• [Google Translate]

    The Ministry of Defense of Serbia is buying razor wire for fencing the centers for migrants

    The Ministry of Defense of Serbia is buying almost 2.5 tons of razor wire for fencing the reception centers for the accommodation of migrants and the centers for the accommodation of asylum seekers, it is stated in the public procurement invitation published on the website of that institution.

    According to the documentation published by the Ministry of Defense on May 15, in addition to the 700-millimeter-thick razor wire, 1,521 meters of ribbed iron in 20-millimeter-thick bars and 50 kilograms of galvanized binding wire are also subject to public procurement.

    The military post office in Kraljevo is listed as the ordering party, and the procurement is being conducted as a negotiated procedure.

    Until the conclusion of the text, we did not receive an answer from the Ministry of Defense to the question why the razor wire is placed around the centers and exactly which centers will be fenced.

    As it is stated, due to “extraordinary urgency caused by extraordinary circumstances or unforeseen events, the occurrence of which in no case depends on the will of the ordering party, the ordering party could not act within the deadlines set for open or restrictive procedure”.

    It is also added that the Army received a task that it does not normally perform in peace, and refers to the provision of Reception Centers and Centers for Asylum of Migrants on the territory of Serbia “and according to the above fact, the possible procurement of goods could not be foreseen and planned 2020.”

    The deadline for submitting the bid is, as it is pointed out, May 21.

    The documentation also states that the bidder is obliged to offer a warranty period of at least 12 months.

    The lowest offered price was stated as a criterion for evaluation and award of the contract, and the Ministry sent an invitation to submit bids to the addresses of four companies: “Žica best” from Smederevo, “In-Sy Group” from Belgrade, “Legi sistem” from Belgrade and " Magnum Novi Sad Vebecom ”from Sremska Kamenica.

    Some of these companies, as explained on their website, already have experience in installing fencing systems on facilities of strategic importance such as border crossings and airports.

    Securing migrant centers is not the responsibility of the Army

    It is unclear why the Serbian Army is providing asylum centers and reception centers for migrants, because it does not have the authority to do so, Rados Djurovic, director of the Center for Protection and Assistance to Asylum Seekers, told Radio Free Europe (RFE). He adds that a distinction should be made between asylum centers and reception centers for migrants.

    "Asylum centers are places where people who want to seek asylum in the Republic of Serbia are accommodated. These are persons who have not violated our law in any way, nor is there any basis to restrict their movement. These are people who want the protection of the Republic of Serbia, and then there is no need to fence such camps with razor wire, "says Djurovic, adding:

    “On the other hand, if we are talking about reception centers for migrants, ie for people who do not want to seek asylum here and who would have to be in a legal procedure, then everything depends on the character of such a camp, ie the specific case of people who accommodated whether their movement should be restricted or not. That is not within the competence of the Army. Then such centers, which might serve for deportation, should be run by the Border Police together with the Commissariat for Refugees and Migration. The army has no place here according to the existing legislation.”

    There are currently five asylum centers and 14 reception centers in Serbia. The problem, according to Radoš Đurović, is that the competent institutions place people in those centers at random, and those who do not want to seek asylum remain in an unregulated legal status.

    “When people do not exist for the eyes of the system, and are placed in state institutions, then there is a doubt as to how to treat them and what are the rights and obligations that the state has,” says Djurovic.

    Raising the razor wire suggests that Serbia has taken the path of restrictions in the political sense, which Hungary has already started, where there is a similar practice of fencing camps, Rados Djurovic believes.

    "In many other countries in Europe, fencing camps in this way is a rarity, of course, depending on the character of the camp. Some deportation camps are fenced. On the other hand, asylum centers are only fenced with a simple fence. “But for the Army to provide asylum centers, that does not exist as an established practice in the developed countries of Western Europe,” Djurovic concludes.

    Use of the army during a state of emergency
    During the state of emergency in Serbia due to the corona virus, from March 15 to May 6, 2020, migrants were in 24-hour isolation for 53 days, and the facilities in which they are kept were guarded by the Serbian Army.

    According to the statement of the Commissariat for Refugees of Serbia from April 4, the measures were introduced “in order to prevent the spread of the corona virus among the migrant population”.

    After the lifting of the state of emergency, the security was taken over by the police, while the migrants were allowed to leave with the permission of the management of the centers where they are staying.

    In mid-May, the President of Serbia, Aleksandar Vučić, ordered the use of a part of the forces of the Serbian Army on the territory of the municipality of Sid in order to provide assistance to the Ministry of Internal Affairs in securing asylum centers and reception centers, the Ministry of Defense announced.

    Explaining the decision on the deployment of the army, the President of Serbia, Aleksandar Vučić, said that it was done “in accordance with the assessments of the security bodies and the requests of the citizens from the territory of the municipality of Sid.”

    Answering the question why it was necessary to send units to Sid, Vučić, as a guest on Prva TV, said that the citizens of Šid “feel unsafe”.

    The Commissariat for Refugees stated in a statement on May 16 that the army is being deployed in Sid as a precaution, and that there have been no major incidents there so far.

    Serbian Commissioner for Refugees and Migrants Vladimir Cucic said that during the state of emergency and closed borders due to the coronavirus virus epidemic, about 9,100 migrants stayed in Serbia, but that more than 1,000 of them left the country after the state of emergency was lifted.

    Increased anti-immigrant rhetoric
    On May 13, several extreme right-wing groups organized a protest in front of the Reception Center for Migrants in Obrenovac.

    According to their representatives, they gathered to support Filip Radovanović, who was remanded in custody by the Basic Court in Obrenovac for up to 30 days after he broke into the Reception Center on May 6. Radovanovic is a member of the right-wing organization Leviathan, which advocates anti-immigrant views.

    Serbian Commissioner for Refugees and Migration Vladimir Cucic told RFE / RL after the incident that he must stop sowing hatred towards migrants.

    Right-wing extremists organized protests against migrants ahead of the health crisis in several Serbian cities.

    https://www.slobodnaevropa.org/a/ministarstvo-odbrane-srbije-zica-ogradjivanje-centara-za-migrante/30623767.html

    #Covid-19 #Migration #Migrant #Balkans #Serbie #Camp #Mur #Armée #Xenophobie

  • Le surplus de subsistance |Bruno Latour, Revue Esprit
    https://esprit.presse.fr/actualites/bruno-latour/le-surplus-de-subsistance-42765

    Tout change s’il s’agit, non pas de maintenir ou d’accélérer la production pour avoir plus à redistribuer et le faire plus équitablement, mais d’assurer le maintien des conditions de subsistance de tous les participants nécessaires à l’habitabilité des humains.

    La crise sanitaire actuelle est d’une telle dimension qu’elle commence à donner une petite idée des crises à venir imposées par la mutation climatique1. Il y a de nombreuses manières d’aborder les liens entre ces deux événements majeurs, mais c’est aux rapports entre ce qu’exigent les gouvernements et ce que les sociétés considèrent comme acceptable que je voudrais m’intéresser ici. Il me semble qu’il faut aviver le contraste entre l’autorité dont dispose l’État pour imposer des mesures concernant la santé, au sens traditionnel du terme, et celle dont il disposerait s’il en venait à nous imposer des mesures drastiques pour notre santé, au sens élargi qu’impose l’écologie. La Covid-19 ne teste pas l’administration de la même façon que la mutation climatique – plus ancienne, plus massive, plus radicale. Si l’on a accepté pour un temps de multiplier les « gestes barrières » à la contagion d’un virus, je ne suis pas sûr que l’on soit prêt à accepter du même État l’imposition de gestes barrières pour favoriser la santé de la planète !

    De la biopolitique un à la biopolitique deux

    La probabilité pour que la crise sanitaire serve de répétition ou de « crash test » pour la mutation écologique paraît faible quand on compare les relations qu’entretiennent la société civile et l’administration – pour reprendre provisoirement des catégories trop générales. Quand il s’agit de santé et de protection de la vie, on bénéficie de plusieurs siècles derrière nous au cours desquels la société civile a pris l’habitude de s’en remettre à l’État et, en gros, malgré d’innombrables critiques, à lui faire confiance. D’ailleurs, sans l’État, sans l’appareil statistique, sans les capacités de mobilisation des ministères, sans la police ou même parfois sans l’armée, les populations ne sauraient pas comment se comporter devant une menace dont elles ne verraient même pas clairement les effets. Pour cette crise-là, et parce qu’il s’agit de maladie, le public accepte donc ce rapport relativement infantilisant de se trouver littéralement « dans la main de l’État ». La raison en est que la légitimité de son action s’est construite depuis très longtemps (depuis l’hygiène au XIXe siècle, la mise en place des vaccinations, etc.) et que la société civile a transféré ses connaissances et ses compétences à l’administration. D’où la docilité très relative avec laquelle le confinement a été accepté. On s’est retrouvée dans la biopolitique décrite par Michel Foucault avec un rapport plus ou moins filial à l’État pasteur qui gère, soigne et dirige ses « brebis »… (N’appelle-t-on pas, en Allemagne, Madame Merkel « Mutti » pour souligner ce rapport filial et presque maternel avec son administration ?)

    La situation est entièrement différente avec les questions dites écologiques. Là, c’est l’administration qui est souvent considérée comme un obstacle aux efforts encore timides de la société civile pour imaginer ce que peut vouloir dire une alternative écologique aux sociétés industrielles du passé. Il n’est pas question ici de volonté générale partagée entre l’administration et le public, puisque ni le public ni l’État ne partagent des conceptions communes sur ce qu’il convient de faire. Dans ce cas-là, le décalage est parfaitement clair entre une administration qui a su accompagner, après-guerre, la reconstruction, puis l’effort de modernisation ( ce qu’on a fort indûment appelé les « Trente Glorieuses »2), mais qui, déjà à partir des années 1980, a eu toutes les peines du monde à se situer dans l’immense mouvement de la globalisation où elle ne savait pas s’il fallait l’accélérer ou le ralentir3. Voilà un cas typique où le logiciel actuel de l’administration est en décalage avec la nouvelle tâche d’exploration nécessaire pour faire face à la mutation écologique. Par conséquent, chaque décision de l’État se trouve en conflit radical ou partiel avec les nécessités de la transition. Pour ces questions nouvelles, l’administration ne peut donc en aucun cas jouer le rôle de gestion paternelle et donner des directions fiables à ses « brebis »…

    #crise_sanitaire #écologie #subsistance #biopolitique #État #Bruno_Latour (...)

  • Malte accusée de refouler des migrants naufragés
    Ouest-France Patrick ANGEVIN. Publié le 26/05/2020
    https://www.ouest-france.fr/monde/migrants/malte-accusee-de-refouler-des-migrants-naufrages-6846635

    (...) Il y a plus grave. Une enquête criminelle a été ouverte à La Valette, à l’initiative de l’ONG locale Republikka, sur le déroulement d’une opération de « secours » à la mi-avril. Les naufragés d’une embarcation, partie de Libye avec 63 passagers, ont été pris en charge par un chalutier, le Dar es-Salam 1, qui les a ramenés à Tripoli le 19 avril. En tout cas, 51 survivants et 5 cadavres…

    Les autorités maltaises ont reconnu que le Dar es-Salam 1 était bien l’un des trois chalutiers, avec le Salve Regina et le Tremar, qu’elles ont affrétés pour porter secours aux migrants. Des navires sous pavillon maltais, mais opérés par des marins étrangers, en majorité égyptiens.

    Malte affirme être intervenue parce que l’embarcation dérivait depuis plusieurs jours, au vu et au su de l’Agence européenne Frontex (ce qui est vrai), mais qu’elle se trouvait dans les eaux sous responsabilité libyenne et que ses passagers pouvaient donc être renvoyés en Libye. Faux, dénoncent des ONG, dont AlarmPhone, qui assurent que les migrants ont été illégalement refoulés alors qu’ils se trouvaient dans la zone maltaise, coordonnées satellites de leurs téléphones à l’appui.

    À Malte, le malaise est accentué par l’identité de l’homme chargé par le Premier ministre de coordonner l’opération, grâce à ses contacts avec les chefs de milices libyens. Devant la justice, Neville Gafa a confirmé qu’il avait assuré depuis deux ans cette « liaison ». Or Gafa est un intime d’un des principaux protagonistes de l’affaire Daphne Caruana Galizia, la journaliste assassinée en 2017 pour avoir fouiné de trop près sur la corruption au plus haut niveau de l’État maltais.

    #Migrants #malte

  • Hier soir, 22h30, gros boum  ! pendant qu’on regarde le film. Devant la maison, une voiture en travers de la route et deux faisceaux de lampe torche.

    Arrivée avec ma propre lampe, je vois que l’un des deux hommes porte un fusil, l’autre est mon voisin  : « y a un blaireau qui a attaqué mon chien.
    -- Y a mon chat qui est dehors à cette heure-ci  !
    -- Il risque rien, le chat, on poursuit le blaireau.  »

    15 min plus tard, ils sont partis, je ressors chercher mon chat et je l’appelle  : il sort (indemne) de la zone que fouillaient les gus, en pleine nuit, devant chez moi, et où ils ont tiré au fusil (distance  : 5 mètres) à la lumière des phares et des lampes torche.

    On étouffe la journée parce qu’on n’ouvre pas les fenêtres pour les chats. On ne laisse sortir que le jeune la nuit, et les nuits sont courtes…

    Bref, plein le cul de la #chasse et de la #ruralité en mode yolo…

  • Spie : contrat pour la Potsdamer Platz à Berlin | Zone bourse
    https://www.zonebourse.com/SPIE-22363257/actualite/Spie-contrat-pour-la-Potsdamer-Platz-a-Berlin-30667316
    Wem gehört die Stadt

    25/05/2020 | 13:10
    Spie indique avoir remporté en août 2019 un contrat avec IMPPV portant sur la conception d’un nouveau centre de contrôle pour l’ensemble des biens immobiliers de la Potsdamer Platz, à Berlin, projet qui doit s’achever en mai 2021.

    Sa filiale Telba Gmbh réalise les travaux portant sur 16 bâtiments de la Potsdamer Platz, parmi lesquels des complexes de bureaux, un centre commercial, une salle de spectacle et plusieurs cinémas, ainsi qu’un parking souterrain sous toute la superficie de la place.

    Le contrat prévoit la connexion de tous les dispositifs techniques de sécurité des 16 bâtiments à un nouveau système de vidéosurveillance et de gestion des risques. Le système complet assurera la gestion d’environ 40.000 points de données et 700 caméras vidéo.

    #Berlin #Potsdamer_Platz #Tiergarten #Mitte #Immobilien #Videoüberwachung #CCTV

  • Appel à déserter
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2354

    Appel à déserter adressé aux cadres, ingénieurs et hauts diplômés exerçant dans les entreprises, administrations ou organisations mettant en péril l’avenir de l’humanité. Pour atteindre au cœur le système mortifère, ce mouvement de retrait pourrait commencer dès maintenant. Hier, inviter les entités dangereuses à changer était voué à l’échec, et cela se perpétuera ; les appels aux décideurs officiels publics n’aboutissaient qu’à de piètres résultats, et il en sera encore ainsi ; les manifestations populaires (...)

  • California Prisons Block AI Researchers from Examining Parole Denials
    https://www.eff.org/press/releases/california-prisons-block-ai-researchers-examining-parole-denials

    EFF Clients Want Access to Public Records on Race and Ethnicity in Parole Hearings San Francisco - A team of researchers who want to develop a machine learning platform to help analyze and detect any patterns of bias in California parole-suitability decisions has been blocked for years by the state’s Department of Corrections and Rehabilitation (CDCR). In a lawsuit filed today by the Electronic Frontier Foundation (EFF), the researchers argue that the state’s public records law requires the (...)

    #racisme #prédiction #BigData #discrimination #prison #EFF

  • [Bruxelles nous appartient] La Base, émission n°73
    http://www.radiopanik.org/emissions/bruxelles-nous-appartient/la-base-emission-n73

    Une émission qui interroge et décrypte le sens et les moyens de la #révolte chez les jeunes. Désobéissance civile, action directe, anarchie, violence, engagement, black bloc, comment amorcer un changement ? ( Une émission radio enregistrée en télé-conférence sous les conditions du confinement lié au covid-19).

    Avec Nicole Gualteros Urrea, Luce Guldemont ; Harrison Mandaka, Berenice Hamza , Joachim Galoul, Sylvain Poivre, étudiants à l’Université Saint-Louis dans le cadre de l’édition 2019/2020 Bruxitizen. Un atelier radio encadré par l’Agence Alter (M-E Merckx) et #BNA-BBOT (Flavien Gillié)

    #agence_alter #usl #révolte,agence_alter,BNA-BBOT,usl
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/bruxelles-nous-appartient/la-base-emission-n73_09109__1.mp3

  • Nos plans pour #PeerTube v3 : collecte perlée, du live pour cet automne
    https://framablog.org/2020/05/26/nos-plans-pour-peertube-v3-collecte-perlee-du-live-pour-cet-automne

    Nous dévoilons aujourd’hui la feuille de route des six prochains mois de développement de PeerTube. Avec votre soutien, nous voulons poursuivre les améliorations sur ce logiciel qui permet aux particuliers, structures et collectifs de s’émanciper de #YouTube et de reprendre … Lire la suite­­

    #Contributopia #ActivityPub #contributopia #Crowdfunding #Degooglisons #Developpement #Donation #financement_participatif #Framasoft #GAFAM #pair_à_pair #Peer2peer #Planet #RezoTIC #Video

  • Le #monde_d’après : les #États-Unis « courent au précipice », avertit Noam Chomsky
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/202005/25/01-5274889-le-monde-dapres-les-etats-unis-courent-au-precipice-avertit-noam

    Q. : De nombreux pays utilisent la #technologie pour #surveiller leur population afin de combattre le #virus. Sommes-nous dans une nouvelle ère de #surveillance #numérique ?

    R : Il y a des sociétés qui développent des #technologies qui permettent aux employeurs de voir ce que leurs employés ont sur leur écran d’ordinateur, de vérifier vos frappes sur le clavier, et, si vous vous éloignez de votre écran, de comptabiliser ça comme une pause. L’« #internet_des_choses » est en marche. Tout objet domestique contient de l’électronique. C’est pratique […], mais l’information va aussi à Google, Facebook et au gouvernement. Cela donne un potentiel énorme de contrôle et de surveillance, et c’est déjà là, ce n’est pas dans le futur.

    Si on laisse ces géants technologiques contrôler notre vie, c’est ce qui se passera. Ça ressemblera à la Chine, où il y a des systèmes de +crédits+ sociaux, de la technologie de reconnaissance faciale partout. Tout ce que vous faites est surveillé. Vous traversez au mauvais endroit, vous pouvez perdre des crédits. 

    Ce n’est pas inévitable, de même que le changement climatique n’est pas inévitable. On peut laisser ça se produire, ou l’arrêter.

    #GAFA #silicon_valley

  • Violences policières : “Ce que dit #Camélia_Jordana est évident, c’est l’étonnement qu’elle rencontre qui est étonnant”
    https://www.lesinrocks.com/2020/05/25/actualite/societe/violences-policieres-ce-que-dit-camelia-jordana-est-evident-cest-letonne

    David Dufresne, spécialiste des violences policières, revient pour les Inrockuptibles sur cette séquence et ce qu’elle dit du maintien de l’ordre aujourd’hui dans l’Hexagone.

    Qu’avez-vous pensé de l’intervention de Camélia Jordana, qui a expliqué sur France 2 qu’“il y a des milliers de personnes (dont elle-même) qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic” ?

    #David_Dufresne - Je pense qu’elle exprime des évidences, et ce qui est étonnant, c’est l’étonnement que son intervention procure : depuis une trentaine d’années, on assiste à une confrontation entre la police et une partie de la population, à une brutalisation de cette confrontation. Les violences policières sont aujourd’hui un sujet de société et, d’une certaine manière, la séquence de samedi soir est un peu le sacre de cela : qu’une émission aussi anodine qu’ONPC aborde cette question-là est tout de même le signe qu’il y a véritable débat qui doit s’ouvrir. Depuis maintenant des années, des collectifs, des ONG, des associations, des chercheurs, des sociologues ou encore des journalistes font des signalements, et tout cela fait qu’aujourd’hui il est devenu absolument impossible de nier cette question-là.

    #violences_policières

  • B.O. de Bullitt, quand #Lalo_Schifrin hisse les canons du scoring thématique

    Enregistré les 6 et 7 décembre 1968 – Hollywood, Californie – Seven Arts Records
    La #bande_originale de Bullitt, petit thriller policier parano de #Peter_Yates dont l’histoire retiendra surtout la prestation de #Steve_McQueen, est un modèle de raffinement mélodique, rythmique et harmonique. L’œuvre de Lalo Schifrin emprunte aussi bien au #jazz qu’à la #pop_music, au #blues qu’à la #musique_brésilienne. Avec cette bonde son, Lalo Schifrin hisse les canons du scoring thématique à un niveau d’exigence que rares seront ceux qui par la suite réussiront à pleinement les satisfaire.

    http://www.musiqxxl.fr/lalo-schifrin-bullitt

    https://www.youtube.com/watch?v=0WQMZFFkx6Y

    via @bricabraque

    #musique

  • En 1789, les femmes ont été actrices. Mais elles ont souvent été dévalorisées par les institutions détentrices du pouvoir #histoire #genre #femmes #révolution

    https://sms.hypotheses.org/24933

    Saviez-vous que les femmes aussi ont eu leur rôle à jouer lors de la Révolution française de 1789 ? Voulant s’impliquer dans la vie politique du XVIIIe siècle, elles ont été actrices de la Révolution française et objets de propagande, à la fois valorisées et décrédibilisées par les institutions détentrices du pouvoir. Pour le comprendre, il faut analyser ce phénomène par le prisme de l’histoire des représentations. On peut ainsi révéler les liens qu’entretiennent les acteurs sociaux, les institutions religieuses et politiques avec le peuple. Ils mettent en évidence la faible représentation des femmes dans l’espace politique, plus durable en France que dans d’autres États européens.

    Sous l’Ancien Régime, les femmes apparaissent peu dans l’espace public. Comme cela semble naturel et prescrit par la loi divine, elles sont écartées des fonctions sociales assurant le pouvoir. Elles n’ont, officiellement, aucune place en politique et très peu dans l’administration publique, si ce n’est par l’intermédiaire d’œuvres religieuses. De ce point de vue, cette situation d’exclusion est plus prononcée en France que dans la plupart des autres royaumes européens à cause de la loi salique (...)

  • COVID-19 deaths analyzed by race and ethnicity — APM Research Lab
    https://www.apmresearchlab.org/covid/deaths-by-race

    1 in 2,000 Black Americans has died (or 50.3 per 100,000)

    1 in 4,300 Asian and Latino Americans has died (or 22.7 and 22.9, respectively, per 100,000)

    1 in 4,700 White Americans has died (or 20.7 per 100,000)

    We could not calculate a similar aggregated mortality rate for Indigenous Americans, due to limited and uneven data. (Many states report Indigenous deaths in a broader “Other” race category). However, dramatic mortality disparities exist for Indigenous residents in the states of Arizona and New Mexico. Both of these states contain portions of the Navajo Nation, where the virus outbreak has been devastating. In Arizona, the Indigenous mortality rate is more than five times the rate for all other groups, while in New Mexico, the rate exceeds seven times all other groups. With 266 known deaths among Indigenous residents, these two states alone account for two-thirds of all known Indigenous deaths.

  • Hydroxychloroquine : « On peut le dire haut et fort, le Pr Raoult se trompe ! »
    http://www.leparisien.fr/societe/sante/hydroxychloroquine-on-peut-le-dire-haut-et-fort-le-pr-raoult-se-trompe-23

    La recherche n’est également pas assez valorisée. Elle devrait faire rêver mais, de temps en temps, c’est un peu le cauchemar. Ces problèmes font la part belle aux pseudo-sciences. On le voit bien pendant cette pandémie.

    A quoi pensez-vous ?

    A Marseille et son professeur Didier Raoult. Au départ, en voyant ses interventions sans preuve sur l’hydroxychloroquine, on s’est dit : qu’importe, il déconne. Et puis on s’en est pris plein la figure. Lui avait le traitement et nous, on était des crétins auxquels il refusait tout débat scientifique. On s’est tus avec élégance.

    Qu’est-ce qui a changé ?

    Au plus fort d’une crise sanitaire, l’heure n’est pas à la polémique. C’est une question de respect pour les malades et les morts. Maintenant que la situation s’est calmée, on peut le dire, haut et fort, ce monsieur se trompe ! L’efficacité de ce traitement n’est pas suffisante. Désormais, les preuves, on les a. Ce que je dis là est partagé par la communauté scientifique. L’hydroxychloroquine a tellement été mise sur le devant de la scène que des patients disaient je veux de la chloroquine et refusaient d’entrer dans des essais lorsqu’ils n’étaient pas sûrs d’en recevoir.

    « On s’est tus avec élégance » ? On se demande à quoi servent les agences françaises qui encadrent tout ce Barnum…

  • Amnesty International : Tout ce qu’il faut savoir sur les droits humains au Royaume-Uni
    https://www.les-crises.fr/amnesty-international-tout-ce-quil-faut-savoir-sur-les-droits-humains-au-

    Source : Amnesty International Voici un triste tour d’horizon de la situation des libertés publiques dans les 5 pays membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu : France, Royaume-Uni, États-Unis, Russie et Chine » ROYAUME-UNI 2019

    La législation antiterroriste restreignait encore certains droits. Les responsabilités n’avaient toujours pas été pleinement établies à la suite des allégations de torture mettant en cause les services de renseignement et les forces armées du Royaume-Uni. L’Irlande du Nord a fait des progrès notables en matière d’avortement et de mariage entre personnes du même sexe.Lire la suite

  • Désobéissance, à cause de toi, je vais survivre - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/desobeissance-a-cause-de-toi-je-13770

    J’ai le coronavirus parce que, bien qu’il semble que la maladie n’ait pas encore pénétré mon corps, les gens que j’aime l’ont ; parce que le coronavirus traverse des villes que j’ai traversées ces dernières semaines ; parce que le coronavirus a changé – en un claquement de doigts, comme un miracle, une catastrophe, une tragédie désespérée - absolument tout. Où que l’on aille, où que l’on soit il est déjà là, et rien ne peut être pensé ou fait aujourd’hui sans le coronavirus entre les deux. Il semble que non seulement j’ai le coronavirus, mais nous l’avons tou.te.s ; toutes les institutions, tous les pays, tous les quartiers et toutes les activités.

    [...]

    Notre seule vraie alternative est de repenser l’infection.

    Cultivez la contagion, exposez-vous à la contagion et désobéissez pour survivre.

    Ce n’est pas un acte suicidaire, mais un acte de bon sens, de sens commun.

    Et peut-être dans ce sens commun se trouve la signification la plus puissante que nous pouvons développer.

    Que se passe-t-il si nous décidons de préparer nos corps à la contagion ?

    Que se passe-t-il si nous supposons que nous serons tou.te.s infecté.e.s et si nous partons de cette certitude en affrontant nos peurs ?

    Que se passe-t-il si, face à la réponse absurde, autoritaire et idiote de l’État au coronavirus, nous formulions l’autogestion sociale de la maladie, de la faiblesse, de la douleur, de la pensée et de l’espoir ?

    Que se passe-t-il si on se moque des fermetures de frontières ?

    Que se passe-t-il si on s’organise collectivement ?

    #covid #coronavirus #désobéissance #autogestion

  • Une immigrée philippine se suicide dans un centre de son ambassade au Liban - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1219283/une-immigree-philippine-se-suicide-dans-un-centre-de-son-ambassade-au

    Des employées de maison masquées promènent les chiens de leurs employeurs, à Beyrouth, en mars dernier. Photo AFP

    #liban #clichés_arabes