Je suis en train d’imprimer l’étude que vient de publier le Center for American Progress : _Fear,…

/32980

  • Important : US anti-Muslim groups fund Europe’s Israel lobby
    https://electronicintifada.net/blogs/asa-winstanley/us-anti-muslim-groups-fund-europes-israel-lobby

    But most Israel lobby money comes from the far right in the US, said report co-author David Miller, including from noted pro-Israel and pro-Republican billionaires.

    The report notes that while European Friends of Israel is associated with the political right in Europe, the Friends of Israel Initiative is even further to the right.

    “Although its founding members include many Europeans, its funders include key American players in the transatlantic Islamophobia network,” the report states.

    […]

    US funders of the lobby in Europe include billionare casino magnate and key Republican donor Sheldon Adelson, leading Islamophobic demagogue Daniel Pipes and Nina Rosenwald – heir to the Sears Roebuck fortune, dubbed by journalist Max Blumenthal “the sugar mama of anti-Muslim hate.”

    […]

    The report states that the Israel lobby in the EU “works in close cooperation with the Israeli state. The talking points for pro-Israel groups in Brussels are largely identical to those drawn up by Israeli ministries.”

    Pour mémoire, relire l’indispensable étude sur la fabrique de l’islamophobie aux États-Unis, dans un rapport de 2011 d’American Progress, Fear, Inc. The Roots of the Islamophobia Network in America où l’on croisera les mêmes personnages :
    http://seenthis.net/messages/32980

  • Les réseaux de l’islamophobie aux Etats-Unis

    CAIR Report : Islamophobia Network Funded with $119 Million 2008 to 2011

    http://www.cair.com/press-center/press-releases/12149-cair-report-islamophobia-network-funded-with-119-million-2008-to-2011.ht

    Muslim civil rights group identifies 37 organizations dedicated to promoting anti-Islam prejudice

    (WASHINGTON, D.C., 9/19/13) — The nation’s largest Muslim civil rights and advocacy organization today released a report, “Legislating Fear: Islamophobia and its Impact in the United States,” which reveals that anti-Islam groups received more than $119 million in funding between 2008 and 2011.

    The new report by the Washington-based Council on American-Islamic Relations (CAIR) also identifies 37 organizations dedicated to promoting anti-Islam prejudice in America. CAIR’s second report on the subject more fully identifies the “Islamophobia network” in the United States and exposes its funding.

    [NOTE: CAIR today also distributed an ISLAM-OPED commentary, “The Reality of Islamophobia in America,” which states that, “Like racism, anti-Semitism, sexism and other issues, Islamophobia exists.” That commentary is available upon request for publication by media outlets nationwide.]

    “This report sheds light on the groups promoting Islamophobia in our society and reveals to the reader the impact those groups have on our nation’s discourse about Islam, pluralism and the future of the protections enshrined in the U.S. Constitution,” said Corey Saylor, who directs CAIR’s department to monitor and combat Islamophobia.

    CAIR’s findings include:

    The U.S.-based Islamophobia network’s “inner core” is currently comprised of at least 37 groups whose primary purpose is to promote prejudice against or hatred of Islam and Muslims. An additional 32 groups whose primary purpose does not appear to include promoting prejudice against or hatred of Islam and Muslims, but whose work regularly demonstrates or supports Islamophobic themes, make up the network’s “outer core.”
    The inner core of the U.S.-based Islamophobia network enjoyed access to at least $119,662,719 in total revenue between 2008 and 2011. Groups in the inner core are often tightly linked with each other. Key players in the network benefitted from large salaries as they encouraged the American public to fear Islam.
    In 2011 and 2012, 78 bills or amendments designed to marginalize Muslims and vilify Islamic religious practices were introduced in the legislatures of 29 states and the U.S. Congress. Sixty-two of these bills contained language that was extracted from David Yerushalmi’s American Laws for American Courts (ALAC) model legislation. While the bias motive behind the bills is clear, the presence of an actual problem that needed to be solved was not — even to the legislators introducing the measures. In at least 11 states, mainstream Republican leaders introduced or supported anti-Muslim legislation.
    Subject matter experts perceive a small but welcome decline in Islamophobia in America during the period covered by this report. In 2012, CAIR rates Islamophobia as a 5.9 on a scale of one to 10, with one representing an America free of Islamophobia and 10 being the worst possible situation for Muslims. In 2010, CAIR rated the state of Islamophobia in America as a 6.4.

    The decline makes particular sense given that the 2010 rating interviews were conducted in September and October of 2010. This period was the height of the national controversy over Park 51, aka “the Ground Zero Mosque.” The controversy’s proximity to the 2010 mid-term election made it a campaign issue. It was also right at the time of the planned burning of Qurans by Florida Pastor Terry Jones. This period in 2010 can be seen as the Islamophobia network’s greatest penetration into mainstream discourse to date. 
    There were 51 recorded anti-mosque acts during the period covered by this report, 29 in 2012 and 22 in 2011. Two notable spikes in anti-mosque acts occurred in 2011-2012: May 2011 (7 acts), likely related to the killing of Osama bin Laden, and August 2012 (10 acts), probably all in reaction to the massacre of six Sikh worshippers by a white supremacist in Oak Creek, Wis. By comparison, in June 2010, CAIR published “CAIR: Who we are,” a review of 1,999 CAIR press releases and action alerts spanning 1994-2008. In that report we noted: “Since 1994, CAIR has detailed at least 64 acts of destruction and defilement of Islamic places of worship—including shootings, vandalism, arson, and bombings.”
    CAIR’s report also notes that anti-Muslim trainers serving law enforcement and military personnel were dealt a significant blow in late 2011 and that Islamophobic rhetoric remains socially acceptable.

    In 2011, after significant pressure from CAIR and other organizations that included crucial reporting by Wired.com’s Spencer Ackerman, federal authorities initiated steps to remove biased and inaccurate material about Islam from law enforcement training materials. Studies and a lack of consequences for most candidates for public office who engage in anti-Muslim rhetoric reveal an unfortunate societal tolerance for prejudicial speech directed at Muslim.

    CAIR names individuals, institutions and groups that were at the center of promoting Islamophobia in America during the period covered by the report.

    The “worst” list includes:

    Lieutenant General William G. “Jerry” Boykin (retired)
    Zuhdi Jasser and the American Islamic Forum for Democracy
    Herman Cain
    Rep. Peter King (R-N.Y.)
    David Yerushalmi
    Former Rep. Allen West (R-Fla.)
    Walid Shoebat and the Forum for Middle East Understanding
    State legislators who sponsored anti-Islam legislation
    The Clarion Fund
    David Caton and the Florida Family Association
    Lowe’s

    #islamophobie

  • Sans vouloir dauber tous ces excellents papiers qui répondent à Claude Guéant, je signale tout de même que le simple fait d’accepter de discuter, même généralement, de cette histoire de « civilisation », c’est accepter d’être piégé par le discours de la droite.

    C’est le même piège que le précédent débat sur l’« identité nationale » de Sarkozy, c’est le même piège qui a été tendu aux tunisiens par les islamistes qui ont réussi à imposer un débat sur l’« identité » qui a permis de laminer tous les autres partis. Même répondre pour dénoncer les simplifications nauséabondes, même pour proposer une vision progressiste de l’identité… c’est encore accepter de discuter d’une question dont on se (pardon) contrefout royalement. L’Europe se prend des coups de boutoirs du système capitaliste d’une violence inouïe (après avoir imposé ces « ajustements structurels » aux autres peuples de la planète), et il faudrait vraiment qu’on discute de problème de « civilisation » ?

    • tout à fait d’accord @arno ; et c’est insupportable tous ces beaux esprits et leur bonne conscience à peu de frais. On s’indigne, on s’insurge, on accuse Guéant de lepénisme comme si c’était la découverte du jour ; puis quoi on va voter Valls et consorts parce que, décidément, il y a péril en la demeure ? (le week-end les journalistes ont besoin d’une petite phrase scandaleuse sinon ils sont moroses)

    • Ça reste un vieux principe : celui qui gagne dans une discussion, ça n’est pas celui qui a les meilleurs arguments, c’est tout simplement celui qui parvient à imposer le sujet même de la discussion.

    • Je voulais écrire un truc pour dénoncer le tempo des élections, puisqu’il est clair qu’à défaut de programme présentable, l’UMP (et aussi le PS) a décidé de jouer la carte des polémiques stériles en feu roulant. Quant aux médias, détenus pratiquement à 100% par des indistriels qui savent très bien où est leur intérêt, ils font là où on leur dit de faire.

    • @thibnton Je n’ai pas de réponse facile au « pourquoi ça marche ? », ni d’ailleurs à quel point ça marcherait (je suis généralement plus optimiste sur la nature humaine que certains de mes copains ici).

      Mais je ne crois pas, en tout cas, que ça marche facilement, ni naturellement. Ça n’est pas que du « refoulé » qu’il suffit de ressortir pour provoquer un scandale : ce sont des thèmes qui sont testés, répétés, adaptés, modulés, sondés, re-sondés, depuis des décennies. La mise en place d’une idéologie de la haine (et/ou de la peur), si l’on suit le rapport sorti il y a quelques mois par un think-tank démocrate américain, ça n’est pas du « refoulé » : ce sont des millions de dollars déversés sur des politiciens pour développer des saloperies. Si l’on en croit Halimi, les sujets à la con, c’est une stratégie de la droite américaine parfaitement rodée et théorisée, mise en application depuis au moins Reagan.

      C’est-à-dire qu’on n’est pas dans la prise spontanée d’un débat à la con. On est dans le truc très bien planifié et préparé. Ça n’échappe pas à Guéant, et si c’est relayé, c’est parce que le terrain est préparé depuis des décennies.

      C’est un autre aspect du piège : parvenir à faire croire que ces questions intéressent réellement et spontanément les gens. La preuve : on ne cause que de ça quand c’est lancé. Mais je crois au contraire qu’il a fallu des décennies de travail pour réussir à imposer les « sujets à la con ».

      Par exemple Guéant ne se lance pas sur le problème des grossesses adolescentes, sur l’abstinence sexuelle pour les jeunes, il ne pleure pas sur la prière à l’école ou le salut au drapeau par les enfants que ces socialo-communisss ont fait interdire… Sujets qui fonctionnent pourtant très bien ailleurs. Pourquoi ? Ben justement : parce que ça n’a pas fait l’objet d’une préparation du terrain depuis 30 ans en France.

    • @arno :

      si l’on suit le rapport sorti il y a quelques mois par un think-tank démocrate américain

      elle est dispo quelque part cette étude ?

      les sujets à la con, c’est une stratégie de la droite américaine parfaitement rodée et théorisée, mise en application depuis au moins Reagan.

      Que ce soit une stratégie n’invalide pas le fait qu’il s’agisse de « refoulé ». Mais sans doute oui, que celui-là a été sélectionné parmi d’autres, puis qu’ont été mobilisé tout plein de leviers idéologiques à son service, jusqu’à « coloniser » la conscience collective, de sorte qu’il puisse être ressorti (et fonctionner à plein) dès que nécessaire. Donc en fait si je te suis : il ne faut pas négliger la manipulation dans le temps long, et éviter de « naturaliser » en parlant de refoulé.

    • Les nations voisines sont celles qu’ils estiment le plus, toutefois après eux-mêmes. Celles qui les suivent occupent le second rang dans leur esprit ; et, réglant ainsi leur estime proportionnellement au degré d’éloignement, ils font le moins de cas des plus éloignées. Cela vient de ce que, se croyant en tout d’un mérite supérieur, ils pensent que le reste des hommes ne s’attache à la vertu que dans la proportion dont on vient de parler, et que ceux qui sont les plus éloignés d’eux sont les plus méchants.

      Hérodote , Enquêtes , I, CXXXIV, à propos des Perses
      http://fr.wikisource.org/wiki/Histoire_:_Livre_premier_-_Clio

      D’accord avec @ARNO*. Ne pas rentrer dans le débat : la prémisse de la comparaison est se croyant en tout d’un mérite supérieur. C’est d’ailleurs ce qui fait réagir et est un appel au point Godwin…