• Secret US Intelligence Files Provide History’s Verdict on Argentina’s Dirty War.
    https://www.thenation.com/article/argentina-dirty-wars

    This past spring, nearly 42 years after Hidalgo Solá’s disappearance, the Trump administration declassified some 47,000 pages of secret US intelligence files on the “Dirty War” that Argentina’s military government waged against its own people. More than 7,000 CIA, FBI, Pentagon, and National Security Council (NSC) records—now posted on a specially created US government website at the Office of the Director of National Intelligence—shed considerable light on the state of terror that existed in Argentina from 1976 to 1983, when the military held power. The detailed documents provide extensive new evidence on the infrastructure of repression, Argentina’s role in the international terrorism campaign known as Operation Condor, and most important, the fate of hundreds of desaparecidos who were kidnapped, tortured, and murdered—among them Hidalgo Solá.

    “Suspicion will fall on military hardliners who were upset last year when Hidalgo Solá received at his embassy a labor leader ousted after the March 24, 1976 coup,” states one secret intelligence assessment filed just eight days after the ambassador disappeared. FBI sources believed he had been eliminated because the military suspected him of providing passports to exiled opponents of the regime in Venezuela, according to another report. “Hidalgo Solá was kidnapped and assassinated by a special group which has worked for the State Intelligence Secretariat (SIDE),” asserts a secret CIA intelligence cable, which identified the agents responsible and provided an address for the secret torture center where he was allegedly held.

    Recently declassified documents constitute a gruesome and sadistic catalog of state terrorism.

  • Bug dans le plugin #SPIP mailsubscriber : l’ajout de l’inscription à la newsletter dans les formulaires d’inscription et de forum ne fonctionne pas en version 3.1.

    D’après ce que je vois, la fonction mailsubscribers_formulaire_fond cherche la position de </ul> dans le formulaire reçu. Mais depuis SPIP 3.1, les <ul> des formulaires sont remplacés par de <div>. (Et du coup, outre la détection à cet endroit, il faut modifier le squelette inc-optin-subscribe.)

    J’ai patché ma version à la main, mais évidemment ça ne tourne pas qu’à partir de SPIP 3.1 du SPIP 3.0. Je ne sais pas comment patcher pour assurer la compatibilité de 3.0.)

  • Lendemain du 17 novembre 2019 à Athènes : un goût de sang dans la bouche – Blog YY
    http://blogyy.net/2019/11/18/lendemain-du-17-novembre-2019-a-athenes-un-gout-de-sang-dans-la-bouche

    Très dure nuit pour qui aime Exarcheia et la lutte révolutionnaire en Grèce.

    LENDEMAIN DU 17 NOVEMBRE 2019 À ATHÈNES : UN GOÛT DE SANG DANS LA BOUCHE

    Beaucoup de nos compagnons ont passé la nuit entre quatre murs, après des passages à tabac systématiques. D’autres ont été blessés, dont trois à la tête et transférés en ambulance à l’hôpital. D’autres encore ont dû se terrer durant une bonne partie de la soirée, voire toute la nuit, pour ne pas se faire rafler et tabasser par des policiers qui semblaient très excités, comme en plein jeu vidéo de guerre dans tout le quartier.

    Au total, plus de 5000 policiers, un hélicoptère et des drones transmettant en permanence la position des insurgés résistant depuis les toits, des policiers anti-terroristes, des policiers anti-émeutes, des policiers en civil, des voltigeurs, des blindés munis de canons à eaux… L’armada qui a convergé vers Exarcheia, pendant les deux manifs successives(1), était beaucoup trop nombreuse et suréquipée pour les irréductibles du quartier rebelle et solidaire.

    (...)

    Dans les rues d’Exarcheia, des dizaines de compagnons ont été contraints de s’asseoir par terre ou de se mettre à genoux, mains derrière la tête, sous les coups, les quolibets et les humiliations. Ici, une femme est trainée par les cheveux. Là, un homme est frappé aux testicules. Et puis des flaques de sang, ça et là, aux coins de la place centrale du quartier meurtri.

    Dans les médias, c’est le concert de louanges sur toutes les chaînes : Mitsotakis aurait enfin rétabli « l’ordre et la démocratie » partout en Grèce, y compris dans « Exarchistan », la zone de non droit où sévissent encore quelques centaines de Mohicans. Les breaking news passent sans transition de la victoire du Grec Tsitsipras au Masters de tennis à l’occupation policière d’Exarcheia, complètement paralysée ou presque après une trop brève résistance. Mitsotakis salue la victoire de son compatriote tennisman et promet d’en finir avec les derniers squats très bientôt. Selon lui, sa mission dans ce domaine sera bientôt finie.

    Il souhaite aussi venger la visite de Rouvikonas, ce dimanche matin, au domicile du ministre de l’économie, Adonis Georgiadis, un ancien du LAOS, un parti d’extrême-droite. Particulièrement raciste, Georgiadis a notamment déclaré vouloir « rendre la vie encore plus dure aux migrants » pour les dissuader de venir en Grèce. Par cette action juste avant la manif du 17 novembre, Rouvikonas a voulu montrer, une fois de plus, que si nous sommes vulnérables, ceux qui nous gouvernent le sont aussi : « Nous connaissons vos adresses personnelles, nous savons où vous trouver ! » a menacé le groupe anarchiste dans son communiqué. La levée de boucliers de toute la classe politique a été immédiate. Par exemple, le PASOK s’est dit choqué que des activistes se permettent d’aller perturber la vie privée des dirigeants politiques, quels que soient les désaccords. « Cela nous conforte dans notre volonté de classer Rouvikonas parmi les organisations terroristes » a déclaré un autre ministre Nouvelle Démocratie à la télé. Rouvikonas, prochaine cible prévue, « sitôt que le cas d’Exarcheia sera totalement réglé ».

    (...)

  • La crise du café lamine les petits cultivateurs
    https://www.courrierinternational.com/article/matieres-premieres-la-crise-du-cafe-lamine-les-petits-cultiva

    Dans cette petite ville coloniale, charmante mais pauvre, chacun sait que le cours du #café s’effondre, à l’heure où une nouvelle crise frappe durement le secteur. Le tarif des passeurs, lui, ne cesse d’augmenter.

    Et les grands importateurs – à commencer par #Starbucks – qui s’approvisionnent dans des pays comme le #Honduras ne font quasiment rien pour aider les petits exploitants et les ouvriers agricoles sur lesquels repose une industrie de plusieurs milliards de dollars. Ces paysans quittent l’Amérique centrale par dizaines de milliers, au risque de finir dans des camps de concentration le long de la frontière entre le #Mexique et les #États-Unis.

    #migration #exportations #plantations

  • La « culture du pouvoir », pour quoi faire ?

    L’approche des élections municipales fait rentrer le maire de Grenoble Eric Piolle dans une nouvelle dimension politique nationale. L’union de la gauche à la grenobloise est prise en modèle dans quantité de villes françaises. Le député-reporter François Ruffin en a fait une égérie du « Front populaire écologique » qu’il entend construire. Samedi, lors d’un meeting commun à Amiens, Piolle a exhorté les militants amienois à acquérier la "culture du pouvoir". Mais pourquoi faire ?

    Voici un article du Postillon de fin septembre qui revient sur cette nouvelle lubie.

    –---------------------------

    Ne se sentant plus pisser après leur très relatif « bon score » aux Européennes [1], les Verts répètent à l’envi qu’ils sont en « capacité de gouverner » et qu’ils doivent développer une « culture du pouvoir ». Mais pour quoi faire ? Cinq ans et demi de municipalité écologiste grenobloise ont prouvé que ce parti et ses alliés étaient effectivement en « capacité de gouverner », c’est-à-dire de poursuivre globalement les politiques menées depuis des décennies, autoritarisme et langue de bois compris.

    voir la suite : https://www.lepostillon.org/Nouvel-article-No-830.html

    #Ruffin #Piolle #Uniondelagauche #Tartuffe

  • Une personne grièvement blessée par la police à la #frontière entre la #Croatie et la #Slovénie, novembre 2019 :

    Un inmigrante, en estado crítico por los disparos de la Policía croata cerca de la frontera con Eslovenia

    Un inmigrante, en estado crítico por los disparos de la Policía croata cerca de la frontera con Eslovenia

    La Policía croata ha dejado herido en estado crítico a un inmigrante que intentaba cruzar con un grupo de compañeros la frontera hacia Eslovenia, según han confirmado fuentes oficiales de la localidad de #Rijeka, próxima a la zona montañosa de #Gorski_Kotar, a unos 20 kilómetros de la línea de separación, donde ha sucedido el incidente. El ministro del Interior croata, Davor Bozinovic, ha confirmado las intenciones del grupo pero no ha dado detalles sobre el número de integrantes ni sus ...

    Leer más: https://www.europapress.es/internacional/noticia-inmigrante-estado-critico-disparos-policia-croata-cerca-frontera

    https://www.europapress.es/internacional/noticia-inmigrante-estado-critico-disparos-policia-croata-cerca-frontera
    #montagne

    Ajouté à cette liste des morts (même si la personne dont on parle ici n’est pas décédée, mais les blessures sont apparemment très graves et la personne est « en fin de vie » selon les informations de presse) :
    https://seenthis.net/messages/811660

    Et, indirectement, à la métaliste des migrant·es morts à la #frontière_sud-alpine :
    https://seenthis.net/messages/758646

    #frontière_sud-alpine #montagne #mourir_aux_frontières #asile #migrations #réfugiés #décès #morts #frontières #Croatie #Route_des_Balkans #Slovénie

    • Migrante in fin di vita all’ospedale di Fiume, sarebbe stato raggiunto da colpi di pistola esplosi dalla polizia

      „A riportare la notizia è il quotidiano croato Dnevnik.hr che ha registrato il grave ferimento dell’uomo, di cui non si conoscono ancora le generalità, ieri pomeriggio nella zona del Gorski Kotar. La vicenda confermata anche dal ministro degli Interni di Zagabria, Davor Bozinovic“

      Nella zona del Gorski kotar, ieri 16 novembre la Polizia croata avrebbe sparato ad un migrante che sarebbe ricoverato in fin di vita, nell’ospedale di Fiume, a causa di una grave ferita al ventre. A riportare la notizia è il quotidiano croato Dnevnik.hr in questo articolo dove spiega come le forze dell’ordine croate avrebbero esploso colpi d’arma da fuoco (non viene riferito il numero) dopo il rintraccio di un gruppo di una quindicina di migranti nella zona del monte Tuhobic e, presumibilmente, provenienti dalla rotta balcanica.

      Al momento non si hanno notizie sulle generalità dell’uomo, né sulla sua età. Il Dnevnik riporta che l’uomo, assieme agli altri compagni di viaggio, si stava dirigendo verso il confine con la Slovenia, tentando di entrarvi illegalmente. La notizia del ferimento del migrante e il suo trasferimento all’ospedale del capoluogo quarnerino, è stata confermata, come riportato sempre dal media croato, anche dal ministro degli Interni di Zagabria Davor Bozinovic. Da quanto riportato dai media croati e sloveni, dovrebbe venir aperta un’inchiesta per far luce sul grave fatto di cronaca.

      http://www.triesteprima.it/cronaca/rotta-balcanica-croazia-slovenia-migrante-ferito.html

    • Croazia: la polizia spara sui migranti

      Uno è stato ridotto in fin di vita. Aperta una inchiesta per stabilire cosa sia successo durante il pattugliamento nel Gorski Kotar.

      Spari sui migranti in una zona impervia del Gorski Kotar, non lontano dal monte Tuhobić, ad alcuni chilometri di distanza dalla più vicina arteria stradale. Tutto è avvenuto ieri pomeriggio, quando la polizia croata ha aperto il fuoco contro un gruppo di sospetti clandestini, una quindicina, che avrebbero cercato di raggiungere la Slovenia. Uno di loro è stato raggiunto al torace ed è in gravissime condizioni. È stato operato d’urgenza nell’ospedale di Fiume.
      Il ministro dell’Interno croato, Davor Božinović ha spiegato che i poliziotti erano in servizio di pattugliamento per il controllo della frontiera: aperta un’inchiesta per stabilire le circostanze che hanno portato ad aprire il fuoco contro i migranti e se ciò sia stato giustificato dagli eventi. Alla domanda se anche i migranti fossero armati, il ministro ha detto che non c’è ancora una risposta. Tutti i componenti il gruppo di migranti sono stati fermati. Da diverso tempo le organizzazioni umanitarie e per i diritti umani imputano alla polizia croata un comportamento violento nei confronti di profughi e migranti che arrivano in Croazia dalla Bosnia ed Erzegovina, da pestaggi a respingimenti oltre confine in modo violento. Finora però non era mai giunta notizia di un impiego di armi da fuoco.

      https://capodistria.rtvslo.si/news/croazia/croazia-la-polizia-spara-sui-migranti/505185

    • Et l’article avec la nouvelle dans un journal croate :
      Doznajemo : Ranjavanju migranta prethodio je napad na policajce. Kamenjem ih gađala veća skupina migranata

      Ilegalni migrant koji je teško ozlijeđen u subotu kasno popodne u Gorskom kotaru još uvijek je životno ugrožen. Očevid radi utvrđivanja okolnosti tog incidenta još je u tijeku. Neslužbeno doznajemo da su ga policajci nakon ranjavanja nosili nekoliko kilometara, sve dok ga nije preuzela služba Hitne pomoći.

      Ministar unutarnjih poslova Davor Božinović kazao je da je dovršen očevid u slučaju ranjavanja migranta koji se u KBC-u Rijeka s prostrijelnom ranom u predjelu prsnog koša i trbuha bori za život, javlja N1.

      ’Odvjetništvo uz stručnu pomoć policije provodi kriminalističko istraživanje i u ovom trenutku rano je govoriti o rezultatima tog istraživanja. Eventualno bih u ovom trenutku mogao kazati da nije utvrđeno da je korištenje vatrenog oružja bilo usmjereno prema konkretnoj osobi, s namjerom djelovanja prema osobi", izjavio je ministar unutarnjih poslova Davor Božinović.

      Prema neslužbenim informacijama, nakon incidenta u kojem je teško ozlijeđen migrant policajci su ga s nepristupačnog terena nosili sve do vozila Hitne pomoći, kojim je nakon toga prebačen u KBC Rijeka.
      Napali policajce kamenjem?

      Neslužbeno doznajemo da je riječ o djelatniku specijalne policije koji je nedavno spasio migranta kojemu je prijetilo smrzavanje nakon što ga je njegova grupa neadekvatno odjevenog ostavila u šumama Gorskog kotara na niskim temperaturama.

      Također, neslužbeno se doznaje da je do ozljeđivanja stradalog migranta došlo nakon pucanja u zrak nakon što je veća grupa migranata vrlo blizu mjesta incidenta kamenjem i drugim priručnim sredstvima napala policajce. Policajac koji je upotrijebio vatreno oružje tada je nekoliko puta na hrvatskom i engleskom jeziku upozorio da je riječ o policiji te da je primoran koristiti oružje. Potom je ispalio dva metka u zrak iz oružja koje nije bilo usmjereno prema migrantima. Kad je krenuo prema njima, policajac se spotaknuo te pritom i ozlijedio, a u tom trenutku njegovo je oružje još jednom opalilo, no nije bilo usmjereno prema migrantima, već je moguće da se hitac odbio od tvrde površine te tako ozlijedio migranta, što će utvrditi istraga.
      Ranjen u prsni koš i trbuh

      Očevid je na mjestu događaja završio, no istraga je još uvijek u tijeku, a ranjeni muškarac i dalje je u životnoj opasnosti.

      ’’Bolesnik je u jedinicu intenzivnog liječenja zaprimljen po učinjenom hitnom operativnom zahvatu. Prilikom ranjavanja zadobio je višestruke ozlijede toraksa i abdomena koje su opasne po život. U bolesnika se i dalje provode mjere intenzivnog liječenja’’, kazala je anesteziologinja riječkog KBC-a dr. sc.Vlasta Orlić Kabrić.

      Višestruke ozljede, pretpostavlja se, nastale su od metka ili od odbijanja metka o tvrdu podlogu te potom ranjavanja. Zbog incidenta je sinoć u Rijeku stigao ministar unutarnjih poslova Davor Božinović. ’’Došlo je do ozljeđivanja vjerojatno zbog uporabe vatrenog oružja, po tome će postupati nadležno županijsko državno odvjetništvo’’, rekao je ministar i kazao da ne može govoriti o detaljima.
      Kiša otežava očevid

      Mjesto nesreće udaljeno je pet kilometara od posljednjeg šumskog puta kojim se može doći vozilom. Osim teško pristupačnog terena, očevid otežavaju i veoma loše vremenske prilike, odnosno vrlo gusta kiša koja pada u tom dijelu Gorskoga kotara.

      Stanovnici Gorskog kotara već neko vrijeme imaju problema s migrantima koji uspiju pobjeći policajcima na granici s Bosnom i Hercegovinom. ’’U početku su ljudi bili susretljivi. I sami su rekli da bi trebalo pomoći ljudima. Ali, eto, kako prolazi već nekoliko godina, pogotovo u zimskom periodu, postajali su nekako agresivniji’’, govori David Bregovac, načelnik općine Fužine.

      Je li skupina na koju je naišla policijska ophodnja bila naoružana, jesu li nasrnuli na policajce, zašto je policija koristila vatreno oružje, kako je grupa ilegalaca uspjela ući tako duboko u Hrvatsku – samo su neka od pitanja na koja bi istraga koja je u tijeku trebala dati odgovor.

      https://dnevnik.hr/vijesti/hrvatska/migrant-upucan-u-gorskom-kotaru-bori-se-za-zivot-ima-prostrijelnu-ranu-prsno

    • Croatian police fire on illegal migrants near Slovenian border

      Croatian police fired on a group of illegal migrants trying to reach neighboring Slovenia late on Saturday, leaving one man critically injured, officials in the northern Adriatic town of Rijeka said.

      Croatian Interior Minister Davor Bozinovic told reporters that the group was probably trying to cross into Slovenia, but did not say how many people were in the group or give their nationalities.

      Croatia is on a route taken by many migrants from the Middle East and central Asia trying to reach wealthier EU states. Some cross into Croatia from Bosnia undeclared.

      “Police officers were preventing the passage of a group which most probably wanted to reach Slovenia,” Bozinovic told media late on Saturday, adding that one man was wounded probably due to the use of firearms.

      A doctor at the Rijeka Clinical Hospital Centre said the man in a critical condition had suffered gunshot wounds.

      “The patient was admitted for urgent surgery after sustaining gunshot wounds in the area of thorax and stomach,” the doctor told Reuters by telephone on Sunday. “He is in a life-threatening condition and intensive medical treatment is continuing.”

      Bozinovic said regional authorities would investigate the incident, which took place in the mountainous Gorski Kotar area close to Rijeka, which is around 20 km (12 miles) from the Slovenian border.

      Croatia, which wants to join the EU’s border-free Schengen area, has to convince Brussels that it is able to effectively manage the bloc’s external border, a particularly sensitive issue since Europe’s 2015 migrant crisis.

      Neighboring Bosnia, which has become a migrant hot-spot since 2018, has repeatedly accused Croatia of returning migrants to Bosnia even when they are found deep in its territory. Many migrants have been complaining of brutality of Croatian police officers, allegations that Croatia has dismissed.

      https://www.reuters.com/article/us-europe-migrants-croatia/croatian-police-fire-on-illegal-migrants-near-slovenian-border-idUSKBN1XR0I

  • Banque de dépannage linguistique

    Liste de termes épicènes ou neutres

    Lorsqu’on fait référence à des personnes dans un écrit et qu’on souhaite donner à celui-ci un caractère plus générique et inclusif, il convient de privilégier des formes non marquées en genre, c’est-à-dire qui ne présentent pas d’alternance masculin/féminin. Les mots ainsi choisis désignent aussi bien les femmes que les hommes, ou encore les personnes non binaires.

    http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=5465

    #féminisation #épicène #langue_française #écriture_inclusive #égalité

  • Yémen : à marche forcée - ARTE Reportage | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/090427-000-A/yemen-a-marche-forcee

    Chez eux, en #Éthiopie, les Oromos n’ont rien. Par centaines de milliers, ils migrent vers l’Arabie Saoudite, richissime contrée où ils s’imaginent un avenir.

    Mais la route est longue, périlleuse, impossible. Elle se pratique à pied, faute de pouvoir payer les passeurs et elle est semée d’embuches. Les montagnes de Galafi, à la frontière de #Djibouti, irradiées par un soleil brûlant, mettent à terre les plus vaillants, terrassés par la soif.

    A Obock, un petit port sans charme, les migrants sont convoyés de nuit vers des boutres surchargés qui affrontent les vagues de la #Mer_Rouge. Et, ultime danger : au #Yémen, l’industrie migratoire est infiltrée par les mafias locales. Là-bas, les #migrants #oromos deviennent des proies. Les plus pauvres sont les plus vulnérables. Déviés de la route, aux prises avec des #passeurs sans scrupules, ils sont torturés jusqu’à ce que leurs familles paient la rançon, parfois ruinées par la vente de toutes leurs terres pour tirer un fils ou une fille de l’enfer des maisons de torture.

    D’une rive à l’autre du Golfe d’Aden, Charles Emptaz et Olivier Jobard ont marché avec ces migrants éthiopiens, animés par une idée fixe et lancinante : gagner un jour son pain.

    Des bribes de cette odyssée, ils tentent de reconstituer le récit d’une traversée mortelle, dessinant en creux le portrait d’un peuple transfiguré par l’épreuve, les Oromos.

  • Le jour où l’Assemblée nationale a rendu hommage à l’auteur d’un féminicide | Pauline Grand d’Esnon
    https://www.neonmag.fr/le-jour-ou-lassemblee-nationale-a-rendu-hommage-a-lauteur-dun-feminicide-540

    Le 17 novembre 2008, Jean-Marie Demange, député, tue son ex-compagne et se suicide ; ce même jour, l’Assemblée nationale observe une minute de silence en sa mémoire. Alors que le fléau des féminicides est l’objet d’un Grenelle et de l’attention médiatique, on est remonté aux sources de ce moment peu glorieux pour la République. Source : Neon

  • Les gilets jaunes face à la stratégie de la #peur de Macron | ICI Radio-Canada.ca
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1390245/dufresne-entrevue-gilets-jaunes-violence-police-france

    j’entends plein de gens dire « à un moment donné, j’ai arrêté, j’ai eu trop peur, j’ai eu peur pour mon œil, j’ai peur pour ma main, j’ai peur pour mes enfants ». Ce qui est sidérant quand même. Il faut entendre cette peur-là. La France ne peut pas répéter au monde entier qu’elle est la patrie des droits de l’homme et dans le même temps piétiner à ce point les libertés individuelles, les libertés publiques.

    Ce qui fait en sorte que ce peuple français qui a l’habitude de manifester, désormais, il a peur.

  • Un an de Gilets jaunes : un mouvement inédit, une répression sans fin
    https://www.bastamag.net/gilets-jaunes-un-an-anniversaire-17-novembre-violences-policieres

    Le mouvement des Gilets jaunes a fêté son premier anniversaire les 16 et 17 novembre. Tour d’horizon de ce qu’en disent les médias indépendants. #Le_mouvement_des_gilets_jaunes a fêté son premier anniversaire : une année de mobilisations sociales inédites, dans toute la France. Et une année de répression policière de plus en plus violente, avec sa comptabilité morbide : un mort, 24 éborgnés, 5 mains arrachées, 315 blessés à la tête selon le décompte du journaliste David Dufresnes sur Allô Place Beauvau, (...) #Chroniques

    / #Luttes_sociales, Le mouvement des gilets jaunes, #Atteintes_aux_libertés

  • « Quand je rentre à Paris, je me rends compte que quelque chose est #pulvérisé. » Entretien avec David Dufresne | Positions revue
    https://positions-revue.fr/entretien-avec-david-dufresne
    #davduf

    « Frédéric, vous le savez mieux que personne : si on veut tenir nos troupes, elles doivent se sentir libres. Plus elles seront violentes, plus elles seront aux ordres… Sous notre protection, et la crainte. En roue libre, mais dans nos pistes, en quelque sorte… L’entre-soi ça tient le groupe. L’Empereur disait : on gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. »
    Est-ce que cet extrait là, vous le tenez d’une #source ?

    #Dufresne : Le #roman est très, très largement inspiré de la réalité. Si vous voulez, les personnages sont des personnages composites. Ce sont des conglomérats de flics, de hiérarques de la police… Idem pour la présentatrice télé, c’est une journaliste de synthèse par exemple. La phrase « Plus ils seront libres, plus ils seront à nos ordres. », oui ça m’a été dit comme ça. C’est l’avantage du roman : il permet de s’affranchir des #off et d’être au plus près de la #vérité.

  • Les #gilets_jaunes : le pari gagné de l’existence médiatique ?
    https://www.lerass.com/opsn
    rapport pdf :
    https://www.lerass.com/wp-content/uploads/2019/11/GJ_Lerass_05-1.pdf

    LIMINAIRE
    Depuis un an, notre équipe de recherche a tenté de saisir les répercussions du mouvement inédit des Gilets jaunes en analysant à trois reprises, et à des moments spécifiques, des corpus issus des réseaux sociaux, d’articles de presse, ou de leur Vrai débat.

    Nos résultats ont mis en avant trois moments clés : d’abord une focalisation de la presse sur le conflit d’usage généré par la taxe sur le diesel accompagnée d’un effet de sidération et d’une tentative de lire le mouvement à travers le prisme des clivages politiques traditionnels ; dans un deuxième temps un accroissement de la place accordée à la parole des Gilets jaunes et un appel à des experts pour comprendre le mouvement ; enfin, la dilution des Gilets jaunes dans l’agenda politique classique notamment au profit du Grand débat national.

    Un an après le début du mouvement il nous a semblé utile de faire le point sur son traitement médiatique d’un point de vue longitudinal. Pour ce faire nous avons élargi la focale en incluant dans notre échantillon 64 titres de la presse quotidienne, dont 20 de la presse nationale (PQN), 42 de la presse quotidienne régionale et départementale (PQR) et deux agences de presses (l’AFP et Reuters).

    Nous avons également allongé la période analysée. Via la base de données Europresse, nous avons collecté tous les articles comportant les mots “gilets jaunes” entre le 28 octobre 2018 et le 30 juin 2019. Au total, ce sont 117 351 articles qui ont été rassemblés dans un corpus de plus de 50 millions de mots.

    Pour analyser ce gros corpus nous avons utilisé le logiciel libre d’analyse statistique de données textuelles #Iramuteq – développé par Pierre Ratinaud au sein du LERASS. Cette approche permet de dégager les grands thèmes abordés dans les articles de presse analysés ainsi que la chronologie de leur apparition. Nous avons par la suite croisé ces informations avec différentes variables comme le nom ou le type de journal, la quantité d’articles produits, etc.

    L’ensemble de ces données nous permet d’avoir une vue d’ensemble du traitement des Gilets jaunes par la presse afin d’éclairer les logiques qui président au choix des sujets et des cadrages privilégiés, la temporalité du travail journalistique et ses angles morts.

    Nous avons choisi de conduire à la fois une lecture thématique et une lecture chronologique du corpus. La lecture thématique permet de dresser un éventail, de donner une vue d’ensemble des thèmes les plus investis par la presse en relation (plus ou moins proche) avec les Gilets jaunes. La lecture chronologique vient quant à elle éclairer la répartition temporelle de ces thématiques. Elle vient souligner des phénomènes de continuité mais surtout de discontinuité dans le traitement global opéré par la presse.

    Précisons dès à présent que les observations portées dans ce rapport ne sont qu’un point d’étape, un défrichage préalable à un long travail d’analyse en finesse d’un corpus dense et complexe. Par exemple, si des différences de traitement existent très certainement d’un titre à l’autre, le présent travail ne peut que les évoquer de façon allusive.

    • SYNTHÈSE DES RÉSULTATS
      Quand les Gilets jaunes deviennent une référence. La dynamique générale observée laisse entrevoir une métamorphose : d’abord objet non identifié les Gilets jaunes sont interprétés à l’aune de références externes (ex : Mai 68, récupération partisane). Puis, la crise qu’ils génèrent suscite des réactions de la part de l’exécutif, dont le point d’orgue est la mise en œuvre du Grand Débat. Ensuite, les analyses menées par les multiples commentateurs de la vie publique, relayés par la presse, tendent à faire des Gilets jaunes un nouvel objet de référence pour décrypter le social et le politique. D’objet parasite à référencer, ils gagnent peu à peu le statut de référence.

      Les “zones blanches” de la couverture médiatique (l’écologie, la figure du leader) : la PQR et la PQN évitent l’écueil de la figure du leader mais passent sous silence la question de l’écologie ou de l’environnement comme clef de lecture fondamentalement possible du mouvement ou du problème social.

      L’impossible portrait-robot des Gilets jaunes : la presse ne règle pas la question de savoir qui sont les Gilets jaunes, qui demeure une inconnue, témoignant là d’un défi journalistique non résolu. La PQR concentre sa couverture sur ce que “font” les Gilets jaunes (ils manifestent, font des ronds-points, sont en colère, dégradent les centre villes (vieilles références à Mai 68 ou « fin du monde et fin du mois » par exemple), mais s’intéresse peu ou pas au fond des revendications. La PQN va se concentrer quant à elle sur ce que “font” les Gilets jaunes au paysage social et politique (réponses et réactions du gouvernement, jeu électoral, Grand débat). Elle applique ces filtres pour lire ce que disent ou ce que veulent les Gilets Jaunes.

      Le bâtonnage (copier - coller) de dépêches qui invisibilise les lignes éditoriales des médias et qui prive l’information de sa plus- value journalistique.

      Un mouvement qui n’en finit pas du point de vue de sa couverture informationnelle et diversement traité par la PQR et la PQN :
      La PQR a davantage couvert le mouvement que la PQN. Un éclatement temporel des thématiques à l’exception des manifestations du samedi et une couverture diamétralement opposée entre PQR et PQN.

      Les Gilets Jaunes, un fait social ou une construction journalistique, qui résiste dans la durée, sans que l’on puisse lui attribuer une fin narrative, et ce, malgré un épuisement des cadrages possibles et en dépit de la dilution des Gilets jaunes dans l’agenda médiatique.

      Des Médias désorientés, en quête de “balises” : la succession de différents investissements thématiques au fil du temps, peu permanents dans l’ensemble, permet de poser l’hypothèse que les médias ont peiné à trouver des clés de lecture pertinentes et celles-ci ont évolué tout au long de la fenêtre temporelle étudiée.

    • Les ronds-points et leurs occupant-e-s : “une chasse gardée” de la PQR
      On observe une distribution assez logique des cadrages et des terrains qui correspond au type de média considéré (PQR et PQN). Seule exception dans la façon dont se répartissent les titres de PQR et PQN dans nos résultats, Corse Matin qui se retrouve dans le champ de la PQN de façon nette. Plus surprenant, le cadrage thématique de la PQN est diamétralement opposé à celui de la PQR (voir l’illustration 1 : Distances de Labbé). La PQR a davantage couvert le mouvement que la PQN d’un point de vue quantitatif et nous soulignons aussi qu’elle a commencé à le couvrir plus tôt que la PQN.

      La distinction la plus notable entre la PQR et la PQN tient au traitement local des mobilisations
      La PQR est sans conteste, celle qui va sur les ronds-points, qui couvre les blocages et les moments de vie qui s’y déroulent, même si début janvier elle cesse de les couvrir. L’angle de traitement verse en partie dans la fait- diversification du mouvement sur le territoire, le cadrage épisodique et parfois le sensationnalisme en décrivant avec force de détails, la précarité des installations et de ses occupants. Tout en leur donnant la parole, ce type de cadrage, type reportage sur le terrain, fait l’économie d’une montée en généralité. C’est également la PQR qui couvre les mobilisations des centres villes en commentant l’impact sur les commerces, notamment en période de Noël. A partir de cette période, nous pouvons considérer que les ronds-points, ainsi que nous l’avions montré dans notre rapport 3 et que nous le confirmons donc ici sur une période plus longue, ne sont plus couverts. De façon plus étonnante, la PQR a ensuite tendance à évoquer les questions liées au Grand Débat et son organisation locale. Du point de vue du cadrage, la PQN a davantage cherché à donner une coloration nationale et politique à sa lecture et son interprétation du mouvement, laissant ainsi de côté la dynamique territoriale et parfois hyperlocale du mouvement.

  • Le DG de l’AFD raconte n’importe quoi sur l’agriculture en Afrique

    M. Rémi Rioux, directeur à poigne de l’Agence française de
    développement, qui vient de publier « Réconciliations », participait
    récemment à l’émission « La grande table des idées » sur France
    culture. A l’occasion il s’est livré à un confondant festival de
    confusions, erreurs et contrevérités.

    http://www.eauxglacees.com/Le-DG-de-l-AFD-raconte-n-importe?var_mode=calcul

  • Khrys’presso du lundi 18 novembre 2019
    https://framablog.org/2019/11/18/khryspresso-du-lundi-18-novembre-2019

    Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière. Brave New World La police chinoise utilise une caméra basée sur l’IA et des analyses raciales pour suivre les … Lire la suite­­

    #Claviers_invités #Internet_et_société #Libr'en_Vrac #Libre_Veille #Non_classé #GAFAM #Internet #Revue_de_web #Revue_hebdo #Surveillance #veille #webrevue
    https://mamot.fr/system/media_attachments/files/007/120/395/original/e4c071468ec2939f.mp4?1573919897

  • Interdit d’interdire – FDJ, ADP, pour ou contre la vente des « bijoux de famille » ?
    https://www.les-crises.fr/interdit-d-interdire-fdj-adp-pour-ou-contre-la-vente-des-bijoux-de-famill

    Source : Russia Today France, Interdit d’Interdire, 13-11-2019  Frédéric Taddeï reçoit : – Daniel Schneidermann, journaliste – Tatiana Ventôse, vidéaste, auteur de la chaine Le Fil d’ActuLire la suite

  • La culture POP, art pornographique
    https://www.dedefensa.org/article/la-culture-popart-pornographique

    La culture POP, art pornographique

    Jean Clair, ancien conservateur des Musées de France, nous rappelait dans un petit essai bien tassé que « la culture, encore une fois, consiste à défricher puis à enclore un espace culturel que l’on appellera “temple”, d’où nous est venu le mot “contempler” ».

    De nos jours, les aficionados de l’art ne contemplent plus, ils se « rincent l’œil ». Le sacré n’ayant plus droit de cité dans le monde de la cul-ture, c’est le clinquant, le tape l’œil qui aura pris le relais en l’espace d’un siècle…

    Quand les arts et culture deviennent la matrice d’un culte du faux et de l’arbitraire

    Reprise d’un article composé il y a déjà cinq années de cela. Toujours d’actualité au demeurant.

    De Mao Zedong à Andy Warhol la boucle est bouclée. Le roi de la peinture POP reprenant à son compte les (...)

  • Palestinian Killed by Israeli Police in Jerusalem
    November 17, 2019 5:36 PM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/palestinian-killed-by-israeli-police-in-jerusalem

    A Palestinian man was shot dead by Israeli forces early Sunday, east of Jerusalem, after being chased down by Israeli police.

    Walla Israeli website claimed, according to the PNN, that Israeli police forces killed a Palestinian man from East Jerusalem while chasing him, at dawn, alleging that he participated in the theft of a car, in the city of Jerusalem.

    A statement by the Israeli police spokesman said: “During the chase, police officers opened fire towards the car, wounding the driver critically, and was declared dead after attempts to revive him in the hospital failed.”

    #Palestine_assassinée

  • Digital Labor : tout clic mérite-t-il salaire ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-emission-du-mercredi-13-novembre-2019

    À quoi correspond le digital labor ? Dans quelle mesure peut-on considérer les internautes comme producteurs de valeur sans le savoir ? En tant qu’internaute, chacun d’entre nous n’aurait-il pas tendance à devenir à notre insu plus micro-travailleur que consommateur ? Tout clic mérite-t-il salaire ? Serions-nous tous tombés dans le panneau ? Les géants d’internet nous ont-ils eus jusqu’à la moelle, au point de nous transformer, à notre insu, en travailleurs non-rémunérés ? A chaque like, à chaque note (...)

    #algorithme #travail #conditions #travailleurs

  • (18) L’incroyable découverte : Homo luzonensis, une nouvelle espèce Humaine - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=1jwHyrBD_aE

    Conférence du 14 octobre 2019, avec le paléoantropologue Florent Détroit.

    Une équipe pluridisciplinaire internationale co-dirigée par Florent Détroit, paléoanthropologue au Musée de l’Homme, a découvert une nouvelle espèce humaine, Homo luzonensis. Cette découverte s’est faite lors de fouilles effectuées dans la grotte de Callao, située sur l’île de Luzon, au Nord des Philippines. Publiée le 11 avril 2019 par la revue Nature, l’étude des fossiles datés de 50 à 67 000 ans met en évidence une mosaïque de caractéristiques morphologiques singulière qui différencie Homo luzonensis des autres espèces du genre Homo et souligne le rôle majeur joué par l’Asie du Sud-Est insulaire dans l’histoire évolutive.

    Avec ---
    Florent Détroit, Paléoanthropologue au Musée de l’ Homme-MNHN, membre de l’UMR 7194 HNHP du CNRS, département Homme et Environnement et Maitre de conférence au MNHN. Il est co-directeur de l’équipe pluridisciplinaire internationale ayant découvert Homo luzonensis.

    • En ce moment je dessine sur les féminicides et j’utilise la compilation des féminicides rapportés par Libération. Il y a une quantité hallucinante de chasseurs parmis les féminicideurs. Beaucoup d’hommes tuent les femmes à main nu ou au couteau et il arrive que des hommes armés preferent une manière plus sadique tel ce millitaire de 21 ans qui executa sa compagne de 20 ans à la bar de fer. L’alcool rend les hommes violents encore plus violents. Le minimum serait que les biteux armés soient tous réévalués - premier signalement de violence = confiscation du permis et des armes et interdction de touché une goutte d’alcool. Deuxième signalement de violence on le deguise en sanglier et on le lache en foret, ce qui n’est absolument pas dangereux puisque les chasseurs ne boivent pas et font attention sur quoi ils tirent. .

  • Remembering The 1989 #Massacre Of Jesuits In El Salvador : NPR
    https://www.npr.org/2019/11/15/779628824/remembering-the-1989-massacre-of-jesuits-in-el-salvador

    HAJEK: The Jesuit murders drew the world’s attention to a crisis in El #Salvador, and Congress faced mounting pressure to end American support of a brutal military regime. A U.N.-sponsored report in 1993 concluded that the Jesuits were killed by a Salvadoran army battalion trained and equipped by the United States. As for Lucia Cerna, sitting in her living room 30 years later, she still wonders if she could have somehow changed the hearts of the soldiers who killed her friends.

    [...]

    HAJEK: During the 1980s, the United States sent over $4 billion to El Salvador’s anti-communist military regime. But El Salvador’s military, supported by the U.S., kidnapped, tortured and killed innocent civilians.

    #etats-unis #terrorisme #civils #victimes_civiles