• – Le long combat contre l’exploitation sexuelle : perspectives historiques sur le « Modèle Nordique | « 
    https://ressourcesprostitution.wordpress.com/2015/05/18/le-long-combat-contre-lexploitation-sexuelle-persp

    La loi suédoise met l’accent sur les hommes responsables de la prostitution et du trafic. Des études ont montré que ces hommes sont le plus souvent mariés ou en concubinage. Ils comprennent que la prostitution est destructrice et connaissent la réalité derrière les mythes « glamour ». D’après le rapport Deconstructing The Demand, la plupart adhèrent à tous les mythes sur le viol. 66% comprennent que les femmes se prostituent par misère économique, 57% pensent que la majorité ont été victimes d’abus graves. La moitié sait que les femmes souffrent physiquement et psychologiquement de la prostitution, et beaucoup sont également conscients que la femme qu’ils achètent a été victime de la traite.[20]

    Ces hommes ont souvent 45 à 60 ans, plus âgés que les clients des pays légalisateurs –dans ces pays, les hommes plus jeunes ont recours à la prostitution comme un rite masculin. Ils ont un très bon niveau social et professionnel. Un homme sur deux est marié ou dans une relation hétérosexuelle. Ils réclament constamment des nouvelles « filles », et veulent reproduire les actes violents de la pornographie (70%)[21] que leur partenaire leur refuse.

    Ces hommes sont paniqués par l’arrestation : réactions extrêmes, évanouissements, fuites urinaires, panique pour leur avenir et menaces de suicide. Beaucoup prétendent que c’est la première fois, ce qui est contredit par les écoutes de la police. Aucun – selon les observations des personnes contactées[22]– ne montre de compassion ou de regret par rapport au fait d’avoir acheté une personne vulnérable et lui avoir imposé un rapport sexuel. La Suède a compris que l’homme qui achète du sexe est un homme ordinaire et n’ayant aucune difficulté sociale – bien au contraire.