• #L'espace_d'un_instant #19 : De Riyadh en Arabie Saoudite à Kingston en Jamaïque

    http://www.liminaire.fr/entre-les-lignes/article/l-espace-d-un-instant-19

    « La grande révélation n’était jamais arrivée. En fait, la grande révélation n’arrivait peut-être jamais. C’était plutôt de petits miracles quotidiens, des illuminations, allumettes craquées à l’improviste dans le noir ; en voici une. » Vers le phare, Virginia Woolf (...) #Entre_les_lignes / #Écriture, #Poésie, #Récit, #Voix, #Sons, L’espace d’un instant, Fenêtre, #Quotidien, #Dérive, #Regard, #Sensation, (...)

    #Voyage

  • Drones, #LoiSecuriteGlobale, reconnaissance faciale, algorithmes... le Covid a servi de prétexte à accélérer & massifier la surveillance de la population en France mais aussi en Espagne et au Royaume-Uni.
    #MassSurveillance fait un bilan transversal
    VF : http://mass-surveillance.odhe.cat/fr

    Nous vivons dans une société de surveillance. Que ce soit dans la rue ou dans l’intimité de nos foyers, les États donnent de l’argent public à des entreprises privées pour qu’elles nous espionnent.

    L’espionnage d’État n’a rien de nouveau : les gouvernements surveillent depuis longtemps les populations indisciplinées afin d’anticiper et éliminer les menaces potentielles avant qu’elles ne deviennent réalité. Les progrès de la technologie numérique au cours des dernières décennies permettent toutefois désormais aux États de surveiller des peuples entiers à un niveau sans précédent et profondément inquiétant. Alors qu’auparavant les gouvernements espionnaient des cibles spécifiques, il sont désormais équipés, grâce à la technologie numérique, pour nous espionner tous, tout le temps : tout le monde est suspect, et personne n’est à l’abri.

    George Orwell avait mis en garde contre un avenir dystopique dans lequel « des yeux vous observent en permanence, que vous soyez endormi ou éveillé, à l’intérieur ou à l’extérieur… [où] rien ne vous appartient, à l’exception des quelques centimètres cubes de votre crâne ». Ce futur dystopique est aujourd’hui une réalité.

    Le développement de la surveillance numérique, un marché en constante expansion pour les produits high-tech, associés à un discours sécuritaire asséné comme une évidence incontestable et à une tendance à la privatisation des services publics : le résultat de ce cocktail explosif est que les États peuvent désormais s’appuyer sur de multiples outils numériques pour surveiller et contrôler la société. Des technologies de surveillance comme la reconnaissance faciale, les outils d’extraction de données téléphoniques, les drones et les caméras de vidéosurveillance sont désormais systématiquement déployées pour contrôler les populations, indépendamment de leur impact sur la vie privée et les libertés civiles.

    Dès le début de la pandémie, les gouvernements ont utilisé le Covid-19 pour justifier un recours encore plus important à la surveillance numérique, présentée comme indispensable pour contrôler le respect des mesures de distanciation sociale. Les vols de drones, parfois équipés de systèmes d’imagerie thermique, se sont multipliés. Les applications de traçage du Covid-19 peuvent surveiller nos moindres mouvements et collecter d’énormes quantités de données sur notre vie quotidienne. Beaucoup d’États se sont lancées dans une politique de surveillance à outrance. De leur côté, des firmes technologiques avides de profits se sont empressées d’utiliser la crise sanitaire mondiale pour mieux vendre leurs outils biométriques comme la reconnaissance faciale ou les scans rétiniens, présentés comme entièrement fiables et plus nécessaires que jamais. Comme si des outils de surveillance pouvaient apporter la solution à un problème de santé.

    Nous avons tous droit au respect de la vie privée. Tout atteinte à ce droit a des répercussions importantes pour d’autres droits fondamentaux, tels que le droit à la vie familiale, la liberté d’expression, la liberté de réunion, de mouvement et de religion. Pour les personnes actives dans les mouvements sociaux, savoir que chacun de leurs pas est potentiellement surveillé peut avoir un effet paralysant sur leur engagement et sur la forme que prennent leurs luttes.

    Cette enquête se concentre sur trois pays – la France, l’Espagne et le Royaume-Uni – où les technologies de surveillance ont été systématiquement intégrées et normalisées dans les pratiques de maintien de l’ordre, contribuant souvent à renforcer les discriminations de classe et de race, sans aucun véritable débat public. Nous examinons les technologies utilisées et leur impact sur la société civile engagée. Nous mettons en lumière les profits massifs réalisés par les entreprises concernées. Pour finir, nous présentons quelques recommandations pour renverser la tendance en matière de surveillance de masse

    #surveillance

  • Python — partie 11 — Entretiens
    https://linuxfr.org/news/python-partie-11-entretiens

    Pour cette dépêche, nous donnons la parole à celles et ceux qui pratiquent le langage de programmation Python : des développeuses et développeurs de différents domaines, mais aussi d’autres métiers comme les scientifiques des données (data scientists), les scientifiques de l’apprentissage automatique (machine learning), les analystes quantitatifs (quant)… et bien d’autres…

    lien nᵒ 1 : Entretien avec Guido van Rossum (2018)lien nᵒ 2 : Python — partie 1 ― Popularitélien nᵒ 3 : Python — partie 2 ― Python 2lien nᵒ 4 : Python — partie 3 — Installation de Python et de paquetslien nᵒ 5 : Python — partie 4 — Py Pyenv lien nᵒ 6 : Python — partie 5 — Nix (et Guix)lien nᵒ 7 : Python — partie 7 — Environnements virtuelslien nᵒ 8 : Python— partie 8 — PipenvSommaire

    Entretien avec tisaac Entretien avec serge sans paille Entretien avec (...)

  • Sheikh Jarrah, l’autre nom de la Nakba palestinienne | Yumna Patel
    https://www.contretemps.eu/sheikh-jarrah-nakba-palestine-israel-sionisme-colonialisme-nettoyage-eth

    Depuis près d’un mois, Jérusalem est le théâtre d’un soulèvement qui ne cesse de s’amplifier. À l’origine de la colère : plusieurs maisons du quartier jérusalémite de Sheikh Jarrah vont être expropriées et leurs habitants palestiniens remplacés par des colons israéliens. On a là condensé rien de moins que la situation originelle, appelée Nakba (catastrophe en arabe), au principe d’un conflit centenaire. Source : Contretemps

  • L’OMS révise sa position sur la transmission aérienne de la COVID-19 | Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/science/600500/l-oms-revise-sa-position-sur-la-transmission-aerienne-de-la-covid-19

    Toutefois, le 30 avril, l’organisation a révisé la version anglaise de sa fiche. Elle met maintenant les aérosols sur un pied d’égalité avec les gouttelettes. En outre, elle explique que le virus peut se propager dans les lieux intérieurs bondés ou mal ventilés. « Il en est ainsi parce que les aérosols restent suspendus dans l’air ou voyagent au-delà d’un mètre de distance (longue distance) », explique-t-elle.

    Le 7 mai, l’agence américaine de santé publique (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) modifiait sa position à son tour. Elle insiste désormais sur la transmission par la respiration. « Inspirer de l’air à proximité d’une personne infectée » figure maintenant au sommet de sa liste des modes de transmission. La mise à jour tranche avec la position précédente de l’agence, qui se focalisait sur les gouttelettes non volatiles.

    Les récentes révisions de l’OMS et des CDC pourraient représenter « l’une des avancées les plus importantes en matière de santé publique durant cette pandémie », a écrit la sociologue Zeynep Tufekci, qui analyse en profondeur la cohérence scientifique des recommandations publiques depuis le début de la pandémie, dans un texte d’opinion publié dans le New York Times.

    Si l’importance des aérosols avait été acceptée plus tôt dans la crise, les autorités auraient pu encourager des comportements plus efficaces, soutient Mme Tufekci. Par exemple : favoriser le temps passé à l’extérieur ; mieux ventiler et filtrer l’air dans les espaces intérieurs ; seulement limiter les rassemblements propices aux événements de superpropagation ; et se calmer avec la désinfection des surfaces.

    #Covid_19 #Transmission #Zeynep_Tufekci

  • Notes anthropologiques (LXI)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-LXI

    Signe des temps, les historiens s’intéressent désormais à l’activité des échanges qu’ils tentent de saisir sous le concept, légèrement éculé, d’économie, obéissant en cela à l’idéologie ambiante. Ils ouvrent ainsi tout un pan de notre histoire qui était jusqu’à maintenant mal connu : l’activité des échanges aux époques reculées. Afin d’appréhender les différentes formes prises par les échanges et d’en marquer l’évolution, ils se réfèrent volontiers à Karl Polanyi qui, dans ses livres comme La Grande Transformation ou La Subsistance de l’homme, a distingué trois formes d’échange, les échanges fondés sur la réciprocité, ceux qui reposent sur la répartition-distribution et enfin les échanges marchands liés à la politique. Dans son dernier livre intitulé Histoire des peuples d’Amérique, Carmen Bernand évoque, elle aussi, Polanyi avant de faire une synthèse heureuse de nos connaissances concernant l’échange, en convoquant des anthropologues comme Marcel Mauss ou Maurice Godelier :

    « Les principes qui fondent ce qu’on appelle des “économies primitives”, à savoir la réciprocité, la redistribution et la circulation des biens, obéissent à des règles particulières. Certains aspects nous sont connus parce que nous disposons de documents écrits et d’une bonne ethnographie de terrain qui nous aide à saisir la dimension symbolique des choses. La réciprocité se fonde sur une obligation (morale, religieuse, statutaire) alors que, dans l’économie de marché, le paiement selon des règles fixées déchargerait l’acquéreur de toute obligation (Polanyi, 1965, p. 243-270). Les descriptions regorgent d’exemples de cette “obligation” faite au partenaire de recevoir et de rendre. Toute rupture de cette règle entraîne une succession d’infortunes. D’une façon générale, les choses ne sont pas inertes ; une fois “données”, elles gardent quelque chose du donateur. Précisons encore qu’il y a des objets qui ne sont jamais donnés parce qu’ils sont “incomparables” » (p. 68).

    Dans les notes anthropologiques, je me suis intéressé, de mon côté, aux échanges et aux différents modes pris par cette activité, j’ai tenté, pour ma part, de faire ressortir le lien qui unit le pouvoir à l’activité marchande (et, inversement, l’activité marchande au pouvoir). (...)

    #anthropologie #histoire #échanges #argent #aliénation #État #Karl_Polanyi #Carmen_Bernand #Pierre_Clastres #Jean-Paul_Demoule

  • “Beloved” de Toni Morrison : vivre avec les fantômes de l’esclavage - Ép. 3/3 - S’affranchir
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/les-chemins-de-la-philosophie-emission-du-mercredi-12-mai-2021

    L’histoire de « Beloved » de Toni Morrison est celle d’une mère esclave infanticide en 1873 : donner la vie, donner la mort, l’enfant devenue un fantôme hante sa mère. Comment articuler le vécu de l’esclave à la question de la maternité ?

  • Transparence de la vie publique : à Paris, un élu sur quatre hors des clous
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/05/12/transparence-a-paris-un-elu-sur-quatre-hors-des-clous_6079916_823448.html

    A Paris, les élus ont du mal à mettre en pratique les principes de transparence affichés par la Mairie. En juillet 2020, juste après les municipales, les 163 conseillers #élus ou réélus s’étaient tous engagés par écrit à remplir une déclaration d’intérêts destinée à être rendue publique. Un geste imposé depuis 2014 à la demande de la maire socialiste Anne Hidalgo. « Sur une base volontaire », il était en outre proposé aux élus de signer une déclaration de patrimoine.

    Neuf mois plus tard, le bilan est en décalage avec les bonnes intentions affichées. D’abord, certains élus ont tardé à fournir leur déclaration d’intérêts, attendue en principe avant la fin 2020. « La bonne nouvelle, c’est que nous avons enfin obtenu, il y a huit jours, la totalité des déclarations », se réjouit Yves Charpenel, le haut magistrat qui préside la commission de déontologie des élus du Conseil de Paris. Les conseillers municipaux y détaillent leurs activités professionnelles, les rémunérations associées, leurs mandats et participations dans des entreprises, ainsi que les activités de leurs conjoints. Quant aux déclarations de patrimoine, où sont précisés les avoirs de chacun (comptes bancaires, assurance-vie, immobilier, etc.), 68 % des élus ont accepté d’en remettre une, alors qu’ils n’étaient que 58 % lors de la précédente mandature.

    Les déclarations déjà en ligne permettent de savoir qu’Anne Hidalgo est propriétaire d’une maison de 118 m2 dans le 15e arrondissement, de découvrir les sommes touchées par Audrey Pulvar pour les cérémonies qu’elle a animées (jusqu’à 13 000 euros pour la remise du guide Michelin), d’anticiper d’éventuels conflits d’intérêts liés aux activités des conjoints…

    « Nous avons étudié de près toutes ces déclarations, et émis des avis comportant des réserves dans 12 % des cas, précise le président de la commission de déontologie. La plupart du temps, nos propositions ont permis de résoudre les problèmes. Nous avons par exemple incité certains élus qui travaillent dans le privé à préciser dans leur contrat qu’ils ne peuvent pas être mobilisés sur un sujet en lien avec la Ville de Paris. Il reste un ou deux dossiers à régler. »

    « Exhibition ou voyeurisme »

    Mais si les documents ont fini par arriver à l’hôtel de ville, et à y être passés au crible, tous ne seront pas mis en ligne, loin de là. Sur les 163 élus parisiens, quarante s’opposent en effet à ce que leurs déclarations d’intérêts soient publiées sur le site de la Mairie. Soit un élu sur quatre ! Lors de la précédente mandature, seuls trois refus avaient été enregistrés.

    « J’essaie de convaincre ceux qui rechignent, et j’espère que le nombre final des récalcitrants sera inférieur, indique Yves Charpenel. Je leur explique qu’ils se sont engagés, et n’ont aucun intérêt à se placer hors des clous, en contradiction avec eux-mêmes. Mieux vaut montrer qu’ils n’ont pas peur de la transparence. Après, c’est à eux de voir. » Aucune sanction n’est prévue.

    Les réticences se révèlent encore plus fortes pour les déclarations de patrimoine, pour lesquelles il n’existe aucune obligation : 55 % des élus parisiens n’ont pas remis cette déclaration ou en bloquent la diffusion.

    Qui sont les conseillers décidés à maintenir le voile sur leurs activités ? Ils se recrutent avant tout à droite. « Sans doute ne souhaitent-ils pas se montrer empressés sur un sujet qui compte beaucoup pour la maire de Paris », suppute Yves Charpenel.

    Sur les cinquante-cinq membres du groupe Changer Paris de Rachida Dati, trente et un ont refusé que leur déclaration d’intérêts soit mise en ligne, en dépit de la charte qu’ils avaient signée, et cinquante n’ont pas transmis de déclaration de patrimoine ou ont interdit sa communication. La maire (Les Républicains, LR) du 7e arrondissement a dit non dans les deux cas. Rudolph Granier, l’un de ses lieutenants, a fait de même. « Je me suis engagé à suivre la loi, et c’est tout, assume-t-il. J’ai transmis mes deux déclarations à la commission de déontologie, qui n’a rien trouvé à y redire. Qu’elle veille à ce qu’il n’y ait pas d’enrichissement anormal ou de conflit d’intérêts, c’est logique. Mais rendre tout cela public me semble peu utile au débat démocratique. Cela relève plutôt de l’exhibition ou du voyeurisme. »

    A gauche, comme à droite

    A gauche aussi, certains n’étaient guère pressés de se « déshabiller en public ». « A la demande insistante d’Anne Hidalgo, j’ai incité les adjoints hésitants à accepter au moins la publication de leur déclaration d’intérêts », raconte Patrick Bloche, l’adjoint socialiste chargé de l’organisation du Conseil.

    Mais, en dehors des adjoints, certains élus ont maintenu leur refus, comme le maire (PS) du 13e arrondissement Jérôme Coumet, qui ne veut pas s’exprimer sur le sujet, ou encore l’écologiste Aminata Niakaté. « J’ai remis mes deux déclarations, et je n’ai aucun conflit d’intérêts, mais cela me gêne que tout le monde puisse scruter mes revenus et mon patrimoine », confie-t-elle. C’est aussi le cas de #Christophe_Girard. « Après l’année horrible que j’ai vécue, ma famille ne veut plus donner prise à une chasse aux sorcières ou à une forme de maccarthysme », explique l’ex-adjoint à la culture, contraint de démissionner de ses fonctions sous la pression des féministes.
    Globalement, malgré les pressions d’Anne Hidalgo et de son équipe, 21 % des écologistes, 25 % des communistes, 39 % des socialistes et apparentés, et même sept adjoints sur trente-quatre ont fait en sorte que leur déclaration de #patrimoine ne soit pas diffusée.

    #ville_de_Paris #Paris

  • Voix d’Exils | Le parcours chaotique d’un requérant d’asile algérien en Suisse
    https://asile.ch/2021/05/12/voix-dexils-le-parcours-chaotique-dun-requerant-dasile-algerien-en-suisse

    Rachid Boukhemis, 60 ans, décide de quitter l’Algérie pour retrouver la paix et la sérénité dans un pays démocratique. Considéré comme cas Dublin pour être passé par la France sur le chemin de l’exil, il recevra une réponse négative à la demande d’asile qu’il a déposée en Suisse. Son rêve s’effondre et vire au cauchemar […]

  • Manon Garcia : « La philosophie a implicitement écarté la moitié de l’humanité de sa réflexion »

    https://www.liberation.fr/idees-et-debats/manon-garcia-la-philosophie-a-implicitement-ecarte-la-moitie-de-lhumanite

    La philosophe Manon Garcia s’en est récemment agacée dans un tweet. « C’est pénible les classements de la Bibliothèque nationale de France : je découvre que mon livre et mon recueil de philosophie féministe sont classés en féminisme et non en philosophie. Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir est en littérature et en féminisme, pas en philo. La philosophie féministe n’est pas de la philosophie ? » L’anecdote illustre parfaitement ce que démontre le recueil Philosophie féministe (patriarcat, savoirs, justice), que l’autrice d’On ne naît pas soumise, on le devient (Flammarion, 2018) fait paraître chez Vrin. Alors que dans les pays anglo-saxons la philosophie féministe est valorisée comme un champ à part entière de la discipline, la France considère encore bien souvent que philosophie et féminisme ne peuvent aller de pair. Les dix textes majeurs ici rassemblés et présentés par cette spécialiste de Simone de Beauvoir, professeure à l’université de Yale à partir …

    #philosophie #phallosophie #sexisme #misogynie #féminisme #male_gaze #invisibilisation #femmes #paywall

    • très drôle la sculpture !

      Ça me donne l’occasion de poster ici sur le nommage des rues des philosophes féministes. Je crache pas dans la soupe, c’est bien qu’il y ait des noms de rues portées par des femmes et il n’y en aura jamais assez.
      Mais là à Cugnaux, banlieue de Toulouse, dans un quartier sorti de terre il y a moins de 50 ans (à vue d’œil), ça m’a fait doucement marrer que le #pâté_de_rues aux noms de femmes soit jouxté par l’avenue pompidou (quand même plus large une avenue, allez hop, un président couillu), à égalité avec le pâté de rues aux noms de fleurs, ou celui des rues aux noms de régions. Je me demande comme ce n’est pas loin du grand supermarché si il ne vont donner des noms de produits « rue du boudin blanc », « rue du dentifrice à deux couleurs », « rue des promotions », « Allée du moins 30% » pour égayer un peu leur ennui et stimuler leur créativité.

      il y a vraiment un truc à étudier là-dedans sur le mode de fonctionnement des élites.

      Tiens, promène toi par ici, tu vas rire !

      https://www.openstreetmap.org/#map=18/43.53198/1.34732

      #féminisme
      #quota_cantonné
      #Simone_Weill
      #phallocrate
      #la_plus_grosse

  • Israeli Forces Kill Palestinian Child in Tubas
    May 12, 2021 – – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-forces-kill-palestinian-child-in-tubas

    At dawn on Wednesday, a Palestinian child was killed by Israeli bullets in the village of Aqaba, in the district of Tubas.

    Medical sources reported that the 16-year-old Rashid Muhammad Abu Ara , 16, was killed by two bullets – one in the neck and one in the chest – fired by Israeli forces invading the northern entrance of the city of Tubas, near Bethlehem.

    Invading Israeli forces were met by Palestinian youth, many of whom threw stones to try to repel the heavily-armed invading soldiers, to keep the soldiers from invading their village. in addition to the shooting of Rashid, another young man was injured after he was run over by a military jeep car in Tubas. Medical sources report that his general health condition is stable, but he suffers from several fractures and bruises.

    The killing of Rashid comes in the midst of a rapid, onging escalation of Israeli violence against Palestinian civilians in the West Bank and Gaza Strip, which began on April 12th, the beginning of the Muslim Holy Month of Ramadan, with increasingly frequent and violent Israeli settler and soldier attacks on Palestinian worshipers.

    On Monday, Israel began launching airstrikes against the Gaza Strip when Palestinian factions demanded that Israeli troops withdraw from the East Jerusalem neighborhoods they are currently forcibly annexing. Instead of withdrawing, Israeli military forces launched an all-out assault on the Gaza Strip, killing at least 35 Palestinians, most of them civilians not involved in resistance — 12 of them children.

    Here is a partial list of the Palestinians killed by Israel Since Monday May 10th:

    5/12

    1-Rashid Muhammad Abu Ara, 16

    5/11:

    1-Sameh Fahim Hashem al-Mamlouk, al-Ramal
    2- Kamal Taiseer Qreiqe’, 35, al-Ramal neighborhood in Gaza city
    3- Salim Mahmoud al-Farra, 37, Khan Younis
    4- Mohammad Yahia Abu al-Ata, 30, al-Ramal, Gaza City
    5- Mohammad Abdul-Rauf Hallas, Sheja’eyya, east of Gaza City
    6- Amira Abdul-Fattah Sobeh, 57, killed in her home in the Shati’ refugee camp.
    7- her son Abdul-Rahman Sobeh (special needs), killed in the same bombing.
    8- Eyad Fathi Fayeq Sharir, 35, a leader in the al-Qassam Brigades, killed at home, along with his wife, in the Sheikh Radwan neighborhood, in Gaza city.

    5/10:

    1- Mohammad Ali Mohammad Nosseir, Jabalia
    2- Mohammad Abdullah Zidan Fayyad, Jabalia
    3- Ibrahim Yousef Atallah al-Masri, 10 years old, Beit Hanoun
    4- Yazin Sultan Atallah al-Masri, 1-year-old, Beit Hanoun
    5- Marwan Yousef Atallah al-Masri, 12, Beit Hanoun
    6- Rahaf Mohammad Atallah al-Masri, 10-year-old girl, Beit Hanoun
    7- Ahmad Mohammad Atallah al-Masri, 20, Beit Hanoun
    8- Saber Ibrahim Suleiman, 39, Jabalia
    9- his son Mohammad, 16, Jabalia
    10- Esmat Sha’ban az-Zein, Jabalia
    11-Mousa Khalil az-Zein, 19, Jabalia
    12- Zakariya Ziad Alloush, Jabalia
    13- Bashir Mohammad Alloush, Jabalia
    14- Raed al-‘Abed Abu Warda, 27, Jabalia
    15- Nabil an-No’mani Dardouna, Jabalia
    16- Mustafa Mohammad Obeid, 17, Jabalia

    These are only the names that have been confirmed at this point. This is an ongoing, developing situation and we will update the list of names after examining and ensuring accuracy.

    #Palestine_assassinée

  • DST Root CA X3 Expiration (September 2021) - Let’s Encrypt
    https://letsencrypt.org/docs/dst-root-ca-x3-expiration-september-2021

    Modernisation des certificats utilisés par Lets Encrypt : au 30 septembre certains terminaux pas à jour pourraient ne plus fonctionner :

    When we got started, that older root certificate (DST Root CA X3) helped us get off the ground and be trusted by almost every device immediately. The newer root certificate (ISRG Root X1) is now widely trusted too - but some older devices won’t ever trust it because they don’t get software updates (for example, an iPhone 4 or an HTC Dream). Click here for a list of which platforms trust ISRG Root X1.

    (...si seulement ça pouvait débarrasser l’internet des iPhone 4 et de son Safari moisi !)

    #letsEncrypt #iphone_4 #certificat_SSL

  • #amsterdam interdit la publicité pour les voitures à #essence et #diesel dans le #métro
    http://carfree.fr/index.php/2021/05/12/amsterdam-interdit-la-publicite-pour-les-voitures-a-essence-et-diesel-dans-l

    Amsterdam aux #Pays-Bas est la première ville au monde à interdire la publicité pour les voitures à essence et diesel dans son métro. L’interdiction s’applique également aux vols aériens à Lire la suite...

    #Fin_de_l'automobile #Fin_du_pétrole #Réchauffement_climatique #pollution #publicité

  • Tribune des généraux : l’État, “une bande d’hommes armés ” | Le mensuel de LO (”Lutte de classe n°216 - mai-juin 2021)

    https://mensuel.lutte-ouvriere.org/2021/05/09/tribune-des-generaux-letat-une-bande-dhommes-armes_158764.ht

    Contrairement à ce que prétendent la gauche et les médias, ces généraux ne menacent pas directement le pays d’un putsch, même si la date de la parution, 60 ans après le putsch des généraux d’Alger le 21 avril 1961, n’a pas été choisie par hasard par l’hebdomadaire Valeurs actuelles, qui a profité de l’occasion pour faire un coup médiatique. Mais ils disent noir sur blanc ce que les communistes révolutionnaires savent  : si une explosion sociale éclatait dans ce pays, c’est l’armée qui serait chargée de la réprimer. À tous ceux qui pourraient se bercer d’illusions sur une évolution, au fil du temps, de la violence des rapports de classes, à tous ceux qui croient qu’un régime de démocratie parlementaire serait incapable de permettre à l’armée de massacrer une population qui se révolte, ces généraux rappellent la nature de l’État bourgeois. Ce que disent les généraux, c’est que la politique actuelle des gouvernements va «  provoquer, au final, une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos compatriotes sur le territoire national  ». Et c’est là que «  les morts se compteront par milliers  », écrivent-ils. Ce n’est pas d’un putsch qu’ils parlent, c’est du moment où l’armée sera appelée par le gouvernement à réprimer une explosion sociale.

    Ce sont certes des généraux en retraite et politiquement marqués qui s’expriment mais, sur ce sujet, ils disent clairement ce que savent tous les militaires et tous les hommes d’État bourgeois  : l’ultime rempart de l’ordre bourgeois, c’est l’armée, et quand elle intervient contre des manifestations, c’est pour tuer.

    ... un député France insoumise a déclaré  : «  Pendant que le PS pleurniche, La France insoumise agit.  » Et quelle «  action  » le parti de Mélenchon a-t-il entreprise  ? Il a saisi le procureur de la République  ! À l’époque du putsch des généraux à Alger, en 1961, le PC avait au moins fait semblant d’appeler les travailleurs à descendre dans la rue pour s’y opposer. Aujourd’hui, ces gens-là en appellent à la justice bourgeoise. Mélenchon a même déclaré que l’appel à l’insurrection était interdit par l’article L 412-4 du Code pénal  ! Ils sont tellement pétris de réformisme et de légalisme qu’ils se refusent à imaginer d’autres réponses à ce type d’événements qu’un appel au «  droit  ». Si, demain, des groupes fascistes exerçaient leur terreur contre le mouvement ouvrier, Mélenchon appellerait la police en brandissant le Code pénal.

  • Les trois mousquetaires du spartakisme
    https://www.en-attendant-nadeau.fr/2021/05/12/mousquetaires-spartakisme-badia

    À travers Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, c’est surtout à l’histoire du mouvement révolutionnaire allemand que l’historien Gilbert Badia (1916-2004) aura consacré une grande partie de ses recherches. Ainsi ce récit minutieux sur le spartakisme et la révolution allemande, publié en 1967, que les éditions Otium viennent de rééditer en y adjoignant vingt-quatre documents qui le complètent fort utilement.

    #Rosa_Luxemburg #Karl_Liebknecht #spartakisme #révolution_allemande #Gilbert_Badia

  • La vocation libérale du bureaucrate
    https://laviedesidees.fr/La-vocation-liberale-du-bureaucrate.html

    À propos de : Joseph Heath, The Machinery of Government. Public #administration and the Liberal State, Oxford University Press.. Les administrations publiques, imposantes en taille et en pouvoirs discrétionnaires, peuvent-elle avoir une forme de légitimité politique ? Oui, pourvu qu’elle protègent les principes fondateurs du #libéralisme.

    #Philosophie #démocratie #légitimité #gouvernement
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20210512_bureaucrate.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20210512_bureaucrate.docx

  • Mit einem Laptop zurück in die Diktatur

    Die Migrationsbehörden machen Eritreerinnen und Äthiopiern ohne Aufenthaltsrecht falsche Hoffnungen auf Schweizer IT-Jobs, falls sie «freiwillig» in den Herkunftsstaat zurückkehren. Das Integrationsprojekt Powercoders macht mit.

    https://www.woz.ch/2117/rueckkehrhilfe/mit-einem-laptop-zurueck-in-die-diktatur
    #paywall

    Commentaire reçu par mail :

    L’article critique le fait que les programmes « d’incitation au retour » mis en œuvre par Powercoders sur mandat du SEM, sont adressés prioritairement aux ressortissant.es d’Ethiopie et d’Erythrée. Il leur est proposé de se former en informatique avec, à la clé, une fois retourné dans leur pays d’origine, un travail à distance dans un entreprise suisse pendant un an. Or, l’accès à internet est dans ces pays extrêmement limité, tant par la surveillance étatique, les dysfonctionnements structurels que la technique, ce qui fait penser que cette proposition sera matériellement difficile à tenir.

    #renvois #incitation_au_retour #expulsions #asile #migrations #réfugiés #Ethiopie #Erythrée #formation #informatique #travail #réintégration #Suisse #Powercoders

    –—

    ça rappelle un peu les #campagnes de #dissuasion à l’#émigration...
    https://seenthis.net/messages/763551

  • Pr_Logos sur Twitter
    https://twitter.com/Pr_Logos/status/1392215317724729348

    C’est dingue.

    Ces gens ont reçu des mémos, des demandes d’entretien, pour leur expliquer des plans de sécurisation sanitaire des cantines et des salles de classe, clé en main, avec chiffrage grossier.

    Et ils n’ont ni écouté ni mis en œuvre.

    Cet aveu…

    C’est dingue parce que c’est glissé discrètement au cœur d’une interview, comme si c’était une évidence depuis des mois et des mois — mais il vaudrait mieux compter en dizaine de milliers de morts qu’on aurait du et pu éviter.

    S’il savait, comme nous savions, pourquoi bon sang…

    Pourquoi ?
    Pourquoi n’ont-ils pas voulu entendre ?
    Vous vous rendez compte de ce gâchis ?

    Nos existences pourries, nos familles endeuillées, nos gamins qui doivent grandir et se construire en ayant l’avenir bouché d’un jour sans fin…

    Ca prouve que les réseaux sociaux n’ont rigoureusement aucun pouvoir. Ce compte, il y a 4 ministres abonnés, des conseillers ministériels en nombre, entre 300 et 400 journalistes, je ne compte plus les sénateurs et les députés et après 10 mois…
    …ça.

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1392206600774078465/pu/vid/640x360/6LCuf2qznLYTZMPM.mp4?tag=12

    #covid-19 #in_retrospect

  • Pâte sablée à la casserole
    https://www.cuisine-libre.org/pate-sablee-a-la-casserole

    Dans une casserole, faire bouillir beurre, sucre et eau, jusqu’à obtenir une sorte d’écume jaune pâle. Sortir du feu et y jeter 250 g de farine. Remuer vivement à la spatule pour former une boule. C’est prêt ! Étaler directement dans le plat avec les doigts. #Pâtes_à tartes, Farine de blé / #Végétarien, #Sans viande, #Sans œuf

    #Farine_de blé

  • Colombie : La colère sociale réprimée dans le sang
    https://www.les-crises.fr/colombie-la-colere-sociale-reprimee-dans-le-sang

    La police anti-émeute a lancé des grenades à gaz lacrymogène sur des manifestants à Bogota mercredi, au huitième jour de manifestations antigouvernementales dans tout le pays, après que la foule a attaqué des postes de police dans la capitale pendant la nuit. Source : Reuters, Oliver Griffin Traduit par les lecteurs du site Les-Crises  Lire la suite

  • Nantes Révoltée - 🇨🇴 COLOMBIE : LA PUISSANCE DES « PREMIÈRES LIGNES »
    https://nantes-revoltee.com/colombie-la-puissance-des-premieres-lignes

    En Colombie, un immense mouvement de protestation contre le gouvernement ultra-libéral et autoritaire est en cours. Le pouvoir a répondu immédiatement par la violence extrême régulièrement utilisée dans ce pays d’Amérique du Sud : des dizaines de disparitions et de morts, des milliers de blessés et d’arrêtés, des tirs à balles réelles …
    La riposte face au massacre orchestré par le gouvernement colombien prend la forme d’une « primera linea », une première ligne qui défend la contestation face à la répression, dans les métropoles du pays. Cette « première ligne », très développée dans la ville de Cali, particulièrement réprimée, s’inspire des mobilisations au Chili, mais aussi des « frontliners » de Hong Kong. Il y a deux jours, la primera linea annonçait qu’aucune négociation ne pourrait être faite le narco-Etat qui tire sur son peuple.

    Du « cortège de tête » aux « premières lignes » d’Amérique du Sud jusqu’aux blocs Etats-Uniens, une internationale de la révolte et de l’autodéfense se constitue face aux tyrans du monde.

    Sur la deuxième photo : une femme venue dans la « primera linea » pour remplacer son fils tué par la police quelques jours plus tôt.