• Caisses de grève sur Twitter : ""#Ensauvagement" Ce mot utilisé à tort et à travers par l’extrême-droite d’opposition et de gouvernement, est employé pour la première fois par Aimé #Césaire pour désigner les effets dévastateurs du #colonialisme sur les colons eux-mêmes. Il évoquait « l’ensauvagement » de l’Europe." / Twitter
    https://twitter.com/caissesdegreve/status/1309182427810725888

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1309182095445626881/pu/vid/720x720/hUZlJvZs0i9eUiFw.mp4?tag=10

  • Des comités locaux de soutiens aux migrant.es, ont de plus en plus de difficultés à trouver sur #Paris des personnes disposant d’une journée de libre pour les accompagner, soit dans une ambassade, soit pour une audience à la #CNDA (Cour nationale du droit d’asile).

    Il faut aller les chercher à leur arrivée, en général une gare, les conduire au lieu indiqué, puis les reconduire au lieu de départ. Parfois cela prend deux jours, avec une nuit d’hôtel entre les deux.

    Parfois ils ou elles sont mineur.es, souvent ils ou elles ne connaissent pas Paris, toujours ils ou elles sont désemparé.es...

    Alors qu’il existe de nombreuses organisations à Paris d’aide aux migrants, pour les nourrir ou les loger, savez-vous s’il existe aussi des associations capables d’assurer un tel service ?

    Merci d’avance...

    #migrants

  • Former Facebook manager : “We took a page from Big Tobacco’s playbook”
    https://arstechnica.com/tech-policy/2020/09/former-facebook-manager-we-took-a-page-from-big-tobaccos-playbook

    “At worst, I fear we are pushing ourselves to the brink of a civil war,” he added. Speaking to Congress today, the former Facebook manager first tasked with making the company make money did not mince words about his role. He told lawmakers that the company “took a page from Big Tobacco’s playbook, working to make our offering addictive at the outset” and arguing that his former employer has been hugely detrimental to society. Tim Kendall, who served as director of monetization for (...)

    #Facebook #manipulation #addiction

  • The Morals of the Market. Human Rights and the Rise of Neoliberalism

    IN THE MID-1980s, Rony Brauman, who, at the time, was the president of the leading humanitarian organization Médecins sans Frontières, established a new human rights group called Liberté sans Frontières. For the inaugural colloquium, Brauman invited a number of speakers, among them Peter Bauer, a recently retired professor from the London School of Economics. Bauer was an odd choice given that he was a staunch defender of European colonialism; he had once responded to a student pamphlet that accused the British of taking “the rubber from Malaya, the tea from India, [and] raw materials from all over the world,” by arguing that actually “the British took the rubber to Malaya and the tea to India.” Far from the West causing Third World poverty, Bauer maintained that “contacts with the West” had been the primary agents of the colonies’ material progress.

    Bauer hammered on this point at the colloquium, claiming that indigenous Amazonians were among the poorest people in the world precisely because they enjoyed the fewest “external contacts.” Taiwan, Hong Kong, Malaysia, and Singapore, he continued, showed proof of the economic benefits such contacts brought. “Whatever one thinks of colonialism it can’t be held responsible for Third World poverty,” he argued.

    In her illuminating new book, The Morals of the Market: Human Rights and the Rise of Neoliberalism, Jessica Whyte recounts this story only to ask why Brauman, a leading humanitarian activist, invited Bauer — whom the Economist had described as being as hostile to foreign aid as Friedrich Hayek had been to socialism — to deliver a talk during the opening event for a new human rights organization. Her response is multifaceted, but, as she traces the parallel histories of neoliberalism and human rights, it becomes clear that the two projects are not necessarily antithetical, and actually have more in common than one might think.

    Indeed, Liberté sans Frontières went on to play a central role in delegitimizing Third World accounts of economic exploitation. The organization incessantly challenged the accusations that Europe’s opulence was based on colonial plunder and that the world economic system made the rich richer and the poor poorer. And while it may have been more outspoken in its critique of Third Worldism than more prominent rights groups, it was in no way an outlier. Whyte reveals that in the eyes of organizations such as Amnesty International and Human Rights Watch, for instance, the major culprit for the woes of postcolonial states was neither Europe nor the international economic order but rather corrupt and ruthless Third World dictators who violated the rights of their populations as they undermined the development of a free economy. This approach coincides neatly with neoliberal thought.

    Whyte contends that we cannot understand why human rights and neoliberalism flourished together if we view neoliberalism as an exclusively economic doctrine that favors privatization, deregulation, and unfettered free markets over public institutions and government. Although she strives to distinguish herself from thinkers like Wendy Brown and Michel Foucault, she ends up following their footsteps by emphasizing the moral dimension of neoliberal thought: the idea that a competitive market was not “simply a more efficient means of distributing resources; it was the basic institution of a moral and ‘civilised’ society, and a necessary support for individual rights.”

    She exposes how neoliberal ideas informed the intense struggle over the meaning of “human rights,” and chronicles how Western rights groups and neoliberals ultimately adopted a similar interpretation, one that emphasizes individual freedoms at the expense of collective and economic rights. This interpretation was, moreover, in direct opposition to many newly independent postcolonial leaders.

    Whyte describes, for instance, how just prior to the adoption of the two 1966 human rights covenants — the International Covenant on Civil and Political Rights and the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights — Kwame Nkrumah, the first president of independent Ghana, coined the term “neo-colonialism” to refer to a series of mechanisms that perpetuate colonial patterns of exploitation in the wake of formal independence. Nkrumah “argued that the achievement of formal sovereignty had neither freed former colonies from the unequal economic relations of the colonial period nor given them political control over their own territories,” thus preventing these states from securing the basic rights of their inhabitants. A “state in the grip of neo-colonialism,” he wrote, “is not master of its own destiny.”

    Nkrumah thought that only when postcolonial states fully controlled their natural resources would they be able to invest in the population’s well-being. In the meantime, neo-colonial economic arrangements were denying African states the ability to provide adequate education and health care as well as other economic and social rights to their populations, thus revealing how these economic arrangements were welded in a Gordian knot with international politics. Any attempt to understand one without the other provided a distorted picture of reality.

    Such combining of the economy with the political, however, was anathema to neoliberal thought. In 1927, exactly three decades before Ghana’s new leader led his country to independence, Hayek’s mentor, economist Ludwig von Mises, had already argued that colonialism took advantage of the superior weaponry of the “white race” to subjugate, rob, and enslave weaker peoples. But Mises was careful to distinguish colonial oppression from the economic goals of a competitive market, noting that Britain was different since its form of colonialism pursued “grand commercial objectives.” Similarly, the British economist Lionel Robbins separated the benign economic sphere from the merciless political one, writing in the 1930s that “[n]ot capitalism, but the anarchic political organization of the world is the root disease of our civilization.”

    These thinkers set the tone for many neoliberal economists who have since defined colonial imperialism as a phenomenon of politics, not capitalism, while casting the market as a realm of mutually beneficial, free, peaceful exchange. In this view, it is the political realm that engenders violence and coercion, not the economic sphere. Yet, during the period of decolonization neoliberals also understood that they needed to introduce moral justifications for the ongoing economic exploitation of former colonies. Realizing that human rights were rapidly becoming the new lingua franca of global moral speak, Whyte suggests that they, like Nkrumah, began mobilizing rights talk — except that neoliberals deployed it as a weapon against states who tried to gain control over their country’s natural resources as well as a shield from any kind of criticism directed toward their vision of a capitalist market.

    Their relation to the state was complicated, but was not really different from the one espoused by their liberal predecessors. Neoliberal thinkers understood that states are necessary to enforce labor discipline and to protect corporate interests, embracing states that served as handmaidens to competitive markets. If, however, a state undermined the separation of political sovereignty from economic ownership or became attuned to the demands of its people to nationalize resources, that state would inevitably be perceived as a foe. The solution was to set limits on the state’s exercise of sovereignty. As Friedrich Hayek, the author of The Road to Serfdom, put it, the “taming of the savage” must be followed by the “taming of the state.”

    Shaping the state so that it advances a neoliberal economic model can, however, be a brutal undertaking, and the consequences are likely to generate considerable suffering for large segments of the population. Freed from any commitment to popular sovereignty and economic self-determination, the language of liberal human rights offered neoliberals a means to legitimize transformative interventions that would subject states to the dictates of international markets. This is why a conception of human rights, one very different from the notion of rights advanced by Nkrumah, was needed.

    In Whyte’s historical analysis the free-market ideologues accordingly adopted a lexicon of rights that buttressed the neoliberal state, while simultaneously pathologizing mass politics as a threat to individual freedoms. In a nutshell, neoliberal economists realized that human rights could play a vital role in the dissemination of their ideology, providing, in Whyte’s words, “competitive markets with a moral and legal foundation.”

    At about the same time that neoliberalism became hegemonic, human rights organizations began sprouting in the international arena. By the early 1970s, Amnesty International and the International Commission of Jurists were already active in numerous countries around the globe, and Americas Watch (a precursor to Human Rights Watch) had just been established. According to Samuel Moyn, a professor of history at Yale and author of the best seller The Last Utopia, it was precisely during this period that human rights first achieved global prominence. That Western human rights organizations gained influence during the period of neoliberal entrenchment is, Whyte argues, not coincidental.

    Although Whyte emphasizes the writings of leading neoliberal thinkers, a slightly more nuanced approach would have framed these developments as the reflection of a conjunctural moment, whereby the rise of neoliberalism and of human rights NGOs was itself part of numerous economic, social, and cultural shifts. Chile serves as a good example of this conjuncture, revealing how a combination of historical circumstances led neoliberal economics and a certain conception of human rights to merge.

    Notwithstanding the bloody takeover, the extrajudicial executions, the disappearances and wholesale torture of thousands of dissidents, Hayek’s response to Pinochet’s 1973 coup was that “the world shall come to regard the recovery of Chile as one of the great economic miracles of our time.” Milton Friedman, a key figure in the Chicago School, later echoed this assessment, describing Chile as an economic and political “miracle.” The two Nobel Prize winners were not detached observers, having provided advice to Pinochet on how to privatize state services such as education, health care, and social security, and it was Friedman’s former students, the “Chicago Boys,” who occupied central positions within the authoritarian regime, ensuring that these ideas became policy.

    What is arguably even more surprising is the reaction of human rights organizations to the bloody coup in Chile. Whyte acknowledges that Naomi Klein covered much of this ground in The Shock Doctrine, where she details how Amnesty International obscured the relationship between neoliberal “shock therapy” and political violence. Characterizing the Southern Cone as a “laboratory” for both neoliberalism and grassroots human rights activism, Klein argued that, in its commitment to impartiality, Amnesty occluded the reasons for the torture and killing, and thereby “helped the Chicago School ideology to escape from its first bloody laboratory virtually unscathed.” While Whyte concurs with Klein’s assessment, she has a slightly different point to make.

    To do so, she shows how Samuel Moyn contested Klein’s claim that the human rights movement was complicit in the rise of neoliberalism; he argued that the “chronological coincidence of human rights and neoliberalism” is “unsubstantiated” and that the so-called “Chilean miracle” is just as much due to the country’s “left’s own failures.” Moyn’s comment, Whyte cogently observes, “raises the question of why, in the period of neoliberal ascendancy, international human rights organisations flourished, largely escaping the repression that was pursued so furiously against leftists, trade unionists, rural organizers and indigenous people in countries such as Chile.”

    She points out that the CIA-trained National Intelligence Directorate had instructions to carry out the “total extermination of Marxism,” but in an effort to present Chile as a modern civilized nation, the junta did not disavow the language of human rights, and at the height of the repression allowed overseas human rights organizations such as Amnesty International and the International Commission of Jurists to enter the country, giving them extensive freedom of movement.

    Whyte explains that in focusing their attention on state violence while upholding the market as a realm of freedom and voluntary cooperation, human rights NGOs strengthened the great neoliberal dichotomy between coercive politics and free and peaceful markets. Allende’s government had challenged the myth of the market as a realm of voluntary, non-coercive, and mutually beneficial relations, and the Chilean leader paid for it with his life. By contrast, the junta with the Chicago Boys’ aid sought to uphold this myth, while using the state both to enhance a neoliberal economic order and to decimate collective political resistance. Whyte acknowledges that in challenging the junta’s torturous means, human rights NGOs arguably helped restrain the worst of its violence, but they did so at the cost of abandoning the economy as a site of political contestation.

    Whyte’s claim is not simply that the human rights NGOs dealt with political violence in isolation from the country’s economic transformations, as Klein had argued. Rather, she shows that the gap between Amnesty’s version of human rights and the version espoused by postcolonial leaders, like Nkrumah, was wide. Indeed, Amnesty International invoked human rights in a way that had little in common with Nkrumah’s program of economic self-determination, and the organization was even hostile to the violent anti-colonial struggles promoted by UN diplomats from postcolonial societies during the same period. The story of human rights and neoliberalism in Chile is not, as Whyte convincingly shows, simply a story of the massive human rights violations carried out in order to allow for market reforms, or of the new human rights NGOs that contested the junta’s violence. It is also the story of the institutionalization of a conservative and market-driven vision of neoliberal human rights, one that highlights individual rights while preserving the inequalities of capitalism by protecting the market from the intrusions of “the masses.”

    Expanding Whyte’s analysis to the present moment (the book focuses on the years between 1947 and 1987) while thinking of the relation between neoliberalism and human rights as part of a historical conjuncture, it becomes manifest that many if not most human rights NGOs operating today have been shaped by this legacy. One of its expressions is that rights groups rarely represent “the masses” in any formal or informal capacity. Consider Human Rights Watch, whose longstanding executive director Kenneth Roth oversees an annual budget of over $75 million and a staff of roughly 400 people. In four years’ time, Roth will outstrip Robert Mugabe’s 30-year tenure in office; while Roth has dedicated most of his adult life struggling against social wrongs, he has never had to compete in elections to secure his post. Indeed, due to the corporate structure of his organization the only constituency to which he is accountable are Human Rights Watch’s board members and donors — those who benefit from neoliberal economic arrangements — rather than the people whose rights the NGO defends or, needless to say, the “masses.” Moreover, Human Rights Watch is not exceptional within the rights-world, and even though rights organizations across the globe say they are interested in what the “people want,” sovereignty of the people in any meaningful sense, wherein the people can control the decisions that affect their lives most, is not really on the agenda.

    Undoubtedly, Human Rights Watch has shed light on some of the most horrendous state crimes carried out across the globe over the past several decades. Exposing egregious violations is not an easy task and is a particularly important endeavor in our post-truth era. However, truth-telling, in and of itself, is not a political strategy. Even if exposing violations is conceived of as a component of a broader political mobilization, the truths that NGOs like Human Rights Watch have been revealing are blinkered. Given that they interpret human rights in an extremely narrow way, one that aligns quite neatly with neoliberal thought, their strategy therefore fails to provide tools for those invested in introducing profound and truly transformative social change.

    From the get-go, most Western human rights NGOs had been attuned to Cold War politics and refrained from advocating for economic and social rights for decades, inventing numerous reasons to justify this stance: from the claim that the right to education and health care were not basic human rights like freedom of speech and freedom from torture, to the assertion that economic and social rights lacked a precise definition, thus rendering them difficult to campaign for. It took close to a decade after the fall of the Berlin Wall and the ongoing campaigning of Third World activists for the leading human rights organizations to acknowledge that economic and social rights, such as the right to health care, education, and social security, were indeed human rights, rights that they should dedicate at least some of its resources to fight for. But even today, almost 20 years after their integration within Human Rights Watch’s agenda, the resources allocated to the protection of these rights is relatively small, and the way that the organization strives to secure them is deeply skewed by the neoliberal view that politics and markets are separate realms and that human rights work should avoid interference with the capitalist structure of competitive markets. Wittingly or not, organizations like Human Rights Watch have not only bolstered the neoliberal imagination, but have produced a specific arsenal of human rights that shapes social struggles in a way that weakens those who aim to advance a more egalitarian political horizon.

    Several years ago, Roth tried to justify Human Rights Watch’s approach, claiming that the issues it deals with are determined by its “methodology,” and that the “essence of that methodology […] is not the ability to mobilize people in the streets, to engage in litigation, to press for broad national plans, or to provide technical assistance. Rather, the core of our methodology is our ability to investigate, expose, and shame.” The hallmark of human rights work, in his view, is uncovering discrimination, while the unequal arrangement of the local and international economy leading to discrimination are beyond the organization’s purview. Not unlike the neoliberal thinkers discussed in Whyte’s book, Human Rights Watch limits its activism to formal equality, adopting a form of inquiry that ignores and ultimately disavows the structural context, which effectively undercuts forms of collective struggle.

    Returning to Rony Brauman and the creation of Liberté sans Frontières, toward the end of the book Whyte recounts how in a 2015 interview he understood things differently than he had in the mid-1980s. “I see myself and the small group that I brought together as a kind of symptom of the rise of neoliberalism […] We had the conviction that we were a kind of intellectual vanguard, but no,” he laughed, “we were just following the rising tendency.”

    Whyte suggests that this assessment is, if anything, too modest: rather than being a symptom, the humanitarians who founded Liberté sans Frontières explicitly mobilized the language of human rights in order to contest the vision of substantive equality that defined the Third Worldist project. Brauman and his organization benefited from the neo-colonial economic arrangements and, she notes,

    were not powerless companions of the rising neoliberals, but active, enthusiastic and influential fellow travellers. Their distinctive contribution was to pioneer a distinctly neoliberal human rights discourse, for which a competitive market order accompanied by a liberal institutional structure was truly the last utopia.

    The destructive legacy that Whyte so eloquently describes suggests that the convergence between neoliberals and rights practitioners has defanged human rights from any truly emancipatory potential. Formal rights without the redistribution of wealth and the democratization of economic power, as we have learned not only from the ongoing struggles of postcolonial states but also from the growing inequality in the Global North, simply do not lead to justice. So if the objectives of a utopian imagination include equitable distribution of resources and actual sovereignty of the people, we urgently need a new vocabulary of resistance and novel methods of struggle.

    https://lareviewofbooks.org/article/how-human-rights-were-defanged-from-any-truly-emancipatory-potentia
    #droits_humains #droits_fondamentaux #néolibéralisme #néo-libéralisme

  • عندما يتحدّث ملك سعودي لأوّل مرّة في خطابٍ عن مواجهة « حزب الله » بالاسم ونزع سلاحه.. يعتذر رئيس الحكومة المكلّف في لبنان وتدخل البلاد أزمةً تبدو طويلةً.. هل استعانت أمريكا بالسعوديّة لوقف المبادرة الفرنسيّة؟.. اللبنانيون ينتظرون كلمة ماكرون اليوم وأحداث أمنيّة في الشمال - رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d8%b9%d9%86%d8%af%d9%85%d8%a7-%d9%8a%d8%aa%d8%ad%d8%af%d8%ab-%d9%85%d9%8

    A l’image du précédent signalement : une analyse qui considère l’absence de progrès au Liban comme le résultat US, via l’Arabie saoudite, de contrer l’initiative française (macronienne).

    لم يُهاجم ملوك السعودية “حزب الله” اللبناني أو أيًّا من حركات المقاومة بالاسم في خطاباتهم سابقا بينما كانت المهمة تقع على وزارة الخارجية عبر البيانات أو التصريحات وقد أوكلت المهمة بشكل أساسي لوسائل الإعلام التابعة للسعودية للهجوم على “حزب الله” واتّهامه بالإرهاب والتدخل في شؤون الدول العربية.
    بينما خرج ملك السعودية سلمان بن عبد العزيز في خطابه أمام الجمعية العامة للأمم المتحدة عن المعتاد وهاجم “حزب الله” بالاسم محملا إياه المسؤولية عن انفجار مرفأ بيروت مطالبا بنزع سلاحه، واصفا الحزب بالإرهابي.
    إشارة العاهل السعودي حسب أوساط لبنانية وصلت إلى بيروت ما أدى اختيار زعيم تيار المستقبل سعد الحريري ومعه ما بات يُعرف بنادي رؤساء الحكومات السابقين الإشارة السعودية على المبادرة الفرنسية وهو ما دفع رئيس الحكومة المكلف الذي يقع في كنف الحريري ومن معه إلى الاعتذار عن التكليف ما أجهض المبادرة الفرنسية، وهو ما يكشف وجود رغبة أمريكية في تعطيل المبادرة الفرنسية عبر السعودية.
    وبذلك يتأكد أن الإدارة الأمريكية ما زالت مصرّة على استمرار التصعيد ضد الحزب وبالتالي لا يلوح في الأفق حل لأزمة لبنان وإنما مزيد من التأجيل والتأزيم وفتح الباب أمام الإدارة الأمريكية لفرض المزيد من العقوبات وتحميل حزب الله مسؤولية تدهور الوضع الاقتصادي وانسداد الافق السياسي، فيما تتوقّع أوساط سياسية لبنانية إدارج الولايات المتحدة المزيد من الشخصيات والمسؤولين اللبنانيين على لائحة العقوبات خلال الأيام القليلة المقبلة.
    وكرّر اليوم زعيم تيار المستقبل سعد الحريري رفضه تولّي مسؤولية تشكيل الحكومة عبر بيان لمكتبه الإعلامي قال فيه إنه ملتزم بدعم المبادرة الفرنسية وإنجاحها.
    وينتظر اللبنانيون الكلمة التي أعلن عنها قصر الإليزيه للرئيس إيمانويل ماكرون مع تأكيد الأوساط المقربة من فرنسا في لبنان على إصرار باريس في إكمال مهمّتها وإعادة المحاولة لتفعيل المبادرة مع تحميل حول لبنان مع واشنطن والسعودية.
    وزاد المشهد اللبناني قتامةً الأحداث الأمنية في شمال لبنان فجر اليوم حيث أقدمت خلية إرهابية تتبع لتنظيم الدولة الإسلاميّة “داعش” كان أفرادها يستقلون سيارة على إطلاق النار باتجاه عناصر للجيش اللبناني متواجدين في مركزهم في منطقة عرمان المنيه ما أسفر عن مقتل عسكريين اثنين ومقتل أحد عناصر الخلية الإرهابية، وقال الجيش اللبناني في بيان أن العنصر الإرهابي يرتدي حزاما ناسفا وكان ينوي دخول مركز الجيش لتفجير نفسه.

    • ouh la ! il rajeunit pas Salmane ben Abdelaziz !

      du coup, je regarde un peu sur la toile et il semblerait que d’autres s’en soient aperçus… V’la-t-y pas qu’on (qui ça peut bien être ?) découvre tout d’un coup de nouveaux corrompus dans la famille royale. (merci Gala, source bien connue et recommandée par @arno)
      (article du 1/09/2020)

      Arabie Saoudite : Deux membres de la famille royale écartés pour des soupçons de corruption - Gala
      https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/arabie-saoudite-deux-membres-de-la-famille-royale-ecartes-pour-des-soupcons-de-

      Le roi Salmane d’Arabie saoudite fait un grand ménage au sein de la famille royale comme le révèle un décret publié et relayé par la presse locale ce mardi 1er septembre. Ainsi, le prince Fahd bin Turki bin Abdulaziz Al Saud va être démis de ses fonctions de commandant des forces conjointes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite combattant au Yémen, tandis que le prince Abdulaziz bin Fahd, qui n’est autre que son fils, va devoir quitter son poste de vice-gouverneur de la région d’al-Jouf.
      […]
      Comme relayé par News-24, le prince Fahd bin Turki bin Abdulaziz Al Saud va été remplacé par le lieutenant général Mutlaq bin Salem bin Mutlaq Al-Azima à la tête des forces conjointes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite combattant au Yémen. Cette décision a été prise par le prince héritier Mohammed ben Salmane qui envoie là un signal fort.

      si je ne perds pas dans la descendance d’Ibn Saoud, Fahd est le neveu de Salmane, donc cousin germain de MBS…

  • #Montpellier : La friche de #Figuerolles, grosse épine dans le pied du politicien Delafosse
    https://fr.squat.net/2020/09/24/montpellier-la-friche-de-figuerolles-grosse-epine-dans-le-pied-du-politici

    Les opposants au projet immobilier sur la #Friche_de_Mimi reprennent du poil de la bête. Ils rappellent sèchement au nouveau maire de Montpellier ses promesses électorales. Un petit box de stationnement a son portail ouvert ce mercredi 23 septembre, donnant sur le trottoir de la rue Adam de Craponne. Un écran y a été […]

    #spéculation

  • Notes sur une contradiction interne
    https://www.dedefensa.org/article/notes-sur-une-contradiction-interne

    Notes sur une contradiction interne

    27 septembre 2020 – Dimanche 30 août 2020, nous donnions une Ouverture Libre où il était beaucoup question de la fameuse (aux USA) French Theory, comme les intellectuels et progressistes-sociétaux américanistes appellent la chose depuis les années 1970. Le lien était rappelé, comme il est établi selon l’évidence des situations, entre cette influence de la French Theory et les événements actuels aux USA, également de type progressistes-sociétaux dans leur composante la plus violente, la plus déstructurante, la plus ‘déconstructurationniste’.

    (Cet article concernait notamment un livre qui s’intéressait évidemment aux problèmes considérés ici, et accompagné d’une interview des deux auteurs. Il s’agit du livre ‘Français malgré eux – Racialistes, décolonialistes, indigénistes : (...)

  • The Gamification of Games | Ulysses Pascal
    https://reallifemag.com/the-gamification-of-games

    “One of the aspects of gamification is that you’re going to get lots of information potentially about your players. Information about who they are, their profile and so forth, but also tremendously granular data about what they’re doing. Every action they take in the game, potentially can be collected, and that’s a great thing.” Points, badges, and leaderboards have always been about the data and not the play. Source: Real Life

  • LUTTES DE POUVOIR AU SEIN DU PARTI TECHNOLOGISTE
     
    5G : avis aux opposants sur les luttes de pouvoir au sein du parti technologiste

    « La France est le pays des Lumières, le pays de l’innovation. J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile. Je ne crois pas que le modèle amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine (1). » Emmanuel Macron, président, ex-cadre de Rothschild & Cie
    « Nous, avec le président, on n’est pas des technologistes […], on est des progressistes. Ça veut dire qu’on assume qu’on a besoin d’innovation, qu’on a besoin de progrès (2). » Amélie de Montchalin, ministre, ex-cadre de BNP-Paribas et d’Axa
    « [C’est du] mépris à l’égard d’un bon nombre de personnes qui malheureusement n’ont pas accès à la 4G (3). » Julien Bayou, diplômé de Sciences-Po et porte-parole EELV
    « Les formes rondes et rectangulaires des antennes 5G s’intègrent mal dans le tissu [urbain] existant (4). » Vincent Fristot, ingénieur et adjoint au maire EELV de Grenoble
    --
    Vous en savez déjà suffisamment. [Nous] aussi. Ce ne sont pas les informations qui nous font défaut. Ce qui nous manque, c’est le courage de comprendre ce que nous savons et d’en tirer les conséquences (5).
    Lors du mouvement contre les capteurs Linky, des centaines de collectifs, des journaux alternatifs, des individus politiques ont mené l’enquête critique pour mettre en pièces le premier objet connecté imposé, sous tous ses aspects : économique, sanitaire, législatif – et surtout politique. Comme il n’est pas de malheur qui ne soit bon à quelque chose, beaucoup de ces recherches et des échanges entre ceux qui les menaient, eurent lieu au sein du filet numérique que nous voulons briser. Outre les innombrables réunions, déplacements et manifestations en chair et en os, on s’informa électroniquement d’une ville, d’une région, d’un pays à l’autre (Allemagne, Belgique). Il y eut du déchet, des radotages, pinaillages et insanités dignes d’une assemblée générale de copropriétaires, des boursouflures histrioniques qui guignaient là un marchepied, et un sourd refus de transformer ce mouvement de base en organisation hiérarchisée. Bref, des Gilets jaunes avant les Gilets jaunes. Un vrai mouvement d’auto-éducation dont les membres, individuellement et mutuellement, se transformèrent en enquêteurs afin de fonder et creuser les raisons de leur opposition. Sauf erreur, ce mouvement d’enquête et d’auto-éducation n’a qu’un précédent, celui de 2005 à propos du référendum sur la constitution européenne, qui vit la technocratie dirigeante, contredite par les électeurs, réunir son congrès à Versailles en 2008 afin de passer outre leur refus. Précieuse leçon, la technocratie n’obéit à la démocratie que lorsque la démocratie lui obéit.
    Ce sont les réflexes et les méthodes de travail acquises lors du mouvement contre Linky que l’on a vus à l’œuvre sur la 5G. Alors que le mouvement s’épuisait au fur et à mesure de l’avancée d’Enedis et de la raréfaction des zones libres de boîtiers de commande et de surveillance à distance, ses participants non résignés tâchèrent de réfléchir afin de transformer leur retraite en offensive à venir. Il n’y avait que deux directions possibles : en avant ou en arrière. La seule issue radicale – en arrière - consistait à enquêter sur 150 ans de société électrique afin de revenir à la racine et d’esquisser « le noir bilan de la Houille blanche (6) ».
C’est-à-dire ce que nous coûte l’électrification du monde en termes de « contre-productivité (7) », de gaspillage des matières premières, de destruction des milieux et des paysages, de gaspillage en objets de consommation (Fnac-Darty, produits bruns, produits blancs), de perte d’autonomie locale en matière de production d’énergie et plus fondamentalement en matière de mode de vie et de liberté. Le réseau électrique unifié et piloté centralement, c’est déjà la Machine à gouverner dont la 5G représente la nouvelle version.
Quant à la voiture électronucléaire, il eut fallu, là aussi, remonter aux vieilles batailles, perdues, contre la nucléarisation du pays (8), et de là aux débuts de la société électrique, un siècle plus tôt. Faire le lien avec le centre d’enfouissement des déchets nucléaires en chantier à Bure, dépotoir final de la filière électrique. En bref, trop de travail d’enquête et de formulation pour affronter finalement le stupide conformisme collectif sur l’« innocuité » de l’électricité nucléaire et la « nécessité » de la voiture individuelle.
La difficulté étant d’entreprendre une enquête historique un peu longue et creusée, un peu pensée, et d’oser affronter les risées, le scandale et l’outrage au bon sens progressiste que constituait un plaidoyer pour « le retour à la bougie ».
    L’autre voie, que l’on pourrait dire suiviste, défensive - et facile - consistait donc, une fois de plus, à batailler contre la nouvelle nuisance - la 5G - et à défendre la précédente (la 4G), au nom du moindre mal contre le pire. Quant au mieux, ou simplement au bien, à la vie simple et tranquille, n’y compte pas lecteur, tu arrives trop tard dans un monde trop vieux. Tu défendras la prochaine fois la 5G contre la 6, la 6 contre la 7, et ainsi de suite, dans une perpétuelle guerre à reculons, jusqu’à ce que mort s’ensuive et la défaite finale.
    Nonobstant, qui a assisté aux laborieux cours de physique, lors du mouvement anti-nucléaire des années 70, ou de « sciences de la vie » lors du combat contre les chimères génétiques (OGM) des années 2000, ou qui a passé des années à plancher sur les nanotechnologies et à faire la promotion de l’enquête critique, ne peut que se réjouir de la vitesse à laquelle de multiples collectifs à Nantes, Lyon, Montpellier, Rodez, Hendaye, etc. se sont jetés sur la technologie 5G et l’ont déchiquetée dans tous ses aspects, tels une meute de piranhas sur un touriste en maillot de bain.
    L’enquête est complète, irréfutable le dossier d’accusation. Nul ne sera surpris par ses conclusions. La 5G est une opération techno-capitaliste impliquant les dirigeants de l’État et des grandes entreprises du numérique. Elle multiplie par x les ravages écologiques de l’industrie numérique, pillages de ressources naturelles et de matières premières, pollution des cieux par des milliers de satellites et de la terre par des milliers d’antennes, intensifiant le brouillard électromagnétique, ses effets cancérogènes et l’électro-sensibilité d’un nombre croissant d’individus. Jusque-là, dira-t-on, rien de nouveau. Si vous ne voulez pas des effets pervers de la société industrielle, supprimez la société industrielle qui envahit et détruit le monde depuis deux siècles.
Le pire - et l’avènement du pire - avec la 5G, c’est l’interconnexion généralisée de tout et de tous au sein d’un filet cybernétique universel, et la transformation du monde en machinerie générale automatisée, pilotée par son poste de commande central ; ce que le chroniqueur scientifique du Monde nommait en 1948, la « Machine à gouverner (9) ». Une Machine, contrôlant, surveillant et contraignant chacun de ses machins et machines (oui, c’est bien de vous que l’on parle), au moyen de leurs multiples connexions personnelles. Car gouverner, comme vous l’avez encore vu ces derniers temps, c’est contraindre ; et la Machine à gouverner est une Machine à contraindre. Mais on ne va pas radoter ce qu’on a répété depuis des décennies, et que nous savons tous parfaitement.
    Si les informations ne font pas défaut, elles ont jusqu’à ces derniers temps laissé indifférents les appareils rouges, roses ou Verts. Nul ne les a entendus réclamer un « débat public » quand la Commission européenne a lancé son plan d’action « La 5G pour l’Europe » en 2016, ni quand le Parlement européen a recommandé en 2017 un « dispositif de connectivité universelle » pour « innover dans le domaine de la robotique et de l’intelligence artificielle et intégrer ces technologies au cœur de l’économie et de la société (10) ». Cette année-là justement, Eric Piolle, maire-ingénieur EELV de Grenopolis, travaillait à cette intégration, inaugurant avec ferveur et enthousiasme le bâtiment de Schneider Electric dédié à la smart city et l’Internet des objets (11).
    Silence toujours en 2018, quand le gouvernement publie sa « feuille de route 5G (12) », détaillant objectifs, moyens et calendrier, et alors que les ingénieurs du CEA-Léti de Grenoble testent la 5G aux J.O de Séoul. Idem quand l’État annonce les enchères pour les fréquences à l’été 2019 - « 5G, ça démarre enfin (13) ! », lance Le Parisien. Cet été-là, les parlementaires votent la loi qui vise à sécuriser le déploiement de la 5G, avec le soutien de l’ensemble des groupes (14) au Sénat.
    François Ruffin ne réclame alors ni moratoire ni référendum, il fait juste son travail de député pour contribuer à cette sécurisation (15). Eric Piolle ne fustige pas « l’hypernumérisation », mais vante l’esprit d’innovation de sa ville : « […] de la révolution numérique aux recherches sur l’infiniment petit, à chaque fois Grenoble est en avance… c’est dans son ADN (16) ! »
    Sur le fond, les technologistes verts et rouges n’ont pas d’objection au déploiement de la 5G, ni à une machination plus performante de nos vies. Comme les technologistes libéraux, ils comptent sur la « planète intelligente » interconnectée pour rationaliser/rationner les ressources résiduelles. La France Insoumise promet de « développer la ville intelligente (Smart city) […] au service de la planification écologique » et la « e-démocratie » dans le cadre de sa « révolution numérique (17)  ». Le Vert Yannick Jadot se dit « convaincu qu’elle [la 5G] pourrait contribuer à la transition écologique dans certains secteurs (18) ». Tout comme la macronienne Amélie de Montchalin : « le progrès, notamment technologique, […] face aux défis écologiques et à la transition environnementale, doit pouvoir nous aider (19) ».

    NOUS EN SAVONS DÉJÀ SUFFISAMMENT

    Quelque chose change durant l’été 2020. L’enquête menée par nombre de collectifs et d’individus a nourri la révolte contre la pose à marche forcée des capteurs Linky (20). L’ampleur, l’endurance, la pugnacité et la qualité critique de ce mouvement attirent l’inquiétude et la convoitise des recycleurs roses, rouges, Verts. Leur succès aux municipales échauffe les ambitions des technocrates Verts - Piolle et Jadot en tête. Vont-ils enfin supplanter les socialistes roses comme centre de futures « coalitions plurielles » ? Quant aux récupérateurs rouges – type Ruffin, Politis, France Insoumise – les voilà prêts à sauter sur un nouveau dada, en attendant qu’une fermeture d’usine les ramène à la défense du pneu connecté français. Macron, lui, champion saint-simonien des technocrates libéraux et de la Start-up nation, est parfaitement « dans son rôle » lorsqu’il vole à la défense d’une nouvelle technologie de direction, plus rapide, plus puissante, de la Machine à gouverner. Quitte à recycler (décidément) la tirade du général de Gaulle, il y a soixante ans de cela :
« Il est tout à fait naturel qu’on ressente la nostalgie de ce qui était l’Empire, tout comme on peut regretter la douceur des lampes à huile, la splendeur de la marine à voile, le charme du temps des équipages. Mais quoi ? Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités. » (14 juin 1960).
Les réalités ? La bombe et les centrales nucléaires, les plans d’aménagement et de développement chers à Bayrou et Mélenchon, les autoroutes, les cités HLM et les centres commerciaux. Tous les fléaux du « progrès » techno-industriel, du chaos climatique, des épouvantes virales et des destructions naturelles que « les générations futures », c’est-à-dire nous, devons aujourd’hui combattre envers et contre nos gouvernements « réalistes ». Il n’y a pas plus obtus que les technolâtres du « progrès ».
    Les Verts ont d’ailleurs parfaitement raison de protester contre l’amalgame de Macron qui leur attribue fielleusement nos idées, celles de la critique radicale et anti-industrielle. Ils ne soutiennent pas moins la fuite en avant technologique que Macron. Simplement leur posture de défense des citoyens consommateurs les contraint à des simagrées de pure forme, afin de s’imposer comme les plus vigilants gardiens de leur « qualité de vie », et à s’assurer ainsi une rente électorale dont la croissance est indexée sur l’agonie de nos conditions de vie. Jusqu’au moment ultime où toute la caste politique verdie, convertie aux green technologies et réunie dans un même parti de l’état d’urgence vert, obtiendra l’approbation unanime des sondages et des réseaux sociaux pour abolir toute autre liberté que celles d’obéir aux contraintes réclamées par les citoyens connectés, et contrôlées grâce aux applications obligatoires et téléchargées.
En attendant, les Verts sont toujours prêts à faire durer l’agonie afin de conserver à la vie, au monde et à leurs électeurs-trices, les élu-e-s qu’ils méritent. Et c’est ainsi qu’ils se retrouvent avec leurs rivaux rouges/roses dans un même mouvement de soutien à la 4G et à la numérisation durable de nos existences.
    En quelques semaines, tous les courants technologistes - libéraux, socialos, écolos - tentent de tirer parti d’un sujet qu’ils avaient jusqu’ici méprisé. La mise en scène d’un pseudo clivage entre « progressistes » et « Amish » n’ayant d’autre objet que la valorisation mutuelle des factions en lutte pour le pouvoir au sein du parti technologiste.
Qui des ingénieurs EELV, des saint-simoniens macroniens ou des saint-simoniens communistes, programmera les algorithmes de la « transition écologique » et de la « Machine à gouverner » ?
    S’ils ont tiré les leçons des échecs précédents, les opposants sincères à la 5G et à la déshumanisation refuseront de brader leur légitimité « historique » et « de terrain » à leurs ennemis technologistes, contre un plat de lentilles médiatique. Les écolo-socialistes, rouges-verts, les Piolle & Ruffin si vous voulez, y gagneraient la direction publicitaire et flatteuse d’un mouvement qu’ils dévoieraient vers les sables mouvants des « moratoires » et des « conférences citoyennes », en attendant de les rabattre vers les urnes aux prochaines élections. Quel intérêt auraient ceux qui tirent à la fois leurs carrières, leur légitimité et leurs postes du système technicien à poser en termes véridiques la question de sa survie ?
    Cependant, le moment est savoureux pour les lanceurs d’idées que nous tâchons d’être. Écoutons François Ruffin, le défenseur de l’emploi industriel (21) : « Pendant longtemps, il y a eu une relation entre progrès technologique et humain. Aujourd’hui, ce n’est plus du tout évident. On peut avoir le sentiment que parfois le progrès technologique se retourne contre l’humain. C’est une des raisons pour laquelle il faut de la démocratie lors de la mise en œuvre de nouvelles technologies (22). »
    Eric Piolle, maire d’une smart city pilote : « C’est du délire total, cette course en avant moi ça me scandalise. C’est un modèle de société aussi, c’est ce qui permet de basculer dans cette smart city où on est plein de capteurs bourrés de partout (23). » Appelons cela l’hommage du vice à la vertu et souvenons-nous que le plagiat est la forme la plus sincère d’hommage. Quant au socialiste Olivier Faure, dont le parti nous traitait d’obscurantistes il y a peu d’années, le voici en pleine repentance : « Le progrès technologique n’est pas forcément un progrès pour l’Homme (24) ».
    On ne peut qu’être frappés de retrouver les idées et les mots de la critique anti-industrielle dans les propos approximatifs de ces politiciens. Même la ministre Amélie de Montchalin reprend notre opposition entre technologistes et écologistes. Ni elle, ni Olivier Faure ne connaissent Pièces et main d’œuvre – à la différence de Piolle et Ruffin. Mais ces mots et ces idées ayant voyagé depuis des décennies, finissent par devenir des évidences. Ces échos à nos propres écrits répondent à ceux qui depuis l’automne 2000 nous demandent « quoi faire », et à qui nous avions écrit en première page de notre site :
« Nul à ce jour n’a trouvé d’autre moyen de transformer les idées en force matérielle, et la critique en actes, que la conviction du plus grand nombre. Nous soutenons que les idées sont décisives. Les idées ont des ailes et des conséquences. Une idée qui vole de cervelle en cervelle devient une force d’action irrésistible et transforme la réalité. C’est d’abord une bataille d’idées que nous, sans-pouvoir, livrons au pouvoir, aussi devons-nous être d’abord des producteurs d’idées (25). Pour produire des idées, nous nous appuyons d’abord sur l’enquête critique, aliment et condition première, quoiqu’insuffisante à toute action. »
    Nos idées sont virales, et nous assistons à une épidémie. Nos idées : celles que nous avons produites depuis vingt ans et celles que vingt générations de penseurs et d’enquêteurs ont produites avant nous, afin que nous soyons mieux capables de vivre contre notre temps. Voyez « Notre Bibliothèque Verte (26) ».

    COMPRENDRE CE QUE NOUS SAVONS

    Certes, la contamination reste bénigne et les technocrates immunisés. Toute la revendication des Verts et Insoumis se borne au développement de la 4G et de la fibre à la place de la 5G et à la résorption « des zones blanches où les professionnels n’ont pas accès à des réseaux corrects (27) ». « Alors que tant de Français n’ont accès ni à la fibre, ni à la 4G, ni même à la 3G, l’effort doit-il se porter sur l’accès à un nouveau réseau ? », s’indigne Clémentine Autain (députée FI). Et du réseau, il en faut pour regarder les vidéos Youtube, Twitch et TikTok des Mélenchon, Autain, Ruffin et consorts.
    Que l’humanité mute en amas cellulaires sur canapé, dotés de moignons résiduels pour glisser sur leur smartphone - et acquiesce à ce saut évolutif, révolte moins ces technologistes que la fracture numérique. Égalité oblige, tout le monde doit devenir ce machin avachi et dépossédé qu’est l’homme-téléphone. Sans réseau, plus de vie. Sans batterie, pas d’autonomie. Quel progrès pour les bavards de l’émancipation.
    Technologistes verts et rouges demandent des garanties sur l’innocuité sanitaire des nouveaux réseaux, flattant ainsi les associations et pétitionnaires d’abord soucieux de leur santé. On a vu la même verdaille bureaucratique et associative exiger des chimères génétiques « sûres » dans les années 1990 et des nanotechnologies « encadrées » dans les années 2000. Aujourd’hui comme alors, ils ne combattent pas les causes des catastrophes, mais mégotent sur leurs modalités. Un « moratoire », ce n’est qu’un délai avant exécution. C’est ce qu’on demande pour gagner du temps et enterrer une contestation tout en se donnant l’air de la soutenir. Les « évaluations sanitaires et écologiques », on en connaît les résultats d’avance. Confiées à des laboratoires et à des institutions financées par l’État et les entreprises, dont les experts ont les mêmes intérêts matériels et idéologiques que ceux de leurs commanditaires, leurs études concluent invariablement qu’on ne peut établir un lien de cause à effet entre les activités criminelles des techno-industries mises en cause et les pathologies accablant leurs victimes. Voyez les précédents de l’amiante, du tabac, des pesticides, des pollutions radioactives et toute la kyrielle des « maladies de civilisation », du cancer aux maladies cardiovasculaires.
Ce que réclament les technologistes Verts/rouges, c’est précisément ce que l’État technologiste est prêt à leur accorder ; ce qu’il leur demande, dans un jeu de rôles bien réparti et mis en scène, de lui demander, afin qu’il puisse passer pour raisonnable et capable de concessions, cependant qu’ils passeront eux pour des opposants utiles et efficaces. Révision des seuils d’exposition (permis de polluer), encadrement, traçabilité, expertise pseudo- indépendante. Bref, une gestion technocratique des nuisances, « [en nourrissant] le débat politique de données scientifiques (28) » (Clémentine Autain). « Pas de données scientifiques, pas de 5G (29) », radote la députée européenne EELV Michèle Rivasi. Elle aura ses données scientifiques et la 5G.
    La connexion obligatoire, oui, mais safe. D’après les perturbateurs d’une allocution de Cédric Villani à Albi, ce monde de l’intelligence artificielle serait « inacceptable pour une raison simple : il s’appuie sur le réseau 5G qui, plus encore que les précédents, menace directement notre santé (30) ». Et donc, approuve Michèle Rivasi, « [développons] d’abord la 4G, mais aussi la fibre optique, qui n’émet pas d’ondes, plutôt que la 5G (31) ». Reconnaissons-lui du moins de la suite dans son inconséquence. L’Encyclopédie des Nuisances ironisait déjà en 1990, à son propos :
« Ainsi un "laboratoire indépendant" comme la CRII-RAD, fondé après Tchernobyl – indépendant de l’Etat mais pas des institutions locales et régionales -, s’était donné pour seul but de "défendre les consommateurs" en comptabilisant leurs becquerels. Une telle "défense" néo-syndicale du métier de consommateur – le dernier des métiers – revient à Ne pas attaquer la dépossession qui, privant les individus de tout pouvoir de décision sur la production de leurs conditions d’existence, garantit qu’ils devront continuer à supporter ce qui a été choisi par d’autres, et à dépendre de spécialistes incontrôlables pour en connaître, ou non, la nocivité. C’est donc sans surprise que l’on apprend maintenant la nomination de la présidente de la CRII-RAD, Michèle Rivasi, à l’Agence nationale pour la qualité de l’air, ou son indépendance pourra s’accomplir au service de celle de l’État (32). »
    L’humain – ou plutôt le machin - standard façonné par un siècle de turbo-progrès n’a plus que sa santé à défendre. Les technocrates l’ont bien compris, qui retournent l’argument sanitaire contre tout risque de contestation. « La santé, c’est incontestable. Lorsque vous avez des oppositions à certaines technologies et que vous faites témoigner des associations de malades, tout le monde adhère (33) », disait Geneviève Fioraso. Et les promoteurs de la vie virtuelle de vanter les futures prouesses médicales de la 5G, après celles du nucléaire, des OGM et des nanotechnologies. Bientôt les robots-chirurgiens pourront opérer à distance les cancers dus à l’empoisonnement industriel de notre biotope. Qui veut éliminer les nuisances industrielles doit supprimer l’industrie. Ou s’en remettre à elle totalement, en mendiant quelques gouttes de remèdes aux laboratoires à poisons.
    Quant à sa liberté de penser, de choisir et d’agir, à son autonomie dans la conduite de sa vie, l’humain 3.0 (le machin) s’en est délesté au profit de la Mère-Machine, de la planification bienveillante et automatisée qui le prend en charge et le protège de toute surprise. Et pour ça, la 4G suffit bien, plaide Stop 5G en Suisse : « La 4G est suffisante pour lire des vidéos en ligne […]. Il n’y a pas besoin de 5G pour les communications machine-machine, ni pour la télémédecine, les réseaux existants suffisent. Beaucoup d’applications prévues pour la 5G sont en fait des applications fixes et non mobiles. Les voitures autonomes peuvent fonctionner sans réseau ultrarapide, sur la base de leurs capteurs de bord (34). »
    Rassurons ces connectés anxieux : les composants électroniques gravés en moins de 10 nanomètres grâce aux nanotechnologies, qui rendent vos smartphones si performants, ne contiennent pas de nanoparticules. Votre laisse électronique n’est pas toxique. Soulagement de l’association Robin des Toits, qui s’est donné « pour mission de confirmer que la téléphonie mobile (2G) peut être compatible avec la santé publique (35). »
    Tous veulent donc des évaluations scientifiques. La « convention citoyenne pour le climat » demande un moratoire « en attendant les résultats de l’évaluation sur la santé et le climat. » Des députés Les Républicains demandent une commission d’enquête, inquiets de « l’absence de données relatives aux effets biologiques et sanitaires potentiels dans les bandes de fréquence considérées. » De leur côté, 70 élus EELV, PS, PC, FI, croient dans l’intervention de l’Anses (l’agence nationale de sécurité sanitaire). « Il nous semble indispensable d’attendre ses conclusions avant de déployer la 5G (36) », écrivent-ils dans une tribune exigeant un moratoire. Comme si l’Anses (ex-Afsse) en bonne agence de l’État, avait jamais fait preuve d’indépendance. Quels arguments leur restera-t-il quand elle aura garanti l’innocuité des réseaux ? Mais ils n’invoquent ce pseudo argument de santé que dans la certitude d’être promptement rassurés et de pouvoir ainsi soutenir l’imposition de la 5G, tout en feignant de se soucier davantage des électeurs anxieux que leurs rivaux macronistes d’En Marche.
    À réduire les questions politiques et anthropologiques à des problèmes techniques, on se condamne à laisser trancher les spécialistes. Une aubaine pour les Verts, prétendus meilleurs ingénieurs du système, qui recyclent leur expertise dans une contestation d’ajustement. Quant à ceux qui n’ont pas les compétences, ils n’ont pas leur mot à dire. Écoutons une technologiste de droite, pour changer :
« Comment voulez-vous faire un référendum ? Les Français sont scientifiques ? [À propos du référendum sur la constitution européenne] ça n’a rien à voir, c’est comment on veut être gouvernés. On a le droit d’avoir un avis sur comment on veut être gouvernés (37). »
    Mais si, Valérie Pécresse, la « planète intelligente » et ses réseaux communicants, c’est « comment on veut être gouvernés », justement. C’est même l’un des rouages de la « Machine à gouverner » que construisaient les cybernéticiens d’après-guerre. Voulons-nous être gouvernés et nous gouverner par nous-mêmes, animaux politiques délibérant, ou confier l’organisation sociale de nos vies aux algorithmes gavés des datas collectées par la 5G ? Enfin une question sérieuse pour un référendum.

    TIRER DES CONSÉQUENCES

    « Peu d’hommes sont des hommes, dit le poète Novalis. C’est pourquoi les Droits de l’homme, extrêmement indécents, sont élaborés comme s’ils existaient réellement. Soyez des hommes et les Droits de l’homme vous reviendront d’eux-mêmes. »
    Machines, Machins, encore un effort pour être des humains.
    La validation des spécialistes est inutile à ceux qui pensent par eux-mêmes contre le techno-
totalitarisme. Comme toutes les technologies, la 5G demande : comment voulons-nous vivre ? Les experts en la matière, c’est nous, les vivants, et nulle étude scientifique ne peut ni ne doit y répondre à notre place.
    Quant à nous, naturiens, anti-industriels, écologistes conséquents, qui ne confondons pas l’écologisme et le technologisme, non seulement nous ne voulons pas de la 5G, mais nous refusons la 4G, la 3G, la 2G, les smartphones, les réseaux sociaux et toute la machinerie cybernétique, même garantie sans danger pour la santé et l’environnement.
    La défense de la nature et celle de la liberté sont indissociables et se conjuguent dans notre refus du monde-machine. Voilà pourquoi nous avons d’emblée combattu le téléphone portable, gadget de destruction massive de notre environnement naturel et social, de nos facultés intellectuelles et de notre sensibilité, de notre liberté et de notre autonomie (38).
Il n’y a jamais eu de « bons usages » du téléphone portable, pas plus que du smartphone. Le premier a bouleversé nos vies, le monde, nos rapports aux autres, au temps, à l’espace, à nous-mêmes, et ouvert la voie au second, conformément au projet des ingénieurs d’IBM, Motorola, STMicroelectronics, du CEA, etc., de nous fourguer un couteau suisse électronique, qui s’est révélé l’interface obligatoire pour survivre sur la smart planet.
    Si les électrosensibles se plaignent d’être partout prisonniers du filet électromagnétique, tous, nous sommes prisonniers du filet cybernétique, sans ces zones blanches de paix et de liberté qui subsistaient au sein du monde industriel. Nous voici devenus des Smartiens dépendants de notre connexion à la Machinerie générale. Des passagers de nos propres vies comme de nos futures voitures. Qui tient le volant ?
Les algorithmes et les robots organisent désormais notre survie rationnelle, dans le dépotoir
planétaire issu d’un siècle d’« innovation techno-industrielle ». Ce que ni Macron, ni ses pareils technolâtres, ne peuvent dire, c’est d’où viennent ces « défis écologiques » qu’ils prétendent relever par de nouvelles innovations, après tant d’innovations accumulées depuis la lampe à huile.
    La 5G ou la lampe à huile, jamais nous n’aurons un tel choix. On ne reviendra pas à la bougie parce que les ingénieurs de l’innovation et leur tactique de la terre brûlée ont rageusement détruit le monde de la bougie, interdisant tout retour en arrière. Un siècle de progrès sans merci a produit ce que ce fat prétentieux de Macron nomme en novlangue technocratique « la complexité des problèmes contemporains ».
    Mais qu’un choix pareil, dans un univers parallèle, nous échoie par quelque faille spatio-temporelle, nous ferons le saut sans hésiter. La 5G sera bientôt dépassée par la 6G, après avoir suscité de « nouveaux usages » comme disent les sociologues et les marketeurs, qui auront comprimé toujours plus nos marges de respiration. Alors, les Verts demanderont qu’on en reste à la 5G et les Insoumis que tout le monde y ait accès. Et ainsi de suite, sans que rien ne change à la contrainte d’une vie sous état d’urgence écologique, ni à l’aliénation de masses amputées du goût de l’effort pour la liberté et dépossédées de toute personnalité. Sans nous.
    Quoi qu’en disent les techno-fanatiques et les esclaves de la-vie-avec-son-temps, nul de ces maux ne menaçait nos aïeux du temps où ils se levaient et se couchaient avec le soleil. Ils n’avaient ni le confort, ni la facilité des machines électriques, la vie était rude et l’effort constant. Leurs souffrances valaient les nôtres. Mais le cours de leurs vies s’écoulait à son rythme naturel. Leur ciel était étoilé, respirable leur air et leurs arbres oiselés. Ils ignoraient le travail de nuit, le stress (le mot est contemporain du déploiement de l’électricité) et le burn out (sous-produit du téléphone portable). Leurs saisons et leurs gestes avaient du sens, et l’entraide n’était pas le nom d’un service municipal. Ils mouraient plus jeunes mais finissaient leurs jours à leur place, parmi les leurs, et non remisés dans des établissements aseptisés.
Leur monde était à leur mesure d’homme, et leur offrait l’espoir de pouvoir quelque chose. Leur horizon n’était ni le chaos climatique et démographique, ni le silence de la nature morte. Accessoirement, ils ont inventé la philosophie, la poésie et les mathématiques, fait la révolution, bâti les cathédrales, peint les toiles, écrit les livres et les partitions dont nous jouissons des siècles plus tard – à la lueur des lampes à huile.
    Les marchands d’innovations prétendent que nos aïeux ont désiré l’électricité. C’est faux. Pas plus que nous n’avons demandé le téléphone portable et Internet, ils n’ont souhaité la force électrique. Il a fallu des campagnes de propagande, des incitations tarifaires, des expositions universelles opposant « villages nègres et alpins » et « maisons et fermes modernes » - et bien sûr des installations à marche forcée (barrages, lignes, etc.) accompagnées de discours sur le progrès (39) des décennies durant, avant que l’électricité ne leur devienne indispensable. On ne peut vivre sans électricité dans un monde électrifié. Sauf à se faire ermite. On peut vivre sans téléphone portable, comme nous, mais dans le monde de l’homme-téléphone, on commence à faire bizarre. Tel est le vrai visage de la technologie : un totalitarisme qui nous élimine sans douleur.
    Bon, on va s’arrêter là pour aujourd’hui.


    Pièces et main d’œuvre

    Grenoble, septembre 2020
     
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1357
    https://chimpanzesdufutur.wordpress.com/category/analyses

    --
    1. 14/09/20
    2. France Info, 15/09/20
    3. France Info, 16/09/20
    4. Place Grenet, 22/07/20
    5. Sven Lindqvist, Exterminez toutes ces brutes, 1992
    6. Cf. « Et si on revenait à la bougie ? (Le noir bilan de la "Houille blanche"), Pièces et main d’œuvre,
19/04/19
    7. Cf. Ivan Illich, La convivialité (1973), Energie et Equité (1973)
    8. Cf. Memento Malville. Une histoire des années soixante-dix, Pièces et main d’œuvre (2005)
www.piecesetmaindoeuvre.com et Pièce détachée n°14
    9. P. Dubarle, « Vers la machine à gouverner… » in Le Monde, 28/12/1948
    10. Résolution du 16 février 2017.
    11. Cf. « 5G : quand Piolle, maire technologiste de Grenopolis, nous vole des éléments de langage », Pièces et main d’œuvre, 15/07/20
    12. « 5G, une feuille de route ambitieuse pour la France », gouvernement et Arcep, 16/07/18
    13. Le Parisien, 16/07/19
    14. https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/securite-des-reseaux-5g-le-parlement-adopte-la- proposition-de-loi-824476.html
    15. Dépôt d’un amendement (rejeté) sur le choix des fournisseurs de logiciels dans les appels d’offres publics. Cf. http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1832/AN/11
    16. Présences, 11 mars 2019
    17. https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/notre-revolution-numerique
    18. France Info, 14/09/20
    19. France Info, 15/09/20
    20. Cf. « Dans les filets de Linky » ; « Linky, objet pédagogique pour une leçon politique » et autres textes réunis dans la Pièce détachée n°79, Pièces et main d’œuvre (2013-2018)
    21. Cf. « Réindustrialisons : quand Là-bas si j’y suis défend le cancer français » (2012), « Cancer français, la récidive » (2016), Pièces et main d’œuvre
    22. Le Figaro, 3/09/20
    23. « 5G : quand Piolle, maire technologiste de Grenopolis, nous vole des éléments de langage », art. cit.
    24. AFP 15/09/20
    25. « Pour l’enquête critique », Pièces et main d’œuvre, oct. 2005
    26. http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=1320
    27. Vincent Fristot, ingénieur élu EELV à Grenoble, in Place Grenet, 22/07/20
    28. Assemblée nationale, 15/09/20
    29. La Provence, 31/08/20
    30. Lettre à Cédric Villani, par « Un cloud d’opposant.es à la Start-up Nation » (juin 2019).
    31. La Provence, 31/08/20
    32. Encyclopédie des Nuisances, Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer, juin 1990
    33. France Inter, 27/06/12
    34. www.stop5G.ch
    35. L’association Robin des Toits, https://www.robindestoits.org
    36. « 5G, numérique : nous voulons un débat démocratique », tribune de 70 élus, art. cit.
    37. Valérie Pécresse, France Info 17/09/20
    38. Cf. Le téléphone portable, gadget de destruction massive. Pièce détachée n°93 et en ligne sur www.piecesetmaindoeuvre.com
    --

  • Biden downplays danger of election coup - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/en/articles/2020/09/26/elec-s26.html

    President Donald Trump pressed ahead with his plans for a court-ratified seizure of power in the 2020 elections, as White House officials made it known Friday evening that he will nominate ultra-right jurist Amy Coney Barrett today to fill the vacancy on the Supreme Court created by the death of Ruth Bader Ginsburg.

    #USA #Trump #presidential_election

  • Affaire Omar Radi : Le procès de la presse au Maroc
    https://www.lemediatv.fr/emissions/2020/affaire-omar-radi-le-proces-de-la-presse-au-maroc-iMs2sFJsQiWTLtBZFF-TYQ

    C’est une affaire qui secoue tout le Maroc. Le procès d’Omar Radi s’est ouvert mardi 22 septembre. Journaliste connu pour sa lutte contre la corruption du régime, ses travaux contre les expropriations des paysans dans les régions reculées du Maroc,…

    #International #Liberté_de_la_presse

  • Revue de presse du 20.09 au 26.09.20
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?672-revue-de-presse-semaine-du

    Pourquoi Emmanuel Macron parle désormais de « séparatisme » et plus de « communautarisme »

    Qui sont les anti-masques ?

    Suède : une Violence « Extrêmement Grave »

    Covid-19 : « Elle a bon dos, la science ! »

    « Face à Erdogan, la France ne peut plus compter sur l’Otan, ni sur l’Allemagne »

    « Entre lampe à huile et chemins de fer, une histoire des techniques falsifiée a la cote au gouvernement »

    « L’AFP défend avec force la liberté d’expression, mais… »

    L’extension démente du domaine du racisme tue la vie intellectuelle »

    Covid-19 : non pas la dernière peste, mais l’anticipation d’un monde post-antibiotique

    Le voile ou l’illusion du vivre ensemble

    Un nouvel eugénisme

    Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l’Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

    Bonus

    *

    Présentation/Archives/Abonnement

  • Petites erreurs du réel
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/petites-erreurs-du-reel

    La place située entre la #Gare de l’Est et le Centre des Recollets, à #Paris dans le 10ème arrondissement, a été réaménagée et végétalisée en 2012 et porte depuis le nom de la résistante et femme politique Madeleine Braun, première femme vice-président de l’Assemblée nationale. En 1951, écartée du Parti Communiste, elle s’éloigne de la politique et devient co-directrice avec Louis Aragon des Éditeurs français réunis, où elle publie de nombreux auteurs comme Paul Valéry, Paul Eluard ou Vladimir Maïakovski. Cet (...) #Palimpseste / #Photographie, Paris, #Paysage, #Ville, #Regard, #Quotidien, Société, #Solitude, #Traces, #Rêve, #Poésie, (...)

    #Société
    http://museedelaresistanceenligne.org/media5438-Place-Madeleine-Braun-Paris-Xe
    https://www.seuil.com/ouvrage/le-propre-du-langage-voyages-au-pays-des-noms-communs-jean-christophe-bailly/9782020315623
    http://liminaire.fr/IMG/mp4/place.mp4

  • Marseille, 26/9/20 : Avant-première de Un Pays qui se tient sage
    http://www.davduf.net/marseille-26-9-20-avant-premiere-de-un-pays-qui

    Une seconde séance vient d’être ouverte. Avant première suivie d’un débat avec le réalisateur et invités. Le mot du distributeur :

    « Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes font l’objet d’une répression de plus en plus brutale. Le documentaire « Un pays qui se tient sage » invite à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État. » Lieu : (...) #Agenda

  • #Coing odorant de Kippour
    https://cuisine-libre.fr/coing-odorant-de-kippour

    Choisir un coing de taille moyenne, de couleur jaune de préférence, assez gros, mais rond. Moudre un sachet de #Clou_de_girofle en laissant de côté quelques-uns des plus beaux. Humidifier un linge propre. Y déposer les clous de girofles avec le coing. Vous pouvez aussi piquer le coing avec les clous de girofle entiers. Enrouler le torchon et laisser reposer une nuit dans un endroit chaud (sous un matelas). Le lendemain, puis tous les 2 jours, ouvrir le linge et tourner le coing de façon à ce que… Clou de girofle, Coing / #Végétarien, #Sans œuf, #Sans gluten, Végétalien (vegan), #Sans lactose, #Sans viande

    #Végétalien_vegan_

  • Dr. Fauci : les effets à long terme de la Covid-19, en particulier chez les jeunes, sont « inquiétants »
    https://www.les-crises.fr/dr-fauci-les-effets-a-long-terme-de-la-covid-19-en-particulier-chez-les-j

    Source : Der Spiegel, Rafaela von Bredow, Veronika Hackenbroch Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source. Dans un entretien avec DER SPIEGEL, le Dr Anthony Fauci, conseiller de Donald Trump en matière de pandémie, évoque la colère de ses adversaires, ses relations avec le président, les erreurs commises dans l’effort pour contenir la propagation de la COVID-19 et son optimisme prudent quant à la disponibilité prochaine d’un vaccin. DER SPIEGEL : Dr. Fauci, vous avez dit un jour de vous-même que vous aviez « la réputation de toujours dire la vérité et de ne pas édulcorer les choses ». Pouvons-nous espérer obtenir de vous quelques exemples de vérités encore non dites aujourd’hui ? Fauci : Bien sûr ! Je vous dirai toujours la (...)

  • Considérations sur les temps qui courent (IV)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Considerations-sur-les-temps-qui-courent-IV

    Après tout ce temps, le coronavirus reste d’actualité, nous pouvons y voir le prétexte pour l’État de garder la haute main sur la société en dictant des mesures d’autorité assez vaines mais qui ont cependant le consentement d’une grande partie de la population, maintenue dans un climat de peur par la propagande gouvernementale. Nous nous rendons compte aussi que le virus persiste et continue à mettre en échec le monde scientifique convoqué à grand renfort de tambours et de trompettes pour l’étudier et mettre fin à sa nocivité. Le désarroi de la haute autorité scientifique, visible à travers les points de vue contradictoires qu’elle a l’occasion d’exprimer, remet en question sa toute-puissance et sa position de juge suprême dans la société que l’opinion publique lui avait données de bonne foi. Nous nous rendons compte que l’avis des scientifiques varie selon leur attachement à tel ou tel laboratoire (ou de leur attachement à l’État contre la société) et que la fameuse objectivité scientifique, planant au-dessus des intérêts privés, n’est qu’un leurre. Ce virus inattendu aura eu le mérite de mettre en lumière certaines zones d’ombre soigneusement camouflées et des intérêts inavouables qui s’opposent à l’intérêt général, cette notion d’intérêt général n’ayant été mise en avant que pour imposer des mesures arbitraires dont le bien-fondé était loin d’être acquis comme le port du masque ou l’interdiction des parcs et des plages. (...)

    #sorcellerie #cosmovision #nature #culture #cosmovision #coronavirus #État #science #désarroi #intériorité #apparence #refoulé #impuissance

  • analyse comparative internationale passionnante des politiques menée contre la COVID
    https://threadreaderapp.com/thread/1309914055713329152.html

    186 pays ont implanté des mesures de restriction, 82 ont mis en place un confinement.
    Il y a un coût global : c’est la plus grande récession depuis la 2nde guerre mondiale.
    Augmentation du chômage et de la pauvreté.
    Les efforts soutenus ne peuvent pas tenir sur le long terme dans l’hypothèse d’un futur vaccin. Normalement, ces mesures de restriction devraient donner aux pays le temps de mettre des mesures soutenables dans le temps de contrôle de la transmission.

    • Lessons learnt from easing COVID-19 restrictions: an analysis of countries and regions in Asia Pacific and Europe - The Lancet
      https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)32007-9/abstract

      The COVID-19 pandemic is an unprecedented global crisis. Many countries have implemented restrictions on population movement to slow the spread of severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 and prevent health systems from becoming overwhelmed; some have instituted full or partial lockdowns. However, lockdowns and other extreme restrictions cannot be sustained for the long term in the hope that there will be an effective vaccine or treatment for COVID-19. Governments worldwide now face the common challenge of easing lockdowns and restrictions while balancing various health, social, and economic concerns. To facilitate cross-country learning, this Health Policy paper uses an adapted framework to examine the approaches taken by nine high-income countries and regions that have started to ease COVID-19 restrictions: five in the Asia Pacific region (ie, Hong Kong [Special Administrative Region], Japan, New Zealand, Singapore, and South Korea) and four in Europe (ie, Germany, Norway, Spain, and the UK). This comparative analysis presents important lessons to be learnt from the experiences of these countries and regions. Although the future of the virus is unknown at present, countries should continue to share their experiences, shield populations who are at risk, and suppress transmission to save lives.

  • 2 Fishermen Killed and Another Injured by Egyptian Naval Forces: PCHR Calls on Egyptian Authorities to Change Open-Fire Regulations on Persons Crossing the Borders and Maintain Proportional Use of Force – Palestinian Centre for Human Rights
    https://www.pchrgaza.org/en/?p=15088

    The Palestinian Centre for Human Rights (PCHR) followed up with deep regret the killing of two fishermen and the injury of another after Egyptian naval forces opened fire at them. PCHR calls upon the Egyptian authorities to open an immediate investigation into the incident and announce its results to public.

    PCHR also calls for changing the rules pertaining to Gaza Strip residents, whether citizens or fishermen who cross the land or sea borders, and not to use excessive force against them. PCHR also calls for a refrain from shooting with the intent to kill, complying with the principle of proportionality in the use of force against them, especially that in the majority of incidents that occurred previously, victims did not pose any danger to the Egyptian authorities.

    According to PCHR’s investigations, the three fishermen Mahmoud Mohammed Ibrahim al-Za’zou’ (20) and his two brothers Hasan (26) and Yaser (18), from Dir al-Balah city in central Gaza Strip, went fishing at approximately 07:00 on Thursday, 24 September 2020. After they crossed the Palestinian -Egyptian maritime boundaries and entered the Egyptian regional waters; at approximately 01:00 on Friday, 25 September 2020, Egyptian gunboats opened heavy fire against them and took them to an unknown destination.

    Nizar ‘Ayash, Head of the Palestinian Fishermen’s Syndicate in the Gaza Strip, declared on Saturday, 26 September 2020, the death of the two fishermen Mahmoud and Hasan Mohammed al-Za’zou’ and the injury of their third brother Yaser. He also added that the Egyptian authorities would transfer their bodies over to the Gaza authorities at 04:00 via the Rafah Border Crossing. Nedal al-Za’zou’ (34) said to PCHR’s fieldworker that the Ministry of Interior in Gaza confirmed this information to them, without indicating the details of the incident because no information was available.

    #Palestine_assassinée #Egypte

  • Covid-19 : « Il existe une solution pour éviter les contaminations à Noël : décréter un confinement durant la période de l’Avent »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/26/covid-19-il-existe-une-solution-pour-eviter-les-contaminations-a-noel-decret

    Les prix Nobel d’économie 2019 Abhijit Banerjee et Esther Duflo proposent, dans une tribune au « Monde », d’anticiper la progression de l’épidémie. Ils recommandent la mise en place d’un confinement de tout le territoire du 1er au 20 décembre, pour permettre aux Français de retrouver leur famille lors des fêtes de fin d’année.

    • Sauver Noel, sauver Macron, quelle dérision ! Prix Nobel de la planète Mars. Par contraste, ça rend crédible l’hypothèse que le gouvernement prévoie un confinement pour les vacances de la Toussaint (qu’ils devront avancer...), quand la submersion du sytème de santé rendra le verrouillage acceptable. Tout ça à défaut de tester (de façon appropriée), tracer (pas d’implication organisée de la médecine de ville, des paramédicaux, des entreprises, institutions scolaires, etc., pas d’embauches), isoler (rien de rien de rien). On en prend pour des années d’obscurantisme autoritaire et de bêtise. Désespérant.

  • La Complainte du Consommateur (chanson)
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2374

    Tournesol, chanson française, OGM, lait de vache, glyphosate, de quoi remplir votre chariot. Hummm ! Les paroles ! Pour parler d’un sujet qui fâche Je ne bois plus de lait de vache Par pitié pour ces ruminants Que l’on maltraite à tout bout d’champ Qu’on exploite comme des machines À lait sans faire de sentiment Qu’on engraisse à coup de farine Et autres petits compléments C’est la con con, c’est la con con C’est la complainte Du con con Du consommateur. Qu’il n’y ait pas de malentendus Je n’mange (...)