• « Gilets jaunes » : deux journalistes indépendants arrêtés
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/gilets-jaunes-deux-journalistes-independants-arretes-20190420

    Le journaliste fondateur du site Taranis news, Gaspard Glanz, a été arrêté cet après-midi par les forces de l’ordre, a constaté notre journaliste Thibault Izoret. D’autres journalistes présents au moment de l’interpellation, un photographe travaillant pour Libération, et un autre de La Meute, ont également posté des photos du journaliste menotté sur Twitter. Nous ne connaissons pas le contexte de cette interpellation.

    Ce samedi matin, un autre journaliste indépendant, Alexis Kraland, a également été interpellé gare du Nord, alors qu’il avait indiqué sa profession, selon le photojournaliste Maxime Reynié. Il avait déjà été placé en garde à vue le 3 octobre 2018, suite à sa couverture de la manifestation du 1er mai, place de la contrescarpe.


  • Agenda du Libre pour la semaine 17 de l’année 2019
    https://linuxfr.org/news/agenda-du-libre-pour-la-semaine-17-de-l-annee-2019

    Calendrier web, regroupant des événements liés au Libre (logiciel, salon, atelier, install party, conférence), annoncés par leurs organisateurs. Voici un récapitulatif de la semaine à venir. Le détail de chacun de ces 40 événements (France 36, Belgique 3, Québec 1) est en seconde partie de dépêche. lien n°1 : Aprillien n°2 : Agenda du Librelien n°3 : Carte des événementslien n°4 : Proposer un événementlien n°5 : Annuaire des organisationslien n°6 : Agenda de la semaine précédentelien n°7 : Agenda du Libre QuébecSommaire

    [FR Langres] Election Titre de l’année Ziklibrenbib 2019 - Du mardi 26 mars 2019 à 13h30 au samedi 25 mai 2019 à 18h00.

    [FR Paris] Atelier Hebdomadaire de Contribution au Libre - Le mardi 23 avril 2019 de 10h00 à 19h00.

    [FR Béziers] Permanence Accompagnement personnalisé - Le mardi 23 avril 2019 de (...)


  • Téléchargez Assassin Creed Unity gratuitement #NotreDame (Korben)
    https://www.crashdebug.fr/informatik/94-20mn-par-jour-a-dit-le-docteur/15940-telechargez-assassin-creed-unity-gratuitement-notredame-korben

    Suite à la catastrophe de Notre Dame, Ubi soft vous offre Assassin Creed Unity en version complète, sans limitation une fois que vous l’aurrez téléchargé et installé, par contre l’offre s’arrète le 25 avril à 09:00 (heure locale) en contre-partie Ubi soft vous demande (si possible) de faire un geste pour la cathédrale. Source : Korben

    #En_vedette #Jeux_vidéo #Actualités_Informatiques



  • #performance Profiling During Your Development Workflow
    https://hackernoon.com/performance-profiling-during-your-development-workflow-ebff78afb71c?sour

    Ditch subjectivity about performance with #java VisualVMPerformance profiling isn’t just an activity reserved for Ops teams monitoring an application in production — in my view, it’s a skill that should become part of every decent software developer’s/engineer’s development workflow.It’s not just for troubleshooting, be proactive and take a look under the bonnet (hood* 🇺🇸) before the trouble even starts.I’m going to ask you 2 questions:Do you want to be the team member who committed the two lines of code that brought production to its knees and ground it to a halt?OR:Do you want to be the glorious team member who saved the team from merging the defective code in the first place?Unless you hate your team and your company, I’m pretty sure you want to be the latter team member — which is why I’ve put (...)

    #software-development #programming #software-engineering


  • How I Would Cover the College-Admissions Scandal as a Foreign Correspondent | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/our-columnists/how-i-would-cover-the-college-admissions-scandal-as-a-foreign-corresponde

    The college-admissions scandal—in which fifty people have been indicted for scheming to get the children of wealthy parents into top schools—makes for perfect cocktail chatter. It involves a couple of celebrities among those who, prosecutors allege, bribed and cheated their kids’ way into college. It includes bizarre details, like the Photoshopping of photographs of said children’s faces onto the bodies of outstanding young athletes. It bears savoring and retelling, because it says something intuitively obvious but barely articulated about American society: its entire education system is a scam, perpetrated by a few upon the many.

    It’s not just that higher education is literally prohibitively expensive (and at the end of it most college graduates still don’t know how to use the word “literally” correctly, as I am here). It’s not just that admission to an élite college—more than the education a student receives there—provides the foundation of future wealth by creating or, more often, reinforcing social connections. It’s not just that every college in the country, including public schools, makes decisions about infrastructure, curriculum development, hiring, and its very existence on the basis of fund-raising and money-making logic. It’s not just that the process of getting into college grows more stressful—and, consequently, more expensive—with every passing year. It’s not just that the process itself is fundamentally rigged and everyone knows this. It’s all of it.

    There is an adage of journalism that holds that every story should be written as if by a foreign correspondent. I generally like this idea: coverage of many issues could benefit from a naïve but informed view. I now find myself imagining applying it to the college-scandal story.

    I would, of course, begin by explaining that fifty people in six states are accused of conspiring to game the college-admissions system. They spent hundreds of thousands of dollars each to have other people take standardized tests in place of their children, to insure that the administration of the test itself would be fixed, and to bribe coaches and falsify their children’s athletic records. Here, the story would get complicated. A reader in any country can understand the concept of a standardized test—in some countries, in fact, standardized tests have been a tool to fight corruption in admissions. But what does athletic ability have to do with college, especially a college considered academically challenging?

    Soon, I would find myself explaining the exotic customs of American college admissions. As the parent of two young adults—one recently went through the application process and the other is in its beginning stages—I have accumulated some experience explaining the system to my friends in other countries. (A Canadian academic’s recent incredulous response: “In Canada, people just go to university!”) I would have to explain the concept of legacy admissions: the positively pre-modern concept that the right to an élite education is heritable. I would have to explain that colleges depend heavily on financial donors, whom they cultivate through generations. I would have to explain the growing part of softer criteria like extracurriculars—the race to be not only better-educated than your peers but also better at being a good person in the world—as if education and an initiation into adult civic life were not what college itself is for. I would have to note that it’s essential for parents to be able to afford to pay for their children’s extracurriculars and sponsor their volunteerism.

    I would have to explain all that before I even got to the standardized tests. Then I would note that an SAT/ACT tutor in New York City charges between three hundred and four hundred and fifty dollars an hour. I would note that, to make parents feel better about parting with that sort of money, many programs guarantee a precise bump in test scores for their students: about a hundred and eighty points, out of a possible total of sixteen hundred, for the SAT; about four, out of thirty-six, for the ACT. I would note that gaming the test legally is such a well-established practice that children whose parents can’t afford thousands of dollars in test-prep fees will score more than ten per cent lower than those who get tutored.

    Granted, the test results aren’t everything. Every college will tell you that it takes a “holistic approach” to admissions. There are essays, for which there is also coaching, and editing, and a formula; the hourly rate for these services can exceed that of the test tutors. There is also additional college counselling, because a guidance counsellor even at the best public school can’t give an aspiring college student the kind of individual attention, or the kinds of connection, that money can buy. And then there are the connections that money buys indirectly: the parents’ friends who teach, or who work in admissions, or who have generous tips on what colleges are looking for in an essay or an applicant’s list of extracurriculars. One of those things is interest in the particular college—an immeasurable quality, to be sure, but colleges like to see that an applicant has visited the campus. Yes, in most of the world, young people go to university in the city where they grew up, but in the United States, I would explain, most young people aspire to “go away” to college, and that means that even a pre-application tour is a costly and time-consuming proposition. I might mention that the dormitory system, a major source of revenue for the colleges, is also a giant expense for the families, but, these days, even colleges that used to be known as commuter schools require first- and often second-year students to live in the dorms, even if their families live in the same city. This is but an incomplete list of reasons that many low-income students don’t even try to apply to selective colleges. The wealthy compete with the even wealthier.

    I would explain that many American colleges have made a concerted effort to admit students from more varied backgrounds, but have failed even to keep up with the changing demographics of the country. The top colleges and universities continue, overwhelmingly, to educate the wealthy and white. The proportional representation of African-Americans and Latinos in the population of top colleges has been dropping, with a few exceptions, which are, in turn, determined largely by wealth: only the wealthiest colleges can admit a lot of students whose parents can’t afford tuition. And if they want to keep these students, they have to invest in revamping their curricula and training faculty and allocating additional teaching and counselling resources to help students for whom the culture of élite colleges is alien and alienating.

    MORE FROM

    Our Columnists

    Explaining why these additional resources would be necessary would in turn require an explanation of how education is funded in this country, how school districts are drawn, how middle-class parents invest in a house in the right neighborhood, where public schools will give their kids a chance at a decent college. The best public primary schools, I would explain, enable graduates to compete with kids who went to expensive private schools. For the socially and economically hopeful, I would explain, raising a child in America is an eighteen-year process of investing in the college-admissions system.
    Video From The New Yorker
    How To Write A New Yorker Cartoon Caption: Zach Galifianakis & Zoe Saldana Edition

    All this, I would hope, would serve to elucidate how a corruption scheme like the college-admissions conspiracy could come to be. But it would also raise the question: Why are these ridiculous crooks the only people who might be punished for perpetuating—by gaming—a bizarre, Byzantine, and profoundly unmeritocratic education system? Why is such a clearly and unabashedly immoral system legal at all?

    Masha Gessen, a staff writer at The New Yorker, is the author of ten books, including, most recently, “The Future Is History: How Totalitarianism Reclaimed Russia,” which won the National Book Award in 2017.


  • Algérie, Soudan : #féminisme et… pétrole
    https://joellepalmieri.wordpress.com/2019/04/20/algerie-soudan-feminisme-et-petrole

    En Algérie et au Soudan, « les femmes » sont présentées dans les médias et sur les réseaux sociaux numériques comme les nouvelles égéries de la révolution, des « printemps arabes » du moment. Suivistes, supporters désintéressées, fortes personnalités, compagnes de combat des militants de la révolution ? Parce qu’elles ne le sont pas, les manifestantes ont fait l’événement. Pourtant non … Lire la suite →

    #Humeurs #économie #luttes #média #occident #violences


    https://0.gravatar.com/avatar/9756ba41fe8333157071419a20733f4a?s=96&d=https%3A%2F%2F0.gravatar.com%2Fa




  • Rapport de l’Observatoire des Pratiques Policières de Toulouse
    mai 2017 - mars 2019

    Toulouse : un dispositif de maintien de l’ordre disproportionné et dangereux pour les libertés publiques

    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article1680

    Le rapport d’un « Observatoire citoyen » est toujours un objet métissé par des cultures différentes. Nous l’avons situé au croisement d’un document scientifique et universitaire, mais aussi citoyen, chargé de démontrer les logiques des pratiques policières. Nous avons voulu aussi faire un rapport qui soit pédagogique, au sens où il doit être lisible et compréhensible par les observateur-e-s, mais aussi par des pans importants du mouvement social. Et, enfin, nous avons voulu produire un document politique. Ce rapport s’adresse aussi aux médias, aux autorités publiques et aux forces de l’ordre elles mêmes. Nous sommes profondément persuadé-e-s que ces structures mixtes que sont les Observatoires citoyens sont des pierres essentielles à nos démocraties pour lutter contre les abus et le non-droit. Observer, enquêter, dire, décrire, nommer, toutes choses qui ont constitué le quotidien de notre travail d’enquête, sont des pratiques longues et fastidieuses. Les citoyenne- s devenu-e-s observateur-e-s qui ont réalisé ce travail, qu’ils et elles soient enseignant-e-s, avocat-e-s, chercheur-e-s, retraité-e-s, artistes, étudiant-e-s, cadres, employé-e-s…, ont cette énergie commune : dire et montrer, pour améliorer nos fonctionnements collectifs. Tout abus contre les citoyen-ne-s — et nous en pointons un certain nombre dans ce rapport — est une attaque contre la démocratie.


  • Notre Dame : grand concours du Terrier :

    http://www.le-terrier.net/notredame/index.htm

    Une cathédrale, une église, qui brûle, s’effondre, partiellement ou totalement, rien que de très banal dans l’histoire des monuments. Celle-ci, Notre Dame de Paris comme n’importe quelle autre, n’avait pas de raison particulière d’échapper à ce qui fait l’ordinaire des bâtiments : se ruiner, brutalement ou lentement, être retapés ou pas, rafistolés ou reconstruits, et se constituer un nouvel état, ni plus ni moins sacré que le précédent. C’est ce qui arrive aux églises. Tout le temps. Il n’y a que ceux qui ne les visitent jamais qui l’ignorent.

    • A toutes celles et ceux qui reculeraient devant une potentielle participation à tel concours pensant par exemple qu’on pourrait être jugé ou évaluée sur la qualité du dessin, voyez plutôt la tête de la première participation à ce concours :

      http://desordre.net/photographie/numerique/divers/2019/201904/073.jpg

      Donc, « n’ayez pas peur ! »


  • Sauvage agression d’un membre de Roya citoyenne
    https://nantes.indymedia.org/articles/45359

    En pleine nuit, de samedi à dimanche 14 avril, un membre actif de Roya citoyenne qui héberge et accompagne en toute légalité des demandeurs d’asile dans leurs démarches administratives, s’est sauvagement fait agresser à son domicile à Contes par une quinzaine de jeunes, certains munis d’armes blanches. Ils ont entièrement détruit son véhicule, brisé toutes les vitres de son appartement, saccagé par des objets lancés depuis l’extérieur. Notre ami a dû être hospitalisé en urgence avec perte de connaissance, traumatisme crânien et de nombreuses contusions avec points de suture causés par les projectiles. Les demandeurs d’asile qu’il accueillait et lui-même sont gravement traumatisés psychologiquement, et ce d’autant plus que cet acte prolongeait une première agression subie à son domicile il y a (...)

    #Répression #/ #antifascisme #immigration #sans-papieres #frontieres #alpes-maritimes #Répression,/,antifascisme,immigration,sans-papieres,frontieres


  • La bataille du Signe des Temps
    http://www.dedefensa.org/article/la-bataille-du-signe-des-temps

    La bataille du Signe des Temps

    20 avril 2019 – J’avoue n’avoir pas marchandé mon bonheur lorsque Finkielkraut, semi-grave pour l’évidente force de son idée et demi-ironique en imaginant ce que seraient les binettes de ceux qui l’écoutaient, commença à dire qu’il ne croyait pas à un accident ni à un attentat, pas du tout… Mais bien plutôt ceci, évoquant l’usine à touristes par millions, l’incessante exploitation, « livrée aux cars immenses et immondes, découragée par cet environnement dé-spiritualisé, elle a voulu mettre fin à ses jours et in extremis en a été empêchée par des pompiers exemplaires et héroïques »…

    Je ne marchande pas mon bonheur car vous aurez tous reconnu l’idée centrale que développe notre poétesse Badia Benjelloun dans son « Notre-Dame ». Il est vrai que nous autres, pauvres hères et pauvres humains (...)


  • CSS masonry with flexbox, :nth-child(), and order | Tobias Ahlin
    https://tobiasahlin.com/blog/masonry-with-css

    Méthode « tout CSS » pour faire un layout masonry : à base de flexbox, :nth-child() et order
    difficulté possible : semble nécessiter de fixer la hauteur de l’ensemble...

    Voir aussi : 10 exemples de layout « types » en flebox : https://tobiasahlin.com/blog/common-flexbox-patterns

    #css #masonry #layout


  • Tiens, je retrouve un vieux mail que j’avais envoyé à Lazuly et Lefayot, le 24 février 2002. À l’époque, occupé au développement de SPIP, j’avais commencé à bidouiller un outil pour – j’imaginais – ne pas rester dans les structures de base de données de SPIP. Ça s’appelait « SADE » (Système Automatisé de Développement et d’Édition), apparemment il y avait un vague bout de code sur Rezo. Si je me souviens bien, il s’agissait tout de même de livrer une structure « à la SPIP » dans un système qui permettrait de faire n’importe quoi. Oh. Évidemment c’était prétentieux et imbitable, et c’est mort né.

    ==========

    Salut Yann et Jean-Charles,

    Quelques infos sur SADE (Système Automatisé de Développement et d’Édition)... Comme j’ai réussi à endormir JC en lui présentant le système, je vous envois cette première explication.

    La version en développement est visible à l’adresse : http://rezo.net/~arno/sade

    c’est évidemment très loin d’être complet, ni fonctionnel... Ni même optimisé, ça te pond de la requête mySQL par packs de douze.

    L’idée générale :
    – d’un côté, essayer de conserver, pour le rédacteur et les responsables (l’équivalent des admins de SPIP), la facilité d’utilisation de SPIP. Une fois le truc installé, on doit obtenir l’évidence et la cohérence de l’interface SPIP ;
    – de l’autre, avoir une souplesse la plus grande possible pour la structure du site. C’est-à-dire que celui qui installe et gère le site devrait pouvoir réaliser quasiment n’importe quel type de site de contenu. C’est la différence fondamentale avec SPIP.

    Principe des objets et des éléments
    –-------

    Lorsqu’on définit son site, on n’a pas une structure imposée (comme SPIP et autres nukeries), il faut dire ce qu’il y aura dans son site. La base de ce système est celui d’objets constitués d’éléments. Dans l’interface actuelle, c’est dans "Structure et droits". (À terme, je prévois une interface d’upload de structures "toutes faites".)

    Il faut créer un objet. Un "objet" est une notion éditoriale, et non technique. Par exemple, l’objet "Rubriques", "Articles" (façon SPIP), ou bien "Film", "Personne"...

    Une fois un objet créé, il faut définir de quoi il se compose, c’est-à-dire donner les éléments constitutifs. Par exemple, pour l’objet "Articles", les éléments :
    – surtitre
    – titre
    – soustitre
    – date
    – chapeau
    – logo
    – texte
    – ps
    – grand_logo

    Chaque élément est d’un type particulier, ce qui permettra de fabriquer l’interface graphique pour les gérer. "Une ligne" pour un texte d’une ligne (surtitre, titre...), "un paragraphe" (pour le chapeau), "texte long" (pour le texte), "logo" pour un logo (c’est-à-dire avec gestion du survol), "url", "email", etc.

    Avec la liste des éléments, on trouve :
    – une flèche verte, qui permet de modifier l’ordre des éléments (le surtitre doit être avant le titre, donc si on l’a créé après, on peut le faire remonter dans l’ordre) ;
    – une petite étoile jaune, qui permet de définir quel est l’élément principal de l’objet. Généralement, on l’attribue au "Titre" de l’objet. Unique utilité : dans la navigation de l’interface privée, c’est cet élément principal qui sera utilisé pour la navigation ("lire l’article ’Mon premier article’")

    Le second truc très important des objets, ce sont les liens de dépendance. C’est plutôt logique : une rubrique dépend d’une autre rubrique, un article dépend d’une rubrique, etc. Avec l’option qu’un lien peut être obligatoire, et/ou unique (par exemple, façon SPIP, une rubrique dépend d’une unique rubrique, mais ce lien n’est pas obligatoire, car certaines rubriques peuvent être des "entrées" dans le site ; en revanche, un article dépent obligatoirement d’une unique rubrique...). La particularité, c’est qu’il s’agit d’un lien de dépendance, et non d’un lien direct dans les deux sens : c’est bien un article qui dépend d’une rubrique, et non le contraire ; c’est ce qui permettra, dans l’espace privé, de faire une interface logique (on pourra créer un article depuis une rubrique, mais non l’inverse ; l’inverse, ce sera qu’on peut sélectionner une rubrique depuis un article).

    Toujours dans ces liens, il est possible de faire un lien d’un objet à un autre, en fonction d’un troisième objet. Utilisation rare. Par exemple : je fais image movie database : je fais un objet "Films", un objet "Personnes", et un objet "Métiers du cinéma". Je fabrique, dans "Films", le lien suivant : Film dépend de Personnes en fonction de Métiers. Ainsi je peux indiquer dans tel film que "Jess Franco" est "réalisateur" du film, qu’il est "acteur" du même film...

    Gestion des droits
    –-------

    De plus, il devrait y avoir une gestion des droits très précise. Dans "Gérer les droits et les statuts", on peut créer :
    – des statuts des participants (admin, responsable, rédacteur...),
    – des statuts des documents (en cours de rédaction, proposé, publié, refusé...). Et à cet endroit, on définit les concordances par défaut de ces deux types de statuts. Par exemple, un "rédacteur" peut créer, modifier ses propres articles, mais pas quand ils sont publiés, etc.

    Ensuite, pour chaque objet précis, on peut modifier et affiner ces droits. Par exemple, les "rédacteurs" ne peuvent pas du tout toucher aux "rubriques".

    *******

    Une fois cette structure définie, on peut passer à "Naviguer et rédiger", qui est l’interface de rédaction similaire à celle de SPIP, mais cette fois-ci identique pour chaque objet, en fonction des éléments configurés précédemment. Pour l’instant, la version actuelle permet de créer des "documents", mais pas de lier.

    –> Par "document", j’entends un nouvel élément sur le modèle d’un objet. Par exemple, un nouvel article du type de l’objet "Articles".

    Gros manque pour l’instant, ça ne gère pas les liens entre les documents…

    ******

    Enfin, pour la partie publique, même système de squelettes, avec boucles et pseudo-tags, comme SPIP. Sans doute un poil plus élaboré...

    Ah oui : je prévois également un générateur automatique de squelettes par défaut, histoire de pouvoir commencer son site sans douleur...

    ***************
    ***************

    Enfin, la plus grosse différence de SADE avec SPIP et autres nukeries, c’est que la base de données n’a pas du tout la même structure que la structure éditoriale. Il n’existe pas une nouvelle table pour chaque objet (pas de "spip_articles" pour gérer les ARTICLES...) ni de nouvelle colonne de table pour chaque élément (pas d’entrée "surtitre" dans un "spip_articles").

    Il y a :

    – sade_objets où l’on stocke "ARTICLES", "RUBRIQUES"..., c’est-à-dire la définition générale des objets ;
    – sade_elements où l’on stocke tous les éléments des objets ; évidemment, chaque "élément" dépend d’un id_objet de sade_objets, pour savoir qu’il s’agit du TITRE lié à ARTICLES, ou du TITRE lié à RUBRIQUES ;
    – sade_liens_objets où l’on stocke les liens de dépendance entre les objets.

    Ces trois tables gèrent donc la structure du site. Quand j’ajoute un objet "FILMS", je ne créé donc pas une nouvelle table "sade_films", je me contente d’ajouter une ligne "FILMS" dans sade_objets, puis de définir ses éléments et ses liens dans les deux autres tables.

    Les tables : sade_statut_doc, sade_statut_redac, sade_lien_statut_defaut, sade_lien_statut_objet... définissent la gestion des droits.

    Le stockage de l’information éditoriale, elle, se fait dans les tables :

    – sade_documents table qui ne contient pas beaucoup d’informations, presque uniquement un id_document associé à un id_objet (j’ai créé un nouveau document associé à l’objet ARTICLES) ;

    – sade_contenus c’est là qu’est réellement stockée l’information éditoriale (dans un champ "long text"). Il y a un id_contenu différent pour chaque élément du document. Donc c’est lié à un id_document et à un id_element (ceci est le contenu du titre du document) ; histoire d’optimiser les requêtes, je stocke l’élément déduit : id_objet.

    – sade_liens c’est l’équivalent du précédent, mais pour la gestion des liens de dépendance. Là, évidemment, je ne stocke plus des id_objet (parent, enfant...) comme dans sade_liens_objets, mais directement des id_document (le document-article tant dépend du document-rubrique tant).

    L’avantage de cette méthode, c’est :

    – que la structure de la base est invariable. On se contente d’ajouter des lignes, et non de créer des tables et des colonnes pour chaque type d’objet ;
    – que certaines opérations seront très simples à implémenter (genre l’indexation du moteur de recherche sera vachement souple et puissance) ;

    – qu’on ne dépend absolument plus des noms de objets et des éléments (si mon "ARTICLES" se transforme en "ITEMS", on s’en fout, on travaille sur les id_objet).

    Evidemment, sur le fait qu’on peut construire sa propre structure de site, les avantages sont énormes :
    – personne ne demandera à ce qu’on lui ajoute tel "champ" dans les articles et autres,
    – la critique "on ne peut pas ajouter ses propres modules" sera largement invalidée par le fait que la plupart des modules deviennent totalement inutiles (il suffit de faire la structure de site qui va bien) ;
    – absolument tout se développe de manière unique. Il n’y a plus à prévoir des machins exotiques pour les rubriques, d’autres pour les brèves, se demander s’il faut un logo pour les types de mots-clés... c’est le webmestre qui définit sa structure, point.

    Inconvénients :
    – pour l’instant, ça te pond de la requête mySQL au kilomètre ; j’ai déjà beaucoup d’idées pour optimiser à mort, m’enfin rien ne presse ;
    – une fois optimisées, les requêtes vont avoir une tronche terrible ;
    – découlant des deux remarques précédentes : est-ce que ça tiendra lacharge ?
    – comme tous les objets sont gérés de manière identique, il va falloir trouver toutes les méthodes permettant de retrouver une interface graphique claire et évidente comme SPIP ; ça, c’est pas gagné, mais je crois qu’il y a moyen de plutôt bien s’en sortir, même si on n’arrivera jamais à ce niveau d’intégration ;
    – puisque c’est très souple, on va se bouffer des tonnes de sites mal branlés ! C’est l’un des gros avantages de SPIP : comme c’est figé, les sites sont forcément bien structurés, avec une navigation forcément logique. A partir du moment où l’on peut réaliser n’importe quoi, on va avoir des sites totalement imbitables (et comme toujours : c’est la faute au programme :-))

    ******

    Bon, c’est juste un tout début, hein. Faut beaucoup d’imagination pour l’instant :-))

    ARNO*


  • #034 Strange Fruits 100% musique
    http://www.radiopanik.org/emissions/strange-fruits/-034-strange-fruits-100-musique

    Playlist :

    Elder Ones : Dance Of The Subaltern (From Untruth - Northern Spy Records - 2019)

    Jessica Jones Quartet : Moxie (Moxie - - 2014)

    Ronin Arkestra : Redeye Reprisal (First Meeting - Albert’s Favourites - 2019)

    Joachim Caffonette Trio : A Mawda ( Vers L’Azur Noir - Neu Klang - 2019)

    Afro Blue Persuasion : Cuban Fantasy (Live at Haight Levels Vol. 2, 1967 - Tramp Records - 2019)

    Nubya Garcia : Lost Kingdoms (Nubya’s 5ive - Jazz Re:freshed - 2017)

    Goran Kajfes Tropiques : Traces Left Behind (INto The Wild - Headspin - 2019)

    MDC III : Sandman (Dreamhatcher - De Werf Records - 2019)

    DKV Trio & Joe Mc Phee : Impressions Of Knox : Variations on a theme by Joe Mc Phee (Disk 4, The Sugar Malpe, Milwuakee The Fire Each Time - 2019 - Not Two Records)

    Jonathan Finalayson : (...)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/strange-fruits/-034-strange-fruits-100-musique_06576__1.mp3



  • Titre pompeux à clics et timming au cordeau alors que tombent les BB sous l’action conjointe de la police prédictive et de l’extrême-droite délatoire : L’article à lire pour comprendre ce qu’est vraiment un #black_bloc : https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/l-article-a-lire-pour-comprendre-ce-qu-est-vraiment-un-black-bloc_32540
    Avec cette très belle définition du politologue Francis Dupuis-Déri :
    "une sorte d’énorme drapeau noir, tissé d’êtres humains" qui m’a remis l’hymne black-bloc en tête : https://youtu.be/lJpGHukH01M


    Gros souci cependant sur le raccourci fait au sujet de l’hôpital #Necker :

    « La tradition, chez les participants au black bloc, c’est ’on attaque le matériel, on ne fait pas de victimes’ », explique Sylvain Boulouque, historien spécialiste de l’anarchisme. Pourtant, deux épisodes récents semblent déroger à cette règle : les vitres brisées de l’hôpital Necker pour enfants pendant les manifestations contre la loi Travail à Paris et l’incendie d’une banque située dans un immeuble d’habitation, le 16 mars dernier, toujours à Paris. « C’est quelque chose que l’on ne voyait pas avant, remarque l’historien. Peut-être le fait de jeunes manifestants encore peu aguerris aux pratiques du black bloc. Cela montre en tout cas que le mouvement n’est pas uniforme. »

    On le savait, malgré les efforts de décryptage et de recontextualisation, et malgré les excuses du Black Bloc, la dictature de l’émotion à écrit l’Histoire...
    https://seenthis.net/messages/500286

    Au demeurant l’historique est plutôt bon (sauf que le cortège de tête existe avant les manifs « Loi Travaille ») et je découvre une vidéo d’archive de Seattle que je ne connaissais pas : https://youtu.be/pFamvR9CpYw

    Concernant ce dont je parle en intro, l’info est dans cet article à la plume assez dégueulasse, entre sensationalisme et amusement, en tout cas aucunement en phase avec la gravité de ce que cela dit : des jeunes qui se battent contre la montée en puissance de l’extrême-droite et qui sefont balancer par celle-ci appuyée avec zèle par la police ravie de re-coffrer une « figure » au passage et d’aller informer les médias :
    https://www.europe1.fr/societe/gilets-jaunes-des-affrontements-entre-ultra-gauche-et-ultra-droite-pour-la-t
    Il y a eut aussi des arrestations « préventives » ce matin à Paris, désolée l’info n’est que sur twitter pour le moment :

    Paris #GiletsJaunes #Acte23 #ActeXXIII a Gare du Nord. 5 interpellations par la BAC au premier étage d’un bar. Il ne se passait rien. Incompréhensible.

    https://twitter.com/4iiiN64/status/1119538506777464832?s=19


  • Sécurité

    La police n’a pas pu protéger Notre-Dame de Paris. Les forces responsables pour l’effondrement de la charpente du toit et de la tour centrale de la cathédrale étaient trop importantes.

    Berlin gâche des milliards pour construire son nouvel aéroport, Paris met le feu à sa cathédrale et dépense de sommes faramineuses ensuite. A Berlin on peut se féliciter que le gâchis sert au moins à épargner à l’aéroport et à ses voyageurs le sort de l’église gothique.

    Les erreurs du passé immédiat sont si semblables qu’une cause commune est aussi évidente pour le désastre financier que pour l’incendie. Au lieu de faire exécuter les travaux de construction par un spécialiste expérimenté, une association traditionnelle d’artisans du type Dombauhütte ou un constructeur d’aéroport expérimenté, on préfère les appels d’offres par lot prétendument minimisant les coûts en choisissant le soumissionnaire le moins cher.

    Cette entreprise de construction peut être aussi compétente techniquement qu’elle l’est, mais la pression sur les prix l’oblige à employer des sous-traitants bon marché ou des travailleurs peu qualifiés. Si l’on ajoute les sous-sous-entreprises et la confusion linguistique babylonienne sur le chantier de construction, la production de défauts et d’erreurs devient l’occupation principale des ouvriers. On pourrait aussi dire, cela fait l’esprit néolibéral.

    Le chantier devient si complexe qu’il ne peut plus être contrôlé. C’est ce qu’attestent à Berlin les allées et venues de divers directeurs de la construction et les salaires impayés des ouvriers du bâtiment d’Europe de l’Est.

    Le chantier de l’aéroport de Berlin présente encore plus de treize mille défauts après la dernière élimination des pires dangers. Dans la charpente du toit de Notre-Dame, une seule erreur a suffi à faire s’effondrer le toit et la tour dans la tempête de feu.

    On voudrait crier « voyez, petit c’est beau, devenez plus modeste et vous obtiendrez de meilleurs résultats ». Malheureusement, ce n’est pas suffisant, car les puissants ont besoin de grandeur pour rivaliser avec d’autres grands. Fondamentalement, les décideurs n’ont pas d’autre choix que de continuer comme avant, car ils considèrent les vraies solutions comme de la faiblesse, le signe avant-coureur de leur propre chute.

    C’est à nous, les nombreux, les quatre-vingt-dix-neuf pour cent, de revendiquer qu’on arrête les abus et qu’on change de cap et de nous défendre contre tous ceux qui veulent faire taire l’appel.

    Nous ne voulons pas de nouvel aeroport qui nous rendrait encore plus malades à cause de la pollution et du bruit. Nous ne voulons pas d’un travail qui nous force à faire des erreurs, parce qu’il ne peut être fait avec soin. Nous voulons une cathédrale dont nous pouvons être fiers, parce que sur notre ordre nos camarades l’ont construite avec soin.

    Nous ne voulons pas d’un don de milliardaires qui s’en feraient un monument, que ce soit comme cathédrale de Paris ou comme château de Berlin. Qu’ils restent collés à terre et qu’ils payent des impôts pour que nous puissions tous nous offrir un toit, des aliments sains et, le moment venu, de nouvelles dents.

    Il est á nous de prendre en mains notre sécurité.

    #Paris #Berlin #catastrophe #capitalisme





    • https://www.raialyoum.com/wp-content/uploads/2019/04/58374892_2471260122897911_7442557387661115392_n.jpg