• « On ment aux élèves sur leur niveau réel » - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20170412.OBS7925/on-ment-aux-eleves-sur-leur-niveau-reel.html


    Le contenu est plus subtil que ce que le titre laisse penser.

    Il y a aujourd’hui des lycées pour cadres dirigeants et des lycées pour salariés. On comprend mieux la panique des parents devant le choix d’un établissement pour leur enfant. Cette répartition des rôles est tacitement intégrée par les élèves. Quand un de mes élèves veut faire des études de commerce, il me dit timidement qu’il va essayer un BTS ; à quelques kilomètres de là, un autre aura parfaitement en tête le classement des prépas commerciales. Il y a ceux auxquels la famille montre la marche à suivre, ceux qui n’ont aucune difficulté à décoder le système, et les autres, ceux qui choisissent leur orientation tout seuls, au milieu des schémas et des arborescences d’un CIO, le centre d’information et d’orientation.

    Et malheur à ceux qui veulent aller au-delà de l’objectif professionnel qui leur est assigné. Ceux-là, ceux qui se risquent à vouloir devenir médecins ou avocats par exemple, alors qu’ils ne sont pas dans un lycée prévu pour, vont payer un lourd tribut. Comme on leur a menti sur leur niveau réel, ce n’est pas au lycée mais sur les bancs de l’université, quand il est trop tard pour colmater les brèches, qu’ils découvriront l’étendue de tout ce qu’ils n’ont pas appris.

    Pour ceux-là, ou plutôt pour celles-là, car ce sont souvent des filles qui ont cru de tout leur cœur à la fonction émancipatrice de l’école, ce sera la longue galère des réorientations qui s’achève souvent dans une succession de petits boulots. Ils sont des milliers, ces élèves méritants, dont les familles nous avaient fait une confiance absolue. Nous les avons laissés se casser les dents sur leurs rêves et leurs ambitions. Ne sous-estimons pas l’étendue de cet immense gâchis et la colère qu’il a pu engendrer dans de nombreuses familles.

    #éducation #sélection #discrimination

    • Comment expliquer les ratés dans la transmission du savoir au lycée ?

      Je pense que dans une large mesure notre système éducatif est aujourd’hui pensé et organisé pour ne rien transmettre aux élèves, sinon un savoir volatil, éclaté, absurde. Par ses programmes, par la répartition des horaires de cours, par les consignes données aux enseignants, par la part accordée au projet et à l’expérimentation hasardeuse, ce système ne peut pas transmettre grand-chose, sauf à tomber sur des professeurs qui prennent quelque distance avec ce qu’on leur demande de faire, ce qui est encore le cas de beaucoup d’entre nous.

      Que proposez-vous ?

      Une école beaucoup plus présente dans la vie de l’élève, surtout dans des lieux où il n’y a pas d’autres services publics ni d’offre culturelle à des kilomètres à la ronde. Une école ouverte du lundi 8h au samedi 19h. Pas seulement avec des professeurs, bien sûr. Très souvent, le temps passé en dehors de l’école est un temps perdu, dédié aux écrans, à la déconcentration. C’est le temps où se creusent les inégalités. Il faut que l’école devienne une citadelle où l’élève puisse faire son travail, puisse trouver des adultes pour l’y aider, se voir proposer une offre culturelle beaucoup plus importante. C’est ce que nous faisons à Meaux pour les élèves du primaire, avec une centaine d’enfants auprès desquels travaillent tous les soirs des instituteurs à la retraite et des étudiants qui se destinent à devenir professeurs des écoles.

      Il faut une articulation plus claire entre ce qui relève du projet ou de l’expérimentation, et le cours où se fait la transmission du savoir ; déterminer les priorités : dédier plus de temps au français, à l’histoire, aux sciences. Sans doute n’est-il pas nécessaire d’apprendre trois langues vivantes, qui plus est dès le collège… En parler une correctement serait déjà bien.

      Je crois aussi nécessaire d’accorder une place beaucoup plus importante à la culture et aux artistes dans l’école. Toute subvention publique dans le domaine culturel devrait être assortie d’une contrepartie à l’école, parce que l’urgence est là. Ce n’est pas tant d’un gros chèque que l’Ecole a besoin, mais de compétences et de talents. Le chantier est immense.