• Quand les femmes se déguisaient pour faire des métiers d’hommes
    https://www.francebleu.fr/emissions/ils-ont-fait-l-histoire/quand-les-femmes-se-deguisaient-pour-faire-des-metiers-d-hommes

    Parce que les hommes étaient idiots et qu’ils étaient persuadés que certaines professions n’étaient réservées qu’à eux, quelques femmes culottées, enfin si j’ose dire, leur ont damé le pion en se déguisant en homme. Dans le registre militaire, la Française Marie Marvingt s’engage dans la Première Guerre Mondiale en revêtant des vêtements d’hommes. Elle est grillée assez vite. On décide finalement de la muter dans l’aviation.

    Dans le même genre il y a Hannah Snell, en Grande Bretagne. Vers 1723, amoureuse, elle emprunte le costume de marin de son beau-frère pour aller chercher son mari disparu. Découvrant qu’il a été pendu, elle décide de garder l’uniforme de marine et révèle son secret en pleine mer après plusieurs campagnes militaires, avant de se remarier.

    Ah il y a aussi Hua Mulan, en Chine, qui d’après la légende se serait habillée en homme pour prendre la suite de son père un grand maître de l’Art du Kung-Fu. Elle aussi a été grillée. Dans le domaine sportif il y a aussi Rena Rusty Kanokogi, une Américaine, dans les années 60. Son truc c’est le judo. Elle est super-douée et il n’y a pas de compétition féminine. Elle se fait passer pour un homme et remporte même un championnat aux États Unis avant qu’on ne capte qu’elle est une femme. Elle doit rendre sa médaille.

    Enfin il y a ces femmes à qui on interdisait de devenir médecin. Par exemple le célèbre médecin Jame Barry, qui n’était pas James mais Margarett Ann Bukley ce qu’on a découvert en préparant son corps pour l’enterrement. Bien plus tôt, en Grèce Antique, il y a Agnodice. À Athènes, un homme a beaucoup de patientes. Il est dénoncé par ses confrères qui affirment qu’il profite des consultations pour s’envoyer en l’air. Et là, le tribunal sidéré voit l’accusé remonter sa tunique et montrer qu’elle est une femme. Agnodice est condamnée à mort, non pas pour séduction mais pour exercice illégal de la médecine puisque la médecine est interdite aux femmes. Les femmes menacent de se laisser mourir si Agnodice est tuée. Du coup, leurs maris se le tiennent pour dit et Agnodice est sauvée, avec en plus le droit de soigner les femmes. Si ce que dit la légende est vrai, c’est la première femme médecin connue de l’Histoire de l’Humanité. Heureusement on est un peu moins bêtes aujourd’hui les mecs.

    #femmes #transgenre #travail #médecine


  • Dans l’Aude, trois enfants empoisonnés à l’arsenic, l’ancienne mine de Salsigne accusée
    https://www.mediapart.fr/journal/france/180619/dans-l-aude-trois-enfants-empoisonnes-l-arsenic-l-ancienne-mine-de-salsign

    Trois enfants de la vallée de l’Orbiel (Aude), qui reçoit eaux et poussières de l’ancien site minier, ont révélé, après analyse, des taux d’arsenic qui justifient leur suivi par un centre antipoison. D’autres analyses sont en cours. La colère gronde chez les parents qui, depuis plusieurs années, réclament que l’État agisse.

    #Enquête #mine_d'or,_arsenic,_Enfants,_Salsigne



  • 22 juin 19 : Le Bal Jaune
    http://www.davduf.net/22-juin-19-le-bal-jaune

    Dans la continuité des événements « Fin du grand débat, début du grand débarras » puis « Dernier débat avant la fin du monde »*, nous vous invitons à venir participer au « BAL JAUNE ». Une occasion de se rencontrer, de faire la fête, et de continuer ce qui a été commencé il y a 6 mois. SAMEDI : De 19h à 22h // Prises de paroles : David Dufresne / Taha Bouhafs / Militant.e.s / Gilets jaunes. Appels à de prochaines dates. // Soirée le Bal jaune : DJ set du collectif « Bruits de la passion » (...)

    #Agenda


  • Ngô Van, passeur de l’histoire vivante

    Hélène Fleury

    https://lavoiedujaguar.net/Ngo-Van-passeur-de-l-histoire-vivante

    La vie et l’œuvre de Ngô Van, né en 1912, disparu à l’aube de 2005, sont indissociables des espoirs et des combats révolutionnaires de ce vingtième siècle traversé.

    Ngô Van ne s’exprime pas en tant qu’historien, mais en tant que participant activement engagé dans les événements qu’il raconte, nullement en porte-parole d’un parti quelconque, mais en simple « homme du rang » combattant avec nombre d’autres anonymes, ces inconnus, les damnés de la terre, qui sont aussi le sel de la terre, fraternels, généreux, inventifs. Avec eux il a connu les moments de grâce de l’histoire où les rebelles s’unissent pour s’attaquer aux sources mêmes de l’exploitation de leur travail et de leur asservissement, démultiplient le champ des possibles et combattent pour inventer une vie enfin digne de leurs rêves et de leurs plus profondes aspirations. C’est avec eux aussi qu’il a connu la répression sans merci déployée par les pouvoirs en place quand ils sentent que c’est le cœur même du système qui est en péril.

    Après son départ du Vietnam pour la France en 1948, c’est résolument sans étiquette et sans parti qu’il partagea en usine les luttes des réfractaires à l’exploitation. En homme libre refusant d’être embrigadé et d’embrigader, il participa à l’activité de groupes révolutionnaires proches des libertaires partisans des conseils ouvriers. (...)

    #Vietnam #Ngô_Van #histoire #révolution #Nguyen_an_Ninh #Hô_Chi_Minh #exil #Claude_Le_Petit



  • Qui est Magali Tabareau, la #juge attaquée chez elle au #LBD ? – Désarmons-les !
    https://desarmons.net/index.php/2019/06/18/qui-est-magali-tabareau-la-juge-attaquee-chez-elle-au-lbd

    Mais revenons au sujet initial. Que sait-on de Magali Tabareau ?

    La #presse_de_préfecture s’est empressée ces derniers jours de présenter la juge comme une pourfendeuse de personnages peu fréquentables : un animateur périscolaire accusé de viol, un ex policier condamné à 10 ans de prison pour avoir tué sa femme avec son arme de service, une affaire de trafic de cocaïne à l’encontre de Jean-Luc Delarue, etc. Bref, des faits-divers sordides pour lesquels on a du mal à éprouver de l’empathie.

    Magali Tabareau, c’est aussi cette juge qui avait condamné à 7 ans de prison un dealer présumé, Mohamed Fodil, sur la base de faux en écritures, encourageant ainsi une pratique courante chez les policiers consistant à se couvrir en produisant des procès verbaux mensongers.

    Magali Tabareau est aussi cette magistrate qui, lorsqu’elle était juge d’instruction dans l’affaire de la mort de Lakhamy et Moushin en 2007 à Villiers le Bel, avait prononcé en 2009 un non-lieu en faveur des policiers impliqués, dont le conducteur du véhicule de police qui avait renversé la moto sur laquelle se trouvaient les deux jeunes, Franck Viallet.

    Enfin, Magali Tabareau est cette juge qui, comme pour jeter de l’huile sur le feu, avait renvoyé cinq jeunes de Villiers le Bel devant la Cour d’Assises en 2010 sur la base de témoignages anonymes, les accusant d’avoir organisé les émeutes qui ont suivi le meurtre de Lakhamy et Moushin. Parmi ces accusés, les frères Kamara avaient été finalement condamnés à 12 et 15 ans de prison ferme.

    Magali Tabareau n’est donc pas étrangère à des décisions emblématiques ayant considérablement conforté l’#impunité_policière et la #répression_d’Etat. Elle a contribué à mettre au pas un quartier par des décisions judiciaires lourdes, avec cette logique implacable : « en viser un pour faire peur à tous les autres ».


  • #Lecce (Italie) : à l’ombre du baroque
    https://fr.squat.net/2019/06/18/lecce-italie-a-l-ombre-du-baroque

    Qu’ont en commun les billets payants pour visiter les églises de Lecce et l’expulsion d’une bibliothèque anarchiste dans un immeuble occupé depuis trois ans ? Rien, apparemment. Et pourtant si. Ces deux actes, qui semblent déconnectés entre eux, nous parlent d’un changement de la ville et de la manière de la vivre, un changement qui […]

    #Bibliothèque_Anarchiste_Disordine #gentrification #Italie #tourisme


  • « C’est nous, les femmes de chambre, qui allons gagner » : plus de deux mois de grève dans un hôtel quatre étoiles | Nina Hubinet
    https://www.bastamag.net/greve-femmes-de-menage-hotel-luxe-Elior-Marseille-salaire-aspirateur

    Perdre 100 euros de salaire quand on en gagne à peine 900 : il y a de quoi s’énerver et, surtout, ne plus se laisser faire. Après un changement de sous-traitant, les femmes de chambre de l’hôtel NH Collection à Marseille ont vu leurs conditions de travail et de paie se dégrader. Une partie s’est mise en grève et tient depuis deux mois, bravant non seulement le groupe Elior et ses six milliards d’euros de chiffre d’affaires, mais aussi la police nationale, également assidue à leur piquet de grève devant l’hôtel. « La peur ne marche plus », et la lutte continue. Reportage. Source : Basta !


  • Le maire d’Irun entrave l’organisation du contre-sommet du G7 – G7 EZ !
    04-06-2019
    http://g7ez.eus/fr/le-maire-dirun-entrave-lorganisation-du-contre-sommet-du-g7

    La plateforme G7 EZ ! Contre le G7 et son monde dénonce :

    Comme annoncé la semaine dernière, la Plateforme du Pays Basque G7 Ez avait fait savoir qu’elle organisera ses initiatives contre le G7 à Hendaye-Irun. La décision avait été prise en relation avec les autorités du Pays basque nord, en concertation avec les institutions et les différents partenaires d’Irun. Elle a été rendue publique au niveau international. Dans le cadre de ce plan, le Ficoba avait été réservé, il y a 2 mois et confirmé pour 3 jours.
    Nous avons su cette semaine que, suite à des interventions du maire d’Irun, le Ficoba avait décidé de fermer ses portes en août.
    Le but de cette fermeture est d’empêcher l’alter-sommet et les différentes initiatives de la Plateforme et des différent.e.s partenaires du monde entier. La volonté du maire d’Irun a clairement été d’empêcher tous ces événements.

    #G7EZ


  • Edgar Poe et la sécurité informatique
    http://www.dsih.fr/article/3414/edgar-poe-et-la-securite-informatique.html

    Un recensement du livre « Obfuscation » de Finn Brunton et Helen Nissenbaum.

    Cédric Cartau, LUNDI 17 JUIN 2019 Soyez le premier à réagirSoyez le premier à réagir

    On reconnaît les génies au fait que leurs œuvres peuvent être lues et relues, interprétées et réinterprétées au fil des modes et du temps, tout en restant les mêmes. Edgar Poe est de ceux-là. Que l’on en juge : avec le Double Assassinat dans la rue Morgue, le bonhomme a carrément inventé le genre policier, 50 ans ou presque avant Conan Doyle et son Sherlock Holmes, et quasiment un siècle avant Agatha Christie et ses Dix Petits Nègres. Respect.

    Dans La Lettre volée, l’une de ses plus célèbres nouvelles, l’un des personnages doit dissimuler un document compromettant pour la sécurité de la famille royale, document que les policiers et les services secrets recherchent par tous les moyens et sans succès : fouille au corps du personnage, perquisition à son domicile, faux cambriolage, rien n’est épargné, mais rien n’y fait. Et pour cause : partout où la lettre pourrait se trouver – dans son coffre-fort personnel, dans le tiroir secret d’un secrétaire, dans la poche de sa redingote –, impossible de mettre la main dessus. Car le personnage en question est malin ; il a justement dissimulé la lettre là où personne ne s’attend à la trouver et où personne ne la recherche : à la vue de tous, jetée négligemment sur son bureau au milieu du fatras habituel de la paperasse administrative et du courrier. Les policiers et autres agents secrets recherchent la lettre dans tous les recoins de l’appartement, et passent dix, cent fois devant sans la remarquer.

    Cette technique porte un nom : l’obfuscation. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un ouvrage (Obfuscation, Helen Nissenbaum et Finn Brunton, C&F Éditions, mars 2019) qui tente un recensement des techniques et des outils pour cacher, masquer ou rendre illisible une information. L’ouvrage est évidemment connoté « mouvement de résistance à ce Big Brotherqui nous espionne », mais il peut être lu par tous car il mêle à la fois les techniques, les principes et des exemples de la vraie vie. Par exemple, on imagine évidemment qu’un certain nombre d’outils ont été utilisés par Julian Assange, mais on apprend aussi que les mouvements de résistance à l’apartheid dans l’Afrique du Sud des pires années ont fait appel à ce type de procédés.

    Il existe globalement quatre techniques pour rendre une information illisible à celui qui ne dispose pas du droit d’en connaître la teneur : la détruire (c’est radical), la chiffrer, la noyer au milieu d’informations anodines ou saturer la capacité de lecture et d’analyse de l’espion. Sur la question du chiffrement, nous ne reviendrons pas, si ce n’est pour signaler qu’il pose la question du stockage des clés, de la puissance des algorithmes choisis et de leurs éventuelles failles ainsi que d’autres difficultés très techniques. La noyer au milieu d’informations anodines (le thème de La Lettre volée) est en revanche beaucoup plus intéressant : les auteurs citent le cas d’une espèce particulière d’araignée qui, pour se prémunir des attaques de son prédateur naturel (la guêpe), parsème sa toile de cocons dont les reflets à la lumière les font apparaître comme le sosie de ladite araignée pour lesdites guêpes. Autre exemple du même genre : pour éviter le profilage effectué par les réseaux sociaux de type Facebook, il existe des outils qui inondent le profil d’un utilisateur d’informations, qui plus est contradictoires : a changé quatre fois de religion, multiplie les voyages aux quatre coins du monde, likeà peu près tout ce qui lui passe sous la souris, s’est formé dans 15 écoles, etc. Enfin, la saturation de la capacité de l’espion – équivalent d’une attaque DDoS – revient notamment à envoyer tellement d’informations qu’il devient impossible de les analyser : il s’agit d’une technique bien connue des avocats outre-Atlantique, qui adressent à la partie adverse des dossiers épais comme tous les annuaires réunis pour saturer sa capacité d’analyse.

    Globalement, dans le monde de la sécurité informatique et pour ce qui relève notamment de la confidentialité, seul le chiffrement est utilisé. Cette technique est parfaitement adaptée quand il s’agit, entre autres, d’envoyer un mail contenant des informations sensibles ou protéger un PC itinérant, mais ne sert à rien pour préserver un dossier médical contre une indiscrétion interne ou contre un scan de port externe en prélude à une attaque ciblée. Pourquoi ne pas imaginer, par exemple, que pour stocker le dossier patient d’un individu « sensible » (comme un VIP ou un agent de l’établissement) les DPI pourraient disposer d’une fonction permettant de créer des centaines de dossiers « leurres », seul un petit nombre d’utilisateurs sachant exactement lequel est le bon ? Pourquoi ne pas imaginer encore que, pour lutter contre les attaques externes, les pare-feu renvoient une masse énorme d’informations sur des serveurs n’existant pas, des middlewaresfictifs, dans une DMZ bien réelle, au milieu d’informations exactes ? Et que l’on ne vienne pas me dire que c’est impossible, en informatique TOUT est possible. Je connais un DIM qui crée volontairement de faux dossiers de patients bien réels – par exemple le DRH de l’établissement –, et attend le gourdin (virtuel) à la main qu’un agent ouvre ledit dossier : c’est un peu La Lettre voléeà l’envers.

    Bref, à la lecture d’Obfuscation, je trouve que les éditeurs et constructeurs dans le domaine de la SSI manquent singulièrement d’imagination. Certains ne manqueront pas, en parcourant ce billet sans prétention, de trouver des idées en tout genre auxquelles je n’ai pas du tout pensé. Et, à titre personnel, je suis persuadé que chacun de nous devra développer ce genre de techniques, dans l’utilisation personnelle de l’informatique, pour se cacher de mieux en mieux.

    #C&F éditions #Obfuscation


  • “Trump, il faut virer le président Bolton !”
    https://www.dedefensa.org/article/trump-il-faut-virer-le-president-bolton

    “Trump, il faut virer le président Bolton !”

    Il s’agit d’une intervention tout à fait hors-norme pour notre époque catastrophique où servilité et “politiquement correct” en bois d’ébène sont la règle ; une intervention qui tranche sur la terrorisation par les USA de la diplomatie occidentale (du bloc-BAO),surtout depuis 9/11, et particulièrement et au-delà de tout depuis l’arrivée de Trump. Nous parlons ici de l’UE, qui n’a aucune politique étrangère comme chacun sait, mais qui a encore quelques êtres humains en fonction, avec le sens des responsabilités. Pour ce cas, la direction de la politique extérieure de l’UE s’est manifestée par un coup d’éclat, par le canal de la conseillère spéciale de Federica Mogherini, Nathalie Tocci, qui parle ès qualitéc’est-à-dire selon ce que nous en interprétons comme une sorte (...)

    • Pour ce cas, la direction de la politique extérieure de l’UE s’est manifestée par un coup d’éclat, par le canal de la conseillère spéciale de Federica Mogherini, Nathalie Tocci, qui parle ès qualité c’est-à-dire selon ce que nous en interprétons comme une sorte de porte-parole de Mogherini. Qui plus est et pour ajouter l’insulte à l’injure, le coup d’éclat se fait par l’intermédiaire du réseau russe RT.com, au cours de l’émission Sophie & Co, de Sophie Chevardnadze, mise en ligne le 17 juin 2019.



  • Je suis blasée que dans de nombreux post instagram de comptes feministes qui abordent la question des poils, le choix individuel soit autant mis en avant. On a le choix de porter du rouge ou du vert, mais on ne peut pas réellement parler de « choix » sur les poils féminins tant que l’épilation est la norme
    #épilation #injonction #beauté #poils



  • Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond au royaume du tout-voiture
    http://carfree.fr/index.php/2019/06/18/il-y-a-quelque-chose-qui-ne-tourne-pas-rond-au-royaume-du-tout-voiture

    La nature automobilistique reste et demeure insondable… (vous pouvez remplacer « nature » par « bêtise », ça marche aussi…). Quand un automobiliste grille la priorité à un aveugle… et descend de voiture pour Lire la suite...

    #Insécurité_routière #Marche_à_pied #accident #enfants #paris #passage_piéton #piétons #sécurité_routière


  • Egypt’s Former President Morsi Dies in Court : State TV | News | teleSUR English
    https://www.telesurenglish.net/news/Egypts-Former-PresidentMorsiDies-in-Court-State-TV-20190617-0010.htm

    Egypt’s former President Mohamed Morsi died after fainting during a court hearing.

    Former Egyptian President Mohamed Morsi has died in court, state television reported Monday.

    It said Morsi had fainted after a court session and died afterward. He was pronounced dead at 4:50 pm local time according to the country’s public prosecutor.

    “He was speaking before the judge for 20 minutes then became very animated and fainted. He was quickly rushed to the hospital where he later died,” a judicial source said.

    “In front of Allah, my father and we shall unite,” wrote Ahmed, Morsi’s son on Facebook.

    Turkish President Tayyip Erdogan paid tribute to Morsi saying, "May Allah rest our Morsi brother, our martyr’s soul in peace.”

    According to medical reports, there were no apparent injuries on his body.

    Morsi, who was democratically elected after the popular ouster of Hosni Mubarak, was toppled by the military led by coup leader and current President Abdul-Fattah el-Sissi in 2013 after protests against his rule.

    “We received with great sorrow the news of the sudden death of former president Dr. Mohamed Morsi. I offer my deepest condolences to his family and Egyptian people. We belong to God and to him we shall return,” Qatari Emir Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani wrote on Twitter.

    The United Nations spokesperson Stephane Dujarric offered condolences to his supporters and relatives.

    State television said Morsi, who was 67, was in court for a hearing on charges of espionage emanating from suspected contacts with the Palestinian Islamic Resistance Movement Hamas, which controls the Gaza strip that is under blockade by the current Egyptian government and Israel.

    He was facing at least six trials for politically motivated charges according to his supporters. The former president was also serving a 20-years prison sentence for allegedly killing protesters in 2012.

    Morsi was suffering from various health issues including diabetes and liver and kidney disease. During his imprisonment, he suffered from medical neglect worsened by poor prison conditions.

    Mohammed Sudan, a leader of the Muslim Brotherhood, said that Morsi’s death was "premeditated murder” by not allowing him adequate health care.

    "He has been placed behind [a] glass cage [during trials]. No one can hear him or know what is happening to him. He hasn’t received any visits for months or nearly a year. He complained before that he doesn’t get his medicine. This is premeditated murder. This is a slow death,” Sudan said.

    Morsi was allowed 3 short visits in 6 years. One in November 2013 after being forcibly disappeared for 4 months, and another in June 2017 when only his wife and daughter were allowed, and the third in September 2018 with security official recording the whole conversation.
    — Abdelrahman Ayyash (@3yyash) June 17, 2019

    #Égypte #islamisme #prison




  • Cip- Idf - SE DÉFENDRE contre les agressions sexuelles et...
    https://www.facebook.com/CipIdf/posts/1250818395081685?__tn__=K-R

    SE DÉFENDRE contre les agressions sexuelles et sexistes.
    Y A DU BOULOT !
    Présentation de la commission sorcières de la CIP-IDF à l’attention des militant.e.s, sympathisant.e.s et autres concerné.e.s
    Cet hiver 2018/19, une réunion a été proposée au sein de la CIP-IDF pour parler des problèmes de violences sexistes et sexuelles au sein du mouvement des intermittent.e.s et précaires. Certain.e.s militant.e.s ont annoncé ne plus vouloir lutter aux côtés d’agresseurs et de leurs défenseur.ses. Pourquoi les agressé.e.s devraient-ils/elles toujours s’effacer et laisser la place aux agresseur.ses ?
    Lors de cette réunion, une femme membre de la CIP a témoigné d’un viol qu’elle a subi en 2014. L’agresseur et ses défenseur.se.s – participant.e.s au mouvement – n’ayant pas été convié.e.s, la victime a pu s’exprimer avec un maximum de liberté.
    Ce témoignage a soulevé beaucoup de questions, personnelles et collectives, sur nos implications et nos aveuglements, sur ce que nous avions vécu, sur ce que chacun.e pouvait ou devait porter, sur la domination sexiste et autoritaire. S’affirmait ainsi la volonté d’un engagement féministe/antisexiste plus assumé au sein de la CIP. Les discussions ont abouti à la nécessité qu’une commission travaille sur les violences sexistes et sexuelles dans les milieux artistique et militant.
    Depuis janvier, cette commission qui a adopté le principe fondamental de garder une bienveillance et de l’empathie à chaque étape se réunit sur :
    – La réception de la parole de la/des victime.s et des personnes touchées de près, ainsi que de ce que cela implique pour les personnes qui reçoivent cette parole. Dans un contexte où la parole se libère peu à peu – et peu à peu, en l’occurrence, ce ne sera jamais assez –, le terme de « viol » n’est admis que dans une acception extrêmement restreinte, qui ne permet pas aux victimes d’être entendues pleinement. Le sujet peut réveiller du vécu, des projections personnelles intimes, en tant qu’agresseur.se ou agressé.e, amenant parfois beaucoup de violence dans les réactions et les échanges à ce sujet. Ces sujets cristallisent des positions divergentes, des tensions et des incompréhensions qu’il faut prendre en compte.
    – Notre propre fonctionnement. Au sein de la CIP comme de tout autre groupe, pourquoi ne savons-nous pas empêcher les comportements violents ? Pourquoi refusons-nous de voir, négligeons-nous de réagir, acceptons-nous sans prendre conscience du risque ? Comment intériorisons-nous ces comportements sexistes et autoritaires ? Quelle est l’implication collective et individuelle de chacun.e dans les réseaux de complicité ? Comment interroger/déconstruire nos fonctionnements collectifs et individuels ? Comment prévenir un processus d’emprise, d’intimidation, sur soi-même ou autrui, et ne plus permettre la mise en place de telles dominations ?
    – Les moyens d’action collectifs et individuels. Comment relancer la lutte sereinement et de façon sécurisante pour tou.te.s ? Comment éviter d’autres victimes potentielles ? Comment signaler et prévenir des comportements violents : que peut-on « se permettre » de dire, de faire ? Comment dire, réagir, agir, être entendu.e ? Que faire de l’agresseur et de ses défenseur.se.s ? Qu’en est-il de l’implication au quotidien, des liens avec des « compagnons » de lutte ou de travail, des liens d’amitié ? Comment y faire face ? Avec qui accepte-t-on de lutter ?
    Exclure ces agresseurs, c’est prendre le risque de les renvoyer à des personnes ou des groupes qui ne savent pas ce qu’ils sont. On ne peut pas les exclure de tout mais on ne luttera/s’organisera plus avec eux.
    L’objectif de la commission sorcières est de s’ouvrir à d’autres et d’élargir ses champs de réflexion et d’action sur ces sujets.
    Pour l’instant, la CIP-IDF a décidé :
    – la désinscription de l’agresseur initialement évoqué, ainsi que des salarié.e.s de la compagnie de théâtre dans laquelle il travaille et qui le soutiennent, de la liste mail qui réunit les membres des différentes commissions composant la CIP. La réflexion ne pouvait se mener sereinement sous la pression de l’agresseur et de ses collègues niant la gravité des faits au point de pousser hors de leur compagnie toutes personnes ayant une parole dissonante ;
    – d’essayer de mettre en place une « veille anti-relous » lors des AG et actions où la CIP est présente, avec une prise de parole préventive au début et une vigilance en cours de route ;
    – d’entretenir un lien avec le collectif La Permanence, qui dénonce les violences sexistes, sexuelles et racistes dans le milieu de la danse afin d’« assurer une vigilance contre les discriminations dans le milieu chorégraphique ».
    Travailler sur cette question et gérer ce genre de situation est délicat et demande du temps. L’agression à l’origine de la création de cette commission continue de nous paralyser aussi bien dans la réflexion que dans l’action. Il nous semble indispensable de chercher des réponses adéquates et d’expérimenter des méthodologies car il y a des dégâts à éviter.
    Qu’est ce qu’on fait quand, pour un viol, il n’y a ni plainte, ni jugement, ni réparation ? Quand on est dans l’incapacité, parce que peu nombreux, d’assurer un service de sécurité, ou tout au plus de faire de la prévention lors des actions collectives ?
    Oui, on n’a pas de réponse. Mais personne n’en a. On n’est ni juge ni flic. Qu’est-ce qui reste ?
    Plutôt que l’impunité, il va falloir inventer... même si ce ne sont que des bricolages.
    Dans la défense militante, il faudra inclure l’autoéducation, des agresseurs et de tous et toutes, qu’ils trouvent eux-mêmes des solutions à leur masculinité toxique, qu’ils se cassent d’eux-mêmes quand ils empêchent les autres d’être là.
    Ou bien aller leur dire direct pour assumer la situation conflictuelle, leur demander : « Qu’est-ce que tu proposes ? »
    Et s’ils restent, on fait quoi ? Voilà toute la question, qu’est ce qu’on assume comme point de rupture ?
    C’est notre limite. Et là commence l’objet de la commission sorcières.
    Certes, la CIP a plutôt coutume de parler des droits sociaux mais le patriarcat fait partie des outils primordiaux du capitalisme, autant que la précarité et le chômage. Il est l’une des oppressions les plus ancrées, et donc considérées comme « usuelles ». Il s’agit maintenant d’inclure réellement les revendications intersectionnelles à la convergence des luttes.
    Il reste encore beaucoup à faire pour construire des espaces de travail et militants sereins, à la CIP comme ailleurs. Nous voulons participer à cette construction afin que chacun.e aiguise son regard et refuse les comportements sexistes, racistes, classistes et autoritaires, jusqu’à ce que les normes changent et que les rapports de pouvoir et de dominations disparaissent.
    Comme chacun.e doit se décoloniser, chacun.e.s devra se dépatriarcaliser. Un nouveau mot à notre dictionnaire.
    En attendant,
    la commission sorcières invite toute personne à se questionner sur son comportement possiblement sexiste ou autoritaire, ainsi que sur l’acceptation de cette norme dominatrice. Elle invite également les personnes mises en cause à avoir la bonne idée de se mettre en retrait d’elles-mêmes dans les actions collectives, par un mouvement d’autogestion salutaire pour autrui !
    Commission sorcière de la coordination des Intermittents et précaires - dimanche 16 juin 2019

    #sorcières


  • Abus d’usage de banque de données, consommation d’alcool,... : 469 policiers indisciplinés sanctionnés en 2018
    https://www.dhnet.be/actu/faits/abus-d-usage-de-banque-de-donnees-consommation-d-alcool-469-policiers-indiscip

    L’abus des banques de données et la consommation d’alcool sont pointés par le conseil de discipline de la police. La DH a pu consulter cette année encore le nouveau rapport annuel du conseil de discipline de la police intégrée (police fédérale et locale). Long de 204 pages, il fait état de toutes les sanctions disciplinaires infligées aux membres de la police en 2018. Première nouvelle : le nombre de sanctions a légèrement diminué par rapport à 2017. On en compte 469 contre 531 l’année précédente. Pour (...)

    #données_ #domination


  • « Vos toilettes propres, nos propres papiers » Maxime Vancauwenberge - 17 Juin 2019 - Solidaire
    https://www.solidaire.org/articles/vos-toilettes-propres-nos-propres-papiers

    Ils et elles sont entre 100 000 et 150 000 en Belgique. Travailleurs et travailleuses sans-papiers. Hormis l’aide médicale urgente et la scolarisation de leurs enfants, les personnes sans-papiers ne jouissent d’aucun droit et ne reçoivent aucune aide. Beaucoup sont employées dans certains secteurs comme l’Horeca, la construction, et le nettoyage.

    « Elles ont peur parce qu’elles sont sans papiers. Elles ont peur des conséquences par rapport à leur employeur », commence Magali Verdier, l’animatrice du MOC (Mouvement ouvrier chrétien) qui coordonne la Ligue des Travailleuses Domestiques, juste avant le début de l’entretien. Nous voilà immédiatement plongés dans le quotidien des personnes sans-papiers : vivre caché et dans la peur. Mais depuis quelques mois, des travailleuses domestiques sans-papiers ont décidé de sortir de l’ombre. Elles revendiquent l’application de la Convention Internationale C189, ratifiée par la Belgique en 2011, qui garantit le respect de certains droits élémentaires comme un salaire minimum, le paiement des heures supplémentaires et la possibilité de porter plainte contre l’employeur en cas d’abus. Elles revendiquent également la possibilité de pouvoir rester légalement en Belgique et de pouvoir ainsi contribuer à la sécurité sociale de notre pays.

    « Le plus dur c’est de ne plus voir sa famille »
    « Je suis venue en Belgique un peu avant 2008 parce que je n’arrivais plus à joindre les deux bouts avec mes deux enfants lorsque leur papa nous a quittés. Je suis aide-soignante mais je travaillais souvent plusieurs mois sans être payée en Afrique. Je ne savais plus quoi faire. Mes enfants sont restés au Cameroun. Je ne savais pas où j’allais. Je ne pouvais pas emmener mes petits bouts avec moi. Je les ai laissés chez mes parents. Ils s’en sortent avec le peu que je leur envoie. Ils me manquent beaucoup. Je me sacrifie pour eux. J’aimerais pouvoir les revoir un jour. Ma maman aussi m’a demandé si elle allait me revoir avant de mourir », explique Lucie, la gorge nouée, avant d’éclater en sanglots. « C’est cela qui est vraiment le plus dur : ne plus pouvoir voir sa famille », confirme Alexandra, qui n’a pas pu assister à l’enterrement de son père. Alexandra est originaire de la Colombie, qu’elle a quittée il y a plus de 10 ans. Elle ne se voit pas retourner là-bas à présent. Elle se sent chez elle en Belgique. « Nous sommes beaucoup comme toi, Lucie. Il faut se battre », s’exclame Naima. Elle aussi, elle a quitté son pays, le Maroc, il y a plus de 10 ans, en laissant tout derrière elle. Là-bas, elle travaillait dans une banque mais n’était presque pas payée. « Je ne m’en sortais pas. » Elle a préféré tenter sa chance en Belgique.

    Maricel est un peu plus âgée. Elle a quitté les Philippines il y a 11 ans afin de pouvoir offrir un avenir à ses enfants restés aux pays. « Je discute avec eux chaque jour via Messenger mais je ne les ai pas vus depuis que je suis partie. Je suis aussi devenue grand-mère entre-temps et j’aimerais pouvoir voir mes petits-enfants… »

    « Certains me demandent de travailler pour 7 euros de l’heure »
    En Belgique, leur situation est cependant loin d’être enviable. Comme tous les sans-papiers, elles sont souvent utilisées comme main-d’œuvre corvéable à merci. « En 2008, j’ai commencé à travailler ici pour 800 euros par mois. De 8h du matin à 8h du soir. Je me suis enfuie. À présent, je suis payée 1 300 euros. Je travaille de 7h du matin à 7h du soir. Les employeurs savent que tu n’as pas de papiers. Ils savent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent », raconte Maricel.

    « La situation se dégrade, précise Lucia. Des employeurs osent me demander des choses qu’ils n’osaient pas il y a plusieurs années. Certains me demandent aujourd’hui de travailler pour 7 euros de l’heure et me raccrochent au nez lorsque je refuse ».

    « Après la crise, l’employeur a diminué mon salaire. Mais je n’ai rien osé dire parce que je n’ai pas de papiers », enchaîne une autre. « Nous sommes des esclaves. C’est ça ou la rue. Et même quand tout se passe bien avec l’employeur et qu’on est bien payée, il y a tout le reste. On est par exemple angoissée dans un bus, même quand on a acheté un ticket, parce qu’on risque un contrôle de police et d’être envoyée en centre fermé », continue Lucia.

    Alexandra estime qu’elle a de la chance : « De mon côté, je suis super-bien payée. J’ai aussi droit à des congés payés et des congés maladie. » En fait, elle gagne un peu plus que le salaire minimum. C’est ce qui symbolise le mieux la condition de ces travailleuses : être complètement à la merci de son employeur et s’estimer chanceuse lorsque celui-ci n’en profite pas.

    « Nous voulons sortir de l’ombre »
    « En tant que travailleuse domestique, on est tout au fond du panier. Nous travaillons dans les soins aux personnes, nous occupons des enfants, des gens malades, des personnes âgées. Mais nous sommes vraiment précarisées, et c’est ça notre lutte. On veut rendre cette réalité visible », explique Lucia. « Nous faisons partie intégrante de l’économie. Nous remplissons des tâches essentielles dans la société. Nous voulons sortir de l’ombre », continue Lucie.

    « Le syndicat m’a rendu l’espoir que je pouvais améliorer ma situation. La Ligue nous permet de nous rendre compte que notre situation n’est pas unique. Que beaucoup d’autres sont dans notre situation. La Ligue nous aide beaucoup. J’espère qu’on va pouvoir rassembler toutes les femmes dans notre situation », s’enthousiasme Naima.

    Magali Verdier, l’animatrice du MOC, explique que la Ligue des Travailleuses Domestiques a en effet pour but de mettre en avant la situation très précaire dans laquelle les femmes sans-papiers se retrouvent, de lutter collectivement, d’intéresser les médias, et d’aller chercher du soutien dans la société. « La Ligue des Travailleuses Domestiques fait partie intégrante de la CSC et du combat plus large mené par l’organisation syndicale auquel les femmes de la Ligue prennent part également. »

    « Je suis optimiste. C’est déjà pas mal. Je pense que nous allons y arriver », dit Naima. « Moi aussi ! » répond Alexandra. Elles rient. Après deux heures de discussions, nous demandons si nous pouvons faire une photo d’elles. Elles hésitent. Certaines préfèrent se mettre de dos. Elles s’encouragent mutuellement et décident finalement de faire la photo à visage découvert. Pour sortir de l’ombre.

    #emploi #travail #femmes #sans-papiers #travailleuses domestiques #esclavage #luttes_sociales #Syndicats #syndicalisation #Belgique


  • Privatisation AdP : « Qui va toucher son chèque ? » avec Olivier Delamarche (Grand-Angle)
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/16148-privatisation-adp-qui-va-toucher-son-cheque-avec-olivier-delamarche

    Olivier Delamarche nous explique pourquoi les conditions de réalisation de la privatisation d’aéroport de Paris sont incompréhensibles.

    Source Youtube.com

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : Privatisation d’Aéroports de Paris : des parlementaires d’opposition enclenchent la procédure pour un « référendum d’initiative partagée »

    Crashdebug.fr : RIP ADP : Le gouvernement a-t-il volontairement mal conçu le site de soutien ? (20 Minutes) Crashdebug.fr : Aéroports de Paris privatisés : tous les partis sont contre cette arnaque, sauf En Marche...

    Crashdebug.fr : C’EST CASH ! - Aéroports de Paris, Française des Jeux, Engie : la face cachée de la privatisation (Sputnik)

    Crashdebug.fr : « Choquant ! », « Un scandale ! » : après ADP, l’État prêt à « privatiser » ses (...)

    #En_vedette #Divers


  • Ebola’s spread shows how science needs societies to succeed - Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-health-ebola-society-analysis-idUSKCN1TI0H1

    Those seeking ways to end the Congo Ebola outbreak’s longevity and persistence say the issues it raises go to the heart of what public health means in the 21st century for countries across the world, rich and poor.

    The World Health Organization cites mistrust of authorities in Congo, with attacks on healthcare workers and patients avoiding treatment centers, as major factor in the failure so far to contain the Ebola outbreak. Similarly, it cites anti-vaccine misinformation campaigns in the United States, Ukraine and elsewhere as allowing measles to spread furiously among people who are fearful and confused.

    #santé #société