vérités et aux circonstances qui ont déterminé leur existence. Elle vise notamment à interroger le rôle joué par le droit étatique dans la production et le maintien des catégories ethnoraciales par delà la politisation des violences qui en résultent. D’un point de vue empirique, l’enquête a consisté à confronter la parole des militants ayant dénoncé une double violence, celle provoquée par les agressions d’une part et celle induite par leur traitement pénal d’autre part, à un ensemble de sources archivistiques émanant des services du ministère de l’Intérieur et du Parlement. D’un point de vue théorique, les apports de la sociologie et de l’histoire de l’immigration ont été complétés en intégrant les réflexions des théories de l’ethnicité et de la Critical Race Theory. En définitive, cette recherche met en évidence le fait que l’universalisme républicain fait partie intégrante du processus de racialisation. En revenant sur les dispositions majeures de la politique d’immigration et sur la figure stigmatique de l’homme arabe, un premier axe s’intéresse à la manière dont le droit étatique a particularisé une catégorie d’individus en participant à la production des catégories ethnoraciales. Un deuxième axe vise à caractériser les crimes racistes qui ont été dénoncés entre les années 70 et fin 90. Un dernier axe enfin étudie la carrière juridique du mobile raciste durant cette même période. Il expose la manière dont la législation antiraciste a invisibilisé la question des crimes racistes et maintenu les catégories ethnoraciales en appliquant des règles universelles à des groupes qui ont auparavant été différenciés.

    • La race tue deux fois

      « De telles listes sont dressées depuis les années 1970. Compilées par plusieurs générations de militants, elles sont enfouies dans les caves des archives associatives et présentent toutes le même format, à la fois sec et funeste. On y trouve la date du crime, le nom de la victime, suivis d’une ou deux phrases laconiques. Elles frappent par leur rudesse, leur longueur et leur nombre. Poser une liste conduit inexorablement à en trouver une autre quelques jours plus tard. Ces listes expriment l’idée d’une #injustice. Elles dénoncent le racisme et l’#impunité du racisme. Elles pointent du doigt les crimes, mais également la grande majorité des #procès qui ont fini par des peines légères avec sursis ou des acquittements, quand ce n’est pas un non-lieu qui est venu clore l’affaire.

      Elles disent en substance que la #racialisation, autrement dit le fait de placer des personnes dans une catégorie raciale afin d’asseoir un #rapport_de_pouvoir et d’en tirer profit, tue deux fois. La première #violence touche à l’#intégrité_physique de la personne. La seconde violence a lieu à l’échelle institutionnelle. Elle est une conséquence du #traitement_pénal qui ignore la nature raciste des crimes jugés. »

      De la grande vague de violence de #1973 dans le sud de la #France aux #crimes_policiers des années 1990 en passant par les crimes racistes jalonnant les années 1980, cet ouvrage, issu d’une #base_de_données de plus de 700 cas, nous invite à prendre la mesure de cette histoire à l’heure où le #racisme_institutionnel et l’action de la #police continuent chaque année à être à l’origine de nombreux #morts.

      https://www.syllepse.net/la-race-tue-deux-fois-_r_65_i_821.html
      #livre #histoire

  • Malgré le Covid, aucune surmortalité : mais comment fait la Norvège ? - Le Parisien

    « Royaume nordique » :)

    https://www.leparisien.fr/societe/malgre-le-covid-aucune-surmortalite-mais-comment-fait-la-norvege-29-01-20

    La courbe de mortalité du royaume nordique, qui compte 557 décès liés au Covid-19 depuis le début de la pandémie, n’a pas bougé d’un iota. Elle aurait même, selon les premiers chiffres, sensiblement reculé.

    #corona #norvège

    • y sont bêtes, ou bien ?
      • Norvège : 557 pour 5,4 millions -> 1 pour 10 000 habitants
      • France ; 62 000 pour 66 millions -> 1 pour 1 000 habitants

      un facteur 10 (un ordre de grandeur) entre les deux, ça suffit largement pour que la surmortalité norvégienne ne soit pas distinguable du bruit …

    • ça fait un facteur 10 entre eux et nous ; @reka est vraiment super efficace :-)

      y’en a d’autres qui disent que c’est parce-que c’est une femme qui a le pouvoir ; cf Australie, Allemagne, et d’autres

      https://seenthis.net/messages/845057

      peut-être c’est simplement que personne veut aller en Norvège, a part contraint et forcé ; du coup, le virus non plus :-)

    • La situation ici est assez stable et apparemment sous contrôle dans l’ensemble du pays, mais assez fragile tout de même, les autorités sanitaire disent chaque jour que le moindre relâchement dans les comportements pourraient bien faire déraper cette situation très rapidement. Il y a trois foyer inquiétants : Oslo, Bergen et Trondheim où les restrictions et les interdictions sont plus nombreuses et plus strictes (par exemple fermeture complète des centres commerciaux, port du masque obligatoire partout à la différence de chez nous, dans le sud de la Norvège où personne ou presque ne porte de masque sauf quand les gens ont un rhume, ou mal à la tête ou mal à la gorge. Dans le bus, le chauffeur le propose systématiquement à l’entrée. Mais en dehors de ça c’est sans masque.

      Les Norvégiens sont extrêmement civique et ici, pas trop besoin de faire contrôler par les flics quand Erna Solberg demande à tout de monde de ne pas rejoindre leur résidence secondaire (mais il faut aussi dire qu’ici le contrôle social est très fort, les gens ne se risquent pas trop à enfreindre les recommandations et interdictions).

      Les quarantaines sont très bien respectées (là, il y a des contrôle stricts de brigades qui font des visites surprises chez les gens censés être à la maison).

      Un autre facteur qui joue en faveur du pays, c’est les très faibles densités, et l’habitat très dispersé. Il y a de la place ici et il est très facile de se rencontrer dans de grands espaces sans que les gens soient les unes sur les autres.

      Enfin, traditionnellement, les Norvégiens prennent très peu de risques et appliquent très souvent le principe de précaution. Les enfants l’apprennent même à l’école à partir de la 3e classe. Ils anticipent les situations et préfèrent renoncer à quelque chose même si les risques sont minimes, même si ça coûte cher. Un exemple : la directrice de l’école de ma fille a été testée positive au covid avec résultat vendredi soir. Vendredi à 23:00 après une réunion de crise, avec la municipalité, ils ont décidé de fermer l’école, de mettre en quarantaine l’ensemble du personnel ainsi que deux classes (dont celle de ma fille) parce qu’un enseignant était malade vendredi après-midi. En moins de quatre heure, quarante enfants avaient interdiction d’aller au cours de piano, tennis, etc. pour une semaine. Le temps de tester PCR deux fois tout le monde. Et comme ils étaient prêts, le programme d’enseignement en ligne a pu débuter cet après-midi (ce matin en fait avec les parents pour les maths, la géométrie et la lecture)

      Résultat, niveau de contamination qui reste toujours très bas (pour l’instant) et donc mortalité très basse aussi. La réussite" norvégienne s’explique, je crois, par un ensemble de facteurs (pas un seul, et pas seulement parce qu’une femme dirige le pays, parce que de toutes façons, la gestion de cette crise est collégiale) : je dirai civisme et maturité de la population, sens de l’intérêt général (ça c’est vraiment historique), habitat très dispersé et faible densité de population, application du principe de précaution et sens de l’anticipation.

      Mais pour finir, ce qui est très intéressant ici, on le voit dans la presse, c’est que personne ne crie victoire, et que les Norsk ne sont pas particulièrement fiers de cette situation, sachant très bien que ça peut tout à fait déraper et déraper très vite. L’approche est plutôt modeste du côté des autorités qui multiplient les points de presse quasi quotidiens au niveau national ou au niveau du district ou même de la municipalité.

      Cette relativement bonne situation sanitaire se paye vraiment très cher : les enfants à l’école sont soumis à un régime draconien (ne pas se parler, ne pas se rencontrer dans la cours de récré, rentrer à des heures différentes, interdiction formelle d’arriver avant l’heure, pas de chorale, par d’orchestre, pas de réunion, mais des cours particuliers en se tenant à distance, etc. Par ailleurs les enfants sont autorisés à rencontrer à l’extérieur de l’école uniquement les copines et copains de classe et pas les autres (où alors à l’extérieur et en se tenant à distance.)

    • @reka #merci pour le feedback, super interessant ; avec un peu de chance, un journaliste trouve ce texte et en fait un article avec ta permission ; voire une interview ; un journaliste du Parisien peut-être ? (on peut toujours rêver)

    • La « réussite norvégienne » s’explique, je crois, par un ensemble de facteurs :
      – 0. pas seulement parce qu’une femme dirige le pays
      – 1. la gestion de cette crise est collégiale
      – 2. civisme et maturité de la population
      – 3. sens de l’intérêt général (ça c’est vraiment historique)
      – 4. habitat très dispersé et faible densité de population
      – 5. application du principe de précaution
      – 6. sens de l’anticipation.
      – 7. personne ne crie victoire, et les Norsk ne sont pas particulièrement fiers

      0, 1, 3, 5, 6 : pas en fRance
      2 : supposé nul-et-non-avenu par le gouv (qui probablement se trompe)
      4 : c’est le cas dans certains départements (mais le gouv s’en fout)

  • Un nombre choquant de morts, mais aussi des luttes grandissantes sur place

    2020 a été une année difficile pour des populations du monde entier. Les voyageur.euses des routes de #Méditerranée_occidentale et de l’Atlantique n’y ont pas fait exception. Iels ont fait face à de nombreux nouveaux défis cette année, et nous avons été témoins de faits sans précédents. Au Maroc et en #Espagne, non seulement la crise du coronavirus a servi d’énième prétexte au harcèlement, à l’intimidation et à la maltraitance de migrant.es, mais les itinéraires de voyage ont aussi beaucoup changé. Un grand nombre de personnes partent à présent d’Algérie pour atteindre l’Espagne continentale (ou même la #Sardaigne). C’est pourquoi nous avons commencé à inclure une section Algérie (voir 2.6) dans ces rapports. Deuxièmement, le nombre de traversées vers les #Canaries a explosé, particulièrement ces trois derniers mois. Tout comme en 2006 – lors de la dénommée « #crise_des_cayucos », lorsque plus de 30 000 personnes sont arrivées aux Canaries – des bateaux partent du Sahara occidental, mais aussi du Sénégal et de Mauritanie. Pour cette raison, nous avons renommé notre section sur les îles Canaries « route de l’Atlantique » (voir 2.1).

    Le nombre d’arrivées sur les #îles_Canaries est presqu’aussi élevé qu’en 2006. Avec plus de 40 000 arrivées en 2020, le trajet en bateau vers l’Espagne est devenu l’itinéraire le plus fréquenté des voyages vers l’Europe. Il inclut, en même temps, l’itinéraire le plus mortel : la route de l’Atlantique, en direction des îles Canaries.

    Ces faits sont terrifiants. A lui seul, le nombre de personnes mortes et de personnes disparues nous laisse sans voix. Nous dressons, tous les trois mois, une liste des mort.es et des disparu.es (voir section 4). Pour ce rapport, cette liste est devenue terriblement longue. Nous sommes solidaires des proches des défunt.es ainsi que des survivant.es de ce calvaire. A travers ce rapport, nous souhaitons mettre en avant leurs luttes. Nous éprouvons un profond respect et une profonde gratitude à l’égard de celles et ceux qui continuent de se battre, sur place, pour la dignité humaine et la liberté de circulation pour tous.tes.

    Beaucoup d’exemples de ces luttes sont inspirants : à terre, aux frontières, en mer et dans les centres de rétention.

    En Espagne, le gouvernement fait tout son possible pour freiner la migration (voir section 3). Ne pouvant empêcher la mobilité des personnes, la seule chose que ce gouvernement ait accompli c’est son échec spectaculaire à fournir des logements décents aux personnes nouvellement arrivées. Néanmoins, beaucoup d’Espagnol.es luttent pour les droits et la dignité des migrant.es. Nous avons été très inspiré.es par la #CommemorAction organisée par des habitant.es d’Órzola, après la mort de 8 voyageur.euses sur les plages rocheuses du nord de #Lanzarote. Ce ne sont pas les seul.es. : les citoyen.nes de Lanzarote ont publié un manifeste réclamant un traitement décent pour quiconque arriverait sur l’île, qu’il s’agisse de touristes ou de voyageur.euses en bateaux. Nous relayons leur affirmation : il est important de ne pas se laisser contaminer par le « virus de la haine ».

    Nous saluons également les réseaux de #solidarité qui soutiennent les personnes arrivées sur les autres îles : par exemple le réseau à l’initiative de la marche du 18 décembre en #Grande_Canarie, « #Papeles_para_todas » (papiers pour tous.tes).

    Des #résistances apparaissent également dans les centres de rétention (#CIE : centros de internamiento de extranjeros, centres de détention pour étrangers, équivalents des CRA, centres de rétention administrative en France). En octobre, une #manifestation a eu lieu sur le toit du bâtiment du CIE d’#Aluche (Madrid), ainsi qu’une #grève_de_la_faim organisée par les personnes qui y étaient détenues, après que le centre de #rétention a rouvert ses portes en septembre.

    Enfin, nous souhaitons mettre en lumière la lutte courageuse de la CGT, le syndicat des travailleur.euses de la #Salvamento_Maritimo, dont les membres se battent depuis longtemps pour plus d’effectif et de meilleures conditions de travail pour les gardes-côtes, à travers leur campagne « #MásManosMásVidas » (« Plus de mains, plus de vies »). La CGT a fait la critique répétée de ce gouvernement qui injecte des fonds dans le contrôle migratoire sans pour autant subvenir aux besoins financiers des gardes-côtes, ce qui éviterait l’épuisement de leurs équipes et leur permettrait de faire leur travail comme il se doit.

    Au Maroc, plusieurs militant.es ont dénoncé les violations de droits humains du gouvernement marocain, critiquant des pratiques discriminatoires d’#expulsions et de #déportations, mais dénonçant aussi la #stigmatisation que de nombreuses personnes noires doivent endurer au sein du Royaume. Lors du sit-in organisé par l’AMDH Nador le 10 décembre dernier, des militant.es rassemblé.es sur la place « Tahrir » de Nador ont exigé plus de liberté d’expression, la libération des prisonnier.es politiques et le respect des droits humains. Ils y ont également exprimé le harcèlement infligé actuellement à des personnes migrant.es.

    De la même manière, dans un communiqué conjoint, doublé d’une lettre au Ministère de l’Intérieur, plusieurs associations (Euromed Droits, l’AMDH, Caminando Fronteras, Alarm Phone, le Conseil des Migrants) se sont prononcées contre la négligence des autorités marocaines en matière de #sauvetage_maritime.

    Les voyageur.euses marocain.es ont également élevé la voix contre l’état déplorable des droits humains dans leur pays (voir le témoignage section 2.1) mais aussi contre les conditions désastreuses auxquelles iels font face à leur arrivée en Espagne, dont le manque de services de première nécessité dans le #camp portuaire d’#Arguineguín est un bon exemple.

    Au #Sénégal, les gens se sont organisées après les #naufrages horrifiants qui ont eu lieu en très grand nombre dans la seconde moitié du mois d’octobre. Le gouvernement sénégalais a refusé de reconnaître le nombre élevé de morts (#Alarm_Phone estime jusqu’à 400 le nombre de personnes mortes ou disparues entre le 24 et le 31 octobre, voir section 4). Lorsque des militant.es et des jeunes ont cherché à organiser une manifestation, les autorités ont interdit une telle action. Pourtant, trois semaines plus tard, un #rassemblement placé sous le slogan « #Dafa_doy » (Y en a assez !) a été organisé à Dakar. Des militant.es et des proches se sont réuni.es en #mémoire des mort.es. Durant cette période, au Sénégal, de nombreuses personnes ont été actives sur Twitter, ont tenté d’organiser des #hommages et se sont exprimées sur la mauvaise gestion du gouvernement sénégalais ainsi que sur les morts inqualifiables et inutiles.

    https://alarmphone.org/fr/2021/01/29/un-nombre-choquant-de-morts-mais-aussi-des-luttes-grandissantes-sur-plac
    #décès #morts #mourir_aux_frontières #asile #migrations #réfugiés #Méditerranée #mourir_en_mer #route_Atlantique #Atlantique #Ceuta #Melilla #Gibraltar #détroit_de_Gibraltar #Nador #Oujda #Algérie #Maroc #marche_silencieuse

    ping @karine4 @_kg_
    #résistance #luttes #Sénégal

    • Liste naufrages et disparus (septembre 2020-décembre 2020) (partie 4 du même rapport)

      Le 30 septembre, un mineur marocain a été retrouvé mort dans un bateau dérivant devant la côte de la péninsule espagnole, près d’Alcaidesa. Apparemment, il est mort d’hypothermie.

      Le 1er octobre, un cadavre a été récupéré en mer dans le détroit de Gibraltar.

      Le 2 octobre, 53 voyageur.euse.s, dont 23 femmes et 6 enfants, ont été porté.e.s disparu.e.s en mer. Le bateau était parti de Dakhla en direction des îles Canaries. L’AP n’a pas pu trouver d’informations sur leur localisation. (Source : AP).

      Le 2 octobre, un corps a été retrouvé sur un bateau transportant 33 voyageur.euse.s au sud de Gran Canaria. Cinq autres passager.e.s étaient dans un état critique.

      Le 2 octobre, comme l’a rapporté la militante des droits de l’homme Helena Maleno, d’un autre bateau avec 49 voyageur.euse.s sur la route de l’Atlantique, 7 ont dû être transférés à l’hôpital dans un état critique. Deux personnes sont mortes plus tard à l’hôpital.

      Le 6 octobre, un corps a été récupéré au large d’Es Caragol, à Majorque, en Espagne.

      Le 6 octobre, un corps a été rejeté sur la plage de Guédiawaye, au Sénégal.

      Le 9 octobre, Alarm Phone a continué à rechercher en vain un bateau transportant 20 voyageur.euse.s en provenance de Laayoune. Iels sont toujours porté.e.s disparu.e.s. (Source : AP).

      Le 10 octobre, un corps a été retrouvé par les forces algériennes sur un bateau qui avait initialement transporté 8 voyageur.euse.s en provenance d’Oran, en Algérie. Deux autres sont toujours portés disparus, 5 des voyageur.euse.s ont été sauvé.e.s.

      Le 12 octobre, 2 corps de ressortissant.e.s marocain.e.s ont été récupérés en mer au large de Carthagène.

      Le 16 octobre, 5 survivant.e.s d’une odyssée de 10 jours en mer ont signalé que 12 de leurs compagnons de voyage étaient porté.e.s disparu.e.s en mer. Le bateau a finalement été secouru au large de la province de Chlef, en Algérie.

      Le 20 octobre, un voyageur est mort sur un bateau avec 11 passager.e.s qui avait débarqué de Mauritanie en direction des îles Canaries. (Source : Helena Maleno).

      Le 21 octobre, la Guardia Civil a ramassé le corps d’un jeune ressortissant marocain en combinaison de plongée sur une plage centrale de Ceuta.

      Le 21 octobre, Salvamento Maritimo a secouru 10 voyageur ;.euse.s dans une embarcation en route vers les îles Canaries, l’un d’entre eux est mort avant le sauvetage.

      Le 23 octobre, le moteur d’un bateau de Mbour/Sénégal a explosé. Il y avait environ 200 passager.e.s à bord. Seul.e.s 51 d’entre elleux ont pu être sauvé.e.s.

      Le 23 octobre, un corps a été rejeté par la mer dans la municipalité de Sidi Lakhdar, à 72 km à l’est de l’État de Mostaganem, en Algérie.

      Le 24 octobre, un jeune homme en combinaison de plongée a été retrouvé mort sur la plage de La Peña.

      Le 25 octobre, un bateau parti de Soumbédioun/Sénégal avec environ 80 personnes à bord est entré en collision avec un patrouilleur sénégalais. Seul.e.s 39 voyageur.euse.s ont été sauvé.e.s.

      Le 25 octobre, un bateau avec 57 passager.e.s a chaviré au large de Dakhla/ Sahara occidental. Une personne s’est noyée. Les secours sont arrivés assez rapidement pour sauver les autres voyageur.euse.s.

      Le 25 octobre, Salvamento Marítimo a sauvé trois personnes et a récupéré un corps dans un kayak dans le détroit de Gibraltar.

      Le 26 octobre, 12 ressortissant.e.s marocain.e.s se sont noyé.e.s au cours de leur périlleux voyage vers les îles Canaries.

      Le 29 octobre, nous avons appris une tragédie dans laquelle probablement plus de 50 personnes ont été portées disparues en mer. Le bateau avait quitté le Sénégal deux semaines auparavant. 27 survivant.e.s ont été sauvé.e.s au large du nord de la Mauritanie.

      Le 30 octobre, un autre grand naufrage s’est produit au large du Sénégal. Un bateau transportant 300 passager.e.s qui se dirigeait vers les Canaries a fait naufrage au large de Saint-Louis. Seules 150 personnes ont survécu. Environ 150 personnes se sont noyées, mais l’information n’est pas confirmée.

      Le 31 octobre, une personne est morte sur un bateau en provenance du Sénégal et à destination de Tenerifa. Le bateau avait pris le départ avec 81 passager.e.s.

      Le 2 novembre, 68 personnes ont atteint les îles Canaries en toute sécurité, tandis qu’un de leurs camarades a perdu la vie en mer.

      Le 3 novembre, Helena Maleno a signalé qu’un bateau qui avait quitté le Sénégal avait chaviré. Seul.e.s 27 voyageur.euse.s ont été sauvé.e.s sur la plage de Mame Khaar. 92 se seraient noyé.e.s.

      Début novembre, quatre Marocain.e.s qui tentaient d’accéder au port de Nador afin de traverser vers Melilla par un canal d’égout se sont noyé.e.s.

      Le 4 novembre, un groupe de 71 voyageur.euse.s en provenance du Sénégal a atteint Tenerifa. Un de leurs camarades est mort pendant le voyage.

      Le 7 novembre, 159 personnes atteignent El Hierro. Une personne est morte parmi eux.

      Le 11 novembre, un corps est retrouvé au large de Soumbédioune, au Sénégal.

      Le 13 novembre, 13 voyageur.euse.s de Boumerdes/Algérie se sont noyé.e.s alors qu’iels tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’une embarcation pneumatique.

      Le 14 novembre, après 10 jours de mer, un bateau de Nouakchott est arrivé à Boujdour. Douze personnes sont décédées au cours du voyage. Les 51 autres passager.e.s ont été emmené.e.s dans un centre de détention. (Source : AP Maroc)

      Le 16 novembre, le moteur d’un bateau a explosé au large du Cap-Vert. Le bateau était parti avec 150 passager.e.s du Sénégal et se dirigeait vers les îles Canaries. 60 à 80 personnes ont été portées disparues lors de la tragédie.

      Le 19 novembre, 10 personnes ont été secourues alors qu’elles se rendaient aux îles Canaries, l’une d’entre elles étant décédée avant son arrivée.

      Le 22 novembre, trois corps de jeunes ressortissant.e.s marocain.e.s ont été récupérés au large de Dakhla.

      Le 24 novembre, huit voyageur.euse.s sont mort.e.s et 28 ont survécu, alors qu’iels tentaient de rejoindre la côte de Lanzarote.

      Le 24 novembre, un homme mort a été retrouvé sur un bateau qui a été secouru par Salvamento Maritimo au sud de Gran Canaria. Le bateau avait initialement transporté 52 personnes.

      Le 25 novembre, 27 personnes sont portées disparues en mer. Elles étaient parties de Dakhla, parmi lesquelles 8 femmes et un enfant. Alarm Phone n’a pas pu trouver d’informations sur leur sort (Source : AP).

      Le 26 novembre, deux femmes et deux bébés ont été retrouvés mort.e.s dans un bateau avec 50 personnes originaires de pays subsahariens. Iels ont été emmenés par la Marine Royale au port de Nador.

      Le 27 novembre, un jeune ressortissant marocain est mort dans un canal d’eau de pluie en tentant de traverser le port de Nador pour se rendre à Mellila .

      Le 28 novembre, un.e ressortissant.e marocain.e a été retrouvé.e mort.e dans un bateau transportant 31 passager.e.s en provenance de Sidi Ifni (Maroc), qui a été intercepté par la Marine royale marocaine.

      Le 2 décembre, deux corps ont été retrouvés sur une plage au nord de Melilla.

      Le 6 décembre, 13 personnes se sont retrouvées au large de Tan-Tan/Maroc. Deux corps ont été retrouvés et deux personnes ont survécu. Les 9 autres personnes sont toujours portées disparues.

      Le 11 décembre, quatre corps de “Harraga” algérien.ne.s d’Oran ont été repêchés dans la mer, tandis que sept autres sont toujours porté.e.s disparu.e.s.

      Le 15 décembre, deux corps ont été retrouvés par la marine marocaine au large de Boujdour.

      Le 18 décembre, sept personnes se sont probablement noyées, bien que leurs camarades aient réussi à atteindre la côte d’Almería par leurs propres moyens.

      Le 23 décembre, 62 personnes ont fait naufrage au large de Laayoune. Seules 43 à 45 personnes ont survécu, 17 ou 18 sont portées disparues. Une personne est morte à l’hôpital. (Source : AP)

      Le 24 décembre, 39 voyageur.euse.s ont été secouru.e.s au large de Grenade. Un des trois passagers qui ont dû être hospitalisés est décédé le lendemain à l’hôpital.

      https://alarmphone.org/fr/2021/01/29/un-nombre-choquant-de-morts-mais-aussi-des-luttes-grandissantes-sur-place/#naufrages

  • #COVID-19 is not influenza - The Lancet Respiratory Medicine
    https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(20)30577-4/fulltext

    A surprising finding of the study by Piroth and colleagues4
    was that, among patients younger than 18 years, the rates of ICU admission were significantly higher for COVID-19 than influenza. The need for intensive care was highest in patients with COVID-19 who were younger than 5 years (14 [2·3%] of 613 for COVID-19 vs 65 [0·9%] of 6973 for influenza), but mortality in the COVID-19 group was not higher than for influenza. #Mortality was ten-times higher in #children aged 11–17 years with COVID-19 than in patients in the same age group with influenza (5 [1·1%] of 458 vs 1 [0·1%] of 804). These findings are supported by a study of 4784 children and adolescents with COVID-19 from Brazil7
    and a study of children and adolescents from Spain.8
    Clearly, COVID-19 is not an innocent infection in children and adolescents.

  • L’artiste est mort, vive l’artiste ? Le Death Effect en question - Artmarketinsight - Artprice.com
    https://fr.artprice.com/artmarketinsight/le-death-effect-en-question

    Dans The Economics of American Art, Ekelund et Jackson ont testé leur hypothèse en examinant 6.118 résultats de ventes aux enchères de peintures créées par 17 artistes américains d’après-guerre décédés entre 1987 et 2013. Ils ont constaté une hausse régulière du prix de 6% par an en moyenne au cours des cinq années précédant le décès, suivie d’une baisse à peu près équivalente l’année de leur mort, soit une baisse de 26% en moyenne. Ensuite, les prix repartent généralement à la hausse. Ces calculs semblent se vérifier ailleurs dans le monde. Prenons par exemple les progressions de chiffres d’affaires d’artistes cotés au niveau international, de plus de 99 ans.

    SHINODA Toko est une artiste japonaise née en 1913. Son art est aux frontières de la calligraphie et de l’art abstrait. Il est intéressant de constater que, depuis 2015, malgré un nombre de lots vendus relativement stable, son chiffre d’affaires est en nette progression, culminant en 2020 avec ce record frappé à 81 250 $ en septembre dernier chez Christie’s. A près de 108 ans, l’artiste, qui n’a jamais cessé de peindre, continue de voir sa cote progresser.


    Comment cela se fait-il ? Dans le monde de l’art, la demande pour un artiste est influencée par de nombreux facteurs, comme la réception critique, les expositions ou encore les institutions qui possèdent ses œuvres. L’offre d’un autre côté, ne repose que sur un seul facteur : l’artiste (et ses marchands).

    L’offre ne dépendant que de l’artiste, cela fait de lui, économiquement parlant, un monopole. Rien ne peut être plus rassurant pour un collectionneur que de savoir que la mort d’un artiste peut être prochaine, il est alors sûr que l’offre deviendra, de fait, limitée. Cependant, selon Ekelund, Weiss et Jackson, cette anticipation est biaisée. Car un certain nombre d’autres critères peuvent affecter l’offre immédiatement après la mort : l’idée préconçue de l’augmentation des prix après la mort d’un artiste pourrait conduire des propriétaires à mettre beaucoup d’œuvres sur le marché à ce moment-là. Son galeriste ou son représentant pourrait annoncer plusieurs expositions et inonder le marché. Les héritiers ou ayant-droits pourraient vouloir organiser une vente d’atelier ayant le même effet. L’imprévisibilité de l’offre après décès rend tout simplement impossible la mesure d’un Death Effect.

    Il n’y a donc aucune assurance que la valeur d’une œuvre soit plus conséquente immédiatement après la mort de son créateur. Il existe trop de variables dans l’équation pour que le décès seul soit décisif. Il y a peut-être une chance que cette valeur augmente dans les 5 ans précédant la mort d’un artiste, mais là encore, les statistiques ne recouvrent pas toujours les réalités d’un marché qui aura toujours besoin de chefs-d’œuvre.

  • L’Auto Homicide
    http://carfree.fr/index.php/2021/01/18/lauto-homicide

    Le piéton commence à se fâcher. En lisant les journaux de France et d’Algérie on est effrayé du nombre d’accidents mortels occasionnés par les automobilistes. Dans une seule journée à Lire la suite...

    #Insécurité_routière #accident #algérie #bayonne #blois #dijon #histoire #Honfleur #marseille #mort #sécurité_routière #trouville #valence #vitesse

    • [edit 10 min plus tard : le texte est apparemment au moins partiellement une reprise d’un article de 1926. Aucun des codes de la citation n’est respecté et il n’y a aucune autre mise en perspective que l’indication de ce que je suppose être un titre de journal et sa date de publication. Dans ces conditions, pour moi l’auteur endosse le contenu.]

      @carfree : Un excès d’émotions visiblement... Après un relevé d’exécutions sommaires, certes dirigées contre de vilains tueurs en véhicules motorisés supposément pris en quasi flagrant délit, l’auteur conclut...

      Et je trouve ça très bien. J’espère que ce n’est là qu’un commencement et que ces bons exemples seront suivis. Puisque ni l’administration, ni les tribunaux ne protègent les piétons contre les folies homicides des emballés, je souhaite que s’organise dans chaque localité de quelque importance une « Ligue contre les Chauffards » – « chauffards » étant pris dans le sens péjoratif — que ses adhérents s’entendent et agissent. Ils auront sans conteste l’approbation de tous, les automobilistes sérieux et prudents, qui ne veulent pas être confondus avec les dangereux déments qui brûlent nos routes à cent kilomètres à l’heure et lâchement s’échappent lorsque leur arrive une anicroche. S’il en était ainsi, vous verriez que les écraseurs changeraient d’allure.

      - Puisque ni l’administration, ni les tribunaux ne protègent les piétons...
      Vous verriez ça comment ? Des sortes de bouées de fonctionnaires si possibles gras, organisées par des magistrats si possible efficaces de sorte qu’elles entourent chaque piéton traversant (par exemple) ?

      - ... je souhaite que s’organise dans chaque localité de quelque importance une « Ligue contre les Chauffards » – « chauffards » étant pris dans le sens péjoratif — que ses adhérents s’entendent et agissent.
      Cette idée mise en liaison avec des meurtres et agressions, comme vous le faites :
      1. cela n’aura jamais mon approbation et je gage que je ne serais pas seul (et donc c’est loupé pour l’approbation de tous)
      2. cela ressemble furieusement à un appel à la violence, ce qui est interdit par la Loi

      Je suis un rien déçu par votre texte du jour, je ne vous le cache pas. C’est d’autant plus dommage que les accidents mortels dénoncés sont réels, iniques et évitables si on prend les choses par un bout constructif.

  • ‘It’s Starting Again’: Why Filipino Nurses Dread the Second Wave - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/01/15/nyregion/filipino-nurses-coronavirus.html

    Belinda Ellis had been a nurse for 40 years, and she thought she’d seen it all. She had worked in hospitals in the Philippines, where she was born and got her degree. She was a nurse in Saudi Arabia and then at a military hospital on the border of Iraq when Saddam Hussein came into power.
    But when the first wave of the pandemic battered New York City last spring, she still wasn’t prepared. Nor could she have foreseen the immense toll the coronavirus would take on her Filipino colleagues. As devastating as Covid-19 was in those early months, a number of studies now reveal just how hard the virus hit Filipino health care workers. Of all the nurses who died from the virus nationwide, one study found, close to a third of them were Filipino. According to an analsis by ProPublica, in the New York City area alone, at least 30 Filipino health care workers had died from the virus by June.Many of them fell sick, including Erwin Lambrento, a tenacious night shift nurse from the outskirts of Manila who died of the virus in early May. Pictures of him still hang throughout Elmhurst Hospital Center, where Ms. Ellis works.
    According to a survey published in September by National Nurses United, the largest nurses’ union in the United States, 67 Filipino nurses have died of Covid-19. That figure, which was pulled from public obituaries, is around a third of the total registered nurses who have died nationwide, though Filipinos make up only 4 percent of those nurses overall.“It’s really heartbreaking,” said Zenei Cortez, president of National Nurses United and a nurse from the Philippines herself. Ms. Cortez fears that the true toll is worse. “The numbers we are producing are all underreported, I’m sure of that.”Now another wave of the virus has arrived. The infection rate in New York City has risen in recent weeks, and hospitalizations are at alarming levels; more than 450 New Yorkers have died of Covid since the beginning of 2021. And many Filipino nurses fear their hospitals could again be crushed under caseloads that recall the harrowing months of March and April.Filipino nurses have a long history of working in New York City hospitals, dating at least to the immigration reforms in the 1960s, which broadened the categories of foreign workers who could apply for a United States visa.In the Philippines, nursing schools have taught an American curriculum since as early as 1907, granting degrees to English-speaking nurses who could slot easily into American hospitals. They quickly became invaluable in the 1980s as a solution to staffing shortages exacerbated by the AIDS epidemic. It was in 1986 that Ms. Ellis was recruited by Bellevue Hospital in Manhattan, where she was quickly deployed to the bedsides of patients with H.I.V.
    San Francisco and New York were especially welcoming to migrant nurses, according to Leo-Felix Jurado, a professor of nursing at William Paterson University in New Jersey who wrote his dissertation on the importation of Filipino nurses into American hospitals.Mr. Jurado, who is now 55, was recruited in 1988 by JFK Medical Center in Edison, N.J. He recalls that visiting the employment fairs held in Manila hotels felt like an afternoon of barhopping. Recruiters jostled to make hires, sweetening work visas to the United States with signing bonuses and promises of free housing, Mr. Jurado said.

    #Covid-19#migrant#migration#philippines#etatsunis#sante#personnelmedical#infirmiere#mortalite#travailleurmigrant#minorite#inegalite

    • #Irlande : sept essais de #vaccins contraires à l’ #éthique ont été menés entre 1934 et 1973. + 9000 décès d’enfants de mères célibataires dans ces établissements tenus par des religieuses catholiques et l’Etat
      https://www.rts.ch/info/monde/11892060-une-enquete-en-irlande-pointe-le-drame-des-maisons-pour-meres-celibatai

      Une commission d’enquête sur les anciennes maisons pour mères célibataires en Irlande a mis en lumière mardi la mortalité dramatique des enfants dans ces établissements tenus par des religieuses catholiques et l’Etat.

      Elle a aussi révélé l’hostilité générale envers ces naissances jugées illégitimes. « Toute la société était complice », a résumé le Premier ministre Micheal Martin à l’occasion de la publication après cinq ans d’enquête du rapport de 3000 pages. Il a annoncé qu’il présenterait les « excuses » de l’Etat mercredi devant le Parlement irlandais, le Dail.

      L’enquête a mis en évidence 9000 décès, soit 15% des 57’000 enfants qui sont passés par ces établissements entre 1922 et 1998. « Il est difficile de concevoir l’ampleur de la #tragédie et le chagrin qui se cache derrière ce chiffre », a déclaré le ministre irlandais de l’Enfance, Roderic O’Gorman.

      Ces maisons ne sauvaient pas les vies
      Dans son rapport, la commission a conclu qu’avant 1960, de fait ces maisons « mère-enfant » ne « sauvaient pas les vies des enfants ’illégitimes’ », pire, « il semblent avoir significativement réduit leurs perspectives de survie ».

      Le taux de #mortalité « très élevé » était « connu des autorités locales et nationales à l’époque et enregistrés dans les publications officielles », souligne-t-il. La plupart des décès dont les cause étaient identifiables étaient dus à des infections respiratoires et des gastro-entérites.

      Ces maisons accueillaient jeunes filles et jeunes femmes rejetées par leurs familles qui n’avaient pour la plupart « aucune alternative ». Considérés comme illégitimes, les enfants qui y naissaient étaient souvent séparés de leur mère pour ensuite être adoptés, rompant tout lien avec leur famille biologique.

      Scandales dans l’Eglise catholique
      La commission a été mise sur pied pour faire la lumière sur le haut niveau de mortalité des enfants dans ces anciennes institutions de la très catholique Irlande. Cette affaire s’inscrit dans une série de scandales qui ont ébranlé la puissante église catholique irlandaise ces dernières années, avec l’ampleur de la pédophilie et les « Magdalene Sisters », ces jeunes filles qui travaillaient gratuitement dans des blanchisseries exploitées commercialement par des #religieuses.

      Dans le cas des « maisons mère-enfant », l’enquête avait été ouverte en 2015 dans le sillage des travaux d’une historienne, Catherine Corless. Elle affirmait que près de 800 enfants nés dans l’une de ces maisons de naissance, le foyer St Mary des soeurs du Bon Secours de Tuam (ouest de l’Irlande), avaient été enterrés dans une fosse commune entre 1925 et 1961.

      Responsabilité des familles
      Le rapport final porte surtout la responsabilité sur les familles qui envoyaient les femmes concernées dans ces établissements ou ne leur laissaient pas d’autre choix faute de soutien, et au delà sur toute la société irlandaise.

      Il décrit un chapitre « sombre et honteux de l’histoire récente de l’Irlande », a déclaré Micheal Martin, et met en lumière la « culture misogyne » qu’a connu le pays pendant « plusieurs décennies », particulièrement les « discriminations graves et systématiques contre les femmes, particulièrement celle qui ont accouché hors mariage ».

      « Nous avions une attitude complètement déformée vis-à-vis de la sexualité et de l’intimité », « dysfonctionnement » pour lequel « les jeunes mères et leurs fils et filles » dans ces établissement « ont été contraints de payer un prix terrible », a déclaré Micheal Martin.

      afp/jpr

      Mères « forcées à abandonner leurs enfants »
      Un groupe de victimes de ces institutions, Irish First Mothers, a dénoncé l’échec du rapport à établir que « les mères étaient forcées à abandonner leurs enfants ». Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, le groupe estime que la commission « absout à la fois l’église et l’Etat de toute responsabilité systémique pour ce qu’elle reconnaît comme l’incarcération de fait de mères enceintes ».

      Jusqu’au années 1960, « la plupart des femmes plaçaient leur enfant à l’adoption » et quittaient l’établissent « dans les quelques mois qui suivaient la naissance », selon le rapport.

      Certaines estiment que « leur consentement n’était pas total, libre et éclairé », mais hormis quelques cas qui ont été porté devant la justice, « il n’y a pas de preuve que tel était leur opinion au moment de l’adoption ».

      Les investigations ont également permis d’établir que sept essais de vaccins contraires à l’éthique ont été menés dans ces maisons entre 1934 et 1973.

      #religion #catholique #monstres #culture_du_viol #viol #femmes #ventre_des_femmes #blame_the_victim #génocide #enfants #femmes #vaccin #Tuam #couvent #religion #Galway #Magdalene_asylums #église #église_catholique #enfants_placés

  • Enquête sur les malades du Covid morts faute de prise en charge - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010121/enquete-sur-les-malades-du-covid-morts-faute-de-prise-en-charge ?

    Les hôpitaux français n’ont pas été en mesure d’accueillir tous les malades graves du Covid-19. La consigne étant de maintenir autant que possible les malades chez eux, certains sont morts faute de prise en charge. Combien ? Face au silence statistique, Mediapart a enquêté et eu accès à des retranscriptions qui montrent que le Samu a opéré un tri drastique. Au nom de familles de victimes, une plainte a été déposée pour « délaissement ayant provoqué la mort ».

    • Manque de place dans les hôpitaux, manque de temps pour comprendre la gravité des situations, obligation de prioriser les malades : Mediapart a eu accès à des échanges entre des malades du Covid-19 et le Samu qui révèlent d’importants dysfonctionnements, avec des conséquences dramatiques.

      Les familles des victimes décédées en dehors de l’hôpital ont bien souvent l’impression d’avoir été abandonnées, et un certain nombre veulent à présent obtenir une forme de réparation devant la justice. Elles veulent aussi alerter sur une situation qui perdure à certains égards, faute d’avoir été précisément diagnostiquée.

      Le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France (AMUF), Christophe Prudhomme, le reconnaît d’ailleurs lui-même : aujourd’hui encore, « nous manquons toujours de personnel et de lits, et certains patients dans un état grave ne sont pas pris en charge faute de moyens. Au lieu d’alerter, les instances dirigeantes du Samu, claniques, vont davantage dans le sens du gouvernement que dans la défense des patients ».

      Placé en première ligne pour réguler les urgences lors des deux vagues de l’épidémie de Covid-19, à la fois débordé, comme nous l’avions révélé dans le premier volet de notre enquête (à lire ici), et obéissant aux directives du gouvernement de ne pas saturer les hôpitaux, le Samu a en effet laissé mourir des patients en les maintenant à domicile ou dans les Ehpad.

      Parmi les témoignages recueillis, Mediapart a choisi de détailler les histoires de trois victimes et de relater les questionnements qu’elles suscitent.

      « On suit les indications de plus haut »

      Christian, 68 ans, a été renvoyé vers des médecins traitants absents à défaut d’être hospitalisé. Il habitait à une dizaine de kilomètres de Creil (Oise), là où se situe la base militaire qui fut l’un des premiers clusters du coronavirus.

      « Après plusieurs appels au Samu, mon père a dû se rendre lui-même à l’hôpital mais c’était trop tard, raconte aujourd’hui Julie, la fille de Christian. Vu la gravité de son état de santé, il a été isolé en unité Covid et rapidement transféré en réanimation. Je n’ai pas pu lui dire au revoir. Ça a été très violent, nous explique-t-elle. Le Samu l’a délaissé, le Samu l’a méprisé. Ils ont fait ni plus ni moins que de participer à la politique d’abandon du gouvernement. »

      Le 3 mars et le 4 mars, face à l’état de santé de Christian, qui présente des signes de contamination au Covid, son épouse appelle à deux reprises le Samu. Il a d’autres maladies qui le rendent fragile face au virus : de l’hypertension, des antécédents de phlébite.

      Deux jours plus tard, le 6 mars, souffrant toujours de courbatures, de douleurs thoraciques, de fièvre et de toux, Christian consulte son médecin, qui le met sous antibiotique, pensant qu’il a une rhinopharyngite. Mais rien n’y fait. Alors que sa température grimpe à 40 °C, le 9 mars, à 8 h 36, il appelle lui-même le Samu.

      Une fois l’ensemble de ses symptômes exposés, il fait part de son inquiétude face à la fermeture du cabinet de son médecin traitant. Sans lui poser davantage de questions, le médecin du Samu le renvoie vers SOS Médecins qui, le jour même, lui prescrit en urgence une radio pulmonaire.

      À l’issue des examens, de façon tout à fait exceptionnelle et à la demande du radiologue, le centre d’imagerie de Creil contacte, à 11 h 56, le Samu. Durant l’échange, auquel Mediapart a eu accès, la manipulatrice du centre annonce que, compte tenu de ses résultats, Christian a été mis « à l’isolement dans une salle d’attente à part ».

      « Sur la radio pulmonaire, il y a quelque chose. Sur le poumon droit, alerte-t-elle, avant de rappeler que le patient a des facteurs aggravants.

      À plusieurs reprises, elle insiste auprès du médecin du Samu : « Il a une fièvre, il y a une toux et la radio pulmonaire montre un foyer à droite. » Mais, là encore, un mur se dresse. L’urgentiste retient qu’il ne présente pas de détresse respiratoire, sans que cela soit vérifié, et il estime inutile de l’hospitaliser. Il va même jusqu’à affirmer que Saint-Leu-d’Esserent, la ville où habite Christian, situé à 10 km seulement de Creil, un cluster, n’est pas « considéré comme zone à risque ».

      Retranscription des enregistrements du Samu. Échange entre le centre de radiologie de Creil et le Samu, 11 h 56, le 9 mars 2020. © Samu de l’Oise.
      Retranscription des enregistrements du Samu. Échange entre le centre de radiologie de Creil et le Samu, 11 h 56, le 9 mars 2020. © Samu de l’Oise.
      La manipulatrice du centre lui fait alors remarquer : « Nous sommes à Creil, hein, ici », « Saint-Leu, je ne sais pas mais bon, après je ne sais pas s’il est allé à droite, à gauche aussi, c’est cela le problème. » Le médecin du Samu reconnaît « être dans l’incertitude de toute façon ». Pour autant, il ne fera pas venir le patient aux urgences.

      Plus effarant, il affirme alors : « On suit les indications de plus haut aussi. »

      Retrancription des enregistrements du Samu. Échanges entre le centre de radiologie de Creil et le Samu, 11 h 56, le 9 mars 2020. © Samu
      Retrancription des enregistrements du Samu. Échanges entre le centre de radiologie de Creil et le Samu, 11 h 56, le 9 mars 2020. © Samu
      Deux jours, plus tard, Christian rappelle le Samu, pour la quatrième fois. Il lit alors scrupuleusement au nouveau médecin, qui découvre son dossier, les résultats de l’examen radiologique qui fait état de plusieurs anomalies sur le poumon. Il lui rappelle sa fièvre élevée et ses courbatures. Le radiologue lui a prescrit un scanner, tandis que SOS Médecins lui a demandé de rappeler le Samu. Malgré toutes ses recommandations médicales et son état de santé, le médecin du 15 lui rétorque : « Pourquoi [SOS Médecins] vous a demandé de nous rappeler ? »

      Alors même que Christian déclare ne plus savoir vers qui se tourner, les cabinets de médecins étant fermés, le Samu décide de le « transférer en régulation libérale, avec un médecin libéral. […] C’est beaucoup mieux que vous voyiez avec quelqu’un de libéral ». Avant de conclure : « Soignez-vous bien. »

      Le jour même, Christian se rend à l’hôpital pour effectuer un scanner. Il n’en sortira pas, il décède le 19 mars du Covid-19.

      Nous avons contacté la direction du centre hospitalier Simone-Veil dont dépend le Samu de l’Oise pour comprendre pourquoi Christian n’avait pas été hospitalisé et pour avoir des précisions sur ce qu’étaient « les indications de plus haut », dont fait état le médecin régulateur du Samu.

      Le directeur de l’hôpital public du sud de l’Oise, Didier Saada, n’a pas souhaité répondre à nos questions, nous renvoyant vers le médecin en chef du Samu, Thierry Ramaherison. Sans apporter de précision sur la nature des « directives d’en haut » auxquelles fait référence un médecin de son service, Thierry Ramaherison affirme que « la régulation médicale ne répond à aucune directive à proprement parler. Elle s’appuie sur des recommandations scientifiques et médicales, et sur l’évaluation de l’urgence par le médecin régulateur », tout en rappelant qu’en mars, « il était recommandé de ne pas aller aux urgences spontanément ou chez son médecin traitant mais d’appeler le 15 ».

      En mars, il était encore difficile « de faire un diagnostic précis du Covid-19. On connaissait mal la maladie », tient à rappeler Laurent, médecin au Samu de l’Oise depuis plus de 15 ans, qui préfère garder l’anonymat. Il n’a reçu aucune directive écrite mais estime que le Samu a finalement « été placé en première ligne pour trier les patients, en tout cas les médecins régulateurs du Samu ont dû participer à cette gestion de la pénurie. La parole médicale a été contrainte par des directives gouvernementales, répondant davantage à une gestion des carences, humaines et matérielles qu’à des impératifs de santé publique ».

      « L’enjeu était d’éviter que les patients n’affluent aux urgences, rappelle-t-il. On ne prenait que les patients les plus graves, avec des facteurs de comorbidité. Mais parfois, il se peut que certains n’aient pas pu être pris en charge, même dans un état grave. La situation de ce patient Christian, que vous décrivez, en est l’exemple. Débordés, devant maintenir au maximum à domicile, les médecins du Samu ont laissé, faute de moyens, des personnes devant être prises aux urgences. Les douleurs thoraciques de ce patient, Covid ou pas, nécessitaient une prise en charge. »

      Ce médecin, venu en renfort à Creil, rappelle également : « Notre territoire est un désert médical, notre situation ressemble beaucoup à la Seine-Saint-Denis, en région parisienne », constate-t-il.

      « Elle a 93 ans, c’est ça ? Donc elle ne sera pas hospitalisée »

      En mars, « l’hôpital a posé un barrage à l’entrée de l’hôpital. Ce barrage, les gens ne sont pas égaux pour le franchir », affirme Michel Parigot, président de l’association Coronavictimes, qui, avec 28 proches de 13 personnes décédées du Covid-19, a déposé, le 28 juillet, une plainte contre X pour « délaissement ayant provoqué la mort, violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner, discrimination et entraves aux soins ». Un ou plusieurs juges d’instruction doivent désormais être désignés.

      Dès le début de la crise sanitaire, les autorités veulent à tout prix préserver l’hôpital d’un afflux de patients. « Le principe général vise à assurer la prise en charge des patients non graves à domicile afin de ne pas saturer les établissements de santé », est-il écrit, en préambule du guide « Préparation à la phase épidémique de Covid-19 », envoyé le 16 mars aux établissements de santé, à la médecine de ville et aux établissements médico-sociaux. Seules les « formes sévères ou graves » doivent être prises en charge dans les établissements de santé.

      Dans la plainte de l’association Coronavictimes, six des treize personnes décédées résidaient en Ehpad. Les personnes âgées qui vivent en Ehpad ont un médecin traitant, beaucoup d’établissements ont des médecins coordonnateurs. Mais là encore, « la décision de transfert vers un établissement de santé ne peut être prise que par un médecin du SAMU centre 15 », indique le guide du 16 mars.

      Le 30 mars, Monique Zivy, 93 ans, résidente de l’Ehpad public de Neuilly-sur-Seine, a 38,4 °C de fièvre et de grandes difficultés à respirer. Sa saturation en oxygène, à 100 % chez une personne en bonne santé, a chuté à 91 %. Son dossier médical, que nous avons pu consulter, indique qu’elle est fiévreuse et fatiguée depuis le 24 mars, sous oxygène depuis le 27 mars, au débit d’un litre, puis de quatre litres par minute le 30 mars. Elle donne des signes d’inconfort : elle « retire ses lunettes à oxygène, à surveiller », note l’auxiliaire de vie. Sa fièvre est persistante et monte jusqu’à 39,5 °C. Le 31 mars, devant la dégradation de son état, l’infirmière de l’Ehpad téléphone. Voici un extrait de la retranscription de la communication :

      Extrait de l’appel du 31 mars 2020 de l’Ehpad de Neuilly-sur-Seine au Samu des Hauts-de-Seine.
      Extrait de l’appel du 31 mars 2020 de l’Ehpad de Neuilly-sur-Seine au Samu des Hauts-de-Seine.
      Son fils Gilles Wurmser, qui porte plainte aujourd’hui, s’interroge : « Ma mère était encore assez bien. Si elle avait été hospitalisée assez tôt, est-ce qu’ils l’auraient sauvée ? Est-ce qu’il y a eu des consignes pour abandonner les gens des Ehpad ? »

      Les deux Ehpad publics de Neuilly-sur-Seine accueillent 200 résidents. 40 sont décédés du Covid-19 au printemps, reconnaît Marc Fernandes, leur directeur. « Durant la première vague, il n’était pas rare d’attendre très longtemps que le 15 réponde au téléphone […]. Je n’ai pas le souvenir de déplacements du Samu proprement dit », reconnaît-il. Mais il assure qu’il a pu s’appuyer sur « d’autres ressources médicales », à savoir SOS Médecins, des ambulanciers pour le transport à l’hôpital, les pompiers.

      Aurélie Lefèvre, aide-soignante et déléguée CFTC, fait un autre récit : « Du 10 au 30 mars, le médecin coordonnateur était malade, les médecins traitants ne pouvaient plus rentrer dans l’Ehpad, on a été livrés à nous même. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas plus de familles qui aient porté plainte. »

      Une infirmière de l’Ehpad, qui s’est depuis reconvertie, « dégoûtée » par ce qu’elle a vécu, raconte le début de l’épidémie : « Au départ, nous n’avions pas de masques, puis des masques chirurgicaux périmés. Le virus s’est propagé très vite. C’était la débandade, un cataclysme. On était deux infirmières pour 80 résidents, la moitié malades. SOS Médecins est venu quelques fois, pour quelques prescriptions de patchs de morphine. Nous, les paramédicaux, nous nous sommes sentis très très seuls. On avait des concentrateurs à oxygène, mais qui ne peuvent délivrer que cinq à six litres par minute. Ce n’est pas de l’oxygène à haute concentration, comme à l’hôpital. »

      À l’hôpital, Monique Zivy aurait pu recevoir plus d’oxygène. Plus grave encore : aucun médecin ne s’est rendu à son chevet pour évaluer son état de santé, jusqu’à ses dernières heures.

      Cette absence des médecins est visible dans son dossier médical : tout au long de sa maladie, du 24 au 30 mars, il n’est rempli que par des auxiliaires de vie, des aides-soignantes, des infirmières. Le 31 mars, elle est enfin vue par le médecin coordonnateur, à 16 h 37. Son décès est constaté le 1er avril à 2 h 30. Ses traitements sont basiques : du Doliprane, des antibiotiques. C’était le « protocole spécifique en cas de survenue de malades Covid », établi par le médecin coordonnateur avant son arrêt, derrière lequel le directeur s’abrite.

      Contacté par Mediapart, le service de communication de l’AP-HP s’est, là encore, chargé de répondre pour le Samu des Hauts-de-Seine. Sans répondre sur les motifs du refus de prise en charge de Monique Zivy, le service de presse explique qu’« entre le 15 mars et 15 avril 2020, en plein pic épidémique, le SMUR de Garches a pris en charge 209 patients dont 48 avaient plus de 80 ans. L’âge moyen de ces 48 patients était 86,9 ans et le patient le plus âgé avait 97 ans ». Mais ces chiffres et ces moyennes ne permettent pas de savoir combien de patients le Samu n’a pas pris en charge malgré leurs appels.

      « On ne va surtout pas aux urgences ! »

      Patricia, âgée de 53 ans, est décédée le 8 septembre. Elle vivait en banlieue parisienne, à Clichy-la Garenne, avec son fils, âgé de 19 ans. En raison d’une maladie neurologique (syndrome de Guillain-Barré), elle devait se déplacer en fauteuil roulant à l’extérieur de son appartement.

      Testée positive au Covid-19, le 3 septembre, Patricia souffre de fièvre et de maux de tête depuis la fin du mois d’août. Les Doliprane que son médecin lui a prescrits, le 4 septembre, ne suffisent pas. Deux jours plus tard, le dimanche soir, elle a des difficultés à respirer et appelle le Samu à 22 h 18.

      Mediapart a pu avoir accès à la retranscription écrite des échanges que le Samu enregistre systématiquement. Patricia décrit son état de santé et dit avoir « mal et l’impression que c’est compressé » au niveau de la gorge. « Il n’y a pas de traitement spécifique » pour le Covid, lui répond alors le médecin, qui lui conseille du sirop pour la toux et des pastilles. « Tout ça, c’est en vente libre. C’est à la pharmacie », précise-t-il.

      Aucune autre question ne lui est posée, notamment sur son état de santé ou son surpoids, qui sont des facteurs aggravants en cas de contamination au Covid-19. Rapidement, au cours du dialogue, la teneur des propos du médecin laisse apparaître une forme d’impatience.

      Lorsqu’elle s’inquiète pour son fils, âgé de 19 ans, qui vit auprès d’elle, il lui lance : « Vous avez les consignes. On n’arrête pas d’en parler. Donc, c’est le port du masque et la distanciation. Ça fait trois mois qu’on n’arrête pas de le dire. » Désemparée, Patricia tente une dernière fois de convaincre le médecin du Samu de ses souffrances en lui faisant part de l’avis de ses proches : « Mes frères me disent que j’ai du mal à respirer. »

      Cette remarque de Patricia aurait dû alerter l’attention du médecin. En effet, l’une des particularités de la pneumonie Covid-19 est que certains patients atteints d’hypoxémie, c’est-à-dire d’une diminution du taux d’oxygène dans le sang, peuvent la tolérer. On parle alors d’hypoxémie « silencieuse ». C’est souvent l’entourage qui décèle leur essoufflement.

      Le médecin est pourtant catégorique : « On ne va surtout pas aux urgences. »

      Il invite seulement la patiente à mesurer, dès le lendemain, son taux d’oxygénation en se rendant dans une pharmacie ou chez son médecin. Et n’envoie aucune équipe pour le faire ce soir-là. « Et si vraiment ça désature, à ce moment-là on verra », lui dit-il. « À surveiller de près, bon courage », conclut-il avant de raccrocher.

      « L’enjeu était d’éviter que les patients n’affluent aux urgences »

      Le lendemain, à 11 h 20, ce n’est plus Patricia, mais son frère Emmanuel qui appelle le Samu. Venu secourir sa sœur, « qui est très souffrante », et ayant acheté lui-même un appareil pour mesurer le taux d’oxygène (un oxymètre), il explique au médecin les résultats qu’il obtient. Après l’avoir testé sur son neveu et sur lui-même, l’appareil semble en revanche dysfonctionner sur Patricia.

      À l’autre bout du fil, un autre médecin du Samu « ne sait pas pourquoi le saturomètre ne fonctionne pas sur elle. C’est vrai que c’est bizarre ». Malgré la situation, il n’émet pas la possibilité de prendre en charge la patiente. Il décide alors d’entendre Patricia, qui « a beaucoup de mal à parler », avertit son frère.

      Interrogée, la malade ne varie pas. « Est-ce que vous êtes gênée pour respirer ou pas ? », questionne le médecin du Samu. « Oui », lui répond Patricia. « Vous êtes gênée pour respirer ? », redemande-t-il. « Oui, un peu », continue-t-elle de lui dire.

      L’interrogatoire se poursuit et Patricia précise à nouveau que cela fait deux jours qu’elle a « de plus en plus de mal [à respirer] » et que sa fièvre ne descend pas depuis une semaine. Mais elle et son frère font face à un mur. « Les symptômes du coronavirus, […] c’est une grippe, donc ça donne des courbatures partout, la fièvre et des maux de gorge », leur déroule le médecin. Avant de rajouter : « Ce à quoi il faut faire attention, c’est la difficulté à respirer », égrenant des exemples comme « ne plus arriver à finir ses phrases […]. Dans ces cas-là, il ne faut pas hésiter à appeler parce que c’est une urgence ».

      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020.
      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020.
      C’est bien là tout l’objet de l’appel d’Emmanuel, qui répète au médecin que ces exemples correspondent exactement à ce qu’endure sa sœur. Rien n’y fait. « Elle arrive quand même à parler », lui répond le Samu, enfin « un petit peu… », nuance-t-il lui-même. « Donc on va attendre qu’elle n’arrive plus à parler du tout ? », lance alors, désespéré, le frère de Patricia.

      Le médecin ne juge pas utile d’envoyer une équipe sur place, pour procéder à un examen clinique, et déconseille une nouvelle fois à Patricia de se rendre aux urgences : « Ils vont juste vous dire : tout va bien. […] Moi, je pense qu’il n’y a pas besoin. Je sais qu’elle n’est pas bien. Mais ce sont des symptômes normaux quand on a le coronavirus. »

      « N’hésitez pas, on est quand même là », rappelle le docteur avant de clore la conversation.

      Neuf heures plus tard, à 20 h 39, le fils de Patricia rappelle le Samu : « Ma mère n’arrive plus à respirer […]. Elle est morte ! À l’aide ! » En attendant l’arrivée des secours, le jeune homme tente de réanimer sa mère. Il aura fallu ce troisième appel pour que le Samu prenne finalement en charge Patricia. Mais il est déjà trop tard.

      À son arrivée à l’hôpital, elle est en « état d’arrêt cardio-respiratoire lié à une pneumonie à SARS-CoV-2 », selon les conclusions du service de réanimation. Elle décède le 8 septembre.

      Le chef du Samu des Hauts-de-Seine, le docteur Thomas Loeb, n’a pas répondu à nos questions. C’est finalement le service de communication de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui nous a adressé la réponse suivante : « L’AP-HP confirme l’existence de 3 appels au SAMU 92 en deux jours pour une patiente finalement décédée plusieurs heures après le dernier appel. […] Au terme des échanges, [le médecin régulateur] a toutefois donné pour consignes à la famille si elle le jugeait préférable de se rendre aux urgences directement et de ne pas hésiter à rappeler le SAMU en cas d’aggravation. » Ce décès va néanmoins donner lieu à « une analyse approfondie », prévue en cas « de déclaration d’événement indésirable grave ».

      Non seulement, l’AP-HP n’apporte aucune réponse sur les refus répétés des médecins du Samu de prendre en charge Patricia mais de surcroît maquille la teneur de leurs échanges. En effet, contrairement ce qu’elle nous répond, le médecin tente surtout de dissuader la famille de Patricia de l’emmener aux urgences. En voici la retranscription :

      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020. © Samu des Hauts-de-Seine.
      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020. © Samu des Hauts-de-Seine.
      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020. © Samu
      Retranscription des enregistrements du Samu. Échanges entre le frère de Patricia Urcel et le médecin,11 h 20, 07 septembre 2020. © Samu
      « Nous sommes des personnes modestes et nous n’avons aucune connaissance en médecine. Nous avons fait confiance aux médecins du Samu », déplore Emmanuel, le frère de Patricia, qui souhaite aujourd’hui que la justice enquête sur les responsabilités du Samu et de l’État.

      Testé positif, le fils de Patricia a également dû être hospitalisé. « Il a pu depuis s’en remettre et tente aujourd’hui de se battre pour sa mère, poursuit-il. Le Samu et les différents médecins que nous avons eus ont tout fait pour éviter d’emmener ma sœur à l’hôpital et ils l’ont laissée mourir devant son fils. C’est inhumain. »

      Il se rappelle encore les « annonces du gouvernement dans les médias : “Appelez le 15”, “N’allez pas directement aux urgences” », et regrette de les « avoir suivies à la lettre ». Emmanuel ne décolère pas. « Nous sommes six frères et sœurs et elle était le pilier de la famille. Je suis en train de déposer plainte et je me battrai jusqu’au bout pour elle. Je dois cela à son fils, qui tente avec force de dépasser l’insurmontable. »

      L’histoire de Patricia, décédée en septembre, témoigne du peu de mesures prises par le gouvernement depuis la première crise.

      Les urgentistes se félicitent de leur « mobilisation remarquable »

      En septembre, la Société française de médecine d’urgence a publié dans ses annales son « Retour d’expérience de la crise Covid-19 » en médecine. Un retour d’expérience, ou Retex en langage médical, est une démarche médicale importante, « par essence non punitive et tournée vers l’analyse de ce qui a marché comme des dysfonctionnements », écrit le professeur Bruno Riou, rédacteur en chef de ces annales, mais aussi directeur de crise de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, le plus grand groupe hospitalier de France.

      Seulement, ce retour d’expérience ne fait pas état de beaucoup de « dysfonctionnements » et tient plutôt de l’autocélébration. Pour Bruno Riou, « la mobilisation remarquable et remarquée de tous les acteurs de notre système de santé a permis de tenir face à cette crise majeure ».

      François Braun, président du syndicat Samu urgences de France et directeur des urgences de l’hôpital de Metz, défend le rôle qu’a joué le Samu pendant la crise. Il estime que les Samu ont reçu, au pic de l’épidémie, 80 000 appels supplémentaires par jour : « Que penser si ces 80 000 patients, faute de régulation médicale, s’étaient ou avaient été dirigés vers les services d’urgence ? »

      En Île-de-France, les quatre Samu de l’AP-HP (Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne) atteignent un « pic historique » d’appels le 13 mars : 26 000 appels dans la journée, décrit le professeur Pierre Carli, directeur médical du Samu de Paris. Mais « des moyens ont été déployés immédiatement », assure-t-il. Le long récit ne relève aucun dysfonctionnement, seulement « l’adaptabilité du Samu », ainsi que sa « capacité de résilience ».

      De manière anonyme, une infirmière et un médecin du Samu de Seine-Saint-Denis font un tout autre récit. « En 10 jours, les hôpitaux de Seine-Saint-Denis ont été remplis de la tête aux pieds. C’est normal que des gens aient porté plainte : on n’avait plus rien à leur proposer », témoigne l’infirmière. « On a eu 10-15 jours tellement saturés ! On n’arrivait plus à gérer », confirme le médecin.

      Dans le retour d’expérience des urgentistes, seuls les Alsaciens ne cachent pas leurs difficultés. Le 1er mars, le cluster du rassemblement évangélique de Mulhouse est identifié. Dès le 7 mars, l’activité du Samu a été multipliée par quatre, mais « aucune mesure spécifique n’a été prise pour renforcer nos moyens en ressources matérielles ou humaines », regrettent les urgentistes.

      Ils reconnaissent que les personnes âgées en Ehpad n’ont pas pu avoir accès à l’hôpital au pic de la crise, en mars et en avril : « Les médecins coordonnateurs d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ont joué un rôle de régulation, n’évacuant plus leurs patients vers le centre hospitalier de référence et assurant les soins localement dans leur structure, y compris pour les patients oxygéno-dépendants ou en fin de vie. »

      Le docteur Marc Noizet, directeur des urgences de Mulhouse, assure cependant : « On ne s’est pas désintéressés des malades en Ehpad, on a joué notre rôle de médecin-conseil. Les gériatres de l’hôpital les conseillaient eux aussi à distance. Mais je ne dis pas que tout s’est parfaitement bien passé. Des personnes âgées qui sont hospitalisées aujourd’hui ne l’étaient pas à l’époque. Il faut se rappeler la gravité de la crise : à Mulhouse, en quelques jours, la moitié de l’hôpital a été rempli par le Covid, on ne pouvait pas aller plus loin. À l’époque, pour les personnes âgées, les services de gériatrie ne recommandaient que des antibiotiques et de l’oxygène, on ne savait presque rien de ce virus. La ventilation intensive, pratiquée aujourd’hui, n’était pas recommandée. Mon service d’urgence a été mis en cause, y compris par voie de presse, et à chaque fois nous avons pu démontrer que nous n’avons pas abandonné ces malades, que la prise en charge était adaptée. Et nous avons aussi sauvé beaucoup d’autres personnes. »

      Le professeur Karim Tazarourte, président de la Société française de médecine d’urgence (SFMU), qui dirige les urgences de l’hôpital Édouard-Herriot à Lyon, ne nie pas non plus avoir connu « une réelle saturation pendant la première vague. On a eu parfois quatre à cinq heures d’attente pour pouvoir envoyer une ambulance, parfois nous n’étions plus joignables. On a été débordés, on s’est adaptés. L’engagement du Samu, c’est de décrocher le téléphone. L’évaluation peut être faillible. Mais il n’y a pas eu de décision institutionnelle d’abandonner des patients, c’est contraire à notre éthique ».

      Contacté par Mediapart, le président du Conseil national de l’urgence hospitalière (CNUH) et directeur des Samu de Paris, le professeur Pierre Carli, n’a pas répondu à nos questions.

      La plainte de l’association Coronavictimes soulève la responsabilité du Samu, qui « seul décisionnaire d’un possible transfert vers un établissement de santé » a failli à sa mission, entraînant le décès des patients. Elle interroge également l’État sur sa gestion de la crise, en particulier sur « les directives édictées par le ministère des solidarités et de la santé et mises en œuvre par les organismes et acteurs de santé ». Pour l’avocate de l’association et des familles, Anaïs Mehiri, « l’enquête permettra de remonter la chaîne des responsabilités qui ont entravé l’accès aux soins entraînant le décès de ces victimes ».

      #santé_publique #covid-19 #accès_aux_soins #morts_à_domicile

    • Message de service @odilon :-)
      On remarque ici https://seenthis.net/messages/894095 que le triangle plein n’apparaît pas. C’est apparemment lié à la présence du « userid » en fin d’URL qu’il conviendrait idéalement de supprimer, à la fois pour éviter le traçage de l’utilisateur en question, et aussi afin de permettre à la reconnaissance des URL de fonctionner dans ce cas précis.
      La bonne année ;-)

  • La seconde [deuxième, comme le dit d’ailleurs explicitement l’article qui suit...] vague de #Covid-19 en France est plus meurtrière que la première, Delphine Roucaute
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/12/29/une-deuxieme-vague-plus-meurtriere-que-la-premiere_6064736_3244.html


    Saint-Etienne, le 23 décembre 2020. Un homme agé de 84 ans, décédé de la Covid-19 arrive au crématorium Montmartre pour la cérémonie funéraire. Bruno Amsellem / Divergence pour « Le Monde »

    Si le taux de mortalité dans les hôpitaux a été divisé par deux depuis avril, près de 32 500 personnes sont mortes des suites de la maladie lors des cinq derniers mois, contre un peu moins de 30 300 entre février et juillet.

    Alors que la pandémie de Covid-19 s’est déclenchée il y a près d’un an, le monde compte ses morts et se rapproche dangereusement des deux millions au rythme de quelque 15 000 décès par jour. En France, depuis février, l’épidémie a d’ores et déjà causé la mort de 62 746 personnes, dont 43 551 à l’hôpital, selon Santé publique France. Ces données agrègent les chiffres issus des hôpitaux et des Ehpad et ne comptent donc pas les quelques milliers de personnes mortes chez elles.

    La #deuxième_vague, qui a débuté dès août alors que celle du printemps finissait à peine, se révèle plus longue et plus meurtrière : 32 481 personnes sont mortes des suites de la maladie lors des cinq derniers mois, quand elles étaient 30 265 entre février et juillet. Le déséquilibre va encore s’intensifier dans les semaines voire les mois à venir, puisque la cinétique de cette deuxième flambée épidémique marque actuellement un #plateau élevé : la deuxième vague n’est pas finie. La saison hivernale et les retrouvailles de fin d’année font par ailleurs craindre une augmentation de la circulation du virus, d’autant plus qu’un nouveau variant plus contagieux a été identifié au très proche Royaume-Uni.

    Moins de malades en services de réanimation

    Ce tableau noir est toutefois à nuancer : une vague plus meurtrière ne signifie pas nécessairement un virus plus létal. « Si la deuxième vague s’était déroulée avec les mêmes paramètres de transmission que la première, c’est-à-dire avec un taux de reproduction de l’ordre de 3 au mois de mars, alors qu’il était inférieur à 1,5 au mois d’octobre, sa violence aurait été incomparablement plus grande », souligne l’épidémiologiste Antoine Flahault. Par ailleurs, « le taux de #mortalité dans les hôpitaux a été divisé quasiment par deux par rapport au début de la première vague, et cela sans grande innovation thérapeutique, seulement par une meilleure gestion des soins des formes sévères de la maladie », explique le directeur de l’Institut de santé globale à Genève. A nombre d’hospitalisations comparables, beaucoup moins de malades ont été admis en services de réanimation.

    Cependant, l’automne a été marqué par un confinement moins strict qu’au printemps, qui n’a pas réussi à faire chuter l’incidence aux niveaux espérés par le gouvernement pour maîtriser l’épidémie – l’objectif de 5 000 nouveaux cas par jour établi par le président Emmanuel Macron s’éloigne, avec une moyenne de 15 000 tests positifs ces derniers jours. Par ailleurs, la saison hivernale est [avec les gouvernants, les charlatans, les complotistes et d’autres catégories de bipèdes pas toujours très définies] la meilleure alliée du virus. Une étude française publiée dans Plos One en novembre établit une corrélation entre la température ambiante et la sévérité de l’épidémie à partir de données hospitalières de la région parisienne. « Lorsque la température baisse, on observe alors une augmentation significative des admissions en réanimation huit jours après et des décès hospitaliers quinze jours après », écrivent les auteurs.

    Certaines régions paient toutefois de plus lourds tributs à l’épidémie, comme c’est le cas du Grand-Est, d’Auvergne-Rhône-Alpes et de la Bourgogne-Franche-Comté. Selon la plate-forme de visualisation de données CovidTracker, 47 départements étaient, au 28 décembre, dans une situation pire que le pic de la première vague au niveau des hospitalisations.

    #décès_à_domicile

    Il était temps que ce soit dit, même si c’est pas à la télé, même si il n’y a pas les données qui font mal.

  • Un océano de tumbas anónimas

    Casi 600 jóvenes africanos, a veces menores, incluso niños, han perdido la vida este año intentando llegar a Canarias en patera; solo en 164 casos se han recuperado cadáveres

    Cuesta creer que la bebé Sahe Sephora, ahogada el 16 de mayo de 2019, fuera la primera víctima del drama de las pateras en Canarias a la que se entierra con su nombre después de 21 años de tragedias, pero es así y los cementerios de las islas han seguido recibiendo difuntos anónimos en 2020, cuyas familias se ven arrastradas a un duelo imposible.

    Casi 600 jóvenes africanos, a veces menores, incluso niños, han perdido la vida este año intentando llegar a Canarias en patera, de los que solo en 164 casos se recuperó su cadáver. Son las víctimas documentadas por el programa Missing Migrants de Naciones Unidas, que reconoce que se trata de una «estimación mínima», porque sus responsables son conscientes de que a varias embarcaciones se las ha tragado el Atlántico con todos sus ocupantes sin dejar rastro.

    De hecho, la Cruz Roja sostiene que la Ruta Canaria mata ,entre el 5 y el 8% de quienes se aventuran a ella, lo que se traduce en una horquilla de 1.000 a 1.700 vidas perdidas, si se tiene en cuenta que este año han llegado al Archipiélago 21.500 personas en patera.

    En toda Canarias, hay decenas de inmigrantes enterrados sin identificación de las tres grandes etapas que ha vivido este fenómeno: las llegadas de finales de los años noventa y primeros años del siglo XXI, centradas en Fuerteventura, donde se produjo el primer naufragio mortal (el 26 de julio de 1999); la crisis de los cayucos de 2006-2007, que abarcó todas las islas, con epicentro en Tenerife; y la oleada actual, focalizada en Gran Canaria.

    Son la punta del iceberg, detrás hay muchos más muertos en el mar de los que se sabe poco o nada, pues este es un movimiento clandestino de seres humanos, en el que no existen manifiestos de embarque. Como mucho, hay listas de llegadas, las que recopilan la Policía y la Cruz Roja, no siempre accesibles a los familiares que vuelven estos meses a peregrinar de ventanilla en ventanilla por Gran Canaria preguntando por un hijo o un hermano desaparecido.
    Sin informar a las familias

    «Si eres padre o madre y sabes que tu hijo ha salido, pero no has vuelto a tener noticias de él, aceptar que vas a dejar de buscarlo es un trámite doloroso, que requiere hacer el máximo esfuerzo por decirte a ti mismo que no ha llegado y que has hecho todo lo posible por encontrarlo. Vienen a España confiando en que somos un país moderno que les dirá si existe alguna noticia de esa persona, pero no se la dan», asegura el abogado #Daniel_Arencibia.

    Este letrado colabora con el Secretariado de Migraciones de la Diócesis de Canarias y sabe bien de lo que habla: aunque la mayoría de las familias son musulmanas, muchos de los que viajan en busca de un pariente del que no saben más que cogió un cayuco hace semanas o meses acaban llamando a la puerta de una iglesia.

    Arencibia atendió hace días a una mujer que había venido desde Italia empeñándose para pagarse el vuelo, la pensión y la PCR tras la pista de su cuñado, porque la madre, de Marruecos, no puede desplazarse a España. «Lloraba en la parroquia porque nadie la atendía. Lo único que quiero, decía, es que me digan que no ha llegado, sé que seguramente está muerto», relata el letrado. Pero la mujer no quería contar eso a su suegra sin una mínima confirmación.

    No es fácil averiguar quién ha perecido en el Atlántico, pero las autoridades sí conocen quién ha llegado, subraya este abogado, que cree que muchas familias les bastaría con que les dijeran que su pariente no está entre los rescatados. Defiende, además, que este es un caso claro en el que debería activarse el protocolo de accidentes con víctimas múltiples, uno de cuyos puntos principales es la instauración de una oficina de información a las familias.

    La juez Pilar Barrado, que hasta principios de año estuvo al cargo de uno de los juzgados de San Bartolomé de Tirajana, los de la costa de las pateras, comparte su opinión. «¿Si nos llegara un barco con 30 suecos que han visto morir a tres de sus compañeros tras quedarse a la deriva, los trataríamos así?», se pregunta. «Claro que no», se contesta, «identificaríamos a los fallecidos y a los supervivientes les ofreceríamos la ayuda de psicólogos».
    Los primos Sokhona

    Pero no siempre es posible, ni siquiera preguntando a los supervivientes, porque a veces los ocupantes de la patera se vieron por primera vez la noche del embarque. Y, con frecuencia, los traficantes de personas que fletan las pateras juegan a la desinformación con las familias. Los muertos no convienen al negocio y menos aún las pateras que desaparecen en el océano.

    Puede que sea el caso que está viviendo Omar Sokhona, un mauritano que llegó en patera a Fuerteventura en 2006. Desde hace años reside en Francia y ahora busca a su hermano Saliya y a su primo Fodie, dos veinteañeros de los que solo sabe que se subieron a un cayuco en Nuadibú con 52 personas más el siete de septiembre. Lleva semanas telefoneando al pasador que los embarcó y siempre obtiene la misma respuesta: un cayuco con 54 personas llegó a Gran Canaria el 10 de septiembre, será el de su hermano.

    A Omar le consta que un cayuco no tarda tres días desde Nuadibú a Gran Canaria, sino bastantes más. «Son otros motores», se excusó el traficante. «¿Y por qué no ha llamado nadie?», insistió. «Estarán detenidos, con la COVID ahora pasan muchos días en los campamentos», se defendió. Ahora, ya ni responde a sus mensajes.

    No ignora Omar que nadie está tres meses detenido en España sin llamar a casa. Ni tampoco que es poco probable que ni una sola de 54 personas contacte con su familia. Se barrunta lo que le ha pasado a su hermano, pero le duele asumirlo e, incluso, tiene engañada a su madre en Mauritania. «Sufre por dentro», reconoce. Y, de momento, alienta sus esperanzas con el cuento de la cuarentena sin fin.

    Como decía el abogado Arencibia, no se atreve a dar por muerto a su hermano sin que al menos alguien le confirme en España que no está entre los 21.500 que han llegado a Canarias. Su familia en Valencia sí ha optado por denunciar la desaparición ante la Policía.

    En esa ciudad vive otro de los primos Sokhoma, Alí. «Yo pienso que están muertos, que se han perdido o que su barca se hundió», admite Alí, que hizo la travesía en cayuco a Canarias dos veces (2006 y 2007). «Mi familia está fatal, si no ven los cuerpos, no van a descansar».

    Los Sokhoma se enteraron de que Saliya y Fodie habían intentado «el viaje» a posteriori, porque ninguno contó nada. Es común, aclara Teodoro Bondjale, secretario de la Federación de Asociaciones Africanas de Canarias (FAAC): la mayoría de los jóvenes que ahora se suben al cayuco no comparten sus planes con su familia, porque saben que se lo impedirían o intentarían disuadirlos.

    Bondjale está asustado con las dimensiones que está cobrando el problema. Lo nota por el volumen de llamadas que reciben en la FAAC preguntando por chicos desaparecidos, la mayoría hechas por familiares en África, pero también por parientes en Europa o Estados Unidos. En una de las últimas que atendió, no se atrevió a decir a una mujer senegalesa residente en Massachussets que buscaba a su hermano lo evidente, «que muchas pateras se hunden, desaparecen en el Atlántico». «No quise desesperarla más», se excusa.
    15 saquitos de huesos

    En el cementerio de Agüimes, una pequeña oración enmarcada, un rosario y unas flores que los parroquianos van renovando de cuando en cuando ofrecen algo de dignidad a los nichos 3.325 a 3.339, tapiados solo con ladrillos y cal, sin ningún signo ni sigla que identifique a sus ocupantes, de los que poco se sabe.

    Solo que allí yacen quince jóvenes subsaharianos a los que encontraron en un cayuco a la deriva a 160 kilómetros de las islas el 19 de agosto, cuando llevaban más de una semana muertos y estaban reducidos a poco más que piel y huesos. Posiblemente, eran los últimos de una lista de ocupantes aún mayor, nunca se aclarará.

    Los enterraron casi en solitario el 26 de septiembre, solo estaban con ellos Teodoro Bondjale, el diputado Luc André Diouf (expresidente de la FAAC), el sepulturero y el párroco del pueblo, Miguel Lantigua, que rezó por sus almas, consciente de que lo más seguro era que no compartieran su fe y en unos momentos muy dolorosos para él, porque no se le iban de la cabeza las familias.

    «Tiene que ser muy duro. Han puesto todas sus esperanzas en esa persona que vino por el futuro económico de la familia y ni siquiera tienen noticia de lo que ha pasado. Es muy duro pensar en las familias, en ellos y en cómo murieron», reconoce el cura.

    La directora del Instituto de Medicina Legal de Las Palmas, la forense María José Meilán, sí sabe cómo fallecieron: de hambre y sed tras muchos días perdidos en el océano. Estuvo en las autopsias y no se le olvidan. «Fue terrible. Eran un manojo de huesos».

    «Impresionaba ver cadáveres que pesaban 30 o 40 kilos. Eso da una idea del tiempo que pasaron sin comer ni beber, a la deriva, y de los días que llevaban fallecidos. Hablamos de chicos fuertes, que por su estatura y complexión pesarían 70-80 kilos, mínimo», apunta.
    Cápsulas de ADN

    El Instituto de Medicina Legal de Las Palmas conserva muestras de ADN de un centenar de inmigrantes muertos en esta zona de Canarias desde 2008 que están pendientes de identificar, 34 solo de este año.

    Desde enero, lo hace siguiendo un protocolo que comparte con Cruz Roja Internacional: cada muestra de ADN tiene asociadas además datos físicos del difunto, el lugar donde fue hallado, los detalles de su patera, fotos de su rostro y de cualquier detalle del cuerpo que pueda ser identificativo (como un tatuaje) y hasta una ficha dental.

    La idea, explica Meilán, es que Cruz Roja recoja peticiones en África de familias que tengan la sospecha de que un pariente suyo puede estar enterrado en Canarias, para hacer una comparación genética. El sistema solo está empezando y necesita rodaje, dice la forense, pero ya hay dos expedientes abiertos con familias que creen que el último rastro de sus hijos o hermanos están ese banco de ADN.

    La Universidad John Moore de Liverpool trabaja en un proyecto complementario: la reconstrucción forense de los rostros de los inmigrantes a partir de fotos de sus cadáveres o incluso del escaneo de su cráneo. Lo impulsa una investigadora de Fuerteventura, María Castañeyra, integrante del equipo de Caroline Wilkinson, que consiguió ponerle cara a personajes como Ramses II o Ricardo III.

    Quizás esa técnica podría devolver un atisbo de identidad a los 39 inmigrantes que Valentín Afonso enterró en Mogán entre 2006 y 2009 sin más identificación que un número. Hoy descansan en cajitas individuales numeradas en la fosa común, con la esperanza aún abierta de que alguien algún día los reclame, aunque hasta la fecha solo haya pasado por allí una mujer con ese afán, en 2007.

    «Era una señora de Senegal, sabía que su hijo había muerto, pero no sabía más. Vino aquí a rezar en la tumba de los inmigrantes», recuerda este sepulturero, ya jubilado, que acabó tan implicado en aquella experiencia que acogió como a un hijo a un chico maliense con una experiencia terrible en el cayuco, Mamadú. Hoy Valentín tiene dos nietas de piel morena que alborotan su jubilación.

    https://www.eldiario.es/canariasahora/sociedad/oceano-tumbas-anonimas_1_6561824.html
    #mourir_en_mer #asile #migrations #réfugiés #Canaries #îles_Canaries #Espagne #frontières #décès #morts #2020 #statistiques #chiffres #cimetière #Agüimes #mourir_aux_frontières #María_José_Meilán #Valentín_Afonso #route_Atlantique #Océan_atlantique #Teodoro_Bondjale

  • Plus de 3 000 personnes meurent au cours de leurs voyages migratoires en 2020 malgré la pandémie de COVID-19 | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/plus-de-3-000-personnes-meurent-au-cours-de-leurs-voyages-migratoires-en-2020-m

    Le projet sur les migrants disparus de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a enregistré à ce jour plus de 3 000 décès le long de itinéraires migratoires du monde entier en 2020.Malgré la COVID-19 et les restrictions et mesures de grande envergure mises en place aux frontières du monde entier pour tenter de contrôler la propagation du virus, des dizaines de milliers de personnes ont continué à quitter leur foyer et à entreprendre de dangereux périples à travers les déserts et les mers.
    Bien que le nombre total de personnes qui ont perdu la vie en 2020 soit inférieur à celui des années précédentes, certains itinéraires ont connu une augmentation du nombre de décès. En particulier, à ce jour en 2020, au moins 593 personnes sont mortes en route vers les îles Canaries en Espagne, contre 210 en 2019 et 45 en 2018.Une augmentation des décès de migrants a également été enregistrée en Amérique du Sud en 2020 par rapport aux années précédentes, avec au moins 104 personnes qui ont perdu la vie - pour la plupart des migrants vénézuéliens - contre moins de 40 au cours de toutes les années précédentes.Au moins 1 773 personnes sont mortes en Europe et en route vers l’Europe cette année, ce qui représente la majorité des décès enregistrés dans le monde entier ; une tendance qui se poursuit depuis 2014, date à laquelle le projet de l’OIM sur les migrants disparus a commencé à recueillir ces données.Quelque 381 hommes, femmes et enfants ont perdu la vie à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, 245 autres ont péri en Asie du Sud-Est - la plupart étaient des réfugiés rohingyas voyageant par bateau du Myanmar et du Bangladesh vers la Malaisie, la Thaïlande et l’Indonésie - tandis que 143 et 112 autres personnes sont mortes dans les Caraïbes et au Moyen-Orient respectivement.
    « Les gens continuent de perdre la vie lors de leurs périples de migration irrégulière malgré les importantes restrictions de voyage en 2020, ce qui montre la nécessité de disposer de possibilités de migration plus sûres et légales », a déclaré Frank Laczko, directeur du Centre mondial d’analyse des données sur la migration de l’OIM, qui gère le projet sur les migrants disparus.La diminution du nombre de décès de migrants enregistrés n’indique pas nécessairement que le nombre de pertes humaines a réellement diminué en 2020, car la COVID-19 a également entraîné des changements importants dans la disponibilité des données sur les décès pendant la migration et la capacité à surveiller des itinéraires spécifiques.
    Même avant la pandémie, les décès de migrants avaient tendance à être peu signalés, parfois même non recensés. Pendant la COVID-19, les contraintes liées à la collecte de ces données se sont multipliées. Les informations recueillies à partir de sondages auprès des migrants qui ont pu être témoins d’un décès n’étaient par exemple pas disponibles en 2020. Ces données de sondages sont souvent la seule source d’information sur les décès de migrants dans des régions isolées comme le désert du Sahara.

    #Covid-19#migrant#migration#mortalite#routemigratoire#donnee#pandemie#donne#sante#deces#enregistrement

  • Rapporti di monitoraggio

    Sin dal 2016 il progetto ha pubblicato report di approfondimento giuridico sulle situazioni di violazione riscontrate presso le diverse frontiere oggetto delle attività di monitoraggio. Ciascun report affronta questioni ed aspetti contingenti e particolarmente interessanti al fine di sviluppare azioni di contenzioso strategico.

    Elenco dei rapporti pubblicati in ordine cronologico:

    “Le riammissioni di cittadini stranieri a Ventimiglia (giugno 2015): profili di illegittimità“

    Il report è stato redatto nel giugno del 2015 è costituisce una prima analisi delle principali criticità riscontrabili alla frontiera italo-francese verosimilmente sulla base dell’Accordo bilaterale fra il Governo della Repubblica italiana e il Governo della Repubblica francese sulla cooperazione transfrontaliera in materia di polizia e dogana (Accordo di Chambery)
    #Vintimille #Ventimiglia #frontière_sud-alpine #Alpes #Menton #accord_bilatéral #Accord_de_Chambéry #réadmissions

    Ajouté à la #métaliste de liens autour d’#accords_de_réadmission entre pays européens...
    https://seenthis.net/messages/736091
    Et plus précisément ici:
    https://seenthis.net/messages/736091#message887941

    –---

    “Le riammissioni di cittadini stranieri alla frontiera di Chiasso: profili di illegittimità”

    Il report è stato redatto nell’estate del 2016 per evidenziare la situazione critica che si era venuta a creare in seguito al massiccio afflusso di cittadini stranieri in Italia attraverso la rotta balcanica scatenata dalla crisi siriana. La frontiera italo-svizzera è stata particolarmente interessata da numerosi tentativi di attraversamento del confine nei pressi di Como e il presente documento fornisce una analisi giuridica delle criticità riscontrate.

    Ajouté à la #métaliste de liens autour d’#accords_de_réadmission entre pays européens...
    https://seenthis.net/messages/736091
    Et plus précisément ici:
    https://seenthis.net/messages/736091#message887940

    –-----

    “Lungo la rotta del Brennero”

    Il report, redatto con la collaborazione della associazione Antenne Migranti e il contributo della fondazione Alex Langer nel 2017, analizza le dinamiche della frontiera altoatesina e sviluppa una parte di approfondimento sulle violazioni relative al diritto all’accoglienza per richiedenti asilo e minori, alle violazioni all’accesso alla procedura di asilo e ad una analisi delle modalità di attuazione delle riammissioni alla frontiera.

    #Brenner #Autriche

    –---

    “Attività di monitoraggio ai confini interni italiani – Periodo giugno 2018 – giugno 2019”

    Report analitico che riporta i dati raccolti e le prassi di interesse alle frontiere italo-francesi, italo-svizzere, italo-austriache e italo slovene. Contiene inoltre un approfondimento sui trasferimenti di cittadini di paesi terzi dalle zone di frontiera indicate all’#hotspot di #Taranto e centri di accoglienza del sud Italia.

    #Italie_du_Sud

    –------

    “Report interno sopralluogo Bosnia 27-31 ottobre 2019”

    Report descrittivo a seguito del sopralluogo effettuato da soci coinvolti nel progetto Medea dal 27 al 31 ottobre sulla condizione delle persone in transito in Bosnia. Il rapporto si concentra sulla descrizione delle strutture di accoglienza presenti nel paese, sull’accesso alla procedura di protezione internazionale e sulle strategie di intervento future.

    #Bosnie #Bosnie-Herzégovine

    –---

    “Report attività frontiere interne terrestri, porti adriatici e Bosnia”

    Rapporto di analisi dettagliata sulle progettualità sviluppate nel corso del periodo luglio 2019 – luglio 2020 sulle diverse frontiere coinvolte (in particolare la frontiera italo-francese, italo-slovena, la frontiera adriatica e le frontiere coinvolte nella rotta balcanica). Le novità progettuali più interessanti riguardano proprio l’espansione delle progettualità rivolte ai paesi della rotta balcanica e alla Grecia coinvolta nelle riammissioni dall’Italia. Nel periodo ad oggetto del rapporto il lavoro ha avuto un focus principale legato ad iniziative di monitoraggio, costituzione della rete ed azioni di advocacy.

    #Slovénie #mer_Adriatique #Adriatique

    https://medea.asgi.it/rapporti

    #rapport #monitoring #medea #ASGI
    #asile #migrations #réfugiés #frontières
    #frontières_internes #frontières_intérieures #Balkans #route_des_balkans

    ping @isskein @karine4

  • « A l’aide, ils veulent me tuer » : les dernières minutes de Mohamed Gabsi, mort en avril après une interpellation policière à #Béziers
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/12/18/a-l-aide-ils-veulent-me-tuer-les-dernieres-minutes-de-mohamed-gabsi-mort-en-

    Les trois policiers municipaux qui avaient interpellé cet homme de 33 ans le 8 avril ont été mis en examen vendredi soir, à la suite de leur garde à vue.

    Huit mois après les faits, Houda Gabsi laisse pour la première fois exploser sa joie. « La vérité va enfin éclater. C’est la suite logique des choses, mais quel soulagement ! », s’enthousiasme-t-elle. Vendredi 18 décembre, trois policiers municipaux de la ville de Béziers (Hérault) ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire, selon les informations du Monde. Ils avaient interpellé son frère Mohamed pendant le premier confinement, le 8 avril, le ramenant inconscient au commissariat, avant qu’il soit déclaré mort une heure plus tard.

    « Le policier qui s’était positionné sur la victime, sur la banquette arrière du véhicule de police, a été mis en examen du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique », précise Raphaël Balland, procureur de la République du tribunal de Béziers. Les deux autres « ont été mis en examen du chef de non-assistance à personne en péril », poursuit-il, tout en rappelant que « les trois policiers [demeurent] présumés innocents tout au long de l’instruction ».

    Depuis le 11 avril, date de l’ouverture d’une information judiciaire, les enquêteurs du service régional de police judiciaire de Montpellier s’attelaient à rassembler des témoignages et des vidéos de l’interpellation. « Pour rendre justice à M. Gabsi, ces vidéos sont cruciales, explique au Monde l’avocat de la famille, Jean-Marc Darrigade, car il n’a pas le profil de la “bonne victime”. » Consommateur régulier de stupéfiants, diagnostiqué schizophrène adolescent, Mohamed Gabsi comptait huit condamnations depuis 2005, notamment pour des violences et des vols.

    De quoi nourrir la défense des policiers, dont l’avocat, Luc Abratkiewicz, avait affirmé au Monde avant leur garde à vue – il n’a pas souhaité s’exprimer depuis – que M. Gabsi s’était « jeté sur eux ». Il avait, par ailleurs, regretté les « morceaux choisis » de #vidéos qui ont inondé les réseaux sociaux à la mort de l’homme de 33 ans.

    Trois versions différentes de l’amorce du contrôle

    Ses clients, poursuivait-il, « des professionnels jamais en difficulté », « très bien notés par leur hiérarchie », auraient pourtant pu filmer eux-mêmes la scène, du début à la fin. Ce soir-là, l’un d’entre eux était porteur d’une caméra-piéton. Il a déclaré aux enquêteurs ne pas avoir eu le temps de la déclencher. Restent donc les témoignages et les vidéos des riverains, que Le Monde a rassemblés, pour raconter la funeste soirée qui a conduit à la mort de Mohamed Gabsi.

    Ce soir du 8 avril, le centre-ville de Béziers, paré d’enduit aux couleurs fanées, a été vidé par le #couvre-feu, instauré par la mairie dès 21 heures en sus du confinement. Il est 22 h 20 quand Mohamed, 33 ans, déambule. A l’angle de la rue Sébastopol et de l’avenue du 22-Août-1944, un véhicule de la police municipale s’arrête à son niveau et demande à contrôler son attestation de déplacement. Le trentenaire est connu des services de police locaux, qui l’ont déjà contrôlé par deux fois depuis le début du confinement, sans qu’il ait opposé de résistance.

    Mais cette fois-ci, Mohamed Gabsi se serait montré agressif, ont expliqué les trois agents qui se trouvaient à bord du véhicule. Durant leur audition libre, effectuée quelques heures après l’interpellation, ils offrent trois versions différentes de l’amorce du contrôle. Le premier explique que M. Gabsi a donné un coup dans le pare-chocs arrière de la voiture – coup dont ne font pas état les deux autres policiers. Le deuxième affirme qu’il a tenté de se soustraire au contrôle en « clopinant ». Le troisième dit qu’il a foncé sur l’un des policiers sorti de la voiture, avant de prendre la fuite en courant. Ils décrivent un homme pris de démence, probablement sous l’emprise de stupéfiants, les frappant à coups de poing et de pied.

    « Pourquoi vous faites ça ? Je n’ai rien fait ! »

    A 22h22, leurs collègues sont prévenus de la situation. La décision est prise de ramener le récalcitrant au commissariat. Les municipaux le menottent à terre, avant de le mettre sans ménagement à l’arrière de la voiture, à plat ventre. L’un d’entre eux déclare s’être assis sur les fesses de M. Gabsi, afin de le maintenir immobile pendant le transport. Les trois policiers affirment que l’individu s’est finalement calmé en route, au point de se mettre à « ronfler » peu avant l’arrivée au commissariat. Les vidéos amateurs et les témoins racontent, eux, une autre histoire. Peu après 22h22, Mohamed Gabsi est au sol, maintenu par trois policiers.

    La rue fourmille d’au moins une douzaine de policiers municipaux appelés en renfort. Mohamed Gabsi s’accroche à une barrière, se débat mollement, sans frapper, et crie pour apostropher les riverains : « Pourquoi vous faites ça ? Je n’ai rien fait ! Tout ça pour deux grammes ! » Quatre pochons de cocaïne de 500 mg ont, en effet, été retrouvés dans son boxer à l’autopsie. Trois policiers le soulèvent pour le mettre dans la voiture. L’un d’entre eux s’enfonce dans l’habitacle avec lui. Un deuxième se place devant la portière, au niveau de la tête de Mohamed Gabsi, comme pour faire écran. Dans les vidéos, on entend distinctement le trentenaire crier : « A l’aide ! Ils veulent me tuer ! »

    « Ferme ta gueule, je vais te faire dormir », lui répond le policier entré dans la voiture, appuyant son bras, puis ses genoux sur le cou de l’interpellé, selon deux témoins interrogés par les enquêteurs – et qui refusent depuis de parler à la presse. Les suspensions du véhicule s’agitent de longues minutes. Puis le silence règne de nouveau sur l’avenue, constate-t-on sur les vidéos. Les deux témoins racontent ensuite avoir entendu le policier s’exclamer : « Ça fait du bien ! », en sortant de l’habitacle.

    L’interpellé gît, inconscient. Les policiers se mettent à le gifler, répétant : « Oh, oh ! Gabsi ! Réveille-toi ! » Ils constatent la présence de vomi et se mettent à rire, poursuivent les témoins. Les policiers se mettent enfin en route. Par deux fois, ils tentent, sans succès, de claquer la portière arrière du véhicule – celle du côté de la tête de M. Gabsi –, indiquent les vidéos. Quelque chose bloque. La troisième sera la bonne.

    L’équipage n’arrivera que huit minutes après au commissariat, pourtant situé à moins de deux minutes de route du lieu de l’interpellation. A 22 h 36, des policiers nationaux reçoivent des mains de leurs collègues municipaux le corps de Mohamed Gabsi. « Son visage était bleu, son cou mou, il bavait », explique au Monde un témoin présent sur les lieux. Ils constatent une absence de pouls, effectuent un massage cardiaque et appellent les secours. Une heure plus tard, la mort du trentenaire est confirmée par un médecin.

    « Mohamed était malade. Mais au lieu d’avoir affaire à des professionnels de santé, il a eu affaire à des cow-boys », affirme Anna
    La machine judiciaire ne tarde pas à s’enclencher : les auditions des policiers et des témoins commencent vers 1 heure du matin. Les tentatives de récupérer des vidéos aussi : vers 1 h 30, trois policiers municipaux retournent sur le lieu de l’interpellation, réclamant aux riverains de leur remettre les films effectués, ont raconté plusieurs témoins au Monde. Aucune ne sera transmise par ce biais au service régional de police judiciaire de Montpellier, chargé d’enquêter sur la mort de M. Gabsi.

    Nombreux sont les témoins qui expriment leurs craintes vis-à-vis de la police municipale biterroise, dont les effectifs ont été armés et quasiment doublés depuis 2014, année de la première élection de #Robert_Ménard, maire proche du Rassemblement national. Anna, une proche de la famille Gabsi, explique : « Les interpellations de Mohamed par la police nationale se sont toujours passées sans encombre. S’il avait fait quelque chose de mal, il était amené dans le calme au commissariat. La police municipale, en revanche… Chaque fois qu’il les croisait, il savait qu’il allait se prendre une branlée. »

    En février 2019, pris d’une crise d’angoisse chez lui, sous l’emprise de stupéfiants, il se met à hurler. Des voisins appellent la police municipale, qui le maîtrise violemment, au point de lui causer un arrêt cardio-respiratoire et une rupture des ligaments du genou gauche, constatés par l’hôpital de Béziers. « Mohamed était malade, personne ne le conteste, poursuit Anna. Mais au lieu d’avoir affaire à des professionnels de santé, il a eu affaire à des cow-boys. »

    Mohammed Gabsi a-t-il été maîtrisé avec une force proportionnée ? C’est tout l’enjeu des expertises menées par la justice, qui cherche à déterminer la cause principale de sa mort. Rendue en novembre, la dernière expertise, chargée de faire la synthèse entre les trois précédentes, fait bien état d’une concentration de cocaïne dans le sang qui pourrait, théoriquement, « entraîner à lui seul le décès » d’un homme. Mais elle se garde de la déclarer comme cause exclusive de la mort, « compte tenu des lésions cervicales gauche ».

    « Appui maintenu » d’un « genou, coude ou poing »

    L’autopsie constate en effet au niveau du cou de M. Gabsi une fracture du cartilage et une compression du nerf vague, chargé de la régulation du rythme cardiaque. Deux conséquences découlent de cet écrasement des cervicales. La première est que le nerf vague, s’il est compressé de manière prolongée, peut entraîner une perte de conscience, voire la mort. Et ce, d’autant plus que le rythme cardiaque est déjà troublé par la prise de cocaïne et la panique suscitée par une interpellation musclée. La deuxième, décrite comme secondaire dans le rapport, est celle d’une « asphyxie mécanique » : compressé, le cou ne permet plus à l’oxygène d’entrer suffisamment dans les poumons.

    Les experts sont formels : ces lésions au niveau du cou sont dues à « un appui maintenu avec une force certaine » d’un « genou, coude ou poing ». Des constations qui mettent à mal la version policière, dans laquelle seul un appui sur les fesses du trentenaire avait été opéré. « La santé de M. Gabsi était certes fragile, notamment du fait de sa consommation de drogue, concède l’avocat de la famille. Mais la question qui doit se poser, dans cette affaire, c’est : “Etait-il programmé pour mourir ce soir-là, s’il n’avait pas croisé le chemin des policiers ?” »

    En attendant que la justice suive son cours, Houda Gabsi dépose, chaque semaine, quelques fleurs sur le lieu de l’interpellation de son frère. Des traces de cette nuit fatale prestement retirées par les agents de propreté biterrois.

    https://seenthis.net/messages/840945
    https://seenthis.net/messages/858616
    https://seenthis.net/messages/870748

    #violences_policières #violence_d'État #police #Mohamed_Gabsi #morts_aux_mains_de_la_police #homicide #police_municipale #I_can't_breathe

  • Coronavirus : quels sont les pays avec la plus forte mortalité ? | LCI, 14 décembre 2020
    https://www.lci.fr/international/carte-coronavirus-taux-de-mortalite-les-pays-les-plus-touches-par-la-pandemie-co

    DATA - Par rapport à leur nombre d’habitants, quels sont les pays les plus durement frappés par le Covid-19 ? Réponse, carte interactive à l’appui.

    Au 14 décembre, avec 908 morts enregistrés, les Territoires extérieurs australiens de l’Océan Indien, 2.801 habitants, se retrouvent logiquement les plus durement frappés en proportion, avec un taux effarant de 32.416,99 morts pour 100.000 habitants. De même que Saint-Marin, au nord-est de l’Italie, avec seulement 51 décès pour un peu plus de 33.000 habitants, portant le taux à 134,18 décès pour 100.000 habitants. 

    Hormis ces « anomalies » statistiques, les pays connaissant la mortalité la plus élevée en proportion sont : la Belgique, avec 154,83 morts pour 100.000 habitants (17.792 décès au total), le Pérou, 117,74/100.000 (17.792 morts) et la Slovénie, qui a fait une entrée fracassante dans le classement, avec 103,49 décès pour 100.000 habitants. Suivent l’Italie (103,5/100.000), le Royaume-Uni (99/100.000), la République de Macédoine (98,73/100.000) puis l’Espagne (97,27/100.000.

    La France, 20e nation

    Au-delà de l’Europe, c’est sur le continent américain que le virus sévit le plus à proportion de la population. L’Argentine atteint une mortalité de 91,68/100.000 devant le Mexique (90,72/100.000), les Etats-Unis (90,66/100.000) et le Chili (89,09/100.000). Le Brésil n’est pas loin derrière, avec 87,02 morts pour 100.000 habitants, devant la France (85,94/100.000), 20e de ce classement et 17e sans les micro-États.

    #covid-19 #mortalité

    • Oui, j’aurais du indiquer que ces comparaisons étaient à relativiser. C’était pour donner ordre de grandeur. J’aurais du préciser aussi que ce post était surtout là pour rappeler qu’il ne suffit pas de prendre les states pour repoussoir (c’était le sens des passages en gras) comme le font bien des gens, de gauche, ou encore fiers de l’État français, du pays qui a « inventé la sécu », etc., et les chaines tv qui diffusent des reportages sur comment ça va mal là-bas sans plus trop insister sur ce qui se passe ici, alors que les « résultats » français sont pas glorieux.

      On ne voit nulle part dire que nous avons actuellement au bas mot entre 320 et 400 morts par jour, par exemple. Ou qu’aux personnes covid+ en centre de rétention on donne... des antibiotiques.

      On sait aussi que la crise sanitaire provoque des mortalités (et/ ou des « pertes de chance ») qui elles aussi varient beaucoup selon les pays, et qu’on sait mal évaluer actuellement (faudra du rétrospectif). Ce qui relativise à nouveau les chiffres avancés ici.

  • Santé Publique France, 17/12/2020 :
    • décès covid à l’hôpital : 258 (corr. var. hebdo : 244, extrapolé sous l’hypothèse d’une tendance constante : 317)
    • hospitalisations covid : 25 149 (-133)

    on est bien sur une (lente) décroissance des décès et (encore plus lente) baisse des hospitalisations

    par ailleurs, ici, dans le Morbihan, on a ce jour des informations alarmantes sur l’impact dans plusieurs EHPAD. À voir demain…