• Telegram Update Adds New Poll Options, Message Scheduling
    https://www.omgubuntu.co.uk/2020/01/telegram-update-adds-new-poll-options-message-scheduling

    The Telegram messaging app has added advanced poll options and message scheduling to its desktop client, which is available for Windows, macOS and Linux. This post, Telegram Update Adds New Poll Options, Message Scheduling, was written by Joey Sneddon and first appeared on OMG! Ubuntu!.

  • Clearview AI Says It Identified A Terrorism Suspect. The Cops Say That’s Not True.
    https://www.buzzfeednews.com/article/ryanmac/clearview-ai-nypd-facial-recognition

    Clearview AI has built a database of billions of photos that it says can reveal just about anyone’s true identity. But there are troubling questions about its past. Clearview AI, a facial recognition company that says it’s amassed a database of billions of photos, has a fantastic selling point it offers up to police departments nationwide : It cracked a case of alleged terrorism in a New York City subway station last August in a matter of seconds. “How a Terrorism Suspect Was Instantly (...)

    #Facebook #Clearview #NYPD #Instagram #LinkedIn #algorithme #anti-terrorisme #biométrie #facial #fraude #reconnaissance #bug #police (...)

    ##scraping

  • Staatsleistungen - nordkirche.de
    https://www.nordkirche.de/ueber-uns/engagement-spenden-geld/staatsleistungen
    En Allemagne les églises recoivent des milliards d’Euros pour des raisons historiques dont les plus anciennes datent de la fin du moyen age quand la réformation luthérienne a réduit l’impacte économique de l’église. Vu d’une perspective athée ou séculaire les églisent touchent cet argent pour rien, sans aucune raison. Pourquoi mes impôts sont-ils versés à une organisation religieuse pour combler le transfert de terrains aux familles nobles il y a 500 ans ?

    Cet article en explique la perspective de l’église protestante.

    Definition und Ursprung

    Staatsleistungen sind (1.) vermögenswerte Rechtspositionen, die (2.) auf Dauer angelegt sind und (3.) sachlich einen historischen Bezug zu säkularisationsbedingten Vermögensverlusten der Religionsgemeinschaften haben. Die großen Säkularisationswellen fanden im Zuge der Reformation, des Westfälischen Friedens und des Reichsdeputationshauptschlusses von 1803 statt. Letzterer wird häufig als maßgeblicher Grund für Staatsleistungen genannt, ist aber ganz überwiegend nur für die römisch-katholische Kirche relevant. Die Staatsleistungen für die evangelischen Kirchen beruhen zumeist auf Eigentumsübergängen im Zuge der Reformation.

    In den 50er Jahren wurden in den westlichen Bundesländern mit den evangelischen Landeskirchen und in den östlichen Bundesländern in den 90er Jahren Staatskirchenverträge geschlossen, die das Verhältnis von Staat und Kirche in den jeweiligen Territorien regeln. Dabei sind die auf einer Vielzahl von alten Gesetzen, Verträgen etc. beruhenden Staatsleistungen kapitalisiert, pauschaliert und mit einer Dynamisierungsklausel versehen worden.

    Staatskirchenverträge und Verfahren der Ablösung

    Wie die meisten anderen Landeskirchen auch erhält die Nordkirche solche staatlichen Mittel. Mit rund 26 Millionen Euro stellen sie einen Anteil am Gesamthaushalt von etwa sechs Prozent (Stand 2013). Diese sind nicht etwa Subventionen, sondern historisch bedingte und vertraglich eindeutig geregelte Rechtsansprüche der Kirche gegen den Staat – hier insbesondere gegen die Bundesländer Schleswig-Holstein und Mecklenburg-Vorpommern.

    Diese so genannten Staatsleistungen sind zumeist eine Entschädigung für erlittene Vermögensverluste der Kirchen oder ein Ausgleich für frühere Verpflichtungen. So hatte sich der Staat im Zuge der Säkularisation verpflichtet, Aufgaben der Kirche zu finanzieren. Allein der Staat Preußen hat zwischen 1919 und 1943 umgerechnet rund 3,5 Milliarden Euro an die evangelische Kirche geleistet. Das Land Schleswig-Holstein hat später diese Rechtsverpflichtung aufgegriffen und im Staatskirchenvertrag festgelegt. In Mecklenburg-Vorpommern hat sich das Land nach dem Mauerfall ähnlich verhalten.
    Im Grundgesetz (Art. 140) ist geregelt, dass eine Ablösung solcher Leistungen erfolgen soll. Ablösung bedeutet Aufhebung gegen Entschädigung. Dies ist natürlich auch für die Nordkirche denkbar. Voraussetzung ist, dass das im Grundgesetz vorgeschriebene Verfahren eingehalten wird. Danach haben die Länder entsprechende Gesetze zu erlassen, die ihrerseits auf einer Grundsatzgesetzgebung des Bundes beruhen müssen. Das bedeutet auch: ohne Grundsatzgesetz des Bundes gibt es keine Ablösung durch die Länder!

    Während es früher eine große Anzahl einzelner Verpflichtungen des Staates – beispielsweise gegenüber Gemeinden – gab, bündeln heute Staatsverträge die historischen Ansprüche derKirchen. Sie haben ihren Ursprung u.a. in Enteignungen und früheren vertraglich geregelten Zusagen des Staates. Im Staatskirchenvertrag des Landes Schleswig-Holstein mit der evangelischen Kirche von 1957 sind insbesondere Zuwendungen für so genannte kirchenregimentliche Zwecke (Leitung bzw. Selbstverwaltung) sowie für Pfarrbesoldung und -versorgung geregelt. Heute liegen die Zahlungen des Landes Schleswig-Holstein bei rund zwölf Millionen Euro.

    In Mecklenburg-Vorpommern regelt der so genannte Güstrower Vertrag seit 1994 die Beziehungen zwischen dem Land Mecklenburg-Vorpommern und der evangelischen Kirche. Die früher gewährten Dotationen für Kirchenleitungen, Pfarrbesoldung und -versorgung und kirchenregimentliche Zwecke des Landes sind in den vertraglich beschriebenen Staatsleistungen zusammengefasst worden, die jeweils als Gesamtzuschuss gezahlt werden. Zudem traten an die Stelle der bisherigen Ansprüche aus den staatlichen Baupatronaten und Baulasten pauschalierte Zahlungen. Diese Staatsleistungen gehen zunächst als Einnahme an Landeskirche, die diese über die Schlüsselzuweisungen an die Kirchenkreise Mecklenburg und Pommern weiterreicht.

    Von der Freien und Hansestadt Hamburg erhält die Nordkirche keine Staatsleistungen, frühere Verpflichtungen sind in den 1960er und 1970er Jahren abgelöst worden. Der Kirchenkreis Hamburg-Ost erhält allerdings noch eine Zuweisung als Folge der Enteignung eines Klosters im Jahr 1875.

    #Allemagne #église #état #subventions

  • A Paris, le bar emblématique des « #antifas » en sursis
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/01/23/a-paris-le-bar-emblematique-des-antifas-en-sursis_6026961_823448.html

    C’est le centre névralgique du militantisme libertaire parisien. Et il risque de mettre la clé sous la porte. Le #Saint-Sauveur, bar du quartier de Ménilmontant, dans le 20e arrondissement de Paris, se voit frappé d’une « fermeture administrative » de neuf jours, du 21 au 30 janvier, notamment en raison du bruit les soirs de week-end, que ce soit la musique ou le bruit des clients. « Ils nous ont demandé qu’il n’y ait pas plus de cinq personnes devant le bar, c’est impossible en fin de semaine », rapporte Julien Terzics, le propriétaire et une figure de l’#antifascisme parisien. Ancien chef des #Redskins de la capitale, il a longtemps exercé une forte influence sur le milieu militant « antifa ».

    « Cette fermeture va me coûter 15 000 euros, je ne les ai pas », continue-t-il, ému. Il dénonce un changement d’attitude de la police depuis plusieurs semaines, avec des amendes répétées et des visites régulières pour n’importe quelle raison. « C’est une mesure politique pour nous faire fermer », assure-t-il.

    [...]

    Frédéric Hocquard, adjoint à la #vie_nocturne et par ailleurs élu (Génération.s) du #20e arrondissement, estime pour sa part que « la fermeture d’un bar, c’est toujours un échec ». Il reconnaît « que dans cet arrondissement, la situation est particulière car il y a une multiplication des #fermeture_administratives alors qu’ailleurs à Paris cela baisse ou stagne. Il faut trouver une solution ». M. Hocquard s’interroge également : « Je me demande si ce n’est pas aussi parce que le Saint-Sauveur est un point de ralliement de la contestation. »

  • L’extraordinaire destin de Madame Brouette
    https://www.nova-cinema.org/prog/2020/176/dakar-quartiers-de-cinema/article/l-extraordinaire-destin-de-madame-brouette

    Moussa Sene Absa, 2002, FR-CA-SN, 35mm, FR WO ST ANG, 104’

    On appelle Mati « Madame Brouette » parce qu’elle vend des légumes sur une brouette. Et elle a tué son mari. Film surréel et magique, sur un monde corrompu et violent, situé à Niaye Thiokers reconstitué pour le tournage avec une palette de couleurs digne d’un tableau, le scénario de « Madame Brouette » est née d’une chanson. Intitulée « Thioker » ("perdrix"), elle sonne comme un avertissement, ou peut-être est-ce déjà un constat amer ? Elle raconte l’histoire d’un oiseau amoureux de sa liberté mais croqué finalement par un crocodile. Pour Moussa Sene Absa, c’est une métaphore, évidemment, du destin de la société sénégalaise dévorée par le colonialisme et le capitalisme.

    vendredi 31 janvier 2020 à 21h (...)

  • Sonos Makes It Clear : You No Longer Own The Things You Buy - VICE
    https://www.vice.com/en_us/article/3a8dpn/sonos-makes-it-clear-you-no-longer-own-the-things-you-buy

    $300 smart hubs that are suddenly bricked when the manufacturer is sold. Video game consoles that mysteriously lose features after you bring them home. Books or films you purchase that you suddenly and inexplicably lose the ability to access. Printers that don’t print without an ink subscription.

    In the modern internet era, it’s increasingly clear that consumers no longer actually own the things we buy. Instead, we’re shelling out big bucks for products that can easily lose features or worse—stop working entirely on the whim of a corporation.

    The latest example comes courtesy of Sonos, which this week informed customers in an email that it would no longer be supporting certain speaker systems. In the email, the company says that certain “legacy” systems will stop receiving security and software updates starting in May.

    “Legacy products were introduced between 2005 and 2011 and, given the age of the technology, do not have enough memory or processing power to sustain future innovation,” the company’s email claims. Users that have shelled out hundreds or thousands of dollars for smart speakers that still work didn’t take the news particularly well.

    Nathan Proctor, the head of USPIRG’s Right to Repair Campaign, told Motherboard that Sonos’ decision to leave consumers between a rock and a hard place is emblematic of a tech industry in which sustainability, security, and consumer rights are often distant afterthoughts.

    “This is an epidemic problem,” Proctor said, noting that having millions of unsupported and unpatched devices connected to the internet poses significant security risks for an internet of things sector already widely criticized for being a privacy and security dumpster fire.

    Proctor said forced obsolescence also not only incentives the public to discard perfectly good hardware, products now effectively have expiration dates that consumers aren’t being clearly informed of at the time of purchase.

    #Obsolescence_programmée #Internet_des_objets #Cybersécurité

  • Désenfumage... sur la réforme des retraites (Universités-Recherche)
    qui va peser sur toutes les pensions public/privé

    Par le groupe Jean Pierre Vernant

    « Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’annonce ministérielle
    d’une revalorisation des salaires des jeunes chercheurs est
    directement liée à la réforme des retraites. Elle est destinée à faire
    écran aux réformes structurelles de la loi sur la recherche et sur
    l’Université annoncée pour la mi-février, pour adoption au printemps, du moins si le calendrier parlementaire saturé le permet. Pour le comprendre, il convient d’en passer par l’arithmétique.

    Déroulons d’abord la mécanique de la réforme des retraites jusqu’à son cœur : l’article 18. Il prévoit que l’Etat aligne progressivement, sur 15 ans, son taux de cotisation patronale de 74,3% aujourd’hui sur celui du privé dans le nouveau système : 16,9%. Cette mesure
    contribuera évidemment à créer une crise de financement des retraites, pourtant aujourd’hui à l’équilibre. Si globalement, les recettes vont décroître de 68 milliards € sur un total de 330 milliards € par an, la chute sera de 36 milliards € sur un total de 55 milliards € pour la fonction publique d’Etat [1]. En 2037, l’Etat sera le principal
    contributeur à la baisse générale des recettes de cotisation pour un
    montant de 42 Milliards € hors inflation. L’objectif est évidemment de reprendre ce déficit créé de toute pièce sur le montant des pensions
    [2] [3].

    Que fera l’Etat de ce prélèvement sur le salaire socialisé, qui va
    croître pendant 15 ans ? En 2021, il en reversera une partie aux
    budgets des universités et des grands organismes de recherche. Le
    montant annoncé par Mme Vidal lors de ses vœux, 120 millions €, est comparable aux annonces faites chaque année, qui couvrent généralement l’inflation (143 millions € pour 2019) mais pas le glissement vieillesse technicité. Pour partie, ce montant sera cependant consacré à des primes indemnitaires, permettant d’accroître l’adhésion de la technostructure managériale. 92 millions € seront utilisés pour aligner la cotisation salariale et compenser la disparition de la retraite additionnelle de la fonction publique. Par ailleurs, le recrutement pour des postes statutaires (CR et MCF, de plus en plus clairement mis en extinction) se fera à un salaire de 2 SMIC [4].

    En présentant de manière favorable ce système de vases communicants entre budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et creusement annuel d’un trou de 230 millions € dans le financement des retraites, il s’agit de fabriquer le consentement à la réforme réelle.

    Ainsi, le journal les Echos titrait le mercredi 22 janvier : « 
    Frédérique Vidal annonce le doublement du salaire des jeunes
    chercheurs ». Les éléments de langage du ministère ont en effet
    sous-estimé le salaire d’entrée actuel des chargés de recherche et des maîtres de conférences, qui se situe entre le 2ème (1,6 SMIC) et le 3ème échelon (1,8 SMIC), en omettant délibérément la reconstitution de carrière. Passer le salaire d’entrée de 1,7 SMIC à 2 SMIC, beau “doublement” en vérité. Cela constituera « un gain de 2600 à 2800€ sur un an » répète du reste Mme Vidal, soit +0,2 SMIC. Ce qu’il fallait
    démontrer [5].

    On se souvient que la « loi de programmation pour la recherche » était la revendication centrale portée il y a des années lors de grandes réunions des directeurs d’unité annonçant leur démission. En en reprenant le nom, la loi à venir se dotait d’une façade consensuelle : l’inscription dans la loi de l’objectif de 3% du PIB consacré à la recherche. L’objectif, non contraignant, est ramené aujourd’hui à une montée à compter de la fin du quinquennat vers 2,6% du PIB dans 10 ans.

    Que s’agit-il de faire accepter par ces jeux de bonneteau budgétaires
     ? Le cœur de la réforme est l’introduction du système de tenure track
    par des chaires de professeur junior : ces contrats de 3 à 6 ans
    accompagnés d’un financement de recherche seront intercalés entre les post-docs et le recrutement statutaire, accroissant de la même durée la période de précarité. Au passage, les modalités de recrutement et de titularisation seront dérégulées et les conditions statutaires dégradées. Il s’agit bel et bien d’initier la mise en extinction des postes statutaires, déjà raréfiés, pour les jeunes chercheurs. Pour des raisons politiques évidentes, la demande portée par les syndicats de fusion des corps des maîtres de conférence et des professeurs n’a pas été actée.

    Hormis les vases communicants liés à l’article 18 du projet de
    retraites, il importe de comprendre l’absence totale de surprise dans
    ces annonces, théorisées depuis quinze ans par Aghion et Cohen [6].
    Leur rapport de 2004,, suivi à la lettre, prévoyait quatre volets de
    dérégulation et de mise en concurrence :

    – l’autonomie administrative des universités (dérégulation des
    statuts, direction par un board of trustees, etc) : actée ;

    – l’autonomie pédagogique (mise en concurrence croisée des étudiants et des formations, dérégulation des diplômes) : amorcée avec Parcoursup ;

    – l’autonomie de recrutement, d’évaluation et de gestion des
    personnels (dérégulation des statuts, contractualisation, liquidation
    des libertés académiques et du principe de collégialité entre pairs) :
    nous y sommes ;

    – l’autonomie financière (dérégulation des frais d’inscription) :
    travaillé dans le débat public, par l’augmentation des frais
    d’inscription pour les étudiants étrangers et par la multiplication
    des DU.

    Que les réformes structurelles menées depuis quinze ans conduisent à l’effet inverse de celui qu’elle prétendait obtenir ne les arrêtera
    pas. L’obsession néolibérale consistant à utiliser les moyens de
    l’Etat pour construire un marché international des universitaires, des
    chercheurs, des établissements et des formations est telle, dans la
    sphère managériale, qu’elle ne perçoit plus le moins du monde la
    réalité des dégradations qu’elle engendre. Elle persiste, dans une
    période où le nombre de candidats de qualité par poste ouvert explose, à répéter la fiction d’un « défaut d’attractivité » supposément constitué par la fraction limitée de candidats étrangers
    [7]. Cette séparation de la sphère décisionnaire avec l’expérience concrète des conditions d’exercice de la recherche et de l’enseignement est dramatique : la reprise en main bureaucratique est en train de sacrifier une génération de jeunes chercheurs ainsi que le niveau d’exigence dans la création et la transmission des savoirs. »

    [1] Cette chute se fera au rythme de 2 milliards € par an d’économie
    jusqu’en 2036, engendrant un défaut de recette cumulé de 240 Milliards € sur 15 ans pour la fonction publique d’Etat.

    [2] L’élévation de l’âge de départ à la retraite à taux complet est
    une manière d’obtenir cette baisse des pensions. Le décrochage de la
    valeur du point par rapport à l’inflation en est une autre ( 15% de
    baisse depuis 10 ans).

    [3] Le taux de cotisation patronal était un frein aux passages entre
    fonction publique d’Etat et contrats de droit privé, l’employeur
    devant par le passé compenser le différentiel pour le passage FPE vers la FPT ou la FPH. L’objectif est donc également de généraliser
    l’indifférenciation entre les sphères publique et privée et le recours
    à la contractualisation en lieu et place du statut de fonctionnaire.

    [4] Selon l’arbitrage, le recrutement se fera à l’échelon 3 par une
    addition de 73 points d’indice ou à l’échelon 4.

    [5] Les vœux de Mme Vidal comportaient cette incohérence arithmétique flagrante : “Dès 2021, tout chargé de recherche et tout maître de conférence sera recruté à au moins 2 SMIC, contre 1,3 à 1,4 SMIC aujourd’hui. Cela représente, en moyenne, pour les nouveaux maîtres de conférences qui seront recrutés l’année prochaine, un gain de 2 600 à 2 800€ sur un an. Tweet du 21 janvier”

    [6] Rapport Aghion-Cohen

    www.groupejeanpierrevernant.info/RapportCohenAghion.pdf

    voir aussi

    www.groupejeanpierrevernant.info/SlidesAghion.pdf

    Rapport Attali-Macron

    www.groupejeanpierrevernant.info/RapportAttali.pdf

    voir aussi notre billet :

    http://www.groupejeanpierrevernant.info/#ChatTour

    [7] Les trois rapports centraux sur lesquels est construite la loi à venir :

    www.groupejeanpierrevernant.info/NoteIdex.pdf

    www.groupejeanpierrevernant.info/NoteTerraNova.pdf

    www.groupejeanpierrevernant.info/NoteSiris.pdf

  • « The Secretive Company That Might End Privacy as We Know It » by New York Times, Kashmir Hill, 18.01.2020
    https://www.nytimes.com/2020/01/18/technology/clearview-privacy-facial-recognition.html

    #privacy #facialRecognition

    « A little-known start-up helps law enforcement match photos of unknown people to their online images — and “might lead to a dystopian future or something,” a backer says. »

    Article édifiant, presqu’un thriller. Long article, préparer un café.

  • « Green New Deal » : comment transposer les propositions d’AOC en Europe - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/210120/green-new-deal-comment-transposer-les-propositions-d-aoc-en-europe?onglet=

    Ce dernier élément est clé. La garantie de l’emploi est l’articulation nécessaire entre l’ambition environnementale et l’exigence sociale qui est au cœur du projet. De quoi s’agit-il ? Comme cela a déjà été expliqué sur Mediapart, il s’agit de fournir un emploi rémunéré à un salaire « décent » à tous ceux qui désirent travailler. Dans l’esprit du « Green New Deal », ces emplois sont financés par le gouvernement, mais déterminés par les collectivités locales en fonction de leurs besoins. C’est, au reste, un des éléments les plus importants de ce projet : la proposition d’emploi garanti s’accompagne d’une définition des besoins, notamment en matière écologique, mais pas seulement. Or, cette réflexion est indispensable au combat commun contre le réchauffement climatique et les inégalités.

    #green_new_deal #mmt #CGT #ATTAC #Greenpeace #OCS

  • Notes sur Boeing versus USA
    https://www.dedefensa.org/article/notes-sur-boeingversususa

    Notes sur Boeing versus USA

    23 janvier 2020 – D’une façon générale, les dernières semaines et même les derniers jours ont vu une détérioration pour la première fois évidente de la position politique de Boeing, alors que les problèmes du 737Max ne cessent de s’accumuler, les nouveaux s’ajoutant aux précédents et aux anciens non encore résolus. Désormais, c’est le programme lui-même qui est directement menacé, et par voie d’enchaînement “en cascade”, l’on peut confirmer et renforcer l’hypothèse que nous faisions dès le premier jour de cette crise que c’est le sort de Boeing qui est en jeu.

    (Le 14 mars 2019 : « Bien, on dira : même au pire de l’affaire des 737Max, Boeing ne peut pas s’écrouler, comme on vous assure de la virginité de Marie… C’est ce qu’on disait de General Motors, de Lehman Brothers, de Wall Street (...)

  • Palestinians paint murals in Jerusalem, looking Israeli occupation in the eye - Palestinians - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/middle-east-news/palestinians/.premium.MAGAZINE-palestinians-paint-murals-in-jerusalem-looking-israeli-oc

    Palestinians Paint Murals in Jerusalem, Looking Israeli Occupation in the Eye

    A total of 150 colorful murals are planned for Silwan, and when completed, will drastically alter the neighborhood’s appearance: ’The staring eyes say to people we see them and they should see us too’

    #palestine #jérusalem #silwan #occupation #colonisation #démolition

  • Go to Gaza and cry ‘never again’
    Gideon Levy Jan 23, 2020 12:46 AM | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-go-to-gaza-and-cry-never-again-1.8436890

    It’s very important to remember the past; no less important is to be cognizant of the present without shutting one’s eyes. The dozens of statesmen who arrived in Israel yesterday may remember the past, but they’re blurring the present. In their silence, in their disregard of reality while lining up unconditionally alongside Israel, they not only betray their roles, they also betray the memory of the past in the name of which they came here. To be the guests of Israel without mentioning its crimes; to commemorate the Holocaust while ignoring its lessons; to visit Jerusalem without traveling to the Gaza ghetto on International Holocaust Remembrance Day – one can barely think of any greater hypocrisy.

    It’s good that kings, presidents and other notables came here in honor of this remembrance day. It’s deplorable that they’re ignoring what the victims of the Holocaust are inflicting on another nation.

    The city of Yerevan will never witness such an impressive gathering to commemorate the Armenian holocaust. World leaders will never come to Kigali to mark the genocide that happened in Rwanda. The Holocaust was indeed the greatest crime ever against humanity, but it was not the only one. But Jews and the state of Israel know well how to sanctify its memory as well as using it for their own purposes.

    On this International Holocaust Remembrance Day, world leaders are the guests of an Israeli prime minister who, on the eve of their visit, called for sanctions – believe it or not – on the International Criminal Court in The Hague, which is a legacy of the courts that were set up to judge the crimes of World War II.

    On this Remembrance Day, world leaders are coming to a prime minister who is trying to incite them against the court in The Hague. It’s hard to think of a more galling use of the Holocaust, it’s hard to conceive of a bigger betrayal of its memory than the attempt to undermine the court in The Hague only because it wishes to fulfill its role and investigate Jerusalem. The guests will hold their silence on this issue as well. Some of them may be persuaded that the problem is in The Hague, not in Jerusalem. Sanctions on the court instead of on the occupying state.

    One must never forget the Holocaust, obviously. One must also not blur the fact that it was directed against the Jewish people. But precisely for this very reason one must not ignore the conduct of its victims toward the secondary victims of the Jews’ Holocaust, the Palestinian people. Without the Holocaust they would not have lost their land, and would not be imprisoned today in a gigantic concentration camp in Gaza or living under a brutal military occupation in the West Bank.

    When today they recite ad nauseam “never again,” one should cast one’s eyes honestly to the south and east, only a few kilometers away from the memorial hall at Yad Vashem. There’s no holocaust there, only apartheid. No annihilation, but a systematic brutalization of a nation. Not Auschwitz, but Gaza. How can one ignore this on International Holocaust Remembrance Day?

    It’s hard to believe that it didn’t occur to even one world leader who came to Jerusalem to travel to Gaza after the ceremony. If one of them had the courage to do so, he or she would be honoring the memory of the Holocaust no less than by visiting Yad Vashem. There aren’t many places around the world where the words “never again” should resonate as much as within the confines of this huge ghetto, created by the state of Holocaust survivors. Not to go to Gaza and see what’s happening there? Not to identify with the fate of two million human beings who’ve been locked in a concentration camp for 14 years, one hour away from Jerusalem? How is that possible? Not to cry “never again” in Gaza? How can they not?

    A few leaders ostensibly balanced their visit here with a brief and ceremonial visit to Ramallah, including a photo-op with Mahmoud Abbas, who is also a target of Israel’s protests. This kind of visit has no significance. Ramallah does not determine the fate of the Palestinian people. It is determined in the government compound in Jerusalem and in the defense establishment compound in Tel Aviv. One needed to come to Israel today to remind the world of the Holocaust, but of the silence as well. Against this silence one should also cry out: Never again.

    The Holocaust may never repeat itself, but the embarrassing silence continues, including on this day of remembrance in Jerusalem.

    #Gaza

  • Le Brésilien Almir Narayamoga Surui n’a pas donné de nouvelles depuis le 18 janvier, alors même que sa tête a été mise à prix.

    Il est l’un des plus grands activistes autochtones d’Amérique du Sud : Almir Narayamoga Surui était invité à participer à la cérémonie de voeux du Medef de Côte-d’Or, ce mardi. Mais ce diplômé de biologie, engagé notamment contre l’abattage illégal d’arbres de la forêt amazonienne, ne s’y est jamais rendu.

    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/invite-en-france-par-le-medef-un-chef-indien-defenseur-de-l-amazonie-dispar

  • Erreur 0x8007139f au moment de configurer un compte IMAP4/POP3 dans le logiciel de messagerie Courrier dans Windows 10

    Après bien des péripéties, sans obtenir d’informations via les divers moteurs de recherche de l’Internet, nous avons finalement découvert que... si les options de confidentialité sont fixées au plus restrictif, y compris en ce qui concerne l’accès aux mails par Windows, alors, Courrier ne peut pas configurer de compte de messagerie.

  • Avancer sans chercher son chemin
    http://liminaire.fr/proces-verbal/article/avancer-sans-chercher-son-chemin

    Avancer sans savoir où silencieux s’élançant timide ou hésitant tuer le #Temps penaud à petits pas maladroit jambes et bras liés et serrés contre le #Corps engoncé évincé dans des vêtements trop étriqués souffrant du froid sec froissé qui serre étreint le tissu raide. Ride et sourire à la trace bouche muette le silence à l’intérieur la commissure à peine désirable bat la mesure sans déborder outre. #Sensation d’enfermement perdu en soi instable souffle blanc comme un léger sifflement du vent dans les feuilles des (...) #Procès-verbal / #Poésie, #Écriture, #Absence, #Dérive, Corps, Sensation, Temps, #Langage, #Portrait, #Photographie

  • Coup d’État sur la « #loi_haine »

    La #loi « contre la haine » s’est transformée en loi sécuritaire au nom de la lutte « anti-terroriste ». Ce bouleversement a été acté hier à 22h30, par un #amendement (http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/2583/AN/161) de dernière minute proposé par le gouvernement et adopté par les députés serviles de l’Assemblée nationale. Ce #coup_de_force du gouvernement, imposé in extremis, est une nouvelle démonstration d’#anti-parlementarisme. L’honneur des députés exige qu’ils rejettent la loi dans son ensemble.

    Alors que la loi exigeait initialement de retirer les #contenus_illicites en 24 heures, elle impose désormais aux #plateformes de retirer en une heure les contenus que la #police lui signalera comme relevant du #terrorisme ou d’#abus_sur_mineurs. La police décidera seule des contenus relevant du terrorisme – sans le contrôle d’un juge. On l’a déjà vu abuser illégalement de ce pouvoir pour qualifier des propos militants de « terroristes » afin de les faire censurer – la justice avait alors attendu plus d’une année pour dénoncer ces abus de la police.

    De plus, alors que la loi ne concernait initialement que les plateformes ayant plusieurs millions de visiteurs par mois (Facebook, Twitter, Youtube…), les nouvelles mesures « anti-terroristes » visent désormais n’importe quelle plateforme, de toute taille. Il pourra s’agir du forum de n’importe quel site de presse, d’une plateforme militante, d’un petit hébergeur associatif ou de tout nœud d’un réseau social décentralisé tel que Mastodon ou PeerTube.

    Le délai d’une heure est matériellement impossible à respecter pour la grande majorité des plateformes Web (typiquement pour les signalements qui leur seraient faits de nuit). Ces plateformes n’auront d’autres choix que de fermer boutique ou de déléguer leur modération aux outils de censure automatisée fournis par Google et Facebook. Dans tous les cas, les grands vainqueurs seront ces deux dernières entreprises, dont la concurrence sera anéantie ou mise sous leur joug.

    Enfin, alors que la loi initiale ne prévoyait que des #sanctions financières, les nouvelles mesures prévoient des sanctions concrètes, drastiques. Si une plateforme ne censure pas un contenu dans l’heure qui suit sa notification par la police, la police pourra exiger que les fournisseurs d’accès à Internet empêchent l’accès à cette plateforme depuis la France.

    Une concentration totale des pouvoirs

    La #concentration_des_pouvoirs dans les mains de la police est totale : c’est à la fois elle qui décide quelles plateformes attaquer, qui qualifie un contenu comme étant illégal et qui met en œuvre sa sanction. L’ensemble du Web français est à sa merci.

    Si la police était mal intentionnée, il lui suffirait de publier anonymement et au milieu de la nuit des messages « terroristes » sur les plateformes de son choix pour les faire censurer (car presque aucune plateforme ne peut avoir des modérateurs réveillés toute la nuit pour répondre dans l’heure à la police). Rien dans la loi n’empêche de tels abus.

    Notons que cette situation n’est pas entièrement nouvelle : c’est la loi anti-terroriste de 2014 qui avait créé ce dispositif de #censure_policière. À l’époque toutefois, le délai pour répondre à la police était de 24 heures. Il passe aujourd’hui à #1_heure, démultipliant les risques d’abus.

    Un coup de force anti-parlementaire

    Le Parlement n’a jamais eu l’occasion de débattre des dangers de ce nouveau délai d’une heure imposé à l’ensemble du Web. Le Parlement n’a même pas eu l’occasion d’en prendre connaissance. Pendant des mois de débats sur la proposition de loi « contre la haine », le Parlement n’a parlé que de sujets bien éloignés du terrorisme. Ce n’est qu’au dernier moment, en séance publique lors de la 2ème lecture à l’Assemblée nationale, et alors que le sujet n’avait pas été abordé en commission des lois, que le gouvernement est parvenu à lui imposer ces changements, par surprise et par ignorance. Il aurait pourtant fallu en débattre pendant des mois, en auditionnant des dizaines d’acteurs, pour prétendre respecter nos principes démocratiques.

    La situation a tout pour rappeler un autre dossier : le règlement européen contre les contenus terroristes, qui prévoit lui aussi un délai de retrait en #une_heure. L’an dernier, la Commission européenne et les États membres avaient exercé une terrible pression sur le Parlement européen pour qu’il adopte en première lecture un texte en urgence avant les élections européennes (voir notre page de campagne : https://www.laquadrature.net/censureterro). Tout avait été fait pour empêcher un véritable débat, mais il avait pu au moins durer quelques semaines – permettant notamment de limiter la censure policière par l’autorisation préalable d’un juge ou d’une autorité indépendante (et la loi française serait ici contraire à la position du Parlement européen).

    Hier, le débat n’a pas même eu lieu.

    Le gouvernement semble s’être lassé de la comédie démocratique. L’avis des parlementaires n’a plus aucune conséquence sur le processus législatif : à quoi bon leur permettre de s’en faire un ? Autant gagner du temps et leur demander de tout signer à la dernière minute et sans leur expliquer.

    Si les députés ont encore un semblant de respect pour leurs fonctions démocratiques, ils doivent s’opposer à cette proposition de loi. Au moins du fait que le gouvernement a entièrement nié et insulté celles-ci hier. Et du fait, aussi, que le gouvernement a manipulé diverses volontés et associations luttant contre la haine afin de dévoyer au final la loi vers ses objectifs purement sécuritaires.

    Formellement, l’Assemblée nationale doit encore décider d’adopter ou non cette proposition de loi dans son ensemble aujourd’hui. Tout député ne qui ne votera pas contre cette loi actera que le gouvernement l’a démis de ses fonctions.

    https://academia.hypotheses.org/8795
    #sécurité #terrorisme #anti-terrorisme #censure #réseaux_sociaux #internet

    ping @isskein @karine4 @reka @simplicissimus @davduf @daphne @marty @mathieup

  • Des Lituaniens dansant sur un site de massacre de juifs ont engendré une œuvre théâtrale courageuse – Par Efraim Zuroff
    https://www.les-crises.fr/des-lituaniens-dansant-sur-un-site-de-massacre-de-juifs-ont-engendre-une-

    Source : The Times of Israel, Efraim Zuroff, 06-12-2019 Notre livre sur la politique de la Lituanie visant à minimiser ses atrocités et sa complicité dans l’Holocauste a inspiré une œuvre spectaculaire de critique sociale D’après la pièce de théâtre basée sur notre livre, Mūsiškiai. (Arvydas Gudas) Il y a eu une époque, pendant l’entre-deux-guerres, où la Lituanie était indépendante (1918-1940), où l’on pouvait dire que les villes de Jérusalem et de Panevežys étaient étroitement liées. Cela était bien sûr dû au statut important de la yeshiva locale [une yechivah, ou yeshivah est un centre d’étude de la Torah et du Talmud dans le judaïsme. Source wikipedia, NdT]. au cœur de la ville lituanienne, qui avait été créée par le rabbin Yitzhak Yaakov Rabinovich en 1908. Parmi les étudiants qu’elle attirait, il y avait mon (...)

  • « Je voyais son avant-bras écraser le larynx de mon fils. J’ai aussitôt pensé à la mort de Cédric Chouviat »
    https://www.bastamag.net/temoignage-manifestation-interpellation-ciblee-garde-a-vue-charges-minces-

    A l’issue de la manifestation du 11 janvier à Amiens, Jules, 21 ans, a passé quasiment deux jours en garde à vue pour... « rébellion ». Convoqué en juin prochain au tribunal, il n’a pas le droit de manifester d’ici là. Voici le récit de son père. « On est là ! On est là ! Même si Macron ne veut pas nous on est là. Pour l’honneur des travailleurs et pour un monde meilleur, même si Macron ne veut pas nous on est là. » La clameur enfle, monte, et éclate contre les murs du Palais de #Justice d’Amiens. Jules (...) #Témoignages

    / #Luttes_sociales, #Atteintes_aux_libertés, Justice

  • Bosnie-Herzégovine
    La caravane passe

    Jean Wien

    https://lavoiedujaguar.net/Bosnie-Herzegovine-La-caravane-passe

    Vous avez peut-être entendu parler du camp de Vučjak : des images de ce camp désolé et indigne ont réussi à s’immiscer dans quelques médias.

    Ce camp — distant d’à peine 500 kilomètres de Vienne — n’est malheureusement pas une exception : c’est le miroir de la désastreuse politique européenne et dans d’autres camps aussi terribles que Vučjak en Bosnie-Herzégovine, en Grèce, à Malte, l’hiver ne fait qu’empirer gravement une situation déjà catastrophique.

    À peine passé la frontière, notre convoi chargé de vêtements d’hiver, de chaussures, de sacs à dos et de couchage croise dans la nuit, marchant au bord de la route, de nombreux groupes isolés de migrants chargés de maigres effets. Ils marchent très rapidement, déterminés et concentrés.

    Ce convoi est organisé par des gens de la société dite civile avec des passés et des opinions politiques très hétérogènes, une grande partie pourtant a des racines bosniaques ou est originaire des Balkans, ils se souviennent avoir eux-mêmes dû fuir et avoir été aidés : ils tiennent ainsi à manifester de la réciprocité. (...)

    #Bosnie #migrants #frontières #solidarité #Croatie #Balkans #Union_européenne