• Comment la colo est devenue un produit de consommation de luxe (1/3)
    https://www.mediapart.fr/journal/france/210719/comment-la-colo-est-devenue-un-produit-de-consommation-de-luxe-13

    En cinquante ans, le nombre de jeunes partant en colonie de vacances a drastiquement baissé. Les séjours sont de plus en plus courts, chers, et les publics de moins en moins mélangés. Pour attirer les candidats, et convaincre leurs parents, les centres se livrent à une surenchère d’activités. Alors même que les jeunes aspirent le plus souvent à souffler et à se rencontrer.

    #France #colonies_de_vacances,_jeunesse

  • Taboulé de #Farro à l’italienne
    https://cuisine-libre.fr/taboule-de-farro-a-l-italienne

    Taboulé de farro, aux saveurs italiennes de tomates et basilic. Laver les tomates et enlever le pédoncule, les éplucher et les épépiner, puis les couper en petits dés. Les assaisonner ensuite de sel fin et de poivre, puis les laisser mariner dans l’huile d’olive le temps de préparer le reste des ingrédients. Laver la courgette et l’émincer en petits cubes. Faire revenir 15 min dans une sauteuse avec un peu d’huile d’olive. Torréfier les pignons dans une poêle à sec. Effeuiller et ciseler le basilic.… #Tomate, #Taboulés, Farro / #Sans_viande, #Sans_œuf, #Végétarien, #Sans_lactose, Végétalien (vegan)

    #Végétalien_vegan_

  • Téhéran annonce qu’un pétrolier iranien retenu en Arabie « a été libéré »
    Publié le 21/07/2019 à 11:27 - RFI
    http://www.rfi.fr/contenu/ticker/teheran-annonce-petrolier-iranien-retenu-arabie-ete-libere

    Téhéran a annoncé dimanche qu’un pétrolier iranien contraint de relâcher dans le port saoudien de Jeddah en mai à la suite d’un problème technique avait « été libéré » par l’Arabie saoudite la veille.
    Le Happiness One « a été libéré à la suite de négociations et fait désormais route vers les eaux du golfe Persique », a déclaré Mohammad Eslami, le ministre des Transports iranien, cité par l’agence de presse officielle Irna.

    #Iran #Arabie_Saoudite

  • Margaret Thatcher : a life in quotes | Politics | The Guardian
    https://www.theguardian.com/politics/2013/apr/08/margaret-thatcher-quotes
    A partir du début des années 1980 tout était clair, on savait dans quel sens les élites poussaient le développement de la société. Aujourd’hui nous sommes face à la catastrophe sociale accompagnée de sombres perspectives environnementales, ces résultats de la politique néolibérale. Cette petite collection de citations peut servir à expliquer dans de motes simples des choses occultés par le baratin quotidien des médias et de la politique.

    “They are casting their problems at society. And, you know, there’s no such thing as society. There are individual men and women and there are families. And no government can do anything except through people, and people must look after themselves first. It is our duty to look after ourselves and then, also, to look after our neighbours.” – in an interview in Women’s Own in 1987

    #politique

  • #OùEstSteve ? - "Ici un corps dansant s’est noyé !" - Et c’est votre refus d’assumer votre responsabilité, vos mensonges @PoliceNat44, @Prefet44, @Place_Beauvau, @gouvernementFR, qui le noient un peu plus chaque jour depuis 29 jours... #PolicePartoutSteveN
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/48336434062

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Nantes, le 18 juillet 2019. Depuis samedi 22 juin à 4h40 du matin, Steve Maia Caniço est porté disparu suite à une attaque policière extrêmement violente lors de la fin de la Fête de la Musique, ici même au bord de la Loire, Quai Wilson. Désormais, et devant le déni méprisant des respponsables, la question se pose, partout : OU EST STEVE ? Infos et affiches : frama.link/oueststeve

  • Why Illegal border-crossers to Canada target Roxham Road
    https://www.youtube.com/watch?v=CArjX-gzi5o

    Roxham Road, where Quebec and N.Y. state meet, is the busiest illegal border crossing. It’s a one way-route out of the U.S. that the Canadian government can’t seem to plug.

    et cette vidéo de la préparation d’une action de soutien aux réfugiés
    https://www.facebook.com/madocstudio/videos/visite-a%CC%80-la-frontie%CC%80re-am%C3%A9ricaine/1635985353098385

    Roxham Rd sur la carte :
    https://www.google.com/maps/@45.0073794,-73.5172244,3a,75y,169.17h,90t/data=!3m7!1e1!3m5!1sbbFIYZ0UprDBR6OzJwLFIA!2e0!6s%2F%2Fgeo1.ggpht.com%2Fcbk%

    #frontière #canada #USA #camp #réfugiés

  • Juste pour le lolz de la chose : Gala, rumeurs, Mohammed VI et… Maître Dupond-Moretti

    « Scandalisés » par les rumeurs, Mohammed VI et Lalla Salma du Maroc brisent le silence - Gala
    https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/exclu-scandalises-par-les-rumeurs-mohammed-vi-et-lalla-salma-du-maroc-brisent-l

    Indignés, Mohammed VI et Lalla Salma rappellent, l’un comme l’autre, à la décence. Leur avocat, Me Dupond-Moretti, relaie leur colère et défend leur honneur.

  • Abécédaire des prépositions : #Couleur
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/abecedaire-des-prepositions-couleur

    https://youtu.be/ucug1uZ1BEI

    La forme détournée de l’abécédaire est un genre voué à la célébration de l’acte créateur (le livre des livres). Cette année j’ai décidé d’aborder l’abécédaire par la #Vidéo. Deux fois par mois, je diffuserai sur mon site, un montage d’extraits de films (à partir d’une sélection d’une centaine de mes films préférés : fiction, documentaire, art vidéo) assemblés autour d’un thème. Ces films d’une quinzaine de minutes seront accompagnés sur le site par l’écriture d’un texte de fiction. Ce projet est un dispositif à double (...)

    #Palimpseste #Poésie, #Écriture, Vidéo, #Récit, #Musique, #Numérique, Histoire, #Cinéma, Abécédaire des prépositions (le film des films), #Regard, #Cinéma, #Corps, #Quotidien, (...)

    #Abécédaire_des_prépositions_le_film_des_films_ #Amour
    « http://bit.ly/filmdesfilms »

  • Aberdeen pourrait être le berceau du whisky écossais - Le Monde du Whisky
    https://www.lemondeduwhisky.fr/Aberdeen-pourrait-etre-le-berceau-du-whisky-ecossais

    Des historiens ont retrouvé la plus vieille référence connue à ce jour d’un alambic utilisé pour la distillation du scotch whisky, ce qui laisse à présumer que cet alcool est né dans le bourg d’Aberdeen de la renaissance.

    #whisky

  • Deutsche Wehrhaftigkeit 19.07.2019 #BERLIN/ #MÜNCHEN (Eigener Beric...
    https://diasp.eu/p/9385811

    Deutsche Wehrhaftigkeit 19.07.2019

    #BERLIN/ #MÜNCHEN (Eigener Bericht) - Ehemalige hochrangige deutsche #Staatsbeamte und #Politiker aus dem #nationalkonservativen #Spektrum fordern den Zugriff Berlins auf #Atomwaffen und die Rückbesinnung auf militärische #NS-Traditionen. Entsprechende Aussagen finden sich in einer aktuellen Publikation, die Teil einer Buchreihe der „Neuen Rechten“ ist. Bei den Autoren handelt es sich um einen langjährigen leitenden Mitarbeiter des #Bundesverteidigungsministeriums und einen früheren Angehörigen des Beraterstabs der Behörde. Die genannten Auffassungen werden zudem von der extrem rechten Partei „Alternative für #Deutschland“ ( #AfD) vertreten, die sich offenbar immer mehr zu einem Sprachrohr #nationalistischer #Militärs entwickelt. Erst kürzlich hat die (...)

  • Canicule aux États-Unis : 3 morts, 150 millions de personnes touchées - LCI
    https://www.lci.fr/meteo/canicule-aux-etats-unis-new-york-en-etat-d-alerte-150-millions-de-personnes-touc


    via NOAA et @NWS_WPC
    85°F -> 29,4°C
    100°F -> 37,8°C
    115°F -> 46,1°C
    (+5°F -> 25/9°C ≈ +2,8°C)

    MÉTÉO - Trois personnes ont succombé à une vague de chaleur exceptionnelle touchant le centre et l’est des États-Unis. Les températures ont dépassé les 40 degrés et la ville de New York est en état d’alerte pour le reste de ce week-end.
    Près de 150 millions d’Américains suffoquent. Une vague de chaleur exceptionnelle touche ce week-end le centre et l’est des États-Unis. À New York, où les températures ont déjà atteint 42°C, le maire Bill de Blasio a déclaré l’état d’alerte. Selon les services météorologiques national américain la vague de chaleur doit durer, au moins, jusqu’à dimanche soir.
    […]
    32°C en Alaska
    Cette vague de chaleur intervient alors qu’à plusieurs milliers de kilomètres de là, l’Alaska connaît aussi des températures anormalement élevées. Dans cet état à cheval sur le cercle polaire arctique, un nouveau record absolu de température a été enregistré 32°C à Anchorage dans la semaine. Selon les scientifiques, le réchauffement climatique est deux fois plus rapide en Alaska que la moyenne mondiale.

  • Mort lors d’une expulsion : « circulez il n’y a rien à voir » selon l’AFP. Par François Brun
    https://www.les-crises.fr/mort-lors-dune-expulsion-circulez-il-ny-a-rien-a-voir-selon-lafp-par-fran

    Source : ACRIMED, François Brun, 15-07-2019 Jeudi 4 juillet, Libération publie une dépêche de l’AFP à propos d’un événement survenu la veille à Chambéry, titrée « Savoie : un homme meurt d’une crise cardiaque lors d’une expulsion, l’IGPN saisie ». Dans son texte, l’agence de presse relaie soigneusement les informations fournies par le parquet… presque toutes « à charge » contre la victime. Informations qui seront, dans un premier temps, relayées dans de nombreux médias. Pourtant, d’autres titres de presse avaient pris la peine de donner d’autres versions qui rendent compte, quant à elles, de la brutalité de l’intervention. La dépêche AFP publiée au lendemain de la mort de Lakhdar Bey, suite à une intervention policière, est à bien des égards un monument de journalisme de préfecture. L’agence de presse s’y attache, (...)

  • #Meghan_Murphy : Les femmes vous avaient prévenus : la cause de droits de la personne intentée par J. Yaniv est le résultat inévitable de l’idéologie entourant la notion d’identité de genre.
    http://tradfem.wordpress.com/2019/07/20/les-femmes-vous-avaient-prevenus-la-cause-de-droits-de-la-personn

    Bizarrement tout le mouvement queer, la gauche et tous les médias grand public ont discrètement fermé les yeux sur le spectacle absolument scandaleux qui s’est déroulé au Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique ce mois-ci. (Une simple citoyenne, @goinglikeelsie, a été seule à en rendre compte sur son fil Twitter.)

    Bizarrement, les journalistes qui couvrent l’actualité du monde queer ont préféré ne pas faire leur travail, malgré le fait que ces audiences n’ont lieu qu’en raison des progrès réalisés par le mouvement queer dans sa lutte pour faire passer en lois l’idéologie de l’identité sexuelle.

    Je trouve également bizarre que des gens qui se disent incroyablement préoccupés par les femmes « méprisables » qui osent soulever les incidences de permettre à des hommes de s’identifier comme femmes n’aient pas réussi à trouver le temps de commenter le cas d’une personne qui a porté plainte pour offense aux droits de la personne contre 16 femmes pour avoir refusé d’épiler ses organes génitaux, en affirmant que cela constitue de la discrimination fondée sur l’identité sexuelle.

    Bizarrement, des médias qui disposent des moyens financiers et du personnel nécessaires pour couvrir cette affaire en ont laissé le soin à des journalistes indépendants, qui sont beaucoup plus vulnérables et beaucoup plus pauvres qu’eux en termes de ressources.

    Traduction : Tradfem
    Version originale : http://www.feministcurrent.com/2019/07/18/women-warned-you-yanivs-human-rights-tribunal-case-is-natural-result-of-gender-identity-ideology/%20

    #identité_de_genre #queer #médias_de_gauche #féminisme #violences

  • « Mime à la Carte » à Paris (75006)

    Hier, pour la compagnie « Le Bateau Ivre », j’ai présenté la 34ème prestation de Mime à la Carte. J’étais aidé de l’artiste Mime Tien Vuong NGUYEN, lui également formé à l’École Internationale de Mimodrame de Paris – MARCEL MARCEAU… https://www.silencecommunity.com/blog/view/47546/« mime-a-la-carte »-a-paris-75006

    #journal_de_bord #artiste_mime #mime #artiste #prestation #animation #événementiel #Le_Bateau_Ivre #Paris #juillet_2019 #2019 #Mime_à_la_Carte #île_de_france

  • Alexandria Ocasio-Cortez sur Twitter : “Reminder of what people are calling the “#radical, extreme-left agenda”:
    ✅ Medicare for All
    ✅ A Living Wage & Labor Rights
    ✅ K-16 schooling, aka Public Colleges
    ✅ 100% Renewable Energy
    ✅ Fixing the pipes in Flint
    ✅ Not Hurting Immigrants
    ✅ Holding Wall Street Accountable” / Twitter
    https://mobile.twitter.com/aoc/status/1151868495824642049?ref_url=https%3a%2f%2fwww.nakedcapitalism.com%2f

    #extrême_gauche#air_du_temps #etats-unis

  • Leur fascination les fascine
    https://www.dedefensa.org/article/leur-fascination-les-fascine

    Leur fascination les fascine

    Je ne parviens pas à me défaire de cette stupéfaction sans fin devant la grande majorité du système de la communication en Europe, – presseSystème évidemment en tête, et comment ! –, ignorant à ce point l’importance des événements en cours aux USA, à Washington D.C, à “D.C.-la-folle”, – comme il vous plaira. On dira que je me répète, et le site idem, car il y a eu beaucoup déjà là-dessus, mais les choses avancent et il s’agit de les suivre, de les mesurer, de les peser.

    On a eu des échos, ces derniers jours, de l’affrontement désormais frontal, furieux, absolument déchaîné, entre Trump-tweets et les quatre jeunes « femmes de couleur nouvellement élues » qui se nomment The-Squad, les quatre Représentantes (députée) démocrates élues pour la première fois, les “Quatre cavalières de (...)

  • Les dessous de la santé : Cas n°3 « La précairophobie systémique »
    https://www.youtube.com/watch?v=fauarXanOf0

    « La précairophobie systémique : quand la santé c’est trop la classe » !
    Où nous allons « décortiquer » les rapports de classe dans la santé, découvrir la passion des médecins pour les professionnel·les de la coiffure, et même faire un petit tour en Bretagne rencontrer de belles personnes !

  • Eigenes Liniennetz in Berlin: Hier fuhren die Busse der Stasi-Mitarbeiter
    https://www.berliner-zeitung.de/berlin/eigenes-liniennetz--hier-fuhren-die-busse-der-stasi-mitarbeiter--32

    20.7.2019 Von Andreas Förster - Während die Ost-Berliner an den BVB-Haltestellen auf volle Fahrzeuge warteten, leistete sich die Stasi einen eigenen Berufslinienverkehr. 50 Busse brachten die Mitarbeiter des Staatssicherheitsdienstes zur Arbeit und wieder zurück. Sogar in West-Berlin gab es Haltestellen.

    Im Herbst 1989 wurden in Ost-Berlins Mitte mal wieder Gleise der Straßenbahn repariert. Ein Schienenersatzverkehr mit Bussen war eingerichtet worden. Mit den üblichen Folgen: überfüllte und verspätete Busse, schimpfende Berliner an den Haltestellen. An der Kreuzung Moll-/Hans-Beimler-Straße (heute Otto-Braun-Straße) kochte dabei die Volksseele besonders hoch, spielte sich dort doch allmorgendlich zur gleichen Zeit dasselbe Schauspiel ab.

    Nur wenige Meter neben der überfüllten SEV-Haltestelle hielt ein fast leerer Ikarus-Bus mit verhängten Scheiben. Die wenigen dort zusteigenden Männer und Frauen hatten sich zuvor schon auf dem Gehweg auffallend separiert von der ungeduldigen Menge, die auf den Ersatzbus der Berliner Verkehrsbetriebe (BVB) wartete. Dass die in den geheimnisvollen Bus einsteigenden Fahrgäste dem Fahrer keine Fahrkarte zeigten, sondern ihm einen Klappausweis hinhielten, steigerte noch die Wut der Wartenden. Denn mit solchen Klappausweisen, das wusste jeder in der DDR, waren die Mitarbeiter des Staatssicherheitsdienstes ausgerüstet.

    Im Stasiunterlagenarchiv kann man jetzt die mehr als zweitausend Seiten umfassenden Akten über ein weitgehend unbekanntes Kapitel des MfS einsehen – den sogenannten Berufslinienverkehr des Geheimdienstes. Als Berufslinienverkehr (BLV) definierte die Stasi „alle Beförderungen von Mitarbeitern (einschließlich Angehörige mit Kleinkindern)…, die mit KOM (Kraftomnibussen – d.Red.) des MfS planmäßig zu festgelegten Zeiten auf festgelegten Strecken von und zum Dienst zu bestimmten Dienstobjekten und zurück durchgeführt werden“.

    Stasi-Mitarbeiter wurden bereits in den 60er-Jahren mit Bussen transportiert

    Auf zuletzt 50 Linien mit einer Streckennetzlänge von insgesamt mehr als 1500 Kilometern verkehrten die in Ungarn produzierten Ikarus-Busse der Stasi jeden Werktag im Ostberliner Stadtgebiet und darüber hinaus. Erkennen konnte man Mielkes Busflotte an einem postkartengroßen Pappschild, das hinter der Windschutzscheibe angebracht war und die Aufschrift trug: „Berechtigungsschein KOM-Linie G“.

    Die ausschließlich im Berufs- und Feierabendverkehr fahrenden G-Busse, die es auch in anderen Bezirksstädten der DDR gab, waren ebenso bekannt wie verhasst. Hatte man ihre Existenz allerdings lange Zeit noch zähneknirschend und mit der Faust in der Tasche hingenommen, änderte sich das im Laufe des Jahres 1989 mit der zunehmenden Verbitterung über die Zustände in der DDR spürbar.

    Darüber beklagte sich Anfang November 1989 auch ein hochrangiger Offizier der Stasi-Hauptabteilung Personenschutz, deren Mitarbeiter damals täglich an der oben erwähnten Haltestelle in Mitte angefeindet wurden. „Die Leute sehen, dass unsere Busse nur mit teilweise wenigen Genossen besetzt sind, zum anderen bekommt man mit, dass beim Einsteigen der Dienstausweis gezeigt und somit erkannt wird, um welche Busse es sich dabei handelt“, schrieb Oberstleutnant Laufer in einem Vermerk und klagte: „Es fallen dabei abwegige Bemerkungen.“ Sein Vorschlag: Entweder die SEV-Haltestelle verlegen oder den Haltepunkt der Stasi-Busse.

    Bereits in den 60er-Jahren hatten einzelne Stasi-Abteilungen damit begonnen, ihre Mitarbeiter mit eigenen Bussen zu ausgewählten Dienstobjekten zu transportieren. Die Fahrtziele lagen dabei meist außerhalb der Stadt. Aber statt einen Shuttleservice von der letzten S-Bahn-Station einzurichten, wollte das MfS den eigenen Genossen offenbar eine zu große Volksnähe in den stets überfüllten Bussen und Bahnen der BVB im Berufsverkehr ersparen.

    Stasi-Busse absolvierten jeden Werktag insgesamt 150 Fahrten

    Deshalb wurden die Tschekisten bereits an ausgewählten Haltepunkten in der Stadt eingesammelt. Diese Haltestellen befanden sich meist in der Nähe zentraler Wohnobjekte des Dienstes – etwa in Johannisthal, am Leninplatz (heute Platz der Vereinten Nationen), im Lichtenberger Hans-Loch-Viertel und am Tierpark sowie in den Neubaugebieten in Hohenschönhausen, Marzahn und Hellersdorf.

    Die 1970 einsetzenden Bestrebungen im MfS, den BLV zu zentralisieren und eine Art diensteigenen Busbetrieb einzurichten, scheiterte bis zum Ende der Stasi am Widerstand der beteiligten Hauptabteilungen, die den Berufsverkehr ihrer Mitarbeiter lieber in eigener Regie fortführen wollten. Selbst der Vorschlag, die Busse könnten doch Angehörige mehrerer Diensteinheiten befördern, wenn deren Fahrtziel – wie etwa der Ort Gosen bei Berlin, wo es Dienst- und Ausbildungsobjekte mehrerer Abteilungen gab – das gleiche ist, stieß auf taube Ohren. Jede Abteilung wollte ihre eigene Linie für sich behalten.

    Einer Aufstellung aus dem Februar 1986 zufolge betrieben zu dieser Zeit ein Dutzend Stasi-Abteilungen insgesamt 50 Buslinien in Berlin und Umgebung. Eingesetzt waren überwiegend Ikarus-Busse der Typ-reihen 256 (Reisebus) und 280 (dreiachsiger Zuggelenkbus). In Einzelfällen verkehrten auch Kleinbusse vom Typ Barkas. Jeden Werktag absolvierten die Stasi-Busse insgesamt 150 Fahrten. Wie viele Mitarbeiter sie dabei transportierten, darüber gibt es keine Angaben. Schätzungsweise dürfte es sich um mehr als 10.000 Fahrgäste pro Tag gehandelt haben, da in den Unterlagen von einem Auslastungsgrad der Linien zwischen 80 und 100 Prozent gesprochen wird.

    Die meisten Busse auf jeweils acht Linien verkehrten für die Hauptabteilung Personenschutz (HA PS) und das Wachregiment. Die Personenschützer gelangten so aus Berlin zur Wohnsiedlung der SED-Spitze in Wandlitz und zum zentralen Ausbildungscamp in Kallinchen; die Offiziere des Wachregiments fuhren in die Kasernen in Adlershof, Erkner und Teupitz. Auf insgesamt sieben Buslinien gelangten Mitarbeiter der bei Stasi-Minister Mielke angesiedelten Spezialbauabteilung täglich zum Regierungsbunker in Prenden und zu unterirdischen Anlagen in Bernau.

    Fünfmal am Tag verkehrten die Stasi-Busse auf verschiedenen Linien

    Eine Buslinie weniger betrieb die Auslandsspionageabteilung HVA, die ihre Kader erst an mehreren Haltepunkten in Ostberlin einsammelte und dann zu den Ausbildungseinrichtungen in Gosen und Belzig sowie nach Zeesen und Wernsdorf fuhr. Auch die Lauschabteilung III schaffte Mitarbeiter in eigenen Bussen von Berlin in die Dienstobjekte Gosen und Biesenthal. Weitere Buslinien betrieben die Hauptabteilungen Kader und Schulung, VI (Grenzverkehr und Tourismus), XI (Chiffrierdienst) und II (Terrorabwehr) sowie VRD und Operativ-Technischer Sektor. Hinzu kam noch eine weitere Linie, die werktäglich jeweils um 6.20 und 7.20 Uhr am Alexanderplatz begann und Mitarbeiter in die MfS-Zentrale an der Lichtenberger Normannenstraße schaffte. Die Busse hielten am Leninplatz, im Weidenweg auf Höhe des U-Bahnhofs Marchlewskistraße (heute Weberwiese), vor dem Blumenladen am S-Bahnhof Frankfurter Allee sowie an der Ecke Fanninger-/Siegfriedstraße. Zurück ging es in entgegengesetzter Richtung jeweils um 17.15 und 19 Uhr.

    Was bis heute kaum bekannt ist – auch nach West-Berlin verkehrten regelmäßig Stasi-Busse. Fünf Linien gab es, auf denen die Mitarbeiter der jenseits der Mauer eingerichteten Büros für Besuchs- und Reiseangelegenheiten (BfBR) zu ihren Arbeitsstellen gelangten. In diesen auch „Passierscheinbüros“ genannten Einrichtungen, in denen Westberliner Einwohner einen Tagesbesuch im Ostteil der Stadt oder in der DDR beantragen konnten, arbeiteten Senatsmitarbeiter Seite an Seite mit Beamten aus Ostberlin. Letztere galten offiziell als Mitarbeiter des DDR-Ministerrats, waren aber in Wahrheit Stasi-Offiziere der Arbeitsgruppe XVII.


    Passierscheinbüro Waterlooufer

    Fünfmal am Tag verkehrten die Stasi-Busse auf verschiedenen Linien, um die insgesamt 75 in West-Berlin eingesetzten MfS-Mitarbeiter der AG XVII an den Grenzübergängen Invaliden-, Chaussee- und Heinrich-Heine-Straße einzusammeln, um sie in den Westteil der Stadt und vor allem wieder zurückzubringen. Fahrtziele der einzelnen Linien waren die fünf Passierscheinbüros am Spandauer Reformationsplatz, am Waterlooufer in Kreuzberg, in der Jebensstraße in Charlottenburg, in der Steglitzer Schloßstraße und an der Kreuzung Schul-/Maxstraße im Wedding. Auch an den Wochenenden und feiertags verkehrten Stasi-Busse nach West-Berlin, allerdings nur zweimal am Tag und lediglich zu den dann geöffneten Einrichtungen in Steglitz und Charlottenburg.

    Stasi-Mitarbeiter wurden unfreundlich, wenn keine Sitzplätze verfügbar waren

    Es gab immer wieder auch Zwischenfälle in den Stasi-Bussen. Davon künden die in den Akten überlieferten Beschwerdeschreiben.

    So beklagten sich Busfahrer über unfreundliche Stasi-Offiziere, über betrunkene Genossen, die auch schon mal in den Bus kotzten, und über Versuche, Kraftfahrer für private Erledigungen einzuspannen – etwa um Familien in Naherholungsgebiete zu kutschieren oder ein Kuchenpaket am Palast der Republik abzuholen.

    Ein Busfahrer der Stasi ärgerte sich darüber, dass seine Fahrgäste, wenn nicht genügend Sitzplätze zur Verfügung stehen, unfreundlich würden. Dabei seien das in der Regel nur vier bis sechs Personen, die eine Teilstrecke der Linie stehen müssten.

    „Die Genossen kommen dann mit solchen Argumenten wie ,Wir sind Schichtarbeiter und dürfen im Berufsverkehr nicht stehen‘, schrieb der Busfahrer in einem Beschwerdebrief an seine Vorgesetzten. Dabei sei dieses Argument doch schlecht, fügte der Mann hinzu, „denn wieviel Kollegen in Berlin arbeiten im Schichtdienst und bekommen in den Bussen der BVB auch keinen Sitzplatz“.

    Die Gefahr, die sich aus dem Betrieb des Stasi-Busverkehrs ergab, war dem Geheimdienst durchaus bewusst. So gab es die Sorge, dass ein Bus mit MfS-Mitarbeitern gekapert und die Insassen als Geiseln genommen werden, um einen Grenzdurchbruch zu erreichen.

    Im Jahre 1988 wurden daher zwei Stasi-Fachschulabsolventen der Antiterror-Abteilung II mit einer Abschlussarbeit zum Thema „Taktische Grundvariante zur Bekämpfung/Erstürmung eines Kraftomnibusses (KOM)“ beauftragt. Die im März 1989 vorgelegte Arbeit sollte die auszubildenden Antiterrorkämpfer des MfS in die Lage versetzen, „taktisch richtig zu handeln und die Überwältigung bzw. Liquidierung von Terrortätern erfolgreich durchführen zu können“. Die in der Arbeit beschriebenen Objekte einer Befreiungsaktion waren Ikarus-Busse Arbeit Typ 256 und 280 – also genau solche Fahrzeuge, die auch im BLV eingesetzt wurden.


    Im Jahr 2019 ist die Bushaltestelle am U-Bahnhof Wutzkyallee verschwunden. Die Säule mit dem U-Bahn-Schild wurde erneuert, steht aber immer noch am geichen Patz.

    #Berlin #DDR #Westberlin #Stasi #Verkehr #Passierscheinbüro #Passierscheinstelle #Geschichte

  • Un article fourre-tout sujet à interprétation alarmiste à propos d’une contamination avérée au tritium (radio-isotope de l’hydrogène provenant des rejets des centrales nucléaires) dans des communes de Maine-et-Loire.

    Eau potable : Le Maine-et-Loire concerné par une contamination radioactive au tritium - Actualité Angers Villactu
    https://www.angers.villactu.fr/eau-potable-le-maine-et-loire-concerne-par-une-contamination-radioac

    « Dans le Maine-et-Loire, 72 communes présentent des valeurs significatives en tritium »

    Selon l’ACRO, la seule usine de potabilisation de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) « distribue chaque année dans son eau potable à 10 Bq/L en moyenne, 1,3 TBq (térabecquerel) de tritium, soit 2,5 % des rejets de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Cette usine alimente 1,9 million d’habitants de 56 communes de la banlieue sud et ouest de Paris. »

    « Dans le Maine-et-Loire, 72 communes (soit 40% des communes du département) présentent des valeurs significatives en tritium dans les données fournies par la Direction Générale de la Santé », indique l’association.

    Interrogé par Le Canard enchaîné, EDF estime que les risques pour la santé sont nuls : « La quantité de tritium dans l’eau du robinet est 170 fois au-dessous de la valeur à ne pas dépasser fixée par l’OMS. »

    Cet article a déjà provoqué de vives inquiétudes dans mon entourage proche. Mais que tirer comme conclusion de ce genre de prose journalistique ? Mettrions-nous notre santé en danger juste en ouvrant un robinet pour quelque usage que ce soit ?

    D’après la CRIIRAD, ce serait une réponse affirmative.

    La CRIIRAD, un laboratoire associatif travaillant sur le nucléaire, a dénoncé « la banalisation des contaminations en tritium » et « appelé à ne pas se laisser abuser par les comparaisons avec la référence de qualité de 100 Bq/L et, plus encore, avec la limite dite sanitaire de 10 000 Bq/L ».

    « Les autorités acceptent, pour les polluants radioactifs, des niveaux de risque cancérigène plus de 100 fois supérieurs au maximum toléré pour les cancérigènes chimiques ! La limite applicable à une contamination durable par le tritium ne devrait pas dépasser 10 à 30 Bq/L », estime la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD).

    Interrogée par 20 Minutes, Corinne Castanier, de la CRIIRAD, rappelle que « le tritium est cancérigène et mutagène. On n’est pas sur un niveau de risque élevé. Et si on boit de l’eau avec du tritium seulement quelque temps, cela ne pose pas de problème. »

    (Le problème étant que le tritium serait un « précurseur » en matière de rejets. Comprenons que si l’on trouve ce radio-nucléide dans l’environnement (eau des rivières, nappe phréatique), on y trouvera fatalement d’autres choses beaucoup moins « sympathiques ».)

    Alors, que penser de ce soudain regain d’intérêt pour les radio-nucléides qui polluent la Loire et d’autres ressources en eau ?
    Ce n’était pourtant pas faute d’alertes lancées par l’ACRO (mais pas que) en direction des autorités sanitaires.

    https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/nucleaire/contamination-radioactive-de-la-loire-a-saumur-selon-l-acro_134622

    L’association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO) a annoncé mardi 18 juin 2019 une « contamination » radioactive « anormalement élevée » de la Loire à Saumur (Maine-et-Loire), « en aval de cinq centrales nucléaires ». La présence de tritium (hydrogène radioactif) y « est quasi systématique aussi bien dans le fleuve que dans les eaux de consommation. En janvier 2019, la concentration dans l’eau de la Loire a atteint 310 Bq/L (ndlr : becquerels par litre) », alerte le laboratoire basé à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen dans un communiqué commun avec le Réseau Sortir du nucléaire. « Est-ce dû à un incident ? Le collectif Loire Vienne Zéro Nucléaire et l’ACRO alertent les autorités et demandent une enquête pour déterminer l’origine de cette valeur exceptionnelle », ajoutent les associations.

    Et repris ici :
    https://www.liberation.fr/france/2019/06/19/saumur-des-associations-alertent-sur-une-contamination-radioactive-de-la-
    https://www.courrierdelouest.fr/actualite/saumur-la-concentration-de-tritium-s-accroit-dans-la-loire-et-dans-
    https://www.20minutes.fr/planete/2543203-20190618-maine-loire-alerte-contamination-radioactive-loire

    Sinon, le rapport émis par l’ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest) publie une carte établie d’après les données du ministère de la santé et l’ARS mais pointe aussi le risque pour l’alimentation en eau potable si avait lieu un « accident » sur le site d’une des (trop) nombreuses et vieillissantes centrales nucléaires présentes sur notre territoire national.

    https://www.acro.eu.org/wp-content/uploads/2019/07/CP-ACRO-du-170719.pdf

    Par contre, vu l’étiage des rivières en cet été 2019, on ferait mieux de se demander si nos très estimés responsables technocratiques envisageront à temps une mise à l’arrêt des réacteurs avant la surchauffe.

    • Ce brusque emballement au coeur de l’été, un classique, flirte avec le hoax, et révèle en creux l’incompétence usuelle des medias mainstream.

      Sur la base d’une campagne brouillonne d’une petite association inconnue, le feu prend immédiatement à la savane ;

      L’ennui c’est que le message implicite ainsi propagé, repris,
      se transforme en quelque chose comme “l’eau potable est contaminée par des rejets des centrales nucléaires…”

      Passons sur les polémiques habituelles sur les seuils de l’OMS (on nous ment, le nuage de Tchernobyl, etc.)

      Dans la mouvance écolo ça marche tout de suite à fond, relance quasi idéale pour dénoncer le nucléaire, voir le CP de Michèle Rivasi, par exemple.

      Reste que des données primordiales sont passées sous silence, et que les questions pertinentes ne sont pas posées.

      Nul ne rappelle à l’occasion, ce que tout le monde ignore, qu’EDF est le premier gestionnaire d’eau français, d’une part l’héritage historique des grands barrages, puis le refroidissement des 58 tranches nucléaires.

      Ici savoir que les prélèvements opérés pour le seul refroidissement des centrales sont la plus importante ponction sur la ressource dans le milieu naturel, avant l’agriculture, l’industrie, l’eau potable, le
      tourisme, etc.

      Ici un premier piège : l’eau prélevée pour l’irrigation est “perdue” et ne revient pas ensuite au milieu naturel (évaporation), tandis que l’eau prélevée pour refroidir les centrales est immédiatement restituée au fleuve.

      Et nous arrivons à LA question à se poser : l’eau prélevée pour refroidir un réacteur nucléaire tourne dans un circuit dit secondaire, et ce flux n’est bien évidemment pas en contact avec tel ou tel nucléotide découlant de la fission. Dès lors comment cette eau peut-elle être chargée en tritium après avoir contribué à refroidir le réacteur ?

      (Si le réacteur c’est un tambour de machine à laver, l’eau n’est pas dans le tambour, mais dans des petits tuyaux qui tournent autour…)

      C’est là que ça devient intéressant et que l’affaire à le mérite de mettre l’accent sur le vieillissement du parc car à priori après rejet, après avoir circulé dans le circuit secondaire, elle ne devrait théoriquement pas être chargée en tritium, à moins que lesdites centrales ne soient des “passoires” ?

      Plus largement aucun media ne s’est par ailleurs intéressé tant à l’encadrement réglementaire du contrôle de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (appellation officielle de l’eau dite “potable”). Ils se seraient rendus compte qu’aucun contrôle n’est prévu pour la radioactivité, et que par ailleurs les trous dans la raquette concernant les substances recherchées et “contrôlées” (pesticides, perturbateurs, etc.) sont très préoccupants. Surtout si
      l’on sait que les millions d’analyse de l’eau “potable” effectuées chaque année pour le compte du ministère de la Santé, sont sous-traitées à deux mastodontes privés, Eurofins et Carso qui, en dépit de scandales à répétition, se sont assurés une véritable rente grâce à ces missions que leur délègue la puissance publique.

      Bref, au total le traitement de cette “peur de l’été” est très
      largement inabouti, et ne laissera qu’une vague peur, sans réponse, qui va faire exploser les ventes d’eau en bouteille…

  • Rachid Taha - Je suis Africain
    Youtube, le 19 juin 2019
    https://www.youtube.com/watch?v=PWKoPUi-YLQ

    Premier extrait de l’album « Je suis Africain » qui sortira le 20 septembre 2019.

    Clip tourné à La Bellevilloise où Rachid a vécu avant que ça ne devienne un lieu culturel, et au foyer africain de Montreuil.

    Merci à tous ceux qui sont venus rendre hommage à Rachid Taha dans ce clip :
    Agnès B
    Anna Mouglalis
    Anne Le Pape : violon
    Aurore Daniel : violoncelle
    Axel Bauer
    Benjamin Biolay
    Bintu
    Brian Eno
    Bun Hay Mean
    Catherine Ringer
    Christian Olivier
    Cyril Moret : saxophone
    Damon Albarn
    Deen Burbigo
    Djamel Tatah
    Dylan Aouzerate
    Flèche Love
    Franck Mantegari : batterie
    Fémi Kuti
    Hakim Hamadouche : mandole
    Hector
    Idris Badarou : basse
    Jacques Gandard : violon
    Jeanne Added
    Jidel
    Julien Gaben : alto
    Kady
    Kenzi Bourras : clavier
    Kevin Brown
    Lyès Taha
    Majesté Joyce
    Mamady Diabaté : guitare
    Mouloud Achour
    Mouss et Hakim (Zebda)
    Médine
    Nejma
    Olivier Llugany : trombone
    Oxmo Puccino
    Patricia Badin
    Robertine
    Samir Guesmi
    Slimane Dazi
    Sodi
    Soriba Sakho : kora
    Steve Hillage
    Steve Tran
    Suleimane Djebate : balafon
    Toma Feterman : trompette
    Toufik Baalache

    #Musique #Rachid_Taha #Afrique