• illinoise : nois tendance punk qui envoie bien !

    Album sous licence cc by-nc-nd, distribué gratos par le label https://saltamarges.bandcamp.com

    llinosie és un grup, un col.lectiu, per això no importen els noms ni cognoms dels que el formen, com tampoc importa que ningú hagi passat per cap escola de música, ni que formem part d’aquesta o aquella escena moderna passatgera. Sempre hem fet el que ens ha donat la gana amb total llibertat, de vegades millor i d’altres pitjor, però avançant cada dia , pas a pas. Carretera i rock and roll!

    https://illinoise.bandcamp.com/album/166

    #son

  • Samedi à la guinguette c’était la foire… franchement c’était n’importe quoi et c’est pas de la moraline… lesgens en ont vraiment plus rien à foutre, et plus sont jeunes, plus z’en ont rien à foutre. En théorie pas de piste de danse, plein de tables posées dessus à la place et on doit écouter de sa table. Ou comme c’est très très grand, à la limite venir debout autour, mais en restant éloignés des tables des autres + avec un masque dans ce cas. Mais dès le deuxième ou troisième morceau, plein de gens debout agglutinés devant et entre les tables des autres. Et alors à minuit là tout le monde debout partout collés sans aucun masque du tout. Même pas semblant genre je fais un peu mais je le baisse, non que dalle. Si yavait ne serait-ce qu’une personne contaminatrice…

    Ça faisait du bien de revoir enfin le Bal Chaloupé mais bon… fear

    À 22h

    À 23h

    Moi qui suis bien resté à ma table (le fils courait plus loin là où y a plus personne, et en plus avec masque)

    À minuit donc

    #coronavirus #gestes_barrières_mon_cul #santé #relâchement #concert #guinguette

  • « Jean était un excellent élève, très travailleur » | Mon Quotidien, le seul journal d’actualité pour les enfants de 10-14 ans
    https://monquotidien.playbacpresse.fr/article/jean-etait-un-excellent-eleve-tres-travailleur

    « Je me souviens que Jean Castex était un excellent élève, toujours travailleur et très gentil. Il étudiait de bon cœur et jouait également de bon cœur avec ses amis. Je l’ai eu durant 1 an, en classe de cours préparatoire, lorsqu’il avait 6 ans. Il a complètement survolé son CP, si bien qu’il a sauté une classe l’année suivante, et ça ne s’est vraiment pas vu ensuite. Il n’a eu aucune difficulté à poursuivre sa scolarité en primaire. »

    Et c’est là que tu te rends compte que tu as déjà raté l’éducation de tes propres enfants, qui n’ont pas sauté le CE1, et qui ne seront donc pas, dans 50 ans, Premier·e ministre.

    • Mon Ch’tit Quotidien, on l’avait pris à un moment, mais on n’avait pas prolongé l’abonnement : le truc cumulait tout ce qu’on trouve nuisible dans la presse, avec une fascination absolue pour l’anecdotique. Cet article en est un parfait exemple : le problème n’est pas seulement que ça n’a aucun intérêt, mais surtout que ça éduque ton gamin à l’idée, justement, que ce genre d’« information » est censée avoir un intérêt.

  • Mörder von Fritz von Weizsäcker zu zwölf Jahren Haft verurteilt | rbb24
    https://www.rbb24.de/panorama/beitrag/2020/07/plaedoyers-urteil-prozess-fritz-weizsaecker-messerattacke.html

    A Berlin un assassin vient d’être condamné à un séjour en hôpital psychiatrique. L’auteur de l’expertise qui justifie l’incarcération psychiatrique n’a pas vu le condamné. L’homme vient d’être déclaré comme fou suivant une procédure de « bon sens ».

    Le cas est exceptionnel car l’assassin revendique une cause politique et humaine pour justifier l’attentat contre un médecin peu connu. Il a poignardé en public un fils de l’ancien président de la RFA Richard von Weizsäcker à qui on reproche d’avoir tiré profit de la production de l’herbicide agent orange utilisé comme arme par les ètats Unis pendant la guerre du Vietnam. Les von Weizsäcker sont connus pour leur grande fidèlité à chaque régime historique allemand sauf pendant l’intermède socialiste à Berlin Est.

    08.07.20- Vor knapp acht Monaten tötete ein 57-Jähriger den Berliner Arzt Fritz von Weizsäcker. Nun ist er vom Berliner Landgericht zu einer Haftstrafe sowie der Unterbringung in einer Psychiatrie verurteilt worden. Dabei wurde eine verminderte Schuldfähigkeit berücksichtigt.

    Der Mann, der den Berliner Chefarzt Fritz von Weizsäcker erstochen hat, ist wegen Mordes verurteilt worden. Das Berliner Landgericht verhängte am Mittwoch eine Freiheitsstrafe von zwölf Jahren und ordnete eine Unterbringung in einem psychiatrischen Krankenhaus an. Bei dem Urteil berücksichtigte die Schwurgerichtskammer eine verminderte Schuldfähigkeit des 57 Jahre alten Angeklagten, sonst wäre bei Mord eine lebenslange Freiheitsstrafe zwingend.

    Der Mann hatte Mitte November den Sohn des früheren Bundespräsidenten Richard von Weizsäcker in der Schloßparkklinik in Berlin-Charlottenburg erstochen. Heimtückisch und aus niedrigen Beweggründen habe der Angeklagte gegen Ende eines Vortrags dem Arzt ein Messer in den Hals gerammt, begründeten die Richter ihre Entscheidung.

    Das Urteil ist noch nicht rechtskräftig. Innerhalb einer Woche kann Revision beantragt werden.

    „Sinnlose Tat eines psychisch nicht unerheblich gestörten Mannes“

    Der 57-jährige Angeklagte aus Andernach in Rheinland-Pfalz wurde außerdem wegen versuchten Mordes an einem Polizisten verurteilt. Der Polizist, der privat bei dem Vortrag war, bei dem Weizsäcker erstochen wurde, wollte den Angreifer stoppen und war von diesem mit mehreren Stichen schwer verletzt worden. In dem Prozess trat der Polizist als Nebenkläger auf.

    Mit dem Urteil entsprach das Gericht weitgehend der Forderung der Anklage. Die Staatsanwältin hatte 14 Jahre Haft und die Unterbringung in der Psychiatrie gefordert. Sie sprach von einer sinnlosen Tat „eines psychisch nicht unerheblich gestörten Mannes“. Tatsächlich sei es ihm darum gegangen, sich selbst durch die Tat „aus dem Sumpf seines Alltags zu ziehen“.

    Als Mordmotiv sah die Staatsanwaltschaft Hass auf die Familie des Getöteten, insbesondere auf den früheren Bundespräsidenten. Er habe als „Kollektivschuld“ Tote im Vietnam-Krieg rächen wollen. Dabei habe er sich auf eine frühere Tätigkeit von Richard von Weizsäcker in den 1960er Jahren für ein Pharmaunternehmen bezogen.

    Gutachter stellt Zwangsstörung fest

    Ein Sachverständiger hatte vergangene Woche im Prozess ausgesagt, dass der Angeklagte unter einer Zwangsstörung und einer kombinierten Persönlichkeitsstörung leide. Diese Störung existiere sehr lange und sei bei dem Angeklagten „sehr eingefressen“. Die Prognose sei „nicht sehr günstig“. Von ihm könnte demnach weiterhin Gefahr ausgehen, so der Gutachter; zudem sträube sich der Angeklagte gegen eine erforderliche Therapie.

    Auch wenn in die Gefühlswelt des Angeklagten nach der Tat Ruhe eingekehrt sei, bleibe die Struktur seiner Erkrankung erhalten, erklärte der Experte. Er gehe davon aus, dass seine Steuerungsfähigkeit bei der Tat erheblich vermindert gewesen sei. Die Schuldfähigkeit hatte in dem Prozess eine zentrale Rolle gespielt.

    „Tat nicht aus Wahn begangen“: Geständnis ohne Reue

    Der Angeklagte hat die Attacke gestanden, dabei aber keine Reue gezeigt. In einer von mehreren Erklärungen zu den Vorwürfen hieß es: „Ich habe meine Tat nie bereut.“ Er habe sich im Recht gefühlt. Zugleich beklagte er sich, er werde „vergleichsweise für Pillepalle an den Pranger gestellt“. Nachdem der forensische Psychiater sein Gutachten vorgetragen hatte, erklärte der Angeklagte: „Ich habe die Tat aus politischer Überzeugung und nicht aus Wahn heraus begangen.“ Weil er nicht an den früheren Bundespräsidenten kam, habe er die Familie ins Visier genommen. Ein Anschlag auf die Familie sei seit 30 Jahren sein „Lebensziel“ gewesen.

    Immer wieder störte der Angeklagte durch Zwischenrufe die Plädoyers - wie er zuvor häufig die Befragung von Zeugen gestört hatte. Er selbst hatte sich in seinem Geständnis als Zwangsneurotiker, Ex-Nazi und verkrachte Existenz beschrieben. Von dem psychiatrischen Gutachter fühlte er sich „falsch interpretiert“. Er sei nicht krank, so der Angeklagte.

    Mehrere Zeugen hatten im Prozess das Bild eines Mannes mit vielen Widersprüchen gezeichnet. Eine Ex-Nachbarin beschrieb den Angeklagten als Einzelgänger und Neurotiker mit Händewasch-Zwang. Er sei entweder laut und aggressiv oder in sich gekehrt gewesen. Frühere Kollegen berichteten, der Angeklagte habe Klinken nur mit einem Taschentuch angefasst oder in seiner Wohnung Lichtschalter mit einem Fuß betätigt. Als Packer in einem Logistikzentrum sei er aber auch hilfsbereit und freundlich gewesen.

    #Allemagne #Berlin #justice #Vietnam #imprérialisme #crime #folie #iatrocratie #politique #opportunisme #attentat

  • Human rights activists want to use AI to help prove war crimes in court
    https://www.technologyreview.com/2020/06/25/1004466/ai-could-help-human-rights-activists-prove-war-crimes

    It would take years for humans to scour the tens of thousands of hours of footage that document violations in Yemen. With machine learning, it takes just days. In 2015, alarmed by an escalating civil war in Yemen, Saudi Arabia led an air campaign against the country to defeat what it deemed a threatening rise of Shia power. The intervention, launched with eight other largely Sunni Arab states, was meant to last only a few weeks, Saudi officials had said. Nearly five years later, it still (...)

    #algorithme #activisme #criminalité #arme #reconnaissance #Amnesty #GlobalLegalActionNetwork-GLAN_

    ##criminalité

  • Des croisements anciens entre Polynésiens et Amérindiens mis en évidence par la génétique

    Des analyses ADN confortent l’hypothèse de l’anthropologue Thor Heyerdahl. Mais on ignore si des Amérindiens ont débarqué en Polynésie, ou si ce sont les Polynésiens qui ont « découvert » l’Amérique avant Christophe Colomb.

    Par Hervé Morin Publié, lemonde.fr, mercredi 8 juillet 2020

    En 1937, le jeune anthropologue norvégien Thor Heyerdahl et sa femme Liv débarquent à Fatu Hiva, une île des Marquises, pour leur voyage de noces. Le séjour du couple de Robinson se prolonge. Heyerdahl est fasciné par des légendes locales, selon lesquelles les occupants de l’île seraient venus du Soleil-Levant. Dix ans plus tard, il s’embarque depuis le Pérou sur un radeau de balsa, pour prouver qu’un tel voyage d’est en ouest est possible. Le 7 août 1947, après cent un jours de mer, lui et ses cinq coéquipiers s’échouent sur un atoll des Tuamotu, au terme de 7 000 km d’une navigation mouvementée, apportant une éclatante démonstration de la faisabilité d’une telle dérive.

    L’odyssée du Kon-Tiki deviendra mythique dans le grand public, mais jusqu’à ce jour, les cercles académiques continuent de débattre avec fièvre de l’hypothèse d’Heyerdahl. La théorie dominante étant que le Pacifique a progressivement été exploré et colonisé depuis l’Asie, par les « nomades de la mer » de la civilisation Lapita, sur une période courant de 1 500 avant J.-C. à la fin du XIVe siècle.

    Sans nier la prépondérance de cette ruée maritime vers l’est, une étude, publiée le 9 juillet dans Nature, appuie l’intuition initiale d’Heyerdahl. Elle compare les génomes de 807 individus issus de 17 îles du Pacifique et de 15 groupes amérindiens de la côte du Pacifique. Alexander Ioannidis, postdoctorant à l’université de Stanford, et ses collègues, mettent en évidence des croisements qui seraient survenus vers 1 200 après J.-C. entre Polynésiens et Améridiens, à une époque où les premiers étaient en pleine exploration des derniers confettis du Pacifique.

    Génétique, linguistique et botanique

    Heyerdahl aurait-il vu juste ? « Nous ne pouvons pas dire si les Polynésiens ont atteint les Amériques et sont repartis (avec une certaine ascendance amérindienne), ou si les Amérindiens se sont rendus en Polynésie, comme le croyait Heyerdahl, mais nous pouvons confirmer qu’il y a eu contact, comme il le pensait, répond Alexander Ioannidis. Cela signifie que les influences culturelles des Amérindiens ont pu se propager dans la lointaine Polynésie, comme le théorisait Heyerdahl. »

    L’analyse génétique conforte des indices d’une autre nature, qui mêlent linguistique et botanique. « D’autres chercheurs avaient noté que la patate douce, dont nous savons qu’elle était originaire des Amériques et qu’elle y était largement utilisée comme culture, est arrivée en Polynésie des siècles avant que les marins européens n’atteignent le Pacifique, rappelle Alexander Ioannidis. En outre, le nom de la patate douce, dans de nombreuses langues polynésiennes, kumara, ressemble au nom autochtone utilisé pour la désigner dans certaines langues du nord-ouest de l’Amérique du Sud. »

    N’est-il pas trop beau pour être vrai que le signal le plus fort d’un héritage génétique d’origine amérindienne – provenant des Zenu de Colombie – pointe vers Fatu Hiva, vers 1150 après J.-C., là même où Heyerdhal a été happé par les légendes insulaires ? « Ce n’est pas une coïncidence totale, puisque cette île a été incluse dans notre base de données en partie à cause de ces légendes, répond Alexander Ioannidis. Nous avons trouvé un signe de contact sur Fatu Hiva, là où nous avons cherché, mais il y a beaucoup d’autres îles des Marquises et des Tuamotu qui ne figurent pas dans notre base de données, si bien que nous ne pouvons donc pas dire avec certitude où le contact a eu lieu précisément. »

    La « marge d’approximation » de la génétique

    L’étude de Nature évoque la « possibilité intrigante » que les Amérindiens aient été les premiers à s’installer à Fatu Hiva, et que des navigateurs venus de l’ouest soient arrivés en second lieu. Mais l’alternative a la préférence d’Alexander Ioannidis : « Je pense qu’il est plus probable que des Polynésiens aient atteint les Amériques, étant donné leur technologie de voyage et leur capacité démontrée à parcourir des milliers de milles en haute mer, ce qu’ils faisaient avec succès, à cette époque, à la recherche de nouveaux territoires insulaires. » Un voyage de cette nature a été recréé en 1976 par l’expédition, d’Hawaï à Tahiti, du Hokulea, un bateau polynésien traditionnel, bien plus manœuvrant qu’un radeau de balsa.

    « Il est également possible que certains Amérindiens, qui disposaient de bateaux empruntant la route commerciale côtière de l’Equateur-Colombie vers la Méso-Amérique, aient dérivé dans l’océan Pacifique et, portés par les courants équatoriaux, aient atteint les Tuamotu, convient Alexander Ioannidis. C’est exactement là qu’Heyerdahl a débarqué lors de son voyage de dérive reconstitué avec le Kon-Tiki depuis l’Amérique du Sud. » Mais l’hypothèse d’une découverte précolombienne des Amériques par d’aventureux Polynésiens reste pour lui plus convaincante.

    « Le sujet est vraiment fascinant ! », commente Vincent Lebot (Cirad) qui, en 2013, avait dirigé une étude génétique sur la diffusion de la patate douce dans le Pacifique, laquelle appuyait déjà fortement l’hypothèse de transferts du tubercule depuis l’Amérique du Sud (région du Pérou et de l’Equateur) vers la Polynésie. Il estime que la méthodologie et les marqueurs génétiques décrits dans Nature sont « suffisamment solides pour révéler des échanges entre deux populations qui étaient, à cette époque, suffisamment distantes génétiquement. » Lui aussi penche pour l’hypothèse d’un aller-retour de Polynésiens en Amérique, qui « auraient ramené avec eux des femmes ou des marins amérindiens ». Il note cependant que la génétique laisse « une marge d’approximation » concernant la datation de ces échanges, et salue le fait que les auteurs eux-mêmes mentionnent les limites de leur modèle.

    Héritage génétique indéchiffrable

    Jusqu’alors, l’hypothèse d’une origine amérindienne des Polynésiens avait été essentiellement testée sur les habitants de l’île de Pâques (les Rapa Nui), précisément parce qu’elle est la plus proche du continent américain (3 525 km des côtes chiliennes, tout de même), et distante de plus de 2 000 km de Pitcairn, la première île habitée vers l’ouest. L’héritage génétique de ses habitants était particulièrement indéchiffrable, du fait d’échanges, au XIXe siècle, avec des navigateurs d’origines européenne et amérindienne (peuples chiliens précolombiens). Les analyses ADN apportaient des résultats contradictoires sur une influence amérindienne antérieure.

    Une indécision tranchée par l’étude de Nature : « La composante amérindienne préhistorique sur Rapa Nui, sur laquelle tant de recherches ont porté, est probablement issue d’un événement de contact non pas sur Rapa Nui, mais quelque part en amont dans le processus de colonisation polynésienne des îles du Pacifique », y lit-on. L’arrivée d’ADN amérindien sur l’île de Pâques est datée de 1380.

    Combien d’individus ont-ils été impliqués dans ces croisements dont la trace génétique ténue s’est conservée et diffusée si largement dans l’immensité du Pacifique ? « Nous ne pouvons pas le dire, mais nous pouvons dire que l’ascendance amérindienne sur les différentes îles étudiées a été héritée des mêmes ancêtres, répond Alexander Ioannidis. Tous les ancêtres amérindiens préeuropéens proviennent également de la même région du nord de l’Amérique du Sud et datent d’à peu près la même époque. Cela nous amène à penser qu’une seule expédition a permis d’apporter ces ancêtres sur une île de la Polynésie orientale. Puis, lorsque les dernières îles polynésiennes éloignées ont été colonisées (comme l’île de Pâques), cette trace ancestrale a été portée vers ces nouveaux territoires avec les nouveaux colons, dans leur ADN désormais combiné. »

    « La nouvelle étude de Ionnidis et al. est passionnante et les résultats sont très convaincants, estime le paléogénéticien Lars Fehren-Schmitz (Université de Californie, à Santa Cruz), qui avait pourtant publié, en 2017, une étude excluant tout apport génétique amérindien avant l’arrivée des Européens sur l’île de Pâques. L’idée de déplacer l’attention de Rapa Nui vers d’autres communautés de Polynésie orientale me paraît logique, étant donné que même l’expérience de Thor Heyerdahl ne l’a pas conduit à Rapa Nui. Je suis particulièrement enthousiaste quant à leur hypothèse selon laquelle un flux génétique pourrait provenir de groupes vivant dans le nord de l’Amérique du Sud-Amérique centrale. »

    Pour lui, la preuve la plus convaincante de l’ascendance amérindienne chez des individus des communautés insulaires viendra, in fine, de l’analyse d’ADN ancien prélevé sur des squelettes datant de l’époque préeuropéenne. « Mais c’est aux communautés de ces îles de décider si cette question les intéresse », conclut-il.

    Hervé Morin

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/07/08/des-croisements-anciens-entre-polynesiens-et-amerindiens-mis-en-evidence-par

    #anthropologie #génétique #Amérindiens #Amérique #Polynésie #Pacifique

  • Dieu et le désir de vérité
    https://laviedesidees.fr/Dieu-et-le-desir-de-verite.html

    À propos de : Roger Pouivet, L’Éthique intellectuelle. Une épistémologie des vertus, Vrin. Comment devons-nous mener nos vies intellectuelles et, partant, nos existences ? En désirant la vérité, ce qui ne saurait être possible sans Dieu, répond Roger Pouivet. Et parce que ce désir est la rationalité véritable, il ne se ramène pas au simple respect de règles intellectuelles.

    #Philosophie #religion #vérité #croyance
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200709_pouivet.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200709_pouivet.docx

  • Police Brutality At The Black Lives Matter Protests ← Forensic Architecture
    https://forensic-architecture.org/investigation/police-brutality-at-the-black-lives-matter-protests

    This is an ongoing, collaborative archiving project. Share your footage with us here.

    Read more about police violence during the US ‘Black Lives Matter’ protests on Bellingcat and the Guardian.

    In May and June 2020, protests against police brutality swept across the US, following the killing of George Floyd in Minneapolis. Those protests were themselves met with further brutality, against protesters and journalists.

    Forensic Architecture and Bellingcat are working together to locate, record, and classify incidents of violence by police at those protests within an interactive cartographic platform.

    The first phase of this ongoing project will record evidence of violence documented against journalists; the second phase will crowd-source and record evidence of violence against protesters and bystanders.

    We need your support to create the most comprehensive archive of police violence at the recent Black Lives Matter protests in the US, which will support advocacy, reporting, activist work, and even legal proceedings, toward accountability for violent acts carried out by police officers against civilians exercising their right to protest.

    If you have footage of police brutality, please consider sharing it with us here.

  • L’espion, le Covid et le truand ? Maxime Renahy – par Thinkerview
    https://www.les-crises.fr/l-espion-le-covid-et-le-truand-maxime-renahy-par-thinkerview

    Source : Thinkerview, Youtube  Source : Thinkerview, Youtube

    Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l’auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu’il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l’auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

  • The implications of silent #transmission for the control of #COVID-19 outbreaks | PNAS
    https://www.pnas.org/content/early/2020/07/02/2008373117

    We evaluate the contribution of presymptomatic and asymptomatic transmission based on recent individual-level data regarding infectiousness prior to symptom onset and the asymptomatic proportion among all infections. We found that the majority of incidences may be attributable to silent transmission from a combination of the presymptomatic stage and asymptomatic infections. Consequently, even if all symptomatic cases are isolated, a vast outbreak may nonetheless unfold. We further quantified the effect of isolating silent infections in addition to symptomatic cases, finding that over one-third of silent infections must be isolated to suppress a future outbreak below 1% of the population. Our results indicate that symptom-based isolation must be supplemented by rapid #contact tracing and testing that identifies asymptomatic and presymptomatic cases, in order to safely lift current restrictions and minimize the risk of resurgence.

    #sars_cov2 #asymptomatique #pré-symptomatique #tests #dépistages

  • Coronavirus : dépistage massif organisé en Mayenne où le nombre de cas a quadruplé en dix jours
    Ça surchauffe dans le 5-3...

    En terme de taux de contamination, ça donne quoi au juste ? (J’ai juste un peu la flemme de retourner sur les équations. Et pis aussi, je fonctionne avec 25% de mes capacités cognitives avec un cerveau branché sur des batteries auxiliaires).

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-depistage-massif-organise-en-mayenne-ou-le-nombre-de-cas-a-

    « Nous allons tester l’ensemble des Mayennais par étapes. Nous allons cibler la semaine prochaine les habitants de Laval et de la commune voisine de L’Huisserie, puis le sud du département et à la fin l’ensemble des Mayennais », a annoncé le directeur général de l’Agence régionale des Pays de la Loire Jean-Jacques Coiplet. Ce dernier a mis en garde contre une deuxième vague, souligne Ouest-France : « Face au coronavirus, le match n’est pas fini. Il ne faut pas baisser la garde »
    Ces dépistages seront réalisés sur la base du volontariat et devraient concerner au total environ 300.000 personnes. Les enfants de moins de 10 ans ne sont pas concernés.

    (La bonne blague ...)

    #pandémie #Covid-19

  • "#Nous_accusons" - un an après...

    Il y a plus d’un an, vous aviez signé une tribune pour dénoncer, avec nous, l’arrogance et la surdité d’un pouvoir politique répondant aux nombreuses demandes de justice sociale par la #violence de sa #police et de sa #magistrature. Nous avons été plus de trente-mille à signer la #tribune « nous accusons ». D’autres tribunes se sont jointes à nos voix pour dénoncer la violence sans cesse à l’œuvre. Aujourd’hui encore aux États-Unis elle s’acharne contre ceux qui ont le courage de proclamer leur indignation. La violence perdure et s’étend sur des centaines de milliers de travailleurs qui s’opposent au démantèlement de leur milieu de travail par la grève et les manifestations. Nous l’avons vu, cet hiver, toutes celles et ceux qui se sont soulevés pour défendre la santé, les transports, les retraites, l’enseignement et l’ensemble des services publics ont dû affronter gaz, projectiles, matraques, gardes à vues et condamnations injustifiées… Soudainement, l’irruption de la pandémie virale, a semblé tout arrêter. La France ayant été entièrement confinée, le gouvernement s’est dit décidé à tout changer. On s’est félicité des applaudissements remerciant le travail de celles et ceux qu’on avait contraints au silence par les gaz et les bombes de désencerclement. Rien ne doit subsister comme avant nous a-t-on dit. Tout serait devenu différent, dans cette atmosphère, les tensions se seraient automatiquement assoupies au point que Emmanuel Macron, notre président, a pu énoncer ces paroles « retrouver, dès que possible, des premiers mai joyeux et chamailleurs ». Mais déjà se profile les licenciements et la reprise des profits...

    À l’occasion de l’anniversaire de la tribune « Nous accusons », nous avons souhaité faire le point sur la « physionomie" des celles et ceux qui avaient voulu signer avec nous pour dénoncer la violence du #pouvoir. Il nous est apparu important tout d’abord de tenter de comprendre qui nous étions, en tant que groupe, au regard de l’ensemble de la société française. Et, pour mieux comprendre ce qui nous a réunis, nous nous sommes aussi attardés sur les réponses relatives aux présentations de chacun.e, les divers messages envoyés, les activités et les professions déclarées, les lieux d’habitation.
    Vous trouverez ici https://encyclopediedessavoirsconcrets.org/Nous_accusons_analyse_signatures.docx.pdf la présentation des résultats de cette première analyse.

    Comme vous verrez, nous avons découvert avec un certain étonnement que ce groupe de signataires était largement représentatif de l’ensemble de la population française, tant en termes sociaux qu’eu égard à sa distribution territoriale. Nous vous adressons donc cette première synthèse de nos observations. Occasion unique de vous remercier d’avoir accepté d’intervenir avec nous dans un moment particulièrement crucial.
    Découvrir ce que nous sommes est rassurant. Car nous estimons ce savoir utile à la communauté puisqu’il permet d’envisager l’après-pandémie de manière positive. Pour que « le monde de demain », comme on a commencé à appeler l’après pandémie, ne soit pas comme « le monde d’avant ». Comme vous verrez, nous ne sommes ni seuls ni marginaux. Nous sommes un ensemble qui a toutes les couleurs et toutes les saveurs de la France entière. Ce qui veut dire que nous serons encore là et en capacité d’agir en essayant de contrer toute manœuvre de retour en arrière. C’est donc aussi dans cette optique que nous avons pensé devoir poursuivre et développer un travail commencé au mois de novembre dernier sur l’analyse de l’impact du « monde d’hier » et des réalités à l’œuvre ces dernières années sur notre vie, notre travail, notre environnement… Cela nous semble important. Mieux connaître les mécanismes insidieux qui ont permis à une petite minorité de s’approprier la valeur du travail de la majorité des populations mondiales nous aidera aussi à fourbir nos armes pour contrer et résister à toute tentative de retour en arrière.

    Vous trouverez ici https://encyclopediedessavoirsconcrets.org une présentation de ce nouveau projet pour lequel nous aimerions beaucoup pouvoir compter sur votre collaboration, dans les formes que vous retiendrez possibles. Comme vous verrez, l’idée est de récolter plusieurs témoignages, courts mais incisifs, d’hommes et de femmes, de toute provenance sociale et géographique, qui évoquent, très concrètement, ce qu’a signifié l’application des politiques néolibérales dans leur vie et leur environnement direct. Ceci permettra de constituer une sorte d’encyclopédie des « savoir concrets » en opposition évidente aux « savoirs théoriques » imposés depuis toujours sur un espace social dont le fonctionnement réel leur est inconnu et les indiffère.

    Vous lirez et vous déciderez si vous avez le temps et l’envie de participer à ce projet. Dans le cas affirmatif, vous pourrez signaler votre disponibilité directement sur le site du projet, à partir de l’onglet « participer au projet ». Pour respecter les règles sur la protection des données, cet email conclusif est le dernier que nous envoyons qui a trait à la pétition « Nous accusons » (méthode par laquelle nous avons obtenus votre contact). Ainsi, nous supprimerons la liste de mail des signataires après cet envoi. Si vous souhaitez être tenus au courant de ce projet, n’hésitez pas à aller sur le site et à vous inscrire à sa liste de diffusion.

    Reçu par mail, le 23.06.2020

    –—

    La Tribune « Nous Accusons », publiée sur seenthis par @odilon :
    https://seenthis.net/messages/810648

  • L’une des plus grandes décharges d’Europe attise les convoitises de Suez aux dépens de l’efficacité écologique
    https://www.bastamag.net/Decharge-montagne-de-dechets-incinerateur-Suez-tri-selectif-Serbie-polluti

    Une des plus grandes décharges à ciel ouvert d’Europe empoisonne les sols et l’air de la banlieue de Belgrade. Suez, géant français de la gestion des déchets et de l’eau, a conclu un très gros contrat avec la mairie de la capitale serbe pour bâtir un incinérateur. La montagne d’ordures va-t-elle disparaître et le recyclage se développer ? Pas si sûr. On a beau être à plus de 700 kilomètres de la côte la plus proche, une armée de mouettes obscurcit le ciel. Au milieu de coteaux agricoles, à quelques (...) #Décrypter

    / #Europe, Pollutions , #Toxiques, #Multinationales, #Reportages, A la une

    #Pollutions_

  • https://tradfem.wordpress.com/2020/07/08/les-transfemmes-sont-des-femmes-compris Par Cherry Smiley, membre des nations Nlaka’pamux et Dine’ (NDN), texte d’abord publié sur Medium, le 16 juin 2020
    online_please_accept.png
    Image par Cherry Smiley

    Quand j’étais plus jeune, ma grand-mère ne m’a pas appris toutes les choses que je n’étais pas censée faire sous prétexte que j’étais une femme. Par exemple, elle ne m’a pas enseigné ce que je n’étais pas censée faire aux moments de mes règles. Quand j’ai appris ces protocoles en tant que jeune femme à l’université, je me suis sentie trahie et confuse. Pourquoi ma grand-mère ne m’avait-elle pas appris ça ? Est-ce que ça voulait dire qu’elle n’était pas une vraie NDN ? Et cela voulait-il dire que je n’étais pas une vraie NDN moi non plus ? Ce fut tout à fait la crise existentielle du début de ma vingtaine et je me sentais gênée de ne pas avoir appris à me limiter parce que j’étais une femme.

    En essayant d’être la meilleure NDN que je pouvais être, j’ai facilement accepté l’idée que les femmes qui étaient menstruées ne pouvaient pas aller certains endroits ou faire certaines choses parce que nous étions trop puissantes à ces moments-là. Aujourd’hui, j’interprète ces règles comme des mécanismes visant à faire honte aux femmes, à nous contrôler et à nous enfumer (gaslighting) – on nous dit que nous sommes puissantes aux moments de nos règles mais on nous traite comme si nous étions sales et notre saleté, contagieuse ; comme si nous faisions quelque chose de mal du simple fait d’exister en tant que femmes.

    Ma grand-mère ne m’a pas appris à me limiter parce que je suis une femme. Elle refusait les traditions et protocoles culturels qui limitaient les femmes et les filles, autant dans les enseignements qu’elle nous transmettait que par l’exemple dans sa façon de vivre. Tout le temps où j’ai connu ma grand-mère, elle n’a jamais participé aux cérémonies, aux traditions ou aux rituels auxquels elle ne croyait pas. Aujourd’hui, je suis très fière de l’avoir connue et d’avoir appris d’elle comment être NDN. Ma grand-mère est Nlaka’pamux et moi aussi. Elle ne m’a pas enseigné de limites et elle ne m’a pas appris à participer aux traditions parce qu’elles étaient traditionnelles si je n’en avais pas envie.

    J’ai appris de ma grand-mère que je ne suis pas moins Nlaka’pamux parce que je trouve idiot d’imposer des limites aux femmes quand nous sommes menstruées. J’ai appris que les protocoles, les cérémonies et les rituels sont des moyens d’exprimer une vision du monde et que je peux choisir de participer ou non à ces protocoles, cérémonies et rituels ou que je peux inventer le mien, mais quoi que je choisisse de faire ou de ne pas faire, croire ou ne pas croire, je suis toujours qui je suis et j’ai toujours le sentiment du monde et de la place que j’y occupe, un sentiment qu’on m’a enseigné dès ma naissance.(...)
    #transgenrisme #corps #femmes #hommes #enjeux autochtones #queer

  • A Guide to Awesome Tapes From Africa’s DIY Cassette Culture | Bandcamp Daily
    https://daily.bandcamp.com/label-profile/awesome-tapes-from-africa-feature

    Back in 2002, Awesome Tapes from Africa label founder Brian Shimkovitz was studying ethnomusicology when his research sent him to Ghana. “I was collecting a lot of music, and all during this time, it was a cassette-based music economy,” he says. “As a music freak grabbing lots of stuff for research, I was dealing with tapes out of necessity to begin with—as there were hardly any CDs, and they were expensive.”

    https://www.awesometapes.com


    #K7 #label #musique_africaine #mp3

  • Après plus de dix ans de guerre d’usure, Center Parcs abandonne son projet à Roybon
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/07/08/enlise-dans-de-multiples-recours-center-parcs-abandonne-son-projet-a-roybon_

    Depuis son lancement en 2007, le projet de domaine en Isère est bloqué par d’interminables procédures judiciaires, et son terrain occupé par des zadistes. Le groupe Pierre et Vacances jette l’éponge.

    #Zad #tourisme

  • Le groupe de travail Biden-Sanders sur le climat vise une énergie sans CO2 en 2035
    8 juillet 2020 | Le blogue de Richard Hétu
    https://richardhetu.com/2020/07/08/le-groupe-de-travail-biden-sanders-sur-le-climat-vise-une-energie-sans-

    Le jour d’avril où Bernie Sanders a donné son appui à Joe Biden, les deux rivaux ont annoncé la mise sur pied de six groupes de travail chargés recommander aux vainqueurs de la course à l’investiture démocrate des politiques dans autant de secteurs. Ces groupes de travail ont publié ce mercredi leurs recommandations. Le groupe dédié au climat et co-présidé par Alexandria Ocasio-Cortez et John Kerry appelle notamment à l’élimination de la pollution atmosphérique des centrales électriques en 2035 et à l’atteinte de la neutralité carbonique pour tous les nouveaux bâtiments en 2030.

    Le groupe de travail consacré à la santé a été moins ambitieux que celui du climat, tournant le dos à l’objectif du sénateur du Vermont d’instaurer un sytème à payeur unique. Il recommande plutôt d’adopter l’approche de l’ancien président, qui consiste à trouver des façons d’étendre la couverture santé des Américains par l’entremise de l’Obamacare. (...)