• Épilogue pour un perdant
    https://www.dedefensa.org/article/epiloguepour-un-perdant

    Épilogue pour un perdant

    Dissonance cognitive

    Le conseiller officiel des princes français, successivement Mitterrand, Sarkozy puis Hollande, vient de soutenir que le souverainisme, autre nom pour un nationalisme économique et diplomatique, serait une nouvelle manière de formuler l’antisémitisme.

    Attali est un fervent défenseur du sionisme qui est précisément un nationalisme fondé sur la revendication d’une terre usurpée à ses occupants et réservée exclusivement aux Juifs de tout pays. Mieux que toute autre démonstration, sa direction de l’hymne israélien devant un Shimon Peres, l’artisan des attaques sous faux drapeaux de communautés juives en Egypte et en Irak pour hâter leur émigration et père de la bombe atomique israélienne, dit son attachement viscéral à une entité coloniale raciale, expansionniste (...)

  • Volontaires étrangers dans l’enfer de Raqqa
    https://www.arte.tv/fr/videos/083960-000-A/volontaires-etrangers-dans-l-enfer-de-raqqa
    2019 | Réalisation : Pedro Brito da Fonseca, Paul Moreira
    Disponible du 11/10/2019 au 12/12/2019

    En 2017, des centaines de jeunes Occidentaux sont partis en Syrie combattre aux côtés des Kurdes les djihadistes de l’organisation État islamique. Que signifie un tel engagement pour de jeunes hommes ayant grandi dans le confort de l’Europe des années 2000 ? Quelles sont leurs motivations ?

    #Syrie

  • Les conclusions de la mission commune d’information sur le #sauvetage_en_mer et la #sécurité_maritime - Sénat
    http://www.senat.fr/presse/cp20191023.html

    Créée le 19 juin 2019, la mission commune d’information du Sénat sur le sauvetage en mer et la sécurité maritime a adopté son rapport le 22 octobre.

    Elle formule trente propositions [1] concrètes avec comme objectif principal de replacer les bénévoles au cœur de la décision afin d’assurer l’avenir du système français de sauvetage en mer.

    Sur la question du financement du sauvetage en mer, elle souhaite la mise en place d’une programmation physique et financière à long terme, concertée avec l’État et les collectivités locales et régulièrement révisée, pour faire face au nécessaire renouvellement de la flotte.

    Elle demande que soit mis fin à l’obligation pour les bénévoles des stations locales de payer 25 % du prix de leurs canots (particulièrement les canots tous temps) ainsi que les dépenses de gros entretien. L’État doit assumer cette charge d’investissement, au titre de la mission de service public confiée à la Société nationale de sauvetage en mer (#SNSM).

    La mission relève deux urgences en matière de gouvernance : remettre de la démocratie dans le fonctionnement de la SNSM dont le siège national ne fait pas de place aux bénévoles et décentraliser la prise de décision en matière de gestion courante, notamment des équipements. Pour cela, elle recommande que la SNSM se transforme en une fédération d’associations départementales, à l’exemple de la #Protection_civile.

    Enfin, elle considère que tout doit être fait pour inviter l’ensemble des Français au soutien des Sauveteurs en mer. Pour cela, il serait contreproductif de créer de nouvelles taxes. Elle se prononce pour des actions de solidarité et de sensibilisation : renforcement des obligations d’assurance des bateaux et engins nautiques, contribution volontaire à l’achat de ces équipements par les particuliers, réaffectation de taxes existantes.

    [1] http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/redaction_multimedia/2019/2019-Documents_pdf/20191023_MCI_Sauvetage_mer_Liste_propositions.pdf

    #bénévolat #secourisme

  • How Scientology doubled its downtown Clearwater footprint in 3 years | Investigations | Tampa Bay Times
    https://projects.tampabay.com/projects/2019/investigations/scientology-clearwater-real-estate

    THE CHURCH OF SCIENTOLOGY and companies run by its members spent $103 million over the past three years buying up vast sections of downtown Clearwater.

    They now own most commercial property on every block within walking distance of the waterfront, putting the secretive church firmly in control of the area’s future.

    Most of the sales have not previously been reported. The Tampa Bay Times discovered them by reviewing more than 1,000 deeds and business records, then interviewed more than 90 people to reconstruct the circumstances surrounding the transactions.

    enquête #cartographique très bien réalisée (à base de #google_earth).

  • Marine Insurers Call for Action to Address Containership Fires – gCaptain
    https://gcaptain.com/marine-insurers-call-for-action-to-address-containership-fires

    The International Union of Marine Insurance says it’s time to take action to address an alarming number of containership fires occurring in 2019.

    So far this year, the containership industry has seen a number of fires, including incidents involving Yantian Express, APL Vancouver, Grande America, E.R. Kobe and KMTC Hong Kong.

    Specifically, IUMI is calling for urgent improvement to onboard firefighting systems.

    Fire-fighting capabilities onboard containerships are deficient and we need to see more headway to improve the safety of the crew, the environment, the cargo and the ships themselves,” said Helle Hammer, Chair of IUMI’s Policy Forum. “Mis and non-declaration of cargo has serious safety implications and is the root cause behind these tragic incidents. There is agreement among experts that the current means of controlling a fire in the cargo hold are of little effect. The safety objectives set out in SOLAS do not seem to be met, and in light of the various recent casualties the time for action is now.
    […]
    Our position paper recommends that firefighting systems should be arranged to segregate the ship into fire compartments where the fire can be isolated to prevent it from spreading,” says Hammer. “Onboard systems could then cool the containers and allow them to burn out in a controlled manner. Fixed monitors to adequately attack the fire and improved fire detection system are further measures proposed to allow for an appropriate response mechanism. Better prevention measures must also address the concerning rise in cargo misdeclaration. We are encouraged to see larger carriers already beginning to crack down on this problem.

  • Canonical Has a New Ubuntu Desktop Director
    https://www.omgubuntu.co.uk/2019/10/canonical-has-a-new-ubuntu-desktop-director

    Martin Wimpress, head of the Ubuntu MATE project, has been announced as Canonical’s new Ubuntu desktop director. He replaces Will Cooke in the role. This post, Canonical Has a New Ubuntu Desktop Director, was written by Joey Sneddon and first appeared on OMG! Ubuntu!.

  • Chili : « Le sang coule, où est la communauté internationale ? »
    https://www.bastamag.net/Chili-manifestation-repression-morts-violences-sexuelles-armee-Pinera-Pino

    Plus de 18 morts, 2000 arrestations, des abus sexuels commis lors des détentions arbitraires. Face à un mouvement social inédit contre un système néolibéral, le gouvernement a donné l’ordre aux forces armées d’assurer un couvre-feu. Une situation intolérable dénoncée par le politologue Pierre Lebret. La question que nous pouvons nous poser aujourd’hui c’est où se trouve la communauté internationale ? Devons-nous continuer à observer les images des chars de l’armée chilienne défiler à Santiago et contre son (...) #Débattre

    / #Amériques, Démocratie !, #Atteintes_aux_libertés, A la une

    #Démocratie_ !

  • Facebook isn’t taking political ads ’for the money,’ COO Sandberg says - CNET
    https://www.cnet.com/news/facebook-isnt-taking-political-ads-for-the-money-coo-sheryl-sandberg-says

    If all Facebook cared about was the money it makes from political advertising, the company wouldn’t be doing it, Chief Operating Officer Sheryl Sandberg said Tuesday. The social networking giant continues to answer questions about its decision to run political ads, including those with misleading information, without fact checking them. Instead, Facebook believes political ads are an important part of discourse.

    “It’s not for the money, let’s start there,” said Sandberg, speaking at Vanity Fair’s New Establishment Summit in Los Angeles. “This is a very small part of our revenue ... It’s very small, very small. And it is very controversial. We’re not doing this for the money.”

    “We take political ads because we really believe they are part of political discourse,” she added. “If you look at this over time, the people who have the most benefited from being able to run ads are people who are not covered by the media so they can’t get their message out.”

    Et une partie de l’interview plutôt problématique :

    Sandberg pushed back on the perception that Facebook was designed as an echo chamber to reinforce an individual user’s worldview. She said that 26% of the news that a user sees on the platform “will be from another point of view” on average. “It is unequivocally true that Facebook usage and uses of social media show you broader points of view, not narrower points of view,” she said.

    Comment connaissent-il ce pourcentage ? Est-ce volontaire (grave, isn’t it ?) ou par traçage ? Est-ce que chacun aurait ses préférences politiques stockées chez Facebook ? Etrange que cela passe inaperçu dans l’article.

    #Facebook #Publicité #Publicité_politique #Traçage_politique

  • Une série d’infographie sur la crise économique libanaise qui laissait prévoir l’éruption des protestations actuelle par
    Ahmad Barclay sur Twitter : “0/ (THREAD) What were the signs that #LebanonUprising #LebanonProtests was coming? For the past few years I’ve been producing #dataviz and #infographics with #Lebanon's executivemag. I thought it would be a good time to trawl through them for some of the highlights/lowlights...” / Twitter
    https://twitter.com/bothness/status/1186967874553954304
    1/ The Swap — A major manifestation of the foreign currency shortage in #Lebanon... Back in 2016
    @Banqueduliban
    (the Lebanese central bank) offered Lebanese commercial banks a profitable arrangement to exchange $billions of their foreign currency reserves for Lebanese Pounds.


    2/ Decline in the #RealEstate market — There’s been a steady downward trend in construction in #Lebanon since at least 2011 according to data from the Lebanese order of Engineers.

    3/ Growing fiscal #deficit — The gap between #Lebanese government revenues and expenditure is growing according to Ministry of Finance data... As a result total government #NationalDebt in #Lebanon stands today at around 150% of GDP.

    4/ Declining revenue as % of GDP — Weak economic growth and a burgeoning informal economy have seen the #Lebanese government struggle to sustain its sources of revenue.

    5/ Structural trade deficit — #Lebanon has been importing much more than it exports for years according to Lebanese Customs data... and exports have declined by 1/3 since 2012, reflecting the decline of industry in Lebanon in general.

    6/ Declining national wealth — According to analysis by
    @worldbankdata , #Lebanon's “national wealth” per capita (a measure that accounts for mineral, agricultural, financial and human “wealth”) has been on a downward trajectory since 1995.

    7/ Lack of meaningful electoral reform — This was our attempt to explain the electoral law for the 2018 #Lebanese elections. Suffice to say it was pretty f*cking complex, and the result was...

    8/ The same old people in charge — The balance of power in #Lebanon since the end of the civil war has essentially meant the same political parties (and same individuals) dividing the pie between themselves... The question is what happens next? #LebanonProtests #LebanonUprising

    #Liban

  • Guerre aux pauvres - Le Monolecte
    https://blog.monolecte.fr/2019/10/23/guerre-aux-pauvres

    D’aucuns prétendent que Macron et son administration n’aiment pas les pauvres.
    C’est totalement faux !
    J’en tiens pour preuve la constance avec laquelle l’équipe gouvernementale n’a eu de cesse d’en créer toujours plus, n’épargnant aucun effort pour agrandir au pas de charge le bataillon de surnuméraires sommés de passer d’une vie modeste à un mode « survie précaire perpétuelle » et sans espoir d’amélioration aucune.

    #guerre_aux_pauvres #RSA #chômage #pauvreté #exclusion

  • Numéro Zéro aka Odette Robert-Jean Eustache

    « J’ai appelé ce film "Numéro zéro" pour montrer que non seulement je partais à zéro, mais que je considérais qu’avant, en ce que j’avais fait, je m’étais trompé. » (Jean Eustache)

    En 1971, Jean Eustache eut l’idée de filmer sa grand-mère Odette Robert. Celle-ci lui raconte sa vie : sa jeunesse malheureuse, son mariage avec un homme cavaleur, la mort tragique de ses parents, de ses enfants.

    https://www.youtube.com/watch?v=03epCIDOiSk

  • Pourquoi nous ne voulons pas que Google nous paie pour référencer nos articles
    https://www.numerama.com/politique/563444-pourquoi-nous-le-voulons-pas-que-google-nous-paie-pour-referencer-n

    Nous ne voulons pas que Google nous paie pour enrichir les liens qu’il référence. Alors que les voix qui soutiennent cette redevance n’ont jamais été aussi fortes et médiatisées, Numerama a choisi d’expliquer les raisons pour lesquelles nous trouvons qu’elle est absurde. L’économie des médias est un sujet qui n’entre pas exactement dans notre ligne éditoriale. Par la force des choses, étant un média 100 % indépendant qui vit du web et rémunère 8 journalistes en CDI à temps plein, dans une entreprise qui en (...)

    #Google #GoogleSearch #algorithme #copyright

    //c1.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/10/numerama-google-news.jpg

  • MACHINATION MACHINIQUE

    L’ère informatique s’accomplit dans la société connectée, au temps dévastateur des ondes électromagnétiques.
Après les compteurs communicants, c’est la 5G qui sera la clé de cette smart city que les marchands mettent en place sur tout le territoire. Cette dictature technologique élimine l’humain visible de la prise de décision. Seuls les fabricants et les utilisateurs des machines, accompagnés de leurs programmeurs, détiennent l’emprise sur la pensée et le pouvoir sur les comportements. Ce pilotage centralisé automatisé du fonctionnement de l’entreprise-ville traite ses populations comme des marchandises à gérer, des stocks en flux tendus qu’il faut rentabiliser. L’humain est une erreur qu’il faut corriger, un ensemble de données statistiques qui en permet le contrôle par la machinerie générale.

    La ville, dite intelligente, supprime la liberté à une population entièrement soumise à la machinerie, supprimant le hasard, abolissant l’imprévu, détruisant toute initiative spontanée, bannissant toute personnalité non conforme. Les habitants deviennent les passagers de leur propre existence, les spectateurs des personnages qu’ils se jouent au cœur des représentations mises en scène par la machinerie des marchandises en spectacle. Avoir l’air d’être dans le coup pour se donner de grands airs dans l’air du temps. Toute communication se réduit ici à la consommation d’images de marque et de jeux de rôles où l’individu se consume comme sa propre représentation. Se marquer, se remarquer comme objet conforme, dans les étals de la concurrence des jeux d’apparence, s’afficher pour gagner à se vendre aux autres. (...)

    La robotisation de la société l’a transformé en un système machinique, un mécanisme à décerveler pour une productivité optimale et des affaires toujours plus bénéfiques. Ce sont des machines à gérer les gains de certains en faisant régner l’ordre nécessaire à cette rafle. Plus besoin de penser, un système intelligent tourne pour nous. L’intelligence paraît nous avoir été dérobée. Elle n’est pourtant pas quelque chose qui se possède, mais serait plutôt un processus que l’on se construit et qui nous construit. Elle se réalise par la curiosité et la volonté de comprendre, développant ainsi des capacités à avancer par soi-même, traçant le chemin personnalisé de notre compréhension. Par le doute et l’expérimentation, c’est une recherche permanente de ce qui convient le mieux à la viabilité de la situation présente. (...)

    Nous sommes libres de choisir des certitudes atrophiées et bien conformes, ou bien de nous construire par nous-mêmes, avec nos doutes, notre incrédulité critique et combative, une intelligence situationnelle en permanente reconstruction personnelle et collective.
    Le système machinique qui contrôle et dirige nos existences s’est accaparé l’intelligence de l’instant permanent. Cette intelligence artificielle n’est qu’un artifice d’intelligence conçu pour éblouir la crédibilité et mystifier la technologie dans des illusions d’apparences. Les individus formatés à suivre leurs programmes croient religieusement en l’intelligence de la machine. Cette simulation d’une intelligence informatisée autorise la gouvernance totalitaire par la programmation inconsciente des perceptions et de la compréhension. La dictature économique mondiale a maintenant comme instrument de sa domination une technologie informatique et robotique aliénante. (...)

    L’amalgame homme-machine n’est plus une vue de l’esprit, mais prend forme dans la mascarade transhumaniste. Cette mystification ne concerne que quelques fous déshumanisés qui croient que l’ordinateur est plus intelligent que l’homme. Le réel danger pour la vie c’est plutôt la robotisation des comportements et l’informatisation de la pensée de la plupart des individus, dépersonnalisés dans une normalité de la soumission.

    La pensée informatisée se réifie par respect du code, reproduction des modèles conçus par les directives du programmeur, soumissions aux conventions et procédures des applications. La logique binaire de la machine sépare et reproduit. Elle ne communique pas elle transfère des données séparées, elle ne choisit pas, elle conditionne des mises en relations selon sa programmation (computer/mettre ensemble). Ce découpage en petits morceaux dissocie les ensembles en éléments, dissèque à vif les relations, exclut tout ce qui relie à l’ensemble, élimine la compréhension générale, l’intelligence pertinente du moment.

    L’informatisation du monde c’est la destruction de la communication entre personnes, cet échange partagé où chacun accepte d’être modifié dans un copilotage à plusieurs. De la communication, l’informatique n’utilise que l’échange de données figées, supprimant des rapports tout ce qu’il y a d’interactif, de vivant et d’humain. (...)

    À l’ère informatique être en contact autorise à se croire réellement en relation, utiliser ses prothèses communicantes permet d’imaginer réussir à apparaître pour se faire voir. Se faire remarquer dans l’exubérance de Facebook réalise le film de son existence. Cette entreprise de représentation de sa vie s’expose comme une marchandise publicitaire dans les étalages des promotions à ne pas manquer.

    Notre monde se rétrécit dans l’artificialité de relations désynchronisées. Sous le bluff du « tout va bien », derrière la mascarade gémit le « mal à vivre » dans sa solitude profonde. La vie sociale se contracte et se rapetisse, elle se restreint trop souvent à de simples mises à jour compulsives des profils d’apparence, croyant ainsi exister vraiment dans les apparats du spectacle général. C’est dans la solitude, la crainte d’être abandonné et rejeté d’un monde merveilleux qui se mérite que se réalise le film magnifié de sa propre non-existence. Le handicap de la décorporéité intégrée produit un vide intérieur qui intoxique toutes nouvelles communications. 
Tout est à vendre parce que tous sont leurs propres publicitaires. Il s’agit de s’y montrer haut et fort comme une marque pour y être vu et s’y faire remarquer. Chacun devient le représentant de commerce de sa propre marque, et s’y vend comme une camelote de consommation rapide, noyé dans une profusion éphémère d’apparences sans fin. Cet automarketing mis en scène au quotidien n’est qu’une illusion de socialité, une escroquerie du programme.

    La confusion se propage dans le trouble du net. La connexion numérique restreint la communication. Se brancher aux machines nous éloigne un peu plus de possibles rapports réels, impliqués émotionnellement et physiquement. Nos prothèses communicantes nous représentent à l’écran loin de toute présence vivante partagée. C’est un outil de l’autorité dominante qui contrôle la non-communication, et inscrit ainsi l’ordinateur ordonnateur dans la dénaturation humaine. Cette incorporation de la machine à l’humain le mécanise par son adaptation volontaire. Ce procédé humanise les machines numériques en leur attribuant des propriétés propres à notre espèce. Le stockage des données est pris pour de la mémoire, et l’intelligence humaine se retrouve réduite à de simples opérations traitées par le programme informatique, qui se retrouve ainsi légitimé par le calcul binaire.
En faisant passer l’exécution d’un programme numérique pour des processus complexes d’interactions vivantes, le système d’exploitation impose l’esclavage technologique, la soumission aux machines de contrôles, effaçant le hasard de ses calculs, occultant la liberté de ses statistiques productivistes.

    Le cerveau électronique est une mystification. À chaque opération, le cerveau modifie ses règles de fonctionnement. L’expérience change sa biologie interne, incarnant son vécu, et modifie ses configurations, c’est ainsi qu’il apprend et évolue. Il fonctionne toujours comme un ensemble, une totalité qui s’autoconstruit, lui permettant de comprendre le fonctionnement global d’interrelations complexes. 
L’activité de l’ordinateur est programmée. Il suit toujours les directives de ses applications, exécute les procédures de son programme par petits bouts successifs, sans jamais rien changer à la structure matérielle de ses composants, ni réécrire librement sa propre programmation. C’est une machine qui reconstruit à chaque fois les mêmes certitudes immuables. C’est une machine qui numérise la vie et marchandise l’existence, c’est la technologie du capitalisme qui l’a créée pour gérer son contrôle sur la société des êtres vivants.

    Les processus complexes d’auto-organisation qu’inventent spontanément les phénomènes vivants ne se réduisent pas à des calculs sur des mesures. Les machines limitées à la reproduction de leurs programmes n’ont pas l’intelligence situationnelle globale pour comprendre les interactions complexes et hasardeuses du monde des vivants. 
Tout ce qui est géré par ces machines à certitudes, est vérifié par le calcul incontestable et pris pour une exactitude irréfutable dans la situation vécue. L’outil vénéré a son sujet-objet dans la pensée séparée de son vécu, produisant ainsi sa réalité objective certifiée exacte par les croyances projetées sur la machine. La foi en la technique numérique invente sa vérité créant sa réalité divinisée. Cette vénération dogmatique de la toute-puissance des nouvelles technologies est elle-même la vision du monde. À travers ce lavage numérique de cerveau, le monde apparaît ainsi.

    L’idéologie numérique cherche par tous les moyens à nous faire croire que la machine numérique fonctionne comme notre cerveau, réduit aux simples fonctions électriques de ses neurones. Ce tout neuronal est une approximation scientifique dépassée. Le fonctionnement des neurones est influencé et dépendant d’un second cerveau qui fonctionne sur le mode chimique. Plus lent que l’activité électrique, il agit plus globalement de façon coordonnée. Essentiel pour la plasticité neuronale, il permet des restructurations de configuration qui constituent des capacités d’apprentissage. Ainsi les capacités de ce double cerveau à réorganiser ses connexions, à évoluer en s’auto-organisant, seraient bien plus phénoménales qu’on ne l’imaginait, il y a seulement quelque temps.

    L’assimilation de l’ordinateur au cerveau est un grotesque mensonge, dont le seul but est l’asservissement de l’humain à la machine informatique, et sa soumission à une société technocratique surdéveloppée en un système robotisé. L’intelligence artificielle est une escroquerie de grande envergure, un artifice publicitaire inventée par les marchands de machines pour faire plus de profits, une machination idéologique pour rabaisser la réflexion humaine à une reproduction de procédures préfabriquées, assimilant les êtres vivants à des marchandises mécaniques programmées. L’informatisation précipitée a généré une soumission presque totale à l’ordre objectif du programme d’exploitation et de conditionnement.

    Des objets communicants envahissent notre espace vital. Tout va communiquer, surtout la délation et l’espionnage automatisé. Des paquets de données gigantesques sont récupérés, centralisés et traités dans un Big Data, puis revendus comme informations sur le marché. La société de profits devient elle-même communication numérique. 
Mais le numérique ne communique pas lui-même, et la communication humaine ne se réduit pas à un transfert de données, car c’est le modelage mutuel d’un monde commun conjugué par le langage qui engendre la vie de notre monde. L’intelligence n’est pas limitée à la faculté de résoudre un problème préconçu, mais plutôt la faculté de s’approprier un monde partagé en le rendant viable.

    La logique implacable du calcul oblige à réfléchir comme un calculateur, utilisant l’abstraction, la décomposition, une pensée de programmation respectant le code, soumis aux procédures machinique. Inéluctablement la pensée s’intoxique de numérique. L’informatisation de la pensée n’est pas une réalité sociale, mais bien l’expression de son absence, l’omission de la vie commune sous air conditionné, la soumission aveugle au programme. (...)

    Nos facultés de perception, de compréhension et de communication se sont faites, en grande partie, remplacer par un appareillage informatique et amputer de leur intelligence vivante. Ces prothèses affichent sur leurs écrans le simulacre d’une réalité représentée. Les porteurs de prothèses numériques se réduisent à des prothèses portées. Ils s’imaginent que s’ils ne sont pas intégrés au système ils seront désintégrés. Ces appareils connectés en permanence donnent l’impression à leurs utilisateurs d’avoir le monde entre les mains, alors qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils n’en ont qu’une apparence trompeuse et que le réel leur échappe totalement.
Ces prothèses dites communicantes ont remplacé la communication interactive imprévisible entre les hommes, éliminant les coopérations spontanées de la vie sociale. C’est ainsi que les connexions machiniques répandent sur leurs écrans l’absence de vie en devenant elles-mêmes cette société en représentation.

    Lukas Stella, 2019 (Extraits)
    --
    http://resistance-verte.over-blog.com/2019/10/halte-au-controle-numerique.html
    https://www.facebook.com/Halte-au-contr%C3%B4le-num%C3%A9rique-109600807128462
    HalteauControleNumerique@protonmail.com
    halteaucontrolenumerique@framalistes.org

  • Faites vos jeux !
    https://infokiosques.net/spip.php?article1704

    « Les liens entre capitalisme, production industrielle et maladies se manifestent partout, et pas seulement dans l’agriculture et la nourriture qu’elle produit. » Publié en septembre 2019 dans le bulletin anarchiste Avis de tempêtes, ce texte s’attaque à la question des pesticides, de leurs méfaits et de leurs responsables... F

    / #Sciences_et_technologies, Infokiosque fantôme (partout), Luttes paysannes, ruralité

    #Infokiosque_fantôme_partout_ #Luttes_paysannes,_ruralité
    https://avisdetempetes.noblogs.org/post/2019/09/15/avis-de-tempetes-21
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/faites-vos-jeux-cahier.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/faites-vos-jeux-pageparpage.pdf

  • LA PIAZZA SPIAZZATA
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=104&v=sP8ZBs8M15g

    Docu-film sul quartiere Cogne di Aosta diretto e prodotto da Enzo Parretta per l’Istruzione Adulti della Istituzione scolastica Eugenia Martinet di Aosta - durata 11’42" - Film premiato al concorso regionale «Valorizziamo il nostro futuro» - Interpreti: gli allievi dell’Istruzione Adulti che hanno conseguito il diploma di scuola secondaria di primo grado nell’anno scolastico 2018/2019.

    #aosta #italie #aoste #valledaoste #italie #quartier #doc #cogne

  • Jamil Mouawad sur Twitter : #LebanonProtests (THREAD) : On structures
    https://twitter.com/jamilmouawad/status/1186931794731585537

    #LebanonProtests (THREAD): On structures:
    (1) the most preoccupying question now is: what’s next? some argue for the need to establish structures that would eventually speak on behalf of the revolution; others say no one has the right to do so. Let the street decide.

    (2) the importance of structures goes beyond the centrality of the revolutionary moment; structures are way more important in the long run, because eventually they would play a major role in negotiating/claiming rights – whether transition is likely to happen or not;

    (3) already many professions are rediscovering their role - or are getting a boost for their previous efforts (uni. professors, independent judges, economists etc). This is GREAT!

    (4) resistance is seeing the light too. for instance, AUB students yesterday defied the decision of AUB president to call for resuming classes. They succeeded in doing so!

    (5) Media strictly focusing on personal grievances. Till now unlike the orchestrated role it previously played (2015) in giving the air to “social society activities” or “experts” – this time is different no voice is being given to these people.

    Potentially an attempt to contribute to weakening the movement and not consolidating its voice. They are not giving voice to dissent beyond individual grievances.

    (6) MOST important structures that we need at this stage are SAFETY NETS to defend individuals who joined the movement – specially in the regions – to prevent zu’ama and their clients from taking their revenge on them (through physical threat or social and economic exclusion).

  • Vague mondiale de colère - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/vague-mondiale-de-colere-12754

    Les peuples se soulèvent partout !

    Le ciel de la capitale chilienne est rouge : des bâtiments et des métros ont brulé toute la nuit. À Hong Kong, les barricades n’en finissent pas de barrer les rues de la métropole. À Barcelone, la police perd le contrôle. À Quito, le président de l’Équateur doit reculer, après avoir été chassé de la capitale par l’insurrection. Nous ne voyons quasiment que ça depuis plusieurs jours, de nos fils d’actualités jusqu’aux médias dominants. Les vidéos des différentes révoltes à travers le monde. Partout autour du globe, les populations se soulèvent contre leurs dirigeants, contre la corruption et l’injustice. Tour d’horizon :

    – Au CHILI, un mouvement insurrectionnel a lieu contre l’augmentation du prix des transports (déjà très cher), et plus globalement contre les mesures du gouvernement ultralibéral. Innombrables sabotages et incendies. L’État d’urgence est décrété : l’armée est dans les rues. Une première depuis la dictature. Mais le gouvernement tremble, et l’augmentation du ticket de métro a déjà été annulée.

    – En CATALOGNE, la colère est forte depuis le référendum pour l’indépendance écrasé par la répression espagnole. La condamnation d’indépendantistes à de lourdes peines de prison jette des centaines de milliers de personnes dans les rues. Barricades, incendies, affrontements très durs et blocages. Barcelone a vécu des nuits de feu. Des centaines de personnes ont été blessées ou arrêtées. Trois ont perdu un œil.