• Bernie Sanders says won’t attend AIPAC confab that ‘gives platform to bigotry’
    ‘The Israeli people have the right to live in peace and security. So do the Palestinian people,’ Democratic presidential candidate says on Twitter
    Amir Tibon Washington – Feb 24, 2020 4:58 AM
    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-bernie-sanders-says-won-t-attend-aipac-confab-that-gives-platform-

    WASHINGTON – Senator Bernie Sanders, the current front-runner in the Democratic primary, announced Sunday that he won’t be attending the annual AIPAC conference next week.

    He accused the group of giving a platform to “leaders who express bigotry and oppose basic rights” for the Palestinian people. (...)

    #Bernie_Sanders

    • Bernie Sanders ne participera pas à la prochaine conférence de l’AIPAC
      https://www.i24news.tv/fr/actu/international/ameriques/1582528301-bernie-sanders-ne-participera-pas-a-la-prochaine-conference-de-l-
      24 février 2020 à 08:12 - dernière modification 24 février 2020 à 16:56

      « Le peuple israélien a le droit de vivre en paix et en sécurité. Le peuple palestinien aussi »

      Le candidat démocrate Bernie Sanders a déclaré dimanche qu’il ne participera pas à la prochaine conférence de l’AIPAC, qui selon lui, offre une plate-forme aux dirigeants qui « s’opposent aux droits fondamentaux des Palestiniens ».

      « Le peuple israélien a le droit de vivre en paix et en sécurité. Le peuple palestinien aussi », a tweeté Sanders. « Je reste préoccupé par la plate-forme que l’AIPAC offre aux dirigeants qui exprime le fanatisme et s’opposent aux droits fondamentaux des Palestiniens. Pour cette raison, je ne participerai pas à leur conférence », a-t-il ajouté.

      « En tant que président, je soutiendrai les droits des Israéliens et des Palestiniens et ferai tout mon possible pour apporter la paix et la sécurité dans la région », a poursuivi Sanders.

  • Sources: US-proposed GERD deal sets Ethiopia water release at 37 bcm, major disputes remain | | Mada Masr
    https://madamasr.com/en/2020/02/17/feature/politics/sources-us-proposed-gerd-deal-sets-ethiopia-water-release-at-37-bcm-major-

    A draft agreement prepared by the United States and the World Bank regarding the construction and filling of the Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) is expected to be sent to Egypt, Ethiopia and Sudan on Monday, according to a source in an international development organization close to the talks. The three sides will have around three days to review the terms and send their comments back to US officials, the source says.

    The source, who spoke to Mada Masr on condition of anonymity, says that the US-prepared proposal aims to bridge disputes over a number of key issues, including the annual release of water from the Blue Nile through the dam to the downstream countries of Sudan and Egypt, the latter of which has repeatedly expressed concern over water shortages that would result from the dam’s construction.

  • Journalist Abby Martin Sues State of Georgia Over Law Requiring Pledge of Allegiance to Israel
    https://www.mintpressnews.com/abby-martin-lawsuit-state-georgia-over-bds-law/264798

    After refusing to sign a pledge of allegiance to the state of Israel, the state of Georgia shut down a media literacy conference featuring journalist and filmmaker Abby Martin at Georgia Southern University. Martin had recently released a documentary critical of the Israeli government called “Gaza Fights for Freedom.” Now she is suing the state, claiming the decision is a violation of the First Amendment. Along with the Council on American-Islamic Relations (CAIR) and the Partnership for Civil Justice Fund (PCJF), today she filed a federal free speech lawsuit against the university system of Georgia.

    Martin was dismayed by the university’s decision: “This censorship of my talk based on forced compliance to anti-BDS laws in Georgia is just one level of a nationwide campaign to protect Israel from grassroots pressure. We must stand firmly opposed to these efforts and not cower in fear to these blatant violations of free speech,” she said.

  • TRIBUNE. La fausse alternative : la radicalisation de l’islam ou l’islamisation de la radicalité - France 3 Occitanie

    A lire avec l’article publié par @orientxxi sur le livre de Bernard Rougier
    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/idees-toutes-faites-sur-les-territoires-conquis-de-l-islamisme,3618

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/tribune-fausse-alternative-radicalisation-islam-islamis

    "Deux ouvrages ont récemment prétendu triomphalement avoir démontré la victoire de la thèse de Gilles Kepel sur celle d’Olivier Roy et des autres chercheurs qu’ils mettent sous sa coupe, à savoir, la radicalisation de l’islam (Gilles Kepel) sur l’islamisation de la radicalité (Olivier Roy). Dans cette campagne de presse rondement menée, Roy est autant salué comme « adversaire » que comme « victime » des conclusions auto-évaluées des auteurs (il n’a joué aucun rôle dans ce dernier épisode, au contraire de Kepel).

    Longtemps avant la parution de ces deux livres « phares » qualifiés de travail herculéen par leurs auteurs (Bernard Rougier et Hugo Micheron), une campagne de presse magistralement orchestrée a été menée avec l’assentiment complice de certains journalistes qui ont sans doute flairé un juteux branle-bas médiatique et ont donc promu ces deux ouvrages qui sont devenus, dans le domaine de l’islam radical, des références médiatiques en raison de leur succès dans les ventes. De même, les auteurs, promus grands chercheurs soit en herbe (Micheron) soit en acte (Rougier qui a publié l’ouvrage sous sa direction) se trouvent dotés désormais d’une légitimité médiatique élargie.

    • Gilles Kepel a soutenu des points de vue qui ont été en rupture avec celui de nombre de chercheurs qui ont travaillé dans ce domaine, construisant une vision idéologique pour confirmer expéditivement et fragilement ses thèses. Il en est ainsi de sa conception des mouvements de 2005 (les émeutes dans les banlieues) que la quasi-totalité des sociologues a qualifiée de non-religieux.

      En réalité, c’est immédiatement après Prophète et pharaon (son seul bon livre à mon avis) que Kepel a flairé la bonne affaire, avec Les banlieues de l’islam (1987), le tournant est déjà pris...

  • Pneus crevés et mosquée vandalisée dans un village arabe israélien
    Par Le Figaro avec AFP – Publié il y a 2 heures
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/pneus-creves-et-mosquee-vandalisee-dans-un-village-arabe-israelien-20200211

    Les pneus de plus d’une centaine de voitures ont été crevés et une mosquée la cible de graffitis racistes dans un village arabe du nord d’Israël, a indiqué mardi 11 février la police israélienne qui soupçonne des extrémistes juifs.

    « Les Juifs se réveillent », « Arrêtez d’assimiler » ont été tagués dans la nuit de lundi à mardi sur une mosquée et un autre édifice dans le village de Jish, aussi connu sous le nom de Gush Halav, situé dans le nord d’Israël près de la frontière avec le Liban. La police israélienne a ouvert une enquête sur l’incident et condamné du même souffle « tous les crimes de haine nationalistes ». Selon le chef du conseil local de Jish, Elias Elias, ce n’est pas la première fois que son village, peuplé de musulmans et de chrétiens arabes, est la cible de vandalisme.

    « Je ne peux imaginer ce qui se passerait si des choses comme celles-ci avaient été barbouillées sur une synagogue aux Etats-Unis ou en Europe, le monde entier serait choqué », a-t-il déclaré à l’AFP, en référence au graffiti sur la mosquée locale. Ces actes de vandalisme semblent présenter la signature de la campagne « Prix à payer », menée par des extrémistes juifs ainsi que des activistes d’extrême droite qui se livrent à des agressions contre des Palestiniens et des Arabes israéliens. (...)

    #racisme

  • Labour’s fabricated anti-Semitism crisis is being replicated in America – Asa Winstanley
    https://www.middleeastmonitor.com/20200201-labours-fabricated-anti-semitism-crisis-is-being-replica

    Do not underestimate the dedication and extreme commitment of the Zionist movement, and the pro-Israel lobby in general. They are in it for the long haul and will carry on to the bitter end.

    Listen to the words of Alan Dershowitz, “Israel’s lawyer”, torture fan and (latterly) a major fan of Trump’s racism. In a recent interview with Larry King, Dershowitz equivocated about whether or not he would vote for Trump. Who he would definitely not vote for, he said, and would actively campaign against, was one person: Bernie Sanders. His reason? “He tolerates anti-Semitism among the hard left in the Democratic Party,” he claimed falsely. “The man went to England and endorsed Jeremy Corbyn.”

    The clever lie that he is not personally anti-Semitic, but “tolerates” anti-Semitism was exactly how the “crisis” against Corbyn began. Over the course of four years, this morphed and evolved into open lies that he is personally anti-Semitic.

    Do not imagine for a moment that just because Sanders is Jewish the pro-Israel lobbyists will not try the same lies against him. They will, and they cannot be ignored. They must be fought.

  • Proche-Orient : Réunion, jeudi, au conseil de sécurité de l’ONU, sur le plan de paix américain
    https://www.20minutes.fr/monde/2710487-20200204-proche-orient-reunion-jeudi-conseil-securite-onu-plan-pai

    Les Etats-Unis ont demandé une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU jeudi pour une présentation par le gendre et conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, du plan de paix américain pour le Proche-Orient rejeté par les Palestiniens, a appris lundi l’AFP de sources diplomatiques.

    Elle vise pour Washington à exposer ce plan américain dévoilé la semaine dernière et à entendre les positions des 14 autres Etats membres du Conseil, ont précisé les mêmes sources.
    Juste avant la venue à New York du président palestinien

    Cette réunion interviendra quelques jours avant la venue à New York du président palestinien Mahmoud Abbas, attendue le 11 février selon des diplomates, pour manifester à l’ONU son opposition au projet américain et réclamer l’application du droit international.

    A l’occasion de cette visite du président Abbas, les Palestiniens ont indiqué avoir l’intention de soumettre un projet de résolution au Conseil de sécurité, via l’entremise de la Tunisie, membre non permanent du Conseil. (...)

    #deal_du_siècle

    • Israël-Palestine : Jared Kushner présente le plan de paix américain à l’ONU
      Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten | Publié le : 06/02/2020 - 06:32
      http://www.rfi.fr/fr/am%C3%A9riques/20200206-proche-orient-jared-kushner-pr%C3%A9sente-plan-paix-am%C3%A9ricain-onu

      Ce n’est pas dans l’enceinte même de l’ONU que Jared Kushner rencontrera les quinze membres du Conseil de sécurité, mais en face, dans le bâtiment de la délégation des États-Unis. Une rencontre informelle, autour d’un déjeuner, mais qui a tout l’air d’une opération d’influence.

      Dans le dossier israélo-palestinien, les quatorze autres membres du conseil de sécurité sont pour la solution des deux États, le respect des résolutions déjà adoptées et du droit international.

  • Réunis à Entebbe, le Soudan et Israël entament un rapprochement
    Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil
    Publié le : 03/02/2020 - 21:28Modifié le : 04/02/2020 - 01:07
    http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200203-r%C3%A9unis-%C3%A0-entebbe-soudan-isra%C3%AB-entament-rapprochement

    Le général Abdel Fattah al-Burhan, chef du Conseil souverain soudanais, a rencontré ce lundi 3 février le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu à Entebbe, en Ouganda, à la résidence du président Museveni.

    C’est une page d’« histoire » qui est en train de s’écrire, affirme Benyamin Netanyahu sur son compte Twitter. Sa rencontre ce lundi avec le chef du Conseil souverain soudanais, Abdel Fattah al-Burhan, marque un rapprochement entre deux pays jusque-là ennemis. Et selon le bureau du Premier ministre israélien, les deux dirigeants se sont mis d’accord pour entamer « une coopération qui mènera à la normalisation des liens entre les deux pays ».

    #IsraelSoudan

  • En quête du « gène juif »
    par Sylvain Cypel

    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/en-quete-du-gene-juif,3600

    Derrière cette poussée d’adhésion aux thèses suprémacistes blanches, qui restent limitées en Israël aux cercles coloniaux les plus activistes, se profile un phénomène qui, lui, y est en forte expansion : l’idée de la préservation de la pureté raciale. Cette idée-là est évidemment connectée au désir profond de l’entre-soi, conçu comme un véritable idéal de vie. Le 9 février 2016, Netanyahou annonçait ainsi un « plan pluriannuel pour entourer Israël de clôtures sécuritaires ». Sachant que cette idée recevrait un accueil très favorable de l’opinion, il poursuivait : « En fin de compte, l’État d’Israël tel que je le vois sera entièrement clôturé. On va me dire : est-ce donc ce que vous voulez, protéger la villa ? La réponse est oui. Va-t-on entourer tout l’État d’Israël de barrières et de clôtures ? La réponse est oui. Dans l’environnement où nous vivons, nous devons nous défendre face à des bêtes sauvages
    1
    . » La métaphore de la « villa dans la jungle », d’un Israël seul État civilisé entouré d’animaux sauvages, avait déjà été émise, après l’échec des négociations de paix de Camp David à l’été 2000, par le premier ministre travailliste d’alors, Ehud Barak.
    Épouser une Norvégienne ?

    Cette conception est à la source du repli sur soi exclusif de la présence des autres. Elle peut déboucher sur des propensions racialistes puisées à d’autres motifs que le seul besoin de sécurité, et qui sont, la plupart du temps, d’inspiration religieuse et plus encore dérivées de l’intrication entre le mysticisme et le nationalisme. Dans la religion juive telle qu’elle est pratiquée en Israël, où un rabbinat très traditionaliste s’est vu octroyer par les pouvoirs publics la gestion de toute la vie familiale (naissance, mariage, divorce, décès, etc.) et où le mariage civil est légalement inconnu, les « mariages mixtes », c’est-à-dire les unions entre Juifs et non-Juifs, sont impossibles.

  • Palestinians recognize Texas as part of Mexico - The Beaverton
    https://thebeaverton.com/2017/12/palestinians-recognize-texas-part-mexico

    JERUSALEM – In response to US President Donald Trump’s recognition of Jerusalem as the Israeli capital, the Palestinian National Authority has announced that it will recognize Texas as a state of Mexico since it was violently annexed by the United States in the 1840s.

    “The territory north and east of the Rio Grande is very important to the Mexican people,” explained a PNA spokesperson. “Before American settlers showed up and implemented slavery, Mexico oversaw this land. Then, President Polk sent his armies to invade the rest of these Mexican territories, and force the country to give up California, New Mexico, most of Arizona, Nevada, and Utah, and parts of Wyoming and Colorado. We may soon recognize these states as part of Mexico too.”

  • Tribune libre adresse à #Céline_Dion : « Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien »
    L’Humanité (Paris), le 13 janvier 2020
    https://www.humanite.fr/tribune-libre-adresse-celine-dion-notre-liberte-est-incomplete-sans-la-libe

    Nous, chanteurs, auteurs-compositeurs, musiciens, acteurs et autres artistes palestiniens, apprenons avec inquiétude que Céline Dion a programmé deux concerts au Yarkon Park, à Tel-Aviv, en août 2020

    Le régime israélien d’extrême droite exploite tous les spectacles d’artistes internationaux pour blanchir, ou dissimuler derrière l’art, ses violations systématiques des droits fondamentaux des Palestiniens. Dans ce contexte, tous les artistes ont une obligation morale de ne pas faire de tort à notre combat pour la justice.

    Le Yarkon Park lui-même est construit sur les ruines du village de Jarisha, victime d’un nettoyage ethnique, dont les habitants autochtones ont été expulsés, par la force, en 1948 et n’ont jamais été autorisés à exercer leur droit au retour, stipulé par l’ONU, en raison des lois israéliennes d’apartheid. Jarisha n’est que l’une des plus de 500 localités palestiniennes détruites lors de la Nakba de 1948, où plus de 700 000 Palestiniens ont été systématiquement exilés et empêchés de revenir dans leurs maisons et sur leurs terres, afin que le mythe colonial fondateur — profondément raciste — d’une « terre sans peuple » puisse prospérer.

    Deux millions de Palestiniens sont pris au piège sous le siège et le contrôle israéliens dans la bande de Gaza, rien qu’à un petit trajet de voiture du parc de Tel-Aviv où Céline Dion a annoncé ses deux concerts. La plupart d’entre eux sont des réfugiés de cycles précédents d’agression israélienne, et la plupart sont des enfants.

    Les enquêteurs de l’ONU affirment que les atrocités commises par Israël à Gaza, dont les tueries mortelles, à balles réelles, intentionnellement perpétrées par des tireurs d’élite visant du personnel de santé, des enfants, des journalistes et des personnes handicapées « pourraient constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Et pourtant, personne n’a été tenu pour responsable.

    Madame Dion a appelé l’un de ses fils Nelson, en référence à Mandela, auteur de la fameuse déclaration : « Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien. » Mandela a également souvent dit que la Palestine était la plus grande question morale de notre temps.

    À l’heure actuelle, alors que de moins en moins de grands artistes acceptent de se produire à Tel-Aviv en raison de l’apartheid, nous exhortons Céline Dion à réfléchir aux mots de Mandela et à sa propre place dans les livres d’histoire.

    Signataires
    • Fati Abd El Rahman, directrice de théâtre, directrice du Popular Theatre
    • Tamer AbuGhazaleh, musicien, chanteur
    • Youmna AbuHilal, chanteuse
    • Mira AbuHilal, chanteuse
    • Ramzi Aburedwan, musicien
    • Shahd Abusalama, danseuse
    • Moneim Adwan, chanteur, musicien, compositeur, acteur
    • Ahmad Al-khatib, musicien
    • Iman Aoun, actrice, directrice de théâtre, directrice du Ashtar Theatre
    • Huda Asfor, chanteuse, musicienne et compositrice
    • Mahmoud Awad, musicien, chanteur
    • Nai Barghouti, chanteuse, musicienne
    • Marina Barham, directrice du Al Harah Theater
    • Nabil Bey, musicien, chansonnier
    • Suhail Canaan, musicienne
    • Ahmed Eid, musicien
    • Mohammad Eid, acteur, directeur de théâtre
    • Samir Eskanda, musicien
    • Canaan Ghoul, musicien, compositeur
    • Ehab Haniyah, musicien, ingénieur du son
    • Youssef Hbeisch, musicien
    • Tareq Jabareen, luthier
    • Samer Jaradat, musicien, producteur
    • Adnan Joubran, musicien, compositeur
    • Remi Kanazi, poète
    • Mohamed Karzon, musicien
    • Khalil Khoury, musicien, compositeur
    • Nadem Khoury, musicien
    • Reem Malki, chanteuse
    • Ahmed Masoud, dramaturge, auteur
    • Khalid Massou, acteur, directeur du théâtre
    • George Matar, directeur de production, danseur
    • Sanaa Moussa, chanteuse
    • Edward Muallem, acteur, directeur de théâtre
    • Jalal Nader, musicien
    • Mohamad Najem, musicien, compositeur, distributeur
    • Tamer Nassar, musicien
    • Charlie Rishmawi, musicien, compositeur
    • Yassar S’adat, musicien
    • Gandhi Saad, musicien
    • Omar Saed, musicien
    • Mustafa Said, musicien
    • Teba Said, musicienne
    • Mirna Sakhleh, directrice de théâtre
    • Naser Salameh, luthier, musicien
    • Kareem Samara, musicien, compositeur
    • Leila Sansour, réalisatrice de films
    • Lyad Staiti, musicien, directeur d’Al Kamandjati
    • Yanal Staiti, musicien
    • Reem Talhami, chanteuse

    #Palestine #Musique_et_politique #Boycott_culturel #BDS

  • L’Invité(e) actu par Caroline Broué
    Elias Sanbar : « Aucun rapport de force ne peut être éternel »
    01/02/2020
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-actu/invite-actu-des-matins-du-samedi-suite-du-samedi-01-fevrier-2020

    Fondé sur une solution à deux Etats, le « plan de paix » pour le Proche-Orient présenté cette semaine par Donald Trump a suscité rejet et colère du côté des Palestiniens. Nous en parlons avec l’écrivain, essayiste et ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, Elias Sanbar.

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16740-01.02.2020-ITEMA_22271009-4.mp3

    #deal_du_siècle

  • Comment les Etats-Unis ont demandé à la communauté internationale de soutenir leur plan israélo-palestinien

    https://www.lefigaro.fr/international/comment-les-etats-unis-ont-demande-a-la-communaute-internationale-de-souten

    Après avoir « appelé tous les pays à soutenir cette vision en encourageant Israéliens et Palestiniens à entrer immédiatement dans des discussions de bonne foi sur la base de cette vision », les Etats-Unis appellent « tous (ces) pays à publier des communiqués positifs, fondés sur le texte suivant : ‘Nous remercions le président Trump pour ses efforts en vue de faire avancer ce très ancien conflit. Nous avons étudié cette Vision et nous la considérons comme une proposition sérieuse, réaliste et de bonne foi pour régler les nombreux problèmes qui ne l’ont pas été pendant des décennies’ ».

    Ensuite, le document américain « demande » aux pays destinataires de ses desiderata « d’appeler les directions israélienne et palestinienne à négocier sur la base de ce plan, sous les auspices des Etats-Unis, et de réaliser ainsi les progrès, qui permettront d’améliorer la vie des habitants de la région ». Enfin, Washington réclame que la communauté internationale affirme que « le statu quo n’est pas acceptable, et c’est notre souhait que, fondé sur cette Vision, ce conflit puisse trouver un règlement longtemps recherché, conduisant à un Moyen-Orient plus pacifique ».

    Si l’on compare ces recommandations aux communiqués publiés par les pays arabes et les chancelleries occidentales peu après l’annonce du plan Trump, on constate de nombreuses similitudes de langage, soulignant - s’il en était encore besoin - l’influence de Washington sur ses alliés.

    La France, par exemple, n’a certes pas remercié Donald Trump, comme il lui était demandé, mais elle a « salué », comme beaucoup d’autres pays, ce plan, même si Emmanuel Macron a confié mercredi 29 janvier au Figaro qu’il le trouvait inapplicable.

  • The Holocaust as a pretext for annexation

    Zeev Sternhell

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-holocaust-as-a-pretext-for-annexation-1.8472451

    The joint operation by Donald Trump and Benjamin Netanyahu to grant American legitimacy to the annexation of Palestinian territories was leaked just as the memorial ceremony of the World Holocaust Forum was taking place at Yad Vashem. It’s hard to conceive of a more cynical combination: In Jerusalem, anti-Semitism was used to silence the expected worldwide opposition to the annexation plan.

    And thus the anti-Semitism that brought catastrophe upon the Jewish people was turned into a cynical and shameless political tool by Israel. Jerusalem turned anti-Semitism into the ultimate weapon against any call for the removal of even a few Jews from the West Bank and against the idea of dividing the land fairly. To the nationalists, any policy that doesn’t completely mesh with the Israeli interest as they see it is tantamount to anti-Semitism.
    Trump’s Unreal Deal: No Peace, No Plan, No Palestinians, No Point. Listen to Haaretz’s podcast

    The talent of Netanyahu and his minions for using the Holocaust and anti-Semitism as a currency requires no further proof, and Europe’s cowardice and inability to stand up to the Israeli right’s blackmail is also notorious. Likud’s Israel has branded denial of the occupation and the apartheid in the territories as anti-Zionist and then equated this anti-Zionism with anti-Semitism. Europe is, justifiably, racked with guilt feelings toward the Jews; this account will never be closed, but it still doesn’t justify Europe’s forgiving attitude toward Jewish-Israeli nationalism and racism.

    Paradoxically, this forgiving stance also ends up amounting to active support for the destruction of Israel as a liberal, democratic and Jewish society. Every reasonable person understands that annexation without equal rights for Palestinians means the establishment of a new apartheid state – creating such a reality isn’t exactly one of the EU’s reasons for being. Who in Western Europe is willing to lend patronage to this act and let the Jewish nationalists exploit the unforgivable past to entirely drain Jewish nationalism of any drop of liberal values?
    Related Articles

    ’Israel inquiring with U.S. about annexation’ after Kushner contradicts Netanyahu
    Netanyahu won’t like it, but Kushner can still save Trump’s Mideast plan
    Annexation already happened. What’s new is the right’s readiness to give up the rest of the West Bank

    Beyond all the discussion on what constitutes the religious and national Jewish identity, Zionism was an answer to European anti-Semitism and one solution to the oppression of the Jews and the mortal danger they were in. Escape to the New World was the favored solution for 90 percent of those who fled Europe before the gates of the United States were closed in the early 1920s.

    The Zionist solution proved itself because all other doors were locked, and after the Holocaust it gained worldwide legitimacy. But now the nationalist right is trying to expand this legitimacy for freedom and independence to include occupation and annexation. This is the epitome of the cynical and shameful exploitation of the Holocaust and anti-Semitism for the Israeli government’s political needs.

    Now comes the question: How to make the liberal world understand that there is no connection between anti-Semitism and savage criticism of the occupation and annexation, or of other aspects of Israeli policy in the territories?
    Breaking news and analyses in your inbox
    Email*

    The German president expressed remorse in a way that inspires respect. Under the leadership of Chancellor Angela Merkel, his country absorbed a million non-Christian and non-European refugees in an attempt to show that it is free of racism. But Germany and France, which has its own anti-Semitism issues, act like they’re afraid of their own shadows when touching on the sensitive nerve of criticism of Israel.

    The right’s propaganda has managed to convince many of the best West European liberals that such criticism amounts to opposition to Zionism, which amounts to denying Israel’s right to exist – and therefore amounts to anti-Semitism. This is a total lie, and Israelis should be the first to shout this truth from the rooftops.
    zeev sternhell

    Zeev Sternhell

    Haaretz Contributor

  • Un rappel à propos de Théo Klein
    @crif

    Une BD d’Alain Gresh : Un chant d’amour. Israel-Palestine, une histoire française
    https://www.leaders.com.tn/article/22767-une-bd-d-alain-gresh-un-chant-d-amour-israel-palestine-une-histoir

    La BD de Gresh donne une belle grille de lecture qui permet de comprendre les tortueux arcanes de la politique d’Israël non seulement avec la France mais aussi sous d’autres cieux. Elle montre à quel point le Conseil municipal de Paris et la maire Anne Hidalgo sont pro-israéliens (Affaire Hammouri-Shalit). Il rappelle les prises de position courageuses de M. Théo Klein, ancien président du CRIF qui dit à Sharon –via une tribune dans le Monde- « Ce n’est pas la force qui fait le vainqueur » et poursuit en affirmant qu’Israël doit reconnaître et partager « la terre commune » avec un Etat palestinien. Sous l’impulsion des réseaux sociaux et d’Internet, le conflit israélo-palestinien se transforme en conflit mondial, note Alain Gresh.

    On ne peut refermer cette BD instructive sans mettre en exergue la déclaration du président du CRIF, Roger Cukierman, à l’occasion de la présidentielle française du 21 avril 2002 qui a opposé l’antisémite notoire qu’est Jean-Marie Le Pen, le tortionnaire des Algériens, à Jacques Chirac. Cukierman avait alors déclaré : « Le succès de Le Pen et un message aux musulmans de se tenir tranquilles, puisqu’il est connu pour être quelqu’un qui s’est toujours opposé à l’émigration musulmane ». Ce sioniste français oublie que le conflit israélo-palestinien n’est pas un conflit religieux. Il s’agit de colonisation et de dépossession. Il s’agit de dizaines de décisions de l’ONU non appliquées. Il s’agit de crimes contre l’Humanité.

    A lire de toute urgence ! Un évènement éditorial !

  • L’homme qui orchestre la contre-révolution dans le monde arabe
    Pour Mohamed Ben Zayed, l’autoritarisme est l’avenir du Proche-Orient
    par Robert Worth

    https://orientxxi.info/magazine/pour-mohamed-ben-zayed-l-autoritarisme-est-l-avenir-du-proche-orient,357

    Moins connu que son homologue saoudien Mohamed Ben Salman (MBS), Mohamed Ben Zayed (MBZ), leader énigmatique des Émirats arabes unis, s’affirme comme la figure politique la plus puissante du Proche-Orient. Avec pour objectif d’imposer une vision autoritaire de l’avenir de son pays et de la région.

    • Militante de droits humains, la jeune femme souffrait depuis de nombreuses années d’une maladie chronique. Après la révolution ayant chassé Zine el Abidine Ben Ali du pouvoir, son nom avait circulé pour le Nobel de la Paix, fin 2011.

      Avant la chute de la dictature, et malgré les risques, Lina Ben Mhenni avait durant des années témoigné sur internet des dérives du régime Ben Ali. Pour alimenter son blog « atunisiangirl », elle s’était déplacée dans de nombreuses villes défavorisées de l’intérieur du pays.

      Munie de sa petite caméra, elle avait retransmis, via les réseaux sociaux, les premières manifestations de colère des habitants contre le pouvoir.

      #Tunisie #blog #liberté_d'expression

  • Netanyahou instrumentalise l’#Holocauste pour déshumaniser les Palestiniens | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/le-cri-des-peuples/blog/250120/netanyahou-instrumentalise-l-holocauste-pour-deshumaniser-les-palest

    Benjamin Netanyahou n’a pas inventé l’idée de tirer parti de l’Holocauste à des fins politiques. Pourtant, comme tant d’autres choses dans la politique israélienne actuelle, il exploite même cette pratique vile plus outrageusement que quiconque avant lui.

    Selon Haaretz, le Premier ministre israélien a l’intention d’exploiter le cinquième Forum mondial de l’Holocauste, qui se réunit cette semaine à Jérusalem pour marquer les 75 ans depuis la libération d’Auschwitz, pour appeler les dirigeants mondiaux à soutenir publiquement la position égoïste d’Israël, qui soutient que la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye n’a pas de juridiction dans les territoires palestiniens occupés.

    #palestine #israël #occupation #démolition #colonisation #instrumentalisation #deshumanisation

  • La CIA reconnaît son rôle dans le coup d’Etat en Iran en 1953

    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/08/19/la-cia-reconnait-avoir-renverse-le-premier-ministre-iranien-en-1953_3463576_

    Quel scoop !

    Selon des documents récemment déclassifiés, la CIA reconnaît avoir orchestré le coup d’Etat qui a renversé le premier ministre iranien, Mohamed Mossadegh, le 18 août 1953, après qu’il eut nationalisé le pétrole du pays.

  • One person, one vote for Israel-Palestine

    Gideon Levy

    – Opinion - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-one-person-one-vote-for-israel-palestine-1.8443289

    The Trump administration’s Middle East peace plan brings with it good news and bad news. It will put the final nail in the coffin of that walking corpse known as the two-state solution – that’s the good news. It will also create a new reality in which international law, the resolutions of the international community and especially international institutions are meaningless.

    Filled with the hope that the U.S. president instills in us, in his great mercy, let’s begin with the good news. Once his proposal is made public, no one will ever be able to talk with any seriousness about the two-state solution. It was probably never born, but now it is clearly dead. There is no Palestinian state and there never will be.

    The gall of America to support Israeli annexation now and the establishment of a Palestinian state only “in the future” – as if the burning issue were annexation, not the occupation – is only an ornament for the casket. The Palestinian Authority, the European Union, the United Nations, the Jewish establishment and the Zionist left will no longer be able to mention this option without making complete asses of themselves.

    How would European countries dare mention the two-state solution without disgracing themselves? How would the Zionist left dare speak of the creation of a Palestinian state? Where exactly? Between Bethlehem and Beit Ummar, with the monstrosity of the annexed Gush Etzion bloc in the middle? Between East Jerusalem and Jericho, with greater Ma’aleh Adumim in between? A Palestinian Lilliput, Mini Palestine, a miniature park with tiny-scale models of buildings and people in a grotesque demonstration of a just solution.

    With the Jordan Valley and most of the West Bank settlements under Israeli sovereignty, the Palestinians are guaranteed not to have a state, half-state, city government or neighborhood. Nothing but a penal colony. With the Jordan Valley and most of the settlements annexed, Donald Trump makes official the establishment of the apartheid state to be known as the State of Israel. What Herzl began in Basel, Trump finished in Washington.

    From now on, it will be impossible to let the international community, especially the pretentious and self-described seeker of the good, keep paying lip service to the two-state solution. There is no such thing. There never was. There never will be. If the international community, and with it the PA, hope to ever solve the Palestinian problem, they have just one way forward: the establishment of a democracy between the Mediterranean Sea and the Jordan River. Nothing else is left.

    Europe, which has turned into the muzzle of critics of the occupation, must adopt a new language, the language of equal rights. The world has two choices: It can recognize apartheid or it can support the one-democratic-state solution. Europe can’t continue to embrace Israel and talk about “shared values” with the official apartheid state. It will have to remember, finally, how it behaved with that state’s predecessor, South Africa, and how Europe and a version of the boycott, divestment and sanctions movement led to the fall of that regime.
    Related Articles

    Israel is voting apartheid
    Elect as many Arabs to the Knesset as possible
    It’s leftism or Zionism - you can’t have both

    Breaking news and analyses in your inbox
    Email*

    Palestinian President Mahmoud Abbas and the PA will also have to say goodbye to the dream. It has been shelved. It has been replaced by a different dream, and they will have to take it on, speak its language and work to make it come true – that or give in to apartheid in exchange for the fistful of dollars promised by the Americans. It’s the same for Israel, of course. Their dream, a Jewish state, has also been shelved. Zionism is over. You remained silent, you supported, you ignored. Now deal with it.

    Trump’s news and the world’s capitulation, however, is much more portentous. Trump is creating not only a new Israel, but a new world. A world without international law, without honoring international resolutions, without even the appearance of justice. A world in which the U.S. president’s son-in-law is more powerful than the UN General Assembly. If the settlements are permitted, everything is permitted.

    What was won with brutal military force shall be liberated only with force. In the world of Trump and the Israeli right, there’s no room for the weak. They have no rights.

    From now on, it’s one person, one vote – the single vote of Trump (and Benjamin Netanyahu), or the equal vote of every person living in Israel-Palestine. Europeans, Palestinians and Israelis: The time has come to choose between the two.

  • » Israeli Authorities Ban the Imam of the Al-Aqsa Mosque for Four Months
    January 25, 2020 4:07 AM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/defying-israeli-ban-sheikh-sabri-attempts-to-enter-al-aqsa

    On Saturday at 2:00 am, Israeli forces hammered on the door of the head of the Al-Aqsa Mosque, the third-holiest site in Islam, while he was sleeping. When he woke, the troops handed him a notice that he would be banned from entering the mosque that he heads for a period of four months.

    The ban comes after Sheikh Ekrema Sabri went to the mosque for Friday prayers on the shoulders of his supporters on Friday January 24th, following a two-week ban placed by Israeli authorities on Muslims wishing to pray at their mosque.

    Despite the fact that Israeli authorities have no jurisdiction, and are supposed to leave the operation and functioning of the Al Aqsa Mosque up to its Islamic leadership, according to signed agreements, Israeli authorities have taken it upon themselves to decide who can and can’t pray at the mosque.

    Sheikh Sabri stated, upon receiving the order banning him from the Mosque that he runs for four months, “These are reprisal actions aimed at suppressing speech. Israeli authorities do not want to allow anyone to speak publicly against their actions in the blessed Al-Aqsa, as they attempt to take over Al-Aqsa.”

    (...)

  • Allez à Gaza et criez « plus jamais ça »
    Par Gideon Levy, 23 Janvier 2020 | Traduction : L. pour l’Agence Média Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/01/24/allez-a-gaza-et-criezplus-jamais-ca

    Il est très important de se souvenir du passé, et il n’est pas moins important que d’être conscient et de faire face à ce qu’il se passe dans le présent. Les dizaines de chefs d’État qui sont arrivés en Israël hier se souviennent peut-être du passé, mais ils gomment le présent. En se taisant, en détournant leurs yeux de la réalité tout en s’alignant de manière inconditionnelle sur les positions Israël, ils ne manquent pas seulement à leurs devoirs, ils trahissent aussi la mémoire du passé au nom duquel ils sont venus ici. Être reçus par Israël sans faire mention de ses crimes, commémorer l’Holocauste tout en ignorant les leçons à en tirer, visiter Jérusalem sans aller dans le ghetto qu’est Gaza lors de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, il est difficile de trouver plus grande hypocrisie.

    traduction de cet article : https://seenthis.net/messages/822018
    #GAZA

  • [Extrême droite] Auschwitz à Jérusalem

    https://leblogcosmopolite.blogspot.com/2020/01/extreme-droite-auschwitz-jerusalem.html

    Par Henri Goldman

    L’appropriation par Israël de ce qu’il convient désormais d’appeler « la mémoire de la Shoah » est pour moi une vraie souffrance. Les derniers grands prêtres autoproclamés de cette nouvelle religion civile, les Sharon, Netanyahou et autres Liebermann, ont beaucoup plus de sang sur les mains que nos petits fascistes locaux. Aujourd’hui, le gouvernement d’Israël compte en son sein des ministres qui développent exactement la même idéologie suprémaciste que le Vlaams Belang, le MHP turc ou le Ku Klux Klan. Dans leur chef, c’est même plus qu’une idéologie. C’est une pratique.

    Mais le plus obscène, c’est sans doute de voir les leaders de la « communauté internationale » se presser à Jérusalem pour avaliser cette escroquerie. Comme Macron qui rappela son engagement à lutter « contre l’antisémitisme, le racisme, tout discours de haine qui vient diviser notre société et en nier les fondements mêmes » devant les représentants d’un État pratiquant l’apartheid et la discrimination institutionnelle. À aucun moment, ceux-ci ne furent renvoyés à la poutre qu’ils avaient dans l’œil. Mais, en bonne diplomatie, ça ne se fait pas de dire ses quatre vérités à ses hôtes. N’est pas Lumumba qui veut.

  • pourquoi personne n’en parle ?

    Bernie Sanders Leads Donald Trump by Widest Margin of All 2020 Candidates: Election Poll

    https://www.newsweek.com/bernie-sanders-trump-poll-election-2020-biden-bloomberg-1483423

    Senator Bernie Sanders leads President Donald Trump by the widest margin of all the candidates in the Democratic Party’s 2020 race when Americans are asked to choose in a face-off against the Republican incumbent, according to a poll.

    SurveyUSA asked 4,069 registered voters nationwide how they would vote in an election today if Trump was pitted against each of the 2020 candidates in the Democratic race. The progressive Vermont independent came out on top.

    The poll found that 52 percent of voters would choose Sanders and 43 percent Trump, giving the veteran senator a nine-point lead. Next was former vice president Joe Biden at 50 percent to Trump’s 43 percent, a seven-point lead.

    Michael Bloomberg, the media and financial data billionaire, also led Trump by seven points at 49 percent to 42 percent. Democratic Massachusetts Senator Elizabeth Warren leads Trump 48 percent to 45 percent, a three-point advantage.

    Pete Buttigieg, the former mayor of South Bend, Indiana, is also ahead of Trump by three points, at 47 percent to 44 percent. The tech entrepreneur Andrew Yang is ahead of Trump by two points, at 46 percent to 44 percent.

    The billionaire hedge fund manager Tom Steyer is tied with Trump at 44 percent apiece, Democratic Minnesota Senator Amy Klobuchar loses to Trump by two points at 43 percent to 45 percent.

    Democratic Hawaii Congresswoman Tulsi Gabbard loses to Trump by five points at 39 percent to 44 percent.