• Coronavirus : le confinement général entraîne une réduction considérable du bruit sismique
    https://trustmyscience.com/confinement-generale-entraine-reduction-considerable-bruit-sismique

    Des données montrant que les populations respectent le confinement

    Paula Koelemeijer a publié un graphique sur Twitter montrant comment le bruit dans l’ouest de Londres a été affecté, avec des baisses au cours de la période après la fermeture des écoles et des lieux sociaux au Royaume-Uni, et à nouveau après l’annonce du confinement. Celeste Labedz, géophysicienne au California Institute of Technology, a publié un graphique montrant une baisse particulièrement marquée à Los Angeles.

  • Billet d’humeur dég – Le tracking pour les nuls

    Le tracking. Ton téléphone portable devient shérif-adjoint ! Tracking : un mot entre traque et crack. Angoissant et hallucinant. Une façon, parait-il, de « mieux protéger ». Évidemment, il s’agit de « libérer les énergies sur les territoires » en rassurant ceux qui en ont encore (de l’énergie). En effet c’est déjà assez compliqué d’obéir aux consignes du gouvernement et de rester confiné tout en allant au travail. Alors, si en plus on croise des malades sans le savoir ! Et si on doit travailler avec des gens malades sans en être informé ! Brrrrr…

    Donc le tracking, une solution simple, tellement simple que même Castaner a compris. Et il se propose de l’appliquer. Il dit : « on y réfléchit ». Ca prouve qu’il le peut, donc c’est rassurant. Descartes y trouve son compte : « je réfléchi, donc je suis ». Castaner a une preuve de sa propre existence ailleurs que dans le regard excédé et navré du Président de la République. Mais disons que ce n’est pas vraiment rassurant : réfléchir avec le préfet Lallement et Nicole Belloubet, est-ce encore penser ? Ca va être un problème. Ni l’un ni l’autre n’aime la liberté des gens c’est évident. Tout ce qui en réduit l’exercice les réjouit et justifie leur raison d’être en poste. Mais l’un et l’autre pourront-ils alerter à temps Castaner ? Alerte Casta ! Le tracking ne sert strictement à rien du point de vue de la lutte contre le coronavirus. Pour que ça marche, il faudrait savoir qui est contaminé et qui ne l’est pas. Comment serait-ce possible puisque tout le monde n’est pas testé ? Il faudrait que tout le monde ait un téléphone portable. Il faudrait habiter tous dans les zones couvertes par le réseau. Rien de tout cela n’existe en France.

    Là-dessus arrive un nigaud : « Il n’y a qu’a prendre les volontaires ». Ouh là là c’est grave ! Les volontaires ? Et tu leur donnes quoi en échange ? Un test pour vérifier s’ils sont contaminés ? Une place garantie à l’hôpital en réanimation quel que soit leur âge ? Et puis d’abord j’ai pas compris : quel est l’intérêt de suivre à la trace un gars qui est d’accord pour ça ? On ne peut pas lui demander de rester chez lui ? Ce n’est pas plus simple comme volontariat ? Pendant mes explications, le préfet Lallement sourit. Ça me fait peur ! Je l’entend penser et je vois des phylactères sortir de sa grosse casquette avec des émoticônes effrayants genre diable grimaçant 😈. Ce gars en sait long. Le tracking c’était son rêve à Noël et il a dû se contenter d’avoir une panoplie de Dracula 🧛🏻‍♂️.

    Le tracking, faut-il rappeler d’abord en quoi cela consiste dans les pays où c’est appliqué ? En examinant ces cas, on comprend ce qu’est le monde dont rêvent Castaner et Lallement. À Singapour, l’Etat et la police ont accès aux données de localisation des smartphones. Mais aussi aux données bancaires et aux éléments extractibles des caméra de vidéosurveillance. Les cas suspects doivent envoyer plusieurs fois par jour leurs coordonnées GPS. S’ils ne le font pas, leur passeport est confisqué. Il faut croire que ce n’est pas si payant que ça puisque malgré cette méthode, Singapour a été obligé de passer en confinement généralisé début avril.

    Un autre exemple est cité souvent. Celui de la Corée du Sud. Les données de géolocalisation en temps réel des personnes testées positives sont accessibles à tous ! Cela semble logique dans presque tous les cerveaux malades. L’idée c’est que de cette façon, tout le monde peut se protéger en surveillant les déplacements des contaminés. On devine ce que ce contrôle mutuel généralisé a de totalitaire et d’humiliant. Du coup, une étude a montré que les Sud-Coréens avaient davantage peur de la stigmatisation sociale liée au virus que du virus lui-même.

    Autre exemple, Taïwan. Le téléphone de tout cas suspect transmet en temps réel les données de géolocalisation à la police ! Celle-ci peut donc à tout moment permettre ou interdire ceci ou cela à l’intéressé. D’ailleurs la police intervient si la personne éteint son téléphone ou le met en « mode avion » ! Ce n’est pas tout. La police peut appeler la personne deux fois par jour sur son téléphone pour vérifier qu’elle est bien au même endroit !

    Deux fois par jour le préfet Lallement au téléphone ! Lallement : « Allo ! c’est le préfet Lallement. Les mains en l’air ! ». Castaner :« Parlez devant le micro et dites nous pourquoi vous venez de sortir dans votre jardin ». Lallement : « J’ai dit les mains en l’air, première sommation : feu ! ». Castaner : « Il n’y a pas de “méémééé” qui tienne ! Répondez à la question ! Quoi ? Non, non, vous venez de perdre un œil ? Être alors n’avez pas besoin de vos deux yeux pour répondre ! ». Lallement « Quoi ? Quoi ? Outrage ! Outrage ! ». Belloubet : « Comparution immédiate par internet. Vous plaidez coupable pour être tranquille plus vite ? Non ? Comment non ? Rebellion ! Allez zou en détention provisoire prolongée ». « Allo, allo, c’est Construirama, le meilleur ami des jardiniers. Nos méta-données nous révèlent que vous avez un jardin et que vous n’y voyez plus clair depuis une bonne demie heure, vous êtes intéressé par une tondeuse automatique ? Quoi ? Comment ça c’est pas vous. Comment ça c’est le téléphone du papé et vous l’avez juste ramassé par terre au chevet de son lit ? ».

    Le tracking, quelle aventure.

    https://melenchon.fr/2020/04/07/billet-dhumeur-deg-le-tracking-pour-les-nuls

  • Journal d’une quarantaine : lundi 6 avril 2020
    http://onpk.net/index.php/2020/04/07/780-journal-dune-quarantaine-lundi-6-avril-2020

    En rangeant sa maison, ma mère a retrouvé des fils à broder et des bracelets brésiliens. Ceux-là même que nous n’avions jamais terminé avec mon frère et mes soeurs. Ils ont fait un aller simple jusque chez nous via la Poste. Madeleine n’a pas trop aimé mon choix de l’époque : visiblement...

    #Quarantaine_2020

  • All migrants in Serbia quarantined, authorities confirm

    http://rs.n1info.com/English/NEWS/a585590/All-migrants-in-Serbia-quarantined-authorities-confirm.html

    All migrants, who were on Serbia’s territory at the moment when the authorities declared the state of emergency over the coronavirus pandemic, have been put into the centres secured by the Army of Serbia, the Commissariat for Refugees and Migrations said on Saturday.

    Some 8,700 migrants are currently accommodated in the migrant camps across Serbia, according to the Commissariat, and they were practically placed into a full quarantine due to the coronavirus outbreak. The entry is not allowed either.

    The Commissariat said it was necessary to clarify this information after the allegations that migrants are being brought to Serbia overnight and that they are settling down in the country.

    The videos that appeared on social networks, showing the migrants being accommodated in the centres, are old recordings, said the Commissariat.

    #Covid-19 #Migration #Migrant #Balkans #Serbie #Camp #Quarantaine #Armée #KIRS

  • What would a GNOME tablet look like? These new mockups give us a clue…
    https://www.omgubuntu.co.uk/2020/04/gnome-mobile-convergence-concept

    What would a GNOME tablet user experience look like? These mockups from GNOME designer Tobias Bernard give us a pretty good idea. This post, What would a GNOME tablet look like? These new mockups give us a clue… is from OMG! Ubuntu!. Do not reproduce elsewhere without permission.

  • Verbot von Kurzreisen über Ostern | Telepolis
    https://www.heise.de/tp/features/Verbot-von-Kurzreisen-ueber-Ostern-4698655.html?seite=all

    In zahlreichen Landesregelungen sind Ausnahmen für den persönlichen Bereich vorgesehen, zum Beispiel für Besuche von Ehe- und Lebenspartnern sowie für Besuche von Trennungskindern bei Familienmitgliedern. Zumindest teilweise sind wohl auch Besuche zwischen Verwandten gerader Linie (also Eltern, Kinder, Großeltern etc.) zulässig.
    ...
    Was bedeutet das nun konkret? Müssen sich Bürger nun an die Ansage der Kanzlerin halten oder nicht?
    David Jungbluth: Es gilt nach meiner Einschätzung nach wie vor Landesrecht, und die getroffenen Anordnungen sind daher auch grundsätzlich von den Ländern auszuführen. Das ist nicht nur eine Frage der konsequenten Anwendung des föderalistischen Prinzips, sondern ergibt sich eindeutig schon aus Art. 30 GG, wonach die Ausübung der staatlichen Befugnisse und die Erfüllung der staatlichen Aufgaben Sache der Länder ist, soweit das Grundgesetz keine andere Regelung trifft oder zulässt.
    Wir haben es also offensichtlich mit dem Novum einer Lex Merkel in Sachen „Osterreisen“ zu tun, wenn die Bundeskanzlerin in ihrer Ansprache den Ländern in deren Kompetenz - übergriffig und grundgesetzwidrig - hineinredet. Frau Merkel hat daher, jedenfalls solange der Bund in diesem Kontext nicht eigene Rechtsverordnungen erlässt, in ihrer Funktion als Bundeskanzlerin, hier nichts zu melden, was ich explizit in meiner Funktion als Rechtsanwalt und damit als Organ der Rechtspflege, feststelle.
    ...
    Wenn ich mal hier den ersten Abschnitt des Grundgesetzes „Grundrechte“, also die Art. 1 bis 19 durchgehe, ist schon bemerkenswert, wie viele von diesen auf einmal, oftmals erheblich, betroffen sind. Man kann hier ganz einfach chronologisch vorgehen:
    – Art. 2 Abs. 1 GG - Recht auf freie Entfaltung der Persönlichkeit,
    – Art. 2 Abs. 2 S. 1 Var. 1 - Recht auf Leben (soweit durch die getroffenen Maßnahmen lebensbedrohliche Zustände anderer Art, also nicht durch das Virus, eintreten sollten),
    – Art. 2 Abs. 2 S. 1 Var. 2 - Recht auf körperliche Unversehrtheit,
    – Art. 3 Abs.1 GG - allgemeiner Gleichheitssatz (beispielsweise durch die unterschiedliche Behandlung von Berufsgruppen im Hinblick auf die Schließung von Läden),
    – Art. 4 Abs. 1 und 2 - Glaubens-, Gewissens- und Bekenntnisfreiheit,
    – Art. 5 Abs. 1 S. 1 Var. 1 GG - Recht der freien Meinungsäußerung,
    – Art. 5 Abs. 1 S. 1 Var. 2 GG - Informationsfreiheit,
    – Art. 5 Abs. 1 S. 2 Var. 1 - Pressefreiheit,
    – Art. 5 Abs. 1 S. 2 Var. 2 - Rundfunkfreiheit,
    – Art. 5 Abs. 1 S. 2 Var. 3 - Filmfreiheit
    und gegen das Zensurverbot des Art. 5 Abs. 1 S. 3 GG wird nach meiner Einschätzung zudem, zumindest mittelbar, durch die bereits benannte Sperrung von You-Tube- Kanälen verstoßen
    Ich könnte jetzt hier beliebig fortsetzen, erspare uns das aber. Ohne es jetzt genau geprüft zu haben, schätze ich, dass circa 95 bis 98 Prozent der im Grundrechtskatalog enthaltenen Grundrechte durch die Maßnahmen, teilweise fast bis in den Kernbereich, eingeschränkt sind.
    Die Menschenwürdegarantie des Art. 1 Abs.1 GG habe ich bei dieser Aufzählung übrigens zunächst bewusst außen vorgelassen. Es ist aber auch hier die Frage zu stellen, ob diese nicht beispielsweise tangiert ist, wenn die Menschen unter Androhung von Bußgeldern, wenn nicht gar Strafen, dazu angehalten werden, zu Hause mehr oder weniger hoffnungslos beziehungsweise ohne jegliche klare Perspektive vor sich hin zu vegetieren.

    @nepthys

  • Germany Launches Smartwatch App to Monitor Coronavirus Spread - The New York Times
    https://www.nytimes.com/reuters/2020/04/07/technology/07reuters-health-coronavirus-germany-tech.html

    The Corona Data Donation app, available for download in the Google Play Store and Apple App Store, is voluntary and data would be processed anonymously. To register, users should enter their postcode, age, sex, height and weight.

    Data shared by their connected devices would be monitored on an ongoing basis, with telltale readings such as a high temperature or disturbed sleep indicating whether an individual may have come down with COVID-19.

    Project leader Dirk Brockmann said he hoped 100,000 people - or 10% of Germany’s smartwatch and fitness tracker users - would sign up.

    Dirk Brockmann est un des chercheurs que je suis depuis longtemps, j’aime beaucoup son travail. Cf. par exemple https://visionscarto.net/visualiser-les-reseaux

  • Sogni D’Oro
    Nanni Moretti — 1981
    ARTE — Disponible du 01/04/2020 au 30/09/2020
    https://www.arte.tv/fr/videos/001738-000-A/sogni-d-oro

    Un réalisateur aigri, dont les films incarnent le nouveau cinéma italien pour certains et manquent le public pour d’autres, a des problèmes avec son nouveau film.

    “““““““““““““““““““““““““““““"
    Bianca
    Nanni Moretti — 1983
    ARTE — Disponible du 01/04/2020 au 30/09/2020
    https://www.arte.tv/fr/videos/095325-000-A/bianca

    Michele, professeur vient d’être muté dans un lycée aux méthodes d’enseignement alternatives. Son passe-temps favori est d’observer la vie des gens.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Habemus papam
    Nanni Moretti — 2011
    ARTE — Disponible du 06/04/2020 au 19/04/2020
    https://www.arte.tv/fr/videos/065264-000-A/habemus-papam

    À la mort du pape, le conclave se réunit pour désigner son successeur. Alors qu’aucun des favoris ne parvient à se détacher, c’est le Français Melville qui finit par s’imposer.

  • Coronavirus : de sombres prévisions pour la mortalité en Europe
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/07/coronavirus-de-sombres-previsions-pour-la-mortalite-en-europe_6035882_3244.h


    Dans le parking d’un salon funéraire, à Montcada i Reixac (près de Barcelone), vendredi 3 avril. PAU BARRENA / AFP

    Des modélisations de chercheurs américains prévoient un bilan final de plus de 150 000 morts dans cette région du monde, dont 15 000 en France.

    L’Italie et l’Espagne ont passé le pic de leur épidémie de Covid-19 et pourraient, au bout du compte, avoir chacune un total d’environ 20 000 morts. Le Royaume-Uni n’en est pas encore là et devrait être le pays où le nombre cumulé de 66 000 décès dus au SARS-CoV-2 serait de loin le plus élevé dans l’Espace économique européen. Cette zone de 30 pays totaliserait plus de 150 000 morts, soit près du double du nombre de décès prédits aux Etats-Unis. La France est en train d’atteindre l’apogée du nombre d’infections et pourrait déplorer un bilan dépassant légèrement 15 000 décès.

    Telles sont quelques-unes des conclusions auxquelles sont parvenus les chercheurs de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (Institut de métrologie médicale et d’évaluation, université de Washington, Seattle). Ils les présentent pays par pays sur leur site, mardi 7 avril. Bien entendu, comme toute modélisation et prédiction, elles comportent une part d’incertitude.

    #paywall

  • En causant déconfinement, vous avez vu les dates annoncées par l’Autriche ?
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/lautriche-a-deja-fixe-son-calendrier-pour-sortir-du-confinement_fr_5e

    – réouverture des petits commerces le 14 avril,
    – masques obligatoires
    – déplacements personnels toujours limités jusqu’à fin avril,
    – tous les magasins début mai,
    – restaurants mi-mai,
    – écoles mi-mai,
    – aucunes manifestations culturelles avant juillet,
    – enseignement supérieur fermé jusqu’à la fin de l’année universitaire.

    Et ça, c’est dans un pays où il n’y a eu que 243 morts (la France est à plus de 10.000), et où le pic des contaminations quotidiennes a été passé il y 11 jours, avec désormais un rythme largement inférieur au tiers de ce pic.

    Je ne sais pas quand on va être déconfinés en France, mais va pas falloir être trop pressés…

  • Renaud de Bellefon ne veut plus présenter son attestation de circulation (Patrick Sacristan, La Semaine des Pyrénées, 31.03.20)
    https://www.lasemainedespyrenees.fr/2020/03/31/bigorre-renaud-de-bellefon-ne-veut-plus-presenter-son-attestati

    N’abandonnons pas notre #dignité dans une attestation de circulation
    – parce que notre parole a autant de valeur que notre stylo ;
    – parce que nous imposer à chaque #contrôle de présenter un papier qui ne dit rien d’autre que ce que nous pouvons déclarer oralement ;
    – parce que ce contrôle tatillon nie notre responsabilité et notre sens de l’intérêt commun ;
    – parce que la rédaction quotidienne, ou presque, de cette attestation normalise à terme un contrôle permanent ;
    – parce que présenter systématiquement ce document aux forces de l’ordre nous fait incorporer ce geste, tend à en faire une habitude ;
    – parce que l’absence, l’oubli de ce document ne peut pas faire de nous un délinquant (la ministre de la justice ne voulait-elle pas que la non-présentation de l’attestation soit justement un délit ?) ;
    – parce que stigmatiser une partie des citoyens, c’est instaurer la suspicion généralisée ;
    – parce que créer des boucs-émissaires, mauvais Français qui sortent sans raison, c’est détourner des vraies responsabilités, des manquements du gouvernement dans cette crise ;
    – parce que cette obligation va à l’encontre des demandes de plus de transparence, de démocratie qui montent dans la société ;
    – parce qu’instaurer un Etat policier n’incite pas à la responsabilisation mais à l’évitement, au « jeu » du chat et de la souris, aux réactions mesquines et individualistes ;
    – parce que la normalité de demain qui nous est proposée, et imposée désormais – un monde policier et de contrôle encore plus quotidien – n’est pas celle que nous espérons ;
    – parce qu’accepter de se soumettre, c’est cautionner un autoritarisme aveugle, et les dérives usurpant nos codes de valeurs ;
    – parce que c’est une manière de dire que nous refusons la soumission, la servitude volontaire, et de le dire en acte, de prendre conscience et refuser d’être la grenouille dans l’eau qui chauffe ;
    – parce que ce refus participe à l’ébauche d’une autre normalité demain, une normalité d’après la crise ;
    – parce qu’aussi il y a aujourd’hui de nombreuses personnes, notamment parmi les populations les plus en difficulté déjà, qui sont devenues des délinquantes pour rien ;
    – parce que refuser de présenter une attestation n’est pas refuser un confinement responsable ;

    Refusons en nombre, au moins une fois, de présenter l’attestation de circulation.

  • Travail des enfants sur les plantations de cacao : deux décennies de perdues
    https://www.publiceye.ch/fr/thematiques/chocolat/travail-des-enfants-cacao-deux-decennies-de-perdues?pk_campaign=20200407_N

    L’industrie souligne volontiers que le #travail_des_enfants dans le secteur du #cacao #ouest-africain prend ses racines dans la #pauvreté de cette région, ce qu’on ne peut nier. Mais l’une des principales causes de cette pauvreté réside dans l’absence de revenu vital : la vaste majorité des quelque deux millions de cacaoculteurs en #Afrique_de_l’Ouest ne gagnent pas suffisamment pour vivre dans la dignité. C’est une réalité que plus personne ne conteste aujourd’hui, même dans les milieux politiques et économiques. Toutefois, l’industrie mentionne rarement le fait que les revenus des familles d’agriculteurs dépendent en premier lieu du prix d’achat que les négociants et les transformateurs de cacao leur paient pour les fèves.

    #exploitation #esclavage #chocolat

  • Chloroquine : pourquoi le passé de Didier Raoult joue contre lui | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070420/chloroquine-pourquoi-le-passe-de-didier-raoult-joue-contre-lui?onglet=full

    La chloroquine sera (ou pas) la solution miracle au Covid-19. En attendant d’en avoir la confirmation (ou l’infirmation), Mediapart a voulu comprendre la défiance du monde médical et scientifique à l’égard de Didier Raoult, son principal promoteur. Nos recherches nous ont permis de découvrir des rapports et des témoins qui pointent des résultats scientifiques biaisés et des financements opaques.

    #Science #Conflits_intérêt #Pharmacie #Big_pharma

  • Petit traité de confinement à l’usage des réfractaires (de Belgique et d’ailleurs) → Gwenaël Breës

    Vu de #Bruxelles, le récit de trois semaines où nos vies ont basculé dans une hallucination collective, dans les prémisses d’une société de la « distanciation sociale ». Trois semaines entre « pouvoirs spéciaux », impréparation et gestion criminelle de la crise sanitaire, au bout desquelles la colère, elle aussi, pourrait devenir virale.

    Une « guerre » capable de provoquer la fermeture des frontières, l’effacement des parlements, l’installation de mesures d’« exception » (dont certains ont immédiatement œuvré pour obtenir la « prolongation illimitée », à l’instar du Premier ministre hongrois)... et qui avait même réussi à doter la Belgique d’un gouvernement après 10 mois d’affaires courantes et de négociations politiques infructueuses ! Certes provisoire, ce « gouvernement Corona » relevait d’une quasi union nationale qui l’avait doté des « pouvoirs spéciaux ». Il avait le soutien d’un très large éventail de forces politiques, à quelques exceptions près dont celle des partis nationalistes flamands (les plus importants du pays en nombre de voix), qui avaient préféré rester en embuscade. Le gouvernement soignait sa communication et avait d’emblée porté au pinacle le personnel soignant, à qui il offrait en guise de gage de confiance une équipe ministérielle composée de professionnels de la « restructuration » des soins de santé. À sa tête : la première femme Première ministre du pays, dont le caractère calme et rassurant plaisait à une partie de la population, même si elle justifiait les coupes draconiennes dans le domaine de la Santé (902 millions d’euros !), lorsqu’elle occupait auparavant le poste de Ministre du Budget, en évoquant le « manque d’efficience » et la « surcapacité dans l’offre » des hôpitaux… Et au poste clef de la Santé : la ministre qui s’employait depuis six ans, avec une dévotion presque touchante, à réaliser méthodiquement « des réformes et des économies, non pas à la hache, mais au scalpel fin » pour « contribuer à l’équilibre budgétaire. » Celle-là même qui déclarait il y a quelques années que « Si les infirmières se plaignent, c’est qu’elles ont du temps libre. » .

    https://blogs.mediapart.fr/le-moral-necessaire/blog/060420/petit-traite-de-confinement-l-usage-des-refractaires-de-belgique-et-

    • Après deux semaines de confinement, et à une semaine de l’expiration de la première échéance, le gouvernement a annoncé devoir en « prolonger » le terme de deux, voire de quatre autres semaines (même si personne n’était dupe de cette échéance : le confinement a duré deux mois dans certaines villes chinoises, et il risque de s’éterniser plus longtemps encore dans certaines parties de l’Italie...). Mais désormais, les règles seraient « appliquées plus strictement » car elles n’avaient « pas été suffisamment respectées ». Agissant comme si la létalité de l’épidémie était en partie imputable à l’incivisme de la population et à son trop grand besoin d’air frais, nos autorités se sont dotées de lois permettant d’infliger des peines allant jusqu’à six mois de prison pour « mise en danger d’autrui » - et on a assisté au retour décomplexé de la délation, notamment sur les réseaux sociaux... Des mesures qui laissent songeur, quand on apprend qu’en Suède, par exemple, le confinement a été basé sur l’information et la recommandation plutôt que sur la contrainte et la répression...

    • Au terme de trois semaines de confinement, alors que le « Financial Times » prend en « exemple » la gestion belge de la crise (!), des velléités de grèves surgissent de partout... Parmi les éboueurs de la région bruxelloise, qui dénoncent l’absence de mesures de sécurité, la pression de travail croissante et le manque de respect de leur direction. Parmi les travailleurs des supermarchés, qui déplorent leur deuxième victime du Covid-19, même sentiment de mépris et de mise en danger : des actions de débrayage sont menées dans certaines grandes surfaces. Parmi les médecins généralistes, furieux de la gestion de l’épidémie par les autorités, qui dénoncent l’absence de « réponse claire et transparente sur les moyens de protections ». Parmi les hôpitaux, où neuf établissements publics et privés bruxellois évoquent d’une même voix la possibilité d’un débrayage du personnel, tant ils sont excédés de travailler « avec des moyens qui ne sont pas dignes de ce siècle », de se sentir méprisés eux aussi par un gouvernement qui leur délivre les stocks de matériel au compte-goutte, à force de formulaires administratifs à remplir tous les trois jours... en ce compris médicaments, blouses et seringues qui viennent à manquer ! Des menaces de grève surgissent même au sein de la police : censée « accompagner la population » dans l’application des injonctions contradictoires du gouvernement, celle-ci se plaint de subir en retour « une augmentation des actes hostiles envers les agents ». Et du côté des familles de personnes contaminées, certaines menacent de plaintes en justice pour obtenir un lit en soins intensifs. Il n’y a pas que la maladie qui est virale, la colère aussi.

    • Au terme de trois semaines de confinement, nous avons déjà un avant-goût prononcé de ce que la société de la distanciation nous réserve. Les problématiques de « l’après » sont en germe dans celles d’aujourd’hui. Elles nous confrontent parfois à des contradictions difficiles, dont l’une s’immisce au cœur même de nos revendications actuelles. Car, si l’on en revient au dépistage massif, pierre angulaire d’une approche de la pandémie qui éviterait le confinement massif de la population, il nous mène directement à des dispositifs renforcés de contrôle des individus. En effet, les pays qui sont pris en exemple pour avoir circonscrit la propagation du virus en procédant au dépistage massif (Corée du Sud, Singapour, Taiwan...) ont eu recours corollairement à des techniques de géo-localisation, de traçage technologique des malades et des personnes susceptibles d’avoir été en contact avec eux. (..)
      Le dilemme est cornélien, voire orwellien, tant il paraît être sans issue pour nos libertés, déjà fort étriquées avant la crise. Car on devine sans peine dans quel sens les États et le marché voudront orienter le curseur entre liberté et sécurité sanitaire. Sous couvert d’état d’urgence sanitaire, ils tenteront de maintenir les mesures « provisoires » récemment mises en place, comme ils l’ont fait en d’autres temps après les attentats. Ils verront dans la « distanciation sociale » une formidable opportunité d’accélérer l’avènement du tout-numérique, de restreindre durablement la possibilité de se rassembler (manifestations politiques, espaces publics, lieux publics), d’adapter la « gouvernance » et la consommation à des comportements sociaux basés sur la peur et l’individualisme qu’ils pensent déjà ancrés en nous.(...)

      À nous de démentir ce scénario en retrouvant le plus vite possible la possibilité de nous rassembler, de nous embrasser, de nous serrer dans les bras. En sélectionnant les savoirs et les expertises qui nous permettront de nous adapter sans tomber dans la peur et la paranoïa. En cultivant la prudence, le soin, le renforcement de notre immunité. En instaurant des rapports sociaux peut-être plus distants, mais qui ne passeront ni par l’accumulation frénétique de produits de base, ni par l’évitement du regard des autres. Et puis, en retournant à la figure de tous ceux qui ont réellement « mis en danger la vie d’autrui » l’abjection qu’ils nous inspirent. En envoyant balader leur monde agonisant, avec autant de force qu’ils n’ont d’indécence, d’incompétence, de vénalité. Il faudra trouver par quels bouts attraper le monstre, tentaculaire, et le faire vaciller. Et ce ne sera assurément pas « au scalpel fin » qu’il faudra s’y prendre…

    • le renforcement de notre immunité

      j’ai vu passé ça :

      https://youtu.be/p-UjZqumT-w

      j’adore l’exercice, tout types d’exercices, et sûr que même jouer au ping pong ça fait du bien, mais j’ai un doute sur cette idée qu’on puisse renforcer son immunité autrement qu’en chopant des saloperies, auxquelles on survit, ou pas... Je ne vois donc pas trop ce que ça veut dire, de renforcer son immunité et surtout comment le faire...

  • En Californie, le confinement avive les inégalités sociales
    https://www.les-crises.fr/en-californie-le-confinement-avive-les-inegalites-sociales

    Source : Le Monde, 20-03-2020 L’Etat, siège de la riche et puissante Silicon Valley, a été l’un des premiers aux Etats-Unis à adopter des mesures restrictives sur le modèle européen. Pour lutter contre le coronavirus et la pandémie de Covid-19, la Californie, l’un des plus riches Etats américains, s’est réveillée confinée, vendredi 20 mars, après la mise en place d’une interdiction générale de sortir sur le modèle de ce qui a été fait en Italie ou en France. Ecoles, magasins non essentiels, restaurants et cafés sont désormais fermés dans tout l’Etat, alors que certains comtés avaient déjà pris des mesures similaires en ordre dispersé ces derniers jours.

    Au cœur de la Silicon Valley, à Palo Alto (où siège Facebook) ou Mountain View (où siège Google), la plupart des grandes sociétés d’Internet avaient déjà mis en (...)