• Le 9 mai, jour de la fête de l’#Europe, les Européens s’interrogent sur leur avenir - Carrefour de l’Europe
    https://www.rfi.fr/fr/podcasts/carrefour-de-l-europe/20210507-le-9-mai-jour-de-la-f%C3%AAte-de-l-europe-les-europ%C3%A9ens-s-interrog

    Le 9 mai est traditionnellement le jour de la fête de l’Europe, où l’on célèbre la déclaration Schuman du 9 mai 1950 qui marque le début de la construction européenne. Mais, ce 9 mai 2021 est plus ambitieux... l’[Union européenne] se lance aujourd’hui dans la démocratie directe avec la mise en place officielle et solennelle de la « Conférence sur l’avenir de l’Europe », un projet ambitieux puisqu’il s’agit ni plus ni moins de reconnecter des citoyens désabusés au projet européen.

    https://futureu.europa.eu/?locale=fr

  • Frontex instruye a Marruecos en el rescate de inmigrantes

    Tras un acercamiento de la agencia europea de fronteras, los marroquíes han participado, desde 2019, en varios cursos y misiones en alta mar.

    La agencia europea de fronteras (Frontex) lleva instruyendo a Marruecos en la interceptación y el rescate de inmigrantes en alta mar hace al menos dos años. Desde septiembre de 2019, los marroquíes han participado en cuatro cursos de formación y en misiones en alta mar en Grecia y Malta, según una respuesta de la propia agencia a la europarlamentaria alemana Özlem Demirel, representante del partido Die Linke en la Eurocámara.

    La participación en las misiones de búsqueda y rescate de los países ribereños de donde salen la mayoría de los inmigrantes es prioritaria para la UE. Lo es también para España, que trabaja bilateralmente en este ámbito con Argelia y Marruecos y financia la capacitación de los guardacostas de países como Senegal y Mauritania hace más de una década. La estrategia de los 27 y su agencia de control de fronteras, sin embargo, no consiste solo en rescatar embarcaciones y reducir la letalidad en estas rutas mortales, sino en reforzar a los países vecinos para que eviten que los migrantes lleguen a costas europeas.

    Frontex no detalla el contenido ni la duración de los cursos, pero sí da algunas pistas. La primera misión llevó a un representante marroquí y otro egipcio hasta la isla griega de Chíos, en septiembre de 2019. Allí participaron como observadores en un ejercicio de búsqueda y rescate. En enero de 2020 se repitió la experiencia en Malta, esta vez con teoría y ejercicios prácticos de abordaje de embarcaciones por parte de los guardacostas.

    Dos meses después, en marzo de 2020, representantes marroquíes y egipcios viajaron a Estonia donde se les presentaron las instalaciones, los recursos y las tecnologías de las autoridades locales. Ya en pandemia, en diciembre de 2020, representantes de la Gendarmería, la Marina Real y del Ministro del Interior marroquí participaron virtualmente de una reunión técnica con expertos de Frontex en la que “se presentaron unos a otros y presentaron las respectivas actividades” de sus guardacostas.

    Los marroquíes además viajaron a Varsovia en octubre de 2019, en “la primera reunión conjunta del comité Frontex-Marruecos” en la sede de la agencia. En ella participaron representantes de la Real Gendarmería y la Marina Real junto con una delegación más numerosa presidida por el Ministerio del Interior marroquí. En el mismo marco se realizó otra reunión virtual el pasado octubre.

    Acercamiento a Marruecos

    Los países africanos no suelen ser partidarios de negociar con Frontex. Prefieren las relaciones bilaterales con los países, porque de ellas suelen sacar cosas tangibles, como barcos y otros medios, mientras que con la agencia europea los acuerdos suelen implicar solamente formación.

    El director ejecutivo de Frontex, Fabrice Leggeri, sin embargo, ha procurado en los últimos tiempos un acercamiento para tratar directamente con Marruecos. En una visita a Rabat en junio 2019, el francés alabó los “esfuerzos considerables” de un “socio estratégico” de la UE y discutió con los responsables marroquíes en temas migratorios el modo de desarrollar una mayor cooperación, según recogió la Agencia Marroquí de Prensa. Esta visita marcó el punto de inflexión y la nueva estrategia: los cursos de formación a oficiales marroquíes entrarían dentro de este nuevo marco de relaciones entre la agencia europea y el país africano.

    “Frontex ha entrado en Marruecos como un elefante en una cacharrería”, critica un mando de las Fuerzas y Cuerpos de Seguridad del Estado español, con amplia experiencia en asuntos migratorios. Según esta fuente, el alcance de la formación que se le haya podido dar a unos pocos oficiales de Marruecos es escaso, y las contrapartidas para Frontex, de momento, también. Pero Rabat, dice, “se ha dejado querer”.

    Este mando censura el hecho de que que Frontex haya hecho un acercamiento unilateral al país africano, cuando la agencia debería pasar para su interlocución con Marruecos por España, tradicional socio del reino alauí en la lucha contra la migración irregular: “Frontex ha de coordinarse con el Estado miembro que tenga intereses allí, sucede lo mismo en Libia con los italianos”. En su opinión la relación entre Madrid y Rabat, con buenos canales de inteligencia, es hasta la fecha más fructífera que la que haya podido establecer Frontex “haciendo la guerra por su cuenta”.

    La colaboración de Marruecos en el auxilio de migrantes en el Estrecho y el Mar de Alborán, donde Frontex tiene desplegada la Operación Indalo, pasa por altos y bajos. En 2018, cuando llegaron a costas españolas más de 57.000 inmigrantes, un récord histórico, se puso de manifiesto que las dinámicas de los rescates con España no fluían. Las reclamaciones de las autoridades españolas ante la falta de respuesta o la lenta reacción de la Marina Real cuando se les comunicaba que había una patera en apuros eran recurrentes y un tercio de las operaciones de Salvamento Marítimo se realizaron en aguas de responsabilidad marroquí. La cooperación comenzó a mejorar a partir de febrero de 2019, coincidiendo con una visita del rey Felipe VI a Rabat y el empuje financiero y diplomático de la UE y de España en el país.

    “Frontex está cooperando con los guardacostas del norte de África en mayor medida de lo que ha dado a conocer hasta ahora”, afirma la europarlamentaria Özlem Demirel. La alemana ve en estas iniciativas “otra prueba de cómo la agencia se está volviendo cada vez más autónoma e incontrolable” y señala cómo esta cooperación es, en realidad, una forma de comprometer a los guardacostas africanos “en la vigilancia de la Europa Fortaleza”.

    Con este tipo de formación, según un portavoz de la agencia, se pretende compartir las “mejores prácticas” en áreas como la búsqueda y rescate de inmigrantes en el mar. La Oficina Europea de Lucha Contra el Fraude (OLAF) investiga a la agencia europea de fronteras Frontex por sospechas de acoso, mala conducta y también por supuestas devoluciones ilegales de migrantes en aguas griegas.

    https://elpais.com/espana/2021-05-05/frontex-instruye-a-marruecos-en-el-rescate-de-inmigrantes.html
    #Maroc #formation #Frontex #asile #migrations #réfugiés #gardes-frontière

  • Fusée hors de contrôle : à quoi s’attendre ? - Monde - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/monde/fusee-hors-de-controle-a-quoi-s-attendre-08-05-2021-12746683.php


    La fusée chinoise « Tianhe » (« Harmonie Céleste ») a été lancée le 29 avril.
    AFP

    Une fusée chinoise doit faire, ce week-end, son retour incontrôlé dans l’atmosphère terrestre. Pourquoi ? À quoi s’attendre ? Est-ce une première ? Réponses.

    1 Que se passe-t-il ?
    Le 29 avril, la Chine a lancé le premier élément de sa future station spatiale, « Tianhe » (« Harmonie Céleste »), avec la fusée Longue-Marche 5B. C’est le premier étage de ce puissant lanceur qui revient en ce moment vers nous. Sa trajectoire est hors de contrôle, non pas à cause d’une panne ou d’un incident inexpliqué, mais parce que ses concepteurs ont prévu, dès le départ, que le retour de l’engin se ferait de façon « naturelle ». Ils tablent sur une désintégration dans l’atmosphère. Depuis une orbite basse - là où vole le lanceur chinois -, les fusées retombent d’elles-mêmes, en raison du frottement de l’atmosphère, qui contribue à les consumer presque entièrement. Mais avec sa masse (entre 10 et 18 tonnes), il est peu probable que l’étage de Longue-Marche se consume entièrement, relèvent les experts. « Il y a forcément de gros morceaux qui resteront », anticipe Florent Delefie, astronome à l’Observatoire de Paris-PSL. De plus, « si la fusée est formée de matériaux qui ne se désagrègent pas en rentrant dans l’atmosphère, c’est plus risqué. Ce qui semble être le cas pour Longue-Marche », relève-t-il.

    2 Quels scénarios peut-on prévoir ?
    Vu son altitude - entre 150 et 250 km -, il est très difficile d’anticiper. De ce fait, « on ne peut pas savoir exactement à quel moment la retombée aura lieu », confirme un expert de l’ESA (Agence spatiale européenne). Vendredi après-midi, il était prévu que la retombée sur Terre intervienne entre ce samedi à 23 h 50 et dimanche à 9 h. Plus l’échéance se rapproche, plus les prévisions s’affineront. Seule certitude pour l’instant : l’engin vole sur une orbite de 41 degrés par rapport à l’équateur terrestre et ne peut donc tomber qu’à cette latitude, au nord comme au sud du Globe. La Grèce, l’Espagne ou le Maghreb se situent notamment dans cette ceinture. La France ou l’Allemagne en sont d’emblée exclues.

    Comme le souligne Pékin, le scénario le plus probable est celui d’une chute en mer, dont notre planète est constituée à 75 %, ou dans une zone désertique. « Plus on avance dans le temps, plus on peut exclure de zones. Mais nous n’avons pas les instruments pour prévoir suffisamment à l’avance le lieu précis », regrette Florent Delefie.

    Cependant, la probabilité d’un impact sur une zone habitée est « infime, de moins d’une chance sur un million, sans doute », rassure le responsable de l’ESA. Quand bien même des débris tomberaient sur des maisons, la vitesse d’impact sera relativement faible (environ 200 km/heure). Rien à voir avec la chute d’une météorite, qui fonce à 36 000 km/heure, note-t-il. Mais sur une personne, la chute pourrait être fatale, ajoute Florent Delefie.

    3 Y a-t-il des précédents ?
    En 2020, des débris d’une autre fusée Longue-Marche s’étaient écrasés sur des villages en Côte d’Ivoire, provoquant des dégâts, mais sans faire de blessés. Depuis le lancement du premier satellite en 1957 par les Soviétiques, des tonnes de lanceurs, de véhicules et d’instruments ont été envoyées dans l’espace. Selon des chiffres diffusés par la Nasa en janvier 2020, on estime à 20 000 les « objets » qui se situent dans l’orbite terrestre. Il s’agit là des fragments les plus gros, d’une taille supérieure à 10 cm, qui, plus dangereux, sont suivis depuis la Terre par des radars et télescopes. En soixante ans de vols spatiaux, il y a eu quelque 6 000 rentrées non contrôlées de gros objets fabriqués par l’homme, et un seul débris a touché une personne, sans la blesser, selon Stijn Lemmens, un expert de l’ESA.

  • Une nuit à Jérusalem, avril 2021
    https://visionscarto.net/une-nuit-a-jerusalem-avril-2021

    Ces dernières semaines ont été marquées par de nombreux incidents aux portes de la Vieille ville de Jérusalem. Les affrontements entre des ultra-nationalistes juifs, de jeunes Palestiniens et les forces de police de la municipalité ont conduit à de nombreuses arrestations et hospitalisations. Pour beaucoup de personnes en France, l’annonce de ces violences nocturnes a suscité malaise et incompréhension. Face à ces hordes de jeunes d’extrême droite qui prennent d’assaut les abords de la Vieille ville et (...) #Billets

  • Comprendre la Commune de Paris : #03 La Guerre de 1870 – par Henri Guillemin
    https://www.les-crises.fr/comprendre-la-commune-de-paris-03-la-guerre-de-1870-par-henri-guillemin

    Source : RTS En 1971, cent ans après « la semaine sanglante » qui vit l’écrasement de la Commune de Paris, l’historien et écrivain français Henri Guillemin présente en treize conférences télévisées cette page sombre de l’histoire de France. Découvrez ou redécouvrez cette passionnante série en version haute définition restaurée. Voir l’épisode précédent.  La capitulation de Sedan marque le début de la nouvelle république. Le régime de Napoléon III s’écroule avec la guerre contre la Prusse. Deux jour après la capitulation à Sedan, le 2 septembre 1870, la république est proclamée. Devant la veulerie de ce nouveau pouvoir qui préfère collaborer avec l’occupant plutôt que répondre à la fronde populaire, le peuple de Paris va trouver la force de se soulever et de proclamer la Commune.Lire la (...)

  • Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : l’Université de Paris mise en examen
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/05/06/affaire-du-charnier-de-paris-descartes-l-universite-de-paris-mise-en-examen_

    L’affaire du « charnier » de Paris-Descartes s’annonce tentaculaire. Une source judiciaire a confirmé au Monde, jeudi 6 mai, la mise en examen, le 15 avril, de l’Université de Paris du chef d’« atteinte à l’intégrité d’un cadavre ». Une information judiciaire avait été ouverte en juillet 2020 par le pôle santé publique du parquet de Paris du chef d’« atteinte à l’intégrité d’un cadavre portant sur les conditions de conservation et de mise à disposition des corps » au sein du Centre du don des corps (CDC) de la rue des Saints-Pères (dans le 6e arrondissement de la capitale) : il s’agit du plus grand centre anatomique de France, fondé en 1953 et rattaché à l’université Paris-Descartes.
    Lire aussi Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire

    Après la mise en examen, en décembre 2020, pour « atteinte à l’intégrité d’un cadavre », d’un ancien préparateur de 77 ans ayant travaillé au centre de 1975 à 2011, c’est cette fois l’Université de Paris – ex-Paris-Descartes, après la fusion en janvier 2020 avec sa consœur Paris-Diderot et l’Institut de physique du globe – qui se retrouve dans le collimateur de la justice.
    170 plaintes de proches de défunts

    La mise en examen de l’établissement survient alors que 170 proches de défunts ont porté plainte contre X devant le parquet de Paris. Ces familles ont décidé de se tourner vers la justice à la suite des révélations de L’Express, en novembre 2019, sur les dérives liées à la conservation et à l’usage des dépouilles au CDC.

    Odeur de putréfaction, corps démembrés et inutilisés, pannes d’électricité dans les chambres froides, incinération de masse, prolifération de mouches, de vers et de rats… le scandale a entraîné la fermeture administrative du CDC, en novembre 2019, et poussé la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, à diligenter une inspection.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Affaire du « charnier » de Paris-Descartes : un an après le début du scandale, la colère des familles

    En juin 2020, le ministère a publié une synthèse de huit pages du rapport des inspecteurs chargés de faire la lumière sur la chaîne des responsabilités dans l’affaire du « charnier » du CDC « ces dix dernières années ». Les conclusions de ce document, que Mme Vidal n’a pas souhaité divulguer dans son intégralité et qu’elle assure avoir transmis au parquet de Paris, étaient très sévères, pointant de « graves manquements éthiques qui ont perduré pendant plusieurs années ».
    « Mise en examen incidente »

    Contactée, l’Université de Paris, présidée par Christine Clerici, n’a pas encore réagi après l’annonce de sa mise en examen. « L’Université de Paris n’est pas mise en examen pour l’affaire principale dite du “charnier”. Sa responsabilité pénale n’est pas engagée pour les faits antérieurs à la fermeture du CDC qui ont fait l’objet d’un rapport de l’inspection générale, assure Me Patrick Maisonneuve, l’avocat de l’établissement. Il s’agit d’une mise en examen incidente après une perquisition au CDC à l’automne 2020 durant laquelle des ossements ont été retrouvés dans la salle de repos des préparateurs. »
    Les conclusions de ce document, que Mme Vidal n’a pas souhaité divulguer dans son intégralité et qu’elle assure avoir transmis au parquet de Paris, étaient très sévères, pointant de « graves manquements éthiques qui ont perduré pendant plusieurs années ».
    « Mise en examen incidente »

    Contactée, l’Université de Paris, présidée par Christine Clerici, n’a pas encore réagi après l’annonce de sa mise en examen. « L’Université de Paris n’est pas mise en examen pour l’affaire principale dite du “charnier”. Sa responsabilité pénale n’est pas engagée pour les faits antérieurs à la fermeture du CDC qui ont fait l’objet d’un rapport de l’inspection générale, assure Me Patrick Maisonneuve, l’avocat de l’établissement. Il s’agit d’une mise en examen incidente après une perquisition au CDC à l’automne 2020 durant laquelle des ossements ont été retrouvés dans la salle de repos des préparateurs. »

    Vidal après avoir promu conseiller auprès d’elle l’ancien directeur de ce charnier, commande un rapport qu’elle refuse de publié. Du moment que les trafiquants de cadavre ne sont pas de gauche tout va bien pour la ministre.

    #paywall #charnier

  • Asperges à la Fontenelle
    https://www.cuisine-libre.org/asperges-a-la-fontenelle

    Peler et cuire les asperges classiquement (10 à 20 minutes à l’eau bouillante salée, selon leur calibre). Égoutter. Cuire les œufs à la coque (3 à 4 minutes à l’eau bouillante). Plonger aussitôt dans l’eau froide pour stopper la cuisson. Pendant ce temps, faire fondre doucement le beurre dans une casserole. Dès qu’il mousse, le verser en saucière. Servir en même temps : les asperges tièdes, le beurre chaud en saucière, les œufs dans des coquetiers et un moulin à poivre. Déguster en trempant l’asperge dans le… #Asperge, #Dips / #Sans viande, #Sans gluten, #Bouilli

  • Vandenberg vs Taft ou la bataille pour le GOP
    https://www.chroniquesdugrandjeu.com/2021/05/vandenberg-vs-taft-ou-la-bataille-pour-le-gop.html

    Si le Deep State pensait que l’influence de Donald Trump s’évanouirait avec son départ de la Maison blanche, il a dû être cruellement décu. Quatre mois après ses adieux officiels, l’ombre de la Houppette blonde est toujours omniprésente au sein de son...

  • Der Staat gegen junge Welt
    https://www.jungewelt.de/artikel/402007.in-eigener-sache-der-staat-gegen-junge-welt.html
    D’après le gouvernement allemand l’idée de l’existence de classes sociales constitue une violation des droits de l’homme.

    »Beispielsweise widerspricht die Aufteilung einer Gesellschaft nach dem Merkmal der produktionsorientierten Klassenzugehörigkeit der Garantie der Menschenwürde«,

    Bref, tu appelles les exploiteurs des exploiteurs, alors tu ne respectes pas leur dignité, donc tu fais partie des ennemis des droits de l’homme. #QED

    Ils n’ont vraiment rien pigé ...

    http://www.mlwerke.de/me/me23/me23_605.htm

    Die praktischen Agenten der kapitalistischen Produktion und ihre ideologischen Zungendrescher sind ebenso unfähig, das Produktionsmittel von der antagonistischen gesellschaftlichen Charaktermaske, die ihm heutzutag anklebt, getrennt zu denken, als ein Sklavenhalter den Arbeiter selbst von seinem Charakter als Sklave.
    zitiert aus:
    Karl Marx, Der Akkumulationsprozeß des Kapitals - 22. Verwandlung von Mehrwert in Kapital

    ... mais ils ont tout à fait raison du point de vue capitaliste : ils craignent qu’un jour les exploités s’intéressent autant à la dignité des exploiteurs que ces gens respectent actuellement la dignité des exploités et infortunés.

    P.S. Je sais qu’il y a des exploitrices et infortunées, mais ce petit texte est déjà assez compliqué dans sa version traditionelle, donc je préfère le laisser comme tel au lieu d’en augnenter la complexité par des éléments modernes contreversés.

    #Allemagne #politique #droite #idéologie #capitalisme #WTF

    • Est-ce qu’on a le texte de la réponse du gouvernement à la demande 19/28956 de la gauche ? Parce que déclarer que « la division d’une société selon l’appartenance à une classe orientée vers la production est en contradiction avec la garantie de la dignité humaine », cela veut vraiment dire que le concept de lutte des classes porterait atteinte aux droits humains...
      Outre que le journal june Welt est sur écoute parce qu’il est d’extrême gauche, il a aussi été l’objet d’une polémique à propos de la définition de ce qu’est une publicité politique (interdite par la loi allemande, sauf pour les pullover Benetton apparemment) : Dire dans un spot qu’on est contre la guerre et contre le fascisme serait politique pour certaines radios. Car cela relèverait de la Weltanschauung, de la vision du monde, donc de l’idéologie, donc de la politique.
      L’armée, par contre, peut faire de la pub. Accepter l’idée qu’il faille, le cas échéant, tuer des gens, ce n’est pas une Weltanschauung du tout, c’est comme le capitalisme : c’est l’unique possibilité, l’unique option pour ce monde, la norme, la normalité...

      Unzulässige Reklame? MDR schießt kleine weiße Werbetaube der „jungen Welt“ ab
      Ja, es gibt sie noch, die „junge Welt“ (jW), eine kleine, linke Tageszeitung mit großer, zweifelhafter Geschichte. Um die Menschen daran zu erinnern, hat sie anlässlich ihres 70. Geburtstags eine Werbekampagne entwickelt, die im Wesentlichen aus folgendem Dialog besteht:
      Frau: Was, die gibt’s noch?
      Mann: Ja, am Kiosk.
      Mit dem in der DDR verbreiteten Kinderlied „Kleine weiße Friedenstaube“ verkauft sich das Blatt als „Zeitung gegen Krieg“...
      Mit der DDR-Nationalhymne als „Zeitung für historischen Optimismus“...
      Und mit „Nazis raus“-Rufen als „antifaschistischer Schutzwall“...
      Sechs verschiedene Varianten hat die „junge Welt“ produziert. Sie sollten unter anderem auf „Jump“, der Popwelle des MDR laufen. Doch der öffentlich-rechtliche Sender lehnte ab: Man dürfe ausschließlich Werbung für Produkte und Dienstleistungen ausstrahlen, nicht aber für Weltanschauungen und Ideologien. Die Frage „Was, die gibt’s noch?“ in den Spots ziele aber ausschließlich auf die Weltanschauung ab.

      http://uebermedien.de/12858/mdr-schiesst-kleine-weisse-werbetaube-der-jungen-welt-ab

    • Cela ressemble farouchement à ce qu’on a entendu en France autour de la polémique des réunions non-mixtes au sein de l’Unef (syndicat étudiant connu pour ces combats anti-racistes)... Une « polémique infâme et calomnieuse », comme l’a définie Mélanie Luce, présidente de l’Unef.
      Il y a quand même réussi à affirmer que l’Unef était raciste car ils excluent les blancs à leurs réunions non-mixtes...
      Voir :
      https://seenthis.net/messages/907849

  • [ PLATEFORME D’APPROVISIONNEMENT ] Pour vous équiper avec l’Atelier Paysan ...
    https://www.latelierpaysan.org/PLATEFORME-D-APPROVISIONNEMENT-S-equipez-et-autoconstruire-avec-l-At

    Afin de vous accompagner dans votre démarche d’autoconstruction, L’Atelier Paysan a mis en place une plateforme d’approvisionnement en matériaux, pièces agricoles, pièces spéciales, kits de machines paysanne et propose une trentaine d’outils disponibles en kit toutes filières confondues (maraîchage, viticulture,meunerie et boulangerie,traction animale, production de semence etc...). La coopérative propose aux agriculteurs et aux agricultrices de concevoir, construire, adapter, entretenir et réparer (...) Actualités

  • Scientists have taught bees to smell the coronavirus. They can identify a case within seconds.
    https://www.businessinsider.fr/us/scientists-taught-bees-to-smell-covid-19-infections-2021-5

    Scientists in the Netherlands have trained bees to identify COVID-19 through their sense of smell, according to a press release from Wageningen University.

    https://www.wur.nl/en/news-wur/Show/Training-bees-to-smell-the-coronavirus.htm

  • Dozens of Palestinians wounded in clashes with Jerusalem police as tensions boil over
    Nir Hasson and Jack Khoury - May. 7, 2021 6:12 PM - Updated : May. 7, 2021 10:42 PM - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/police-protesters-clash-as-tensions-simmer-over-palestinian-evictions-in-je

    Dozens of Palestinians were wounded Friday as clashes erupted at Jerusalem’s Al-Aqsa Mosque compound, in a serious escalation in tensions that have been building up in Jerusalem over the past weeks.

    The Palestinian Red Crescent emergency service said 53 people were wounded in clashes with police there and elsewhere in Jerusalem, including 23 who were hospitalized. It says most were wounded in the face and eyes by rubber-coated bullets and shrapnel from stun grenades.

    The clashes were the latest in a deadly day that saw Israeli forces shoot and kill two Palestinians after three men opened fire on an Israeli base in the occupied West Bank.Israeli police were standing by as tens of thousands packed in the mosque on the final Friday of Ramadan and many stayed on to protest in support of Palestinians facing eviction from homes on land claimed by Jewish settlers.

    Some 70,000 worshippers attended the final Friday prayers of Ramadan at Al-Aqsa, the Islamic endowment that oversees the site said. Thousands protested afterwards, waving the green flags of the Islamic militant group Hamas and chanting pro-Hamas slogans before dispersing peacefully.

    Tensions boiled over after the evening prayer, when hundreds of Palestinian worshippers began hurling stones and other objects at the Israeli forces, who responded with riot gear.

    Israeli police said six officers involved in the clashes required medical attention.

    Video footage shows worshippers throwing chairs, shoes and rocks toward the police and officers responding by opening fire.

    Sheikh Jarrah protest

    Meanwhile, in the neighborhood of Sheikh Jarrah, dozens partook in the weekly demonstration against the eviction plans, which over the past weeks attract more crowds and attention.

    Police said they dispersed the crowd after some of the protesters started hurling stones. Two demonstrators were detained, and two were wounded by stun grendaes.

    Sheikh Jerrah ce soir
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1390403898947559427/pu/vid/320x576/PUN1yjQC175TbgaH.mp4?tag=12


    https://twitter.com/Charles1045/status/1390428825222324227

    Charles Enderlin
    @Charles1045
    L’esplanade des mosquées - Al Aqsa. Ce soir 7 mai.
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1390760128379490305/pu/vid/1280x720/Ue3fgihCHA1jkq8J.mp4?tag=12


    https://twitter.com/Charles1045/status/1390770657487728640

    akhbarelbalad
    @akhbarelbalad_
    الان الشرطة تغلق ابواب المسجد القبلي على المصلين ويبدو ان الليل طويل على #الاقصى .

    #اخبار_البلد_2021

    Maintenant, la police ferme les portes de la mosquée aux fidèles et il semble que la nuit sera longue #الاقصى .#اخبار_البلد_2021

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1390778223139688452/pu/vid/848x480/IZsJXna64yES-Sb7.mp4?tag=12


    https://twitter.com/akhbarelbalad_/status/1390778385547268096
    #Jerusalem

    • Over 200 Palestinians Wounded in Clashes With Jerusalem Police as Tensions Boil Over
      Updated: May. 8, 2021 6:01 AM
      https://www.haaretz.com/israel-news/police-protesters-clash-as-tensions-simmer-over-palestinian-evictions-in-je

      Worshippers stayed at the Al-Aqsa Mosque compound after the final Friday prayer of Ramadan to protest planned evictions in Sheikh Jarrah, where police also clashed with protesters ■ 17 Israeli officers were wounded during the clashes

      At least 205 Palestinians and 17 police officers were wounded Friday as clashes erupted at Jerusalem’s Al-Aqsa Mosque compound, in a serious escalation in tensions that have been building up in Jerusalem over the past weeks.

      The Palestinian Red Crescent emergency service said some 205 people were wounded in clashes with police there and elsewhere in Jerusalem, including 88 who were hospitalized. The Palestinian Red has also set up a field hospital on the Mosque’s compound due to the large number of wounded protesters, most of them wounded in the face and eyes by rubber-coated bullets and shrapnel from stun grenades.

    • What’s behind the latest flare-up in Jerusalem, and what Israel can do to defuse tensions
      Nir Hasson | May 7, 2021 | 10:37 PM - Haaretz.com
      https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.HIGHLIGHT-what-s-behind-latest-jerusalem-flare-up-and-what-israel-

      Palestinians in East Jerusalem’s Sheikh Jarrah neighborhood are fighting their eviction by organizations seeking to settle Jews in the area.

      Over the past week, dozens of Palestinians have gathered every evening for the breaking of the daily fast during the month of Ramadan. Their base: across from one of the buildings that Israelis have moved into.

      But the latest demonstrations and clashes are the culmination of decades of tensions and legal battles over the fate of the neighborhood, which sits just north of the Old City.

      Who lived in Sheikh Jarrah before the 1948 war?

      In 1876, Jerusalem’s Sephardic and Ashkenazi communities bought a plot of land near the tomb of Shimon Hatzaddik, a Jewish high priest from ancient times. A small Jewish neighborhood was founded on part of the land.

      When war broke out in 1948, many people fled their homes; the vast majority were Arabs who left behind much property on the western side of the armistice line, while a minority were Jews who left behind relatively little property on the eastern side.

      In most cases, Jewish refugees received compensation for the property they left behind. In 1956, the Jordanian government and the United Nations built 28 small homes at Sheikh Jarrah, east of the line, to house Palestinian refugees.

      How did right-wing Israeli organizations obtain land there?

      Israeli law is very clear that only Jews are eligible to seek and receive land left behind on the other side. The state seized all Palestinian property under the Absentee Property Law. Settler organizations jumped on the Jewish properties left behind and started buying rights to them from the original heirs, including some Jewish families from the western section of Sheikh Jarrah and the two Jewish committees, the Sephardi and Ashkenazi, on the eastern side.

      In 2003, the committees asked a rabbinical court to cancel the religious trust on the land (banning the sale of it). The court permitted the sale, and shortly thereafter the land was sold to the company Nahalat Shimon, which is owned by the American company Nahalat Shimon International. The American company is registered in Delaware, known for corporate laws that stymie transparency; for example, it’s impossible to know who owns shares in the company.

      Nahalat Shimon (and before that the two committees) launched a legal battle to evict the refugees’ descendants from their homes. The company also crafted a plan to demolish the neighborhood and build 200 housing units there.

      So far, the company has managed to evict four families. Another 13 households, numbering 300 people, face the danger of immediate eviction after losing in the courts. This Monday, Jerusalem Day, the Supreme Court will hear the appeal of three families against eviction orders.

      What made the conflict a cause célèbre for Palestinians everywhere?

      The settlers have portrayed the conflict as a legal battle over real estate, but neighborhood residents, helped by left-wing activists in Jerusalem, depict it as a fight against Judaization and discrimination in the capital. In recent weeks, as hundreds of residents faced eviction, and amid tension during Ramadan at Damascus Gate and the postponement of the Palestinian general election, the struggle spilled beyond Jerusalem’s borders. Arab Israelis, the Arab world, international media outlets and, above all, Palestinians in Jerusalem have taken an interest in the fight.

      Israel intends to evict 300 people from their homes in favor of Jews based on lawsuits to realize property claims from before 1948. But this could open a Pandora’s box: According to conservative estimates, 30 percent of West Jerusalem real estate was owned by Arabs before 1948.

      What is the solution?

      In 2010, two researchers at the Jerusalem Institute for Policy Research, Prof. Yitzhak Reiter and Lior Lehrs, proposed a simple solution: expropriating land from Nahalat Shimon. Since 1967, the state has expropriated tens of thousands of dunams from private Palestinian landowners to build huge Israeli neighborhoods in East Jerusalem.

      The thinking is, why shouldn’t the state opt for a small expropriation, this time from Jews for the benefit of Palestinians? Only the finance minister’s signature is needed to expropriate the few dunams on which the Sheikh Jarrah residents live. The land would be handed over to the Palestinians or remain in state hands, ensuring their presence. Nahalat Shimon would be compensated in return.

      In their proposal, Reiter and Lehrs quote an opinion by a deputy attorney general from the past, Menachem Mazuz. In 1999, in response to a similar incident, Mazuz referred to the government’s authority to expropriate property for a “public need.” “It is unacceptable that the government is authorized to expropriate land for cultural or environmental needs or to prevent unemployment, but is not authorized to expropriate land for diplomatic considerations,” Mazuz wrote.

      It is believed that this solution would ease tensions at a potential flash point for violence in the capital, improve Israel’s international standing and Israeli-Palestinian relations in Jerusalem, be a confidence-building measure ahead of renewed negotiations with the Palestinians, remove an issue from the agenda of the International Criminal Court in The Hague, and weaken the Palestinian demand for opening a debate on property left behind in 1948.

      Is there a chance of this solution happening?

      The fight in Sheikh Jarrah has been waged for three decades on two fronts – in the courts and on the streets. In the courtroom, it gives the impression of a simple legal battle over land, but Palestinians say the state has tied their hands with discriminatory laws.

      On the streets, the state – using huge contingents of police forces – stands beside the Jewish settlers and regularly attacks Palestinians trying to protest, despite all the tension.

    • Hundreds hurt as Palestinians protest evictions in Jerusalem
      7 May 2021 | Updated: 5 minutes ago
      https://www.aljazeera.com/news/2021/5/7/al-aqsa-worshippers-protest-palestinian-evictions-in-jerusalem

      Tens of thousands of Palestinian worshippers earlier packed the mosque on the final Friday of Ramadan and many stayed to protest.

      Israeli police fired rubber-coated metal bullets and stun grenades towards rock-hurling Palestinians at Jerusalem’s Al-Aqsa mosque as anger grows over the potential eviction of Palestinians from homes on land claimed by Jewish settlers in East Jerusalem.

      At least 205 Palestinians and 17 officers were injured in the night-time clashes at Islam’s third-holiest site and around East Jerusalem, Palestinian medics and Israeli police said, as thousands of Palestinians faced off with several hundred Israeli police in riot gear. (...)

  • Evacuation de migrants à Saint-Denis et Paris : plainte contre trois préfets pour « complicité de violences volontaires » - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/evacuation-de-migrants-a-saint-denis-et-paris-plainte-contre-trois-prefet

    « Vous, les préfets, n’oubliez pas que les lois existent pour tout le monde. Et que pour vos agissements, pour ces violences policières subies par les exilés et les citoyens, nous continuerons à lancer ces actions juridiques contre un Etat totalement en infraction… »

    Ce vendredi matin, Yann Manzi, le directeur d’Utopia 56, a annoncé avoir déposé plainte, avec son association ainsi que 35 autres plaignants, contre Didier Lallement, le préfet de police de Paris, Georges-François Leclerc, le préfet de la Seine-Saint-Denis et Marc Guillaume, le préfet d’Île-de-France. Une décision à laquelle les trois intéressés n’ont pas réagi.

    Cette procédure fait suite aux évacuations ordonnées par l’Etat les 17 et 23 novembre 2020, d’abord à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) puis place de la République à Paris.

    Les plaignants accusent les trois hauts fonctionnaires de « complicité de violences volontaires », notamment concernant la destruction, la dégradation et la détérioration des tentes et affaires appartenant aux migrants lors des évacuations. La plainte a aussi été déposée contre X pour « vol en bande organisée, violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique et destruction, dégradation et détérioration d’un bien appartenant à autrui ».

    « On s’est demandé quelle serait la meilleure qualification juridique pour décrire la manière dont le préfet de police, notamment, a organisé des mises à l’abri qui, en réalité, n’en étaient pas, explique l’avocat Raphaël Kempf. Et nous avons constaté qu’il y avait une organisation matérielle qui avait pour but de se saisir des biens des personnes exilées, notamment des tentes, qui sont leur propriété. Le préfet de police a notamment demandé la présence d’un camion, vide, pour les ramasser. »

    Parmi les plaignants, certains migrants ont témoigné en expliquant avoir été empêchés de récupérer ce qui représentait leur seul moyen de dormir à l’abri. « Ce que nous voyons à travers les déclarations de Didier Lallement, c’est sa volonté d’éviter que ces camps ne se reconstituent à l’avenir, poursuit l’avocat. Que les personnes soient privées de leurs possibilités matérielles de dormir à nouveau sous des tentes, c’est ce qu’on appelle un vol. »

    Sa collègue Noémie Saidi Cottier, de l’Alliance des avocats pour les Droits de l’Homme, a également mis l’accent sur les « violences volontaires » à l’encontre des personnes présentes ces jours-là, aussi bien les exilés et les associatifs que « les élus, les journalistes, les avocats… » Elle a insisté sur la « vulnérabilité » des personnes évacuées, qui « viennent de pays en guerre et, pour beaucoup, n’avaient jamais connu de telles violences dans leur propre pays. »
    « J’ai pris conscience que mon engagement citoyen me mettait en danger »

    Des élus de Paris, comme Léa Vaza (EELV) ou Danielle Simonnet (LFI), se sont associés à la plainte, mais aussi des citoyens bénévoles à l’image de Nawal Karroum, du collectif Solidarité migrants Wilson. « Les faits ont été pour moi extrêmement choquants », explique celle qui dit avoir été, porte de Paris, « victime de tirs de gaz lacrymogènes », décrivant une véritable « chasse à l’homme » menée par les forces de l’ordre.

    Place de la République, elle dit aussi avoir été « projetée au sol, étranglée » par un policier qui l’a tirée par son écharpe. « J’ai pris conscience que mon engagement citoyen me mettait en danger, poursuit-elle. Non pas car le travail est en lui-même dangereux, ni parce que les personnes auxquelles nous portons assistance sont dangereuses. Mais parce qu’on est victimes de répressions de la part des services de sécurité de la municipalité, de la police nationale, qui mettent la pression sur les associatifs afin de continuer à invisibiliser ces personnes exilées. Alors que l’on remédie à un manquement des pouvoirs publics. »

    Le 23 novembre, les violences constatées en marge de l’évacuation de la place de la République avaient suscité une vague d’indignation jusqu’au sein du gouvernement. Le soir même, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait évoqué des « images choquantes » et demandé un « rapport circonstancié » au préfet de police. L’IGPN, la « police des polices », avait ouvert une enquête sur ces faits de violence, de même que le parquet de Paris.

  • Chronos - Cliss XXI
    https://www.cliss21.com/site/notre-offre/associations/article/chronos

    Chronos est un logiciel libre visant à faciliter la saisie, la validation et le suivi de l’agenda des personnes d’une organisation. Chronos est pensé pour s’adapter autant que possible à la composition et la hiérarchie interne de l’organisation.

    Pour plus d’information, rendez-vous sur le site que nous avons dédié au logiciel : cliss21.com/chronos

  • The Brooks, secret le mieux gardé du funk canadien, a sorti il y a quelques mois son nouvel album Any Day Now sur le label Underdog Records. On retrouve sur ce disque des échos de James Brown, D’Angelo, Fela Kuti, ou Herbie Hancock, passés à la moulinette funk des brillants instrumentistes du groupe.

    Après Gameplay, le collectif revient avec un nouvel extrait, So Turned On, porté par un splendide clip en animation.

    https://www.youtube.com/watch?v=5mm-ZgNh2sw