• 3D printed portraits made with DNA from cigarette butts to feature in new Wellcome Collection display | London Evening Standard
    https://www.standard.co.uk/go/london/arts/dna-from-cigarette-butts-wellcome-collection-exhibition-a4149521.html

    DNA from discarded cigarette butts and chewed up gum has been used to create a series of life-sized 3D printed portraits for a new exhibition at the Wellcome Collection.

    American artist Heather Dewey-Hagborg walked the streets of New York picking up cigarettes and hair for her project called Stranger Visions.

    She then analysed the DNA to work out the gender and ethnicity of the people involved as well as their likely eye colour and other traits including the size of their nose, before using face-generating software and a 3D printer to create a series of speculative portraits.

    #ADN #art



  • De Cisjordanie à Cannes, la course d’obstacles d’un jeune cinéaste palestinien
    24 Mai 2019 | AFP.com
    https://www.afp.com/fr/infos/3732/de-cisjordanie-cannes-la-course-dobstacles-dun-jeune-cineaste-palestinien-doc-1

    Le réalisateur palestinien Wisam al-Jafari à Cannes, le 23 mai 2019 | AFP / LOIC VENANCE

    Premier étudiant palestinien sélectionné par la Cinéfondation, pépinière de nouveaux talents du festival de Cannes, Wisam al-Jafari a appris à contourner les difficultés, à l’image des ses protagonistes dans « Ambience », film étonnamment joyeux tourné dans le camps de réfugiés où il habite.

    « Ce n’est pas difficile de faire du cinéma en Palestine : si tu as un but et que tu ne penses qu’à ça, alors c’est possible », plaisante le jeune cinéaste de 27 ans qui a reçu jeudi le troisième prix ex aequo de la Cinéfondation doté de 7.500 euros.

    Etudiant à l’université de Bethléem en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, Wisam al-Jafari fait parti des 17 étudiants en école de cinéma dont le court-métrage a été choisi par la Cinéfondation parmi plus de 2.000 reçus. Grâce à leur exposition médiatique pendant le festival, ils peuvent être repérés par des producteurs et trouver des financements pour leurs projets. Sélectionnés pendant leurs études, l’Autrichienne Jessica Hausner et le Roumain Corneliu Porumboiu sont aujourd’hui en compétition pour la Palme d’or.

    Dans son film de 15 minutes en noir et blanc, Wisam al-Jafari raconte les difficultés rencontrées par deux jeunes musiciens qui tentent d’enregistrer une bande démo pour un concours musical dans un camp de réfugiés bruyant et surpeuplé. Le sien en l’occurrence, Dheisheh, près de Bethléem. Alors que les deux garçons échouent à cause du brouhaha qui y règne, ils décident de s’adapter et de capter ce vacarme pour « le transformer en art », explique le cinéaste lors d’un entretien à l’AFP.

    « Wisam décrit bien la situation difficile à laquelle sont confrontés tous les jours les réfugiés : la promiscuité, l’absence d’intimité, le bruit constant, des voisins ou des bombes, les coupures d’électricité, mais avec beaucoup d’humour et d’optimiste », souligne la directrice de la Sélection Dimitra Karya.

    – Moyens du bord -

    Une histoire qui fait écho au tournage du film réalisé avec les moyens du bord. « On n’avait pas beaucoup d’équipements. Pour la lumière par exemple on a utilisé toutes les lampes du camp en demandant aux habitants d’allumer la lumière qui était chez eux », raconte le jeune homme. Idem avec les acteurs, tous non-professionnels. Les ouvriers qui travaillent dans la rue ont également accepté de jouer leur propre rôle.

    « L’image vaut mieux que des mots pour expliquer la vie des Palestiniens », poursuit le cinéaste qui a touché sa première caméra à 15 ans. « Le cinéma c’est comme de la magie, quand j’ai utilisé une caméra pour la première fois lors d’une atelier à l’école, je me suis tout de suite dit que je voulais en faire mon métier ».

    Les mises en garde de sa mère enseignante et de son père ouvrier sur des chantiers n’ont pas eu raison de sa détermination. « Ils m’ont dit +tu ne vas pas gagner d’argent, fais plutôt des études de commerce+ », raconte-t-il, amusé. Il a depuis pu compter sur l’appui de sa mère qui a préparé les repas pendant le tournage, ainsi que sur son frère chargé de l’intendance.

    Seule ombre au tableau : l’emprisonnement depuis septembre 2018 de l’un des acteurs principaux d’"Ambience", arrêté selon lui « sans raison » par des policiers israéliens alors qu’il se rendait chez lui. Une situation que lui a vécue à l’âge de 14 ans : scolarisé dans une école près d’un check-point, Wisam a été accusé d’avoir jeté des pierres et emprisonnés pendant un mois, relate-t-il brièvement.

    Une mauvaise expérience qui lui a permis de trouver le sujet de son prochain projet : une histoire d’amour épistolaire vécue par l’un de ses codétenus.

    #Palestine #Cinéma



  • Pattons wahnwitziger Plan
    https://www.merkur.de/lokales/regionen/pattons-wahnwitziger-plan-229538.html

    24.04.09 - Tegernsee/Kreuth - Er war vom Krieg besessen, er wollte von der „allerletzten Kugel in der allerletzten Schlacht getroffen werden“ - und starb nach einem mysteriösen Autounfall in einem Spitalbett in Heidelberg am 21. Dezember 1945, vor genau sechzig Jahren: Viersterne-General George S. Patton jr., eine amerikanische Heeresführer-Legende. Wenige Monate zuvor hatte er in den Kreuther Bergen das „Undenkbare“ gewagt: deutsche Kampfverbände gegen die Sowjetunion aufzustellen. „Operation Unthinkable“ im bayerischen Oberland - ein bisher weitgehend unbekanntes Kapitel der Zeitgeschichte.<BR>

    George Patton war von dieser Vorstellung getrieben: Nach dem Sieg der vier Alliierten über Hitler-Deutschland wird es zu einem Weltkrieg zwischen den Westmächten und der Sowjetunion kommen. Und er zog daraus die Schlussfolgerung: Amerika hat intakte Streitkräfte in Europa stehen und muss die UdSSR angreifen, bevor Stalin seine angeschlagene Rote Armee (Patton, sinngemäß: „Diese Mongolenbrut“) wieder aufgebaut hat.

    Dies waren Strategien, denen offenbar auch der britische Premier Churchill nachhing, aber niemand dachte so radikal wie Patton, der zwar ein militärisches Genie war, aber auch exzentrischer Selbstdarsteller und Polit-Rambo unter vier Generalssternen. Und niemand Pattons besonderer Respekt galt der Waffen-SS setzte so eindeutig und unverblümt auf Wehrmacht und Waffen-SS: „Wir müssen mit den Deutschen nach Moskau marschieren“, war sein Credo. „Eigentlich sind die Deutschen die einzigen anständigen Leute, die in Europa übrig geblieben sind.“ Der besondere Respekt des Militärs Patton galt dabei der Waffen-SS: Er sah in ihr eine „Bande sehr disziplinierter Hurensöhne“.

    In den Tagen und Wochen nach der Kapitulation Deutschlands, Mai 1945, ergab sich im Alpenvorland folgendes Szenario: Patton residiert als US-Militärgouverneur für Bayern in der Villa des „Reichspresseleiters“ Amann am Tegernsee. In den Kreuther Bergen steht die weitgehend intakte 17. SS-Panzergrenadier-Division „Götz von Berlichingen“. Sie hat kapituliert, sich aber gewissermaßen noch nicht ergeben, weil sie sich nach wie vor auf das Deutsche Reich vereidigt sieht. Kommandeur Bochmann, ein SS-Oberführer im Generalsrang, besteht auf einem gleichrangigen US-Offizier für die Übergabe, Protokoll bleibt Protokoll. Und die Amerikaner ziehen sich an das Nordufer des Tegernsees zurück - und warten ab.

    Erst ein im Sommer 2005 aufgetauchter Bericht eines deutschen Zeitzeugen erhellt jetzt, was Patton in diesen Tagen mit der SS-Division aushandelte. Dieses Tegernseer Dokument sind die Aufzeichnungen von Ernst Rudolf Poeck, Chefchirurg eines deutschen Armeekorps, der seit Februar 1945 in Tegernsee in einem Lazarett lag; die Papiere wurden sechzig Jahre später von seinem Sohn, dem Bankier Wolfgang Poeck, über die Zeitschrift „Tegernseer Tal“ der Öffentlichkeit zugänglich gemacht.

    Aus diesen Unterlagen geht hervor: Patton hatte das aufgelöste XIII. Armeekorps der Deutschen Wehrmacht neu gegründet (es sollte dann dem Offizierskorps der SS-Division „Götz von Berlichingen“ unterstellt werden) und Poeck zum Korpsarzt für diese im Wiederaufbau befindliche deutsche Streitmacht ernannt. Poeck, dem Jeep und Fahrer gestellt wurden, hatte den Auftrag, in allen US-Gefangenenlagern Bayerns das Sanitätswesen für diese Truppe zu organisieren und Patton dann Vollzug zu melden. Denn nach Pattons Philosophie ist eine Armee nur so gut wie ihre Sanitätseinheiten.

    Mit der Führung der SS-Division, die im Kreuther Weißachtal zwischen dem Tegernsee und der Landesgrenze Position bezogen hatte, war nach den Aufzeichnungen Poecks (basierend auf den US-Gewährsleuten Captain Saltman und Lieutenant Knoff) vereinbart worden, dass Patton die Übergabe selbst wahrnehmen wollte, weil er von der stolzen Haltung der Division beeindruckt war. In Poecks Bericht heißt es weiter:

    Begeisterter Empfang

    „Die Kommandoübergabe an die Amerikaner hat dann so stattgefunden, dass die SS-Division im Karree angetreten war und Patton mit einem Hubschrauber innerhalb dieses Karres landete. Patton stieg aus, der SS-General erstattete ihm Meldung und forderte die Truppe auf, General Patton mit einem dreifachen ,Heil Hitler` zu begrüßen, was dann geschah. Patton schien überwältigt, weil er eine solche Haltung nach Kriegsende noch von keiner deutschen Truppe erlebt hatte, und soll dann den SS-General gefragt haben, ob er sich vorstellen könne, dass seine Männer mit den Amerikanern mehr oder weniger sofort Seite an Seite gegen die sowjetischen Truppen kämpfen würden - mit dem Ziel, diese aus Europa herauszujagen. Der SS-General soll dann das Megaphon genommen und die Soldaten aufgefordert haben, einen Schritt nach vorne zu treten, wenn sie bereit wären, mit den Amerikanern gegen die Russen zu kämpfen. Als Resultat soll die ganze Truppe, ohne eine einzige Ausnahme, einen Schritt nach vorne getan haben.“

    Doch Patton überschlug sich in unglaublichen antisemitischen Äußerungen, der „Kreuzzug“ gegen Stalin wurde für ihn zur Obsession. Wenige Monate nach den Ereignissen im Tegernseer Tal wurde er abgesetzt - damit blieb Pattons Langer Marsch nach Moskau mit einer SS-Division aus den Kreuther Bergen nur eine wahnwitzige Idee.

    #histoire #Europe #guerre_froide


  • Pakman, Alexis Leclef La langue des urnes !

    . . . . .
    Le seul droit politique de ce troupeau pompeusement appelé « Nation » que l’on convie aux urnes comme des bovins à l’abreuvoir, c’est de choisir la bouille de ceux qui, loin d’être leurs représentants, vont s’acquitter de cette besogne qui leur échoit dans tout êtat parlementaire bien réglé : Servir les puissants. La bouille des candidats, le bouillie de leurs discours, la couleur de leur parti aussi : Le bleu ou le rose, l’orange ou le vert, ou comme plan B le noir, le brun ou le merdoie. . . . . .

    _ Alexis Leclef - Le Batia Mourt Sou N° 80 - Heurs et malheurs de la conscience prolétarienne - Sortie le 24 Mai 2019 - Dans toutes les bonnes librairies de Belgique, s’il en reste. _



  • Brochure à destination des proches de personnes emprisonnées à la maison d’arrêt de Toulouse – Seysses - IAATA
    https://iaata.info/Brochure-a-destination-des-proches-de-personnes-emprisonnees-a-la-maison-d-3

    Que faire quand une personne proche est incarcérée ? Comment obtenir son numéro d’écrou ?
    Écrire ? Envoyer de l’argent ? Demander un parloir ? Déposer du linge ?

    #prison


  • Cédric Durand et Razmig Keucheyan : « L’Etat doit prendre les commandes de la transition écologique »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/05/24/cedric-durand-et-razmig-keucheyan-l-etat-doit-prendre-les-commandes-de-la-tr

    L’action de l’Etat en matière de transition écologique doit reposer sur trois piliers

    L’action de l’Etat en matière de transition écologique doit reposer sur trois piliers. Le premier est un programme d’investissements massifs en faveur des énergies et des infrastructures propres et de désinvestissement des énergies fossiles. Les chiffrages existent, ceux de l’association négaWatt par exemple. Les Américains, eux, proposent de décarboner leur économie d’ici dix ans. Ces investissements, combinés à la décroissance matérielle, doivent déboucher sur ce que les économistes de l’environnement appellent le « découplage » : jusqu’ici, la croissance économique s’est toujours accompagnée d’un surcroît d’exploitation de la nature, et notamment de dépenses énergétiques. Cette corrélation doit être défaite. Pour cela, l’Etat doit intervenir dans les choix productifs, car les marchés ou les taxes carbone relèvent d’une logique a posteriori, qui cherche à limiter les « externalités négatives » de l’activité économique en les internalisant. Il faut la remplacer par une logique a priori, qui empêche en amont les pollutions ou les dégradations de la biodiversité de survenir.

    #planification #économie #écologie #transition #énergie #climat #besoin

    • Prendre nous-mêmes les rênes pour ne pas subir l’#éco-fascisme d’une #écologie_punitive :

      Prendre au sérieux les préoccupations écologiques impose également d’écouter ceux qui ont pris soin de leur milieu et qui ont eu raison avant nous. Cessons de prendre au sérieux ceux qui ont échoué ! C’est le rapport à la chose politique – et non au personnel politique – qui est prioritaire.

      Pris en ce sens, celui des modalités du vivre ensemble et du règlement pacifique des conflictualités, le politique n’est pas « en haut », ni « là-bas », mais « ici », voire « en dessous » : là où des formes de vie sont sans cesse déracinées, des voix étouffées, des avenirs condamnés par les pouvoirs surplombants qui ont montré leur inefficacité.

      Le moment est venu de prendre exemple sur ceux qui ont eu raison mais qui sont subalternisés depuis des siècles : peuples autochtones ou inventeurs d’alternatives au développement industriel.

    • Toutes les sociétés n’ont pas produit les catastrophes de la « capitalocène » et si l’on cherche un coupable, c’est plutôt l’alliance entre les sciences, les techniques, la finance, les politiciens et l’industrie.

      Sans cette réflexivité, céder à l’urgence de l’action risque d’ajouter une catastrophe politique à la catastrophe environnementale.

      Il faut arriver à produire des analyses solides du rôle de l’État dans la préservation de l’idéologie de la croissance et du développement, de son soutien à des classes qui prolifère sur des fuites en avant écologiques. (Dans http://blog.ecologie-politique.eu/post/Des-mesures-potentiellement-impopulaires j’avais cité la complaisance des élus aquitains à financer à Eiffage une autoroute sur fonds publics, la première de l’après-Grenelle) Ces gens-là ne nous veulent pas du bien, au mieux préparent-elles la « fin du monde », le moment où il faudra serrer la vis pour allouer les dernières ressources. Façon Soleil vert (et gardons un œil sur les innovations techniques et sociales de l’après-viande, les véganes ne sont tou·tes nos ami·es). Je ne crois pas que l’État ait jamais défendu le bien commun. Mais l’aberration que constitue l’État-providence nous a pas mal aveuglé·es.

      Après, sur les solutions... J’ai écrit un bouquin, Égologie, dans lequel je montre que les « alternatives » ont été pas mal investies par des classes intermédiaires (dominées par les dominants, dominantes chez les dominés) et bien vidées de leur potentiel révolutionnaire. Qu’elles aménagent des vies confortables et produisent de la distinction sociale. Vidée pas (que) par les pouvoirs publics mais par les logiques qui ont cours dans cette société et qu’elles semblent impuissantes à critiquer (et à ne pas reproduire).


  • Je lance aujourd’hui une association des lecteurs du Journal de Kafka. Je la crée à un moment particulier de cette entreprise commencée en 2013, alors que je viens de finir la traduction et la mise en ligne des quatre premiers carnets du Journal (il y en a douze), soit 358 pages web. Comme il s’agit d’une édition critique comprenant des documents (nombreuses photos, extraits de la presse pragoise lue par Kafka dans les cafés qu’il fréquentait, et bientôt pages manuscrites du Journal), cela doit faire beaucoup plus imprimé. Je rappelle ici que ce projet ne reçoit aucune aide d’aucune sorte et que tous les textes sont en accès libre.

    Moment-charnière pour moi en tant que traducteur et éditeur de ma propre traduction : l’envie est bien là de continuer dès cet été avec le cinquième carnet, mais en élargissant le cercle des lecteurs si possible, et en lien avec eux (ce qui se fait déjà un peu sur le compte Twitter d’Œuvres ouvertes). Moment-charnière surtout au cœur même du Journal puisqu’on approche de la fameuse nuit du 22 au 23 septembre 1912 lors de laquelle Kafka écrit son récit Le Verdict qui fait basculer l’écrivain dans une toute autre dimension : bientôt, il écrira La Métamorphose, Le Procès, A la Colonie pénitentiaire, et il en sera bien sûr question dans le Journal et dans l’appareil critique de notre traduction.

    Il est peut-être important de signaler ici que ce projet n’est pas un « hobby », mais fait suite à plusieurs activités de recherche et de traduction en tant que germaniste disons confirmé (agrégation d’allemand, doctorat es lettres - ce que je précise non par vanité, mais simplement pour fonder le sérieux de la démarche).

    Cette adhésion à l’Association des lecteurs du Journal de Kafka procure quelques avantages que je présente ici :

    – L’adhérent.e reçoit deux livres papier des éditions Œuvres ouvertes qui viennent de paraître : le deuxième carnet du Journal de Kafka et le numéro 2 de la revue Œuvres ouvertes, intitulé Kafka n’est pas mort (sommaire ici). Envoi dans les 48 heures (nous avons ces deux parutions en stock) dès réception de l’adhésion.

    – L’adhérent.e reçoit périodiquement (par mail — merci de m’écrire pour me le communiquer) les nouvelles traductions du Journal, avant leur mise en ligne. Ces envois incluent des documents dont je peux m’être servi lors de ma traduction et qui concernent autant l’œuvre que la vie de Kafka, ainsi que des informations sur de nouveaux projets et l’actualité éditoriale.

    – L’adhérent.e bénéficie d’une réduction de 30% sur toutes les publications des éditions Œuvres ouvertes.

    Les fonds récoltés par l’association me permettront notamment d’acquérir des ouvrages nécessaires à la poursuite de mes travaux, ce qui représentera un vrai soutien de la part des lecteurs.

    En espérant vous voir nombreux à soutenir cette démarche !

    Bien cordialement,

    Laurent Margantin

    http://oeuvresouvertes.net/spip.php?article4110


  • Besoin d’aide ? | Le Média
    https://www.lemediatv.fr/besoin-daide

    Comment arrêter ma participation au Média ?

    Vous souhaitez nous quitter ? Nous serions désolés de vous voir partir alors que nous ne sommes qu’au tout début de cette longue aventure, mais si tel est votre choix, c’est bien sûr possible.

    Pour des raisons à la fois administratives et légales, il est nécessaire pour arrêter les prélèvements que nous recevions une lettre recommandée avec accusé de réception, et ce avant le 23 du mois précédant celui où cette suspension doit être prise en compte. Si cette lettre nous parvient après le 23, elle sera en effet prise en compte un mois plus tard.

    Exemple : nous recevons votre lettre le 6 ou le 12 ou le 23 mars, votre contribution mensuelle d’avril sera interrompue. En revanche, si nous recevons votre lettre après le 23 mars, c’est seulement en mai que votre contribution sera suspendue.

    Votre lettre recommandée avec accusé de réception est à envoyer à :

    Le Média
    94 rue des Sorins
    93100 Montreuil

    Merci de noter qu’à tout moment vous pourrez réactiver votre contribution en nous contactant, les programmes vous restant évidemment accessibles grâce à l’ensemble des socios.
    Nous vous rappelons enfin que les titres de propriété que vous avez acquis le sont à vie et qu’ils restent incessibles, sauf à votre descendance.

    A toutes fins utiles :-)

    Lettre recommandée en ligne - Téléchargement
    https://www.laposte.fr/lettre-recommandee-en-ligne/telecharger-document

    Votre courrier peut contenir jusqu’à 60 pages. A partir de 31 pages, vos documents seront imprimés en recto/verso.
    La taille totale de votre(vos) document(s) ne doit pas dépasser 7Mo. Les formats pris en charge sont .pdf, .doc, .docx, .rtf, .txt, .odt, .jpg, .tif, .jpeg, .png, .bmp, .tiff, .gif




  • Facebook plans to launch ’GlobalCoin’ currency in 2020
    https://www.bbc.com/news/business-48383460

    Facebook is finalising plans to launch its own crypto-currency next year. It is planning to set up a digital payments system in about a dozen countries by the first quarter of 2020. The social media giant wants to start testing its crypto-currency, which has been referred to internally as GlobalCoin, by the end of this year. Facebook is expected to outline plans in more detail this summer, and has already spoken to Bank of England governor Mark Carney. Founder Mark Zuckerberg met Mr (...)

    #cryptomonnaie #Facebook #domination


  • An Indian Political Theorist on the Triumph of Narendra Modi’s Hindu Nationalism | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/q-and-a/an-indian-political-theorist-on-the-triumph-of-narendra-modis-hindu-natio

    Comprendre la situation en Inde devrait nous aider à penser la démocratie globale. Et ce n’est pas rose.

    Hindu majoritarianism traditionally appealed more to higher-caste Hindus than to lower-caste Hindus and non-Hindus. And you are saying that this might be beginning to change?

    Yes, that is significantly beginning to change. And I think the political evidence of this is that the B.S.P. [the Bahujan Samaj Party, the third-largest party, which represents lower castes and ethnic minorities] in Uttar Pradesh, which is headed by Mayawati—a very, very formidable leader—had one of its worst performances. It’s not clear she will turn out most of the Dalit [the lowest caste] vote in U.P., let alone transfer it to her allies. That is the most visible political manifestation. I think the attempt to create Dalit social movements, which would traditionally have opposed Hindutva, are at their weakest. Hindutva is no longer simply an upper-class or élite phenomenon. It is spreading across social groups, and the incentive to oppose it, even if you don’t want to actively participate, certainly seems to be declining.

    Modi is often talked about as a populist. Is there more of a history of populism in post-independence India than people realize, or is his way of campaigning pretty sui generis?

    I think there are elements of continuity and elements of change. The elements of continuity are that mobilizing elements of nationalism and Hindutva have a long history in Indian politics, and that has been an undercurrent since partition. I think where he represents a radical departure, and I think this is part of the appeal he projected, is that he has been able to basically say that India’s power structure was constituted by Anglicized élites, and that secularism has become a cultural symbol for a contempt of Hinduism rather than a constitutional philosophy of toleration. That there was an élite that was very comfortable, for the most part, with what Modi and the B.J.P. call dynastic politics. That [other parties] are largely family fiefdoms whose intellectual legitimacy was sustained by élite intellectual culture. That what politics should aim for is also a cultural regeneration of Hindutva and an open assertion of cultural majoritarianism. In that sense, it is of a piece with populists elsewhere who try to combine cultural majoritarianism with anti-élitism.

    How is Modi distinct from other demagogic figures whom we see rising? He seems both more broadly popular and more ideological, no?

    I think both of these things are true. He is a genuinely popular figure, and I think the level of popular identification that he has managed to produce is, in a sense, truly astounding. We can do a lot of sophisticated sociological analysis, but ultimately this election is about two words: Narendra Modi.

    The way I think he quite differs from Trump is that he has access to an astonishing array of deeply entrenched civil-society organizations that have been doing the ideological groundwork for his victory for years and years. And what the base of that organization does is it gives him an army of foot soldiers whose target is long-term. These are people who have a very simplistic and clear-eyed goal, namely, the entrenchment of cultural majoritarianism in the Indian state. And I think the extent of the success of those organizations—that they have managed to transform what used to be the default common sense of public discourse, which was a certain kind of embarrassment about majoritarianism—has played a significant part in this victory. He is not just a political phenomenon; he is also a large social movement.

    They lost in 2014, and, even five years later, even among those of us who were rooting for Congress to do much better in this election, it is very hard to point to anything as a sign that the things that made Congress weak are being transformed. Here is Modi running on a platform that says he is against old feudal India, which is a shorthand for dynastic politics. What does the Congress Party do? They win two state elections, and the first act of the two chief ministers is to give their sons [key positions], even though the sons have no visible track record of political achievement. And I think one of the most remarkable things about this election is how many of those dynasts have actually lost in some ways. Part of it was this desperation, was trying to get your friends to see the precipice they are walking on.

    My position on Mr. Modi in 2014, which I still do maintain, was that one of the big mistakes that those of us who disagree with him made is to not recognize his political strengths. I got a lot of flak for saying he has deep democratic legitimacy. You cannot deny the fact he is an absolutely extraordinary politician, in terms of thinking about the aesthetics of politics, in terms of thinking about what communication means in politics, in terms of thinking about political organization. One of his remarkable gifts—and I will use the word remarkable—is that he actually takes politics seriously. Most other political parties were in thrall of a certain kind of sociological determinism that says, so long as I can keep this caste behind me or create some sort of [caste] alignment, I will be successful. What he does as a politician is to say, “You can create a new reality. You are not trapped by inherited categories of thinking.” His ability to think politically—and, through that thinking, make lots and lots of people feel democratically empowered—is quite astounding. It is precisely that ability that also poses a major danger.

    If there were two dangers implicit in 2014 that have become explicit now, they are the dangers of concentration of power and the deification and personification of one leader. This has happened to an extraordinary degree.

    What are your biggest fears about the next five years?

    I think we have already seen evidence, particularly in the last year, that democracy requires some fragmentation of power. There has to be some credible opposition that can hold the government to account. And I think with the kind of mandate they have got—and potentially the B.J.P. can get an even bigger mandate in the upper house of parliament—means their ability to get through constitutional amendments and legislation is enhanced a great deal. Plus, they control most of India’s states now. So I think the absence of even a minimal opposition is certainly a worrying sign because there will be no one holding the government to account..

    Secondly, I think what we have seen over the past year and a half is that a lot of India’s independent institutions—the Election Commission of India, even the Supreme Court of India, and, at the edges and margins, even the armed forces of India—are being accused of deep and significant political partisanship. If these institutions inch toward the government, or become more executive-minded than the executive, then I think the checks and balances of constitutional government will be significantly weakened.

    And what do you think the next five years might mean for India’s Muslim minority?

    On the specifics, it is hard to tell. I think what we can say, based on the track record of this government, is that certainly the attempt to culturally marginalize them will continue. Will there be a large-scale outbreak of violence? I hope not. I think the strategy in the previous government was to let small-scale incidents fester, specifically lynchings of people allegedly trading in cattle and beef. And those lynchings had the remarkable political effect that they could be ignored, because they were not, like, a large riot, like in 2002.

    Yet they were always sending subtle signals to communities to stay in their place. I suspect some of that will continue. Whether that escalates into large-scale violence? I hope not. Given the mandate they have, there may not be a need to engage in that. But I think that subtle politics of signalling will continue. I think there will be regional variations. The state of West Bengal is the state I am most worried about, at this point. It has a long history of electoral violence. I think that the political context in West Bengal will mean a lot of violence. But I think the politics of saying to India’s minorities that you are irrelevant to India’s political and cultural life is likely to deepen.

    #Narendra_Modi #Inde #Démocratie #Fascisme


  • Fest Noz avec Douar Didoull
    http://alternatives-projetsminiers.org/fest-noz-avec-douar-didoull

    Internet ou le retour à la bougie, Herve Krief
    Dans « Internet ou le retour à la bougie », aux éditions Quartz, Hervé Krief, professeur de musique et musicien de haut niveau, se préoccupe de l’évolution de nos sociétés vers une dépendance de plus en plus grande au développement technique… Il part alors à la recherche de la réalité des infrastructures de l’Internet et montre à quels renoncements, à quels sacrifices mène la numérisation de notre environnement social et de nos vies.


    #fest_noz


  • Projet de loi Notre-Dame : un hochet pour la vanité présidentielle
    https://www.mediapart.fr/journal/france/250519/projet-de-loi-notre-dame-un-hochet-pour-la-vanite-presidentielle

    Le projet de loi d’urgence pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris arrive devant le Sénat après avoir été adopté à l’Assemblée nationale en première lecture. La cohérence d’ensemble de ce texte le fait apparaître surtout comme un tremplin pour la vanité du chef de l’État, au détriment de toutes les règles et de toutes les prudences. Explications.

    #Analyse #Culture,_Emmanuel_Macron,_patrimoine,_Architecture,_Notre-Dame_de_Paris,_A_la_Une


  • How China will protect one-quarter of its land
    http://www.nature.com/articles/d41586-019-01563-2

    China’s dramatic growth has brought staggering air and water #pollution. So some people are surprised to learn of a major initiative to protect more than one-quarter of the Chinese mainland — an area almost the size of France, Spain, Turkey, Germany and Italy combined, totalling more than 2.4 million square kilometres.

    Called the China Ecological Conservation Red Line (ECRL), the initiative began in 2011, building on ten years of local practice and drawing on economic, population, ecological and other government and academic data. The ECRL implements strategies I developed in 2010 to identify and protect important ecological systems. Plans are already in place for 15 provinces, including Beijing and the Yangtze River economic area. The rest will be completed by the end of the year.

    #Chine #environnement



  • Crèches : « On crée les conditions pour qu’il y ait maltraitance institutionnelle » - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2019/05/23/creches-on-cree-les-conditions-pour-qu-il-y-ait-maltraitance-institutionn

    Et puis, comme le mètre carré est cher, eh bien, on va diminuer le besoin de superficie dont on estime qu’un enfant a besoin ! Oui, pourquoi les laisser courir et développer leur motricité ? On peut les tasser, comme pour un élevage de poulets en batterie.


  • Si demain dimanche 26 mai vous n’avez rien de mieux à faire que voter (alors je vous plains), n’hésitez pas à viendre à Pantin à l’occasion de l’inauguration du nouveau lieu du Laboratoire Ecologique Zéro Déchet. Il y a aura des associations, des conférences, de la musique, des artistes, etc. Bref, préférez cela à l’isoloir, c’est plus politique et plus utile pour la planète (et en plus, vous ne gâcherez pas de papier).


    #écologie #recyclage #alternatives #LEO #Laboratoire_écologique_zéro_déchet


  • Les députés européens n’ont pas le pouvoir de « changer d’Europe ». Pourquoi les candidats mentent-ils ? (Les moutons enragés)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16062-les-deputes-europeens-n-ont-pas-le-pouvoir-de-changer-d-europe-pour

    Les députés européens n’ont pas le pouvoir de « modifier les traités » ni de « changer l’Europe » ! De qui se moquent ces candidats à la députation européenne qui ont cette prétention ?

    Quel est le rôle des députés européens au sein du Parlement ? Ont-ils les prérogatives pour « modifier les traités » comme ils le laissent tous entendre ? Ont-ils le pouvoir de faire « modifier les directives européennes » comme ils s’engagent à le faire ? Eh bien non, ils n’ont pas ce pouvoir et ils mentent effrontément à leurs électeurs pour se faire élire. Comme le soulignait Valéry Giscard d’Estaing à la fin de l’année 2018 [1] :

    « Le parlement européen n’est pas important. Son rôle consiste à vérifier que les textes proposés par la Commission européenne sont conformes aux dispositions des traités. Il (le parlement) n’a pas le (...)


  • Comment fabriquer une candidate USA-2020
    http://www.dedefensa.org/article/comment-fabriquer-une-candidate-usa-2020

    Comment fabriquer une candidate USA-2020

    Dès le départ, dès l’annonce de sa candidature en janvier de cette année, un déchaînement de fureur, de dénonciations, de diffamations, de FakeNews, s’est développé instantanément contre Tulsi Gabbard. La conclusion aussitôt tirée fut bien entendu : elle n’a aucune chancecar l’establishment, le DeepStarte, la presseSystème sont contre elle. C’est une conclusion d’apparente logique mais dont la justesse n’est pas aussi évidente tant “D.C.-la-folle” se passe aisément de logique ; et ainsi se pourrait-il bien que ce soit même le contraire.

    Voici une séquence de ces derniers jours, depuis la parution d’un article anti-Gabbard sur le site The Daily Beast, site notoirement neocon, pro-guerre, pro-Israël, fastueusement financé par les diverses richesses et réseaux qu’on peut (...)


  • Un empire européen en voie d’éclatement, par Wolfgang Streeck (@mdiplo, mai 2019, accès libre) https://www.monde-diplomatique.fr/2019/05/STREECK/59873

    Pour la première fois depuis l’Acte unique en 1986, des forces politiques conservatrices et nationalistes puissantes ne proposent pas de quitter l’Europe mais de l’asservir à leur projet. Un défi qui s’ajoute à celui du Brexit et qui aggrave les tensions au sein d’un ensemble dominé par une Allemagne sans projet.