• American Capitalism Is Brutal. You Can Trace That to the Plantation. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2019/08/14/magazine/slavery-capitalism.html

    This is a capitalist society. It’s a fatalistic mantra that seems to get repeated to anyone who questions why America can’t be more fair or equal. But around the world, there are many types of capitalist societies, ranging from liberating to exploitative, protective to abusive, democratic to unregulated. When Americans declare that “we live in a capitalist society” — as a real estate mogul told The Miami Herald last year when explaining his feelings about small-business owners being evicted from their Little Haiti storefronts — what they’re often defending is our nation’s peculiarly brutal economy. “#Low-road_capitalism,” the University of Wisconsin-Madison sociologist Joel Rogers has called it. In a capitalist society that goes low, wages are depressed as businesses compete over the price, not the quality, of goods; so-called unskilled workers are typically incentivized through punishments, not promotions; inequality reigns and poverty spreads. In the United States, the richest 1 percent of Americans own 40 percent of the country’s wealth, while a larger share of working-age people (18-65) live in poverty than in any other nation belonging to the Organization for Economic Cooperation and Development (O.E.C.D.).

    #capitalisme #etats-unis #inégalités #esclavage #exploitation

  • Gibraltar refuse d’accéder à la demande américaine de retenir le pétrolier iranien « Grace 1 »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/18/gibraltar-refuse-de-retenir-le-petrolier-iranien-grace-1-a-la-demande-des-et


    Des membres de l’équipage s’activent pour changer le nom du « Grace 1 », conformément à la demande de son propriétaire, le 17 août 2019.
    Marcos Moreno / AP

    Le gouvernement du territoire britannique de Gibraltar a refusé, dimanche 18 août, de retenir le pétrolier iranien Grace 1, qui s’apprête à quitter ses eaux territoriales. Les Etats-Unis avaient émis vendredi un mandat pour le saisir.

    « En vertu du droit européen, Gibraltar est dans l’impossibilité de prêter l’assistance demandée par les Etats-Unis », ont expliqué les autorités du Rocher dans un communiqué, ajoutant que « le régime des sanctions de l’Union européenne est fondamentalement différent de celui des Etats-Unis ». De plus, la réglementation européenne « interdit spécifiquement d’appliquer certaines lois américaines », dont celles sur les sanctions contre l’Iran. Le 16 août, les Etats-Unis ont envoyé des informations supplémentaires, notamment pour prouver que les gardiens de la révolution iranienne contrôlaient le pétrolier et sa cargaison. Mais contrairement aux Etats-Unis, l’Union européenne ne considère pas cette organisation comme terroriste.

  • Hong Kong protesters challenge surveillance with apps and umbrellas
    https://www.pri.org/stories/2019-08-14/hong-kong-protesters-challenge-surveillance-apps-and-umbrellas

    Interview de Zeynep Tufekci depuis Hong Kong

    China said on Wednesday Hong Kong’s protest movement had reached “near terrorism,” as more street clashes followed ugly scenes a day earlier at the airport where demonstrators set upon two men they suspected of being government sympathizers.

    By nightfall, police and protesters were again clashing on the streets, with riot officers shooting tear gas almost immediately as their response to demonstrators toughened.

    Related: Hong Kong pushes bill allowing extraditions to China despite biggest protest since handover

    Flights resumed at Hong Kong airport, which is one of the world’s busiest, after two days of disruptions. Thousands of protesters have occupied the airport for days, forcing the cancellation of hundreds of departures on Monday and Tuesday.

    Ten weeks of increasingly violent confrontation between police and protesters have plunged the city into its worst crisis since it reverted from British to Chinese rule in 1997.

    Related: I am from Hong Kong, not China

    “We’re deeply sorry about what happened yesterday,” read a banner held up by a group of a few dozen demonstrators in the airport arrivals hall in the morning. “We were desperate and we made imperfect decisions. Please accept our apologies,” the banner said.

    They also showed little sign of relenting in their protests, which began in opposition to a now-suspended bill that would have allowed the extradition of suspects for trial in mainland China, but have swelled into wider calls for democracy.

    Zeynep Tufekci, a professor who researches the intersection of technology and society at the University of North Carolina at Chapel Hill, witnessed some of the violence in Hong Kong and spoke with The World’s Marco Werman about the future of the protest movement, its pitfalls, and role of social media in their quest for democracy.

    Marco Werman: Is what you saw suggesting emerging divisions in the ranks of the protesters?

    Zeynep Tufekci: I don’t think so — if anything, today they’ve issued an apology. They had a lot of discussions in their forums ... This is a bunch of very young people. Most of them haven’t slept [for five days] — they’re at the airport trying to get heard. It feels like a hopeless thing; it was a very high stress situation, and today, there’s a lot of soul searching. As in, how did we get to this point?

    Is there also fear?

    There is a lot of fear because they feel a lot of the ones I talk to, feel like the world doesn’t care about them — China’s too important. And a bunch of young people trying to keep democratic rights or demands feel like they’re being treated like a nuisance by the world. So they feel — from what I can see — that it’s quite futile, but they’re just going to go down the best they can and try.

    You study how social media is used politically, even in revolutionary movements. Now the Chinese mainland is hailing the two men who were beat up at the airport as heroes. China is talking about acts of terror in Hong Kong. How does this face-off look on social media?

    Obviously what happened was terrible, but what I’m seeing is a lot of efforts that are out to discredit the whole demand — the demands being quite reasonable.

    The demands of the Hong Kong protesters?

    There’s universal suffrage, independent inquiry, and releasing arrested protesters — you know, super basic demands, and now there’s a huge social media campaign to use that incident to portray the whole movement as just “terrorists” and violent. So ... the information sphere is where the battle is. Because if you’re just turning on TV and you’re in mainland China and you just see this — it’s [just] a couple of clips from an hourlong incident, and you don’t really get the rest of the context ... because that’s censored — you might feel justified by the harsh steps that China mainland might decide to take. And also the world might feel like, ’Oh, look, this is just another violent movement,’ which isn’t a correct characterization.

    How were the Hong Kong protesters using social media themselves in these demonstrations? Do you think it’s unique? Or does it pick up threads from other movements that you followed?

    It’s pretty amazing what’s going on in Hong Kong in terms of the use of the internet. Unlike the Arab Spring countries that I’ve also studied, where there was some very efficient use of digital technologies, Hong Kong is a super high-tech place. The internet works very well and very fast, everybody’s digitally literate and otherwise literate, [there is a] very high education [level]. They have lots of phones and they’re using forums. They have their own forums and they’re using Telegram as a place where they hold a lot of these discussions. In fact, apologies for yesterday’s incident came out of these forums there — the soul searching, and ’we shouldn’t ever let this happen again’ came out of these forums. So I don’t really know how it will play out, but everybody’s so digitally adept. The way they swarm and make decisions online and the way they swarm offline and go from place to place is a very 21st-century movement. Ironically, they’re making demands for things a lot of people [wanted] in the 19th century — just universal suffrage. So there is a very stark contrast with the high-tech high functioning society, which doesn’t even have some of the basic rights that are almost universal in many countries.

    Well, mainland China is also digitally adept: it’s at the forefront of surveillance technology. I’m curious just how protesters in Hong Kong are dealing with that?

    There are a couple of things that they’re dealing with in terms of surveillance technology: Obviously, the phones are tracked and they’re aware of it. Some of them have multiple phones and some of them turn off their phones. They wear a lot of masks and [they use] umbrellas to block CCTV when they get off at a subway station: The first one jumps out and opens umbrellas covering all the visibly closed circuit CCTVs. And then when they want to make decisions, they open their umbrellas and huddle under it. It’s not fully protective against surveillance, but just like many other ... surveilled [people], when I asked them if they were worried about surveillance, they usually say, “There’s so many of us. There’s hundreds of thousands of us in the streets.” And that’s probably their only real protection. I don’t think they can [remain undetected] even with their umbrellas and cool tactics. I don’t think they can avoid the surveillance, so they’re just counting on the fact that they probably cannot jail that many of them all at once.

    Do you think that’s a fair piece of insurance?

    As long as they’re protected by the society, probably. But if there’s some sort of compromise in which the Hongkongers — the well-off middle classes and the financial centers — decide that they’re just going to give in to authoritarianism in return for just having business as usual ... it might not be. And a lot of the ones I talked to, they don’t have, of course, any memory of Tiananmen, they’re just way too young for that. But they heard from their elders about how people fled to Hong Kong after that. And elsewhere too. And a lot of them are like, ’Is there a place in this country for us? Is there a place in the world for us?’ Because, as I said, they’re highly educated — they’re literate, and some are wondering if they should even try to save their own country if it’s going to be futile, and [if they] should just try to emigrate. So I think that’s sort of the reality — they cannot truly escape the surveillance that mainland China can bring to this city. And they also probably cannot escape the consequences. So here we are.

    #Zeynep_Tufekci #Hong_Kong

  • New Video Demos “Linux on DeX” – Ubuntu Desktop Running on a Samsung Galaxy S10
    https://www.omgubuntu.co.uk/2019/08/linux-on-dex-samsung-galaxy-s10-video

    I might have written about its availability a few times, but until today I had never actually seen Ubuntu 18.04 LTS running on a Samsung smartphone. Don’t panic, you haven’t missed any major announcements and […] This post, New Video Demos “Linux on DeX” – Ubuntu Desktop Running on a Samsung Galaxy S10, was written by Joey Sneddon and first appeared on OMG! Ubuntu!.

  • Economie: la guerre des idées
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/180819/economie-la-guerre-des-idees

    La pensée dominante des sciences économiques pensait avoir atteint la « fin de l’histoire » avant la crise de 2008 en réalisant une synthèse entre les deux grandes écoles concurrentes depuis les années 1930, la keynésienne et la néoclassique. La crise financière a montré combien cette impression était fausse. Une enquête parue dans le n° 13 de la "Revue du Crieur", disponible en librairies et Relay.

    #ESSAIS #pensée_économique,_Olivier_Blanchard,_economie,_Richard_Thaler

  • Asheville, NC (USA) : Another Carolina Anarchist Bookfair, du 23 au 25 août 2019
    https://infokiosques.net/spip.php?article1687

    Du 23 au 25 août, Asheville, en North Carolina, accueillera son 3e Another Carolina Anarchist Bookfair (ACAB), en même temps que le 3e Pansy Fest, un festival queer et trans de musique DIY avec des groupes LGBTQ. Le week-end proposera des ateliers, des présentations de livres, des discussions, ainsi que des stands de lectures, des concerts et des repas. Le Bookfair est un espace qui propose des initatives collectives, du partage de savoirs, pour aider à renforcer les réseaux anti-autoritaires (...) #ailleurs

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Asheville
    https://www.instagram.com/pansyfest
    https://acab2019.noblogs.org/post/2019/07/31/presenting-our-schedule-of-events
    https://acab2019.noblogs.org

  • WaPo et les relations USA-Israël
    https://www.dedefensa.org/article/wapoet-les-relations-usa-israel

    WaPo et les relations USA-Israël

    Il est assez coutumier de résumer la chose en disant que le Washington Post (WaPo) est “an CIA asset”, dans la mesure certaine où son actuel propriétaire, Jeff Bezos, l’hyper-milliardaire de Amazon, a acquis le quotidien grâce à un contrat de $600 millions avec la CIA, payé cash par l’agence. Plusieurs journalistes du WaPo sont considérés comme de véritables relais de la CIA. C’est avec cela à l’esprit, suggérant l’analyse et la préoccupation des services de renseignement, qu’il faut lire l’article du 17 août (16 août au soir à Washington) sur les relations entre Israël et les USA à la suite de l’incident opposant les parlementaires démocrates Ilhan Omar et Rashida Tlaib au gouvernement Netanyahou.

    A cette occasion qui apparaît comme un révélateur, il est mis en évidence la (...)

  • Avril 1969 : une révolution manquée ?

    « (…) L’implication dans la gestion, même limitée, n’est pas dans la
    tradition du mouvement syndical français. C’est un fait. Mais de nos
    jours, les syndicats sont parfois contraints de signer ou cautionner
    des accords régressifs. Et la gauche française n’offre aucune
    direction permettant au mouvement syndical de se redéployer, d’assurer sa fonction minimum de défense des salariés. J’entends bien l’argument selon lequel il y a des luttes. Exact. Or, ces luttes sont toujours défensives et n’améliorent pas la condition des salariés. Lors des négociations de Grenelle en 1968, Edmond Maire demandait au nom de la C.F.D.T. que les questions d’organisation du travail soient au menu des négociations. Refus de G. Pompidou. On attend toujours.
Les forces qui combattent les traités européens gagneraient à s’emparer de ces questions, ne serait-ce que pour prendre au mot les beaux discours gouvernementaux sur « la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise ».

    https://www.causeur.fr/de-gaulle-1969-referendum-164459

  • L’aura intacte de Djamila Bouhired, héroïne de l’indépendance algérienne
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/08/16/l-aura-intacte-de-djamila-bouhired-heroine-de-l-independance-algerienne_5500

    En Algérie, les manifestations du printemps 2019 ont vu ressurgir une figure aussi discrète qu’emblématique : Djamila Bouhired. L’octogénaire a rompu un long silence pour apporter son soutien aux jeunes Algériens.

    Comment rester en vie quand on a été condamnée à mort à 22 ans et graciée à 24 ? Comment écrire son histoire quand votre nom est le titre d’un livre ? Comment se faire sa place quand un film vous a élevée au rang d’héroïne éternelle dans tout le monde arabe ? Comment porter son prénom quand il est devenu l’hommage de toute une génération ? Comment former une famille quand votre mari, le père de vos deux enfants, a disparu du jour au lendemain sans un mot d’explication pour réapparaître sept ans plus tard ? Comment ressusciter quand on vous a rendu un hommage national après l’annonce erronée de votre mort ? Comment faire deux révolutions en une seule vie ? Et, pour finir, comment échapper au mythe Djamila quand on écrit sur Mme Bouhired ?

    Le nom de Djamila Bouhired résume à lui seul la guerre d’Algérie, la bataille d’Alger, la torture, l’infamie, l’héroïsme, la liberté.
    Il est des êtres dont le personnage est plus fort que la personne, des individus entrés dans l’Histoire avant même de devenir adultes. C’est très rare, c’est le cas de Djamila Bouhired, dont le nom résume à lui seul la guerre d’Algérie, la bataille d’Alger, la torture, l’infamie, l’héroïsme, la liberté. La vie, qui est injuste, n’a jamais distribué également ses bienfaits ni ses épreuves : certains en ont trop, sans avoir rien demandé.

    Un quart de la vie de Djamila Bouhired suffirait à remplir bien d’autres existences. Peut-être eût-elle préféré. On ne lui a pas demandé. De toute façon, elle n’a jamais été du genre à se confier ni à raconter ses souvenirs. Djamila Bouhired est en béton armé, sans faille et sans reproche. Elle est, au sens propre, une légende vivante, une énigme.

    Le verbe haut

    Djamila Bouhired est un peu l’Hibernatus de l’histoire algérienne. Elle a disparu en 1962, au lendemain de l’indépendance, on la retrouve dans les rues d’Alger en mars 2019, avec les manifestants contre le cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, l’aura intacte, le verbe haut et fort, les idées droites comme un fil à plomb.

    Entre ces deux dates, rien ou presque, aucune activité publique, aucun mandat, aucune tournée de conférence. La moudjahida est restée fidèle à son mythe : inflexible, inoxydable. Sa seule présence, si rare, dans les manifestations est bien le signe que c’est une révolution qui est alors en marche, pas une simple révolte.

    Plus de cinquante-six ans de silence et puis, le 1er mars 2019, une apparition aussi inattendue que lourde de sens. C’était le deuxième vendredi de mobilisation contre la perspective d’une nouvelle candidature d’Abdelaziz Bouteflika, quasi impotent depuis une attaque cérébrale, en 2013, et au pouvoir depuis deux décennies. La rumeur court la foule qui se répète, ravie : « Djamila est là, Djamila est là ! »

    La plupart des jeunes ne connaissent pas son visage, mais son nom leur est familier. Ils l’ont appris dans les livres d’histoire. La vieille dame, cheveux courts et lâchés, coquette derrière ses lunettes aux verres fumés, se laisse fêter : « Je veux marcher avec mon peuple pour notre dignité. » Elle descend, portée par le tsunami humain qui déferle vers le centre d’Alger, la rue Didouche-Mourad jusqu’au monument à la mémoire de Maurice Audin, le militant communiste torturé à mort par les paras français en 1957 et porté disparu.

    Avant de quitter à regret ce bain de jouvence démocratique, la jeune vieille dame, hilare, confie au quotidien El Watan : « C’est une seconde indépendance qui est en marche. » Le mot est lâché. Le coup est rude pour le pouvoir. Seconde indépendance, comme si le pays était encore occupé par des étrangers, des colons, des usurpateurs.

    une banderole affichant : « On ne libère pas un pays si on ne libère pas la femme. ». Djamila Bouhired prend part à une manifestation, à Alger, le 8 mars.

    Pour enfoncer le clou, Djamila Bouhired publie, le 13 mars, une tribune adressée à ses « chers enfants et petits-enfants » dans Le Matin d’Algérie : « Je voudrais vous dire toute ma gratitude pour m’avoir permis de vivre la résurrection de l’Algérie combattante, que d’aucuns avaient enterrée trop vite. » Elle évoque l’été 1962, celui de toutes les duperies : « Alors que les Algériens pleuraient leurs chers disparus dans la liesse de la dignité retrouvée, les planqués de l’extérieur avaient déclaré une nouvelle guerre au peuple et à ses libérateurs pour s’installer au pouvoir. »

    Et d’ajouter : « Au nom d’une légitimité historique usurpée, une coalition hétéroclite formée autour du clan d’Oujda, avec l’armée des frontières encadrée par des officiers de l’armée française et le soutien des “combattants” du 19 mars, a pris le pays en otage. Au nom d’une légitimité historique usurpée, ils ont traqué les survivants du combat libérateur, et pourchassé, exilé, assassiné nos héros qui avaient défié la puissance coloniale avec des moyens dérisoires, armés de leur seul courage et de leur seule détermination. »

    Lettre ouverte aux jeunes

    Tout est dit, de la manière la plus crue et directe. Tout ce que tout le monde sait mais ne peut dire de cette manière sous peine de finir ses jours à l’étranger, comme Hocine Aït Ahmed, héros de l’indépendance qui voulait faire de l’Algérie une démocratie, ou de mourir d’une balle dans le dos, tel Mohamed Boudiaf, rappelé d’exil au pays pour le présider aux heures graves de 1992, juste après l’interruption du processus électoral, et assassiné six mois plus tard par un membre de sa garde.

    Comme eux, même si elle n’a pas leur dimension politique, Djamila Bouhired est une véritable héroïne de l’indépendance, pas une bureaucrate de l’anti-impérialisme. Son réquisitoire est d’autant plus cruel pour le clan d’Oujda (ou clan de Tlemcen), qui désigne les chefs de l’armée des frontières, Houari Boumediene et Abdelhafid Boussouf, assistés entre autres de Bouteflika, qui passèrent le plus clair de la guerre à Oujda, au Maroc, tout près de la frontière algérienne, et qui s’opposaient aux accords d’Evian qui les laissaient de côté.

    Djamila Bouhired explique, en clair, que Bouteflika et son parrain, Boumediene, ont volé l’indépendance dès l’été 1962 en éradiquant les maquisards, exsangues après huit années de guerre. Boumediene, chargé d’alimenter les maquis en armes, n’était d’ailleurs pas étranger à leur dénuement…

    Pendant un premier temps, l’illusion d’une victoire de la révolution fut entretenue par Ahmed Ben Bella, principal dirigeant historique du FLN ayant accepté de pactiser avec le clan d’Oujda. Avant d’être lui-même chassé en 1965 par un coup d’Etat de Boumediene qui régna jusqu’à sa mort, en 1978. Depuis, c’est l’armée, une armée d’inspiration et de formation coloniale, qui dirige le pays, ou plutôt l’occupe. C’est d’ailleurs pour occulter sa faible contribution à la guerre d’indépendance que Boumediene a inventé un slogan (« un seul héros, le peuple ») destiné à faire taire les pères fondateurs du FLN et les héros du maquis.

    C’est ce même slogan que les manifestants, ironie de l’histoire, ont retourné contre Abdelaziz Bouteflika, principal héritier politique de Boumediene, devenu président en 1999 après deux décennies de disgrâce. Bouhired contre Bouteflika, révolutionnaires contre militaires, c’est une pièce qui se donne depuis cinquante-sept ans en Algérie, comme si le pays n’arrivait pas à dépasser ce péché originel, cette usurpation d’identité à la naissance.

    Dans la suite de son message, Djamila Bouhired trace la feuille de route de la jeunesse qui a pris la rue : « Vous avez ressuscité l’espoir, vous avez réinventé le rêve, vous nous avez permis de croire de nouveau à cette Algérie digne du sacrifice de ses martyrs et des aspirations étouffées de son peuple. Une Algérie libre et prospère, délivrée de l’autoritarisme et de la rapine. Une Algérie heureuse dans laquelle tous les citoyens et toutes les citoyennes auront les mêmes droits, les mêmes devoirs et les mêmes chances, et jouiront des mêmes libertés, sans discrimination aucune. »

    Elle termine en mettant en garde les contestataires contre les manœuvres de récupération que ne manquera pas de lancer le pouvoir : « Ne laissez pas ses agents, camouflés dans des habits révolutionnaires, prendre le contrôle de votre mouvement de libération. Ne les laissez pas pervertir la noblesse de votre combat. Ne les laissez pas voler votre victoire… » Une mise en garde suivie à la lettre par les manifestants, qui « vendredisent » sans discontinuer depuis le 22 février. Au risque d’enfoncer le pays dans une dangereuse impasse.

    Renouer avec la mémoire

    Mais l’heure n’est pas encore aux sombres prédictions. Pour une fois, Bouteflika a perdu et Bouhired a gagné, même si la partie est loin d’être terminée. Tout un pays s’en réjouit : « Elle a un langage qui va droit au cœur des gens », explique l’historien Mohammed Harbi, dont les livres, le parcours impeccable et le savoir encyclopédique font référence.

    Pour l’écrivain Mohamed Kacimi, la réapparition de l’icône de la révolution est une « chose miraculeuse ». « Elle a permis aux jeunes de s’approprier ce moment totalement occulté de l’histoire algérienne qu’est l’été 1962, ajoute-t-il. Il y a eu une transmission sous-jacente, invisible de cette mémoire brisée de génération en génération. »

    L’historien Benjamin Stora voit dans ce retour « le fil renoué avec l’histoire de l’indépendance ». « C’est reprendre l’histoire là où elle s’est arrêtée, explique-t-il plus longuement dans le numéro de l’été de Politique internationale. Ces jeunes manifestants estiment que l’histoire s’est figée en 1962. Ils connaissent très mal l’histoire de la guerre d’indépendance. Il n’y a pas eu de transmission d’une histoire réelle, mais plutôt d’un récit héroïsé. Ils veulent renouer avec l’aspect lumineux de leur passé. Ils ont le sentiment que les pouvoirs qui se sont succédé depuis 1962 ne sont pas légitimes et qu’ils ont trafiqué l’Histoire. Ou qu’ils ne l’ont pas restituée dans toute sa vérité. Alors, ils vont chercher dans les révolutions passées les raisons d’espérer au présent. » Et Djamila Bouhired cherche dans le présent des raisons de se consoler de sa révolution confisquée.

    Née en 1935 dans une famille de la classe moyenne de la Casbah d’un père algérien et d’une mère tunisienne, Djamila Bouhired n’est pourtant pas une pionnière de la guerre d’indépendance. Elle rejoint le FLN après la grève, en mai 1956, des étudiants de l’université d’Alger, où elle est elle-même inscrite, et sous l’influence de son oncle Mustapha. Dès l’automne éclate la bataille d’Alger, dont le déclencheur – il est important de le rappeler – est un attentat aveugle des extrémistes pro-Algérie française de la Main rouge dans la Casbah, quasi exclusivement habitée par des Arabes.


    Le journaliste Jean Lartéguy rend visite à Djamila Bouhired à la prison de Maison-Carrée en avril 1958, un an après son arrestation.

    Yacef Saadi, l’adjoint de Larbi Ben M’Hidi, le chef militaire du FLN pour la zone autonome d’Alger, crée un réseau de poseuses de bombes qui ne tarde pas à endeuiller la ville européenne : le Milk Bar, la Cafétéria, le Coq hardi, l’Otomatic, les explosions meurtrières se multiplient. Djamila Bouhired joue surtout le rôle d’agent de liaison et de recruteuse. Lors de son procès, la justice militaire française accusera la jeune femme d’avoir commis des attentats. C’est faux, elle reconnaîtra plus tard n’avoir posé qu’une seule bombe, qui n’a pas explosé, dans le hall de l’Hôtel Mauritania.

    En janvier 1957, le général Massu débarque dans la capitale avec ses 8 000 parachutistes. Tout est mis en œuvre pour démanteler les réseaux du FLN à Alger : couvre-feu, torture, chantage, manipulation, exécutions sommaires et disparitions. En mars, Larbi Ben M’Hidi est pendu en secret par l’unité du commandant Aussaresses. Djamila Bouhired est capturée dès avril. Blessée à l’épaule par balle lors de son arrestation, elle est interrogée à peine sortie de la table d’opération car les documents qu’elle transporte prouvent ses contacts avec Yacef Saadi, qui a succédé à Ben M’Hidi et qui est activement recherché.

    La rencontre avec Jacques Vergès

    Soumise à des séances de torture, notamment à l’électricité, qu’elle décrit par le menu dans une déclaration écrite, « l’idiote au beau visage », comme la qualifie la presse pro-Algérie française, donne des caches d’armes et de bombes, mais pas ses chefs. Au terme d’une parodie de procès, tenu devant un parterre de parachutistes, la moudjahida est condamnée à mort, ainsi que Djamila Bouazza, le 15 juillet 1957. A l’énoncé du verdict, elle éclate de rire.

    C’est à cette occasion qu’elle rencontre celui qui va devenir son mari, maître Jacques Vergès, engagé comme avocat par la famille. Cette affaire le fait immédiatement connaître du grand public. Empêché de plaider par le juge, Vergès se venge en cosignant avec Georges Arnaud, l’auteur du Salaire de la peur, un essai intitulé Pour Djamila Bouhired (Les éditions de Minuit, 1957).

    La première rencontre entre l’avocat anticolonialiste et la militante indépendantiste algérienne, dans le bureau du juge d’instruction, le 26 avril 1957, y est ainsi racontée : « La voyant en cette occasion pour la première fois, son défenseur fut effrayé de ne déceler sous le bleu des coups qu’un visage déjà déserté par tout désir de vivre. Elle ne vit en lui que, sans doute, un ennemi de plus ; d’entre ses ennemis, seulement le dernier venu. Tout fut changé pour Djamila Bouhired dès les premiers mots échangés entre son défenseur et son juge. Aux lisières de l’altercation, leur dialogue lui apprenait qu’elle n’était plus seule. »


    La couverture du livre de Jacques Vergès.

    Le livre a beaucoup contribué à la renommée de Djamila Bouhired en France, mais sa dimension internationale, elle la doit surtout à une campagne lancée par le FLN contre sa condamnation à mort. Elle n’est, à l’époque, ni la seule condamnée à mort, ni la plus ancienne, ni la plus aguerrie des moudjahidat. Sur les 11 000 combattantes officiellement recensées après la guerre, Bouhired est loin d’être la figure la plus emblématique. Mais c’est celle que les dirigeants de la future Algérie indépendante veulent mettre en avant, à cause peut-être de son charisme, à cause aussi de son courage pendant le procès.

    Elle incarne une Algérie jeune, déterminée, indépendante et moderne. Peut-être a-t-elle été choisie aussi parce qu’elle n’est pas une politique de haut rang. Mohammed Harbi, qui était à l’époque chargé de la propagande du FLN, a coordonné cette campagne avec les relais internationaux du parti. L’organisation indépendantiste sait que la bataille d’Alger est en train d’être perdue : Yacef Saadi s’est fait prendre en septembre 1957 avec Zohra Drif ; deux semaines plus tard, Ali la Pointe est tué dans son repaire de la Casbah. Il faut donc se battre sur le terrain médiatique, diplomatique et international.


    L’affiche tchèque de « Djamila l’Algérienne » (1958), du cinéaste égyptien Youssef Chahine. La militante est le visage de la guerre d’indépendance algérienne aux yeux du monde entier.

    La campagne réussit au-delà des espérances du FLN. Dès 1958, l’Egypte de Nasser produit un film à la gloire de Djamila Bouhired : Youssef Chahine réalise en un temps record Djamila l’Algérienne, qui n’est pas son meilleur long métrage. L’héroïne est incarnée par l’actrice Magda Al-Sabahi et l’Algérie y ressemble beaucoup à l’Egypte, mais peu importe, le film est un succès immédiat, suscitant des manifestations devant l’ambassade de France au Caire.

    « Partout où je suis allé dans le monde arabe, on m’a parlé d’elle, assure le journaliste Akram Belkaïd, auteur de plusieurs livres sur l’Algérie, dont L’Algérie, un pays empêché (Tallandier, 2019). Elle est le visage de la guerre d’indépendance, plus encore que dans son propre pays. » La campagne porte ses fruits : en mars 1958, René Coty finit par gracier les condamnées à mort et commuer leur peine en travaux forcés à perpétuité. En 1959, la chanteuse libanaise Fayrouz enregistre Lettre à Djamila Bouhired. Les prisonnières, détenues à Marseille, sont libérées dans le cadre des accords d’Evian qui organisent l’indépendance en juillet 1962.

    A Pékin reçue par Mao

    A sa libération, Djamila Bouhired, restée proche de Zohra Drif, est chargée avec son amie de faire des tournées à l’étranger pour représenter le jeune pays et récolter des fonds destinés à la reconstruction. On la voit, sur les photos d’époque, en robe blanche de collégienne, serrer la main au grand Nasser au Caire, au Koweït entourée de cheikhs ou à Pékin reçue par Mao avec Jacques Vergès.

    Avec la liberté, Djamila a retrouvé son avocat, qui se convertit à l’islam pour l’épouser. Il doit choisir un prénom musulman pour l’occasion : Jacques devient Mansour. Ce dernier, intime des nouveaux dirigeants algériens, s’installe dans sa patrie d’adoption, où il est chargé des relations avec l’Afrique par le jeune ministre des affaires étrangères, Mohammed Khemisti. Lorsque son protecteur meurt dans un accident d’avion, il fonde Révolution africaine, une revue anti-impérialiste. Djamila et son amie Zohra collaborent avec le journal.

    Mais, déjà, les luttes de pouvoir font rage. Bouhired et Drif, qui appartiennent à la faction Mohamed Khider-Rabah Bitat du FLN, sont mises à l’écart dès le printemps 1963. Ahmed Ben Bella expulse Vergès de Révolution africaine, qu’il confie à Mohammed Harbi. Le couple Vergès-Bouhired séjourne à Paris, suscitant des articles vengeurs des nostalgiques de l’Algérie française.


    En 1960, exilé à Genève, l’avocat Jacques Vergès (au centre) écrit avec deux de ses confrères, Maurice Courrégé et Michel Zavrian, défenseurs du FLN algérien comme lui, « Le Droit et la Colère » (Les Editions de Minuit), dans lequel ils critiquent la nouvelle organisation judiciaire instituée par la France en Algérie.

    Au-delà de quelques visites plus ou moins longues, notamment pour des soins dûs aux séquelles de la torture, Djamila Bouhired n’a jamais souhaité vivre sur le sol de l’ancienne puissance coloniale : « Elle reste très méfiante et hostile envers la France, confie une femme qui l’a bien connue. Le pays est toujours resté l’incarnation de l’ennemi. » Paradoxalement, elle s’exprime plus volontiers en français qu’en arabe, comme les personnes de sa génération.

    Après le coup d’Etat de 1965, le couple se réinstalle à Alger, mais Djamila Bouhired se retire totalement de la vie politique et publique, elle s’éloigne même de Rabah Bitat et de Zohra Drif. « Le régime lui a donné un petit pécule, avec lequel elle a monté un business d’importation de cosmétiques, se souvient une source qui a bien connu le régime de l’intérieur. Elle s’est associée à Boualem Oussedik, un ancien officier de l’Armée de libération nationale (ALN) qui n’a jamais été dans les petits papiers du pouvoir. Le régime a cherché à les apprivoiser avec une petite rente, faute de pouvoir les acheter. »

    Comme dans un donjon

    Ce n’est pas le cas de son ancien chef, Yacef Saadi, qui a prospéré dans l’immobilier et dans la production cinématographique (La Bataille d’Alger). Il n’y avait pas de place pour les femmes une fois la guerre finie : même Warda, la diva adulée qui chanta Djamila en son honneur, a dû cesser de se produire en public après son mariage avec un héros de la guerre. « Ben Bella leur a dit en substance : mes sœurs, vous êtes fatiguées, vous avez beaucoup souffert, rentrez à la maison maintenant ! », résume l’écrivain Mohamed Kacimi.


    Le visage de Djamila Bouhired brandi dans les rues du Caire, le 4 avril 1958.

    « Car Djamila Bouhired a toujours veillé à ne pas être récupérée », confie une proche. Contrairement à son amie Zohra Drif, que son mariage avec Rabah Bitat a hissée dans la nomenklatura et qui a accepté un siège – honorifique – de sénatrice sous Bouteflika. Elle n’a pas non plus publié ses mémoires d’ancienne combattante. Même après 1988, quand la presse s’est libéralisée, on ne l’a pas vu asséner ses vérités et son passé, là où la plupart des moudjahidine occultés ont rattrapé le temps perdu et le silence imposé.

    Le journaliste Slimane Zeghidour, qui a tourné un film sur les femmes combattantes de la guerre d’Algérie, n’a jamais obtenu son accord : « Elle s’est enfermée dans un mutisme presque misanthropique. C’est une femme taciturne, mais encore coquette. » Elle s’est retirée dans son appartement, dans une tour d’El Biar, sur les hauteurs d’Alger, comme dans un donjon. Inutile donc d’espérer un entretien, a fortiori pour un quotidien français. « C’est une femme très secrète qui n’a rien demandé à personne », explique l’écrivaine Wassyla Tamzali.

    Une vie compliquée

    Il est vrai que sa vie de famille n’a pas été facile. Son couple avec Jacques Vergès s’est vite délité malgré la naissance de deux enfants, une fille puis un garçon, Meriem et Liess. A partir de 1965, le régime, désireux d’écarter l’encombrant avocat aux accointances chinoises trop marquées, le missionne pour défendre des militants palestiniens. Cela tombe bien car Jacques Vergès s’ennuyait, ne se voyant pas passer le restant de ses jours à plaider des cas de divorce ou des différends commerciaux entre pêcheurs.

    Il voyage de plus en plus entre le Proche-Orient, Paris, Alger… et Genève, où il se lie avec le banquier du FLN, François Genoud, un nostalgique du IIIe Reich. Un jour du printemps 1970, Vergès disparaît sans prévenir ni donner d’explication. L’absence durera sept ans. « Meurtrie », « blessée », « trahie » : les témoignages sont unanimes sur la façon dont Djamila Bouhired a ressenti cette fuite. Elle se retrouve à élever seule deux enfants encore en bas âge et obtient le divorce unilatéralement pour absence du mari.

    « Elle a dû subir l’opprobre envers une femme mariée à un étranger dans un pays resté très conservateur, puis la curiosité malsaine et narquoise de la bonne société algéroise pour l’épouse abandonnée », raconte une proche. Au retour de Vergès, les ponts sont rompus avec Djamila, seuls les enfants renoueront avec leur père, non sans mal. Elle ne se rendra pas aux obsèques de l’avocat, en août 2013 à Paris, ni à l’hommage qui lui a été rendu à Alger, en octobre de la même année.

    Jusqu’à son retour fracassant sur la scène publique en 2019, Djamila Bouhired se tient à un silence d’une constance remarquable. On ne l’entend ni à la mort de Boumediene, en 1978, ni durant les printemps berbère et noir de 1980 et 2001 en Kabylie, ni après les émeutes d’octobre 1988 réprimées dans le sang par l’armée, ni au moment de l’annulation des élections législatives reportées par le FIS en janvier 1992, ni après l’assassinat de Boudiaf, en juin de la même année, a fortiori pendant la guerre civile (1992-2000) qui causa de 100 000 à 200 000 morts. « C’est une patriote qui est entrée dans la lutte armée par patriotisme juvénile, pas une idéologue, une politique ou une intellectuelle », justifie Slimane Zeghidour.

    Une parole aujourd’hui relayée

    Ses rares prises de position se font plutôt en réaction à des demandes précises. En 1984, elle signe, avec d’autres combattantes historiques, une lettre demandant au président Chadli Bendjedid de surseoir à l’adoption d’un code de la famille rétrograde par l’Assemblée nationale populaire. En vain. « Il ne faut pas penser que ces femmes, parce qu’elles ont fait preuve d’un courage extraordinaire pendant la guerre, l’ont fait pour revendiquer des droits accrus pour les femmes », met en garde la militante féministe Wassyla Tamzali, qui se méfie des anachronismes.

    Plus récemment, en 2013, Djamila Bouhired a accepté de présider une nouvelle association, Les Amis de la Casbah, pour la protection du quartier où elle a grandi, aujourd’hui menacé par la ruine et les projets immobiliers. En 2011, elle a participé à la manifestation des médecins qui préfigurait le soulèvement actuel. En 2009 déjà, elle avait exprimé son hostilité au troisième mandat de Bouteflika, puis, en 2014, elle avait appelé à manifester contre le quatrième. Mais sa voix ne porte pas très loin à l’époque, alors que les médias sont étroitement contrôlés par le pouvoir. Elle est tellement « inaudible » que lorsque le Parlement tunisien lui rend un hommage posthume à la suite de l’annonce erronée de sa mort par une députée, personne ne s’en étonne.

    Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis sa lettre ouverte de mars, sa moindre parole est relayée religieusement, reprise en boucle sur les réseaux sociaux. Toutes les tentatives pour la faire taire ont échoué, qu’il s’agisse des menaces d’un mystérieux islamiste algérien de Londres enjoignant les femmes de rentrer chez elles au lieu de manifester ou des insultes d’une députée pro-pouvoir, Naïma Salhi, l’accusant d’agir « à la solde de la France ». Un comble.

    Fin juillet, des rumeurs sur sa mort ont encore circulé. La semaine précédente, elle avait été citée, sans être consultée, semble-t-il, comme membre d’un « panel » chargé de dialoguer avec le pouvoir. Elle s’est empressée de démentir, arguant de la présence de personnes ayant participé au pouvoir dans ce « panel » ainsi que de la détention de Lakhdar Bouregaa, 86 ans, ancien combattant de la guerre d’indépendance, arrêté fin juin pour « outrage à l’armée » après avoir critiqué le chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah. Surtout, Djamila Bouhired sait que quiconque dialoguera avec le pouvoir aujourd’hui sera rejeté par la rue.

    L’épisode du « panel » avorté résume bien l’impasse dans laquelle se trouve aujourd’hui l’Algérie : « Il y a, d’un côté, un pouvoir qui veut dialoguer avec n’importe qui mais n’est prêt à rien négocier avec personne et, de l’autre, une rue qui répète en boucle “Partez tous !” sans dire ni qui, ni comment, ni pour quoi faire après », résume le journaliste Slimane Zeghidour, fataliste. Entre les deux, Djamila Bouhired est l’une des rares – pas la seule – figures acceptables et respectées par les deux parties. Mais, à 84 ans, il est tard pour se mettre à faire de la politique.

  • #PROSTITUTION ET #ABOLITIONNISME
    https://tradfem.wordpress.com/2019/08/17/prostitution-et-abolitionnisme

    La prostitution est souvent comprise comme une série de décisions personnelles ou individuelles. Cette considération est insuffisante. La prostitution est une institution sociale et, en tant que telle, remplit une fonction sociale et non individuelle. Au cours des dernières décennies, la société espagnole a compris que la violence des hommes envers les femmes est un problème structurel et non individuel. Dans le passé, l’État s’st conformé au slogan « ce qui se passe à la maison reste à la maison » et la violence conjugale a été rejetée comme un problème isolé et déconnecté entre deux adultes.
    Plus récemment, cependant, la perception de la société dans ce domaine a changé ; le fait que les femmes sont toujours les victimes et les hommes les auteurs de cette violence apparemment sans rapport a été trop frappant. Il a été entendu qu’il ne s’agit pas de phénomènes individuels, mais d’un problème pour l’ensemble de la société, qui doit être combattu en tant que tel. Pourquoi est-il pourtant si difficile de comprendre la prostitution comme un problème pour l’ensemble de la société ?
    Pourquoi la prostitution continue-t-elle d’être réduite au consentement des prostituées ? Cela semble inexplicable dans un monde où plus de 99 % des personnes qui consomment la prostitution sont des hommes.
    La prostitution n’existe pas parce qu’il y a quelques femmes qui veulent se prostituer (si ce n’est pas encore clair avec « quelques unes », nous renvoyons encore à la préface de ce texte), même si le patriarcat dans sa forme néolibérale veut nous le faire croire. Et ça marche ! La question est pourquoi ? De cette façon, nous pouvons fermer les yeux en toute conscience et continuer à croire que le vrai problème, c’est le sexe et non la prostitution. La peur d’affronter l’ampleur réelle du problème est trop grande. Nous regrettons beaucoup de devoir dire cette vérité désagréable, mais le vrai problème de la prostitution est sa normalisation. Et maintenant, honnêtement, croyez-vous vraiment que les clients demandent aux prostituées si elles se prostituent volontairement ou si elles sont forcées ? Ou si une femme dans la prostitution forcée répondrait à une telle question par « oui, je suis forcée » ?

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.facebook.com/PAPWorldWide/?__xts__%5B0%5D=68.ARAo841oeFZp-ogiNNqgG8VUPIL49PbJ5dqAicU3b5mJLbtDqjnTjI1
    #liberté #travail_du_sexe #exploitation #violences_masculines #institution_patriarcale
    English version : https://tradfem.wordpress.com/2019/08/18/prostitution-and-abolitionism

  • MoA - Long Range Attack On Saudi Oil Field Ends War On Yemen
    https://www.moonofalabama.org/2019/08/long-range-attack-on-saudi-oil-field-ends-war-on-yemen.html

    Probablement un tournant dans la guerre.

    The war on Yemen that MbS started in March 2015 long proved to be unwinnable. Now it is definitely lost. Neither the U.S. nor the Europeans will come to the Saudis help. There are no technological means to reasonably protect against such attacks. Poor Yemen defeated rich Saudi Arabia.

    The Saudi side will have to agree to political peace negotiations. The Yemeni demand for reparation payments will be eye watering. But the Saudis will have no alternative but to cough up whatever the Houthi demand.

    The UAE was smart to pull out of Yemen during the last months. Its war aim was to gain control of the port of Aden. Its alliance with southern Yemen separatist who now control the city guarantees that. How long they will be able to hold on to it when Khamenei rejects a division of Yemen remains to be seen.

    Today’s attack has an even larger dimension than marking the end of the war on Yemen. That Iran supplied drones with 1,500 kilometer reach to its allies in Yemen means that its allies in Lebanon, Syria and Iraq have access to similar means.

    Israel and Turkey will have to take that into consideration. U.S. bases along the Persian Gulf and in Afghanistan must likewise watch out. Iran has not only ballistic missiles to attack those bases but also drones against which U.S. missile and air defense systems are more or less useless. Only the UAE, which bought Russian Pantsir S-1 air defense systems on German MAN truck chassis(!), has some capabilities to take those drones down. The Pentagon would probably love to buy some of these.

    #yémen #iran #drones

  • Trump voudrait acheter le Groenland, l’île rétorque qu’elle n’est pas à vendre
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/16/trump-voudrait-acheter-le-groenland-l-ile-retorque-qu-elle-n-est-pas-a-vendr

    Aaja Chemnitz Larsen, députée groenlandaise, met en garde : les inégalités ne feraient que grossir ­encore sur cette île, qui en souffre déjà beaucoup. « Je ne sais pas comment on peut, en 2019, avoir l’idée d’acheter 50 000 citoyens danois. La preuve ultime que Donald Trump est devenu fou », s’est offusqué Soren Espersen, porte-parole du parti danois d’extrême droite DF. Avant d’ajouter un peu plus tard : « C’est une façon grossière de traiter un allié fidèle et le peuple groenlandais. »

  • Les forces israéliennes tuent trois Palestiniens et blessent un autre à Gaza
    Date de publication : 2019/08/18
    http://french.wafa.ps/page.aspx?id=wHrpz2a74929610184awHrpz2

    Gaza, le 18 août 2019, WAFA- Le ministère de la santé a annoncé dimanche le martyre de trois citoyens Palestiniens et la blessure d’un autre par balles des forces militaires israéliennes au nord de la localité de Beit Lahia au nord de la bande de Gaza.

    Les sources médicales ont déclaré que les équipes d’ambulances ont pu récupérer les corps de trois citoyens de la zone située près de la barrière séparant le nord de Beit Lahia.

    La nuit dernière, les avions de guerre israélienne ont bombardé des sites et des terres agricoles au nord de la localité de Beit Lahia, les ont endommagés complètement et incendiés, sans faire de blessés.

    L’artillerie de l’occupation a bombardé des terres agricoles au nord-ouest de Beit Lahia.

    H.A

    “““““““““““““““““““““““““““““““““


    https://french.palinfo.com/news/2019/8/18/Gaza-L-agression-de-l-arm-e-d-occupation-fait-trois-martyrs-et-un-bl

    Le ministère de la santé palestinien a indiqué que l’hôpital indonésien au nord de la bande a reçu les corps de trois martyrs : Mahmud Adel al-Wlaida (24 ans), Mohamed Farid Abu Namous (27 ans) et Mohamed Samir Tramsi (26 ans) , alors qu’un quatrième palestinien est blessé.

    #Palestine_assassinée

  • Abécédaire des prépositions : #Gare
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/abecedaire-des-prepositions-gare

    https://youtu.be/HTW-H5MFsG4

    La forme détournée de l’abécédaire est un genre voué à la célébration de l’acte créateur (le livre des livres). Cette année j’ai décidé d’aborder l’abécédaire par la #Vidéo. Deux fois par mois, je diffuserai sur mon site, un montage d’extraits de films (à partir d’une sélection d’une centaine de mes films préférés : fiction, documentaire, art vidéo) assemblés autour d’un thème. Ces films d’une quinzaine de minutes seront accompagnés sur le site par l’écriture d’un texte de fiction. Ce projet est un dispositif à double (...)

    #Palimpseste #Poésie, #Écriture, Vidéo, #Récit, #Musique, #Numérique, Histoire, #Cinéma, Abécédaire des prépositions (le film des films), #Regard, #Cinéma, #Corps, #Quotidien, (...)

    #Abécédaire_des_prépositions_le_film_des_films_ #Amour
    « http://bit.ly/filmdesfilms »

  • Haiku a 18 ans
    https://linuxfr.org/news/haiku-a-18-ans

    Ça bouge pour Haiku cette année, puisqu’il y a enfin une version bêta  !

    Cette dépêche annuelle est l’occasion de faire le point sur les progrès accomplis et le travail à venir (il en reste toujours). lien n°1 : La dépêche de l’année dernièrelien n°2 : Le site officiel de Haikulien n°3 : Télécharger HaikuSommaire

    Présentation de Haiku Pourquoi un clone de BeOS  ?

    Les avancées de l’année Des optimisations De la sécurité Les pilotes matériels La gestion des écrans haute résolution Les finitions Des corrections de bogues Compatibilité POSIX Portage sur d’autres architectures Participation à Outreachy Analyse du code par PVS-studio

    En route pour la bêta 2

    Présentation de Haiku

    Note : cette section est reprise de la dépêche de l’année dernière, les objectifs du projet n’ont pas changé depuis.

    Pour ceux qui n’auraient jamais (...)

  • “L’UE ne nous protège pas, elle nous met à nu” Montebourg
    https://www.les-crises.fr/lue-ne-nous-protege-pas-elle-nous-met-a-nu-montebourg

    Source : NOP, Youtube, 19-07-2019  Arnaud Montebourg fait son retour au Sénat. L’ancien ministre de l’Economie et du redressement productif de François Hollande est auditionné par les sénateurs sur la suppression de 1000 emplois dans les usines du groupe General Electric. Il y a 4 ans Arnaud Montebourg avait qualifié d’erreur majeure la vente de la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric. Le groupe américain s’était engagé à l’époque à créer 1000 emplois, engagement qu’il n’a pas respecté. Désormais Arnaud Montebourg demande à l’Etat d’annuler la vente de 2014. Source : NOP, Youtube, 19-07-2019 Lire la (...)